En 1958, un an après le lancement du premier satellite artificiel

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "En 1958, un an après le lancement du premier satellite artificiel"

Transcription

1 Flux n 43 Janvier - Mars 2001 pp Les échanges technologiques entre la France et les États-Unis: les télécommunications spatiales ( ) Anne-Thérèse Nguyen En 1958, un an après le lancement du premier satellite artificiel Spoutnik, l administration américaine réagit à l exploit soviétique et met en place la NASA (National Aeronautics and Space Administration). Dès lors, le développement des satellites de télécommunications aux États-Unis est fulgurant: - En août 1960, les Américains lancent Echo I, premier satellite de télécommunications; - En juillet 1962, Telstar effectue la première transmission d image de télévision transatlantique entre la station ATT (American Telephon and Telegraph) d Andover et la station française du CNET (Centre National d Étude des Télécommunications) de Pleumeur-Bodou; - En 1964 Syncom 1, premier satellite géostationnaire, est lancé; -Et en 1965, Early Bird (Intelsat 1) réalise la première liaison commerciale entre l Amérique du Nord et l Europe de l ouest. Dans le même temps, les réalisations françaises dans ce domaine restent, en comparaison, très minces: -La France met en place des infrastructures terrestres: la station de Pleumeur-Bodou reçoit les liaisons acheminées par Telstar; - Elle met au point et expérimente des fusées-sondes, comme Véronique, qui ne dépassent pas les 200 km d altitude, alors que le lancement d un satellite s effectue à km; -En 1965, le lanceur national Diamant A met sur orbite le premier satellite français nommé Astérix, satellite d observation scientifique. En 1965, le fossé technologique entre les États-Unis et la France sur le secteur du spatial apparaît donc flagrant. 20 ans plus tard, en 1985, l Europe possède son propre lanceur, Ariane dont le premier tir d essai remonte à décembre 1979, ses propres systèmes régionaux de télécommunications par satellite ECS(1) (European Communication Satellite), Eutelsat, la Dossier 17

2 Flux n 43 Janvier - Mars 2001 France a mis en place un réseau national de télécommunications spatiales Télécom 1 opérationnel début Si l Europe n a pas encore rattrapé son retard commercial, l essentiel du retard technologique est comblé: outre les parts de marché croissantes prise par Ariane dans le domaine des lanceurs, Télécom 1 est, d un point de vue technologique, comparable à SBS (Satellite Business System) lancé par IBM (International Business Machine) 4 ans plutôt. Il utilise un système d accès aux stations au sol, l AMRT (Accès Multiple à Répartition dans le Temps), mis en service la même année par Intelsat. C est le premier satellite au monde à fonctionner sur trois bandes de fréquences distinctes. De 1960 à 1985, en 25 ans, le fossé technologique s est donc très nettement réduit: ce constat amène à s interroger sur l existence et les modalités des échanges de technologies qui se sont effectués durant cette période entre la France et les États- Unis, et plus généralement entre l Europe et les États-Unis, sur la politique menée par chacun en matière de technologie spatiale et les motivations respectives de ces politiques. DÉFINIR UNE POLITIQUE TECHNOLOGIQUE: LES ENJEUX Un secteur stratégique Parce qu il constitue un terrain privilégié d affrontement dans le contexte de la guerre froide, et parce qu il interagit fortement avec le secteur de la défense, le domaine des télécommunications spatiales constitue, tant pour la France que pour les États- Unis, un secteur technologique stratégique(2). Cette dimension amène chaque protagoniste à peser les conséquences de ses choix et des orientations de sa politique technologique. En octobre 1957, le lancement du premier satellite artificiel Spoutnik par l URSS ouvre l ère de la «course à l espace»: dès lors, la technologie spatiale devient un enjeu de la guerre froide, un champ d affrontement privilégié entre les deux grands; Spoutnik donne le signal d une course acharnée dont l enjeu est autant le prestige que la puissance. Si l espace représente un outil d affirmation symbolique du leadership pour les Américains et les Soviétiques, ses enjeux sont d autant plus importants que la technologie spatiale entretient à plusieurs titres d étroites relations avec le secteur de la défense. Le lien organique entre l accès à l espace et la capacité balistique pèse lourd dans le contexte de guerre froide qui prévaut alors. En effet, un lanceur de satellite utilise des techniques de propulsion analogues à celles utilisées pour la propulsion des missiles balistiques. Ainsi, la recherche pour le développement de lanceurs peut avoir des retombées sur la technologie des missiles et inversement. D autre part, technique spatiale et technique militaire s interpénètrent dans une dimension informationnelle: télécommunications et observation. Le satellite offre à la défense un potentiel d utilisation particulièrement opérationnel pour des applications militaires: il est capable d acheminer des liaisons de communications militaires fiables et protégées, c est également un instrument efficace pour effectuer des opérations d espionnage et des repérages de positionnement. Les missions du satellite français de télécommunications Télécom 1 constituent un bon exemple de cette double dimension: outre ses missions classiques de communications civiles, le satellite est prévu pour supporter des liaisons télégraphiques, téléphoniques et télématiques chiffrées et protégées contre les brouillages, essentiellement entre les PC et les navires de la Marine nationale d une part, et les forces en intervention ou en poste à l étranger d autre part(3). Ce lien entre technologie spatiale et techniques militaires impose donc une relation forte de la maîtrise de l espace avec les impératifs de sécurité nationale. Un moteur pour la croissance économique Outre leur caractère stratégique, les télécommunications spatiales sont également un secteur à forts enjeux économiques et industriels, qui participe à la croissance et à l emploi. La concurrence entre les quatre ou cinq grands groupes industriels du secteur est exacerbée. Elle se traduit par d importants efforts d investissement et de recherche-développement, dans un domaine où la maîtrise de la technique est déterminante. La structure du système de télécommunications par satellite intègre en effet de nombreux éléments dont la mise en œuvre repose sur des technologies de pointe complexes: le satellite lui-même se compose d une charge utile qui comprend l ensemble des éléments de télécommunication, et d une plateforme regroupant l ensemble des éléments permettant à la charge utile de fonctionner. Au sol, les stations de poursuite, télémesure et télécommande assurent le contrôle et la surveillance de l engin, tandis que les stations terrestres de réception relaient les liaisons avec les usagers. Enfin, il faut pouvoir disposer d un lanceur capable de placer l engin sur orbite(4). Le lobbying institutionnel permanent des grandes entreprises sur le secteur des télécommunications spatiales s explique notamment par l importance de cette dimension industrielle. 18 Dossier

3 Nguyen - Les échanges technologiques entre la France et les États-Unis: les télécommunications spatiales Un impératif politique : réduire le «technological gap» En 1965, alors que les télécommunications spatiales connaissent un réel essor en Amérique du Nord, les rapports produits par l OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économique) constatent, dans l ensemble des secteurs technologiques, l avance des États-Unis par rapport à l Europe et à la France. L Europe souhaite bien sûr combler ce technological gap et décide d investir massivement dans les domaines de l électronique, de l informatique, de l énergie et du nucléaire. Les premiers projets de coopérations spatiale européenne(5) voient le jour: en 1962 se forment les premières organisations spatiales européennes, le CECLES-ELDO (6) (Centre européen pour la construction de lanceurs d engins spatiaux - European Launcher Development Organization) pour la construction de lanceurs lourds, et le CERS-ESRO(7) (Centre européen de recherches spatiales - European Space Research Organization), organisme responsable de la recherche et de la technique spatiale à des fins pacifiques. De leur côté et pour des motivations différentes, les États- Unis sont également favorables à un rattrapage européen. Le technological gap, loin de constituer pour eux un avantage, représente au contraire un handicap à la fois politique et économique: - Politique car il envenime les relations entre les États-Unis et l Europe dans un contexte de Guerre froide où les États-Unis ont besoin d alliés sur lesquels ils puissent compter; - Économique parce que, face à l URSS, l intérêt des Américains est d avoir un partenaire qui, à terme(8), soit fort. Les orientations politiques La définition d une politique spatiale résulte de l interaction des dimensions stratégiques, industrielles, économiques et politiques du secteur précédemment évoquées. Dans ce contexte, les grands axes de la politique américaine restent constants, déterminés par des objectifs clairement énoncés: au final, l objectif ultime consiste à garder le monopole à la fois en matière de défense et en matière économique, tout en coopérant avec les pays européens pour, entre autre, limiter les financements de la politique et de la recherche spatiales. Tant que ce monopole n est pas menacé, les États-Unis acceptent de collaborer sur les programmes scientifiques mais pas sur les projets commerciaux, sur les programmes civils et non sur les programmes militaires. Cette coopération prend la forme soit de transferts de technologies, soit de mises à disposition de capacités. Dans une perspective de réduction du technological gap, la position française et européenne poursuit elle aussi un objectif clairement fixé, c est d abord la recherche de l indépendance technologique: le but consiste à maîtriser les savoir-faire technologiques, en particulier en matière de construction de lanceurs, clé de l autonomie spatiale. Mais pour atteindre cet objectif, l Europe a besoin de l apport des capitaux et des technologies américains. La mise en œuvre de cette politique passe par le développement d une coopération inter-étatique qui bénéficie de l apport de technologies américaines mais qui à terme cherche à réduire au maximum la dépendance technologique vis à vis des États-Unis et les contraintes qu elle impose. La réalisation et le succès du premier tir d Ariane en décembre 1979 marque la fin de la dépendance européenne en matière de lanceurs et ouvre véritablement l ère spatiale européenne. L ATTITUDE DES ÉTATS-UNIS FACE À LA FRANCE ET ÀL EUROPE Comment se traduit concrètement cette volonté américaine de maintenir son monopole sur le secteur des télécommunications spatiales? Deux événements témoignent avec force de cette ambition politique: la création de l organisation spatiale Intelsat et l immédiate mainmise des États-Unis sur cette institution, la résolution NSAM 338 de La création d Intelsat Organisation spatiale internationale créée par la signature des accords de 1964, Intelsat pose les bases d une réelle coopération internationale en matière de systèmes de transmissions spatiales et initie la mise en place d un système mondial de télécommunications par satellite(9). Onze nations(10) signent à Washington cet accord intergouvernemental «établissant un régime provisoire applicable à un système commercial mondial des télécommunications par satellite», qui devient définitif après la conférence de 1969 et réunit dès lors 19 pays. Un comité intérimaire à session périodique, composé de représentants des pays membres, dirige l organisme. Au sein de cette organisation, les États-Unis sont représentés par la société Comsat (Communication Satellite Corporation), créée en 1963 pour exploiter le nouveau secteur des satellites. Le quota des États-Unis ne peut être inférieur à 50,6 %. Dossier 19

4 Flux n 43 Janvier - Mars 2001 Dès son origine, Intelsat constitue pour les États-Unis un moyen de garder la mainmise sur les systèmes de télécommunications spatiales(11): la création d un système mondial unique de télécommunications par satellite est l argument avancé par la Comsat pour soutenir l impossibilité d appartenir à la fois à Intelsat et à un autre système. De plus, elle justifie pour les États-Unis le refus de fournir des lanceurs pour tout satellite commercial indépendant. Ainsi, la position américaine au sein d Intelsat, qui consiste à revendiquer pour Intelsat un monopole en matière de télécommunications spatiales, protège les États-Unis de tout système concurrent. Cette attitude conduit à maintenir, voire creuser, davantage le fossé technologique qui donne à l industrie américaine un quasi-monopole dans le domaine de l utilisation commerciale de l espace. Le NSAM 338: défendre le monopole Le National Security Action Memorandum(12) n 338 est voté en septembre 1965, sous la présidence de Johnson. C est un texte à la fois très dur et très limitatif à l égard de l Europe en matière d assistance technologique sur le secteur des télécommunications spatiales. En effet, ce NSAM établit que les États- Unis ne devront pas apporter à d autres pays d assistance technique qui encouragerait significativement le développement de systèmes de communications par satellite. De plus, ils déclineront toute demande d une nation étrangère impliquant une assistance sur les satellites et les lanceurs, à moins toutefois que cette assistance ne soit obtenue en accord avec les règles d Intelsat et que les conditions d apport de cette assistance soient expressément spécifiées par écrit. Ce texte a très clairement pour objet de défendre le monopole américain sur le secteur des télécommunications spatiales, afin de limiter au maximum le développement des techniques de télécommunications spatiales en Europe. Des transferts de technologie limités: orienter le développement des systèmes spatiaux européens Toutefois, sous certaines conditions précisément circonscrites, les États-Unis effectuent des transferts de technologies au bénéfice de l Europe et de la France. Cette assistance technologique suit trois orientations successives. Le premier volet de la politique américaine consiste à soutenir les programmes européens scientifiques et non commerciaux. Dans cette perspective, les États-Unis offrent depuis 1955 des places gratuites à bord de leurs lanceurs pour les expérimentations scientifiques européennes. Ainsi, la NASA et le CNET signent des accords de collaboration: la NASA met à la disposition de la France des lanceurs américains pour lancer les premiers satellites scientifiques d observation mis au point par le CNET comme Eole ou FR1. Pour les Américains, cette attitude constitue également un moyen d éviter que les Européens cherchent à construire leurs propres lanceurs et acquièrent ce faisant la maîtrise des technologies de propulsion. Dans un deuxième temps, les États-Unis proposent à l Europe de renforcer les projets de coopération, afin de limiter les financements qui atteignent un pic aux États-Unis en matière de télécommunications spatiales. Les Américains proposent à l Europe de prendre part au projet de développement d un satellite scientifique pour une mission d exploration vers le Soleil ou vers Jupiter. Mais les Européens déclinent cette offre: ils sont en réalité plus intéressés par les applications économiques de l espace. Aussi, en 1967, la position américaine se trouve-t-elle contrainte d évoluer, afin d éviter une dispersion des nations européennes, notamment vers des efforts individuels en matière de défense. Comme le théorise en 1966 Mac Namara, secrétaire à la Défense, le but de la politique américaine consiste à détourner les nations européennes du développement de systèmes militaires nucléaires, en les orientant vers les techniques spatiales civiles auxquelles se consacre l ELDO(13), organisation spatiale européenne pour la construction de lanceurs d engins spatiaux. Et puisqu il n est pas possible de les empêcher de développer leur propre système de satellite de télécommunications(14), il faut les inciter à le faire dans le cadre réglementé d Intelsat. En juillet 1966, la NSAM 354 institue des modalités de coopération des États-Unis avec l ELDO pour le développement d un lanceur européen: ils fournissent des logiciels de vol, une assistance et des informations techniques, le concours d ingénieurs américains pour la mise au point d un lanceur utilisant un système de combustion liquide. Un an plus tard en juillet 1967, la NSAM 338 est révisée: elle pose un assouplissement des conditions d assistance technique des États-Unis dans le domaine des télécommunications spatiales: dans les limites fixées par des considérations de sécurité nationale, les États-Unis pourront décliner la mise à disposition de technologies spatiales à d autres nations, c est-à-dire si ces technologies sont critiques pour le développement de satellite de télécommunications, et s il a été déterminé que ces technologies seraient utilisées d une façon incompatible avec le concept et les implications de la poursuite du développement d un systè- 20 Dossier

5 Nguyen - Les échanges technologiques entre la France et les États-Unis: les télécommunications spatiales me global de communications par satellite commercial conforme aux accords de 1964 créant Intelsat. Ainsi, les États-Unis apportent effectivement à la France leurs technologies pour la mise au point de lanceurs; mais il s agit de lanceurs à propulsion à mélange liquide (hydrogène oxygène), afin d éviter l utilisation par la France de combustibles solides, employés pour la réalisation du programme américain de force de frappe. Les contradictions internes de la politique américaine se révèlent à l occasion de la demande des Français et des Allemands à disposer d un lanceur pour Symphonie À la fin des années 1960, la situation devient extrêmement complexe. Trois sujets sont alors étroitement liés: - La négociation du deuxième accord Intelsat qui débute au printemps 1969; -La réponse de la NASA pour le lancement par un engin américain de Symphonie, premier satellite régional qui porterait un premier coup au monopole d Intelsat; - Le développement d un lanceur européen que les Américains veulent éviter. Dans le cadre du programme Post Apollo, la NASA propose en 1969 aux pays européens le développement en commun d une navette et d une fusée à propulsion nucléaire pour les voyages interplanétaires. Le coût de ce programme est évalué à 10 milliards de dollars, et la participation européenne au financement s élèverait à 10 % de ce total. Or ce coût correspond justement pour l Europe à celui du développement de son projet de lanceur(15) qu elle serait contrainte d abandonner dans le cas où elle déciderait d accepter la participation à Post Apollo. L Europe demande alors en compensation la mise à disposition même payante de lanceurs, mais qui soient autorisés à placer sur orbite des satellites commerciaux. Dès lors, l attitude des États-Unis tend à fluctuer, car elle est la synthèse de différentes visions stratégiques et industrielles portées par différents lobbies (notamment les fabricants de satellite commerciaux comme Hughes, l armée, la NASA, les administrations). La question est de savoir s il vaut mieux perdre le monopole sur le secteur des lanceurs ou bien sur celui des satellites. Finalement, après bien des tergiversations, les États-Unis optent pour la seconde solution: en effet, le monopole sur les lanceurs n est plus jugé utile au moment où l on développe une navette qui doit rendre obsolète les lanceurs en cours de développement. Cette attitude aboutit au refus des Européens de participer au programme Post Apollo, ainsi qu à une conclusion des négociations Intelsat peu favorable à l Europe: l accord définitif autorise la mise au point et le lancement de satellites régionaux à condition que deux tiers des membres de l organisation soient d accord. Enfin, les Américains adoptent une position très dure dans l affaire du lancement du satellite franco-allemand Symphonie(16): en 1973, le lancement du satellite par le lanceur européen Europa se solde par un échec: Europa explose après 150 secondes de vol. La France et l Allemagne se tournent alors vers les États-Unis pour le lancement: la fusée américaine Thor-Delta lance Symphonie 1 en décembre 1974, mais les États-Unis ont posé comme condition au lancement le renoncement à toute utilisation commerciale du satellite. Au début des années 1970, il apparaît clairement que la politique spatiale des États-Unis qui consiste à limiter l assistance technologique à un cadre d application très stricte est déterminante dans la décision française et européenne de construire un lanceur européen, et de développer une filière spatiale complète et autonome(17). En 1973 naît l Agence spatiale européenne qui mettra au point le programme L3-S (lanceur n 3 de substitution) ou Ariane. L ATTITUDE DE LA FRANCE: L INDÉPENDANCE À TOUT PRIX Au début des années 1970, la position française, qui avait oscillé entre des programmes de collaboration avec les États-Unis et un développement indépendant, a atteint ses limites avec le refus des Américains de mettre fin à leur monopole sur les lanceurs et les satellites. En mars 1970, le rapport Aigrain(18) formule les grands axes de la politique spatiale française: à terme, l objectif poursuivi consiste dans la réalisation d un programme complet mené sur le plan national, ce qui nécessite l acquisition d une maîtrise autonome des technologies spatiales qui passe par le choix d une collaboration avec l Europe(19). Dans les faits, cette politique se traduit par l effort de la France dans la reconstruction de la politique des lanceurs européens sur des bases différentes d ELDO qui conduit à la création de l Agence spatiale européenne et la mise au point d Ariane, la participation au développement de systèmes régionaux européens comme ECS ou Eutelsat, la réalisation du programme national de télécommunications par satellite Télécom 1. Les pro- Dossier 21

6 Flux n 43 Janvier - Mars 2001 grammes spatiaux américains deviennent un modèle technologique que l Europe cherche à imiter. Le programme Télécom 1: relever le défi américain Le programme français Télécom1, conçu, réalisé et financé par la DGT (Direction générale des télécommunications), est un système de télécommunications dit domestique, c est-à-dire conçu pour un usage national. Les États-Unis ont une réelle avance sur ce type de réseaux: dès la fin des années 1970, quatre systèmes domestiques sont en place aux États-Unis, dont le premier, Westar, a été mis en place en 1974, soit 10 ans avant le lancement de Télécom1. Le concept Télécom1, tant dans les missions qu il doit remplir que dans les technologies qu il met en œuvre, a été défini en référence aux systèmes satellitaires domestiques américains; plus précisément, il est la copie fidèle du dernier système domestique mis en place aux États-Unis, SBS. Le programme américain de télécommunications par satellite SBS, mis au point par la firme IBM, voit le jour en Dans la décennie 1970, IBM a suivi les évolutions de l informatique et commencé à investir le secteur des télécommunications. Début 1978, IBM crée la filiale SBS, chargée de l élaboration et la mise en œuvre d un programme de satellites domestiques. Un rapport de mission de la DAII (Direction des Affaires Industrielles et Internationales) de janvier 1978 présente le nouveau projet d IBM: SBS constitue un réseau de télécommunications par satellite entièrement numérique et à très haute fréquence, tourné vers des applications télématiques pour les entreprises, à savoir des transferts de sons, d images, de données. C est un système à la fois intra et interentreprises. De même, la mission première de Télécom1 consiste dans l acheminement de liaisons télématiques professionnelles. En 1978, les conclusions du rapport Nora-Minc(20) sur L informatisation de la société confirment la pertinence du projet: il constate le fulgurant essor de la télématique et le développement des transferts de données qui constituent un marché en très forte expansion. Il pose le satellite comme moyen privilégié pour répondre efficacement à ces nouveaux besoins de communications. D autre part, ce rapport souligne que la menace pour l avenir vient du mariage des télécommunications et de l informatique en cours de réalisation sous l égide d IBM: la France doit réagir face à la menace de suprématie américaine pour dominer un secteur en pleine expansion. Jean-François Latour(21), directeur de Cabinet de Gérard Théry au moment de la mise en place du programme, déclare, à propos des origines du projet Télécom1: «nous étions obnubilés par SBS». «Devant la montée de la concurrence internationale dans le domaine de la télématique, la France se doit de relever certains défis et faire preuve d initiatives et d ambition. Le satellite Télécom1 constitue une double réponse nationale et à l exportation au géant IBM», dit Gérard Théry, directeur général des télécommunications, dans son discours d août 1979 sur la télématique en Europe. La DGT décide donc en 1978 la mise en place d un système domestique pour les télécommunications d entreprises. Par la suite, d autres missions viendront se greffer afin d assurer la rentabilité du système: vidéotransmission, liaisons avec les Départements d Outre-mer, communications militaires. Le programme Télécom1 revêt une dimension politique forte: répondre au défi américain et affirmer, notamment face aux États-Unis, la souveraineté et l autonomie technique de la France en matière de télécommunications spatiales. Conception technique de Télécom 1 Dans sa définition technique, Télécom1 présente, comme SBS, des spécificités récentes et modernes: en particulier, il utilise le système innovant de transmission AMRT, déjà développé sur le satellite franco-allemand Symphonie. Schématiquement, l AMRT permet à toutes les stations terriennes d émettre vers le satellite sur une fréquence commune: l émission s effectue de manière répétitive et non continue, ce qui permet le partage des capacités du satellite. La réalisation technique et industrielle du système est l occasion pour la France d affirmer son indépendance à l égard des industriels américains. En effet, l industrie américaine prend une part très faible dans la fabrication de Télécom1. En décembre 1979, IBM fait à la DGT la proposition de lui livrer un système dont tous les composants, lanceur, satellite, matériel embarqué et équipements au sol, soient ceux des systèmes les plus avancés. En fait, IBM propose tout simplement une exacte copie de SBS et se heurte à un refus de la DGT. Finalement, le seul industriel américain sollicité dans le cadre de la fabrication de Télécom1 est Ford aerospace pour la réalisation de la charge utile militaire, ce qui nécessite l obtention de licences d exportation de l Administration américaine. La fabrication du système est, conformément aux exigences du gouvernement qui a demandé que l industrie spatiale française réalise la part la plus importante possible du programme, essentiellement française: l industrie nationale réalise 60 % du système Télécom1. La conception du système repose sur une francisation maximale de composants issus de programmes européens: la plate-forme de Télécom1 est dérivée de celle du 22 Dossier

7 Nguyen - Les échanges technologiques entre la France et les États-Unis: les télécommunications spatiales satellite européen ECS, Télécom1 reprend le système de stabilisation sur 3 axes expérimenté sur le satellite franco-allemand Symphonie. Pour la maîtrise d œuvre du système, la DGT en 1980 porte son choix sur le constructeur Matra, allié à British aerospace, contre la proposition d Aérospatiale, allié à l industriel américain Ford et qui propose dans son offre de reprendre pour Télécom1 la technologie développée aux États-Unis pour le programme de satellite indien Insat. En août 1984, le lanceur européen Ariane 3 place Télécom1A sur orbite. Les deux autres satellites du système, Télécom 1B et Télécom 1C, sont lancés en mai 1985 et mars Malgré la perte définitive de Télécom1B à la suite d une panne en janvier 1988, le système Télécom1 reste opérationnel jusqu en Au cours des années 1980, les deux systèmes américain et français SBS et Télécom1 connaissent la même dérive: ils évoluent vers des services de types classiques. Ainsi, 10 % seulement de la capacité de SBS est utilisée pour le trafic interentreprises, le satellite achemine essentiellement des communications téléphoniques classiques et des émissions télévisées. De même, Télécom1, peu exploité pour les communications d entreprises, trouve un débouché fructueux et inattendu dans la transmission audiovisuelle. Si ses résultats commerciaux ne sont pas réellement convaincants, Télécom1 constitue indéniablement une performance technique(22) qui dépasse les prévisions. 25 ans ont donc été nécessaires pour que l Europe et la France comblent leur retard technologique sur les États-Unis dans le domaine des télécommunications spatiales. Durant cette période, la politique spatiale française suit deux axes principaux: le soutien d un programme spatial purement national, une participation active à des projets européens de coopération. Ce rattrapage est incontestablement un succès pour la France et son industrie spatiale qui dispose en 1985 des compétences techniques nécessaires pour mettre en place, dans la suite de Télécom1, un système de télécommunications par satellite de deuxième génération, Télécom2. Plus ambitieux d un point de vue technologique, le programme Télécom2 décidé en 1987 répond à un besoin de continuité des services rendus par Télécom1, avec une augmentation de la capacité et de la puissance des engins. Ce rattrapage marque également par certains aspects l échec d une politique américaine qui n a pas su, notamment à cause de l intransigeance des industriels du secteur, orienter selon ses choix le développement des systèmes de télécommunications spatiales européens en limitant les transferts de technologies à certains domaines. Les États-Unis ne sont pas parvenus à contenir la pression européenne, ni à guider l Europe vers des applications civiles non commerciales comme elle le prévoyait. Le succès français doit néanmoins être relativisé: la réalisation de Télécom1 sur le modèle d un système américain montre malgré tout que les États-Unis demeurent encore la référence par rapport à laquelle se conçoivent les nouveaux programmes de télécommunications spatiales. Anne-Thérèse Nguyen Sa thèse d École Nationale des Chartres, dirigée par le Professeur Pascal Griset, soutenue en 1998, porte sur Les satellites français de télécommunications Télécom Elle est actuellement responsable des archives historiques de BNP Paribas. Elle prépare une thèse de doctorat sous la direction du professeur Pascal Griset «De Symphonie à Télécom 2: la politique de la France dans les télécommunications spatiales». BNP PARIBAS O.A.V. - Archives historiques - 14, rue Bergère Paris cedex 09 tél: fax: Dossier 23

8 Flux n 43 Janvier - Mars 2001 NOTES (1) Le premier satellite de la série ECS est lancé en (2) cf. Lebeau André, L espace: les enjeux et les mythes, Paris, Hachette, 1998, 312 p. (3) Avec le programme Syracuse (système de radiocommunications utilisant un satellite), la France devient le troisième pays occidental après les États-Unis et la Grande-Bretagne à disposer d un système de télécommunications militaires par satellite indépendamment de l OTAN. (4) CNES, CENT, Télécommunications spatiales Secteur spatial Secteur terrien. Systèmes des télécommunications par satellite. Paris, 1983, 451 p. (5) Sur le développement de la coopération européenne en matière de télécommunications spatiales, voir Krige John, Russo Arturo, Sebesta Lorenza coll., Europe in space, , 1994, 210 p. (6) L ELDO regroupe la France, la Grande Bretagne, la RFA, l Australie, la Belgique, l Italie et les Pays-Bas. (7) L ESRO regroupe la Grande Bretagne, la France, l Italie, les Pays-Bas, la Belgique, la RFA, la Suède, la Suisse, le Danemark et l Espagne. (8) Cet argument est valable jusqu à la crise de (9) cf. Voge Jean, «INTELSAT et l organisation mondiale des télécommunications par satellite» dans Le Bulletin de l IDATE n 6, décembre 1966, p (10) Australie, Cité du Vatican, Danemark, Espagne, États- Unis, France, Italie, Japon, Pays-Bas, Royaume Uni. (11) cf. Voge Jean, «Les télécommunications de l aprèsguerre: de l oiseau du matin aux démons de midi, les 25 ans d Intelsat» dans Le Bulletin de l IDATE n 38, 4e trimestre 1989, p (12) Sur les NSAM successifs, voir Butrica Andrew J. ed., Beyond the ionosphere: fifty years of satellite communication, Washington, 1997, 317 p. (13) Créé en mars 1962, l ELDO regroupe la France, la Grande Bretagne, la RFA, l Australie, la Belgique, l Italie et les Pays-Bas. L organisation est dissoute en (14) En juin 1967 la France et la RFA signent un accord pour la réalisation en commun d un satellite franco-allemand de télécommunications, baptisé Symphonie. (15) cf. Bouillot Jean-Claude, Orye Raymond, «Le programme de lanceur lourd européen» dans Bulletin des PTT de France n 6, décembre 1975, p (16) En juin 1967, les gouvernements de France et de RFA signent l accord instituant le programme de satellite Symphonie, qui inaugure avec succès le développement de systèmes régionaux ou nationaux de satellites en Europe. (17) cf. Chadeau Emmanuel dir., L ambition technologique, naissance d Ariane, Paris, Rive droite, 1995, XXII-470 p. (18) Le ministre du Développement industriel et scientifique, Xavier Ortoli, a confié à un groupe de réflexion présidé par Pierre Aigrain, délégué général à la recherche scientifique et technique, une mission de recensement des objectifs possibles de la politique spatiale nationale. (19) cf. Baledent Sophie, «La politique spatiale des télécommunications de l après-guerre à nos jours» dans Cahiers d Histoire des PTT n 1, 1985, p (20) Minc Alain, Nora Simon, L Informatisation de la société, Paris, la Documentation française, 1978, 163 p. (21) Entretien avec Jean-François Latour, 24 février (22) Gailhardis Philippe, «Télécom 1 : bilan et perspectives» dans Revue française des télécommunications n 70, octobre 1989, p Dossier

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance?

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Jouy-le-Moutier, Campus de formation de Veolia Environnement,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) OMPI PCT/R/1/23 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2001 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés Consultation de sociétés d Expert en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés, pour la réalisation d interventions auprès des PME/PMI dans le cadre du programme CAP ENERGIE Contexte

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Innovation. Technologies. People. Expert en solutions de convergence IP

Innovation. Technologies. People. Expert en solutions de convergence IP Innovation. Technologies. People. Expert en solutions de convergence IP BeIP, grossiste expert en solutions de convergence IP, développe des solutions globales en s appuyant sur les technologies les plus

Plus en détail

Croissance organique : 2,4 %

Croissance organique : 2,4 % Communiqué de Presse Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2015 : 872,0 M Croissance organique : 2,4 % Paris, 28 avril 2015 Sopra Steria Group annonce un chiffre d affaires de 872,0 M au 1 er trimestre

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG Baccalauréat Technologique Devoir Commun Session 2014-2015 ***** Histoire- Géographie Série : STMG Durée : 2h30 Coefficient : 2 Les calculatrices ne sont pas autorisées Le candidat doit répondre à toutes

Plus en détail

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS HTTP://WWW.BASELYNE.NET A AFFRONTEMENT DES DEUX BLOCS Les 2 blocs et les grandes crises, 1960-1975 Explosions ou premiers engins opérationnels

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf.

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf. AGEFOS PME Ile-de-France Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf 17 décembre 2009 Contact : Christelle Soury AGEFOS PME IDF Délégation Sud

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1.

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1. Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/80 1 4/ 3/13 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 1 : 1.1 Aperçu général des tendances

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie FEDERATION INTERNATIONALE DE PHILATELIE SECTION FOR ASTROPHILATELY Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie Article 1 : Exposition en compétition Principe fondamental (réf. GREV

Plus en détail

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF Introduction La «catégorisation» des clients correspond à la qualité de client professionnel, client non professionnel ou contrepartie éligible. Cette terminologie juridique correspond à celle employée

Plus en détail

Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse

Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse Media Release Entreprises familiales avec avantages concurrentiels Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse Freienbach, le 24 juin 2014 D après une étude de l entreprise

Plus en détail

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES Charte des PLATEAUX TECHNIQUES L université Blaise Pascal affiche sa volonté de mutualisation de ses équipements scientifiques et sa volonté d ouverture vers son environnement institutionnel et économique.

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Système de Management par la Qualité

Système de Management par la Qualité Système de Management par la Qualité Rapport Technique Référence Rédigé par MAN-01 Jérémie Dhennin Nombre de pages 9 Le 23 juillet 2015 Diffusion non restreinte ELEMCA SAS / RCS Toulouse 790 447 866 425,

Plus en détail

«Cofely Endel apporte la force d un groupe, leader sur le marché de la maintenance. Ses

«Cofely Endel apporte la force d un groupe, leader sur le marché de la maintenance. Ses CHIMIE Maintenance d un centre de stockage NUCLÉAIRE DÉFENSE NUCLÉAIRE PO Augmenter la disponibilité de ses équipements de stockage Avoir un interlocuteur unique sur les prestations de maintenance et capable

Plus en détail

/ L ETUDE / EXPERTISE EN MATIERE INTERNATIONALE

/ L ETUDE / EXPERTISE EN MATIERE INTERNATIONALE / L ETUDE L Etude ZABALDANO est un cabinet d avocats établi en Principauté de Monaco, qui intervient dans les affaires les plus complexes, présentant fréquemment une dimension internationale. Elle représente

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009. Faits marquants

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009. Faits marquants COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009 Faits marquants semestrielle VP + VUL (S1 2008 S2 2009) o Europe 30 pays : + 0,2 point de part de marché (6,3 %

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives RÉSUMÉ Mars 2010 Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives de l UE TERA Consultants L étude a été réalisée par TERA Consultants, un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

Charnières et Verrouillages

Charnières et Verrouillages Toutes les solutions de et Verrouillages La société PINET propose, depuis 6 générations, des produits pour applications industrielles. Comptant parmi les leaders européens, la société investit dans des

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain.

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Professeur Hugh Campbell Université d Otago, Nouvelle-Zélande La politique agricole avant la Deuxième guerre

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant.

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Communiqué de presse 9 octobre 2012 bsw leading swiss agencies Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Les agences

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Débouchés professionnels : des perspectives multiples. Conditions d accès : La formation à L INPT :

Débouchés professionnels : des perspectives multiples. Conditions d accès : La formation à L INPT : Débouchés professionnels : des perspectives multiples Le cursus à l INPT offre des horizons intéressants. Les métiers liés aux Télécoms et TI sont les plus prisés par les lauréats à travers notamment les

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Eutelsat Communications

Eutelsat Communications Eutelsat Communications Réunion Actionnaires à Aix les Bains Le 17 juin 2013 Lisa Finas Relations Investisseurs Agenda Eutelsat et le monde du satellite L activité du Groupe Eutelsat Une performance financière

Plus en détail

Particuliers ou Professionnels

Particuliers ou Professionnels Particuliers ou Professionnels ABSOLUT SECURITE est une société spécialisée dans le gardiennage et la sécurité des biens et des personnes. La prévention, la sécurité et la protection sont les devises de

Plus en détail

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays

Plus en détail

LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR

LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR DOSSIER DE PRESSE LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR PROXIMITE, SERVICE, TECHNOLOGIE Contacts Presse : Sophie ORIVEL : 06 32 10 69 71 Julie SORIEUL : 06 32 14 53 37 presse@asvoyages.fr

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE DU LENDEMAIN

LA TECHNOLOGIE DU LENDEMAIN LA TECHNOLOGIE DU LENDEMAIN Société : VNEXT est une société de conseil et d expertises technologiques dans le domaine de l infrastructure IT, le développement des logiciels et la formation professionnelle.

Plus en détail

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI Prof. Michel LEONARD Département des Systèmes d Information Faculté des Sciences Économiques et Sociales CUI Batelle Bât A 7 route de Drize CH-1227 Carouge Tél. +41 22 379 02 27 Fax. +41 22 379 02 79 Rapport

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET

REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET 25/03/2015 Autorité de Régulation des Télécommunications et de la Poste 1 REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET Salou Abdou DORO ARTP

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

La France, un pays où les cyberattaques ont davantage augmenté en 2015 que dans le reste du monde

La France, un pays où les cyberattaques ont davantage augmenté en 2015 que dans le reste du monde Direction Communication 63 rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. 01 56 57 58 59 Communiqué de presse Contact : PwC, Hélène Coulbault, 01 56 57 88 26, helene.coulbault@fr.pwc.com Neuilly-sur-Seine,

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Inauguration de la première maison «premium» construite en France une maison bois performante et économique en Touraine

Inauguration de la première maison «premium» construite en France une maison bois performante et économique en Touraine 4 ème Forum International Bois Construction 2014 Inauguration de la première maison «premium» construite en France P. Bouyer 1 Inauguration de la première maison «premium» construite en France une maison

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Histoire - métiers de la culture, des archives et du document (MECADOC) de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Description Master General Management

Description Master General Management Description Master General Management L intérêt de ce master, qui s appuie sur un partenariat entre d un côté l école d ingénieur Polytech Annecy Chambéry et de l autre l Institut de Management de l Université

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

L expert-comptable dans l ère 3.0 pour mieux accompagner l entreprise

L expert-comptable dans l ère 3.0 pour mieux accompagner l entreprise L expert-comptable dans l ère 3.0 pour mieux accompagner l entreprise Septembre 2015 www.ges-partners.com Agenda 1. Le cursus de l expert-comptable 2. Les missions classiques de l expert comptable 3. Les

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Orolia annonce ses résultats annuels 2007

Orolia annonce ses résultats annuels 2007 Orolia annonce ses résultats annuels 2007 Un chiffre d affaires consolidé en hausse de 47% par rapport au chiffre d affaires reconstitué 1 de 2006 Paris, le 30 avril 2008 - Orolia SA (NYSE Euronext Paris

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION La performance achats Vous & nous pour transformer vos achats Crop and co Créateur de performance achats Depuis 2004, chez

Plus en détail

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne La société Le groupe Allianz est un des principaux fournisseurs de services globaux dans les domaines de l assurance, de la banque et

Plus en détail

4363 fr - 2009.04 / a EXPERT EN OPTIMISATION ÉNERGÉTIQUE DE SYSTÈMES D ENTRAÎNEMENT. Dossier de demande de Label

4363 fr - 2009.04 / a EXPERT EN OPTIMISATION ÉNERGÉTIQUE DE SYSTÈMES D ENTRAÎNEMENT. Dossier de demande de Label 4363 fr - 2009.04 / a EXPERT EN OPTIMISATION ÉNERGÉTIQUE DE SYSTÈMES D ENTRAÎNEMENT Dossier de demande de Label Préambule Les Moteurs électriques représentent 70% de l électricité consommée dans l industrie

Plus en détail

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance.

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. I-] Contexte général. Le contexte réglementaire français en matière d élimination des

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

CONCEPTION D APPLICATIONS METIERS SUR MESURE. Comment concilier autonomie des utilisateurs & gouvernance IT?

CONCEPTION D APPLICATIONS METIERS SUR MESURE. Comment concilier autonomie des utilisateurs & gouvernance IT? CONCEPTION D APPLICATIONS METIERS SUR MESURE Comment concilier autonomie des utilisateurs & gouvernance IT? S adapter ou périr : la pérennité des entreprises dépend plus que jamais de leur capacité à évoluer

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

Qui sommes nous? L équipe chargée de la gestion. Last Mile Keeper

Qui sommes nous? L équipe chargée de la gestion. Last Mile Keeper Last Mile Keeper Last Mile Keeper Qui sommes nous? Nous sommes une société de service global s occupant de technologie de l information (IT), au sens le plus large, et cherchant à développer des technologies

Plus en détail

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION Distr. GENERALE A/AC.237/38 16 août 1993 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMITE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION D UNE CONVENTION-CADRE SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES Huitième session Genève, 16-27 août

Plus en détail

Un atout majeur : l appartenance à un groupe financier solide CHIFFRE D AFFAIRES 2010. 25,3 milliards d euros 8000

Un atout majeur : l appartenance à un groupe financier solide CHIFFRE D AFFAIRES 2010. 25,3 milliards d euros 8000 Une expertise internationale de l assurance vie Cardif Lux International, anciennement Investlife, a été fondée en 1994 par Cardif et BNP Paribas Luxembourg. C est un des leaders de l assurance vie internationale

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

VOS INFORMATIONS ONT UNE VIE. Nous sommes là pour vous accompagner à chaque étape

VOS INFORMATIONS ONT UNE VIE. Nous sommes là pour vous accompagner à chaque étape VOS INFORMATIONS ONT UNE VIE 444444444444444444444444444444444444444444444444444444444444444444444444444444444444444444444444 Nous sommes là pour vous accompagner à chaque étape GESTION INTÉGRÉE DE L INFORMATION

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 Le processus d investissement Organismes /Agences Analyse

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail