Note d Åtonnement. Session du mercredi 24 octobre Comment rester leader sur le marchä des lanceurs?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Note d Åtonnement. Session du mercredi 24 octobre 2012. Comment rester leader sur le marchä des lanceurs?"

Transcription

1 Note d Åtonnement Session du mercredi 24 octobre 2012 Comment rester leader sur le marchä des lanceurs? INTRODUCTION Arianespace et Ä travers elle, l Europe spatiale, sont aujourd hui les acteurs leaders, certes sur le marchç des lanceurs, mais plus encore dans le domaine des lancements commerciaux. Il y a chaque annçe entre 40 et 50 lancements de par le monde et finalement un assez petit nombre de lancements commerciaux. Six puissances spatiales ont la capacitç d effectuer des lancements : les États-Unis, l Europe, la Russie, l Inde, la Chine et le Japon. La plupart de ces puissances effectue des lancements Ä des fins gouvernementales, c est le cas de la Russie, mais c est aussi celui des États-Unis, de l Inde, de la Chine et du Japon ; seule l Europe se retrouve dans une configuration opposçe, car effectuant l essentiel de ses lancements Ä des fins commerciales. IDÅES CLÅS L effort europåen en faveur d un accçs indåpendant É l espace En 1973, la France et l Allemagne achevaient de dçvelopper leur premier satellite de tçlçcommunications, Symphonie, 1 dont le lancement allait provoquer une crise intergouvernementale. Suite Ä l Çchec du lanceur Europa II et Ä l abandon du programme correspondant, il avait ÇtÇ dçcidç que les satellites seraient lancçs par la fusçe amçricaine Thor-Delta Mais l accord proposç par le DÇpartement d'état amçricain s avçra particuliñrement astreignant puisque toute utilisation commerciale de Symphonie Çtait proscrite. C est alors qu a ÇtÇ prise, en juillet 1973, la dçcision de fusionner l European Launcher Development Organisation avec le Conseil EuropÇen de Recherches Spatiales pour donner naissance Ä l'agence Spatiale EuropÇenne (ESA), en charge de dçvelopper un nouveau lanceur europçen : Ariane. Six ans plus tard, dans la nuit de NoÖl 1979, Ariane effectuait son premier vol. Le marchç europçen Çtait alors estimç Ä deux lancements en moyenne par an. Un tel rythme ne permettant pas de maintenir une cadence suffisante pour assurer une production industrielle et une exploitation fiable du systñme, l ajout de lancements commerciaux s est imposç. Toutefois, les rñgles de fonctionnement de l ESA, avec la nçcessitç de prendre les dçcisions Ä l unanimitç, ne se prütant 1 Le projet faisait suite Ä une convention signçe en 1967, aux termes de laquelle les gouvernements des deux pays s engageaient sur la construction, le lancement et l utilisation d un premier satellite expçrimental de tçlçcommunications, Symphonie, ainsi que pour la construction et la rçalisation des stations terrestres nçcessaires Ä l utilisation des satellites. La Belgique s est ultçrieurement jointe au programme. La maátrise d œuvre industrielle du projet a ÇtÇ confiçe au consortium CIFAS, composç de six sociçtçs, trois franâaises et trois allemandes : Aerospatiale (chef de file), Messerschmitt-Bälkow-Blohm, Thomson-CSF, Siemens AG, SAT, AEG-Telefunken. 1

2 pas Ä la production industrielle et Ä la commercialisation du lanceur, la crçation d une sociçtç commerciale Çtait dçcidçe. Arianespace a ÇtÇ crççe avec pour mandat premier d opçrer aux lancements des satellites de souverainetç europçens mais en s appuyant sur le marchç commercial. Le succñs est allç bien au-delä des espçrances. Aujourd hui, plus de la moitiç des satellites commerciaux en orbite ont ÇtÇ lancçs par Ariane. Un succçs industriel et opårationnel Depuis la nuit de NoÖl 1979, les lanceurs Ariane ont mis en orbite plus de 300 satellites. Ariane 5 vient d enregistrer 51 succñs d affilçe et fütera bientãt 10 ans de succñs continu. Avec Ariane 5, l'europe s'est dotçe d'un lanceur lourd, Çconomique et performant, capable de placer en orbite les plus gros satellites (jusqu'ä 20 tonnes en orbite basse). Il est nçanmoins apparu essentiel pour Arianespace de dçvelopper un nouveau concept : celui d une gamme de lanceurs. A la fin des annçes 1990, le lanceur russe Soyouz (lanceur moyen versatile) s est associç Ä l offre europçenne et depuis mi-2011, le lanceur est exploitç par Arianespace depuis le Centre Spatial Guyanais, avec un premier vol effectuç le 21 octobre Depuis lors, deux autres vols ont ÇtÇ rçalisçs, dont le dernier pour mettre en orbite deux satellites supplçmentaires de la constellation Galileo. Il restait nçanmoins un marchç non satisfait : celui des petits satellites. L'ESA a donc lancç en 1998 le dçveloppement d'un petit lanceur : Vega (Vettore Europeo di Generazione Avanzata). Son objectif est de proposer un accñs Ä l'espace facile et rapide Ä un tarif attractif. Vega est ainsi venu parachever la gamme ; il peut emporter jusqu Ä kg sur une orbite circulaire hçliosynchrone Ä 700 km d'altitude et jusqu'ä 2 tonnes pour certaines orbites ainsi que des microsatellites en tant que charges utiles auxiliaires. Son fonctionnement a ÇtÇ qualifiç par le vol inaugural du 13 fçvrier Un succçs commercial Arianespace est ainsi devenu l acteur de rçfçrence pour les lancements commerciaux. Tous lancements confondus Ariane, Soyouz et Vega la sociçtç a opçrç 70 succñs d affilçe, sur presque dix ans. ç deux reprises, neuf lancements d Ariane 5 ont ÇtÇ effectuçs sur une pçriode de douze mois. Pour 2012, un total de dix lancements est prçvu dont sept ont dçjä eu lieu : cinq lancements d Ariane 5 auxquels s ajoutent le vol inaugural de Vega et un lancement Soyouz. Ces derniers devraient Ütre suivis de deux lancements d Ariane 5 (les 9 novembre et 19 dçcembre) et d un lancement de Soyouz (le 30 novembre). Le carnet de commandes s ÇlÑve aujourd hui Ä plus de 4milliards d euros, reprçsentant trois annçes d activitç. 2 Un succçs politique L indçpendance offerte Ä l Europe en matiñre de lancements est un ÇlÇment primordial de sa souverainetç. En outre, le succñs d Arianespace, exemple emblçmatique d une coopçration europçenne rçussie, contribue au rayonnement mondial du continent. La sociçtç signe aujourd hui d importants contrats en Asie Pacifique (en CorÇe, au Japon, Ä Singapour et en Australie) ; cette rçgion constitue un rçservoir de croissance puisque d importants investissements restent Ä rçaliser et les satellites sont le plus souvent la solution la plus efficace en l absence d infrastructures terrestres adaptçes. Par ailleurs, avec l Arabie Saoudite, les Émirats 2 Une vingtaine de lancements d Ariane 5, treize Soyouz et trois Vega. 2

3 Arabes Unis et le Qatar, la rçgion du Golfe continue d Ütre dynamique, en müme temps que de nouveaux marchçs apparaissent en AmÇrique latine. 3 En termes d emplois, l activitç d Arianespace est un moteur de dçveloppement technologique et de soutien Ä l industrie. Elle garantit l emploi en Europe de prñs de personnes hautement qualifiçes, auxquelles il convient d ajouter personnes en Guyane, avec sur place aussi un effet multiplicateur considçrable. Quels efforts É venir? La disponibilitç et la fiabilitç de la capacitç de lancement d Arianespace constituent les conditions essentielles de la pçrennitç de l industrie spatiale europçenne. Dans un contexte assez difficile pour la concurrence, cette capacitç de lancement est aujourd hui la carte de visite d Arianespace. Il s agit donc de poursuivre les efforts entrepris afin d amçliorer la performance de faâon continue et graduelle. Ces amçliorations sont d ailleurs perceptibles d un vol Ä l autre. Un autre aspect concerne la flexibilitç des solutions de lancement que la politique de gamme mise en place par Arianespace doit permettre d offrir. Arianespace a dorçnavant accñs Ä l intçgralitç du marchç. Dans ce contexte d une offre Çlargie, l enjeu est de restreindre les risques techniques et calendaires sur certains segments du marchç : par exemple pour les envois en orbite de transfert gçostationnaire (GTO), Soyouz pouvant Çventuellement se substituer Ä Ariane 5 pour le transport de satellites de masses infçrieures Ä 3,2 tonnes. Cette compatibilitç Ariane 5 / Soyouz amçliore d autant la garantie de bonne fin de la commande. De la müme faâon, il y a un recoupement important entre Soyouz et Vega. Deux mçtiers apparaissent complçmentaires : La mañtrise d œuvre de fabrication des lanceurs Pour Ariane, cette maátrise d œuvre a ÇtÇ confiçe Ä Astrium ; pour Soyouz, ce sont les Çquipes russes de TsSKB Progress installçes Ä Samara en Russie ou maintenant Ä Sinnamary prñs de Kourou ; pour Vega, c est la joint-venture ELV SpA, constituçe par Avio et ASI. La mañtrise d œuvre des opårations de lancement en Guyane Arianespace a dçveloppç ce mçtier avec des synergies techniques mais aussi Çconomiques sur les trois systñmes de lancement. Soyouz et Vega sont ainsi lancçs dans les trous du calendrier de lancement d Ariane, ce qui permet d optimiser la dçpense. C est ainsi que les coéts rçcurrents des campagnes de lancement d Ariane ont pu Ütre rçduits de 20 %. Enfin, il faut bien garder en mçmoire qu Arianespace ne propose pas un ou des lanceurs, mais un service et des solutions de lancement dont la performance se mesure aussi Ä la capacitç Ä dçvelopper des solutions sur-mesure, Cette capacitç se nourrit d une proximitç toujours plus forte avec les clients (par exemple, par la prçsence de bureaux Ä l Çtranger) et dçpasse largement les aspects techniques, avec par exemple la mise en place de schçmas d assurance et de financement innovants et parfois complexes. 3 Arianespace assure aujourd hui 64 % des lancements de satellites commerciaux en Asie-Pacifique, contre 54 % en Europe et 47 % sur le continent amçricain. 3

4 COMBIEN ÇA COÉTE? 150 millions d euros pour un lancement d Ariane euros pour placer en orbite de transfert gäo-stationnaire une masse d un kilogramme Arianespace peut Ä juste titre Ütre considçrç comme un succñs collectif, de l ESA, des États membres et de l industrie europçenne. MARCHÅ DES LANCEURS LES CRITÖRES D UN LEADERSHIP DURABLE Le critüre däterminant pour une position de leader sur le marchä tant institutionnel que commercial des lanceurs est la fiabilitä et la disponibilitä sur une longue päriode du systüme de lancement ; cette double condition englobe la capacitä á räaliser á coàts maâtrisäs des lancements multiples sans Ächec et celle de räaliser le lancement au moment requis (dans un intervalle de temps le plus räduit possible). La compätitivitä prix est un ÄlÄment important, mais non näcessairement däterminant sur longue päriode par rapport á d autres facteurs : le support public, en termes diplomatique ou de crädit export, est un ÄlÄment d importance croissante alors qu une part plus importante des commandes pourrait venir de rägions Ämergentes et inclure un mix d organisations gouvernementales et d opärateurs de petite taille. Disposer d un lanceur fiable et disponible n est possible qu á trois conditions : 1. un support politique fort et continu pour financer la R&D ; 2. un engagement politique relatif au financement de l exploitation ; 3. la mise en place d un process industriel qui implique la präsence de cadences suffisantes de lancement. Un support politique fort et continu L obtention d un soutien politique fort et Älargi en Europe implique une clarification des objectifs des acteurs europäens quant á l accüs autonome á l orbite gäostationnaire et á son utilisation. La dimension stratägique des satellites gäostationnaires institutionnels europäens doit ãtre renforcäe et valorisäe, mãme si leur nombre est limitä (satellites d observation de la terre et satellites militaires). Un engagement politique sur le financement de l exploitation Il convient de valoriser l utilisation de services par les gouvernements sur des systümes gäostationnaires mãme si cela ne correspond pas á des satellites propriätaires, via par exemple : la disponibilitä á l Ächelle nationale des tälävisions publiques ; la capacitä pour ces acteurs de la TV d accäder / de proposer des contenus vidäo á travers la planüte (par exemple en mutualisant leurs services á travers l Union europäenne de radiodiffusion) ; la disponibilitä de räseaux fermäs, par exemple pour les communications militaires ou les räseaux des ambassades ; l utilisation croissante de communications vers les navires et aäronefs. Ces services Ätant fournis essentiellement par des systümes commerciaux, l un des enjeux est de changer le regard des Åtats sur l utilisation commerciale de l espace, en la percevant comme source d Äconomies pour diffärents services publics. L accås autonome Ç l espace devient dans ce cas un moyen de pérenniser l accås aux services publics. La mise en place d un process industriel et de cadences Les Åtats europäens ont lancä 13 satellites gäostationnaires au cours de la däcennie å moins d un changement radical de stratägie, ce nombre ne devrait pas augmenter de beaucoup au cours de cette däcennie. Aussi, l obtention de cadences d au moins 5 4

5 lancements par an (pour des lancements doubles) implique de gagner une part importante du marchä commercial (18 á 20 commandes ouvertes par an). Le marché commercial devient une condition pour l optimisation du coñt du programme de lancement. Cet ÄlÄment doit ãtre considärä comme assumä par les autoritäs publiques dans leur contribution au programme, et dans la däfinition de nouvelles initiatives. Les lancements commerciaux doivent düs lors ãtre apprähendäs comme une source de räduction des coàts et non comme une däpense. Le maintien d une position de leader, qui däpendra pour beaucoup de la continuitä du soutien public, imposera de däpasser les antagonismes entre les marchäs institutionnels et commerciaux. ÅLÅMENTS POUR UNE ANALYSE PROSPECTIVE Ariane 6 NLS versus Ariane 5 ME Le projet Ariane 5 ME (è mid-life evolution ê) a ÇtÇ imaginç pour porter la capacitç et la performance des lancements lourds europçens jusqu Ä 2025, date prçvue pour l avñnement d Ariane 6 et d un NLS new launcher system. Les transformations envisagçes (principalement sur l Çtage supçrieur) permettraient un gain de performance de 20 %, pour un premier vol Ä la fin de la dçcennie. Pour les industriels maátres d œuvre (Astrium / Safran), ce passage par la case è ME ê permettra de profiter pleinement des compçtences de leurs bureaux d'çtudes. Un compromis a ÇtÇ trouvç entre l industrie et le CNES portant sur le financement de trois Çtudes : un premier paquet de technologies communes Ä Ariane 6 et Ariane 5 ME, un deuxiñme dçdiç Ä Ariane 6, et le dernier propre Ä Ariane 5 ME. 4 Ce compromis doit Ütre validç en novembre lors de la rçunion au niveau ministçriel du Conseil de l ESA, qui reportera le choix final en Si les diffçrences de points de vue et les Çchanges techniques sont lçgitimes, car les choix sont effectivement draconiens (et complexifiçs par les Çvolutions technologiques en cours 5 ), il est important pour l image du secteur et le climat d affaires d Ariane que la cohçsion l emporte. Quel juste niveau pour le soutien public? La subvention d exploitation d Arianespace s ÇlÑve aujourd hui Ä 120 millions d euros annuels, contre 240 millions d euros il y a dix ans. En dçpit du de la hausse de la paritç euro / dollar, la è perte ê est considçrable. La subvention reprçsentait 30 % du chiffre d affaires de la sociçtç Ä cette Çpoque, contre 8 % aujourd hui. 6 ç l heure oë il est de bon ton de stigmatiser le soutien public, Arianespace n a pas Ä prçsenter d Çtat d íme. Au regard des modes d exploitation pratiquçs ailleurs, et notamment aux États-Unis, le systñme europçen d organisation du marchç des lanceurs s avñre müme in fine particuliñrement efficient ; il permet aux États membres de profiter de tarifs commerciaux autrement plus avantageux que ceux pratiquçs aux États-Unis ou ailleurs. 7 Alors que le soutien public Ä l industrie spatiale est aussi aux États-Unis ou ailleurs complñtement acquis, les discussions en Europe sont plus laborieuses. Au dçmarrage du programme Galileo, la Commission europçenne avait müme imaginç, lors de sa premiñre consultation, acheter ses satellites aux États-Unis et les faire lancer par des lanceurs chinois 4 L option reprçsenterait pour la France un investissement de 300 millions d'euros, rçparti en trois tiers. 5 Ces Çvolutions concernent tant les systñmes de lancement que les satellites (avec par exemple la propulsion Çlectrique). 6 Cette subvention d exploitation retourne directement aux industriels de la filiñre, qui bçnçficient indirectement d autres aides, Ä l instar des pas de tir de Guyane, entiñrement financç par les États. 7 Ces tarifs commerciaux s appliquent notamment pour la majoritç des lancements de satellites de tçlçcommunications, y compris les satellites militaires. 5

6 Un ciel Ü serein Ä Si le marchç des lanceurs laisse apparaátre un dçbut de surcapacitç, le constat n a pas de quoi effrayer car cette surcapacitç reste trñs thçorique. Les vicissitudes s enchaánant pour certains acteurs, les difficultçs d appropriation de l espace s imposant aux nouveaux entrants, etc., le marchç des lanceurs restera pour un temps encore relativement è serein ê pour les acteurs traditionnels. Arianespace doit cependant se garder d une situation qui frãlerait le monopole. CONCLUSION L industrie des lancements est pour l Europe une è affaire ê qui marche. L ESA a engendrç le lanceur le plus fiable du monde, mais ce succñs n est pas le seul : l ESA a un programme de recherche remarquable et ses missions spatiales dçtiennent statistiquement le record du taux de succñs le plus ÇlevÇ. 8 Cette brillante histoire devrait Ä elle seule susciter l intçrüt des politiques. Qu en est-il exactement? Avec Arianespace, ils reâoivent au moins un rappel de ce succñs quasiment tous les mois. Martine LE BEC rädactrice en chef adjointe de la revue Prospective StratÄgique rapporteur du Cercle Espace 8 Voir Ä ce sujet la tribune de Jean-Franâois Clervoy, Michel Tognini, Jean-Pierre HaignerÇ, LÇopold Eyharts et Philippe Perrin, astronautes de l ESA, Le Monde, Science et Techno, novembre

Les MatiÄres PremiÄres comme classe d actifs financiers

Les MatiÄres PremiÄres comme classe d actifs financiers Les MatiÄres PremiÄres comme classe d actifs financiers Santiago Tavolaro, Consultant senior Les Commodities sont depuis des däcennies une classe d actifs propre, Ç cheval entre le monde financier et l

Plus en détail

Note d Åtonnement. Session du lundi 10 däcembre 2012. GAZ NATUREL Quelle dynamique de marchäs?

Note d Åtonnement. Session du lundi 10 däcembre 2012. GAZ NATUREL Quelle dynamique de marchäs? Note d Åtonnement Session du lundi 10 däcembre 2012 GAZ NATUREL Quelle dynamique de marchäs? PROBLÅMATIQUE Que se passe-t-il aujourd hui pour le dernier maillon de la chaåne de l Çnergie : le consommateur

Plus en détail

CONSEIL EN MANAGEMENT ORGANISATION ET SYSTEME D INFORMATION. ALTER ORGA SARL 3 rue Desgenettes 93110 Rosny sous Bois

CONSEIL EN MANAGEMENT ORGANISATION ET SYSTEME D INFORMATION. ALTER ORGA SARL 3 rue Desgenettes 93110 Rosny sous Bois CONSEIL EN MANAGEMENT ORGANISATION ET SYSTEME D INFORMATION ALTER ORGA SARL 3 rue Desgenettes 93110 Rosny sous Bois Contact : Daniel BERTRAND TÅl : 06 80 03 18 78 E-mail : daniel.bertrand@alter-orga.com

Plus en détail

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 17 février 2009. RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES AFFAIRES

Plus en détail

RAPPORT N 308. Par M. Bertrand AUBAN, Sénateur SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 FAIT. Enregistré à la Présidence du Sénat le 29 janvier 2013

RAPPORT N 308. Par M. Bertrand AUBAN, Sénateur SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 FAIT. Enregistré à la Présidence du Sénat le 29 janvier 2013 N 308 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Enregistré à la Présidence du Sénat le 29 janvier 2013 RAPPORT FAIT au nom de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées (1) sur

Plus en détail

L exercice 2012 en synthåse. DÇlÇgation de Service Public Pour la gestion et la mise en œuvre de la politique touristique de Nantes MÇtropole

L exercice 2012 en synthåse. DÇlÇgation de Service Public Pour la gestion et la mise en œuvre de la politique touristique de Nantes MÇtropole L exercice 2012 en synthåse DÇlÇgation de Service Public Pour la gestion et la mise en œuvre de la politique touristique de Nantes MÇtropole 1. Accueil et Services aux visiteurs En 2012, l activitå de

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE / CNR TOUS RISQUES CHANTIER

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE / CNR TOUS RISQUES CHANTIER ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE / CNR ET TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE ARTICLE 1 PRESENTATION DE L OPERATION...3 1.1 - Lieu d implantation...3 1.2 - CaractÅristiques de l ouvrage...3 1.3

Plus en détail

La traduction financiäre Å la croisçe des chemins Michel Rochard, article pour la revue Traduire, né204 (fçvrier 2005)

La traduction financiäre Å la croisçe des chemins Michel Rochard, article pour la revue Traduire, né204 (fçvrier 2005) La traduction financiäre Å la croisçe des chemins Michel Rochard, article pour la revue Traduire, né204 (fçvrier 2005) La traduction financiäre est un domaine mal connu, un petit monde Å part! Est-il homogäne

Plus en détail

2 Le transport spatial : une ambition stratégique, une priorité à la baisse des coûts

2 Le transport spatial : une ambition stratégique, une priorité à la baisse des coûts 2 Le transport spatial : une ambition stratégique, une priorité à la baisse des coûts PRÉSENTATION L accès de l Europe à l espace, pour l essentiel organisé dans le cadre de l Agence spatiale européenne

Plus en détail

La räponse du traducteur par Michel Rochard de la Banque de France

La räponse du traducteur par Michel Rochard de la Banque de France ACTES DU COLLOQUE La räponse du traducteur par Michel Rochard de la Banque de France Denise Baccara: Ä Michel Rochard est traducteur-räviseur Å la Banque de France et enseignant Å l'esit. Nous lui avons

Plus en détail

93 Äme ASSEMBLEE GENERALE DES ANCIENS ELEVES DE L EPIL

93 Äme ASSEMBLEE GENERALE DES ANCIENS ELEVES DE L EPIL 14 Octobre 2012 93 Äme ASSEMBLEE GENERALE DES ANCIENS ELEVES DE L EPIL ORDRE DU JOUR 09 H 30 Accueil (BenoÉt SCHUERS) 09 h 45 CÇlÇbration (L abbç Robert COISNE ) 10 h 45 DÇpÑt de gerbe (BenoÉt SCHUERS)

Plus en détail

Ä Un CRM, pour quoi faire? Å

Ä Un CRM, pour quoi faire? Å Ä Un CRM, pour quoi faire? Å page 1 Un CRM, pour quoi faire? DÇroulÇ de la prçsentation: DÇfinitions Attentes: au-delé de l outil StratÇgies d implantation: la stratçgie est essentielle Exemples de contenus

Plus en détail

SÄANCE du CONSEIL MUNICIPAL de POLIGNÄ Vendredi 29 Janvier 2010

SÄANCE du CONSEIL MUNICIPAL de POLIGNÄ Vendredi 29 Janvier 2010 SÄANCE du CONSEIL MUNICIPAL de POLIGNÄ Vendredi 29 Janvier 2010 L'an DEUX MILLE DIX le 29 JANVIER Ä 20 heures, le Conseil Municipal dåment convoquç, s'est rçuni en session ordinaire, Ä la Mairie de PolignÇ,

Plus en détail

MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES D ASSURANCES DOMMAGES OUVRAGE MARCHE A LOTS SEPARES ACTE D ENGAGEMENT

MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES D ASSURANCES DOMMAGES OUVRAGE MARCHE A LOTS SEPARES ACTE D ENGAGEMENT MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES D ASSURANCES DOMMAGES OUVRAGE MARCHE A LOTS SEPARES ACTE D ENGAGEMENT Pouvoir Adjudicateur : EPSoMS Intercommunal Georges Couthon & Nicolas Roussel 5-7 rue Pierre Rollin

Plus en détail

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP FÉDÉRATION FRANÇAISE DES ASSOCIATIONS PHILATÉLIQUES RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP Préambule Le présent texte est issu de

Plus en détail

Les travaux en copropriété au regard de la loi et de la jurisprudence

Les travaux en copropriété au regard de la loi et de la jurisprudence Les travaux en copropriété au regard de la loi et de la jurisprudence Conférence du 30 janvier 2008 Michel V. VASSILIADES PremiÄre Partie : Les travaux privatifs råalisås par des copropriåtaires A Travaux

Plus en détail

Economie du satellite: Conception de Satellite, Fabrication de Satellite, Lancement, Assurance, Performance en orbite, Stations de surveillance

Economie du satellite: Conception de Satellite, Fabrication de Satellite, Lancement, Assurance, Performance en orbite, Stations de surveillance Cours jour 2 Economie du satellite: Conception de Satellite, Fabrication de Satellite, Lancement, Assurance, Performance en orbite, Stations de surveillance Acquisition de satellite, Bail, Joint-Ventures,

Plus en détail

REMPLACEMENT DU SYSTEME TELEPHONIQUE DE LA MAIRIE DE HOERDT

REMPLACEMENT DU SYSTEME TELEPHONIQUE DE LA MAIRIE DE HOERDT COMMUNE DE HOERDT 1, rue de la Tour BP 302 67728 HOERDT CEDEX Tel. : 03.88.68.20.10 Fax. : 03.88.51.74.24 Mail. : mairie@hoerdt.fr www.hoerdt.fr REMPLACEMENT DU SYSTEME TELEPHONIQUE DE LA MAIRIE DE HOERDT

Plus en détail

RÄglement. de fonctionnement. ALJT - SiÄge Social : 18/26 rue Goubet - PARIS

RÄglement. de fonctionnement. ALJT - SiÄge Social : 18/26 rue Goubet - PARIS RÄglement de fonctionnement L Association pour le logement des jeunes travailleurs (ALJT) est une association qui œuvre dans le domaine de l Çconomie sociale et qui s est spçcialisçe dans l administration

Plus en détail

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie FEDERATION INTERNATIONALE DE PHILATELIE SECTION FOR ASTROPHILATELY Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie Article 1 : Exposition en compétition Principe fondamental (réf. GREV

Plus en détail

MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES D ASSURANCES TOUS RISQUES CHANTIERS ACTE D ENGAGEMENT

MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES D ASSURANCES TOUS RISQUES CHANTIERS ACTE D ENGAGEMENT MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES D ASSURANCES TOUS RISQUES CHANTIERS ACTE D ENGAGEMENT Pouvoir Adjudicateur : EPSoMS Intercommunal Georges Couthon & Nicolas Roussel 5-7 rue Pierre Rollin 80090 Amiens Prestataire

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse.

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. A B C 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. 1. Quel est l argument de tous ces documents? 4. Helios est un film L espace traditionnel La Terre en relief Les avions en noir et blanc 2. Dans

Plus en détail

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3 Les fusées Ariane Par Jennifer MOULLET, 3 3 Sommaire: I) le contexte A: recommencer après un échec B: de nombreux enjeux internationaux et un grand succès II) présentation des fusées A: Généralités B:

Plus en détail

Maquette papier à monter éch. 1/100 e

Maquette papier à monter éch. 1/100 e Maquette papier à monter éch. 1/100 e ESA/CNES/Arianespace/CSG Service Optique, 2005 liste prestigieuse : EADS Space Transportation, la Snecma, Alcatel, Air Liquide, Volvo, Sabca, Contraves, Man, Avio,

Plus en détail

DOMMAGE OUVRAGE/CONSTRUCTEUR NON REALISATEUR MARCHE A LOTS SEPARES

DOMMAGE OUVRAGE/CONSTRUCTEUR NON REALISATEUR MARCHE A LOTS SEPARES MARCHE DE PRESTATION DE SERVICE D ASSURANCES DOMMAGE OUVRAGE/CONSTRUCTEUR NON REALISATEUR MARCHE A LOTS SEPARES CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Procédure adaptée Pouvoir Adjudicateur :

Plus en détail

«Cofely Endel apporte la force d un groupe, leader sur le marché de la maintenance. Ses

«Cofely Endel apporte la force d un groupe, leader sur le marché de la maintenance. Ses CHIMIE Maintenance d un centre de stockage NUCLÉAIRE DÉFENSE NUCLÉAIRE PO Augmenter la disponibilité de ses équipements de stockage Avoir un interlocuteur unique sur les prestations de maintenance et capable

Plus en détail

Consolider ses financements, en trouver de nouveaux? Optimiser la relation Entreprises / Banques! SOMMAIRE

Consolider ses financements, en trouver de nouveaux? Optimiser la relation Entreprises / Banques! SOMMAIRE Optimiser la relation Entreprises / Banques! SOMMAIRE 2 QUESTIONS A SE POSER SUR VOS RELATIONS BANCAIRES. 2 CAS PRATIQUES : NEGOMOB et COSMETO. 6 POINTS d OPTIMISATION DE LA RELATION ENTREPRISE / BANQUE.

Plus en détail

CENTRE SPATIAL DE GUYANE «Le Port spatial de l Europe» Missions et opérations par Philippe Noël, ISSAT

CENTRE SPATIAL DE GUYANE «Le Port spatial de l Europe» Missions et opérations par Philippe Noël, ISSAT CENTRE SPATIAL DE GUYANE «Le Port spatial de l Europe» Missions et opérations par Philippe Noël, ISSAT 1 Sommaire La Base de lancement - définition - caractéristiques - les principales bases Les phases

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE WWW.ENVIROFLUIDES.COM

DOSSIER DE PRESSE WWW.ENVIROFLUIDES.COM DOSSIER DE PRESSE WWW.ENVIROFLUIDES.COM Site de e-commerce spécialisé dans les fluides industriels (froid, air comprimé, régulation,...) destiné principalement aux industriels, et spécialistes. Site proposant

Plus en détail

Orolia annonce ses résultats annuels 2007

Orolia annonce ses résultats annuels 2007 Orolia annonce ses résultats annuels 2007 Un chiffre d affaires consolidé en hausse de 47% par rapport au chiffre d affaires reconstitué 1 de 2006 Paris, le 30 avril 2008 - Orolia SA (NYSE Euronext Paris

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

Activité 34 Du bateau à la fusée

Activité 34 Du bateau à la fusée Activité 34 Du bateau à la fusée Chronologie de la conquête spatiale 1957 4 octobre : premier satellite artificiel Spoutnik lancé par l'union Soviétique. 3 novembre : Spoutnik 2 (URSS) emporte dans l'espace

Plus en détail

Ä Autour de la rupture pour motif Åconomique Ç

Ä Autour de la rupture pour motif Åconomique Ç Association franäaise de Droit du travail et de la SÅcuritÅ sociale ------------------------------------------- 5, rue du Renard 75004 Paris - fax : 01.42.71.24.27 mail : afdt.asso@gmail.com- http://www.afdt-asso.fr

Plus en détail

note n 03/12 L avenir de Vega : quel marché et quels défis pour le nouveau lanceur européen? (12 mars 2012) L u c i a M a r t a Introduction

note n 03/12 L avenir de Vega : quel marché et quels défis pour le nouveau lanceur européen? (12 mars 2012) L u c i a M a r t a Introduction note n 03/12 L u c i a M a r t a Chargée de recherche à la Fondation pour la Recherche Stratégique L avenir de Vega : quel marché et quels défis pour le nouveau lanceur européen? (12 mars 2012) Introduction

Plus en détail

LA POLITIQUE SPATIALE DE

LA POLITIQUE SPATIALE DE LA POLITIQUE SPATIALE DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL L espace représente pour la France et pour l Europe dont elle ne peut ni ne doit être dissociée, un enjeu à la fois technique, scientifique,

Plus en détail

Concours d accås en 4 Äme annåe (Master 1) du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Marketing (Master Marketing) DurÅe : 3 heures

Concours d accås en 4 Äme annåe (Master 1) du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Marketing (Master Marketing) DurÅe : 3 heures Concours d accås en 4 Äme annåe (Master 1) du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Marketing (Master Marketing) DurÅe : 3 heures Partie I : Questions (8 points) DÄfinissez les concepts

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

PrÄsentation de la licence professionnelle LEA HÅtellerie Ç Tourisme Option accueil Ç håtellerie Ç restauration - international

PrÄsentation de la licence professionnelle LEA HÅtellerie Ç Tourisme Option accueil Ç håtellerie Ç restauration - international Prsentation de la licence professionnelle LEA HÅtellerie Ç Tourisme Option accueil Ç håtellerie Ç restauration - international Les caractristiques de la licence : Lobjectif de la licence professionnelle

Plus en détail

WebMapping : La migration en Open Source du SIG-PyrÄnÄes

WebMapping : La migration en Open Source du SIG-PyrÄnÄes AcadÄmie de Toulouse DIPLOME D'ETUDES SUPERIEURES SPECIALISEES SCIENCE DE L INFORMATION GEOREFERENCEE POUR LA MAITRISE DE L ENVIRONNEMENT ET L AMENAGEMENT DES TERRITOIRES RAPPORT DE STAGE WebMapping :

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

LES LANCEURS SPATIAUX

LES LANCEURS SPATIAUX Texte de la 266 e conférence de l'université de tous les savoirs donnée le 22 septembre 2000. LES LANCEURS SPATIAUX par Hubert CURIEN La conquête de l Espace par l Homme est, sans conteste, l un des plus

Plus en détail

CONCERTATION ESPACES PUBLICS : PLACE CENTRALE ET SQUARE AVERROES. Compte rendu de l atelier du 10 janvier 2007 de 18h30 Å 20h30

CONCERTATION ESPACES PUBLICS : PLACE CENTRALE ET SQUARE AVERROES. Compte rendu de l atelier du 10 janvier 2007 de 18h30 Å 20h30 CONCERTATION ESPACES PUBLICS : PLACE CENTRALE ET SQUARE AVERROES Compte rendu de l atelier du 10 janvier 2007 de 18h30 Å 20h30 Ouverture de l atelier par M. Bochard PrÇsentation de propositions d amçnagement

Plus en détail

26, rue du Faubourg Poissonni re 75010 Paris T l : 01 46 22 07 00

26, rue du Faubourg Poissonni re 75010 Paris T l : 01 46 22 07 00 Dossier de commande 26, rue du Faubourg PoissonniÄre 75010 Paris TÇl : 01 46 22 07 00 SociÄtÄ Anonyme au capital de 291 666 euros RCS Paris 432 735 082 - http://www.oodrive.com Nom SociÇtÇ Adresse TÇlÇphone

Plus en détail

MARKETING MANAGEMENT & COMMUNICATION

MARKETING MANAGEMENT & COMMUNICATION MARKETING MANAGEMENT & COMMUNICATION LE MODELE DE L HYPERMARCHE S ESSOUFFLE. NOUVEAUX CONCEPTS : QUEL COMMERCE POUR DEMAIN? MastÄre M2C de l ESC Toulouse AnnÇe 2006-2007 Julien García Hernández Sommaire

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

TARIFS CONDITIONS GÉNÉRALES

TARIFS CONDITIONS GÉNÉRALES Centrale d emplois pour la Distribution TARIFS et CONDITIONS GÉNÉRALES http://www.distrijob.fr Offres d Emploi HT OFFRE D EMPLOI STANDARD Parution 2 x 30 jours - 1 poste, multi-rägions 1 offre 325.00 TARIFS

Plus en détail

DÄpannage sur place Frais de liaison Rapatriement du VÄhicule. Remorquage Poursuite du voyage Service d information ou retour domicile

DÄpannage sur place Frais de liaison Rapatriement du VÄhicule. Remorquage Poursuite du voyage Service d information ou retour domicile Pour tout vähicule Fiat Professional immatriculä Å compter du 1 er Juin 2012, l assistance est la suivante. Pendant toute la päriode de validitä de la Garantie Constructeur de 24 mois, comme indiquä au

Plus en détail

CONTRAT DE MAINTENANCE INFORMATIQUE OPTION :

CONTRAT DE MAINTENANCE INFORMATIQUE OPTION : Entre les soussignäs : CONTRAT DE MAINTENANCE INFORMATIQUE OPTION : La sociätä aidespc immatriculäe au Registre des Entreprises Å CompiÇgne sous le numäro 534757240 repräsentäe en la personne de Monsieur

Plus en détail

SYSTEME DE DETECTION D HYDROCARBURES ET/OU DE BOUE DANS UN SEPARATEUR ALIMENTATION PAR PANNEAU SOLAIRE MANUEL D'INSTALLATION

SYSTEME DE DETECTION D HYDROCARBURES ET/OU DE BOUE DANS UN SEPARATEUR ALIMENTATION PAR PANNEAU SOLAIRE MANUEL D'INSTALLATION SolarSET Beacom/Flash SYSTEME DE DETECTION D HYDROCARBURES ET/OU DE BOUE DANS UN SEPARATEUR ALIMENTATION PAR PANNEAU SOLAIRE MANUEL D'INSTALLATION Ex Page 1 SOMMAIRE 1 GÅNÅRALITÅS... 3 2 FONCTIONNEMENT...3

Plus en détail

Accor : une nouvelle dynamique

Accor : une nouvelle dynamique Communiqué de presse Paris, le 19 mai 2010 Accor : une nouvelle dynamique Accor devient un «pure player» hôtelier concentré sur : Son portefeuille de marques et ses clients Son métier d opérateur et de

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Le satellite Gaia en mission d exploration

Le satellite Gaia en mission d exploration Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Division Affaires spatiales Fiche thématique (16.12.2013)

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

OREKIT : exemple de diffusion d'un logiciel libre par une société commerciale dans un marché de niche

OREKIT : exemple de diffusion d'un logiciel libre par une société commerciale dans un marché de niche OREKIT : exemple de diffusion d'un logiciel libre par une société commerciale dans un marché de niche Division Espace et Renseignement Luc Maisonobe T H E P O W E R O F I N N O V A T I O N Historique T

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE ET TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE ARTICLE 1 PRESENTATION DE L OPERATION...3 1.1 - Lieu d implantation...3 1.2 - CaractÅristiques de l ouvrage...3 1.3 - Nature

Plus en détail

Note d Åtonnement. Session du mercredi 19 décembre 2012 INNOVER DANS UN MONDE NUMÉRIQUE EN MUTATION?

Note d Åtonnement. Session du mercredi 19 décembre 2012 INNOVER DANS UN MONDE NUMÉRIQUE EN MUTATION? Note d Åtonnement Session du mercredi 19 décembre 2012 INNOVER DANS UN MONDE NUMÉRIQUE EN MUTATION? PROBLÉMATIQUE Le monde numärique est un monde en pleine mutation ; au moins six grandes tendances sont

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE La croissance mondiale des investissements publicitaires se poursuit : les achats publicitaires devraient croître de 4,8% en 2012. Un chiffre en légère progression par rapport aux

Plus en détail

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010 Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre Chiffre d affaires en hausse à 390 millions d euros Croissance de la Téléphonie Mobile, portée par les logiciels et services Amélioration du mix

Plus en détail

Lanceurs. Les lanceurs dans l attente de la prochaine génération de satellites commerciaux. 66 esa bulletin 115 - august 2003 www.esa.

Lanceurs. Les lanceurs dans l attente de la prochaine génération de satellites commerciaux. 66 esa bulletin 115 - august 2003 www.esa. Les lanceurs dans l attente de la prochaine génération de satellites commerciaux 66 esa bulletin 115 - august 2003 www.esa.int Les lanceurs dans l attente Markus Bertschi Direction Lanceurs, ESA, Paris

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 7 Conclusions clés La transition énergétique L Energiewende allemande Par Craig Morris et Martin Pehnt Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 www. 7 Conclusions clés La

Plus en détail

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014 LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE Demande placée 125 700 m² +41% : confirme son retour en grâce sur le marché locatif, en dépit d un 3 ème trimestre 2014 beaucoup moins flamboyant que le précédent,

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Un accueil de qualité :

Un accueil de qualité : Un accueil de qualité : Mercredi 08 Juin 2011, dans l après-midi, notre classe de 3 ème de Découverte Professionnelle s est rendue sur le site de THALES ALENIA SPACE à CANNES LA BOCCA. Nous étions accompagnés

Plus en détail

UN LANCEMENT POUR L INTERNET ET POUR LA METEOROLOGIE

UN LANCEMENT POUR L INTERNET ET POUR LA METEOROLOGIE UN LANCEMENT POUR L INTERNET ET POUR LA METEOROLOGIE Pour son troisième lancement Ariane 5 de l année, Arianespace mettra en orbite deux satellites : le satellite dédié à l Internet EchoStar XVII pour

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats L environnement, une opportunité Etat, perspectives et enjeux du marché des engrais Principaux résultats Lundi 28 juin 2010 Pierre Cazeneuve, Directeur GCL DD p.cazeneuve@gcl.tm.fr CONTEXTE GENERAL DE

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Philippe SIRAULT Etude de cas Danone Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Sommaire Introduction Diagnostic Externe Diagnostic Interne Stratégie de Danone Conclusion Présentation

Plus en détail

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012 Résumé L investissement direct étranger à Taïwan en 212 L Union Européenne est le premier investisseur étranger à Taïwan (31,9 Mds USD en 212). Dans l autre sens, Taïwan est à l origine d environ 226 Mds

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772 Nations Unies A/AC.105/772 Assemblée générale Distr.: Générale 7 décembre 2001 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport du deuxième Atelier

Plus en détail

HSBC Receivables Finance

HSBC Receivables Finance HSBC Receivables Finance A strength for a Global & Sustainable Business Lionel CHOURAKI Directeur Commercial Adjoint STRATEGIE DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES AFFACTURAGE: LEVER DU CASH EN TOUTE SIMPLICITE

Plus en détail

Donnez nous le sens, nous vous donnerons la direction

Donnez nous le sens, nous vous donnerons la direction COMPTABLE GESTIONNAIRE Formation de Niveau III HomologuÄ par le MinistÅre de l Emploi, de la CohÄsion Sociale et du Logement Date de publication au Journal officiel : 27/08/2013 Formateur : Michel Lemaire

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

BIBUS-S pråsentation et fonctionnalitås

BIBUS-S pråsentation et fonctionnalitås BIBUS-S pråsentation et fonctionnalitås De base la centrale dispose de: > 6 zones Ä bord > 8 groupes (8 partitions indåpendantes ou interdåpendantes). > 3 Relais pour siränes extårieures, intårieures et

Plus en détail

ASSOCIATION DES SECRETAIRES GENERAUX DES PARLEMENTS S E S S I O N D E G E N E V E

ASSOCIATION DES SECRETAIRES GENERAUX DES PARLEMENTS S E S S I O N D E G E N E V E UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION ASSOCIATION DES SECRETAIRES GENERAUX DES PARLEMENTS SESSION DE GENEVE 16 Ä 18 octobre 2006 Compte rendu des såances plåniçres CosecrÄtariat franåais FrÄdÄric

Plus en détail

Les stratégies gagnantes

Les stratégies gagnantes Les stratégies gagnantes Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co A l occasion des crises, on mesure de façon évidente à quel point les entreprises font face à un cercle vicieux destructeur. Faible

Plus en détail

Conférence Toulouse Décembre 2007

Conférence Toulouse Décembre 2007 Conférence Toulouse Décembre 2007 _1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

SAFRAN UN GROUPE INTERNATIONAL DE HAUTE TECHNOLOGIE

SAFRAN UN GROUPE INTERNATIONAL DE HAUTE TECHNOLOGIE SAFRAN UN GROUPE INTERNATIONAL DE HAUTE TECHNOLOGIE EQUIPEMENTIER DE PREMIER RANG Aéronautique Défense Sécurité CONFIDENTIEL / NOVEMBRE 2011 CHIFFRES CLES Répartition du chiffre d affaires 2010 Equipements

Plus en détail

CHARLES MULLENDERS Fiche d identité

CHARLES MULLENDERS  Fiche d identité CHARLES MULLENDERS 6, rue du Lorisberg F 67470 Eberbach-Seltz France (Alsace) Téléphone : +33 (0) 3 88 86 57 52 Mobile : +33 6 14 70 50 16 E-mail : charles.mullenders@live.fr Fiche d identité Né le 12

Plus en détail

Nouvelle Classification Europerformance. Règles de mapping - Ancien schéma versus nouveau schéma

Nouvelle Classification Europerformance. Règles de mapping - Ancien schéma versus nouveau schéma Nouvelle Classification Europerformance Règles de mapping - Ancien schéma versus nouveau schéma ANCIENNE CLASSIFICATION EUROPERFORMANCE NOUVELLE CLASSIFICATION EUROPERFORMANCE Famille Trésorerie Tresorerie

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Chiffre d affaires pour le premier trimestre 2015

Chiffre d affaires pour le premier trimestre 2015 Chiffre d affaires pour le premier trimestre 2015 Un bon début d année en ligne avec les objectifs 2015 Chiffre d'affaires: 2 427 millions d euros +17,6% par rapport au premier trimestre 2014 Prises de

Plus en détail

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier.

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. Sommaire Synthèse 1 Arrivées hôtelières par pays 2 Nuitées

Plus en détail

L'argent afflue vers l'euro

L'argent afflue vers l'euro L'argent afflue vers l'euro Au cours des dernières semaines la crise de la dette a ressurgi en Europe. Les obligations portugaises, grecques et irlandaises ont été massivement vendues, tandis que les rendements

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam

Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam 1 Chine Singapour Hong Kong Cross Border ZBA Crédit Agricole CIB succursale du Japon solutions

Plus en détail

LE MARCHE DE L ESPACE AUJOURD HUI...

LE MARCHE DE L ESPACE AUJOURD HUI... Sommaire CHAPITRE 1 LE MARCHE DE L ESPACE AUJOURD HUI... 5 1.1 QUELQUES CHIFFRES... 5 1.2 LA CONQUETE N EST PLUS LE SEUL MOTEUR DE L ACCES A L ESPACE... 5 1.3 QUI SE PARTAGE LE MARCHE DU SPATIAL?... 7

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES VALANT CAHIER DES CHARGES

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES VALANT CAHIER DES CHARGES ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE ET TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES VALANT CAHIER DES CHARGES Pouvoir Adjudicateur : EPSoMS Intercommunal Georges Couthon & Nicolas Roussel 5-7 rue Pierre

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux ADARUQ - Novembre 2013 RRI : Un aperçu «Habiliter, faciliter, créer des liens» Habiliter les

Plus en détail

Le Volontariat International en Entreprise: Simplifiez-vous les Ressources Humaines en Chine

Le Volontariat International en Entreprise: Simplifiez-vous les Ressources Humaines en Chine Le Volontariat International en Entreprise: Simplifiez-vous les Ressources Humaines en Chine Contacts: Matthieu.garcia@ubifrance.fr Bertrand.jimenez@ubifrance.fr QU EST-CE QUE LE V.I.E? UNE FORMULE FLEXIBLE

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT CHIFFRE D AFFAIRES PREMIER TRIMESTRE 2015 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT Forte croissance du chiffre d affaires Communication

Plus en détail

Small-Satellite Engineering and Applications

Small-Satellite Engineering and Applications Amandine DENIS Satellite Engineering Mai 2008 Aperçu de la présentation 1. De Spoutnik aux CubeSats 2. Caractéristiques-clés des petits satellites 3. Plateformes développées par le SSTL 4. Opportunités

Plus en détail