Note d Åtonnement. Session du mercredi 24 octobre Comment rester leader sur le marchä des lanceurs?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Note d Åtonnement. Session du mercredi 24 octobre 2012. Comment rester leader sur le marchä des lanceurs?"

Transcription

1 Note d Åtonnement Session du mercredi 24 octobre 2012 Comment rester leader sur le marchä des lanceurs? INTRODUCTION Arianespace et Ä travers elle, l Europe spatiale, sont aujourd hui les acteurs leaders, certes sur le marchç des lanceurs, mais plus encore dans le domaine des lancements commerciaux. Il y a chaque annçe entre 40 et 50 lancements de par le monde et finalement un assez petit nombre de lancements commerciaux. Six puissances spatiales ont la capacitç d effectuer des lancements : les États-Unis, l Europe, la Russie, l Inde, la Chine et le Japon. La plupart de ces puissances effectue des lancements Ä des fins gouvernementales, c est le cas de la Russie, mais c est aussi celui des États-Unis, de l Inde, de la Chine et du Japon ; seule l Europe se retrouve dans une configuration opposçe, car effectuant l essentiel de ses lancements Ä des fins commerciales. IDÅES CLÅS L effort europåen en faveur d un accçs indåpendant É l espace En 1973, la France et l Allemagne achevaient de dçvelopper leur premier satellite de tçlçcommunications, Symphonie, 1 dont le lancement allait provoquer une crise intergouvernementale. Suite Ä l Çchec du lanceur Europa II et Ä l abandon du programme correspondant, il avait ÇtÇ dçcidç que les satellites seraient lancçs par la fusçe amçricaine Thor-Delta Mais l accord proposç par le DÇpartement d'état amçricain s avçra particuliñrement astreignant puisque toute utilisation commerciale de Symphonie Çtait proscrite. C est alors qu a ÇtÇ prise, en juillet 1973, la dçcision de fusionner l European Launcher Development Organisation avec le Conseil EuropÇen de Recherches Spatiales pour donner naissance Ä l'agence Spatiale EuropÇenne (ESA), en charge de dçvelopper un nouveau lanceur europçen : Ariane. Six ans plus tard, dans la nuit de NoÖl 1979, Ariane effectuait son premier vol. Le marchç europçen Çtait alors estimç Ä deux lancements en moyenne par an. Un tel rythme ne permettant pas de maintenir une cadence suffisante pour assurer une production industrielle et une exploitation fiable du systñme, l ajout de lancements commerciaux s est imposç. Toutefois, les rñgles de fonctionnement de l ESA, avec la nçcessitç de prendre les dçcisions Ä l unanimitç, ne se prütant 1 Le projet faisait suite Ä une convention signçe en 1967, aux termes de laquelle les gouvernements des deux pays s engageaient sur la construction, le lancement et l utilisation d un premier satellite expçrimental de tçlçcommunications, Symphonie, ainsi que pour la construction et la rçalisation des stations terrestres nçcessaires Ä l utilisation des satellites. La Belgique s est ultçrieurement jointe au programme. La maátrise d œuvre industrielle du projet a ÇtÇ confiçe au consortium CIFAS, composç de six sociçtçs, trois franâaises et trois allemandes : Aerospatiale (chef de file), Messerschmitt-Bälkow-Blohm, Thomson-CSF, Siemens AG, SAT, AEG-Telefunken. 1

2 pas Ä la production industrielle et Ä la commercialisation du lanceur, la crçation d une sociçtç commerciale Çtait dçcidçe. Arianespace a ÇtÇ crççe avec pour mandat premier d opçrer aux lancements des satellites de souverainetç europçens mais en s appuyant sur le marchç commercial. Le succñs est allç bien au-delä des espçrances. Aujourd hui, plus de la moitiç des satellites commerciaux en orbite ont ÇtÇ lancçs par Ariane. Un succçs industriel et opårationnel Depuis la nuit de NoÖl 1979, les lanceurs Ariane ont mis en orbite plus de 300 satellites. Ariane 5 vient d enregistrer 51 succñs d affilçe et fütera bientãt 10 ans de succñs continu. Avec Ariane 5, l'europe s'est dotçe d'un lanceur lourd, Çconomique et performant, capable de placer en orbite les plus gros satellites (jusqu'ä 20 tonnes en orbite basse). Il est nçanmoins apparu essentiel pour Arianespace de dçvelopper un nouveau concept : celui d une gamme de lanceurs. A la fin des annçes 1990, le lanceur russe Soyouz (lanceur moyen versatile) s est associç Ä l offre europçenne et depuis mi-2011, le lanceur est exploitç par Arianespace depuis le Centre Spatial Guyanais, avec un premier vol effectuç le 21 octobre Depuis lors, deux autres vols ont ÇtÇ rçalisçs, dont le dernier pour mettre en orbite deux satellites supplçmentaires de la constellation Galileo. Il restait nçanmoins un marchç non satisfait : celui des petits satellites. L'ESA a donc lancç en 1998 le dçveloppement d'un petit lanceur : Vega (Vettore Europeo di Generazione Avanzata). Son objectif est de proposer un accñs Ä l'espace facile et rapide Ä un tarif attractif. Vega est ainsi venu parachever la gamme ; il peut emporter jusqu Ä kg sur une orbite circulaire hçliosynchrone Ä 700 km d'altitude et jusqu'ä 2 tonnes pour certaines orbites ainsi que des microsatellites en tant que charges utiles auxiliaires. Son fonctionnement a ÇtÇ qualifiç par le vol inaugural du 13 fçvrier Un succçs commercial Arianespace est ainsi devenu l acteur de rçfçrence pour les lancements commerciaux. Tous lancements confondus Ariane, Soyouz et Vega la sociçtç a opçrç 70 succñs d affilçe, sur presque dix ans. ç deux reprises, neuf lancements d Ariane 5 ont ÇtÇ effectuçs sur une pçriode de douze mois. Pour 2012, un total de dix lancements est prçvu dont sept ont dçjä eu lieu : cinq lancements d Ariane 5 auxquels s ajoutent le vol inaugural de Vega et un lancement Soyouz. Ces derniers devraient Ütre suivis de deux lancements d Ariane 5 (les 9 novembre et 19 dçcembre) et d un lancement de Soyouz (le 30 novembre). Le carnet de commandes s ÇlÑve aujourd hui Ä plus de 4milliards d euros, reprçsentant trois annçes d activitç. 2 Un succçs politique L indçpendance offerte Ä l Europe en matiñre de lancements est un ÇlÇment primordial de sa souverainetç. En outre, le succñs d Arianespace, exemple emblçmatique d une coopçration europçenne rçussie, contribue au rayonnement mondial du continent. La sociçtç signe aujourd hui d importants contrats en Asie Pacifique (en CorÇe, au Japon, Ä Singapour et en Australie) ; cette rçgion constitue un rçservoir de croissance puisque d importants investissements restent Ä rçaliser et les satellites sont le plus souvent la solution la plus efficace en l absence d infrastructures terrestres adaptçes. Par ailleurs, avec l Arabie Saoudite, les Émirats 2 Une vingtaine de lancements d Ariane 5, treize Soyouz et trois Vega. 2

3 Arabes Unis et le Qatar, la rçgion du Golfe continue d Ütre dynamique, en müme temps que de nouveaux marchçs apparaissent en AmÇrique latine. 3 En termes d emplois, l activitç d Arianespace est un moteur de dçveloppement technologique et de soutien Ä l industrie. Elle garantit l emploi en Europe de prñs de personnes hautement qualifiçes, auxquelles il convient d ajouter personnes en Guyane, avec sur place aussi un effet multiplicateur considçrable. Quels efforts É venir? La disponibilitç et la fiabilitç de la capacitç de lancement d Arianespace constituent les conditions essentielles de la pçrennitç de l industrie spatiale europçenne. Dans un contexte assez difficile pour la concurrence, cette capacitç de lancement est aujourd hui la carte de visite d Arianespace. Il s agit donc de poursuivre les efforts entrepris afin d amçliorer la performance de faâon continue et graduelle. Ces amçliorations sont d ailleurs perceptibles d un vol Ä l autre. Un autre aspect concerne la flexibilitç des solutions de lancement que la politique de gamme mise en place par Arianespace doit permettre d offrir. Arianespace a dorçnavant accñs Ä l intçgralitç du marchç. Dans ce contexte d une offre Çlargie, l enjeu est de restreindre les risques techniques et calendaires sur certains segments du marchç : par exemple pour les envois en orbite de transfert gçostationnaire (GTO), Soyouz pouvant Çventuellement se substituer Ä Ariane 5 pour le transport de satellites de masses infçrieures Ä 3,2 tonnes. Cette compatibilitç Ariane 5 / Soyouz amçliore d autant la garantie de bonne fin de la commande. De la müme faâon, il y a un recoupement important entre Soyouz et Vega. Deux mçtiers apparaissent complçmentaires : La mañtrise d œuvre de fabrication des lanceurs Pour Ariane, cette maátrise d œuvre a ÇtÇ confiçe Ä Astrium ; pour Soyouz, ce sont les Çquipes russes de TsSKB Progress installçes Ä Samara en Russie ou maintenant Ä Sinnamary prñs de Kourou ; pour Vega, c est la joint-venture ELV SpA, constituçe par Avio et ASI. La mañtrise d œuvre des opårations de lancement en Guyane Arianespace a dçveloppç ce mçtier avec des synergies techniques mais aussi Çconomiques sur les trois systñmes de lancement. Soyouz et Vega sont ainsi lancçs dans les trous du calendrier de lancement d Ariane, ce qui permet d optimiser la dçpense. C est ainsi que les coéts rçcurrents des campagnes de lancement d Ariane ont pu Ütre rçduits de 20 %. Enfin, il faut bien garder en mçmoire qu Arianespace ne propose pas un ou des lanceurs, mais un service et des solutions de lancement dont la performance se mesure aussi Ä la capacitç Ä dçvelopper des solutions sur-mesure, Cette capacitç se nourrit d une proximitç toujours plus forte avec les clients (par exemple, par la prçsence de bureaux Ä l Çtranger) et dçpasse largement les aspects techniques, avec par exemple la mise en place de schçmas d assurance et de financement innovants et parfois complexes. 3 Arianespace assure aujourd hui 64 % des lancements de satellites commerciaux en Asie-Pacifique, contre 54 % en Europe et 47 % sur le continent amçricain. 3

4 COMBIEN ÇA COÉTE? 150 millions d euros pour un lancement d Ariane euros pour placer en orbite de transfert gäo-stationnaire une masse d un kilogramme Arianespace peut Ä juste titre Ütre considçrç comme un succñs collectif, de l ESA, des États membres et de l industrie europçenne. MARCHÅ DES LANCEURS LES CRITÖRES D UN LEADERSHIP DURABLE Le critüre däterminant pour une position de leader sur le marchä tant institutionnel que commercial des lanceurs est la fiabilitä et la disponibilitä sur une longue päriode du systüme de lancement ; cette double condition englobe la capacitä á räaliser á coàts maâtrisäs des lancements multiples sans Ächec et celle de räaliser le lancement au moment requis (dans un intervalle de temps le plus räduit possible). La compätitivitä prix est un ÄlÄment important, mais non näcessairement däterminant sur longue päriode par rapport á d autres facteurs : le support public, en termes diplomatique ou de crädit export, est un ÄlÄment d importance croissante alors qu une part plus importante des commandes pourrait venir de rägions Ämergentes et inclure un mix d organisations gouvernementales et d opärateurs de petite taille. Disposer d un lanceur fiable et disponible n est possible qu á trois conditions : 1. un support politique fort et continu pour financer la R&D ; 2. un engagement politique relatif au financement de l exploitation ; 3. la mise en place d un process industriel qui implique la präsence de cadences suffisantes de lancement. Un support politique fort et continu L obtention d un soutien politique fort et Älargi en Europe implique une clarification des objectifs des acteurs europäens quant á l accüs autonome á l orbite gäostationnaire et á son utilisation. La dimension stratägique des satellites gäostationnaires institutionnels europäens doit ãtre renforcäe et valorisäe, mãme si leur nombre est limitä (satellites d observation de la terre et satellites militaires). Un engagement politique sur le financement de l exploitation Il convient de valoriser l utilisation de services par les gouvernements sur des systümes gäostationnaires mãme si cela ne correspond pas á des satellites propriätaires, via par exemple : la disponibilitä á l Ächelle nationale des tälävisions publiques ; la capacitä pour ces acteurs de la TV d accäder / de proposer des contenus vidäo á travers la planüte (par exemple en mutualisant leurs services á travers l Union europäenne de radiodiffusion) ; la disponibilitä de räseaux fermäs, par exemple pour les communications militaires ou les räseaux des ambassades ; l utilisation croissante de communications vers les navires et aäronefs. Ces services Ätant fournis essentiellement par des systümes commerciaux, l un des enjeux est de changer le regard des Åtats sur l utilisation commerciale de l espace, en la percevant comme source d Äconomies pour diffärents services publics. L accås autonome Ç l espace devient dans ce cas un moyen de pérenniser l accås aux services publics. La mise en place d un process industriel et de cadences Les Åtats europäens ont lancä 13 satellites gäostationnaires au cours de la däcennie å moins d un changement radical de stratägie, ce nombre ne devrait pas augmenter de beaucoup au cours de cette däcennie. Aussi, l obtention de cadences d au moins 5 4

5 lancements par an (pour des lancements doubles) implique de gagner une part importante du marchä commercial (18 á 20 commandes ouvertes par an). Le marché commercial devient une condition pour l optimisation du coñt du programme de lancement. Cet ÄlÄment doit ãtre considärä comme assumä par les autoritäs publiques dans leur contribution au programme, et dans la däfinition de nouvelles initiatives. Les lancements commerciaux doivent düs lors ãtre apprähendäs comme une source de räduction des coàts et non comme une däpense. Le maintien d une position de leader, qui däpendra pour beaucoup de la continuitä du soutien public, imposera de däpasser les antagonismes entre les marchäs institutionnels et commerciaux. ÅLÅMENTS POUR UNE ANALYSE PROSPECTIVE Ariane 6 NLS versus Ariane 5 ME Le projet Ariane 5 ME (è mid-life evolution ê) a ÇtÇ imaginç pour porter la capacitç et la performance des lancements lourds europçens jusqu Ä 2025, date prçvue pour l avñnement d Ariane 6 et d un NLS new launcher system. Les transformations envisagçes (principalement sur l Çtage supçrieur) permettraient un gain de performance de 20 %, pour un premier vol Ä la fin de la dçcennie. Pour les industriels maátres d œuvre (Astrium / Safran), ce passage par la case è ME ê permettra de profiter pleinement des compçtences de leurs bureaux d'çtudes. Un compromis a ÇtÇ trouvç entre l industrie et le CNES portant sur le financement de trois Çtudes : un premier paquet de technologies communes Ä Ariane 6 et Ariane 5 ME, un deuxiñme dçdiç Ä Ariane 6, et le dernier propre Ä Ariane 5 ME. 4 Ce compromis doit Ütre validç en novembre lors de la rçunion au niveau ministçriel du Conseil de l ESA, qui reportera le choix final en Si les diffçrences de points de vue et les Çchanges techniques sont lçgitimes, car les choix sont effectivement draconiens (et complexifiçs par les Çvolutions technologiques en cours 5 ), il est important pour l image du secteur et le climat d affaires d Ariane que la cohçsion l emporte. Quel juste niveau pour le soutien public? La subvention d exploitation d Arianespace s ÇlÑve aujourd hui Ä 120 millions d euros annuels, contre 240 millions d euros il y a dix ans. En dçpit du de la hausse de la paritç euro / dollar, la è perte ê est considçrable. La subvention reprçsentait 30 % du chiffre d affaires de la sociçtç Ä cette Çpoque, contre 8 % aujourd hui. 6 ç l heure oë il est de bon ton de stigmatiser le soutien public, Arianespace n a pas Ä prçsenter d Çtat d íme. Au regard des modes d exploitation pratiquçs ailleurs, et notamment aux États-Unis, le systñme europçen d organisation du marchç des lanceurs s avñre müme in fine particuliñrement efficient ; il permet aux États membres de profiter de tarifs commerciaux autrement plus avantageux que ceux pratiquçs aux États-Unis ou ailleurs. 7 Alors que le soutien public Ä l industrie spatiale est aussi aux États-Unis ou ailleurs complñtement acquis, les discussions en Europe sont plus laborieuses. Au dçmarrage du programme Galileo, la Commission europçenne avait müme imaginç, lors de sa premiñre consultation, acheter ses satellites aux États-Unis et les faire lancer par des lanceurs chinois 4 L option reprçsenterait pour la France un investissement de 300 millions d'euros, rçparti en trois tiers. 5 Ces Çvolutions concernent tant les systñmes de lancement que les satellites (avec par exemple la propulsion Çlectrique). 6 Cette subvention d exploitation retourne directement aux industriels de la filiñre, qui bçnçficient indirectement d autres aides, Ä l instar des pas de tir de Guyane, entiñrement financç par les États. 7 Ces tarifs commerciaux s appliquent notamment pour la majoritç des lancements de satellites de tçlçcommunications, y compris les satellites militaires. 5

6 Un ciel Ü serein Ä Si le marchç des lanceurs laisse apparaátre un dçbut de surcapacitç, le constat n a pas de quoi effrayer car cette surcapacitç reste trñs thçorique. Les vicissitudes s enchaánant pour certains acteurs, les difficultçs d appropriation de l espace s imposant aux nouveaux entrants, etc., le marchç des lanceurs restera pour un temps encore relativement è serein ê pour les acteurs traditionnels. Arianespace doit cependant se garder d une situation qui frãlerait le monopole. CONCLUSION L industrie des lancements est pour l Europe une è affaire ê qui marche. L ESA a engendrç le lanceur le plus fiable du monde, mais ce succñs n est pas le seul : l ESA a un programme de recherche remarquable et ses missions spatiales dçtiennent statistiquement le record du taux de succñs le plus ÇlevÇ. 8 Cette brillante histoire devrait Ä elle seule susciter l intçrüt des politiques. Qu en est-il exactement? Avec Arianespace, ils reâoivent au moins un rappel de ce succñs quasiment tous les mois. Martine LE BEC rädactrice en chef adjointe de la revue Prospective StratÄgique rapporteur du Cercle Espace 8 Voir Ä ce sujet la tribune de Jean-Franâois Clervoy, Michel Tognini, Jean-Pierre HaignerÇ, LÇopold Eyharts et Philippe Perrin, astronautes de l ESA, Le Monde, Science et Techno, novembre

Ariane 6 Une nouvelle dynamique. Alain Charmeau PDG d Airbus Safran Launchers 23 novembre 2015

Ariane 6 Une nouvelle dynamique. Alain Charmeau PDG d Airbus Safran Launchers 23 novembre 2015 Ariane 6 Une nouvelle dynamique Alain Charmeau PDG d Airbus Safran Launchers 23 novembre 2015 1 Ariane Un peu d histoire 2 Ariane 5 commence dans les années 80, enfant de la guerre froide 1980 3 1985 Ariane

Plus en détail

Communiqué dé préssé

Communiqué dé préssé Communiqué dé préssé Business France est l agence nationale au service de l internationalisation de l économie française. Elle est chargée du développement international des entreprises et de leurs exportations,

Plus en détail

Les MatiÄres PremiÄres comme classe d actifs financiers

Les MatiÄres PremiÄres comme classe d actifs financiers Les MatiÄres PremiÄres comme classe d actifs financiers Santiago Tavolaro, Consultant senior Les Commodities sont depuis des däcennies une classe d actifs propre, Ç cheval entre le monde financier et l

Plus en détail

WORKING PAPER L'EUROPE, L'AERONAUTIQUE ET L'ESPACE N 13-2008 INSTITUT EUROPEEN DES RELATIONS INTERNATIONALES ACADEMIA DIPLOMATICA EUROPAEA

WORKING PAPER L'EUROPE, L'AERONAUTIQUE ET L'ESPACE N 13-2008 INSTITUT EUROPEEN DES RELATIONS INTERNATIONALES ACADEMIA DIPLOMATICA EUROPAEA WORKING PAPER N 13-2008 L'EUROPE, L'AERONAUTIQUE ET L'ESPACE INSTITUT EUROPEEN DES RELATIONS INTERNATIONALES ACADEMIA DIPLOMATICA EUROPAEA 1 Academia Diplomatica Europaea WORKING PAPER N 13 2008 CONFERENCE

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1107413L/Bleue-1 -------- ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1107413L/Bleue-1 -------- ETUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord de coopération entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou

Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou Première série de consultations ministérielles informelles en vue de préparer la COP21 Paris, les 20 et 21 juillet 2015 Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou Paris, le 31 juillet 2015 Introduction

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance?

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Jouy-le-Moutier, Campus de formation de Veolia Environnement,

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development Non classifié C/WP6(2006)28 C/WP6(2006)28 Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development 19-Jan-2007 Français - Or. Anglais

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

L IMPACT ECONOMIQUE DE L ACTIVITE SPATIALE EN GUYANE

L IMPACT ECONOMIQUE DE L ACTIVITE SPATIALE EN GUYANE Kourou, le 15 juin 2009 NOTE L IMPACT ECONOMIQUE DE L ACTIVITE SPATIALE EN GUYANE 0 Introduction 1 L activité spatiale en Guyane 1.1. Eléments économiques 1.2. L emploi au CSG 2 La contribution du CNES

Plus en détail

LE CHOIX DES INDUSTRIELS EN FAVEUR DE LA LIAISON SEINE-NORD

LE CHOIX DES INDUSTRIELS EN FAVEUR DE LA LIAISON SEINE-NORD TRANSPORT FLUVIAL L ORGANISATION PROFESSIONNELLE DES CHARGEURS 601ad2002 LE CHOIX DES INDUSTRIELS EN FAVEUR DE LA LIAISON SEINE-NORD - Décembre 2002 - 2 Le recours à une pluralité de modes de transport

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN Août 29 Tous les commentaires s'appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. LIMOUSIN Tendances régionales Août 29 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de

Plus en détail

Au cours du 3 ème trimestre 2013. Perspectives 2013 13.26

Au cours du 3 ème trimestre 2013. Perspectives 2013 13.26 13.26 Accélération de la croissance du chiffre d affaires au 3 ème trimestre : + 12 % à périmètre et taux de change constants du chiffre d affaires première monte équilibrée entre les différentes régions

Plus en détail

Représentation permanente de la France auprès de l Office des Nations unies et des Organisations internationales à Vienne

Représentation permanente de la France auprès de l Office des Nations unies et des Organisations internationales à Vienne Représentation permanente de la France auprès de l Office des Nations unies et des Organisations internationales à Vienne Sous-comité scientifique et technique du Comité de l Espace 51 ème session (10-21

Plus en détail

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Les enjeux des domaines skiables européens Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Par Laurent Reynaud Délégué Général de Domaines Skiables de France Représentant de la FIANET Fédération Internationale des

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/875

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/875 Nations Unies A/AC.105/875 Assemblée générale Distr.: Générale 5 décembre 2006 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Table des matières Rapport de

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 23 MARS 2011 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

Plus en détail

Informations financières

Informations financières Informations financières Performance solide et objectifs 2014 atteints Chiffre d affaires T4 en hausse de +13% et croissance organique à +2,5% Chiffre d affaires annuel en hausse de +6,6%, croissance organique

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL La Ministre Conseillère pour les Affaires Economiques Berlin, le 31 octobre 2014 Dossier suivi par Lucie Petit Relu par Nicolas Studer NOTE

Plus en détail

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus Rapport de synthèse L objectif de cette étude était d évaluer la mise en œuvre actuelle des dispositions communes concernant les visas dans l espace Schengen du point de vue de l industrie touristique

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009 COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Novembre 2009 Le transfert aux régions du transport express régional (TER) : un bilan mitigé et des évolutions à poursuivre Avertissement La présente

Plus en détail

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010 Principales conclusions Le secteur des TIC se relève de la crise économique et les marchés mondiaux des TIC se déplacent vers les

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

(Vancouver, Canada, 5 octobre 2004) *

(Vancouver, Canada, 5 octobre 2004) * Nations Unies A/AC.105/835 Assemblée générale Distr.: Générale 24 janvier 2005 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport du cinquième Atelier

Plus en détail

Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011

Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011 Communiqué de presse Information trimestrielle Paris, le 20 avril 2011 Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011 Progression de +5,8% du chiffre d affaires en données publiées et

Plus en détail

Le marché mondial du ski

Le marché mondial du ski Le marché mondial du ski 2014 International Report on Snow & Mountain Tourism EXTRAITS EN FRANCAIS LV/16/03/2015 Unités de mesure Skieur : une personne pratiquant le ski, le snowboard ou un sport de glisse

Plus en détail

LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI

LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI PRÉSENTÉ PAR: M.Abdoulaye PONA, Président de la Chambre des Mines du Mali PLAN INTRODUCTION 1-APPORT DU SECTEUR

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Bonnes perspectives pour le second semestre

Bonnes perspectives pour le second semestre Paris, le 10 septembre 2015, 07h00 Systèmes Intelligents de Sûreté Protection en Milieux Nucléaires Projets et Services Industriels Impression 3D Bonnes perspectives pour le second semestre Contacts Groupe

Plus en détail

L ETAT DE L INDUSTRIE

L ETAT DE L INDUSTRIE L ETAT DE L INDUSTRIE Le marché de la croisière a survécu à la crise économique et se porte même plutôt bien en affichant des niveaux record en 2010. La demande est donc amenée à augmenter les années à

Plus en détail

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine Université du Hebei L enseignement supérieur chinois se transforme au rythme du développement économique depuis une vingtaine d années. D une façon

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 La Médiatrice du cinéma est chargée de formuler son avis sur les propositions d engagements de

Plus en détail

83 session plénière 10 et 11 février 2010

83 session plénière 10 et 11 février 2010 e 83 session plénière 10 et 11 février 2010 ECOS-IV-036 Rue Belliard 101 1040 Bruxelles BELGIQUE Tél. +32 22822211 Fax +32 22822325 Internet: http://www.cor.europa.eu FR AVIS du Comité des régions sur

Plus en détail

Communication. mardi 4 novembre 2014 16 h 30. Commission des affaires européennes. X I V e L É G I S L A T U R E

Communication. mardi 4 novembre 2014 16 h 30. Commission des affaires européennes. X I V e L É G I S L A T U R E X I V e L É G I S L A T U R E Communication Commission des affaires européennes mardi 4 novembre 2014 16 h 30 Communication de MM. Joaquim Pueyo et Bernard Deflesselles sur la politique spatiale européenne

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS La France : 4 e destination mondiale Une croissance du nombre de projet Après trois années de stabilité, le nombre des projets d investissements étrangers

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

Cours 1 Le développement d un territoire ultramarin : entre Union européenne et aire régionale (étude de cas) La Guadeloupe

Cours 1 Le développement d un territoire ultramarin : entre Union européenne et aire régionale (étude de cas) La Guadeloupe GEOGRAPHIE Thème 3 L Union européenne : dynamiques et développement des territoires (11-12 heures) Question 2 Les territoires ultramarins de l Union européenne et leur développement Cours 1 Le développement

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

L avenir du secteur postal à l heure de la révolution numérique : une alliance encore à construire

L avenir du secteur postal à l heure de la révolution numérique : une alliance encore à construire SPEECH/10/196 Michel Barnier Membre de la Commission européenne chargé du Marché intérieur et des services L avenir du secteur postal à l heure de la révolution numérique : une alliance encore à construire

Plus en détail

Document de travail n 46. La dimension économique du Ministère de l'economie et des Finances. Royaume du Maroc

Document de travail n 46. La dimension économique du Ministère de l'economie et des Finances. Royaume du Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La dimension économique du Ministère de l'economie et des Finances Novembre 1999 Document de travail n 46 C est un grand plaisir pour

Plus en détail

Prises de commandes et chiffre d'affaires au 30 septembre 2015

Prises de commandes et chiffre d'affaires au 30 septembre 2015 Paris La Défense, le 21 octobre 2015 Prises de commandes et chiffre d'affaires au 30 septembre 2015 Thales (Euronext Paris : HO) publie aujourd'hui ses prises de commandes et son chiffre d affaires au

Plus en détail

Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance

Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance 1 Introduction À la mi-2014, l économie canadienne demeure robuste. Le gouvernement du Canada est solidement

Plus en détail

Développement durable

Développement durable Guillaume Henry Joël Ruet Matthieu Wemaëre Développement durable & propriété intellectuelle L accès aux technologies dans les pays émergents résumé Le développement durable, métaprojet qui vise un développement

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

*** Confirmation de l objectif 2009 de résultat avant impôt entre 400 et 450 millions d euros

*** Confirmation de l objectif 2009 de résultat avant impôt entre 400 et 450 millions d euros Communiqué de presse Paris, le 19 janvier 2010 Chiffre d affaires 2009 : -7,9% en données comparables Dans un environnement économique encore sévèrement touché par la crise, Chiffre d affaires des Services

Plus en détail

Produits Professionnels L ORÉAL PROFESSIONNEL KÉRASTASE REDKEN MATRIX

Produits Professionnels L ORÉAL PROFESSIONNEL KÉRASTASE REDKEN MATRIX Produits Professionnels L ORÉAL PROFESSIONNEL KÉRASTASE REDKEN MATRIX 36. RAPPORT ANNUEL L ORÉAL 2004 Partenaire des coiffeurs du monde entier Partenaire d environ 400 000 salons de coiffure dans le monde,

Plus en détail

Débat public sur les projets de canalisations de transport de gaz naturel de GRTgaz ARC LYONNAIS VAL DE SAÔNE. Présentation CRE 22 et 23 octobre 2013

Débat public sur les projets de canalisations de transport de gaz naturel de GRTgaz ARC LYONNAIS VAL DE SAÔNE. Présentation CRE 22 et 23 octobre 2013 Débat public sur les projets de canalisations de transport de gaz naturel de GRTgaz ARC LYONNAIS VAL DE SAÔNE Présentation CRE 22 et 23 octobre 2013 La Commission de régulation de l énergie (1/2) Collège

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

Position adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion du 4 mars à Bruxelles

Position adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion du 4 mars à Bruxelles Position de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) sur la proposition de règlement visant à réduire les émissions de CO2 des voitures neuves (COM(2007)856) Position adoptée par le Comité exécutif

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

Conference EPG 2005. 16 Mai, 2005. Building a New Electric World

Conference EPG 2005. 16 Mai, 2005. Building a New Electric World Conference EPG 2005 16 Mai, 2005 Building a New Electric World Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations qui expriment des objectifs établis

Plus en détail

Récapitulatif: Du 3 Mai 2016

Récapitulatif: Du 3 Mai 2016 Du 3 Mai 2016 Récapitulatif: Commentaires de l ECSDA concernant la vision de la nouvelle infrastructure de l Eurosystème : L association a souligné que la consolidation des plateformes Target 2 et T2S

Plus en détail

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai 2011 La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes

Plus en détail

Une nouvelle ère pour le dragage dans l Est du Canada

Une nouvelle ère pour le dragage dans l Est du Canada Institut des biens immobiliers du Québec Atelier sur les infrastructures maritimes Une nouvelle ère pour le dragage dans l Est du Canada Thèmes abordés Définition du dragage Principales activités de dragage

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE (Version de Janvier 2015) ABIDJAN, 18-20 MARS 2015 Union Discipline Travail Version du 220115_09h00 1 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Plus en détail

Compte-rendu de la Conférence «La France et la Guerre des Métaux Stratégiques» Assemblée Nationale 13 février 2014

Compte-rendu de la Conférence «La France et la Guerre des Métaux Stratégiques» Assemblée Nationale 13 février 2014 M. Pouria Amirshahi, député de la neuvième circonscription des Français établis hors de France, a insisté lors de l ouverture du colloque sur le caractère hautement stratégique de ces métaux dont on parle

Plus en détail

Prix moyen des hôtels à Paris : 216,2 (+2,1 %) Taux d occupation à Paris: 89,0 % (-1,7 pt)

Prix moyen des hôtels à Paris : 216,2 (+2,1 %) Taux d occupation à Paris: 89,0 % (-1,7 pt) Les frontières touristiques ne sont pas toujours celles de l administration. Afin de restituer une vision plus pertinente des tendances du tourisme dans la capitale et d anticiper la création de la Métropole

Plus en détail

Conférence sur l économie coopérative

Conférence sur l économie coopérative Conférence sur l économie coopérative Bruxelles, Belgique 30 janvier 2013 Bernard Brun, Directeur Relations gouvernementales Mouvement Desjardins Plan de la présentation 1. Contexte 1.1 Contexte québécois

Plus en détail

VEGA : DEUXIEME LANCEMENT AU CSG

VEGA : DEUXIEME LANCEMENT AU CSG VEGA : DEUXIEME LANCEMENT AU CSG Pour le deuxième lancement Vega depuis le Centre Spatial Guyanais, Arianespace mettra en orbite trois charges utiles : PROBA-V, VNREDSat-1 et ESTCube-1. Avec Ariane 5,

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2014. Mémoire soumis au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Consultations prébudgétaires 2014. Mémoire soumis au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2014 Mémoire soumis au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Sommaire Avec 12 000 chercheurs canadiens du domaine de la santé et plus de 35 000 étudiants

Plus en détail

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Direction des Etudes Economiques Le septembre Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Le choc n est plus du côté de l offre Malgré quelques pauses, la tendance

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/B/51/L.6 14 octobre 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT Cinquante

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

L Australie et la crise agricole

L Australie et la crise agricole L Australie et la crise agricole Agriculture en Australie Agriculture en France 20% 8% céréales élevage à viande/laitier 23% culture et élevage 48% autre 17% 36% Sources : Bureau australien des Statistiques

Plus en détail

coaching pour les cadres dirigeants développement du leadership PDG alignement de l'organisation coaching de prise de poste

coaching pour les cadres dirigeants développement du leadership PDG alignement de l'organisation coaching de prise de poste coaching pour les cadres dirigeants intégration communautés de talents marque employeur croissance succession développement du leadership diversité PDG comité de direction stratégie de gestion des talents

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres?

Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres? Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres? Eléments de réflexion dans le cadre du projet de loi N 151 visant à ratifier le Protocole de Londres proposés par

Plus en détail

Automobile : le coup de frein?

Automobile : le coup de frein? Automobile : le coup de frein? Wilfried Verstraete, Président du Directoire d Euler Hermes Ludovic Subran, Chef Economiste et Directeur de la Recherche Yann Lacroix, Responsable Etudes sectorielles Conférence

Plus en détail

Observatoire 2016 des entreprises intervenant dans les Réseaux d Initiative Publique (RIP)

Observatoire 2016 des entreprises intervenant dans les Réseaux d Initiative Publique (RIP) Observatoire 2016 des entreprises intervenant dans les Réseaux d Initiative Publique (RIP) Enquête réalisée pour la Fédération des Industriels des Réseaux d Initiative Publique et la Caisse des Dépôts

Plus en détail

Les relations entre le Canada/Québec et l'asean

Les relations entre le Canada/Québec et l'asean Les relations entre le Canada/Québec et l'asean Coffi Dieudonné ASSOUVI Vincent GAGNON-LEFEBVRE Josée-Anne LABRIE Victor SANCHEZ-LOPEZ ETI-7013 Séminaire pluridisciplinaire sur l Asie Plan de la présentation

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre des consultations de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire présenté dans le cadre des consultations de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise Mémoire présenté dans le cadre des consultations de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise 10 octobre 2014 INTRODUCTION Le Gouvernement du Québec s apprête à revoir la fiscalité québécoise

Plus en détail

L'innovation au coeur de la relance mondiale Situation française et mesures en faveur des PME innovantes

L'innovation au coeur de la relance mondiale Situation française et mesures en faveur des PME innovantes L'innovation au coeur de la relance mondiale Situation française et mesures en faveur des PME innovantes Centraliens entrepreneurs Jeudi 10 février 2011 Annie GEAY, directrice de l évaluation et des études

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE SEPTEMBRE 2009 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Picardie Tendances régionales Numéro 20 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE

N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE COMPLEMENTS D INFORMATION Les différentes orbites terrestres La variété des missions spatiales dédiées aux satellites exige l utilisation de nombreuses

Plus en détail

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 INSTITUT NATIONAL DU CANCER RAPPORT AU COMITE D AUDIT Page 1 Sommaire I. TRAVAUX DU COMITE D AUDIT EN 2012... 3 II. PLAN ANNUEL D AUDIT 2012... 3 1. CONTEXTE... 3 2.

Plus en détail

L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays

L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays Joseph Bradley Jeff Loucks Andy Noronha James Macaulay Lauren Buckalew

Plus en détail

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 --

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Discours de Michel Vandepoorter, Ambassadeur de France à Malte Mesdames et messieurs, La question du financement

Plus en détail

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada»

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» CGC HC-FIN-CTE/2007 «Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» Présentation au Comité des finances de la Chambre des communes Consultations

Plus en détail

Chiffre d affaires consolidé de 3 581 millions d euros, en hausse de 15 %, + 6 % à périmètre et taux de change constants

Chiffre d affaires consolidé de 3 581 millions d euros, en hausse de 15 %, + 6 % à périmètre et taux de change constants 15.13 Croissance du chiffre d affaires de 15 % à 3 581 millions d euros Croissance du chiffre d affaires première monte de 16 %, + 7 % à périmètre et taux de change constants, supérieure de 6 points à

Plus en détail

La Compagnie du Vent installe plus de 110 mégawatts éoliens en Picardie

La Compagnie du Vent installe plus de 110 mégawatts éoliens en Picardie La Compagnie du Vent installe plus de 110 mégawatts éoliens en Picardie Alors qu elle ne compte à ce jour aucune éolienne en fonctionnement en Picardie, La Compagnie du Vent prévoit d y installer au moins

Plus en détail

Annexe promotion du gaz.doc 1

Annexe promotion du gaz.doc 1 Annexe : Présentation des actions de promotion du gaz naturel Depuis 2008, la promotion de l énergie gaz naturel est l un des grands enjeux de GrDF et constitue un poste de dépense à part entière pris

Plus en détail

Dossier de presse Paris, 16 juin 2005

Dossier de presse Paris, 16 juin 2005 Dossier de presse Paris, 16 juin 2005 Communiqué de presse 16 juin 2005 Fusion de Stock at Stake (membre du groupe Ethibel) et Vigeo : naissance du Groupe Vigeo, première agence européenne de mesure de

Plus en détail