Q uestionnaire r e l a t i f à la sc.nté publique dans le s t e r r i t o i r e s. Le 'îecrétaire Général a l honneur de communiquer aux

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Q uestionnaire r e l a t i f à la sc.nté publique dans le s t e r r i t o i r e s. Le 'îecrétaire Général a l honneur de communiquer aux"

Transcription

1 SOCIETE DES MTIOÜÏS OOidLISüION PERI.IaNEIJT.Cj' DES üahdaïs Q uestionnaire r e l a t i f à la sc.nté publique dans le s t e r r i t o i r e s sous mandat, lîote Jü SECRETAIRE GENERAL Le 'îecrétaire Général a l honneur de communiquer aux Membres du Conseil copie de le. correspondance échangée au su jet de le question de la santé publique dans le s t e r r i t o i r e s sous mandat, en tre la Commission Permanente des ana at s et l e Comité d'hygiène, à la su ite de la ré so lu tio n p ris e par la Commission permanente des Mandat s, lo r s de sa d ern ière session.

2 LETTRE 2)U DIRECTEUR LE La SECTION LES M B A T S AU PRESIDENT LU COUI TE LthYGIEBE f T raduction). Genève, le 1.'. août 1922,, Monsieur l e P résid en t, J ' a i l honneur, au nom du Marquis Theodoli, Président de l a Commission permanente des mandats, de vous p rie r de vouloir "bien examiner la question suivante : Afin de f a c i l i t e r la p rép aratio n des rapport s annuels que le s Puissances m andataires d o iv en t, conformément à l a r t i c l e 22 du Pacte, soum ettre au Conseil de la Société des Nations, la Commission permanente des mandats, qui a pour m ission de re c e v o ir cla b o rô et d examiner ces rap p o rts, t< l année d ern ière, un questionnaire.; général q u e lle a adressé aux Puissances mandataire s. Comme vous le verrez d ap rès l e document c i - j o i n t, l une des questions posées par la Commission permanente des mandats a t r a i t à la santé publique. Ce questionnaire a provoqué p lu sie u rs réponses in té re ss a n te s, mais, lo r s de sa d ern ière réua ni on, la Commission permanente des mandats a estimé q u 'i l s e r a it n écessaire d o b ten ir des renseignem ents et des s ta tis tiq u e s p lu s d é ta illé s, au sujet de l a prophylaxie, de l incidence et du traitem ent des m aladies dans le s t e r r i t o i r e s sous mandat s, p articu lièrem en t dans l 'A frique cen trale et dans le-s I le s du P acifique. U*. Ormsby-Gore, membre britannique de la Commis sion, c p résenté, à ce su je t, la ré s o lu tio n suivante i Afin à é tu d ie r, cr. coorér- tio n avec le Comitt é d Hygiène do la Société, l a fréquence des m aladies tro p ic a le s et la manière dont on le s t r a i t e dans le s t e r r i t o i r e s sous mandats

3 - 2 ~ 3 et C, l a Commission permanente des mandats p rie le Conseil de la Société de bien vouloir demander aux Puissances m andataires de donner dans le u rs ra p p o rts annuels Ses d é ta ils et dos s t s t i s t i q u e s touchant la fréquence e t le traltern ait des m aladies tro p ic a le s suivantes: 11 m aladie du sommeil, tuberculose, am kylostam iasis, malar ia, p e ste, lè p re, f i l a r i s i s, p e t i t e vérole, s y p h ilis 11«Au cours de l a séance où. ce p ro je t de ré so lu tio n a examiné, e t à la q u e lle assis t a i t le Dr Rajchmann, D irecteur de la Section d Hygiène du S e c ré ta ria t, la Commission a décidé de c e tte p rie r le Comité d Hygiène de v ouloir bien amender le te x te d e /ré so lu tio n pour le conformer aux exigences des s p é c ia lis te s des questio n s d hygiène et de s ta tis tiq u e, J Ta i l honneur de vous tran sm ettre cet te req u ête dans l esp o ir q u 'i l sera p o ssib le à v o tre Commission de lu i ré se rv e r un a c c u e il favorable c V euillez agréer, de ma h au te co n sid ératio n. Monsieur le P ré sid en t, l 'assurance Signé: W.ÏÏ.RAPPARD. D irect eu r de l a Section des I.ian3ats II. le Dr Th. UfiESEE P ré sid en t du Comité d Hygiène de la Société des H âtions.

4 is ïm a m m s m i t w som m s? r o m au pisiibbht eb la QmmUÎM BBS M S 4Î1. M onsigur, Sgîièvê, ±9 1B a ât l 3â«J rai l Thonneur de voua accuser réception de votre l e t tre du 13 août, re la tiv e à. la p a rtie dec rapporta annuels des Puissances m andataires qui concerne l :hÿgiène publique des t e r r i t o i r e s places sous mandat. Votre l e t t r e a ét é soumise au uomitj d'hygiène e t, en réponse à votre demande, je vous transm ets les p ro p o sitio n s suivantes de m odifications qui, à son evis, p o u rraien t ê tre apportées au passage de votre q u estio n n aire t r a i t a n t de l 'h y giène publique: 1) Quelle e s t, sur l e t e r r i t o i r e, l'o rg a n is a tio n s a n i ta ir e chargée de la recherche, de la prévention, du contrôle e t du traitem e n t des maladies? Indiquer le s r é s u l t a t s appréciables des travaux effe c tu é s par c e t te o rg an isatio n, su cours de l'an n é e. 2) Q uelles sont le s maladies endémiques ou épidémiques qui provoquent la p lu s grande m orbidité e t la plus grande m ortc.lité sur le t e r r i t o i r e? P rière de fo u rn ir des s ta tis tiq u e s au ssi complètes que possible sur la m orbidité et la m o rta lité a ttrib u a b le s à ces m aladies, s i possible en ce qui concerne c e rta in s c e n tre s, par mois, par âge e t par sexe* 3) P riè re d 'in d iq u e r le taux de n a t a l i t é, le taux de m o rta lité générale et de m o rta lité in fa n tile au dessous de 2 ans pour to u te s les p a rtie s du t e r r i t o i r e bù i l e s t possible de r e c u e i l l i r ces rense ignem ents. 4) P riè re d 'in d iq u e r les mesures appliquées sur le t e r r i t o i r e pour r e c u e i l l i r des s ta tis tiq u e s r e la tiv e s à la vie humaine- 5.) P riè re de fo u rn ir tous autres renseignements présentant de l in té r ê t au point de vue épidémiologique e t q u 'i l s e r a it possible de r e c u e i l l i r, notamment sur ^ e x t e n sion de maladies graves t e l l e s que la maladie du somm eil, e tc.- e t dans tous les cas où ces rense ignements ne re n tre r a ie n t pas dans le cadre de ceux demandés eu paragraphe 2 c i-d e ssu s.,

5 - 2 - me I l / se cable opportun d s j outer à ces recommendatio n s du Comité un mot d Tex p lic a tio n. Le Comité d Hygiène e s t d accord avec la Commission permanente des Mandats, pour estim er qu i l importe d ob ten ir le s rense igne me nts les plus complets sur la mor- bici.itj et la m o rta lité causces par les maladies qui sévis sent avec le plus d 'in te n s ité dans le s t e r r i t o i r e s sous mandat, a in s i que sur le s mesures p rise s pour l u t t e r contre ces m aladies. T o u te fo is, il ne v o it pas l avantage qu i l y a u ra it à s p é c ifie r le s maladies pour l e s quelles des renseignement s sont demandés. En e f f e t, i l fa u d ra it que c e tte l i s t e fû t modifiée pour chaque t e r r i t o i r e ; le s a u to rité s d hygiène in té re ssé e s ne pourr a ie n t pas fo u rn ir le s mômes rense ignements pour chacune des maladies énumérées dtns une même l i s t e, en admetta n t même que c e lle - c i fû t au ssi brève que c e lle qui fig u ie dans le p ro je t de ré so lu tio n. Par exemple, on peut admettre q u i l s o it possible de fo u rn ir des re n seignements relativ em en t ex acts sur l'a p p a r itio n e t la fréquence des m aladies aigiies, t e l l e s que la peste et la v a r io le, mais i l s e ra it presque im possible de fo u r n ir le s mêmes renseignem ents sur des maladies t e l l e s que la m a laria, 1 ankylostom asie, in fe c tio n s dont l a gent causal dans c e rta in e s régions, e x is te chez presque tous le s su je ts. Le Comité d Hygiène a ttach e un grand in té r ê t à la première question de la s é rie. I l lu i semble en e f f e t, que la s itu a tio n s a n ita ir e, dans le s t e r r i t o i r e s sous mandat, dépendra su rto u t des progrès r é a lis é s dans 1 To rg an isatio n de l hygiène publique. <-es rense ignements lu i p araissen t plus im portants que les s t a t i s tiq u e s qui, de to u te évidence, seront à beaucoup d é-

6 garàs im p arfaites. Le Comité d THygiène suggère, en conséquence, quti l y a lie u de donner une d e sc rip tio n complète de 1 : organisa tio n de l'h ygiène publique, pour chaque t e r r i t o i r e, d 'e n sig n aler le s développements su c cessifs e t de demander au fo n ctio n n aire technique du t e r r i t o i r e, un rapport sur le s r é s u lta ts obtenus à la su ite des mesures p ris e s V euillez ag réer, e tc. (S) Madsen.

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie? Etymologie S o n n o m p ro v e n a n t d u g re c e rg o n (travail) e t n o m o s (lois) p o u r d é s ig n e r la s c

Plus en détail

S A L L E D E L A M A I R I E

S A L L E D E L A M A I R I E M e J é r ô m e G A R N I E R -2 1 R u e d e B a r b e n t a n e F 7 6 3 4 0 B L A N G Y S U R B R E S L E C A T A L O G U E D E L A V E N T E A U X E N C H E R E S P U B L I Q U E S D im a n c h e 1 3

Plus en détail

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Conseil Economique D is t r. et Social

Conseil Economique D is t r. et Social N ATIO N S UNIES Conseil Economique D is t r. et Social gfnerale E/1982/3/fidd.43 10 décembre 1987 FRANÇAIS Original, ANGLAIS Prem ière session o rd in a ire de 1988 APPLICATION DU PACTE INTERNATIONAL

Plus en détail

A pprendre à ra is onner à l'éc ole

A pprendre à ra is onner à l'éc ole A pprendre à ra is onner à l'éc ole l'e x e m p le d e la g é o m é trie C liq u e z p o u r m o d ifie r le s ty le d e s s o u s -titre s d u m a s q u e Thierry DIAS, HEP Lausanne thierry.dias@hepl.ch

Plus en détail

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010 Présentation de la formation au Certificat d aptitude d professionnelle pour les aides spécialis cialisées, les enseignements adaptés s et la scolarisation des élèves en situation de handicap CAPA-SH Promotion

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris

Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris 1 Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris Catherine MAZOLLIER - GRAB référente régionale PACA en légumes biologiques avec la collaboration de Abderraouf SASSI, technicien

Plus en détail

Faure le fire ball..rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM. CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI

Faure le fire ball..rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM. CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI Faure le fire ball.rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM RADIATEU R A GAZ BUTANE CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI DESCRIPTION L a p p a re il co m p o rte en u n ensem ble m o b ile sur roues cao utchouc :

Plus en détail

Une photocopie de votre pièce d identité

Une photocopie de votre pièce d identité DOSSIER D ADMISSION Madame, Monsieur.. Vous faite une demande d admission à La Clinique les Bruyères pour une hospitalisation complète de 6 semaines. Voici les éléments que doit comporter votre dossier

Plus en détail

SOCIETE DES NATIONS. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE

SOCIETE DES NATIONS. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE SOCIETE DES NATIONS Communiqué au Conseil G. 495 1925 I. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 VjLLE LIBRE DE DaNTSIG. DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE POSTAL POLONAIS i. Note du Gouvernement

Plus en détail

SOCIETE PBS HATIONS, 0,

SOCIETE PBS HATIONS, 0, SOCIETE PBS HATIONS, 0, innunipue su C onseil et 2 a5 JïI ] C:1 c nv e 23a 1922. Membres a o la S o ciété. * C, 2 8 i,:522,ii, C 5 253. 1922 COMMIS3IOïï ECONOMIQUE p]t FIM CI33I3 PRCVISC1R3 Rapport présen

Plus en détail

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre P ro to c o le d e la re n c o n tre C h a m p io n a t r é g io n a le c o m ité Ile -d e -F r a n c e P ic a r d ie 2 9 a v r l 2 0 0 7 P is c in e d e N o g e n t s u r M a r n e 19:35 P ro to c o le

Plus en détail

J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé»

J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé» Tebenkova Svetlana - Natixis 2008 J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé» Fo nds d I nves tis s em ent et de D évelo ppem ent des P a rtena ria ts

Plus en détail

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r FÉDÉRATION DE QI GONG ET ARTS ÉNERGÉTIQU ES LE QI GONG «A U T R A V A IL» Crédit photo : Anne MELCER B L I B â A 3, a v u P a u C é z a n n 1 3 0 9 0 A i x v c T é : 0 4 4 2 9 3 3 4 3 1 a x : 0 4 4 2 6

Plus en détail

Valeur ajoutée des Institutions Financières et Produit net bancaire

Valeur ajoutée des Institutions Financières et Produit net bancaire 13 e Colloque de l'association de Comptabilité Nationale Valeur ajoutée des Institutions Financières et Produit net bancaire Jean-Marie Fournier INSEE (DCN) Denis Marionnet Banque de France (SESOF) Introduction

Plus en détail

SOCIUÜS DES FAT loi: 3,

SOCIUÜS DES FAT loi: 3, SOCIUÜS DES FAT loi: 3, / X V / hommuniçlué au 0 ogs ej.lv ' s 0. 33. 1925. 32 /417 96ÿ'/2 f594.- V ^ Genève, le 28 janvier 1925 V» V ;:"4 y v J /< > - X f F J > / y=v%? Z -*-35» JURY I)1xffiOHIT EOT 33

Plus en détail

G roupe G T : 16 retom bées. M é d ia D ate S u jet

G roupe G T : 16 retom bées. M é d ia D ate S u jet RETOM BEES PRESSE 2011 Cam pagne presse GT G roupe G T : 16 retom bées P re sse é crite n a tio n a le : ECHANGES janvier 2011 Partenariat Em m aüs ECHANGES avril 2011 In terview J.ISN A R D Presse écrite

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

Méthode de caractérisation et analyse des sites (trait. enquêtes)

Méthode de caractérisation et analyse des sites (trait. enquêtes) Jeudi 5 janvier 2006 LCPC Nantes Méthode de caractérisation et analyse des sites (trait. enquêtes) Bernard Naquin LRPC de Lyon 25 avenue François Mitterrand 69500 - Bron Tél. 04 72 14 32 35 Fax 04 72 14

Plus en détail

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s DROIT DE L INTERNET DROIT FRANÇAIS ET EUROPÉEN Céline CASTETS-RENARD Professeur à l'université de Toulouse Capitole 2e édition Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s TABLE DES MATIÈRES P réface...

Plus en détail

Traitement des Gaz Acides : E njeux et Nouveaux Développements

Traitement des Gaz Acides : E njeux et Nouveaux Développements Traitement des Gaz Acides : E njeux et Nouveaux Développements J o u r n é e s d u P é tr o le s, P a r is 2 0 2 1 o c to b r e 2 0 0 8 S ommaire Objectifs du traitement des gaz acides P rincipaux procédés

Plus en détail

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s A u c o m m e n c e m e n t p 2 L A g rém e n t Te c h n iq u e E u ro p ée n p o u r le s S y stèm e s d E ta n c h éité Liq u ide p 4 G a ra n tie déc e n n a le - E x c e p tio n fra n ça ise La rép

Plus en détail

secret télégraphique ci-annexée (voir annexe), le Comité

secret télégraphique ci-annexée (voir annexe), le Comité imande du P ré sid e n t de l a Commission C onsultative des Communications e t du T ransit, le S ecrétaire 'honneur de communiquer aux membres du C o n se il, le Comité ju rid iq u e permanent de l 'O

Plus en détail

R e m e t t r e ce d o c u m e n t à (En premier lieu). ...

R e m e t t r e ce d o c u m e n t à (En premier lieu). ... e SOCIÉTÉ DES NATIONS. 1920. LEAGUE OF NATIONS. Classement. POLITICAL. Classement î No. X I. REG ISTRY. Document No. PCAQ o Oi/v*). 1 Dossier No. C f f é Expéditeur. Sujet. /ù ^ c /ï' * / 2 l ^ ' & i/u

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

L'oral dans les apprentis s ages mathématiques au cycle 2

L'oral dans les apprentis s ages mathématiques au cycle 2 L'oral dans les apprentis s ages mathématiques au cycle 2 1 Entrée dans l'activité mathématique «Il fa u t v e ille r à c e q u e le s d iffic u lté s d e le c tu re n e v ie n n e n t p a s g ê n e r

Plus en détail

LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX

LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX Une initiative de l ARS du Limousin voulue par son Directeur Général LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX "forum" d'expression des attentes des usagers et de leurs représentants concernant la

Plus en détail

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing THEME: 2008/2009 Introduction Cadre général : 1) Qu est que c est qu un tableau de bord? a) Définitions b) Les rôles essentiels du

Plus en détail

Variabilité et changements clima tiques au Maroc Downs caling pour le nord-es t (zone du projet AC C MA) Drio ue c h Fatim a K a s m i A tik a

Variabilité et changements clima tiques au Maroc Downs caling pour le nord-es t (zone du projet AC C MA) Drio ue c h Fatim a K a s m i A tik a R o y a u m e d u M a ro c S e c ré ta ria t d É ta t a u p rè s d u M in is tè re d e l É n e rg ie, d e s M in e s, d e l E a u e t d e l E n v iro n n e m e n t, C h a rg é d e l E a u e t d e l E n

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D TITRE : Pollutions Electromagnétiques Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury :.10 minutes Entretien avec le jury :..10 minutes GUIDE

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE. CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE. CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva Livrable issu des travaux GTE 2007 Version : 1 10 novembre 2008 Nombre de

Plus en détail

SOMMAIRE. P reface A v a n t-p ro p o s PREMIERE PARTIE. - Les points cutanés... 19

SOMMAIRE. P reface A v a n t-p ro p o s PREMIERE PARTIE. - Les points cutanés... 19 SOMMAIRE P reface... 15 A v a n t-p ro p o s... 17 PREMIERE PARTIE. - Les points cutanés... 19 C H A P IT R E I. - L es p o in ts cutanés d u in n et d u y a n g... 21 1) Les points «clés de merveilleux

Plus en détail

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques?

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? C a fé E u ro p e D é b a t Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? O rig ine S oc ia le des E lus O rig ine S oc ia le des D éputés en 2007 E n % O rig ine s oc ia le des M a ires

Plus en détail

S A L L E D E L A M A I R I E

S A L L E D E L A M A I R I E M e J é r ô m e G A R N I E R -2 1 R u e d e B a r b e n t a n e F 7 6 3 4 0 B L A N G Y S U R B R E S L E C A T A L O G U E D E L A V E N T E A U X E N C H E R E S P U B L I Q U E S S a m e d i 1 6 N

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Lycée Costebelle. Jean André AUFFRAY Ingénieur Hospitalier 17/10//2014

Lycée Costebelle. Jean André AUFFRAY Ingénieur Hospitalier 17/10//2014 Lycée Costebelle Jean André AUFFRAY Ingénieur Hospitalier 17/10//2014 C est quoi la qualité? CONFORMITE AUX «EXIGENCES» (besoins et attentes formulés, implicites ou imposés) CLIENTS AUTRES PARTIES INTERRESSEES

Plus en détail

Dauendorf 67 (aire d étude : Haguenau)

Dauendorf 67 (aire d étude : Haguenau) Commune : Dauendorf 67 (aire d étude : Haguenau) Référence: IA00061638 Adresse : Titre de l œuvre : Etoile (rue de I') 5 Ferme Cartographie : Cadastre : Lamberti ; 0990050 ; 1139380 1898 2 67 Dossier :

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

P.P.R.I Rivière Le Loir

P.P.R.I Rivière Le Loir Journée de formation des commissaires enquêteurs 19 octobre 2011 Direction Départementale Des Territoires Sarthe P.P.R.I Rivière Le Loir Présentation du projet de Plan de Prévention du Risque Naturel Inondation

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

S ITE S E T S O LS P O LLUÉ S PLAQU E TTE

S ITE S E T S O LS P O LLUÉ S PLAQU E TTE PLAQU E TTE A C TIV ITÉ S IN DU S TR IE LLE S A N C IE N N E S Archives départementales 76 R É AM ÉN AG E M E N T U R B AIN L es villes s e s o nt étendues s ur d a nc iens s ites indus triels 1863 1889

Plus en détail

Haguenau 67 (aire d étude : Haguenau) Lamberti ; 1000490 ; 1138070 19 12 A V 12

Haguenau 67 (aire d étude : Haguenau) Lamberti ; 1000490 ; 1138070 19 12 A V 12 Commune : Haguenau 67 (aire d étude : Haguenau) Référence: IA00061931 Adresse : Titre de l œuvre : Robert Schuman (place) 1 Ecole de commerce (lycée d'enseignement général et technologique d'etat) Cartographie

Plus en détail

LES TUTORIAUX D ASTROPLANETES. Monter sa lunette Mise en station d une monture équatoriale Premiéres observations

LES TUTORIAUX D ASTROPLANETES. Monter sa lunette Mise en station d une monture équatoriale Premiéres observations LES TUTORIAUX D ASTROPLANETES Monter sa lunette Mise en station d une monture équatoriale Premiéres observations La lunette astronomique La Luxiere est concentrée par un objectif vers un foyer L'image

Plus en détail

La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y Editorial > Projet s : é v o l u t ion

Plus en détail

Site C : Évaluation environnementale Processus d examen

Site C : Évaluation environnementale Processus d examen Site C : Évaluation environnementale Processus d examen Dean Stinson O Gorman Directeur des commissions d examen Agence canadienne d évaluation environnementale Brian Murphy Directeur des évaluations de

Plus en détail

Consultation MED07 Campagne 2009

Consultation MED07 Campagne 2009 A L C O O L E T H Y L IQ U E 7 0 - IN C O L O R E C la s s e S O L U T E S M A S S IF S 2 A L C O O L E T H Y L IQ U E 9 0-000 M L C la s s e S O L U T E S M A S S IF S 3 A L C O O L E T H Y L IQ U E M

Plus en détail

Prévention des conflits d intérêts

Prévention des conflits d intérêts Prévention des conflits d intérêts I. Situations de conflits d intérêts relatifs à l activité de gestion financière 1. Critères de sélection et de suivi des intermédiaires Sélection des intermédiaires

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

Maîtrise Statistique des Processus. Approche opérationnelle

Maîtrise Statistique des Processus. Approche opérationnelle Maîtrise Statistique des Processus Approche opérationnelle But de la formation F o u rn ir d e s é lé m e n ts d e m é th o d o lo g ie p o u r p e rm e ttre a é tu d ia n ts, à l is s u e d e la fo rm

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

Rapport Extra-Financier du fonds SG MONETAIRE ISR au 31/03/2012

Rapport Extra-Financier du fonds SG MONETAIRE ISR au 31/03/2012 Rapport Extra-Financier du fonds SG MONETAIRE ISR au 31/03/2012 Page 1 Une sélection ESG intégrée au processus d investissement 1 Définition de l univers d investissement Univers d investissement Indice

Plus en détail

L I C E N C E 1 G r a n d s c o n c e p t s d u d r o i t p r i v é ( + T D ) 7 D r o i t c o n s t i t u t i o n n e l : t h é o r i e d e l E t a t ( + T D ) 7 F o r m a t i o n h i s t o r i q u e d

Plus en détail

Évolutions de la linguistique outillée : méfaits et bienfaits du TAL

Évolutions de la linguistique outillée : méfaits et bienfaits du TAL Évolutions de la linguistique outillée : méfaits et bienfaits du TAL Ludovic Tanguy, Cécile Fabre To cite this version: Ludovic Tanguy, Cécile Fabre. Évolutions de la linguistique outillée : méfaits et

Plus en détail

Depuis 1977, pour un avenir en toute confiance

Depuis 1977, pour un avenir en toute confiance Les outils de pilotage de la TPE Comment les concevoir, les aligner et les déployer sur les facteurs clés de succès? Définition Objectifs Limites Tableau de bord de la TPE Ce que l on va dire Systèmes

Plus en détail

Concours APHP 2013 et préparations concours

Concours APHP 2013 et préparations concours DRH AP-HP CENTRE DE LA FORMATION ET DU DEVELOPPEMENT DES COMPTENCES APHP et préparations concours Point au 13 avril 2/0/ CONCOURS SOIGNANT Préparation concours Etude des dossier s admission CADRE DE SANTE

Plus en détail

Deux Sujets d inquiétudes

Deux Sujets d inquiétudes 108" ANNEE. N 7. LE NUMERO \ ' t \ a T CENTIM ES DIMANCHE 14 FEVRIER 1937 JOURNAL DE L ARRONDISSEMENT DE SENLIS Paraissant le Dimanche Un an...,... «nais. A nom Huro»i 10 «_A_ IE3 O 1ST TST E l VU ZE IST

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

L A CONGRÉGATION D E SA IN T -M A U R ET LE R E N O U V E A U A R C H ITEC TU R A L D U M ONACHISM E DANS LES ABBA Y ES D U BA S-LANGUED O C

L A CONGRÉGATION D E SA IN T -M A U R ET LE R E N O U V E A U A R C H ITEC TU R A L D U M ONACHISM E DANS LES ABBA Y ES D U BA S-LANGUED O C L A CONGRÉGATION D E SA IN T -M A U R ET LE R E N O U V E A U A R C H ITEC TU R A L D U M ONACHISM E DANS LES ABBA Y ES D U BA S-LANGUED O C ( S A I N T - C H I N I A N, A N I A N E, S A I N T -T H I B

Plus en détail

DU DROIT BELGE Législation, Doctrine, Jurisprudence

DU DROIT BELGE Législation, Doctrine, Jurisprudence RÉPERTOIRE PRATIQUE DU DROIT BELGE Législation, Doctrine, Jurisprudence D irection scie n tifiq u e R. Andersen, J. du Jardin, P. A. Foriers et L. Sirnont Droit de l enseignement en Communauté française

Plus en détail

Logistique de transport pour l e proj et LH C S. Prodon & S. Weisz ST Work sh op 2 0 0 3 Planification Objectifs M é th o d o l o g ie R e tou r te r r ain R é u ssites D ifficu l té s A m é lior ations

Plus en détail

Les audiences de la fiction dans les grands pays européens en 2011

Les audiences de la fiction dans les grands pays européens en 2011 Les audiences de la fiction dans les grands pays européens en 2011 1 Objectifs de travail L objet de ce document est de rassembler les palmarès d audience des programmes de fiction dans les principaux

Plus en détail

SOCIETE DES NATIONS,

SOCIETE DES NATIONS, T,n>ps A SOCIETE DES NATIONS, G.503.H.3 6 1.1 9 2 1.I, ogmimigtié au C o n se il t aux a / 17816/548 Genève, la 12 décembre 1921. MINORITES POLONAISES EN ALLEMAGNE Note du S e c ré ta ire g é n é ra l.

Plus en détail

INDEX CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES FORMALITÉS DOUANIÈRES ET SIMILAIRES SOCIÉTÉ DES NATIONS. et aux Membres de la Société.]

INDEX CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES FORMALITÉS DOUANIÈRES ET SIMILAIRES SOCIÉTÉ DES NATIONS. et aux Membres de la Société.] [C om m uniqué au Conseil Q (fô(b)9 M. 24 (b). 1924. fi. et aux Membres de la Société.] SOCIÉTÉ DES NATIONS Genève, le 17 septembre 1924. INDEX AUX COMPTES RENDUS DE LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES

Plus en détail

Programmation de développement rural. Séquence - 1 Évolution de la programmation de développement rural

Programmation de développement rural. Séquence - 1 Évolution de la programmation de développement rural Programmation 2014-2020 de développement rural Séquence - 1 Évolution de la programmation de développement rural 2014-2020 1 Perspectives d'évolution de la programmation de développement rural 2014-2020

Plus en détail

Le secteur de l Emballage et de l Imprimerie en Tunisie

Le secteur de l Emballage et de l Imprimerie en Tunisie Le secteur de l Emballage et de l Imprimerie en Tunisie Le secteur de l Emballage et de l Imprimerie occupe une place importante dans l industrie tunisienne. Il compte environ 280 entreprises qui emploient

Plus en détail

c o n c er n a n t en E M E A c o n f o r m é m en t a u x t er m es d u c o n t r a t a v ec l es P a r t en a i r es d e d i s t r i b u t i o n i n

c o n c er n a n t en E M E A c o n f o r m é m en t a u x t er m es d u c o n t r a t a v ec l es P a r t en a i r es d e d i s t r i b u t i o n i n CONTRAT AVEC LES PARTENAIRES DE DISTRIBUTION INDIRECTS v. EM EA. 0 4.2 5.2 0 0 7 Afin d e v o u s e n r e g i s t r e r a u p r è s d e Ci s c o c o m m e p a r t e n a i r e d e d i s t r i b u t i o

Plus en détail

Concerts (exemples) Fes ti v al T ran art Ital i e S EP T EM B R E 2011 PROCHAINES PREMIERES

Concerts (exemples) Fes ti v al T ran art Ital i e S EP T EM B R E 2011 PROCHAINES PREMIERES L e A L E P H G I T A R R E N Q U A R T E T T s e c o m p o s e d ' A n d r é s H e r n á n d e z A l b a, T i l l m a n n R e i n b e c k, W o l f g a n g S e h r i n g e r e t C h r i s t i a n W e r

Plus en détail

R é s i d e n c e l e B i r d i e 3 *

R é s i d e n c e l e B i r d i e 3 * R é s i d e n c e l e B i r d i e 3 * H E B E R G E M E N T - A C T I V I T E S T O U T S U R P L A C E! PRATIQUE Votre hébergement familial et économique en formule hôtelière pour un court séjour, à 10

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 5 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e d e

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

Study of the inflammatory and immunological actions of retroviruses

Study of the inflammatory and immunological actions of retroviruses Study of the inflammatory and immunological actions of retroviruses Christina Lomparski To cite this version: Christina Lomparski. Study of the inflammatory and immunological actions of retroviruses. Immunology.

Plus en détail

professionnelle Fiche pratique Préparateur en pharmacie hospitalière Avril 2010 Fiche pratique professionnelle du Synprefh INTRODUCTION

professionnelle Fiche pratique Préparateur en pharmacie hospitalière Avril 2010 Fiche pratique professionnelle du Synprefh INTRODUCTION Fiche pratique professionnelle du Synprefh Préparateur en pharmacie hospitalière Fiche pratique professionnelle INTRODUCTION En milieu hospitalier comme à l officine, les préparateurs en pharmacie sont

Plus en détail

Ver sai l l es l e ch âteau d u R oi sol ei l. Modifiez le style des sous-titres du masque

Ver sai l l es l e ch âteau d u R oi sol ei l. Modifiez le style des sous-titres du masque Ver sai l l es l e ch âteau d u R oi sol ei l Modifiez le style des sous-titres du masque Louis XIV craint les révoltes. Il se fait donc construire à partir de 1661 un palais hors de Paris, à Versailles.

Plus en détail

«Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains

«Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains «Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains Il y a u n p e u p lu s d u n a n, l a rrê t d e R o u x (1 ) a va it cla ire

Plus en détail

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau)

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Commune : Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Référence: IA00061614 Adresse : Titre de l œuvre : Principale (rue) 44 Ferme Cartographie : Cadastre : Lam berti ; 0991920 ; 1135190 1898 2 99 Dossier :

Plus en détail

Simplicité et efficacité

Simplicité et efficacité Migration vers la nouvelle version du logiciel Simplicité et efficacité www.thunderbee.org Plan Pro c é dure Wind o w s Pro c é dure Mac Mis e à jo ur de s mo dule s 17/07/15 www.thunderbee.org 2 Pro c

Plus en détail

Passage de grade : ceinture Jaune - Ju-Jitsu

Passage de grade : ceinture Jaune - Ju-Jitsu 27/12/2007 1/26 U.V. N 1 - PRINCIPES FONDAMENTAUX DU JU-JITSU Conditions d'admission : A u c u n e Description : L 'e x a m e n p o r te s u r : - N o e u d d e c e in tu r e - S a lu t --> r its u r e

Plus en détail

l'essaim Musique Manouche Guitare - Contrebasse - Clarinette/Saxophone 3 stages du 21 au 25 août 2007 pour musiciens professionnels et amateurs

l'essaim Musique Manouche Guitare - Contrebasse - Clarinette/Saxophone 3 stages du 21 au 25 août 2007 pour musiciens professionnels et amateurs l'essaim de julie Musique Manouche Guitare - Contrebasse - Clarinette/Saxophone 3 stages du 21 au 25 août 2007 pour musiciens professionnels et amateurs Soirée Gitane samedi 25 août à partir de 19h Fête

Plus en détail

SOUS-REGION DES CARAÏBES

SOUS-REGION DES CARAÏBES SOUS-REGION DES CARAÏBES c y c? o, -tv o A n t ig u a -e t-b a r b u d a A n t ille s néerlandaises A r u b a Baham as B a rb a d a B e lize C u b a D o m in iq u e G re n a d e G u y a n a H a ití Iles

Plus en détail

CON CE P TU E LLE D U N TE X TE MFB-CQH

CON CE P TU E LLE D U N TE X TE MFB-CQH LA D E M AR CH E D AN ALYS E CON CE P TU E LLE D U N TE X TE MFB-CQH Objectifs d apprentissage Expérim enter dans les travaux d analyse dem andés 2 Comprendre la méthode et les étapes de construction d

Plus en détail

WORD Niveau 2 Les objectifs de la formation M a î t r i s e r l e s f o n c t i o n n a l i t é s a v a n c é e s d e W o r d p o u r g a g n e r e n e f f i c a c i t é d a n s l a p r o d u c t i o n

Plus en détail

B ila n d 'a c tiv ité : p ré a la b le à la p o litiq u e d o c u m e n ta ire

B ila n d 'a c tiv ité : p ré a la b le à la p o litiq u e d o c u m e n ta ire B ila n d 'a c tiv ité : p ré a la b le à la p o litiq u e d o c u m e n ta ire d o c u m e n t s u p p o rt d 'in te rv e n tio n : c e s u p p o rt, s a n s le s c o m m e n ta ire s d 'a c c o m p a

Plus en détail

A. Crabières. URC Paris Nord 09/03/2012 1

A. Crabières. URC Paris Nord 09/03/2012 1 A. Crabières URC Paris Nord 09/03/2012 1 Plan de la présentation Intérêts de la communication Outils de la communication Phases de la communication Exemples URC Paris Nord 09/03/2012 2 INTERETS de la Communication

Plus en détail

Grendelbruch 67 (aire d étude : Rosheim) Baschney. Lamberti ; 0968050 ; 1099280 parcelle non cadastrée

Grendelbruch 67 (aire d étude : Rosheim) Baschney. Lamberti ; 0968050 ; 1099280 parcelle non cadastrée Commune : Lieu-dit : Grendelbruch 67 (aire d étude : Rosheim) Baschney Référence : IA00075524 Titre de l œ uvre : Scierie Cartograptiie : Cadastre : Lamberti ; 0968050 ; 1099280 parcelle non cadastrée

Plus en détail

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale La CDM E Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale Hist orique En Isère, chaque année, 1000 à 1200 licenciements pour inaptitude médicale sont prononcés. En 2000 un groupe de

Plus en détail

GAZ BUTANE. voilà enfin le rêve CUISINIÈRES " L E RÊVE" appareillées spécialem ent pour fonctionner au. Agence Générale de vente pour la France

GAZ BUTANE. voilà enfin le rêve CUISINIÈRES  L E RÊVE appareillées spécialem ent pour fonctionner au. Agence Générale de vente pour la France appareillées spécialem ent pour fonctionner au GAZ BUTANE voilà enfin le rêve w Agence Générale de vente pour la France CUISINIÈRES " L E RÊVE" 14, RUE DU HELDEP, PARIS (9*) Tel. : PRO VEN CE 06-07 CUISINER

Plus en détail

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS A RT 227 À 248 CIR 92 1. Les assujettis Les non-habitants du Royaume vo ir la d é f i ni ti o n d h ab it a nt d u Ro ya u me o u le domi cile f i sc ale e n Belgiq u e o u le

Plus en détail

Chaudières individuelles à condensation raccordées sur conduits shunts par STEEVE GIORNO

Chaudières individuelles à condensation raccordées sur conduits shunts par STEEVE GIORNO Chaudières individuelles à condensation raccordées sur conduits shunts par STEEVE GIORNO CONDUITS SHUNT et ALSACE Les s olutions pour adapter les conduits de fumée en logements collectifs Les conduits

Plus en détail

SO OIS TE DES NATIONS

SO OIS TE DES NATIONS SO OIS TE DES NATIONS gué aux nombres 0,523. 1933, X, ei lo nüronèvo, le 1.5 août 1933 EIIPRUNT DESTINE A LA CONSTRUCTION DU NOUVEL IMMEUBLE DU BÜEF-AU INTSHNATI0NAL DU TRAVAIL Note du S ecré ta ire général.

Plus en détail

ANIMATION PEDAGOGIQUE GESTE GRAPHIQUE GESTE D ECRITURE

ANIMATION PEDAGOGIQUE GESTE GRAPHIQUE GESTE D ECRITURE CIRCONSCRIPTION DE STRASBOURG 5 Régine Ballandras CPC Martin Arlen IEN ANIMATION PEDAGOGIQUE GESTE GRAPHIQUE GESTE D ECRITURE 26 novembre 2008 Ecole Jacqueline 3 décembre 2008 Ecole Langevin 2 La conquête

Plus en détail

lq â * A n n ô a. N" 1 5 LE NUMÉRO TNÇTicENTlJsjjq D i m a a t h e 1 2 A v r il 1 6 3 1

lq â * A n n ô a. N 1 5 LE NUMÉRO TNÇTicENTlJsjjq D i m a a t h e 1 2 A v r il 1 6 3 1 lq â * n n ô a. N" 1 5 LE NUMÉRO TNÇTicENTlJsq D i m a a t h e 1 2 v r il 1 6 3 1 JOURNL DE L RRONC SSEMENT DE SENLIS L'OISE On an... Six mol*. 7B O ZIST ïst TES 1VT IEJ 3ST T S 0% BurïSUJ P* Po»t«! Ou

Plus en détail

Université Hassan II Ain Chock École Supérieure de Technologie de Casablanca. La marque. Réalisé par : LOUBNA AMAL FATIMA.

Université Hassan II Ain Chock École Supérieure de Technologie de Casablanca. La marque. Réalisé par : LOUBNA AMAL FATIMA. Université Hassan II Ain Chock École Supérieure de Technologie de Casablanca La marque Réalisé par : LOUBNA AMAL FATIMA Encadrée par: Mme. Le plan Introduction La marque Les stratégies de marque. Les enjeux

Plus en détail

Rapport d activité 2014. Validé Conseil d administration du 22/05/2015

Rapport d activité 2014. Validé Conseil d administration du 22/05/2015 Rapport d activité 2014 Validé Conseil d administration du 22/05/2015 Sommaire L activité INFO / CONSEIL : 1. La permanence téléphonique 2. L accueil sans rendez-vous 3. Les mails INFO 4. Le Collectif

Plus en détail