Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement)"

Transcription

1 Cours : Le choix des ivestissemets grâce à l actualisatio : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Itere de Redemet) 1 La VAN, la Valeur Actualisée (ou Actuelle) Nette e aveir certai 11 La comparaiso de la somme des profits futurs e cash, mais actualisés, à la dépese d ivestissemet Ue techique de choix des ivestissemets e gestio fiacière fodée sur l aalyse écoomique éoclassique est le calcul de la Valeur Actualisée Nette de l ivestissemet, la VAN qui s appelle aussi quasi rete actualisée, goodwill, discouted cash flow. Cette techique s applique tat à l ivestissemet physique qu aux placemets fiaciers. La «formule» de la VAN est d u abord complexe pour celui qui aime pas trop les mathématiques ; mais e lagage littéraire, la otio est très simple 1 : il suffit de comparer la somme des profits futurs e cash aticipés, mais actualisés, à l ivestissemet iitial pour savoir si l o va gager ou perdre de l arget. O suppose pour le momet que l aveir est certai : les profits futurs sot parfaitemet cous ; ce qui peut paraître bizarre alors qu ils s agit de paris sur l aveir peut-être radicalemet icertai Soit u projet de coût iitial I rapportat à chaque période t ( t variat de t = à t = ) des profits avat charges fiacières, doc des profits écoomiques futurs Π (F I ) t. Les Π (F I ) t sot des profits bruts, des «cash flows» d exploitatio (flux moétaires avat comptabilisatio des dotatios aux amortissemets), avat ou après impôts, etc., tout ce qu o veut, mais surtout avat coût fiacier de l évetuel edettemet correspodat, car o va justemet teir compte du coût fiacier das le calcul de retabilité L actualisatio des profits futurs e cash : la Valeur Actuelle (tout court) : la VA Rappelos ce qui a déjà été préseté das la leço 1. U euro (ou u dollar, ou u bo vieux ex-frac, ou u sesterce, peu importe ) gagé aujourd hui vaut plus qu u euro gagé das le futur, car o déprécie le futur et cet euro peut être placé, capitalisé grâce au taux d itérêt. U euro capitalisé à 1 % vaut u a plus tard % de 1, soit 1,1 ; deux as plus tard 1,1 + 1 % de 1,1 ; etc. Si r est le taux de capitalisatio, par exemple le taux d itérêt, 1 euro das u a vaut 1 + r et das aées (1 + r). Iversemet, u euro gagé das 1 as vaut aujourd hui beaucoup mois qu u euro. La solutio cosiste à actualiser les gais futurs et le tour est joué, ou presque. Si l o verse u euro das aées, sa valeur actuelle aujourd hui est de 1 / (1 + r) (oté égalemet (1 + r) - ) ; e effet 1 / (1 + r) aujourd hui, capitalisés valet das aées : (1 + r) / (1 + r) = 1. 1 Pour savoir si u projet est retable ou o, il s agit tout simplemet de savoir si l o gage ou si l o perd de l arget e mettat e œuvre l ivestissemet ou le placemet projeté ; mais il faut évidemmet actualiser les profits futurs. 2 E raisoat aisi, o applique sas le savoir le «théorème de séparabilité» etre les décisios écoomiques et les décisios fiacières.

2 La Valeur Actuel, la VA des flux de cash d u ivestissemet pour u taux d actualisatio (le taux d itérêt oté r e première approximatio, disos u taux de dépréciatio du futur 1 ) ou d u placemet fiacier rapportat des profits futurs Π (F I ) t est doc : VA = Σ Π (F I ) t (1 + r) -t 13 La VAN compare doc les flux de cash actualisés, la VA, à la dépese iitiale d ivestissemet La VAN est doc la somme des profits bruts, des «cash flows» actualisés, mois l ivestissemet de départ qui représete évidemmet e valeur actualisée la somme des amortissemets 2 : VAN = VA - I VAN = Σ Π (F I ) t (1 + r) -t - I Si les différets Π (F I ) t sot costats à chaque période, soit Π (F I ) - ce qui est rare, mais permet des développemets théoriques itéressats la VAN deviet : VAN = Π (F I ) Σ (1 + r) -t - I. O peut calculer la VA comme somme (somme des termes d'ue progressio géométrique) ; elle a peu d itérêt, mais il est remarquable qu elle tede vers : Π (F I ) / r quat t ted vers l ifii ; o aura doc 3 : VA = Π (F I ) / r VAN = Π (F I ) / r - I Calculos, malgré l itérêt limité de ce calcul pour otre objet, la somme de termes d'ue progressio géométrique de premier terme (1 + r) -1 et de raiso (1 + r) -1. Cette somme est 4 : 1 E fait c est o pas, pour ue etreprise, le taux d itérêt du marché qui est choisi mais la retabilité écoomique désirée (par les «ivestisseurs» e tat qu épargats) cosidérée comme le coût du capital. Il peut être cosidéré comme la somme du taux d itérêt sas risque plus ue prime de risque ; o y reviedra plus loi. 2 La somme totale des cash flows actualisés, avat déductio de la mise iitiale, est la valeur actualisée (tout court), la VA, qui est ue VA brute, avat amortissemets. 3 Soit u ivestissemet de 1 qui rapporte chaque aée jusqu à l ifii u cash flow de 1. Si le taux d actualisatio est de 8 %, la somme des cash flows actualisés est de 125 (1 /,8) doat ue VAN de 25 ; cet ivestissemet est retable. S il avait rapporté que 9, la VAN aurait été de 1 et l o aurait perdu ce motat. 4 La somme des + 1 termes d'ue progressio géométrique de premier terme 1 et de raiso q (soit 1 + q + q 2 + q q ) est (1 - q +1 ) / (1 - q). Ici, avec q = (1 + r) -1, o a affaire à la somme q + q 2 + q q = q (1 + q + q q -1 ) = q (1 - q ) / (1 - q).

3 (1 + r) -1 [1 - (1 + r) - ] / [1 - (1 + r ) -1 ] ce qui se simplifie, e multipliat umérateur et déomiateur par (1 + r), e : [1 - (1 + r) - ] / r ce qui peut s'écrire : 1 / r - (1 + r) - / r La VAN deviet doc : VAN = Π (F I ) Σ (1 + r) - - I = Π (F I ) / r - R (1 + r ) - / r - I 1 O remarque que quad ted vers l'ifii, cette somme ted vers Π (F I ) / r - I, car (1 + r) - ted vers zéro. Qu est-ce que Π (F I )/r? C'est tout simplemet la valeur d'u placemet qui rapporterait perpétuellemet u reveu auel de Π (F I ) pour u taux d itérêt de r, plus exactemet pour u taux d actualisatio correspodat à la retabilité écoomique désirée. Quel est le placemet qui rapporte 1 par a à u taux d'itérêt de 8 %? Répose géiale : 125! (1 = 1 /,8). La VAN apparaît doc comme le surplus etre la somme des profits e cash, actualisés au taux r, de l ivestissemet et le o-placemet de cette somme. C est bie le gai (ou la perte) et(te) e valeur actuelle de l opératio d ivestissemet. 14 L «idice de profitabilité» O calcule souvet u idice de profitabilité traductio de l aglo-américai «idex of profitability» - par le rapport que ous oteros q. Ce est pas u hasard si l o ote q ce rapport : il s agit tout simplemet du quotiet ou ratio q de James Tobi sur lequel o reviedra. O a doc 1 : q = VA / I O peut égalemet calculer - ce qui est plus parlat - ce qui est quelquefois ommé idice d erichissemet relatif ou bééfice actualisé uitaire qui semble homogèe à u taux de profit - mais il e s agit pas d u taux de profit - e rameat la VAN à I. O a évidemmet : VAN / I = (VA - I ) / I = q 1 Si q > 1, VAN > : l ivestissemet est retable. Si q < 1, VAN < : l ivestissemet est pas retable. Si q = 1, VAN = : o va reveir immédiatemet sur ce cas limite La retabilité écoomique aticipée ou TIR (Taux Itere de Redemet) 1 Das otre exemple, l idice de profitabilité est respectivemet de 1,25 ou,9. 2 Das otre exemple o obtiet respectivemet,25 (ou -,1 e cas d ivestissemet o retable) ; e plus clair u gai de 25 % (ou ue perte de 1 %). 25 % (ou -1 %) de quoi? O va y veir.

4 La otio de Taux Itere de Redemet, le TIR 1, revoie à u taux de profit margial aticipé ou retabilité écoomique margiale aticipée. 21 Le TIR e tat que techique Si 2 les Π (F I ) t sot positifs ou uls, la VAN est ue foctio mootoe décroissate du taux d actualisatio qui peut s auler ue seule fois pour u taux d'actualisatio positif : ce qui défiit le TIR, le Taux Itere de Redemet - ou le Taux de Redemet Itere, le TRI ; c est pareil 3. Le TIR apparaît aisi tout simplemet comme ue aalyse iversée de la VAN. Quel est le taux d actualisatio icou a qui aule celle-ci? La VAN das os hypothèses simplifiées état : VAN = Π (F I ) / a - I Le taux d'actualisatio qui aule cette VAN est doc das ce cas très facile à trouver, sas tables umériques et sas calculette performate. O a doc u TIR 4 de : = Π (F I ) / a - I soit : a = TIR = Π (F I ) / I Das le cas gééral, le TIR est la solutio de l équatio : Quel est l icoue a tel que : VAN = Π (F I ) Σ (1 + a) -t - I = ou VA = I Quel est l itérêt de ce calcul? Autremet dit, pourquoi vouloir trouver u taux d actualisatio qui aule la VAN? Pas pour le plaisir de l auler, tout simplemet parce que le TIR est fodametal selo sa sigificatio écoomique. 22 L aspect écoomique fodametal du TIR : c est, à la limite, u taux de retabilité écoomique margial Nous avos pris e compte jusqu ici que l aspect techique ; mais otre simplificatio techique éclaire parfaitemet ce qu est le TIR. L aspect techique est le seul qui soit mis e relief das les aalyses les plus courates La VAN état ue foctio mootoe décroissate 5 du taux d actualisatio, disos de r : pour tout taux d itérêt r iférieur au TIR, o est sûr de gager de l arget, d avoir ue VAN positive. La coclusio «techique» e matière de choix des ivestissemets est simple au iveau microécoomique : 1 Ce TIR est ommé par Keyes l Efficacité Margiale Aticipée du Capital, l EMAC ; c est grâce à cette techique exposée ici qu il théorise le choix des ivestissemets. Keyes avoue so emprut à Irvig Fisher qui parlait du TIR e le ommat taux de redemet par rapport au coût. 2 Si cette hypothèse est pas respecté, la VAN peut se comporter de faço très bizarre e foctio du taux d actualisatio 3 Das otre exemple, le TIR de l ivestissemet de 1 rapportat 1 jusqu à l ifii est évidemmet de 1 %. La VA est e effet de 1/,1 = 1 et la VAN est ulle. 4 O trouve ici das otre exemple : TIR = 1 / 1 =,1 soit 1 %. O retrouve évidemmet os 1 % qui mesuret bie ici le taux de profit de l ivestissemet. 5 Répétos-le, ce est toujours vrai que das l hypothèse simplifiée ou les flux de cash aticipés sot positifs : si certais sot égatifs, la VAN peut être ue foctio croissate puis décroissate, etc. D autres complicatios sot attachées au choix des ivestissemets par le seul TIR ; o y reviedra.

5 si TIR > r o ivestit si TIR < r o ivestit pas. O peut tracer la courbe de la VAN e foctio 1 de r, o obtiet ce qui ressemble à ue brache d hyperbole. L idice de profitabilité, pour u taux d itérêt de 8 %, est das ce cas de q = 1,25 et le bééfice actualisé uitaire q 1 =,25 ou 25 %. Que sigifie exactemet ces deux cocepts raremet éclairés, ces idices et gais (ou pertes) e pourcetage? Si l o avait placé so arget au taux de 8 % au lieu de l ivestir das le projet, o aurait gagé chaque aée 8 (8 % de 1) ; e fait o gage ici 1 (1 % de 1). O a doc u gai supplémetaire de 2 % par a e ivestissat plutôt qu e plaçat. Ces 2 actualisés à 8 % doe la VAN de 25 (2 /,8). Il e s agit pas du taux de profit de l ivestissemet mais du taux différetiel de retabilité relatif de l ivestissemet comparé à u placemet au taux r. Sa foctio est décroissate de r et s aule pour le TIR. 1 Variat par exemple, selo otre illustratio etre 5 et 15 %.

6 La VAN et le TIR, ue illustratio Pour I = 1 avec Π = 1 r 5% 6% 7% 8% 9% 1% 11% 12% 13% 14% 15% VAN 1, 66,7 42,9 25, 11,1, -9,1-16,7-23,1-28,6-33,3 Taux différetiel de retabilité 1,,7,4,3,1, -,1 -,2 -,2 -,3 -,3 r 5% 6% 7% 8% 9% 1% 11% 12% 13% 14% 15% Q-1 La VAN est décroissate 1,6667,4286,25,1111 Le -,91 taux -,167 différetiel -,231 -,286 -, avec le taux d'actualisatio, de retabilité relatif ici le taux d'itérêt est décroissat avec le taux d'actualisatio 1 1, 8, TIR = 1 %,6,4,2, 25 % pour 8 % % pour le TIR de 1 % -2 -,2-4 5% 7% 9% 11% 13% 15% Taux d'actualisatio -,4 5% 7% 9% 11% 13% 15% Taux d'actualisatio L aspect écoomique est beaucoup plus importat que cette techique d actualisatio.: le TIR est bie u taux de profit margial aticipé de l ivestissemet si les profits sot costats jusqu à l ifii. Qu est vraimet le TIR? Si 1 rapportet toujours le même motat 1 de profit avat amortissemet jusqu à l ifii, la retabilité écoomique brute - le flux de cash sur le capital ivesti - est bie chaque aée de 1 %. Das ces hypothèses simplifiées : le TIR est doc tout simplemet das ce cas la retabilité écoomique (brute) aticipée perpétuelle de otre ivestissemet supplémetaire. Si la période d utilisatio de l ivestissemet est pas ifiie, cette évidece disparaît éamois. Cepedat, deux ivestissemets, l u de durée ifiie, l autre de durée fiie, produisat la même VAN ulle pour ce TIR, aurot évidemmet le même TIR, la même retabilité écoomique margiale. Le TIR est e gééral préseté que comme ue techique astucieuse mais avec ses limites de choix et de discrimiatio etre plusieurs ivestissemets. Il est raremet motré pour ce qu il est : u véritable taux de profit (margial).

7 3 - Quelques complicatios cocerat la VAN et le TIR La prise e compte du temps das le choix des ivestissemets, c est-à-dire le recours à la techique de l actualisatio, règle ue boe partie des questios soulevées par les techiques rudimetaires atemporelles (taux moye de retabilité, o abordé ici) ou simplistes (le «pay back» - voir plus loi). O peut développer u peu l itérêt de ces techiques et e percevoir les limites La sigificatio cocrète des VAN et TIR : ivestir das so etreprise ou placer so arget sur le marché fiacier? Les mathématiques fiacières motret que l auité, si elle est costate, de remboursemet d u emprut (amortissemet du pricipal et charge d'itérêt) peut se calculer e cosidérat que la somme actualisée par le taux d'itérêt r de l'emprut, de ces auités est égale à l emprut. Si la durée de l emprut de motat E est de aées, o a doc (comme précédemmet), e otat A l'auité costate de remboursemet : E = A Σ (1 + r) - = A [1 / r - (1 + r ) - / r ] O peut doc e déduire l'auité A : 1 A = E r / [ 1 - (1 + r) - ] Plus la durée de l emprut est logue, mois l auité est importate (grade découverte!). Si la durée est «très logue», ifiie, l auité ted vers le versemet de l itérêt d ue rete perpétuelle : Er, car 1 - (1 + r) - ted vers 1, (1 + r) - tedat vers zéro. Si les auités de remboursemet e sot pas costates, o e peut plus utiliser ces «formules», mais la somme actualisée des auités reste évidemmet égale à E. Que représete doc véritablemet, «cocrètemet», la VAN et le TIR? Si, à la place d'ivestir I, o avait prêté so motat au taux d itérêt ou taux d'actualisatio r, o ous aurait versé des auités de remboursemet, costates ou o, dot la somme actualisée est égale 1 à I. La VAN représete doc bie «cocrètemet» le bééfice si elle est positive (ou la perte si elle est égative) de l opératio d ivestissemet par rapport à la simple opératio de placemet de la valeur I, pour u taux d'actualisatio r. Le TIR est aisi tout simplemet le taux d itérêt pour lequel il est idifféret de placer so arget ou d'ivestir VAN, TIR et placemets sur les marchés fiaciers 1 Qu est-ce que I, à part l ivestissemet iitial? C est la valeur actualisée d u placemet qui rapporte ri par a jusqu à l ifii à u taux d actualisatio r, car ri / r = I! 1 est par exemple la valeur d u placemet qui rapporte 8 par a jusqu à l ifii à u taux de 8 % Quel est le placemet qui rapporte 8 par a à u taux d'itérêt de 8 %? Répose géiale : 1! (1 = 8 /,8).

8 Ces deux méthodes peuvet de plus s appliquer aux placemets fiaciers. O parlera par exemple 1 de VAN et de TRA, taux de retabilité actuariel, d u placemet fiacier. La valeur actuelle, VA (tout court) d u placemet est doc la somme des flux futurs actualisés ; la VAN état la différece etre cette VA et la valeur de marché du titre acquis, exactemet comme pour u ivestissemet o fiacier. Les «ivestisseurs» achèterot aisi les titres si les VAN sot positives, ce qui fait moter le cours ; ils vedrot si les VAN sot égatives, ce qui fait baisser le cours : si le marché est efficiet, la cocurrece doit faire tedre les VAN vers zéro ; autremet dit, das u marché efficiet e équilibre, les VAN sot ulles et les valeurs de marché reflètet exactemet les flux futurs actualisés. Ce cas théorique idéal suppose ue iformatio parfaite, etc. ; e deux mots les fameuses coditios de cocurrece pure et parfaite chère aux éoclassiques VAN, TIR et icertitude Reveos à la questio toute bête posée au début de ces développemets : commet coaît-o les flux futurs? Tous les calculs effectués jusqu à maiteat supposet u aveir certai, c est-à-dire des bééfices futurs cous. Or, la otio même de risque recouvre e particulier des icertitudes sur les flux futurs 2. E aveir icertai, il suffit - plus facile à dire qu à faire - de probabiliser, quad c est possible, les occurreces de reveus futurs. O obtiet aisi ue espérace de VAN et u TIR espéré. Ue méthode cosiste à utiliser la simulatio (méthode de David Hertz, de 1964) et à tirer au hasard, comme à la roulette (techique dite de Mote-Carlo). Il est égalemet possible de miorer systématiquemet, par u pricipe de prudece, les reveus futurs espérés (méthode dite des équivalets certais) pour calculer la VAN, ou d augmeter le taux de redemet espéré d'ue «super» prime de risque pour le choix selo le TIR. O peut égalemet utiliser, si le projet d'ivestissemet etraîe des réactios de la cocurrece, la théorie des jeux selo ses diverses approches, de Vo Neuma et Morgester à Joh Nash, l «homme d exceptio» du film aux maits Oscars d Hollywood les limites de la méthode VAN-TIR Les méthodes VAN-TIR peuvet éamois doer des résultats cotradictoires lorsqu'il s agit d arbitrer etre plusieurs choix possibles (existece d u taux pivot, ou d idifférece). De même - mais il s agit alors de curiosités - certais projets peuvet avoir des TIR multiples, autremet dit la VAN est plus mootoe décroissate. Cette possibilité est due à l existece possible de reveus égatifs das le futur, o l a déjà idiqué ; le problème classique de base est celui de Lorie et Savage 3. L iflatio est égalemet ue source d erreur, plus exactemet l évolutio, toujours icertaie, des prix relatifs des produits et charges futurs. Plus techiquemet, le choix etre plusieurs ivestissemets est quelquefois délicat. Si les durées de vie et/ou les coûts iitiaux de plusieurs ivestissemets sot différets, même le calcul des VAN pose problème : il s agit de la questio dite des alteratives icomplètes 4. Mais reveos sur la divergece etre VAN et TIR das la questio du choix etre plusieurs projets d ivestissemet. Elle tiet essetiellemet à la répartitio possible das le temps des reveus attedus. Si les flux de reveus espérés proches sot importats et les flux loitais faibles pour le projet A, et iversemet pour le projet B, u taux d'actualisatio faible fera peut-être préférer le projet B alors qu u 1 Voir P. Verime, op. cit. pp.267 et suivates. 2 Pas toujours : u placemet fiacier e obligatio à taux fixe doe des flux futurs certais (hors faillite de l'émetteur, iflatio, fluctuatio des cours si o reved l'obligatio avat so échéace, etc.) 3 Voir par exemple B. Colasse, op. cit. pp. 476 et suivates. Ce problème, posé e 1955 a été résolu e Il reviet à aalyser la VAN et le TIR d u projet de coût iitial de 16 e aée zéro iduisat des cash flows d exploitatio de + 1 et - 1 respectivemet e aée 1 et 2. Essayez de trouver la solutio, ou, au mois, de percevoir le problème. 4 Voir par exemple B. Colasse, op. cit. p. 55 et suivates.

9 taux élevé fera préférer le projet A, d où le taux pivot et l itersectio des deux courbes de VAN e foctio du taux d actualisatio. Comme par exemple das l exercice itroductif de ce chapitre. La VAN et le TIR des ivestissemets A et B Décisio à predre? 4 3 VAN A Selo les VAN, A est plus itéressat que B pour u taux d'itérêt iférieur au "taux pivot" de 5 % Selo les TIR, il faut predre A car 141 % > 1 % Grave erreur due aux TIR 3 VAN e foctio du taux d'itérêt VAN B Ce 'est que pour r > "taux pivot" que le choix selo les TIR est correct -1-1 % 1% 2% 3% 4% 5% 6% 7% 8% 9% 1% 11% 12% 13% 14% 15% 16% 17% 18% 19% 2% Taux d'itérêt La divergece VAN / TIR tiet égalemet au fait que l actualisatio suppose toujours, que l o emploie la méthode de la VAN ou so iverse apparet, celle du TIR, le réivestissemet des reveus espérés : autremet dit chaque reveu à la période t est réivesti au taux d actualisatio choisi. S il 'e était pas aisi, o e pourrait pas, tout simplemet, l actualiser. Imagios par exemple qu'u reveu de 1, actualisé aujourd'hui avec u taux d'actualisatio de 1 %, peut être réivesti das u a, deux as ou aées au taux de 5 % : l actualisatio à 1 % a alors plus de ses.

10 Or, le calcul selo le TIR suppose que le réivestissemet s effectue selo u taux d actualisatio égal au TIR, ce qui est peu réaliste et etraîe doc des désagrémets quad, e particulier, les reveus attedus e sot pas homogèes das le temps etre plusieurs ivestissemets. Ue solutio est souvet présetée ; il s'agit de l'emploi des VAN et TIR dits globaux, ou corrigés. O peut alors : capitaliser e fi de période les reveus futurs attedus à u taux choisi et réaliste (u taux d'itérêt moye par exemple) ; puis actualiser cette capitalisatio à u TIR, dit, doc, global, tel que cette actualisatio soit égale au coût du projet. De même, la VAN globale sera la différece etre ladite capitalisatio, à u taux choisi et réaliste, actualisée au taux d actualisatio de l etreprise, e gééral différet du premier taux, et le coût du projet. Mais cette fiasserie e semble pas lever toutes les cotradictios Le pay back ou délai de récupératio de l ivestissemet : le rapport avec le TIR das certaies hypothèses Ue autre techique de choix des ivestissemets e gestio fiacière est celle du pay back : e fraçais le délai de récupératio, souvet appelé égalemet le retour sur ivestissemet, qui peut das les cas limites se rapprocher du TIR. U ivestissemet de 1 qui rapporte 1 chaque aée présete u pay back, u délai de récupératio de 1 as. O peut trouver ue relatio etre le pay back et le TIR, à coditio que les reveus attedus soiet costats das le temps et la durée de vie du projet très logue (théoriquemet ifiie). Si u projet de coût iitial I rapporte u profit Π (F I ) auel costat das le temps, so pay back sera, e aées, de : I / Π (F I ) Autremet dit, das ces hypothèses très restrictives, le TIR est l iverse du pay back, et vice versa : u pay back de 1 as correspod à u TIR de 1 %. Si la durée de vie 'est pas ifiie, le calcul du TIR par l approximatio du pay back deviet ue approximatio d autat plus grossière que la durée de vie est courte ; de même, le TIR apparaît plus comme ue retabilité écoomique exacte. Il e est de même de tous os calculs précédets. Coclusio L aveir est soumis à l icertitude radicale chère à Joh Mayard Keyes, auteur (e 1921) d u Treatise o Probability ; sa thèse de doctorat. L icertitude deveait à la mode ; u autre écoomiste, Kight, développait au même momet les mêmes idées. La physique théorique veait d ailleurs de découvrir u phéomèe comparable, avec le pricipe d icertitude de Heiseberg. Mais c est peut-être toute l aalyse du choix des ivestissemets qui est à remettre e cause, même si l o coaissait l aveir des profits. E effet : - le choix des ivestissemets selo les méthodes de la VAN ou du TIR maximiset certes la masse de «profit pur» de l etrepreeur - et la «richesse des actioaires» -, mais pas, sauf heureux hasard du choix de la red, le taux de retabilité écoomique ; - le taux de retabilité désiré actuel est aussi idétermié que l aveir, car il est ifluecé par les profits à veir. E effet, le taux d itérêt déped e fait, par la double spéculatio sur les marchés fiaciers obligatios et actios, de la valeur des cours des actios, doc des perspectives de profits futurs. Et e avat pour de ouvelles avetures

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Aée Uiversitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Aée Études Supérieures Commerciales & Scieces Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 3 Première

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3...

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3... Applicatios des maths Algèbre fiacière 1. Itérêts composés O place u capital C 0 à u taux auel T a pedat aées. Quelle est la valeur fiale C de ce capital? aée capital e fi d'aée 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

Le montant des intérêts acquis est la différence entre la valeur acquise et le capital placé :

Le montant des intérêts acquis est la différence entre la valeur acquise et le capital placé : http://maths-scieces.fr OPÉRATIONS FINANIÈRES A INTÉRÊTS OMPOSÉS I) Itérêts et valeur acquise Défiitio U capital est placé à itérêts composés lorsque le motat des itérêts produits à la fi de chaque période

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules est à dispositio olie et sera doé aux cadidats lors des exames oraux

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules sera mis à dispositio des cadidats, si écessaire. Etat au 1er mars

Plus en détail

La décision d investissement

La décision d investissement Chapitre 2 La décisio d ivestissemet De toutes les décisios à log terme prises par l etreprise, l ivestissemet est certaiemet la plus importate. L etreprise doit o seulemet ivestir pour assurer le reouvellemet

Plus en détail

Chapitre 1: Calcul des intérêts

Chapitre 1: Calcul des intérêts Chapitre 1: Calcul des itérêts Ce chapitre vise à familiariser le lecteur avec les otios suivates : Itérêt Taux d itérêt omial Taux d itérêt périodique Valeur acquise Valeur actuelle Capitalisatio Le lecteur

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels.

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels. Uiversité de Provece 011 01 Mathématiques Géérales I Plache 6 Nombres réels Suites réelles Nombres réels Exercice 1 Mettre sous forme irréductible p/q les ratioels suivats (les chiffres souligés se répètet

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h Etrée à Scieces Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h A P M E P Les calculatrices sot autorisées Exercice Vrai-Faux 8 poits Pour chacue des affirmatios suivates,

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures) ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE STATISTIQUE ET D ÉCONOMIE APPLIQUÉE ENSEA ABIDJAN AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES ITS Voie B Optio Écoomie MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

Plus en détail

n Le choix entre plusieurs possibilités d investissement. n Des versements libres. n Une épargne disponible.

n Le choix entre plusieurs possibilités d investissement. n Des versements libres. n Une épargne disponible. L UN DES MEILLEURS CONTRATS D ASSURANCE-VIE DU MARCHÉ ACTÉPARGNE Actéparge : l u des meilleurs cot Actéparge, la solutio persoalisée LES FRANÇAIS ET L ASSURANCE-VIE Optimisatio fiacière Gestio souple Régime

Plus en détail

MATHÉMATIQUES Corrigé

MATHÉMATIQUES Corrigé Exame de ovembre 009 Exame du premier trimestre Le 30 ovembre 009 Classes de ère STG Durée 3 heures MATHÉMATIQUES Corrigé Note aux cadidats L emploi des calculatrices est autorisé (circulaire 99 86 du

Plus en détail

L Évaluation d entreprise

L Évaluation d entreprise JOB : mp DIV : 10571 ch10 p. 1 folio : 303 --- 29/8/07 --- 15H31 [ L Évaluatio d etreprise q L évaluatio se pratique à de multiples occasios : cessio de l etreprise, émissio d actios ouvelles, fusio, itroductio

Plus en détail

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Exercice 1 (5 poits) Bac Blac Termiale L - Février 015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Questio 1 : La populatio d'ue ville baisse de 1 % tous les as pedat 10 as. Elle est doc multipliée

Plus en détail

DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011

DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011 MÉTHODES NUMÉRIQUES POUR LE PRICING D OPTIONS DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011 Table des matières 1 Notatios et équatio de Black-Scholes 2 11 Notatios 2 12 Équatio de Black-Scholes

Plus en détail

Dénombrement - Combinatoire Cours

Dénombrement - Combinatoire Cours Déombremet - Combiatoire Cours La combiatoire (ou aalyse combiatoire) étudie commet compter des objets. Elle fourit des méthodes de déombremet particulièremet utiles e probabilité. U des pricipaux exemples

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

L hebdo Finance de la MACS

L hebdo Finance de la MACS - DU 2 AU 9 OCTOBRE 2006 - Numéro DÉFINITION DE LA SEMAINE : Stock otio Idice boursier DOSSIER DE LA SEMAINE : Simulatio d u rêt immobilier 2 LES COURS DU JOUR Le jeudi 2 octobre 7 L hebdo Fiace de la

Plus en détail

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes.

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes. Polyésie Septembre 2 - Exercice O peut traiter la questio 4 sas avoir traité les questios précédetes Pour u achat immobilier, lorsqu ue persoe emprute ue somme de 50 000 euros, remboursable par mesualités

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information.

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information. BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Fiace d Etreprise, Gestio des systèmes d iformatio. SESSION 2012 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Mercatique, comptabilité et fiace d etreprise

Plus en détail

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement Augmetatio de la demade du produit «P» Prévisio d accroître la capacité de productio (écessité d ivestir) Ivestissemet Etude de retabilité du produit «P» Jugemet de l opportuité et de la retabilité du

Plus en détail

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire Séquece 8 Suites arithmétiques et géométriques Sommaire Pré-requis Suites arithmétiques Suites géométriques Sythèse du cours Exercices d approfodissemet Séquece 8 MA Ced - Académie e lige Pré-requis A

Plus en détail

Chapitre 1 : Les notions de base

Chapitre 1 : Les notions de base Chapitre : Les otios de base Itroductio I Comparer des gradeurs A) Les pourcetages B) Taux de variatio, coefficiet multiplicateur, idice C) Importace du ses de la comparaiso ) Raisoemet sur les taux de

Plus en détail

PROJET DE MONTE CARLO SUJET 1: LE PRICING

PROJET DE MONTE CARLO SUJET 1: LE PRICING LE Age KHOURI Nadie M MMD PROJE DE MONE ARLO SUJE : LE PRIING Selim ZOUGHLAMI QUESION : Supposos d abord que X est u mouvemet browie W t G([ 0, ]) Alors W0 G( 0 ) suit ue loi N(0,0) et doc W 0ps 0 Esuite,

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités coditioelles - Suites géométriques - foctios epoetielles Calculatrice autorisée Termiale ES123 Eercice 1 : 5 poits Partie A : Ue agece de locatio

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Logique, esembles et applicatios Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I :

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Finance ÉTIENNE G. HARB, IRYNA VERYZHENKO, ASTRID MASSET, PHILIPPE MURAT

Finance ÉTIENNE G. HARB, IRYNA VERYZHENKO, ASTRID MASSET, PHILIPPE MURAT OPENBOOK LICENCE / BACHELOR Fiace ÉTIENNE G. HARB, IRYNA VERYZHENKO, ASTRID MASSET, PHILIPPE MURAT Sommaire Avat-propos... VII Chapitre L eviroemet fiacier... XIV Partie Fiace d etreprise 22 Chapitre 2

Plus en détail

Correction Bac ES France juin 2010

Correction Bac ES France juin 2010 Correctio Bac ES Frace jui 010 Exercice 1 (4 poits) (Commu à tous les cadidats) Pour ue meilleure compréhesio, les réposes serot justifiées das ce corrigé. Questio 1 Le ombre 3 est solutio de l équatio

Plus en détail

le billet vert Autocall EUR/USD investir n Profiter d une possible appréciation du dollar américain

le billet vert Autocall EUR/USD investir n Profiter d une possible appréciation du dollar américain ivestir Autocall EUR/USD Feu vert pour le billet vert Profiter d ue possible appréciatio du dollar américai U coupo uique évetuel de 8% brut la 1 re aée à 40% brut la 5 e aée U capital garati à 100% à

Plus en détail

B) CHAÎNES DE SOLIDES

B) CHAÎNES DE SOLIDES Chaîes de solides B) CHAÎNES DE SOLIDES Objectifs Cette théorie a pour but d'aalyser les comportemets statique et ciématique d'u mécaisme à partir d'u modèle défii par le schéma ciématique du mécaisme.

Plus en détail

Comportement d'une suite

Comportement d'une suite Comportemet d'ue suite I) Approche de "ses de variatio et de ite d'ue suite" : 7 Soit la suite ( ) telle que = 5 ( + ) 2 Représetos graphiquemet la suite das u pla mui d' u repère. Il suffit de placer

Plus en détail

On peut représenter la situation par un arbre : On a donc p(b 1 B 2)= p(b 1) p (B ) = 3 4 = 3.

On peut représenter la situation par un arbre : On a donc p(b 1 B 2)= p(b 1) p (B ) = 3 4 = 3. T ale S Correctio Exercices type bac de Probabilités. Mars Exercice : Ue ure cotiet au départ 0 boules blaches et 0 boules oires idiscerables au toucher. O tire au hasard ue boule de l ure : Si la boule

Plus en détail

Suites arithmétiques et Géométriques. Exemple 1. La suite des nombres 1, 3, 5, 7, 11, 13. ou la suite des nombres 100, 110, 121, 133.1, 146.41...

Suites arithmétiques et Géométriques. Exemple 1. La suite des nombres 1, 3, 5, 7, 11, 13. ou la suite des nombres 100, 110, 121, 133.1, 146.41... Sites arithmétiqes et Géométriqes Nos allos cosidérer des sites de ombres réels Exemple La site des ombres,, 5, 7,, o la site des ombres,,,, 464 Défiitio/Notatio : La site est e gééral oté ( ) (o ( v )

Plus en détail

Intervalles de fluctuation et de confiance

Intervalles de fluctuation et de confiance Chapitre 9 Itervalles de fluctuatio et de cofiace Sommaire 9.1 Itervalle de fluctuatio................................... 157 9.1.1 Quelques rappels..................................... 157 9.1.2 Itervalle

Plus en détail

Sciences Po Option Mathématiques

Sciences Po Option Mathématiques Scieces Po Optio Mathématiques Epreue 3 Vrai-Fau Questio FAUX La suite ( u ) état géométrique de raiso différete de, o a classiquemet, pour tout etier aturel : où q est la raiso de la suite ( u ) Ici,

Plus en détail

Gestion du Risque de Change

Gestion du Risque de Change A / Pratiques de cotatio Gestio du Risque de Chage - Moaies «i» : FRF, DEM «pré i» : GBP «out» : USD EONIA : Europea over ight idex average TEC : taux à échage costat Toute cotatio compred deux prix :

Plus en détail

BTS BIOCHIMIE & ANALYSES BIOLOGIQUES 2001

BTS BIOCHIMIE & ANALYSES BIOLOGIQUES 2001 Exercice 1 : ( 12 poits ) Les parties A et B peuvet être traitées idépedammet l ue de l autre. O se propose d étudier l évolutio e foctio du temps des températures d u bai et d u solide plogé das ce bai.

Plus en détail

Le meilleur scénario pour votre investissement

Le meilleur scénario pour votre investissement ivestir Best Strategy 2012 Le meilleur scéario pour votre ivestissemet U ivestissemet diversifié U coupo uique de 0% à 50% brut* à l échéace Ue courte durée : 4 as et demi Votre capital garati à l échéace

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi mars 204 MATHEMATIQUES durée de l'épreuve : 3h - coefficiet 2 Le sujet est uméroté de à 5. L'aexe est à redre avec la copie. L'exercice Vrai-Faux est oté sur 8,

Plus en détail

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( )

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( ) Aée 01-013 Mathématiques Décembre 01 Durée : 3 heures BAC blac N 1 La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte u total de 5 exercices. Les élèves e suivat pas l eseigemet de spécialité traiterot les

Plus en détail

Codes détecteurs et correcteurs d erreurs

Codes détecteurs et correcteurs d erreurs Codes détecteurs et correcteurs d erreurs Lorsque des doées umériques sot stockées ou trasmises, des perturbatios (par exemple électromagétiques) peuvet les edommager. Les codes détecteurs et correcteurs

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

Test de validité et d'hypothèse

Test de validité et d'hypothèse Test de validité et d'hypothèse 1 Vocabulaire Problème: Il s'agit à partir de l'étude d'u ou plusieurs échatillos de predre des décisios cocerat l'esemble de la populatio. O est alors ameé à émettre des

Plus en détail

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS CHAPITRE 4 MATRICES ET SUITES 1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS 11/ Présetatio et modélisatio O cosidère u système ui peut se trouver soit das u état A, soit das u état, et

Plus en détail

Estimations et intervalles de confiance

Estimations et intervalles de confiance Estimatios et itervalles de cofiace Estimatios et itervalles de cofiace Résumé Cette vigette itroduit la otio d estimateur et ses propriétés : covergece, biais, erreur quadratique, avat d aborder l estimatio

Plus en détail

Rappels sur les calculs financiers. Bibliographie indicative. Bodie, Merton & Thibierge, 2002, Finance, Pearson education.

Rappels sur les calculs financiers. Bibliographie indicative. Bodie, Merton & Thibierge, 2002, Finance, Pearson education. Uiversité de Nice-Sophia Atipolis Istitut Uiversitaire de Techologie Nice-Côte d Azur Départemet Gestio des Etreprises et des Admiistratios Gestio Fiacière Les objectifs pricipaux Maîtriser les cocepts

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat Polynésie 16 juin 2014 STI2D STL spécialité SPCL

Corrigé du baccalauréat Polynésie 16 juin 2014 STI2D STL spécialité SPCL Corrigé du baccalauréat Polyésie 6 jui 4 STID STL spécialité SPCL EXERCICE 4 poits Cet eercice est u questioaire à choi multiples. Pour chacue des questios suivates, ue seule des quatre réposes proposées

Plus en détail

Correction de la question de cours 1

Correction de la question de cours 1 Math I Aalyse Exame du 9 décembre 2007 Durée 2 heures Aucu documet est autorisé. Les calculatrices, téléphoes portables et autres appareils électroiques sot iterdits. Il est iutile de recopier les éocés.

Plus en détail

Commission de réforme des pensions Note sur la neutralité actuarielle. Annexe III

Commission de réforme des pensions Note sur la neutralité actuarielle. Annexe III Commissio de réforme des pesios 00-040 Note sur la eutralité actuarielle Aexe III. Das le cadre de la mise e place otammet d ue «pesio à mi-temps», la questio de la correctio actuarielle à apporter aux

Plus en détail

Mots de longueur donnée à base de P lettres, et fonction génératrice

Mots de longueur donnée à base de P lettres, et fonction génératrice Mots de logueur doée à base de lettres, et foctio géératrice Cosidéros les mots de logueur à base de lettres, avec etier positif. ) Combie existe-t-il de tels mots? La première lettre du mot est l ue des

Plus en détail

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction Chapitre 3 : Trasistor bipolaire à joctio ELEN075 : Electroique Aalogique ELEN075 : Electroique Aalogique / Trasistor bipolaire U aperçu du chapitre 1. Itroductio 2. Trasistor p e mode actif ormal 3. Courats

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

Remise à Niveau Mathématiques

Remise à Niveau Mathématiques Mathématiques RAN - Calcul et raisoemet Remise à Niveau Mathématiques Première partie : Calcul et raisoemet Exercices Page sur 9 RAN Calcul et raisoemet Ex - Rev 04 Mathématiques RAN - Calcul et raisoemet

Plus en détail

REQUÊTES. Il est possible de créer des formulaires ou des états à partir de requête.

REQUÊTES. Il est possible de créer des formulaires ou des états à partir de requête. Cliclasolutio Aée 2006/2007 REQUÊTES Utilité des requêtes QUESTIONNER LA BASE DE DONNÉES La foctio classique d'ue requête est de répodre à ue questio sur la base de doées. "Quels sot les cliets habitat

Plus en détail

SESSION DE 2004 CA/PLP

SESSION DE 2004 CA/PLP SESSION DE 4 CA/PLP CONCOURS EXTERNE Sectio : MATHÉMATIQUES SCIENCES PHYSIQUES COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures L usage des calculatrices de poche est autorisø (coformømet au directives de

Plus en détail

Les Nombres Parfaits.

Les Nombres Parfaits. Les Nombres Parfaits. Agathe CAGE, Matthieu CABAUSSEL, David LABROUSSE (2 de Lycée MONTAIGNE BORDEAUX) et Alexadre DEVERT, Pierre Damie DESSARPS (TS Lycée SUD MEDOC LETAILLAN MEDOC) La première partie

Plus en détail

2 Mathématiques financières

2 Mathématiques financières 2 Mathématiques fiacières 2.1 Cours et TD Les créaciers prêtet des capitaux cotre ue rémuératio : les itérêts, ce que l o rembourse e plus du capital empruté. Nous percevos égalemet des itérêts lorsque

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

Informatique TP2 : Calcul numérique d une intégrale CPP 1A

Informatique TP2 : Calcul numérique d une intégrale CPP 1A Iformatique TP : Calcul umérique d ue itégrale CPP 1A Romai Casati, Wafa Johal, Frederic Deveray, Matthieu Moy Avril - jui 014 1 Zéro de foctio O doe le code suivat (vu e cours), qui permet de calculer

Plus en détail

S-PENSION. Constituez-vous un capital retraite complémentaire pour demain tout en bénéficiant d avantages fiscaux dès aujourd hui.

S-PENSION. Constituez-vous un capital retraite complémentaire pour demain tout en bénéficiant d avantages fiscaux dès aujourd hui. S-PENSION Costituez-vous u capital retraite complémetaire pour demai tout e bééficiat d avatages fiscaux dès aujourd hui. Sommaire 1. Il est temps de predre l iitiative 4 2. Profitez dès aujourd hui des

Plus en détail

Partie I : Gestion de portefeuilles actions Chapitre 2 Evaluation actuarielle des actions

Partie I : Gestion de portefeuilles actions Chapitre 2 Evaluation actuarielle des actions Patie I : Gestio de potefeuilles actios Chapite 2 Evaluatio actuaielle des actios Gestio de Potefeuille La valeu omiale d ue actio est éale au capital social divisé pa le ombe de tites. Pou les sociétés

Plus en détail

Questions pour un champion en ligne

Questions pour un champion en ligne Questios pour u champio e lige Le jeu télévisé QPUC préseté sur FR3 et aimé par Julie Lepers existe aussi e variate «e lige». U jeu «e lige» se déroule aisi : Six iterautes disputet ue première mache dite

Plus en détail

Racine nième Corrigés d exercices

Racine nième Corrigés d exercices Racie ième Corrigés d eercices Page 9 : N 8, 8, 8, 86, 88, 89, 9, 9, 9, 97 Page 6 : N, Page 6 : N Page 67 : N 8 Page 6 : N N 8 page 9 6 6 6 6 6 ( ) = = = = = = = = ( ) = = = = = = ( ) 8 = 8 = = = = = =

Plus en détail

Qu est-ce qu un bon énoncé de bac? Analyse de l exercice de spécialité de TS de Pondichéry 2013 Jacques Lubczanski

Qu est-ce qu un bon énoncé de bac? Analyse de l exercice de spécialité de TS de Pondichéry 2013 Jacques Lubczanski Dossier : Actualité de l Aalyse e Lycée 447 Qu est-ce qu u bo éocé de bac? Aalyse de l exercice de spécialité de TS de Podichéry 2013 Jacques Lubczaski «Podichéry est tombé!» : cela ressemble à l aoce

Plus en détail

MATHEMATIQUES Terminale Scientifique

MATHEMATIQUES Terminale Scientifique MATHEMATIQUES Termiale Scietifique Fiches PROGRAMME 22 (v24) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Dilômée de l École Polytechique Cours Pi e-mail : lescoursi@cours-icom site : htt://wwwcours-icom siège

Plus en détail

Corrigés TD Chapitre 2 : Variables aléatoires sur un univers fini 0 0 0 1/6 0 0 1 0 1/4 0 1/4 0 4 1/6 0 0 0 1/6

Corrigés TD Chapitre 2 : Variables aléatoires sur un univers fini 0 0 0 1/6 0 0 1 0 1/4 0 1/4 0 4 1/6 0 0 0 1/6 Corrigés TD Chapitre : Variables aléatoires sur u uivers fii Exercice : Soit X la VAR défiie par le tableau suivat : x i - - 0 p 6 4 6 4 6 i O ote Y = X ) Détermier la loi cooite de X et Y ) Détermier

Plus en détail

Mathématiques financières

Mathématiques financières Uiversité Paris 7 Maîtrise MIM/MASS 2003/2004 31MIM052 E.TEMAM Mathématiques fiacières Email : temam@math.jussieu.fr I. Les marchés fiaciers... 3 A. Les produits fiaciers... 3 1. Les actios... 3 2. Les

Plus en détail

1 Programme de l agrégation interne

1 Programme de l agrégation interne Séries umériques Programme de l agrégatio itere Partie 0b : Séries de ombres réels ou complexes Séries à termes positifs La série coverge si et seulemet si la suite des sommes partielles est borée Étude

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS Les logiciels utilisés pour la gestio des stocks itègret de ombreuses foctios de calcul. L ue des plus importates est l exécutio des prévisios des cosommatios futures d

Plus en détail

FONCTION EXPONENTIELLE

FONCTION EXPONENTIELLE FONCTION EXPONENTIELLE I. RAPPELS : METHODE D EULER Si f est ue foctio dérivable e x 0, o sait que f(x 0 + h) a pour approximatio affie f(x 0 ) + f '(x 0 )h O peut doc sur de "petits" itervalles, approcher

Plus en détail

UNE APPROCHE DE LA COMPÉTITIVITÉ DE LA ZONE EURO : LE TAUX DE CHANGE EFFECTIF DE L EURO

UNE APPROCHE DE LA COMPÉTITIVITÉ DE LA ZONE EURO : LE TAUX DE CHANGE EFFECTIF DE L EURO UN APPROCH D LA COMPÉTITIVITÉ D LA ZON URO : L TAU D CHANG FFCTIF D L URO Le taux de chage effectif d ue moaie omial et réel costitue u idicateur privilégié pour apprécier la compétitivité d ue écoomie

Plus en détail

La classification de données quantitatives avec SPAD

La classification de données quantitatives avec SPAD La classificatio de doées quatitatives avec SPAD SPAD effectue toujours ue ACP de la matrice des doées quatitatives X " p avat de faire la classificatio des idividus. Les méthodes de classificatio s appliquet

Plus en détail

Séries entières. Chap. 09 : cours complet.

Séries entières. Chap. 09 : cours complet. Séries etières Chap 9 : cours complet Rayo de covergece et somme d ue série etière Défiitio : série etière réelle ou complee Théorème : lemme d Abel Théorème : itervalle des valeurs positives où ue série

Plus en détail

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours Aée 2013/2014 TS Itervalle de fluctuatio et estimatio Cours est u etier aturel o ul et p est u réel de l itervalle 0 ; 1. I Itervalle de fluctuatio Cotexte : Das ue populatio, la proportio d idividus présetat

Plus en détail

Correction CCP maths 1 MP

Correction CCP maths 1 MP mai 4 Avertissemet : Il subsiste certaiemet quelques coquilles... Exercice : ue itégrale double Correctio CCP maths MP Pour calculer cette itégrale, o effectue le chagemet de variable e coordoées polaires

Plus en détail

Correction HEC III 2007

Correction HEC III 2007 HEC III 7 Voie Écoomique Correctio Page Correctio HEC III 7 Voie écoomique La correctio comporte 9 pages. Eercice. Par dé itio est ue valeur propre de t si et seulemet si est ue valeur propre de T: Et

Plus en détail

La Méthode de Monte Carlo

La Méthode de Monte Carlo La Méthode de Mote Carlo Etiee Pardoux UMR 6632 Laboratoire d Aalyse, Topologie, Probabilités et EA 3781 Evolutio Biologique Uiversité de Provece Etiee Pardoux (LATP) Marseille, 13/09/2006 1 / 33 Cotets

Plus en détail

Modèle de pointage et correction des dérives

Modèle de pointage et correction des dérives Ges de la Lue Observatoire astroomique de Plougastel Tél : 0 98 40 69 73 http://www.gesdelalue.org Modèle de poitage et correctio des dérives 1. Présetatio du problème Le poitage d u astre par u télescope

Plus en détail

Résultats du groupe sur un, cinq et dix ans

Résultats du groupe sur un, cinq et dix ans L Oréal e chiffres Résultats du groupe sur u, ciq et dix as chiffre d affaires cosolidé (e millios d euros) RÉPARTITION DU CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDÉ 2008 PAR DEVISE (1) (e %) 17 542 17 063 15790 14533

Plus en détail

Mathématiques financières

Mathématiques financières Uiversité Paris 7 Master ère aée 25/26 E. Temam Mathématiques fiacières Partie I Email : temam@math.jussieu.fr I. Les marchés fiaciers... 3 A. Vocabulaire des marchés fiaciers... 3 B. Les produits fiaciers...

Plus en détail

I. (2 points) III. (2 points)

I. (2 points) III. (2 points) ère S Cotrôle du vedredi 7 mars 05 (0 mi) Préom : Nom : Note : / 0 II ( poits) Soit ABC u triagle isocèle e A tel que AB AC 8 cm et BC 5 cm O ote I le milieu de [AC] Calculer BI (valeur exacte) I ( poits)

Plus en détail

LES SUITES. u n = 1 n, pour n 1. u n = n 3

LES SUITES. u n = 1 n, pour n 1. u n = n 3 LES SUITES. Défiitio.. Défiitio Ue suite umérique est ue foctio de das, défiie à partir d'u certai rag 0. La otatio (u ) désige la suite e tat qu'objet mathématique et u désige l'image de l'etier (appelé

Plus en détail

École de technologie supérieure

École de technologie supérieure École de techologie supérieure Mat 165-04 Algèbre liéaire et aalyse vectorielle A-015 Michel Beaudi michel.beaudi@etsmtl.ca Liste d exercices à faire e T.P./Caledrier des évaluatios Itroductio au cours

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n =

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n = [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Eocés 1 Nombres réels Ratioels et irratioels Exercice 1 [ 9 ] [correctio] Motrer que la somme d u ombre ratioel et d u ombre irratioel est u ombre irratioel.

Plus en détail

Mathématique financière Sous le thème Les annuités variables : cas Des annuités en suite géométrique

Mathématique financière Sous le thème Les annuités variables : cas Des annuités en suite géométrique Les auités variables : cas e suites géométriques 1 Mathématique fiacière Sous le thème Les auités variables : cas Des auités e suite géométrique Préseter par : TAYEBI par : AHLAM ecadré MERYEM BENJELOUN

Plus en détail

sont égales, alors le produit des «extrêmes» a d est égal au produit des «moyens» c d ; et réciproquement ; la preuve est ici 1.

sont égales, alors le produit des «extrêmes» a d est égal au produit des «moyens» c d ; et réciproquement ; la preuve est ici 1. Cours 5 Idépedace 1 Das le cours précédet, ous avos vu que la variable Y était idépedate de la variable X si ses distributios coditioelles e fréquece sot égales ; das ce cas e effet, la mesure de X sur

Plus en détail

Séries réelles ou complexes

Séries réelles ou complexes 6 Séries réelles ou complexes Comme pour le chapitre 3, les suites cosidérées sot a priori complexes et les résultats classiques sur les foctios cotiues ou dérivables d ue variable réelle sot supposés

Plus en détail

Révisions d analyse (corrigé des indispensables).

Révisions d analyse (corrigé des indispensables). Révisios d aalyse (corrigé des idispesables). Limites des foctios de variable réelle à valeurs das ou.. a. La foctio f est le produit d e foctio borée sur ( a si ) et d e foctio qui ted vers 0 e 0 ( a

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov AME Dossier : Matrices et suites 545 romeades aléatoires : vers les chaîes de Markov ierre Griho (*) Cet article propose ue mise e perspective de la otio de promeade ou de marche aléatoire itroduite das

Plus en détail