TARIFS ET MOBILITE BANCAIRES : LE DESOLANT PALMARES DES BANQUES!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TARIFS ET MOBILITE BANCAIRES : LE DESOLANT PALMARES DES BANQUES!"

Transcription

1 TARIFS ET MOBILITE BANCAIRES : LE DESOLANT PALMARES DES BANQUES! Cnférence de presse UFC-Que Chisir du 26 ctbre 2010

2 INTRODUCTION : LES FRAIS ET LA MOBILITE, DEUX SUJETS INEXTRICABLEMENT LIES Pas de cncurrence sans mbilité des clients La mbilité bancaire, u taux d attritin, est en premier lieu une dnnée statistique : c est la part des clients qui changent d établissement bancaire chaque année. Ce chiffre traduit le dynamisme réel du marché bancaire : la pssibilité des clients de changer aisément de banque et dnc à sanctinner éventuellement des mauvaises pratiques ; la cncurrence entre les établissements bancaires pur attirer vers eux de nuveaux clients par le prix u par l innvatin ; et la facilité de changer de banque à mindre cût. Rappelns que la thérie écnmique cnsacre la «libre entrée et srtie des acteurs» cmme l un des cinq piliers, avec ntamment la transparence du marché, de la cncurrence pure et parfaite Or, au vu des chiffres natinaux et eurpéens, frce est de cnstater que le marché français est l un des mins dynamiques : avec fficiellement 7,6% de clients changeant de banque, le marché français est en-dessus de la myenne eurpéenne (8,6%). Et encre, ce chiffre est très prbablement surestimé : par exemple, un client qui par suite d un déménagement passe de la Caisse d Epargne d Ile de France à la Caisse d Epargne Bretagne est cmpté cmme ayant changé de banque. Tut cmme une persnne qui, s étant vu fermer sn cmpte par sa banque pur cause de difficulté financière, demande le drit au cmpte. En réalité, le chiffre de la mbilité française s apprche plus prbablement de 5% que de 7,6%. A titre de cmparaisn, 14% des Espagnls nt changé de banque l année dernière, et 9,5% des Allemands Purqui une aussi faible mbilité bancaire par rapprt à ns visins eurpéens? Lin d être mins mauvaises que leurs visines, les banques françaises impsent des frais de srtie imprtants, qui limitent d emblée l intérêt financier de changer de banque. Si la clôture d un cmpte curant est aujurd hui gratuite (et inscrite dans la li), les banques facturent au client le transfert de la plupart des cmptes d épargne (PEL, CEL, PEP, etc.). L enquête réalisée par l UFC-Que Chisir en juin 2006 a mntré qu un transfert intégral des prduits vers une nuvelle banque cûtait en myenne 300, smme que la faible cncurrence tarifaire entre les banques ne permet pas de rattraper rapidement. La mbilité bancaire est également difficile à réaliser si l n a suscrit un crédit (incmpatibilité des taux d une banque à l autre) u acheté des prduits financiers (Sicav, bligatins, actins etc., qui snt spécifiques pur chaque banque). C est également le cas si l n a eu des incidents de paiement (refus de la banque de faire passer une pératin sur le cmpte, ce qui peut entraîner un fichage à la Banque de France). Dernière raisn de la faible mbilité française : la psychlgie des clients, qui pensent à trt u à raisn que changer de banque, c est cmpliqué, ça prend du temps Et ça peut être dangereux. 1

3 Même l «Observatire 2010 de l pinin sur l image des banques», cmmandé à l IFOP par la Fédératin Bancaire Française mntre que pur les Français, changer de banque semble de plus en plus cmpliqué! - Résultats sndage IFOP/FBF, questin "Vus semble-t-il facile de changer de banque?" 60% 50% 61% 63% 52% Ttal facile 40% 44% 30% 20% 24% 18% 33% 31% Ttal pas facile 10% Les cnsmmateurs n nt pas frcément trt : vulir changer de banque implique de lister l ensemble des prélèvements u virements qui passent sur l ancien cmpte en banque, pur puvir les changer. Mais également les chèques : le client qui veut changer de banque dit lister l ensemble des chèques qu il a fait depuis un an, et vérifier que ceux-ci snt bien passés sur sn futur ancien cmpte. Si jamais il ferme sn cmpte et qu un chèque passe, il risque de se retruver fiché pur chèque sans prvisin à la Banque de France avec tutes les pénalités qui y snt liées C est d autant plus dangereux que sn ancienne banque n a aucune bligatin de le cntacter pur lui signaler l incident! Et pas de baisse des tarifs sans cncurrence! Du fait de ces multiples barrières à la srtie, le cnsmmateur français est dnc l un des plus «liés» à sa banque en Eurpe. Les banquiers peuvent dnc plus facilement augmenter leurs tarifs sans craindre la sanctin habituellement prévue dans un marché cncurrentiel : le départ massif des clients vers un cncurrent mins cher, u plus efficace. Ce qui explique que le marché français sit l un des plus chers en Eurpe, seln plusieurs études : En 2009, le rapprt de la Cmmissin Eurpéenne cmmandé par Mme Kuneva, Cmmissaire Eurpéen en charge de la prtectin du cnsmmateur, a placé les banques françaises en trisième place des plus chères et des mins transparentes de l Unin Eurpéenne. En juin 2010, l étude de l UFC-Que Chisir a mntré que les guides tarifaires étaient ttalement illisibles pur les cnsmmateurs, que les packages bancaires représentaient un surcût quasi systématique par rapprt au prix unitaire des tarifs réellement utilisés, et que les tarifs bancaires avaient frtement augmenté entre 2004 et 2009, en particulier pur les services utilisés par les ppulatins les plus fragiles. En juillet 2010, le rapprt demandé par Christine Lagarde à Messieurs Cnstans (président du CCSF) et Pauget (ancien Président du Crédit Agricle) a cnfirmé que la France se place parmi les pays eurpéens les plus cûteux (6ème sur 27) en dépit de l intégratin dans leurs calculs du cût du crédit, mins élevé en France. Enfin une étude du cabinet de cnseil Bain de septembre 2010 cnfirme la réputatin de cherté des banques françaises : pur une myenne eurpéenne à 100, les banques françaises atteignent 115 pints, cntre 50 aux Pays-Bas u 83 au Ryaume-Uni. 2

4 METHODOLOGIE DE L ENQUETE Cllecte des infrmatins Les bénévles des assciatins lcales de l UFC-Que Chisir nt visité agences bancaires de leur visinage entre le 15 juin et le 11 septembre Il s agit principalement des agences des grands grupes (Crédit Agricle, BNP, BPCE, etc.), mais également des banques strictement lcales : la banque Puyanne d Orthez, la banque Thémis de Strasburg, u la banque Marze d Aubenas, pur n en citer que tris. En entrant dans les agences, les enquêteurs de l UFC-Que Chisir devaient : - Repérer si l agence était dtée d un affichage u de dépliants relatifs à la mise en place d un service d aide à la mbilité bancaire. - Vérifier si des brchures tarifaires étaient dispnibles en libre service en agence. - Prendre un exemplaire des cnditins tarifaires pur chacune des agences. Dans une deuxième étape, les bénévles des assciatins devaient se rendre au guichet de l agence pur annncer qu ils suhaitaient changer de banque et vulaient savir cmment se passait le transfert de cmpte curant dans cet établissement. Afin de répndre aux éventuelles questins du guichetier u du cnseiller, un prfil myen a été défini : la persnne suhaitant venir dans cette banque est mariée, elle gagne envirn eurs nets par mis ; elle pssède un plan d épargne lgement depuis 6 ans d envirn eurs et un LDD de eurs. Elle n est pas fichée auprès de la Banque de France. Les bénévles, suivant un questinnaire prédéfini, nt nté les cnditins dans lesquelles s est passé l entretien sur la mbilité bancaire : répnse du guichetier u d un cnseiller ; répnse immédiate u besin de fixer un rendez-vus ultérieur, et dans ce cas, délai du rendez-vus. Puis, suite à l entretien, nt été ntés les éléments suivants : L évcatin spntanée du service d aide à la mbilité bancaire par les cnseillers. Le degré annncé de prise en charge par la banque du transfert de cmpte. Le délai annncé pur que la banque réalise l intégralité du transfert de cmpte. Pur des raisns évidentes, nus n avns pas demandé à ns bénévles de changer réellement de cmpte. A dnc été testée pur cette enquête tute la partie amnt du service d aide à la mbilité : la qualité de l infrmatin visible en agence et furnie par les cnseillers, la prtée de la prise en charge de la mbilité bancaire par la banque d accueil, les délais annncés. Traitement des infrmatins Sur les frais bancaires L UFC-Que Chisir a analysé l ensemble des brchures tarifaires récltées lrs des visites en agence. Afin de puvir cmparer les tarifs des différentes banques, nus avns sélectinné 8 des 10 tarifs qui devraient prchainement figurer dans une page récapitulative mise bligatirement en amnt de chaque brchure tarifaire (travaux du CCSF en curs) : Carte bancaire internatinale à débit immédiat. Carte bancaire haut de gamme (Gld/Premier) à débit différé. Retrait distributeur hrs réseau banque. 3

5 Mise en place en agence d un virement ccasinnel externe. Mise en place d un prélèvement autmatique sur rganisme financier. Cmmissin d interventin par incident de paiement. Assurance sur les myens de paiement. Abnnement annuel au service transactinnel par téléphne et internet. Pur des raisns techniques et de cmparabilité, deux des dix prduits bancaires qui devraient faire partie de cette future liste n nt pas été étudiés : Le taux du décuvert nn autrisé, car il dépend avant tut des taux du marché interbancaire, et dnc pas uniquement des plitiques des banques. Ce qui le rend, par exemple difficile à cmparer sur 2004/2010. Les alertes SMS sur les décuverts, car c est un prduit encre peu diffusé et qui n existait que dans très peu de banques en Afin de cnnaître la banque réginale la mins chère, nus avns additinné le cût de ces pératins. Nus avns appliqué une multiplicatin pur les pératins les plus fréquentes, suivant les statistiques natinales : Pur les retraits d argent dans les distributeurs d une banque différente, nus avns retenu 15 retraits par an. Le nmbre myen de retraits par persnne en France étant d envirn 30. Une partie minritaire des retraits étant effectuée dans la banque du client, et les banques appliquant parfis un frfait de retraits externes nn facturés, nus avns retenu le chiffre de 15 retraits par an. Mise en place en agence d un virement ccasinnel externe : 3 virements par an. Ce snt les statistiques Banque de France, sachant qu il ne faut pas cnfndre ce type de virement avec les virements autmatiques mis en place une fis, puis qui passent régulièrement. Afin de chiffrer les évlutins tarifaires survenues sur les tarifs bancaires, nus avns cmparé les résultats de 2010 avec les tarifs pratiqués en 2004, date des dernières enquêtes natinales sur la questin. Ce cmparatif a bien entendu pris en cmpte les changements survenus sur la péride : fusins de caisses réginales, rachat de réseau, etc. Sur la mbilité Les bénévles de l UFC-Que Chisir nt returné à la Fédératin les questinnaires issus de leurs visites d agences. Nus avns cmpilé leurs dnnées en effectuant des tris de résultats pur chacune des grandes banques françaises. 4

6 RESULTATS SUR LES FRAIS BANCAIRES Infrmatin des cnsmmateurs : 40 % des banques ne respectent pas la réglementatin La bnne infrmatin des cnsmmateurs sur les tarifs pratiqués par les banques est le premier facteur qui peut permettre la cmparaisn entre les banques, et dnc favriser la cncurrence entre celles-ci. Ntre étude de juin 2010 a déjà mntré que les plaquettes tarifaires étaient très mal cnçues : lurdes (24 pages 305 tarifs en myenne), difficiles à manier (les plaquettes snt cmpsées différemment seln les banques, et les tarifs peuvent être indiqués de cinq façns différentes) et aux termes bscurs (aucune harmnisatin n existe sur les termes utilisés par les différentes banques), les plaquettes ne permettent pas une cmparaisn aisée entre les banques. C est un premier frein à la mbilité, à la cncurrence Et dnc au final à l efficience du marché bancaire. Lrs de ntre étude de 2004, l UFC-Que Chisir avait mntré que les brchures tarifaires des banques n étaient que très rarement mises en libre dispsitin dans les agences : Dépliants tarifaires en libre accès % c Ttal Oui Ttal Nn 88% Suite à ce cnstat accablant, le législateur est intervenu en 2005 pur frcer les banques à amélirer l infrmatin de la clientèle sur leurs tarifs. Cette interventin a pris la frme d un arrêté pris le 4 avril 2005, dnt le texte est rédigé ainsi : «L infrmatin de la clientèle et du public sur les prix des prduits et services liés à la gestin d un cmpte de dépôt dit se faire par vie d affichage, de manière visible et lisible, et de dépliants tarifaires en libre-service, dans les lcaux de réceptin du public.» Par cet arrêté, les banques nt dnc bligatin de mettre à dispsitin du public, en plus de l affichage des tarifs, des dépliants tarifaires en libre-service. Il ne s agit dnc pas pur le client de demander la brchure tarifaire au guichet u à sn cnseiller, mais bien de puvir s en saisir sans avir à les demander. Or, 5 ans après la publicatin de cet arrêté, la mise à dispsitin des brchures en libre-service n est tujurs pas généralisée : seules 58% des banques suivent la li! Dépliants tarifaires en libre accès % Ttal Oui 58% Ttal Nn 5

7 Parmi les 42% de banques ne respectant pas la règlementatin : Dans 34% des cas, les brchures étaient dispnibles sur demande au guichet Elles n étaient dnc pas en libre-service cmme l exige la réglementatin Dans 8% des cas il n y avait aucune brchure tarifaire dispnible en agence! A nter également, au-delà de la dispsitin des brchures en libre service, que 5% des brchures dispnibles en agence snt des brchures datant de 2009 Le cas est particulièrement flagrant pur LCL ù 21,7% des brchures tarifaires récltées entre juin et septembre 2010 dataient d aût 2009 alrs qu il était pssible de truver sur internet une versin de brchure datant de mars 2010! Nn seulement l infrmatin est difficilement accessible, mais le cnsmmateur repart parfis avec une infrmatin tarifaire bslète. Au final, 4 banques sur 10 ne respectent pas la règlementatin en vigueur sur l infrmatin tarifaire en agence Ce résultat est la preuve que les banques peuvent avir une interprétatin très suple d une règlementatin cntraignante Le palmarès des banques natinales Les brchures tarifaires renvyées par les bénévles des assciatins lcales nus nt permis d étudier les plitiques tarifaires de 110 établissements bancaires répartis sur tute la France. Rappelns que cntrairement aux établissements natinaux (la Banque Pstale, BNP Paribas, Sciété Générale, LCL, HSBC, CIC) les caisses réginales des Banques Ppulaires, des Caisses d Epargne, du Crédit Agricle, du Crédit Mutuel et du Crédit du Nrd nt des plitiques tarifaires ttalement indépendantes : la différence tarifaire entre deux Caisses réginales du même grupe peut être significative. 1. Résultats natinaux : les banques de l Ouest et du Centre à la fête, celles de l Est et du Sud à la traîne! A l échelle natinale, la différence de tarifs entre les banques peut être très élevée : la banque Puyanne est ainsi 82% plus chère que le Crédit Agricle Centre France! On cnstate que les banques les mins chères pur les 8 tarifs sélectinnés snt suvent issues du centre u du centre-uest de la France. Les deux premières banques snt des banques Auvergnates : le Crédit Agricle Centre France et la Caisse d Epargne d Auvergne et du Limusin. De même, 7 autres banques du Centre u de l Ouest de la France figurent dans les 20 banques les mins chères. A nter également qu une seule banque natinale, et dnc au tarif unifrmisé à l échelle natinale, parvient à se hisser dans les vingt premières du classement : la Banque Pstale, qui malgré des augmentatins parfis très imprtantes de tarifs (vir plus bas), se situe systématiquement dans les tiercés de tête des classements réginaux. 6

8 Les vingt banques les mins chères en France pur les huit services retenus Rang Tarif en Etablissement 1 171,4 CREDIT AGRICOLE CENTRE FRANCE 2 192,0 CAISSE D'EPARGNE D'AUVERGNE ET DU LIMOUSIN 3 193,4 CAISSE D'EPARGNE BRETAGNE - PAYS DE LA LOIRE 4 195,0 LA BANQUE POSTALE 5 196,6 CAISSE D'EPARGNE DE MIDI-PYRENEES 6 199,0 CAISSE D'EPARGNE PICARDIE 7 200,4 CREDIT AGRICOLE AQUITAINE 8 200,9 CAISSE D'EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES 9 201,2 CAISSE D'EPARGNE LOIRE DROME ARDECHE ,4 CREDIT MUTUEL DE LOIRE ATLANTIQUE, CENTRE-OUEST ,0 CAISSE D'EPARGNE NORMANDIE ,6 CREDIT AGRICOLE NORD EST ,3 CAISSE D'EPARGNE LORRAINE CHAMPAGNE-ARDENNE ,0 CAISSE D'EPARGNE LOIRE CENTRE ,4 CAISSE D'EPARGNE ILE DE FRANCE ,5 CREDIT AGRICOLE LORRAINE ,8 BANQUE POPULAIRE DU NORD ,2 BANQUE DE SAVOIE ,1 CREDIT AGRICOLE BRIE PICARDIE ,9 CAISSE D'EPARGNE COTE D'AZUR Sans surprise, la banque la plus chère de ntre classement est aussi la plus petite : la banque Puyanne. Cette banque, qui ne pssède que 11 agences réparties sur 3 départements, jue la carte de la prximité avec le client aux dépens des tarifs. Sa taille ne lui permet pas en effet de bénéficier des mêmes puvir de négciatin pur le traitement des pératins u auprès de certains prestataires (Visa, Mastercard) que les grands grupes bancaires. On truve également 8 banques à dimensin réginale dans les 20 banques les plus chères : les sept réseaux lcaux du Crédit du Nrd, qui bien qu adssés à la Sciété Générale vient leurs tarifs cnverger aujurd hui autur de 280. Ainsi que le Crédit Maritime Bretagne Méditerranée, adssé aujurd hui à BPCE. Et les 20 banques les plus chères pur ces mêmes services Rang Tarif en Etablissement 1 311,2 BANQUE POUYANNE 2 287,9 BANQUE POPULAIRE PROVENÇALE ET CORSE 3 282,8 BANQUE RHONE-ALPES 4 282,8 BANQUE KOLB 5 280,8 BANQUE NUGER 6 280,8 BANQUE COURTOIS 7 280,8 BANQUE LAYDERNIER 8 279,8 CREDIT DU NORD 9 278,5 BANQUE TARNEAUD ,5 BANQUE POPULAIRE CENTRE ATLANTIQUE ,4 CIC ,2 BANQUE POPULAIRE LOIRE ET LYONNAIS ,4 BANQUE POPULAIRE D'ALSACE ,0 BANQUE POPULAIRE DU SUD ,9 CREDIT AGRICOLE SUD MEDITERRANEE ,7 CREDIT MARITIME BRETAGNE NORMANDIE ,6 CREDIT AGRICOLE SUD RHONE-ALPES ,8 BRED BANQUE POPULAIRE ,9 BANQUE POPULAIRE COTE D'AZUR ,5 BANQUE POPULAIRE LORRAINE CHAMPAGNE 7

9 2. Cmparatif entre les grands réseaux bancaires : aucune différence entre banques natinales et banques à caisses réginales Les différences de tarifs existant au sein des réseaux à caisse réginales (Crédit Agricle, Crédit Mutuel, Banque Ppulaire, Caisse d Epargne, et dans une mindre mesure, Crédit du Nrd) rend suvent difficile la cmparaisn entre les grands grupes bancaires français. Afin de résudre cette difficulté, nus avns cmparé la myenne des tarifs pratiqués par les caisses réginales de chaque réseau à caisses avec les établissements natinaux (BNP Paribas, Sciété Générale, LCL, La Banque Pstale, CIC, HSBC). Le résultat est le suivant : Palmarès des grupes bancaires - myenne natinale La Banque Pstale 195,0 Caisse d'epargne 211,8 219,2 226,7 229,7 232,2 HSBC Sciété Générale Crédit Agricle BNP Paribas Crédit Mutuel 244,1 Banque Ppulaire Etablissement à caisses réginales 248,6 253,9 LCL 276,4 280,9 CIC Crédit du Nrd Etablissement natinal Aucune différence fndamentale n est à cnstater entre les grupes «mutualistes» et les banques natinales : la Banque Pstale apparaît bien en tête du classement. Le secnd grupe bancaire, et le premier mutualiste, est la Caisse d Epargne. Le Crédit Agricle, première banque française en terme de nmbre de clients, est en milieu de classement. Le CIC et le Crédit du Nrd ferment la marche. La différence de tarif est de 44% entre la banque la plus chère et la banque la mins chère. 8

10 3. Cmparatif interréginal : l Océan Atlantique fait baisser les tarifs La cmparaisn des tarifs des 10 premières banques au sein de chaque régin française permet d établir deux cnstats. Tut d abrd, cmme le laissait présager le classement des banques, il vaut mieux habiter dans l Ouest u le Centre de la France que dans l Est u le Sud : les 6 régins les mins chères snt exclusivement issues de l Ouest, alrs que l Est et le Sud mnplisent les dernières places. Le Nrd est en milieu de classement. Les écarts ne snt pas négligeables : 15% des frais sur les 8 prduits, 8,5% sans la Crse! Le gain est bien évidemment plus prnncé dans la réalité, ù les banques dispsent de 305 tarifs en myenne. Tarifs myens pratiqués par les 10 premières banques de la régin , , , , ,9 227,9 228,3 223,8 224,3 224,6 219,8 220,9 221,1 218,5 233,9 234, ,7 236, Pays de la Lire Limusin Pitu-Charentes Aquitaine Midi-Pyrénées Bretagne Prvence-Alpes-Côte d'azur Rhône-Alpes Centre Auvergne Ile-de-France Champagne-Ardennes Picardie Basse-Nrmandie Burggne Nrd-Pas de Calais Lrraine Languedc-Russilln Alsace Franche-Cmté Haute Nrmandie Crse Autre cnstat : le marché bancaire est un marché réginalisé. Si l n peut cnstater des différences entre les régins, au sein d une même régin les tarifs snt plus suvent lissés. 9

11 Ainsi cet exemple particulièrement frappant dans la régin Prvence-Alpes-Côte d Azur, ù sur les 6 premiers établissements, les 4 banques à tarif strictement réginal (Caisse d Epargne Côte d Azur, Banque Ppulaire des Alpes, Crédit Agricle Prvence Cte d Azur, Caisse d Epargne Prvence Alpes Crse Réunin) nt des écarts de tarifs très faibles Tarifs des 6 premières banques, régin PACA La Banque Pstale Caisse d'epargne Cte d'azur HSBC Banque Ppulaire des Alpes Crédit Agricle Caisse Prvence Cte d'epargne d'azur Prv ence Alpes Crse Réunin La cnclusin de cette étude réginale est dnc que les banques évluent sur des marchés réginalisés. A l exceptin des établissements natinaux à tarif unique (La Banque Pstale, BNP, etc.), le niveau des tarifs bancaires se fixe à l échelle réginale. 4. Cmparatif intercaisse : quand déménager sans changer de banque vus cûte 50% plus cher Les caisses réginales des banques dites «mutuelles» peuvent fixer librement leurs tarifs, ce qui peut dnner des écarts substantiels entre deux caisses d un même grupe Et créer une mauvaise surprise pur un cnsmmateur qui, pur cause de déménagement, passe d une caisse réginale de l Ouest à une caisse réginale de l Est sans changer de banque! Nus avns dnc étudié les différences tarifaires existant au sein des 5 principaux réseaux à caisse réginale : Banque Ppulaire ; Caisse d Epargne ; Crédit Agricle ; Crédit Mutuel ; Crédit du Nrd Réseau Caisse la mins chère et tarif Caisse la plus chère et tarif Différence entre la plus chère et la mins chère BANQUE POPULAIRE BANQUE POPULAIRE DU NORD Banque Ppulaire PROVENÇALE ET CORSE 34,0% 214,8 287,9 Caisse d'épargne CAISSE D'EPARGNE D'AUVERGNE ET DU LIMOUSIN CAISSE D'EPARGNE LANGUEDOC-ROUSSILLON 27,6% 192,0 245,0 Crédit Agricle CREDIT AGRICOLE CENTRE FRANCE CREDIT AGRICOLE SUD MEDITERRANEE 56,3% 171,4 267,9 Crédit Mutuel CREDIT MUTUEL DE LOIRE ATLANTIQUE, CENTRE-OUEST CREDIT MUTUEL SAVOIE MONT-BLANC 29,8% 201,4 261,4 Crédit du Nrd BANQUE TARNEAUD BANQUE RHONE-ALPES 278,5 282,8 1,5% 10

12 A l exceptin du Crédit du Nrd, qui tend à unifier les tarifs entre ses différentes filiales réginales, les écarts entre les caisses réginales des différents grupes snt impressinnants : 56% entre le Crédit Agricle le mins cher et le Crédit Agricle le plus cher ; 34% pur les Banques Ppulaires ; 30% pur les Crédits Mutuels, et 28% pur les Caisses d Epargne Le cnsmmateur a tut intérêt à être prudent quand il déménage : sans changer de banque, il purrait payer les mêmes services 30% à 50% plus cher dans sa nuvelle régin! De telles différences de tarifs ne repsent sur aucun fndement écnmique : alrs que le traitement des pératins (chèques, virements, pératins sur internet, etc.) se fait aujurd hui dans des «usines» au mins multiréginales sinn natinales, et que chaque banque négcie un prix unique pur un nmbre de services (cartes bancaires, assurances myens de paiement, par exemple), rien ne justifie qu une caisse réginale sit 56% plus chère que sa cnsœur de la même banque Cet exemple nus pruve une fis de plus que les tarifs bancaires ne snt abslument pas crrélés aux cûts de revient des banques : des marges imprtantes existent dans une grande partie des banques, marges qui dans un envirnnement réellement cncurrentiel ne devraient pas exister Des augmentatins faramineuses de tarifs surtut pur les clients en difficulté! Après cette visin gégraphique des tarifs bancaires, nus avns vulu cmpléter ntre étude de juin 2010 sur la questin des évlutins tarifaires. Prfitant de la récupératin de l ensemble des tarifs des grandes banques grâce aux bénévles des assciatins lcales de l UFC-Que Chisir, nus avns vulu avir une visin précise et cmplète de l évlutin des tarifs entre , pur les 8 services déjà évqués. Pur rappel, l inflatin en France de fin 2004 à fin 2009 était de 8% ; de fin 2004 à mi-2010 d envirn 9%. Mais la plupart des brchures tarifaires des banques étant diffusées dès janvier 2010, nus partirns sur une inflatin cmparative de 8%. Myenne 2004 Myenne 2010 Evlutin 2004/2010 CB débit immédiat 33,0 36,3 10,0% CB haut de gamme à débit différé 111,0 119,8 7,9% Cût du retrait déplacé (X15) 8,5 13,8 62,9% Virement ccasinnel (en agence) (X3) 10,5 10,5 0,0% Prélèvement autmatique sur Org. Financier (mise en place) 6,0 5,5-7,8% Cmmissin d'interventin par incident 8,0 8,5 6,4% Assurance myens de paiement 22,1 25,1 13,8% Abnnement annuel internet 28,8 17,9-38,0% L étude des augmentatins tarifaires myennes sur chaque prduit permet d identifier tris tendances : Deux tarifs nt, en myenne, baissé : L abnnement internet a baissé de près de 40%. Mais cmparer 2004 et 2010 revient à cmparer deux épques différentes : en 2004, internet n était pas encre aussi démcratisé et la banque à distance était peu diffusée et chèrement facturée. En 2010, une grande partie des cnsmmateurs cnsultent leurs cmptes et fnt des pératins sur internet, ce qui a permis d imprtantes écnmies pur les banques : une pératin par internet cûte au mins 6 fis mins cher aux banques qu une pératin en agence (entre 0,02 et 0,15 cntre au mins 1 en agence). La mise en place d un prélèvement autmatique sur rganisme financier : ce tarif a baissé de près de 8%. Tris tarifs nt cnnu une hausse inférieure à l inflatin : Le virement ccasinnel en agence, dnt le tarif n a en myenne pas augmenté sur la péride. La cmmissin d interventin, dnt l augmentatin myenne, raisnnable sur la péride, masque des grandes différences seln les établissements (vir infra). La carte bleu haut de gamme, dnt l évlutin est juste en-dessus de l inflatin. 11

13 Enfin, tris tarifs nt cnnu des augmentatins supérieures à l inflatin sur la péride : La carte bancaire classique, qui a augmenté de 10%. Cette augmentatin n a aucun fndement écnmique : la carte bleue a permis aux banques de réaliser d imprtantes écnmies (un paiement par carte cûte deux fis et demi mins cher qu un paiement par chèque), mais également de gagner beaucup plus d argent que le chèque, grâce aux nmbreux frais et cmmissins qui y snt liés. Lin de répercuter à leurs clients les écnmies permises, les banques nt cntinué à augmenter le cût de la carte bleue. L assurance myens de paiement a augmenté de près de 14% en myenne. Cette augmentatin est elle aussi duteuse, car seln l bservatire de la sécurité des cartes de paiement, les fraudes snt en légère baisse depuis Les chèques, de mins en mins répandus et acceptés, snt de plus en plus cntrôlés. Le mntant myen de fraude par carte est également en baisse. Il n y a dnc aucune raisn écnmique pur que le cût de l assurance myen de paiement augmente. Le cût myen du retrait déplacé, enfin, a augmenté de près de 63%! En 2004, une partie des banques cntinuait encre à ne pas facturer à leurs clients les retraits qu ils puvaient effectuer sur des distributeurs d autres banques. Aujurd hui, la facturatin est généralisée. CB classique débit immédiat CB haut de gamme débit différé Retrait déplacé (X15) Virement ccasinnel en agence (X3) Mise en place d'un prélèvement sur Org. Financier Cmmissin d'interventin par incident Assurance myens de paiement Abnnement annuel internet B. Ppulaire B. Pstale BNPP C. d'epargn e CIC C. Agricle C. Mutuel C. du Nrd HSBC LCL SG 7,3% 9,2% 18,6% 5,9% 14,4% 9,9% 11,4% 14,7% 4,5% 15,8% 18,8% 1,5% 3,4% 3,1% 1,5% 5,0% 14,2% 8,8% 6,2% 1,6% 4,9% 4,1% 34,4% 0,0% 0,0% 607,7% 0,0% 41,7% 24,3% 0,0% 100% 0,0% 0,0% -13,7% 14,0% 3,1% -5,1% -6,2% 4,1% 10,1% 9,8% 4,2% 8,3% -12,3% -35,4% 0,0% 0,0% -51,1% 8,3% 13,5% 4,8% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 1,5% 48,9% 10,3% 2,3% 8,7% 14,8% 17,9% 10,3% -19% 7,7% 9,6% 4,7% 37,9% 25,0% 18,4% -8,3% 5,2% 13,6% 22,5% 9,3% 15,2% 14,0% -33,9% -100% -100% -53,4% 24,2% -75% -14,3% 2,9% 0,0% -50% 0,0% 12

14 Au-delà des myennes des banques, l analyse des augmentatins tarifaires intra-banque permet d identifier des phénmènes plus prfnds : Ainsi : Le tarif de la cmmissin d interventin a explsé à la Banque Pstale entre 2004 et 2010 : +49%! Cette hausse est ttalement injustifiée car il est impssible que la Banque Pstale ait vu ses cûts de revient de la cmmissin d interventin augmenter de 50% en 6 ans! Elle est également illégitime car elle tuche en premier lieu les clients les plus fragiles, qui snt les premiers à cnnaître des décuverts, et dnc des cmmissins d interventin à répétitin. Il semblerait dnc que la Banque Pstale sit en train de devenir une banque cmme les autres, qui au lieu de mettre en valeur ses faibles tarifs pur attirer des clients préfère se rapprcher (à la hausse) des prix de ses cncurrents. Au ttal, et en dépit des prmesses de mdératin des banques vis-à-vis des clients en difficulté, 6 banques sur les 11 testées nt augmenté leur tarif de cmmissin d interventin bien au-delà de l inflatin sur la péride. A nter que HSBC, en rachetant le CCF pur s implanter en France, a diminué le tarif (très élevé : 10!) de la cmmissin d interventin de 19% : elle est la seule dans ce cas. Le tarif de l assurance des myens de paiement a également cnnu une hausse très élevée, en particulier à la Banque Pstale (+38%), chez BNP Paribas (+25%) et au Crédit du Nrd (+22,5%) Cmme nus l avns dit plus haut, rien ne justifie une telle hausse. BNP Paribas et Sciété Générale nt fait subir à leurs clients une augmentatin du cût de la carte bleue classique deux fis plus élevée que l inflatin (respectivement 18,6% et 18,8% d augmentatin) alrs même que cette carte bancaire leur permet de multiplier les pstes de gains! A la Caisse d Epargne, la plupart des caisses réginales se snt mises à facturer les retraits aux distributeurs de la cncurrence... alrs que très peu d entre elles le faisaient en Au final, l augmentatin myenne est de 600%! Le prix de l abnnement internet s effndre dans la plupart des banques. Le CIC, et dans une mindre mesure le Crédit du Nrd, nt augmenté leurs tarifs. Cnclusin sur les tarifs Cette enquête natinale permet de cnfirmer ns analyses de l étude de juin 2010 : les augmentatins tarifaires se snt cncentrées sur les services cncernant les ppulatins les plus fragiles. De plus, les services liés à la carte bancaire (carte et assurance des myens de paiement) cnnaissent des augmentatins tarifaires imprtantes qui n nt aucune justificatin écnmique. En revanche, l existence de réelles différences réginales au niveau des tarifs est une nuveauté. Il semblerait dnc qu existent en France deux niveaux de cncurrence : au niveau natinal, ù les établissements natinaux alignent leurs tarifs (l exemple le plus flagrant étant la prximité des tarifs entre BNP Paribas et Sciété Générale, que seuls 5 eurs séparent) ; et au niveau réginal, ù les caisses réginales des Banques Ppulaires, de la Caisse d Epargne, du Crédit Mutuel et du Crédit Agricle nt tendance à aligner leurs tarifs. Autre cnstat : l ampleur des écarts qui peuvent exister entre plusieurs caisses d une même banque était jusqu alrs insupçnnée. Ces écarts qui peuvent aller jusqu à 50% entre la caisse la mins chère et la caisse la plus chère d une même banque n nt aucun fndement : la plupart des traitements d pératin snt mutualisés et les tarifs de leurs furnisseurs snt les mêmes au niveau de chaque banque Il n y a dnc aucune raisn pur qu une caisse facture un service 50% de plus que sn hmlgue, alrs que ce service lui cûte la même chse! Enfin, en dépit des bligatins règlementaires, les brchures tarifaires (déjà lurdes et illisibles) snt lin d être systématiquement dispnibles en agence Rappelns que la dispnibilité de l infrmatin, tut cmme la pssibilité de changer facilement d pérateur, est l une des règles fndamentales pur que puisse exister une vraie cncurrence sur un marché 13

15 RESULTATS DE L ENQUETE SUR LA MOBILITE Rappel des engagements des banques sur la mbilité Nus avns testé les quatre principaux engagements des banques sur la mbilité bancaire parmi les sept pris le 1 er nvembre 2009 (Nb : liste ttale des engagements en annexe). 1. Engagement d infrmatin sur l existence du service : la banque «vus infrme sur le mde de fnctinnement et de mise en œuvre de ce service». 2. Engagement d effectuer les dmiciliatins pur le client : : Engagement de changement des dmiciliatins bancaires : sur vtre demande, elle peut «faire à vtre place les demandes de changement de dmiciliatin bancaire auprès des rganismes que vus payez u qui vus divent de l argent» : Engagement de récupératin de la liste des pératins récurrentes sur l ancien cmpte : «à vtre demande, vtre nuvelle banque purra cntacter vtre banque de départ pur btenir la liste des pératins autmatiques et récurrentes, vire pur annuler les éventuels rdres de virements permanents». 3. Engagement de délai : la banque «cmmunique dans un délai maximum de 5 jurs uvrés ces mdificatins aux rganismes» et «met également en place les virements permanents que vus suhaitez émettre depuis vtre cmpte de dépôt dans un délai maximum de 5 jurs uvrés à cmpter de la réceptin des infrmatins nécessaires». Résultats : aucun des engagements n est tenu! 1. Infrmatin : la mbilité, un service caché! Dans un milieu bancaire cmplexe pur le prfane et multipliant les services (305 «services» prpsés en myenne dans les plaquettes tarifaires!), l infrmatin du client est capitale. En particulier pur la mise en place d un nuveau service : celui-ci ne purra être utilisé par le client que si le banquier l infrme de sn existence. Une infrmatin claire et simple, ntamment via la mise en place d affichage dans les agences, est la clef pur diffuser un nuveau service. Or, frce est de cnstater que quand un client rentre dans une agence bancaire, il a peu de chances de vir que cette banque prpse un «Service d aide à la mbilité» : seules 14% des agences nt dispsé dans leurs lcaux des infrmatins (affichage u dépliants) traitant du sujet de la mbilité bancaire Infrmatin Mbilité en agence 14% Ttal Oui Ttal Nn 86% 14

16 La Banque Ppulaire est la seule banque à atteindre les 20% d infrmatins en agence, avec un petit 21%. La banque la mins bien placée à ce sujet est BNP Paribas ù seulement 9% des agences nt mis en place des infrmatins sur la mbilité! Si aucune infrmatin n est dispnible en agence, il ne reste alrs qu une seule surce d infrmatin pssible : le guichetier u le cnseiller à qui le client annnce sa vlnté de venir dans leur banque. Un pint psitif est à nter : à l arrivée dans l agence, le client est renseigné immédiatement dans les deux tiers des cas. Et quand cela n est pas le cas, le délai pur btenir un rendez-vus est rapide : mins d une semaine dans 84% des cas. Renseignements immédiats? Sinn, délais du RDV Ttal Nn Ttal Oui 62% 38% 14% 2% 12% dans la jurnée dans la semaine de 8 à 14 jurs 72% de 15 jurs à 1 mis Mais ce n est pas parce que le client qui vient pur dmicilier sn cmpte peut btenir rapidement des infrmatins, qu il btient la bnne infrmatin : l existence d un service d aide à la mbilité bancaire! En effet, quand le client annnce au cnseiller qu il suhaite venir dans sa banque, seul un tiers des cnseillers a le «réflexe» de lui parler du service d aide à la mbilité bancaire, qui crrespnd purtant ttalement à sa demande, et lui permettrait thériquement de faciliter sn changement de banque! Evcatin spntanée de la mbilité bancaire par le cnseiller? OUI 35,5% NON 64,5% A nter à ce sujet que le meilleur réseau bancaire est LCL, dnt le purcentage d évcatin spntanée atteint 43%. Vient ensuite le Crédit Mutuel, avec 41%. Tutes les autres banques nt des chiffres aux envirns de 35%. La Banque Pstale est la banque renseignant le mins le client sur ce sujet : seuls 28% des cnseillers de cette banque évquent spntanément l existence du service d aide à la mbilité bancaire. Au final, le client qui rentre en agence pur changer de banque : - Ne vit aucune indicatin relative à la mbilité en agence. - N est pas infrmé par le cnseiller de l existence d un service d aide à la mbilité. Le client qui ne cnnaît pas, avant de rentrer dans l agence, l existence d un service d aide à la mbilité bancaire n a dnc qu une faible chance d être renseigné spntanément sur le sujet et dnc de demander à un cnseiller de bénéficier de ce «Service d aide à la mbilité bancaire»! Bilan : Engagement d infrmatin du client sur l existence du service : NON TENU 15

17 2. Un vrai-faux «tut cmpris» pur le cnsmmateur! Le changement des dmiciliatins bancaires cnstitue l élément central du «transfert de cmpte curant». Car en réalité, transférer un cmpte curant signifie uvrir un nuveau cmpte, transférer les dmiciliatins bancaires de l ancien vers le nuveau cmpte, puis fermer l ancien cmpte. Cmme nus l avns vu, c est également l un des principaux freins à la mbilité bancaire : si le client ublie de rapatrier un prélèvement sur sn nuveau cmpte et qu il ferme u cesse d alimenter sn ancien cmpte, il risque de se retruver fiché auprès de la Banque de France. Cette situatin explique qu aujurd hui, un cnsmmateur qui change de banque ne ferme pas sn ancien cmpte, mais dit le laisser perdurer plusieurs mis, vire plusieurs années, avant de le clre. Autant de temps ù le client devra s acquitter de deux ctisatins auprès de deux banques différentes : celle de l ancien cmpte, et celle du nuveau! Si le client le demande, les banques se snt engagées à «faire à [sa] place les demandes de changement de dmiciliatin bancaire auprès des rganismes» (engagement 2.1), mais également à «btenir la liste des pératins autmatiques et récurrentes, vire annuler les éventuels rdres de virements permanents» auprès de l ancienne banque (engagement 2.2). Ces deux engagements, s ils étaient respectés, permettraient au client de faire faire transférer sn cmpte curant vers la nuvelle banque sans qu il n ait à returner vers la banque qu il suhaite quitter. Le client serait également rassuré : si la banque prend en charge le changement de dmiciliatin, à elle d assumer le cût d éventuelles erreurs de transfert Mais quand il pse la questin de la prise en charge au banquier, la répnse est bien différente des engagements Etendue de la prise en charge du transfert par la banque d accueil A la questin «Prenez-vus en charge tutes les démarches de changement de cmpte?», crrespndant à l engagement numér deux des banques «de faire à vtre place les demandes de changement de dmiciliatin bancaire auprès des rganismes que vus payez u qui vus divent de l argent», les cnseillers répndent de la manière suivante : Prise en charge des démarches de changement de dmiciliatins bancaires 6% 26% 39% La banque se charge de tut Le travail est partagé entre le client et la banque Le client dit faire tutes les démarches 29% Rien spécifié Au ttal, 61% des banques ne prennent pas en charge l intégralité des démarches dmiciliatins! Nus smmes lin du «Oui» systématique prmis par les banques! De même, 39% des cnseillers annncent que la banque prendra en charge l intégralité des démarches de changement de dmiciliatin seulement 13% de plus que les cnseillers qui annncent à leur «futur» client que c est à lui de tut faire! 16

18 Il cnvient également de nter le nmbre relativement imprtant (6%, sit plus de 100 répnses sur les exprimées sur cette questin) de cnseillers qui ne répndent rien Ce qui traduit une nuvelle fis le manque de frmatin du persnnel bancaire sur cette questin. Ns bénévles nus nt remnté certaines répnses étnnantes des cnseillers à cette questin En vici quelques mrceaux chisis : Dans une Sciété Générale : «Le cnseiller m a annncé la gratuité pur le transfert des cmptes grâce au "Service Bienvenue", mais m a décnseillé de l'utiliser car je dis remplir un dssier». Dans une Banque Ppulaire : «Il faut un minimum de 80 eurs de parts sciales pur être pris en charge. Il faut aussi uvrir un plan épargne u un livret A». Dans un Crédit Agricle : «Le Crédit Agricle avait un cntrat d'aide au transfert (Simplissime) mais l'a abandnné». Dans un Crédit Mutuel «Par suci de déntlgie la banque ne peut pas s'ccuper du transfert de vs virements et prélèvements, et vtre banque actuelle peut refuser». Etendue de la prise en charge de la récupératin de la liste des pératins récurrentes La récupératin de la liste des pératins récurrentes sur l ancien cmpte cnstitue une étape clef de la prise en charge du transfert. C est en effet grâce à cette liste que le client, u éventuellement sa banque d accueil, va puvir dmicilier ses pératins autmatiques sur le nuveau cmpte, en limitant la plupart des risques d erreur : à ce stade là, seuls les chèques faits sur l ancien cmpte mais nn encaissés peuvent pser prblème. C est également le seul mment ù la banque que le client suhaite quitter va puvir essayer de garder sn client Il est dnc essentiel que le client qui désire changer de banque puisse charger sa nuvelle banque de récupérer cette liste des pératins récurrentes, en particulier si le client est en mauvais termes avec sn ancienne banque. A la questin «Puvez-vus récupérer à ma place, auprès de ma banque actuelle, la liste des virements et prélèvements qui passent sur mn cmpte?», qui crrespnd à l engagement 2.2 des banques, les cnseillers répndent de la manière suivante : Récupératin par la banque de la liste des prélèvements et virement 40% Oui 60% Nn Ainsi, cntrairement à l engagement des banques qui veut que si un client le demande, un cnseiller ne peut refuser de récupérer pur lui la liste des virements et prélèvement, la grande majrité des cnseillers (60%) refuse d effectuer ce service pur leur client! Evlutin : les cnseillers nt appris à répndre pur dire à leur client de faire les démarches! Si l n cmpare les résultats de 2010 à ceux recueillis par les enquêteurs de l UFC-Que Chisir en 2004, n se rend cmpte que le principal changement cncerne le taux de répnse des cnseillers Mais étant dnné le faible taux d évcatin spntanée par les cnseillers, encre faut-il que le client cnnaisse le service de mbilité bancaire et lui pse la questin! 17

19 En réalité, le débat de 2008 sur la mbilité bancaire a permis aux cnseillers bancaires d apprendre à répndre à leurs clients : le taux de répnse à la questin est ainsi passé de 63,8% à 93,6%. Ce qui ne veut pas dire que les cnseillers nt prfndément améliré leur service au client. Evlutin prise en charge % 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 20,5% 38,5% La banque se chargera de tut 18,5% 28,9% Le travail est partagé entre le client et la banque 24,8% 26,2% Le client dit faire tutes les démarches 36,2% ,4% Rien spécifié 38,5% des cnseillers déclarent aujurd hui que leur banque prendra en charge l intégralité du transfert : même si ce n est tujurs pas la majrité des cnseillers, le prgrès est ntable. Cependant, tus les pstes prfitent de l améliratin du taux de répnse : le partage des tâches passe ainsi de 18,5% à près de 29%, et même la prise en charge intégrale des démarches par le client a augmenté de 1,4%! Il représente aujurd hui plus du quart des répnses des cnseillers (26,2%). Au glbal, la part des cnseillers qui répndent que le «service d aide à la mbilité» intégral prmis par les banques laisse tut de même des chses à faire au client reste très majritaire : 55%! La mise en place du service d aide à la mbilité bancaire dans les banques n a dnc pas révlutinné la pratique Mais elle a permis aux cnseillers de truver des répnses, hélas majritairement mauvaises, quand les clients viennent les slliciter à ce sujet. Bilan : Engagement de prise en charge du transfert des dmiciliatins : NON TENU 3. Engagement d agir dans des délais inférieurs à une semaine : quand 5 jurs durent un mis La rapidité d exécutin du transfert de cmpte est nécessaire pur faire durer le mins lngtemps pssible cette situatin «d entre deux» difficile à gérer qu est la pssessin de deux cmptes. En effet, psséder deux cmptes signifie des myens de paiement (chèque et carte bleue) en duble, deux ctisatins à payer en parallèle Et une duble cmptabilité difficile à mener! Suvent, le salaire n est dmicilié que sur un seul des deux cmptes : le secnd cmpte dit dnc être réalimenté régulièrement. Ce qui entraîne un risque accru d incidents de paiements, qui peuvent alurdir la facture du changement de banque. D ù l imprtance de puvir effectuer le changement de banque rapidement. Les banques se snt engagées à cmmuniquer «dans un délai maximum de 5 jurs uvrés ces mdificatins aux rganismes» et à «mettre également en place les virements permanents que vus suhaitez émettre depuis vtre cmpte de dépôt dans un délai maximum de 5 jurs uvrés à cmpter de la réceptin des infrmatins nécessaires». Ce qui ne veut pas dire que le nuveau cmpte sera entièrement fnctinnel, et que l ancien cmpte purra être fermé, au but de 5 jurs! Car il faut également que les rganismes cntactés par les banques effectuent les changements de dmiciliatin demandés. 18

20 L habitude dans ce type de schéma, en cas de manquement, étant de renvyer la faute sur l autre acteur (et viceversa), et les clients n ayant aucun myen d évaluer de manière claire si les banques cntactent effectivement dans les 5 jurs uvrés, les enquêteurs nt demandé aux cnseillers bancaires quel était le délai ttal de changement de ces dmiciliatins. Délais pur effectuer le transfert 13% dans la semaine 41% 19% entre 8 et 14 jurs entre 15 jurs et un mis plus d'un mis 27% Là-encre l écart est imprtant entre le discurs et la réalité : dans plus des deux-tiers des cas, le délai annncé pur transférer le cmpte est supérieur à 15 jurs. Et dans plus de 40% des cas, il est supérieur à un mis! Même dans les cas ù la banque annnce s ccuper de tut (récupératin de la liste des prélèvements et des virements auprès de l ancienne banque ET appel des rganismes pur effectuer le changement de dmiciliatin), et dnc ù l n ne peut pas attribuer la lngueur des délais à une éventuelle «inertie» du client, les résultats snt très cmparables : Délai nécessaire pur effectuer le transfert - prise en charge intégrale par la banque d'accueil 34% 16% 19% dans la semaine entre 8 et 14 jurs entre 15 jurs et un mis plus d'un mis 31% Bien entendu, les cnseillers bancaires peuvent facilement arguer du fait qu eux nt fait leur travail dans les délais, et que les chses cincent au niveau des rganismes furnisseurs du client Mais même si l n «cupe la pire en deux» en partageant ce délai ttal en deux, le délai myen déclaré se situe bien au-delà des engagements des banques : envirn 11 jurs. Bilan : Engagement de cntacter les rganismes dans les cinq jurs uvrés : NON TENU 19

Recommandation n 2009-131/PG. relative à la saisine de Monsieur D. du 29 septembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X

Recommandation n 2009-131/PG. relative à la saisine de Monsieur D. du 29 septembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X Réf. 480718-265507592/FF Recmmandatin n 2009-131/PG relative à la saisine de Mnsieur D du 29 septembre 2008 cncernant un litige avec le furnisseur X Thème : / Mts clefs : * * * * La saisine Le médiateur

Plus en détail

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société Renseignements cncernant la cntrefaçn des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la sciété Table des matières 1. Le rôle de la Banque du Canada dans la prspérité écnmique du Canada...

Plus en détail

ACAT France. ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PORTBAIL, 5-6 avril 2014 RAPPORT FINANCIER SUR LES COMPTES DE L ANNÉE 2013

ACAT France. ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PORTBAIL, 5-6 avril 2014 RAPPORT FINANCIER SUR LES COMPTES DE L ANNÉE 2013 ACAT France ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PORTBAIL, 5-6 avril 2014 RAPPORT FINANCIER SUR LES COMPTES DE L ANNÉE 2013 On examinera successivement le résultat, les prduits, les charges et la trésrerie de l ACAT-France.

Plus en détail

Baromètre de l innovation

Baromètre de l innovation Barmètre de l innvatin Un barmètre BVA Syntec numérique Ce sndage est réalisé par pur le Publié dans et, le 14 nvembre, et diffusé sur la semaine du 18 nvembre Rappel méthdlgique Recueil Enquête réalisée

Plus en détail

Madame A. XXXX XXXX XXXX

Madame A. XXXX XXXX XXXX Madame A. Paris, le 21 février 2013 Dssier suivi par : Tél. : Curriel : recmmandatins@energie-mediateur.fr N de saisine : N de recmmandatin : 2013-0207 Objet : Recmmandatin du médiateur sur vtre saisine

Plus en détail

Etre carreleur en 2025

Etre carreleur en 2025 Eurpäische Unin der Fliesenfachverbände Etre carreleur en 2025 Madame, Mnsieur, La Fédératin allemande du carrelage et l Unin eurpéenne des fédératins des entreprises de carrelage nt lancé une initiative

Plus en détail

Restitution. Enquête FNOGEC auprès des principaux éditeurs de logiciels. Mise en conformité aux normes SEPA

Restitution. Enquête FNOGEC auprès des principaux éditeurs de logiciels. Mise en conformité aux normes SEPA Fédératin Natinale des Organismes de Gestin des Établissements de l Enseignement Cathlique 277 rue Saint-Jacques 75240 PARIS Cedex 05 Tél. : 01.53.73.74.40 - Fax : 01.53.73.74.44 - mail : cntact@fngec.rg

Plus en détail

UFC-Que Choisir de Bretagne

UFC-Que Choisir de Bretagne Tarifs et mobilité bancaire UFC-Que Choisir de Bretagne Une double actualité sur la banque 1 - Frais : Rapport de la Commission Européenne sur les frais bancaires : fin septembre 2009 Rapport Pauget/Constans

Plus en détail

Utiliser les activités de cours de Moodle : le Questionnaire

Utiliser les activités de cours de Moodle : le Questionnaire Utiliser les activités de curs de Mdle : le Questinnaire CETTE PROCEDURE DÉCRIT LA MISE EN PLACE ET L UTILISATION DE L ACTIVITÉ DE COURS «QUESTIONNAIRE». PRE-REQUIS : Prcédure «Démarrer sur Mdle» DÉFINITION

Plus en détail

RET - QCM Comptabilité eval compta 02

RET - QCM Comptabilité eval compta 02 RET_evalcmpta_02_QCM.dc RET - QCM Cmptabilité eval cmpta 02 1. Questins Branche de la cmptabilité rientée vers l'infrmatin externe des différents agents écnmiques, partenaires de l'entreprise, avec lesquels

Plus en détail

L élève passe cette soutenance orale du TPE dans son lycée, sauf pour ceux des établissements hors contrat.

L élève passe cette soutenance orale du TPE dans son lycée, sauf pour ceux des établissements hors contrat. Une fis la prductin écrite et la synthèse du TPE rendus, il faut préparer la sutenance rale! Pur t aider, nus avns demandé à Carl, une prfesseure de SVT qui fait partie chaque année d un jury de TPE, de

Plus en détail

Contrat de formation professionnelle SAISON 2015-2016

Contrat de formation professionnelle SAISON 2015-2016 ENTRE LES SOUSSIGNÉS : L ORGANISME DE FORMATION Assciatin Human Music 80 rue prt byer 44 300 Nantes Représentée par Julien Bertex, respnsable des frmatins N de déclaratin d activité : 52 44 0749744 N de

Plus en détail

Les Systèmes ADDATech Inc. Clinicmaster Changement d option sur poste de travail

Les Systèmes ADDATech Inc. Clinicmaster Changement d option sur poste de travail Les Systèmes ADDATech Inc. Clinicmaster Changement d ptin sur pste de travail 1 Ce que vus devez savir À Partir de la versin 7.16.00, l arrière scène des ptins de pste de travail vnt se cmprter différemment.

Plus en détail

Gestion des Prospects : Adresses à exporter

Gestion des Prospects : Adresses à exporter Gestin des Prspects : Adresses à exprter 2 Tables des matières 1. Intrductin : Adresses à exprter p 3 2. Que signifie une adresse qualifiée? p4 2.1 Particulier = le client final 2.2 Cnducteur lié à une

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU ROYAUME-UNI

DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU ROYAUME-UNI AIGUISEZ VOTRE APPROCHE DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU Vus êtes: ROYAUME-UNI A LONDRES LE JEUDI 3 DECEMBRE 2009 - Distributeur - E-cmmerçant - Respnsable e-cmmerce - Respnsable d agence

Plus en détail

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose?

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose? En France, les trubles muscul-squelettiques (TMS) snt la première cause de maladie prfessinnelle recnnue (plus de 87 %) et leur nmbre a augmenté de 60 % en 10 ans. Ces pathlgies tuchent tutes les entreprises

Plus en détail

développer Mes capacités SécuriSer mon avenir professionnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI

développer Mes capacités SécuriSer mon avenir professionnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI dévelpper Mes capacités SécuriSer mn avenir prfessinnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI Savir évluer dans sn empli u rebndir pur en retruver un Les réalités bservées auprès de nmbreux

Plus en détail

TAI054 Utiliser un logiciel de gestion de parc (généralités) TABLE DES MATIERES

TAI054 Utiliser un logiciel de gestion de parc (généralités) TABLE DES MATIERES Apprt d infrmatins et de cnnaissances TAI054 Utiliser un lgiciel de gestin de parc (généralités) TABLE DES MATIERES 1 INTRODUCTION... 2 2 FONCTIONS DES LOGICIELS DE GESTION DE PARC... 3 2.1 ACQUISITION

Plus en détail

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché INTRODUCTION I) Cmptabilité analytique et cntrôle de gestin A qui peut servir la cmptabilité analytique? a) Pur aider à fixer un prix de vente Exemple Quel prix fixer? : : cmptabilité analytique. Cmpliquns

Plus en détail

ARGUMENTAIRE. Evolution des contrats CSM 2012

ARGUMENTAIRE. Evolution des contrats CSM 2012 ARGUMENTAIRE Evlutin des cntrats CSM Préambule Ce dcument vient cmpléter ce qui a été cmmuniqué dans l Actualité Fédérale n 31 du 5 janvier. Il a pur bjectif d apprter les répnses et les explicatins aux

Plus en détail

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier?

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier? 22 ctbre 2007 EN PRATIQUE : 10 QUESTIONS REPONSES SUR LA MIF 1. Quels snt les principaux apprts de la MIF pur le particulier? 2. Quels prduits snt cncernés? 3. En qui cnsiste l évaluatin du client? 4.

Plus en détail

PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE

PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE Questinnaire à destinatin des assciatins du territire de la Cmmunauté de Cmmunes de Quillebeuf-sur-Seine PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE Infrmatins pratiques sur vtre assciatin Nm de l assciatin : Président

Plus en détail

Le service 3 D Secure sert à sécuriser vos paiements sur Internet en vous demandant de vous authentifier

Le service 3 D Secure sert à sécuriser vos paiements sur Internet en vous demandant de vous authentifier A qui sert le service 3 D Secure VISA et MasterCard? Le service 3 D Secure sert à sécuriser vs paiements sur Internet en vus demandant de vus authentifier lrs de chaque paiement afin de s'assurer que vus

Plus en détail

Migration vers Windows 7 : toujours un sujet de préoccupation pour les professionnels de l informatique

Migration vers Windows 7 : toujours un sujet de préoccupation pour les professionnels de l informatique Migratin vers Windws 7 : tujurs un sujet de préccupatin pur les prfessinnels de l infrmatique Smmaire.. Généralités. 1 Envirnnements de desktp. 2 Niveau d avancement de l implémentatin 3 Ressurces et planificatin

Plus en détail

Proposition de services. ZAC de la Tuque Tél. 05 53 68 52 66 Fax 05 53 67 57 26 www.da47.fr

Proposition de services. ZAC de la Tuque Tél. 05 53 68 52 66 Fax 05 53 67 57 26 www.da47.fr Prpsitin de services ZAC de la Tuque Tél. 05 53 68 52 66 Fax 05 53 67 57 26 www.da47.fr 1 Smmaire DA 47 Distributin Autmatique Histrique Parc et Références Clients Engagements Ntre prestatin de service

Plus en détail

Tarifs et mobilité bancaire. UFC-Que Choisir de Rennes

Tarifs et mobilité bancaire. UFC-Que Choisir de Rennes Tarifs et mobilité bancaire UFC-Que Choisir de Rennes Une double actualité sur la banque 1 - Frais : Rapport de la Commission Européenne sur les frais bancaires : fin septembre 2009 Rapport Pauget/Constans

Plus en détail

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn Chapitre 6 Les grupes au cœur de LinkedIn Purqui les grupes snt-ils assimilés au cœur de LinkedIn? Parce que ce snt les grupes qui génèrent le plus d interactins. C est au sein des grupes que vus puvez

Plus en détail

Travaux de maintenance

Travaux de maintenance Travaux de maintenance La cmmunicatin cncernant la campagne Des cntacts nt été pris avec BEMAS qui regrupe de nmbreuses entreprises de la maintenance, mais sans succès. L annnce de la campagne s est faite

Plus en détail

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose?

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose? En France, les trubles muscul-squelettiques (TMS) snt la première cause de maladie prfessinnelle recnnue (plus de 87 %) et leur nmbre a augmenté de 60 % en 10 ans. Ces pathlgies tuchent tutes les entreprises

Plus en détail

Financement des investissements Page 1 sur 6

Financement des investissements Page 1 sur 6 Financement des investissements Page 1 sur 6 Une UC a tujurs besin d investir que ce sit pur : - Remplacer du matériel bslète (ex : investir dans l util infrmatique) - Augmenter sa capacité de vente (ex

Plus en détail

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

L efficacité est-elle soluble dans la formation?

L efficacité est-elle soluble dans la formation? L efficacité est-elle sluble dans la frmatin? Diagnstic, enjeux et perspectives du cncept d efficacité en frmatin 10 e Université d Hiver de la Frmatin prfessinnelle Arles, 23 janvier 2008 Françis-Marie

Plus en détail

Indications pédagogiques D3 / 14

Indications pédagogiques D3 / 14 à la Cmmunicatin prfessinnelle Objectif général Indicatins pédaggiques D3 / 14 D : Réaliser un message à l écrit Degré de difficulté 3 Objectif intermédiaire 1. Prduire un message à l écrit 4 : Créer un

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 3-1/7/2011 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 Objectif : Cette activité se divise en deux parties. Dans la première activité, les élèves cmprendrnt ce qu est le revenu. Ils explrernt

Plus en détail

Les Français et l autopartage

Les Français et l autopartage Les Français et l autpartage Sndage réalisé par pur LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Cntact BVA : Julie Catilln Directrice d études de BVA Opinin 01.71.16.88.34 Méthdlgie Recueil Enquête réalisée auprès d un

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Réfrme des retraites La cessatin prgressive d activité Guide de la cessatin prgressive d activité des fnctinnaires et des agents nn titulaires

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES RES PREPAID

CONDITIONS GENERALES RES PREPAID CONDITIONS GENERALES RES PREPAID 1. Intrductin & définitins RES est un réseau d entreprises lcales, de PME, u de cmmerçants et persnnes qui exercent des prfessins libérales. Les particuliers snt encuragés

Plus en détail

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt Prgramme de suivi et cntrôle des factures publiques d électricité Appel à manifestatin d intérêt Mars 2011 1 TABLE DES MATIERES 1 JUSTIFICATION DU PROGRAMME...3 2 DEFINITION DU PROGRAMME...4 2.1 LE CONTENU

Plus en détail

Comprendre sa facture d e lectricite

Comprendre sa facture d e lectricite Cmprendre sa facture d e lectricite Décmpsitin de la facture d électricité française La structure du prix payé par le client se décmpse en deux parts : une part fixe, qui crrespnd à un abnnement, exprimé

Plus en détail

Comprendre le registre de pénibilité

Comprendre le registre de pénibilité Cmprendre le registre de pénibilité Le cadre réglementaire Dans quel(s) dispsitif(s) se situer? La pénibilité : préccupatin nuvelle? Dans le cadre de la réfrme des retraites du 9 nvembre 2010, la créatin

Plus en détail

1 Mile Marketing Dossier de Presse 2015

1 Mile Marketing Dossier de Presse 2015 2015 1 MILE MARKETING 1 Mile Marketing Dssier de Presse 2015 Media Kit pur publicitaires 2015 1 Mile Marketing Rapprcher les entreprises lcales un mile à la fis 1 Mile Marketing est une platefrme qui vise

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

DÉCLARATION D'ADMISSION EN CAS D'ADMISSION DANS UN HÔPITAL PSYCHIATRIQUE

DÉCLARATION D'ADMISSION EN CAS D'ADMISSION DANS UN HÔPITAL PSYCHIATRIQUE DÉCLARATION D'ADMISSION EN CAS D'ADMISSION DANS UN HÔPITAL PSYCHIATRIQUE HOPITAL NEURO PSYCHIATRIQUE SAINT MARTIN RUE SAINT HUBERT 84 5100 DAVE-NAMUR 72098615 1. Objectif de la déclaratin d'admissin :

Plus en détail

Conditions de Vente LUMINEO

Conditions de Vente LUMINEO Article 1 : Champs d'applicatin et Mdificatin des Cnditins Générales de Vente Les présentes cnditins générales de vente s'appliquent à tutes cmmandes passées sur le site Internet www.lumine.cm. lumine.cm

Plus en détail

le solde des stocks de matières premières et de produits finis de l entité et les contrôles qui s y rattachent;

le solde des stocks de matières premières et de produits finis de l entité et les contrôles qui s y rattachent; Mdule 9 : Résumé Explicatin des aspects de la cnnaissance des activités de l entité qui snt pertinents pur l audit des stcks et descriptin des méthdes d analyse à utiliser pur auditer les stcks L auditeur

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire Financer le transprt en cmmun dans le Grand Mntréal Smmaire Mémire de la Sciété de transprt de Laval, en cllabratin avec la Ville de Laval Présenté à la cmmissin du transprt de la Cmmunauté métrplitaine

Plus en détail

opinionway LES FRANÇAIS ET LA FERMETURE ANNONCEE DES AGENCES BANCAIRES Note de synthèse Vos contacts chez OpinionWay : Octobre 2015

opinionway LES FRANÇAIS ET LA FERMETURE ANNONCEE DES AGENCES BANCAIRES Note de synthèse Vos contacts chez OpinionWay : Octobre 2015 pininway LES FRANÇAIS ET LA FERMETURE ANNONCEE DES AGENCES BANCAIRES Nte de synthèse Octbre 2015 Vs cntacts chez OpininWay : Frédéric Micheau Directeur des études d pinin Directeur de département 15, place

Plus en détail

NOTE RELATIVE A LA QUESTION DU DECES DU PARTICULIER EMPLOYEUR

NOTE RELATIVE A LA QUESTION DU DECES DU PARTICULIER EMPLOYEUR NOTE RELATIVE A LA QUESTION DU DECES DU PARTICULIER EMPLOYEUR Dans le cadre de la rupture d un cntrat de travail du fait du décès d un particulier emplyeur, un certain nmbre de frmalités snt à accmplir

Plus en détail

LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE

LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE Intrductin : Imprtance de la mnnaie pur les échanges de biens et de services sur un marché. Evlutin vers une dématérialisatin de plus en plus imprtante Passage du trc

Plus en détail

Dans ces situations, vous recevez un rapport d informations. Il est représenté soit par un code jaune ou rouge en fonction du comportement observé.

Dans ces situations, vous recevez un rapport d informations. Il est représenté soit par un code jaune ou rouge en fonction du comportement observé. SERVICE DE GARDE des 3 Chemins Pavilln Curé-Chamberland (819) 370-8545 s.d.g. = service de garde *Adpté au cnseil d établissement du 8 avril 2015 Année sclaire 2015-2016 Chers parents, Vici quelques infrmatins

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée "funding loss

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée funding loss Circulaire 21/02/2012 P11905 FEB160409 Published CORP - 2012/002 Indemnité imputée lrsqu un crédit d entreprise est rembursé anticipativement, aussi appelée "funding lss T: Banken-leden Cntact: Anne-Mie

Plus en détail

Europe Programme de fidélité ADR (Automatic Delivery Rewards)

Europe Programme de fidélité ADR (Automatic Delivery Rewards) Eurpe Prgramme de fidélité (Autmatic Delivery Rewards) Avantages Le prgramme de fidélité est un prgramme de livraisn autmatique destiné aux Distributeurs, aux Clients privilégiés et aux Clients au détail.

Plus en détail

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données.

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données. PANDEMIE GRIPPALE : COMMENT LES ENTREPRISES DOIVENT SE PREPARER Le nuveau virus grippal A H1N1, apparu au Mexique et aux Etats-Unis, cntinue à se répandre très rapidement à travers le mnde. L Organisatin

Plus en détail

Je veux faire un débat argumenté. Travailler 4 dimensions - la sensibilité - le jugement - le droit et la règle - l engagement

Je veux faire un débat argumenté. Travailler 4 dimensions - la sensibilité - le jugement - le droit et la règle - l engagement Qui? EMC EMC Avec qui? 3 ème 2de Cmment? Je veux faire un débat argumenté Je veux faire un débat argumenté À partir de qui? un sndage un sndage Sur qui? Purqui? Cntraintes? Les sndages influencent-ils

Plus en détail

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie COMMUNIQUE DE LANCEMENT Sage 100 Trésrerie Sage 100 Trésrerie Ce qu il faut retenir Sage présente Sage 100 Trésrerie, sn nuveau mdule de gestin de trésrerie dispnible à la vente à partir du 15 janvier

Plus en détail

LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS

LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS Présentatin de l'rganisme de frmatin «l écle de la micrfinance» L Ecle de la Micrfinance est un rganisme de frmatin français [1] qui entend répndre à la demande de bénévles

Plus en détail

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance Avis sur les règles Nte d rientatin Règle des curtiers membres Persnnes-ressurces : Destinataires à l interne : Affaires juridiques et cnfrmité Audit interne Crédit Détail Frmatin Haute directin Institut

Plus en détail

Label guide Version: 11 2014

Label guide Version: 11 2014 Label guide Versin: 11 2014 Le ClimatePartner Label guide 2 Sur ClimatePartner ClimatePartner est l'un des furnisseurs leaders en matière de slutins d'entreprises pur la prtectin du climat et aide les

Plus en détail

adifco Convention de formation N 20110550 Formation au référencement 3 jours

adifco Convention de formation N 20110550 Formation au référencement 3 jours 1 Cnventin de frmatin : référencement internet. adifc Cnventin de frmatin N 20110550 Frmatin au référencement 3 jurs Signature bligatire : ADIFCO, sarl au capital de 10 000, SIREN 451 292 544, RCS Dijn,

Plus en détail

Réunions de territoires Parentalité Juin 2014 Compte rendu

Réunions de territoires Parentalité Juin 2014 Compte rendu Le Cmité de piltage du Réseau Parentalité Reaap de la Drôme, cmpsé de la directin départementale de la chésin sciale, la Caf, le Cnseil général, la Msa et l Udaf, a rganisé, en cmplémentarité des rencntres

Plus en détail

«Enrichir l Organisation par les Hommes» LES REGIMES DE RETRAITE. Le 11 juin 2013 Formation inter entreprises

«Enrichir l Organisation par les Hommes» LES REGIMES DE RETRAITE. Le 11 juin 2013 Formation inter entreprises «Enrichir l Organisatin par les Hmmes» LES REGIMES DE RETRAITE Le 11 juin 2013 Frmatin inter entreprises (Répnse suhaitée avant le 30 avril 2013) Les réfrmes successives des retraites, dnt la plus récente

Plus en détail

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Tulis et chargée de missin en écnmie et gestin ptin vente Sus le piltage de Christine Françis IEN Définir PFMP :.. Vus

Plus en détail

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI APPROCHE D INTERVENTION ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET SANS EMPLOI DANS L OFFRE DE SERVICE D EMPLOI-QUÉBEC O RIENTATIONS 1. CONTEXTE Des éléments nt permis d btenir un psitinnement cncernant

Plus en détail

Amandine CUER INDUSTRIELS! GAGNEZ DU TEMPS DANS VOS ECHANGES AVEC VOS INFORMATIQUE - INTERNET - TELECOMMUNICATIONS LA LETTRE D INFORMATION - MAI 2011

Amandine CUER INDUSTRIELS! GAGNEZ DU TEMPS DANS VOS ECHANGES AVEC VOS INFORMATIQUE - INTERNET - TELECOMMUNICATIONS LA LETTRE D INFORMATION - MAI 2011 Amandine CUER À: Amandine CUER Objet: Cyb@rdèche - Osez les nuvelles technlgies... Pièces jintes: image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg; image001.jpg Imprtance: Haute Si

Plus en détail

CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Loire

CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Loire CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Lire Enquête auprès des publics du SPRO Synthèse Décembre 2014 CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Lire Enquête auprès des publics du SPRO 6, rue Gurvand

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES FORCES DE TRAVAIL 2009 Module spécial «Accès des jeunes au marché du travail»

ENQUÊTE SUR LES FORCES DE TRAVAIL 2009 Module spécial «Accès des jeunes au marché du travail» Directin générale Statistique et Infrmatin écnmique 44, rue de Luvain - 1000 Bruxelles Numér d entreprise : 0314.595.348 ENQUÊTE CONTINUE SUR LES FORCES DE TRAVAIL Mdule spécial «Accès des jeunes au marché

Plus en détail

TVA Luxembourg à pàrtir 01/2015 Statut: 28 novembre 2014

TVA Luxembourg à pàrtir 01/2015 Statut: 28 novembre 2014 TVA Luxemburg à pàrtir 01/2015 Statut: 28 nvembre 2014 Table de matière 1. Avant-prps... 2 2. Exigences... 2 3. Qui est cncerné?... 2 4. Cnversin des nuveaux taux de TVA... 2 5. Mdificatin en détail...

Plus en détail

RENCONTRE CLUB «NTIC» - 2 JUILLET 2009 NICEPHORE CITE / Chalon sur Saône COMPTE-RENDU

RENCONTRE CLUB «NTIC» - 2 JUILLET 2009 NICEPHORE CITE / Chalon sur Saône COMPTE-RENDU RENCONTRE CLUB «NTIC» - 2 JUILLET 2009 NICEPHORE CITE / Chaln sur Saône COMPTE-RENDU Fnctinnement du «Club» Suite aux différents échanges, il a été cnvenu d rganiser une nuvelle rencntre le 15 ctbre prchain

Plus en détail

OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ

OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ OBTENEZ LES SERVICES DONT VOUS AVEZ BESOIN OÙ QUE VOUS SOYEZ Grâce à la directive «services», les cnsmmateurs purrnt accéder plus facilement à une gamme de services plus large et de meilleure qualité à

Plus en détail

de la population 2016 pour construire demain AU RECENSEMENT DE DEMAIN? MODE D EMPLOI

de la population 2016 pour construire demain AU RECENSEMENT DE DEMAIN? MODE D EMPLOI PRÊTS Des chiffres À PARTICIPER aujurd hui AU DE DEMAIN? DEVENEZ SUPERVISEUR CAMPAGNE DE CMMUNICATIN DU 206! MDE D EMPLI Renuvelez le succès de la cllecte par Internet. DES UTILS SIMPLES ET EFFICACES PUR

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION DU SITE INTERNET (PUBLIER)

MANUEL D UTILISATION DU SITE INTERNET (PUBLIER) MANUEL D UTILISATION DU SITE INTERNET (PUBLIER) Chapitre 3 : Page d accueil La page d accueil est la page d entrée sur le site internet Que cntient-elle? Menu principal (haut gauche) Cmme pur tutes les

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

Cycle d informations et d échanges

Cycle d informations et d échanges La gestin financière des établissements d enseignement supérieur et de recherche Fiche n 8 : Les cmptables publics : l agent cmptable principal, les agents cmptables secndaires et les régisseurs Ainsi

Plus en détail

Formulaire d'inscription aux Services Marchand Skrill

Formulaire d'inscription aux Services Marchand Skrill Frmulaire d'inscriptin aux Services Marchand Skrill Le frmulaire d'inscriptin aux services Marchand Skrill (l'«inscriptin») dit être signé par le Marchand u pur sn cmpte. Très imprtant : le Marchand dit

Plus en détail

Changez pour Gas Natural Fenosa en toute liberté et en toute simplicité

Changez pour Gas Natural Fenosa en toute liberté et en toute simplicité Changez pur Gas Natural Fensa en tute liberté et en tute simplicité Savez-vus que depuis 2004 vus puvez chisir vtre furnisseur de gaz naturel? Le marché du gaz naturel pur les prfessinnels a été libéralisé

Plus en détail

SEPTIÈME CONSEIL EXECUTIF DE L AGES A11 Lundi 31 octobre 2011 à 16h45, au local D7-1003. Nomination du président et du secrétaire d assemblée (D)

SEPTIÈME CONSEIL EXECUTIF DE L AGES A11 Lundi 31 octobre 2011 à 16h45, au local D7-1003. Nomination du président et du secrétaire d assemblée (D) Assciatin générale des étudiants en sciences de l Université de Sherbrke SEPTIÈME CONSEIL EXECUTIF DE L AGES A11 Lundi 31 ctbre 2011 à 16h45, au lcal D7-1003 Présences Cédric Desmarais, président Dminique

Plus en détail

BILAN D ACTIVITE DU PROJET

BILAN D ACTIVITE DU PROJET BILAN D ACTIVITE DU PROJET «Améliratin de la prise en charge d un grupe d enfants handicapés de familles très démunies» Marrakech Marc Intrductin Le système marcain actuel prend très peu en cmpte les besins

Plus en détail

Document d information

Document d information Dcument d infrmatin Dépôt du rapprt du Bureau du vérificateur général sur la vérificatin de gestin de l Administratin de la Chambre Au sujet de la vérificatin Prtée La vérificatin avait pur but d examiner

Plus en détail

Comment gérer les irrégularités dans les crédits documentaires?

Comment gérer les irrégularités dans les crédits documentaires? Cmment gérer les irrégularités dans les crédits dcumentaires? 1 Cmment gérer les irrégularités dans les crédits dcumentaires? 1. Les irrégularités relevées par la banque Tut d abrd, le lecteur dit savir

Plus en détail

adifco Convention de formation N 20110550 Formation au référencement, techniques avancées 2 jours

adifco Convention de formation N 20110550 Formation au référencement, techniques avancées 2 jours 1 Cnventin de frmatin : référencement, techniques avancées. adifc Cnventin de frmatin N 20110550 Frmatin au référencement, techniques avancées 2 jurs 2 Cnventin de frmatin : référencement, techniques avancées.

Plus en détail

L évolution des frais bancaires 2015-2016

L évolution des frais bancaires 2015-2016 L évolution des frais bancaires 2015-2016 Janvier 2016 Contact Presse : Héloïse Guillet / 07 62 58 36 06/ heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Méthodologie de l étude Présentation de Panorabanques.com

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CONCEPT E-LOSTBAG

PRÉSENTATION DU CONCEPT E-LOSTBAG PRÉSENTATION DU CONCEPT E-LOSTBAG 1 1- LES CHIFFRES Aujurd hui, 82 000 bagages snt perdus chaque jur dans le mnde, 13 % ne snt jamais retruvés. La première cause de perte est due aux étiquettes arrachées.

Plus en détail

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services Cnventin de Services Applicatins Managées Qualité de service Business Tgether with Micrsft Online Services La présente annexe spécifie les engagements de qualité de service applicables au service «Business

Plus en détail

COMPTABILITE GENERALE ETAPE 14 : LES COMPTES DE TRESORERIE

COMPTABILITE GENERALE ETAPE 14 : LES COMPTES DE TRESORERIE COMPTABILITE GENERALE ETAPE 14 : LES COMPTES DE TRESORERIE PRINCIPES 1. Les entreprises effectuent qutidiennement des pératins de trésrerie. Elles snt justifiées par diverses pièces cmptables (talns de

Plus en détail

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participatin de la persnne prtégée destiné aux mandataires individuels 1 ) Présentatin Générale Cette fiche permet de calculer autmatiquement

Plus en détail

Association Oxygène 74. PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE GENERALE du 04 février 2011 à Annemasse

Association Oxygène 74. PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE GENERALE du 04 février 2011 à Annemasse Assciatin Oxygène 74 PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE GENERALE du 04 février 2011 à Annemasse I - Ouverture de l assemblée à 19 h 05. La séance a lieu à Annemasse (74100) dans une salle du Centre Martin Luther

Plus en détail

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S Page de 0 C O N T E X T E Sciété en cmmandite Gaz Métr («Gaz Métr») demande à certains

Plus en détail

VADE MECUM DE L ASSISTANTE ADMINISTRATIVE DU MEDECIN GENERALISTE

VADE MECUM DE L ASSISTANTE ADMINISTRATIVE DU MEDECIN GENERALISTE VADE MECUM DE L ASSISTANTE ADMINISTRATIVE DU MEDECIN GENERALISTE Septembre 2009 INTRODUCTION De par l imprtance accrue des tâches administrative ces dernières années, le travail du Médecin Généraliste

Plus en détail

Ecrire un post. Tutoriel WordPress v2.0. http://bmaconcept.alsteens.be - email : bmaconcept@alsteens.be. 25/06/2007 Fiche 03

Ecrire un post. Tutoriel WordPress v2.0. http://bmaconcept.alsteens.be - email : bmaconcept@alsteens.be. 25/06/2007 Fiche 03 Tutriel WrdPress v2.0 25/06/2007 Fiche 03 http://bmacncept.alsteens.be - email : bmacncept@alsteens.be Ecrire un pst. Pur écrire un pst, cnnectez-vus en tant qu administrateur u éditeur en fnctin des drits

Plus en détail

Comment suivre mes informations RSE?

Comment suivre mes informations RSE? Cmment suivre mes infrmatins RSE? Intervenant : sarah GUEREAU 21 nvembre 2014 Smmaire Définitin de la Respnsabilité Sciétale des Entreprises Purqui se lancer? Analyse du marché Rapprt RSE et publicatins

Plus en détail

Intégration «SugarCRM Asterisk» Ajouter la Téléphonie à votre CRM

Intégration «SugarCRM Asterisk» Ajouter la Téléphonie à votre CRM Intégratin «SugarCRM Asterisk» Ajuter la Téléphnie à vtre CRM Un lgiciel CRM sans téléphnie, un nn-sens? Traditinnellement, les mndes de l infrmatique et des télécms nt tujurs été frtement clisnnés. Cnséquence

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE Dans une planificatin financière intégrée, l établissement du cût de la vie cnstitue une étape essentielle qui servira à : assurer la chérence entre le cût de la vie et

Plus en détail

Re forme des cotisations sociales FAQ

Re forme des cotisations sociales FAQ Re frme des ctisatins sciales FAQ Ont cllabré à la rédactin de ces FAQ, Acerta, la DG Indépendants et l INASTI. Table des matières À partir de 2015, sur la base de quels revenus mes ctisatins sernt-elles

Plus en détail

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ;

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ; Chapitre 3 : Analyse de la trésrerie 1 Intrductin La gestin de la trésrerie est indispensable à tute entreprise puisqu elle lui permet d assurer sa slvabilité. Le rôle du gestinnaire de trésrerie demande

Plus en détail

http://espaceassure.apgis.com Siège social : 12, rue Massue - 94684 Vincennes cedex

http://espaceassure.apgis.com Siège social : 12, rue Massue - 94684 Vincennes cedex apgis Institutin de prévyance 12 rue Massue 94684 Vincennes cedex Espace Assuré APGIS : http://espaceassure.apgis.cm QUELQUES EXPLICATIONS Siège scial : 12, rue Massue - 94684 Vincennes cedex APGIS - Institutin

Plus en détail

LES CHARGES ACTIVABLES. Inscription à l'actif du bilan de charges par décision de gestion.

LES CHARGES ACTIVABLES. Inscription à l'actif du bilan de charges par décision de gestion. LES CHARGES ACTIVABLES Objectif(s) : Pré-requis : Mdalités : Inscriptin à l'actif du bilan de charges par décisin de gestin. Distinguer les frais accessires et les frais d'acquisitin lrs de l'acquisitin

Plus en détail

Formulaire d offre / cahier spécial des charges n 6, «formation informatique : Trajets Cobol-Java 2»/ page 1/12 FORMULAIRE D OFFRE

Formulaire d offre / cahier spécial des charges n 6, «formation informatique : Trajets Cobol-Java 2»/ page 1/12 FORMULAIRE D OFFRE Frmulaire d ffre / cahier spécial des charges n 6, «frmatin infrmatique : Trajets CblJava 2»/ page 1/12 FORMULAIRE D OFFRE Puvir adjudicateur SPF Finances Services d encadrement ICT Staff Technique Nrth

Plus en détail