Le traitement du contentieux bancaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le traitement du contentieux bancaire"

Transcription

1 Le traitement du contentieux bancaire Eric Bertrand Nemadeu Djuitchoko To cite this version: Eric Bertrand Nemadeu Djuitchoko. Le traitement du contentieux bancaire. Law. Université Jean Monnet - Saint-Etienne, French. <NNT : 2011STETT092>. <tel > HAL Id: tel https://tel.archives-ouvertes.fr/tel Submitted on 22 May 2012 HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 UNIVERSITE JEAN MONNET SAINT-ETIENNE FACULTE DE DROIT LE TRAITEMENT DU CONTENTIEUX BANCAIRE Thèse pour le doctorat en droit privé de l université de Saint-Etienne (loi du 26 janvier 1984 arrêté du 7 août 2006) Présentée et soutenue publiquement le 24 mars 2011 Par ERIC NEMADEU DJUITCHOKO Sous la direction de M. Pascal ANCEL Professeur à l université de Saint-Étienne Jury : M. Pascal ANCEL Professeur à l université de Saint-Etienne M. Hervé CAUSSE Professeur à l université de Clermont-Ferrand M. Olivier GOUT Professeur à l université de Chambéry Mme Marie-Claire RIVIER Professeur à l université de Lyon 2 M. Marc VERICEL Professeur à l université de Saint-Étienne i

3 L université de Saint-étienne n entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans les thèses. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur. ii

4 A la famille DJUITCHOKO du Cameroun. iii

5 REMERCIEMENTS Mes remerciements les plus chers à Monsieur le Professeur Pascal ANCEL pour son précieux soutien scientifique. iv

6 TABLE DES ABREVIATIONS Publications Banque Revue banque Banque et droit Revue banque et droit Bibl. Dr. privé Bibliothèque de droit privé Bull. civ. Bulletin des arrêts de la Cour de cassation Bull. joly Bulletin mensuel Joly d informations des sociétés CCC Contrats Concurrence consommation D. Recueil Dalloz Defrénois Répertoire du notariat Defrénois DP Recueil Dalloz périodique Dr. et patrimoine Droit et patrimoine Gaz. pal. Gazette du palais J.-Cl. Juris-Classeur JCP La semaine juridique édition générale JCP E La semaine juridique édition entreprise JCP N La semaine juridique édition notariale JDI Journal du droit international JO Journal officiel LPA Les Petites Affiches Procédures Revue procédures Rép. civ. Dalloz Répertoire Dalloz de droit civil Rép. com. Dalloz Répertoire Dalloz de droit commercial Rev. arb. Revue de l arbitrage Rev. conc. Consom. Revue de la concurrence et de la consommation Rev. crit. de DIP Revue critique de droit international privé RD imm. Revue de droit immobilier RDAI Revue de droit des affaires international RDBF Revue de droit bancaire et financier RDC Revue des contrats RTD civ. Revue trimestrielle de droit civil RTD com. Revue trimestrielle de doit commercial S. Recueil Sirey Juridictions AP Cass. Civ. Com. CA CE CJCE Crim Assemblée plénière Cour de cassation Chambre civile de la Cour de cassation Chambre commerciale de la Cour de cassation Cour d appel Conseil d Etat Cour de Justice des Communautés Européennes Chambre criminelle de la Cour de cassation v

7 SOMMAIRE PREMIERE PARTIE L EVITEMENT DU CONTENTIEUX Titre I. La prévention du contentieux au moment de la mise en place de la relation contractuelle Chapitre I. La prévention par la réduction des occasions de contentieux Chapitre II. La prévention par la réduction des espaces de discussion Titre II. La négociation précontentieuse au moment de la défaillance du débiteur Chapitre I. La négociation spontanée Chapitre II. La négociation organisée SECONDE PARTIE LE REGLEMENT DU CONTENTIEUX Titre I. Le règlement sans le juge Chapitre I. Les procédures de médiation prévues par le code monétaire et financier Chapitre II. La médiation du crédit Titre II. Le règlement par un juge Chapitre I. Le contentieux porté devant le juge étatique Chapitre II. Le faible recours à l arbitrage vi

8 INTRODUCTION 1. Il a été abondamment soutenu que la «crise de la justice civile» a favorisé au cours de ces dernières années le développement de modes de solution des litiges alternatifs aux procédures juridictionnelles offertes par l Etat. Comme le note en effet L. CADIET, «ADR (Alternative dispute resolution) et MARC (Modes alternatifs de règlement des conflits), selon les acronymes consacrés en pays de common law et en France, désignent l ensemble de ces divers procédés de règlement amiable des différends. Mais l essor des MARC ne s explique pas seulement par des raisons conjoncturelles tenant à la crise de l institution judiciaire. ( ). Le développement des MARC répond à un nouveau besoin de régulation sociale (ou à un besoin de nouvelle régulation sociale) qui dépasse très largement le champ ordinaire de l activité juridictionnelle. La multiplication et la diversification de ces pratiques alternatives, depuis le début des années 1970, en attestent assurément ( )» 1. Les MARC 2 sont donc dans l air du temps, et c est dans cette mouvance que la Commission GUINCHARD, chargée par le ministère de la justice de réfléchir entre autres sur la répartition des contentieux et les critères d intervention du juge a rendu son rapport en juin Les propositions qui en sont issues vont en effet dans le sens d une déjudiciarisation de certains contentieux 4 et d un développement des MARC 5. La réflexion sur l impact des MARC dans le secteur bancaire trouve sa justification dans ce contexte. Cette réflexion se fonde également sur un phénomène peu connu : le déclin du contentieux de l impayé au cours des vingt dernières années. Il serait intéressant de savoir si les MARC, et notamment la médiation bancaire y contribuent. Plus 1 Médiation et arbitrage Alternative dispute resolution Alternative à la justice ou justice alternative? Perspective comparative, sous la direction de L. Cadiet, Litec 2005, p Pour une étude détaillée de cette notion, cf. Les Modes Alternatifs de Règlement des Conflits un objet nouveau dans le discours des juristes français? Colloque du CERCRID université Jean Monnet mai 2001, sous la direction de M.-C. Rivier. 3 Le rapport de cette Commission est disponible sur le site : rapports.ladocumentationfrançaise.fr/brp/ /000.pdf 4 Rapport préc. p. 51 et s. 5 Rapport préc. p. 155 et s. 1

9 largement, on peut s interroger sur la place des MARC dans les différents contentieux impliquant les établissements de crédit. 2. Le contentieux est généralement défini comme un «ensemble de litiges susceptibles d être soumis aux tribunaux.» 6. Il peut aussi s agir «des questions qui sont ou qui peuvent être l objet d une discussion devant les tribunaux.» 7. Le lexique des termes juridiques définit ce terme de la manière suivante : «substantif : un contentieux est formé par un ensemble de procès se rapportant au même objet : contentieux privé, pénal, administratif, fiscal, etc. ( ). Adjectif : qui fait l objet d un désaccord, spécialement juridique. Parfois synonyme de juridictionnel.» 8. Le contentieux renvoie à la notion de litige, considéré par L. CADIET et E. JEULAND comme un différend «d ordre juridique» 9, ou encore comme «l opposition de prétentions juridiques soumise à une juridiction civile, pénale, administrative ou arbitrale, appelée à la trancher par une décision.» 10. Dans le même sens, G. CORNU et J. FOYER soutiennent que «tout litige recèle au moins deux éléments constants, sans lesquels il n est pas formé : un différend, non pas quelconque, mais d ordre juridique.» 11. Le litige est en effet la condition du contentieux, et partant de l intervention du juge dans le processus de dénouement d un désaccord intervenu entre les parties. A. JEAMMAUD note en ce sens que «seul le litige se prête à règlement par une décision juridictionnelle, c est-à-dire tranchant par référence aux règles de droit pertinentes (ce que l article 12 du nouveau code de procédure civile prescrit au juge).» Mais le désaccord des parties peut passer par diverses étapes, avant l émergence du litige, lequel consacre la cristallisation juridique du conflit. C est que les relations sociales ne se meuvent pas uniquement sur le terrain juridique. Des considérations de divers ordres entrent en jeu ici, qui impriment un caractère complexe aux rapports sociaux. Le caractère humain de ces rapports leur confère en effet des aspects allant au-delà de la seule perception juridique du désaccord. Le litige peut ainsi être précédé de différentes phases, qu on désigne sous l appellation de conflit et de différend. Le premier terme renvoie à une relation 6 Le Petit Robert éd VUEF, p G. Cornu, Vocabulaire juridique, Association Henri Capitant, 8 e éd. PUF 2009, p Lexique des termes juridiques, 16 éd. Dalloz 2007, p L. Cadiet, E. Jeuland, Droit judiciaire privé, 5 e éd. Litec 2006, n 6, p A. Jeammaud, Conflit, Différend, Litige, Droits, n 34, Les mots de la justice, PUF 2002, p G. Cornu, J. Foyer, préc. p A. Jeammaud, préc. p

10 «antagonique que réalise ou révèle une opposition de prétentions ou aspirations souvent complexes, plus ou moins clairement formulées, entre deux ou plusieurs groupes ou individus, et qui peut connaître une succession d épisodes, d actions, d affrontements. Il s agit donc d une situation qu il peut être malaisé d appréhender et de décrire dans tous ses éléments.» 13. Le second vocable peut être entendu comme «un désaccord juridique non encore porté, formalisé, devant une juridiction par un acte ouvrant une procédure, contentieuse ou gracieuse.» 14. Pour A. JEAMMAUD, le différend comporte des éléments juridiques. Mais on déduit des définitions du litige par L. CADIET, E. JEULAND, G. CORNU et J. FOYER, qu un différend peut être constitué d éléments non juridiques. On observe toutefois qu en droit international public, c est le terme différend qui est préféré en matière de saisine des juges. La Cour internationale de justice de la Haye (CIJ) chargée de régler ce que les auteurs susmentionnés considèrent comme les litiges entre Etats définit le terme différend comme : «un désaccord juridique sur un point de droit ou de fait, une contradiction, une opposition de thèses juridiques ou d intérêts entre deux personnes» ; ou plus précisément une opposition de prétentions se manifestant «à l occasion d une réclamation adressée par un Etat à un autre et à laquelle celui-ci refuse de faire droit» (Combacau) 15. L art. 38 du statut de la CIJ précise notamment que «1. La Cour, dont la mission est de régler conformément au droit international les différends qui lui sont soumis, applique : ( )». 4. On le voit, tous ces termes (conflit, différend litige), traduisent une certaine relativité des qualifications (et des catégories) juridiques, et montrent l importance que peut prendre la posture psychologique (ou l intention) des parties en matière de qualification. Mais si l on s en tient aux définitions des auteurs sus mentionnés, on conviendra que le conflit et le différend appartiennent à la phase précontentieuse, puisque c est leur affinement juridique qui donne naissance au litige, et donc à la saisine du juge, à travers des recours contentieux. Toutefois, ces termes renvoient à la même catégorie, celle de «relations conflictuelles», ce qui rend parfois difficile la démarcation de la frontière entre le précontentieux et le contentieux. Le premier vocable recouvrant la phase entre la naissance de la situation conflictuelle et l émergence du litige. On peut se demander comment sont traités les conflits ou les différends au cours de cette phase précontentieuse, dans le cadre des diverses activités bancaires. 13 A. Jeammaud, préc. P A. Jeammaud, préc. p Définition tirée de : A. Jeammaud, préc. p

11 5. En effet, bien qu il concerne principalement l impayé, le contentieux impliquant les établissements de crédit est varié. Cette variété du contentieux est la conséquence du contenu multiple des opérations de banque, telles que définies par le législateur à l art. L du code monétaire et financier. Cette définition est issue de la loi bancaire n du 24 janvier 1984 modifiée par l ordonnance n du 15 juillet 2009, laquelle est relative aux conditions régissant la fourniture des services de paiement et portant création des établissements de paiement 16. D après ces textes, «les opérations de banque comprennent la réception des fonds du public, les opérations de crédit, ainsi que les services bancaires de paiement.». Les banques peuvent également effectuer des opérations connexes aux opérations de banque, lesquelles sont listées de façon indicative à l art. L CMF 17. Il leur est aussi possible d offrir des services non bancaires dans le cadre défini par l art. L CMF. L art. 2 du règlement CRBF n du 24 novembre 1986 relatif aux activités non bancaires énumère ces activités 18. Comme on le voit, l activité bancaire est diversifiée et le sera de plus en plus, compte tenu des évolutions actuelles de ce marché 19. Il s agit par ailleurs d une activité de plus en plus risquée, dans la mesure où les établissements de crédit développent de nos jours d importantes opérations spéculatives, en créant des filiales d investissement et autres hedge funds, dans le but de multiplier leurs profits. Ces opérations spéculatives exposent les banques et leur clientèle à des risques susceptibles de générer un abondant contentieux. 6. La diversification de l activité bancaire ci-dessus évoquée est par conséquent susceptible de générer un contentieux multiforme. Au cœur de cette activité, se trouve le crédit, défini à l art. L du code monétaire et financier comme «tout acte par lequel une personne agissant à titre onéreux met ou promet de mettre des fonds à la disposition d une autre personne ou prend, dans l intérêt de celle-ci, un engagement par signature tel qu un aval, un cautionnement, ou une garantie. 16 V. S. Piedelièvre, L ordonnance du 15 juillet 2009 relative aux conditions régissant la fourniture de services de paiement (1 re et 2 nde partie), Gaz. Pal. 08 sept n 251, p. 5 et s. et Gaz. Pal. 10 sept n 253, p. 6 et s. 17 On peut citer à titre d exemple : le placement, la souscription, l achat, la gestion, la garde et la vente de valeurs mobilières ou de tout produit financier ; le conseil et l assistance en matière de gestion de patrimoine ou encore le conseil et l assistance en matière de gestion financière. 18 Cette disposition cite entre autres toute activité de mandataire, de courtier ou de commissionnaire pour le compte d une filiale, la gestion d un patrimoine immobilier dont la banque est propriétaire ( ). 19 Certaines banques proposent de nos jours à leurs clients des services de téléphonie mobile. 4

12 Sont assimilés à des opérations de crédit le crédit-bail, et de manière générale, toute opération de location assortie d une option d achat.». Le crédit fait naître une variété de litiges entre les banques et leurs clients, voire entre les banques et les tiers. 7. Le contentieux bancaire concerne notamment la responsabilité des établissements de crédit, dont l aspect le plus caractéristique semble être celui de la responsabilité envers les emprunteurs ou les cautions en matière de crédit. L octroi du crédit constitue ainsi une source importante de responsabilité des banques envers leurs cocontractants (emprunteurs et cautions). Ces derniers peuvent par exemple reprocher aux premières de leur avoir accordé des crédits disproportionnés par rapport à leurs revenus, ou plus largement d avoir manqué à leurs obligations. C est par exemple à cause des produits bancaires risqués, que la ville de Saint-Étienne a décidé en octobre 2009 de poursuivre la Deutsche Bank devant le TGI de Paris pour crédits toxiques. Toutefois, le contentieux de la responsabilité naît généralement à la suite d actions en paiement des banques, et apparaît donc comme un contentieux essentiellement accessoire à celui de l impayé. 8. Le contentieux de la responsabilité bancaire en matière d octroi du crédit peut aussi reposer sur un fondement délictuel. C est ainsi le cas lorsque les créanciers de l emprunteur reprochent à la banque de lui avoir conféré une apparence de solvabilité, laquelle a généré un préjudice, dont ils souhaitent obtenir réparation. L observation montre également que la responsabilité des banques est parfois mise en jeu à titre principal dans le cadre de leur activité connexe de prestataires de services financiers, notamment lorsque les banques effectuent des opérations telles le placement 20 ou la gestion de produits financiers pour le compte de leurs clients. Dans certains cas, les investisseurs profanes, victimes de pertes en bourse invoquent le manquement du banquier au devoir d information et de conseil ou encore au devoir de mise en garde, afin d obtenir réparation du préjudice subi. Les banques peuvent par ailleurs engager leur responsabilité à titre principal en matière de gestion des comptes et moyens de paiement de leurs clients : prélèvement indus, chèques débités doublement, utilisation après opposition de cartes bancaires volées 20 Il est possible de citer ici les répercussions possibles de l affaire Madoff au plan national, notamment sur le contentieux en matière de placements financiers. Des établissements tels la BNP Paribas ou Natixis ont en effet perdu d importants placements des investisseurs dans les fonds Madoff. 5

13 9. Le contentieux bancaire porte également sur le cautionnement. Il arrive en effet que, poursuivies par les banques, les cautions contestent la validité des accords conclus, afin de se libérer totalement ou partiellement de leurs engagements. Le formalisme du cautionnement a ainsi généré un abondant contentieux devant les juridictions. Le contentieux bancaire présente aussi divers autres aspects, dont l énumération n est pas exhaustive : On peut ainsi relever celui naissant dans le cadre des cessions de créances, suite à un conflit entre différents cessionnaires d une créance professionnelle, la question étant de savoir lequel des cessionnaires doit l emporter. On peut aussi évoquer dans le cadre de ce survol le contentieux qui naît en matière de services d assurance 21 (d où le terme bancassurance) ou des services immobiliers 22 qu effectuent les établissements de crédit. Les banques peuvent en outre être impliquées dans des litiges inter bancaires 23, lesquels relèvent parfois du droit de la concurrence Les actions mises en œuvre dans le cadre de ces litiges peuvent être aussi bien civiles que pénales. En effet, l ordre public économique de direction qui innerve l activité des établissements de crédit confère à certaines de ses règles un caractère pénal. Ainsi, les banques et/ou leurs dirigeants et préposés peuvent dans certaines circonstances engager leur responsabilité devant le juge répressif. Ce sera par exemple le cas s ils sont auteurs ou complices de blanchiment ou de banqueroute. A l inverse, il arrive que les banques se portent parties civiles devant le juge répressif si elles sont victimes d infractions de la part de leurs clients ou des tiers, voire de leurs salariés. On peut en ce sens citer le litige 25 tranché par le 21 Les banques développent de plus en plus des services d assurance : assurance vie, assurance dommage, santé/prévoyance, assurance emprunteur 22 C est le cas par exemple de l administration des biens, des transactions immobilières, de l expertise conseil, de la gestion d actifs immobiliers L on peut à titre d exemple citer le litige opposant actuellement le Crédit Agricole aux Caisses d épargne devant les tribunaux de commerce, à propos des transferts des livrets A des clients de la seconde banque citée à la première. 24 L Autorité de la concurrence qui succède au Conseil de la concurrence depuis la loi de modernisation de l économie du 4 août 2008 peut en effet connaître de certains litiges liés à la concurrence dans le secteur bancaire. L art. L du code monétaire et financier issu de la loi du 1 er août 2003 prévoit qu en cas de saisine portant sur des opérations de concentration, l Autorité de la concurrence recueille l avis du Comité des établissements de crédit et des entreprises d investissement. Le vide créé par l arrêt du Conseil d Etat dans l affaire Crédit agricole/ Crédit Lyonnais est ainsi comblé. (CE, 16 mai 2003, JCP II , note Toubou). 25 La gravité de cette affaire a conduit les plus hautes autorités de l Etat à réclamer des sanctions immédiates à l encontre des dirigeants de cette banque, ainsi qu un meilleur fonctionnement des systèmes de contrôle. Il s agit là d une preuve supplémentaire de l importance de l activité bancaire et du rôle de l Etat en cette matière. 6

14 tribunal correctionnel de Paris, et dont les principaux acteurs sont la Société Générale et son trader J. Kerviel 26, soupçonné d avoir fait perdre environ 5 milliards d euros à la banque. Les actions sont portées essentiellement devant le juge judiciaire, mais du fait de l intervention du pouvoir réglementaire dans le cadre de l activité bancaire, le contentieux qui en découle peut également être administratif 27, voire communautaire. Les banques peuvent en effet contester des actes réglementaires pris illégalement, anticonstitutionnellement, voire non conventionnellement dans leur secteur d activité. La réglementation bancaire par les autorités administratives nationales 28 et communautaires 29 compétentes a ainsi généré du contentieux dans ce secteur. Dans le cadre de l ensemble de ces litiges, les banques interviennent comme requérantes en matière administrative, demandeurs (notamment dans le contentieux de l impayé) ou défendeurs (par exemple en matière de responsabilité bancaire) en matière civile. Devant le juge pénal, elles peuvent être parties civiles ou prévenus. Cette position procédurale influe fatalement sur les stratégies adoptées par les banques en matière de gestion du contentieux ; la situation de demandeur ou de partie civile conférant aux établissements de crédit une maîtrise du contentieux et partant du choix de son mode de règlement, celle de défendeur ou de prévenu les conduisant à subir le contentieux, bien que cette position ait aussi des avantages au plan procédural. 11. Comme on le voit, le contentieux bancaire est assez diversifié, pouvant en outre être aussi bien interne qu international. Il est intéressant de le classer, afin de sélectionner la part du contentieux faisant l objet de notre étude. La classification du contentieux bancaire peut se faire selon plusieurs critères : en fonction du type d acteurs, du type d opération, ou encore du type de demande. En fonction du type d acteurs, ce contentieux peut opposer les banques à leurs clients, consommateurs ou professionnels. Ce contentieux peut aussi opposer les banques à des tiers. 26 Les poursuites devant la juridiction parisienne se fondent entre autres sur les infractions de «faux en écritures de banque, usage de faux en écritures de banque et intrusions informatiques». Le jugement rendu par le tribunal correctionnel de Paris a fait l objet d un appel. 27 C est l une des conséquences du dualisme juridictionnel découlant de la summa divisio du droit français, dont l arrêt Blanco du 8 décembre 1873 constitue l un des fondements. On a pu s interroger sur le point de savoir si cette summa divisio présente encore un intérêt aujourd hui. 28 On peut citer à ce titre le litige ayant opposé la Caixabank France à la commission bancaire devant le Conseil d Etat, portant sur l interdiction de rémunérer les comptes à vue. CE, 6 e et 1 re s. sect. Réun., 23 février 2005, Caixabank France, D. 2005, act. Jurisp ; La CJCE s est également prononcée sur la question de l interdiction par la réglementation française de la rémunération des comptes à vue : CJCE, 5 octobre 2004, grande ch. Aff. C-442/02, Caixabank c./ Min. éco. Fin. Et ind., RTD com., , obs. D. Legeais ; D. 2005, J. 370, note A. Boujeka. 7

15 En fonction du type d opération, il peut s agir d un contentieux portant sur le crédit, sur le cautionnement, sur les services bancaires de paiement ou encore sur les activités connexes des établissements de crédit. Au nombre de leurs activités connexes 30, dont le législateur donne une liste indicative et par conséquent non exhaustive, nous avons choisi d accorder une attention particulière au (3) de l art. L CMF qui porte sur «le placement, la souscription, l achat, la gestion, la garde et la vente de valeurs mobilières et de tout produit financier», tant il permet de mettre convenablement en relief les éléments de notre problématique ci-dessus exposée. Ce choix se justifie aussi bien par des raisons juridiques que par des raisons d opportunité ; le caractère indicatif de cette liste constituant un facteur fortement incitatif à une sélection d activités en lien étroit avec la problématique ici abordée. En effet, le (3) de l art. L CMF constitue une activité connexe occupant une place importante dans la diversité des opérations effectuées par les banques. Il s agit par ailleurs d une activité d une certaine complexité, qui mobilise une clientèle nombreuse, parfois constituée de personnes physiques profanes. En outre, cette activité connexe recoupe en bien de points celle mentionnée au (4) de l art. L CMF relative au conseil et à l assistance en matière de gestion du patrimoine. Cette gestion patrimoniale pouvant se faire dans le cadre de placements financiers. En fonction du type de demande, le contentieux bancaire qui nous intéresse peut être fondé sur des actions en paiement, des actions en responsabilité, ou encore des actions en annulation. Dans le cadre des actions en paiement, ce sont en général les banques qui sont en position de demandeurs, notamment en cas d inexécution par les emprunteurs ou les cautions de leurs obligations. 30 Conformément à l art L CMF, «les établissements de crédit peuvent aussi effectuer les opérations connexes à leur activité telles que : 1. Les opérations de change ; 2. Les opérations sur or, métaux précieux et pièces ; 3. Le placement, la souscription, l'achat, la gestion, la garde et la vente de valeurs mobilières et de tout produit financier ; 4. Le conseil et l'assistance en matière de gestion de patrimoine ; 5. Le conseil et l'assistance en matière de gestion financière, l'ingénierie financière et d'une manière générale tous les services destinés à faciliter la création et le développement des entreprises, sous réserve des dispositions législatives relatives à l'exercice illégal de certaines professions ; 6. Les opérations de location simple de biens mobiliers ou immobiliers pour les établissements habilités à effectuer des opérations de crédit-bail ; 7. Les services de paiement mentionnés au II de l'article L Lorsqu'il constitue la fourniture de services d'investissement au sens de l'article L , l'exercice des opérations connexes et de l'activité de conservation est subordonné à l'agrément préalable prévu à l'article L ». 8

16 Il en va autrement en matière d actions en responsabilité ou d actions en annulation. Dans ces matières, les demandes émanent très souvent des clients (emprunteurs, investisseurs) ou encore des cautions. 12. On constate toutefois que l impayé occupe une place prépondérante dans le cadre du contentieux bancaire, ce qui justifie que ce thème soit au cœur de nos développements. Cet impayé prend des formes variées répertoriées pour l essentiel sous différents codes dans la nomenclature des affaires civiles du ministère de la justice. Ce répertoire contient notamment les demandes en remboursement d un prêt (53B), celles en remboursement des loyers d un crédit-bail (53F), les demandes en paiement contre une caution (53I), les demandes en paiement d une lettre de change ou d un billet à ordre (38B), les demandes en paiement du solde du compte bancaire (38C). Les banques occupent la position habituelle de demandeur dans le cadre de ce contentieux, ce qui leur confère la maîtrise du choix du mode de règlement. Il est intéressant d étudier comment elles gèrent cette situation procédurale, aussi bien face à des consommateurs que face à des professionnels. Le déclin du contentieux de l impayé pourrait trouver un de ses fondements dans la gestion de la position procédurale des banques, en cas de défaillance des débiteurs. 13. Des données statistiques permettent en effet à la fois de mesurer l importance quantitative, et d observer l évolution du contentieux de l impayé sur plusieurs années. Ces chiffres montrent une baisse constante et quasi générale de ce contentieux aussi bien devant les juridictions civiles que commerciales, depuis le début des années Cette baisse est continue et générale devant le tribunal de grande instance statuant au fond. Ainsi, en matière de demandes en paiement du solde d un compte bancaire (38C), on est passé de 8384 en 1992, à 1365 en 2006, ce qui équivaut à une division par 6 du nombre de demandes au cours de cette période 31. Quant aux demandes au fond en remboursement d un prêt devant ces tribunaux (53B), elles ont baissé de demandes en 1993 à 7437 en On note toutefois une augmentation à 9991 du nombre de ces demandes en La baisse affecte également les demandes relatives au crédit-bail (53F) : on passe de 1603 demandes en 1992 pour aboutir à 522 en Quant à celles relatives au paiement d une lettre de change ou d un billet à ordre (38B), elles passent de 568 en 1992 à 60 en Pour 2008, ce nombre est de Pour 2009, on compte 913 demandes. 32 Pour 2008, ce nombre est de Pour 2009, il est de Pour 2008, ce nombre est de 469. Pour 2009, il est de Pour 2008, ce nombre est de 51. Pour 2009, on compte 13 demandes au fond. 9

17 . Les demandes au fond en paiement contre une caution passent de 2048 en 1992 à 2001 en La tendance baissière s observe aussi en ce qui concerne les procédures de référé. On constate ainsi une baisse du nombre de demandes en matière de paiement du solde d un compte bancaire et de demandes en remboursement d un prêt respectivement de 86% 36 et de 57% 37 entre 1990 et La tendance à la baisse est identique devant les tribunaux de commerce. Ainsi, pour les demandes en paiement d effets de commerce, le nombre d affaires terminées diminue de 56,1% entre 1993 et 2003 (de 2441 à 1072) 38 ; sur la même période, cette diminution est de 60,7% pour les demandes en paiement du solde d un compte bancaire (4056 à 1596) 39, 78,4% pour les demandes en remboursement de prêt (de 7243 à 1562) 40 et de 68,9% pour les demandes relatives à un crédit-bail (de 2392 à 744) 41. On observe ainsi que pour les trois postes spécifiques de l impayé bancaire, correspondant à des remboursements de crédits (38C, 53B et 53F), on est passé en 10 ans de à 9302 demandes, ce qui constitue une baisse spectaculaire de 71%. S agissant des demandes en paiement contre une caution, on observe une baisse de 1456 demandes en 1993 à 726 demandes en Cette baisse concerne aussi bien les demandes en référé que les demandes au fond. Devant les tribunaux d instance et les juridictions de proximité, la tendance est beaucoup plus diversifiée. Pour les procédures au fond, on enregistre une diminution nette uniquement en matière de demandes liées à un crédit-bail (devant les tribunaux d instance, il s agit en réalité de location avec option d achat) : on est passé de demandes en 1988 à 968 en Les demandes en paiement du solde débiteur du compte bancaire diminuent entre 1988 (6 849) et 2006 (5 390) ; on observe toutefois une nette augmentation au début des années 1990 ( en 1992) 44. En revanche, les demandes en remboursement d un prêt sont en augmentation depuis 1988, puisqu on est passé au cours de cette période, de demandes en 1988 à en 35 En 2009, on dénombre 1990 demandes au fond. 36 Entre 1990 et 2009, on passe de 565 demandes à 45 demandes. 37 Entre 1990 et 2009, on passe de 1387 demandes à 566 demandes. 38 Pour 2009, le nombre de demandes au fond chute à Pour 2009, on enregistre 1430 demandes au fond. 40 En 2009, le nombre de demandes au fond est de La baisse se poursuit en 2009, avec un total de 581 demandes au fond. 42 Toutefois, en 2009, ce chiffre est de 1581, ce qui traduit une hausse du nombre de demandes. 43 En 2009, la baisse se poursuit, puisqu on compte 983 demandes au fond. 44 Ces demandes ont nettement baissé depuis 2006 : 4546 en 2008, et 4370 demandes en

18 2006. On relève un pic de contentieux au début des années 1990 ( demandes en 1992), mais, après une baisse sensible dans les années , l augmentation a repris de manière constante jusqu en 2005 où on atteint demandes 45. Les demandes en paiement contre une caution augmentent de 39 en 1990 à 179 en Le contentieux au fond de l impayé est donc en hausse devant le TI et la juridiction de proximité. Les demandes en référé sont quant à elles en diminution 47. Les chiffres susmentionnés ne tiennent pas compte des injonctions de payer. On peut toutefois noter qu elles sont globalement en baisse sur la période observée. Ainsi, on est passé de à entre 1990 et A la lecture de ces chiffres, et en se référant aux différents chefs de compétence des tribunaux concernés, on peut déduire que le contentieux du fond a chuté en matière de crédits immobiliers (relevant des TGI) et de crédits aux entreprises (ressortissant de la compétence des tribunaux de commerce ou des TGI statuant en matière commerciale). Le secteur du crédit à la consommation relevant toujours, malgré la mise en place de la juridiction de proximité, des tribunaux d instance (art. L du code de l organisation judiciaire), est nettement moins affecté par le phénomène de baisse, et on note une augmentation du contentieux relatif à ce type de crédit depuis Afin de comprendre les raisons de ce phénomène, différentes recherches ont été menées à la suite d un appel d offre du GIP droit et justice. Le CEDCACE 48 et le CRIJE 49 ont rendu leur rapport final sur le sujet en janvier L étude du CERCRID 51 sur l évolution du contentieux de l impayé rendue en juin , et à laquelle nous avons participé, conduit à s interroger sur le point de savoir si le discours habituel relatif aux MARC ne présente pas des spécificités en matière bancaire. Cette étude montre en effet que la résolution alternative des 45 L année 2006 révèle une nouvelle baisse : demandes. Les chiffres restent stables en 2007 et Pour 2009, on dénombre demandes au fond devant les TI et demandes au fond devant le juge de proximité statuant au fond. Au total, demandes au fond devant les TI et juges de proximité. On observe donc une baisse relative de ce contentieux entre 2005 et 2009, de demandes à demandes. 46 En 2009, on dénombre 183 demandes devant le TI au fond et 41 demandes devant le juge de proximité au fond. Au total 224 demandes au fond devant ces deux juridictions. 47 En matière de demandes en remboursement du prêt, on passe de 1643 en 1990 à 351 en Centre de droit civil des affaires et du contentieux économique de l Université de Paris Ouest-Nanterre La Défense. 49 Centre de recherche individus, Justice, entreprises de l Université de Rouen. 50 La prise en charge de l impayé contractuel en matière civile et commerciale, CEDCACE-CRIJE janvier 2010, sous la direction de B. Thullier, L. Sinopoli, F. Leplat. 51 Centre de recherches critiques sur le droit, Université de Saint-Etienne. 52 L évolution du contentieux de l impayé : éviction ou déplacement du rôle du juge? CERCRID juin 2009, sous la direction de P. Ancel. 11

19 différends entre banques et clients ne passe pas généralement par la catégorie habituelle des MARC : médiation, conciliation, arbitrage. L étude, qui intègre également de nombreux entretiens effectués auprès des établissements de crédit, laisse apparaître que des pratiques spécifiques ont été développées dans ce secteur, afin de régler les différends de façon purement contractuelle, en dehors du cadre traditionnel des MARC. On y observe en effet un essor important de la négociation précontentieuse comme mode prioritaire de traitement des différends. Dans ce contexte, quelle place reste-t-il à la médiation ou éventuellement à l arbitrage dans le règlement du contentieux bancaire? 16. Le déclin du contentieux de l impayé conduit également à s interroger sur l impact des mécanismes de prévention de l endettement dans le secteur bancaire. On constate en effet que cette prévention occupe une place essentielle dans le cadre de l activité des établissements de crédit. Cela semble s inscrire en droite ligne des écrits de certains auteurs. Comme le relèvent en effet G. CORNU et J. FOYER 53, l une des fonctions premières du droit est d éviter la naissance du conflit. En effet, la régulation juridique des rapports humains vise avant tout à éviter que naisse le conflit, par le biais de règles imposant aux acteurs du champ social de se comporter de telle ou telle manière, sous peine de sanctions. Le législateur et la jurisprudence instituent ainsi des dispositions destinées à protéger les personnes les plus faibles. Ces règles visent à promouvoir un crédit responsable, et la question se pose de savoir quel peut être leur impact sur le contentieux de l impayé. Plus concrètement, ces règles contribuent-elles à couper à la racine une partie du contentieux bancaire? 17. La nécessité de prévention qui imprègne l activité bancaire stricto sensu se manifeste également dans le cadre des services financiers qu effectuent les établissements de crédit. En ce sens, des normes protectrices des investisseurs les plus vulnérables sont instituées. Ces normes, qui mettent l accent sur une bonne information de l investisseur, ontelles un impact sur le contentieux des vices du consentement ou encore sur celui de la responsabilité bancaire? 18. La matière du cautionnement quant à elle occupe une place essentielle dans le cadre de l activité des établissements de crédit. Elle bénéficie ainsi d un encadrement juridique particulier. En effet, les cautions personnes physiques disposent, outre la protection découlant de la législation sur les crédits régis par le code de la consommation, d un cadre 53 G. Cornu, J. Foyer, Procédure civile, PUF 1996, p

20 normatif réaménagé par la loi sur l initiative économique du 1 er août 2003 dite loi DUTREIL. Cette loi, qui prévoit un formalisme particulier est certes destinée à protéger les cautions, mais a-t-elle un effet en matière de prévention du contentieux? Dans le même sens, que penser de l exigence de proportionnalité de l engagement de la caution prévue par la loi DUTREIL? Cette exigence est-elle de nature à contribuer à diminuer les cas de cautionnement excessif, et partant, dans une certaine mesure, le contentieux de l impayé lié au cautionnement? 19. On peut par ailleurs se demander si toutes les règles protectrices sus évoquées en matière de crédit, de cautionnement et d investissement ne sont pas susceptibles de générer de nouveaux litiges, car consacrant de nouveaux droits subjectifs. Le cas échéant, quels sont les moyens permettant (au moins en partie) de résoudre cette problématique, qui découle essentiellement du souci étatique de protection de certains contractants et du marché? 20. Au-delà des normes promouvant la prévention, le législateur offre aux parties en cas de litige un cadre facilitant la conclusion d un accord, notamment en instituant une médiation aussi bien en matière bancaire (art. L du code monétaire et financier, ciaprès CMF 54 ) qu en matière financière (art. L CMF 55 ). Un médiateur du crédit a également été désigné à la suite de la crise économique mondiale née des subprimes. Ces initiatives étatiques en faveur de la médiation se justifient davantage dans le contexte actuel 54 D après ce texte, «tout établissement de crédit ou de paiement désigne un ou plusieurs médiateurs chargés de recommander des solutions aux litiges avec des personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels, relatifs aux services fournis et à l'exécution de contrats conclus dans le cadre du présent titre et du titre II du présent livre et relatifs aux produits mentionnés aux titres Ier et II du livre II. Les médiateurs sont choisis en raison de leur compétence et de leur impartialité. Le médiateur est tenu de statuer dans un délai de deux mois à compter de sa saisine. Celle-ci suspend la prescription conformément aux conditions de l'article 2238 du code civil. Les constatations et les déclarations que le médiateur recueille ne peuvent être ni produites ni invoquées dans la suite de la procédure sans l'accord des parties. Cette procédure de médiation est gratuite. L'existence de la médiation et ses modalités d'accès doivent faire l'objet d'une mention portée sur la convention de compte de dépôt mentionnée au I de l'article L , sur le contrat-cadre de services de paiement prévu à l'article L ainsi que, le cas échéant, sur les relevés de compte. Le compte rendu annuel d'activité établi par chaque médiateur est transmis au gouverneur de la Banque de France et au président du comité consultatif institué à l'article L ». 55 Cette disposition prévoit que : «L'Autorité (des marchés financiers) est habilitée à recevoir de tout intéressé les réclamations qui entrent par leur objet dans sa compétence et à leur donner la suite qu'elles appellent. Elle propose, lorsque les conditions sont réunies, la résolution amiable des différends portés à sa connaissance par voie de conciliation ou de médiation. La saisine de l'autorité des marchés financiers, dans le cadre du règlement extrajudiciaire des différends, suspend la prescription de l'action civile et administrative. Celle-ci court à nouveau lorsque l'autorité des marchés financiers déclare la médiation terminée. L'Autorité des marchés financiers coopère avec ses homologues étrangers en vue du règlement extrajudiciaire des litiges transfrontaliers. Elle peut formuler des propositions de modifications des lois et règlements concernant l'information des porteurs d'instruments financiers et du public, les marchés d'instruments financiers et le statut des prestataires de services d'investissement. Elle établit chaque année un rapport au Président de la République et au Parlement, qui est publié au Journal officiel de la République française. ( )». 13

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Benjamin Boller To cite this version: Benjamin Boller. Evaluation et prise en charge des processus de

Plus en détail

Le premier bilan de la médiation bancaire

Le premier bilan de la médiation bancaire Depuis plusieurs années, certains établissements avaient désigné, de leur propre initiative, des médiateurs pour régler les différends avec leur clientèle. La médiation bancaire, qui a été généralisée

Plus en détail

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION INC document JURISPRUDENCE LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION Malgré l existence des dispositions protectrices du code de la consommation, le contentieux reste abondant en matière de crédit à la consommation.

Plus en détail

DEMANDE D ADHESION A L OFFRE GRIFFON SMS

DEMANDE D ADHESION A L OFFRE GRIFFON SMS Le Crédit Municipal de Toulon est un établissement public de crédit et d aide sociale régit par les articles L 514-1 et suivants du code monétaire et financier dont le siège social est sis à Toulon, 10

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 1 LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 Michel Menjucq Professeur à l Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne Grâce à la communautarisation

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS 23/07/2012 La loi dite de sécurité financière du 1er août 2003 a donné un statut à l activité de conseil en investissements financiers (CIF) du fait de la complexité

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle ATELIER n 2 Devoir de conseil et responsabilité professionnelle Vincent Patrimonio, GRAS SAVOYE Professions «Les conseilleurs ne sont pas les payeurs». Est-ce vrai? A quels risques s exposent les professionnels

Plus en détail

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune 2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir et de

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

Dix ans de contentieux familiaux

Dix ans de contentieux familiaux Population, famille 1 Dix ans de contentieux familiaux Sonia Lumbroso, Odile Timbart* En 2003, les affaires familiales ont généré 402 000 procédures devant les tribunaux, soit une progression de 13 % en

Plus en détail

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes épithéliales Badreddine Chanaoui To cite this version: Badreddine Chanaoui. Résultats à long terme de la photo-kératectomie

Plus en détail

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993 Loi Neiertz La loi Neiertz a été instaurée pour définir les conditions inhérentes à la situation de surendettement d un foyer, c est-à-dire l incapacité à faire face à l ensemble des dettes non professionnelles

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052 Le point de vue des femmes sur la mise en place d un dépistage national organisé du cancer du col de l utérus. Étude qualitative auprès de femmes de Haute-Normandie Delphine Graniou To cite this version:

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010.

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010. DROIT CIVIL 64/2012 LA VENTE D IMMEUBLE PAR UN PROPRIÉTAIRE SURENDETTÉ Jusqu à présent, même admis au bénéfice du surendettement, le débiteur conservait la possibilité de consentir valablement un acte

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS)

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) 1) PRÉSENTATION La Caisse Régionale de Normandie Seine fournit de nombreux types

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

JORF n 0088 du 13 avril 2012. Texte n 15

JORF n 0088 du 13 avril 2012. Texte n 15 Le 13 avril 2012 JORF n 0088 du 13 avril 2012 Texte n 15 ARRETE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement

Plus en détail

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION «BNP Paribas Personal Finance» veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 20 mars 2015 de présentation du décret n 2015-282 du 11 mars 2015 relatif à la simplification de la procédure civile, à la communication électronique et à la résolution amiable des différends

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses

Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Version 2012 Convention des banques et négociants en valeurs mobilières

Plus en détail

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES Droit de l OHADA & Pratiques européennes Résume de l ouvrage Apollinaire A. de SABA 2 ème EDITION

Plus en détail

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique?

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Les Matinales IP&T Fabienne Panneau Avocat Counsel 12 mai 2011 Introduction Constat : la recherche d informations sur un serveur informatique

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Savoirs associés DROIT

Savoirs associés DROIT REFERENTIEL DE CERTIFICATION Savoirs associés DROIT Dans la section de technicien supérieur des professions immobilières, la finalité de l'enseignement du droit est double : culturelle et professionnelle.

Plus en détail

Activités d enseignement

Activités d enseignement Activités d enseignement Depuis septembre 2007 : Maître de conférences à l Université de Nice Sophia-Antipolis Directeur du M2 Juriste du sport o Année universitaire 2014-2015 : - Police administrative

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

Huissiers de Justice La saisie-contrefaçon

Huissiers de Justice La saisie-contrefaçon Huissiers de Justice La saisie-contrefaçon La contrefaçon est un mal endémique qui touche aujourd hui tous les secteurs d activité, qu il s agisse des médicaments, des pièces détachées d avion ou d automobile,

Plus en détail

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite.

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite. RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE APPLIQUEE A LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE CHARENTE- PERIGORD 1) PRESENTATION Le Groupe Crédit

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

Introduction au droit Fiche bancaire

Introduction au droit Fiche bancaire Introduction au droit Fiche bancaire 1 I. Histoire et actualité du droit bancaire II. Sources du droit bancaire Définitions Droit économique : branche du droit mi-privé, mi-public qui met en relief l intervention

Plus en détail

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Le présent document est établi sur base de l article 17, paragraphe 1 er, alinéa 2 du règlement grand-ducal du 10 juin 2009 portant organisation

Plus en détail

Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt

Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt INTRODUCTION Le cas présenté ci-après permet de comprendre le fonctionnement général d une banque mais reste un cas d école purement théorique. Imaginons

Plus en détail

LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES

LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES Article 1 OUVERTURE ET DETENTION Le Livret Grand Prix est un compte d épargne qui peut être ouvert par toute personne physique Il ne peut

Plus en détail

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

LES BANQUES JURISPRUDENCE CRÉDIT À LA CONSOMMATION. N o 1524. Crédit à la consommation Soulevé d office du juge

LES BANQUES JURISPRUDENCE CRÉDIT À LA CONSOMMATION. N o 1524. Crédit à la consommation Soulevé d office du juge INC document JURISPRUDENCE LES BANQUES CRÉDIT À LA CONSOMMATION Crédit à la consommation Soulevé d office du juge Selon les articles L. 311-9 et L. 311-10 du code de la consommation, toute augmentation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 6 janvier 2011 N de pourvoi: 09-70651 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Vincent et

Plus en détail

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables 1/ Objet et domaine d application date de mise à jour : 31 juillet 2012 - harmoniser les pratiques et améliorer la coordination entre

Plus en détail

Etaient présents Madame Souad El Kohen, Messieurs Driss Belmahi, Abdelaziz Benzakour et Omar Seghrouchni ;

Etaient présents Madame Souad El Kohen, Messieurs Driss Belmahi, Abdelaziz Benzakour et Omar Seghrouchni ; Délibération n 480-AU-2013 du 01/11/2013 portant modèle de demande d autorisation relative au traitement de données à caractère personnel mis en œuvre par des établissements de crédit et organismes assimilés

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE souscrit par l Union Nationale Interprofessionnelle des Mutuelles Cogérées auprès de Matmut Protection Juridique NOTICE D INFORMATION UMC JURIS Ayant

Plus en détail

Vu la loi n 76-03 du 23 novembre 2005, portant statut de Bank Al-Maghrib ;

Vu la loi n 76-03 du 23 novembre 2005, portant statut de Bank Al-Maghrib ; Délibération n 479-AU-2013 du 01/11/2013 portant modèle de demande d autorisation relative au traitement de données à caractère personnel mis en œuvre par des établissements de crédit et organismes assimilés

Plus en détail

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Ce projet est cofinancé par l Union européenne 2 Europe Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Prise de position

Plus en détail

Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts

Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Etat du 5 septembre 005 Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts

Plus en détail

MANDAT DE GESTION. Nom(s), Prénom(s). Adresse. Date et lieu de naissance

MANDAT DE GESTION. Nom(s), Prénom(s). Adresse. Date et lieu de naissance MANDAT DE GESTION Désignation des parties : LE MANDANT : Nom(s), Prénom(s). Adresse Date et lieu de naissance LE MANDATAIRE : MPM & Partners (Monaco) au capital de 500.000,- dont le siège social est sis,

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Corrigé BTS Banque E32 Session 2014

Corrigé BTS Banque E32 Session 2014 Dossier 1 : Analyse d arrêt (20 points) Corrigé BTS Banque E32 Session 2014 1.1 Analysez l arrêt présenté en annexe (12 points) - Présentation de la décision.1 point Il s agit d un arrêt de la chambre

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA!

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA! L ADIL réunit l État, les collectivités locales, les organismes d intérêt général, les professionnels publics et privés et les représentants des usagers. Elle est agréée par le Ministère chargé du Logement

Plus en détail

INDEX ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. -A-

INDEX ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. -A- INDEX ANALYTIQUE Les chiffres renvoient aux numéros de pages. -A- Accessibilité à la justice Problématique coût/bénéfice/ délai, 9 Tribunaux, 68 Accusation, 71, 72, 74 Voir aussi Contradiction, Justice

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières Circ.-CFB 98/2 Négociant Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières (Négociant) du 1 er juillet 1998 Sommaire 1 But 2 Situation de

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION ASSURANCE DES RESPONSABILITES CIVILES DES TUTEURS FAMILIAUX TUTELLE AU QUOTIDIEN 9 303 161 - S001 -

NOTICE D INFORMATION ASSURANCE DES RESPONSABILITES CIVILES DES TUTEURS FAMILIAUX TUTELLE AU QUOTIDIEN 9 303 161 - S001 - Direction des Partenariats Politiques NOTICE D INFORMATION ASSURANCE DES RESPONSABILITES CIVILES DES TUTEURS FAMILIAUX TUTELLE AU QUOTIDIEN 9 303 161 - S001 - Mutuelle Assurance des Commerçants et Industriels

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/18/04/2012-133-11 Proposition de Directive relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation. Proposition de Règlement relatif au règlement en ligne des litiges de consommation. Avis

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

Action directe et prescription:

Action directe et prescription: Atelier A N 09 Action directe et prescription: les nouvelles règles du jeu Intervenants Pierre CARRICANO Directeur Indemnisation pierre.carricano@fr.qbe.com com Annie DALION Directeur Pôle Indemnisation

Plus en détail

LES CRÉDITS PAR MOBILISATION

LES CRÉDITS PAR MOBILISATION LES CRÉDITS PAR MOBILISATION Les crédits par mobilisation peuvent concerner la cession Dailly, et les crédits d'exploitation tels l'escompte et l'affacturage 1. Ces derniers ayant fait l'objet de nos développements,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA BANQUIERS SUISSES DEPUIS 1873 RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA MAI 2012 BSI SA (ci-après BSI ou la Banque ), soucieuse d accroître en permanence le niveau de qualité et d efficacité des services et produits

Plus en détail

Extension de garantie Protection juridique

Extension de garantie Protection juridique REFERENCE : 552 000 / HISCOX (à rappeler dans toute correspondance). Cette garantie, facultative, vous est acquise uniquement si la mention figure dans vos Conditions Particulières et si vous avez acquitté

Plus en détail

PIGNARRE Louis-Frédéric

PIGNARRE Louis-Frédéric PIGNARRE Louis-Frédéric Laboratoire de droit privé 14, rue Cardinal de Cabrières 34 060 Montpellier Louis-frederic.pignarre@univ-montp1.fr Fonctions et responsabilités universitaires - Professeur de droit

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l application de l ordonnance n o 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention

Plus en détail

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF Position AMF n 2009-14 Information financière diffusée par les sociétés en difficulté Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF L Autorité des marchés financiers,

Plus en détail

Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement

Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement 1. Qualificati on juri di que Est intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement toute personne qui exerce l'intermédiation

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Rabat, le 25 décembre 2000 CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

AUTORISATION UNIQUE DE LA CNIL SUR LA FRAUDE A L ASSURANCE

AUTORISATION UNIQUE DE LA CNIL SUR LA FRAUDE A L ASSURANCE AUTORISATION UNIQUE DE LA CNIL SUR LA FRAUDE A L ASSURANCE Par une délibération du 17 juillet 2014 publiée au JO du 31 juillet dernier, la CNIL a adopté une autorisation unique relative aux traitements

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique «Recours médical» et «Mesures de protection de la personne majeure»

Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique «Recours médical» et «Mesures de protection de la personne majeure» Contrat d Assurance Collectif de Protection Juridique souscrit par la Mutuelle familiale auprès de Matmut Protection Juridique Notice d information Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

Rapport sur la prévention et le traitement du surendettement des ménages ANNEXE 16. Observations d ORGECO TOURAINE LE FICP COMITÉ CONSULTATIF 141

Rapport sur la prévention et le traitement du surendettement des ménages ANNEXE 16. Observations d ORGECO TOURAINE LE FICP COMITÉ CONSULTATIF 141 ANNEXE 16 Observations d ORGECO TOURAINE LE FICP COMITÉ CONSULTATIF 141 142 COMITÉ CONSULTATIF LE TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT (RECEVABILITÉ ET PHASE AMIABLE) COMITÉ CONSULTATIF 143 Sommaire 1. RECEVABILITÉ...

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT.

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. Un des soucis du législateur de 1968 a été d assurer la protection du logement des majeurs protégés hospitalisés ou en établissement. L article 490-2 du Code civil prévoit

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE RENFORCÉE. Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent ou d un proche.

NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE RENFORCÉE. Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent ou d un proche. TUTELLES MAJEURS Adresse internet : www.ti-toulouse.justice.fr Standard T.I. : 05.34.31.79.79 NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE RENFORCÉE Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent

Plus en détail

Introduction 5. larcier 347

Introduction 5. larcier 347 TABLE DES MATIÈRES Introduction 5 Chapitre I L accès à la profession : l autorisation d établissement 7 Section 1. Le champ d application de la loi d établissement 8 A. Les personnes nécessitant une autorisation

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail