Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012"

Transcription

1 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré par la police ou la gendarmerie dans l état , le fait est compté comme élucidé. De la même manière qu il est possible qu une personne soit mise en cause pour plusieurs faits, ou qu un fait élucidé entraîne la mise en cause de plusieurs personnes, un fait élucidé enregistré ne correspond pas nécessairement à un unique mis en cause et vice et versa. Les concepts de «faits élucidés» et de «personnes mises en cause» sont donc liés. Ils relèvent de deux comptabilités différentes mais résultant d une même activité, que l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) nomme «activité d élucidation / Mise en cause». Ainsi, l interprétation de la variation du nombre de mis en cause s effectue à l aide d autres statistiques extraites de l état 4001, les faits constatés et les faits élucidés, ainsi que les ratios qui en sont déduits, rapport «Élucidés / Constatés» et rapport «mis en cause / faits élucidés». Dans le cas de figure le plus simple, si la fréquence d élucidation et le nombre de mis en cause par faits élucidés sont stables, toute variation du nombre de faits constatés se reporte à l identique sur les mis en cause. Par ailleurs, les mis en cause, qui font l objet de la présente étude, ne doivent pas être assimilés aux auteurs d infractions. Ces deux notions se distinguent à plusieurs titres. La première raison étant que la totalité des auteurs ne sont pas mis en cause. Ils le sont, uniquement, si les faits sont portés à la connaissance de la police ou de la gendarmerie (faits constatés) et que, une personne au moins, est identifiée (faits élucidés). De plus, la mise en cause d un individu est la première étape du processus de réponse pénale, qui n aboutit pas forcément à la condamnation. Par conséquent, ce n est qu au terme de la procédure judiciaire qu une personne peut être déclarée «auteur», si une décision définitive conclut à sa culpabilité. Pour obtenir d avantage de renseignement sur le cadre méthodologique au sein duquel s inscrivent les travaux de l ONDRP et en particulier sur les faits élucidés et les personnes mises en cause, le lecteur est invité à consulter le document intitulé «Méthodologie des Tableaux de bord annuels de l ONDRP 2». Avertissement : Au regard des fortes variations des faits constatés, faits élucidés et des mis en cause en zone gendarmerie pour certains index d infractions, l ONDRP a considéré en novembre 2012 que seul un changement des conditions d enregistrement pouvait en être à l origine. Cela signifie qu en 2012, selon l Observatoire, les pratiques de saisie des gendarmes ont été différentes de celle en vigueur jusqu en Ainsi, depuis novembre 2012, dans les bulletins mensuels de l ONDRP, les nombres de faits constatés par la Gendarmerie nationale sont diffusés séparément de ceux l ayant été par la Police nationale. Au premier semestre 2013, une mission conjointe de l inspection générale de l administration du ministère de l Intérieur, de l inspection générale de la Police nationale, de l inspection générale de la Gendarmerie nationale et de l inspection générale de l Insee a été menée sur l enregistrement des plaintes par les forces de sécurité intérieure afin, entre autres, de faire la «lumière sur les causes des ruptures statistiques constatées en 2012». Le rapport produit par cette mission a été publié le 12 juillet De sa partie la plus technique, celle portant exhaustivement sur les index d infractions enregistrées par la gendarmerie nationale, l Observatoire retient à court terme qu elle confirme que «l entrée en service du nouvel outil dans la Gendarmerie nationale en janvier 2012 a produit une rupture statistique». Ainsi, en raison de la rupture de continuité statistique en zone «Gendarmerie nationale», seules les variations des faits constatés, des faits élucidés et des mis en cause observées en zone «Police nationale» sont commentées dans ce rapport annuel. (1) On appelle «état 4001» l outil d enregistrement des crimes et délits non routiers commun à la police et la gendarmerie. Les notions de «faits constatés», de «faits élucidés» et de «personnes mises en cause» sont propres à l état 4001 (voir définitions). (2)

2 Le nombre de personnes mises en cause par la Police nationale, hors infractions aux conditions générales d entrée et de séjour des étrangers, a baissé de 3,3 % entre 2011 et 2012 En 2012, personnes ont été mises en cause par la Police nationale pour des crimes et délits non routiers. Entre 2011 et 2012, leur nombre a diminué de 5,1 %, soit mis en cause de moins (tableau 1). Plus de 40 % de la baisse s explique par celle observée pour les infractions aux conditions générales d entrée et de séjour des étrangers : leur nombre qui était de en 2011, s établit à en 2012, soit une baisse de 21,6 % qui représente personnes mises en cause de moins. Devant les variations atypiques du nombre de mis en cause pour infractions aux conditions générales d entrée et de séjour des étrangers (index 69 de l état 4001), une fiche thématique spécifique leur est consacrée dans ce rapport annuel. Le lecteur est invité à la consulter, celle-ci s intitule «Les infractions aux conditions générales d entrée et de séjour des étrangers en 2012 et au premier semestre 2013». En 2012, personnes ont été mises en cause par la police nationale pour des crimes et délits non routiers, hors infractions aux conditions générales d entrée et de séjour des étrangers. Entre 2011 et 2012, leur nombre diminue de 3,3 %, soit personnes mises en cause de moins en un an. Après deux années de hausses entre 2007 et 2009 ( , soit + 4,4 %), le nombre de personnes mise en cause par la Police nationale, hors infractions aux conditions générales d entrée et de séjour des étrangers a diminué de 5,6 % entre 2009 et 2012, soit mis en cause. Globalement, entre 2007 et 2012, leur nombre a diminué de 1,5 %, soit mis en cause. En 2012, baisse du nombre de personnes mises en cause pour atteintes aux biens En 2012, les personnes mises en cause par la Police nationale, hors infractions aux conditions générales d entrée et de séjour des étrangers diminuent pour chacun des indicateurs personnes ont été mises en cause par la Police nationale pour atteintes aux biens en 2012 (tableau 2). Ce nombre est en forte baisse pour la deuxième année consécutive : - 5,7 %, soit mis en cause entre 2010 et 2011 et - 4,9 % soit mis en cause entre 2011 et En 2012, le nombre de personnes mises en cause par la Police nationale pour atteintes volontaires à l intégrité physique (hors vol) atteint personnes. Ce nombre est en baisse pour la troisième année consécutive (globalement - 9,2 %, soit entre 2009 et 2012). Le nombre de mis en cause par la Police nationale pour escroqueries et infractions économiques et financières (hors droit du travail) atteint personnes en Ce nombre est en légère baisse en 2012 (- 0,8 %, soit mis en cause). Depuis 2007, il a augmenté de 4,1 % (soit mis en cause). Entre 2007 et 2012, leur nombre a oscillé entre 51370, nombre maximum atteint en 2009 et 48763, minimum atteint en Fiche thématique n 1 Tableau 1. Les personnes mises en cause par la Police nationale pour crimes et délits non routiers Tableau 1. Les personnes mises en cause par la police nationale pour crimes et délits non routiers de 2007 de à à en 2012 France en France métropolitaine. Personnes mises en cause par la police nationale Variations entre 2007 et 2012 (en volume et en %) Personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers Variations annuelles (en volume) Variations annuelles (en %) - + 3,0-0,2-2,6-0,6-5,1-5,5 Personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers hors infractions aux conditions générales d'entrée et de séjour des étrangers Variations annuelles (en volume) Variations annuelles (en %) - + 2,4 + 1,9-1,7-0,7-3,3-1,5 infractions aux conditions générales d'entrée et de séjour des étrangers Variations annuelles (en volume) Variations annuelles (en %) - + 7,6-15,1-10,3 + 0,4-21,6-35,5 Part des mis en cause pour infractions aux conditions générales d'entrée et de séjour des étrangers au sein de l'ensemble des mis en cause 11,9 12,4 10,5 9,7 9,8 8,1 - Variations en points - + 0,5-1,8-0,8 + 0,1-1,7-3,8 Source : état 4001 annuel, DCPJ

3 Tableau 2. Distinction des personnes mises en cause par la police nationale pour crimes et délits non routiers par indicateurs de 2007 à 2012 en France métropolitaine Tableau 2. Distinction des personnes mises en cause par la Police nationale pour crimes et délits non routiers par indicateurs de 2007 à 2012 en France métropolitaine. Personnes mises en cause par la police nationale Variations entre 2007 et 2012 (en nombre et en %) Personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers hors infractions aux conditions générales d'entrée et de séjour des étrangers Variations annuelles (en volume) Variations annuelles (en %) - + 2,4 + 1,9-1,7-0,7-3,3-1,5 Atteintes aux biens Variations annuelles (en volume) Variations annuelles (en %) - - 3,3 + 2,0 + 0,3-5,7-4,9-11,3 Atteintes volontaires à l'intégrité physique (hors vols) Variations annuelles (en volume) Variations annuelles (en %) - + 2,4 + 2,6-2,6-2,9-4,0-4,6 Escroqueries et infractions économiques et financières (hors droit du travail) Variations annuelles (en volume) Variations annuelles (en %) - + 3,2 + 2,1-3,8 + 3,5-0,8 + 4,1 Infractions révélées par l'action des services hors infractions aux conditions générales d'entrée et de séjour des étrangers 3 4 Variations annuelles (en volume) Variations annuelles (en %) - + 9,0 + 2,4-1,7 + 4,3-1,8 + 12,6 Autres infractions Variations annuelles (en volume) Variations annuelles (en %) - + 2,0-0,8-3,4 + 1,8-3,5-3,8 Source : état 4001 annuel, DCPJ En 2012, le nombre de mis en cause par la Police nationale pour infractions révélées par l action des services hors infractions à la législation sur les étrangers atteint personnes. Après deux années de hausse importante entre 2007 et 2009 (+ 11,7 %, soit mis en cause en 2 ans), il diminuait en 2010 annuel. (- 1,7 %), réaugmentait en 2011 (+ 4,3 %) puis diminue entre 2011 et 2012 (- 1,8 % soit mis en cause). Le nombre de personnes mises en cause par la Police nationale pour des atteintes classées dans «autres infractions» atteint personnes en Entre 2011 et 2012, ce nombre diminue de 3,5 % (soit individus). Sur cinq ans, leur nombre diminue de 3,8 % (soit mis en cause). En 2012, baisse de la fréquence d élucidation des atteintes aux biens En 2012, le nombre de personnes mises en cause par la Police nationale pour atteintes aux biens atteint personnes (tableau 3). Il a fortement varié sur un an puisqu il a baissé de 4,9 % par rapport à 2011, soit mis en cause. Dans une 5 proportion sensiblement équivalente, le nombre de faits élucidés par la Police nationale pour atteintes aux biens a également diminué en 2012 : - 4,3 %, soit faits élucidés. Ces évolutions à la baisse des nombres de faits élucidés et de personnes mises en cause sont, en 3 Devant les variations atypiques du nombre de mis en cause pour infractions aux conditions générales d entrée et de séjour des étrangers (index 69 de l état 4001), une fiche spécifique leur est consacrée dans ce rapport (3) Devant les variations atypiques du nombre de mis en cause pour infractions aux conditions générales d entrée et de séjour des étrangers (index 69 de l état 4001), une fiche spécifique leur est consacrée dans ce rapport annuel.

4 Tableau 3. Les faits élucidés et les personnes mises en cause par la police nationale pour les infractions de type «Atteintes aux biens» et le rapport «mis en cause / faits élucidés» de 2007 à 2012 Tableau 3. Les faits élucidés et les personnes mises en cause par la Police nationale pour les infractions de type «Atteintes aux biens» et le rapport «mis en cause / faits élucidés» de 2007 à Personnes mises en cause par la police nationale Atteintes aux biens Faits élucidés Personnes mises en cause ,2 95,5 95,9 94,7 95,0 94,3 Fiche thématique n 1 Faits élucidés Vols avec violences Personnes mises en cause ,4 128,1 131,3 128,8 126,3 120,5 Faits élucidés Vols sans violence Personnes mises en cause ,0 98,7 99,1 97,5 98,0 98,1 Faits élucidés Destructions, dégradations Personnes mises en cause ,0 83,0 81,9 80,8 80,2 78,1 Source : état 4001 annuel, DCPJ proportion, plus accentuées en 2012 que celle du nombre de faits constatés d atteintes aux biens qui, sur un an, varie de - 0,4 % (soit faits constatés). Ainsi, en 2012, la baisse du nombre de mis en cause par la Police nationale pour atteintes aux biens s explique très largement par celle des faits élucidés. Or, comme le nombre de faits constatés ne diminue que faiblement, c est plus précisément la baisse de la fréquence d élucidation qui explique celle des mis en cause. Réduction du champ couvert par l état 4001 en matière de destructions et dégradations En 2012, personnes ont été mises en cause par la Police nationale pour «destructions et dégradations». Ce nombre diminue régulièrement depuis Il était de cette année-là et a baissé de près de 30 %, soit mis en cause sur cinq ans. La baisse du nombre de mis en cause pour destructions et dégradations s explique en grande partie par celle des faits constatés. Leur nombre connaît une baisse de près de 30 % sur cinq ans qui a été répercutée en partie sur les faits élucidés Source (leur nombre : Etat 4001 baisse annuel, de 23,6 DCPJ % entre 2007 et 2012), elle-même à l origine d une partie importante de la diminution des mis en cause. Dans une moindre mesure, la diminution du nombre de mis en cause pour destructions et dégradations sur cinq ans s explique également par le fait que la baisse du nombre de mis en cause est plus marquée que celle des faits élucidés (- 29,8 % à comparer à - 23,6 %), ce qui signifie que le nombre de mis en cause pour 100 faits élucidés a diminué : il est passé de 85,0 en 2007 à 78,1 en Au regard des statistiques relatives aux atteintes de type «destructions et dégradations», issues des résultats des enquêtes annuelles «Cadre de vie et sécurité», l ONDRP estime que la baisse des faits constatés est en partie due à une modification du mode d enregistrement de certaines infractions qui étaient initialement considérées comme des délits et qui le sont dorénavant comme des contraventions 4. Cette hypothèse a été confirmée par les travaux de la mission des inspections dont le rapport est paru le 12 juillet Les contraventions n étant pas enregistrées dans l état 4001, ce transfert a eu pour effet de réduire son champ en matière de destructions et dégradations, aux actes les plus graves. Ce transfert s est traduit par une baisse du nombre de faits constatés, faits élucidés ainsi que de mis en cause pour ce type d atteintes. 5 (4) (5) Rapport-sur-lenregistrement-des-plaintes-par-les-forces-de-securite-interieure

5 6 En 2012, baisse de la fréquence d élucidation des vols sans violence En 2012, personnes ont été mises en cause par la Police nationale pour «vols sans violence». Leur nombre a diminué de 3,0 % par rapport à 2011, soit mis en cause. Dans une proportion équivalente, le nombre de faits élucidés a également diminué en 2012 : - 3,1 %, soit faits élucidés. En 2012, ces évolutions à la baisse des nombres de faits élucidés et de personnes mises en cause sont inverses à celle du nombre de faits constatés de vols sans violence : sur un an, il varie de + 0,3 % (soit faits constatés). Ainsi, en 2012, la baisse du nombre de mis en cause par la Police nationale pour des vols sans violence s explique par la baisse de la fréquence d élucidation. Le nombre de personnes mises en cause par la Police nationale pour 100 faits élucidés de vols avec violences a fortement diminué en 2012 En 2012, personnes ont été mises en cause par la Police nationale pour «vols avec violences». Leur nombre est en baisse de 7,1 % entre 2011 et 2012, soit 1271 personnes de moins. La baisse importante des mis en cause par la Police nationale pour vols avec violences ne s explique pas par celle des faits constatés dont le nombre est en hausse (+ 1,2 %, soit faits entre 2011 et 2012). Elle s explique pour une partie par la baisse de la fréquence d élucidation puisque dans une proportion moindre que celle du nombre de mis en cause, le nombre de faits élucidés de vols avec violences est également en baisse : - 2,6 %, soit faits élucidés entre 2011 et La fréquence d élucidation qui atteignait 12,7 % en 2011 est de 12,2 % en Elle s explique pour l essentiel par le fait que le nombre de mis en cause pour 100 faits élucidés de vols avec violences a diminué de près de 6 points en un an (126,3 en 2011 à comparer à 120,5 en 2012). En 2012, baisse de la fréquence d élucidation des atteintes volontaires à l intégrité physique (hors vol) En 2012, personnes ont été mises en cause par la Police nationale pour «atteintes volontaires à l intégrité physique (hors vol)». Ce nombre est en baisse de 4,3 % par rapport à 2011 ( mis en cause) (tableau 4). Les faits élucidés sont également en baisse en 2012, mais dans une moindre mesure : - 1,9 %, soit faits élucidés. Ceci implique une baisse du ratio «mis en cause / faits élucidés» de près de 2 points durant cette même période ( ). Cette même année, les faits constatés par la Police nationale sont quasiment stables : - 0,1 %, soit faits. Cette évolution contraste avec celle des faits élucidés et encore plus avec celle des mis en cause, ces deux grandeurs voyant leur nombre baisser plus fortement. Ces évolutions ont un effet à la baisse sur le rapport «élucidés / constatés» (il baisse de 0,9 point et s établit à 70,8 % en 2012) et un effet plus marqué encore sur le rapport «mis en cause / élucidés» (il baisse de 1,9 point et s établit à 86,9 % en 2012). En 2012, diminution du nombre de personnes mises en cause par la Police nationale pour violences physiques non crapuleuses En 2012, personnes ont été mises en cause par la Police nationale pour des violences physiques non crapuleuses. Ce nombre est en baisse de 4,7 % par rapport à 2011 (soit mis en cause). Cette baisse représente plus de 90 % de celle observée à un niveau plus agrégé pour l ensemble des mis en cause par la police nationale pour atteintes volontaires à l intégrité physique (hors vols). Entre 2011 et 2012, la baisse du nombre de mis en cause par la Police nationale pour violences physiques non crapuleuses s explique en partie par une baisse de la fréquence d élucidation (le rapport «faits élucidés / faits constatés» diminue de 0,7 point en un an pour atteindre 73,8 % en 2012), mais elle s explique pour l essentiel par la diminution du nombre moyen de mis en cause pour 100 faits élucidés (le rapport «mis en cause / faits élucidés» diminue, passant de 95,4 % à 93,2 %). En 2012, légère diminution du nombre de personnes mises en cause par la Police nationale pour violences sexuelles En 2012, on dénombre mis en cause par la Police nationale pour violences sexuelles. Ce nombre est en baisse par rapport à 2011, de - 1,1 % (soit, - 97 mis en cause). Depuis 2007, le nombre de mis en cause par la Police nationale n a pas subi de très fortes variations, il a diminué régulièrement entre 2009 et 2012, année où il a atteint son niveau le plus faible de la période considérée. Le nombre de faits élucidés par la Police nationale est de en 2012, en diminution de 2,2 % par rapport à l année précédente (soit, faits élucidés). La baisse des faits élucidés étant plus marquée que celle des mis en cause, le ratio «mis en cause / faits élucidés» augmente de près de 1 point en un an pour atteindre 84,0 % en Les faits constatés par la Police nationale de violences sexuelles diminuent également en 2012,

6 cause, implique une baisse du rapport «mis en cause / faits élucidés» de 1,1 point. Les faits constatés par la police nationale de menaces et chantages sont en hausse en 2012, de 1,9 % ( faits constatés). Cette évolution étant inverse à celle des faits élucidés, le rapport «élucidés / constatés» se déprécie (- 1,3 point). Tableau 4. Les faits élucidés et les personnes mises en cause par la Police nationale pour infractions de type «Atteintes volontaires à l intégrité physique (hors vol)» et le rapport «mis en cause / faits élucidés» de 2007 à Tableau 4. Les faits élucidés et les personnes mises en cause par la police nationale pour infractions de type «Atteintes volontaires à l intégrité physique (hors vol)» et le rapport «mis en cause / faits élucidés» de 2007 à 2012 Personnes mises en cause par la police nationale Atteintes volontaires à l'intégrité physique (hors vols) Faits élucidés Personnes mises en cause ,3 91,8 90,9 90,0 88,8 86,9 Fiche thématique n 1 Dont Faits élucidés Violences physiques non crapuleuses Personnes mises en cause ,1 98,5 97,7 96,6 95,4 93,2 Faits élucidés Violences sexuelles Personnes mises en cause ,9 85,3 83,4 84,4 83,1 84,0 Faits élucidés Menaces et chantages Personnes mises en cause ,5 72,2 71,2 70,1 68,7 67,6 Source : état 4001 annuel, DCPJ 7 de - 1,1 % (- 174 faits constatés). Cette évolution étant moins marquée que celle des faits élucidés, le rapport «élucidés / constatés» se déprécie légèrement (- 0,7 point). En 2012, diminution du nombre de personnes mises en cause par la Police nationale pour menaces et chantages En 2012, personnes ont été mises en cause par la Police nationale pour menaces et chantages. Ce nombre est en baisse de 1,8 % par rapport à 2011 (- 517 mis en cause). Le nombre de faits élucidés est de en 2012, il a très peu varié en un an (- 0,1 % soit - 47 faits élucidés). Cette stagnation conjuguée à la baisse du nombre de mis en cause, implique une baisse du rapport «mis en cause / faits élucidés» de 1,1 point. Les faits constatés par la Police nationale de menaces et chantages sont en hausse en 2012, de 1,9 % ( faits constatés). Cette évolution étant inverse à celle des faits élucidés, le rapport «élucidés / constatés» se déprécie (- 1,3 point). Diminution du nombre de personnes mises en cause pour escroqueries et infractions économiques et financières hors droit du travail en 2012 En 2012, personnes ont été mises en cause par la Police nationale pour escroqueries et infractions économiques et financières hors droit du travail (tableau 5). Ce nombre est près de deux fois plus faible que celui des faits élucidés qui atteint On compte ainsi un peu plus de 50 mis en cause 10 pour 100 faits élucidés. Cette situation paradoxale trouve son explication dans une particularité propre aux escroqueries. Pour ce type d infractions, la mise en cause d une personne permet, en générale, d élucider plusieurs faits, voire dans certains cas 5, 10 ou même davantage. Ainsi, pour les falsifications ou les usages de chèques volés, infractions pour lesquelles les faits constatés et les faits élucidés ont comme unité de compte le chèque lui-même, la mise en cause d une personne ayant utilisé plusieurs chèques permet d élucider autant de faits. En 2012, le nombre de faits élucidés par la Police nationale de falsifications et usages de chèques volés

7 les plaintes des clients des banques victimes d escroqueries à la carte bancaire, la rupture provoquée par ce changement de mode d enregistrement a des effets très négatifs sur l un des principaux indicateurs de l ONDRP puisqu elle rend très difficile la compréhension des variations inhérentes à ce type de délinquance. Tableau 5. Les faits élucidés et les personnes mises en cause par la Police nationale pour les infractions de type «Escroqueries et infractions économiques et financières» (hors droit du travail) et le rapport «mis en cause / faits élucidés» de 2007 à 2012*. Tableau 5. Les faits élucidés et les personnes mises en cause par la police nationale pour les infractions de type «Escroqueries et infractions économiques et financières» (hors droit du travail) et le rapport «mis en cause / faits élucidés» de 2007 à 2012* Personnes mises en cause par la police nationale Escroqueries et infractions économiques et financières (hors droit du travail) Faits élucidés Personnes mises en cause ,0 47,5 49,2 49,0 52,8 53,6 Faits élucidés* Escroqueries* et infractions assimilées Personnes mises en cause ,6 43,6 45,2 45,1 46,9 47,7 Dont Faits élucidés Escroqueries et abus de confiance Personnes mises en cause Faits élucidés» (en %) 69,3 72,7 70,5 71,2 69,5 67,7 Faits élucidés Falsification et usages de chèques volés Personnes mises en cause Faits élucidés» (en %) 11,5 10,7 11,2 10,9 12,0 13,3 8 Infractions économiques et financières (hors droit du travail) Faits élucidés Personnes mises en cause ,0 98,4 100,5 94,1 103,0 99,7 Source : état 4001 annuel, DCPJ * À la fin de l année 2009 et en 2010, selon les informations dont dispose l ONDRP, les pratiques de saisies des faits constatés d escroqueries à la carte bancaire ont été modifiées, vraisemblablement à la demande de certains parquets. Une partie des faits précédemment enregistrés ne l ont plus été dans les mêmes conditions, ce qui signifie que la comparaison des statistiques de la fin 2009 et de 2010 avec celles des mois et années précédents est plus révélatrice des variations du fonctionnement de l outil d enregistrement * À la fin que de l année de celles 2009 du phénomène et en 2010, selon de délinquance les informations à l origine dont dispose des plaintes, l ONDRP, les escroqueries les pratiques de à la saisies carte des bancaire. faits constatés d escroqueries à la carte bancaire ont été modifiées, vraisemblablement à la demande de certains parquets. Une partie des faits précédemment enregistrés ne l ont plus été dans les mêmes conditions, ce qui signifie que la comparaison des statistiques de la fin 2009 et de 2010 avec celles des mois et années s élève à plus de alors que le nombre de En cas de retrait frauduleux sur un compte bancaire par personnes mises en cause atteint On compte utilisation des données d identification d une carte bancaire dont ainsi 13,5 mis en cause pour 100 faits élucidés, ce qui le propriétaire est toujours en possession matérielle, 12 certains signifie qu en moyenne une personne mise en cause juristes, en s appuyant notamment sur l article L du code pour falsifications et usages de chèques volés, l est pour monétaire et financier, ont considéré que le plaignant devait être plus de 7 chèques. l établissement bancaire et non le titulaire du compte, car celui-ci Par ailleurs, il semble que les faits constatés d escroqueries est remboursé du préjudice financier par sa banque. et abus de confiance et de falsifications et usages de cartes Là où, jusqu à la rentrée 2009, une plainte devait être déposée de crédit, qui représentent près des 3/4 de faits d escroqueries et par le titulaire du compte sur lequel apparaît un retrait frauduleux infractions économiques et financières (hors droit du travail) en pour en obtenir le remboursement de sa banque, cette démarche 2010, n ont plus été enregistrés à partir de la fin 2009 comme ils n aurait plus été systématiquement nécessaire fin 2009 et en l ont été lors des années précédentes. Pour les deux index relatifs à ce type d infractions, les En effet, selon les informations dont l ONDRP dispose, «falsifications et usages de cartes de crédit» et les «escroqueries en application d instructions de certains parquets, les règles et abus de confiance», la mise en œuvre de ces nouveaux principes d enregistrement des faits d escroqueries à la carte bancaire ont été conduit à enregistrer les faits constatés différemment, en ne modifiées au cours du second semestre 2009, vraisemblablement à donnant pas suite au souhait de porter plainte de certains titulaires partir des mois de septembre ou d octobre. de compte débité frauduleusement.

8 élucidés (leur nombre baisse également de 7,0 %), elle-même à l origine de la quasitotalité des mis en cause. Tableau 6. Les faits élucidés et les personnes mises en cause par la police nationale pour les infractions de type «Infractions révélées par l action des services hors infractions aux conditions générales d entrée et de séjour des étrangers» et le rapport «mis en cause / faits élucidés» de 2007 à 2012 Tableau 6. Les faits élucidés et les personnes mises en cause par la Police nationale pour les infractions de type «Infractions révélées par l action des services hors infractions aux conditions générales d entrée et de séjour des étrangers» et le rapport «mis en cause / faits élucidés» de 2007 à Personnes mises en cause par la police nationale Infractions révélées par l action des services hors infractions aux conditions générales d'entrée et de séjour des étrangers (index 69) Faits élucidés Personnes mises en cause ,7 95,4 95,2 95,0 95,7 95,3 Fiche thématique n 1 Dont Faits élucidés Infractions à la législation sur les stupéfiants Personnes mises en cause ,2 101,2 100,5 100,3 100,0 100,4 Faits élucidés Recels Personnes mises en cause ,1 109,2 108,5 102,4 105,8 102,4 Faits élucidés Port ou détention armes prohibées Personnes mises en cause ,6 75,5 76,8 76,6 77,2 76,1 Infractions à la législation sur les étrangers hors infractions aux conditions générales d'entrée et de séjour des étrangers (index 69) Faits élucidés Personnes mises en cause ,4 80,2 78,2 89,5 94,7 94,8 9 Source : état 4001 annuel, DCPJ L observatoire considère que la baisse de 26,2 % entre 2009 et 2012 des faits constatés par la Police nationale d escroqueries et abus de confiance (soit faits constatés) est due à ce changement de pratique de saisie. La modification des pratiques de saisie des faits constatés d escroqueries à la carte bancaire n a pas uniquement eu pour conséquence de faire baisser leur nombre depuis 2009 par le refus de prendre en compte, comme précédemment, les plaintes des clients des banques dont les comptes ont été débitées frauduleusement. Il a aussi entraîné une baisse des statistiques d «élucidation/mise en cause», difficile à interpréter dans ce contexte. Indépendamment de la légitimité juridique de la décision de refuser depuis la fin 2009, les plaintes des clients des banques victimes d escroqueries à la carte bancaire, la rupture provoquée par ce changement de mode d enregistrement a des effets très négatifs sur l un des principaux indicateurs de l ONDRP puisqu elle rend très difficile la compréhension des variations inhérentes à ce type de délinquance. Baisse du nombre de personnes mises en cause par la Police nationale pour infractions révélées par l action des services hors infractions aux conditions générales d entrée et de séjour des étrangers 6 14 Le nombre de mis en cause par la Police nationale pour des infractions révélées par l action des services hors infractions aux conditions générales d entrée et de séjour des étrangers atteint en 2012 (tableau 6). Ce nombre est en diminution de 1,8 %, soit mis en cause entre 2011 et Dans des proportions sensiblement équivalentes, les nombres de faits élucidés et de faits constatés par la Police nationale ont également diminué en 2012 : respectivement - 1,4 %, soit faits élucidés et - 1,4 %, soit faits constatés. (6) Devant les variations atypiques du nombre de mis en cause pour infractions aux conditions générales d entrée et de séjour des étrangers (index 69 de l état 4001), une fiche spécifique leur est consacrée dans ce rapport annuel.

9 Stabilité du nombre de mis en cause par la Police nationale pour infractions à la législation sur les stupéfiants On dénombre mis en cause par la Police nationale pour infractions à la législation sur les stupéfiants en Ce nombre est quasiment stable par rapport à 2011 (+ 0,1 % soit mis en cause). Orientés à la baisse, les nombres de faits élucidés et de faits constatés par la Police nationale pour infractions à la législation sur les stupéfiants sont également quasiment stables : respectivement - 0,3 %, soit faits élucidés et - 0,2 %, soit faits constatés. Baisse du nombre de personnes mises en cause par la Police nationale pour recels En 2012, le nombre de personnes mises en cause par la Police nationale atteint Ce nombre est en baisse de 7,1 %, soit 1929 mis en cause de moins entre 2007 et Les faits élucidés sont également en baisse en 2012, mais dans une moindre mesure : - 4,0 %, soit faits. Ceci implique une baisse du ratio «mis en cause / faits élucidés» de près de 3,4 points. Cette même année, les faits constatés par la Police nationale diminuent de 3,9 %, soit faits. Cette évolution étant proche, en proportion, de celle des faits élucidés la fréquence d élucidation ne varie que très peu : - 0,2 point en un an pour atteindre 100,5 % en Diminution du nombre de personnes mises en cause par la Police nationale pour port ou détention d armes prohibées Le nombre de personnes mises en cause par la Police nationale pour port ou détention d armes prohibées atteint en Ce nombre diminue de 8,3 % entre 2011 et 2012, soit personnes. La baisse du nombre de mis en cause par la Police nationale pour port ou détention d armes prohibées s explique en grande partie par celle des faits constatés. Leur nombre connaît une baisse de 7,0 % entre 2011 et 2012 qui a été répercutée sur les faits élucidés (leur nombre baisse également de 7,0 %), elle-même à l origine de la quasi-totalité des mis en cause. * * * 10

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013 La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Premier ministre Majeurs et mineurs par les services de Police en 2013 Antoine le graët, Chargé d études statistiques à l ONDRP 2 Principaux enseignements

Plus en détail

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010 n 13 REPÈRES Septembre 2010 Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Les mineures mises en cause pour

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez Janvier 2014 Tableaux de bord annuels sur les

Plus en détail

Criminalité. enregistrées. de la délinquance. en mai 2013. juin 2013

Criminalité. enregistrées. de la délinquance. en mai 2013. juin 2013 Bulletin mensuel de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Criminalité juin issn 2265-9110 et délinquance enregistrées en mai des statistiques sur les faits constatés par la

Plus en détail

Criminalité et délinquance enregistrées en août 2011

Criminalité et délinquance enregistrées en août 2011 SEPTEMBRE 2011 Bulletin mensuel de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales L activité des services de police et des unités de gendarmerie Criminalité et délinquance enregistrées

Plus en détail

PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE

PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE PREFECTURE DE LA LOIRE-ATLANTIQUE Le 17 janvier 2011 PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE par Monsieur Jean DAUBIGNY, préfet de la région Pays de la Loire,

Plus en détail

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Janvier 2007 LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Note sur la méthodologie : Les données chiffrées présentées dans ce document sont issues de l état 4001, qui est tenu et mis à jour par la Direction

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP repères Premier ministre 20 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

éléments de comptage des incendies volontaires de véhicules en 2012

éléments de comptage des incendies volontaires de véhicules en 2012 Fiche thématique n 23 2 éléments de comptage des incendies volontaires de véhicules en 2012 Devant l ineistence d une source statistique permettant un décompte national et ehaustif du nombre d incendies

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012 La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012 Jorick Guillaneuf, chargé d études statistiques à l ONDRP DOSSIER

Plus en détail

L enregistrement des faits de crimes et délits non routiers par la police et la gendarmerie

L enregistrement des faits de crimes et délits non routiers par la police et la gendarmerie AVRIL 2012 Bulletin mensuel de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales L activité des services de police et des unités de gendarmerie Criminalité et délinquance enregistrées en

Plus en détail

Bulletin mensuel. de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales juillet 2012

Bulletin mensuel. de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales juillet 2012 Bulletin mensuel de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales juillet 2012 Criminalité et délinquance enregistrées en juin 2012 observatoire national de la délinquance et des réponses

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez Septembre 2011. Méthodologie des Tableaux de bords annuels

Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez Septembre 2011. Méthodologie des Tableaux de bords annuels de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez Septembre 2011 Méthodologie des Tableaux de

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse.

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse. La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2013 Jorick GUILLANEUF

Plus en détail

La criminalité enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles en 2012

La criminalité enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles en 2012 1 La criminalité enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles en 2012 Les statistiques mesurant la criminalité ne sont pas homogènes dans l ensemble du Royaume-Uni. Ceci tient aux différents systèmes

Plus en détail

Bulletin mensuel. L objet principal du bulletin mensuel de l Observatoire national de la délinquance et

Bulletin mensuel. L objet principal du bulletin mensuel de l Observatoire national de la délinquance et Bulletin mensuel de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales AOÛT 2012 Criminalité et délinquance enregistrées en juillet 2012 observatoire national de la délinquance et des réponses

Plus en détail

lors des enquêtes «Cadre de vie et sécurité» de 2011 à 2013 REPÈRES Décembre 2013 n

lors des enquêtes «Cadre de vie et sécurité» de 2011 à 2013 REPÈRES Décembre 2013 n de la résidence principale décrites par les ménages s étant déclarés 24 victimes sur deux ans REPÈRES institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Décembre 2013 n ISSN 2265-9323

Plus en détail

FOCUS LA GARDE ÀVUE EN FRANCE

FOCUS LA GARDE ÀVUE EN FRANCE FOCUS N 4 JUILLET 2010 Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteurs en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Vincent LESCLOUS, Directeur adjoint de

Plus en détail

Mercredi 26 janvier 2010

Mercredi 26 janvier 2010 [ Bilan de la sécurité en 2010 ] Mercredi 26 janvier 2010 D é l i n q u a n c e S é c u r i t é r o u t i è r e L u t t e c o n t r e l a c l a n d e s t i n i t é Délinquance générale Délinquance Activité

Plus en détail

REPÈRES. Éléments de connaissance des incendies volontaires de véhicules. Janvier 2013 n

REPÈRES. Éléments de connaissance des incendies volontaires de véhicules. Janvier 2013 n REPÈRES Premier ministre 21 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales GRAND n 33 LE PROFIL DES PERSONNES MULTI MISES EN CAUSE POUR CRIMES ET DÉLITS NON ROUTIERS EN 2009 ET 2010 SUR LE TERRITOIRE DE LA PRÉFECTURE DE POLICE DE PARIS ANGLE Juin Bulletin statistique de l Observatoire

Plus en détail

Crimes et délits constatés par la. Police et Gendarmerie nationales. dans le département PUY-DE-DÔME

Crimes et délits constatés par la. Police et Gendarmerie nationales. dans le département PUY-DE-DÔME Crimes et délits constatés par la Police et Gendarmerie nationales dans le département PUY-DE-DÔME Tableau AB.63.PN.a. Les faits constatés d'atteintes aux biens enregistrés par la police nationale. Faits

Plus en détail

Criminalité et délinquance enregistrées en février 2011

Criminalité et délinquance enregistrées en février 2011 MARS 2011 Bulletin mensuel de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Ecole Militaire 1 place Joffre, case 39 75700

Plus en détail

État des lieux de la statistique publique sur la sécurité et présentation des travaux du Service statistique ministériel de la sécurité intérieure

État des lieux de la statistique publique sur la sécurité et présentation des travaux du Service statistique ministériel de la sécurité intérieure État des lieux de la statistique publique sur la sécurité et présentation des travaux du Service statistique ministériel de la sécurité intérieure CNIS - commission «Services publics et services aux publics»

Plus en détail

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Principaux enseignements En 2012, les enquêteurs de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

BILAN 2013 DE L ACTIVITE DES SERVICES DANS LES YVELINES DANS LA LUTTE CONTRE LA DELINQUANCE ET L INSECURITE ROUTIERE

BILAN 2013 DE L ACTIVITE DES SERVICES DANS LES YVELINES DANS LA LUTTE CONTRE LA DELINQUANCE ET L INSECURITE ROUTIERE BILAN 2013 DE L ACTIVITE DES SERVICES DANS LES YVELINES DANS LA LUTTE 1 CONTRE LA DELINQUANCE ET L INSECURITE ROUTIERE SOMMAIRE 2 Pages 3-7 Les atteintes aux biens Pages 8-10 Les atteintes volontaires

Plus en détail

VITROLLES : Les chiffres de la sécurité

VITROLLES : Les chiffres de la sécurité VITROLLES : Les chiffres de la sécurité ( Criminalité et délinquance constatées à Vitrolles ) Mouvement Démocrate PAGE : 1 / 24 SOMMAIRE Partie Description Page I/ Présentation et références 3 II/ Taux

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées

La cybercriminalité et les infractions liées Sanctions pénales Sous la direction de Rapport annuel 2015 de l ONDRP La cybercriminalité et les infractions liées Marine valzer Chargée d études criminologiques à l utilisation frauduleuse d internet

Plus en détail

LA REFONTE DES OUTILS DE PILOTAGE ET DES STATISTIQUES DE LA DELINQUANCE

LA REFONTE DES OUTILS DE PILOTAGE ET DES STATISTIQUES DE LA DELINQUANCE Ministère de l intérieur LA REFONTE DES OUTILS DE PILOTAGE ET DES STATISTIQUES DE LA DELINQUANCE Vendredi 18 janvier Depuis septembre 2012, un groupe de travail interne au ministère de l intérieur a été

Plus en détail

LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : UN ENJEU DE CONNAISSANCE

LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : UN ENJEU DE CONNAISSANCE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : UN ENJEU DE CONNAISSANCE Christophe SOULLEZ Directeur de l Observatoire national de la délinquance France XI Colloque du CIPC Palerme 17/19 novembre 2014 1 Un enjeu de

Plus en détail

Communication sur les chiffres de la lutte contre la délinquance et la politique de sécurité dans le département des Landes

Communication sur les chiffres de la lutte contre la délinquance et la politique de sécurité dans le département des Landes Communication sur les chiffres de la lutte contre la délinquance et la politique de sécurité dans le département des Landes I) BILAN DE LA DELINQUANCE 2015 A) Evolution générale Les services de police

Plus en détail

Criminalité et délinquance enregistrées en mars 2010

Criminalité et délinquance enregistrées en mars 2010 AVRIL 2010 Bulletin mensuel de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales L activité des services de police et des unités de gendarmerie Criminalité et délinquance enregistrées en

Plus en détail

PROJETS DE PROGRAMMES STATISTIQUES POUR 2015

PROJETS DE PROGRAMMES STATISTIQUES POUR 2015 Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales PROJETS DE PROGRAMMES STATISTIQUES POUR 2015 présentés au Conseil National de l Information Statistique Exposé de synthèse Le programme de

Plus en détail

Le bilan provisoire sécurité routière en Haute-Savoie en 2013

Le bilan provisoire sécurité routière en Haute-Savoie en 2013 Les chiffres clés de la sécurité en Haute-Savoie en 213 Le bilan provisoire sécurité routière en Haute-Savoie en 213 www.haute-savoie.gouv.fr Les chiffres clés de la sécurité en Haute-Savoie en 213 Bilan

Plus en détail

La République fédérale d Allemagne est composée de

La République fédérale d Allemagne est composée de La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Premier ministre La criminalité enregistrée en Allemagne en Olivier gourdon, Chargé d études à l ONDRP Présentation du système policier allemand

Plus en détail

Réponses pénales. Pierre-Victor Tournier, Directeur de recherches au CNRS, Centre d histoire sociale du XX e siècle, Université Paris I

Réponses pénales. Pierre-Victor Tournier, Directeur de recherches au CNRS, Centre d histoire sociale du XX e siècle, Université Paris I Sanctions pénales prononcées en 00 Quelles sont les infractions sanctionnées? À quoi condamne-t-on? Quelles évolutions dans la façon sanctionner puis 0 ans? Pierre-Victor Tournier, Directeur recherches

Plus en détail

PREFET DE LA MAYENNE. La délinquance en Mayenne Point d étape au 30 juin 2014

PREFET DE LA MAYENNE. La délinquance en Mayenne Point d étape au 30 juin 2014 PREFET DE LA MAYENNE La délinquance en Mayenne Point d étape au 30 juin 2014 Dossier de presse 11 juillet 2014 LES ATTEINTES AUX BIENS (AAB) En zone police En zone gendarmerie Dans le département Atteintes

Plus en détail

addrn La délinquance à Cap Atlantique Bilan 2011 Juin 2012 agence pour le développement durable de la région nazairienne

addrn La délinquance à Cap Atlantique Bilan 2011 Juin 2012 agence pour le développement durable de la région nazairienne addrn La délinquance à Cap Atlantique Bilan 2011 Juin 2012 Introduction Dans le cadre de la politique de sécurité et de prévention de la délinquance, le Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention

Plus en détail

Présentation de la méthodologie par M. le préfet

Présentation de la méthodologie par M. le préfet Présentation de la méthodologie par M. le préfet Bilan de la délinquance dans le Val d'oise Cumul 12 mois N N+1 212 213 Evol. 1- Atteintes volontaires à l'intégrité physique * Dont 2- Violences physiques

Plus en détail

L'évolution du système d'information de la gendarmerie

L'évolution du système d'information de la gendarmerie L'évolution du système d'information de la gendarmerie Et les statistiques CNIS - 26 novembre 2013 - DGGN/MPP 1 1 PULSAR EXTRAIT LES STATISTIQUES DE LA PROCÉDURE CNIS - 26 novembre 2013 - DGGN/MPP 2 1.1

Plus en détail

Crimes et délits constatés Indicateurs de l Observatoire national des zones urbaines sensibles disponibles sur le SIG Ville

Crimes et délits constatés Indicateurs de l Observatoire national des zones urbaines sensibles disponibles sur le SIG Ville Crimes et délits constatés Indicateurs de l Observatoire national des zones urbaines sensibles disponibles sur le SIG Ville Depuis 2007, 34 des 107 index des crimes et délits constatés issus de l état

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE K A F REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Les droits et devoirs des chefs d établissement

Les droits et devoirs des chefs d établissement Les droits et devoirs des chefs d établissement MODULE 1 Éléments de droit pénal général 1 re partie Cadre juridique et modalités d intervention du chef d établissement 2 e partie ÉLÉMENTS DE DROIT PÉNAL

Plus en détail

septembre 2009 EVOLUTION DE L ACTIVITÉ DES SERVICES DE POLICE ET DE GENDARMERIE Police nationale Gendarmerie nationale

septembre 2009 EVOLUTION DE L ACTIVITÉ DES SERVICES DE POLICE ET DE GENDARMERIE Police nationale Gendarmerie nationale EVOLUTION DE L ACTIVITÉ DES SERVICES DE POLICE ET DE GENDARMERIE En, l activité des services de police et de gendarmerie se maintient au même niveau qu en septembre 2008, comme en attestent les indicateurs

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

REPÈRES 15. Violences physiques ou sexuelles au sein du ménage*

REPÈRES 15. Violences physiques ou sexuelles au sein du ménage* REPÈRES 15 Juillet 2011 n Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Violences physiques ou sexuelles

Plus en détail

Instruction administrative du 18 mai 2001 (006) portant réglementation de l activité des messageries financières (Banque centrale du Congo)

Instruction administrative du 18 mai 2001 (006) portant réglementation de l activité des messageries financières (Banque centrale du Congo) Instruction administrative du 18 mai 2001 (006) portant réglementation de l activité des messageries financières (Banque centrale du Congo) Chap. I. Dispositions générales Art. 1 : Les messageries financières

Plus en détail

LES VÉHICULES MOTORISÉS À DEUX OU TROIS ROUES

LES VÉHICULES MOTORISÉS À DEUX OU TROIS ROUES PREFECTURE DE LA MANCHE DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DE LA REGLEMENTATION Bureau de la Circulation LES VÉHICULES MOTORISÉS À DEUX OU TROIS ROUES Code des transports Articles L 3120-1 à L 3120-5

Plus en détail

CRIMES ET DELITS CONSTATES EN FRANCE EN 2000

CRIMES ET DELITS CONSTATES EN FRANCE EN 2000 MINISTERE DE L'INTERIEUR DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE CRIMES ET DELITS CONSTATES EN FRANCE EN 2000 par les services de police et de gendarmerie CHIFFRES DEFINITIFS DIRECTION CENTRALE DE LA

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Demande d indemnisation adressée à la. Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions 1 (C.I.V.I)

Demande d indemnisation adressée à la. Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions 1 (C.I.V.I) Nous sommes là pour vous aider Demande d indemnisation adressée à la N 12825*03 Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions 1 (C.I.V.I) (Articles 706-3 à 706-15, R 50-1 à R 50-28 du code de procédure

Plus en détail

Longtemps marqué par des confrontations et des instrumentalisations

Longtemps marqué par des confrontations et des instrumentalisations 6 Résultats et méthodes Directeur de la publication Régis GUYOT Rédacteur en chef Christophe SOULLEZ Décembre 2005 Les infractions économiques, financières et escroqueries de 1996 à 2004 à travers l état

Plus en détail

EPREUVES ET PROGRAMMES DES CONCOURS COMPLEMENTAIRES

EPREUVES ET PROGRAMMES DES CONCOURS COMPLEMENTAIRES EPREUVES ET PROGRAMMES DES CONCOURS COMPLEMENTAIRES LES EPREUVES Ces concours comprennent des épreuves d admissibilité et d admission. Chacune des épreuves est notée de 0 à 20. Nature de l épreuve Admissibilité

Plus en détail

Les cyber risques sont-ils assurables?

Les cyber risques sont-ils assurables? Les cyber risques sont-ils assurables? Cyril Nalpas Master Management du Risque Institut Léonard de Vinci cyril.nalpas@gmail.com Les cyber risques sont-ils assurables? Quelles sont les questions que peuvent/doivent

Plus en détail

PARTIE VII. Responsabilités et assurances 7. 1

PARTIE VII. Responsabilités et assurances 7. 1 PARTIE VII Responsabilités et assurances 7. 1 A. ASSURANCE EN RESPONSABILITE CIVILE Le code de l action sociale et des familles (art R 227-27 à R 227-30) institue l obligation d assurance en responsabilité

Plus en détail

DROIT PENAL DES AFFAIRES ELEMENTS DE BIBLIOGRAPHIE

DROIT PENAL DES AFFAIRES ELEMENTS DE BIBLIOGRAPHIE DROIT PENAL DES AFFAIRES ELEMENTS DE BIBLIOGRAPHIE A- LEGISLATION - Code pénal du Sénégal 1965 - Acte uniforme droit des sociétés B- DOCTRINE M.Patin P. Caujolle M. Aydalot J-P Robert - Droit Pénal des

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 I. PRESENTATION DU FAFCEA... 3 II. L ACTIVITE EN 2013... 5 FORMATION... 6 1) LE BUDGET DU FAFCEA... 6 Les dépenses de formation par secteur en 2013... 8 A.

Plus en détail

Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences

Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences Me Sophie PENNARUN 22/01/2015 Pourquoi faire appel à un avocat? L'assistance d'un avocat est importante : face à l'impossibilité

Plus en détail

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION Etre capable d apprécier le cadre juridique d intervention et mettre en œuvre la procédure judiciaire. Connaître et articuler les cadres juridiques des interventions. Etre capable de situer son action

Plus en détail

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de la Justice Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction 2010 En vertu de l article 4-1 du Code d instruction criminelle,

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Principes de bonne pratique :

Principes de bonne pratique : Principes de bonne pratique : Recommandations en vue de la création de bases de données génétiques nationales Le présent document a été élaboré par le Groupe d experts d INTERPOL sur le suivi des techniques

Plus en détail

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise 2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise La loi a expressément prévu l utilisation de la subvention pour couvrir certaines dépenses. Le budget de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

EN 2005, 248 845 condamnations ont été prononcées pour infraction à la sécurité routière, soit 40,2% de

EN 2005, 248 845 condamnations ont été prononcées pour infraction à la sécurité routière, soit 40,2% de INFOSTAT JUSTICE Juin 2007 Numéro 95 Bulletin d information statistique Les condamnations pour infraction à la sécurité routière en 2005 Odile Timbart *, Tiaray Razafindranovona ** EN 2005, 248 845 condamnations

Plus en détail

R E C R U T E M E N T S D E M A G I S T R A T S C O N C O U R S C O M P L E M E N T A I R E S 2 0 1 4

R E C R U T E M E N T S D E M A G I S T R A T S C O N C O U R S C O M P L E M E N T A I R E S 2 0 1 4 LES TEXTES Ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 modifiée portant loi organique relative au statut de la magistrature. Décret n 2001-1099 du 22 novembre 2001 relatif aux modalités du recrutement de

Plus en détail

Gérald MICHEL. Le FGAO Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages Fonds de garantie 64 rue Defrance 94682 Vincennes Cedex

Gérald MICHEL. Le FGAO Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages Fonds de garantie 64 rue Defrance 94682 Vincennes Cedex Gérald MICHEL Le FGAO Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages Fonds de garantie 64 rue Defrance 94682 Vincennes Cedex Préambule Le Fonds de Garantie Automobile a été créé en 1951 pour

Plus en détail

Observer dans la durée les atteintes aux voitures

Observer dans la durée les atteintes aux voitures Observer dans la durée les atteintes aux voitures I. Une baisse continue À l échelle nationale 1, le seul indicateur qui permette de suivre l évolution des atteintes aux véhicules sur le long terme est

Plus en détail

Lettre de l'état en Corrèze. La sécurité en Corrèze

Lettre de l'état en Corrèze. La sécurité en Corrèze Lettre de l'état en Corrèze La sécurité en Corrèze En ce début d'année, l'examen des chiffres de la délinquance de l'année 2010 me donne l'occasion de rappeler que la sécurité est la première des obligations

Plus en détail

repères n 30 Les débits frauduleux sur compte bancaire

repères n 30 Les débits frauduleux sur compte bancaire observatoire national de la délinquance et des réponses pénales repères n 30 Septembre 2015 par Marie clais Chargée d études socio-statistiques Les débits frauduleux sur compte bancaire Résultats basés

Plus en détail

Décret no 2010-1223 du 11 octobre 2010 réglementant la profession des moto-taxi

Décret no 2010-1223 du 11 octobre 2010 réglementant la profession des moto-taxi Décret no 2010-1223 du 11 octobre 2010 réglementant la profession des moto-taxi Décret no 2010-1223 du 11 octobre 2010 relatif au transport public de personnes avec conducteur Le Premier ministre, Sur

Plus en détail

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 Contexte 1. Conformément à la Directive organisationnelle

Plus en détail

POINT D'INFORMATION MENSUEL

POINT D'INFORMATION MENSUEL POINT D'INFORMATION MENSUEL - avril 2013-1 Sommaire Passage d un élève en classe supérieure - page 3 Application de la règle du sursis en matière de sanction disciplinaire - page 3 IMPORTANT : date de

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

STATISTIQUES POLICIERES DE CRIMINALITE LIEU DE PERPETRATION: COMMUNE. Herstappe 2000-2014. Police Fédérale - DGR/DRI

STATISTIQUES POLICIERES DE CRIMINALITE LIEU DE PERPETRATION: COMMUNE. Herstappe 2000-2014. Police Fédérale - DGR/DRI STATISTIQUES POLICIERES DE CRIMINALITE LIEU DE PERPETRATION: COMMUNE 2-24 Police Fédérale - DGR/DRI STATISTIQUES POLICIERES DE CRIMINALITE LIEU DE PERPETRATION: COMMUNE PARTIE I : INFRACTIONS JUDICIAIRES

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE - 28/01/2014. Présentation des chiffres de la délinquance dans le Puy-de-Dôme

DOSSIER DE PRESSE - 28/01/2014. Présentation des chiffres de la délinquance dans le Puy-de-Dôme PREFET DE LA REGION AUVERGNE PREFET DU PUY DE DOME DOSSIER DE PRESSE - 28/01/2014 Présentation des chiffres de la délinquance dans le Puy-de-Dôme ANNEE 2013 1 Atteintes aux biens (17 262 faits) : une évolution

Plus en détail

Les violences et les incivilités recensées dans le football amateur. lors de la saison 2013-2014. La criminalité en France

Les violences et les incivilités recensées dans le football amateur. lors de la saison 2013-2014. La criminalité en France La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Les violences et les incivilités recensées dans le football amateur lors de la saison 2013-2014 Antoine LE GRAET, Chargé d études à l ONDRP Pour

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

PREFECTURE DE LA MARNE DEMANDE D INSCRIPTION A L EXAMEN DU CERTIFICAT DE CAPACITE PROFESSIONNELLE DE CONDUCTEUR DE TAXI (CCPCT) - ANNEE 2015 -

PREFECTURE DE LA MARNE DEMANDE D INSCRIPTION A L EXAMEN DU CERTIFICAT DE CAPACITE PROFESSIONNELLE DE CONDUCTEUR DE TAXI (CCPCT) - ANNEE 2015 - PREFECTURE DE LA MARNE DEMANDE D INSCRIPTION A L EXAMEN DU CERTIFICAT DE CAPACITE PROFESSIONNELLE DE CONDUCTEUR DE TAXI (CCPCT) - ANNEE 2015 - - Article 3 de l arrêté du 3 mars 2009 relatif aux conditions

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales GRANDn 21 ANGLE Juin Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel VENTRE Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ 2010

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine

La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine J U L I E D E S R O S I E R S P R O F E S S E U R E F A C U L T É D E D R O I T U N I V E R S I T É L A V A L Plan

Plus en détail

2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010

2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010 2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010 Depuis 2003, l Observatoire établit des statistiques de fraude sur les cartes de paiement de type «interbancaire» et de type «privatif», sur la base de données recueillies

Plus en détail

V. T. C. (véhicule de transport avec chauffeur) C.F.M.R.L. Centre de Formation de Moniteurs de la Région Lorraine

V. T. C. (véhicule de transport avec chauffeur) C.F.M.R.L. Centre de Formation de Moniteurs de la Région Lorraine V. T. C (véhicule de transport avec chauffeur) C.F.M.R.L. Centre de Formation de Moniteurs de la Région Lorraine 148, zone piétonne B.P. 50049 57601 FORBACH Cedex Tél : 03.87.29.35.71 Fax : 03.87.29.35.74

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 22 mars 2012 présentant les dispositions pénales d application immédiate de la loi n 2012-304 du 6 mars 2012 relative à l établissement d un contrôle des armes moderne, simplifié et préventif

Plus en détail

La lettre de l Ét@t en Dordogne

La lettre de l Ét@t en Dordogne N 1 - Janvier - Février 2013 La lettre de l Ét@t en Dordogne LE DOSSIER DU MOIS LE BILAN DE LA DELINQUANCE 2012 Sommaire L'éditorial Je vous présente le premier numéro de l année 2013 de la lettre des

Plus en détail

Reprendre une activité commerciale après une faillite

Reprendre une activité commerciale après une faillite Reprendre une activité commerciale après une faillite Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été

Plus en détail

L organisation de la lutte contre la fraude au sein d une banque. Présenté par Mays MOUISSI

L organisation de la lutte contre la fraude au sein d une banque. Présenté par Mays MOUISSI L organisation de la lutte contre la fraude au sein d une banque Présenté par Mays MOUISSI Sommaire La fraude : Définition Portrait robot du fraudeur Les différents types de fraude Exemple de fraude :

Plus en détail

Nom Prénom. Lieu de naissance Nationalité. Adresse de l étudiant(e) Tél. Portable. Langue vivante 1 Langue vivante 2. Année du bac Série N INE

Nom Prénom. Lieu de naissance Nationalité. Adresse de l étudiant(e) Tél. Portable. Langue vivante 1 Langue vivante 2. Année du bac Série N INE dossier d inscription IPSA PRIM 2015 Né(e) le Sexe F M Lieu de naissance Nationalité Adresse de l étudiant(e) Langue vivante 1 Langue vivante 2 Année du bac Série N INE Dernier établissement et classe

Plus en détail

PRÉFET DE L ORNE CONFERENCE DE PRESSE ORDRE PUBLIC BILAN 2013

PRÉFET DE L ORNE CONFERENCE DE PRESSE ORDRE PUBLIC BILAN 2013 PRÉFET DE L ORNE CONFERENCE DE PRESSE ORDRE PUBLIC BILAN 2013 Vendredi 24 janvier 2014 1 A BILAN 2013 Le bilan 2013 est, dans son ensemble, positif, si l on excepte la problématique des cambriolages. Cette

Plus en détail

Les particularités des rémunérations des réservistes militaires

Les particularités des rémunérations des réservistes militaires Les particularités des rémunérations des réservistes militaires PRESENTATION Pour favoriser le développement et l attractivité de la réserve militaire, les rémunérations versées aux réservistes sont exonérées

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1 Responsabilité civile Art 1382 du Code Civil : «Tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». La responsabilité civile entraîne

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail