Comment annoncer le diagnostic de cancer au patient, à sa famille

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment annoncer le diagnostic de cancer au patient, à sa famille"

Transcription

1 SAHGEED Comment annoncer le diagnostic de cancer au patient, à sa famille Jean-Louis Legoux CHR d Orléans Cours Intensif, Alger 2016

2 Importance du problème w Grande fréquence w Stressant pour le médecin w Stressant pour le malade ou sa famille w Ambiguités w Déterminant pour la suite w Apprentissage w Aspects légaux

3 Deux contextes différents w Anglosaxon : primauté de l individu malade w Information complète et objective w Secret médical vis-à-vis de son entourage w Méditerranéen : primauté de la protection familiale w La famille = interlocuteur privilégié w transmettra au patient en le «protégeant y compris de la vérité» w Demande fréquente de ne pas informer directement le patient

4 Stressant pour le médecin w Rappel de sa propre mort w Culpabilité de ne pas pouvoir guérir w Méconnaissance de la psychologie et des attentes du patient/famille : peur de mal faire

5 Stressant pour le patient/famille w Ne connaît pas le résultat des examens : espoirs w Ne connaît par le pronostic de sa maladie w Ne sait pas quel retentissement elle aura sur w Sa vie familiale w Sa vie professionnelle w Sa vie personnelle w Pense qu il va w Souffrir w Mourir w A quoi ressemblera sa mort? Abordé beaucoup plus tard

6 Mme Nicole Alby, psychologue : w L information en cancérologie est «ce qu un médecin n a pas envie de dire à un malade/famille, qui n ont pas envie de l entendre» w La communication est difficile

7 Ambiguités de l annonce w Culture méditerranéenne : on ne dit rien w Pour protéger le patient de l angoisse w Pour être sûr de lui donner toutes ses chances par l acceptation aveugle des traitements proposés w Car cancer signifie décès rapide. Alors, à quoi bon lutter? w Culture anglo-saxonne : tout dire w La majorité le souhaite. Pour «arranger ses affaires» et se préparer à la mort w Mais pas tous. w QUI?

8 Aptitude qui s apprend w La communication s enseigne w Partie théorique w Jeux de rôle w Adapter son discours w Approcher, toucher w Améliore w la confiance en soi w la communication ultérieure

9 Aspects légaux en France w Information loyale, claire et appropriée w Plan cancer : consultation d annonce en place avant la fin 2007 w Examen national classant en fin d études de médecine

10 Traumatisme pour celui que reçoit l annonce : majeur w Après l annonce w Vie bascule. Un avant et un après w Repères changent w Familiaux w Professionnels w Insertion sociale modifiée : changement du regard de l autre w Son existence aura un terme

11 Entretien redouté par le médecin w Situation hautement imprévisible w Personnalité w Sexe, âge w Culture Recensement de 71 réactions à l annonce... w Réactions les plus fréquentes : w Silence w Colère w Déni w Désarroi w Culpabilité

12 Elisabeth Kübler-Ross w Déni : sidération, refus, isolement w Irritation : colère agressivité, révolte w Marchandage w Dépression w Acceptation (résignation)

13 Craintes du médecin w Etre accusé d être responsable de la maladie w Besoin d une cible pour focaliser sa colère w Réaction psychologique à identifier et à considérer comme telle w Crainte de ne pas savoir dire «je ne sais pas» w Depuis quand? w Pourquoi moi? Quelle est la cause? w Quand vais-je mourir? w Peur d exprimer ses sentiments. w Rester calme et réfléchi (urgences) w Ici : exprimer un minimum d émotions et de sympathie

14 Souhaits des malades/familles w Expertise du médecin w Connaissance de toutes les possibilités thérapeutiques w Eviter les avis contradictoires w Savoir la vérité (France) w 84 % des hospitalisés souhaitent connaître leur diagnostic de cancer éventuel w Si métastases w 85 % la survie la plus longue sous traitement w 80 % la survie à 5 ans w 81 % la survie moyenne Pour organiser leur avenir w Mais 50 % : pas au premier entretien

15 Perspective du médecin w Préserver l espoir +++ : mécanisme majeur d adaptation aux difficultés w Préciser que la douleur et les autres symptômes pénibles seront contrôlés w Préciser notre attachement à maintenir une qualité de vie correcte w Intérêt, en l absence de guérison, d une vie longue et relativement confortable

16 Perspective du médecin w Reconnaître le déni w Le patient/famille n entend pas le message,d autant qu il est plus sombre w 50 % seulement des patients se souviennent des points essentiels de l entretien w Même si cassette vidéo ou audio de l entretien w Même si lettre de résumé de l entretien

17 Stratégie d annonce en 6 étapes Robert Buckmann w 1- Préparer l entretien w Le lieu w Pièce calme w Téléphone décroché w S asseoir à proximité des personnes w Le temps w Sans limites ( ) w Les participants

18 Stratégie d annonce en 6 étapes w 2- Savoir ce que savent déjà les personnes w Questions ouvertes : «savez-vous pourquoi cet examen endoscopique a été demandé?» w Visite d un site sur INTERNET? w 3- Essayer de savoir ce qu il veut connaître w Certains patients ne veulent pas savoir. w L information est souvent donnée en plusieurs entretiens «Comment souhaitez-vous que je vous donne le résultat du scanner? Préférez-vous que je vous donne toute l information ou bien les grades lignes et que nous discutions du traitement ultérieurement?

19 Stratégie d annonce en 6 étapes w 4- Donner l information w Annonce progressive : «je suis désolé de vous annoncer» w Donner des bouts d informations digérables dans le langage de tous les jours w Information sur diagnostic, pronostic, traitement et soutien w Pas tout en 1 consultation w Selon le rythme souhaité par chaque patient w Vérifier qu il comprend et répéter les messages.

20 Stratégie d annonce en 6 étapes w 5- Répondre de façon empathique aux émotions du patient/famille w Identifier et accepter la réaction de la personne w Ecouter sans intervenir w Lui donner le temps de réagir, de s adapter w Lui donner la possibilité de poser des questions w Lui expliquer que sa réaction est normale

21 Stratégie d annonce en 6 étapes w 6- Résumer l entretien et proposer un plan pour l avenir w Interroger pour savoir ce qui est compris w Préciser le traitement envisagé, curatif ou palliatif w Repréciser qu il n aura pas de douleur et que les autres symptômes désagréables seront évités en général w Une autre rencontre proposée pour w S assurer de la compréhension w Répondre aux questions w Aider à surmonter l épreuve w Résumé de l entretien dans le dossier médical : recommandé par certains

22 Chaque patient/famille est unique w Etre souple et s adapter à sa réaction personnelle w Respecter ses choix w Maintenir l espoir

L annonce du diagnostic en oncologie Une parole qui engage. Stéphanie Gorde-Grosjean

L annonce du diagnostic en oncologie Une parole qui engage. Stéphanie Gorde-Grosjean L annonce du diagnostic en oncologie Une parole qui engage Stéphanie Gorde-Grosjean Introduction Difficultés émotionnelles Caractère contre-nature de la maladie cancéreuse chez l enfant Déchirement éthique

Plus en détail

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Retentissement psychique de la maladie grave Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Définition de la souffrance psychique : se sentir mal Sentiment pénible, désagréable de la pensée Expression

Plus en détail

LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN

LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN Valance Ramis - Psychologue Centre hospitalier de Versailles Service de gynécologie L annonce Comment dire le difficile à dire? Comment gérer ses propres émotions

Plus en détail

LA COURBE DU CHANGEMENT

LA COURBE DU CHANGEMENT LA COURBE DU CHANGEMENT 24/05/2016 Stéphanie PALLUAT pour PLANIT ACTION PLUS Elisabeth Kübler-Ross ( 1926 Zurich /Suisse 2004) psychiatre et psychologue Pionnière de l approche des «soins palliatifs» pour

Plus en détail

Le praticien face à l annonce de mauvaises nouvelles

Le praticien face à l annonce de mauvaises nouvelles Le praticien face à l annonce de mauvaises nouvelles Dr Stéphane Cattan,, Lille Pr Véronique V Christophe, Lille Que pensez-vous de Annoncer des mauvaises nouvelles s apprend sur le tas, avec l expérience

Plus en détail

ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES. Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille

ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES. Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille 1 Savoir être, Savoir dire, Savoir faire. La communication! On

Plus en détail

L annonce du décès. en situation d urgence. Stéphanie Tomé, psychologue clinicienne

L annonce du décès. en situation d urgence. Stéphanie Tomé, psychologue clinicienne L annonce du décès en situation d urgence Stéphanie Tomé, psychologue clinicienne Arrêt irréversible des fonctions vitales La mort Rupture brutale de la relation La mort fait partie de la vie Humanité

Plus en détail

Objectifs de la séquence Contenus de la séquence Méthode d accompagnement pédagogique Matériels, ressources, outils - Présentation des

Objectifs de la séquence Contenus de la séquence Méthode d accompagnement pédagogique Matériels, ressources, outils - Présentation des Nom de l organisme : AXE PRO FORMATION Intitulé de la formation : La fin de vie, le deuil Réf : PAAD Nbre d heures : 20 Nom du (des) intervenant(s) : BARBERO Elodie Horaires proposés : 8h30/12h30 13h30/17h30

Plus en détail

LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements.

LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements. LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements. Dr Gaëtan DES GUETZ Oncologie Médicale Consultation d annonce Gage de qualité PREMIER CONTACT Succès dépend de dossier communication.

Plus en détail

EVALUATION D UN PATIENT EN FIN DE VIE. Philosophie et Grands Principes de la pratique des Soins Palliatifs

EVALUATION D UN PATIENT EN FIN DE VIE. Philosophie et Grands Principes de la pratique des Soins Palliatifs EVALUATION D UN PATIENT EN FIN DE VIE Philosophie et Grands Principes de la pratique des Soins Palliatifs APRÈS DES ANNÉES DE TRIOMPHALISME MÉDICAL ET DE DÉNI DE LA MORT, AMENANT LES SOIGNANTS À DES VICTOIRES

Plus en détail

Mauvaise nouvelle aux urgences : comment l annoncer? Pauline Morel Interne au DAU/SMUR CHI Poissy 7 octobre 2014

Mauvaise nouvelle aux urgences : comment l annoncer? Pauline Morel Interne au DAU/SMUR CHI Poissy 7 octobre 2014 Mauvaise nouvelle aux urgences : comment l annoncer? Pauline Morel Interne au DAU/SMUR CHI Poissy 7 octobre 2014 Cas clinique M. N 27 ans Motif : douleur testiculaire Pas d antécédent, pas de traitement

Plus en détail

La «vérité»? Comment annoncer la «mauvaise nouvelle» Quelques éléments de réflexion Juin 2006 J-M Gomas

La «vérité»? Comment annoncer la «mauvaise nouvelle» Quelques éléments de réflexion Juin 2006 J-M Gomas La «vérité»? Comment annoncer la «mauvaise nouvelle» Quelques éléments de réflexion Juin 2006 J-M Gomas LA «vérité» La «mauvaise nouvelle» «Annoncer ce qu on ose pas dire à quelqu un qui ne veut pas l

Plus en détail

Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012

Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012 Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012 1 Pourquoi? Un(e) psy exclusivement pour les soignants, Est-ce : - nécessaire ou superflu? - original ou banal? - une

Plus en détail

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE Anne PACH - Infirmière Hôpital de jour Hématologie clinique CHU AMIENS 25/01/2011 1 4ème Journée Régionale de cancérologie

Plus en détail

Formation. Communication avec la personne âgée présentant des troubles du psychisme ou du comportement. Conçue et animée par: Psychologue-Clinicienne

Formation. Communication avec la personne âgée présentant des troubles du psychisme ou du comportement. Conçue et animée par: Psychologue-Clinicienne Formation Communication avec la personne âgée présentant des troubles du psychisme ou du comportement Programme DPC Conçue et animée par: Psychologue-Clinicienne C.L.E.F : Centre de Liaison, d Étude et

Plus en détail

Douleur et fin de vie. 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e A l g e r

Douleur et fin de vie. 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e A l g e r Douleur et fin de vie F. Yahiatene; D. Benmoussa; B. Griène Centre De Traitement De La Douleur CPMC - Alger 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e 2 0 1

Plus en détail

«Le trio : Enfer ou Paradis?»

«Le trio : Enfer ou Paradis?» «Le trio : Enfer ou Paradis?» Docteur Dominique Garrot Madame Anabella Rocha 22 ème Journée Gérontologique le 09 octobre 2014 1 Introduction Etude : manque de communication entre l équipe et la famille

Plus en détail

Soins palliatifs pédiatriques : Vivre en famille avec la maladie

Soins palliatifs pédiatriques : Vivre en famille avec la maladie Soins palliatifs pédiatriques : Vivre en famille avec la maladie Gabrielle MARIONI, Psychologue clinicienne, Docteur en Psychologie Gustave Roussy / Villejuif Expérience auprès d enfants atteints d un

Plus en détail

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession 1 INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015 Spécificités en soins palliatifs par profession OBJECTIFS : Appréhender la spécificité en fonction de l exercice professionnel et le lieu (en Institution, en EMSP,

Plus en détail

Mieux accompagner la fin de vie en France

Mieux accompagner la fin de vie en France Repères à l usage des professionnels de santé Loi Fin de Vie du 2 février 2016 Mieux accompagner la fin de vie en France La fin de vie Parlons-en avant La fin de vie : vous êtes les mieux placés pour en

Plus en détail

La communication des soignants avec les malades chroniques

La communication des soignants avec les malades chroniques La communication des soignants avec les malades chroniques L annonce de mauvaises nouvelles M. Voilà donc le docteur Z a demandé que vous passiez me voir pour les résultats de notre heu biopsie qu il a

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DE LA P.A EN FIN DE VIE

ACCOMPAGNEMENT DE LA P.A EN FIN DE VIE ACCOMPAGNEMENT DE LA P.A EN FIN DE VIE I/ Définitions et introduction Acharnement thérapeutique : attitude qui consiste à poursuivre une thérapeutique lourde à visée curative, alors qu'il n'existe aucun

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE Cours IFSI 3 ème année Module Soins Palliatifs, Accompagnement et Fin de Vie UMASP. Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Les soins palliatifs C est quoi??? Éléments de définition

Plus en détail

9 È M E J O U R N É E P A L I P E D 1 3 M A R S

9 È M E J O U R N É E P A L I P E D 1 3 M A R S 9 È M E J O U R N É E P A L I P E D 1 3 M A R S 2 0 1 4 LE GROUPE DE SOIGNANTS Multidisciplinaire : Infirmière, infirmières puéricultrices, auxiliaire de puériculture, éducatrice de jeunes enfants, psychologue,

Plus en détail

TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS

TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS Vous avez dit Soins Palliatifs Définitions Thérèse VANIER en 1976 «C est tout ce qui reste à faire quand il n y a plus

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE Le Réseau Dousopal 44 Bd Stanislas Girardin 76140 Le Petit Quevilly Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL d une part, ET L Etablissement

Plus en détail

Dispositif d'annonce - Oncoguyane

Dispositif d'annonce - Oncoguyane Dispositif d'annonce - Oncoguyane Dispositif d'annonce: historique 1998: Etats généraux du cancer 2003: Plan cancer ( mesure n 40) 2004: Cahier des charges ( DHOS et LCC) Juin 2004 Mai 2005: expérimentation

Plus en détail

L enfant et le cancer d un parent

L enfant et le cancer d un parent L enfant et le cancer d un parent Le cancer : ses répercussions sur la cellule familiale - Le cancer : une maladie grave au risque létal - La cellule familiale à prendre en compte dans sa globalité - L

Plus en détail

Quels sont les mots clés de la définition des soins palliatifs? Quel texte de 2005 évoque l obstination déraisonnable?

Quels sont les mots clés de la définition des soins palliatifs? Quel texte de 2005 évoque l obstination déraisonnable? 137. Soins palliatifs pluridisciplinaires chez un malade en phase palliative ou terminale d une maladie grave, chronique ou létale. Accompagnement de la personne malade et de son entourage. Principaux

Plus en détail

PERSONNE DE CONFIANCE, PERSONNE À PRÉVENIR, PERSONNE RÉFÉRENTE QUELLES DIFFÉRENCES?

PERSONNE DE CONFIANCE, PERSONNE À PRÉVENIR, PERSONNE RÉFÉRENTE QUELLES DIFFÉRENCES? PERSONNE DE CONFIANCE, PERSONNE À PRÉVENIR, PERSONNE RÉFÉRENTE QUELLES DIFFÉRENCES? 2 3 La personne de confiance, la personne à prévenir et la personne référente interviennent de différentes manières dans

Plus en détail

Vulnérabilité Psychique et Cancer.

Vulnérabilité Psychique et Cancer. Vulnérabilité Psychique et Cancer. Melle SCHREDER Laure, Psychologue Clinicienne & Psycho-Oncologue. Centre de Coordination en Cancérologie (3C). laure.schreder@chu-dijon.fr «Accompagner quelqu un ce n

Plus en détail

Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles. Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone

Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles. Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles aux urgences? Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone SOMMAIRE I. Quelles mauvaises nouvelles aux urgences? II. Difficultés de l équipe

Plus en détail

Les soignants désignés dans ce diaporama concernent autant les professions médicales que paramédicales. Dr Lila SIMON RENDU Maud TRIKI Psychologue

Les soignants désignés dans ce diaporama concernent autant les professions médicales que paramédicales. Dr Lila SIMON RENDU Maud TRIKI Psychologue Les soignants désignés dans ce diaporama concernent autant les professions médicales que paramédicales Dr Lila SIMON RENDU Maud TRIKI Psychologue Plan Contexte Réactions des uns et des autres Quelles questions/quelles

Plus en détail

Questionnement autour des demandes de consultation à propos d un éventuel syndrome d Asperger dans notre région:

Questionnement autour des demandes de consultation à propos d un éventuel syndrome d Asperger dans notre région: ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE SYNDROME D ASPERGER QUEL IMPACT? CRA Alsace Pôle adultes 68 CRA Franche-Comté Pôle adultes POURQUOI CE THÈME? Questionnement autour des demandes de consultation à propos d un éventuel

Plus en détail

PLACE ET RÔLE DE L ENTOURAGE DU PATIENT DANS LES PROJETS DE SOINS

PLACE ET RÔLE DE L ENTOURAGE DU PATIENT DANS LES PROJETS DE SOINS Le vendredi 8 décembre 06 PLACE ET RÔLE DE L ENTOURAGE DU PATIENT DANS LES PROJETS DE SOINS Danièle Le Couster Infirmière Clinicienne, Consultante en Soins Palliatifs et Douleur en Gérontologie, titulaire

Plus en détail

ESTIME DE SOI. Quelques repères théoriques

ESTIME DE SOI. Quelques repères théoriques ESTIME DE SOI L école n est pas une nécessité naturelle pour l enfant mais il y trouve une aide et une compréhension du monde qui l entoure et des réponses aux questions qui naissent en lui. Cependant

Plus en détail

Vivre avec une maladie chronique

Vivre avec une maladie chronique Vivre avec une maladie chronique «L éducation thérapeutique des patients» A. LACROIX, JPH ASSAI En France 15 millions de personnes soit 20 % de la population souffre de maladies chroniques. Maladie chronique

Plus en détail

La relation soignant-soigné

La relation soignant-soigné La relation soignant-soigné UE 1.1 S1 Octobre 2010 C. DEBERGÉ PLAN 1. Intention pédagogique 2. Référentiel de compétences 3. Définition et réflexions 4. Une nécessaire relation pour rester humain 5. Une

Plus en détail

L Annonce diagnostique en psychiatrie

L Annonce diagnostique en psychiatrie L Annonce diagnostique en psychiatrie 1 Dr DOMINIQUE JANUEL Chef de pole 93 G03 EPS DE VILLE EVRARD À ST DENIS 5 rue du Dr Delafontaine Saint Denis Définition Diagnostic : Identification d une maladie

Plus en détail

Suite du concept maladie LES DIFFERENTES PHASES DE LA MALADIE

Suite du concept maladie LES DIFFERENTES PHASES DE LA MALADIE 01.10.08 Mme Grenier De Monner Soins infirmiers I Suite du concept maladie LES DIFFERENTES PHASES DE LA MALADIE I)Généralités II)Les différentes phases de la maladie A)Première phase de la maladie : l

Plus en détail

PISTES DE REFLEXION POUR LA CONCEPTION DU PROJET PEDAGOGIQUE

PISTES DE REFLEXION POUR LA CONCEPTION DU PROJET PEDAGOGIQUE PISTES DE REFLEXION POUR LA CONCEPTION DU PROJET PEDAGOGIQUE En vue de soutenir et d accompagner les milieux d accueil dans la conception, la rédaction de leur projet pédagogique, l ONE vous invite à réfléchir

Plus en détail

Atelier ETP. Journée romande d oncologie 4 Septembre Véronique Urbaniak Spécialiste Clinique Neuchatel

Atelier ETP. Journée romande d oncologie 4 Septembre Véronique Urbaniak Spécialiste Clinique Neuchatel Atelier ETP Journée romande d oncologie 4 Septembre 2015 Définition par l OMS 1998 «L éducation thérapeutique du patient doit permettre aux patients d acquérir et de conserver les compétences les aidant

Plus en détail

Le processus de transmission transgénérationnelle. Objets et enjeux de la transmission familiale

Le processus de transmission transgénérationnelle. Objets et enjeux de la transmission familiale Le processus de transmission transgénérationnelle Objets et enjeux de la transmission familiale Conférence du 28 mai 2011 à l ABMP présentée par Fabienne SIMON, psychologue Résumé Nous sommes un maillon

Plus en détail

Résoudre un conflit selon GORDON

Résoudre un conflit selon GORDON Résoudre un conflit selon GORDON Résoudre un conflit, c est répondre à 4 questions : 1. Est-ce que j ai envie d établir une véritable relation avec l autre? 2. Qui a le problème? Est-ce moi ou l autre

Plus en détail

La consultation infirmière

La consultation infirmière La consultation infirmière Francine Python Congrès SOS, 18 mars 2010 Le Contexte de Travail Établissement privé de la Côte vaudoise Service ambulatoire d oncologie et d hématologie Entre 25 et 40 patients

Plus en détail

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique.

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. Christine BERLEMONT Infirmière Ressource Douleur Unité d Evaluation et Traitement de la Douleur Centre Hospitalier de Meaux France

Plus en détail

Education thérapeutique Repères pratiques. Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE

Education thérapeutique Repères pratiques. Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE Education thérapeutique Repères pratiques Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE 26 septembre 2009 1 ère partie: au fil des étapes de l ETP 2 ème partie: au carrefour du soin et

Plus en détail

LE DISPOSITIF D ANNONCE DE CANCER. Dr Françoise MAY - LEVIN

LE DISPOSITIF D ANNONCE DE CANCER. Dr Françoise MAY - LEVIN 1 LE DISPOSITIF D ANNONCE DE CANCER Dr Françoise MAY - LEVIN Le dispositif d annonce 2 Un reflet, Mais également une accélération de l évolution de la société En 1998, lors des 1ers Etats généraux des

Plus en détail

La santé en question pour les personnes ayant des troubles de la vision ou de l audition

La santé en question pour les personnes ayant des troubles de la vision ou de l audition Promotion de la santé et handicap La santé en question pour les personnes ayant des troubles de la vision ou de l audition Audrey Sitbon chargée d études et de recherches INPES Convention CNSA/INPES Question

Plus en détail

Etude de dossier. Master 1 Psychologie clinique et psychopathologie 1

Etude de dossier. Master 1 Psychologie clinique et psychopathologie 1 Etude de dossier Katia M BAILARA Master 1 Psychologie clinique et psychopathologie 1 Plan Intérêt de l étude de cas Le recueil d informations Plan de l étude de cas Rédiger un compte rendu M. C, anamnèse

Plus en détail

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes LA PARTICULARITE DE LA RELATION SOIGNANT/SOIGNE UNE SITUATION DE CRISE LES

Plus en détail

Prise en charge psychologique des porteurs de DAI. Laure SOROKA, Psychologue Clinicienne Centre Hospitalier de Haguenau Pôle Cardio Neuro-Vasculaire

Prise en charge psychologique des porteurs de DAI. Laure SOROKA, Psychologue Clinicienne Centre Hospitalier de Haguenau Pôle Cardio Neuro-Vasculaire Prise en charge psychologique des porteurs de DAI Laure SOROKA, Psychologue Clinicienne Centre Hospitalier de Haguenau Pôle Cardio Neuro-Vasculaire Prise en charge psychologique des porteurs de D.A.I I.

Plus en détail

urgences palliatives à domicile : Regards croisés de médecins

urgences palliatives à domicile : Regards croisés de médecins urgences palliatives à domicile : Regards croisés de médecins Analyse de 14 entretiens semi-dirigés avec des médecins généralistes, urgentistes et de soins palliatifs 1 RECOURS AUX URGENCES EN SITUATION

Plus en détail

Annonce du diagnostic. Daphnée SCHOTT psychologue Dr Dominique RIEMENS, MG libéral et coordonateur REUCARE

Annonce du diagnostic. Daphnée SCHOTT psychologue Dr Dominique RIEMENS, MG libéral et coordonateur REUCARE Annonce du diagnostic Daphnée SCHOTT psychologue Dr Dominique RIEMENS, MG libéral et coordonateur REUCARE Annonce de diagnostic : le cadre légal Article 35 du code de déontologie médicale (article R.4127-35

Plus en détail

Le rôle du gestionnaire et du syndicat lors du retour au travail d un employé vivant un deuil périnatal

Le rôle du gestionnaire et du syndicat lors du retour au travail d un employé vivant un deuil périnatal Le rôle du gestionnaire et du syndicat lors du retour au travail d un employé vivant un deuil périnatal Présenté par Geneviève Lavigueur Candidate à la maîtrise en gestion des personnes en milieu de travail

Plus en détail

CANCER & TRAVAIL.

CANCER & TRAVAIL. CANCER & TRAVAIL www.gefluc-paris.fr Cancer Annoncer son cancer à son employeur. Sur le plan légal : Vous n êtes absolument pas tenu d informer votre employeur, votre supérieur hiérarchique ou vos collègues

Plus en détail

Comment le médecin doit-il agir lorsque le patient le soupçonne d avoir commis une faute de diagnostic ou de traitement?

Comment le médecin doit-il agir lorsque le patient le soupçonne d avoir commis une faute de diagnostic ou de traitement? Comment le médecin doit-il agir lorsque le patient le soupçonne d avoir commis une faute de diagnostic ou de traitement? 1 Introduction 1/3 La presse multiplie les chroniques relatives à des cas de responsabilité

Plus en détail

OPA : Le congé éclairé

OPA : Le congé éclairé OPA : Le congé éclairé Titre de l OPA: Le congé éclairé Énoncé de la situation : Le résident rencontre le patient et ses proches à la fin des traitements ou en vue du congé de l hôpital Niveau de formation

Plus en détail

Les «Psys»en cancérologie

Les «Psys»en cancérologie Les «Psys»en cancérologie Quel travail de liaison? FlorenceNore Psychologue -Centre Jean Perrin / CHU «J ai envie de tuer quelqu un. J aurai dûen parler àmon psy, finalement j ai préféréme confier àmon

Plus en détail

Les Fiches infos. Cancers. pédiatriques.

Les Fiches infos. Cancers. pédiatriques. Les Fiches infos Cancers www.gefluc-paris.fr Comprendre Les cancers chez l'enfant sont uniques Les types de cancers chez l'enfant sont très différents de ceux des adultes. Chez l enfant, le cancer ne touche

Plus en détail

L information en réanimation

L information en réanimation Université d Auvergne L information en réanimation DESC de Réanimation médicale Bordeaux Juin 2008 Alexandre Lautrette Service Réanimation Médicale Clermont-Ferrand Plan - obligation médico-légale - principes

Plus en détail

L accompagnement des victimes souffrant de stress post-traumatique. Une formation de 2 jours avec Pascale Brillon, Ph.D.

L accompagnement des victimes souffrant de stress post-traumatique. Une formation de 2 jours avec Pascale Brillon, Ph.D. L accompagnement des victimes souffrant de Une formation de 2 jours avec Pascale Brillon, Ph.D. Dre Pascale Brillon, Ph.D. est psychologue, directrice de l Institut Alpha de Montréal et se spécialise dans

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE. Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007

PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE. Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007 PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007 RÔLE DU MÉDECIN Soins Enseignement Recherche Information et communication INFORMATION AUX PATIENTS L

Plus en détail

Le patient âgé,! peur du miroir! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne

Le patient âgé,! peur du miroir! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Le patient âgé,! peur du miroir!! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Introduction Le soignant a en propre un vécu personnel, une histoire, des difficultés ainsi qu

Plus en détail

L adolescent drépanocytaire à l hôpital exemple d une maladie chronique

L adolescent drépanocytaire à l hôpital exemple d une maladie chronique L adolescent drépanocytaire à l hôpital exemple d une maladie chronique R.de Tournemire Service de médecine pour adolescents Pôle Adolescent Mère Enfant Hôpital Bicêtre Sous l appellation «maladie chronique»,

Plus en détail

Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR

Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR Élisabeth Damoiseau ( Musicothérapeute) Dr Florence Bonté ( Gériatre) Hôpital de Jour Psychogériatrique Centre Paris

Plus en détail

Gestion du Stress Et prévention de l épuisement professionnel

Gestion du Stress Et prévention de l épuisement professionnel Formation Gestion du Stress Et prévention de l épuisement professionnel Programme DPC 47341500065 Hôtel Ibis Nice Centre Gare 14 avenue Thiers - 06000 Nice 1 Formation 2016 Gestion du stress & prévention

Plus en détail

Dialoguer avec les malades atteints de cancer

Dialoguer avec les malades atteints de cancer Dialoguer avec les malades atteints de cancer L annonce de la maladie L objectif : «information loyale, claire et appropriée» Représentation sociale Classer au rang des grandes peurs collectives La peste,

Plus en détail

Psychologie et blessures sportives: Les commotions cérébrales. En tant qu entraîneur, et d un point de vue psychologique.

Psychologie et blessures sportives: Les commotions cérébrales. En tant qu entraîneur, et d un point de vue psychologique. Psychologie et blessures sportives: Les commotions cérébrales Natalie Durand-Bush, PhD École des sciences de l activité physique Université d Ottawa ndbush@uottawa.ca En tant qu entraîneur, et d un point

Plus en détail

Soins palliatifs. Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel

Soins palliatifs. Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Soins palliatifs Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Plan Définitions Loi leonetti Structures en soins palliatifs Réseau Arc en Ciel Introduction Le terme «palliatif» recouvre

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS

CATALOGUE DE FORMATIONS Développer les compétences relationnelles des professionnels de santé CATALOGUE DE FORMATIONS Sommaire Présentation 1 Première partie : Le soignant, premier outil de communication 3 1. Gérer ses émotions

Plus en détail

Pr Hubert Lardy. Service de chirurgie viscérale pédiatrique CHRU et Université detours

Pr Hubert Lardy. Service de chirurgie viscérale pédiatrique CHRU et Université detours Pr Hubert Lardy Service de chirurgie viscérale pédiatrique CHRU et Université detours Violences, Incivilités, agressions. Incompréhensions, tensions, conflits. Traumatismes, dommages psychologiques Prévalence

Plus en détail

Concept de soins palliatifs pour le home Oasis SA

Concept de soins palliatifs pour le home Oasis SA www.home-oasis.ch Concept de soins palliatifs pour le home Oasis SA But Le but du concept est d offrir à tous nos résidents une qualité de vie qui soit la meilleure possible en soulageant les douleurs

Plus en détail

par Sarah Dufour, Ph.D. Université du Québec à Montréal

par Sarah Dufour, Ph.D. Université du Québec à Montréal par Sarah Dufour, Ph.D. Université du Québec à Montréal Plan de la présentation 1. Qu est-ce que le programme Les amis de Zippy? 2. Évaluation d implantation et des effets à court et moyen termes 3. Implantation

Plus en détail

ENJEUX ÉTHIQUES DE L ARRÊT DES TRAITEMENTS CURATIFS. F. Chaumier Journée Régionale AFSOS

ENJEUX ÉTHIQUES DE L ARRÊT DES TRAITEMENTS CURATIFS. F. Chaumier Journée Régionale AFSOS ENJEUX ÉTHIQUES DE L ARRÊT DES TRAITEMENTS CURATIFS F. Chaumier Journée Régionale AFSOS Définitions Contexte 2013 Incidence augmentée, mortalité diminuée Amélioration de la survie globale 60% de survie

Plus en détail

Droit et Informations des Patients. IFSI CR réflexion éthique loi Kouchner ESI I

Droit et Informations des Patients. IFSI CR réflexion éthique loi Kouchner ESI I Droit et Informations des Patients IFSI CR réflexion éthique loi Kouchner ESI I 2009 1 Loi du 4 mars 2002 IFSI CR réflexion éthique loi Kouchner ESI I 2009 2 Préambule IFSI CR réflexion éthique loi Kouchner

Plus en détail

L annonce de la mort à la famille. Boutros Ghanem Clinical Psychologist and Psychoanalyst

L annonce de la mort à la famille. Boutros Ghanem Clinical Psychologist and Psychoanalyst L annonce de la mort à la famille Plan Etape I: Le Cadre. Etape II: Repérer ce que savent les parents. Etape III: Préciser ce qu ils doivent savoir. Etape IV: L annonce du décès. Step V: Planification.

Plus en détail

Rôle de l infirmière en rhumatologie Et Education Thérapeutique du Patient (ETP)

Rôle de l infirmière en rhumatologie Et Education Thérapeutique du Patient (ETP) L ARTHRITE : QUELLE QUALITE DE VIE EN 2014 Approche interdisciplinaire de la polyarthrite rhumatoïde Rôle de l infirmière en rhumatologie Et Education Thérapeutique du Patient (ETP) Avramovska Aleksandra

Plus en détail

La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc

La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc La maladie d alzheimer 1 personne sur 4 après 80 ans Altération de la mémoire Perturbations émotionnelles

Plus en détail

Accueillir la mort. Le travail de deuil.

Accueillir la mort. Le travail de deuil. Accueillir la mort Le travail de deuil. Qu est-ce-que le deuil. Le deuil correspond aux réactions d une personne à la perte d un être cher. Il revêt différents aspects : - c est un ressenti physique. -

Plus en détail

Les proches, Titre Ces autres à ne pas oublier.

Les proches, Titre Ces autres à ne pas oublier. Les proches, Titre Ces autres à ne pas oublier. Mme Ghislaine GRANIER Mme Rachel ROUYRE Psychologues Centre Hospitalier de Perpignan 16h15 Heure L étape du diagnostic: Le Patient: Véritable Tsunami Perte

Plus en détail

Chemin de la Prairie Lausanne.

Chemin de la Prairie Lausanne. Chemin de la Prairie 34 1007 Lausanne www.malleyprairie.ch www.violencequefaire.ch L accueil à MalleyPrairie L accueil des enfants au CMP fait l objet d une attention toute particulière Les enfants exposés

Plus en détail

Document de référence. Comprendre et vivre le deuil

Document de référence. Comprendre et vivre le deuil Document de référence Comprendre et vivre le deuil Table des matières Introduction 2 Définition 2 Mythes 2 Étapes et symptômes 2 Différencier deuil et dépression 3 Comment surmonter un deuil 3 Quand le

Plus en détail

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée 1 s inscrit dans la continuité de la démarche de soins auprès de la personne Elle peut être longue Elle n est pas synonyme de stade terminal

Plus en détail

QUELQUES DÉFINITIONS :

QUELQUES DÉFINITIONS : QUELQUES DÉFINITIONS : TROUBLE DE SANTÉ MENTALE : C est lorsqu une personne agit très différemment de sa façon habituelle et qu'elle présente une augmentation marquée de comportements bizarres qui durent

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR L ACCUEIL D UN ENFANT ET DE SA FAMILLE DANS LE CADRE D UNE HOSPITALISATION EN ONCO HEMATO PEDIATRIQUE

RECOMMANDATIONS POUR L ACCUEIL D UN ENFANT ET DE SA FAMILLE DANS LE CADRE D UNE HOSPITALISATION EN ONCO HEMATO PEDIATRIQUE RECOMMANDATIONS POUR L ACCUEIL D UN ENFANT ET DE SA FAMILLE DANS LE CADRE D UNE HOSPITALISATION EN ONCO HEMATO PEDIATRIQUE ONCORAP ONCOLOGIE RHONE-ALPES PEDIATRIQUE BPP-RECO-12-04-ACC Version validée du

Plus en détail

PARLER DU CANCER AVEC LES ENFANTS

PARLER DU CANCER AVEC LES ENFANTS Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - PARLER DU CANCER AVEC LES ENFANTS Sophie CLARIS et Michel GIRONDE Psychologues cliniciens Equipe mobile de psycho-oncologie

Plus en détail

«Art-thérapie et Oncologie»

«Art-thérapie et Oncologie» Réseau Espace Santé Cancer Rhône Alpes Jeudi 17 avril 14 «Art-thérapie et Oncologie» Fabrice Chardon Directeur d enseignement et de recherche Afratapem Directeur pédagogique DU d art-thérapie Faculté de

Plus en détail

Soins palliatifs Définitions et concepts

Soins palliatifs Définitions et concepts LES SOINS PALLIATIFS EN ÉTABLISSEMENTS DE SOINS ET D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES OU HANDICAPÉES, ET À DOMICILE Les concepts A1 Soins palliatifs Définitions et concepts 1 Soins curatifs destinés à

Plus en détail

Education thérapeutique de la personne obèse : quelle est la place de l entretien motivationnel? Prof. Alain Golay

Education thérapeutique de la personne obèse : quelle est la place de l entretien motivationnel? Prof. Alain Golay Education thérapeutique de la personne obèse : quelle est la place de l entretien motivationnel? Prof. Alain Golay Hôpitaux Universitaires de Genève Centre collaborateur de l OMS www.setmc.hug-ge.ch Alain.golay@hcuge.ch

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION. Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT

PROGRAMME DE FORMATION. Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT PROGRAMME DE FORMATION Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT Formation en 2 temps (total de 6 jours) 1 er session (3 jours) : 26-27-28

Plus en détail

Violences faites aux femmes

Violences faites aux femmes Violences faites aux femmes Dépistage et accompagnement Rôle des urgentistes P. Jauffrès-P. Mardegan PRAU - CH Montauban Toulouse le 22 janvier 2015 Le contexte(1) Environnement socio-économique Démographie

Plus en détail

L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille

L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille L obésité : un problème de santé publique contemporain Dimension multifactorielle de l obésité : culturelle, sociale,

Plus en détail

UE 4.2 Soins relationnels

UE 4.2 Soins relationnels 25 septembre 2012 UE 4.2 Soins relationnels La relation d aide: Les attitudes thérapeutiques du soignant 1 PLAN Les attitudes selon Rogers 1. Le regard positif inconditionnel 2. La congruence ou authenticité

Plus en détail

L ELEVE DYSLEXIQUE. Véronique BOURDENET. Psychologue - Neuropsychologue Orthophoniste

L ELEVE DYSLEXIQUE. Véronique BOURDENET. Psychologue - Neuropsychologue Orthophoniste L ELEVE DYSLEXIQUE A L ECOLE L PRIMAIRE Véronique BOURDENET Psychologue - Neuropsychologue Orthophoniste I. PSYCHOLOGIE DE L ELEVE DYSLEXIQUE Dyslexie = modèle de l impuissance apprise erreurs d attribution

Plus en détail

DROITS RELATIFS À LA PERSONNE MALADE ET À LA PERSONNE EN FIN DE VIE

DROITS RELATIFS À LA PERSONNE MALADE ET À LA PERSONNE EN FIN DE VIE association pour le droit de mourir dans la dignité Les DROITS RELATIFS À LA PERSONNE MALADE ET À LA PERSONNE EN FIN DE VIE LE BUT DE CETTE PLAQUETTE EST DE VOUS FAIRE CONNAÎTRE VOS DROITS. À lire attentivement

Plus en détail

AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.3 DOMAINES DE COMPETENCES

AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.3 DOMAINES DE COMPETENCES DOMAINE DE COMPETENCES COMPETENCES INDICATEURS DE COMPETENCES DC1 : CONNAISSANCE DE LA PERSONNE 1/1 Situer la personne aidée au stade de son développement - Connaissance générale des différentes étapes

Plus en détail

Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE

Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE Objectifs généraux Diagnostiquer un trouble de la personnalité et apprécier son retentissement sur la vie sociale du sujet Identifier les situations d'urgence et

Plus en détail

10 situations, 10 jeux. Jaouad Diouri

10 situations, 10 jeux. Jaouad Diouri Relations interpersonnelles 10 situations, 10 jeux Jaouad Diouri jeu de rôles 1 Entrer en contact, initier une ligne de communication A et B se rencontrent tpour la 1 ère fois dans la rue, ils avaient

Plus en détail

Approcher les employés en difficulté : Des stratégies gagnantes et une approche concrète

Approcher les employés en difficulté : Des stratégies gagnantes et une approche concrète Votre allié en capital humain pour une organisation en santé Approcher les employés en difficulté : Des stratégies gagnantes et une approche concrète Darrell Johnson Ph.D psychologue Les Consultants Longpré

Plus en détail