Transparents du deuxième cours. Théorie quantique des champs. Graphes de Feynman

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Transparents du deuxième cours. Théorie quantique des champs. Graphes de Feynman"

Transcription

1 Transparents du deuxième cours Théorie quantique des champs Graphes de Feynman 1

2 Lagrangien Hamiltonien S = L(q, q) dt d dt ( L q j ) L q j = 0 L(q, q) = 1 2 m q2 V (q) λ : T q C T q C λ( q) = q L(q, q) T q C λ 1? T q C T q C λ( q) = p q p q L(q, q) stationnaire 2

3 Hamiltonien H(p, q) = p λ 1 (p) L(q, λ 1 (p)), p T q C L(q, q) dt = p dq H dt L H symétrique {f, g} = f p, g q f q, g p d dt f = {H, f} H(p, q) = p2 2m + V (q) 3

4 Lagrangien en QFT S (φ) = L(φ) d D x L(φ) = 1 2 ( φ)2 m2 2 φ2 L int (φ). ( φ) 2 = g µν µ φ ν φ [g µν ] = Lagrangien libre L 0 (φ) = 1 2 ( φ)2 m2 2 φ2 4

5 Intégrale de Feynman Amplitude de probabilité exp ( i S(φ) ) O = N O(φ) e i S(φ) D[φ], N 1 = e i S(φ) D[φ] 5

6 Hamiltonien en QFT V (φ) = L(q, q) = 1 2 t q(t) = φ(t, ) C φ(x) 2 d D 1 x V (φ) ( 1 2 ( φ)2 + m2 2 φ2 + L int (φ)) d D 1 x T C TC, Hamiltonien H(π, φ) = a(x) b(x) d D 1 x ( 1 2 π ( jφ) 2 + m2 2 φ2 + L int (φ)) d D 1 x 6

7 Quantification canonique [ φ(x), φ(y)] = 0, [ π(x), π(y)] = 0, [ π(x), φ(y)] = i δ(x y) φ(t, x) = e i t H φ(x) e i t H σ t (T) = e i t H T e i t H Algèbre A et dynamique σ t AutA 7

8 Etat de vide ρ est une représentation irréductible Il existe un opérateur positif non-borné H sur H tel que ρ(σ t (A)) = e i t H ρ(a) e i t H, A A Il existe un unique vecteur propre 0 H, H 0 = 0 et ρ(a) 0 H est dense dans H ψ(a) = 0 ρ(a) 0, A A F(t) = ψ(a σ t (B)) KMS i.e. T = 0, Dirac coeff. A et B : T > 0. ψ β (A) = Z 1 Tr(A e β H ), Z = Tr(e β H b) 8

9 QFT Définition des observables et de la dynamique Classification des états de vide. Trois propriétés Causalité Positivité de l énergie Unitarité [ φ(x), φ(y)] = 0, (x, y), (x y) 2 < 0 F(t) = ψ(a σ t (B)) F(z) Iz 0 ψ(a A) 0, A A 9

10 Exemple très simple X = S 1 R L(φ) = 1 2 ( ( 0 φ) 2 ( 1 φ) 2 m 2 φ 2) S(φ) = L(φ) dx dt = L(t) dt L(t) = S 1 H(φ, π) = 1 2 ( 1 2 S 1 φ ( ) ) 2 1 φ 2 ( φ)2 m2 2 φ2 dx ( π(x) 2 + ( φ(x)) 2 + m 2 φ 2 (x) ) dx φ(x) π(x) dx R S1 10

11 Fourier H = k Z 1 2 ( πk π k + (k 2 + m 2 ) φ k φ k ) Réalité φ k = φ k π k = π k k Z [p, q] = i H = 1 2 (p2 + ω 2 q 2 ) = ω a a (+ 1 2 ) [a k, a k ] = 1 k Z [a k, a l ] = 0, [a k, a l ] = 0 k l H b = k Z ω k a k a k ω k = k 2 + m 2 11

12 Champ Quantique φ(t, x) = e it H b φ(0, x) e ith b, où ( ak e ikx + a k e ikx) (2ω k ) 1/2 φ(0, x) = k Z O 1 O 2 12

13 Causalité φ(f) = f(x) φ(0, x) dx, f C (S 1 ) [σ t φ(f), φ(g)] = [φ(f), φ(g)] = 0 c(x, y, t) f(x) g(y) dx dy, c(x, y, t) = k e ik(x y) ( e iω kt e iω k t ) ω 1 k = c(x y, t) où c satisfait l équation de Klein-Gordon ( m2) c = 0 avec c(x,0) = 0, / t c(x,0) = λ δ 0 (x) 13

14 Etat de vide H b = k Z (H k,ω k ) U(O) algèbre de von Neumann dans H b engendrée par les fonctions des φ(f) avec Support f O Causalité U(O 1 ) U(O 2 ) Positivité de l énergie H b 0 Unitarité KMS β ψ β (A) = Z 1 Tr(A e β H b), Z = Tr(e β H b) 14

15 Fonctions de Green G N (x 1,..., x N ) = 0 T φ(x 1 )... φ(x N ) 0 Dyson G N (x 1,..., x N ) = N t 1 t 2... t N e i S(φ) S(φ) = S 0 (φ) + S int (φ) dλ = exp(i S 0 (φ)) D[φ], φ(x 1 )... φ(x N ) D[φ] n=0 i n n! G N (x 1,..., x N ) = φ(x 1 )... φ(x N ) S int (φ) n dλ i n n=0 n! S int (φ) n dλ 1 15

16 Gellman-Low φ F champs libres ( n=0 G N (x 1,..., x N ) = i n ) 0 Tφ F (x 1 )... φ F (x N ) L int (y j ) 0 dy j n! ( i n ) 1 0 T L int (y j ) 0 dy j n! n=0 G F 2(x, y) = φ(x)φ(y) exp(i S 0 (φ)) D[φ] 16

17 Intégration sous exp Q(X) 2 D[X] V espace vectoriel réel, Q V V forme quadratique non-dégénérée. Q Hom(V, V ) Q 1 Hom(V, V ) Q 1 (L) 1 2 Q = L P(X) L(X) exp Q(X) 2 D[X] = P(X) Q 1 (L)(exp Q(X) 2 ) D[X] = Q 1 (L)(P(X)) exp Q(X) 2 D[X] Q 1 = Propagateur 17

18 Intégration sous exp(i S 0 (φ)) D[φ] S 0 (φ) = (2π) D 1 2 (p2 m 2 ) ˆφ(p)ˆφ( p) d D p φ(x) = (2π) D ˆφ(p) e ip.x d D p N 0 ˆφ(p 1 ) ˆφ(p 2 ) exp(i S 0 (φ)) D[φ] = i(2π) D δ(p 1 + p 2 )(p 2 1 m2 ) 1 G F 2 (x, y) = i(2π) D e ±ip.(x y) p 2 m 2 dd p 18

19 Lemme Lim ǫ 0+ Soient u > 0 et ω > 0 alors R e ± ip u p 2 ω 2 + iǫ dp = π i ω e i u ω F(ω) = R e ip u p 2 ω 2 dp définit une fonction holomorphe de ω I(ω) < 0. Pour a > 0 on a F( ia) = π a e u a d où F(ω) = π i ω e i u ω, ω C, I(ω) < 0. On applique à la racine ω de ω 2 iǫ 19

20 Feynman p 2 m 2 + iǫ k Z 0 φ F (t, x)φ F (s, y) 0 = (2ω k ) 1 e i(k(x y) (t s)ω k) t s > 0 + Lemme e i(t s)ω k =... 0 T φ F (t, x)φ F (s, y) 0 = i 2π k Z R e i(k(x y) k 0(t s)) k 2 0 k2 m 2 + iǫ dk 0 G F 2 (x, y) = i(2π) D e ±ip.(x y) p 2 m 2 + iǫ dd p 20

21 Fonctions de Schwinger G N (x 1,..., x N ) = valeur au bord de S N (x 1,..., x N ) fonctions holomorphes du temps complexifié z j de x j = (z j, v j ) dans le cône I z 1 < I z 2 <... < I z N S N (x 1,..., x N ) = 0 φ(v 1 ) e i(z 2 z 1 ) H... φ(v N 1 ) e i(z N z N 1 ) H φ(v N ) 0 0 φ(v 1 ) e i z H φ(v 2 ) 0, I z 0 Condition KMS 21

22 Rotation de Wick τ = i t O E = N O(φ E ) e S E (φ E ) D[φ E ] N 1 = e S E (φ E ) D[φ E ] S E (φ E ) = L E (φ E ) d D x L E (φ E ) = 1 2 ( φ E) 2 + m2 2 φ2 E + L int(φ E ) ( φ) 2 = g µν µ φ ν φ g µν = δ µν 22

23 Développement perturbatif S N (x 1,..., x N ) = n=0 ( 1) n n! φ E (x 1 )... φ E (x N ) S int (φ E ) n dλ n=0 ( 1) n n! S int (φ E ) n dλ 1 Graphes de Feynman 23

24 Graphes de Feynman L(φ) = 1 2 ( φ)2 m2 2 φ2 g 3! φ3 φ E (x 1 ) φ E (x 2 ) S int (φ E ) 2 dλ S int (φ E ) = g 3! φ 3 E (x) dd x = (2π) 2D g 3! ˆφ(k 1 ) ˆφ(k 2 ) ˆφ(k 3 ) δ(k 1 + k 2 + k 3 ) d D k j φ E (x j ) = (2π) D ˆφ(p) e ipx j d D p ˆφ(p 1 ) ˆφ(p 2 ) ˆφ(k 1 ) ˆφ(k 2 ) ˆφ(k 3 ) ˆφ(q 1 ) ˆφ(q 2 ) ˆφ(q 3 ) dλ δ(k 1 +k 2 +k 3 ) δ(q 1 +q 2 +q 3 ) d D k j d D qj d D pj =

25 Accouplement l 1 l 2 (2π) D δ(l 1 + l 2 ) 1 l m2 p 1 p 2 k 1 q 1, k 2 q 2, k 3 q 3 k 1 k 2, k 3 q 1, q 2 q 3 15 =

26 Tadpole p 1 k 1, p 2 k 2 k 3 q 1, q 2 q 3 δ(q 2 + q 3 ) δ(q 1 + q 2 + q 3 ) q 1 = 0 k 3 = 0 δ(p 1 + p 2 ) Graphe connexe avec une patte externe = Tadpole 0 φ(x) 0 = = 36 26

27 Deux tadpoles p 1 k 1, p 2 q 1, k 2 k 3, q 2 q 3 δ(k 2 + k 3 ) δ(k 1 + k 2 + k 3 ) k 1 = 0 p 1 = = 18 27

28 Self-Energie p 1 k 1, p 2 q 1, k 2 q 2, k 3 q 3 p + k p k p g 2 2 δ(p 1 + p 2 ) 1 p m2 1 p m2 1 1 k 2 + m 2 ((p 1 + k) 2 + m 2 ) dd k = 36 Facteurs (2π) N D, d D k (2π) D, δ( ) (2π) D 28

29 Renormalisation de la Masse e λ k2 d D k = λ D/2 π D/2 1 1 k 2 + m 2 ((p + k) 2 + m 2 ) dd k = π D/2 Γ(2 D 2 ) 1 0 (x(1 x)p2 + m 2 ) D/2 2 dx Hydrodynamique Green 1830 F = m a m m + δm 29

30 v X = Grad h, h = 0 h(x, y, z) = v 2 (r 3 + 2) z, r 2 = x 2 + y 2 + z 2 E(x, y, z) = v2 8 E = 1 2 δm v2, x 2 + y 2 + 4z 2 (x 2 + y 2 + z 2 ) 4 ρ dxdydz δm = 1 2 M 30

31 J. Collins, Renormalization, Cambridge Monographs in Math. Physics, Cambridge University Press, P. Dirac, The quantum theory of the emission and absorption of radiation. Proc. London Royal Soc. 114 (1927) R. Feynman, The reason for antiparticles, Elementary Particles and the Laws of Physics, Cambridge Univ. Press (1987). 31

Théorie quantique des champs. Alain Bouquet. Laboratoire AstroParticule & Cosmologie

Théorie quantique des champs. Alain Bouquet. Laboratoire AstroParticule & Cosmologie CHAMPS & PARTICULES Théorie quantique des champs Alain Bouquet Laboratoire AstroParticule & Cosmologie Université Denis Diderot Paris 7, CNRS, Observatoire de Paris & CEA Pourquoi une Théorie quantique

Plus en détail

T/2. T e jtω s(t u)e jωu du, ω R. l=0 = r=1

T/2. T e jtω s(t u)e jωu du, ω R. l=0 = r=1 Quelques errata Théorie et Analyse du Signal (Alain Yger Page 0, ligne -3 : la sommation principale est à prendre entre et m et non entre et m +. Page 7, ligne 8: lire:... ce qui montre que les réels µ

Plus en détail

a(t)e iet e +i p x + a (t)e +iet on peut exprimer le champs comme operateur developé sur les operateurs de creation et d annihilation

a(t)e iet e +i p x + a (t)e +iet on peut exprimer le champs comme operateur developé sur les operateurs de creation et d annihilation 1 La QED: théorie de jauge abélienne On part d une symétrie globale du Lagrangien d un fermion de Dirac libre. On impose qu elle se comporte de façon logique et on obtient l electromagnetisme classique,l

Plus en détail

Théorie des champs classiques

Théorie des champs classiques Théorie des champs classiques Harold Erbin Notes de cours de Magistère M1, donné par M. Nitti. Ce texte est publié sous la licence libre Licence Art Libre : http://artlibre.org/licence/lal/ Version : 12

Plus en détail

A. Popier (Le Mans) EDP, solutions classiques. 1 / 52

A. Popier (Le Mans) EDP, solutions classiques. 1 / 52 ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES, SOLUTIONS CLASSIQUES. DIFFÉRENCES FINIES. Alexandre Popier Université du Maine, Le Mans A. Popier (Le Mans) EDP, solutions classiques. 1 / 52 PLAN DU COURS 1 FORMULES

Plus en détail

Introduction à la théorie quantique des champs

Introduction à la théorie quantique des champs Universités de Grenoble-Alpes & de Savoie Mont-Blanc Master 2ème année de physique Parcours physique subatomique et cosmologie PSC Septembre 2016 à Février 2017 Introduction à la théorie quantique des

Plus en détail

Distributions. Chapitre Espace fonctionnel Définition Fonctionnelle

Distributions. Chapitre Espace fonctionnel Définition Fonctionnelle 53 Chapitre 5 Distributions 5. Espace fonctionnel 5.. Définition On appelle espace fonctionnel un ensemble F de fonctions ayant une structure d espace vectoriel. L (IR) et L (IR) forment des espaces fonctionnels.

Plus en détail

Loi normale. I) Loi Normale N(0 ; 1) 1) Définition. 2) Théorème 1

Loi normale. I) Loi Normale N(0 ; 1) 1) Définition. 2) Théorème 1 Loi normale I) Loi Normale N(0 ; 1) 1) Définition Soit X une variable aléatoire à valeurs réelles. On dit qu elle suit la loi normale centrée réduite N(0 ; 1) si elle admet pour densité la fonction ϕ définie

Plus en détail

2 - Groupe et paquet d ondes

2 - Groupe et paquet d ondes - Groupe et paquet d ondes Objectifs : Une onde monochromatique n a pas de sens physique puisqu elle est définie t et x. Une onde réelle est nécessairement limitée dans le temps et dans l espace. Pour

Plus en détail

Existence and boundary behavior of solutions for a nonlinear Di. annulus

Existence and boundary behavior of solutions for a nonlinear Di. annulus Existence and boundary behavior of solutions for a nonlinear Dirichlet problem in the annulus Workshop in Nonlinear PDEs (Belgique, septembre 2015) 1 Introduction Objectif Historique Motivation 2 de Dirichlet

Plus en détail

Alexandre Popier. ENSAI, Bruz. apopier. Janvier-Mars 2011

Alexandre Popier. ENSAI, Bruz.  apopier. Janvier-Mars 2011 CHAÎNES DE MARKOV. Alexandre Popier ENSAI, Bruz apopier@univ-lemans.fr http://www.univ-lemans.fr/ apopier Janvier-Mars 2011 A. Popier (ENSAI) Chaînes de Markov. Janvier-Mars 2011 1 / 51 PLAN 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Variables aléatoires réelles

Variables aléatoires réelles Variables aléatoires réelles Table des matières 1 Généralités sur les variables aléatoires réelles. 3 1.1 Rappels sur les σ-algèbres ou tribus d événements................................. 3 1.2 σ-algèbre

Plus en détail

Le boson de Higgs et la masse des particules

Le boson de Higgs et la masse des particules Université de Caen LMNO Le boson de Higgs et la masse des particules C. LONGUEMARE 30 octobre 2012 Plan 1. La dualité onde-corpuscule 2. La mécanique classique et quantique 3. La théorie lagrangienne et

Plus en détail

Introduction aux méthodes d intégrale de chemin et applications

Introduction aux méthodes d intégrale de chemin et applications arxiv:1303.2556v1 [physics.gen-ph] 6 Mar 2013 Introduction aux méthodes d intégrale de chemin et applications Notes de cours Master : Physique mathématique (2010-2012), Centre de Physique Mathématique.

Plus en détail

Tutorats de Mécanique Quantique Fascicule d exercices n 2

Tutorats de Mécanique Quantique Fascicule d exercices n 2 1 Département des Sciences de la Matière 00-003 Magistère de Sciences de la Matière, 1ère année Tutorats de Mécanique Quantique Fascicule d exercices n Exercice I : Soient A, B deux opérateurs hermitiques.

Plus en détail

Transformation de Fourier. Convolution.

Transformation de Fourier. Convolution. Département de mathématiques Université D Orléans Préparation à l agrégation 22-23 Transformation de Fourier. Convolution. Voir [3],p.88 I Ensemble image de la transformation de Fourier Prouver que la

Plus en détail

Université Paris-Dauphine Ceremade. Introduction aux méthodes particulaires. François BOLLEY

Université Paris-Dauphine Ceremade. Introduction aux méthodes particulaires. François BOLLEY Université Paris-Dauphine Ceremade o Introduction aux méthodes particulaires o François BOLLEY I - Les équations d Euler incompressibles : modèle macroscopique, particules déterministes II - L équation

Plus en détail

Distance à un sous-espace vectoriel

Distance à un sous-espace vectoriel [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 214 Enoncés 1 Distance à un sous-espace vectoriel Exercice 1 [ 526 ] [correction] [Déterminant de Gram] Soit E un espace préhilbertien réel. Pour (u 1,...,

Plus en détail

Rappels de probabilités

Rappels de probabilités Plan Définitions Valeurs moyennes, variances Fonctions de distribution, densités Indépendance Le lemme de Borel-Cantelli Fonctions caractéristiques Espérances conditionnelles Fluctuations Plan Définitions

Plus en détail

Distributions. et applications. Belhassen Dehman. Attention!

Distributions. et applications. Belhassen Dehman. Attention! Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Distributions Convolution des distributions et applications Attention! Ce produit

Plus en détail

Année , Semestre 2 Analyse fonctionnelle 2. orleans.fr/mapmo/membres/anker/enseignement/af2.html

Année , Semestre 2 Analyse fonctionnelle 2.  orleans.fr/mapmo/membres/anker/enseignement/af2.html Universités de Tours & d Orléans M1 MA Année 216 217, Semestre 2 Analyse fonctionnelle 2 http://www.univ orleans.fr/mapmo/membres/anker/enseignement/af2.html Chapitre 5 : Distributions tempérées Définitions

Plus en détail

Mathématiques pour l Ingénieur

Mathématiques pour l Ingénieur Mathématiques pour l Ingénieur Thomas Cluzeau École Nationale Supérieure d Ingénieurs de Limoges 16 rue d atlantis, Parc ester technopole 87068 Limoges CEDEX cluzeau@ensil.unilim.fr http://www.ensil.unilim.fr/~cluzeau

Plus en détail

UFR DE MATH EMATIQUES ET INFORMATIQUE Licence MIA, L3 Notes de cours Optimisation Georges Koepfler

UFR DE MATH EMATIQUES ET INFORMATIQUE Licence MIA, L3 Notes de cours Optimisation Georges Koepfler UFR DE MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE Licence MIA, L3 Notes de cours Optimisation Georges Koepfler 26-21 - georgeskoepfler@miparisdescartesfr Table des matières 1 Introduction 1 2 Espace vectoriels normés

Plus en détail

Exercices d'oraux : physique quantique et physique statistique

Exercices d'oraux : physique quantique et physique statistique MP 15-16 Exercices d'oraux : physique quantique et physique statistique Physique moderne 1 Tous) Comme beaucoup d'exercices de physique quantique et statistique, il faut s'attendre à avoir des questions

Plus en détail

1 Les fonctions de Green.

1 Les fonctions de Green. 1.1 Entrée en matière Les fonctions de Green constituent une méthode assez général de résolution d équations différentielles, ou de transformation d équations différentielles en équations intégrales. Elles

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la commande optimale

Chapitre 1 : Introduction à la commande optimale Chapitre 1 : Introduction à la commande optimale 1- Objet de la commande optimale Pour introduire la notion de commande optimale, considérons l exemple suivant : Pour arrêter la rotation d un rotor tournant

Plus en détail

Rappels de probabilités

Rappels de probabilités 12 Novembre 2008 Plan s Moyennes Densités Indépendance Le lemme de Borel-Cantelli Fonctions caractéristiques Plan s Moyennes Densités Indépendance Le lemme de Borel-Cantelli Fonctions caractéristiques

Plus en détail

PROBABILITE SUR UN ENSEMBLE FINI

PROBABILITE SUR UN ENSEMBLE FINI PROBABILITE SUR UN ENSEMBLE FINI Ω est un ensemble fini non vide. On note P(Ω) l ensemble des parties de Ω. Vocabulaire 1. Ω est l univers ou univers des possibles. 2. Toute partie A de Ω est appelée événement.

Plus en détail

G x n+1. = y n, = y n+1.

G x n+1. = y n, = y n+1. Phénomènes Non-Linéaires et Chaos I Exercices 2008 Série 1. Fonctions Génératrices Exercice 1. Billard (Stade de Bunimovich) Soit une application T : (x n,y n ) (x n+1,y n+1 ). On appelle fonction génératrice

Plus en détail

Théorie Quantique des Champs. Théorie quantique des champs : Compléments

Théorie Quantique des Champs. Théorie quantique des champs : Compléments PHYS-F-440 Théorie Quantique des Champs PHYS-F-478 Théorie quantique des champs : Compléments Glenn Barnich Physique Théorique et Mathématique Université Libre de Bruxelles and International Solvay Institutes

Plus en détail

Sur l équation vectorielle stochastique Y n+1 = A n Y n + B n à coefficients iid

Sur l équation vectorielle stochastique Y n+1 = A n Y n + B n à coefficients iid 1/35 Sur l équation vectorielle stochastique Y n+1 = A n Y n + B n à coefficients iid INRIA Sophia Antipolis Projet OMEGA Yves Guivarc h (Université de Rennes 1 Emile (Université de Bretagne Sud Séminaire

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION 2009 SECONDE ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES. Filière PSI

CONCOURS D ADMISSION 2009 SECONDE ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES. Filière PSI A 2009 MATH. II PSI ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L AÉRONAUTIQUE ET DE L ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES

Plus en détail

Mécanique et Thermodynamique galiléenne des milieux continus. 1 Chapitre 1 : Gravitation et tenseurs affines en Mécanique galiléenne

Mécanique et Thermodynamique galiléenne des milieux continus. 1 Chapitre 1 : Gravitation et tenseurs affines en Mécanique galiléenne 5ème Ecole d Eté de Mécanique Théorique de Quiberon, 11-17 septembre 2016 Mécanique et Thermodynamique galiléenne des milieux continus Géry de Saxcé Laboratoire de Mécanique de Lille, FRE CNRS 3723, Université

Plus en détail

Cours 9: trous noires de Schwarzschild 1. Cours 9 : Les trous noirs de Schwarzschild

Cours 9: trous noires de Schwarzschild 1. Cours 9 : Les trous noirs de Schwarzschild Cours 9: trous noires de Schwarzschild 1 Cours 9 : Les trous noirs de Schwarzschild Cours 9: trous noires de Schwarzschild 2 Résumé du cours d aujourd hui Résumé du cours 8 (pour lequel nous n avons pas

Plus en détail

Espaces préhilbertiens : projection orthogonale sur un sous-espace de dimension finie. Applications à l approximation des fonctions

Espaces préhilbertiens : projection orthogonale sur un sous-espace de dimension finie. Applications à l approximation des fonctions 3 Espaces préhilbertiens : projection orthogonale sur un sous-espace de dimension finie. Applications à l approximation des fonctions 3. Espaces préhilbertiens On rappelle qu une forme bilinéaire sur un

Plus en détail

Un algorithme de comptage de points pour les recouvrements cycliques de la droite projective

Un algorithme de comptage de points pour les recouvrements cycliques de la droite projective Un algorithme de comptage de points pour les recouvrements cycliques de la droite projective Cécile Gonçalves Team GRACE - Inria Saclay LIX - École Polytechnique Vendredi 18 Octobre 2013 Cécile Gonçalves

Plus en détail

PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 3: l équation de Schrödinger

PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 3: l équation de Schrödinger PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 3: l équation de Schrödinger Jean-Marc Sparenberg Université Libre de Bruxelles 2011-2012 1 / 10 1 Équations d ondes libres : lumière/matière 2 Équation

Plus en détail

TD Liste d exercices no. 1 Espaces euclidiens

TD Liste d exercices no. 1 Espaces euclidiens Université Paris Diderot - Paris 7 L Physique MP4 014-015 TD Liste d exercices no. 1 Espaces euclidiens 1. Notion de produit scalaire Exercice 1. (1) Montrer que l application Φ : R R R définie par Φ((x

Plus en détail

2. Espaces de Hilbert

2. Espaces de Hilbert 2. Espaces de Hilbert 2.1. Produits scalaires Définition 2.1.1. Soient X et Y deux espaces vectoriels complexes ; une application f : X Y est dite antilinéaire si, pour tous x, y X et tout λ C on a f(x

Plus en détail

Chaînes de Markov 1. Définition 1. Une matrice de transition (ou noyau) sur E est une application P : M M [0, 1] telle que P (x, y) = 1.

Chaînes de Markov 1. Définition 1. Une matrice de transition (ou noyau) sur E est une application P : M M [0, 1] telle que P (x, y) = 1. Page n 1. Chaînes de Markov 1 L essentiel de ces notes provient de [BEK04]. On pourra aussi consulter [BL98] ou [Nor97] qui bien qu en anglais, est très facile à lire et contient de nombreux exemples.

Plus en détail

DISTRIBUTIONS TEMPÉRÉES

DISTRIBUTIONS TEMPÉRÉES DISTRIBUTIONS TEMPÉRÉES SYLVIE BENZONI Notations générales. Quel que soit le d-uplet d entiers naturels α = (α 1,..., α d ), quel que soit x = (x 1,..., x d ) ou C d, on note x β := x β 1 1... x β d d,

Plus en détail

Propagation des ondes électromagnétiques

Propagation des ondes électromagnétiques Ondes Électromagnétiques Propagation des ondes électromagnétiques 1 Equation d onde 1.1 Préliminaires On va ici étudier des signaux variant sinusoïdalement dans le temps, on utilisera donc la notation

Plus en détail

Exercice principal S8

Exercice principal S8 Les sujets suivants, posés aux candidats des options scientifique, économique, technologique et littéraire B/L, constituent un échantillon des sujets proposés lors des épreuves orales du concours 212.

Plus en détail

TRANSFORMATION DE FOURIER (Corrigé des exercices )

TRANSFORMATION DE FOURIER (Corrigé des exercices ) RANSFORMAION DE FOURIER Corrigé des exercices. Déterminer les transformées de Fourier des fonctions : a t I [,] t, bt sin t,ct e t /,dt t π +t 2. [ ] e a FI [,] tν e 2it 2it dt e 2iπ ν e 2iπ ν sin2. 2i

Plus en détail

La distance euclidienne d dans E est définie par d(x, y) = x y. Le produit scalaire est déterminé par la norme associée:

La distance euclidienne d dans E est définie par d(x, y) = x y. Le produit scalaire est déterminé par la norme associée: 2 Produit scalaire Espaces Euclidiens 21 Soit E un R-espace vectoriel Un produit scalaire dans E est une forme bilinéaire symétrique définie positive, noté La norme associée est définie par x 2 =

Plus en détail

Rappels de théorie de l intégration et des probabilités

Rappels de théorie de l intégration et des probabilités CHAPITRE 26 Rappels de théorie de l intégration et des probabilités 26.1 Résultats de théorie de l intégration 26.1.1 Théorème de dérivation des intégrales à paramètre On en énonce une version lisible

Plus en détail

Feuille d exercices n o 3

Feuille d exercices n o 3 L3 Variable complexe Feuille d exercices n o 3 Exercice 1. Soit P (z) = z 2 +az+b un polynôme de degré 2 à coefficients complexes, avec b. On note α et β les racines complexes de P, et on pose f(z) = 1/P

Plus en détail

2. Transformation de Fourier

2. Transformation de Fourier 17 2. Transformation de Fourier 1. Introduction Au chapitre 1, nous avons développé les fonctions périodiques en séries de sinus et de cosinus, ou d exponentielles complexes, appelées séries de Fourier.

Plus en détail

Correction d examen. UNIVERSITÉ DE GABÈS A.U. : FACULTÉ DES SCIENCES DE GABÈS. Hedi Regeiba. Section: MRMa 1 Épreuve de : Analyse de Fourier

Correction d examen. UNIVERSITÉ DE GABÈS A.U. : FACULTÉ DES SCIENCES DE GABÈS. Hedi Regeiba. Section: MRMa 1 Épreuve de : Analyse de Fourier UNIVERSITÉ DE GABÈS A.U. : 205-206 FACULTÉ DES SCIENCES DE GABÈS Correction d examen. Hedi Regeiba. Section: MRMa Épreuve de : Analyse de Fourier Questions du cours. Il est évident que l application F

Plus en détail

Changement de variables dans les intégrales sur un ouvert de R N. 1 Propriétés de la mesure de Lebesgue.

Changement de variables dans les intégrales sur un ouvert de R N. 1 Propriétés de la mesure de Lebesgue. Université d Artois Faculté des Sciences ean Perrin Mesure et Intégration Licence 3 Mathématiques-Informatique) Daniel Li Changement de variables dans les intégrales sur un ouvert de R N Daniel Li April

Plus en détail

Université de Caen LMNO - Applications des groupes en Physique des particules

Université de Caen LMNO - Applications des groupes en Physique des particules Université de Caen LMNO - Applications des groupes en Physique des particules C. LONGUEMARE 15 févier 2011 1 Sommaire 1. Les groupes de symétries en physique les symétries? les symétries en MQ les symétries

Plus en détail

Corrigé MATHS I Résultats préliminaires. Filière MP

Corrigé MATHS I Résultats préliminaires. Filière MP MATHS I 28 Corrigé Filière MP I Résultats préliminaires 1 On considère l application ψ : 2 définie par : ψ(x, y) = x + iy, (x, y) 2. 1.a. 1.b. 1.c. ψ est une application linéaire et transforme la base

Plus en détail

Transformations du milieu continu

Transformations du milieu continu Transformations du milieu continu Extensome trie mesures du de placement relatif de deux points 2/75 Extensome trie mesures du de placement relatif de deux points 3/75 Mesures de champ mesures de champs

Plus en détail

École Normale Supérieure, École Polytechnique, Paris VI, VII et XI M2 CFP Parcours de physique théorique Examen de Physique Statistique

École Normale Supérieure, École Polytechnique, Paris VI, VII et XI M2 CFP Parcours de physique théorique Examen de Physique Statistique École Normale Supérieure, École Polytechnique, Paris VI, VII et XI M2 CFP Parcours de physique théorique Examen de Physique Statistique le 5 janvier 2010 Durée : 3 heures Notes de cours et de TD autorisées.

Plus en détail

Master 2, IF, EVRY 2005 Cours de calcul stochastique

Master 2, IF, EVRY 2005 Cours de calcul stochastique Master 2, IF, EVRY 2005 Cours de calcul stochastique Rappels Martingales Mouvement Brownien Intégrale stochastique Equations différentielles stochastiques Théorème de Girsanov Processus à sauts 1 Rappels

Plus en détail

Notations et préliminaires

Notations et préliminaires Notations et préliminaires Tous les corps figurant dans le problème sont supposés commutatifs. N désigne l ensemble des nombres entiers naturels N désigne l ensemble des nombres entiers naturels non nuls

Plus en détail

Variables aléatoires réelles

Variables aléatoires réelles 23 Variables aléatoires réelles Pour ce paragraphe, (Ω, B, P est un espace probabilisé. 23.1 Définition et propriétés des variables aléatoires réelles Définition 23.1 On dit qu une application X : Ω R

Plus en détail

ANALYSE II, , 2e bachelier ingénieur civil Examen du 07 janvier 2013 Solutions Version : 11 février 2013 (V1 : 05/02/13)

ANALYSE II, , 2e bachelier ingénieur civil Examen du 07 janvier 2013 Solutions Version : 11 février 2013 (V1 : 05/02/13) ANALYSE II, -3, e bachelier ingénieur civil Examen du 7 janvier 3 Solutions Version : février 3 V : 5//3) THEORIE 35 points) Théorie.) Enoncer et démontrer le théorème de Liouville relatif à la caractérisation

Plus en détail

Séries de Fourier. 1 Rappels sur les fonctions continues par morceaux sur un intervalle. Table des matières PC*2.

Séries de Fourier. 1 Rappels sur les fonctions continues par morceaux sur un intervalle. Table des matières PC*2. 1 er février 9 1 er février 9 Table des matières Séries de Fourier PC* 1 er février 9 1 Rappels sur les fonctions continues par morceaux sur un intervalle Coefficients de Fourier 4.1 Coefficients de Fourier

Plus en détail

Feuilles de TD du cours d Algèbre S4

Feuilles de TD du cours d Algèbre S4 Université Paris I, Panthéon - Sorbonne Licence M.A.S.S. 1-13 Feuilles de TD du cours d Algèbre S4 Jean-Marc Bardet (Université Paris 1, SAMM) Email: bardet@univ-paris1.fr Page oueb: http://samm.univ-paris1.fr/-jean-marc-bardet-

Plus en détail

Equations de Navier-Stokes dans un système en rotation

Equations de Navier-Stokes dans un système en rotation Equations de Navier-Stokes dans un système en rotation Soit e i un système inertiel d axes orthonormés et e i un système d axes orthonormés en rotation par rapport à e i, avec un vitesse angulaire instantannée

Plus en détail

Convolution. R d. Définition 1.2. f g s appelle produit de convolution, ou simplement convolution, de f et g.

Convolution. R d. Définition 1.2. f g s appelle produit de convolution, ou simplement convolution, de f et g. Convolution 1 L algèbre de convolution L 1 (R d ) Théorème 1.1. Soient f, g L 1 (R d ). Pour presque tout x R d, y f(y)g(x y) est intégrable et la fonction (f g)(x) := f(y)g(x y)dy est elle-même intégrable

Plus en détail

1 Invariance de jauge

1 Invariance de jauge M2 Physique Théorique Invariances en physique et théorie des groupes Opérateurs de translation magnétique et invariance de jauge 1 Invariance de jauge rappel: E r, t) = U r, t) A r, t) t B r, t) = A r,

Plus en détail

CHAMPS & PARTICULES. Mécanique Quantique. Alain Bouquet. Laboratoire AstroParticule & Cosmologie

CHAMPS & PARTICULES. Mécanique Quantique. Alain Bouquet. Laboratoire AstroParticule & Cosmologie CHAMPS & PARTICULES Mécanique Quantique Alain Bouquet Laboratoire AstroParticule & Cosmologie Université Denis Diderot Paris 7, CNRS, Observatoire de Paris & CEA Petite chronologie de trois axes convergents

Plus en détail

ELEMENTS DE LA THEORIE DES PROBABILITES

ELEMENTS DE LA THEORIE DES PROBABILITES ELEMENTS DE LA THEORIE DES PROBABILITES Laurent MAZLIAK Cours Préliminaire au DEA de Probabilités Année 2004-2005 20 juillet 2004 L objet de ces notes est de passer en revue un certain nombre de résultats

Plus en détail

4. The Physics of Particle Detectors, O. Green (Cambridge) 5. Quarks and leptons, F. Halzen and A. Martin (Wiley)

4. The Physics of Particle Detectors, O. Green (Cambridge) 5. Quarks and leptons, F. Halzen and A. Martin (Wiley) Introduction à la Physique des Particules Fondamentales Professeur : Allan G. Clark Assistant : Andrew Hamilton, Alexander Korzenev Bibliographie 1. * Introduction to High Energy Physics (4 ième édition),

Plus en détail

Produit scalaire. dxdy. Montrer que c est un produit scalaire.

Produit scalaire. dxdy. Montrer que c est un produit scalaire. Produit scalaire Exercice 1. Produits scalaires? Dire si les applications suivantes sont des produits scalaires : 1) E = R 2, ((x, x ) (y, y )) = axy + bxy + cx y + dx y (étudier ((1, t) (1, t)), t R).

Plus en détail

Etats KMS et mesures quasi-invariantes

Etats KMS et mesures quasi-invariantes Plan Etats KMS et mesures quasi-invariantes Jean Renault Université d Orléans 3 Octobre 2008 1 Définition des états KMS 2 Exemple des algèbres de Cuntz 3 Mesures quasi-invariantes et cocycles 4 Mesures

Plus en détail

Commande optimale des systèmes dynamiques Cours 6 Théorie du régulateur linéaire quadratique

Commande optimale des systèmes dynamiques Cours 6 Théorie du régulateur linéaire quadratique Commande optimale des systèmes dynamiques Cours 6 Théorie du régulateur linéaire quadratique Problème linéaire quadratique en horizon fini 2 Soit le problème de commande optimale : min u(t) R m J(u) =

Plus en détail

De la mécanique classique à la mécanique quantique: p. 1/3

De la mécanique classique à la mécanique quantique: p. 1/3 De la mécanique classique à la mécanique quantique: pourquoi et comment quantifier? Charles-Michel Marle Université Pierre et Marie Curie Paris, France De la mécanique classique à la mécanique quantique:

Plus en détail

Théorie des supercordes

Théorie des supercordes Théorie des supercordes De la gravitation quantique aux théories de jauge Adel Bilal Laboratoire de Physique Théorique, Ecole Normale Supérieure Présentation Master de Physique, FRIF, 23 janvier 2007 Plan

Plus en détail

Fonctions continues. le développement décimal propre de x. 10 1) Soit f : [0, 1[ [0, 1[ définie par : f(x) = x k+1. k= k 1 + x ) x + a R.

Fonctions continues. le développement décimal propre de x. 10 1) Soit f : [0, 1[ [0, 1[ définie par : f(x) = x k+1. k= k 1 + x ) x + a R. Fonctions continues Exercice 1. Fonction périodique Soit f : R R et T > 0. On suppose que f est T -périodique cad : x R, f(x + T ) = f(x). 1) Si f possède une limite en +, montrer que f est constante.

Plus en détail

Chapitre Eléments finis en dimension N 2

Chapitre Eléments finis en dimension N 2 1 Chapitre 6 6.3 Eléments finis en dimension N 2 Plan du cours: 6.3.1 Eléments finis triangulaires (de Lagrange) 6.3.2 Convergence et estimation d erreur 6.3.3 Eléments finis rectangulaires (de Lagrange)

Plus en détail

Etude de la régularité de fonctions Exemples de fonctions non dérivables (fonctions de Weierstrass)

Etude de la régularité de fonctions Exemples de fonctions non dérivables (fonctions de Weierstrass) Université de Rennes I Préparation à l agrégation compléments d analyse (Notes rédigées par J.-P. Conze) Etude de la régularité de fonctions Exemples de fonctions non dérivables (fonctions de Weierstrass).

Plus en détail

Brisure spontanée de symétrie et mécanisme de Higgs dans le modèle standard des interactions électrofaibles

Brisure spontanée de symétrie et mécanisme de Higgs dans le modèle standard des interactions électrofaibles Brisure spontanée de symétrie et mécanisme de Higgs dans le modèle standard des interactions électrofaibles M1 de Physique et Applications - parcours Physique Fondamentale Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

Information Quantique Corrigé de l examen du 21 Mai 2012

Information Quantique Corrigé de l examen du 21 Mai 2012 ENSEIRB-MATMECA Option second semestre, / Notation : la note finale est min(,note-ex+note-ex). Information Quantique Corrigé de l examen du Mai Exercice (/ pts) Circuits quantiques. - On cherche une matrice

Plus en détail

Méthodes Mathématiques pour la Physique I. Transformée de Fourier des Fonctions

Méthodes Mathématiques pour la Physique I. Transformée de Fourier des Fonctions Licences de Mécanique et de Physique et Applications Université Paris-Sud Méthodes Mathématiques pour la Physique I Transformée de Fourier des Fonctions 2015-2016 3 4 Table des matières 1 Transformation

Plus en détail

Exercices d oraux de la banque CCP BANQUE ALGÈBRE

Exercices d oraux de la banque CCP BANQUE ALGÈBRE Exercices d oraux de la banque CCP 2014-2015 20 exercices sur les 37 d algèbre peuvent être traités en Maths Sup. BANQUE ALGÈBRE EXERCICE 59 Soit E l espace vectoriel des polynômes à coefficients dans

Plus en détail

Convergence de l échantillonneur de Gibbs pour les distributions uniformes. Jeffrey S. Rosenthal

Convergence de l échantillonneur de Gibbs pour les distributions uniformes. Jeffrey S. Rosenthal Convergence de l échantillonneur de Gibbs pour les distributions uniformes Jeffrey S. Rosenthal Department of Statistics University of Toronto http://markov.utstat.toronto.edu/jeff/ jeff@math.toronto.edu

Plus en détail

Notions fondamentales de la Théorie des Probabilités

Notions fondamentales de la Théorie des Probabilités Université d Artois Faculté des Sciences Jean Perrin Probabilités (Master 1 Mathématiques-Informatique) Daniel Li Chapitre 1 Notions fondamentales de la Théorie des Probabilités Dans ce chapitre, nous

Plus en détail

Théorie de Fourier. Guillaume Obozinski. Traitement de l information et vision par ordinateur Ecole des Ponts. LIGM/Ecole des Ponts - ParisTech

Théorie de Fourier. Guillaume Obozinski. Traitement de l information et vision par ordinateur Ecole des Ponts. LIGM/Ecole des Ponts - ParisTech Théorie de Fourier Guillaume Obozinski LIGM/Ecole des Ponts - ParisTech Traitement de l information et vision par ordinateur Ecole des Ponts Une image Image numérique Une image numérique est une une application

Plus en détail

Licence M.A.S.S. Feuilles de TD du cours d Algèbre S4

Licence M.A.S.S. Feuilles de TD du cours d Algèbre S4 Université Paris I, Panthéon - Sorbonne Licence M.A.S.S. Feuilles de TD du cours d Algèbre S4 Jean-Marc Bardet (Université Paris, SAMOS) U.F.R. 7 et SAMOS (Centre d Economie de la Sorbonne, équipe MATISSE)

Plus en détail

Représentations des groupes nis IV : tables de caractères

Représentations des groupes nis IV : tables de caractères Université Claude Bernard LYON 1 Préparation à l'agrégation de Mathématiques Représentations des groupes nis IV : tables de caractères Michel CRETIN 1 Table des caractères Soit G un groupe ni ; on considère

Plus en détail

Feuille 2 : Orthogonalité, bases Hilbertienne

Feuille 2 : Orthogonalité, bases Hilbertienne MASTER DE MATHÉMATIQUES Universite de Nice Sophia Antipolis ANALYSE HILBERTIENNE 2015-2016 Feuille 2 : Orthogonalité, bases Hilbertienne Exercice 1. Soit E = L 2 (]0, 1[) muni de son produit scalaire usuel.,..

Plus en détail

Géométrie dans l espace

Géométrie dans l espace Géométrie dans l espace I Modes de repérage dans l espace 1 I.A Coordonnées cartésiennes...................... 1 I.B Coordonnées cylindriques...................... 2 I.C Coordonnées sphériques.......................

Plus en détail

2 Variétés Abstraites

2 Variétés Abstraites Université de Rennes1 Année 2006-2007 M1-H02 (Analyse sur les variétés) - Exercices 2 2 Variétés Abstraites 2.1 Variétés topologiques Exercice 2.1 Soit X un espace topologique. On dit que X est 1) à base

Plus en détail

Licence 3 Mathématiques - ULCO, La Mi-Voix, 2011/2012. Analyse Numérique. Fiche 7 - Calculs matriciels.

Licence 3 Mathématiques - ULCO, La Mi-Voix, 2011/2012. Analyse Numérique. Fiche 7 - Calculs matriciels. Licence 3 Mathématiques - ULCO, La Mi-Voix, 2/22 Analyse Numérique Fiche 7 - Calculs matriciels. Exercice Matrices triangulaires élémentaires Soit n N et on définit les matrices suivantes dans R n n :

Plus en détail

Formules intégrales. Chapitre Intégrales curvilignes Définition. On appelle intégrale curviligne de V le long de γ, l intégrale :

Formules intégrales. Chapitre Intégrales curvilignes Définition. On appelle intégrale curviligne de V le long de γ, l intégrale : Chapitre 6 Formules intégrales 6.1 Intégrales curvilignes Soit : t (t) = (x(t), y(t), z(t)) une courbe paramétrée régulière de l espace R 3 et V = (P(x, y, z), Q(x, y, z), R(x, y, z)) un champ de vecteurs.

Plus en détail

Projet de recherche. 3 directions de recherche principales: Walter H. Aschbacher (Ecole Polytechnique) Mai Projet de recherche

Projet de recherche. 3 directions de recherche principales: Walter H. Aschbacher (Ecole Polytechnique) Mai Projet de recherche Projet de recherche Walter H. Aschbacher (Ecole Polytechnique) Mai 2011 3 directions de recherche principales: Projet de recherche 1/13 Recherche: 3 directions principales Ligne directrice commune: Systèmes

Plus en détail

Notions sur le modèle standard : du lagrangien au mécanisme de Higgs

Notions sur le modèle standard : du lagrangien au mécanisme de Higgs Université Paris Sud Notions sur le modèle standard : du lagrangien au mécanisme de Higgs Elias KHAN Institut Universitaire de France Institut de Physique Nucléaire - Orsay IN2P3 - CNRS Avant-Propos L

Plus en détail

Exercices sur les chaînes de Markov

Exercices sur les chaînes de Markov Préparation Agrégation 212-213 Exercices sur les chaînes de Markov 1. Exemples à espace d états finis Exercice 1. On dispose de deux pièces, une non pipée, et une qui est truquée et est Face des deux côtés.

Plus en détail

Cours d Automatique ELEC4

Cours d Automatique ELEC4 Automatique Table des matières Cours d Automatique ELEC4 S. Icart I Généralités 3 1 Systèmes multivariables 3 2 Quelques rappels sur la transformée de Laplace 3 3 Transfert 4 3.1 Fonction de transfert

Plus en détail

MIKAËL PICHOT ET STÉPHANE VASSOUT. C(R) h(r),

MIKAËL PICHOT ET STÉPHANE VASSOUT. C(R) h(r), LE COÛT EST UN INVARIANT ISOPÉRIMÉTRIQUE MIKAËL PICHOT ET STÉPHANE VASSOUT Résumé. Soit R une relation d équivalence mesurée ergodique de type II sur un espace de probabilité (X, µ) sans atome. On montre

Plus en détail

Espaces de dimension finie

Espaces de dimension finie [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 28 décembre 2016 Enoncés 1 Espaces de dimension finie Bases en dimension finie Dimension d un espace Exercice 1 [ 01634 ] [Correction] Soit E l ensemble des fonctions

Plus en détail

TD 5 : Espérance conditionnelle Corrigé

TD 5 : Espérance conditionnelle Corrigé Processus aléatoires ENS Paris, 26-27 Thomas Budzinski Bureau V2 thomas.budzinski@ens.fr TD 5 : Espérance conditionnelle Corrigé Lundi 7 Octobre Exercice (Petits contre-exemples) Soient X et Y deux variables

Plus en détail

COMPLÉMENTS SUR LES VARIABLES ALÉATOIRES RÉELLES, VARIABLES À DENSITÉ

COMPLÉMENTS SUR LES VARIABLES ALÉATOIRES RÉELLES, VARIABLES À DENSITÉ Chapitre 8 : COMPLÉMENTS SUR LES VARIABLES ALÉATOIRES RÉELLES, VARIABLES À DENSITÉ ECS2 Lycée La Bruyère, Versailles Année 2015/2016 1 Généralités sur les variables aléatoires réelles 2 1.1 Généralités.............................................

Plus en détail

Corrigé de la feuille d exercices n o 1

Corrigé de la feuille d exercices n o 1 École Normale Supérieure FIMFA Année 2010-2011 Travaux dirigés de Topologie et Calcul différentiel François Béguin Corrigé de la feuille d exercices n o 1 1 - Espace topologique tel que les singletons

Plus en détail

Matrices symétriques réelles. Exercice 2 Le produit de deux matrices symétriques réelles est-il symétrique? R n = ker (u) Im (u)

Matrices symétriques réelles. Exercice 2 Le produit de deux matrices symétriques réelles est-il symétrique? R n = ker (u) Im (u) Matrices symétriques réelles 1 Préliminaires On se place dans (R n, ) euclidien, le produit scalaire canonique étant défini par : (x, y) R n R n, x y = t x y = x k y k On note : M n (R) l algèbres des

Plus en détail

Distributions, analyse de Fourier, EDP. Cours no. 5 le 1/XII/2009

Distributions, analyse de Fourier, EDP. Cours no. 5 le 1/XII/2009 Distributions, analyse de Fourier, EDP Cours no. 5 le 1/XII/2009 Distributions à support singleton (pp. 123-125) Soient Ω ouvert de R N, une distribution T D (Ω) et x 0 Ω Théorème. Si supp(t ) {x 0 },

Plus en détail

CONCOURS ESIM FILIERE MP MATHEMATIQUES 2. + (puisque α n est pas entier) απ α 2 n 2 cos(nx). Maintenant, g est de classe C 1 par morceaux.

CONCOURS ESIM FILIERE MP MATHEMATIQUES 2. + (puisque α n est pas entier) απ α 2 n 2 cos(nx). Maintenant, g est de classe C 1 par morceaux. SESSION CONCOURS ESIM FILIERE MP MATHEMATIQUES Préliminaire - Quand t tend vers, ft) t t t =. Par suite, f est prolongeable par continuité en. f étant d autre part continue / sur ], ], f est intégrable

Plus en détail