Place du scanning au lit du patient par rapport à d autres mesures d amélioration de la sécurité. Prof. Pascal BONNABRY. Berne, 17 septembre 2008

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Place du scanning au lit du patient par rapport à d autres mesures d amélioration de la sécurité. Prof. Pascal BONNABRY. Berne, 17 septembre 2008"

Transcription

1 Place du scanning au lit du patient par rapport à d autres mesures d amélioration de la sécurité Forum GS1 Efficience dans le domaine de la santé - Bedside scanning Circuit du médicament Retranscription Dispensation manuelle 12% 11% 39% Prescription manuscrite Evènements indésirables évitables : 6.5% des admissions Administration 38% Bates DW, JAMA 1995;274:29 1

2 Fiabilité humaine «Le 6 ème jour, Dieu créa l homme» mais Dieu était fatigué et sa création ne fût pas parfaite Erreurs de dispensation Infirmières 3,0 % erreurs dispensation Contrôle non testé 20% 6% Erreur sélection Erreur répartition Erreur comptage 74% Pharmacie 3,6 % erreurs dispensation 79% détectées au contrôle 21% 8% 35% Mauvais médicament Mauvais dosage Mauvaise forme Autres 36% Garnerin Ph, Eur J Clin Pharmacol 2007;63:769 Cina JL, Jt Comm J Qual Patient Saf 2006;32:73 Erreurs de sélection 2% 2

3 Efficacité des contrôles Introduction d erreurs dans le remplissage de doses unitaires Capacité de détection: Pharmaciens: 87.7% Infirmières: 82.1% Facchinetti NJ, Med Care 1999;37:39-43 Efficacité 85% (valeur reconnue en milieu industriel) Se méfier des «doubles-contrôles» Stratégies pour améliorer la sécurité Approche systémique Standardisation (choix de produit, prescription, processus...) Informatisation Dose unitaire Injectables à haut risque préparés par la pharmacie Protocoles spéciaux pour médicaments à haut risque Pas de solutions iv concentrées dans les unités Visites de pharmaciens cliniciens Rendre l information disponible aux soignants Améliorer la connaissance du traitement par le patient To err is human, IOM,

4 Stratégie aux HUG Revoir l organisation des processus Simplifier les processus Réduire le recours à la mémoire Supprimer les calculs Standardiser Diminuer la ressemblance Eliminer les étapes manuelles Améliorer la performance des contrôles Améliorer la communication Rôle des technologies de l information! 4

5 Informatisation du circuit du médicament Retranscription X Prescription et dossier patient informatisés Robotisation de la dispensation Contrôle ultime électronique Informatisation du dossier patient Traçabilité papier électronique C. Lovis, HUG 5

6 Prescription informatisée 55% erreurs médicamenteuses non interceptées [ / 1000 patients-jours] Résultats par étapes: Prescription 19% Mais surtout : Transcription 84% Dispensation 68% Administration 59% Bates DW, JAMA 1998;280: : objectifs Augmenter la sécurité des patients Augmenter la satisfaction des patients (sentiment de sécurité apporté par la technologie) Augmenter l efficience (documentation, gestion de stock, facturation, ) Augmenter la satisfaction des infirmières Réduire les coûts (notamment liés aux erreurs) Foote SO, Nursing Economics 2008;26:207 6

7 : pré-requis Prescription électronique Infrastructure technique (hard-, soft-) Identification des acteurs / objets Acceptabilité patients Acceptabilité soignants (évolution métier) Démonstration du bénéfice Leaders du projet Les 3 acteurs du scanning Le soignant Le patient Identification? Le médicament 7

8 Les 3 acteurs du scanning Le soignant Le patient Le médicament Identification de la dose unitaire? Reconditionnement par la pharmacie Identification par l industrie 8

9 EAHP request for unit-doses Blisters avec chaque dose unitaire comprenant la totalité de l information: Nom de marque Substance active Dosage Date d expiration Numéro de lot Code-barres Incluant ID produit, date d expiration et n de lot Utilisation d un standard international (ex. GS1) Datamatrix En Suisse Premiers produits en 2008! Redimune immunoglobuline dérivé stable du sang Clexane héparine fractionnée origine animale 9

10 Acceptabilité par les patients Cléopas A, Service qualité des soins, HUG, 2003 Satisfaction des infirmières MAS-NAS = Medication Administration System Nurses Assessment of Satisfaction Echelle de Likert de 1 à 6 [max satisfaction] Hurley AC, JONA 2007;37:343 10

11 Bénéfice: impact sur les erreurs d administration Mauvais médicament - 75% Mauvais dosage - 62% Mauvais patient - 93% Mauvais horaire - 87% Globalement - 80% Johnson, J Healthcare Inf Manag 2002;16:1 Alerte aux alertes Alerte dans 42% des administrations Alerte ignorée dans 78% des cas Problèmes d interface avec la prescription Erreurs de manipulation Duplication des ordres Sakowski J, Am J Health-Syst Pharm 2005;62:

12 Projet pilote chimiothérapies Préparation avec contrôle des pesées Prescription informatisée Scanning au lit du patient Scanning des chimiothérapies Infirmier Médicament CYTOS-TRACE Patient 12

13 Traçabilité des chimiothérapies Acceptabilité D'accord/Tout à fait d'accord [%] Intelligible Efficace Facile d'utilisation Rapide Rassurant Allège la charge de travail n=41 R. Balbaaki, HUG,

14 Acceptabilité [%] Je préfère utiliser En situation de stress, je préfère utiliser Je recommande à mes collègues Quotidiennement, je préfère utiliser 88 Sans aide Check-list Scanning n=41 R. Balbaaki, HUG, 2006 Analyse économique Analyse coût-efficacité (prescription électronique existante) Datamatrix Sans coût erreur Avec coût erreur Coût /erreur évitée [Frs] Taux utilis. CL/élect [%] 100 / / 100 Scanning vs aucune aide Scanning vs check-liste

15 Place du scanning L informatisation du circuit du médicament est une des actions prioritaire pour améliorer la sécurité Le scanning au lit du patient est la suite logique de l informatisation de la prescription Peu d études ont évalué les bénéfices et les risques du scanning L impact sur l organisation des processus doit être observé attentivement lors de l implantation Perspective Implémentation progressive durant les prochaines années: Médicaments (cytostatiques, stupéfiants, dérivés stables du sang, autres ) Sang Dispositifs médicaux implantables 15

16 Perspective Serons-nous un jour capable de faire aussi bien que l épicier du coin? 16

Innovations techniques en matière de sécurité des soins: exemple du médicament

Innovations techniques en matière de sécurité des soins: exemple du médicament Innovations techniques en matière de sécurité des soins: exemple du médicament XI ème journée «Risque, sécurité et médecine» Où sont les erreurs? Evènements indésirables évitables : 6.5% des admissions

Plus en détail

Utilisation des code-barres / RFID à l hôpital

Utilisation des code-barres / RFID à l hôpital Utilisation des code-barres / RFID à l hôpital GS1 - Healthcare Supply Chain Cluster Enjeux pour les hôpitaux Processus de soins très complexes et fortement basés sur la fiabilité humaine Améliorer la

Plus en détail

Stratégie d amélioration. médicament

Stratégie d amélioration. médicament Stratégie d amélioration de la sécurité du circuit du médicament Prof. Pascal BONNABRY Formation «Coordinateur sécurité des patients» Lausanne, 29 mai 2012 Sécurité des patients Infections Médicaments

Plus en détail

Analyse prospective des risques: utilité dans la sécurisation des processus. Prof. Pascal BONNABRY. Hopipharm Bordeaux, 21 mai 2008

Analyse prospective des risques: utilité dans la sécurisation des processus. Prof. Pascal BONNABRY. Hopipharm Bordeaux, 21 mai 2008 Analyse prospective des risques: utilité dans la sécurisation des processus Hopipharm Définition du risque Production aseptique = processus à haut risque processus complexe très basé sur la fiabilité humaine

Plus en détail

Comment sécuriser l utilisation des médicaments à l aide de code-barres?

Comment sécuriser l utilisation des médicaments à l aide de code-barres? Comment sécuriser l utilisation des médicaments à l aide de code-barres? Prof. Pascal BONNABRY Symposium Teva Pharma AG Lausanne, 21 avril 2010 To err is human USA Complications médicamenteuses graves

Plus en détail

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Hôpitaux Universitaires de Genève Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Sécurisation du circuit des chimiothérapies: de la prescription à l administration Etre les premiers pour vous Rabat, 14 septembre 2013

Plus en détail

La raison d être des systèmes d information

La raison d être des systèmes d information La raison d être des systèmes d information 23 ème Séminaire en sciences pharmaceutiques Pourrait-on vivre sans? 1 Enjeux Processus de soins très complexes et fortement basés sur la fiabilité humaine Suivi

Plus en détail

Pharmacie automatisée: expérience dans une unité de soins

Pharmacie automatisée: expérience dans une unité de soins Pharmacie automatisée: expérience dans une unité de soins SYLVIE DUMONT INFIRMIÈRE CADRE OLIVIA FRANÇOIS PHARMACIENNE AMÉLIORER LA SÉCURITÉ DU PROCESSUS MÉDICAMENT LUNDI 6 FÉVRIER 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

L erreur est humaine comment améliorer la sécurité des patients? Prof. Pascal BONNABRY

L erreur est humaine comment améliorer la sécurité des patients? Prof. Pascal BONNABRY L erreur est humaine comment améliorer la sécurité des patients? Cours du CAP Genève, le 18 septembre 2008 Lausanne, le 2 octobre 2008 Objectifs Apporter des connaissances sur les limites de la fiabilité

Plus en détail

Implication du pharmacien dans la gestion des risques PD Dr Pascal BONNABRY

Implication du pharmacien dans la gestion des risques PD Dr Pascal BONNABRY Implication du pharmacien dans la gestion des risques 11 èmes journées franco-suisses de pharmacie hospitalière Risques Médicaments effets indésirables pharmacovigilance processus médicaments «iatrovigilance»

Plus en détail

Traçabilité : Approche de la Pharmacie du CHUV Projet double lecture

Traçabilité : Approche de la Pharmacie du CHUV Projet double lecture Traçabilité : Approche de la Pharmacie du CHUV Projet double lecture Dr Bertrand Hirschi Forum GS1 Berne le 8 septembre 2009 Origine du projet Fin 2006 décision est prise de revoir entièrement le circuit

Plus en détail

L IATROGENIE DE L ORDONNANCE MAI 2007

L IATROGENIE DE L ORDONNANCE MAI 2007 L IATROGENIE DE L ORDONNANCE MAI 2007 Christian CORNETTE Pharmacie, CHU Besançon CC capacité gérontologie 1 Définition de l erreur médicamenteuse (SFPC) Ecart par rapport à ce qui aurait du être fait au

Plus en détail

ASSURANCE- QUALITÉ ET GESTION DES RISQUES. Hôpitaux Universitaires de Genève. Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Etre les premiers pour vous

ASSURANCE- QUALITÉ ET GESTION DES RISQUES. Hôpitaux Universitaires de Genève. Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Etre les premiers pour vous Programme d introduction à la pharmacie hospitalière Hôpitaux Universitaires de Genève ASSURANCE- QUALITÉ ET GESTION DES RISQUES Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Etre les premiers pour vous 1 OBJECTIFS

Plus en détail

Traçabilité des productions pharmaceutiques hospitalières PD Dr Pascal BONNABRY

Traçabilité des productions pharmaceutiques hospitalières PD Dr Pascal BONNABRY Traçabilité des productions pharmaceutiques hospitalières Pourquoi produire à l hôpital?! Pas de produit adapté sur le marché Substance ou formulation non disponible Forme non adaptée! Amélioration de

Plus en détail

CONTRIBUTION DE LA PHARMACIE HOSPITALIÈRE A LA QUALITÉ DES SOINS. Hôpitaux Universitaires de Genève. Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef

CONTRIBUTION DE LA PHARMACIE HOSPITALIÈRE A LA QUALITÉ DES SOINS. Hôpitaux Universitaires de Genève. Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Programme d introduction à la pharmacie hospitalière Hôpitaux Universitaires de Genève Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef CONTRIBUTION DE LA PHARMACIE HOSPITALIÈRE A LA QUALITÉ DES SOINS Etre les premiers

Plus en détail

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Les erreurs de médication tuent 7 000 personnes chaque année aux USA

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Les erreurs de médication tuent 7 000 personnes chaque année aux USA Hôpitaux Universitaires de Genève Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef De la pharmacie au patient: comment réduire les erreurs? Etre les premiers pour Symposium vous Aguettant - SFAR 19 septembre 2013 2

Plus en détail

Quel apport du numérique pour l administration des médicaments? Commission PA

Quel apport du numérique pour l administration des médicaments? Commission PA Quel apport du numérique pour l administration des médicaments? 09 09 2015 Commission PA 1 Rappel des constats 30% d erreur toutes étapes confondues en EHPAD de la prescription à la délivrance,la préparation,

Plus en détail

Gestion des risques en milieu hospitalier: Rôle du pharmacien hospitalier

Gestion des risques en milieu hospitalier: Rôle du pharmacien hospitalier Gestion des risques en milieu hospitalier: Rôle du pharmacien hospitalier AG des pharmaciens hospitaliers francophones de Belgique Pourquoi le pharmacien? «A la pointe de la gestion du processus et du

Plus en détail

Michèle WALDVOGEL Responsable assurance qualité et gestion des risques GROUPE HOSPITALIER DU CENTRE ALSACE (GHCA) COLMAR

Michèle WALDVOGEL Responsable assurance qualité et gestion des risques GROUPE HOSPITALIER DU CENTRE ALSACE (GHCA) COLMAR Michèle WALDVOGEL Responsable assurance qualité et gestion des risques GROUPE HOSPITALIER DU CENTRE ALSACE (GHCA) 68003 COLMAR Plan Présentation du Groupe Hospitalier du Centre Alsace Contexte et objectifs

Plus en détail

Dispensation nominative manuelle au CH René Pleven de DINAN Service de SSR

Dispensation nominative manuelle au CH René Pleven de DINAN Service de SSR Conférence régionale des pharmaciens des EDS de Bretagne Dispensation nominative manuelle au CH René Pleven de DINAN Service de SSR 23 Juin 2011 Sommaire Schéma d organisation CH DINAN Type de support

Plus en détail

Utilisation de l AMDEC pour améliorer la sécurité du processus chimiothérapie anticancéreuse dans un service d oncologie médicale à Alger.

Utilisation de l AMDEC pour améliorer la sécurité du processus chimiothérapie anticancéreuse dans un service d oncologie médicale à Alger. Utilisation de l AMDEC pour améliorer la sécurité du processus chimiothérapie anticancéreuse dans un service d oncologie médicale à Alger. Casablanca 31 octobre Séminaire sur l usage rationnel des médicaments

Plus en détail

Comment convaincre. pharmacien hospitalier

Comment convaincre. pharmacien hospitalier Comment convaincre la direction i vision ii d un pharmacien hospitalier Prof. Pascal BONNABRY Congrès GSASA Baden, 16 novembre 2012 Priorités stratégiques de la pharmacie Optimiser la sécurité, l efficience

Plus en détail

Standardisation de l affichage des dosages sur les étiquettes: un moyen de prévenir des erreurs

Standardisation de l affichage des dosages sur les étiquettes: un moyen de prévenir des erreurs Standardisation de l affichage des dosages sur les étiquettes: un moyen de prévenir des erreurs Philippe GARNERIN 1, Murielle ARES 1, Rima BAALBAKI 2, Pierre CHOPARD 3, Pascal BONNABRY 2 1 Service d anesthésiologie,

Plus en détail

Devenez AAA: Amateurs d Armoires Automatisées

Devenez AAA: Amateurs d Armoires Automatisées Hôpitaux Universitaires de Genève Devenez AAA: Amateurs d Armoires Automatisées Olivia FRANCOIS Pharmacienne Forum AMGEN 23 Janvier 2014 Etre les premiers pour vous POURQUOI? Les intérêts et les détails

Plus en détail

IMPACT DE L INFORMATISATION DU DOSSIER PATIENT DANS UN SERVICE DE MEDECINE A L HÔTEL DIEU DE FRANCE

IMPACT DE L INFORMATISATION DU DOSSIER PATIENT DANS UN SERVICE DE MEDECINE A L HÔTEL DIEU DE FRANCE IMPACT DE L INFORMATISATION DU DOSSIER PATIENT DANS UN SERVICE DE MEDECINE A L HÔTEL DIEU DE FRANCE JACQUELINE CHEDID YORAIMA ABOU JAOUDE 2 PLAN DE LA PRESENTATION Introduction Contexte But du travail

Plus en détail

Risque iatrogène à l hôpital Partie I

Risque iatrogène à l hôpital Partie I Cours de pharmacie hospitalière, 3ème année Risque iatrogène à l hôpital Partie I Prof. Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Pharmacie des HUG Genève OBJECTIFS Savoir définir la notion d événement indésirable

Plus en détail

La mise en place des RMM «erreurs médicamenteuses»

La mise en place des RMM «erreurs médicamenteuses» La mise en place des RMM «erreurs médicamenteuses» O. KRESEC-CAPELLE, pharmacien A. TICCA, gestionnaire des risques 3èmes rencontres régionales 8 octobre 2015 Contexte Erreur médicamenteuse (EM) Omission

Plus en détail

SECURISER L EMPLOI DES MEDICAMENTS EN HOPITAL: QUELQUES PROJETS CONCRETS

SECURISER L EMPLOI DES MEDICAMENTS EN HOPITAL: QUELQUES PROJETS CONCRETS SECURISER L EMPLOI DES MEDICAMENTS EN HOPITAL: QUELQUES PROJETS CONCRETS 29.11.2011 Plan de la présentation Le circuit du médicament Système de gestion des erreurs médicamenteuses Exemples de projets sécurisant

Plus en détail

Prévention des erreurs médicamenteuses en anesthésie

Prévention des erreurs médicamenteuses en anesthésie Prévention des erreurs médicamenteuses en anesthésie Bertrand Décaudin Pharmacien MCU-PH Conflit d intérêt Aucun conflit d intérêt relatif à ce travail Plan Quelques définitions Les principaux types d

Plus en détail

Dispensation nominative manuelle, semi-automatisée et automatisée

Dispensation nominative manuelle, semi-automatisée et automatisée Conférence régionale des pharmaciens des EDS de Bretagne Dispensation nominative manuelle, semi-automatisée et automatisée ATELIERS Juin 2011 CH PLOERMEL Sommaire Objectifs de la dispensation nominative

Plus en détail

Traçabilité. Plan. Module Vigilance et traçabilité. Dr Pascal BONNABRY, CC. (discussion) (discussion)

Traçabilité. Plan. Module Vigilance et traçabilité. Dr Pascal BONNABRY, CC. (discussion) (discussion) Module Vigilance et traçabilité Traçabilité Plan 08h30-09h00 09h00-09h20 09h20-10h00 Apports théoriques Stupéfiants (discussion) Retrait de lot (discussion) Traçabilité Définition «Aptitude à retrouver

Plus en détail

Ensemble pour une santé plus sûre et plus efficace. The Global Language of Business

Ensemble pour une santé plus sûre et plus efficace. The Global Language of Business Ensemble pour une santé plus sûre et plus efficace The Global Language of Business GS1 dans les soins de santé Ensemble pour une meilleure efficacité et une sécurité du patient accrue «L automatisation

Plus en détail

Le rôle du cadre de santé dans l EPP

Le rôle du cadre de santé dans l EPP Le rôle du cadre de santé dans l EPP Adeline Krikilion, Cadre de santé Service des Brûlés Annie Couton, Cadre supérieure de Santé Nicolas Pruvot, Directeur des soins Groupement hospitalier Cochin-Hôtel

Plus en détail

Missions Pharmacie des HUG

Missions Pharmacie des HUG Missions Pharmacie des HUG Approvisionner en médicaments l ensemble des services de soins des HUG (achat, production, distribution) Assurer la qualité de la production et de la préparation des médicaments

Plus en détail

Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments PD Dr Pascal BONNABRY

Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments PD Dr Pascal BONNABRY Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments Flux des médicaments et pharmacoéconomie DESS, Enjeux! Processus de soins très complexes et fortement basés

Plus en détail

Guide d utilisation. Fiche régionale de déclaration d erreur médicamenteuse

Guide d utilisation. Fiche régionale de déclaration d erreur médicamenteuse Guide d utilisation Fiche régionale de déclaration d erreur médicamenteuse Page 1/4 Août 2013 L OMEDIT Nord Pas de Calais a mis en place en 2009 le Groupe de travail sur la prévention des erreurs médicamenteuses,

Plus en détail

Les autres thématiques. Journée technique AUDIPOG 21 mars 2016 Véronique Tessier (Paris)

Les autres thématiques. Journée technique AUDIPOG 21 mars 2016 Véronique Tessier (Paris) + Les autres thématiques Journée technique AUDIPOG 21 mars 2016 Véronique Tessier (Paris) + Pourquoi parler des autres thématiques? Les EV investiguent sur les thématiques au périmètre dans tous les secteurs

Plus en détail

CIRCUIT DU MÉDICAMENT en Établissement de Santé

CIRCUIT DU MÉDICAMENT en Établissement de Santé CIRCUIT DU MÉDICAMENT en Établissement de Santé Enquête A.R.H 2004 1 Circuit du médicament MÉDECIN Prescription de médicaments PHARMACIEN Dispensation de médicaments PATIENT Administration de médicaments

Plus en détail

LA SECURISATION DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE DANS L ETABLISSEMENT. Rémy COLLOMP

LA SECURISATION DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE DANS L ETABLISSEMENT. Rémy COLLOMP LA SECURISATION DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE DANS L ETABLISSEMENT Rémy COLLOMP Pharmacien CHU Nice Vice Président de la SFPC GT Gestion des risques & Simulation Sécurisation PECM R Collomp API

Plus en détail

Analyse des Rapports d Etape 2014 AVRIL 2015

Analyse des Rapports d Etape 2014 AVRIL 2015 Unité de Coordination Régionale Analyse des Rapports d Etape 2014 AVRIL 2015 Le rapport d étape 2014 s inscrit dans le cadre du suivi pluriannuel du nouveau Contrat de Bon Usage des médicaments et des

Plus en détail

Sécurisation du circuit des médicaments anticancéreux

Sécurisation du circuit des médicaments anticancéreux Sécurisation du circuit des médicaments anticancéreux Les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) env. 780 000 journées d hospitalisation / an env. 760 000 consultations ambulatoires / an 2200 lits 1 Agenda

Plus en détail

Chapitre 2 : Prévention de l iatrogénie médicamenteuse. Epidémiologie. Benoît ALLENET, Pharmacie Clinique

Chapitre 2 : Prévention de l iatrogénie médicamenteuse. Epidémiologie. Benoît ALLENET, Pharmacie Clinique UE6 - Initiation à la connaissance du médicament Chapitre 2 : Prévention de l iatrogénie médicamenteuse Epidémiologie Benoît ALLENET, Pharmacie Clinique Année universitaire 2011/2012 Université Joseph

Plus en détail

Sécurité du médicament Rôle du Pharmacien Hospitalier

Sécurité du médicament Rôle du Pharmacien Hospitalier Sécurité du médicament Rôle du Pharmacien Hospitalier Académie de Pharmacie Jacqueline SURUGUE Membre du Conseil National de l Ordre Président de la Section Hôpital de la Fédération Internationale Pharmaceutique

Plus en détail

Assurance-qualité et gestion des risques

Assurance-qualité et gestion des risques Assurance-qualité et gestion des risques Bamako, Mali, avril 2010 Qualité Ensemble des propriétés d un produit ou service qui lui confèrent l aptitude à satisfaire, ni plus, ni moins, des besoins exprimés

Plus en détail

Evaluation du dépistage et de la prise en compte de l insuffisance rénale dans la prescription médicamenteuse chez le patient âgé.

Evaluation du dépistage et de la prise en compte de l insuffisance rénale dans la prescription médicamenteuse chez le patient âgé. Evaluation du dépistage et de la prise en compte de l insuffisance rénale dans la prescription médicamenteuse chez le patient âgé. Dr GUILLAUMOU (Médecine B) Dr GIRAUDON (Pharmacie) Centre Hospitalier

Plus en détail

BON USAGE DES MEDICAMENTS ANTALGIQUES EN MILIEU HOSPITALIER

BON USAGE DES MEDICAMENTS ANTALGIQUES EN MILIEU HOSPITALIER BON USAGE DES MEDICAMENTS ANTALGIQUES EN MILIEU HOSPITALIER Dr. Eric BRANGER Pharmacien - C.H. Plöermel Journée IRD Pays Loire / Bretagne - REDO - Vannes 29 Janvier 2010 1) RAPPELS REGLEMENTAIRES Circuit

Plus en détail

d administration des médicaments module e-learning au travers d une

d administration des médicaments module e-learning au travers d une Sécurité de préparation et d administration des médicaments injectables: évaluation de l apport d un dun module e-learning au travers d une chambre des erreurs L. Gschwind 1, N. Yankova 1,2, C. Guéguéniat-Dupessey

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DU SUPPORT UNIQUE DE PRESCRIPTION ADMINISTRATION DES MEDICAMENTS

GUIDE D UTILISATION DU SUPPORT UNIQUE DE PRESCRIPTION ADMINISTRATION DES MEDICAMENTS Référence : PR/PHA/006-A Page :Page 1 sur 11 Objet : Ce document a pour objet d'expliciter la tenue et l utilisation de la fiche de prescription et d administration des médicaments. Ce support unique est

Plus en détail

DISPENSATION NOMINATIVE AU CENTRE REGIONAL DE GERIATRIE DE CHANTEPIE Agnès KOLB. Présentation du Centre Régional de Gériatrie

DISPENSATION NOMINATIVE AU CENTRE REGIONAL DE GERIATRIE DE CHANTEPIE Agnès KOLB. Présentation du Centre Régional de Gériatrie AU CENTRE REGIONAL DE GERIATRIE DE CHANTEPIE Agnès KOLB Présentation du Centre Régional de Gériatrie 427 lits Soins de Suite : 47 lits MPR : 80 lits Soins Palliatifs : 6 lits USLD : 60 lits Dispensation

Plus en détail

N 4370 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 4370 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 4370 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 11 janvier 2017. PROPOSITION DE LOI visant à définir la certification

Plus en détail

La réponse du Générique à la Préparation des Doses à Administrer (PDA) 4 mars 2015

La réponse du Générique à la Préparation des Doses à Administrer (PDA) 4 mars 2015 La réponse du Générique à la Préparation des Doses à Administrer (PDA) 4 mars 2015 Liens d intérêt Anne YVON Directeur des Affaires Pharmaceutiques Pharmacien Responsable MYLAN SAS Docteur en Pharmacie

Plus en détail

EXPERIENCE DU CHLP - DOLE

EXPERIENCE DU CHLP - DOLE EXPERIENCE DU CHLP - DOLE CONSTAT Certification V2010 - Visite en mai 2010 Réserve de l HAS concernant la référence 20a «Démarche qualité de la prise en charge médicamenteuse du patient», sur le manque

Plus en détail

Aucun. H Bontemps - Optimisation analyse pharmaceutique prescriptions ciblées

Aucun. H Bontemps - Optimisation analyse pharmaceutique prescriptions ciblées 2 Aucun 3 La croissance des missions du pharmacien et de son périmètre d action est une réalité, qu elle soit voulue ou imposée Contraintes budgétaires des hôpitaux (plan triennal) Questionnement Optimisation

Plus en détail

DEFINITION DEFINITION PLAN. L erreur A QUEL MOMENT L ERREUR MEDICAMENTEUSE PEUT- ELLE ETRE COMMISE?

DEFINITION DEFINITION PLAN. L erreur A QUEL MOMENT L ERREUR MEDICAMENTEUSE PEUT- ELLE ETRE COMMISE? L erreur M D Dziubich CIADE IFITS Neuilly sur marne DU 2008 PLAN Définition Recommandations pour éviter erreur Recommandations européennes d administration de reconstitution d étiquetage de voies d administration

Plus en détail

L erreur médicamenteuse. E ECCHER M D Dziubich IFITS Neuilly sur marne DU 2009

L erreur médicamenteuse. E ECCHER M D Dziubich IFITS Neuilly sur marne DU 2009 L erreur médicamenteuse E ECCHER M D Dziubich IFITS Neuilly sur marne DU 2009 PLAN Définition Origine des erreurs médicamenteuses Recommandations pour éviter erreur médicamenteuse Recommandations européennes

Plus en détail

Imagerie Interventionnelle : secteur à risque

Imagerie Interventionnelle : secteur à risque Imagerie Interventionnelle : secteur à risque Objectif principal Engager une démarche qualité et gestion des risques en Radiologie Interventionnelle, reconnue désormais par la HAS comme un secteur à risque

Plus en détail

Le patient acteur de sa santé : le projet High5 s Dr Irène Philip Directeur qualité Centre Léon-Bérard Lyon

Le patient acteur de sa santé : le projet High5 s Dr Irène Philip Directeur qualité Centre Léon-Bérard Lyon Le patient acteur de sa santé : le projet High5 s Dr Irène Philip Directeur qualité Centre Léon-Bérard Lyon le projet High5 s : son histoire, sa réalité Le patient acteur de sa santé Les équipes des départements

Plus en détail

Le circuit du médicament, réglementation et organisation. Le médicament dans la prise en charge thérapeutique

Le circuit du médicament, réglementation et organisation. Le médicament dans la prise en charge thérapeutique détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Le circuit du médicament, réglementation et organisation La gouvernance Comment est organisée la gouvernance du médicament à l hôpital?...5210 Les contrats de pôles

Plus en détail

RESULTATS REGIONAUX ENQUETE TRACABILITE SANITAIRE DES DMI

RESULTATS REGIONAUX ENQUETE TRACABILITE SANITAIRE DES DMI RESULTATS REGIONAUX ENQUETE TRACABILITE SANITAIRE DES DMI PARTICIPATION Taux de réponse : -23 ETB ont répondus sur 35 envoyés, dont 21 questionnaires remplis (2 ETB non concernés) 66% de réponse CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Informatisation du dossier de soins des paramédicaux : une opportunité pour redonner du sens au soin

Informatisation du dossier de soins des paramédicaux : une opportunité pour redonner du sens au soin Informatisation du dossier de soins des paramédicaux : une opportunité pour redonner du sens au soin Catherine Cunat, Sophie Nicod-Franc Cadres Supérieurs de Santé Hospices Civils de Lyon Plan Les HCL

Plus en détail

Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus

Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus Congrès «La sécurité des patients en Suisse» Le risque La cible à atteindre Le risque zéro n existe pas Déterminer le niveau

Plus en détail

Le risque La cible à atteindre. Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus. Le risque zéro n existe pas

Le risque La cible à atteindre. Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus. Le risque zéro n existe pas Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus Congrès «La sécurité des patients en Suisse» Le risque La cible à atteindre Le risque zéro n existe pas Déterminer le niveau

Plus en détail

Analyse prospective des risques: application aux chimiothérapies anticancéreuses

Analyse prospective des risques: application aux chimiothérapies anticancéreuses Analyse prospective des risques: application aux chimiothérapies anticancéreuses DU Pharmacie clinique oncologique Université Paris Descartes, 18 mai 2006 Les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) env.

Plus en détail

DISPENSATION NOMINATIVE HEBDOMADAIRE (non informatisée) SSR : 23 Lits CSG : 15 Lits USP : 7 Lits. CH FOUGERES Béatrice MARIE DIT-DINARD

DISPENSATION NOMINATIVE HEBDOMADAIRE (non informatisée) SSR : 23 Lits CSG : 15 Lits USP : 7 Lits. CH FOUGERES Béatrice MARIE DIT-DINARD DISPENSATION NOMINATIVE HEBDOMADAIRE (non informatisée) SSR : 23 Lits CSG : 15 Lits USP : 7 Lits CH FOUGERES Béatrice MARIE DIT-DINARD Services de soins Médecin Infirmière de nuit Prescrit pour les patients

Plus en détail

Bonnes pratiques d administration des spécialités utilisées en Anesthésie Réanimation au bloc opératoire. Version 2 - Juillet 2014

Bonnes pratiques d administration des spécialités utilisées en Anesthésie Réanimation au bloc opératoire. Version 2 - Juillet 2014 Bonnes pratiques d administration des spécialités utilisées en Anesthésie Réanimation au bloc opératoire Version 2 - Juillet 2014 Introduction 2 «L erreur d administration de spécialités utilisées en anesthésie

Plus en détail

Les facteurs entravant la mise en place d une démarche qualité au centre Mohamed VI de traitement du cancer

Les facteurs entravant la mise en place d une démarche qualité au centre Mohamed VI de traitement du cancer Les facteurs entravant la mise en place d une démarche qualité au centre Mohamed VI de traitement du cancer Siham ABDELLAOUI, Pr A.BENIDER, Fatima HOUMMANI. CHU Ibn Rochd de Casablanca 1 Plan de présentation

Plus en détail

La Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD

La Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD + La Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD Thèse professionnelle Mastère en Management de la santé et des industries pharmaceutiques Maxime Camguilhem Promotion 3 2008-2009 18

Plus en détail

Politique d amélioration de la qualité de la prise en charge médicamenteuse du patient

Politique d amélioration de la qualité de la prise en charge médicamenteuse du patient Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Politique d amélioration de la qualité de la prise en charge médicamenteuse du patient Ce document a été validé

Plus en détail

pharmaceutique informatisé

pharmaceutique informatisé Actualités s des EHPAD forfait médicaments, m dossier pharmaceutique informatisé Pr Philippe ARNAUD Hôpital Bichat Groupe hospitalier Universitaire Paris Nord val de Seine ABCPH_28 septembre 2012 Personnes

Plus en détail

Anniversaire des 10 ans de colloque cadres 3C Quelles évolutions dans la prise en soins?

Anniversaire des 10 ans de colloque cadres 3C Quelles évolutions dans la prise en soins? Anniversaire des 10 ans de colloque cadres 3C Quelles évolutions dans la prise en soins? 12 mai 2016 Dominique BARFUSS, Cadre supérieur de santé du pôle appareil digestif, endocrinologie et nutrition Sylvie

Plus en détail

L infirmier de recherche clinique

L infirmier de recherche clinique L infirmier de recherche clinique DIU FARC Séminaire 4 C.PARRAT 30 janvier 2014 Les missions de l hôpital public Le soin L enseignement et la formation La recherche = Mission de l infirmier de l hôpital

Plus en détail

GS1 DataMatrix. Recommandations pour l utilisation des codes GS1 DataMatrix à l hôpital, dans les pharmacies et drogueries et chez les grossistes

GS1 DataMatrix. Recommandations pour l utilisation des codes GS1 DataMatrix à l hôpital, dans les pharmacies et drogueries et chez les grossistes GS1 DataMatrix Recommandations pour l utilisation des codes GS1 DataMatrix à l hôpital, dans les pharmacies et drogueries et chez les grossistes Ensemble pour créer des valeurs GS1 DataMatrix pour les

Plus en détail

Prise en charge médicamenteuse : comment concilier autonomie du patient et sécurisation du circuit du médicament?

Prise en charge médicamenteuse : comment concilier autonomie du patient et sécurisation du circuit du médicament? Prise en charge médicamenteuse : comment concilier autonomie du patient et sécurisation du circuit du médicament? Retour d expérience V2010 sur l hôpital de jour de psychiatrie aux Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

ANALYSE DES ERREURS MEDICAMENTEUSES DANS LES ES BRETONS

ANALYSE DES ERREURS MEDICAMENTEUSES DANS LES ES BRETONS Rennes, 15 mai 2013 ANALYSE DES ERREURS MEDICAMENTEUSES DANS LES ES BRETONS Méthodologie : déclaration de 230 EM par les ES bretons en 2012 analyse des causes par le Dr. Viorica LARGEAU recueil des mesures

Plus en détail

Les Echanges Inter Hospitaliers

Les Echanges Inter Hospitaliers Les Echanges Inter Hospitaliers En organisant les Echanges Inter Hospitaliers, a souhaité, dans le cadre du partenariat développé avec les pharmaciens, favoriser des échanges d expériences pratiques au

Plus en détail

Mars 2016 PROCESSUS DE PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE EN EHPAD. sans Pharmacie à Usage Intérieur (PUI) Guide d accompagnement

Mars 2016 PROCESSUS DE PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE EN EHPAD. sans Pharmacie à Usage Intérieur (PUI) Guide d accompagnement Mars 2016 PROCESSUS DE PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE EN EHPAD sans Pharmacie à Usage Intérieur (PUI) Guide d accompagnement CONTEXTE Un outil d auto-diagnostic sur le circuit du médicament en EHPAD est

Plus en détail

L infirmier de recherche clinique

L infirmier de recherche clinique L infirmier de recherche clinique DIU FARC Séminaire 4 I.BROUSSOLES-GOUDIN 29 Janvier 2015 Les missions de l hôpital public Le soin L enseignement et la formation La recherche = Mission de l infirmier

Plus en détail

Introduction de la dexmédétomidine dans le service des soins intensifs d un hôpital régional suisse : retour d expérience

Introduction de la dexmédétomidine dans le service des soins intensifs d un hôpital régional suisse : retour d expérience Introduction de la dexmédétomidine dans le service des soins intensifs d un hôpital régional suisse : retour d expérience Dr Lucien Roulet Pharmacie ICHV Hôpital du Valais JFSPH, 24 avril 2015, Mâcon Sédation

Plus en détail

La gestion du risque est-elle compatible avec une activité. Dr J.Ragni ViGeRiS APHM

La gestion du risque est-elle compatible avec une activité. Dr J.Ragni ViGeRiS APHM La gestion du risque est-elle compatible avec une activité d urgence? Dr J.Ragni ViGeRiS APHM De compatible à incompatible Peu utile Inutile Inadaptée Gênante Nuisible Dangereuse Une démarche peu utile,

Plus en détail

La cartographie des risques en balnéothérapie un outil de la gestion des risques en hygiène en SSR

La cartographie des risques en balnéothérapie un outil de la gestion des risques en hygiène en SSR La cartographie des risques en balnéothérapie un outil de la gestion des risques en hygiène en SSR Dr Isabelle Verheyde : Praticien anesthésiste réanimateur CH Roubaix Directrice médicale Réseau santé

Plus en détail

(LES PRINCIPAUX AXES DU PROJET)

(LES PRINCIPAUX AXES DU PROJET) (LES PRINCIPAUX AXES DU PROJET) Projet Médical : Premier pilier du projet d établissement, les orientations médicales constituent l expression de nos ambitions au service du patient. En voici les points

Plus en détail

FICHE DE POSTE DEFINITION DU POSTE. 1 SERVICE : PHARMACIE du CENTRE HOSPITALIER DE LA POLYNESIE FRANCAISE

FICHE DE POSTE DEFINITION DU POSTE. 1 SERVICE : PHARMACIE du CENTRE HOSPITALIER DE LA POLYNESIE FRANCAISE Date de mise à jour : 13/10/2015 FICHE DE POSTE DEFINITION DU POSTE 1 SERVICE : PHARMACIE du CENTRE HOSPITALIER DE LA POLYNESIE FRANCAISE 2 LIBELLE DE LA FONCTION : PREPARATEUR EN PHARMACIE 3 NIVEAU DE

Plus en détail

IATROGENIE MEDICAMENTEUSE

IATROGENIE MEDICAMENTEUSE Effets indésirables Erreurs dans le circuit du médicament Inefficacité thérapeutique Michel BIOUR Septembre 2014 1 Effets indésirables Erreurs dans le circuit du médicament Inefficacité thérapeutique 2

Plus en détail

Circuit du médicament à l hôpital

Circuit du médicament à l hôpital 2011-2012 - 1 / 54 Institut de Formation en Soins Infirmiers de Dijon Circuit du médicament à l hôpital UE 2.11.S5 Philippe FAGNONI MCU-PH Pharmacie Clinique Pôle Pharmaceutique CHU Dijon / UFR Pharmacie

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE CLINIQUE FRANÇOIS CHÉNIEUX. 18 rue du Général Catroux Limoges

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE CLINIQUE FRANÇOIS CHÉNIEUX. 18 rue du Général Catroux Limoges ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE CLINIQUE FRANÇOIS CHÉNIEUX 18 rue du Général Catroux 87039 Limoges AVRIL 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom

Plus en détail

Erreurs médicamenteuses en néonatologie

Erreurs médicamenteuses en néonatologie Erreurs médicamenteuses en néonatologie RMM DHU du 05 mars 2015 Centre périnatal de Port Royal Juliana Patkaï Erreurs médicamenteuses : définition Définition de la Société française de pharmacie clinique

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau qualité et sécurité des soins

Plus en détail

ENSEIGNEMENTS DE LA JOURNEE REGIONALE SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT - 2 décembre

ENSEIGNEMENTS DE LA JOURNEE REGIONALE SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT - 2 décembre ENSEIGNEMENTS DE LA JOURNEE REGIONALE SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT - 2 décembre 2008 - Introduction par le Directeur de l Agence régionale de l Hospitalisation. Monsieur Patrice BLEMONT a présenté

Plus en détail

Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer?

Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer? Coordination ville-hôpital et continuité des soins en ville Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer? Marina Dauzou, Hélène Labrosse Canat

Plus en détail

Traçabilité du circuit des chimiothérapies en hôpital

Traçabilité du circuit des chimiothérapies en hôpital IBM Sensor Solutions European Business Solutions Center, La Gaude Traçabilité du circuit des chimiothérapies en hôpital Projet MISTRALS du pôle de compétitivité mondial Solutions Communicantes Sécurisées

Plus en détail

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Les différents types de prise en charge des patients à domicile L hospitalisation

Plus en détail

Pharmacien d hôpital

Pharmacien d hôpital Meeting Suisse annuel des étudiants en pharmacie Genève, le 15 mars 2008 Agenda Présentation du conférencier Présentation de l entreprise «Pharmacie d hôpital» Exemple de la Pharmacie des HUG Devenir pharmacien

Plus en détail

Une priorité de la CME

Une priorité de la CME CME Avril 2014 Qualité de la prise en charge médicamenteuse du patient Une priorité de la CME Pr Béatrice Crickx Responsable Qualité Médicament AP-HP Pr Philippe Lechat Pt COMEDIMS Catherine Montagnier

Plus en détail

Informatisation du circuit du médicament. Centre Hospitalier de Blois.

Informatisation du circuit du médicament. Centre Hospitalier de Blois. Informatisation du circuit du médicament. Centre Hospitalier de Blois. ANAP Accompagnement des projets Hôpital 2010 14/12/2010 - Journée nationale de bilan Mathilde Emonet - Pharmacien PH : emonetm@ch-blois.fr

Plus en détail

Un enjeu universel. Un objectif : susciter l intérêt des décideurs nationaux

Un enjeu universel. Un objectif : susciter l intérêt des décideurs nationaux 2 Un enjeu universel. Un objectif : susciter l intérêt des décideurs nationaux Une posture politique : un argumentaire macroscopique de nature économique 3 Le mémoire du SIDIIEF : Tendances internationales

Plus en détail

L armoire. Caractéristiques

L armoire. Caractéristiques L armoire L armoire Caractéristiques Entièrement modulable. Sécurisée. Identification des utilisateurs via swipe, pavé numérique, Tiroirs sécurisés par électro-aimant. Tiroirs électroniques reprenant le

Plus en détail

Chariots de distribution. Solution de soins médicamenteux

Chariots de distribution. Solution de soins médicamenteux Chariots de distribution Medissimo propose aux établissements sa nouvelle génération de chariots mobiles et designés : au top de l organisation du soin médicamenteux. Bienvenue dans le monde Medissimo

Plus en détail

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse en

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse en Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse en EHPAD Charleville-Mézières 3 octobre 2013 Dominique Hettler Pharmacien Coordonnateur OMéDIT Rappels Iatrogénie «Toute pathologie d origine médicale

Plus en détail

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE ADULTE : ÉTUDE PROSPECTIVE Communication orale n 24 François HERVY Pharmacien assistant spécialiste CHU de Bordeaux 2 CONTEXTE ET

Plus en détail

Cartographie des risques du circuit du médicament

Cartographie des risques du circuit du médicament Journée ATELIERS Conférence des pharmaciens des EDS de Bretagne 21 juin 2012 Cartographie des risques du circuit du médicament CH René Pleven DINAN 645 lits 20 UF 2.5 ETP pharmacien dont le responsable

Plus en détail