Primo-infection par le VIH

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Primo-infection par le VIH"

Transcription

1 Primo-infection par le VIH Recommandations du groupe d experts Rapport 2010 sous la direction du Pr. Patrick Yeni Cécile GOUJARD, CHU Bicêtre

2 Épidémiologie des infections récentes en France Estimation de l incidence du VIH (InVS, INSERM) en 2008 (18-69 ans) 17 contaminations / personnes [IC 95%, 13-21, InVS], 99% par voie sexuelle Population hétérosexuelle H / F français : incidence de 6/4 cas / H/ F nationalité étrangère : 35/ 45 cas / H/ F pays d Afrique subsaharienne 145 / 354 cas / Hommes homosexuels: 48% des nouvelles contaminations cas / en France Incidence 7,5% [IC 95 %, 4,2-10,3] enquête PREVAGAY en % sont diagnostiqués dans les 12 mois suivant

3 Bénéfice individuel d une prise en charge précoce Existence d un déficit immunitaire modéré à sévère et/ou progression immunologique rapide possibles dès la primo-infection (PI) Risques associés à sévérité des symptômes pendant la PI niveau initial élevé d ARN et d ADN VIH niveau initial bas de CD4

4 Bénéfice collectif d une prise en charge précoce Période à haut risque de transmission du VIH dès les premiers mois de l infection Responsabilité de la PI dans la dynamique de l épidémie Dépistage au moment de la PI associé à un changement rapide des comportements sexuels Dépistage des autres IST : risque d acquisition et/ou de transmission d IST concommitantes ou successives

5 Améliorer le diagnostic précoce de la primo-infection Méconnaissance associée à une faible spécificité des symptômes Sd viral aigu, avec adénopathies, s. cutanéo-muqueux et/ou s. neurologiques S. hématologiques, cytolyse hépatique Diagnostic virologique ARN VIH plasmatique (Ag p24) ELISA ou faiblement Western blot ou dissocié Tests rapides (sans Ag p24) encore Dans le contexte d une infection «aiguë», les tests rapides ne sont pas recommandés car ils risquent d être négatifs et donc de retarder voire d exclure le diagnostic d infection à VIH. Nécessité de formation des professionnels de santé et du public (Rapport Mission RDRs )

6 Evolution de la virulence du VIH controversée Épidémiologie virologique Fréquence de résistances aux ARV stable depuis 10 ans (10%) INTI 5,5%; INNTI 4,8%; IP 2,2%; 2 classes ARV 1,5% Test génotypique de résistance Diffusion progressive des sous-types non B chez les personnes non migrantes (70% en 2008) Fréquence de souches de tropisme X4 élevée dès la PI (15%), stable depuis 10 ans

7 Arguments pour traiter dès la primoinfection Traitement rapide, dès la PI Pas de bénéfice démontré dans les essais en termes de modification du set-point après interruption, sauf peut-être dans les traitements très précoces; durée de traitement encore incertaine Pour : Limitation de la dissémination dans les réservoirs (t. digestif, cerveau, t. génital) Restauration immunitaire (CD4 500/mm 3 ) Limitation de l activation/réplication sur organes (s. nerveux, s. cardio-vasculaire, os ) Transmission et poids de la PI dans la poursuite de l épidémie Contre : contraintes et limites d un traitement à vie, initié en situation de vulnérabilité

8 Modalités de traitement Indications Symptômes : nombre ( 3) ou sévérité (s. neurologiques) Infection opportuniste inaugurale CD4 < 500/mm 3 Grossesse Association de TDF/FTC et IP/r (CV généralement élevée; faible barrière génétique et/ou absence de données pour EFV et RAL; délai de typage HLA*B5701 pour ABC) Poursuite à long terme, accompagnement, éducation Objectifs : identiques à ceux de l infection chronique (CV < 50 cp/ml entre M6 et M12) En l absence de traitement ARV : surveillance

9 Points forts La quasi-totalité des nouvelles infections en France est due à un contact sexuel, les hommes ayant des rapports homosexuels représentant près de 50% de celles-ci. Le nombre de primo-infections diagnostiqué reste modeste au regard du nombre de nouvelles infections. La nécessité du diagnostic et de la prise en charge de la primo-infection par le VIH est justifiée par le risque de progression immunologique rapide dès les premiers mois de l infection. La recommandation d un traitement initié au seuil de 500 CD4/mm 3 et/ou en présence de symptômes sévères concerne près de 70% des cas de primo-infections. Dans le contexte d une infection «aiguë», les tests rapides ne sont pas recommandés car ils risquent d être négatifs et donc de retarder voire d exclure le diagnostic d infection à VIH.

10 Le groupe d experts recommande Un dépistage ciblé et régulier dans certaines populations ayant une forte incidence d infection à VIH. La répétition régulière de ce dépistage devrait permettre le diagnostic de primo-infections et d infections récentes et conduire à une prise en charge plus précoce (AIIa) ; Une proposition systématique de sérologie VIH aux partenaires. Ce dépistage est d autant plus pertinent que le risque de transmission sexuelle est élevé en phase de primo-infection (AIIa) ; Un traitement dans des délais courts des patients présentant des symptômes sévères, en particulier neurologiques, et chez les patients ayant un taux de CD4 inférieur à 500/mm 3 au moment du diagnostic, par une association de ténofovir/emtricitabine avec un IP/r (AIIa) ; Une surveillance rapprochée des patients non traités dès les premières semaines, pendant la première année de suivi (BIIa) ; La poursuite des inclusions dans les essais et les cohortes pour améliorer les connaissances en particulier épidémiologiques et thérapeutiques à long terme au cours de la primo-infection (AII).

Primo Infection par le VIH

Primo Infection par le VIH Réunion COREVIH 27 septembre 2010 Christine ROUZIOUX EA 3620 Université Paris Descartes CHU Necker Primo Infection par le VIH Surlabase des recommandations du groupe d experts 2010. Sous la direction du

Plus en détail

Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte. Recommandations 2010

Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte. Recommandations 2010 Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte Recommandations 2010 Pourquoi de nouvelles recommandations? Etudes de cohorte (When to Start Consortium, NA Accord, HIV Causal

Plus en détail

LE DEPISTAGE du VIH en Enjeux et recommandations

LE DEPISTAGE du VIH en Enjeux et recommandations LE DEPISTAGE du VIH en 2010 Enjeux et recommandations Les enjeux: une activité de dépistage élevée: 5 millions de tests /an.et pourtant Une incidence de l infection VIH élevée et désespérément stable :

Plus en détail

L Infection à VIH (1)

L Infection à VIH (1) L Infection à VIH (1) Epidémiologie-Virologie-Histoire Naturelle. Docteur Patrick Miailhes Service d Infectiologie du Pr. Peyramond, Hôpital Croix-Rousse, Lyon VIH/Sida 2011 1 Epidemiologie mondiale :

Plus en détail

Le VIH en 2011 Pourquoi faut-il se dépister?

Le VIH en 2011 Pourquoi faut-il se dépister? Le VIH en 2011 Pourquoi faut-il se dépister? Luc PARIS Consultation des maladies infectieuses, parasitaires et tropicales Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris, France Epidémiologie du VIH Sang Toxicomanie

Plus en détail

Cécile GOUJARD, CHU Bicêtre

Cécile GOUJARD, CHU Bicêtre Traitement antirétroviral Recommandations du groupe d experts Rapport 2010 sous la direction du Pr. Patrick Yeni Cécile GOUJARD, CHU Bicêtre D après le diaporama réalisé par le laboratoire Gilead Sciences

Plus en détail

Actualité sur l épidémiologie du VIH/sida Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, DMI, Institut de Veille Sanitaire

Actualité sur l épidémiologie du VIH/sida Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, DMI, Institut de Veille Sanitaire Actualité sur l épidémiologie du VIH/sida Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, DMI, Institut de Veille Sanitaire Réunion des Associations Jeudi 19 Novembre 2009 Surveillance du VIH/sida un nouvel indicateur

Plus en détail

Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 23 mars 2017

Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 23 mars 2017 Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 23 mars 2017 La surveillance des diagnostics d'infection par le VIH et de sida en France repose sur la déclaration obligatoire, coordonnée

Plus en détail

Le TasP. Treatment as Prevention. Anne Boucher. Journée d actualisation

Le TasP. Treatment as Prevention. Anne Boucher. Journée d actualisation Le TasP Treatment as Prevention Anne Boucher Journée d actualisation Les Suisses: déjà depuis 2008 Commission fédérale pour les problèmes liés au sida (CSF) Vernazza et al; Bulletin des médecins suisses,

Plus en détail

VIH/SIDA Améliorer le dépistage XIIème rencontre des Amicales de Paris 17 janvier 2015

VIH/SIDA Améliorer le dépistage XIIème rencontre des Amicales de Paris 17 janvier 2015 VIH/SIDA Améliorer le dépistage XIIème rencontre des Amicales de Paris 17 janvier 2015 Professeur Alain Sobel Président du Corevih Ile de France Sud Centre de Diagnostic et de Thérapeutique Hôtel-Dieu

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER LE DEPISTAGE DU VHC EN MEDECINE DE VILLE? Dr AKNINE Xavier Médecin Généraliste Président ANGREHC

COMMENT OPTIMISER LE DEPISTAGE DU VHC EN MEDECINE DE VILLE? Dr AKNINE Xavier Médecin Généraliste Président ANGREHC COMMENT OPTIMISER LE DEPISTAGE DU VHC EN MEDECINE DE VILLE? Dr AKNINE Xavier Médecin Généraliste Président ANGREHC DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES Enquête Coquelicot 2011 INVS/ANRS/INSERM : Estimation de la séro-prévalence

Plus en détail

Notification obligatoire du VIH/sida et activité de dépistage du VIH

Notification obligatoire du VIH/sida et activité de dépistage du VIH Notification obligatoire du VIH/sida et activité de dépistage du VIH Département des maladies infectieuses, Institut de Veille Sanitaire Françoise Cazein, Florence Lot, Josiane Pillonel, Roselyne Pinget,

Plus en détail

Femme et VIH. Prise en charge de la femme pendant la grossesse. P r Sophie Matheron Hôpital Bichat Claude Bernard

Femme et VIH. Prise en charge de la femme pendant la grossesse. P r Sophie Matheron Hôpital Bichat Claude Bernard Université Lille II, Faculté de Médecine, 23 octobre 2007 Femme et VIH Prise en charge de la femme pendant la grossesse P r Sophie Matheron Hôpital Bichat Claude Bernard Grossesse et infection par VIH

Plus en détail

La a d onne e c hange g Novembre 2014

La a d onne e c hange g Novembre 2014 Novembre 2014 La donne change IST -Chaque année 500 millions de personnes dans le monde contractent une IST parmi chlamydia, gonocoque, syphilis, trichomonase - 530 millions de personnes atteintes de HSV2-290

Plus en détail

Primo-infection par le VIH TRAITEMENTS?

Primo-infection par le VIH TRAITEMENTS? Primo-infection par le VIH TRAITEMENTS? Docteur Isabelle Ravaux Praticien hospitalier APHM Référent accidents d exposition aux virus Corevih de Marseille Service m aladies infectieuses CHU La Conception

Plus en détail

2009 Professeur Th. MAY

2009 Professeur Th. MAY 2009 Professeur Th. MAY Historique 1981 : premiers cas groupés de pneumocystose chez des patients homosexuels aux Etats-Unis avec mise en évidence d un syndrome de déficit immunitaire 1982 : description

Plus en détail

Présentation de la campagne de lutte contre le SIDA 1 er Décembre

Présentation de la campagne de lutte contre le SIDA 1 er Décembre Présentation de la campagne de lutte contre le SIDA 1 er Décembre Conférence de Presse 29 novembre 2010 Une campagne pour inciter au dépistage L Institut national de prévention et d éducation pour la santé

Plus en détail

M B, 25 ans, fièvre à 38 C Éruption maculeuse Adénopathies cervicales et axillaires Syndrome méningé Juin. Diagnostic évoqué?

M B, 25 ans, fièvre à 38 C Éruption maculeuse Adénopathies cervicales et axillaires Syndrome méningé Juin. Diagnostic évoqué? M B, 25 ans, fièvre à 38 C Éruption maculeuse Adénopathies cervicales et axillaires Syndrome méningé Juin Diagnostic évoqué? PL : albuminorachie 0,5g/L 70 cellules / µl 90% lympho-monocytes Diagnostic

Plus en détail

ANRS CO6 PRIMO - Cohorte primo-infection

ANRS CO6 PRIMO - Cohorte primo-infection ANRS CO6 PRIMO - Cohorte primo-infection Responsable(s) : Meyer Laurence, U822 Essat Asma Goujard Cécile, SERVICE MÉDECINE INTERNE - HÔPITAL BICÊTRE Date de modification : 07/06/2013 Version : 1 ID : 60076

Plus en détail

Paramètres virologiques et primo-infection

Paramètres virologiques et primo-infection Revue critique de l'actualité scientifique internationale sur le VIH et les virus des hépatites n 66 - juin/juillet 98 HISTOIRE NATURELLE Paramètres virologiques et primo-infection Christine Jacomet service

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH. RECOMMANDATIONS DU GROUPE D EXPERTS. RAPPORT 2013

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH. RECOMMANDATIONS DU GROUPE D EXPERTS. RAPPORT 2013 PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH. RECOMMANDATIONS DU GROUPE D EXPERTS. RAPPORT 2013 Dépistage Dr Karl FELTGEN 17 janvier 2014 LES ENJEUX DU DÉPISTAGE DEPISTER TÔT POUR TRAITER

Plus en détail

Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih

Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih Décembre 2013 Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, Institut de Veille Sanitaire, Saint-Maurice (94) CNR du VIH, Inserm U966, CHU Bretonneau,

Plus en détail

Point épidémiologique VIH - sida

Point épidémiologique VIH - sida Point épidémiologique VIH - sida Unité VIH-IST-VHC, Département des maladies infectieuses, InVS Françoise Cazein, Florence Lot, Stéphane Le vu, Josiane Pillonel, Roselyne Pinget, Caroline Semaille Réunion

Plus en détail

Femmes et VIH La féminisation de l épidémie

Femmes et VIH La féminisation de l épidémie Femmes et VIH La féminisation de l épidémie Mardi 23 octobre 2007 Florence Lot, Caroline Semaille Unité VIH/Sida - IST-VHC Département des Maladies Infectieuses Institut de Veille Sanitaire Les femmes

Plus en détail

Dépistage du VIH : nouvelles stratégies dans le contexte épidémiologique

Dépistage du VIH : nouvelles stratégies dans le contexte épidémiologique Dépistage du VIH : nouvelles stratégies dans le contexte épidémiologique Stéphane Le Vu, Caroline Semaille Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice Séminaire de recherche de l ANRS, Paris - 6 mai 2011

Plus en détail

Infection VIH Actualités : du dépistage à la prise en charge des comorbidités.

Infection VIH Actualités : du dépistage à la prise en charge des comorbidités. Infection VIH Actualités : du dépistage à la prise en charge des comorbidités. Magali Vidal Christine Jacomet Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Clermont-Ferrand 24 Octobre 2013 Estimation

Plus en détail

Dépistage. Recommandations 2010 du groupe d experts sous la direction du professeur Patrick Yeni

Dépistage. Recommandations 2010 du groupe d experts sous la direction du professeur Patrick Yeni Dépistage Recommandations 2010 du groupe d experts sous la direction du professeur Patrick Yeni Enjeux du dépistage Le contexte épidémiologique 1 Incidence de l infection VIH (2004-2007) 7000 à 8000 nouvelles

Plus en détail

Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih

Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih Décembre 2012 Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, Institut de Veille Sanitaire, Saint-Maurice (94) CNR du VIH, Inserm U966, CHU Bretonneau,

Plus en détail

Actualités épidémiologiques

Actualités épidémiologiques Actualités épidémiologiques D.Lacoste SFLS 12 décembre 2011 1 Nombre estimé d adultes et d enfants vivant avec le VIH 2010 Amérique du Nord 1,3 million [1,0 million 1,9 million] Caraïbes 200 000 [170 000

Plus en détail

Épidémiologie de l infection par le VIH

Épidémiologie de l infection par le VIH Épidémiologie de l infection par le VIH 1 Incidence 2 Deux nouvelles méthodes Basée sur le test d infection récente (InVS) ou sur une modification du rétrocalcul (U943) Adaptation à la situation française

Plus en détail

06/09/16. Module 1 EPIDÉMIOLOGIE MODALITÉS DE TRANSMISSION DÉPISTAGE. Luis. La séropositivité au VIH La maladie SIDA.

06/09/16. Module 1 EPIDÉMIOLOGIE MODALITÉS DE TRANSMISSION DÉPISTAGE. Luis. La séropositivité au VIH La maladie SIDA. La séropositivité au VIH La maladie SIDA Module 1 Dr Cédric ARVIEUX Praticien Hospitalier Chef de Clinique, Université de Rennes 1 Formation en soins infirmiers - UE 2.05.S3 «Processus inflammatoires et

Plus en détail

Hommes et femmes Epidémiologie du VIH en France France Lert CESP, Inserm Villejuif

Hommes et femmes Epidémiologie du VIH en France France Lert CESP, Inserm Villejuif Hommes et femmes Epidémiologie du VIH en France France Lert CESP, Inserm Villejuif Déclaration publique de liens d intérêts J ai actuellement, ou j ai eu au cours des trois dernières années, une affiliation

Plus en détail

Une épidémie continue en France comme en PACA, en augmentation chez les jeunes

Une épidémie continue en France comme en PACA, en augmentation chez les jeunes Une épidémie continue en France comme en PACA, en augmentation chez les jeunes Les chiffres clés du sida au 1er décembre 2014 Marseille 5, rue Saint-Jacques 13006 Marseille - Tél 04 91 59 83 83 - Nice

Plus en détail

Infec on par le VIH/SIDA et les IST Point épidémiologique 23/11/2015

Infec on par le VIH/SIDA et les IST Point épidémiologique 23/11/2015 Infec on par le VIH/SIDA et les IST Point épidémiologique 23/11/2015 L Institut de veille sanitaire (InVS) produit chaque année, à l occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, des données

Plus en détail

Dépistage du VIH chez la femme enceinte. Diagnostic d infection de l enfant né de mère VIH+

Dépistage du VIH chez la femme enceinte. Diagnostic d infection de l enfant né de mère VIH+ Dépistage du VIH chez la femme enceinte Diagnostic d infection de l enfant né de mère VIH+ CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de

Plus en détail

L offre de dépistage et la place des CeGIDD et autres dispositifs pour aller vers la fin du sida en 2030

L offre de dépistage et la place des CeGIDD et autres dispositifs pour aller vers la fin du sida en 2030 L offre de dépistage et la place des CeGIDD et autres dispositifs pour aller vers la fin du sida en 2030 Le nombre annuel de découvertes ne diminue pas chez les HSH 3000 En 2015 : Découvertes de séropositivité

Plus en détail

Dépistage Recommandations au cours de l infection par le VIH. Pr Cécile Goujard Médecine interne CHU Bicêtre France

Dépistage Recommandations au cours de l infection par le VIH. Pr Cécile Goujard Médecine interne CHU Bicêtre France Dépistage Recommandations au cours de l infection par le VIH Pr Cécile Goujard Médecine interne CHU Bicêtre France Une carence de dépistage dans le monde Même dans les régions d épidémie généralisée (Afrique

Plus en détail

Données épidémiologiques VIH/sida Dépistage et diagnostics France entière et Corevih PACA - 28 mars 2013

Données épidémiologiques VIH/sida Dépistage et diagnostics France entière et Corevih PACA - 28 mars 2013 Données épidémiologiques VIH/sida Dépistage et diagnostics France entière et Corevih PACA - 28 mars 213 F. Cazein Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, Institut de Veille Sanitaire, Saint-Maurice (94) CNR du

Plus en détail

Prévention de l infection à VIH Le rôle des associations. Marie SUZAN AIDES Rhône-Alpes-Méditerranée

Prévention de l infection à VIH Le rôle des associations. Marie SUZAN AIDES Rhône-Alpes-Méditerranée Prévention de l infection à VIH Le rôle des associations Marie SUZAN AIDES Rhône-Alpes-Méditerranée Le rôle des associations Complémentaire à celui des soignants Partie intégrante de la prise en charge

Plus en détail

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre Incidence du VIH en France

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre Incidence du VIH en France Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral Rapport Morlat Septembre 2013 Incidence du VIH en France Entre 2004 et 2007, 7000 à 8000 contaminations par an, soit une incidence

Plus en détail

Infection à VIH et sida en Midi-Pyrénées

Infection à VIH et sida en Midi-Pyrénées en Situation épidémiologique en 214 ( Le contexte national En France en 214 selon les dernières données de l InVS (redressées des délais de déclaration, de la sous-déclaration et des valeurs manquantes),

Plus en détail

VIH - SIDA. V I H - S I D A Illu IFAS Tréguier 2017

VIH - SIDA. V I H - S I D A Illu IFAS Tréguier 2017 VIH - SIDA V I H - S I D A Illu IFAS Tréguier 2017 V I H Virus de l Immunodéficience Humaine lorsqu une personne est infectée par ce virus, celui-ci va détruire les lymphocytes T4 apparition de maladies

Plus en détail

La primo-infection VIH : toujours une situation d urgence? Thomas MOUREZ Virologie CHU de Rouen. 16 es JNI, Nancy, du 10 au 12 juin

La primo-infection VIH : toujours une situation d urgence? Thomas MOUREZ Virologie CHU de Rouen. 16 es JNI, Nancy, du 10 au 12 juin La primo-infection VIH : toujours une situation d urgence? Thomas MOUREZ Virologie CHU de Rouen 1 Parce que c en était une depuis toujours? Question jamais clairement tranchée Dépend : De l accès à des

Plus en détail

Opportunités manquées de dépistage du VIH chez des patients nouvellement diagnostiqués en France

Opportunités manquées de dépistage du VIH chez des patients nouvellement diagnostiqués en France Opportunités manquées de dépistage du VIH chez des patients nouvellement diagnostiqués en France Etude ANRS - Opportunités Karen Champenois*, Anthony Cousien, Lise Cuzin, Stéphane Le Vu, Sylvie Deuffic-Burban,

Plus en détail

MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012

MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012 MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012 Dr Geneviève BECK-WIRTH Centre Hospitalier de Mulhouse Novembre 2012 1 ÉPIDÉMIOLOGIE 2012 2 3 4 5 6 7 8 9 DES RECOMMANDATIONS 10 11 DES ENJEUX

Plus en détail

Transmission sexuelle du VIH Dépistage de l infection par le VIH

Transmission sexuelle du VIH Dépistage de l infection par le VIH Transmission sexuelle du VIH Dépistage de l infection par le VIH Dr. David Rey Le Trait d Union NHC Hôpitaux Universitaires Strasbourg 8 septembre 2009 Transmission sexuelle, charge virale et ARV Transmission

Plus en détail

ANRS. ANRS DYNAMO Diversité moléculaire des souches VIH-1 du groupe O et prise en charge thérapeutique au Cameroun

ANRS. ANRS DYNAMO Diversité moléculaire des souches VIH-1 du groupe O et prise en charge thérapeutique au Cameroun 12168- DYNAMO Diversité moléculaire des souches VIH-1 du groupe O et prise en charge thérapeutique au Cameroun Contexte I P O N M Les VIH (Virus de l Immunodéficience Humaine) Virus d origine simienne

Plus en détail

Quoi de neuf en Virologie? Réservoirs et risque d AEV

Quoi de neuf en Virologie? Réservoirs et risque d AEV 27/09/ Quoi de neuf en Virologie? Réservoirs et risque d AEV Dr Catherine TAMALET IHU Méditerranée Infection Fédération de Microbiologie Clinique Hôpital de la Timone Quoi de neuf en Virologie: Réservoirs

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine et SIDA HTLV

Virus de l Immunodéficience Humaine et SIDA HTLV Virus de l Immunodéficience Humaine et SIDA HTLV marie-edith.lafon@u-bordeaux.fr 2014-2015 Les rétrovirus Particularité de réplication : transcription inverse ARN génomique ADN proviral intégré ARN génomique

Plus en détail

Dépistage et prévention du VIH

Dépistage et prévention du VIH Dépistage et prévention du VIH 45ème Journée Médicale de Lorraine Faculté de Médecine Nancy. 26/11/10 Dr Laurence Boyer Premier paradigme -1 Premiers tests de dépistage du VIH disponibles en 1985 Contexte

Plus en détail

INTERET DE LA PCR EN TEMPS REEL DANS LE DIAGNOSTIC ET LE SUIVI DES HEPATITES B ET C

INTERET DE LA PCR EN TEMPS REEL DANS LE DIAGNOSTIC ET LE SUIVI DES HEPATITES B ET C La PCR en temps réel est fondée sur la détection et la quantification des produits d amplification au cours de la réaction de PCR, dans le tube fermé, plutôt qu à la fin de la réaction comme c est le cas

Plus en détail

Cohorte multicentrique de malades infectés par le Virus de l Hépatite Delta en France. Dr Emmanuel Gordien Dr Ségolène Brichler Pr Dominique Roulot

Cohorte multicentrique de malades infectés par le Virus de l Hépatite Delta en France. Dr Emmanuel Gordien Dr Ségolène Brichler Pr Dominique Roulot Cohorte multicentrique de malades infectés par le Virus de l Hépatite Delta en France Dr Emmanuel Gordien Dr Ségolène Brichler Pr Dominique Roulot Laboratoire de virologie associé au CNR des Hépatites

Plus en détail

Dépistage et suivi biologique de l infection par le VIH en Nouvelle-Calédonie

Dépistage et suivi biologique de l infection par le VIH en Nouvelle-Calédonie Dépistage et suivi biologique de l infection par le VIH en Nouvelle-Calédonie 2013 Dr Ann-Claire GOURINAT agourinat@pasteur.nc Laboratoire de Référence pour le VIH pour la Nouvelle-Calédonie Institut Pasteur

Plus en détail

DÉPISTAGE DU VIH, DÉCOUVERTES DE SÉROPOSITIVITÉ VIH ET DIAGNOSTICS DE SIDA,

DÉPISTAGE DU VIH, DÉCOUVERTES DE SÉROPOSITIVITÉ VIH ET DIAGNOSTICS DE SIDA, DÉPISTAGE DU VIH, DÉCOUVERTES DE SÉROPOSITIVITÉ VIH ET DIAGNOSTICS DE SIDA, 2003-2016 Unité VIH/sida - Hépatites B et C - IST, Direction des maladies infectieuses, Santé publique France CNR du VIH, CHRU

Plus en détail

Prévention de l infection par le VIH TPE / TasP / PREP

Prévention de l infection par le VIH TPE / TasP / PREP Prévention de l infection par le VIH TPE / TasP / PREP Formation TROD 3 février 2016 Dr Laurence Boyer PH- Service des Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy CYCLE REPLICATIF DU VIH CINETIQUE DES

Plus en détail

Le virus. Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en Il appartient à la famille des rétrovirus.

Le virus. Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en Il appartient à la famille des rétrovirus. Le virus Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en 1983. Il appartient à la famille des rétrovirus. On distingue le VIH de type 1 dont la répartition est mondiale et le VIH2 plus

Plus en détail

Les femmes et le VIH

Les femmes et le VIH Les femmes et le VIH Situation épidémiologique Unité VIH/Sida IST-VHC Département des Maladies Infectieuses Institut de veille sanitaire INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE La vulnérabilité des femmes biologique

Plus en détail

Prof. Th. MAY 18 octobre 2008

Prof. Th. MAY 18 octobre 2008 Prof. Th. MAY 18 octobre 2008 1 Patients pris en charge en France Patients VIH : 113 000 à 141 000 Age moyen = 41 ans, hommes = 68 % proportion femmes : 33% Vieillissement de la population : 24 % > 50

Plus en détail

RÉCAPITULATIF DES NOUVELLES RECOMMANDATIONS

RÉCAPITULATIF DES NOUVELLES RECOMMANDATIONS 27 RÉCAPITULATIF DES NOUVELLES RECOMMANDATIONS Le tableau ci-dessous donne un récapitulatif des nouvelles recommandations de l OMS formulées dans les lignes directrices de 2013 et relatives au conseil

Plus en détail

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Dépistage Nouvelles recommandations 2010 Pr Jean-Marie LANG Président COREVIH Alsace 8 mars 2011 Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Enjeux du

Plus en détail

Le point sur l infection à VIH et la situation du sida en région Midi- Pyrénées en 2006 *

Le point sur l infection à VIH et la situation du sida en région Midi- Pyrénées en 2006 * Le point sur l infection à VIH et la situation du sida en région Midi- Pyrénées en 2006 * La surveillance des maladies à déclaration obligatoire (DO) est assurée par l ensemble des médecins et biologistes

Plus en détail

Place des tests IGRA dans le diagnostic de l infection tuberculeuse latente chez le patient VIH

Place des tests IGRA dans le diagnostic de l infection tuberculeuse latente chez le patient VIH Place des tests IGRA dans le diagnostic de l infection tuberculeuse latente chez le patient VIH Tuberculose et VIH Institut Pasteur Paris 28 Mars 2011 Elisabeth Bouvet Programme de lutte contre la tuberculose

Plus en détail

Les essais cliniques sur le VIH et/ou la tuberculose

Les essais cliniques sur le VIH et/ou la tuberculose Les essais cliniques sur le VIH et/ou la tuberculose Raoul Moh, MD, PhD Essais ANRS 12290-Statis, ANRS 12300-Reflate, ANRS 12269-Thilao, ANRS 12294-FIT2 Abidjan, le 18 janvier 2017 Thématique «Tuberculose

Plus en détail

Le risque vu par le virologue. Dr Anne-Geneviève Marcelin CHU Pitié-Salpêtrière UPMC Inserm UMR_S 1136

Le risque vu par le virologue. Dr Anne-Geneviève Marcelin CHU Pitié-Salpêtrière UPMC Inserm UMR_S 1136 Le risque vu par le virologue Dr Anne-Geneviève Marcelin CHU Pitié-Salpêtrière UPMC Inserm UMR_S 1136 Transmission sexuelle La transmission sexuelle est le premier mode de contamination par le VIH dans

Plus en détail

VIH en France : première cartographie régionale de l épidémie

VIH en France : première cartographie régionale de l épidémie VIH en France : première cartographie régionale de l épidémie 19/07/2016 Une étude soutenue par l ANRS (France REcherche Nord&sud Sida-hiv Hépatites) fournit pour la première fois, grâce à une modélisation

Plus en détail

VIH-sida : surveillance épidémiologique, connaissances et comportements de la population Session 2 : Cancer, VIH : épidémiologie et prévention

VIH-sida : surveillance épidémiologique, connaissances et comportements de la population Session 2 : Cancer, VIH : épidémiologie et prévention VIH-sida : surveillance épidémiologique, connaissances et comportements de la population Session 2 : Cancer, VIH : épidémiologie et prévention Catherine Embersin-Kyprianou Sandrine Y. Halfen Journée de

Plus en détail

Prévalence des co-infections par les virus des hépatites B et C dans la population VIH+ France, juin 2004

Prévalence des co-infections par les virus des hépatites B et C dans la population VIH+ France, juin 2004 Prévalence des co-infections par les virus des hépatites B et C dans la population VIH+ France, juin 2004 6 èmes journées d infectiologie Nice 2005 FNPRRH Contexte de l étude Morbidité accrue progression

Plus en détail

INFECTION HIV, MANIFESTATIONS CLINIQUES ET ASPECTS THERAPEUTIQUES Présenté par: DR K.CHARAOUI 1. Introduction: Problème majeur de santé publique 33

INFECTION HIV, MANIFESTATIONS CLINIQUES ET ASPECTS THERAPEUTIQUES Présenté par: DR K.CHARAOUI 1. Introduction: Problème majeur de santé publique 33 1 INFECTION HIV, MANIFESTATIONS CLINIQUES ET ASPECTS THERAPEUTIQUES Présenté par: DR K.CHARAOUI 1. Introduction: Problème majeur de santé publique 33 millions de personnes infectées dans le monde /25 millions

Plus en détail

Opportunités manquées de dépistage du VIH chez des patients nouvellement

Opportunités manquées de dépistage du VIH chez des patients nouvellement Opportunités manquées de dépistage du VIH chez des patients nouvellement diagnostiqués en France Etude ANRS - Opportunités Karen Champenois*, Anthony Cousien, Lise Cuzin, Stéphane Le Vu, Sylvie Deuffic-Burban,

Plus en détail

Evolution de la prévention

Evolution de la prévention Evolution de la prévention Pourquoi et comment médicaliser la prévention de la transmission sexuelle du VIH et des IST chez les sujets les plus à risque? C JACOMET Epidémiologie des IST Chlamydia Epidémiologie

Plus en détail

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Prélèvement : qualité du prélèvement qualité des résultats et d interprétation prélèvement précieux : respiratoire (48h max à 4 ) et LCR (24h max

Plus en détail

Cinétique des marqueurs viraux VIH

Cinétique des marqueurs viraux VIH Vous êtes amenés à voir en consultation un patient de 36 ans pour la découverte d une séropositivité pour le VIH1 dépistée à l occasion d un dossier pour prêt bancaire. 1. Décrivez brièvement l histoire

Plus en détail

L infection par le VIH en obstétrique

L infection par le VIH en obstétrique L infection par le VIH en obstétrique Pr. Ludovic CRAVELLO Maternité de La Conception CHU - MARSEILLE Epidémiologie 1- L ampleur du problème dans le monde 2- Le rôle de la TMF dans l épidémie L ensemble

Plus en détail

et sexuelle chez l adulte David Rey et le groupe d experts - Septembre 2013

et sexuelle chez l adulte David Rey et le groupe d experts - Septembre 2013 - Septembre 2013 Epidémiologie AES chez les professionnels de santé Diminution du nombre d AES dans les établissements de santé français (surveillance Raisin/GERES) 6,7 AES pour 100 lits en 2010 (estimation

Plus en détail

Essais Cliniques Jean-Michel Molina Président Action Coordonnée 5 ANRS

Essais Cliniques Jean-Michel Molina Président Action Coordonnée 5 ANRS Essais Cliniques 2009-2010 Jean-Michel Molina Président Action Coordonnée 5 ANRS 10 Essais Cliniques en démarrage 1- Primo-infection 2- Patients naïfs de traitement 3- Patient bien contrôlés sous traitement

Plus en détail

L épidémie de sida. Actualités épidémiologiques en

L épidémie de sida. Actualités épidémiologiques en L épidémie de sida repart à la hausse en PACA Actualités épidémiologiques en PACA Juin 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. : 04 91 59 83 83 Fax : 04 91 59 83 99 Nice : 6, rue

Plus en détail

Dépistage et Prévention du VIH en France

Dépistage et Prévention du VIH en France Dépistage et Prévention du VIH en France Nouveaux paradigmes Fabien Fily CH St Malo CHU Rennes Rennes le 14/12/12 Plan 1. Données épidémiologiques françaises 2. La transmission par voie sexuelle et ses

Plus en détail

IMMUNITE. Leçon 1 : le SIDA

IMMUNITE. Leçon 1 : le SIDA IMMUNITE Leçon 1 : le SIDA Le système immunitaire est capable de distinguer les molécules et les cellules étrangères d'un organisme, ou qui le sont devenues, et de les éliminer. Comment peut-on expliquer

Plus en détail

Madagascar : une épidémie VIH particulière? Dr Franck LAMONTAGNE

Madagascar : une épidémie VIH particulière? Dr Franck LAMONTAGNE Madagascar : une épidémie VIH particulière? Dr Franck LAMONTAGNE Profil épidémiologique Potentiel épidémique Nombreux facteurs de risque de transmission du VIH dans la population Proportion de travailleuses

Plus en détail

Bulletins des réseaux de surveillance

Bulletins des réseaux de surveillance Données au 31 décembre 2012 L organisation de la surveillance (IST) et les contacts des personnes en charge de cette surveillance sont consultables sur le site de l Institut de veille sanitaire : http://www.invs.sante.fr/dossiers-thematiques/maladies-infectieuses/vih-sida-ist/infectionssexuellement-transmissibles-ist/comment-surveiller-les-ist.

Plus en détail

Le SIDA : une affection. du système immunitaire

Le SIDA : une affection. du système immunitaire Le SIDA : une affection du système immunitaire Particularités structurales du VIH Le VIH a une enveloppe virale formée de protéines gp 120 et gp 41. D autres protéines forment les capsides : p17 et p24.

Plus en détail

RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES. Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES?

RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES. Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES? RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES? QUELQUE DÉFINITION Seuil de détectabilité: selon technique Seuil d échec: selon recommandations entre 50 copies (EU) et 1000 copies

Plus en détail

VIH et suivi de grossesse. Pr. Ludovic CRAVELLO Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital de La Conception, 147 Bd Baille, Marseille

VIH et suivi de grossesse. Pr. Ludovic CRAVELLO Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital de La Conception, 147 Bd Baille, Marseille VIH et suivi de grossesse Pr. Ludovic CRAVELLO Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital de La Conception, 147 Bd Baille, 13005 Marseille Epidémiologie 1- L ampleur du problème dans le monde 2- Le rôle

Plus en détail

Question 1 : Qu auriez fait ce vendredi matin dans cette situation? J. Reynes Jan 2017

Question 1 : Qu auriez fait ce vendredi matin dans cette situation? J. Reynes Jan 2017 Cas clinique n 1 : Primo-infection VIH (Pr Jacques REYNES) DESC 1 février 2017 Jeudi 18h, une consoeur, ancienne CCA dynamique d une autre discipline, vous téléphone pour que vous assuriez personnellement

Plus en détail

EVAluation du RISque résiduel de Transmission du VIH chez des HSH traités ayant une charge virale plasmatique indétectable Jade GHOSN

EVAluation du RISque résiduel de Transmission du VIH chez des HSH traités ayant une charge virale plasmatique indétectable Jade GHOSN EVAluation du RISque résiduel de Transmission du VIH chez des HSH traités ayant une charge virale plasmatique indétectable Jade GHOSN UF de Thérapeutique en Immuno- Infectiologie CHU Hôtel-Dieu EA 3620,

Plus en détail

Épidémiologie, aspects cliniques et thérapeutiques de l infection à VIH

Épidémiologie, aspects cliniques et thérapeutiques de l infection à VIH Épidémiologie, aspects cliniques et thérapeutiques de l infection à VIH Dr Isabelle GUEIT Infectiologue Service de Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Rouen Histoire 2015: Auto-tests VIH disponibles

Plus en détail

COmité de coordination REgional de lutte contre l infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine. CHU de Tours 2 boulevard Tonnellé Tours

COmité de coordination REgional de lutte contre l infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine. CHU de Tours 2 boulevard Tonnellé Tours 1 Recueil 2014 Épidémiologique COmité de coordination REgional de lutte contre l infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine. CHU de Tours 2 boulevard Tonnellé 37044 Tours cedex 9 Tél. : 02 34

Plus en détail

VIH/ ACTUALITÉS : ÉPIDÉMIE ET THÉRAPEUTIQUE, SIMPLIFICATION DES PRISES EN CHARGE AEV. Médecine du travail

VIH/ ACTUALITÉS : ÉPIDÉMIE ET THÉRAPEUTIQUE, SIMPLIFICATION DES PRISES EN CHARGE AEV. Médecine du travail VIH SIDA EN 2016 EN FRANCE VIH/ ACTUALITÉS : ÉPIDÉMIE ET THÉRAPEUTIQUE, SIMPLIFICATION DES PRISES EN CHARGE AEV Médecine du travail Maladies infectieuses APHM La Conception isabelle.ravaux@ap-hm.fr DOCTEUR

Plus en détail

Module optionnel P2. Prévention VIH, Hépatites B, C et autres IST. Année universitaire 2013/14

Module optionnel P2. Prévention VIH, Hépatites B, C et autres IST. Année universitaire 2013/14 Module optionnel P2 Prévention VIH, Hépatites B, C et autres IST Année universitaire 2013/14 Dr Laurence Boyer QUELQUES DATES (1) Juin 1981 : identification d un S.I.D.A. chez des jeunes homosexuels américains

Plus en détail

Dépistage de l infection par le VIH en France. Recommandations de la Haute Autorité de Santé 2008/2009

Dépistage de l infection par le VIH en France. Recommandations de la Haute Autorité de Santé 2008/2009 Dépistage de l infection par le VIH en France Recommandations de la Haute Autorité de Santé 2008/2009 Dépistage de l infection par le VIH en France La DGS a demandé à la HAS d élaborer de nouvelles recommandations

Plus en détail

Pourquoi faut-il se faire dépister pour le VIH?

Pourquoi faut-il se faire dépister pour le VIH? Pourquoi faut-il se faire dépister pour le VIH? Journées de Formation continue Nouakchott, Mauritanie, 5 novembre 2013 Dr Loïc Epelboin Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Groupe Hospitalier

Plus en détail

ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU

ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU TRAITEMENT DE L HÉPATITE C AU SEIN D UNE COHORTE DE PATIENTS CO-INFECTÉS VIH-VHC. N. Bertiaux-Vandaële, H. Montialoux, F. Borsa-Lebas, O. Goria, E. Lerebours, G. Riachi.

Plus en détail

Actualités épidémiologiques

Actualités épidémiologiques Actualités épidémiologiques 1 er décembre 2009 Journée Mondiale de lutte contre le sida Marseille : 18, rue Stanislas torrents 13006 Marseille Tél. : 04 91 59 83 83 Fax : 04 91 59 83 99 Nice : 6, rue de

Plus en détail

1- Service des maladies infectieuses, CHU La Rabta 2-Laboratoire de Parasitologie-Mycologie,CHU La Rabta.

1- Service des maladies infectieuses, CHU La Rabta 2-Laboratoire de Parasitologie-Mycologie,CHU La Rabta. L. Ammari 1, E. Kaouech 2, A. Berriche 1, S. Debbèche 1, R. Abdelmalek 1, B. Kilani 1, A. Ghoubontini 1, F. Kanoun 1, E. Chaker 2, H. Tiouiri Benaissa 1 1 Service des maladies infectieuses, CHU La Rabta

Plus en détail

Prévention diversifiée

Prévention diversifiée 11/10/2016, Versailles Prévention diversifiée Pr Sophie Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude-Bernard Prévention diversifiée (Généralités) Prévention de la transmission

Plus en détail

Les tests rapides d'orientation diagnostique du VIH et des hépatites virales

Les tests rapides d'orientation diagnostique du VIH et des hépatites virales Les tests rapides d'orientation diagnostique du VIH et des hépatites virales Dr Laurence MORAND-JOUBERT CHU Saint-Antoine-Inserm U943 Qu appelle-t on tests rapides d orientation diagnostique? Ce sont des

Plus en détail

Les grands problèmes de santé en France : SIDA et IST

Les grands problèmes de santé en France : SIDA et IST Master 1 et 2 Sciences et Technologies Santé Mention Biologie Santé Spécialité Génie physiologique, Biotechnologies et informatique, Développement du médicament UE EPIDEMIOLOGIE Les grands problèmes de

Plus en détail

Place de la charge virale plasmatique dans le diagnostic précoce ou tardif de l'infection par le VIH

Place de la charge virale plasmatique dans le diagnostic précoce ou tardif de l'infection par le VIH Revue critique de l'actualité scientifique internationale sur le VIH et les virus des hépatites n 74 - mai 1999 VIH - DIAGNOSTIC Place de la charge virale plasmatique dans le diagnostic précoce ou tardif

Plus en détail

L infection par le VIH en obstétrique en 2008

L infection par le VIH en obstétrique en 2008 L infection par le VIH en obstétrique en 2008 Pr. Ludovic CRAVELLO Maternité de La Conception CHU - MARSEILLE Epidémiologie L ampleur du problème dans le monde Le rôle de la contamination materno-fœtale

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Tunis, le

CAS CLINIQUE. Tunis, le CAS CLINIQUE Tunis, le 9. 1. 2013 Mr M. T âgé de 26 ans Pas d antécédents pathologiques notables Rapports sexuels non protégés avec des partenaires multiples Usager de drogue par voie intraveineuse Consulte

Plus en détail