Mots clés : cobalamine, vitamine B12, carence en vitamine B12, malabsorption des cobalamines alimentaires, maladie de Biermer, traitement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mots clés : cobalamine, vitamine B12, carence en vitamine B12, malabsorption des cobalamines alimentaires, maladie de Biermer, traitement"

Transcription

1 La vitamine B12 par voie orale à l ère de l evidence based-medicine doi: /met mt Tirés à part : E. Andrès Emmanuel Andrès, Mustapha Mecili, Ecaterina Ciobanu Service de médecine interne, de diabète et de maladies métaboliques, clinique médicale B, hôpital civil, hôpitaux universitaires de Strasbourg, 1, rue de la Porte-de-l Hôpital, Strasbourg cedex, France Cette revue a pour objectif de faire le point sur la place du traitement par vitamine B12 administrée par voie orale en s appuyant sur les données de l evidence-based medicine. Tous les articles relatifs à ce mode de délivrance de la vitamine B12, publiés sur Pubmed en français ou en anglais, entre janvier 1990 et janvier 2007, ont été sélectionnés. Plusieurs études à la méthodologie rigoureuse ont été identifiées et analysées : trois études prospectives randomisées, une revue systématique Cochrane et cinq études prospectives portant sur des populations de aux caractéristiques bien définies. L efficacité de la voie orale a été démontrée dans toutes ces études, notamment sur les atteintes hématologiques. Toutefois, la forme de vitamine B12 (hydroxycobalamine ou cyanocobalamine), ainsi que le rythme et la durée d administration restent encore non codifiés, tout comme l intérêt dans les formes neurologiques sévères. Cette revue confirme l efficacité et le bénéfice potentiel en termes de coût et de qualité de vie que peut apporter la vitamine B12 orale. Mots clés : cobalamine, vitamine B12, carence en vitamine B12, malabsorption des cobalamines alimentaires, maladie de Biermer, traitement Le déficit en vitamine B12 (cobalamine) est fréquent, avec une prévalence pouvant atteindre 15 % dans la population âgée [1]. Il peut être potentiellement grave en raison de ses complications, notamment hématologiques et neurologiques. Sa présentation clinique initiale, souvent peu parlante et atypique, notamment chez ces âgés, peut être source de retard diagnostique et thérapeutique (cf. l article sur les manifestations cliniques des carences en vitamine B12 dans le même numéro de Médecine thérapeutique) [2]. Actuellement, la voie de supplémentation, à la fois validée et aux modalités bien codifiées, reste la voie injectable. Cependant, des études récentes ont ouvert de nouvelles perspectives en suggérant l intérêt de la voie orale, voire de la voie nasale [3]. Cette revue se propose de faire le point sur la voie orale comme mode de traitement d une carence avérée ou suspectée en cobalamine. Rationnel d un traitement par vitamine B12 orale Deux arguments supportent l utilisation de la vitamine B12 administrée par voie orale. Le premier est d ordre métabolique : au moins 1 % de la vitamine B12 libre (ou cristalline) est absorbée passivement le long du tube digestif et ne requiert donc pas la présence du facteur intrinsèque et de son récepteur, la cubuline (figure 1) [4]. Cela explique l efficacité décrite de la voie orale même dans certaines étiologies classiquement 5

2 Estomac Intestin Sang Tissu CBL-TCII Lysosome CBL liée aux protéines alimentaires Hydrolyse (HCI) Protéases CBL Facteur intrinsèque (IF) CBL-IF N 5 -methyl- THF CBL MTHFR THF Figure 1. Métabolisme de la vitamine B12. Adénosyl CBL CBL-HC AMH megalincubn RAP CBL non liée CBL-TCII megalin TCI-R CBL-TCII Homocystéine MS Methyl-CBL Méthionine Methylmalonyl-CoA MCM succinyl-coa traitées par la voie injectable, notamment la maladie de Biermer. Le second argument est que la principale cause de déficit en vitamine B12, surtout chez la personne âgée, est représentée par la maldigestion ou la malabsorption des cobalamines alimentaires (ancienne non-dissociation de la vitamine B12 des protéines alimentaires) [5]. Ce syndrome qui représente 40 à 60 % des étiologies carentielles est lié, comme son nom l indique, à un défaut de libération de la vitamine B12 de ses protéines porteuses, notamment l haptocorrine, alors que l absorption de cobalamine sous forme libre demeure intacte (tableau 1) [5, 6]. Le syndrome de maldigestion de la vitamine B12 répondrait donc parfaitement à une supplémentation orale. Ses principales étiologies sont les insuffisances biliopancréatiques, les pullulations microbiennes, l infection à Helicobacter pylori, la gastrite atrophique antrale, Absorption passive : tout le tube digestif diffusion mécanisme mineur, permettant l incorporation de 1 % de la vitamine B12 absorbée rationnel de la voie orale Absorption active : iléon terminal dépendante du facteur intrinsèque et de son récepteur la cubuline mécanisme physiologique prédominant l alcoolisme et certaines prises médicamenteuses comme les antiacides et les biguanides [5]. Vitamine B12 orale àl èredel evidence-based medicine Historiquement, c est une équipe suédoise qui a été la première à utiliser dans les années 1960, avec succès, la voie orale pour le traitement des déficits en vitamine B12 et à imposer cette pratique dans certains pays nordiques (Suède, Finlande) [3, 7]. Par la suite, plusieurs groupes de recherche se sont accordés à documenter, au travers de petites études à la méthodologie souvent «fragile», l intérêt de la voie orale, mais aussi de la voie nasale, comme moyens efficaces de correction des déficits en cobala- 6

3 Tableau 1. Caractéristiques du syndrome de non-dissociation de la vitamine B12 et de ses protéines porteuses (adapté de Andrès et al. [5]) a Éléments diagnostiques du syndrome de non-dissociation de la vitamine B12 et de ses protéines porteuses ou maldigestion des cobalamines alimentaires Concentration sérique de vitamine B12 < 200 pg/ml Test de Schilling «standard» (avec de la cyanocobalamine libre marquée au cobalt-58) normal ou test de Schilling «modifié» (utilisant de la vitamine B12 radioactive liée à des protéines alimentaires) anormal b Pas de carence nutritionnelle en vitamine B12 (apport > 2 μg/j) Existence d un facteur prédisposant à la carence en vitamine B12 Gastrite atrophique, infection chronique à Helicobacter pylori, gastrectomie, by-pass gastrique Insuffisance pancréatique exocrine (éthylisme ) Éthylisme chronique Prise d antiacides (antihistaminiques 2 ou inhibiteurs de la pompe à protons) ou de biguanides (metformine) Pullulation microbienne, sida Sjögren, sclérodermie «Idiopathique» : lié à l âge ou au déficit congénital homozygote en haptocorrine a b La présence des trois premiers items est nécessaire au diagnostic du syndrome de non-dissociation de la vitamine B12 de ses protéines porteuses. Le test de Schilling «modifié» utilise de la vitamine B12 liée à des protéines d œuf, de poulet, de poisson, etc. ; test non disponible en routine clinique. mine [3, 8]. La première synthèse des études publiées sur la vitamine B12 administrée par voie orale a été réalisée, en 2002, par Lane et al. [9]. Elle a notamment permis «d internationaliser» cette voie d administration de la vitamine B12. Ce sont toutefois Kuzminski et al. qui ont permis, à travers une étude prospective randomisée et contrôlée, de confirmer définitivement l efficacité similaire de la voie orale par rapport à la voie intramusculaire en traitement de la carence en vitamine B12 [10]. Ils ont ainsi fait entrer la vitamine B12 administrée par voie orale dans l ère de l evidence-based medicine (ou médecine factuelle). Kuzminski et al. ont obtenu, sur une série de 38, une normalisation tant des paramètres hématologiques que de la concentration sérique de vitamine B12 (concentration moyenne : 907 pg/ml) après quatre mois de supplémentation orale à la dose empirique de μg/j [10]. Dans cette étude, les deux groupes (traitement oral et traitement parentéral) avaient des concentrations sanguines respectives d acide méthylmalonique et d homocystéine avant et à quatre mois de traitement tout à fait superposables. Le tableau 2 présente les deux seules études randomisées disponibles à ce jour, celle de Kuzminski et al. et celle de Bolaman et al. [10, 11]. Cette dernière s est faite sur un effectif plus important de 60 et a montré des résultats similaires avec une augmentation moyenne de la concentration sérique de vitamine B12 de 140,9 pg/ml dans le groupe ayant reçu trois mois de traitement oral de cyanocobalamine à la dose de μg/j [11]. Cette augmentation était comparable à celle obtenue dans le groupe «traitement classique intramusculaire». En ce qui concerne la dose nécessaire de vitamine B12, Eussen et al. ont mené une étude randomisée en double insu qui a montré que la dose requise devait être supérieure à 200 fois la dose quotidienne alimentaire recommandée (3 μg/j), soit une dose journalière supérieure à 500 μg [12]. Toutes ces études ont été analysées dans une revue systématique du groupe Cochrane, publiée en 2005 par Vidal-Alaball et al. [13]. Cette revue a conclu à l efficacité de la voie orale à visée curative (en dehors des formes neurologiques sévères) avec une augmentation significative de la concentration sanguine de vitamine B12 et une amélioration des troubles hématologiques, de manière comparable à la voie intramusculaire. La cyanocobalamine était la forme de supplémentation utilisée dans toutes ces études (l hydroxocobalamine n est utilisée en France que comme antidote des intoxications au cyanure). Données du groupe de travail strasbourgeois Notre groupe de travail s est intéressé de manière ciblée à la catégorie des âgés, et ce, à travers une méthodologie rigoureuse (études prospectives) et un choix minutieux des critères d inclusion des. La forme de supplémentation utilisée a toujours été de la cyanocobalamine [14-18]. Plusieurs posologies ont été utilisées, allant de 125 à μg/j. Nos principales études ouvertes sur la vitamine B12 orale sont regroupées dans le tableau 3 [14-18]. Nos résultats confirment ceux rapportés dans les études précédentes, notamment chez les présentant un syndrome de maldigestion des cobalamines alimentaires de la personne âgée [14-17]. Biologiquement, tous nos 7

4 Tableau 2. Études prospectives randomisées utilisant de la vitamine B12 administrée par voie orale Caractéristiques des études (nombre de ) Modalités thérapeutiques Résultats Étude prospective randomisée et contrôlée (n =38) administrée par voie orale : μg/j, pendant au moins 4mois Les valeurs préthérapeutiques de la vitamine B12, de l acide méthylmalonique et de l homocystéine sont respectivement de : 93 pg/ml, 3850et37,2μmol/L dans le groupe oral et de : 95 pg/ml, et 40 μmol/l dans le groupe parentéral. Après 4 mois de traitement, ces valeurs sont respectivement de : pg/ml, 169 et 10,6 μmol/l dans le groupe oral et de : 325 pg/ml, 265 et 12,2 μmol/l dans le groupe parentéral. Les valeurs les plus hautes pour la vitamine B12 et les plus basses pour l acide méthylmalonique sont significativement différentes entre les deux groupes (p <0,0005etp <0,05) [10] Étude prospective randomisée ouverte (n =60) ont normalisé leurs concentrations sériques de vitamine B12 et leurs taux d homocystéinémie sous traitement oral, et plus de 65 % ont eu, entre trois et quatre mois, une correction de leurs paramètres hématologiques perturbés. Il faut noter que dans tous les cas, l amélioration, voire la normalisation des paramètres hématologiques est obtenue en moins d un mois [17]. Comme pour la forme injectable, la vitamine B12 administrée par voie orale entraîne une crise réticulocytaire durant les dix premiers jours [16]. L amélioration clinique a été obtenue dans un tiers des cas. Ces résultats ont été observés également chez les avec maladie de Biermer [18]. Un de nos travaux récents avait pour objectif d évaluer l efficacité à long terme (2,5 ans) du traitement oral [19]. Cette efficacité a été constatée sur les résultats préliminaires dans cette étude de 22 cas, ce qui rejoint les données de Roth et al. (seule étude sur le long terme) qui ont démontré l efficacité persistante de la voie orale sur une durée de plus de quatre ans [20]. Vitamine B12 orale en pratique clinique administrée par voie orale : μg p.o. par jour pendant dix jours (groupe p.o.) ou cobalamine i.m. : μg/j pendant dix jours (groupe i.m.). Après dix jours, les deux traitements ont été administrés une fois par semaine pendant un mois puis une fois par mois Hb : hémoglobine ; VGM : volume globulaire moyen des érythrocytes. Le traitement des carences en vitamines B12 repose, dans la majorité des pays, sur la vitamine B12 administrée en intramusculaire sous forme de cyanocobalamine, d hydroxycobalamine ou de méthylcobalamine [21]. En La correction des manifestations hématologiques et neurologiques est rapide et indistinguable entre les deux groupes La valeur moyenne de vitamine B12 augmente significativement entre le j0 et le j90 (p <0,001) Dans le groupe p.o., à j30 et j90, tous les paramètres hématologiques (Hb, VGM, réticulocytes, nombre de GB et de plaquettes) changent significativement par rapport à j0 (p < 0,01 pour tous). Ces anomalies se corrigent de façon similaire entre les deux bras Une amélioration des paramètres est observée dans 78 % dans le groupe p.o. et 75 % dans le groupe i.m. à j30 [11] France, seule la première est utilisée dans cette indication. Une certaine supériorité de l hydroxycobalamine est toutefois reconnue et est relative à sa captation tissulaire et à son stockage meilleurs que les autres formes [22, 23]. Les attitudes concernant la posologie et le rythme d administration de la vitamine B12 administrée en intramusculaire sont très différentes d une équipe à l autre [1, 22, 23]. Aux États-Unis et au Royaume-Uni, les doses sont de 100 à μg par mois à vie [1, 22]. En France, il s agit d un traitement d attaque à la dose de μg/j pendant une semaine puis une dose mensuelle de μg à vie [1, 3]. En ce qui concerne le traitement curatif par la vitamine B12 administrée par voie orale, aucun schéma n a été encore validé de manière définitive, en l état actuel des connaissances [3, 21]. Les doses habituellement utilisées doivent, en tous cas, dépasser largement celles requises physiologiquement (de 125 à μg/j). Les différentes présentations de vitamine B12 orale, disponibles en France, sont regroupées dans le tableau 4 (monographie du Vidal ). Le tableau 5 résume nos propositions concernant le schéma thérapeutique à adopter en cas d utilisation de vitamine B12 administrée par voie orale [3, 21]. En pratique, l attitude qui peut être proposée repose sur une supplémentation maintenue jusqu à l obtention d une correction complète de l affection causale si celle-ci est curable (par arrêt d un médicament responsable du défi- 8

5 Tableau 3. Études de cohorte strasbourgeoises sur l efficacité de la vitamine B12 administrée par voie orale Caractéristiques des études (nombre de ) Modalités thérapeutiques Résultats Étude prospective ouverte sur l efficacité de la vitamine B12 orale dans le syndrome de maldigestion des cobalamines alimentaires (n =10) administrée par voie orale : 650 μg/j, pendant 3 mois Normalisation de la vitamine B12 sérique chez 80 % des Augmentation significative du taux d Hb (moyenne : +1,9 g/ dl) et baisse du VGM (moyenne : 7,8 fl) Amélioration clinique chez 20 % des [15] avec un déficit en vitamine B12, non lié à la maladie de Biermer (n =20) avec un déficit en vitamine B12 en rapport avec le syndrome de maldigestion des cobalamines alimentaires (n =30) avec un déficit en vitamine B12, non lié à la maladie de Biermer (n =30) avec maladie de Biermer (n =10) Étude de cohorte de avec déficit en vitamine B12 lié principalement une maldigestion (n =22) administrée par voie orale : 1000μg/j pendant au moins 1semaine administrée par voie orale : 250à1000μg/j pendant 1mois administrée par orale : 125 à 1000μg/j pendant au moins 1semaine administrée par voie orale : à 1000μg/j pendant au moins 3mois administrée par voie orale : à 650 μg/j en moyenne pendant une médiane de 2,5 ans Hb : hémoglobine ; VGM : volume globulaire moyen des érythrocytes. cit, par traitement d une infection à H. pylori ou d une insuffisance pancréatique, etc.). La supplémentation peut être continue ou séquentielle sous réserve d une bonne compliance et observance du patient [3, 21]. Dans notre expérience, cette attitude est à réserver aux conséquences avant tout hématologiques des carences en vitamine B12 ; les données relatives aux formes neurologiques étant nettement plus parcellaires [3, 21-23]. Il est donc toujours recommandé, si l on se réfère aux données de l evidence-based medicine, d avoir recours à la voie parentérale dans les formes neurologiques «sévères» [3]. Par rapport à la voie injectable, la voie orale pourrait permettre d épargner ou d éviter les inconvénients liés à l inconfort des injections et du coût probablement plus élevé (soins infirmiers) [24]. Elle peut également se révéler particulièrement utile chez les sous anticoagulants ou antiagrégants chez qui les injections intramusculaires sont contre-indiquées. Normalisation de la vitamine B12 sérique chez 85 % des Normalisation de la vitamine B12 sérique chez 87 % des Augmentation significative de l Hb (moyenne : + 0,6 g/dl) et baisse du VGM (moyenne : 3 fl) ; normalisation de l Hb et du VGM dans 54 et 100 % des cas respectivement Efficacité dose-dépendante à partie de 500 μg/j Normalisation de la vitamine B12 sérique chez tous les ayant reçu une dose 250 μg/j Efficacité dose-dépendante à partie de 500 μg/j Augmentation significative de la vitamine B12 sérique chez 90 % des (moyenne : + 117,4 pg/ml) Augmentation significative de l Hb (moyenne : +2,45 g/dl) et baisse du VGM (moyenne : 10,4 fl) Amélioration clinique chez 30 % des Normalisation de la vitamine B12 sérique chez 95 % des Augmentation significative de l Hb (moyenne : +1,1 g/dl) Amélioration clinique chez 20 % des Conclusion [16] [14] [17] [18] [19] Cette revue de la littérature confirme l efficacité de la vitamine B12 orale comme traitement des carences en vitamine B12, modalité d administration méconnue en France («to date, oral cobalamin therapy remains the best medical secret»). Toutefois, les modalités thérapeutiques exactes, en termes de forme biochimique de vitamine B12 (hydroxy- ou cyanocobalamine), de fréquence de prises et de durée de traitement, restent encore à préciser et à affiner dans le futur. Remerciements et autres mentions. Financement : aucun ; conflit d intérêts : aucun. Le Pr Emmanuel Andrès est membre de la Commission nationale de pharmacovigilance, mais les données présentées dans ce travail ne relèvent en rien de cette commission. Remerciements. Aux Prs Marc Imler et Jean-Louis Schlienger qui ont initié les premiers travaux. 9

6 Tableau 4. Présentations de vitamine B12 disponibles dans la pharmacopée française en 2009 (adaptée de Andrès et al. [21]) Nom de spécialité (composition) Vitamine B12 Aguettant μg/2 ml sol buv/inj Vitamine B12 Aguettant 100 μg/ml sol buv et inj IM Vitamine B12 Bayer 1 mg cp pellic Indications Voie injectable intramusculaire : déficits prouvés en vitamine B12, dus à un défaut d absorption : maladie de Biermer, gastrectomie totale, résection de l iléon terminal, maladie d Imerslund Vitamine B12 Delagrange μg/2 ml sol buv et inj IM Vitamine B12 Gerda μg sol buv/inj Vitamine B12 Gerda 250 μg cpséc Vitamine B12 Lavoisier μg/ml sol inj IM Renaudin 500 μg/ml sol inj IM Voie injectable : déficits prouvés en vitamine B12, dus à un défaut d absorption : maladie de Biermer, gastrectomie totale, résection de l iléon terminal, maladie d Imerslund Voie injectable : déficits prouvés en vitamine B12, dus à un défaut d absorption : maladie de Biermer, gastrectomie totale, résection de l iléon terminal, maladie d Imerslund Voie intramusculaire : déficits prouvés en vitamine B12, dus à un défaut d absorption : maladie de Biermer, gastrectomie totale, résection de l iléon terminal, maladie d Imerslund Voie intramusculaire : déficits prouvés en vitamine B12 dus à un défaut d absorption : maladie de Biermer gastrectomie totale résection de l iléon terminal maladie d Imerslund Dodécavit 0,5 mg/ml (hydroxocobalamine) Voie intramusculaire : déficits prouvés en vitamine B12, dus à un défaut d absorption : maladie de Biermer, gastrectomie totale, résection de l iléon terminal, maladie d Imerslund Sol : solution ; buv : buvable ; inj : injection ; IM : intramusculaire ; cp : comprimé : séc : sécable ; pellic : pelliculé. Administration parentérale (intramusculaire) Tableau 5. Recommandations pratiques concernant le traitement par vitamine B12 Maladie de Biermer : 1000μg/j pendant 1 semaine puis μg/s pendant 1 mois puis μg tous les mois, le restant de la vie (au moins à μg/j pendant au moins 1 à 3 mois dans les formes neurologiques sévères) a Administration orale : 1000μg/j pendant le restant de la vie Déficit nutritionnel et maldigestion des cobalamines alimentaires : 1000μg/j pendant 1 semaine puis μg par semaine pendant 1 mois puis μg tousles1à3mois,jusqu à cequelacause potentielle de carence soit supprimée ou le restant de la vie (1 000 μg/j pendant au moins 1 à 3 mois dans les formes neurologiques sévères) a : 1000μg/j pendant 1 mois puis 125 à μg/j, jusqu à cequelacausepotentiellede carence soit supprimée ou le restant de la vie a L efficacité de la vitamine B12 administrée par voie orale dans les formes neurologiques sévères n est pas très bien documentée à ce jour. Références 1. Andrès E, Loukili NH, Noel E, et al. Vitamin B12 (cobalamin) deficiency in elderly. CAMJ 2004 ; 171 : Serraj K, Mecili M, Andrès E. Signes et symptômes de la carence en vitamine B12 : revue critique de la littérature. Med Ther 2010 ; 16 (in press). 3. Andrès E, Fothergill H, Mecili M. Efficacy of oral cobalamin (vitamin B12) therapy. Expert Opin Pharmacother 2009 (in press). 4. Dali-Youcef N, Andrès E. An update on cobalamin deficiency in adults. QJM 2009 ; 102 : Andrès E, Affenberger S, Vinzio S, et al. Food-cobalamin malabsorption in elderly : clinical manifestations and treatment. Am J Med 2005 ; 118 :

7 6. Carmel R. Malabsorption of food-cobalamin. Bailliere s Clin Haematol 1995 ; 8 : Norberg B. Turn of tide for oral vitamin B12 treatment. J Intern Med 1999 ; 246 : van Asselt DZ, Merkus FW, Russel FG, Hoefnagels WH. Nasal absorption of hydroxocobalamin in healthy elderly adults. Br J Clin Pharmacol 1998 ; 45 : Lane LA, Rojas-Fernandez C. Treatment of vitamin B12 deficiency anemia: oral versus parenteral therapy. Ann Pharmacother 2002 ; 36 : Kuzminski AM, Del Giacco EI, Allen RH, Stabler SP, Lindenbaum J. Effective treatment of cobalamin deficiency with oral cobalamin. Blood 1998 ; 92 : Bolaman Z, Kadikoylu G, Yukselen V, Yavasoglu I, Barutca S, Senturk T. Oral versus intramuscular cobalamin treatment in megaloblastic anemia: a single-center, prospective, randomized, openlabel study. Clin Ther 2003 ; 25 : Eussen SJ, de Groot LC, Clarke R, et al. Oral cyanocobalamin supplementation in older people with vitamin B12 deficiency: a dose-finding trial. Arch Intern Med 2005 ; 165 : Vidal-Alaball J, Butler CC, Cannings-John R, et al. Oral vitamin B12 versus intramuscular vitamin B12 for vitamin B12 deficiency. Cochrane Database Syst Rev 2005 ; 20 (CD004655). 14. Andrès E, Kaltenbach G, Noel E, et al. Efficacy of short-term oral cobalamin therapy for the treatment of cobalamin deficiencies related to food-cobalamin malabsorption. A study of 30. Clin Lab Haematol 2003 ; 25 : Andrès E, Kurtz JE, Perrin AE, et al. Oral cobalamin therapy for the treatment of with food-cobalamin malabsorption. Am J Med 2001 ; 111 : Kaltenbach G, Noblet-Dick M, Andrès E, et al. Réponse précoce au traitement oral par vitamine B12 chez des sujets âgés hypovitaminiques. Ann Med Interne 2003 ; 154 : 91-5 (Paris). 17. Andrès E, Kaltenbach G, Noblet-Dick M, et al. Hematological response to short-term oral cyanocobalamin therapy for the treatment of cobalamin deficiencies in elderly. J Nutr Health Aging 2006 ; 10 : Andrès E, Loukili NH, Noel E, et al. Oral cobalamin (daily dose of 1,000 μg) therapy for the treatment of with pernicious anemia. An open label study of 10. Curr Ther Res 2005 ; 66 : Andrès E, Serraj K, Federici L, Grosu D, Blicklé JF. Efficacité au long cours d un traitement par cyanocobalamine administrée par voie orale dans le cadre des carences en vitamine B12 : étude de 22 cas. Rev Med Interne 2007 ; 28 (suppl. 1) : Roth M, Orija I. Oral vitamin B12 therapy in vitamin B12 deficiency. Am J Med 2004 ; 116 : Andrès E, Serraj K, Mecili M, Ciobanu E, Vogel T, Weitten T. Mise au point sur la vitamine B12 administrée par voie orale. Ann Endocrinol 2009 (in press). 22. Solomon LR. Disorders of cobalamin (vitamin B12) metabolism: emerging concepts in pathophysiology, diagnosis and treatment. Blood Rev 2007 ; 21 : Hvas AM, Nexo E. Diagnosis and treatment of vitamin B12 deficiency. An update. Haematologica 2006 ; 91 : Andrès E, Vogel T, Federici L, Zimmer J, Kaltenbach G. Update on oral cyanocobalamin (vitamin B12) treatment in elderly. Drugs Aging 2008 ; 25 :

Summary. Résumé. Arianna Troilo 1,2, Mustapha Mecili 1, Ecaterina Ciobanu 1, Vieri Boddi 3, Mario M. D Elios 2, Emmanuel Andrès 1

Summary. Résumé. Arianna Troilo 1,2, Mustapha Mecili 1, Ecaterina Ciobanu 1, Vieri Boddi 3, Mario M. D Elios 2, Emmanuel Andrès 1 Presse Med. 2010; 39: e273 e279 ß 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. en ligne sur / on line on www.em-consulte.com/revue/lpm www.sciencedirect.com Efficacité et tolérance de la vitamine B12

Plus en détail

Carence en B12 : critères et stratégies de substitution. Di Silvestro Katharine Juin 2013

Carence en B12 : critères et stratégies de substitution. Di Silvestro Katharine Juin 2013 Carence en B12 : critères et stratégies de substitution Di Silvestro Katharine Juin 2013 Prévalence Prévalence d un déficit en vitamine B12 est élevée dans la population générale (entre 5-60% selon les

Plus en détail

ELEMENTS NECESSAIRES à l ERYTHROPOIESE

ELEMENTS NECESSAIRES à l ERYTHROPOIESE 1- LE FER 2- VITAMINE B12 ET FOLATES Autres vitamines: Vitamine B6 indispensable à la synthèse de l Hb + incorporation dans la protoporphyrine III Vitamine C par son rôle dans l absorption du fer Riboflavine

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 12 novembre 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 12 novembre 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 12 novembre 2003 ZAVESCA 100 mg, gélule Boîte de 84 Actelion Pharmaceuticals France miglustat Liste I Médicament réservé à l usage

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 mars 2004. VITAMINE B12 AGUETTANT 1000 µg/2ml, solution injectable IM et buvable B/10 et B/100, ampoules bouteille

AVIS DE LA COMMISSION. 10 mars 2004. VITAMINE B12 AGUETTANT 1000 µg/2ml, solution injectable IM et buvable B/10 et B/100, ampoules bouteille COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 mars 2004 VITAMINE B12 AGUETTANT 1000 µg/2ml, solution injectable IM et buvable B/10 et B/100, ampoules bouteille Laboratoires

Plus en détail

VITAMINE B12 TOUIL.FZ; BENTAHAR. I; ACHICHI. A; HAMDI.S. Service d hématologie - CHU de Sétif - Algérie

VITAMINE B12 TOUIL.FZ; BENTAHAR. I; ACHICHI. A; HAMDI.S. Service d hématologie - CHU de Sétif - Algérie ETUDE DE LA CARENCE EN VITAMINE B12 TOUIL.FZ; BENTAHAR. I; ACHICHI. A; HAMDI.S. Service d hématologie - CHU de Sétif - Algérie INTRODUCTION Anémies carentielles : problème de santé publique Anémies microcytaires

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION RAPPORT PUBLIC D EVALUATION Risperdal, comprimé pelliculé sécable, orodispersible et solution buvable (avril 2005) INTRODUCTION Le 2 mai 1995, les spécialités Risperdal 1, 2, 3 et 4 mg comprimés pelliculés

Plus en détail

Tous les CAPP-Info sur Internet : CAPP-INFO N 60 septembre et

Tous les CAPP-Info sur Internet : CAPP-INFO N 60 septembre et CAPP-INFO Bulletin d information du CAPP (Contact Avis Pharmacologique et Pharmaceutique) N 60, septembre 2011 Bips : Pharmacie : 079 55 31080 Gérontopharmacologie : 079 55 38360 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 7 février 2001 KEPPRA 250, 500 et 1000mg comprimé pelliculé Boîte de 60 Lévétiracétam

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 ACIDE FOLIQUE CCD 0,4 mg, comprimé (boîte de 30) Laboratoire CCD acide folique Date de l AMM : 8 janvier 2002 Motif

Plus en détail

Vitamine B12 au cabinet: quel casse-tête! Quel bilan? Mme H.W, 1962, érythréenne MC: Paresthésies. Enquête auprès de 4 médecins

Vitamine B12 au cabinet: quel casse-tête! Quel bilan? Mme H.W, 1962, érythréenne MC: Paresthésies. Enquête auprès de 4 médecins Vitamine B12 au cabinet: quel casse-tête! N. Junod Perron et S. Malacarne Service de médecine de premier recours HUG Avec la collaboration des Drs I. Morard, gastroentérologue aux HUG F. Verholen, hématologue

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2005 NIMOTOP 30 mg, comprimé pelliculé B/90 Laboratoires BAYER PHARMA nimodipine Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre ARANESP 60 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4)

AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre ARANESP 60 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 5 septembre 2001 ARANESP 15 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4) ARANESP 25 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V.

Plus en détail

COMPORTEMENT ALIMENTAIRE ET GROSSESSE. Les recommandations périconceptionnelles sont elles suivies?

COMPORTEMENT ALIMENTAIRE ET GROSSESSE. Les recommandations périconceptionnelles sont elles suivies? COMPORTEMENT ALIMENTAIRE ET GROSSESSE Les recommandations périconceptionnelles sont elles suivies? L exemple du Fer Thierry Harvey Prévalence de l anémie chez les femmes en âge de procréer Un des dix facteurs

Plus en détail

La vitamine B 12 per os: un secret bien gardé!

La vitamine B 12 per os: un secret bien gardé! La vitamine B 12 per os: un secret bien gardé! Claudiane Thériault-Picard, pharmacienne Louise Lévesque, chef du département de pharmacie En collaboration avec les nutritionnistes du CSSS de Québec-Nord

Plus en détail

Item 222 : Anémie par carence martiale

Item 222 : Anémie par carence martiale Item 222 : Anémie par carence martiale Date de création du document 01/02/2010 OBJECTIFS ENC : Diagnostiquer une anémie par carence martiale. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du

Plus en détail

Profil clinique, biologique, et thérapeutique de l anémie par carence en vitamine B12 dans le service d hématologie de Marrakech (Maroc)

Profil clinique, biologique, et thérapeutique de l anémie par carence en vitamine B12 dans le service d hématologie de Marrakech (Maroc) Bull. Soc. Pathol. Exot. (2013) 106:83-88 DOI 10.1007/s13149-013-0282-4 CLINIQUE / CLINICS Profil clinique, biologique, et thérapeutique de l anémie par carence en vitamine B12 dans le service d hématologie

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 20 mars Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 20 mars Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 mars 2002 Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 4 mai 1999 - (J.O. du 7 mai 1999) SOLIAN

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 RENAGEL 400 mg, comprimé pelliculé Boîte de 360 RENAGEL 800 mg, comprimé pelliculé Boîte de 180 Laboratoires GENZYME

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 novembre 2005 VENOFER 100 mg/5 ml, solution injectable (IV) 5 ampoules en verre de 5 ml (CIP 561 896-3) Laboratoire VIFOR France (titulaire) Exploitant laboratoire

Plus en détail

Projet qualité B12. To B12 or not to B12. mais voilà, La B12 pour moi, c est 03/03/2011

Projet qualité B12. To B12 or not to B12. mais voilà, La B12 pour moi, c est 03/03/2011 To B12 or not to B12 DreOlivia GIROUD Dr Kaveh SAMII Projet qualité B12 en cours d élaboration Photographie de l utilisation et du raisonnement en amont d une prescription DreNoelleJUNOD Dr Pierre RUFENACHT

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 mars 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 2 février 2000 par arrêté du 18 janvier 2000 (JO

Plus en détail

Les erythropoïétines humaines recombinantes :

Les erythropoïétines humaines recombinantes : Les erythropoïétines humaines recombinantes : Utilisation en Néphrologie Dr Dominique BARRILLON Centre Hémodialyse CHU Nice - Hôpital Pasteur E.P.O. en Néphrologie 1989 : La Révolution E.P.O. L anémie

Plus en détail

Anémies macrocytaires et mégaloblastiques (297b) Professeur Jean-Jacques SOTTO Juillet 2005

Anémies macrocytaires et mégaloblastiques (297b) Professeur Jean-Jacques SOTTO Juillet 2005 Anémies macrocytaires et mégaloblastiques (297b) Professeur Jean-Jacques SOTTO Juillet 2005 Pré-requis : Métabolisme des cobalamines et des folates, et synthèse de l'adn Absorption intestinale de ces deux

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT VITAMINE B12 GERDA 1000 µg/4 ml, solution injectable (IM) et buvable 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Cyanocobalamine...

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 11 mai 2016 fer (sous forme d ascorbate ferreux) ASCOFER 33 mg, gélule Flacon 30 gélules (CIP : 34009 300 696 0 8) Laboratoire TRADIPHAR Code ATC Motif de l examen Liste

Plus en détail

Existe-t-il un bénéficie démontré des inhibiteurs de Cox-2 (versus les AINS classiques) en terme de toxicité digestive haute et basse

Existe-t-il un bénéficie démontré des inhibiteurs de Cox-2 (versus les AINS classiques) en terme de toxicité digestive haute et basse Existe-t-il un bénéficie démontré des inhibiteurs de Cox-2 (versus les AINS classiques) en terme de toxicité digestive haute et basse Stanislas Chaussade Université Paris Descartes Département médico chirurgical

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 02 mars 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité : POLY- KARAYA,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er juillet 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er juillet 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er juillet 2015 TARCEVA 25 mg, comprimé pelliculé B/30 (CIP : 34009 369 232 3 2) TARCEVA 100 mg, comprimé pelliculé B/30 (CIP : 34009 369 234 6 1 TARCEVA 150 mg, comprimé

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 5 mars 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 5 mars 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2008 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l'arrêté du 8 décembre

Plus en détail

Avis 23 avril PHOSPHORE ALKO 750 mg, comprimés effervescents T/20 (CIP : )

Avis 23 avril PHOSPHORE ALKO 750 mg, comprimés effervescents T/20 (CIP : ) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 avril 2014 PHOSPHORE ALKO 750 mg, comprimés effervescents T/20 (CIP : 34009 370 532 7 3) Laboratoire PRIMIUS LAB DCI Code ATC (2013) - glycérophosphate de Manganèse

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mars 2008 TARCEVA 25 mg, comprimé pelliculé (369 232-3) TARCEVA 100mg, comprimé pelliculé (369 234-6) TARCEVA 150 mg, comprimé pelliculé (369 235-2) B/ 30 Laboratoire

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 13 juin 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

Plus en détail

Avis 29 mai CALCIFORTE VITAMINE D3, comprimé à croquer, à sucer ou dispersible B/60 (CIP : ) B/180 (CIP : )

Avis 29 mai CALCIFORTE VITAMINE D3, comprimé à croquer, à sucer ou dispersible B/60 (CIP : ) B/180 (CIP : ) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 CALCIFORTE VITAMINE D3, comprimé à croquer, à sucer ou dispersible B/60 (CIP : 34009 356 682 5 7) B/180 (CIP : 34009 373 774 1 6) Laboratoire GRIMBERG DCI

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 7 juillet 2004 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission a réexaminé les spécialités

Plus en détail

LES TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX INAPPROPRIES exemple de l outil STOPP-START

LES TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX INAPPROPRIES exemple de l outil STOPP-START LES TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX INAPPROPRIES exemple de l outil STOPP-START Vichy 31 mai 2013 Dr BAUDENON Thomas Courts séjour gériatrique GérontoPôle CHU Clermont Ferrand IATROGENIE ET GERIATRIE 16 % de

Plus en détail

PREFOLIC 15 mg comprimé gastrorésistant. Résumé des Caractéristiques du Produit

PREFOLIC 15 mg comprimé gastrorésistant. Résumé des Caractéristiques du Produit PREFOLIC 15 mg comprimé gastrorésistant Résumé des Caractéristiques du Produit PREFOLIC 15 mg comprimés gastro résistants 1. NOM DU MEDICAMENT PREFOLIC. 2. PRINCIPE ACTIF Un comprimé gastro-résistant contient

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 21 mars 2001 GLUCOPHAGE 1000 mg, comprimé pelliculé (boîtes de 30 et de 50) Laboratoire

Plus en détail

RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés

RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés Les questions autour du RGO Histoire naturelle? Physiopathologie? Symptômes? Diagnostic? Test thérapeutique aux IPP? Traitement symptomatique? Traitement

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT VITAMINE B12 AGUETTANT 1000 microgrammes/2 ml, solution injectable I.M. et buvable 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT VITAMINE B12 AGUETTANT 1000 microgrammes/2 ml, solution injectable I.M. et buvable 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

Plus en détail

EXPOSÉ CONFÉRENCE DE PRESSE DU BILAN Seul le texte prononcé fait foi. Mesdames et Messieurs,

EXPOSÉ CONFÉRENCE DE PRESSE DU BILAN Seul le texte prononcé fait foi. Mesdames et Messieurs, EXPOSÉ CONFÉRENCE DE PRESSE DU BILAN 26 Date 11 avril 26 Contact Dr Barbara von Eisenhart Rothe, Medical Director, Vifor (International) SA Sujet Programme de développement clinique de Seul le texte prononcé

Plus en détail

Les questions autour du RGO. Histoire naturelle 30/01/2014

Les questions autour du RGO. Histoire naturelle 30/01/2014 Les questions autour du RGO RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés Histoire naturelle? Physiopathologie? Symptômes? Diagnostic? Test thérapeutique aux IPP? Traitement symptomatique? Traitement

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 5 septembre 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 28 décembre 1998 (J.O. du 3 janvier 1999) MODOPAR

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 05 février 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 05 février 2003 COMMISSION DE LA TRANSPAR0ENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 05 février 2003 PROFENID 100 mg/2 ml, solution injectable (IM) (boîtes de 2 et 6 ampoules) Laboratoires AVENTIS kétoprofène Liste

Plus en détail

Helicobacter pylori: Actualités thérapeutiques en Jean-charles Delchier (Créteil)

Helicobacter pylori: Actualités thérapeutiques en Jean-charles Delchier (Créteil) Helicobacter pylori: Actualités thérapeutiques en 2012 Jean-charles Delchier (Créteil) CONFLITS D INTÉRÊT Jean-Charles Delchier: - Consultant laboratoire Aptalis - Intervenant laboratoire Mayoly Spindler

Plus en détail

Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations

Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations 22ans ATCD :RAS Visite d embauche GR 6,2M Hb 10,8g/dl VGM 68fl CCMH 32% Diagnostic? Bêta Thalassémie mineure Examens utiles? -Fer sérique

Plus en détail

Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT Déficience en hormone de croissance (chez l enfant et l adolescent)

Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT Déficience en hormone de croissance (chez l enfant et l adolescent) 1. Pathologie DÉFICIENCE EN HORMONE DE CROISSANCE (CHEZ L ENFANT ET L ADOLESCENT) 2. Diagnostic A. Antécédents médicaux L historique d un déficit en GH chez l enfant est toujours associé à une petite taille

Plus en détail

Erythropoiétines Recommandations 2006 de l EORTC

Erythropoiétines Recommandations 2006 de l EORTC Erythropoiétines Recommandations 2006 de l EORTC Pierre Soubeyran Institut Bergonié Prise en charge Pas de traitement sans diagnostic de l anémie Inflammatoire, hémolytique, carence martiale, trouble nutritionnel,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 30 août 2000 par arrêté du 22 août 2000 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

Réunion Diaménord 20 novembre 2010

Réunion Diaménord 20 novembre 2010 Réunion Diaménord 20 novembre 2010 Introduction Dénutrition hospitalière : Problème majeur de santé publique 30 à 40% des patients à l entrée Agressions aiguës et pathologies chroniques 40% des patients

Plus en détail

Vitamine D. Système D? Dr Gilles Tanguy DMG Clermont-Ferrand Jumga 2010

Vitamine D. Système D? Dr Gilles Tanguy DMG Clermont-Ferrand Jumga 2010 Vitamine D Système D? Dr Gilles Tanguy drtanguygilles@orange.fr DMG Clermont-Ferrand Jumga 2010 La vitamine D C est quoi le problème? Sujet à la mode de plus en plus de publication Sur Pubmed: 2844 en

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 6 juillet 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 1 juin 2000 (JO du 2 mars 2001) CALSYN 50UI/0,5 ml, solution injectable

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 mars 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 mars 2007 VASTAREL 20 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 comprimés (CIP : 322 050-6) Boîte de 100 comprimés (322 051-2) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 28 mars 2007 VASTAREL 20 mg/ml, solution buvable, gouttes

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 24 avril Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 24 avril Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 24 avril 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par arrêté du 19 octobre 1998 - (J.O. du 28

Plus en détail

Régulation de la glycémie et diabètes. Maestris /2016

Régulation de la glycémie et diabètes. Maestris /2016 Régulation de la glycémie et diabètes Maestris - 2015/2016 La glycémie Glycémie : taux sanguin de glucose A jeûn : 0,8 à 1g /L de sang (glycémie normale 1g/L) Après un repas : hyperglycémie 1,2 g/l En

Plus en détail

Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud

Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud Il existe une corrélation entre IMC et survenue d escarre : HyunS. & al., Am J CritCare, 2014 (n = 2632) Un apport

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 05 février 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 05 février 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 05 février 2003 ESTRAPATCH 80 µg/24 heures, dispositif transdermique (boîte de 4) Laboratoire PIERRE FABRE SANTE estradiol Liste

Plus en détail

Vitamine D. (25-Hydroxy-) MÉMENTO DU BIOLOGISTE DEFINITION

Vitamine D. (25-Hydroxy-) MÉMENTO DU BIOLOGISTE DEFINITION MÉMENTO DEFINITION DU Vitamine D (25-Hydroxy-) BIOLOGISTE La vitamine D est un terme générique désignant tous les sécostérols présentant une activité anti-rachitique. Les deux vitamines D2 (ergocalciférol)

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 05 février ZOMETA 4 mg poudre et solvant pour solution pour perfusion Boîte de 1

AVIS DE LA COMMISSION. 05 février ZOMETA 4 mg poudre et solvant pour solution pour perfusion Boîte de 1 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 05 février 2003 ZOMETA 4 mg poudre et solvant pour solution pour perfusion Boîte de 1 NOVARTIS PHARMA acide zolédronique Liste I

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 9 mai 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 20 juillet 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 18 avril 2000 (JO du 21 mai 2000) ANSATIPINE 150 mg, gélule B/30 (CIP

Plus en détail

MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ANEMIE FERRIPRIVE DE LA FEMME ENCEINTE. Pr. Gérard DINE Département EMV Centrale Paris Laboratoire Hématologie CH Troyes

MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ANEMIE FERRIPRIVE DE LA FEMME ENCEINTE. Pr. Gérard DINE Département EMV Centrale Paris Laboratoire Hématologie CH Troyes MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ANEMIE FERRIPRIVE DE LA FEMME ENCEINTE Pr. Gérard DINE Département EMV Centrale Paris Laboratoire Hématologie CH Troyes Métabolisme du fer choix des marqueurs Que doit-on mesurer

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 02 juin 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 02 juin 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 02 juin 2004 DEPOCYTE 50 mg/5 ml, suspension injectable Boîte de 1 flacon MUNDIPHARMA S.A.S cytarabine Liste I Date de l'amm : 11

Plus en détail

EPP REGIONALE BON USAGE DES. Dr Elise FIAUX, Dr Anaïs BRETEAU 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie - 23 juin

EPP REGIONALE BON USAGE DES. Dr Elise FIAUX, Dr Anaïs BRETEAU 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie - 23 juin EPP REGIONALE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES Dr Elise FIAUX, Dr Anaïs BRETEAU 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie - 23 juin 2016 - 2 PLAN 1. CONTEXTE 2. OBJECTIFS 3. METHODOLOGIE 4. RESULTATS

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 11 Mai 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine les spécialités : MAGNE B6, solution

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 RINOCLENIL 100 microgrammes/dose, suspension pour pulvérisation nasale Flacon de 120 doses (CIP : 370 710-2) CHIESI SA Béclométasone (dipropionate) Code

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 juillet 2016

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 juillet 2016 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 juillet 2016 kétotifène ZADITEN L.P. 2 mg, comprimé pelliculé à libération prolongée B/30 comprimés (CIP : 34009 336 921 4 8) ZADITEN 1 mg, gélule B/60 gélules (CIP

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 INEXIUM 20 mg et 40 mg, comprimés gastro-résistants (Boîtes de 7, 14 et 28 comprimés) Laboratoires ASTRAZENECA

Plus en détail

FAUT-IL TRAITER L HYPERURICEMIE ASYMPTOMATIQUE?

FAUT-IL TRAITER L HYPERURICEMIE ASYMPTOMATIQUE? FAUTIL TRAITER L HYPERURICEMIE ASYMPTOMATIQUE? Cliquez pour modifier le style des soustitres du masque Dr Milicevic Martina Service de néphrologie, dialyse et hypertension CHR Citadelle, Liège Le 26 novembre

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 30 juin 2004 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 février 2005 FORLAX 4 g, poudre pour solution buvable en sachet-dose (B/20) Laboratoires BEAUFOUR IPSEN PHARMA macrogol (polyéthylène glycol)

Plus en détail

EPUISEMENT, FATIGUE, DÉPRIME? La carence en fer un mal très répandu, souvent sous-estimé

EPUISEMENT, FATIGUE, DÉPRIME? La carence en fer un mal très répandu, souvent sous-estimé EPUISEMENT, FATIGUE, DÉPRIME? La carence en fer un mal très répandu, souvent sous-estimé Chère patiente, cher patient! Vous sentez-vous souvent sans énergie, fatigué, épuisé, déprimé? Avez-vous facilement

Plus en détail

Prise en charge du diabète du sujet âgé

Prise en charge du diabète du sujet âgé Prise en charge du diabète du sujet âgé Dr Guy SENG Hôpital de Freyming Merlebach AMMPPU Metz Le 7 avril 2011 L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt et autorise l Association Médicale Mosellane

Plus en détail

Cas clinique. Moursli Fouzia. Status 17/11/2010. Madame J.N de 37 ans

Cas clinique. Moursli Fouzia. Status 17/11/2010. Madame J.N de 37 ans Cas clinique Madame J.N de 37 ans Moursli Fouzia Médecin interne 10.11.2010 MC : Malaise sans PC AA: Pas de PC, pas de DRS, pas de dyspnée. présence d une fatigue depuis plusieurs mois. Hyperménorrhée

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 4 septembre 2002 ROCEPHINE 500 mg/2 ml, poudre et solvant pour solution injectable (IM) ROCEPHINE 500 mg/5 ml, poudre et solution

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 7 novembre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 7 novembre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 7 novembre 2001 AERIUS 5 mg, comprimé pelliculé (boîtes de 15 et de 30) Laboratoire Schering Plough Desloratadine Liste I Date de l AMM : 15 janvier

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 13 juin 2001 AMMONAPS 500 mg, comprimé (Boîte de 250) AMMONAPS 940 mg / g, granulés

Plus en détail

Séquelles fonctionnelles de la chirurgie des cancers de la jonction oeso-gastrique. Eric Lerebours Rouen

Séquelles fonctionnelles de la chirurgie des cancers de la jonction oeso-gastrique. Eric Lerebours Rouen Séquelles fonctionnelles de la chirurgie des cancers de la jonction oeso-gastrique Eric Lerebours Rouen Conflits d intérêt Aucun conflit d intérêt sur le thème de l exposé Les séquelles fonctionnelles

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 29 mai MOPRAL 20 mg, microgranules gastrorésistants en gélule B/7 B/14 et B/28

AVIS DE LA COMMISSION. 29 mai MOPRAL 20 mg, microgranules gastrorésistants en gélule B/7 B/14 et B/28 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 29 mai 2002 MOPRAL 20 mg, microgranules gastrorésistants en gélule B/7 B/14 et B/28 Laboratoires ASTRA FRANCE oméprazole Liste II

Plus en détail

Quand faut il doser le fer sérique chez un sénior? Philippe CHASSAGNE

Quand faut il doser le fer sérique chez un sénior? Philippe CHASSAGNE Quand faut il doser le fer sérique chez un sénior? Philippe CHASSAGNE philippe.chassagne@chu-rouen.fr Jamais!!!! Merci pour votre attention. Mais. carence martiale : - y pensez même sans anémie - en faire

Plus en détail

ANEMIE DU SUJET AGE. C.DAURIAC Chr Rennes

ANEMIE DU SUJET AGE. C.DAURIAC Chr Rennes ANEMIE DU SUJET AGE C.DAURIAC Chr Rennes DEFINITIONS DEFINITION d une ANEMIE: = définition de l OMS ( WHO) n < 13 g Hb / dl chez l homme n < 12 g Hb / dl chez la femme DEFINITION du SUJET AGE: = définition

Plus en détail

Que pensez du traitement médicamenteux dans la Maladie d Alzheimer de stade modéré à sévère? Apport de l étude DOMINO

Que pensez du traitement médicamenteux dans la Maladie d Alzheimer de stade modéré à sévère? Apport de l étude DOMINO Que pensez du traitement médicamenteux dans la Maladie d Alzheimer de stade modéré à sévère? Apport de l étude DOMINO Christian COFFINET, Nadir KADRI Les Médicales de Saint Julien Jeudi 27 Septembre 2012

Plus en détail

2 : Prévention et dépistage des anémies de la grossesse.

2 : Prévention et dépistage des anémies de la grossesse. FICHE N 4 : ANEMIE ET GROSSESSE Validé par le conseil scientifique en date du 08 /04/2011 Mise à jour validée par le conseil scientifique le 04/10/2013 Domaine d application : Suivi de grossesse Rédigée

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION 11 juillet 2001

AVIS DE LA COMMISSION 11 juillet 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 11 juillet 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 24 août 1998- (J.O. du 24 août 1998) SANDOSTATINE

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ANEMIE FERRIPRIVE CHEZ LA PERSONNE AGEE

PRISE EN CHARGE DE L ANEMIE FERRIPRIVE CHEZ LA PERSONNE AGEE PRISE EN CHARGE DE L ANEMIE FERRIPRIVE CHEZ LA PERSONNE AGEE Dr Stéphane Nahon Dr Emeline Clair Groupe Hospitalier Intercommunal Le Raincy-Montfermeil CONFLITS D INTÉRÊT Stéphane Nahon: Vifor Emeline Clair:

Plus en détail

UNE MALADIE OUBLIÉE. 18 décembre 2014 Société de médecine de Franche Comté

UNE MALADIE OUBLIÉE. 18 décembre 2014 Société de médecine de Franche Comté UNE MALADIE OUBLIÉE 18 décembre 2014 Société de médecine de Franche Comté Bouldoires B, Laresche C, Tabourot M, Dupond AS, centre hospitalier Belfort Montbéliard Monsieur P, 45ans Se presente au SAU adressé

Plus en détail

Agnus castus-mepha Extrait sec du gattilier

Agnus castus-mepha Extrait sec du gattilier Agnus castus-mepha Extrait sec du gattilier Pour le traitement du PMS admis par les caisses maladie Les médicaments à l arc-en-ciel Agnus castus-mepha n Traitement des troubles prémenstruels tels que:

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 22 décembre 2004 MONONAXY 500 mg, comprimé à libération modifiée B/5 (Code CIP : 365 542.8) B/10 (Code CIP : 365 546.3) Laboratoires

Plus en détail

De l antibiotique l au per os

De l antibiotique l au per os De l antibiotique l IV au per os Intérêt du passage de la voie IV à la voie orale Réduction du risque d infections nosocomiales (matériels, phlébites ) Gain de temps infirmier Amélioration du confort et

Plus en détail

Pronostic neurologique à long terme des aciduriesorganiques classiques

Pronostic neurologique à long terme des aciduriesorganiques classiques Pronostic neurologique à long terme des aciduriesorganiques classiques Etude rétrospective et comparative d une série de 80 patients Nizon M., Touati G., Valayannopoulos V., Arnoux J.B., Brassier A, Desguerre

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 12 juin 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 12 juin 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 12 juin 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 28 janvier 1999 (JO du 5 février

Plus en détail

Avis 10 juillet 2013

Avis 10 juillet 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 juillet 2013 COPEGUS 200 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 34009 362 003 9 5) B/42 (CIP : 34009 361 590 8 2) B/112 (CIP : 34009 362 004 5 6) B/168 (CIP : 34009 361

Plus en détail

DENUTRITION ET CANCER

DENUTRITION ET CANCER DENUTRITION ET CANCER Pr Julien Mazières Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de pneumologie Hôpital Larrey, CHU Toulouse Introduction La malnutrition atteint la majorité des patients porteurs

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 26 juin 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 26 juin 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 26 juin 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par avis de renouvellement d inscription à

Plus en détail

EPUISEMENT, FATIGUE, DÉPRIME? La carence en fer un mal très répandu, souvent sous-estimé

EPUISEMENT, FATIGUE, DÉPRIME? La carence en fer un mal très répandu, souvent sous-estimé EPUISEMENT, FATIGUE, DÉPRIME? La carence en fer un mal très répandu, souvent sous-estimé Chère patiente, cher patient! Vous sentez-vous souvent sans énergie, fatigué, épuisé, déprimé? Avez-vous facilement

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 mars 2005 THYROGEN 0,9 mg, poudre pour solution injectable Flacon en verre de 5 ml boîte de 2 GENZYME Ltd Thyrotropine alpha Liste I Médicament

Plus en détail

Pr. M.A. BIGARD. Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO?

Pr. M.A. BIGARD. Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO? Pr. M.A. BIGARD Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO? Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO? Professeur M.A. BIGARD Service d Hépatogastroentérologie CHU de NANCY Avant la

Plus en détail

Nutrition chez le cirrhotique. Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET

Nutrition chez le cirrhotique. Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET Nutrition chez le cirrhotique Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2011 Benoit DUPONT Nutrition chez le cirrhotique

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 07 février Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 07 février Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 07 février 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois

Plus en détail