LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA"

Transcription

1 Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx à la consommaton Genève, 7-9 ma 28 Djoret BIAKA TEDANG Expert macroéconomste Emal : Afrstat B.P. E 16 Naréla, rue 499 porte 23 - Bamako (MALI) Tél : (223) / / Fax : (223) E-mal :

2 RESUME L Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne (AFRISTAT) a entreprs depus 27, sur fnancement de la Commsson de l UEMOA la rénovaton de l ndce harmonsé des prx à la consommaton (IHPC), un des prncpaux nstruments de suv de la convergence des économes. Ce projet de rénovaton offre l occason, outre la mse à dsposton de systèmes de pondératons actualsés, de mettre l ndce au nveau des standards nternatonaux. L expérence accumulée pendant ces dx dernères années avec l IHPC montre que l une des prncpales problématques à résoudre demeure la mse en place d un système de geston des ndces. AFRISTAT en a fat une de ses prncpales préoccupatons et propose des ndcateurs de mesure des performances de la producton des ndces. Mas au-delà de ce dspostf, ce document montre qu une des solutons au problème de la prse en compte de l effet qualté résde dans la mutualsaton des pratques et des nformatons relatves à chaque cas. La Communauté statstque nternatonale, en mettant en place des plates-formes de dffuson de ces données, contrbuera fortement à rendre dsponble nformatons et méthodes, ndspensables pour amélorer la qualté des données produtes, au-delà des chox méthodologques ntaux. SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 II. PRINCIPALES AMELIORATIONS METHODOLOGIQUES... 3 II.1. Une spécfcaton plus précse des produts... 4 II.2. Un échantllonnage des relevés élarg... 7 II.3. La sasonnalté des prx et des produts meux tratés... 8 II.4. Une nouvelle nomenclature de producton et de dffuson... 9 II.5. Des nomenclatures secondares plus fournes et adaptées aux besons des utlsateurs... 1 II.6. D autres améloratons méthodologques varées... 1 III. PROBLEMATIQUE DE LA GESTION DES INDICES HARMONISES... 1 III.1. Mse en place d ndcateurs de suv de la qualté de l ndce III.2. Pour la mse en place d un mécansme de mutualsaton des pratques de tratement des effets qualté IV. CONCLUSION :

3 I. INTRODUCTION La rénovaton de l Indce harmonsé des prx à la consommaton (IHPC) pour les hut Etats membres de l Unon Economque et Monétare Ouest Afrcane (UEMOA) entreprse en 27 est l occason de fare un blan méthodologque détallé de celu ms en place en 1996 en vue d dentfer les aspects qu mértent des révsons, de le mettre au nveau des standards nternatonaux actuels et de tenr compte de l envronnement économque des Etats et des besons des utlsateurs. Cependant, l un des objectfs poursuvs a été de préserver les acqus et de tenr compte des capactés des INS. Auss, l archtecture générale de l ndce ans que la termnologe ont été, pour la plupart, préservées. Les prncpales nnovatons méthodologques adoptées portent sur : - une spécfcaton plus précse des produts, nsprée du Programme de Comparason Internatonale pour l Afrque (PCI-Afrque) ; - un échantllonnage des relevés élarg ; - une méthodologe de calcul d ndces d agrégats élémentares qu respecte les recommandatons nternatonales ; - des nomenclatures de traval révsées (Nomenclature de Consommaton Ouest Afrcane adaptée aux besons de l IHPC (NCOA- IHPC), nomenclature des ponts d observaton des prx) ; - la sasonnalté des prx et des produts meux tratés ; - d autres améloratons méthodologques varées. Le blan méthodologque a ms en exergue le caractère fgé des IHPC calculés dans les Etats, en rason notamment de la fable capacté des Etats à trater les changements de qualté. Le projet de rénovaton de l Indce harmonsé des prx à la consommaton (IHPC) dans les Etats membres de l UEMOA consttue une opportunté pour engager une réflexon stratégque sur les questons d ordre organsatonnel dans la perspectve d une geston plus actve des IHPC dans chaque Etat membre et au nveau régonal. Ce document présente les prncpales améloratons ntrodutes dans la méthodologe de l IHPC et aborde la problématque de l ajustement des effets qualté et du suv de la qualté des ndces dans un contexte de rareté des ressources. II. PRINCIPALES AMELIORATIONS METHODOLOGIQUES Depus 1996, date de mse en place de l Indce Harmonsé des Prx à la Consommaton (IHPC) dans les Etats membres de l UEMOA, les standards nternatonaux en matère d IPC se sont consdérablement élevés. Pluseurs nsttutons technques nternatonales se sont nvestes ces dernères années dans la mse en place de normes de qualté et de résolutons. Le projet de 3

4 rénovaton de l IHPC a été l occason de mettre la méthodologe de l IHPC à jour de ces normes et résolutons tout en tenant compte des moyens dsponbles dans les Etats membres. Les prncpales nnovatons en matère de champ et de couverture de l ndce, de formules de calculs d ndces d agrégats élémentares, de concept de prx utlsé ont été largement nsprés des documents de référence tels que le manuel du BIT sur les ndces des prx à la consommaton et le recuel des textes jurdques sur les IPCH d EUROSTAT. D autres nnovatons ntrodutes trent leur orgne de l expérence du Programme de Comparason Internatonale pour l Afrque (PCI-Afrque) et des fablesses constatées dans l échantllonnage des prx. II.1. Une spécfcaton plus précse des produts Les ndces des prx à la consommaton vsent à mesurer les varatons pures de prx. Les produts dont les prx sont relevés et comparés sur des pérodes successves devraent, dans l déal, être parfatement apparés, c est-à-dre présenter un aspect physque et des caractérstques économques dentques ou fortement comparables. Lorsque les produts sont parfatement apparés, l évoluton des prx observée est une varaton pure de prx. La Résoluton concernant les ndces des prx à la consommaton adoptée par la 17 ème Conférence nternatonale des statstcens du traval de 23 stpule qu «Il convent de fournr des spécfcatons détallant la varété et la talle des produts pour lesquels l y a leu de recuellr des nformatons sur les prx. Celles-c devraent être suffsamment précses pour dentfer toutes les caractérstques détermnantes des prx nécessares afn de s assurer que, dans la mesure du possble, les mêmes prx de bens et servces sont relevés au cours de pérodes successves au même pont de vente. Ces spécfcatons devraent notamment nclure la marque, le modèle, la talle, les condtons de paement, les modaltés de lvrason, ans que le type de garante et le type de pont de vente. Ces nformatons pourraent être utlsées dans les procédures de substtuton ou d ajustement pour prendre en compte la qualté.». L approche adoptée pour l IHPC 28 a conssté à amélorer la spécfcaton des produts par rapport à celle de l IHPC 96 en adoptant une spécfcaton à la fos plus précse et structurée des produts. Les caractérstques qu devront être retenues pour décrre les produts ne devront toutefos pas être trop restrctves pour ne pas détérorer les ndcateurs de qualté des ndces produts. La soluton ntermédare chose est de partr des descrptfs structurés des produts (DSP) du Programme de Comparason Internatonale pour l Afrque (PCI-Afrque). Cette soluton permet de faclter l arrmage des opératons lées au PCI et à l IHPC, arrmage dont les avantages ne sont plus à démontrer pour les pays afrcans. La démarche adoptée par AFRISTAT est résumée dans l encadré c-dessous. Cependant les spécfcatons des produts du PCI, en accordant les mêmes mportances à toutes les caractérstques, sont telles que tous les produts suvs peuvent être consdérés comme homogènes. Dans l archtecture de 4

5 l IHPC, un classement des varétés en homogène/hétérogène est ndspensable. Pour une varété homogène, le calcul d un prx moyen pour la varété a un sens. Les bens et servces couverts par la défnton de la varété hétérogène dffèrent sensblement ou sont très dsparates. Ce classement nflue sur la méthode de suv et de calcul des ndces élémentares. 5

6 DEMARCHE ADOPTEE POUR L INTEGRATION DES ACTIVITES IHPC-PCI DANS LE CADRE DU PROJET DE RENOVATION DE L IHPC EN ZONE UEMOA 1. Harmonsaton des outls méthodologques: La premère étape de l ntégraton consste à établr des outls méthodologques qu permettent de passer d un système à un autre. Dans cette optque, l établssement des tables de passage entre les termnologques et les nomenclatures est une premère étape ndspensable. Dans le cadre du projet, l a été adopté des nomenclatures de consommaton et de ponts d observatons des prx compatbles avec ceux du PCI-Afrque. 2. Processus de sélecton des bens et servces Il s agt dans un premer temps de partr de la lste des produts représentatfs dans les pays de la zone UEMOA structurés en 12 fonctons. Cette lste est dressée à partr des paners actuels de l'ihpc à 1 fonctons des 8 pays, complétées par les produts nouveaux ou ceux ntroduts dans le champ de l ndce. A chacun des produts, on lu adjont les descrptfs structurés des produts du PCI correspondants. Pour les produts non PCI, des descrptfs ont été dentfés. Des adaptatons locales sur les caractérstques ont été fates pour tenr compte des varétés qu sont les plus couramment consommées par les ménages. Il s agssat, en plus de l objectf d arrmage des deux opératons, d adopter pour l IHPC une spécfcaton des produts élémentares plus précse que celle qu a été mse en place en 1996, en mettant à proft le paner PCI. Sur la base des paners natonaux décrts avec des DSP dentques, l sera possble d applquer la méthode du chaînage des comparasons nternatonales. Compte tenu des proxmtés géographques et du nveau de développement, on pourrat par exemple établr des degrés de chevauchements élevés entre les pares des pays suvants : Togo- Bénn, Bénn- Burkna, Nger- Burkna, Burkna Mal, Mal- Sénégal, Sénégal -Cote d Ivore. Même dans le cas d un nouveau cycle du PCI, l peut être asé d dentfer des produts communs aux deux systèmes. Schématquement, les étapes proposées pour réalser cette deuxème phase sont : 1. Adopton de l approche de la descrpton structurée des produts ; 2. Intalsaton d un paner régonal à partr de la lste des produts du PCI et des paners des IHPC actuels 3. Examen de ce paner régonal ntal et apurement par les INS pour avor un paner qu sot représentatf de la consommaton dans le pays : a. Suppresson des produts non exstants ou non représentatfs ; b. Rajouts des produts spécfques, ancens ou nouveaux dans l espace économque du pays ; 4. Descrpton des produts rajoutés suvant la descrpton structurée des produts du PCI ; 5. Redstrbuton des DSP suvant les groupes de caractérstques ; 6. Reconsttuton d un paner régonal représentatf de la régon ; 7. Etablssement des pares de pays présentant des degrés de chevauchements élevés ; 8. Calcul des PPA blatéraux ; 9. Chaînage des PPA blatéraux. Les actvtés prévues dans le cadre des travaux de rénovaton de l IHPC sont lmtées aux 6

7 Les caractérstques du PCI dovent permettre de défnr une varété et de suvre précsément une sére. On a dstngué : - des caractérstques oblgatores de base d une varété (CO) ; - des caractérstques varables d une varété, scndées en : o caractérstques ayant une nfluence sur les prx, pour lesquelles des fourchette sont permses pour le chox ntal des séres représentatves (mas on sut ensute toujours le même produt) (CV1) o caractérstques complémentares n ayant pas d nfluence sur les prx mas permettant de retrouver plus faclement la sére suve (couleur du pantalon, référence d un apparel électroménager, etc.) (CV2) - Eventuellement des exclusons (E). Une fos les descrptfs structurés des produts du PCI récupérés pour les produts correspondants, ls ont été dstrbués selon ces caractérstques pour permettre de défnr les varétés suves. Ce regroupement de caractérstques permet de défnr une varété et de les classer en homogènes ou hétérogènes. Une varété est ans parfatement dentfée à partr de ses caractérstques oblgatores. Les varétés homogènes n ont pas de caractérstques varables ayant une nfluence sur les prx et ne seront décrtes que par CO, CV2 et éventuellement E. Les varétés hétérogènes présenteront par contre des caractérstques CV1 et seront complètement décrtes grâce à CO, CV1, CV2 et E. Les séres d une varété hétérogène dfféreront les unes des autres par les CV1 et éventuellement par les CV2. II.2. Un échantllonnage des relevés élarg Les ponts d observaton des prx ont été élargs aux nouveaux types de commerce notamment les superettes et les supermarchés qu se sont consdérablement développés dans les vlles des Etats concernés. L élargssement de la couverture des ponts d observaton a concerné auss ben les varétés homogènes que les varétés hétérogènes. De même le nombre de varétés et de séres a été consdérablement augmenté dans le but d amélorer la qualté des ndces produts (on est passé d envron 3 varétés envron à plus de 5). En outre, l expérence accumulée sur la ve de l IHPC permet d dentfer les séres pour lesquelles l est ndspensable d optmser le nombre de relevés du fat de la très forte (ou très fable) volatlté de leur prx. Les varétés ans que le caractère volatl ou non de leur prx sont propres à chaque pays, la fréquence de relevés n a pas été retenue comme un crtère de comparablté. Cette fréquence est attachée à chaque varété, contrarement à l IHPC Toutefos, l a été défn des fréquences mnmales de relevé des prx pour les dfférents types de varétés. 7

8 Pour certans produts, le mode de suv a complètement changé. C est le cas du loyer dont la fréquence de relevés a été multplée par plus de 5. II.3. La sasonnalté des prx et des produts meux tratés. La non-prse en compte de la sasonnalté dans l IHPC 1996 consttue une des rasons fondamentales qu ont mlté en faveur de sa rénovaton. En effet, la structure sasonnère des consommatons est mal connue faute d avor été observée de façon correcte en L enquête sur les dépenses des ménages de la prncpale agglomératon de chacun des Etats membres de l UEMOA réalsée en 1996 n a pas couvert l année entère. Elle devat être complétée par une enquête complémentare menée sur une pérode de 12 mos consécutfs qu aurat eu pour objectf de contrôler les résultats de l enquête prncpale et de détermner la structure des dépenses sasonnères. Cette seconde enquête n a pas été réalsée. La sasonnalté se manfeste sous deux angles : les produts sasonners et les produts à prx sasonners. En vue de résoudre les problèmes posés par la sasonnalté des prx et des produts, phénomène relatvement mportant dans les pays sahélens, une enquête sur neuf mos, complémentare à l enquête prncpale de tros mos portant sur les dépenses des ménages, sera organsée dans le cadre du projet. Elle aura pour objectf de : - détermner le calendrer de la sasonnalté des produts et meux prendre en compte les dépenses sasonnères des ménages dans l ndce ; - observer l évoluton des dépenses des ménages sur 12 mos et corrger éventuellement les pondératons ssues de l enquête prncpale. On obtendra, comme output, des pondératons mensuelles des varétés sasonnères. Le calcul de l'ndce d'un poste sasonner pourra s'effectuer en tros étapes : - Etape 1 : Calcul du prx moyen d une varété du poste pour un mos donné, moyenne arthmétque des prx des séres composant la varété. - Etape 2 : Calcul de l'ndce d'un poste sasonner pour un mos donné, moyenne géométrque des ndces élémentares des varétés du poste. P I t/ = p p avec I P t/ t t t p p t t w : Indce d'un poste sasonner au mos t t p : prx moyen d'une varété le mos t de la pérode courante p : prx moyen d'une varété à l année de base 8

9 t w : Part de la dépense de la varété dans la dépense du poste pour le mos consdéré t à la pérode ntale. - Etape 3 : Calcul de l'ndce d'un sous-groupe sasonner pour un mos donné, moyenne géométrque des ndces élémentares des postes du sous-groupe. Le calcul de l'ndce d'un poste à prx sasonners s'effectue en deux étapes : - Etape 1 : Calcul du prx moyen de la varété pour un mos donné, moyenne arthmétque des prx des séres composant la varété. - Etape 2 : Calcul de l'ndce d'un poste sasonner pour un mos donné, moyenne géométrque des ndces élémentares des varétés du poste. P I t/ = p t p avec I P t/ p p t w : Indce d'un poste sasonner au mos t t p : prx moyen d'une varété le mos t p : prx moyen d'une varété à l année de base w : Part de la dépense de la varété dans la dépense du poste au cours de l année de base. Des travaux sont en cours pour tester ces formules et envsager, le cas échéant l adopton d autres formules plus approprées. En partculer l analyse en grandeur réelle des décalages structurels entre l année de base et l année courante sera approfonde. II.4. Une nouvelle nomenclature de producton et de dffuson L ndce base 1996 s nsprat déjà des grandes fonctons de consommaton de la nomenclature nternatonale COICOP à 12 fonctons depus 25. Cellec a été largement revue dans une verson provsore en attendant les résultats de l enquête dépense auprès des ménages. L IHPC base 28 ntégrera complètement la nouvelle nomenclature COICOP à 12 fonctons adaptée aux besons de l IHPC (NCOA-IHPC). L ndce global sera établ en tenant compte de la décomposton défne par la COICOP au nveau des tros premères postons, avec quelques aménagements à la marge sur des regroupements à pondératon trop fable. Au stade actuel, la nomenclature comporte : - 12 fonctons ; - 43 groupes ; - 96 sous-groupes. Il a ensute été créé 143 postes de consommaton. Le nveau de dffuson de l ndce sera le nveau sous-groupe dont la composton devra être commune à l ensemble des pays. 9

10 II.5. Des nomenclatures secondares plus fournes et adaptées aux besons des utlsateurs L ndce harmonsé sera accompagné des ndces à nomenclature secondare et d ndces partels autres que ceux établs pour l IHPC 1996 : - selon la branche d actvté ; - selon les types de ponts de vente ; - selon le caractère échangeable ou non ; - selon le secteur de producton (formel ou nformel). Ces ndces répondent aux besons d utlsateurs varés des ndces des prx à la consommaton dans le contexte où l IHPC demeure dans la plupart des pays l unque statstque de prx dsponble. En outre, un ndce des prx des ménages pauvres de la captale pourra être produt pour les besons de suv et d évaluaton des poltques de réducton de la pauvreté. Il dffèrera de l ndce tous ménages par le jeu de pondératons, représentatf de la consommaton des ménages concernés. D autres produts pourraent être prs en compte en foncton de la spécfcté de la consommaton des ménages concernés. II.6. D autres améloratons méthodologques varées. Pluseurs autres améloratons de méthodes ont été apportées au calcul de l IHPC. Il s agt notamment de : - la mensualsaton de la collecte de toutes les varétés, notamment tarfs ; - l améloraton du suv ou du calcul des ndces de certans produts spécfques comme le loyer, les servces domestques, l assurance, les jeux de hasard ; - l améloraton des questonnares de collecte qu permet aux agents enquêteurs de meux suvre les caractérstques des produts et rapporter tout problème qu ls auraent à rencontrer ; - l ntroducton d autres ndcateurs du suv de la qualté de l ndce ; III. PROBLEMATIQUE DE LA GESTION DES INDICES HARMONISES Lors des dfférents travaux méthodologques, le caractère fgé des IHPC a été noté, malgré les nstructons présentes dans la méthodologe et l outl nformatque pour la mse à jour des coeffcents de pondératons à l ntéreur des postes, pour la suppresson ou l ajout de varétés et le tratement des effets qualté lors des remplacements. Outre la fablesse des capactés technques, le problème de geston de la qualté des ndces des prx à la consommaton dénote une fablesse dans les moyens de suv de l ndce mas également de la fablesse des ressources humanes dsponbles dans les Etats. En 1998, un dspostf composé d un groupe de traval et d un comté de suv a été ms en place mas faute de ressources fnancères, celu-c n a pas correctement fonctonné. En outre, les servces en charge de la producton de l IHPC dsposent en moyenne de 1 agents (enquêteurs et personnels de bureau comprs). 1

11 Dans ce contexte global de fablesse des moyens, les Etats ne produsent pas tous des ndcateurs de suv de la qualté de leur ndce. Les tableaux de contrôle de cohérence et d exhaustvté de la collecte conçus et ms en place dans les Etats membres de l UEMOA ne sont pas régulèrement produts et analysés pour amélorer le processus de producton de l ndce. Aucun repère qualtatf n exste donc pour évaluer les pratques exstantes en vue d engager un processus d améloraton contnue de la qualté. Ans, au-delà des optons ntales prses en terme d échantllonnage, de formule de calcul ou d autres optons méthodologques, les aspects de la geston de la producton de l ndce (mse à jour du paner des produts suvs, mse à jour de l échantllonnage des séres, utlsaton de méthode approprée de remplacement et d estmaton de données manquantes, etc.) sont détermnantes pour la qualté de l nformaton produte. Dans ce contexte, la problématque du suv de la qualté se pose en termes de dspostf adéquat à mettre en place au nveau régonal pour assurer la qualté dans la producton des ndces des prx à la consommaton. III.1. Mse en place d ndcateurs de suv de la qualté de l ndce Une dmenson qu préoccupe AFRISTAT dans le cadre du projet de rénovaton de l IHPC concerne l améloraton du cadre nsttutonnel pour la producton des IHPC. Ce cadre devrat s nsprer du cadre général d évaluaton de la qualté des ndces des prx à la consommaton édté par le fonds monétare nternatonal. Cela est ndspensable afn d une part, de garder à l exercce du suv des économes et de la convergence tout son ntérêt et son pods en assurant une comparablté des ndcateurs suvs dans le temps et dans l espace. Au-delà de cette dmenson qu s attachera au processus de producton, AFRISTAT envsage approfondr la dmenson analyse comparatve de la performance du processus de producton des IHPC dans les Etats en mettant en place des ndcateurs de la qualté des données produtes. Pluseurs dmensons sont prses en compte : - performance de la collecte des données : ndcateurs d exhaustvté de la collecte et de cohérence des données : Pourcentage de relevés absents ; Pourcentage de relevés absents en foncton des causes (absences temporelles, absence défntve, problème enquête) ; Pourcentage de relevés ncohérents - qualté des pratques de tratement des données manquantes : ndcateurs sur les fréquences d utlsaton des méthodes d estmaton de données manquantes : Pourcentages de tratement par basse, hausse, solde, et par méthodes 11

12 - performance temporelle du tratement de remplacements : Nombre de varétés ou de séres non remplacées au bout de (tros, sx, un an) - qualté de la défnton et du suv des varétés : Pourcentage de varétés à coeffcents de varaton nulle ; Pourcentage de varétés hors fourchette de coeffcents de varaton. III.2. Pour la mse en place d un mécansme de mutualsaton des pratques de tratement des effets qualté. Le beson d une mutualsaton des expérences et la créaton d une plateforme d échange et de dscussons permanentes entre statstcen prx s exprment de manère crante dans le contexte afrcan. En effet, faute de moyens matérels et de ressources humanes suffsants, un certan nombre d opératons de tratement des IPC ne peuvent être effcacement réalsées drectement par les équpes prx des INS. Même s c est le cas, les moyens à moblser seraent dsproportonnés par rapport aux résultats que l on en attend. Pour le cas des Etats de l UEMOA, ce contexte est renforcé par l ntégraton dans le paner suv, d un certan nombre de produts NTIC et des produts d occason. Dans le cas du tratement des remplacements des produts mportés en provenance de l Europe par exemple, certanes nformatons d ordre technque ou fnancer ne peuvent être obtenues sur le marché ou au nveau des ponts de vente des pays afrcans. Même dans le cas où les produts concernés par les remplacements sont des produts fabrqués dans la zone, le tratement qu est adopté dans un pays peut asément être applqué dans d autres, compte tenu de l ntégraton des marchés qu sont par alleurs très restrents dans la zone. Pour paller ces fablesses, AFRISTAT a ms en place un forum de dscusson sur son ste Internet (www.afrstat.org) pour permettre de mutualser les expérences et partager les questons et les réponses entre les membres de la communauté des statstcens prx des Etats membres. Une page Web sur la rénovaton de l IHPC a également été crée sur ce ste, en collaboraton avec la Commsson de l UEMOA. Cette page permettra de synthétser et de mettre au servce des nternautes les esqusses de solutons adoptées par la Communauté. Mas au-delà de ces dspostons technques, l s agt, pour AFRISTAT, de mettre en place un dspostf avec ses Etats membres et les organsatons d ntégratons sous-régonales ntéressées par le suv de la qualté des ndces (Commsson de l UEMOA, Commsson de la CEMAC, etc.). AFRISTAT serat ans au centre d un dspostf de : A ) renforcement contnue des capactés des Etats membres Il s agra d organser des sémnares annuels sur les problèmes pratques rencontrés et sur les dernères avancées méthodologques. AFRISTAT pourra, également dans ce cadre, prendre en charge les actvtés de mesures de 12

13 l utlté ou de la pertnence des produts pour les utlsateurs et d analyse de la rentablté et de l optmsaton des moyens ms en œuvre. B ) Mutualsaton des expérences. L expertse développée à AFRISTAT dans le domane des ndces des prx à la consommaton a pour vocaton à être redstrbuée aux INS sous pluseurs formes dont les prncpales sont la réponse en temps réel à un problème donné, la concentraton et la redstrbuton de l nformaton au travers du réseau ms en place. Mas cette stratége ne pourrat être effcace que s, au nveau nternatonal, un dspostf semblable est ms en place ou qu AFRISTAT développe un partenarat avec les nsttuts natonaux de statstques des pays du nord. En effet, la poston d AFRISTAT dot lu permettre d être une chambre d écho des INS des Etats d Afrque subsaharenne auprès des nsttuts de statstques des organsatons nternatonales ou des pays développés, ou plus généralement de toute autre source d nformaton moblsable. Cette démarche présente l avantage de mnmser les crcuts d nformaton. Elle assure une plus grande réactvté aux échanges, contrbue à l harmonsaton des méthodes, évte la dsperson de l nformaton et fdélse les relatons avec les nterlocuteurs. La mse en place d une plate-forme d échange (quelle que sot sa forme) répondant à ce beson serat une acton que peut engager le Bureau Internatonal du Traval et les autres groupes nternatonaux qu travallent à promouvor les pratques les melleures dans le domane des statstques des prx. Cette ntatve contrbuerat par alleurs à renforcer la transparence dans les pratques de tratement des effets qualté et ne pourrat être que bénéfque pour l ensemble de la communauté des statstcens prx. IV. CONCLUSION : La méthodologe adoptée par les Etats membres de l UEMOA dans le cadre de la rénovaton de l IHPC a pour ambton d élever son nveau de qualté en respectant au meux les standards nternatonaux. Elle a également pour objectf de tenr compte des contrantes de ressources auxquelles les Etats sont assujetts, de comparablté des ndces entre pays et des objectfs d ntégraton des actvtés IPC-PCI. Le développement d une applcaton nformatque commune à l ensemble des pays est un gage pour préserver cette comparablté dans le temps. Une contrante forte résde dans la nécessté d assurer le respect par les Etats de cette comparablté dans le temps et dans l espace. AFRISTAT joue un rôle central dans cette démarche : AFRISTAT a ms en place un dspostf de velle, de supervson et de communcaton afn d apporter l assstance technque nécessare et de dffuser les nformatons entre techncens. Un dalogue permanent est nstauré afn de résoudre en temps réel les problèmes que 13

14 pourront rencontrer les Etats dans la mse en œuvre de cette méthodologe. Cette ntatve ne pourra être vértablement effcace que s une structure d échange avec les Insttuts natonaux de statstque des pays du nord, les organsatons et groupes nternatonaux sur les IPC permet la dffuson des pratques et des éléments d nformaton nécessares aux pays d Afrque subsaharenne en matère de tratement des remplacements. 14

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjont de drecton F/H Votre formaton BTS Hôtellere-restauraton BTS Management des untés commercales BTS Assstant de geston PME-PMI Lcence Management d untés de restauraton Vos mssons Vous anmez, formez

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4 Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de Inttulé Code ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Outls de communcaton B2050 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 1 Pondératon

Plus en détail

* Notre savoir au service de votre réussite

* Notre savoir au service de votre réussite * Notre savor au servce de votre réusste * Vsualser les ndcateurs clés de performance de votre portefeulle clents sur un tableau de bord Analyser le taux d acceptaton de vos demandes d agréments par notaton

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

Méthodologie Version 3, septembre 2007

Méthodologie Version 3, septembre 2007 Méthodologe Verson 3, septembre 2007 Le bulletn Tendances Carbone présente chaque mos sx groupes d ndcateurs : - Synthèse du mos 2 Météo 3 - Actvté économque Energe 5 - Envronnement nsttutonnel 6 - Tableau

Plus en détail

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation Décembre 2009 Indcateurs de compéttvté- prx et de performances à Méthodologe Les ndcateurs présentés dans ce document vsent à mesurer en temps réel l évoluton des parts de marché des prncpaux exportateurs

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR L ÉTABLISSEMENT DES PRIX À LA CONSOMMATION. Guide complémentaire du Manuel de l'indice des prix à la consommation

GUIDE PRATIQUE POUR L ÉTABLISSEMENT DES PRIX À LA CONSOMMATION. Guide complémentaire du Manuel de l'indice des prix à la consommation POUR L'ÉTABLISSEMENT D'INDICES DES PRIX À LA CONSOMMATION Ben que destné prncpalement aux statstcens de l'ipc des pays en développement, ce gude présente auss un ntérêt pour les statstcens dans leur ensemble.

Plus en détail

I. Fonctionnalités du tableur

I. Fonctionnalités du tableur Olver Coma Macro MRP pour Excel Decembre 1999 I. Fonctonnaltés du tableur I.1. Feulle «Nomenclature «Le tableur propose pluseurs optons à l ouverture du fcher. Cnq boutons apparassent à drote de la feulle

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 1-2. Pondération 5. Nombre de crédits 5

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 1-2. Pondération 5. Nombre de crédits 5 Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton ECAM Cursus de Bacheler en Scences ndustrelles Informatque et communcaton B1030 Cycle 1 Bloc 1 Quadrmestre 1-2 Pondératon 5 Nombre de crédts 5 Nombre d heures

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie.

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie. Prévson des ventes des artcles textles confectonnés B Ztoun*, S Msahl* * Unté de Recherches Textles, Ksar-Hellal, Tunse Résumé Dans cette étude, on se propose de détermner s le recours à des réseaux de

Plus en détail

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire Les rsques des pestcdes meux les connaître pour les rédure Des outls à votre portée pour rédure les rsques des pestcdes Vous avez mantenant accès à des outls d ade pour meux connaître les rsques des pestcdes

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

CHAPITRE 2. La prévision des ventes

CHAPITRE 2. La prévision des ventes CHAPITRE La prévson des ventes C est en foncton des prévsons de ventes que l entreprse détermne la producton, les achats et les nvestssements nécessares. La prévson des ventes condtonne l ensemble de la

Plus en détail

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE De 2007 à 200, a été menée une rénovaton méthodologque de la méthode

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Electronque applquée B2150 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 2 Pondératon 4 Nombre de

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Ajustement affine par les moindres carrés

Ajustement affine par les moindres carrés 1. Nveau Termnales STG et ES Ajustement affne par les mondres carrés 2. Stuaton-problème proposée Introducton à la méthode des mondres carrés. 3. Support utlsé Tableur et calculatrce. 4. Contenu mathématque

Plus en détail

Comparaison des niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains :

Comparaison des niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains : Comparason des nveaux des prx et de la consommaton dans les pays afrcans : Premers résultats du Programme de comparason nternatonale pour l Afrque RAPPORT PRINCIPAL Mars 2007 Dvson du développement des

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide Enterprse Agreement True-Up Gude Accord Entreprse Le Gude du True-Up Enterprse Agreement True - Up Gude Le gude du True-Up dans l Accord Entreprse Table des matères Le True-Up des lcences on premse et

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

Enquête sur les services de télécommunications

Enquête sur les services de télécommunications Enquête sur les servces de télécouncatons Vu l'avs favorable du Consel Natonal de l'inforaton Statstque, cette enquête, reconnue d'ntérêt général et de qualté statstque, est oblgatore. Vsa n 200222EC du

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Brochure d @ccueil 09 10

Brochure d @ccueil 09 10 unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 Brochure d @ccuel 09 10 (pour étudants) Clnque Sant-Jean Bruxelles 1 / 10 A4C7B42_FULL_0910_FR unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 1. Sommare : 1.

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre Hansard OnLne Gude relatf au Unt Fund Centre Table des matères Page Présentaton du Unt Fund Centre (UFC) 3 Utlsaton de crtères de recherche parm les fonds 4-5 Explotaton des résultats des recherches par

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de Inttulé ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles fnalté électromécanque Concepton et producton M3050 Cycle 1 Bloc 3 Quadrmestre

Plus en détail

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013 Document d études drecton de l anmaton de la recherche, des études et des statstques Numéro 176 Jullet 2013 La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton Jérôme Lê

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Gérer un projet TIC. Présentation dans le cadre du cycle S approprier Internet organisé par TechnocITé

Gérer un projet TIC. Présentation dans le cadre du cycle S approprier Internet organisé par TechnocITé Gérer un projet TIC Présentaton dans le cadre du cycle S approprer Internet organsé par TechnocITé TIC et e-busness dans la PME : réalsaton du caher des charges Internet : geston du projet TIC du projet

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Méthodologie version 1, juillet 2006

Méthodologie version 1, juillet 2006 Méthodologe verson, ullet 2006 Tendances Carbone résente chaque mos sx groues d ndcateurs :. Synthèse du mos 2. Clmat 3. Actvté économque. Energe 5. Envronnement nsttutonnel 6. Tableau de bord Ce document

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type EAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Questons à Chox Multples (QCM). Cochez la bonne réponse Classer ces statstques selon leur nature (ndcateur de poston

Plus en détail

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins Méthodologe questlemonscher de comparason de prx entre magasns Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaCE Consel, socété d études et d analyses statstques ndépendante. Le cabnet FaCE

Plus en détail

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE Mnstère de l Equpement, du Logement, des Transports et du Toursme Consel général des Ponts et Chaussées Mnstère de l Econome et des Fnances Drecton de la Prévson

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

Co-mouvements économiques dans les pays de la zone CFA : une analyse par le modèle factoriel dynamique généralisé. cres@ucad.sn

Co-mouvements économiques dans les pays de la zone CFA : une analyse par le modèle factoriel dynamique généralisé. cres@ucad.sn Co-mouvements économques dans les pays de la zone CFA : une analyse par le modèle factorel dynamque généralsé Abdoulaye DIAGNE cres@ucad.sn Abdou-azz NIANG aaznang@yahoo.fr Résumé L objectf de cet artcle

Plus en détail

DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS

DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS DÉCLARATIONS POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS GUICHET D ÉCHANGES DE FICHIERS SUR INTERNET GFIN TABLE DES MATIÈRES 1 1. PRINCIPES GÉNÉRAUX... 3 1.1 GÉNÉRALITÉS... 3 1.2 ÉLÉMENTS TECHNIQUES... 3 1.3 SPÉCIFICITÉS

Plus en détail

La gestion des déchets radioactifs dans les pays en développement

La gestion des déchets radioactifs dans les pays en développement Perspectves La geston des déchets radoactfs dans les pays en développement De nouvelles dspostons sont prses pour répondre aux besons et résoudre les problèmes par K.T. Thomas, W. Baehr et G.R. Plumb Pratquement

Plus en détail

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité Rev. 07/2012 Ton domane réservé Organsaton Smplcté Effcacté www.vstos.t Ton La tua domane area rservata réservé 1 MyVstos MyVstos est une plate-forme nformatque réservée aux revendeurs Vstos qu permet

Plus en détail

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com Des solutons globales f ables et nnovantes www.calyon.com OPTIM Internet: un outl smple et performant Suv de vos comptes Tratement de vos opératons bancares Accès à un servce de reportng complet Une nterface

Plus en détail

Présentation De L indice De La Production Industrielle BASE 2010

Présentation De L indice De La Production Industrielle BASE 2010 Présentaton De L ndce De La Producton Industrelle BASE 2010 L ndce de la producton ndustrelle / janver 2015 1. Introducton L ndce de la producton ndustrelle se défnt comme un ndcateur qu permet de mesurer

Plus en détail

En ligne à : http://www.international.icomos.org/centre_documentation/openarchive

En ligne à : http://www.international.icomos.org/centre_documentation/openarchive Recher che,publ cat onetd f f us onde l nf or mat onsc ent f quedansl edoma nedel a conser vat ondemonument sets t esh st or ques Rés ul t at sduques t onna r educent r ededoc ument at ondel I COMOS I

Plus en détail

Bouclier fiscal : intérêt et limites (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Juin 2007 Mis à jour Décembre 2007 1

Bouclier fiscal : intérêt et limites (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Juin 2007 Mis à jour Décembre 2007 1 Conservatore Natonal des Arts et Méters Chare de BANQUE Document de recherche n 18 Boucler fscal : ntérêt et lmtes (EF - GP) Professeur Dder MALLAD Jun 2007 Ms à jour Décembre 2007 1 Avertssement La chare

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail

Traitement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes

Traitement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes Etudes Statstques 2 (1/10) Tratement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes Avant de trater les données, vérfer la qualté des données : Les données peuvent être : manquantes aberrantes : la valeur

Plus en détail

1. INTRODUCTION. MOT-CLÉS : tâches, ordonnancement, optimisation, ressource, coût

1. INTRODUCTION. MOT-CLÉS : tâches, ordonnancement, optimisation, ressource, coût Algorthme d ades à la décson pour Optmser l Ordonnancement des tâches de mantenance en temps-réel. Mr Aboussalm Assam, Mr Medoun Mohamed LGII- Laboratore du Géne Industrel et nformatque Ensa Agadr Emal

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Sur pied

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Sur pied 1a Déballage du système vdéo MX200 oîte de la base du ped de support MX200 La boîte de la base du ped de support MX200 content la colonne du ped de support, deux caches et la base du ped de support, ans

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel MESQUIT Dorothée Dorothee.mesquta@etu.unv-rouen.fr Drecteur M. MYOUKOU Unversté de Rouen Laboratore CRE L ntermédaton fnancère en mcrofnance : un examen à partr des modèles de prêt de groupe et de prêt

Plus en détail

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR FRÉDÉRIK AUCOIN FÉVRIER 2007

Plus en détail

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes Socétés d nvestssement mmobler cotées (SIIC), valeur et prx : deux notes I. Dette et créaton de valeur dans les socétés foncères II. La cesson à une SIIC : un cas de dstorson fscale Laurent BATSCH CEREG-DRM,

Plus en détail

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes Royaume du aroc nstère du Commerce xtéreur المملكة المغربية وزارة التجارة الخارجية IPACT DS ACCORDS D LIBR- CHANG (ODL CALCULABL D QUILIBR GNRAL : IPAL) Drecton des tudes Févrer 2009 SOAIR INTRODUCTION...

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix.

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Les solutons Vallant Pour dépasser la performance La satsfacton de fare le bon chox. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Eco-concepton et Etquetage

Plus en détail

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attrbué par la bblothèque THÈSE Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L I.N.P.G. Spécalté : Géne Industrel Préparée au Laboratore d Automatque de Grenoble Dans

Plus en détail

Il fournit un complément d information au document du BSIF que voici :

Il fournit un complément d information au document du BSIF que voici : Préavs REMARQUE* Objet : ttre des garantes de fonds dstncts des socétés d assurance-ve qu utlsent les facteurs prescrts Catégore : Captal Date : Le présent préavs décrt une méthode factorelle alternatve

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Utilisez cette application pour numériser, convertir puis enregistrer l'image numérisée dans un dossier spécifique.

Utilisez cette application pour numériser, convertir puis enregistrer l'image numérisée dans un dossier spécifique. 3ULVHHQPDLQ %RXWRQ )RQFWLRQ Start Numérse et envoe l'mage capturée en une seule étape à l'applcaton affectée au bouton. Photo Prnt Numérse et envoe l'mage capturée à l'utltare Photo Prnt de EPSON Smart

Plus en détail

Introduction aux statistiques spatiales et aux systèmes d'information géographique en santé environnement

Introduction aux statistiques spatiales et aux systèmes d'information géographique en santé environnement Santé envronnement Introducton aux statstques spatales et aux systèmes d'nformaton géographque en santé envronnement applcaton aux études écologques Sommare Abrévatons 2 Résumé 3 1. Introducton 4 1.1 Études

Plus en détail

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Support de table

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Support de table 1a Déballage du système vdéo MX200 oîte du support de table MX200 La boîte du support de table MX200 content le support de table équpé d un pvot et un cache arrère. Placez le support de table sur une surface

Plus en détail

SEPTEMBRE 2009 RC-POS

SEPTEMBRE 2009 RC-POS SEPTEMBRE 2009 RC-POS (09_POS_131) (mn.) RAPPORT DE MINORITE DE LA COMMISSION THEMATIQUE DE LA SANTE PUBLIQUE chargée d'examner l'objet suvant: Postulat Fabenne Despot et consorts demandant à qu profte

Plus en détail

Les stages en entreprise sont une pratique historique des établissements

Les stages en entreprise sont une pratique historique des établissements L INTÉRÊT D UN STAGE EN ENTREPRISE À L ÉTRANGER Les stages en entreprse sont une pratque hstorque des établssements de formaton des Chambres de Commerce et d Industre. Généralement ntégrés dans les cursus

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Bur k nafaso 2008 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS SOMMAIRE 1. Méthode de détermnaton de l énerge transférée lors du transfert d une cargason de. Calcul de l énerge transférée.1 Calcul de l énerge brute transférée.1.1

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser,

Plus en détail

La banque de dorank de l'htitut - -de-

La banque de dorank de l'htitut - -de- < r La banque de dorank de l'httut de botanque de Strasbourg 27 HENRY BUSSE (), GLLES GRANDJOUAN (Z),%CHELHOFF et PATRCK de RY (1) (3), (1) nsttut de botanqu 28, rue Goethe = 67083 Strasbourg Céda (2)

Plus en détail

Notes de cours. Échantillonnage STT-2000. David Haziza Département de mathématiques et de statistique Université de Montréal

Notes de cours. Échantillonnage STT-2000. David Haziza Département de mathématiques et de statistique Université de Montréal otes de cours Échantllonnage STT-000 Davd Hazza Département de mathématques et de statstque nversté de Montréal Automne 008 PRÉFACE Ces notes de cours ont été rédgées pour le cours STT-000 (Échantllonnage)

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Evaluation de l impact de la microfinance au Maroc. Rapport commandité et coordonné par la FNAM. Etude réalisée par IKM (Impact, Knowledge, Market)

Evaluation de l impact de la microfinance au Maroc. Rapport commandité et coordonné par la FNAM. Etude réalisée par IKM (Impact, Knowledge, Market) Evaluaton de l mpact de la mcrofnance au Maroc. Rapport commandté et coordonné par la FNAM Etude réalsée par IKM (Impact, Knowledge, Market) Rapport Fnal L étude a été fnancée par les admnstrateurs de

Plus en détail