L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ajustement microéconomique des prix des carburants en France"

Transcription

1 L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique) Nous enons à remercier L. Baudry e G. Reou pour leur précieuse assisance de recherche e E. Chamayou pour ces données sur les services dans les saions-service. Nous remercions deux rapporeurs anonymes de la revue ainsi que les paricipans aux différens séminaires e conférences au cours desquels le papier a éé présené pour leurs suggesions e commenaires. E. Gauier remercie la chaire «Finance» de la Fondaion de projes de l Universié de Nanes pour son souien financier. Les idées exposées dans cee éude ne reflèen pas nécessairemen l opinion de la Banque de France. 1

2 Résumé long Les variaions des prix des carburans son fréquenes e d ampleur souven imporane, ce qui suscie, parmi les consommaeurs, des inquiéudes e des inceriudes sur leur pouvoir d acha. C es aussi la raison pour laquelle les prix des carburans son suivis avec aenion par les pouvoirs publics comme en émoignen les nombreux rappors rendus sur le suje (Bellec e al. (2012) pour un exemple récen). Commen son modifiés les prix des carburans en France e à quelle viesse s ajusen-ils? Ce aricle propose de décrire au niveau des saions-service, les modes d ajusemens des prix des carburans e leurs déerminans. Depuis 2005, de nombreux ravaux empiriques on mis en évidence que les prix à la consommaion n éaien pas modifiés en coninu mais pluô de façon irrégulière. Les prix son alors considérés comme rigides s ils réagissen avec reard aux chocs économiques. Une des difficulés es d observer la fréquence e la naure des chocs affecan le coû à produire au niveau microéconomique. Les prix des carburans apparaissen comme un cas inéressan à éudier car on peu approcher une grande parie de ces coûs en uilisan les prix de gros du produi fini coés sur le marché européen. Ce avanage va nous permere de mieux comprendre pourquoi les prix changen de façon irrégulière e de relier nos observaions aux héories exisanes jusifian la rigidié des prix. Généralemen, les variaions des prix des carburans son expliquées à un niveau agrégé à l aide de données macroéconomiques. Nous proposons dans ce aricle d uiliser des données microéconomiques de prix relevés dans les saions-services à une fréquence quoidienne. Ces prix son issus du sie inerne gouvernemenal hp:// sur une période allan de janvier 2007 à juin 2009 e couvren plus des rois quars des saions-service en France. Cee approche microéconomique nous perme d analyser l héérogénéié des comporemens de fixaion des prix des carburans, noammen le lien enre concurrence e rigidié des prix. Pour cela, nous éudions au niveau de chaque saion-service, les durées enre deux changemens de prix e les ailles de ces changemens, puis nous relions ces variables aux différenes caracérisiques des saions-services (ype de disribueur, concurrence locale par exemple). Enfin, nous analysons commen les saionsservice ransmeen à leur prix des variaions du prix de gros des carburans sur le marché inernaional. En France, les prix des carburans ne son pas modifiés quoidiennemen mais en moyenne une fois par semaine. Les saions-service des supermarchés changen leur prix plus fréquemmen que les aures disribueurs. Toues choses égales par ailleurs, plus la concurrence locale es fore, plus les prix son modifiés fréquemmen. Les prix dis psychologiques, se erminan par un «0» ou un «9», on des durées plus longues. En moyenne, la aille de changemens de prix hors axe es comprise enre 2,5 e 3% à la hausse comme à la baisse e les changemens de prix inférieurs à 2% son rares. Enfin, il exise une corrélaion posiive enre aille des changemens e durée des prix enre deux changemens. Au niveau agrégé, une augmenaion des prix des carburans s explique principalemen par une hausse de la fréquence des changemens de prix e non par une hausse de la aille moyenne des changemens. Cerains jours de la semaine son plus propices aux changemens de prix noammen le mardi e le vendredi alors que peu de changemens son observés enre le samedi e le lundi. En oure, les variaions de la fréquence des changemens de prix son corrélées aux variaions des cours inernaionaux des produis raffinés. Le délai de réacion des saions-service aux variaions des cours inernaionaux es de l ordre de deux semaines. 2

3 Théoriquemen, les modèles associan coû à l ajusemen des prix e informaion imparfaie apparaissen comme les plus promeeurs pour reproduire les fais sylisés mis en évidence dans cee éude. Cee éude présene des fais sylisés sur la fixaion des prix des carburans e me en évidence de façon indirece la présence de rigidiés de prix. Une pise de recherche ulérieure pourrai consiser à mesurer e eser direcemen la naure e l ampleur des coûs d ajusemen des prix dans les saions-service via par exemple des enquêes. 3

4 Inroducion Au cours des années 2000, deux caracérisiques imporanes de l évoluion du prix du pérole apparaissen : le prix du Bren a plus que doublé, e sa variabilié s es accrue. Ces mouvemens on suscié des inquiéudes sur ses conséquences pour l acivié économique e le pouvoir d acha des ménages. En pariculier, la volailié des prix des carburans a foremen augmené. Ce aricle propose d éudier avec des données individuelles les modes d ajusemen des prix des carburans disribués en France. Quelle es la dynamique des prix des carburans? Une première conribuion de cee éude es d apporer de nouveaux fais sylisés microéconomiques sur l ajusemen des prix des carburans en France i. Ces dernières années, une liéraure empirique abondane a eu pour objecif de décrire les modes d ajusemen des prix à la consommaion e leurs conséquences sur l inflaion. Pour cela, les données mensuelles de relevés de prix uilisés pour consruire l indice de prix à la consommaion son analysées en déail ii. Touefois, pour les carburans, ces relevés mensuels ne permeen pas de rendre compe précisémen d ajusemens de prix à fréquence plus élevée. Dans cee éude, nous documenons de nouveaux fais sur la fréquence e la disribuion des changemens de prix des carburans à parir d une base de relevés individuels quoidiens. L éude spécifique de la rigidié des prix des carburans es inéressane pour au moins deux raisons. Tou d abord, les éudes disponibles sur la rigidié des prix des carburans poren sur les Éas-Unis e sur un nombre limié de saions (Davis e Hamilon, 2004 ; Davis, 2007 ; Hosken e al., 2008). Dans cee éude, nous uilisons une base de données originale consiuée de relevés quoidiens de prix des carburans pour un peu plus de saions-service en France sur la période janvier 2007 juin La base de données conien au oal environ 8,5 millions relevés de prix, ce qui nous perme d obenir des indicaeurs de rigidié des prix représenaifs de l ensemble du marché français de la disribuion de carburans. La deuxième raison jusifian l analyse spécifique des prix des carburans es qu elle nous perme de caracériser l effe de la concurrence sur les modes d ajusemen des prix. Roemberg e Saloner (1987) monren héoriquemen que les prix son moins rigides quand la concurrence es fore mais les résulas empiriques son relaivemen peu nombreux (Bils e Klenow, 2004). Nore base de données couvre la presque oalié des disribueurs de carburans e conien des informaions sur leur localisaion. En oure, les carburans peuven êre considérés comme des biens homogènes don la qualié e la composiion varien peu enre disribueurs. Ceci nous perme de mesurer précisémen le lien enre fréquence e aille des changemens de prix e concurrence locale. Nous apporons ainsi des résulas empiriques nouveaux sur ce lien. Une deuxième conribuion de ce aricle es de relier les caracérisiques d ajusemen des prix aux prédicions des modèles héoriques de rigidié des prix uilisés dans les modèles macroéconomiques. En effe, plusieurs modèles jusifien souven l exisence de rigidiés nominales de prix. Cependan, leurs conséquences pour les effes de la poliique monéaire peuven différer (Nakamura e Seinsson, 2013). Il apparaî esseniel de pouvoir valider ou invalider empiriquemen les prédicions de ces différens modèles. Une des difficulés de la liéraure empirique sur la rigidié des prix es de relier la fréquence des changemens de prix au concep héorique de la rigidié des prix (Kempf, 2006). En effe, si les chocs de coû subis par un produi son peu fréquens, le prix sera modifié raremen sans qu il soi rigide. La faible fréquence des changemens pourrai pouran suggérer à or que le prix de ce produi es rigide. Un des déerminans imporans des prix des carburans es le prix du pérole qui connaî des variaions quoidiennes de large ampleur, ce qui devrai impliquer des changemens de prix eux aussi quoidiens. La fréquence des changemens de prix ou la durée 4

5 de fixié des prix es alors un bon indicaeur de rigidié des prix. L éude des prix des carburans perme donc d obenir des élémens complémenaires aux analyses poran sur l ensemble des prix à la consommaion. Par ailleurs, les résulas empiriques sur la rigidié des prix son souven obenus dans des environnemens économiques relaivemen sables où la aille des chocs es faible. La fréquence e la aille des chocs sur le prix du pérole sur la période nous permeen de mieux idenifier les caracérisiques de l ajusemen des prix quand les chocs son de grande aille iii. Ainsi, la plupar des éudes monren que la fréquence des changemens de prix es sable dans le emps, ce qui suggère que la décision de changemen de prix es indépendane du conexe économique. Dans cee éude, nous relions les variaions emporelles de la fréquence e de la aille des changemens de prix à l inflaion agrégée des prix des carburans e aux variaions du prix du pérole raffiné. Nore objecif es double : eser les prédicions des modèles héoriques en présence de chocs fréquens e de grande aille, e évaluer l effe des chocs sur le prix du pérole raffiné sur la fréquence e la aille des changemens de prix. L organisaion de l aricle es la suivane. La première parie présene les données individuelles de prix uilisées. La deuxième parie donne les principaux résulas sur la fréquence des changemens de prix des carburans alors que la roisième parie se concenre sur la disribuion des changemens de prix. Ces deux paries meen en évidence quelques déerminans de l héérogénéié des modes d ajusemen enre saions-service. Dans la dernière parie, nous éudions les conribuions aux variaions emporelles de l inflaion des prix des carburans de la marge exensive - la fréquence des changemens - e de la marge inensive - la aille moyenne des changemens (en excluan les variaions de prix nulles) - e leurs déerminans. Données microéconomiques sur les prix des carburans en France Nore base de données conien les prix individuels de oues les saions-service vendan plus de 500 m 3 de carburans par an en France. Depuis janvier 2007, les saionsservice on l obligaion de signaler au Minisère de l Economie ous leurs changemens de prix pour l essence sans plomb 95 (SP 95) e le diesel. Les données collecées son ensuie rendues publiques sur un sie inerne gouvernemenal (hp:// Ce sie vise à favoriser la concurrence en fournissan une informaion publique e grauie sur les prix. D aures sies inerne privés proposen des services similaires mais la mise à jour des prix es alors volonaire. Dans nore cas, l adminisraion publique peu conraindre les disribueurs à signaler leurs changemens de prix iv. Les principales variables disponibles dans nore base de données son les suivanes : (i) le prix de vene d un lire de diesel e de SP 95 (en euros), ce prix inclu les axes, exprimé en euros avec rois décimales ; (ii) la dae de relevé du prix sous le forma JJ/MM/AA, ce qui perme de suivre l évoluion des prix pour une saion-service donnée ; (iii) un numéro d idenificaion de chaque disribueur. Par ailleurs, quelques informaions sur le déaillan son disponibles : marque, localisaion e services proposés par la saion-service. Nore base de données es consiuée de l hisorique des prix exrais chaque jour à 23h59 à parir du sie gouvernemenal du 1 er janvier 2007 au 31 mai 2009 ; au oal, elle conien plus de saions-service vendan du diesel e du SP 95 e environ 8,5 millions relevés de prix par carburans. Le marché français des carburans es consiué de quare ypes de disribueurs : (i) les saions-service associées aux supermarchés ; (ii) les saions-service apparenan à des groupes péroliers els que Toal, Elf, Shell, ec. ; (iii) les peis disribueurs 5

6 indépendans sans relaion conracuelle avec un groupe pérolier e vendan uniquemen des carburans ; (iv) les saions-service siuées sur auoroue qui appariennen souven à des groupes péroliers. Une caracérisique imporane es que le niveau des prix es en moyenne plus faible dans les supermarchés que dans les aures saions-service. Les supermarchés représenen 60 % des saions-service en ermes de pars de marché en 2007 mais seulemen 40 % en nombre de saions-service. Nore base de données inclu environ saionsservice associées à des supermarchés e environ pour les aures ypes de disribueurs. Le prix des carburans peu êre décomposé en rois principaux élémens : (i) le prix d acha du pérole (après raffinage) qui représene 75 % à 85 % des dépenses oales d exploiaion v ; (ii) les coûs de disribuion, qui incluen les coûs du ravail e de ranspor, e ne son pas observés dans nore éude. Nous pouvons ouefois supposer qu ils ne changen pas à une fréquence quoidienne ; (iii) les axes. En 2009, les deux principales axes, la Taxe sur la valeur ajouée (TVA) e la Taxe inérieure sur les produis péroliers (TIPP), représenen 65 % du prix du SP 95 e 60 % du prix du diesel. La TIPP es assise sur les volumes e non sur le prix de vene des carburans ; elle peu êre révisée en janvier chaque année mais es resée fixe enre 2007 e 2009 vi. Le aux de TVA es de 19,6 % (13 % en Corse), e n a pas subi de modificaion sur nore période d éude. La TVA es assise sur le prix incluan la TIPP. Nous calculons le prix hors axes (HT) p HT de la façon suivane : pttc pht = TIPP où p TTC le prix incluan oues les axes, TVA es le aux de TVA e 1 + TVA TIPP le monan de la TIPP par lire. Le prix HT moyen d un lire de diesel varie de 36 à 80 cenimes d euros pour une moyenne de 54 cenimes sur nore période d éude (Graphique 1). Le prix HT d un lire de SP 95 varie de 29 à 66 cenimes d euros pour une moyenne de 49 cenimes. La fiscalié des carburans joue un rôle d amorisseur des chocs sur les prix TTC. Une augmenaion d un cenime du prix HT (soi 2 % pour un prix de 50 cenimes) se raduira par une augmenaion d environ 1,1 % du prix TTC pour le diesel e de 0,9 % pour le SP 95. Cependan, une hausse du prix HT aura des conséquences légèremen différenes sur le prix TTC selon le niveau du prix HT. Par exemple, quand le prix HT moyen du diesel es de 36 cenimes, une hausse de 2 % sur le prix HT se raduira par une hausse de 0,9 % sur le prix TTC alors que quand le prix HT es de 80 cenimes, cee même hausse du prix HT se raduira par une hausse légèremen plus imporane sur le prix TTC (1,3 %). Dans cee éude, nous analysons le comporemen de fixaion des prix de l enreprise qui es impliciemen le résula d une maximisaion de ses profis calculés à parir des prix HT, c es pourquoi nous concenrons nore analyse sur l éude des prix HT. Touefois, la réacion des consommaeurs peu influer ce comporemen : après une hausse de prix TTC, la demande peu diminuer vii. Roemberg (2005) monre ainsi héoriquemen que la rigidié des prix peu s expliquer par la réacion hosile des consommaeurs aux hausses de prix. Nous présenons donc dans cee éude des résulas sur la aille des changemens de prix pour les prix HT e TTC e leurs différences. 6

7 Graphique 1 : Prix moyens des carburans calculés à parir des relevés individuels, prix des carburans publiés par le Minisère de l Economie e prix de marché à Roerdam des carburans Graphique 1.1 : Diesel Graphique 1.2 : SP 95 Lecure : La ligne en poinillé représene le prix de marché du produi raffiné à Roerdam, la ligne noire les prix moyens hebdomadaires calculés à parir des relevés individuels de nore base de données e la ligne grise les prix hebdomadaires publiés par le Minisère de l Economie. Le 1 er janvier 2007, le prix d un lire de diesel es d environ 0,32 euro à Roerdam alors que le prix hors axe moyen d un lire de diesel en France es légèremen inférieur à 0,45 euro. Source : Données individuelles quoidiennes issues du sie Inerne (ensemble des saionsservice, janvier 2007-juin 2009), Minisère français de l économie e U.S. Energy Informaion Adminisraion, calculs des aueurs. 7

8 Après raiemen des valeurs aberranes e des erreurs de mesure, nore échanillon conien saions-service pour le diesel e saions-service pour le SP 95. Le graphique 1 représene, à fréquence hebdomadaire, pour le diesel e le SP 95, le prix HT moyen observé dans nore base de données, le prix HT moyen publié par le Minisère de l Economie e le prix du produi raffiné coé à Roerdam (issus du sie inerne de l U.S. Energy Informaion Adminisraion (EIA)). Le prix moyen obenu à parir de nos relevés individuels e le prix publié par le Minisère de l Economie peuven différer pour au moins deux raisons : nore saisique n es calculée qu à parir de saions-service sur les près de exisanes, e elle n es pas pondérée par les pars de marché des réseaux de disribuion. Touefois, la corrélaion observée enre les deux séries es supérieure à 0,99. L écar sysémaique enre les deux séries s explique par la par de marché supérieure des supermarchés don les prix son inférieurs à la moyenne. Le prix moyen du diesel e du SP 95 présenen des variaions emporelles imporanes : les prix doublen presque enre janvier 2007 e juin Puis, les prix moyens diminuen foremen pour aeindre en janvier 2009 des niveaux plus faibles qu en Les prix se sabilisen ensuie auour de ces niveaux. Enfin, nous observons des évoluions proches enre les prix de marché des produis finis coés à Roerdam e les prix moyens des carburans dans les saions-service. Le raio du prix moyen des carburans sur le prix Roerdam viii es en moyenne de 78 % pour le diesel e 76 % pour l essence, ce raio varie relaivemen peu sur la période. Fréquence des changemens de prix des carburans Les prix son considérés comme rigides s ils réagissen avec reard aux chocs économiques auxquels les enreprises fon face. Sous l hypohèse que les chocs son fréquens voire coninus, une manière simple de caracériser la rigidié des prix es donc d éudier la durée pendan laquelle un prix rese fixe ou la fréquence à laquelle les prix son modifiés. Mesure de la rigidié des prix e enjeux héoriques La liéraure héorique sur la rigidié des prix considère différens modèles simples permean d expliquer pourquoi un prix ne réagi pas immédiaemen aux chocs (Gauier (2009) pour une synhèse) : (i) le modèle de coû de menu ou d ajusemen (menu-cos) suppose que les déaillans on un coû physique à modifier leur prix (liés à l affichage, à la présence ou à la disponibilié du personnel, à la publicaion d un caalogue, ec.). En présence d un choc, le déaillan aura le choix enre payer ce coû de menu e ajuser son prix aux nouvelles condiions du marché, ou ne pas payer ce coû e son prix s éloignera du prix qui aurai éé observé sans coû d ajusemen. La décision de changer de prix dépendra alors de l environnemen économique de l enreprise ; (ii) un aure ype de modèle (di de dépendance au emps) suppose que la décision de changemen de prix es indépendane de l environnemen économique. Dans ce modèle, des conras de durée fixe (Taylor, 1980) ou aléaoire (Calvo, 1983) empêchen les déaillans de modifier leur prix en réponse aux chocs ix ; (iii) enfin, des modèles plus récens associen des imperfecions d informaion aux coûs de menu (Woodford, 2009 ; Alvarez e al., 2011). Les enreprises on un coû à acquérir l informaion sur leur environnemen économique si bien qu elles ne révisen pas leur ensemble d informaion ous les jours. Quand elles révisen leur ensemble d informaion, elles choisissen de changer leur prix ou non en foncion de la aille du choc e de leur coû de menu. Selon l imporance relaive des coûs d informaion e des coûs d ajusemen, ces modèles permeen de reproduire les prédicions des modèles de dépendance au emps e celles des modèles de coû d ajusemen. 8

9 Comme le soulignen Blinder e al. (1998), ces héories reposen sur des variables difficilemen observables en praique x. Pour eser la perinence relaive de ces héories, la liéraure empirique sur la rigidié des prix relie des fais sylisés obenus à parir de prix individuels aux prédicions des modèles. C es l approche empirique que nous adopons ici. Durée des prix e fréquence de changemen de prix Le ableau 1 présene les résulas sur la fréquence e la durée moyenne des prix des carburans en France xi. La durée moyenne enre deux changemens de prix es de 6,6 jours pour le diesel e de 7 jours pour le SP 95. Chaque jour, 16,5 % des prix du SP 95 e 17,6 % des prix du diesel son modifiés en moyenne. Les prix des carburans changen donc à une fréquence inférieure à celle des prix du pérole bru. Pour les Eas-Unis, Davis e Hamilon (2004) e Douglas e Herrera (2010) esimen la durée moyenne des prix de gros des carburans à 3 jours alors que Davis (2007) obien une fréquence des changemens de prix de déail des carburans proche de 10 %. Tableau 1 : Durée enre deux changemens de prix e fréquence des changemens de prix Ensemble Supermarchés Aures disribueurs Diesel Durée moyenne (en jours) 6,64 6,01 7,14 Fréquence (en %) - Changemens 17,62 20,10 15,60 - Hausses 8,71 9,89 7,74 - Baisses 8,91 10,21 7,86 SP 95 Durée moyenne (en jours) 7,02 6,47 7,46 Fréquence (en %) - Changemens 16,52 18,54 14,86 - Hausses 8,74 9,70 7,96 - Baisses 7,78 8,84 6,90 Lecure : La durée es calculée comme le nombre de jours enre deux changemens de prix ; nous calculons la moyenne de ces durées pour chaque saion-service. Pour chaque saion-service, une fréquence de changemens es calculée comme le nombre de changemens de prix sur le nombre oal d observaions. Le ableau présene les moyennes des durées e fréquences calculées par saion-service. Pour le diesel, la durée moyenne enre deux changemens de prix es de 6,64 jours alors qu en moyenne, 17,6% des prix changen chaque jour. Source : Données individuelles quoidiennes issues du sie inerne (ensemble des saions service disponibles, janvier 2007-juin 2009), calculs des aueurs. La foncion de hasard fai parie des ouils empiriques permean d évaluer la perinence des différens modèles de rigidié de prix. Elle es définie comme la probabilié que la rajecoire de prix s arrêe au bou d un cerain nombre de périodes sachan que ce prix a survécu jusque là. Dans le modèle à coû de menu e avec une endance d inflaion, le hasard sera croissan alors que dans le modèle de Calvo (avec probabilié exogène de changer les prix), le hasard sera consan quelle que soi la naure des chocs. S il exise des conras de durée fixe (Taylor, 1980), le hasard présenera des pics à ceraines durées. Enfin, les modèles 9

10 associan rigidié informaionnelle e coûs de menu permeen d obenir des formes plus flexibles de foncions de hasard (Woodford, 2009). Le graphique 2 représene les foncions de hasard pour les prix du diesel e du SP 95. Les foncions son semblables dans les deux cas : elles présenen deux «paliers», un enre 1 e 7 jours puis un aure enre 8 e 15 jours, plus faible, alors qu au-delà de 15 jours le hasard es légèremen croissan. Plusieurs pics significaifs apparaissen aux durées 7, 14 e 21 jours qui soulignen la régularié emporelle des changemens de prix xii. Ces pics pourraien êre cohérens avec la présence de conras de prix fixes d une ou plusieurs semaines. De els conras pourraien par exemple exiser enre un fournisseur e la saion-service afin de couvrir cee dernière conre les flucuaions du prix du pérole. Nakamura e Seinsson (2011) ou Roemberg (2005) meen aussi en avan le rôle des relaions enre déaillans e cliens. S il exise des habiudes de consommaion e une informaion imparfaie des consommaeurs sur les coûs, les déaillans peuven avoir inérê à s engager sur un prix fixe, évier de modifier rop souven leur prix e ainsi minimiser les coûs d «anagonisme» des cliens. Nakamura e Seinsson (2011) monren héoriquemen que ce comporemen abouirai à des conras implicies de prix rigides enre consommaeurs e déaillans. Une aure inerpréaion relie ce résula aux coûs informaionnels de l enreprise. L acquisiion de l informaion sur les prix peu représener un coû pour les saions-services xiii associé à la chaîne de décision (siège de l enreprise jusqu à la saionservice) ou au emps de la décision sur les nouveaux prix qui peu impliquer des simulaions par exemple (Zbaracki e al., 2004). Les enreprises ne révisen donc pas leur ensemble d informaion ous les jours mais seulemen cerains jours pariculiers de la semaine. 10

11 Graphique 2 : Foncions de hasard pour les changemens de prix Graphique 2.1 : Diesel Graphique 2.2 : SP 95 Lecure : Lignes pleines noires pour l ensemble des saions-service, lignes grises en poinillés pour les supermarchés, lignes noires en poinillés pour les aures disribueurs. Le hasard es défini comme la probabilié que la rajecoire de prix s arrêe au bou d un cerain nombre de périodes sachan que ce prix a survécu jusque là. Les rajecoires de prix censurées à gauche son exclues. Toues les aures rajecoires de prix son prises en compe. Par exemple, pour le diesel, parmi les prix ayan éé modifiés il y a 6 jours e n ayan pas encore éé modifiés, un peu plus de 25% de ces prix son changés au bou de 7 jours. Source : Données individuelles quoidiennes issues du sie inerne (ensemble des saions service disponibles, janvier 2007-juin 2009), calculs des aueurs. 11

12 Héérogénéié de la fréquence des changemens de prix Le diesel e le SP 95 son deux produis relaivemen homogènes. En oure, un des chocs principaux sur le coû à disribuer le carburan vien du prix de la maière première e ce choc es commun à l ensemble des saions-service. Pouran, les durées moyennes par saion-service son héérogènes. Le graphique 3 représene la disribuion des durées individuelles enre deux changemens de prix. La médiane es proche de 6 jours pour le diesel e le SP 95 mais un quar des durées son inférieures à 5 jours e un quar supérieures à 8 jours. Graphique 3 : Disribuion des durées moyennes des prix par saion-service (en jours) Lecure : Chaque observaion es la durée moyenne enre deux changemens de prix calculée pour chaque saion-service. Les barres e lignes grises son pour les prix du SP 95 e, les barres blanches e les lignes noires pour les prix du diesel. Les hisogrammes son pour l ensemble des saions-service, les lignes pleines son les esimaeurs à noyau de la densié de la disribuion des durées pour les supermarchés, les lignes en poinillés son les esimaeurs à noyau de la densié de la disribuion des durées pour les aures disribueurs. Près de 12% des saions service on une durée moyenne enre deux changemens de prix de 6 jours (diesel ou SP95), cee proporion es plus proche de 8% pour les supermarchés e 14% pour les aures disribueurs. Source : Données individuelles quoidiennes issues du sie inerne (ensemble des saions service disponibles, janvier 2007-juin 2009), calculs des aueurs. Afin de comprendre les déerminans de la fréquence des changemens de prix par saion-service, nous esimons un modèle empirique simple relian la fréquence moyenne de changemens de prix par saion-service e des variables explicaives sur la concurrence e la srucure de la demande locale. Roemberg e Saloner (1987) monren ainsi que la rigidié des prix diminue avec le niveau de la concurrence. Touefois, peu de résulas empiriques permeen de valider cee prédicion. Zimmerman (2012) e Bellec e al. (2012) on récemmen souligné le rôle de la grande disribuion sur la concurrence e le niveau des prix des carburans. Nous incluons une renaine de variables indicarices pour la marque de la saion e évaluons un effe «supermarchés» xiv. Afin de mesurer le degré de concurrence, nous inroduisons par ailleurs le nombre de saions-service dans un rayon de 10 kms xv (en disinguan s il s agi de saions de supermarchés ou d aures ypes de saions) e la disance 12

13 à la saion la plus proche selon que le plus proche concurren es un supermarché ou une aure saion. De même, la srucure de la demande aura des conséquences sur la rigidié des prix dans la mesure où la réacion des consommaeurs aux changemens de prix pourrai êre différene selon leurs caracérisiques démographiques. Enfin, nous considérons une variable indicarice indiquan si la saion-service a l habiude d uiliser des prix finissan en «0» ou «9». Une liéraure récene s es en effe aachée à monrer que l exisence de prix dis psychologiques peu permere d expliquer la rigidié des prix. Knoek (2010) propose ainsi un modèle héorique monran que l adopion de prix psychologiques accroi le degré de rigidié des prix e qu il es une alernaive aux coûs de menu pour expliquer la rigidié des prix. Comme pour un coû de menu, les enreprises aenden que la aille des chocs soi suffisane pour changer leur prix d un prix psychologique vers un aure. Enfin, nous ajouons aussi des variables indicarices pour le déparemen dans lequel se siue la saion-service. 13

14 Tableau 2 : Déerminans de la fréquence de changemen de prix par saion-service Disance à la plus proche saion-service (km) x le concurren le plus proche es un supermarché Disance à la plus proche saion-service (km) x le concurren le plus proche n'es pas un supermarché Nombre de saions-service d'un supermarché à moins de 10 kms Nombre de saions-service d'un aure ype à moins de 10 kms Auoroue Affichage sraégique des prix Diesel SP 95 f+ f- f+ f- -0,093*** (0,018) -0,048** (0,019) 0,038*** (0,008) 0,005*** (0,002) -0,457*** (0,120) -1,725*** (0,075) -0,118*** (0,019) -0,071*** (0,020) 0,034*** (0,008) 0,005** (0,002) -0,442*** (0,135) -1,822*** (0,081) -0,078*** (0,018) -0,038** (0,019) 0,042*** (0,008) 0,006*** (0,002) -0,166 (0,118) -1,607*** (0,073) -0,097*** (0,019) -0,055*** (0,019) 0,036*** (0,008) 0,006*** (0,002) -0,264** (0,124) -1,654*** (0,076) Aire rurale ou urbaine de moins de habians Ref Ref Ref Ref Aggloméraion de plus de à habians (hors Paris) Aggloméraion de plus de habians (hors Paris) Paris e peie couronne Par des ménages possédan une voiure (%) Taux de chômage (%) Supermarché Consane 0,279** (0,112) 0,421** (0,181) -0,785 (0,501) 0,024*** (0,009) 0,019 (0,016) 0,987*** (0,113) 6,345*** (0,915) 0,300** (0,127) 0,484** (0,205) -0,632 (0,538) 0,026*** (0,009) 0,024 (0,017) 1,008*** (0,124) 6,180*** (0,973) 0,258** (0,108) 0,449** (0,179) -0,557 (0,523) 0,023*** (0,009) 0,013 (0,016) 1,064*** (0,112) 6,286*** (0,912) 0,391*** (0,121) 0,499*** (0,193) -0,319 (0,534) 0,026*** (0,009) 0,014 (0,017) 1,031*** (0,121) 4,998*** (0,943) R2 ajusé 0,432 0,430 0,416 0,408 Nombre d'observaions Lecure : Les colonnes coniennen les résulas des esimaions par moindres carrés ordinaires. Les variables endogènes son la fréquence de baisse (f-) e la fréquence de hausse (f+) de prix (en %), par saion-service. «Auoroue» es une variable indicarice égale à 1 si la saion-service es présene sur auoroue. «Affichage sraégique des prix» es une variable indicarice égale à 1 si plus de 95 % des prix consaés dans une saion-service se erminen par 0 ou 9. Le aux de chômage e la par des ménages possédan une voiure son issus du recensemen de la populaion Les régressions incluen en variables de conrôle des indicarices pour la marque e le déparemen. L effe «Supermarché» es calculé à parir des effes «marque» (i.e. la sousracion de la moyenne des effes individuels «supermarchés» e «aures ypes de saions»), l écarype éan obenu par la dela-méhode. Les esimaions son corrigées de l hééroscédasicié à l aide de la marice robuse de Whie. Niveau de significaivié : *** 1 %, ** 5 %, * 10 %. Source : Données individuelles quoidiennes issues du sie inerne (saions service présenes plus de 500 jours dans la base de données, janvier 2007-juin 2009) e Insee, calculs des aueurs. Les résulas des régressions son présenés dans le ableau 2 xvi. La srucure concurrenielle joue un rôle posiif significaif sur la fréquence de changemens de prix. Tou 14

15 d abord, les fréquences de hausses e de baisses son significaivemen plus imporanes dans les supermarchés e la durée moyenne enre deux changemens de prix y es plus faible (Tableau 1). Par ailleurs, plus la saion-service es proche d une aure saion, plus la probabilié de changer de prix à la hausse ou la baisse es grande. Ce effe es près de deux fois plus for si la saion la plus proche es un supermarché. De même, le nombre de saionsservice (en pariculier le nombre de supermarchés) dans le voisinage d une saion-service joue un rôle posiif sur la fréquence de changemens. Les effes son similaires pour le diesel e le SP 95. Ces résulas suggèren que la présence d un supermarché don les prix son souven plus faibles accroî la pression concurrenielle sur les saions-service proches e diminue la rigidié des prix. Néanmoins, ces effes resen quaniaivemen faibles. Ainsi, avoir 5 saions-service d un supermarché dans un rayon de 10 kms augmene la fréquence de changemen de prix d environ 0,4 poins de pourcenage (pp). Enfin, les saions sur auoroue changen moins souven leur prix oues choses égales par ailleurs. Sur des données américaines de prix de carburans, Hosken e al. (2008) ne rouven pas d effe significaif de la concurrence sur les prix. Sur l ensemble des prix à la consommaion aux Eas-Unis, Bils e Klenow (2004) obiennen un effe posiif mais non-significaif de la concurrence sur la fréquence de changemens de prix. Le nombre d habians (hors Paris) a un effe posiif sur la fréquence de changemens de prix (idenique à la hausse e à la baisse). Plus la densié de la populaion es imporane, plus les prix changen fréquemmen. De même, la par des ménages disposan d une voiure a un effe posiif significaif. Les prix son moins rigides e plus réacifs aux chocs dans les régions les plus densémen peuplées parce que la demande serai plus imporane ou l informaion des consommaeurs meilleure, les disances enre saions-service éan plus faibles. Hosken e al. (2008) rouven un effe significaif similaire aux Éas-Unis. Enfin, la présence de prix «psychologiques» a un effe négaif sur la durée enre deux changemens de prix. Le ableau 3 présene les caracérisiques des durées de changemens pour chaque dernier chiffre. Les prix des carburans son habiuellemen affichés avec rois décimales dans les saions-service, e les prix son collecés avec rois décimales. La disribuion de la dernière décimale des prix TTC n es cependan pas uniforme : 31 % des prix se erminen par «9», 29 % par «0», 9 % par «5», 7 % par «4» alors que pour les aures chiffres la proporion es inférieure à 5 %. Au conraire, la disribuion de l avan dernier chiffre apparaî uniforme. La durée moyenne pour les prix se erminan en «0» ou «9» es supérieure à celles des prix se erminan par un aure chiffre pour le diesel e le SP 95. Toues choses égales par ailleurs, l effe sur la fréquence de changemen par saionservice es oujours rès négaif e significaif (Tableau 2). Ce effe es idenique pour les hausses e les baisses de prix. Levy e al. (2011) produisen des résulas similaires pour un ensemble de produis aux Éas-Unis. 15

16 Tableau 3 : Durée enre deux changemens de prix e aille moyenne des changemens de prix en foncion du dernier chiffre du prix (incluan les axes) Diesel SP 95 % des rajecoires Durée (en jours) dp (en %) % des rajecoires Durée (en jours) dp (en %) 0 29,0 6,7 2,63 29,5 7,0 3,13 1 2,9 4,2 2,22 3,0 4,6 2,79 2 4,2 4,1 2,05 4,2 4,4 2,58 3 3,6 4,3 2,17 3,6 4,7 2,73 4 7,2 4,2 1,97 7,3 4,4 2,44 5 8,8 4,5 2,23 8,8 4,9 2,78 6 3,7 4,4 2,19 3,8 4,7 2,74 7 4,1 4,4 2,16 3,9 4,7 2,67 8 4,7 4,7 2,28 4,6 5,0 2, ,8 4,9 2,40 31,4 5,3 2,94 Lecure : Nous considérons les prix incluan les axes, la proporion des rajecoires de prix es calculée comme le raio du nombre de rajecoires don le prix se ermine par un chiffre donné sur le oal des rajecoires de prix e nous calculons la durée moyenne associée. dp es la aille moyenne prise en valeur absolue sur les prix hors axes. Le dernier chiffre es celui du prix TTC après le changemen. Par exemple, les prix don la dernière décimale es «0» représenen 29% des rajecoires, leur durée moyenne es de 6,7 jours pour le diesel e la aille moyenne des changemens pour ces prix es de 2,63%. Source : Données individuelles quoidiennes issues du sie inerne (ensemble des saions service disponibles, janvier 2007-juin 2009), calculs des aueurs. Disribuion de la aille des changemens de prix des carburans Si la rigidié des prix es principalemen caracérisée par la fréquence de changemen de prix, la liéraure empirique s es récemmen concenrée sur les caracérisiques de la disribuion des ailles de changemens de prix (Cavallo e Rigobon, 2011). Les modèles héoriques de rigidié des prix proposen en effe des prédicions assez différenes sur la forme de cee disribuion. Dans le modèle de Calvo, la disribuion des changemens devrai avoir la même forme que la disribuion des variaions de coû marginal. Le modèle de coû de menu prédi que la disribuion sera bimodale : quand la variaion de coû marginal es faible, il es rop coûeux de changer de prix, e les peis changemens de prix seron rares. Enfin, les modèles de coû de menu avec informaion imparfaie permeen des formes plus flexibles de disribuion de changemens de prix. Alvarez e al. (2011) monren ainsi que selon les calibraions du coû de menu e du coû d informaion, la disribuion peu êre plus ou moins bimodale. Cee parie présene les caracérisiques de la disribuion des changemens de prix e les relie aux prédicions des modèles héoriques. Taille des changemens de prix En moyenne, les hausses de prix son aussi fréquenes que les baisses : pour le diesel, chaque jour, 8,7 % des saions-service augmenen leur prix alors que 8,9 % des saionsservice les baissen ; pour le SP 95, la fréquence des baisses es légèremen plus faible que la fréquence des hausses (7,8 % conre 8,7 %). Les résulas son similaires pour les supermarchés e les aures disribueurs (Tableau 1). Les changemens de prix HT son de plus grande ampleur pour le SP 95 (2,9 % en valeur absolue) que pour le diesel (2,3 % en valeur 16

17 absolue) (Tableau 4). Pour les prix TTC, les ailles moyennes de changemens son plus faibles proches de 1,3 % e les différences de aille des changemens enre diesel e SP 95 son proches de 0. Enfin, les différences enre l ampleur moyenne des hausses e celle des baisses son faibles pour les prix TTC e HT. Tableau 4 : Taille des changemens de prix (en %) Diesel Hausses Baisses SP 95 Hausses Baisses Hors axes Toues axes comprises Moyenne Médiane Moyenne Médiane Ensemble 2,33 1,77 1,26 0,94 Supermarchés 2,46 1,82 1,30 0,96 Aures disribueurs 2,16 1,71 1,21 0,92 Ensemble -2,41-1,87-1,32-0,98 Supermarchés -2,50-1,91-1,34-1,00 Aures disribueurs -2,30-1,85-1,30-0,96 Ensemble 2,86 2,04 1,19 0,83 Supermarchés 3,07 2,22 1,25 0,88 Aures disribueurs 2,60 1,92 1,12 0,81 Ensemble -2,93-2,16-1,26-0,86 Supermarchés -3,08-2,22-1,30-0,88 Aures disribueurs -2,75-2,10-1,22-0,85 Lecure : Les changemens de prix son calculés en pourcenage pour l'ensemble de rajecoires individuelles de prix (hors axes e oues axes comprises). La moyenne e la médiane des changemens de prix son calculées sur la disribuion oale des changemens de prix (en excluan les «0»). La hausse moyenne des prix hors axes (parmi les changemens) es de 2,33% pour le diesel e 2,86 pour le SP95. Source : Données individuelles quoidiennes issues du sie inerne (ensemble des saions service disponibles, janvier 2007-juin 2009), calculs des aueurs. Le graphique 4 présene la disribuion des changemens de prix pour le diesel e le SP 95 (TTC e HT). Une caracérisique remarquable de la disribuion des changemens de prix des carburans es sa «bimodalié». Les changemens de prix HT compris enre -2 % e 2 % son relaivemen rares par rappor à une disribuion de ype «normal» xvii alors que le creux es limié aux changemens enre -1 % e 1 % pour les prix TTC. Cee disribuion bimodale es cohérene avec les prédicions d un modèle simple de coû de menu (Golosov e Lucas, 2007 ; Alvarez e al., 2011). 17

18 Graphique 4 : Disribuion des ailles de changemens de prix (HT e TTC - en %) Graphique 4.1 : Diesel Graphique 4.2 : SP 95 Lecure : Les observaions son les ailles des changemens de prix individuels (calculées en %) quand les prix son effecivemen changés (en excluan les changemens égaux à 0). Les barres représenen la disribuion des changemens de prix des carburans (HT e TTC) e les lignes les esimaeurs à noyau de la densié pour la disribuion des changemens de prix de marché à Roerdam. 18

19 Source : Données individuelles quoidiennes issues du sie inerne (ensemble des saions service disponibles, janvier 2007-juin 2009), e U.S. Energy Informaion Adminisraion, calculs des aueurs. La faible proporion de peis changemens de prix peu aussi êre le résula de chocs de grande aille sur le coû marginal. Sur le graphique, nous représenons la disribuion des changemens sur le prix du produi raffiné coé à Roerdam qui es une approximaion du coû de la maière première. Il apparaî que cee disribuion es proche d une loi normale avec une moyenne nulle. Le modèle de Calvo ne peu pas expliquer l écar enre la disribuion des variaions de coûs e la disribuion des changemens de prix HT ou TTC. Enfin, une dernière explicaion possible es liée au dernier chiffre du prix affiché. Dans la majorié des disribueurs les prix son affichés sur rois chiffres après la virgule, ce qui implique qu en principe, les peis changemens de prix son possibles. Par exemple, si le prix du diesel HT es de 0,450 euros, le géran de la saion-service peu modifier en héorie son prix de 0,001 euro e la aille de la hausse de prix HT serai alors de 0,22 %. Cependan, beaucoup de prix son dis «psychologiques» ou «aracifs» e se erminen par un «0» ou un «9». Si le déaillan souhaie passer d un prix se erminan en «0» à un aure prix se erminan en «0» alors le changemen de prix en ermes absolus es de 0,01 euro soi 2,2 %. Le graphique 5 représene la disribuion des changemens de prix pour les saions-service don plus de 95 % des prix se erminen par «0» ou «9» comparée à la disribuion des changemens des aures saions. La bimodalié es renforcée pour les saions-service avec des prix «aracifs» où aucun changemen n es inférieur à 1 % en valeur absolue mais elle rese présene pour les aures saions-service. Les pics auour de 1 à 2 % son plus élevés pour les saions-service adopan sysémaiquemen des prix psychologiques. Cee bimodalié es aussi à relier avec les durées plus longues : le calendrier de changemens de prix es modifié par la présence de prix psychologiques, les enreprises aenden plus longemps avan de changer leur prix e opèren donc des changemens de plus grande ampleur (Tableau 3). 19

20 Graphique 5 : Sraégie d affichage des prix e disribuion des ailles de changemens de prix (HT - en %) Graphique 5.1 : Diesel «Prix aracifs» «Aures prix» Graphique 5.2 : SP «Prix aracifs» «Aures prix» Lecure : Les observaions son les ailles des changemens de prix individuels (calculées en %) quand les prix son effecivemen changés (en excluan les changemens égaux à 0). Les barres grises représenen la disribuion des changemens de prix des carburans e les lignes grises les esimaeurs à noyau de la densié pour la disribuion des changemens de prix de marché à Roerdam. Les changemens de prix des carburans son calculés à parir des prix hors axes. L'affichage sraégique des prix correspond aux saions-service don la proporion de prix se erminan par 0 ou 9 es supérieure à 95 %. Source : Données individuelles quoidiennes issues du sie inerne (ensemble des saions service disponibles, janvier 2007-juin 2009),e U.S. Energy Informaion Adminisraion, calculs des aueurs. Héérogénéié de la aille des changemens de prix L héérogénéié enre saions pour la aille moyenne des changemens de prix es moins marquée que pour la fréquence de changemens. La aille moyenne des hausses de prix du diesel es de 2,5 % pour les supermarchés conre 2,2 % pour les aures saions-service. Les écars ne son jamais supérieurs à 0,3 pp. L écar enre supermarchés e aures saions es encore plus faible sur les prix TTC (proche de 0,1 pp) (Tableau 4). Les supermarchés changen donc leur prix plus souven e par des changemens un peu plus grands (en valeur absolue) que les aures saions-service. Des différences de srucure de coû des saionsservice son une explicaion possible à cee observaion. On peu considérer schémaiquemen que les coûs de producion des saions-service comprennen le coû de la maière première e d aures coûs liés à la disribuion (coû du ravail, enreien de la saion, ec.). Il es cependan possible que pour les supermarchés, les coûs aures que la maière première 20

21 représenen une par plus faible des coûs oaux. La par du coû de la maière première serai alors plus grande pour les supermarchés que pour les aures saions xviii. Comme le prix de la maière première varie plus fréquemmen que les aures coûs, la fréquence des changemens de prix dans les supermarchés sera plus élevée, e les changemens de prix répercueron davanage les variaions de prix de la maière première. De même, si le aux de marge des saions de supermarché es plus faible, les hausses e les baisses de prix seron plus fréquenes e plus imporanes en moyenne. Comme précédemmen, nous uilisons une régression linéaire pour relier les ailles moyennes de hausses e de baisses de prix HT par saion-service à des indicaeurs de srucure concurrenielle e de demande locale (Tableau 5). La fréquence e la aille des changemens de prix son négaivemen corrélées, ce qui peu s expliquer par un effe de sélecion caracérisique des modèles à coû d ajusemen. Pour les enreprises qui aenden moins (resp. plus) longemps avan de changer de prix, la aille de changemen sera plus faible (resp. imporane). Le phénomène es accenué pour les saions-service avec des prix aracifs en «0» ou «9». Cee observaion es cohérene avec un modèle où fixer un prix psychologique s apparene à un coû d ajusemen plus imporan. Au conraire, pour les saions des grandes aggloméraions (hors Paris), les prix changen plus souven mais les changemens son en moyenne plus peis. Enfin, les variables de concurrence n on pas d effe significaif sur la aille des changemens. Seule l indicarice «auoroue» a un effe significaif négaif : les prix des carburans sur auoroue changen moins souven e la aille des changemens es plus faible, ce qui pourrai s expliquer par un poids plus faible du prix de la maière première dans la srucure de coû. Afin de eser cee hypohèse e de mesurer les déerminans des différences de niveau moyen des prix enre saions, nous calculons la différence moyenne enre le prix de vene d une saion-service (HT, en logarihme) e le prix du produi raffiné à Roerdam (en logarihme) qui approxime le coû marginal xix (Tableau 5). Cee différence es uilisée par Davis e Hamilon (2004) ou Hosken e al. (2008) pour mesurer le aux de marge bru moyen de ranspor-disribuion de chaque saion-service. Elle inclu cependan les coûs logisiques (sockage, ranspor), d exploiaion (frais de personnel) e réglemenaires (mise aux normes) que nous n observons pas. Cee marge brue es significaivemen plus faible (-7 pp) pour les supermarchés e plus fore (+9 à 10 pp) pour les saions présenes sur auoroue. Cee héérogénéié provien en parie d imporanes différences de coûs d exploiaion qui son plus faibles pour les supermarchés que pour les saions d auoroue. La srucure concurrenielle joue aussi un rôle significaif sur les marges. Le nombre de supermarchés dans le voisinage d une saion rédui significaivemen la marge brue alors que la disance à la plus proche saion-service voisine (que ce soi un supermarché ou une aure saion) l augmene. Enfin, la marge brue es plus faible pour les saions des grandes aires urbaines (hors Paris) mais plus fore à Paris où la concurrence es plus faible mais où les coûs d exploiaion son aussi plus imporans (loyers par exemple). 21

22 Tableau 5 : Déerminans des ailles de changemen de prix e du aux de marge bru de ranspor-disribuion par saion-service Disance à la plus proche saion-service (km) x le concurren le plus proche es un supermarché Disance à la plus proche saion-service (km) x le concurren le plus proche n'es pas un supermarché Nombre de saions-service d'un supermarché à moins de 10 kms Nombre de saions-service d'un aure ype à moins de 10 kms Auoroue Affichage sraégique des prix dp+ 0,002 (0,003) -0,000 (0,003) 0,003** (0,001) -0,000 (0,000) -0,643*** (0,020) 0,146*** (0,015) Diesel SP 95 dp- 0,007* (0,004) 0,006* (0,004) 0,003** (0,001) -0,000 (0,000) -0,655*** (0,021) 0,196*** (0,017) Taux de marge 0,075*** (0,016) 0,114*** (0,020) -0,072*** (0,009) 0,008*** (0,003) 9,805*** (0,277) 0,862*** (0,096) dp+ 0,001 (0,004) -0,003 (0,004) 0,003* (0,002) -0,000 (0,000) -0,729*** (0,026) 0,150*** (0,017) dp- 0,008 (0,005) 0,006 (0,005) 0,003* (0,002) -0,000 (0,000) -0,760*** (0,027) 0,224*** (0,021) Taux de marge 0,122*** (0,020) 0,122*** (0,024) -0,072*** (0,012) -0,003 (0,004) 8,719*** (0,272) 1,534*** (0,126) Aire rurale ou urbaine de moins de habians Ref Ref Ref Ref Ref Ref Aggloméraion de plus de à ,051*** habians (hors Paris) (0,016) Aggloméraion de plus de habians (hors -0,083*** Paris) (0,027) Paris e peie couronne -0,150* (0,078) Par des ménages possédan une voiure (%) -0,002 (0,001) Taux de chômage (%) -0,000 (0,003) Supermarché 0,456*** (0,024) Fréquence de hausses ou baisses Consane -0,121*** (0,003) 3,257*** (0,149) -0,048*** (0,018) -0,054* (0,032) -0,030 (0,085) -0,002 (0,002) -0,003 (0,003) 0,542*** (0,026) -0,136*** (0,003) 3,489*** (0,166) -0,443*** (0,112) -0,613*** (0,192) 1,015* (0,573) -0,022** (0,009) -0,027 (0,016) -7,545*** (0,152) 35,124*** (0,942) -0,030 (0,021) -0,080** (0,033) -0,159* (0,095) -0,003* (0,002) -0,002 (0,003) 0,672*** (0,031) -0,144*** (0,003) 4,052*** (0,182) -0,052** (0,023) -0,110*** (0,039) -0,068 (0,095) -0,005** (0,002) -0,007* (0,004) 0,702*** (0,036) -0,171*** (0,004) 4,392*** (0,211) -0,829*** (0,143) -1,188*** (0,263) 3,092*** (0,732) -0,013 (0,012) -0,022 (0,021) -7,055*** (0,226) 34,505*** (1,228) R2 ajusé 0,616 0,651 0,853 0,584 0,625 0,751 Nombre d'observaions Lecure : Les colonnes coniennen les résulas des esimaions par moindres carrés ordinaires. Les variables endogènes son la moyenne des hausses (dp+) e des baisses (dp-) des prix HT (en %) calculée par saion service e le aux de marge moyen défini comme la différence moyenne du log du prix HT e du log du prix Roerdam, par saion-service. «Auoroue» es une variable indicarice égale à 1 si la saion-service es présene sur auoroue. «Affichage sraégique des prix» es une variable indicarice égale à 1 si plus de 95 % des prix consaés dans une saion-service se erminen par 0 ou 9. Le aux de chômage e la par des ménages possédan une voiure son issus du recensemen de la populaion Les régressions incluen en variables de conrôle des indicarices pour la marque e le déparemen. L effe «Supermarché» es calculé à parir des effes «marque» (i.e. la sousracion de la moyenne des effes individuels «supermarchés» e «aures ypes de saions»), l écar-ype éan obenu par la dela-méhode. Les esimaions son corrigées de l hééroscédasicié à l aide de la marice robuse de Whie. Niveau de significaivié : *** 1 %, ** 5 %, * 10 %. Source : Source : Données individuelles quoidiennes issues du sie inerne (saions service présenes plus de 500 jours dans la base de données, janvier 2007-juin 2009) e Insee, calculs des aueurs. 22

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Claudio Araujo, CERDI 1

Claudio Araujo, CERDI 1 0/09/03 Macroéconomérie I. Naissance de la modélisaion macroéconomérique : Cowles Commission and London chool Economics Claudio Arauo CERDI, Universié d Auvergne Clermon-Ferrand, France www.cerdi.org hp://www.cerdi.org/claudio-arauo/perso/

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Essai sur les Modèles du Taux de Change. Incorporant la Règle de Taylor

Essai sur les Modèles du Taux de Change. Incorporant la Règle de Taylor Universié de Monréal Essai sur les Modèles du Taux de Change Incorporan la Règle de Taylor Par Houria Aoufi Sous la direcion de Mme Marine Carrasco Déparemen des Sciences Économiques Faculé des ars e des

Plus en détail

Le commerce électronique en France : un essai de mesure sur le marché des CD

Le commerce électronique en France : un essai de mesure sur le marché des CD Le commerce élecronique en France : un essai de mesure sur le marché des CD Sophie Larribeau (CREREG, THEMA, Rennes 1) e Thierry PENARD (CREREG, Rennes 1) Ocobre 2001 Résumé : En France, le commerce élecronique

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation?

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation? La monnaie es-elle un bon indicaeur de la producion e de l inflaion? Marin Charron* Ocobre 2002 Documen de ravail du Minisère des Finances 2002-04 Minisère des Finances Direcion des poliiques économique

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie bandes de ranspor e de process Bandes de ranspor à économies Calculez désormais en ligne vos économies www.ampmiser.com poenielles! Siegling oal beling soluions Bandes de ranspor à économies Opimiser la

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

1 ère L Les pourcentages

1 ère L Les pourcentages 1 ère L Les pourcenages Ce chapire se place dans le cadre de l informaion chiffrée. III. Calculer une valeur après un pourcenage d augmenaion e de diminuion (opéraeur associé à un pourcenage d évoluion)

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

4. "SEPO" - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE

4. SEPO - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 46 4. "" - UN MÉTHD UR L'AUT- ÉVALUATIN T UR L RJT-ILT 4.1 Inroducion (angl.:w) es un ouil pour l'auoévaluaion e pour les projes-piloe. Il a éé élaboré lors de

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005 DOCUMENT DE TRAVAIL LA QUALITÉ DE L EMPLOI L EN FRANCE : TENDANCE ET CYCLE FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51 novembre 2005 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND CEDEX TÉL.

Plus en détail

Stabilité des prix et stratégie de politique monétaire unique

Stabilité des prix et stratégie de politique monétaire unique Sabilié des prix e sraégie de poliique monéaire unique Chrisian Bordes 1 e Lauren Clerc 2 Décembre 2003 Résumé Ce aricle pore sur l objecif de sabilié des prix dans le cadre de la sraégie de poliique monéaire

Plus en détail

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS LA PERTINENCE DES ACTIS INCORPORELS AVEC LES IRS Gaëlle LENORMAND-TOUCHAIS IREJE Universié de Breagne-Sud (rance) Lionel TOUCHAIS CREM-IAE de Rennes Universié de Rennes1 (rance) RESUME : Ce aricle s inerroge

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail Conribuion Delalande e ransions sur le marché du ravail Luc Behaghel, Bruno Crépon, Béarice Sédillo. Résumé On évalue l impac de la «conribuion Delalande», axe sur le licenciemen des ravailleurs âgés en

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002)

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002) Producivié Globale des Faceurs e Croissance dans un conexe de Changemen Insiuionnel : Alejandro Quijada * Aoû 2004 Résumé Le Venezuela es le dixième produceur e le sixième exporaeur mondial de pérole.

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1 Les Généraeurs de Scénarios Économiques : quelle uilisaion en assurance? 1 Alaeddine FALEH 2 Frédéric PLANCHET 3 Didier RULLIERE 4 ISFA- Universié Lyon I 5 Caisse des Dépôs e Consignaions 6 RÉSUMÉ Dans

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS OUEST, NANTERRE LA DEFENSE UFR SEGMI

UNIVERSITE PARIS OUEST, NANTERRE LA DEFENSE UFR SEGMI UNIVERSIE PARIS OUES, NANERRE LA DEFENSE UFR SEGMI Année universiaire 202 203 Cours d économérie L3 Economie Cours de Valérie MIGNON D de Benoî CHEZE e David GUERREIRO Exercice : Données en coupe D Inroducion

Plus en détail

Économie internationale

Économie internationale ECOLE POLYTECHNIQUE Recueil Programme d approfondissemen Économie Économie inernaionale Texes de conrôles des connaissances proposés les années anérieures Déparemen d Économie Promoion 006 Année 3 Période

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

Le système d incitation basé sur la valeur économique ajoutée : Un remède à la manipulation comptable? Jihene El Ouakdi* Jacques Saint-Pierre**

Le système d incitation basé sur la valeur économique ajoutée : Un remède à la manipulation comptable? Jihene El Ouakdi* Jacques Saint-Pierre** Le sysème d inciaion basé sur la valeur économique ajouée : Un remède à la manipulaion compable? Par Jihene El Ouakdi* Jacques Sain-Pierre** * Éudiane au Ph.D. Déparemen de finance e assurance Faculé des

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants?

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants? Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 28 février 2015 De l inscripion à la publicaion des résulas en ligne à l Universié de Lomé : quels impacs sur l adopion des TIC chez les éudians? Halourou MAMAN, Universié

Plus en détail

Union monétaire et impact du commerce bilatéral intra zone : approche par les VAR structurels dans la zone CFA. Latif DRAMANI dramaniarmel@yahoo.

Union monétaire et impact du commerce bilatéral intra zone : approche par les VAR structurels dans la zone CFA. Latif DRAMANI dramaniarmel@yahoo. Union monéaire e impac du commerce bilaéral inra zone : approche par les VAR srucurels dans la zone CFA Laif DRAMANI dramaniarmel@yahoo.fr Oumy Laye layendiaye78@yahoo.fr Résumé Ce aricle ene de répondre

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique.

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique. CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2 Relaion enre noaion sociale e srucure financière des enreprises : une éude empirique. GIRERD-POTIN Isabelle, LOUVET Pascal, GARCES-JIMENEZ Sonia Unié Mixe de Recherche

Plus en détail

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT E9904 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian HESSE, Benoî MERLAT 3 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes PTSI PT AUTOMATIQUE des sysèmes Table des maières 1 LA CHAINE FONCTIONNELLE 1 1.1 STRUCTURE FONCTIONNELLE... 1 1.2 CHAINE D ENERGIE... 1 1.3 CHAINE D INFORMATION... 2 2 LES ACTIONNEURS 3 2.1 LES VERINS

Plus en détail

L impact des conditions financières sur la décision d investissement

L impact des conditions financières sur la décision d investissement INVESTISSEMENT L impac des condiions financières sur la décision d invesissemen Fabienne Rosenwald* Depuis une dizaine d années es apparu un regain d inérê pour l éude des liens enre les décisions d invesissemen

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES NOVEMBRE 2009 1 SOMMAIRE Taux d alphabéisme des adules ou Taux d analphabéisme.... 3 Nombre d adules analphabèes... 5 Taux bru d accès (TBA) en première

Plus en détail

Par. Jean-Thomas Bernard jtber@ecn.ulaval.ca. Bruno Côté bruno.cote@finances.gouv.qc.ca

Par. Jean-Thomas Bernard jtber@ecn.ulaval.ca. Bruno Côté bruno.cote@finances.gouv.qc.ca L'inensié énergéique du seceur manufacurier de 1976 à 1996 Québec, Onario, Albera e Colombie-Briannique Par Jean-Thomas Bernard jber@ecn.ulaval.ca e Bruno Côé bruno.coe@finances.gouv.qc.ca Chaire en économique

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail

MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL

MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL Courrier du Savoir N 18, Mars 2014, pp.09-14 MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL A. MESSAMEH, N. LOUDJANI, M. T.BOUZIANE Laboraoire

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

Les nouveautés d Excel 2016

Les nouveautés d Excel 2016 EXCEL 2016 Office 2016 - Excel, Word, PowerPoin e Oul ook Les nouveaués d Excel 2016 Uiliser la sélecion muliple dans les filres à segmen Les segmens, uilisés dans des ableaux de données ou des ableaux

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 59 2009 DOCUMENTS DE TRAVAIL La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 2 La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau

Plus en détail

Mémoire soutenu pour l Institut des Actuaires le 15 décembre David Sudries Introduction

Mémoire soutenu pour l Institut des Actuaires le 15 décembre David Sudries Introduction Modélisaion e exrapolaion de l évoluion de la moralié française à parir de modèles sochasiques Analyse des qualiés prédicives de ces modèles Applicaions praiques Mémoire souenu pour l Insiu des Acuaires

Plus en détail

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO UITÉ 6 : LA PROPORTIOALITÉ UMÉRIQUE POUR DÉBUTER Il fau rappeler - Définiion de grandeur : Une grandeur es une caracérisique qui es mesurée, e la valeur es exprimée par un nombre. Le concep de grandeur

Plus en détail

La BCE réagit-elle au prix des actifs financiers?

La BCE réagit-elle au prix des actifs financiers? La BCE réagi-elle au prix des acifs financiers? Dominique Pepin To cie his version: Dominique Pepin. La BCE réagi-elle au prix des acifs financiers?. 010. HAL Id: hal-0096366 hps://hal.archives-ouveres.fr/hal-0096366

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Documen d éudes direcion de l'animaion de la recherche, des éudes e des saisiques Numéro 167 Décembre 2011 FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Yves DUBOIS 1 Jean-Olivier HAIRAULT 2 Thomas

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme

Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme Migraions e proecion sociale : éude sur les liens e les impacs de cour e long erme Xavier Chonicki*, Cécily Defoor*, Carine Drapier*, Lionel Rago* Dir. cienifique : Hillel Rapopor* Rappor pour la Drees-Mire

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail