TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE. Médecine Nucléaire Hôpital Tenon

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE. Médecine Nucléaire Hôpital Tenon"

Transcription

1 TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE Médecine Nucléaire Hôpital Tenon

2 FDG ET CANCER DE LA PROSTATE Utilisation non recommandée: Faible activité glycolytique de ce cancer Forte excrétion urinaire du FDG-(18F) Faible sensibilité pour: lésion primitive extension ganglionnaire récidive Métastases Évolutivité des lésions osseuses? Morris, Urology 2002 Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon

3 CHOLINE ET CANCER DE LA PROSTATE Cancer de la prostate: Cellules riches en métabolites de la choline (spectro( spectro-irm) Ackerstaff,, Cancer research 2001 Concentration corrélée à la prolifération cellulaire Swanson, Magn Reson Med 2003 La choline: Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon Précurseur de la synthèse des phospholipides membranaires

4 LA CHOLINE ET SON Choline-(11C) ANALOGUE (+) Faible excrétion urinaire (-)) Demi-vie courte (20 minutes) cyclotron sur site Fluorométhylcholine-(18F) (+) Demi-vie de 110 minutes (-)) élimination urinaire Captation cellulaire et phosphorylation similaires à celles de la choline Hyperfixation ADK > HBP, prostatite Kwee,, J Urol 2005 Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon

5 FLUOROMETHYLCHOLINE- (18F) Distribution physiologique: Foie, pancréas Cortex rénal Glandes salivaires ± Digestif Élimination urinaire! Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon

6 FLUOROMETHYLCHOLINE- Cinétique : (18F) Fixation tumorale précoce (1ère minute) et stable Élimination urinaire > 5ème minute 8 min Élimination urinaire Sutinen, EJNM 2004 Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon

7 Protocole de l examen: Injection de 4MBq/kg de fluoromethylcholine-(18f). Acquisition dynamique sur les 8 premières minutes qui suivent l injection(8 tomoscintigraphies de 1mn centrées sur le pelvis). Acquisition tomoscintigraphique de la tête à la racine des cuisses.

8 INDICATIONS POTENTIELLES Localisation de la tumeur primitive Extension ganglionnaire et métastatique Suivi thérapeutique (antiandrogènes( antiandrogènes, gestes locaux ) Recherche de récidive Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon

9 CHOLINE ET LESION PRIMITIVE De Jong JNM 2003 n 67 T1c-T3 T3 Gleason 6 résultats 12/15 VP 2/52 FP Ssb 80% Spé 96% Sutinen EJNM T2/T3-N0+ 14/14 mais NS vs. HBP 4 HBP Yamaguchi 20 ssb 100% EJNM 2005 Kwee % (unilat( 6/6) J. urol 2005 Martorana 43 ssb 83% J. urol 2006

10 CHOLINE ET RECIDIVES BIOLOGIQUES de Jong, European Urology pts sensibilité 50% Picchio, J. Urol pts 47/100 + (FDG: 27/100) Schmid, Radiology 2005 Heinisch, Mol Imaging Biol 2006 Cimitan, Eur J Nucl Med pts 9/9+ (local, ggl) 34 pts 50% sensibilité si PSA < 5 ng/ml 100 pts 54/ /100 (89% PSA<4 et 87% G<8)

11 Quel est le taux de récidive biologique observé après un traitement radical de cancer de prostate? 1. 20% 2. 30% 3. 40% 4. 50% 5. 60%

12 Quel est le taux de récidive biologique observé après un traitement radical de cancer de prostate? 1. 20% 2. 30% 3. 40% 4. 50% 5. 60% Han M, J Urol 2003

13 Cas Clinique N 1 Patient âgé de 70 ans Adénocarcinome prostatique (T2a, score de Gleason=7) traité par prostatectomie radicale le 9 décembre Concentration sérique de PSA en augmentation (PSA=2,6 ng/ml le 14/09/06)

14 Recherche de récidive Scintigraphie osseuse IRM pelvienne >>>>> normales

15 TEP-TDM TDM au FDG-(18F)

16 Que montre cet examen? 1. Une hyperfixation prostatique intense 2. Une adénopathie pelvienne hypermétabolique 3. Une distribution physiologique du traceur

17 TEP-TDM TDM au FDG-(18F)

18 TEP-TDM TDM au FDG-(18F)

19 Cet examen montre : 1. Une hyperfixation prostatique intense 2. Une adénopathie pelvienne hypermétabolique 3. Une distribution physiologique du traceur

20 TEP-TDM TDM au FDG-(18F)

21 TEP-TDM TDM à la FLUOROMETHYLCHOLINE-(18F) (acquisitions précoces)

22 Que montre cet examen? 1. Une hyperfixation prostatique intense 2. Une adénopathie pelvienne hypermétabolique 3. Une distribution physiologique du traceur

23 TEP-TDM TDM à la FLUOROMETHYLCHOLINE-(18F) (acquisitions précoces)

24 Que montre cet examen? 1. Une hyperfixation prostatique intense 2. Une adénopathie pelvienne hypermétabolique 3. Une distribution physiologique du traceur

25 récidive ganglionnaire (Histologie : métastase massive d un adénocarcinome prostatique avec effraction capsulaire ) Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon

26 Cas clinique n 2 Patient âgé de 62 ans Pollakiurie nocturne d apparition récente et concentration plasmatique de PSA élevée (5,3 ng/ml le 20/12/02) Biopsies prostatiques réalisées le 28/02/03: adénocarcinome moyennement différencié, score de Gleason 3+3=6, sans effraction capsulaire retrouvée

27 Traitement par radiothérapie externe seule, après curage ilio-obturateur obturateur bilatéral indemne de métastase Ascension progressive de la concentration sérique du PSA depuis juillet 2004 avec un maximum de 3,1 ng/ml en janvier 2005 Introduction d une hormonothérapie en mars 2005 >>> diminution rapide de la concentration plasmatique du PSA

28 Recherche du foyer de récidive Scintigraphie osseuse Scanner thoraco-abdomino abdomino-pelvien Échographie abdomino-pelvienne Radiographie thoracique >>>>>> NORMAUX

29 IRM intra-rectale rectale : «petite zone en hyposignal au niveau du lobe gauche de la prostate» Biopsies le 27/02/06: présence de deux foyers d adénocarcinome prostatique infiltrants (apex gauche et centre droit)

30 TEP-TDM TDM à la FLUOROMETHYLCHOLINE-(18F) (acquisitions précoces)

31 Que visualise-t-on sur cette image? 1. Une activité normale dans la vessie 2. Une activité normale dans le rectum 3. Une fixation prostatique pathologique 4. Une adénopathie pelvienne hyperfixante

32 TEP-TDM TDM à la FLUOROMETHYLCHOLINE- (18F) (acquisitions précoces)

33 On visualise sur cette image : 1. Une activité normale dans la vessie 2. Une activité normale dans le rectum 3. Une fixation prostatique pathologique 4. Une adénopathie pelvienne hyperfixante

34 TEP-TDM TDM à la FLUOROMETHYLCHOLINE-(18F)

35 Foyer d hypermétabolisme pathologique au niveau de la prostate (de siège médian et paramédian droit) >>> aspect scintigraphique en faveur d une récidive locale, intra-prostatique. Pas d autres foyers extra prostatiques. RECIDIVE INTRA-PROSTATIQUE ISOLEE Traitement par ablatherm.

36 Vrai ou faux? La scintigraphie du squelette qui fait partie du bilan systématique de recherche de récidives biologiques du cancer de la prostate est souvent positive pour une concentration sérique de PSA comprise entre 2 et 10 ng/ml.

37 1. VRAI 2. FAUX

38 1. VRAI 2. FAUX

39 Cas clinique n 3 Prostatectomie 1998 pour cancer de la prostate Récidive biologique (concentration sérique du PSA = 9 ng/ml) Médecine nucléaire Hôpital Tenon

40 Scintigraphie osseuse

41 Hyperfixation de la partie latérale du corps vertébral de L4 RECIDIVE OSSEUSE

42 Intêret diagnostique de la TEP-TDM TDM à la fluorométhylcholine-(18f) dans le cadre de la prise en charge des récidives biologiques occultes du cancer de la prostate. Mais il existe d autres indications potentielles de cet examen..

43 Recherche de maladie résiduelle Patient de 71 ans Absence de diminution de la concentration sérique de PSA après prostatectomie et réascension progressive: 11 15,2 18,9 ng/ml IRM : réhaussement par le gadolinium (18x13 mm) de la partie latérale gauche de la loge de prostatectomie (à 2 mois de l intervention) Recherche de maladie résiduelle Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon

44 Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon

45 Hypo T1 Hyper T2 Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon

46 Conclusion :maladie résiduelle locale (loge de prostatectomie) et à distance (T9) Traitement hormonal

47 INDICATIONS POTENTIELLES Localisation de la tumeur primitive Extension ganglionnaire et métastatique Suivi thérapeutique (antiandrogènes( antiandrogènes, gestes locaux ) Recherche de récidive Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon

48 PHRC 2007 Impact de la TEP/TDM à la fluorométhylcholine-(18f) sur la prise en charge de la récidive biologique occulte du cancer de la prostate Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon

49 Objectif principal Valeur ajoutée de la TEP/TDM à la FCH en terme de sensibilité de détection des localisations de récidive «occulte» du cancer de la prostate. Seuil du PSA sérique au dessous duquel le taux de positivité de l examen est insuffisant / facteurs d agressivité - Score de Gleason initialement élevé. - Temps de doublement de cette concentration court (<3 mois)

50 Objectifs secondaires Evaluer l impact clinique de la TEP/TDM à la FCH au sein des Evaluer de la TEP/TDM à la FCH au sein des examens d imagerie par le taux de modification de l attitude thérapeutique prévue au préalable. Cette évaluation se fera grâce à un questionnaire standardisé rempli par le clinicien prescripteur de façon prospective, lors de la demande de l examen TEP puis lors de la prise de décision thérapeutique (qui peut être une simple surveillance). Evaluer la pertinence des décisions prises au vu de la TEP à la FCH, grâce aux données d un suivi d au moins 6 mois prises en compte mpte par un jury de cliniciens indépendant du prescripteur de l examen. Déterminer la valeur ajoutée de la TEP/TDM à la FCH en terme de spécificité et de valeur prédictive pour la détection des localisations de récidive du cancer de la prostate. Cette détermination se fera au niveau «patient» et au niveau «site» lorsque le site est évaluable par référence aux données de l histologie et/ou d un suivi s d au moins 6 mois, grâce à des grilles de lecture de l examen remplies s l une en ouvert à l issue de l examen et l autre en insu de façon centralisée. Confirmer la parfaite tolérance de la FCH.

51 Critères d inclusion Critères d exclusion 1. Cancer confimé (Histo+) 2. Ttt radical avec diminution significative du PSA 3. Récidive bio documentée (3 dosages anormaux) 4. PSA>2ng/mL ou PSA>1ng/mL et (temps de 2* <3mois ou Gleason initial>=8) 5. Scinti os + IRM abdomino pelvienne négatives ou douteuses. 6. Consentement écrit du patient 7. Cahier d observation bien rempli: éléments du suivi/ les 6 mois qui suivent la TEP Autre cancer ou maladie inflammatoire évolutive. 2. Chimio ou changement d hormonothérapie depuis la réalisation de la scinti os, de l IRM et du dosage des PSA 3. Radiothérapie dans les 4 mois précédent.

52 VRAI ou FAUX? VRAI ou FAUX?

53 L acquisition dynamique sur les 8 minutes qui suivent l injection de la FCH-(18F) est une option de ce protocole de recherche utile à la compréhension de la cinétique de captation par les lésions tumorales dont on pourra se passer ultérieurement.

54 1. vrai 2. faux

55 1. vrai 2. faux

56 L acquisition dynamique durant les 8 minutes qui suivent l injection du produit est une option utile au cours de ce protocole de recherche clinique à la compréhension de la cinétique de captation du produit par les lésions tumorales dont on pourra se passer ultérieurement. FAUX

57 Seules les images réalisées lors de l acquisition dynamique sont utiles pour l interprétation de la région pelvienne.

58 1. vrai 2. faux

59 1. vrai faux 2.

60 L examen TEP/TDM à la FCH-(18F) dure deux fois plus de temps qu un examen au FDG-(18F).

61 1. vrai 2. faux

62 1. vrai faux 2.

63 L irradiation du patient lors d un examen TEP/TDM à la FCH-(18F) est sensiblement identique à celle d un examen TEP/TDM au FDG-(18F).

64 1. vrai 2. faux

65 vrai faux

Dr Alexis HUGENTOBLER Médecin Nucléaire Hôpital Privé de la Louvière Lille NordTEP - Lille TEP de l Union- Roubaix

Dr Alexis HUGENTOBLER Médecin Nucléaire Hôpital Privé de la Louvière Lille NordTEP - Lille TEP de l Union- Roubaix Dr Alexis HUGENTOBLER Médecin Nucléaire Hôpital Privé de la Louvière Lille NordTEP - Lille TEP de l Union- Roubaix Oncomel le 2 juillet 2014 Indication AMM : - Recherche de maladie résiduelle : Diminution

Plus en détail

Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie octobre 2016

Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie octobre 2016 Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie 13-15 octobre 2016 Dr Isabelle Brenot-Rossi Institut Paoli-Calmettes plan Cancers des voies

Plus en détail

Centre coordonnateur : service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon, AP-HP.

Centre coordonnateur : service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon, AP-HP. PHRC 2007, ETUDE ICHOROPRO : IMPACT DE LA TEP/TDM A LA FLUOROMETHYLCHOLINE-(18F) SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA RECIDIVE BIOLOGIQUE OCCULTE DU CANCER DE LA PROSTATE. Centre coordonnateur : service de Médecine

Plus en détail

TEP/TDM théranostique et adénocarcinome prostatique. Mathieu Gauthé Valérie Nataf Médecine Nucléaire Hôpital Tenon - APHP 1

TEP/TDM théranostique et adénocarcinome prostatique. Mathieu Gauthé Valérie Nataf Médecine Nucléaire Hôpital Tenon - APHP 1 TEP/TDM théranostique et adénocarcinome prostatique Mathieu Gauthé Valérie Nataf Médecine Nucléaire Hôpital Tenon - APHP 1 Utilités potentielles de la TEP/TDM Diagnostic et bilan d extension initial Guidage

Plus en détail

Fluorométhylcholine-(18F) : La prostate et plus

Fluorométhylcholine-(18F) : La prostate et plus Fluorométhylcholine-(18F) : La prostate et plus APRAMEN le 9/10/2007 Clément WATTEL, interne Service de médecine nucléaire & Centre TEP AP-HP Pr. Jean- Noël TALBOT Hôpital Tenon, PARIS Hôpital TENON CAS

Plus en détail

Cancer de la prostate oligométastatique Quelle imagerie?

Cancer de la prostate oligométastatique Quelle imagerie? Cancer de la prostate oligométastatique Quelle imagerie? Les Incontournables en Cancérologie Mardi 8 Novembre 2016 Dr Pierre-Yves BRARD Centre Hospitalier Métropole Savoie Cancer de prostate oligo-métastatique

Plus en détail

L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire. Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon

L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire. Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon Principe Administration d un radiopharmaceutique: choix en fonction de l organe à étudier

Plus en détail

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification.

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. Pierre CONORT Service d Urologie Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

Le cancer de la prostate à haut risque : les controverses de la prise en charge M.HAROUNI/ K.CHETTIBI

Le cancer de la prostate à haut risque : les controverses de la prise en charge M.HAROUNI/ K.CHETTIBI Le cancer de la prostate à haut risque : les controverses de la prise en charge M.HAROUNI/ K.CHETTIBI AAU, Hôtel El Auras si 13 Décembre 2014 Pourquoi le cancer de la prostate à haut risque est sujet à

Plus en détail

TEP/TDM PSMA-11 et adénocarcinome prostatique Apramen 10/2016

TEP/TDM PSMA-11 et adénocarcinome prostatique Apramen 10/2016 TEP/TDM PSMA-11 et adénocarcinome prostatique Apramen 10/2016 Jean-Noël Talbot, Mathieu Gauthé, Valérie Nataf, Jean-Baptiste Debry, Laura Rozenblum Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon, AP-HP &UPMC 1 Cas

Plus en détail

TEP-TDM à la fluorodopa et au FDG pour l exploration des tumeurs endocrines digestives et des phéochromocytomes

TEP-TDM à la fluorodopa et au FDG pour l exploration des tumeurs endocrines digestives et des phéochromocytomes TEP-TDM à la fluorodopa et au FDG pour l exploration des tumeurs endocrines digestives et des phéochromocytomes F. Montravers, K. Kerrou, D. Grahek, F. Gutman, V. Huchet, J.N. Talbot Service de Médecine

Plus en détail

dans les cancers thyroïdiens peu différenciés et anaplasiques

dans les cancers thyroïdiens peu différenciés et anaplasiques Intérêt de la TEP- 18 FDG GHPS dans les cancers thyroïdiens peu différenciés et anaplasiques Rencontre APRAMEN du 09/10/2012 G. LETHIELLEUX, C. AMOUYAL, C. LEPOUTRE-LUSSEY, A. KAS, L. LEENHARDT, A. AURENGO

Plus en détail

CANCER DE PROSTATE. Diagnostic. Anapath FDR. Dépistage : recos AFU Modes de révélation PSA. > 50 ans : Premier K de l H > 50 ans

CANCER DE PROSTATE. Diagnostic. Anapath FDR. Dépistage : recos AFU Modes de révélation PSA. > 50 ans : Premier K de l H > 50 ans CANCER DE PROSTATE FDR > 50 ans : Premier K de l H > 50 ans Hérédité : 2 parents au 1er degré 1 parent avant 55 ans Ethnie : Afro-antillais +++ Anapath ADK ++++++ (90%) Hormono-dépendant ++ 2 caractéristiques

Plus en détail

Essais cliniques : Cancer de la prostate

Essais cliniques : Cancer de la prostate Essais cliniques : Cancer de la prostate Sommaire des protocoles Page Adénocarcinome de la prostate - GETUG - 17 Étude randomisée multicentrique comparant une radiothérapie adjuvante immédiate associée

Plus en détail

IRM de diffusion corps entier et TEP/TDM en cancérologie digestive: résultats préliminaires d une étude comparative.

IRM de diffusion corps entier et TEP/TDM en cancérologie digestive: résultats préliminaires d une étude comparative. IRM de diffusion corps entier et TEP/TDM en cancérologie digestive: résultats préliminaires d une étude comparative. PF Montoriol 1, D Da Ines 1, C Merlin 2, D Pezet 3, JM Garcier 1. 1 Radiologie et Imagerie

Plus en détail

TEP et cancers digestifs

TEP et cancers digestifs TEP et cancers digestifs TEP-TDM Un radiotraceur : 18FDG 18FCHOLINE 18FDOPA Imagerie hybride ONCOMEL 22 mars 2016 TEP-TDM Un radiotraceur : 18 FDG Glycémie 18 FCHOLINE => membrane cellulaire 18 FDOPA SUV

Plus en détail

TEP-FDG et cancer colorectal. F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS

TEP-FDG et cancer colorectal. F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS TEP-FDG et cancer colorectal F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS Glucose 6 phosphatase FDG FDG FDG 6 phosphate hexokinase Glucose

Plus en détail

TEP et tumeurs cérébralesc

TEP et tumeurs cérébralesc TEP et tumeurs cérébralesc N. Gault, A.Chirila, F.Gutman, K.Kerrou, D.Grahek, F.Montravers, V. DeBeco, JN Talbot Service de Médecine Nucléaire - Hôpital Tenon QCM 1) biodistribution: de quel traceur s

Plus en détail

Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques

Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques Jean-Louis ALBERINI Service de Médecine Nucléaire Université Versailles St-Quentin Diagnostic de métastase d emblée ou durant l évolution Médiane

Plus en détail

Le Cancer de Prostate Bilan initial et récidive en Imagerie TEMP et TEP: Le point de vue du médecin nucléaire

Le Cancer de Prostate Bilan initial et récidive en Imagerie TEMP et TEP: Le point de vue du médecin nucléaire Le Cancer de Prostate Bilan initial et récidive en Imagerie TEMP et TEP: Le point de vue du médecin nucléaire JM RAMACKERS O MIGNECO Imagerie Nucléaire de l Ouest Lyonnais et de l Ain Médecine Nucléaire

Plus en détail

PHRC Tumeurs endocrines digestives et TEP/TDM coordonnées par l hôpital Tenon

PHRC Tumeurs endocrines digestives et TEP/TDM coordonnées par l hôpital Tenon PHRC Tumeurs endocrines digestives et TEP/TDM coordonnées par l hôpital Tenon FDOPA (investigateur principal : F Montravers), début : janvier 2006 DOTATOC (investigateur principal : JN Talbot), début :

Plus en détail

Diagnostic du cancer de prostate et de sa récidive Le point de vue du radiologue

Diagnostic du cancer de prostate et de sa récidive Le point de vue du radiologue Diagnostic du cancer de prostate et de sa récidive Le point de vue du radiologue O. Rouvière Service d imagerie urinaire et vasculaire Hôpital E. Herriot, Lyon Plan 1. Détection du cancer avant biopsie

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Généralités Incidence (France 2012 (estimations)): 56841cas par an 1 er cancer chez l hommel Pic d incidence d et âge médian m : 70ans Mortalité (France 2012) : 8950 décès d s par

Plus en détail

TEP/TDM au FDG et lymphome de Hodgkin de l enfant. F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS

TEP/TDM au FDG et lymphome de Hodgkin de l enfant. F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS TEP/TDM au FDG et lymphome de Hodgkin de l enfant F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS Radiopharmaceutique [18-F]-FLUORO-2-DESOXYGLUCOSE, analogue du glucose, traceur d hypermétabolisme

Plus en détail

Item n 156 : Tumeurs de la prostate

Item n 156 : Tumeurs de la prostate Épidémiologie Item n 156 : Tumeurs de la prostate Cancer le plus fréquent chez lʼhomme Histologie : adénocarcinome FDR : âge élevé, ATCD familiaux de cancer de la prostate, ethnie (noire) Anatomopathologie

Plus en détail

TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie

TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie Nancy, 27 janvier 2009 DU de Pharmacie Oncologique DU de Pharmacie Oncologique 2011/2012 TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie Pierre OLIVIER Médecine Nucléaire - CHU

Plus en détail

Item 307 (ex item 156) Tumeurs de la prostate Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 307 (ex item 156) Tumeurs de la prostate Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 307 (ex item 156) Tumeurs de la prostate Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis... 3 1.1. Anatomie élémentaire... 3 1.2. Histologie... 3 2. Épidémiologie...

Plus en détail

La TEP/TDM au 18 F-NaF. A.Girard Hôpital FOCH - 08/10/15 et 22/10/15

La TEP/TDM au 18 F-NaF. A.Girard Hôpital FOCH - 08/10/15 et 22/10/15 La TEP/TDM au F-NaF A.Girard Hôpital FOCH - 08/10/15 et 22/10/15 Un «nouveau traceur»? Première publication : Blau et al. 1962 Approuvé par la FDA en 1972 Dès 1970 : Diminution de l usage au profit des

Plus en détail

Cancer prostatique : Etat des lieux

Cancer prostatique : Etat des lieux Cancer prostatique : Etat des lieux - Epidémiologie en quelques chiffres - Dépistage - Diagnostic - Nouvelles données thérapeutiques - Chirurgie avec assistance robotique EPU B Dr B. DUQUESNOY Dr F. OLIVIER

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE. Soirée Robot Chirurgical Les PSA. Cancer prostatique : Etat des lieux QUESTIONS. Cancer de la prostate : - Faut-il dépister? - Comment?

EPIDEMIOLOGIE. Soirée Robot Chirurgical Les PSA. Cancer prostatique : Etat des lieux QUESTIONS. Cancer de la prostate : - Faut-il dépister? - Comment? EPIDEMIOLOGIE Soirée Robot Chirurgical Les PSA 27 mai 2011 Expert: Dr François Olivier et Dr Jorge Villamizar Formateur: Dr Dominique Dupuis -EPU Amiens Sud: Association de formation médicale -Loi du 1

Plus en détail

IMAGERIE DU CANCER DU COL ET DES OVAIRES

IMAGERIE DU CANCER DU COL ET DES OVAIRES IMAGERIE DU CANCER DU COL ET DES OVAIRES Elise Zareski, Service de Radiologie, Gustave Roussy Corinne Balleyguier, Philippe Morice, Sébastien Gouy, Christine Haie Meder, Patricia Pautier, Catherine Lhommé,

Plus en détail

périphérique de la prostate :facteur prédictif du cancer prostatique?

périphérique de la prostate :facteur prédictif du cancer prostatique? ONCO-WS-11 - PSA rapporté au volume de la zone périphérique de la prostate :facteur prédictif du cancer prostatique? M CHELIF, S SALLAMI, S BEN RHOUMA, R MEJRI, Y NOUIRA, A HORCHANI SERVICE UROLOGIE HOPITAL

Plus en détail

Choline. Sylvie Girault -Angers Mathieu Calvarin - Brest

Choline. Sylvie Girault -Angers Mathieu Calvarin - Brest Choline Sylvie Girault -Angers Mathieu Calvarin - Brest Belle Ile SMNO 30 juin 2012 Choline : Mécanisme de Fixation Substrat extrinsèque à la phosphatidylcholine, précurseur des phospholipides membranaires,

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail

TEP FDG et cancers colo-rectaux Quelques pièges à éviter

TEP FDG et cancers colo-rectaux Quelques pièges à éviter TEP FDG et cancers colo-rectaux Quelques pièges à éviter H. Foehrenbach, G. Bonardel, M. Mantzarides Service de médecine nucléaire, Hôpital d Instruction des Armées du Val de Grâce, Paris Introduction

Plus en détail

Institut Rizzoli. Méta OstéoS ChondroS Ewing Myelomes Lymphomes MFH FibroS Chordomes

Institut Rizzoli. Méta OstéoS ChondroS Ewing Myelomes Lymphomes MFH FibroS Chordomes LES METASTASES OSSEUSES D ORIGINE INCONNUE Dr H. NOURI STAFF INTER-SERVICES OCTOBRE 2008 INTRODUCTION Le squelette est un site métastatique fréquent pour de multiples carcinomes. 3 à 4% des métastases

Plus en détail

INDICATIONS DU TEP SCAN EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE

INDICATIONS DU TEP SCAN EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE INDICATIONS DU TEP SCAN EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE TURSAC AVRIL 2006 ANDRAU PIERRE CHU TOULOUSE DONNEES TECHNIQUES DONNEES TECHNIQUES(1) Examen scintigraphique. Imagerie fonctionnelle. Basée sur la fonction

Plus en détail

144. Cancer de l enfant

144. Cancer de l enfant Sommaire 144. Cancer de l enfant particularités épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques : cancers les plus fréquents Tumeurs abdominales de l enfant distribution Leucémies = 30 % Tumeurs du système

Plus en détail

TEP au 18 F-FDG FDG et cancers ORL: le point de vue du chirurgien

TEP au 18 F-FDG FDG et cancers ORL: le point de vue du chirurgien TEP au 18 F-FDG FDG et cancers ORL: le point de vue du chirurgien Pr CONESSA Claude Dr Clément, Pr Poncet Service ORL du Val-de de-grâce Paris Rencontre APRAMEN 13/06/06 La TEP En fonction de notre expérience

Plus en détail

Chromogranine A. Intérêt dans le diagnostic et le suivi post opératoire des phéochromocytomes BOUDIAF.D 1 ;HIMEUR.M 2 ; FOUDIL.D 1 ; SEMROUNI.

Chromogranine A. Intérêt dans le diagnostic et le suivi post opératoire des phéochromocytomes BOUDIAF.D 1 ;HIMEUR.M 2 ; FOUDIL.D 1 ; SEMROUNI. Chromogranine A Intérêt dans le diagnostic et le suivi post opératoire des phéochromocytomes BOUDIAF.D 1 ;HIMEUR.M 2 ; FOUDIL.D 1 ; SEMROUNI.M 1 1 : Service d Endocrinologie et de médecine nucléaire. CPMC.

Plus en détail

PSA ET CANCER DE LA PROSTATE

PSA ET CANCER DE LA PROSTATE PSA ET CANCER DE LA PROSTATE Grâce à la découverte d un marqueur sérique de la prostate, l antigène spécifique de la prostate* (PSA), la prise en charge des patients atteints d un cancer de la prostate

Plus en détail

Le cancer de prostate. AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty

Le cancer de prostate. AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty Le cancer de prostate AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty Cas clinique n 1 50 ans asymptomatique PSA = 2,35 ng/ml L/T = 11% TR normal echo normale Cas clinique n 1 50 ans asymptomatique PSA

Plus en détail

Cancer du poumon : Bilan d extension TEP-FDG

Cancer du poumon : Bilan d extension TEP-FDG Cancer du poumon : Bilan d extension TEP-FDG Les subtilités SFRRA 28 Janvier 2012 Dr Vanina Isnardi Recommandations 2011 SPLF, INCA Caractérisation des nodules pulmonaires Solides >10 mm Pas d indication

Plus en détail

Thésaurus du cancer de l ovaire

Thésaurus du cancer de l ovaire Thésaurus du cancer de l ovaire - 1 - Cancers de l ovaire Bilan - Anamnèse personnelle et familiale - +/- Echographie vaginale et/ou pelvienne - IRM abdomino-pelvienne de préférence, TDM à défaut - Si

Plus en détail

IRM de diffusion corps entier

IRM de diffusion corps entier IRM de diffusion corps entier Loïc Boussel Radiologie, Hôpital de la Croix Rousse, Hospices Civils de Lyon SFR-RA 2012 1 Introduction Développement de l'irm de diffusion : Localisée à l'encéphale puis

Plus en détail

Journée Scientifique. du 28 septembre 2013

Journée Scientifique. du 28 septembre 2013 Journée Scientifique du 28 septembre 2013 1 SOMMAIRE ACTUALITES Actualités sur l utilisation des radio-isotopes en imagerie (scintigraphie et TEP) et en thérapeutique (maladie polymétastatique osseuse)

Plus en détail

CARCINOSE PERITONEALE : l ABC. Clarisse DROMAIN, MD, PhD

CARCINOSE PERITONEALE : l ABC. Clarisse DROMAIN, MD, PhD CARCINOSE PERITONEALE : l ABC Clarisse DROMAIN, MD, PhD Introduction Imagerie de la carcinose péritonéale = challenge technique Haute résolution spatiale : petite taille des lésions Haute résolution en

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - LA RADIOTHERAPIE METABOLIQUE DES METASTASES OSSEUSES HYPERALGIQUES Dr Danielle MESTAS Médecine Nucléaire La radiothérapie

Plus en détail

Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires.!

Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires.! Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires. 3 situations Primitif connu et nodule suspect de métastase pulmonaire Métastase pulmonaire avérée - recherche d autres lésions Métastase pulmonaire

Plus en détail

Traitement du Cancer Prostatique Quel traitement curatif?

Traitement du Cancer Prostatique Quel traitement curatif? Traitement du Cancer Prostatique Quel traitement curatif? Guideline for the Management of Clically Localized Prostate Cancer : 2007 update. From the American Urological Association Education and Research,

Plus en détail

Limitations. N est pas conçu pour

Limitations. N est pas conçu pour PI RADS V2 Objectifs 2012 PI RADS V1 2015 PI RADS V2 Établir les paramètres minimum acceptables pour mpmri Simplifier et standardiser la terminologie et le compte-rendu radiologique Faciliter l utilisation

Plus en détail

Valeur de la TEP/TDM au 18 FDG dans les de cancer du sein par élévation des marqueurs tumoraux et impact sur la prise en charge des patients.

Valeur de la TEP/TDM au 18 FDG dans les de cancer du sein par élévation des marqueurs tumoraux et impact sur la prise en charge des patients. Valeur de la TEP/TDM au 18 FDG dans les suspicions de récidive r de cancer du sein par élévation des marqueurs tumoraux et impact sur la prise en charge des patients. Laurence Champion, Myriam Wartski,,

Plus en détail

Indications thérapeutiques dans le cancer de la prostate non métastatique selon les critères pronostiques- Recommandations et choix du malade

Indications thérapeutiques dans le cancer de la prostate non métastatique selon les critères pronostiques- Recommandations et choix du malade Indications thérapeutiques dans le cancer de la prostate non métastatique selon les critères pronostiques- Recommandations et choix du malade Marine CABOURG - Pr DUBRAY Centre Henri Becquerel - ROUEN 27

Plus en détail

Cas Cliniques. Suspicions de récidives de néoplasies ORL et TEP-TDM au 18F-FDG

Cas Cliniques. Suspicions de récidives de néoplasies ORL et TEP-TDM au 18F-FDG Cas Cliniques Suspicions de récidives de néoplasies ORL et TEP-TDM au 18F-FDG Françoise Montravers, Jean-Noël Talbot. Service de Médecine Nucléaire Hôpital Tenon, Paris. Cas 1 Carcinose diffuse de l endolarynx

Plus en détail

PLACE DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DE LA JONCTION ŒSOGASTRIQUE

PLACE DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DE LA JONCTION ŒSOGASTRIQUE vendredi 01/02/2013 EVDG - Paris PLACE DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DE LA JONCTION ŒSOGASTRIQUE Pr. Gérald BONARDEL Service de médecine nucléaire HIA Val

Plus en détail

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire Fiche tumeur épithéliale de l ovaire FIGO I II III IV IA IB IC IIA IIB IIC IIIA IIIB IIIC tumeur limitée aux ovaires tumeur limitée à un ovaire : capsule intacte, pas de tumeur à la surface de l ovaire,

Plus en détail

ETUDE RETROSPECTIVE DE FAUX POSITIFS ET NEGATIFS DE LA TEP-TDM DANS LE CANCER DU POUMON. APPORT DE LA TOMODENSITOMETRIE.

ETUDE RETROSPECTIVE DE FAUX POSITIFS ET NEGATIFS DE LA TEP-TDM DANS LE CANCER DU POUMON. APPORT DE LA TOMODENSITOMETRIE. ETUDE RETROSPECTIVE DE FAUX POSITIFS ET NEGATIFS DE LA TEP-TDM DANS LE CANCER DU POUMON. APPORT DE LA TOMODENSITOMETRIE. J Bréhant, M Foinant, AC Souteyrand, A Lhoste et JL Michel Radiologie A CHU Gabriel

Plus en détail

«des boules et des glandes»

«des boules et des glandes» «des boules et des glandes» Xavier Poullias, C. Dechaud, E. Gontier, G. Bonardel, H. Foehrenbach Service de Médecine Nucléaire du Val-de-Grâce, Paris HDM : Patient de 58 ans alcoolo-tabagique Ecoulement

Plus en détail

MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES

MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES Prescrire à bon escient Dr Laurence Vitu Loas INTRODUCTION 1 Marqueurs tumoraux = substances (protéïnes) présentes dans les fluides biologiques à des taux significativement

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Pancréas

Thésaurus du Cancer du Pancréas Thésaurus du Cancer du Pancréas 1 Classification TNM TX T0 Tis T1 T2 T3 T4 Renseignements insuffisants pour classer la tumeur primitive. Pas de signe de tumeur primitive. Carcinome in situ. Tumeur limitée

Plus en détail

Recommandations et indications pour l'utilisation de la TEP au 18FDG en cancérologie

Recommandations et indications pour l'utilisation de la TEP au 18FDG en cancérologie Recommandations et indications pour l'utilisation de la TEP au 18FDG en cancérologie Françoise BONICHON Journée régionale du RCA Arcachon 25 novembre 2005 Rappel : la TEP en oncologie Administration d

Plus en détail

Tumeurs de la verge : conduite à tenir vis-à-vis des ganglions. Pr Eric HUYGHE Dr Boris DELAUNAY

Tumeurs de la verge : conduite à tenir vis-à-vis des ganglions. Pr Eric HUYGHE Dr Boris DELAUNAY + Tumeurs de la verge : conduite à tenir vis-à-vis des ganglions Pr Eric HUYGHE Dr Boris DELAUNAY + Introduction Cancer du pénis = rare Incidence : 1/100 000 hommes en Europe Pic de fréquence entre 60-70

Plus en détail

18 F FDG TEP et Cancers Thyroïdiens

18 F FDG TEP et Cancers Thyroïdiens 18 F FDG TEP et Cancers Thyroïdiens Carine Corone Service de Médecine Nucléaire Centre René Huguenin Saint Cloud. Service de Médecine Nucléaire et Cancérologie Endocrinienne Institut Gustave Roussy Villejuif.

Plus en détail

Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie. Radiothérapie interne vectorisée: traitement

Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie. Radiothérapie interne vectorisée: traitement Imagerie métabolique. Radiothérapie vectorisée. Détection per-opératoire. Radio-immunologie Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie Radiothérapie interne vectorisée: traitement Détection

Plus en détail

Diagnostic des tumeurs cérébrales en TEP. Marc Bertaux (AHU) APRAMEN-SOFRA 2016

Diagnostic des tumeurs cérébrales en TEP. Marc Bertaux (AHU) APRAMEN-SOFRA 2016 Diagnostic des tumeurs cérébrales en TEP Marc Bertaux (AHU) APRAMEN-SOFRA 2016 La Neuro-onco en TEP c est dur parce que.. Le FDG marche moins bien en raison de signal de fond cérébral élevé. Le radiotraceur

Plus en détail

cancer de la prostate Le dépistage du Hôpital Bichat - Paris Pr. Vincent Ravery Urologie

cancer de la prostate Le dépistage du Hôpital Bichat - Paris Pr. Vincent Ravery Urologie Le dépistage du cancer de la prostate Pr. Vincent Ravery Urologie Hôpital Bichat - Paris Introduction 1. L espérance de vie augmente (INSEE, 1999) Tranches d âge EDV moyenne 60-64 19 65-69 16 70-74 12

Plus en détail

TEP et Cancer Broncho Pulmonaire Cas Cliniques

TEP et Cancer Broncho Pulmonaire Cas Cliniques TEP et Cancer Broncho Pulmonaire Cas Cliniques E. OUHAYOUN* - J. GIRON** - J. BERJAUD*** *Service de Médecine Nucléaire - P r J.P. Esquerré **Service de radiologie - Pr J.J. Railhac ***Service de Chirurgie

Plus en détail

Françoise MONTRAVERS

Françoise MONTRAVERS Françoise MONTRAVERS Indications de la tomographie par émission de positons (TEP) en cancérologie digestive Connaître les indications validées. Préciser sa place par rapport aux autres techniques d'imagerie.

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire de Liège

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Adjoint Adjoint Indications neurologiques 1. Epilepsie Si la thérapie sous forme d une intervention chirurgicale est influencée de manière décisive, pour la localisation d un foyer épileptogène d une épilepsie

Plus en détail

J.El Azizi El Alaoui, R.Latib, I.Chami, N.Boujida,L.Jroundi Service d imagerie médical institut national d oncologie Rabat Maroc

J.El Azizi El Alaoui, R.Latib, I.Chami, N.Boujida,L.Jroundi Service d imagerie médical institut national d oncologie Rabat Maroc Apport de l IRM dans le cancer de prostate J.El Azizi El Alaoui, R.Latib, I.Chami, N.Boujida,L.Jroundi Service d imagerie médical institut national d oncologie Rabat Maroc La prise en charge du cancer

Plus en détail

Place de la TEP au FDG en 2010 dans la prise en charge des Cancers Gynécologiques

Place de la TEP au FDG en 2010 dans la prise en charge des Cancers Gynécologiques Place de la TEP au FDG en 2010 dans la prise en charge des Cancers Gynécologiques Dr Claire Gibold de la Souchère Service de Médecine Nucléaire CH Troyes Principes de la TEP au 18 FDG Augmentation de la

Plus en détail

Item 5 : Imagerie par tomographie d émission de positons (TEP) des tumeurs endocrines

Item 5 : Imagerie par tomographie d émission de positons (TEP) des tumeurs endocrines Item 5 : Imagerie par tomographie d émission de positons (TEP) des tumeurs endocrines Collège des Enseignants d'endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques (CEEDMM) Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

Comparaison IRM (diffusion)/ Morpho-TEP / Biopsie dans l atteinte ostéo-médullaire des lymphomes

Comparaison IRM (diffusion)/ Morpho-TEP / Biopsie dans l atteinte ostéo-médullaire des lymphomes Comparaison IRM (diffusion)/ Morpho-TEP / Biopsie dans l atteinte ostéo-médullaire des lymphomes A. Fairise, O. Bruot, S. Bologna, P. Olivier, J. Mathias, C. Baumann, K. Montagne, V. Laurent, D. Régent

Plus en détail

Le diagnostic du cancer de la prostate

Le diagnostic du cancer de la prostate Le diagnostic du cancer de la prostate Le diagnostic du cancer de la prostate à un stade précoce Le cancer de la prostate est actuellement le plus fréquent et la deuxième cause de mortalité par cancer

Plus en détail

du cancer de prostate

du cancer de prostate Imagerie des récidives r locales du cancer de prostate Pourquoi? Comment? Pr Olivier Rouvière Service d'imagerie urinaire et vasculaire Hôpital E. Herriot - Lyon Rappels Rappels préliminaires Pourquoi

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale du cancer de la prostate. Hervé Baumert

Prise en charge chirurgicale du cancer de la prostate. Hervé Baumert Prise en charge chirurgicale du cancer de la prostate Hervé Baumert 1 70 000 nouveaux cas/ an EPIDEMIOLOGIE 1 er cancer en fréquence 1 homme sur 6 entre 60-80 ans 3éme cause de décès par cancer : 9000

Plus en détail

Cancer de la prostate (156) Pr. JL Lagrange Mars 2006 (mise à jour mars 2006)

Cancer de la prostate (156) Pr. JL Lagrange Mars 2006 (mise à jour mars 2006) 1. Introduction Cancer de la prostate (156) Pr. JL Lagrange Mars 2006 (mise à jour mars 2006) Le cancer de la prostate est un cancer fréquent dont la prise en charge pluridisciplinaire repose sur l analyse

Plus en détail

I m a g e r i e M é d i c a l e d u T o n d u. Hervé BOUIN Hervé LAUMONIER Sébastien BRUNOT

I m a g e r i e M é d i c a l e d u T o n d u. Hervé BOUIN Hervé LAUMONIER Sébastien BRUNOT I m a g e r i e M é d i c a l e d u T o n d u Hervé BOUIN Hervé LAUMONIER Sébastien BRUNOT - 3ème cancer en incidence (37 400 nouveaux cas en 2006) - 2ème cancer en terme de mortalité ( 17 000 décès /

Plus en détail

Collection 24 heures / Pôle : Cancérologie - Hématologie

Collection 24 heures / Pôle : Cancérologie - Hématologie Dossier N 1 Vous recevez-en consultation un homme de 59 ans, adressé par son médecin traitant. Ce patient, juriste à la retraite est marié et a 2 enfants. Dans ses antécédents, on retrouve un tabagisme

Plus en détail

IRM et prostate: Pour qui, pourquoi et comment? Dr. Stéphane B. Van den Broeck Radiologue Saint-Luc Bouge

IRM et prostate: Pour qui, pourquoi et comment? Dr. Stéphane B. Van den Broeck Radiologue Saint-Luc Bouge IRM et prostate: Pour qui, pourquoi et comment? Dr. Stéphane B. Van den Broeck Radiologue Saint-Luc Bouge 25/10/2014 Objectifs Qui sont les patients qui entrent dans notre département pour bénéficier d

Plus en détail

Imagerie dans les cancers des VADS: ses avantages et ses limites

Imagerie dans les cancers des VADS: ses avantages et ses limites Imagerie dans les cancers des VADS: ses avantages et ses limites Philippe Halimi, MD Service de Radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Faculté de Médecine Paris-V; Université René Descartes

Plus en détail

Cas clinique 2: cancer de la prostate oligo-métastatique. Omar. KABBAJ Radiothérapeute Rabat

Cas clinique 2: cancer de la prostate oligo-métastatique. Omar. KABBAJ Radiothérapeute Rabat Cas clinique 2: cancer de la prostate oligo-métastatique Omar. KABBAJ Radiothérapeute Rabat Mr BB,64 ANS Antécédent :hernie inguinale gauche opérée en 2012 Dysurie DRE: Prostate augmenté de volume, consistance

Plus en détail

Quel radiopharmaceutique TEP pour l évaluation des tumeurs cérébrales? La FDOPA-(18F)? Pr JN TALBOT Hôpital Tenon

Quel radiopharmaceutique TEP pour l évaluation des tumeurs cérébrales? La FDOPA-(18F)? Pr JN TALBOT Hôpital Tenon Quel radiopharmaceutique TEP pour l évaluation des tumeurs cérébrales? La FDOPA-(18F)? Pr JN TALBOT Hôpital Tenon LE FDG-(18F), analogue du glucose Biodistribution normale PARMI LES INDICATIONS DIAGNOSTIQUES

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE SOMMAIRE : Qu est-ce-que le cancer de la prostate? Le cancer de la prostate en chiffres Les symptômes Diagnostic Examens complémentaires Traitements et conséquences Rôle de l AS Bibliographie

Plus en détail

IMAGERIE DES INFECTIONS SUR MATÉRIEL ORTHOPÉDIQUE M F L A D E B, M M E C H R I, M O U E R T A T A N I

IMAGERIE DES INFECTIONS SUR MATÉRIEL ORTHOPÉDIQUE M F L A D E B, M M E C H R I, M O U E R T A T A N I IMAGERIE DES INFECTIONS SUR MATÉRIEL ORTHOPÉDIQUE M F L A D E B, M M E C H R I, M O U E R T A T A N I RADIOGRAPHIES Sensibilité : 14% Spécificité : 70% Malgré leurs limites, permettent de suivre l évolution

Plus en détail

Cancer prostatique traité par ultrasons focalisés s de haute intensité:

Cancer prostatique traité par ultrasons focalisés s de haute intensité: Cancer prostatique traité par ultrasons focalisés s de haute intensité: détection des récidives r locales par IRM O Rouvière, N Girouin, L Glas, A Ben Cheikh, A Gelet, F Mège-Lechevallier, D Lyonnet Hôpital

Plus en détail

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Réunion ACOMEN novembre 2015 Dr CLAVEL Léa Service de gastro-entérologie et d oncologie digestive, Pr PHELIP, CHU Saint-Etienne

Plus en détail

Moelle osseuse et diffusion dans les hémopathies malignes

Moelle osseuse et diffusion dans les hémopathies malignes Moelle osseuse et diffusion dans les hémopathies malignes Cédric de Bazelaire, Aurélie Scémama, Eric de Kerviler Hôpital Saint-Louis AP-HP Université Paris VII Diffusion Diffusion libre Diffusion restreinte

Plus en détail

Radiothérapie et curiethérapie de prostate

Radiothérapie et curiethérapie de prostate Prise en charge des cancers urologiques chez le sujet âgé Communication n 3 : Avis du Radiothérapeute Radiothérapie et curiethérapie de prostate Stéphane GUERIF (Poitiers) Niort le 7 mars 2013 Faut-il

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE QUEL TRAITEMENT POUR QUEL PATIENT? Pr M. ZERBIB Hôpital Cochin, Paris Cancer localisé de la prostate: les acquis d une décennie Diagnostic précoce Evaluation plus précise : biopsies,

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Anatomie pathologique - Définition Application aux cellules et tissus prélevés de diverses méthodes d analyse basées principalement sur

Plus en détail

Imagerie de l angiogenèse tumorale TEP aux peptides RGD radio-marqués. Applications dans les cancers du poumon. Dr Jessica Ohnona

Imagerie de l angiogenèse tumorale TEP aux peptides RGD radio-marqués. Applications dans les cancers du poumon. Dr Jessica Ohnona Imagerie de l angiogenèse tumorale TEP aux peptides RGD radio-marqués Applications dans les cancers du poumon Dr Jessica Ohnona Physiopathologie Angiogenèse Formation de néo-vaisseaux à partir d un réseau

Plus en détail

Journée de Sénologie Interactive. Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid

Journée de Sénologie Interactive. Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Journée de Sénologie Interactive Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Mme S 51 ans XVII journées de sénologie le 18/09/14 Cas clinique interactif Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Mme S., 51ans, consulte

Plus en détail

Place de l imagerie TEP/TDM 18FDG dans le diagnostic de récidive du cancer du colon

Place de l imagerie TEP/TDM 18FDG dans le diagnostic de récidive du cancer du colon Place de l imagerie TEP/TDM 18FDG dans le diagnostic de récidive du cancer du colon PARISSE Sandrine & DECOUSUS Marielle Service de Médecine Nucléaire CHU St-Etienne 7 novembre 2015 SOMMAIRE 1 2 3 4 5

Plus en détail

Cancer de la prostate & scintigraphie osseuse. Docteur Frédéric Paycha Unité de Médecine Nucléaire CHU Louis Mourier Colombes

Cancer de la prostate & scintigraphie osseuse. Docteur Frédéric Paycha Unité de Médecine Nucléaire CHU Louis Mourier Colombes Cancer de la prostate & scintigraphie osseuse Docteur Frédéric Paycha Unité de Médecine Nucléaire CHU Louis Mourier 92700 Colombes 92700 Colombes Métastases osseuses (MO) du cancer de la prostate Les MO

Plus en détail

Métastases Hépatiques des CCR Bilan Initial Journée de Printemps SIAD 2016

Métastases Hépatiques des CCR Bilan Initial Journée de Printemps SIAD 2016 Métastases Hépatiques des CCR Bilan Initial Journée de Printemps SIAD 2016 Alain LUCIANI, François LEGOU, Marjane DJABBARI, Frederic PIGNEUR, Francesco BRUNETTI, Alexis LAURENT, Alain RAHMOUNI Imagerie

Plus en détail

Stratégie Thérapeutique des métastases hépatiques résécables des cancers colo-rectaux

Stratégie Thérapeutique des métastases hépatiques résécables des cancers colo-rectaux Stratégie Thérapeutique des métastases hépatiques résécables des cancers colo-rectaux Dr Philippe KOSYDAR- chirurgie Digestive SEL des Drs BRIEZ et KOSYDAR Polyclinique du Bois Oncomel Introduction Foie

Plus en détail

L imagerie en questions : Cancer de l endomètre

L imagerie en questions : Cancer de l endomètre + L imagerie en questions : Cancer de l endomètre Corinne Balleyguier, Elise Zareski Sébastien Gouy, Philippe Morice, Catherine Genestie, Christine Haie Meder, Patricia Pautier, Alexandra Leary, Catherine

Plus en détail

Romain de Laroche. Médecine Nucléaire, Pitié-Salpétrière

Romain de Laroche. Médecine Nucléaire, Pitié-Salpétrière Romain de Laroche Médecine Nucléaire, Pitié-Salpétrière Avantages de la TEP-IRM sur la TEP-TDM Cas cliniques Réalisation pratique des examens Limites de la TEP-IRM TDM TEP-TDM IRM T1 Gd TEP FDG Meilleure

Plus en détail

3 ème rencontre régionale de cancérologie ORL

3 ème rencontre régionale de cancérologie ORL 3 ème rencontre régionale de cancérologie ORL POITIERS 16 novembre 2016 CAS CLINIQUE n 1 Cancer de l hypopharynx localement avancé : un changement de paradigme? Florence ROUSSEAU-COSTE (Poitiers) CAS CLINIQUE

Plus en détail