On constate qu au bout de 3 semaines après l introduction du virus dans l organisme, celui-ci prolifère intensément.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "On constate qu au bout de 3 semaines après l introduction du virus dans l organisme, celui-ci prolifère intensément."

Transcription

1 Exercice 5 : Exploitation du Document 1 : Le Document 1 représente un diagramme en bâtons montrant l évolution au cours du temps des qualités du virus de l immunodéficience humaine (VIH) et d anticorps spécifiques chez un individu séropositif au cours du temps (en années) On constate qu au bout de 3 semaines après l introduction du virus dans l organisme, celui-ci prolifère intensément. L analyse du graphique montre qu il y a une production importante d anticorps anti-vih suite à l infection. Celle-ci est efficace car la quantité de virus diminue de façon spectaculaire. Cependant à partir de la huitième année qui suit l infestation, le virus recommence à proliférer et on observe une diminution rapide du taux d anticorps anti-vih. Ce taux est pratiquement nul au bout de la dixième année. Interprétation : Nous pouvons expliquer la première phase (production d anticorps anti-vih et diminution du taux de virus dans l organisme) par la mise en place d une réponse immunitaire à médiation humorale (RIMH). Les lymphocytes B reconnaissent en effet les antigènes viraux ; stimulés, ils subissent une phase de multiplication et se différencient en plasmocytes sécréteurs d Ac. Anticorps et antigènes viraux forment des complexes immuns qui seront éliminés par phagocytose. Comment peut-on expliquer la seconde phase marquée par l inhibition de la RIMH et l augmentation du nombre des virus? Exploitation du Document 2 : Le Document 2 se présente sous la forme d un graphique montrant l évolution du nombre de LT4 et LT8 cultivés en présence de virus du SIDA en fonction du nombre de jours après exposition. On constate que parmi les lymphocytes la cible privilégiée du VIH est le lymphocyte LT4. Par contre, les LT8, dans le laps de temps que dure l expérience, ne semblent pas être affectés par la présence du virus. Interprétation : Les chercheurs ont montré qu il existait une très forte affinité entre les protéines de surface du VIH (gp120) pour la protéine CD4 présente à la surface des lymphocytes LT4 (mais aussi des macrophages). Cette particularité favorise l entrée du virus dans ce type cellulaire. Ces LT4 constituent le pivot des réponses immunitaires, ils jouent un rôle central dans la mise en place des réponses immunitaires. Comment le démontrer? Exploitation du Document 3 : 1

2 L analyse du Document 3 montre que seul le lot n 3 présente une RIMH caractérisée par l existence d anticorps antivirus. Ce lot correspond à des souris irradiées mais celle-ci ont reçu des LT et des LB. Par comparaison avec les résultats apportés par les autres lots, on peut en déduire : - que la réponse immunitaire est SPECIFIQUE : elle nécessite la présence de lymphocytes chez les animaux irradiés (lot n 4) ; - que la présence des seuls lymphocytes T n engendre pas de production d anticorps (lot n 1) - que la présence des seuls lymphocytes B ne conduit pas non plus à la production d anticorps (lot n 2) Interprétation : La mise ne place d une RIMH nécessite une coopération cellulaire entre LT et LB. On sait que les LT qui interviennent ici sont les LT4 qu on qualifie également de lymphocyte auxiliaire (ou herlper). Conclusion : L introduction du virus dans l organisme entraîne une reconnaissance directe par les LB qui sont activés. Les LT4 reconnaissent également le virus, mais de façon indirecte celle-ci nécessite que l antigène viral soit présenté en association avec les éléments du complexe majeur d histocompatibilité de classe II. Les LT4 alors activés libèrent des interleukines qui stimulent les LB en provoquant leur expansion clonale et leur différenciation en plasmocytes sécréteurs d anticorps en grande quantité. Toutes ces indications permettent d interpréter le Document n 1 et l évolution de la maladie chez un individu infecté par le VIH. La RIMH permet une diminution de la quantité de VIH. Au bout d un certain nombre d années, l activité virale, même réduite, contribue à appauvrir l organisme en LT4 qui sont une cible privilégiée (Document 2). La RIMH en devient de moins en moins efficace et ne se produit finalement plus du fait de la quasi disparition des LT4. L organisme, affaibli par cette profonde défaillance de la réponse immunitaire, est le siège de maladies opportunistes, ce qui entraînera sa mort à court terme. Exercice 6 : Les lymphocytes sont des cellules sanguines, issues d une cellule souche commune de la moelle épinière. Les lymphocytes «précurseurs» sont impossibles à distinguer. Certains quittent la moelle épinière et migrent vers d autres organes. Ils acquièrent alors le pouvoir de reconnaître un Ag spécifique par un processus de maturation. Cette maturation a lieu dans la moelle rouge des os pour les LB, et dans le thymus pour les LT. Les LB, après stimulation antigénique, se transforment en plasmocytes, cellules sécrétrices d Ac. Les LT stimulés acquièrent d autres spécialisations. Les LT4 sont indispensables aux placmocytes et aux LT cytotoxiques. Lymphocytes B Lymphocytes T Organe producteur original Moelle rouge des os longs Moelle rouge des os longs, puis thymus Organes lymphoïdes secondaires Ganglions lymphatiques, rate Ganglions lymphatiques, rate Récepteurs de surface Immunoglobulines IgS Récepteurs T Effets d une stimulation antigénique Mitoses, spécialisation cellulaire Mitoses, spécialisation cellulaire 2

3 Types cellulaires dérivés Capacité à produire des anticorps Plasmocytes Lymphocytes helper, lymphocytes cytotoxiques + - Exercice 7 : 1. Un Ac est une protéine complexe dont la structure moléculaire de base (Ig) est constituée de 4 chaînes polypeptidiques identiques 2 à 2 : - 2 chaînes lourdes (440 A.A.) - 2 chaînes légères (220 A.A.) Les 2 chaînes sont reliées par des ponts disulfures (S-S) il existe : - une zone variable par laquelle l Ig pourra fixer un fragment de la molécule d Ag ou épitope : c est la zone Fab (on parle aussi de paratope). Il existe 2 sites de fixation de l Ag par molécule d Ig ; - une zone constante identique pour toutes les molécules d Ig : c est le fragment Fc. 2. Il existe 2 catégories d Ac : les Ac fixés à la surface des lymphocytes B (ou des mastocytes) et les Ac libres (ou circulants). Bien que l énoncé ne le formule pas expressement, il semble que la question concerne plus particulièrement les Ac circulants. Les Ac circulants sont sécrétés par les plasmocytes. A l origine, on trouve des LB qui sont sélectionnées, activés et sièges d une expansion clonale. Ils se différencient ensuite en plasmocytes. C est alors au sein de ceux-ci que s effectue la synthèse d Ac circulants selon le processus général de synthèse des protéines : - transcription du gène dans le noyau sous forme d ARNm - transfert de l ARNm dans le cytoplasme - traduction de l ARNm en chaîne polypeptidique au niveau d un ribosome - passage de la chaîne polypeptidique dans les cavités du REG - formation de vésicules au niveau des dictyosomes de l appareil de Golgi - libération par exocytose 3

4 3. En présence d un Ag étranger, les LB compétents sont sélectionnés et stimulés à la suite d une reconnaissance directe de l Ag (par les IgM). La phase de multiplication clonale est suivie de la différenciation en plasmocytes qui sécrètent les Ac circulants en abondance. Les Ig libérés dans le milieu intérieur ont pour rôle de neutraliser les Ag en formant des complexes immuns. La formation de ces complexes immuns va avoir plusieurs conséquences : - la neutralisation des Ag solubles - une aide à la phagocytose : le complexe immun se fixe par l intermédiaire de la région de l Ig sur un macrophage. 4. Dans l expérience du Document 1, lorsque l on fait intervenir les cellules de la rate séparément ou ensemble, on obtient des résultats différents. Lorsque les lymphocytes seuls ou les macrophages seuls sont mis en présence des GRM, il n y a aucune cellule sécrétrice d Ac anti-grm. Lorsque les lymphocytes et les macrophages sont mis simultanément en présence des GRM, il y a de nombreuses cellules sécrétrices d Ac anti-grm. On en conclut que la coopération des lymphocytes et des macrophages est indispensable à la production d Ac donc indispensable à la réponse immunitaire contre les GRM. 5. Les résultats nous montrent que les LB seuls entraînent une réponse immunitaire faible (que 72 cellules) et qu une coopération cellulaire entre LB et LT est nécessaire pour une réponse efficace (960 cellules). De plus, cette coopération qui consiste en une stimulation des LB par les LT se fait par production de molécules sécrétées par les LT qui ont pu traverser la membrane. Ces molécules sont des interleukines qui correspondent à des protéines et qui agissent à distance (communication intercellulaire). Exercice 8 : 1. Tout composant étranger introduit dans un organisme déclenche en quelques jours l apparition d Ac dirigés contre lui. Les GRM et les GRP injectés aux souris normales sont donc des Ag libres. Certains LB vierges présents dans la souris au moment de l injection possédaient dans Ac membranaires dirigés contre des déterminants antigéniques de ces GR et ont subi une expansion clonale et une différenciation en plasmocytes sécréteurs d Ac anit-grm et anti-grp. 4

5 2. Les souris Si sont immunodéficients, le traitement qu elles ont subi inhibe leurs RI et malgré l introduction d un Ag étranger elles ne sécrètent pas d Ac. Les clones de LB spécifiques des GRM et les clones spécifiques des GRP n existe pas chez cette souris Si ou bien ils sont incapables de s activer. 3. Souris Si1 : Lorsqu on prélève les lymphocytes de la souris Sn qui n a jamais été mise en présence des GRP ou des GRM, on lui prélève indifféremment tous ses lymphocytes (LT4, LT8, LB). Certains de ces lymphocytes, introduits dans une souris Si1, qui normalement ne sécrète pas d Ac, vont sécréter des Ac anti-grm et des Ac anti-grp. Il existait donc parmi les lymphocytes prévelés à la souris Sn des LB reconnaissant spécifiquement les GRP et d autres reconnaissant spécifiquement les GRM. Lorsque la souris Si1 a été mise en présence de GRP et de GRM, ces clones de LB ont subi une expansion clonale et une différenciation en plasmocytes sécréteurs d Ac. Souris Si2 : Les lymphocytes prélevés à la souris Sn sont encore une fois de toutes les spécificités. Lorsqu on met en présence ces lymphocytes avec des GRM, certains de ces lymphocytes s y fixent. Les GRM étant des Ag libres, seuls des LB spécifiques des GRM peuvent les reconnaître. Lorsqu on introduit dans la souris Si2 des lymphocytes libres, on lui introduit donc tous les lymphocytes de la souris Sn, excepté les LB anti-grm. Losqu on inocule des GRM et des GRP à la souris Si2, celle-ci possède des clones de LB anti-grp et sécrète donc des anticorps anti-grp, mais ne possède aucun clone de LB anti-grm et ne sécrète pas d Ac anti-grm. Souris Si3 : Le raisonnement reste le même que sur la souris Si2. Exercice 9 : 1. Les acteurs intervenant ici sont ceux de l immunité acquise, ces acteurs ne sont pas immédiatement mobilisables lors d une première rencontre avec l Ag, c est pourquoi, on attend 15 jours entre le 1 ier contact avec l Ag et le 2 nd. 2. Les réactions mises en jeu permettent la lutte contre des Ag libres, les toxines, circulant dans le milieu intérieur. Les agents permettant le maintien de l intégrité du milieu extracellulaire sont les Ac. Les cellules mises en jeu sont donc les LB qui se différencient en plasmocytes sécréteurs d Ac, et en LB mémoire. 3. La vaccination est une technique de protection préventive contre les infections. Elle consiste à mimer une réponse immunitaire primaire, en utilisant, non pas un véritable agent pathogène, mais un leurre de cet agent qui peut être le pathogène tué, très affaiblit ou encore des fragments de ce pathogène. Dans l expérience présentée, ce leurre est l anatoxine tétanique. La réaction primaire provoque une expansion clonale des lymphocytes sélectionnés (ici des LB anti-toxine tétanique) et une différenciation de ces lymphocytes (ici en plasmocytes et en LB mémoires). Les agents de l immunité acquise ne sont pas immédiatement mobilisables lors d une première rencontre avec l Ag et mettront un peu de temps avant d être induits. Ainsi, si la 1 ière rencontre avec l Ag ne concerne par un leurre mais un véritable pathogène, l induction des réactions immunitaires acquises sera trop lente et la maladie peut l emporter. C est le cas des 2 souris du cas A qui meurent si on leur injecte directement la TT ou la TD. La 2 nde rencontre avec l Ag résulte cette fois-ci d un Ag réellement néfaste, la réponse secondaire s appuie sur les lymphocytes mémoire (ici les LB mémoire) induits lors de la réponse primaire. Cette réponse secondaire est plus rapidement mise en place et elle est quantitativement plus importante que la réponse 5

6 primaire. La souris B qui a effectué une réponse primaire grâce à l anatoxine résiste à l injection de toxine tétanique et survit. La vaccination ne protège l individu vacciné que d un seul pathogène, elle est spécifique. Ainsi, dans l expérience, l inoculation d anatoxine tétanique ne protège pas de la TD. Exercice 10 : 1. On appelle Ag une molécule susceptible d être reconnue comme étrangère par le système immunitaire et de déclencher une réaction spécifique contre elle. Les molécules antigéniques sont principalement des protéines et des glycoprotéines. On distingue : - les Ag particulaires constituant des cellules étrangères (bactéries, particules virales, champignons) et les allergènes (poussières, acariens, tous les facteurs d allergies) ; - les Ag solubles, molécules libres (toxines, protéines sériques) 2. Le sérum antitétanique renferme des Ac spécifiques capables de neutraliser la toxine tétanique 3. Le vaccin anti-tétanique renferme des anatoxines tétaniques, c est-à-dire des toxines tétaniques qui ont perdu leur pouvoir pathogène mais qui ont gardé leur pouvoir vaccinant ou pouvoir immunogène. 4. L enfant est protégé jusqu au troisième mois par les Ac antitétaniques qu il a reçu de sa mère immunisée. Ces Ac sont capables de traverser le placenta lors de la grossesse. 5. L analyse du graphique montre que l injection de sérum augmente le taux plasmatique d antitoxine tétanique très rapidement (taux maximal une semaine après l injection) mais de façon temporaire, 7 semaines après l injection, ce taux est quasi-nul. Le rôle du sérum est donc de conférer à l organisme une immunité passive, immédiate et temporaire. 6. L analyse du graphique montre que l injection de vaccin provoque une augmentation progressive et différée du taux d antitoxine tétanique (taux maximal après 3 à 4 semaines après l injection). Chaque nouvelle injection provoque une augmentation du taux d antitoxine tétanique. Chaque injection de vaccin stimule le système immunitaire qui se met alors à produire des taux croissants d antitoxine tétanique. Les rôles du vaccin est donc de conférer à l organisme une immunité active et permanente. 7. Le mécedin a pratiqué tout d abord une sérothérapie afin de détruire immédiatement une éventuelle contamination par la toxine tétanique puis une vaccination qui protégera durablement le patient contre d éventuelles contaminations ultérieures. 6

Corrigé exercices de Biologie

Corrigé exercices de Biologie Corrigé exercices de Biologie I. RESTITUTIONS DES CONNAISSANCES 1. Schémas à titrer et à légender. Schéma 1 : Surface d un lymphocyte T4 On observe des particules du virus VIH bourgeonnant à la surface

Plus en détail

CHAP 11 : L'IMUNITE ADAPTATIVE

CHAP 11 : L'IMUNITE ADAPTATIVE CHAP 11 : L'IMUNITE ADAPTATIVE I/ La réponse adaptative humorale La contamination de l organisme par un agent infectieux (ou une molécule étrangère) entraîne l apparition d anticorps dans le sérum : on

Plus en détail

Chapitre 14 : Les processus immunitaires mis en jeu

Chapitre 14 : Les processus immunitaires mis en jeu Chapitre 14 : Les processus immunitaires mis en jeu Introduction : Pendant la phase asymptomatique du SIDA des mécanismes de défense immunitaire se mettent en place pour lutter contre le virus : - synthèse

Plus en détail

CHAPITRE 2 : QUELQUES ASPECTS DES RÉPONSES IMMUNITAIRES ACQUISES

CHAPITRE 2 : QUELQUES ASPECTS DES RÉPONSES IMMUNITAIRES ACQUISES Comment agissent les anticorps et les LTC? Comment parviennent-ils à protéger l organisme lors de la phase asymptomatique? CHAPITRE 2 : QUELQUES ASPECTS DES RÉPONSES IMMUNITAIRES ACQUISES Tout élément

Plus en détail

Thème 3: Corps humain et santé. Thème 3A: Maintien de l intégrité de l organisme: quelques aspects de la réaction immunitaire.

Thème 3: Corps humain et santé. Thème 3A: Maintien de l intégrité de l organisme: quelques aspects de la réaction immunitaire. Thème 3: Corps humain et santé Thème 3A: Maintien de l intégrité de l organisme: quelques aspects de la réaction immunitaire. Chez les vertébrés, le système immunitaire comprend 2 grands ensembles de défense

Plus en détail

Immunologie. Les mécanismes de l immunité

Immunologie. Les mécanismes de l immunité Immunologie Les mécanismes de l immunité Immunité = capacité à résister, à limiter le développement, à se débarrasser d une maladie après avoir été infecté par un agent étranger (bactéries, champignons,

Plus en détail

Chapitre 2 : L immunité adaptative, prolongement de l immunité innée

Chapitre 2 : L immunité adaptative, prolongement de l immunité innée 1 Chapitre 2 : L immunité adaptative, prolongement de l immunité innée Introduction : L immunité innée ne permet pas toujours l élimination des éléments étrangers qui peuvent alors infecter l organisme.

Plus en détail

Chap 13 Ts spécifique thème 3 L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE

Chap 13 Ts spécifique thème 3 L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE Chap 13 Ts spécifique thème 3 L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE Restitution des acquis communiquer Les mécanismes de l immunité innée sont parfois insuffisants pour permettre l élimination

Plus en détail

Les Mécanismes de l Immunité

Les Mécanismes de l Immunité 1 CHAPITRE B Les Mécanismes de l Immunité 2 L infection de l organisme par un agent infectieux comme le VIH montre la mise en jeu du système immunitaire qui se manifeste d abord par une réaction immunitaire

Plus en détail

IMMUNITE Leçon 3 : Le rôle des lymphocytes T

IMMUNITE Leçon 3 : Le rôle des lymphocytes T IMMUNITE Leçon 3 : Le rôle des lymphocytes T 1- Les agents du maintien de l intégrité des populations cellulaires. 1.1.Reconnaissance des cellules infectées. 1.1.1.Particularité des cellules infectées.

Plus en détail

Chapitre 2 : L'immunité adaptative

Chapitre 2 : L'immunité adaptative Chapitre 2 : L'immunité adaptative Table des matières Introduction 3 I - I- Les anticorps 4 1. La production des anticorps... 4 2. La structure d'un anticorps.... 4 3. Le rôle des anticorps... 5 4. L'origine

Plus en détail

CHAPITRE 5.5 : LA RÉPONSE IMMUNITAIRE SPÉCIFIQUE. 1. Phase d induction ou de sélection

CHAPITRE 5.5 : LA RÉPONSE IMMUNITAIRE SPÉCIFIQUE. 1. Phase d induction ou de sélection CHAPITRE 5.5 : LA RÉPONSE IMMUNITAIRE SPÉCIFIQUE La réponse immunitaire est induite dans les organes lymphoïdes (ganglions lymphatiques, rate, ), riches en lymphocytes et favorisant la avec les antigènes

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L IMMUNITE ADAPTATIVE, PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE

CHAPITRE 2 : L IMMUNITE ADAPTATIVE, PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE Sciences de la Vie et de la Terre Classe de Terminale S Thème 3A : Le maintien de l intégrité de l organisme Quelques aspects de la réaction immunitaire CHAPITRE 2 : L IMMUNITE ADAPTATIVE, PROLONGEMENT

Plus en détail

Défense de l organisme

Défense de l organisme Module 1 Défense de l organisme Soit par Soit par Système de défense non spécifique Système de défense spécifique Première ligne -Barrières naturelles Deuxième ligne -Défenses cellulaires et chimiques

Plus en détail

Exercice 1 : En fonction du type d'agent pathogène choisi/type de cellule de l'immunité adaptative choisi Deux possibilités de réponse :

Exercice 1 : En fonction du type d'agent pathogène choisi/type de cellule de l'immunité adaptative choisi Deux possibilités de réponse : Terminales S2 Correction du Devoir Surveillé de SVT n 5 02/04/2013 Thème 3A : Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire (durée 2h) Exercice 1 : En fonction

Plus en détail

THEME 3 CORPS HUMAIN ET SANTE. Partie A : Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire

THEME 3 CORPS HUMAIN ET SANTE. Partie A : Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire THEME 3 CORPS HUMAIN ET SANTE Partie A : Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire Chap 2. L'immunité adaptative, prolongement de l'immunité innée Constat

Plus en détail

TP7- ROLE DES LYMPHOCYTES DANS LA REACTION IMMUNITAIRE ADAPTATIVE : Réponse humorale et réponse cellulaire

TP7- ROLE DES LYMPHOCYTES DANS LA REACTION IMMUNITAIRE ADAPTATIVE : Réponse humorale et réponse cellulaire TP7- ROLE DES LYMPHOCYTES DANS LA REACTION IMMUNITAIRE ADAPTATIVE : Réponse humorale et réponse cellulaire Constats : On sait que les effecteurs de la réaction immunitaire acquise sont : - les d'anticorps

Plus en détail

Chapitre 3: La réponse immunitaire adaptative ou acquise. Activité 1 : Les caractéristiques de l immunité adaptative (ou acquise)

Chapitre 3: La réponse immunitaire adaptative ou acquise. Activité 1 : Les caractéristiques de l immunité adaptative (ou acquise) Chapitre 3: La réponse immunitaire adaptative ou acquise Connaissances La réponse immunitaire peut se poursuivre par une réaction acquise ou adaptative, spécifique de l'antigène présenté par une cellule

Plus en détail

IMMUNITE ET SYSTEME IMMUNITAIRE :

IMMUNITE ET SYSTEME IMMUNITAIRE : IMMUNITE ET SYSTEME IMMUNITAIRE : INTRODUCTION : Quelles sont les différentes sortes de micro-organismes présents dans notre environnement? (Activité 1) Observation microscopique de différents microbes

Plus en détail

Les processus immunitaires mis en jeu. Comment la stabilité de l'organisme est-elle maintenue lors d'une infection virale?

Les processus immunitaires mis en jeu. Comment la stabilité de l'organisme est-elle maintenue lors d'une infection virale? Les processus immunitaires mis en jeu Comment la stabilité de l'organisme est-elle maintenue lors d'une infection virale? I/ Les anticorps: agents de maintien de l'intégrité du milieu extracellulaire?

Plus en détail

I. mécanisme de la production d'ac, réponse à médiation humorale

I. mécanisme de la production d'ac, réponse à médiation humorale 6 LA REPONSE SPECIFIQUE À MEDIATION HUMORALE Objectifs : présenter l'activation et la multiplication des lymphocytes B, leur différenciation en plasmocytes à partir de documents, comparer les caractéristiques

Plus en détail

Chapitre 2 : L'IMMUNITÉ ADAPTATIVE

Chapitre 2 : L'IMMUNITÉ ADAPTATIVE Thème 3A : Corps humain et santé Chapitre 2 : L'IMMUNITÉ ADAPTATIVE Rappel mise en situation : Le système immunitaire = ensemble de cellules spécialisées dans la détection et l élimination de tout élément

Plus en détail

Chapitre 11 : l immunité adaptative.

Chapitre 11 : l immunité adaptative. Chapitre 11 : l immunité adaptative. L immunité innée, même si elle représente un système de défense efficace, parfois ne suffit pas à enrayer l infection. Dans ce cas, l organisme va initier une autre

Plus en détail

TH3A_ch2. prolongement de l immunité innée. Cellule cancéreuse attaquée par des lymphocytes

TH3A_ch2. prolongement de l immunité innée. Cellule cancéreuse attaquée par des lymphocytes TH3A_ch2 L immunité adaptative, un prolongement de l immunité innée Cellule cancéreuse attaquée par des lymphocytes intro L'immunité innée permet une réponse rapide et non différenciée contre les microbes

Plus en détail

Chapitre II : Mécanismes de l'immunité

Chapitre II : Mécanismes de l'immunité Chapitre II : Mécanismes de l'immunité Introduction Lors d une infection, l organisme réagit de différentes manières pour éliminer l agent pathogène : Une réaction immunitaire innée non spécifique qui

Plus en détail

CORRECTIONS EXERCICES IMMUNITE

CORRECTIONS EXERCICES IMMUNITE CORRECTIONS EXERCICES IMMUNITE I. RESTITUTIONS DES CONNAISSANCES 1. Schémas à titrer et à légender Schéma 1 : Surface d un lymphocyte T4 On observe des particules du virus VIH bourgeonnant à la surface

Plus en détail

CH4 : SIDA ET DEFENSES IMMUNITAIRES

CH4 : SIDA ET DEFENSES IMMUNITAIRES CH4 : SIDA ET DEFENSES IMMUNITAIRES INTRODUCTION L organisme lutte contre des microbes grâce à son système immunitaire, qui met en jeu des mécanismes généraux comme la phagocytose et des mécanismes spécifiques,

Plus en détail

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise)

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise) Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l immunité. Immunité = capacité à résister, à limiter le développement, à se débarrasser d une maladie après avoir été infecté par un agent

Plus en détail

Les étapes de la réaction inflammatoire

Les étapes de la réaction inflammatoire Réaction inflammatoire 2. Détection par les cellules sentinelles PRR Motif moléculaire Agent (bactérie) Phagocytose des agents Macrophage Leucocyte (cellule dendritique) 3. Libération de messages chimiques

Plus en détail

Doc 1 P248 : Nous avons vu que les deux chaînes des anticorps étaient constituées d une région constante et d une

Doc 1 P248 : Nous avons vu que les deux chaînes des anticorps étaient constituées d une région constante et d une Thème 3B-Immunologie Chapitre 3 LE PHENOTYPE MOLECULAIRE AU COURS DE LA VIE A la naissance, un individu possède des lymphocytes B et des lymphocytes T qui lui sont propres. C est son phénotype immunitaire.

Plus en détail

Stage de révision 2014

Stage de révision 2014 Lycée E. Delacroix Tale S Stage de révision 2014 Séance 4: Thème 3 - Corps humain et santé Thème 3-A Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire Thème 3-A-1

Plus en détail

Thème 3 Risque infectieux et protection de l organisme. Chapitre 2 La réponse immunitaire. I) Quelles sont les premières réactions de l organisme

Thème 3 Risque infectieux et protection de l organisme. Chapitre 2 La réponse immunitaire. I) Quelles sont les premières réactions de l organisme Thème 3 Risque infectieux et protection de l organisme Chapitre 2 La réponse immunitaire Bactéries, virus et autres microorganismes de l environnement pénètrent à tout moment dans notre corps, le plus

Plus en détail

Chapitre 3A3. Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre 3A3. Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre 3A3 Le phénotype immunitaire au cours de la vie Quelques données sur la rougeole La rougeole est une maladie très contagieuse causée par un virus. Au cours des 150 dernières années, elle a touché

Plus en détail

Les principes du fonctionnement du système immunitaire

Les principes du fonctionnement du système immunitaire Les principes du fonctionnement du système immunitaire Pierre Aucouturier pierre.aucouturier@inserm.fr S102CYCLEVIE.16PA Vendredi 22 mars 2013, 15h-17h Les fonctions du système immunitaire Protéger des

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Comment notre corps peut-il lutter contre l infection? I/ Les micro-organismes sont généralement rapidement digérés par des phagocytes. Voir activités du livre p.

Plus en détail

BTS Blanc n 3-Juin 2017 TSOD1/2 BIOLOGIE-PHYSIOLOGIE CORRIGÉ

BTS Blanc n 3-Juin 2017 TSOD1/2 BIOLOGIE-PHYSIOLOGIE CORRIGÉ BTS Blanc n 3-Juin 2017 TSOD1/2 BIOLOGIE-PHYSIOLOGIE CORRIGÉ Partie 1 : immunologie Exercice 1 : schéma de la phagocytose (3 points) Etapes : Mots-clés : 1) Adhésion (ou reconnaissance) cellule phagocytaire,

Plus en détail

I.7 Immunologie. 1. Comment se manifeste le SIDA? 1.1 Le virus VIH. Introduction.

I.7 Immunologie. 1. Comment se manifeste le SIDA? 1.1 Le virus VIH. Introduction. I.7 Immunologie. Introduction. Le système immunitaire regroupe l ensemble des cellules d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des agents pathogènes. Les cellules du système

Plus en détail

Rappel immunologie Immunité anti-infectieuse. D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon

Rappel immunologie Immunité anti-infectieuse. D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon Rappel immunologie Immunité anti-infectieuse D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon 09.10.2015 Le Le système immunitaire est est composé de de plusieurs éléments Cellules immunitaires -cell.phagocytaires

Plus en détail

Immunité et SIDA. 1.3 A. Anticorps B. Plasmocytes. auxiliaires D. Lymphocytes T cytotoxiques

Immunité et SIDA. 1.3 A. Anticorps B. Plasmocytes. auxiliaires D. Lymphocytes T cytotoxiques Immunité et SIDA 1. Éliminer l'intrus 1.1 A. Plasmocyte. B. Macrophage. C. Granulocyte neutrophile. D. Erythrocyte. E. Lymphocyte. 1.2 A. Lymphocyte T auxiliaire B. Lymphocyte B C. Lymphocyte T cytotoxique

Plus en détail

QCM. Niveau : Troisième. Thème : Risque infectieux et protection de l'organisme

QCM. Niveau : Troisième. Thème : Risque infectieux et protection de l'organisme QCM Niveau : Troisième Thème : Risque infectieux et protection de l'organisme Pour chaque question, il vous est donné quatre propositions A, B, C et D. Une, deux ou trois propositions peuvent être exactes.

Plus en détail

H3. Immunité adaptative

H3. Immunité adaptative H3. Immunité adaptative La troisième ligne de défense est formée de molécules et de cellules assurant des défenses spécifiques. Elles reconnaissent des molécules étrangères spécifiques (antigène) et se

Plus en détail

Corrigé du bac 2015 : SVT spécialité Série S Polynésie

Corrigé du bac 2015 : SVT spécialité Série S Polynésie Corrigé du bac 2015 : SVT spécialité Série S Polynésie BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE SÉRIE S Durée de l épreuve : 3h30 Coefficient : 8 ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ L

Plus en détail

Évaluations formatives. Module 1 Défense spécifique 1 Comparer le système de défense spécifique et le non spécifique?

Évaluations formatives. Module 1 Défense spécifique 1 Comparer le système de défense spécifique et le non spécifique? Évaluations formatives Module 1 Défense spécifique 1 Comparer le système de défense spécifique et le non spécifique? Le système de défense non spécifique est constitué d un ensemble d éléments qui protègent

Plus en détail

Chapitre 2 : Les réactions immunitaires du corps

Chapitre 2 : Les réactions immunitaires du corps Chapitre 2 : Les réactions immunitaires du corps I Les différentes défenses du corps humain : III2 Activité 1 Les réactions rapides et lentes du système immunitaire Comment notre corps réagit au contact

Plus en détail

PROGRAMME DE REVISIONS - TERM S /2016

PROGRAMME DE REVISIONS - TERM S /2016 PROGRAMME DE REVISIONS - TERM S /2016 PARTIES DU PROGRAMME - ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE ENTRAINEMENT THEME 3 CORPS HUMAIN ET SANTE THEME 3A MAINTIEN DE L INTEGRITE DE L ORGANISME : QUELQUES ASPECTS DE LA

Plus en détail

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Immunité Vaccinale Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Bases empiriques de la vaccination Observation empirique Une infection guérie protège de la maladie Vacciner

Plus en détail

Partie C: protection de l organisme. Cours téléchargeable en ligne à l adresse:

Partie C: protection de l organisme. Cours téléchargeable en ligne à l adresse: Partie C: protection de l organisme Cours téléchargeable en ligne à l adresse: http://marina.miori.free.fr Introduction Dans notre environnement, vit une multitude de microbes (ou microorganismes) invisibles

Plus en détail

Chap. II Les processus immunitaires mis en jeu lors de l infection 2012

Chap. II Les processus immunitaires mis en jeu lors de l infection 2012 Introduction : à la suite de la contamination, l individu fabrique des anticorps anti-vih capables de se fixer sur des antigènes issus du VIH (gp120 par exemple). Cette synthèse d anticorps est la signature

Plus en détail

Document 3 : La protéine gp120 une molécule clé pour la pénétration du virus dans la cellule hôte

Document 3 : La protéine gp120 une molécule clé pour la pénétration du virus dans la cellule hôte 2. Les espoirs pour un vaccin anti-vih. Pages 416/417. Dans le cas du virus du SIDA, il s'agit de trouver un vaccin contre un virus alors que naturellement ce virus n'est pas vaincu par les défenses immunitaires

Plus en détail

III) Les défenses adaptatives

III) Les défenses adaptatives III) Les défenses adaptatives A) Intruduction Les mécanismes de l immunité innée sont parfois insuffisants pour permettre l élimination d un agent infectieux. Dans ce cas, une nouvelle phase de la réponse

Plus en détail

PROTECTION DE L'ORGANISME. Notre organisme détecte et essaye de détruire les micro-organismes qui tentent de l'envahir

PROTECTION DE L'ORGANISME. Notre organisme détecte et essaye de détruire les micro-organismes qui tentent de l'envahir Video : infection Quel micro-organisme attaque Holly? Quelles sont les premières défenses du corps qu il affronte? Classer par ordre chronologique les différentes cellules qui agissent contre l invasion

Plus en détail

Programme Séance Notion construite

Programme Séance Notion construite 1 2 Programme Séance Notion construite L organisme est constamment confronté à la possibilité de pénétration de microorganismes (bactéries et virus) issus de son environnement. Comment les microorganismes

Plus en détail

CORRIGÉ DU CONCOURS CNAM 2009 (école d Audioprothésiste)

CORRIGÉ DU CONCOURS CNAM 2009 (école d Audioprothésiste) CORRIGÉ DU CONCOURS CNAM 2009 (école d Audioprothésiste) Biologie : correction réalisée par Mr LAIGNIER Laurent (corrigé des questions 2 et 3) Correction proposée et non officielle Question n 2 L intérêt

Plus en détail

Chapitre V. Les réponses immunitaires

Chapitre V. Les réponses immunitaires 30 Chapitre V Les réponses immunitaires I. Introduction : Le système immunitaire assure la défense de l organisme contre tout ce qui est étranger et contre le soi modifié. Il met en jeu des mécanismes

Plus en détail

LES IMMUNOGLOBULINES

LES IMMUNOGLOBULINES LES IMMUNOGLOBULINES Défenses spécifiques Reconnaissance de l Ag Forme native Dégradé en peptides TCR (lymphocyte T) Immunité IMMUNOGLOBULINES (Ig) Lymph. B Plasmocytes Ig membranaires Défenses non spécifiques

Plus en détail

Déterminants antigéniques sur les immunoglobulines.

Déterminants antigéniques sur les immunoglobulines. Déterminants antigéniques sur les immunoglobulines. Une immunoglobuline est une protéine, elle peut donc être elle-même reconnue comme un antigène par des anticorps. Quand on utilise en immunothérapie,

Plus en détail

Epreuve : SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Section : 4 ème Sciences expérimentales Date : le 07 / 05 / 2015 Durée : 3 H

Epreuve : SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Section : 4 ème Sciences expérimentales Date : le 07 / 05 / 2015 Durée : 3 H Commissariat régionale de L éducation de Ben Arous CORRECTION DE DEVOIR DE SYNTHESE Epreuve : SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Section : 4 ème Sciences expérimentales Date : le 07 / 05 / 2015 Durée :

Plus en détail

Partie 3A : IMMUNOLOGIE LA REACTION INFLAMMATOIRE

Partie 3A : IMMUNOLOGIE LA REACTION INFLAMMATOIRE Partie 3A : IMMUNOLOGIE LA REACTION INFLAMMATOIRE Rappels du collège Dans notre environnement, de nombreux microorganismes sont en permanence au contact de l organisme. L entrée dans l organisme Certains

Plus en détail

CHAPITRE 11 : L'IMMUNITÉ ADAPTATIVE

CHAPITRE 11 : L'IMMUNITÉ ADAPTATIVE CHAPITRE 11 : L'IMMUNITÉ ADAPTATIVE Introduction L immunité innée, même si elle représente un système de défense efficace, parfois ne suffit pas à enrayer l infection. Dans ce cas, l organisme va initier

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Thème 3 : Corps humain et santé. Partie A - Le maintien de l'intégrité de l'organisme: quelques aspects de la réaction immunitaire

Thème 3 : Corps humain et santé. Partie A - Le maintien de l'intégrité de l'organisme: quelques aspects de la réaction immunitaire Thème 3 : Corps humain et santé Partie A - Le maintien de l'intégrité de l'organisme: quelques aspects de la réaction immunitaire Chapitre 13 - L'immunité adaptative, prolongement de l'immunité innée Les

Plus en détail

Le SIDA : une affection. du système immunitaire

Le SIDA : une affection. du système immunitaire Le SIDA : une affection du système immunitaire Particularités structurales du VIH Le VIH a une enveloppe virale formée de protéines gp 120 et gp 41. D autres protéines forment les capsides : p17 et p24.

Plus en détail

The me 3-A - Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire

The me 3-A - Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire The me 3-A - Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire Le système immunitaire est constitué d'organes, de cellules et de molécules qui contribuent au maintien

Plus en détail

Chapitre V : La défense de l organisme face aux microbes. I Comment l organisme se défend-il face aux microbes?

Chapitre V : La défense de l organisme face aux microbes. I Comment l organisme se défend-il face aux microbes? Chapitre V : La défense de l organisme face aux microbes I Comment l organisme se défend-il face aux microbes? A Quelles cellules interviennent dans la défense de l organisme? Activité 1 : notre démarche,

Plus en détail

Immunoglobulines: Structure et fonction

Immunoglobulines: Structure et fonction Immunoglobulines: Structure et fonction Les immunoglobulines appartiennent à la fraction γ des protéines sériques Une immunoglobulines est formée de deux chaînes lourdes (µ, γ, α, δ ou ε) et de deux chaînes

Plus en détail

Contrôle n 2 novembre 2012 Terminale S 10

Contrôle n 2 novembre 2012 Terminale S 10 Cochez la ou les proposition(s) exacte(s) pour chaque question 1 à 28. Réponse bonne cochée = 1 point Réponse fausse cochée = 0,5point Pas de réponse = 0 point Seule la dernière page sera rendue. Conseil:

Plus en détail

Le lymphocyte B et BCR. Pr N.KECHOUT 3 ème année de Médecine Année universitaire 2016/2017

Le lymphocyte B et BCR. Pr N.KECHOUT 3 ème année de Médecine Année universitaire 2016/2017 Le lymphocyte B et BCR Pr N.KECHOUT 3 ème année de Médecine Année universitaire 2016/2017 I-Introduction Les lymphocytes B (LB) représentent 10 à 15 % des lymphocytes circulants. -Ils sont le support de

Plus en détail

STRUCTURE ET RÔLES DES ANTICORPS

STRUCTURE ET RÔLES DES ANTICORPS STRUCTURE ET RÔLES DES ANTICORPS 1. Définition d'un anticorps / immunoglobuline. Anticorps (Ac): protéine synthétisée par les lymphocytes B (LB) et les plasmocytes, capable de reconnaître et de se lier

Plus en détail

LE SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SYSTEME IMMUNITAIRE LE SYSTEME IMMUNITAIRE I/ Définition Mécanismes physiologique ; défendre l'organisme contre : certains agents pathogènes les substances étrangères ou anormales (micro organismes = bactérie, parasite, virus,...)

Plus en détail

La réponse Immunitaire et sa régulation

La réponse Immunitaire et sa régulation La réponse Immunitaire et sa régulation DFGSM2 Rangueil 2012-13 Michel Abbal 1 Schématisation simplifiée de l activation de la réponse humorale et cellulaire Phagocytose - Présentation CPA Ag Sélection

Plus en détail

Exercice 1 : IMMUNITE Leçon 3 : Le rôle des lymphocytes T

Exercice 1 : IMMUNITE Leçon 3 : Le rôle des lymphocytes T Exercice 1 : IMMUNITE Leçon 3 : Le rôle des lymphocytes T 1 Exercice 2 : Parmi les cellules immunitaires, les lymphocytes T4 ont un rôle essentiel dans le déroulement des réactions immunitaires. À partir

Plus en détail

BIOLOGIE Sujet d examen - SE5 Durée : 2 heures

BIOLOGIE Sujet d examen - SE5 Durée : 2 heures Date : 18 Novembre 2015 Prépa Scientifique, paramédical -MAESTRIS BIOLOGIE Sujet d examen - SE5 Durée : 2 heures Partie 1 : Définitions - 4 points Donner la définition des termes suivants. Incidence, prévalence,

Plus en détail

CHAPITRE 4 LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME : LA RÉACTION IMMUNITAIRE. Les PAMP signaux de danger. Les PRR capteurs de signaux de danger

CHAPITRE 4 LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME : LA RÉACTION IMMUNITAIRE. Les PAMP signaux de danger. Les PRR capteurs de signaux de danger CHAPITRE 4 LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME : LA RÉACTION IMMUNITAIRE L'organisme est protégé par un certain nombre de «barrières» (mécaniques, physico-chimiques, écologiques) intervenant avant

Plus en détail

Chapitre 8 : la gestion du risque infectieux par l organisme

Chapitre 8 : la gestion du risque infectieux par l organisme Chapitre 8 : la gestion du risque infectieux par l organisme Thème corps et santé J MASSON Collège Henry Berger Il y a risque infectieux ou risque d infection dès lors qu un micro-organisme pathogène ou

Plus en détail

ANTIGENES. I-Définitions. Haptène. Porteur. Pas d Ac anti haptène. Ac anti haptène et Acs anti porteur

ANTIGENES. I-Définitions. Haptène. Porteur. Pas d Ac anti haptène. Ac anti haptène et Acs anti porteur I-Définitions ANTIGENES -Antigène (Ag) : toute substance naturelle ou synthétique reconnue de manière spécifique par une molécule de reconnaissance du système immunitaire (anticorps ou récepteur cellulaire).

Plus en détail

Introduction à l immunologie

Introduction à l immunologie Université Abderrahmane Mira Bejaïa Faculté de médecine Introduction à l immunologie Dr Chouikh Année universitaire 2015/2016 Plan du cours : I. Définition de l immunologie. II. Le système immunitaire.

Plus en détail

Mise en jeu du système immunitaire au cours des infections. Mise en jeu du système immunitaire au cours des infections

Mise en jeu du système immunitaire au cours des infections. Mise en jeu du système immunitaire au cours des infections DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie CM6.1 Adrien Six (adrien.six@upmc.fr) Phnom Penh Université Pierre et Marie Curie septembre 2009 1 2 Agents infectieux vs. Acteurs immunitaires 3 4 Adrien

Plus en détail

Exemple des 4 groupes de microbes

Exemple des 4 groupes de microbes Chapitre 2 Risque infectieux et protection de l organisme : l immunité humaine Système immunitaire = ensemble des cellules et des organes qui assurent la protection de l organisme contre les microbes.

Plus en détail

Le système immunitaire. Pr M.S.DOUTRE Octobre 2009

Le système immunitaire. Pr M.S.DOUTRE Octobre 2009 Le système immunitaire cutané Pr M.S.DOUTRE Octobre 2009 La peau, c est une grande surface(1,5 (15à2 2m2) 2) d échanges et de confrontation avec de nombreux facteurs d environnement organe initiateur des

Plus en détail

Réponse humorale: production d anticorps. 3semaines

Réponse humorale: production d anticorps. 3semaines Réponse humorale: production d anticorps Spécificité: GRM 3semaines Serum+GRM: Agglutination Mémoire: Serum+GRB: 0 GRH: 0 GR : 0 Rappel: réponse plus rapide et plus intense LES IMMUNOGLOBULINES - Par électrophorèse:

Plus en détail

SIDA et défenses immunitaires

SIDA et défenses immunitaires SIDA et défenses immunitaires Chapitre 1 : le SIDA I- Une enquête médicale de plusieurs années a) Les débuts de l épidémie L épidémie de SIDA débute en 1981 : aux Etats Unis des hommes jeunes, toxicomanes

Plus en détail

[CAHIER MODULE IMMUNOLOGIE] FACULTE DE MEDECINE D ALGER.DEPARTEMENT DE MEDECINE.CYCLE GRADUE. COMITE PEDAGOGIQUE IMMUNOLOGIE

[CAHIER MODULE IMMUNOLOGIE] FACULTE DE MEDECINE D ALGER.DEPARTEMENT DE MEDECINE.CYCLE GRADUE. COMITE PEDAGOGIQUE IMMUNOLOGIE 3éme ANNEE FACULTE DE MEDECINE D ALGER.DEPARTEMENT DE MEDECINE.CYCLE GRADUE. COMITE PEDAGOGIQUE IMMUNOLOGIE [CAHIER MODULE IMMUNOLOGIE] Dans ce cahier vous trouverez les informations relatives au module

Plus en détail

4. Les réactions immunitaires

4. Les réactions immunitaires 4. Les réactions immunitaires L environnement de l Homme est peuplé de microbes (virus, bactéries, ). Des modes de transmission de ces microbes ont été étudiés et des méthodes (asepsie, antisepsie, utilisation

Plus en détail

Le système de défense de l organisme

Le système de défense de l organisme Le système de défense de l organisme Chapitre 12 Marieb (2008) Le corps humain et les risques du travail. 101-ZFA-JQ Esteban Gonzalez Le système excréteur comprend de glandes Quelle est l unité de fonctionnement

Plus en détail

IMMUNITE. Leçon 1 : le SIDA

IMMUNITE. Leçon 1 : le SIDA IMMUNITE Leçon 1 : le SIDA Le système immunitaire est capable de distinguer les molécules et les cellules étrangères d'un organisme, ou qui le sont devenues, et de les éliminer. Comment peut-on expliquer

Plus en détail

LE SIDA, une maladie causée par un rétrovirus : le VIH

LE SIDA, une maladie causée par un rétrovirus : le VIH LE SIDA, une maladie causée par un rétrovirus : le VIH On sait aujourd hui que le VIH est transmis par voie sexuelle, sanguine et de la mère à l enfant au cours de la grossesse : il se propage donc par

Plus en détail

RÉPONSE IMMUNITAIRE SPÉCIFIQUE HUMORALE

RÉPONSE IMMUNITAIRE SPÉCIFIQUE HUMORALE FACULTE DE MEDECINE DE BLIDA RÉPONSE IMMUNITAIRE SPÉCIFIQUE HUMORALE Dr BOUDJELLA M.L Cours d immunologie ANNEE 2011-2012 I- INTRODUCTION : II- CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES DE L IMMUNITÉ SPÉCIFIQUE 1.

Plus en détail

Partie 3 : Risque Infectieux et protection de l'organisme

Partie 3 : Risque Infectieux et protection de l'organisme Partie 3 : Risque Infectieux et protection de l'organisme Chapitre 1 : Se protéger des microbes I Des microbes dans notre environnement L'organisme est constamment confronté à des micro-organismes variés

Plus en détail

THEME 3 CORPS HUMAIN ET SANTE. Partie A : Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire

THEME 3 CORPS HUMAIN ET SANTE. Partie A : Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire THEME 3 CORPS HUMAIN ET SANTE Partie A : Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire Chap 3. Le phénotype immunitaire au cours de la vie Certaines maladies infectieuses

Plus en détail

DEVOIR COMMUN Classes de 3 ème SCIENCES de la VIE et de la TERRE

DEVOIR COMMUN Classes de 3 ème SCIENCES de la VIE et de la TERRE Vendredi 10 avril 2009, De 13h55 à 14h55. Dans ce devoir, la qualité de l expression écrite et l orthographe compteront pour 2 points 1 er sujet : GÉNÉTIQUE : (8 points) L HÉMOPHILIE. L hémophilie est

Plus en détail

Les réactions immunitaires

Les réactions immunitaires Les réactions immunitaires 1. Réaction à l élément étranger Voici deux analyses sanguines réalisées chez la même personne ayant eu une infection, la première avant l infection, la seconde pendant. Type

Plus en détail

DS Immunologie. CORRECTION

DS Immunologie. CORRECTION DS Immunologie. CORRECTION PARTIE 1 : Exercices 2.1 Exercice 1 : Lors d'une vaccination contre la diphtérie, le sujet reçoit de l'anatoxine diphtérique, toxine diphtérique ayant perdu son pouvoir pathogène

Plus en détail

Filière SVI Semestre 4 (S4) Module de Biologie Humaine - M 16 - Élément d Immunologie-Hématologie. Cours d Immunologie

Filière SVI Semestre 4 (S4) Module de Biologie Humaine - M 16 - Élément d Immunologie-Hématologie. Cours d Immunologie Filière SVI Semestre 4 (S4) Module de Biologie Humaine - M 16 - Élément d Immunologie-Hématologie Cours d Immunologie Introduction à l immunité spécifique Pr. Saaïd AMZAZI 2006-2007 Laboratoire de Biochimie

Plus en détail

LES TISSUS ET ORGANES LYMPHOÏDES

LES TISSUS ET ORGANES LYMPHOÏDES UNIVERSITÉ ABOU BEKR BELKAID FACULTÉ DE MÉDECINE 2 ÈME ANNÉE MÉDECINE MODULE : HISTOLOGIE 1. INTRODUCTION : LES TISSUS ET ORGANES LYMPHOÏDES Les tissus et organes lymphoïdes se caractérisent par leur richesse

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

Sérum d un individu 1 mis en contact avec des microbilles de latex portant des antigènes de tréponème. Sérum d un individu 2 mis en contact

Sérum d un individu 1 mis en contact avec des microbilles de latex portant des antigènes de tréponème. Sérum d un individu 2 mis en contact Exercice 1. La syphilis est une maladie sexuellement transmissible due à une bactérie pathogène, le Tréponème pâle. Un test immunologique fondé sur la recherche d'anticorps permet de détecter si un individu

Plus en détail

Le virus. Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en Il appartient à la famille des rétrovirus.

Le virus. Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en Il appartient à la famille des rétrovirus. Le virus Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en 1983. Il appartient à la famille des rétrovirus. On distingue le VIH de type 1 dont la répartition est mondiale et le VIH2 plus

Plus en détail