Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le processus de déménagement et relocalisation des ménages"

Transcription

1 Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive 1] renvoie en partie à ce qui a déjà été présenté ce matin. En effet, le modèle SIMBAD utilise, pour ce qui concerne les logiques de localisation, le modèle URBANSIM. Du coup ma présentation fera le pendant de celle de Nicolas Coulombel, qui a réalisé avec son équipe le même type de travail pour la localisation des emplois. Concernant ma présentation, je vais d abord vous faire un petit rappel sur le projet SIMBAD et ses objectifs. Ensuite, j entrerai davantage dans ces logiques de localisation. Les objectifs de l exercice sur lequel nous nous sommes lancés. SIMBAD est l acronyme de «Simuler des mobilités pour une agglomération durable». L idée est donc de bien d évaluer les politiques de transport et d urbanisme [diapositive 2] d une agglomération à l aune du développement durable ou, autrement dit, d obtenir des «sorties» qui présentent les impacts économiques, environnementaux et sociaux des différents scénarios que l on avait envisagés. Pour ce faire, il est nécessaire de construire un outil qui permette de prendre en compte des scénarios croisant une évolution générale du contexte - l évolution de l économie en général, les évolutions démographiques, etc - avec différentes politiques de transport ou d urbanisme pour voir ensuite leurs effets sur les trois dimensions évoquées. Le champ d étude est l aire urbaine de Lyon avec un horizon de 25 ans - entre 1999 et et avec pour objectif d essayer progressivement de prendre en compte tous les types de trafic. Pour ce faire, nous avons déterminé une architecture de modélisation plutôt classique [diapositive 3], en planification des transports. Si je reprends la boucle [qui figure sur le slide], il s agit de partir d une localisation donnée des ménages et des activités, ensuite de générer les flux de transport, de les distribuer au sein de l aire urbaine de Lyon (entre les 777 IRIS qui la constituent) et de les affecter sur les réseaux correspondant. Pour l instant, on prend en compte le réseau routier et le réseau de transports collectifs. A partir de cette affectation, il faut recalculer les accessibilités entre les différentes zones -des accessibilités gravitaires au sens d'hansen- qui nous permettent ensuite de reboucler un nouvel exercice de modélisation sur ces localisations, (activités et résidences) à l année suivante. C'est donc ce cadre général que je vais vous présenter les questions que nous nous sommes posées sur la localisation résidentielle des ménages, réalisée à partir des modules proposés par URBANSIM. 1

2 Dans ce cadre-là, trois grandes étapes sont fixées pour la modélisation : tout d abord, l évolution de l'usage des sols ; parallèlement, il faut prendre en compte les logiques de déménagement des ménages et enfin, à usage de sol donné, la localisation des ménages est estimée. Pour commencer, l évolution de l usage des sols : [diapositive 4 / pdf page 4] c est la dynamique urbaine elle-même - la prise en compte de l étalement urbain puisque c est la dynamique actuelle ; étape qui pour l instant n est pas modélisée dans SIMBAD. Elle est représentée à partir d hypothèses externes. Par conséquent, par exemple, ce que je vous ai présenté ici [sur le slide], correspond à un des scénarios d évolution de la population et de sa distribution dans l aire urbaine envisagé avec l agence d urbanisme de Lyon : une évolution hiérarchisée avec une croissance qui se concentrerait notamment sur la première couronne de Lyon et quelques pôles secondaires. A partir de là, on peut recalculer, par exemple, les évolutions des émissions de CO2 du trafic routier à l horizon On retrouve bien sûr l aspect structurant des grands axes routiers - c est là que se font les émissions. On peut également retrouver, lorsqu on détaille un peu, les différents pôles secondaires qui ont été évoqués. Ceci correspond donc au premier module que l on peut construire - qui pour l instant est fait de façon extérieure et sur lequel je ne vais pas faire de présentation particulière. [diapositive 4 / pdf page 5] Ensuite les deux autres : d abord «la localisation des différents ménages dans l espace urbain» : ici il s agit davantage de distinguer les ménages pour représenter leur localisation. Il s agit de mettre plus en évidence les phénomènes de ségrégation ou repérer la localisation des ménages les plus vulnérables - vulnérables par rapport à leur mobilité quotidienne, avec l évolution éventuelle des prix des carburants ou des coûts de la mobilité en général. Une carte [diapositive 4 / pdf page 6] permet de montrer cette différenciation de l espace urbain sur l aire urbaine de Lyon. Nous avons représenté les différentes zones, les 777 iris sur lesquels nous travaillons. Une typologie des zones a été établie, partant des zones rouges qui sont les plus pauvres jusqu aux zones vertes foncées les plus riches. Lorsqu on regarde de plus près, on se rend vite compte que l on a une première couronne Est de Lyon qui compte plutôt les zones les plus rouges - ou alors jaunes orangées- qui s oppose à la première couronne Ouest, être beaucoup plus verte. Ensuite, dans la périphérie plus lointaine, on trouve des types de population qui, d une façon générale, sont plus homogènes. Il s agit donc d essayer de représenter ces différences dans la modélisation. Enfin, dernier point [diapositive 4 / pdf page 7], «la prise en compte des déménagements». Juste pour montrer l enjeu que cela représente : en 1999 on compte ménages - ce qui représente, avec un taux moyen de déménagement de 11,4% par an, 1,8 à 2 millions de déménagements sur 25 ans. Evidemment tous les ménages n ont pas la même probabilité de bouger d une année sur l autre, mais on voit que cela représente un mouvement de 2 à 3 fois la population au cours d une simulation totale. Cela pourrait laisser apparaître beaucoup d opportunités pour faire évoluer la ville, si l on oubliait les inerties qui font que la population se relocalise à des endroits qui lui correspondent. 2

3 A partir de là, voyons l outil que l on a utilisé et les données que l on a utilisées. L outil, c est URBANSIM [diapositive 5 / pdf page 8], qui travaille avec des modèles de choix discret. Il va travailler avec des probabilités de déménager, des probabilités de se localiser dans une zone et enfin des probabilités de changement de l usage des sols d une zone. Les données que l on a pu utiliser : ce sont les «enquêtes logement» et notamment «l enquête logement 2002» qui a permis d estimer des probabilités de déménagement. Le recensement général de la population de l INSEE permet par ailleurs d avoir une description relativement fine des ménages de l aire urbaine - leurs localisations précises, la taille du ménage, l âge du chef du ménage, un revenu qui a été recalculé Une base exhaustive des ménages de l aire urbaine a donc été constituée,, chacun avec ses caractéristiques propres, permettant de lui attribuer une probabilité de déménager et de se localiser ou relocaliser selon différents scénarios. Nous avions aussi des bases sur le marché immobilier (fichiers OTIF pour le Grand Lyon et Perval sur le reste de l aire urbaine), qui ont permis de caractériser l espace sur cette dimension immobilière. Enfin les données d accessibilités sont recalculées par SIMBAD à chaque itération. Comme principaux résultats que l on a pu établir : [diapositive 6 / pdf page 9] concernant la probabilité de déménagement - qui est un enjeu fort puisque nous avons un nombre important de déménagements une fois qu on les cumule sur 25 ans nous avons trois variables explicatives qui ressortent de façon très classique, et dont on peut quantifier les effets : Tout d abord «l âge de la personne de référence du ménage» - sachant que plus le ménage vieillit, plus il a tendance à rester stable, à moins déménager ; «le statut d occupation du logement» - les locataires étant plus mobiles que les propriétaires ; «le nombre d enfants du ménage» - sans parler des auto-corrélations qui existent entre ces variables, toutes choses égales par ailleurs, plus le nombre d enfants par ménage est important plus les ménages ont tendance à être plus stables. A la sortie nous avons un modèle qui affiche des résultats corrects, avec 87% des ménages qui sont bien classés entre «déménageant» et «ne déménageant pas». Deuxième module sur lequel nous avons travaillé : le module de localisation. [diapositive 7 / pdf page 10] Les 777 iris ont été répartis en cellules de 250x250 m, en prenant en compte la tache urbaine - ce qui nous donnait 5 à cellules habitées, dans lesquelles les ménages peuvent se localiser ou se relocaliser. Là encore, les variables intéressantes qui sont ressorties sont le revenu, l âge et le nombre de personnes :. Concernant «le revenu», on constate que les ménages à haut revenu ont une tendance à «l entre soi» -les ménages à haut revenu tendent à se localiser auprès de ménages de même revenu. Pour les bas revenus, la tendance n est pas aussi nette : «toutes choses égales part ailleurs», les ménages à bas revenu tendent à 3

4 essayer de se replacer dans d'autres zones que celles où il y a déjà des bas revenus. «L âge» joue également : on constate là aussi une tendance à l homogénéisation. Enfin «le nombre de personnes» où l on va retrouver un peu les mêmes tendances sauf dans les ménages de grande taille qui tendent à essayer de se retrouver dans des zones avec des types de ménage différents. Il s agit là d un premier point : l influence des caractéristiques du ménage sur ses logiques de localisation, avec les trois variables principales qui ressortent des analyses. Un autre élément important concerne les variables d accessibilité, afin de comprendre ces localisations en fonction de l accès à l emploi, de l accès aux commerces, de l accès aux différents transports, ainsi que de la distance au centre. Elles sont toutes significatives, et ont été agrégées en une seule variable d accessibilité. In fine, le modèle obtenu fournit des résultats tout à fait corrects, avec des coefficients significatifs et avec des signes qui sont cohérents avec ce que l on peut attendre. J ai mis dans la présentation powerpoint le tableau résumant les caractéristiques du modèle [diapositive 8 / pdf page 11]. Pour terminer, et prolonger le travail qui a été réalisé jusqu à maintenant, voyons ce qui nous intéresse et qui reste à faire : c est notamment développer un module d usage des sols [diapositive 9 / pdf page 12]. On ne l a pas fait pour l instant pour deux raisons : la première c est que l on ne peut pas tout faire à la fois. La deuxième, c est que compte tenu des données que l on a sur Lyon et notamment, de l échelle à laquelle elles sont disponibles, il n était pas possible de reprendre la logique proposée par URBANSIM pour développer un module à ce niveau là. Par conséquent, tout un travail est à faire pour explorer et tester les alternatives possibles en matière de modélisation. Sur la localisation des ménages eux-mêmes, nous essayons actuellement d améliorer les résultats à partir des pistes fournies par le travail initial, en utilisant un modèle de type «logit emboîté» ; c est-à-dire qu on ne calcule plus aussi directement une probabilité pour se localiser à un endroit précis, on passe d abord par l estimation d une probabilité pour se localiser dans un grand type de zone puis, à l'intérieur de ce type de zone, on localise le ménage de façon plus précise dans un deuxième temps. Une autre chose importante, une fois que cette amélioration aura été apportée, le modèle pourra être testé sur une longue période (entre 1982 et 2006) pour voir ce que cela donne. Si le modèle ne reste pas pertinent sur cette période, le travail d analyse consistera à mettre en évidence les facteurs explicatifs des évolutions des coefficients du modèle pour les prendre en compte dans les prospectives. Enfin sur la prise en compte des déménagements. Pour l instant nous estimons que le module que l on utilise est le meilleur qui puisse être obtenu au regard des données dont nous disposons. Il va donc rester à l identique pour l instant. Pour aller plus loin, il faudrait travailler plutôt avec des modèles démographiques désagrégés, où chaque ménage est repéré individuellement et surtout évolue dans le temps - donc vieillit, a des enfants, se marie, se sépare. Sachant que c est surtout au moment où il y a des changements 4

5 lourds et structurels dans le ménage, que les déménagements se produisent : l arrivée d enfants, le mariage etc. Mais pour l instant un tel travail n est pas à l ordre du jour. Olivier Petiot : Je propose une séance de questions sur l exposé lui-même. Pas de questions? On va donc passer donc à l exposé suivant. Nicolas Coulombel, chercheur au LVMT, qui lui va s intéresser au processus de création-destruction et localisation des emplois. 5

Localisation des ménages dans SIMBAD

Localisation des ménages dans SIMBAD Localisation des ménages dans SIMBAD Louafi Bouzouina Louafibouzouina@entpefr Hind Aissaoui Hindaissaoui@entpefr CITiES : Formation au modèle LUTI SIMBAD ENTPE, 3 4 octobre 2013 p 1 Localisation des ménages

Plus en détail

Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques SIMBAD. Modèle de dynamique urbaine désagrégé

Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques SIMBAD. Modèle de dynamique urbaine désagrégé Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques SIMBAD Identité du modèle : Nature Voyageurs / Marchandises Sur quoi porte le modèle d'urbanisme? Modes de transports Modèle agrégé/désagrégé? Modèle d'occupation

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

J.12. Annexe LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE. Été 2015

J.12. Annexe LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE. Été 2015 LIGNE 15 : PONT DE SÈVRES < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE Été 2015 J.12 Annexe Suites données par la Société du Grand

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Hubert Verreault, Agence métropolitaine de transport Daniel Bergeron,

Plus en détail

- Un partenariat «franco-allemand» : Lyon et Munich. - Un projet financé dans le cadre du PREDIT ( GO6)

- Un partenariat «franco-allemand» : Lyon et Munich. - Un projet financé dans le cadre du PREDIT ( GO6) Conséquences sociales et sociétales d une augmentation forte des prix du carburant : l exemple du territoire de Munich Aurélie MERCIER, Laboratoire d Economie des Transports (CNRS, Université de Lyon)

Plus en détail

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston 2011-2012 LACHAAL Rafik I. Introduction Les données choisis concernent les logements en banlieue de Boston. Celle-ci

Plus en détail

Vieillissement du parc de logements et hausse du nombre de ménages stimulent la demande potentielle de logements à l horizon 2030

Vieillissement du parc de logements et hausse du nombre de ménages stimulent la demande potentielle de logements à l horizon 2030 Vieillissement du parc de logements et hausse du nombre de ménages stimulent la demande potentielle de logements à l horizon 2030 Elisabeth VILAIN, Véronique BRUNIAUX, Rémi CAPOT, Insee Olivier GAUCHET,

Plus en détail

GéoLife, la data géomarketing d Orange Advertising au service de vos campagnes digitales

GéoLife, la data géomarketing d Orange Advertising au service de vos campagnes digitales GéoLife, la data géomarketing d Orange Advertising au service de vos campagnes digitales GéoLife : la segmentation géomarketing propriétaire d Orange Conçue et utilisée par les équipes «Connaissance Clients»

Plus en détail

Anneau des Sciences : Note préliminaire sur «l analyse du tracé proposé par la ville d Oullins»

Anneau des Sciences : Note préliminaire sur «l analyse du tracé proposé par la ville d Oullins» Anneau des Sciences : Note préliminaire sur «l analyse du tracé proposé par la ville d Oullins» Aurélie MERCIER, Laboratoire d Economie des Transports 06 Mars 2013 Les paragraphes qui suivent apportent

Plus en détail

SUGARCRM MODULE RAPPORTS

SUGARCRM MODULE RAPPORTS SUGARCRM MODULE RAPPORTS Référence document : SYNOLIA_Support_SugarCRM_Module_Rapports_v1.0.docx Version document : 1.0 Date version : 2 octobre 2012 Etat du document : En cours de rédaction Emetteur/Rédacteur

Plus en détail

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national A. Les déplacements 1. La mobilité A - Contexte national Avec les enjeux liés à l'environnement et au changement climatique, les déplacements sont au cœur des préoccupations : indispensable à nos modes

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques MOBISIM. Modèle multi-agents de prévision quasidynamique

Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques MOBISIM. Modèle multi-agents de prévision quasidynamique Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques MOBISIM Identité du modèle : Nature Voyageurs / Marchandises Sur quoi porte le modèle d'urbanisme? Modes de transports Agrégé/désagrégé Modèle d'occupation

Plus en détail

Manuel de formation de base. FP Solutions

Manuel de formation de base. FP Solutions Manuel de formation de base FP Solutions Manuel de formation de base FP Solutions Soutien technique 1 800 263-4983 soutientechnique@cch.ca Formation 1 800 363-8304, poste 242 formation@cch.ca www.cch.ca

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes

Projet de Fin d Etudes Juin 2014 Projet de Fin d Etudes Résumé Déménagement industriel de la production dans ses nouveaux locaux ALSACE TOLERIE 13 Rue du MITTLERWEG 68000 COLMAR CEDOLIN Jeremy GM5 ISP Ce Projet de Fin d Etudes,

Plus en détail

Impact dela structure urbaine sur la consommation énergétique et la qualitéde l air - une approche par modélisation intégrée -

Impact dela structure urbaine sur la consommation énergétique et la qualitéde l air - une approche par modélisation intégrée - Impact dela structure urbaine sur la consommation énergétique et la qualitéde l air - une approche par modélisation intégrée - Laboratoires impliqués dans le projet et contacts LISA (Isabelle Coll) CIRED

Plus en détail

Les déplacements à Bron et dans l agglomération lyonnaise Tramway, vélo v, voiture : changements et permanences dans nos mobilités quotidiennes et

Les déplacements à Bron et dans l agglomération lyonnaise Tramway, vélo v, voiture : changements et permanences dans nos mobilités quotidiennes et Les déplacements à Bron et dans l agglomération lyonnaise Tramway, vélo v, voiture : changements et permanences dans nos mobilités quotidiennes et impacts sur nos émissions de CO2 Introduction: Qu est-ce

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

J.11 LIGNE 14 SUD DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE

J.11 LIGNE 14 SUD DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE LIGNE 14 : OLYMPIADES < > AÉROPORT D ORLY (LIGNE BLEUE) LIGNE 14 SUD DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE J.11 Suites données par la Société du Grand Paris à l avis du Commissaire

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace ALICE ROMAINVILLE Dans le système de production de l habitat qui existe à Bruxelles, en ce début

Plus en détail

Sources et méthodes. Taux de chômage localisés. (régions, départements et zones d emploi)

Sources et méthodes. Taux de chômage localisés. (régions, départements et zones d emploi) Sources et méthodes (régions, départements et zones d emploi) L Insee produit des estimations de taux de chômage localisés, en moyennes trimestrielles et annuelles pour la France métropolitaine, et une

Plus en détail

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes STA108 Enquêtes et sondages Sondages àplusieurs degrés et par grappes Philippe Périé, novembre 2011 Sondages àplusieurs degrés et par grappes Introduction Sondages à plusieurs degrés Tirage des unités

Plus en détail

EXERCICE 1 : Le plan de financement (cours du 05/06/2004)

EXERCICE 1 : Le plan de financement (cours du 05/06/2004) EXERCICE 1 : Le plan de financement (cours du 05/06/2004) L examen du vendredi 18 juin requiert une connaissance du principe de fonctionnement d un plan de financement. Pour rappel, l exercice de résolution

Plus en détail

Rapport de Diagnostic du PDU SOMMAIRE. Plan de Déplacements Urbains Rapport de Diagnostic Juin 2008. Page 1 / 199

Rapport de Diagnostic du PDU SOMMAIRE. Plan de Déplacements Urbains Rapport de Diagnostic Juin 2008. Page 1 / 199 Rapport de Diagnostic du PDU SOMMAIRE Page 1 / 199 SOMMAIRE 1. La démarche d élaboration d un... page 5 1.1. Le cadre réglementaire... 6 Les grandes lois... 6 Les objectifs assignés par la loi au PDU...

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS SCHEMA DE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL 2006-2012 RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS Le Roannais apparaît comme un territoire homogène constitué autour d un pôle d attraction central : l agglomération de Roanne.

Plus en détail

ENSEIGNEMENTS POUR L'AGGLOMERATION LYONNAISE DES RECENTES ENQUETES DEPLACEMENTS. 2. Urbanisation autours des gares

ENSEIGNEMENTS POUR L'AGGLOMERATION LYONNAISE DES RECENTES ENQUETES DEPLACEMENTS. 2. Urbanisation autours des gares ENSEIGNEMENTS POUR L'AGGLOMERATION LYONNAISE DES RECENTES ENQUETES DEPLACEMENTS 2. Urbanisation autours des gares Comité syndical du Sepal 26 novembre 2007 Deux enquêtes récentes: Une enquête auprès des

Plus en détail

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040»

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» 1 Programme de l après-midi 1. Pourquoi cette démarche? 2. Approche systémique de la Savoie 3. Les travaux en

Plus en détail

LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels

LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels Guillaume Marois Alain Bélanger Institut national de la recherche

Plus en détail

SIMGRAPH, le module graphique Objectifs

SIMGRAPH, le module graphique Objectifs , le module graphique Objectifs Une fois la plateforme SIMBAD opérationnelle, il a été opportun de se s interroger sur : Les résultats les plus intéressants à mettre en forme, les indicateurs permettant

Plus en détail

Vulnérabilité énergétique Logement et déplacements. Méthodologie du travail avec l OPAC 38. 12 juin 2014

Vulnérabilité énergétique Logement et déplacements. Méthodologie du travail avec l OPAC 38. 12 juin 2014 Vulnérabilité énergétique Logement et déplacements Méthodologie du travail avec l OPAC 38 12 juin 2014 Rappel : Première approche Vulnérabilité énergétique : > 10 % des revenus d un foyer pour les dépenses

Plus en détail

MODELISATION DE L URBANISATION DES SCENARIOS POUR LIMITER L ETALEMENT

MODELISATION DE L URBANISATION DES SCENARIOS POUR LIMITER L ETALEMENT MODELISATION DE L URBANISATION DES SCENARIOS POUR LIMITER L ETALEMENT UNE APPLICATION DANS LE CADRE DU SCOT DE MONTBELIARD Jerôme THEVENOT Agence de développement et d urbanisme du Pays de Montbéliard

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

La diffusion des résultats statistiques du recensement de la population

La diffusion des résultats statistiques du recensement de la population La diffusion des résultats statistiques du recensement de la population Le cadre juridique La diffusion des résultats statistiques est encadrée par l arrêté du 19 juillet 2007 mis au point en liaison avec

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer Evaluation du SCoT Coût résidentiel : pouvoir d achat des ménages pour se loger et se déplacer Présentation aux partenaires et aux membres du groupe de travail de l action n 5 du PLH 24/11/2014 Contexte

Plus en détail

Télétravail, de quoi parle-t-on?

Télétravail, de quoi parle-t-on? Télétravail, de quoi parle-t-on? 1 Base présentation : Caisse des Dépôts, menée par les cabinets PMP et TACTIS au 1er semestre 2011. Cadre programme des Investissements d Avenir / Fonds National pour la

Plus en détail

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Bassin de vie De Nailloux Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Diagnostic et enjeux septembre 2011 Sommaire Evolutions démographiques et économiques Dynamiques démographiques et économiques Mobilités domicile-travail

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE SYSTÈME D INFORMATION GÉOGRAPHIQUE : OUTIL D ANALYSE & DE REPRESENTATION STATISTIQUE Présentation lors des portes ouvertes du 21-22-23 Octobre 2015 «MEILLEURES STATISTIQUES

Plus en détail

Le Crédit Foncier a interrogé 2 180 de ses clients propriétaires sur leurs motivations d achat à l origine et leurs intentions de mobilité.

Le Crédit Foncier a interrogé 2 180 de ses clients propriétaires sur leurs motivations d achat à l origine et leurs intentions de mobilité. COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 29 avril 2013 Une enquête clients du Crédit Foncier souligne un fort attachement à la résidence principale et une faible aspiration des propriétaires à la mobilité Le Crédit

Plus en détail

La population étudiante à Lyon. Eléments de cadrage Source Insee RP 2010 (moyenne 2008-2012)

La population étudiante à Lyon. Eléments de cadrage Source Insee RP 2010 (moyenne 2008-2012) La population étudiante à Lyon Eléments de cadrage Source Insee RP 2010 (moyenne 2008-2012) 1 Eléments de contextualisation générale : l ensemble de la population lyonnaise Répartition de la population

Plus en détail

Le modèle Age-Période-Cohorte

Le modèle Age-Période-Cohorte Le modèle Age-Période-Cohorte Jean-Loup MADRE, DEST Séminaire Simbad, LET-ENTPE Comment prendre en compte les évolutions des comportements dans la modélisation? Lyon, le 1er Avril 2011 1 Plan La démographie

Plus en détail

COMBIEN UN MÉDECIN A-T-IL BESOIN D ARGENT POUR SA RETRAITE?

COMBIEN UN MÉDECIN A-T-IL BESOIN D ARGENT POUR SA RETRAITE? COMBIEN UN MÉDECIN A-T-IL BESOIN D ARGENT POUR SA RETRAITE? Des tableaux inédits, pour tous les médecins, quel que soit l âge ou le revenu Par Eric F. Gosselin, Adm.A, Pl.Fin. ericg@finances-etc.com Avec

Plus en détail

Un algorithme de composition musicale

Un algorithme de composition musicale Un algorithme de composition musicale Table des matières Présentation Le compositeur. Le code PMX.................................................. Structures de données utilisées........................................

Plus en détail

La mutualisation du stationnement

La mutualisation du stationnement La mutualisation du stationnement Eric GANTELET, Président SARECO SARECO est un bureau d études spécialisé sur les questions de stationnement qui conseille les collectivités territoriales depuis la définition

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T Diagnostic 11 DIAGNOSTIC 2500 2000 1500 1000 500 0 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 Production neuve : nombre de logements par an entre 1999 et 2005 (point mort de production à 1 100 logements)

Plus en détail

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Assemblée Générale des étudiants de Louvain 17 juin 2015 1 Avant-propos Depuis quelques semaines, la question de la surpopulation dans les filières

Plus en détail

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Jean-Claude Driant Lab Urba Université Paris Est Séminaire du GERI Mobilitas - le 26 mars 2015 Crise du logement?

Plus en détail

3 - La Rose des Vents Réseau de partage de données statistiques publiques localisées

3 - La Rose des Vents Réseau de partage de données statistiques publiques localisées MARCHE 2011 CTO 53 D - Anact programme TEMPO 3 - La Rose des Vents Réseau de partage de données statistiques publiques localisées 01/08/2011 Ce document présente la Rose des Vents, son module de recherche

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

Planifier la ville bas carbone Le modèle Tranus comme support de l analyse économique des politiques climatiques

Planifier la ville bas carbone Le modèle Tranus comme support de l analyse économique des politiques climatiques Planifier la ville bas carbone Le modèle Tranus comme support de l analyse économique des politiques climatiques Paris 5 février 2013 Mathieu Saujot, Iddri, Fabrique Urbaine Cerna, Mines de Paris Benjamin

Plus en détail

Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015. Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd)

Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015. Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd) Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015 Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd) 1. Le rôle du Padd dans le Schéma de cohérence territoriale 2.

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

SOFT AVOCAT Guide d utilisation

SOFT AVOCAT Guide d utilisation SOFT AVOCAT Guide d utilisation 1 SOFT AVOCAT est un logiciel de gestion automatisée des dossiers des cabinets d avocats qui facilite le suivi de leurs traitements à travers ses différentes composantes.

Plus en détail

ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE

ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE Introduction En 2013, le gouvernement bruxellois se montrait fier de son plan ambitieux (selon lui) de construction de logements sociaux à Bruxelles

Plus en détail

ANNEXE VI LISTE DES VARIABLES ET INDICATEURS POUR UN MODÈLE DE SUIVI DES IMPACTS SUR LE LOGEMENT

ANNEXE VI LISTE DES VARIABLES ET INDICATEURS POUR UN MODÈLE DE SUIVI DES IMPACTS SUR LE LOGEMENT ANNEXE VI LISTE DES VARIABLES ET INDICATEURS POUR UN ODÈLE DE SUIVI DES IPACTS SUR LE LOGEENT 30 Les tableaux suivants présentent les variables et les indicateurs utilisés dans les trois sections de ce

Plus en détail

Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future. Thierry Eggerickx

Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future. Thierry Eggerickx Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future Thierry Eggerickx " 1. La définition des territoires ruraux en Wallonie 2. Diversité et évolution démographique récente

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

Observatoire départemental de l'opinion

Observatoire départemental de l'opinion Observatoire départemental de l'opinion Enquête thématique "Les Finistériens et le logement" - Présentation générale - Juin 2009 RAPPEL DE LA METHODOLOGIE RAPPEL DE LA METHODOLOGIE 500 ménages de 18 ans

Plus en détail

La diffusion des données infracommunales

La diffusion des données infracommunales La diffusion des données infracommunales Annie Clerzau, Service études et diffusion, Insee Centre-Val de Loire Chrystel Scribe, Pôle Développement Social Urbain Insee Centre Une diffusion infracommunale

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Liste des notes. 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire.

Liste des notes. 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire. Liste des notes 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire. 2. Par exemple, le fonctionnement des marchés obéit à des réglementations

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Comment utiliser l outil " saison2011-2012 "?

Comment utiliser l outil  saison2011-2012 ? Comment utiliser l outil " saison2011-2012 "? Etape 0 : Vous avez reçu un courriel de ma part avec plusieurs fichiers joints. Ne détruisez pas ce mail : il vous sera utile en cas de problème. Je vous expliquerai

Plus en détail

Comprendre les chaînes de déplacements pour l'approvisionnement des ménages : une approche empirique

Comprendre les chaînes de déplacements pour l'approvisionnement des ménages : une approche empirique Comprendre les chaînes de déplacements pour l'approvisionnement des ménages : une approche empirique Jesus Gonzalez-Feliu, LET Christian Ambrosini, LET Jean-Louis Routhier, LET Institut des Sciences de

Plus en détail

1 Planification budgéta ire et financement

1 Planification budgéta ire et financement 1 Planification budgéta ire et financement L essor des transports publics de première classe pour tous est la clé de voûte de l accessibilité aux différentes fonctions de la Région. La mise en œuvre d

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

TRAFIC AUX ECHANGEURS

TRAFIC AUX ECHANGEURS TRAFIC AUX ECHANGEURS On constate sur les échangeurs de l A2 dont nous avons les données une grande variation du trafic supporté. A titre d exemple, l échangeur 21, véritable porte d entrée sud sur la

Plus en détail

L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU

L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU 1.Présentation générale L objet des enquêtes ménages déplacements (EMD) est de recueillir les pratiques de déplacements d une population urbaine.

Plus en détail

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 DREAL Champagne- Ardenne Juin 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES Le logement en chiffres La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 En 2012, 2 191 permis ont été délivrés en Champagne-Ardenne

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse INSEE Aquitaine 33 rue de Saget 33 076 Bordeaux Cedex www.insee.fr Contact : Michèle CHARPENTIER Tél. : 05 57 95 03 89 Mail : michele.charpentier@insee.fr

Plus en détail

ATELIER N 1 Scénarii de développement résidentiel

ATELIER N 1 Scénarii de développement résidentiel ATELIER N 1 Scénarii de développement résidentiel SOMMAIRE Rappel du diagnostic Les scenarii de développement Scénario 1 Scénario 2 Scénario 3 Scénario 4 Les impacts en termes démographiques Les prérequis

Plus en détail

Les déplacements dans l Aube pour l accès à l emploi et aux équipements

Les déplacements dans l Aube pour l accès à l emploi et aux équipements Les déplacements dans l Aube pour l accès à l emploi et aux équipements Juin 2012 Rapport d étude AVERTISSEMENT Le recensement de la population permet de connaître la population de la France, dans sa diversité

Plus en détail

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 5 Document

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

Mobilité et précarités

Mobilité et précarités Mobilité et précarités JP Orfeuil Université Paris Est et Institut pour la ville en mouvement Observatoire national de la précarité énergétique, 22/03/ 2013 1 Plan Le statut de la mobilité Le statut de

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Résumé. Positionnement des sites de l ESNE et du CPLN. Rochat Luc 30/05/2011

Résumé. Positionnement des sites de l ESNE et du CPLN. Rochat Luc 30/05/2011 Résumé Positionnement des sites de l ESNE et du CPLN Rochat Luc 30/05/2011 Réalisé par : Chef de projet : Benjamin Ouvry Luc Rochat Période de réalisation : Mars Juin 2011 1. Situation initiale Le positionnement

Plus en détail

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois Avril 2013 1. Carte d identité du territoire et chiffres-clefs Nombre d habitants SCOT (2012) : 139 345 Nombre de communes

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Table des matières. Introduction. Alger. Problématique. Planning. Sujets. Enseignants et intervenants

Table des matières. Introduction. Alger. Problématique. Planning. Sujets. Enseignants et intervenants Table des matières Introduction Alger Problématique Planning Sujets Enseignants et intervenants 7 9 11 13 17 19 1 ALGER Introduction Les pays du Sud de la Méditerranée connaissent une urbanisation extrêmement

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Étudiant. 1er cycle 4359 21% 3.76 64% 22.7 3.3 2e cycle 1846 22% 2.61 76% 29.6 3.0

Étudiant. 1er cycle 4359 21% 3.76 64% 22.7 3.3 2e cycle 1846 22% 2.61 76% 29.6 3.0 INTRODUCTION Dans l'objectif de mieux connaître les habitudes de déplacement de ses étudiants et de son personnel, l'école Polytechnique de Montréal lançait à l automne 2011 la deuxième édition de l'enquête

Plus en détail

La marche à franchir pour les ménages modestes et énergétiquement vulnérables Nicolas Houdant énergies demain

La marche à franchir pour les ménages modestes et énergétiquement vulnérables Nicolas Houdant énergies demain La marche à franchir pour les ménages modestes et énergétiquement vulnérables Nicolas Houdant énergies demain Etude prospective sur la mise en œuvre du Facteur 4 en Nord-Pas-de-Calais Pour aller plus loin

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail