Savez-vous faire entendre votre douleur? v.01 03/2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Savez-vous faire entendre votre douleur? v.01 03/2015"

Transcription

1 Savez-vous faire entendre votre douleur? v.01 03/2015 Les souffrances morales liées à certaines maladies. Les maladies ont comme particularité d avoir un effet négatif sur la qualité de vie de ceux qui en sont atteints. Cependant certaines sont plus dévastatrices que d autres : le caractère insidieux des souffrances morales qu elles infligent leur confère des particularités exclusives. C est le cas de la douleur chronique. L isolement moral dans lequel elle plonge les gens qui en sont affectés ajoute à leur douleur physique des bouleversements d ordre émotionnel et social particuliers et aggravants. En effet, la maladie chronique, par son aspect intangible pour les autres, soumet continuellement les malades à une suspicion quant au bien-fondé de leur mal-être.

2 Une des particularités de la douleur chronique est qu elle n a pas d indice biologique qui légitime sa présence ; on ne peut déterminer avec exactitude les raisons objectives de son existence et de sa persistance. Sauf par celui ou celle qui y est confronté, son intensité réelle ne peut être quantifiée ; son évaluation est subjective ; aux yeux des observateurs, elle passe souvent pour une construction imaginaire. Or nous avons tous besoin d être reconnu dans l intégralité de notre être ; le déni social de cette douleur ajoute donc une souffrance morale à la souffrance physique. La douleur chronique, comme vous pouvez le constater, ne bénéficie pas d une perception sociale positive. Celui qui en souffre est très souvent tenu pour faible ou plaintif. Son origine n étant pas concrète, elle demeure inexplicable pour les amis, la famille ou l employeur et sa reconnaissance se teinte de connotations péjoratives. requis pour augmenter votre vitalité. Il mettra à votre disposition un motivateur pour anticiper les difficultés qui pourraient faire obstacle à votre projet. Il vous fournira des solutions concrètes pour vaincre vos habitudes et maintenir votre mental à un niveau qui vous évitera de retomber dans le cycle de l échec. Qu est-ce qu une douleur chronique? Une douleur est définie comme chronique lorsque sa durée dépasse six mois. Certaines douleurs chroniques résultent d une lésion tissulaire et acquièrent un caractère durable après la période de guérison normale. D autres formes de douleur s installent de façon insidieuse : certaines peuvent être la conséquence d une longue exposition à une situation de stress, ou le signe d une maladie qui s installe. Le corps médical, habitué à se fier à des mesures fiables pour confirmer la présence d un mal-être physique, se montre sceptique quand les analyses ne parviennent pas à expliquer les causes d une pathologie. Les découvertes scientifiques commencent à peine à fournir des explications logiques et rationnelles à la présence d une douleur persistante. Centre Ginkgo Article Savez-vous faire entendre...? v.01 03/2015 Page 2 de 5

3 Mais les mentalités sont aussi persévérantes que la chronicité des douleurs qu elles s acharnent à nier quand manquent les preuves rationnelles. Les conventionnels préfèrent associer ces découvertes sur les causes probables de douleurs chroniques inexpliquées à des sciences marginales plutôt que de bousculer les protocoles médicaux établis. Ils rechignent à faire une place à de nouvelles façons de voir. Seuls certains hôpitaux ont accepté d innover pour contrer les effets dévastateurs de cette pathologie. Ceux qui en souffrent ont tout intérêt à habiter à proximité de ces cliniques spécialisées pour bénéficier des soins qu elles prodiguent. Les conséquences sociales de la douleur chronique. Celui qui est confronté aux souffrances de la douleur chronique vit dans le sentiment d être incompris, de ne pas être écouté. Puisqu il est difficile de faire entendre sa douleur à son médecin, à sa famille, à ses amis, l exclusion sociale apparait comme une issue. On se soustrait petit à petit aux activités sociales avec le sentiment grandissant de devenir un poids pour les autres. Dans une société industrialisée, la valeur réelle d un être humain est basée sur sa capacité de production ou sur son apport au rendement collectif. La douleur chronique limite les capacités d action ; elle restreint les activités sociales ; elle peut contraindre à un arrêt de travail et entraîner des pertes financières. Dans ce cas, elle conduit à un renoncement à son identité et à l espoir en l avenir. Bien sûr, des progrès ont été réalisés dans la prise en charge médicale et psychologique des personnes souffrant de douleur chronique. Néanmoins, le traitement ne devrait pas se limiter strictement aux signes médicaux et psychologiques qu on accepte de reconnaître aux malades. Quand la douleur chronique est suffisamment invalidante pour causer l exclusion sociale, son traitement réel doit être global. Il devrait se dérouler dans la perspective d une santé intégrative. Il serait souhaitable que les loisirs ainsi que des activités socioprofessionnelles adaptées puissent avoir leur place dans le

4 maintien d une qualité de vie. Le désir de rester en action, d entretenir la joie de vivre, de développer un projet de vie, de rester en contact avec un réseau social devraient faire partie intégrante du processus de guérison. Malheureusement la conception de la prise en charge qu entretiennent nos sociétés modernes privilégie la dépendance. La participation du concerné à la recherche de solutions est généralement évacuée. En agissant de la sorte, on étouffe la volonté du patient de maintenir la vitalité de ses capacités physiques résiduelles. La prise de médicaments, avec leurs effets secondaires, comme seul moyen d atténuer la douleur, contribue peu à peu à l abandon d une décision de participation. Dans la perspective d un retour à la vie active, le malade devrait, dans la mesure de ses capacités, participer à des activités qui complètent les solutions médicales. Il faudrait créer un espace de débats qui convie les malades, les professionnels de la santé, les amis, la famille, les employeurs à se rencontrer pour trouver ensemble des solutions. Tout comme il serait important de graduer les défis dans le cadre d activités adaptées qui tracent la voie à un retour à la vie active. Les buts de ces activités variées et diverses seraient d informer, de former, de sensibiliser, de promouvoir les solutions alternatives pouvant contribuer à l amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes. En planifiant des ateliers d exercices d assouplissement des articulations et des muscles, de gym douce, de massages énergisants, de détente et respiration, des séances d autohypnose, des programmes nutritionnels adaptés à leur état, on construirait un contexte de soins collectifs en dehors des cadres traditionnels. Rédacteur : émile Noël

5 Centre Ginkgo, école de la santé. Route de La Marache, Lasne +32[0]

La notoriété et l image des ostéopathes

La notoriété et l image des ostéopathes Mai 2016 La notoriété et l image des ostéopathes Sondage Ifop pour Ostéopathes de France Contacts Ifop : Frédéric DABI Adeline MERCERON Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Anne Brédart Unité de Psycho-Oncologie Institut Curie, Paris Régionales de Cancérologie, Paris, 24 novembre 2004 L expérience de la fatigue en

Plus en détail

ASPECTS PSYCHOLOGIQUES DE LA DOULEUR

ASPECTS PSYCHOLOGIQUES DE LA DOULEUR ASPECTS PSYCHOLOGIQUES DE LA DOULEUR ENTRE DOULEUR ET SOUFFRANCE NOCICEPTION : douleur sous sa forme anatomique, physiologique et chimique. DOULEUR : «sensation désagréable ressentie dans une partie de

Plus en détail

Association Alzheimer Suisse. Prise de position

Association Alzheimer Suisse. Prise de position Prise de position Désirs de suicide de personnes atteintes de démence : l Association Alzheimer Suisse demande que les personnes atteintes démence soient suivies et prises en charge de manière globale

Plus en détail

L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire

L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire Définition de l approche systémique générale Champ interdisciplinaire relatif à l étude d objets, de phénomènes

Plus en détail

TCC appliquée aux lombalgies chroniques

TCC appliquée aux lombalgies chroniques TCC appliquée aux lombalgies chroniques Introduction 1er cause d invalidité chez les moins de 40ans 1ere cause d arrêt de travail Dans la très grande majorité des cas la lombalgie aigue disparaît dans

Plus en détail

Fiches pratiques de l asbl GESED Groupe d Entraide des Syndromes d Ehlers-Danlos

Fiches pratiques de l asbl GESED Groupe d Entraide des Syndromes d Ehlers-Danlos Version 1 - Mai 2009 Fiches pratiques de l asbl GESED Groupe d Entraide des Syndromes d Ehlers-Danlos L ANNONCE DU DIAGNOSTIC DU SED : UN MOMENT IMPORTANT DANS LA VIE DU PATIENT Ce document est la propriété

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 686 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 20 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI visant à mieux prendre en compte les demandes des malades en fin de vie exprimant

Plus en détail

LA DOULEUR, JE M EN SORS

LA DOULEUR, JE M EN SORS LA DOULEUR, JE M EN SORS COMPRENDRE ET AGIR Pr Serge Perrot COLLECTION QUESTIONS DE PATIENTS LA DOULEUR, JE M'EN SORS COMPRENDRE ET AGIR Pr Serge Perrot COLLECTION QUESTIONS DE PATIENTS INTRODUCTION

Plus en détail

PASSER DES SOINS INFIRMIERS AUX SCIENCES INFIRMIÈRES, UNE EXPÉRIENCE D ENSEIGNEMENT POSITIVE FAVORISANT DES CHANGEMENTS DE PRATIQUE

PASSER DES SOINS INFIRMIERS AUX SCIENCES INFIRMIÈRES, UNE EXPÉRIENCE D ENSEIGNEMENT POSITIVE FAVORISANT DES CHANGEMENTS DE PRATIQUE PASSER DES SOINS INFIRMIERS AUX SCIENCES INFIRMIÈRES, UNE EXPÉRIENCE D ENSEIGNEMENT POSITIVE FAVORISANT DES CHANGEMENTS DE PRATIQUE Chantal Verdon, inf. Ph. D. Lucie Lemelin, inf. Ph. D. Isabelle St-Pierre,

Plus en détail

Le refus de l animation GROUPEMENT DE COOPERATION SANITAIRE AMPLITUDE

Le refus de l animation GROUPEMENT DE COOPERATION SANITAIRE AMPLITUDE Le refus de l animation GROUPEMENT DE COOPERATION SANITAIRE AMPLITUDE Quelques données 28% des PA en EHPAD participent régulièrement 35% n y participent jamais 50% des personnes dépendantes n y participent

Plus en détail

L art et la culture à l hôpital, un enjeu éthique?

L art et la culture à l hôpital, un enjeu éthique? L art et la culture à l hôpital, un enjeu éthique? Lazare Benaroyo Le Prof. Lazare Benaroyo est professeur d éthique et de philosophie de la médecine à la Faculté de biologie et de médecine et directeur

Plus en détail

Prendre soin par le toucher massage une autre réponse face à la souffrance physique et psychique.

Prendre soin par le toucher massage une autre réponse face à la souffrance physique et psychique. Chaque toucher n a de valeur que par l interprétation qu on lui accorde. Prendre soin par le toucher massage une autre réponse face à la souffrance physique et psychique. INTRODUCTION Comment apporter

Plus en détail

Programme de prévention secondaire de la lombalgie

Programme de prévention secondaire de la lombalgie Programme de prévention secondaire de la lombalgie Laetitia Legrain, Attachée Fonds des maladies professionnelles Bruxelles, le 22 octobre 2007 Table des matières Présentation des missions du FMP Evolution

Plus en détail

Charte européenne des patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique (FPI)

Charte européenne des patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) Charte européenne des patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) La fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) est une pathologie pulmonaire chronique et d issue fatale dont l origine demeure

Plus en détail

Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation

Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation Stéphanie Granges Cordonier Psychologue spécialiste en psychothérapie FSP Sion, janvier 2017 Les deux activités principales

Plus en détail

Démystifier la douleur chronique et optimiser la gestion de ces dossiers lors de processus de retour au travail

Démystifier la douleur chronique et optimiser la gestion de ces dossiers lors de processus de retour au travail Démystifier la douleur chronique et optimiser la gestion de ces dossiers lors de processus de retour au travail CONFÉRENCI RENCIÈRE AUDREY RENAUD Coordonatrice des services Kinésiologue consultante Paramédic

Plus en détail

Formation soins palliatifs et qualité de vie

Formation soins palliatifs et qualité de vie Formation soins palliatifs et qualité de vie Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Martine Hennuy Introduction La maladie grave = traumatisme, séisme pour le malade et les proches

Plus en détail

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique.

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. Christine BERLEMONT Infirmière Ressource Douleur Unité d Evaluation et Traitement de la Douleur Centre Hospitalier de Meaux France

Plus en détail

«Mère et foetus, les émotions partagées» L enfance de l Art, Festival Culturel Franco-Suisse

«Mère et foetus, les émotions partagées» L enfance de l Art, Festival Culturel Franco-Suisse «Mère et foetus, les émotions partagées» L enfance de l Art, Festival Culturel Franco-Suisse Débat animé par Bénédicte Thomas, OÂ - Coaching Prénatal, Enfance et Famille St Julien en Ge/Genève 9 février

Plus en détail

EXTRAIT. Un petit guide d introduction à la méditation pour ouvrir son cœur, apaiser l esprit et revenir à soi.

EXTRAIT. Un petit guide d introduction à la méditation pour ouvrir son cœur, apaiser l esprit et revenir à soi. EXTRAIT Un petit guide d introduction à la méditation pour ouvrir son cœur, apaiser l esprit et revenir à soi. Écrit par Katerine Brisebois leprojetlove.com apprenezamediter.com 2016 CHAPITRE1 Introduction

Plus en détail

RECONNAISSANCE DES ACQUIS SCOLAIRES ET EXTRASCOLAIRES À LA FGA

RECONNAISSANCE DES ACQUIS SCOLAIRES ET EXTRASCOLAIRES À LA FGA RECONNAISSANCE DES ACQUIS SCOLAIRES ET EXTRASCOLAIRES À LA FGA LES UNIVERS DE COMPÉTENCES GÉNÉRIQUES Le mot «reconnaître» possède plusieurs sens. Les acquis reconnus dans la mesure où le ministère de l

Plus en détail

POLYARTHRITE RHUMATOIDE Information éducation des patients Place et intervention de l infirmière

POLYARTHRITE RHUMATOIDE Information éducation des patients Place et intervention de l infirmière POLYARTHRITE RHUMATOIDE Information éducation des patients Place et intervention de l infirmière Liliane Brière, infirmière Patricia Stunault, infirmière, Nadine Martiny, cadre infirmier Sophie Delpeuch,

Plus en détail

RAPPORT 2015 DONATEURS DU MONDE

RAPPORT 2015 DONATEURS DU MONDE RAPPORT 2015 DONATEURS DU MONDE Parce que chaque enfant compte! Écoles reconstruites après le tremblement de terre au Népal, diminution du nombre de jeunes filles mariées précocement au Bangladesh, bébés

Plus en détail

PEC d'un Patient doulour eux -J. CERUETTO Prise en charge multidisciplinaire de la Douleur

PEC d'un Patient doulour eux -J. CERUETTO Prise en charge multidisciplinaire de la Douleur Prise en charge multidisciplinaire Auprès de certains patients douloureux chroniques, tout soignant peut éprouver des difficultés de nature diverse, face à ces difficultés certains soignants ont trouvé

Plus en détail

SANTÉ MENTALE ET VIEILLISSEMENT

SANTÉ MENTALE ET VIEILLISSEMENT SANTÉ MENTALE ET VIEILLISSEMENT Aide- mémoire N 381 Septembre 2015 Principaux faits La population mondiale vieillit rapidement. De 2015 à 2050, la proportion de personnes de plus de 60 ans va pratiquement

Plus en détail

La dimension spirituelle : vers une meilleure connaissance par les professionnels de santé

La dimension spirituelle : vers une meilleure connaissance par les professionnels de santé La dimension spirituelle : vers une meilleure connaissance par les professionnels de santé COURNILLOUX Devi Infirmier libéral, ancien salarié de l ICO René GAUDUCHEAU Nantes Qui suis je? Diplômé depuis

Plus en détail

Education à la santé et prévention

Education à la santé et prévention Education à la santé et prévention L AFVD a pour objet de : - De partager l information avec les patients, leur entourage et le tout public sur la douleur, la souffrance psychique et les moyens thérapeutiques

Plus en détail

Prise en considération de la dimension psychologique du patient douloureux chronique : place de la consultation infirmière

Prise en considération de la dimension psychologique du patient douloureux chronique : place de la consultation infirmière Prise en considération de la dimension psychologique du patient douloureux chronique : place de la consultation infirmière SIDIIEF - Genève 22 MAI 2012 Dominique GILLET Caterina REGIS Pascale THIBAUT Jean-Michel

Plus en détail

Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012

Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012 Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012 1 Pourquoi? Un(e) psy exclusivement pour les soignants, Est-ce : - nécessaire ou superflu? - original ou banal? - une

Plus en détail

Club des Experts, Objectif InDépendance #2

Club des Experts, Objectif InDépendance #2 Septembre 2017 Club des Experts, Objectif InDépendance #2 Le rôle d aidant familial vu par les Français Sondage Ifop pour Adhap Services Contacts Ifop : Frédéric DABI / Adeline MERCERON Département Opinion

Plus en détail

Psychologie et blessures sportives: Les commotions cérébrales. En tant qu entraîneur, et d un point de vue psychologique.

Psychologie et blessures sportives: Les commotions cérébrales. En tant qu entraîneur, et d un point de vue psychologique. Psychologie et blessures sportives: Les commotions cérébrales Natalie Durand-Bush, PhD École des sciences de l activité physique Université d Ottawa ndbush@uottawa.ca En tant qu entraîneur, et d un point

Plus en détail

Approche psychologique en Santé sexuelle

Approche psychologique en Santé sexuelle Approche psychologique en Santé sexuelle JOELLE MIGNOT Psychologue sexologue clinicienne Co-directrice du DIU Sexologie Sexualité humaine Université Paris Diderot Rédactrice en chef de la revue Sexualités

Plus en détail

DES ADOS A L ECOLE: Ados Pilifs et le projet Sinpa. Nathalie Dieu Christelle Ninforge

DES ADOS A L ECOLE: Ados Pilifs et le projet Sinpa. Nathalie Dieu Christelle Ninforge DES ADOS A L ECOLE: Ados Pilifs et le projet Sinpa Nathalie Dieu Christelle Ninforge L école Ados Pilifs Enseignement secondaire de type 2, pédagogie adaptée à l autisme Ouverture en septembre 2011 : Origine

Plus en détail

Association ISATIS Association pour l Intégration, le Soutien, l Accompagnement au Travail et l Insertion Sociale

Association ISATIS Association pour l Intégration, le Soutien, l Accompagnement au Travail et l Insertion Sociale Association ISATIS Association pour l Intégration, le Soutien, l Accompagnement au Travail et l Insertion Sociale Direction Territoriale Var/Corse Centre d Affaires Europe Tour Arlatan 50 Voie Aurélienne

Plus en détail

Quel travail avec une maladie chronique? Retour sur une recherche-action.

Quel travail avec une maladie chronique? Retour sur une recherche-action. Quel travail avec une maladie chronique? Retour sur une recherche-action. A n n e - M a r i e W a s e r D o m i n i q u e L h u i l i e r J o ë l l e M e z z a K a t h y H e r m a n d CRTD E t u d e f

Plus en détail

Adhésion des soignants au concept d accompagnement en fonction du contexte historique récent. Jean Kermarec

Adhésion des soignants au concept d accompagnement en fonction du contexte historique récent. Jean Kermarec Adhésion des soignants au concept d accompagnement en fonction du contexte historique récent Jean Kermarec Objectifs de la médecine: Guérir si possible, soulager toujours dans la complémentarité des intervenants

Plus en détail

ventilation, apparition de plaies algiques ulcères, escarres

ventilation, apparition de plaies algiques ulcères, escarres Bonjour Je m appelle Sarah MAURO. Je suis aide soignante dans le service soins de l ADPA ( Association d aide aux personnes agées ). Je suis en poste sur le secteur Grésivaudan Chartreuse basé à Crolles

Plus en détail

L intensité du stimulus douloureux est-il le seul paramètre influençant l intensité de la douleur

L intensité du stimulus douloureux est-il le seul paramètre influençant l intensité de la douleur L intensité du stimulus douloureux est-il le seul paramètre influençant l intensité de la douleur ressentie par le patient? Delphine CAYZAC Psychologue Réseau Enfant-Do, Hôpital des Enfants de Toulouse

Plus en détail

Education thérapeutique. Education thérapeutique. Principes et finalités

Education thérapeutique. Education thérapeutique. Principes et finalités Education thérapeutique Concept et finalités Education thérapeutique Principes et finalités Stanislas TROLONGE Diététicien AURAD DU Education thérapeutique et Journée prévention ADNSO des maladies 14 Octobre

Plus en détail

«Art-thérapie et Oncologie»

«Art-thérapie et Oncologie» Réseau Espace Santé Cancer Rhône Alpes Jeudi 17 avril 14 «Art-thérapie et Oncologie» Fabrice Chardon Directeur d enseignement et de recherche Afratapem Directeur pédagogique DU d art-thérapie Faculté de

Plus en détail

Document de référence. Comprendre et vivre le deuil

Document de référence. Comprendre et vivre le deuil Document de référence Comprendre et vivre le deuil Table des matières Introduction 2 Définition 2 Mythes 2 Étapes et symptômes 2 Différencier deuil et dépression 3 Comment surmonter un deuil 3 Quand le

Plus en détail

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen Définition de l OMS (1998) L ETP est un processus continu,

Plus en détail

Education thérapeutique du patient

Education thérapeutique du patient Présentation du dispositif de réhabilitation Rhône Alpes Centre 2 juin 2016 Education thérapeutique du patient S.MANGIN (IDE) Dr M.BONAÏTI Département de réhabilitation psychosociale Définitions - Objectifs

Plus en détail

Nouvelle Gouvernance l expérience roannaise

Nouvelle Gouvernance l expérience roannaise Nouvelle Gouvernance Nouvelle Gouvernance? Une vraie fausse expérimentation, Une vécu pédagogique, opérationnel et mesuré, Un apprentissage par l expérience, Un vrai débat en interne, difficile mais sain,

Plus en détail

Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir. Patricia Plasier, Psychologue

Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir. Patricia Plasier, Psychologue Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Patricia Plasier, Psychologue Introduction La maladie grave = événement potentiellement traumatique pour le malade et pour les proches La

Plus en détail

LA CONSULTATION DE LA DOULEUR CHRONIQUE. Centre Hospitalier de Charleville Mézières

LA CONSULTATION DE LA DOULEUR CHRONIQUE. Centre Hospitalier de Charleville Mézières LA CONSULTATION DE LA DOULEUR CHRONIQUE Centre Hospitalier de Charleville Mézières LA DOULEUR C est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle

Plus en détail

LA SEDATION. Approche de psychologie clinique EMILIE MAZZONETTO SEVERINE ABIGNON 16/04/2015

LA SEDATION. Approche de psychologie clinique EMILIE MAZZONETTO SEVERINE ABIGNON 16/04/2015 LA SEDATION Approche de psychologie clinique EMILIE MAZZONETTO SEVERINE ABIGNON 16/04/2015 Les désignations de la sédation Sédation ponctuelle Sédation transitoire Sédation terminale Sédation palliative

Plus en détail

La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique

La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique R. Baraka, D.Benmoussa,Y.Taleb,H.Takirate,L.Mejrebe B. GRIENE Consultation douleur CPMC La douleur un phénomène universel

Plus en détail

Le praticien face à l annonce de mauvaises nouvelles

Le praticien face à l annonce de mauvaises nouvelles Le praticien face à l annonce de mauvaises nouvelles Dr Stéphane Cattan,, Lille Pr Véronique V Christophe, Lille Que pensez-vous de Annoncer des mauvaises nouvelles s apprend sur le tas, avec l expérience

Plus en détail

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL Troubles psychocomportementaux et SEP Une intrication complexe entre: Des phénomènes neuropsychobiologiques (troubles cognitifs

Plus en détail

Maladie incurable et maintenant?

Maladie incurable et maintenant? Maladie incurable et maintenant? Lorsqu une maladie grave progresse et qu il n existe aucun espoir de guérison, des questions difficiles viennent à l esprit: Combien de temps me reste-t-il encore à vivre?

Plus en détail

La douleur chronique en Europe et en France. Une situation préoccupante pour des millions de malades

La douleur chronique en Europe et en France. Une situation préoccupante pour des millions de malades La douleur chronique en Europe et en France Une situation préoccupante pour des millions de malades Une première à l échelle européenne La première enquête européenne sur la douleur chronique Plus de 46

Plus en détail

L ATELIER D AUTOGESTION DE LA DÉPRESSION. Bruno Collard Coordonnateur des services

L ATELIER D AUTOGESTION DE LA DÉPRESSION. Bruno Collard Coordonnateur des services L ATELIER D AUTOGESTION DE LA DÉPRESSION Bruno Collard Coordonnateur des services Journées annuelles de santé mentale 14 mai 2012 Introduction 2 Objectifs de la présentation : Faire connaître un nouvel

Plus en détail

«Bien être pour bien soigner» 17 mars Souffrance des soignants à l hôpital : Etat des lieux Causes Axes de prévention

«Bien être pour bien soigner» 17 mars Souffrance des soignants à l hôpital : Etat des lieux Causes Axes de prévention «Bien être pour bien soigner» 17 mars 2015 Souffrance des soignants à l hôpital : Etat des lieux Causes Axes de prévention Dr Olivier Robert Hôpital Edouard Herriot HCL Enquête de satisfaction au travail

Plus en détail

Risques psychosociaux en entreprise - RPS Reconnaissance Sens du travail

Risques psychosociaux en entreprise - RPS Reconnaissance Sens du travail Charge de travail Risques psychosociaux en entreprise - RPS Reconnaissance Sens du travail Qualité Autonomie Sécurité de l emploi Communication Informations Relations humaines Stress - Mal-être - Souffrance

Plus en détail

Matthieu Lustman Médecin généraliste Sociologue de la santé Membre de l UNPS

Matthieu Lustman Médecin généraliste Sociologue de la santé Membre de l UNPS Matthieu Lustman Médecin généraliste Sociologue de la santé Membre de l UNPS La complexité Le suicide : un triple échec Celui de l individu qui est dans une impasse, incapable de trouver d autres solutions

Plus en détail

Approche en gestion de la douleur en traumatologie

Approche en gestion de la douleur en traumatologie Approche en gestion de la douleur en traumatologie Présenté par: Céline Charest Alain Montplaisir Anick Sauvageau Isabelle Garceau 14 mai 2009 Plan de la présentation Rappel du contexte Clientèle cible

Plus en détail

Cancer : maladie chronique

Cancer : maladie chronique Cancer : maladie chronique Introduction Chronique : «se dit d une maladie d évolution lente et sans tendance à la guérison», «qui dure, persiste» De plus en plus de gens vivent avec le cancer d où la notion

Plus en détail

AGIR SUR LE RISQUE PSYCHOSOCIAL

AGIR SUR LE RISQUE PSYCHOSOCIAL Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse SECAFI Changement.Travail.Santé 55, boulevard de l Embouchure BP 72081 31019 Toulouse Cedex 2 Tel : 05 62 72 36 00 POURQUOI UNE APPROCHE SYSTEMIQUE?

Plus en détail

Le travail d ERIC (Equipe Rapide d Intervention de Crise) Par Dr Frédéric Mauriac, Mme Jeannick Beaugé, Mme Marie-Claire Polus

Le travail d ERIC (Equipe Rapide d Intervention de Crise) Par Dr Frédéric Mauriac, Mme Jeannick Beaugé, Mme Marie-Claire Polus Le travail d ERIC (Equipe Rapide d Intervention de Crise) Par Dr Frédéric Mauriac, Mme Jeannick Beaugé, Mme Marie-Claire Polus 31 mars 2005 Trois collaborateurs d ERIC, qui dépend de l hôpital Charcot,

Plus en détail

Synthèses thématiques

Synthèses thématiques Synthèses thématiques Synthèses thématiques 129 Répondre aux besoins des enfants, adolescents et jeunes adultes atteints de cancer Le cancer chez l enfant est une maladie rare qui représente 1 à 2 % de

Plus en détail

AG2R LA MONDIALE «LES ACTIONS D UN GROUPE DE PROTECTION SOCIALE EN FAVEUR DE L ACTIVITE PHYSIQUE ET DU BIEN ETRE»

AG2R LA MONDIALE «LES ACTIONS D UN GROUPE DE PROTECTION SOCIALE EN FAVEUR DE L ACTIVITE PHYSIQUE ET DU BIEN ETRE» Colloque «sport santé» 1 er avril 2014 AG2R LA MONDIALE «LES ACTIONS D UN GROUPE DE PROTECTION SOCIALE EN FAVEUR DE L ACTIVITE PHYSIQUE ET DU BIEN ETRE» MONSIEUR PHILIPPE AZIZ DIRECTEUR DES ACTIVITES SOCIALES

Plus en détail

sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES

sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES Pour un autre regard sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues 1 CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES PASS Mobile Santé Mentale et Précarité 10 rue du petit tour 87000 Limoges 05

Plus en détail

SOPHROLOGIE et DOULEUR : une rencontre existentielle

SOPHROLOGIE et DOULEUR : une rencontre existentielle SOPHROLOGIE et DOULEUR : une rencontre existentielle Dominique Raetz, Sophrologue Caycédienne-IDE, Master spécialiste, Bourg en Bresse Les Rencontre de l Adapei du Rhône «Moi aussi j ai le droit d avoir

Plus en détail

POLITIQUE EN GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL

POLITIQUE EN GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL POLITIQUE EN GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL Texte officiel adopté par le conseil des commissaires lors de l ajournement de la séance ordinaire du 21 juin 2017 tenu le 28 juin 2017 par la résolution

Plus en détail

Formation à l entretien prénatal précoce

Formation à l entretien prénatal précoce Formation à l entretien prénatal précoce Session 2013 Vannes L ENTRETIEN PRÉNATAL PRÉCOCE: POUR QUI, POURQUOI, COMMENT? LES TEXTES FONDATEURS Le plan Périnatalité 2005-2007 La circulaire DGOS juillet 2005

Plus en détail

Les soins palliatifs: une approche médicale pour tous et une spécialité en devenir

Les soins palliatifs: une approche médicale pour tous et une spécialité en devenir Les soins palliatifs: une approche médicale pour tous et une spécialité en devenir Florence Augsburger, Grégory Berra, Pascal Heiniger, Lionel Comment Sous la direction du Prof. Charles-Henri Rapin Genève,

Plus en détail

Les 3 objectifs de la prise en charge de la personne dépressive

Les 3 objectifs de la prise en charge de la personne dépressive 1 Généralités Les 3 objectifs de la prise en charge de la personne dépressive Amélioration des symptômes et de la qualité de vie Restauration fonctionnelle Prévention des rechutes et des récidives La prise

Plus en détail

Accompagner une personne en fin de vie Les situations critiques selon la perception des proches aidants

Accompagner une personne en fin de vie Les situations critiques selon la perception des proches aidants Accompagner une personne en fin de vie Les situations critiques selon la perception des proches aidants Beat Sottas Sarah Brügger Adrienne Jaquier Projet approuvé par le FNRS Beaucoup de personnes désirent

Plus en détail

Plan de la présentation. Vision d ensemble. Portraits. Circonstanciel. Par cumul

Plan de la présentation. Vision d ensemble. Portraits. Circonstanciel. Par cumul Plan de la présentation Alain Dubois c.o., Professeur Laurie Allaire Mémorante en Sciences de l orientation Anne-Marie Côté-Provençal Doctorante en Sciences de l orientation Julie Després c.o, Doctorante

Plus en détail

Dr THIERY Catherine Centre d Accueil Psychiatrique Hôpital Saint-Roch

Dr THIERY Catherine Centre d Accueil Psychiatrique Hôpital Saint-Roch BURN OUT: REALITES CLINIQUES ET ENJEUX DE LA PRISE EN CHARGE A PARTIR D UNE CONSULTATION DE POST-URGENCE DEDIEE A LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL Dr THIERY Catherine Centre d Accueil Psychiatrique Hôpital Saint-Roch

Plus en détail

«Eveil de mon corps» Quelles activités pour le bien-être?

«Eveil de mon corps» Quelles activités pour le bien-être? «Eveil de mon corps» Quelles activités pour le bien-être? INFORMATION AUX PATIENTS Service de physiothérapie Centre Hospitalier du Valais Romand (CHVR) www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch PARTIE 1 : LA DOULEUR

Plus en détail

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Cette fiche propose des exemples de questions qui sont adaptables et modifiables par chaque équipe dans sa démarche d auto-évaluation.

Plus en détail

Soins palliatifs. Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel

Soins palliatifs. Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Soins palliatifs Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Plan Définitions Loi leonetti Structures en soins palliatifs Réseau Arc en Ciel Introduction Le terme «palliatif» recouvre

Plus en détail

Le regard des Français sur l artisanat

Le regard des Français sur l artisanat Le regard des Français sur l artisanat - POINT 4 - Juillet 2007 Méthodologie Le grand public Les jeunes Les artisans Échantillon de 1004 personnes représentatif de la population française âgée de plus

Plus en détail

LE SOIGNANT : Accompagnateur «EN» changement «POUR» la maladie chronique «D UNE» personne

LE SOIGNANT : Accompagnateur «EN» changement «POUR» la maladie chronique «D UNE» personne LE SOIGNANT : Accompagnateur «EN» changement «POUR» la maladie chronique «D UNE» personne Aux sources du projet ETP : Se construire après l annonce L annonce est le fait de porter oralement à la connaissance

Plus en détail

FIERE D ETRE INFIRMIERE

FIERE D ETRE INFIRMIERE R TR RMR Place de la clinique infirmière et le transfert de tâches et de compétences en rance COGRS TRATOAL B/BV Jeudi 1er décembre 2005 Jean-rançois GR 1 Un contexte, une situation Un système de santé

Plus en détail

C) Avantage du PCI. D) Équipes impliquées. E) Les membres du PCI. F) Profils-types. G) Formulaires

C) Avantage du PCI. D) Équipes impliquées. E) Les membres du PCI. F) Profils-types. G) Formulaires Rassurer Rallier Réactiver A) La réadaptation au travail B) Le Pont Clinique Intensif (PCI) C) Avantage du PCI Institut de kinésiologie du Québec T 514 754.3475 F 450 291.5932 www.yvanc.com https://www.facebook.com/

Plus en détail

Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques

Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques CRFTC Hôpital Broussais 14 Mai 2012 N. GEGOUT Psychologue clinicien Unité EVC/EPR Korian Canal de l Ourcq 75019 gegoutnicolas@gmail.com Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques 1 PRESENTATION: Préambule

Plus en détail

LES GRANDS PRINCIPES DE L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE RÉSEAU POHO- (PDE: LAURENCE PASQUIER ET CHRYSTÈLE ROUSSIN) CHU RENNES JUIN

LES GRANDS PRINCIPES DE L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE RÉSEAU POHO- (PDE: LAURENCE PASQUIER ET CHRYSTÈLE ROUSSIN) CHU RENNES JUIN LES GRANDS PRINCIPES DE L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE RÉSEAU POHO- (PDE: LAURENCE PASQUIER ET CHRYSTÈLE ROUSSIN) CHU RENNES JUIN 2016 1 Sommaire 1) L ETP, c est quoi? 2) Définitions et Textes légiférant l

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE Dr Sara Balagny Equipe Mobile d Accompagnement et de Soins Palliatifs Hospitalisation A Domicile CHRU Lille Définition des soins palliatifs «Les soins palliatifs cherchent

Plus en détail

Soins de fin de vie : En quoi la perspective est-elle nouvelle?

Soins de fin de vie : En quoi la perspective est-elle nouvelle? Soins de fin de vie : En quoi la perspective est-elle nouvelle? CAAP-Capitale-Nationale 28 octobre 2014 Michèle Marchand, M.D., Ph.D. Secrétaire, groupe de travail en éthique clinique Conseillère en éthique

Plus en détail

LE RECUEIL DE DONNEES. 18/10/2011 Stéphanie JORAND

LE RECUEIL DE DONNEES. 18/10/2011 Stéphanie JORAND LE RECUEIL DE DONNEES OBJECTIFS L étudiant en soins infirmiers sera capable de/d : Identifier les objectifs du recueil de données Repérer les différents types de données à recueillir Identifier les critères

Plus en détail

Comment parler de mauvaises nouvelles. Renée Dugas MD Professeure adjoint de clinique Université de Montréal Hôpital Sacré-Cœur

Comment parler de mauvaises nouvelles. Renée Dugas MD Professeure adjoint de clinique Université de Montréal Hôpital Sacré-Cœur Comment parler de mauvaises nouvelles Renée Dugas MD Professeure adjoint de clinique Université de Montréal Hôpital Sacré-Cœur 1 Les mauvaises nouvelles dans les différentes périodes Phase potentiellement

Plus en détail

Les Français et le cancer

Les Français et le cancer pour Les Français et le cancer Octobre 2008 0 Sommaire Note méthodologique Les résultats de l étude A L information à l égard du cancer B Les perceptions du cancer C Le cancer dans les politiques publiques

Plus en détail

Référentiel 2013 des prestations spécifiques conventionnées par l Agefiph en Ile-de-France Handicap mental

Référentiel 2013 des prestations spécifiques conventionnées par l Agefiph en Ile-de-France Handicap mental Référentiel 2013 des prestations spécifiques conventionnées par l Agefiph en Ile-de-France Handicap mental 1 Synthèse des prestations Intitulé prestation Objectifs Bénéficiaires Prescripteurs Prestataire

Plus en détail

Score de qualité de vie : indicateurs

Score de qualité de vie : indicateurs Score de qualité de vie : indicateurs Carine SEGRESTAN - Bordeaux INTRODUCTION Notion "fourre-tout" Importance de l auto-évaluation par le patient de sa qualité de vie (QDV) "Dans la mesure où les perceptions

Plus en détail

Prendre en charge l arthrite. Tirer le maximum de votre rendez-vous

Prendre en charge l arthrite. Tirer le maximum de votre rendez-vous Prendre en charge l arthrite Tirer le maximum de votre rendez-vous Tirer le maximum de votre rendez-vous Cet outil a été élaboré en collaboration avec des patients comme vous, pour vous aider à tirer le

Plus en détail

La première étape, les voeux provisoires d orientation des élèves : voeux d orientation provisoires ou définitifs?

La première étape, les voeux provisoires d orientation des élèves : voeux d orientation provisoires ou définitifs? Decque Myriam. (177) Titre : Le vœu d orientation en seconde : l examen de sa construction au regard de son traitement par le conseil de classe, un moteur de changement? En choisissant d entrer en seconde

Plus en détail

la plupart des patients vivent dans la cité certains travaillent, le plus souvent en milieu protégé, parfois en milieu ordinaire

la plupart des patients vivent dans la cité certains travaillent, le plus souvent en milieu protégé, parfois en milieu ordinaire Le handicap psychique : complémentarité des approches médicale et médico-sociale Jean-Marie Danion Plan Définition de la notion de handicap psychique Contexte historique de l émergence de cette notion

Plus en détail

Le traitement hypnotique du syndrome de l intestin irritable

Le traitement hypnotique du syndrome de l intestin irritable Le traitement hypnotique du syndrome de l intestin irritable Denis Houde, Ph.D., Psychologue clinicien denis.houde@cogicor.com L hypnose est souvent associée à un spectacle divertissant dans lequel un

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME PSYCHO- EDUCATIF POUR PATIENTS BIPOLAIRES ET LEUR FAMILLE

PRESENTATION DU PROGRAMME PSYCHO- EDUCATIF POUR PATIENTS BIPOLAIRES ET LEUR FAMILLE PRESENTATION DU PROGRAMME PSYCHO- EDUCATIF POUR PATIENTS BIPOLAIRES ET LEUR FAMILLE Melle O. ELGRABLI (Psychologue clinicienne) e Clinique (Pr. Kahn) CHU de Nancy NOTIONS GENERALES Qu est ce que le trouble

Plus en détail

Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris

Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris FÉDÉRER Séminaire LA SHS RECHERCHE : Décisions, normes ET L INNOVATION et éthique dans MÉDICALE le cancer EN CANCÉROLOGIE Illustrations cliniques Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique

Plus en détail

Le mutisme sélectif. A. Comprendre

Le mutisme sélectif. A. Comprendre Le mutisme sélectif A. Comprendre 1 Définition Le mutisme sélectif (MS) se définit par les critères diagnostiques suivants : A. Incapacité régulière à parler dans certaines situations alors que l enfant

Plus en détail

Politique relative à la prévention, à la promotion et aux pratiques organisationnelles favorisant la santé globale en milieu de travail

Politique relative à la prévention, à la promotion et aux pratiques organisationnelles favorisant la santé globale en milieu de travail Politique relative à la prévention, à la promotion et aux pratiques organisationnelles favorisant la santé globale en milieu de travail Approuvée : Modifiée : Conseil d administration (Résolution CA-2011-18)

Plus en détail

3. Maladies mentales

3. Maladies mentales 3. Maladies mentales Plan Qu est ce que la santé mentale? Dépression Suicide Trouble Anxieux Le vieillissement «réussi» Santé mentale État de bien-être dans lequel la personne peut se réaliser, surmonter

Plus en détail

L art Thérapie en question : Qu est ce que l Art Thérapie

L art Thérapie en question : Qu est ce que l Art Thérapie «Le SUJET comme matière, L ART comme support, 7 L EPANOUISSEMENT comme finalité» L art Thérapie en question : Qu est ce que l Art Thérapie - les bienfaits de l Art thérapie o Présentation de l association

Plus en détail

TRAVAILLER AVEC LES FAMILLES EN INSTITUTION. Journées CRFTC 2-4 avril 2012 Patricia de COLLASSON Psychologue clinicienne

TRAVAILLER AVEC LES FAMILLES EN INSTITUTION. Journées CRFTC 2-4 avril 2012 Patricia de COLLASSON Psychologue clinicienne TRAVAILLER AVEC LES FAMILLES EN INSTITUTION Journées CRFTC 2-4 avril 2012 Patricia de COLLASSON Psychologue clinicienne Pourquoi travailler avec les familles? «Plus personne ne prétend soigner le patient

Plus en détail