Paludisme grave d importation à Plasmodium falciparum traité par artésunate

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Paludisme grave d importation à Plasmodium falciparum traité par artésunate"

Transcription

1 Ann Biol Clin 2012 ; 70 (6) : Paludisme grave d importation à Plasmodium falciparum traité par artésunate Severe imported Falciparum malaria treated with artesunate doi: /abc Marc Danguy des Déserts 1 Etienne Montelescaut 1 Laurence Di Costanzo 2 Diane Commandeur 1 Ba Vinh Nguyen 1 Mehdi Ould-Ahmed 1 Nicolas Taudon 3 Isabelle Drouillard 2 1 Fédération anesthésie réanimation urgences, Hôpital d instruction des Armées Clermont Tonnerre, BRCM de Brest, France 2 Fédération des laboratoires, Hôpital d instruction des armées Clermont Tonnerre, BRCM de Brest, France 3 Institut de recherche biomédicale des armées - Antenne de Marseille, GSBdD de Marseille Aubagne, France Article reçu le 21 mars 2012, accepté le 14 mai 2012 Le paludisme est une maladie infectieuse peu fréquente sous nos latitudes et qui n est donc pas toujours parfaitement connue des praticiens. Cependant, le paludisme notamment à Plasmodium falciparum est une maladie potentiellement mortelle dont la prise en charge ne peut souffrir aucun retard ou approximation. Des nouveautés sont apparues récemment dans sa prise en charge thérapeutique. Nous présentons ici un cas clinique de paludisme grave à Plasmodium falciparum traité par artésunate. Nous exposerons ensuite les particularités du diagnostic biologique et clinique, puis les données concernant l utilisation des dérivés de l artémisinine, nouveau traitement de référence du paludisme. L observation Monsieur R.V. est un patient de 61 ans, effectuant de nombreux voyages en zone rurale de la République Tirés à part : M. Danguy des Déserts Résumé. Le paludisme à Plasmodium falciparum est une maladie infectieuse potentiellement mortelle, imposant un diagnostic biologique sûr et rapide, une prise en charge thérapeutique précoce et efficace. À partir d un cas clinique de paludisme grave d importation à Plasmodium falciparum ayant bénéficié d un traitement par artésunate, les différents moyens diagnostiques du paludisme sont revus, ainsi que les caractéristiques clinico-biologiques du paludisme grave. Les récentes avancées concernant la prise en charge thérapeutique du paludisme par dérivés de l artémisinine sont également présentées, ainsi qu une étude pharmacocinétique menée au cours de ce cas clinique. Mots clés : paludisme, Plasmodium falciparum, artésunate Abstract. Falciparum malaria is a potentially deadly infectious disease, imposing a sure and fast biologic diagnosis, an early and efficient treatment. We report a case of severe imported Falciparium malaria who received artesunate, and we rewiew the different diagnostic methods of malaria as well as the clinico-biological characteristics of severe malaria. Recent data concerning malaria treatment are presented, as a pharmacokinetic study leaded during this case. Key words: malaria, Plasmodium falciparum, artesunate centrafricaine pour raisons professionnelles. Dix jours après le retour de son dernier séjour d une durée de 5 semaines au cours duquel il n a pris aucune chimioprophylaxie anti-palustre, il présente une fièvre pour laquelle il s automédique avec du paracétamol. La fièvre persistant, il décide de faire réaliser un frottis sanguin dans un laboratoire d analyses médicales «de ville». Ce frottis montre la présence de Plasmodium falciparum, avec une parasitémie de 11 %. Celui-ci consulte alors son médecin traitant qui lui prescrit un traitement ambulatoire par quinine per os. Devant la détérioration de son état de conscience 12 h après la prise de quinine par voie orale, son épouse l emmène le lendemain consulter aux urgences de l HIA Clermont Tonnerre. Au service d accueil des urgences, le patient est confus avec un score de Glasgow coté à 13, sans signe clinique de gravité : l hémodynamique est stable avec une fréquence cardiaque à 80 bpm, une tension artérielle à 130/70 mmhg sans amines vasopressives, la SpO 2 est à 98 % en air ambiant, l auscultation cardiopulmonaire est normale, il n existe pas de convulsions, pas d hémoglobinurie, pas de signe hémorragique. Un bilan biologique est réalisé (tableau 1) montrant un ictère avec Pour citer cet article : Danguy des Déserts M, Montelescaut E, Di Costanzo L, Commandeur D, Nguyen BV, Ould-Ahmed M, Taudon N, Drouillard I. Paludisme grave d importation à Plasmodium falciparum traité par artésunate. Ann Biol Clin 2012 ; 70(6) : doi: /abc

2 Tableau 1. Suivi clinico-biologique. Date Temps Action Parasitémie Hémoglobine Plaquettes Leucocytes Bilirubinémie totale Créatininémie (% des hématies) (g/l) (G/L) (G/L) (C : conjuguée) ( mol/l) ( mol/l) 20/10/2011 J-12 Retour Centrafrique 28/10/2011 J-4 Fièvre 31/10/2011 J-1 Consultation médicale Quinine per os 01/11/2011 H 0 Admission Service d accueil des urgences 02/11/2011 H12 Admission Réa Intubation oro trachéale 02/11/2011 H24 Début hémodiafiltration continue 11 % % ,3 55,5 (C : 23,9) 73 0,20 % ,35 100,3 (C : 79,7) , /11/2011 H ,75 63,1 (C : 53,3) /11/2011 H , /11/2011 H ,2 23,1 (C : 23,0) /11/2011 H120 Arrêt des amines ,32 21,7 (C : 17,5) 241 et de la sédation 07/11/2011 H144 Conversion hémodiafiltration continue en hémodialyse séquentielle , /11/2011 H ,67 15,2 (C : 10,9) /11/2011 J , /11/2011 J , /11/2011 J12 Extubation , /11/2011 J15 0 % ,31 12,4 (C : 6,0) /11/2011 J25 Arrêt des dialyses Sortie , réanimation 734 Ann Biol Clin, vol. 70, n 6, novembre-décembre 2012

3 Paludisme grave d importation traité par artésunate une bilirubinémie élevée à 55 mol/l sans autre signe biologique de gravité : anémie modérée (125 g/l), pas d hypoglycémie (5,5 mmol/l), élévation discrète du lactate plasmatique (3,09 mmol/l), pas d hyperparasitémie (1 %), pas d insuffisance rénale (créatininémie 73 mol/l). Un traitement par artésunate (Malacef ) par voie IV est débuté, puis le patient est adressé en réanimation pour prise en charge d un neuropaludisme. L évolution en réanimation est initialement défavorable, avec nécessité d une intubation orotrachéale à H12 de son hospitalisation devant la majoration des troubles de conscience. De plus, le patient présente une défaillance hémodynamique nécessitant l introduction rapide à H18 d amines vasopressives (noradrénaline). Une insuffisance rénale anurique d installation brutale à H24 impose une épuration extrarénale. Sur le plan respiratoire, le patient présente une pneumopathie d inhalation à Proteus mirabilis, secondaire à des troubles de déglutition dans ce contexte de neuropaludisme, traitée par amoxicilline-acide clavulanique durant 7 j. Le patient présente une hémolyse majeure (LDH : 617 UI/L), caractérisée par un ictère intense (bilirubine totale : 100 mol/l, bilirubine conjuguée : 80 mol/l) avec une anémie à 105 g/l, ainsi qu une thrombopénie profonde à 32 G/L. Néanmoins, le traitement par artésunate (AS) est rapidement efficace, avec une décroissance parasitaire rapide (0,2 % à H12, 0 % à H48). Ce traitement a été poursuivi durant 7 j par voie IV devant l absence de transit digestif fiable. Le soutien par amines vasopressives est arrêté à J6 de réanimation. L évolution respiratoire est ralentie par un épisode de pneumopathie à Pseudomonas aeruginosa sauvage à J10, traité par une antibiothérapie associant pipéracilline-tazobactam durant 7 j et amikacine pendant 3 j. Au niveau neurologique, la sédation IV est arrêtée à J6 de réanimation. L état de conscience du patient s améliore lentement par la suite, avec un réveil de qualité à J12 permettant son extubation le même jour, aucun déficit neurologique n étant retrouvé à l examen clinique. L insuffisance rénale est la dernière défaillance à se corriger avec une ultime séance d épuration extra-rénale réalisée à J24 de son admission en soins intensifs. Le patient sort du service de réanimation 25 jours après son entrée dans le service. Le point de vue du biologiste Diagnostic du paludisme Le diagnostic biologique de paludisme est un diagnostic urgent, dont le résultat parasitologique doit être rendu dans les 2 h [1], idéalement dans l heure. Le biologiste doit répondre à trois questions fondamentales : Y a-t-il présence de parasites? Quelle est l espèce plasmodiale en cause? Quelle est la densité parasitaire? Plusieurs outils biologiques existent pour répondre à ces questions, faisant appel à trois types de techniques : microscopiques, détection antigénique rapide (immunochromatographie) et biologie moléculaire. Techniques microscopiques Le frottis sanguin est la méthode de référence, pratiquée par l ensemble des laboratoires. Cette technique permet une identification d espèce et la quantification parasitaire. Les lames sont colorées au May Grünwald Giemsa et lues à l aide d un microscope optique. Son principal inconvénient est qu elle est longue, nécessitant 20 min de lecture attentive. La sensibilité de ce test est estimée à hématies parasitées par microlitre. La goutte épaisse est une technique de concentration, plus sensible que le frottis sanguin. Ses inconvénients sont la nécessité de former des personnels à sa réalisation et sa lecture, car il ne s agit pas d une technique de routine. De plus, le diagnostic d espèce est parfois difficile. Enfin, la quantification parasitaire n est pas possible. Son seuil de sensibilité est de l ordre de 10 à 20 hématies parasitées par microlitre. Le Quantitative Buffy Coat (QBC ) combine deux procédés pour isoler les parasites : une centrifugation permettant de séparer les cellules sanguines selon un gradient de densité et une coloration fluorescente des acides nucléiques par l acridine orange. Les tubes capillaires ainsi préparés sont ensuite lus sur un microscope à fluorescence. Ses avantages sont une rapidité de réalisation (10 min, auxquelles il faut ajouter 15 min de lecture) et sa grande sensibilité. Ses inconvénients sont un coût non négligeable (environ D HT pour l achat du système optique et de la centrifugeuse, et un coût de 4,30 D HT de consommables par test), l absence de possibilité de diagnostic d espèce et de quantification parasitaire. Ce procédé est la technique microscopique la plus sensible (10 parasites par microlitre). Les tests de diagnostic rapide Il s agit de tests immunochromatographiques rapides, en cassette, basés sur la mise en évidence d antigènes composant les Plasmodiums. Ces tests permettent de détecter plusieurs antigènes sur une même cassette (un à trois selon le type). Ces antigènes peuvent être soit spécifiques d une espèce (ex : protéine histidine rich protein 2 pour P. falciparum, enzyme P. vivax LDH pour P. vivax), soit non spécifique d espèce (ex : Pan-aldolase pour tous les Plasmodiums). Les atouts de ces techniques sont leur grande facilité et rapidité de réalisation, l absence de matériel technique supplémentaire nécessaire à leur utilisation. Leurs inconvénients sont une sensibilité moins fine que les techniques précédentes de l ordre de parasites par microlitre et l existence de faux positifs (par exemple, une réaction Ann Biol Clin, vol. 70, n 6, novembre-décembre

4 croisée possible avec un facteur rhumatoïde). La lecture doit être faite rapidement après réalisation car au-delà de 30 min d incubation, des traits de «pseudo-positivité» peuvent apparaître. La polymerase chain reaction (PCR) La PCR à la recherche de séquences génomiques de Plasmodium est une technique qui permet un diagnostic de certitude dans les cas difficiles. Cependant, cette technique n est pas adaptée au cadre de l urgence et n est réalisable que dans des structures disposant d un plateau technique de haut niveau. Le seuil de détection est très bas, de 0,001 à 0,3 parasite par microlitre, selon les techniques et amorces employées [2]. Ces cinq types d examens sont complémentaires [3] et peuvent être utilisés selon différentes séquences, dont la plus appropriée est à définir pour chaque laboratoire en fonction de ses possibilités techniques et de son degré d expertise. Un algorithme est proposé au sein des recommandations pour la pratique clinique 2007 concernant la prise en charge et prévention du paludisme d importation à Plasmodium falciparum [1]. Au sein de notre structure, la séquence privilégiée est la réalisation conjointe d un test antigénique, du QBC et d un frottis sanguin. Le test antigénique rapide permet de donner une première réponse très rapide afin de débuter un traitement d urgence. Le QBC vient rapidement conforter ou mettre en doute ce diagnostic. Enfin, le frottis sanguin confirme ou écarte le diagnostic de paludisme, fait le diagnostic d espèce ainsi que l évaluation de la densité parasitaire. La biologie moléculaire, quant à elle, n est utilisée que dans les cas difficiles. La goutte épaisse n est pas utilisée au sein de notre structure. Propriétés pharmacologiques des dérivés de l artémisinine Rappels théoriques L AS est un dérivé de l artémisinine (AM). Il s agit d un remède de la médecine traditionnelle chinoise, issu de la plante Artemisia annua, dont le principe actif a été isolé en 1972 et a connu un regain d intérêt dans les années 1990 face à l apparition de souches plasmodiales résistantes à la quinine. L AM a de nombreux dérivés, mais l AS est le seul disponible en solution IV car il est le plus soluble dans l eau. L AS est une prodrogue, métabolisée en dihydroartémisine (DHA) qui est le composé actif obtenu par l action des estérases plasmatiques. Le DHA subit ensuite une glucuronoconjugaison hépatique. Le métabolisme de l AS en DHA est rapide (5 min) et la demi-vie d élimination de la DHA courte (30 min), ce qui fait de l AS un traitement d action très rapide [4]. Le mécanisme d action de l AS est mal connu mais semble reposer sur la création de radicaux libres toxiques pour les parasites à partir du pont peroxyde présent sur tous les dérivés de l AM et sur l inhibition de l ATPase calcium parasitaire. L AS est efficace sur des stades parasitaires jeunes et agit sur des stades plus précoces que la quinine [5]. Étude pharmacocinétique L originalité de ce cas clinique réside dans le suivi des concentrations sériques des dérivés de l AM au cours du traitement par AS. Des prélèvements plasmatiques ont été effectués aux pics et vallées, puis ont été analysés à l IRBA de Marseille. Les dosages d AS et de DHA ont été effectués sur une chaîne de chromatographie liquide à haute pression couplée à un détecteur électrochimique selon la méthode validée par le laboratoire. Les prélèvements ont subi une étape de prétraitement de type extraction sur phase solide avant analyse. Une modélisation pharmacocinétique des données a ensuite été réalisée avec le logiciel WinNonLin. L AS n a pu être détecté dans aucun des prélèvements. La figure 1 rapporte les résultats de dosage pour la DHA lors des prélèvements effectués 30 min après les injections d AS (signalées par des flèches). Des dosages de DHA ont également été effectués 30 min avant injection d AS et ont tous montré une concentration plasmatique inférieure à 2,5 ng/ml. L évolution des concentrations plasmatiques de DHA en fonction du temps est compatible avec un modèle à 1 compartiment. La figure 2 montre les valeurs observées et prédites après injections répétées d AS 200 mg en IV lente. Le tableau 2 présente les paramètres pharmacocinétiques obtenus à partir de la courbe des valeurs prédites par le modèle. Les concentrations plasmatiques de DHA mesurées peu après les administrations d AS, ainsi que les paramètres cinétiques sont cohérents avec les données de la littérature [4]. Le temps de demi-vie d élimination des dérivés de l AS étant très court, il serait intéressant dans le cadre de futurs suivis thérapeutiques de cibler une fenêtre de 4à6henpost-injection pour quantifier les concentrations résiduelles. Le point de vue du clinicien Particularités du paludisme grave en réanimation Ce cas clinique est une illustration du paludisme grave d importation en réanimation (figure 3). Le paludisme grave est défini par les critères de l Organisation mondiale de la santé (OMS) [6] selon les critères suivants, extraits des recommandations pour la pratique clinique 2007 concernant la prise en charge et prévention du paludisme d importation à Plasmodium falciparum [1]. Le paludisme d importation est défini par 736 Ann Biol Clin, vol. 70, n 6, novembre-décembre 2012

5 Paludisme grave d importation traité par artésunate Concentration plasmatique de DHA (ng/ml) , ,85 H0 H12 H24 30 : Injection de 200 mg d'as 940,8 544,8 529,8 336, H48 H72 H96 H120 Temps (h) Figure 1. Suivi des concentrations plasmatiques de DHA en fonction du temps. Concentration plasmatique DHA (ng/ml) Temps (h) Concentration plasmatique DHA (ng/ml) observé H144 Temps (h) Figure 2. Concentrations plasmatiques de DHA en fonction du temps (à gauche : représentation logarithmique ; à droite : représentation linéaire). prédit H168 la survenue d un paludisme chez un patient caucasien voyageant occasionnellement en zone d endémie et donc non immun. Cette pathologie est peu fréquente mais n est pas exceptionnelle : près de cas de paludisme d importation sont répertoriés par an en France [1]. Il s agit d une maladie infectieuse potentiellement létale, avec un taux de mortalité du paludisme grave d importation élevé, se situant entre 10 et 15 % [1, 7]. Il convient d évoquer ce diagnostic devant toute fièvre au retour de voyage en zone impaludée, de l écarter ou de l affirmer rapidement afin de Tableau 2. Paramètres pharmacocinétiques de l artémisinine. Paramètres Estimation Incertitude sur l estimation (%) Aire sous la courbe 1403 h * ng/l 11,6 Temps de demi-vie d élimination 1,3 h 4,8 Concentration maximale 705 ng/ml 13,6 Clairance 143 L/h 11,6 Volume de distribution à l équilibre 272 L 13,8 Ann Biol Clin, vol. 70, n 6, novembre-décembre

6 Pronostic Critères cliniques ou biologiques Fréquence (?) a Prostration : en règle, extrême faiblesse Thoubles de la conscience : score de Glasgow modifié b < 10 Détresse respiratoire : définition clinique seulement chez I enfant Convulsions répétées : au moins 2 par 24 h État de choc : pression artérielle systolique < 80 mmhg en présence de signes périphériques d insuffisance circulatoire Œdème pulmonaire (radiologique) : anomalies précisées chez l enfant Figure 3. Définition du paludisme grave [1]. Saignement anormal : définition purement clinique Ictère : clinique ou bilirubine totale > 50 µmol/l Hémoglobinurie macroscopique Anémie profonde : hémoglobine < 5 g/dl, hématocrite < 15 % Hypoglycémie : glycémie < 2,2 mmol/l Acidose : ph < 7,35 ou bicarbonates < 15 mmol/l Hyperlactatémie : lactates veineux plasmatiques > 5 mmol/l Hyperparasitémie : notamment parasitémie 4 % chez Ie non immun Insuffisance rénale : créatininémie > 265 µmol/l diurèse < 400 ml/j a Pas de données disponibles. b Le score de Glasgow modifié maximal est de 14 au lieu de 15 par suppression de l item «réponse motrice non orientée à la douleur». débuter le plus vite possible un traitement adapté et d éviter ainsi l évolution vers un paludisme grave comme dans le cas clinique que nous rapportons. Devant une parasitémie à 11 %, le patient aurait dû être orienté dans une structure hospitalière dans les plus brefs délais. Trois variables recueillies à l admission en réanimation sont associées à une hausse de la mortalité : l âge, les troubles de conscience calculés par le score de Glasgow et la parasitémie [7]. La défaillance d organe la plus fréquemment rencontrée dans le paludisme grave est l instabilité hémodynamique avec 61,7 % des patients nécessitant un remplissage vasculaire le premier jour d évolution et 27,2 % des patients nécessitant la perfusion d amines vasopressives au cours de leur séjour en réanimation. Des troubles de la conscience sont retrouvés chez 30,7 % des patients. Le recours à une ventilation mécanique est également fréquent (29,4 % des patients) pour une durée moyenne de ventilation de 6 j. Des co-infections sont diagnostiquées chez 24 % des patients. Une épuration extrarénale est nécessaire pour 20,2 % des patients [7]. Particularités du traitement par artésunate L originalité de ce cas clinique est l utilisation de l AS, dont peu de patients ont pu bénéficier en France à ce jour. Données de la littérature Les recommandations de l OMS concernant la prise en charge du paludisme grave ont évolué en 2006 [8] devant une diminution de mortalité de 38 % lors de l utilisation de l AS versus la quinine dans le traitement du paludisme grave de l adulte [9]. De plus, un essai récent a mis en exergue une diminution de la mortalité de 22,5 % en faveur de l AS sur la quinine dans la prise en charge du paludisme grave de l enfant africain [10], qui restait la seule situation 738 Ann Biol Clin, vol. 70, n 6, novembre-décembre 2012

7 Paludisme grave d importation traité par artésunate où il n avait pas montré sa supériorité, faisant de l AS le traitement de référence du paludisme grave. Effets indésirables L AS présente des effets indésirables : allergiques : effet indésirable le plus grave se traduisant par une hypersensibilité de type 1 retrouvée dans une utilisation sur et imposant l arrêt du traitement ; cardiovasculaires : bradycardie, allongements du QT inconstants imposant une surveillance électrocardiographique ; hématologiques : réticulocytopénie et neutropénie transitoires inconstantes ; rénaux : effet diurétique ; neurologiques : neurotoxicité, vertiges, acouphènes ; toxicité hépatique : élévation transitoire des enzymes hépatiques ; embryotoxicité notamment lors du premier trimestre ; troubles digestifs. Contre-indications Ses contre-indications sont une allergie à l AS ou à un de ses excipients et la grossesse. Concernant notre cas clinique, aucun effet indésirable n a été constaté. En particulier, l insuffisance rénale présentée par notre patient ne semble pas liée à l AS : il n a pas été constaté de polyurie mais au contraire une anurie malgré des apports hydriques adéquats. Autres indications Les autres indications de l AS incluent, outre le paludisme grave, la prévention de la bilharziose et font l objet de recherche en cancérologie et en virologie (effets sur certains Herpes virus, ainsi que les virus des hépatites B et C) [11]. En pratique L utilisation de l AS est simple. Le traitement dure 7 j, les trois premiers jours de traitement sont obligatoirement administrés par voie IV. Le premier jour comprend une double dose (une dose à H0, à H12 et à H24) puis le traitement est administré toutes les 24 h. Il peut être relayé par la voie orale au quatrième jour si la voie orale est possible et fiable, sinon le traitement est poursuivi par voie IV. La posologie est de 2,4 mg/kg par dose. Les flacons comprennent chacun 60 mg de principe actif. Son utilisation n est possible que dans le cadre d une Autorisation temporaire d utilisation (ATU). L ATU nominative est délivrée, pour une durée limitée, par l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), à la demande du médecin prescripteur et est subordonnée par l Afssaps à la mise en place d un Protocole d utilisation thérapeutique et de recueil d informations (PUT). Dans le cadre de l ATU, le Malacef est réservé à l usage hospitalier. S agissant d un médicament utilisé dans des situations d urgence clinique, il est nécessaire que des stocks de Malacef soient constitués au préalable au sein de l établissement de santé. Pour ce faire, chaque pharmacien hospitalier susceptible de devoir dispenser du Malacef en urgence peut effectuer une demande d autorisation de détention de stock d urgence auprès de l Afssaps. Le CNR du paludisme de la Pitié-Salpêtrière, en charge du suivi national des patients traités par Malacef, informe les professionnels de santé souhaitant l utiliser, centralise toutes les informations recueillies dans le cadre du PUT, analyse toutes les informations recueillies et transmet un rapport de synthèse tous les 3 mois à l Afssaps. Conclusion Dans le cas clinique exposé, l utilisation de l artésunate a été un succès. Sa disponibilité immédiate (les démarches avaient été effectuées auparavant pour disposer d un stock au sein de la pharmacie de notre structure) et son profil pharmacocinétique d action rapide ont permis de délivrer sans délai à notre patient un traitement efficace. Son utilisation simple avec notamment une facilité de préparation du produit combinée à l absence de surveillance des dosages biologiques et l absence d effets indésirables ont permis une bonne tolérance du traitement par le patient et une adhésion immédiate de l équipe soignante à ce traitement. Conflits d intérêts : Références aucun. 1. Prise en charge et prévention du paludisme d importation à Plasmodium falciparum : recommandations pour la pratique clinique 2007 (révisions de la Conférence de consensus 1999). Texte long. Med Mal Infect 2008 ; 38 : Berry A, Benoit-Vical F, Fabre R, Cassaing S, Magnaval JF. PCR-based methods to the diagnosis of imported malaria. Parasite 2008 ; 15 : Brenier-Pinchart MP, Pinel C, Grillot R, Ambroise-Thomas P. Le diagnostic du paludisme dans les régions non endémiques : valeur, limites et complémentarité des méthodes actuelles. Ann Biol Clin (Paris) 2000 ; 58 : Morris CA, Duparc S, Borghini-Fuhrer I, Jung D, Shin CS, Fleckenstein L. Review of the clinical pharmacokinetics of artesunate and its active metabolite dihydroartemisinin following intravenous, intramuscular, oral or rectal administration. Malar J 2011 ; 10 : ter Kuile F, White NJ, Holloway P, Pasvol G, Krishna S. Plasmodium falciparum : in vitro studies of the pharmacodynamic properties of drugs used for the treatment of severe malaria. Exp Parasitol 1993 ; 76 : Severe falciparum malaria. World Health Organization, Communicable Diseases Cluster. Trans R Soc Trop Med Hyg 2000 ; 94 (Suppl. 1) : S1-90. Ann Biol Clin, vol. 70, n 6, novembre-décembre

8 7. Bruneel F, Tubach F, Corne P, Megarbane B, Mira JP, Peytel E, et al. Severe imported falciparum malaria : a cohort study in 400 critically ill adults. PLoS One 2010;5:e Reyburn H. New WHO guidelines for the treatment of malaria. BMJ 2010 ; 340 : c Dondorp A, Nosten F, Stepniewska K, Day N, White N. Artesunate versus quinine for treatment of severe falciparum malaria : a randomised trial. Lancet 2005 ; 366 : Dondorp AM, Fanello CI, Hendriksen ICE, Gomes E, Seni A, Chhaganlal KD, et al. Artesunate versus quinine in the treatment of severe falciparum malaria in African children (Aquamat) : an open-label, randomised trial. Lancet 2010 ; 376 : Efferth T, Romero MR, Wolf DG, Stamminger T, Marin JJG, Marschall M. The antiviral activities of artemisinin and artesunate. Clin Infect Dis 2008 ; 47 : Ann Biol Clin, vol. 70, n 6, novembre-décembre 2012

Pertinence pronostique de la thrombopénie dans le paludisme d importation à Plasmodium falciparum de l adulte

Pertinence pronostique de la thrombopénie dans le paludisme d importation à Plasmodium falciparum de l adulte Pertinence pronostique de la thrombopénie dans le paludisme d importation à Plasmodium falciparum de l adulte C Rapp 1-4, E. Diop 1, A. Mayet 2, C. Ficko 1, D. Andriamanantena 1, P. Imbert 1, A. Mérens

Plus en détail

Le paludisme d importation de l enfant est fréquent et souvent grave Le reconnaître pour le traiter en urgence

Le paludisme d importation de l enfant est fréquent et souvent grave Le reconnaître pour le traiter en urgence Le paludisme d importation de l enfant est fréquent et souvent grave Le reconnaître pour le traiter en urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Paludisme 250 millions d épisodes aigus par an 800

Plus en détail

Performance diagnostique des outils biologiques dans le paludisme d importation à Plasmodium vivax de l adulte

Performance diagnostique des outils biologiques dans le paludisme d importation à Plasmodium vivax de l adulte Performance diagnostique des outils biologiques dans le paludisme d importation à Plasmodium vivax de l adulte 1 S. Larréché, 2 C. Rapp, 1 H. Delacour, 1 F. Janvier, 2 C. Ficko, 1 J.E. Pilo, 1 A. Mérens

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE Augmentation incidence : 2003 : 350 à 500 millions (OMS) 2002 : Estimation 300 à 600 millions voyageurs /an : 100 DCD 5000 à 6000

EPIDEMIOLOGIE Augmentation incidence : 2003 : 350 à 500 millions (OMS) 2002 : Estimation 300 à 600 millions voyageurs /an : 100 DCD 5000 à 6000 LES ANTI-PALUDIQUES ACTUALITES DES INDICATIONS Dr. FAKHER KANOUN JOURNEE DE FORMATION SUR LES ANTI-PARASITAIRES EPIDEMIOLOGIE Augmentation incidence : 2003 : 350 à 500 millions (OMS) 2002 : Estimation

Plus en détail

PALUDISME DE L ENFANT Recommandations et actualités. Dr Marie Lagarde Pédiatre, Urgences pédiatriques CHU Bordeaux

PALUDISME DE L ENFANT Recommandations et actualités. Dr Marie Lagarde Pédiatre, Urgences pédiatriques CHU Bordeaux PALUDISME DE L ENFANT Recommandations et actualités Dr Marie Lagarde Pédiatre, Urgences pédiatriques CHU Bordeaux Epidémiologie Paludisme=problème sanitaire majeur à l échelle mondiale ½ population exposée.

Plus en détail

Paludisme grave Prise en charge thérapeutique. Solenn Coz DESC réanimation médicale CHU Bordeaux

Paludisme grave Prise en charge thérapeutique. Solenn Coz DESC réanimation médicale CHU Bordeaux Paludisme grave Prise en charge thérapeutique Solenn Coz DESC réanimation médicale CHU Bordeaux Paludisme en France? Paludisme d importation 4000 à 5000 cas/an en France Une centaine de cas graves Plasmodium

Plus en détail

Conformité de la prise en charge des accès s palustres aux recommandations nationales dans un service d urgence

Conformité de la prise en charge des accès s palustres aux recommandations nationales dans un service d urgence 9ème congrès du Collège de Médecine d Urgence de Bretagne Conformité de la prise en charge des accès s palustres aux recommandations nationales dans un service d urgence Gabriel Berne - Rennes 19 mars

Plus en détail

Paludisme grave Prise en charge thérapeutique

Paludisme grave Prise en charge thérapeutique Paludisme grave Prise en charge thérapeutique Sébastien HELOU LIMOGES 16 septembre 2009 EPIDEMIOLOGIE FRANCAISE 4000 à 5000 cas /an en France 13 cas en 3 ans de paludisme autochtone Plus de 80% de Plasmodium

Plus en détail

Collège de réanimation médicale M. Oueslati, A. Trifi, Rea med la Rabta

Collège de réanimation médicale M. Oueslati, A. Trifi, Rea med la Rabta CAS CLINIQUE Collège de réanimation médicale M. Oueslati, A. Trifi, Rea med la Rabta Observation: Jeune fille de 16 ans. Athlète pratiquant un sport de combat. Notion de séjour au cote d ivoire. Admise

Plus en détail

Paludisme grave N 166. Paludisme Introduction

Paludisme grave N 166. Paludisme Introduction Paludisme grave N 166. Paludisme Connaître les circonstances imposant la recherche d'un paludisme et les examens complémentaires permettant de confirmer le diagnostic et d'évaluer le retentissement. Connaître

Plus en détail

LE PALUDISME. Epidémiologie : La répartition mondiale varie en fonction du parasite.

LE PALUDISME. Epidémiologie : La répartition mondiale varie en fonction du parasite. LE PALUDISME Généralités : Le paludisme ou malaria est la parasitose la plus létale (1-3 millions de décès par an!!) L homme est à la fois HI et HD Les horaires de piqûres se situent essentiellement entre

Plus en détail

DIRECTIVES NATIONALES POUR LE TRAITEMENT DU PALUDISME

DIRECTIVES NATIONALES POUR LE TRAITEMENT DU PALUDISME REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple- un But- une Foi ********************** MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA PREVENTION MEDICALE ********************** DIRECTION DE LA SANTE ********************** DIVISION DE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 avril 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 avril 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 avril 2015 QUININE CHLORHYDRATE LAFRAN 224,75 mg, comprimé Boîte de 20 (34009 308 875 1 6) QUININE CHLORHYDRATE LAFRAN 449,50 mg, comprimé Boîte de 20 (34009 308 877

Plus en détail

Cas clinique Paludisme

Cas clinique Paludisme Cas clinique Paludisme Un jeune ingénieur tunisien décroche un contrat avec Exon Mobile pour travailler en Angola pendant 3 ans. Une des clauses de son contrat est l obligation de prise hebdomadaire d

Plus en détail

Quelle stratégie pour l épuration extra-rénale chez le patient instable?

Quelle stratégie pour l épuration extra-rénale chez le patient instable? Quelle stratégie pour l épuration extra-rénale chez le patient instable? Nathalie Plichard (IDE) Service de Réanimation Polyvalente Plan de l exposé Introduction Avantages et inconvénients de chaque technique

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Rédacteurs Dr Faddoul Minerva urgentiste CH Chalon/ Saone Date 21/11/2015 Validation Approbation Bibliographie Commission de protocoles Afssaps CNR La Pitié-Salpétrière

Plus en détail

Le choc septique. Dr Julie THISSE SAMU 88 SAU SMUR Epinal 18/03/14

Le choc septique. Dr Julie THISSE SAMU 88 SAU SMUR Epinal 18/03/14 Le choc septique Dr Julie THISSE SAMU 88 SAU SMUR Epinal 18/03/14 Définitions Etat de choc: inadéquation prolongée entre les apports en O2 et la demande tissulaire en O2 (très souvent corréléàune baisse

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

FICHE DE DECLARATION DES CAS DE PALUDISME D IMPORTATION ET AUTOCHTONE EN FRANCE

FICHE DE DECLARATION DES CAS DE PALUDISME D IMPORTATION ET AUTOCHTONE EN FRANCE CNR Paludisme Fiche n : FICHE DE DECLARATION DES CAS DE PALUDISME D IMPORTATION ET AUTOCHTONE EN FRANCE 1. Identification du patient Identifiant CNR: Année: Identifiant patient:. Nom * : Prénom * :. Date

Plus en détail

Le Poumon et le Plasmodium MCS Parzy D. Prof Fumoux F Dr Gazin Dr Gazin P UR3P

Le Poumon et le Plasmodium MCS Parzy D. Prof Fumoux F Dr Gazin Dr Gazin P UR3P Relations hôtes parasites Le Poumon et le Plasmodium MCS Parzy D. Prof Fumoux F Dr Gazin P 1 Paludisme Un mort toutes les 30 secondes En France 5 à 6000 cas /an P. falciparum : 84% Accès graves : 3 à 6%

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-45 Pagination : 1de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 45 Rédacteurs Dr Bénédicte VALLET Date 20/10/2008 Validation Srce Commission

Plus en détail

Le Paludisme UE «De l agent infectieux à l hôte» Pr P. Vincendeau UMR 177 INTERTRYP

Le Paludisme UE «De l agent infectieux à l hôte» Pr P. Vincendeau UMR 177 INTERTRYP Le Paludisme UE «De l agent infectieux à l hôte» Pr P. Vincendeau UMR 177 INTERTRYP 1. Introduction PALUDISME Parasitisme hématies par 5 espèces genre Plasmodium Vecteur insectes diptères femelles genre

Plus en détail

Sauver des vies grâce à l artésunate injectable. Compte-rendu de la réunion sur l artésunate injectable Genève, 11 novembre 2011

Sauver des vies grâce à l artésunate injectable. Compte-rendu de la réunion sur l artésunate injectable Genève, 11 novembre 2011 Sauver des vies grâce à l artésunate injectable Compte-rendu de la réunion sur l artésunate injectable Genève, 11 novembre 2011 Compte-rendu de la réunion sur l artésunate injectable - Genève, le 11 novembre

Plus en détail

Epidémiologie (2008) Le Paludisme dans le Monde

Epidémiologie (2008) Le Paludisme dans le Monde Epidémiologie (2008) Le Paludisme dans le Monde Le paludisme tue un enfant toutes les 45 secondes en Afrique et environ 1 million de personnes par an, selon les estimations de l'oms. Environ 40% de la

Plus en détail

Paludisme grave d importation de l adulte étude multicentrique chez 400 patients

Paludisme grave d importation de l adulte étude multicentrique chez 400 patients Paludisme grave d importation de l adulte étude multicentrique chez patients F Bruneel (Versailles), F Tubach (Bichat), P Corne (Montpellier), B Mégarbane (Lariboisière), A Mathonnet (Cochin), M Wolff

Plus en détail

SUIVI THERAPEUTIQUE PHARMACOLOGIQUE

SUIVI THERAPEUTIQUE PHARMACOLOGIQUE SUIVI THERAPEUTIQUE PHARMACOLOGIQUE DEFINITION : «Une spécialité clinique pluridisciplinaire visant à améliorer la prise en charge du patient en ajustant individuellement la dose de médicament pour lesquels

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre ARANESP 60 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4)

AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre ARANESP 60 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 5 septembre 2001 ARANESP 15 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4) ARANESP 25 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V.

Plus en détail

Demandez conseil à votre pharmacien. A. Spinewine, F. Van Bambeke Unité de Pharmacologie cellulaire et moléculaire UCL, Bruxelles

Demandez conseil à votre pharmacien. A. Spinewine, F. Van Bambeke Unité de Pharmacologie cellulaire et moléculaire UCL, Bruxelles Demandez conseil à votre pharmacien. A. Spinewine, F. Van Bambeke Unité de Pharmacologie cellulaire et moléculaire UCL, Bruxelles Les acteurs du traitement médicamenteux PATIENT MEDECIN PHARMACIEN La pharmacothérapie,

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 12 décembre 2001 INOmax 400ppm mole/mole, gaz pour inhalation Bouteille de 10litres

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LATRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 21 mars 2001 TEGELINE 50mg/ml poudre et solvant pour solution pour perfusion Laboratoire

Plus en détail

Les erythropoïétines humaines recombinantes :

Les erythropoïétines humaines recombinantes : Les erythropoïétines humaines recombinantes : Utilisation en Néphrologie Dr Dominique BARRILLON Centre Hémodialyse CHU Nice - Hôpital Pasteur E.P.O. en Néphrologie 1989 : La Révolution E.P.O. L anémie

Plus en détail

Soliris. I. Qu est ce que le Soliris? II. Dans quel cas utilise t on le Soliris? III. Ce que l on faisait avant le Soliris : l échange plasmatique

Soliris. I. Qu est ce que le Soliris? II. Dans quel cas utilise t on le Soliris? III. Ce que l on faisait avant le Soliris : l échange plasmatique SOLIRIS ECULIZUMAB I. Qu est ce que le Soliris? Soliris II. Dans quel cas utilise t on le Soliris? III. Ce que l on faisait avant le Soliris : l échange plasmatique IV. Notre pratique du Soliris V. Notre

Plus en détail

Séjour en USC ou transfert programmé en réanimation?

Séjour en USC ou transfert programmé en réanimation? Séjour en USC ou transfert programmé en réanimation? ARRES-ASSPRO 2011 M. Sfez 2011 1 1. Il existe des scores prédictifs de la fréquence des complications postopératoires a. Vrai b. Faux 2. Le pourcentage

Plus en détail

PALUDISME Cours IFSI 2015

PALUDISME Cours IFSI 2015 PALUDISME Cours IFSI 2015 Aurélie FILLION Unité de Maladies Infectieuses CH de Chalon-sur-Saône Plan Epidémiologie Paludisme et Plasmodium Tableau clinique et biologique Confirmation diagnostic Traitement

Plus en détail

Neuropaludisme d importation de l adulte

Neuropaludisme d importation de l adulte Neuropaludisme d importation de l adulte V. Laurent (Versailles), C. Roy (Bichat), P. Corne (Montpellier), B. Mégarbane (Lariboisière), E. Azoulay (Saint Louis), JF. Timsit (Grenoble), O. Guisset (Bordeaux),

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue. Dr. L.Albano

Insuffisance rénale aigue. Dr. L.Albano Insuffisance rénale aigue Dr. L.Albano Insuffisance rénale aiguë (IRA) Définitions Physiopathologie: IRA obstructive IRA fonctionnelle IRA organique Clinique Complications Diagnostic Principes de traitement

Plus en détail

Macrophages pseudo-gaucher et infection à Mycobacterium avium. Rémy Hurstel

Macrophages pseudo-gaucher et infection à Mycobacterium avium. Rémy Hurstel Macrophages pseudo-gaucher et infection à Mycobacterium avium Rémy Hurstel Historique du patient Patient de sexe masculin né en 1934 Diagnostic de leucémie prolymphocytaire T CD 4+ réalisé en avril 2013

Plus en détail

Insuffisance rénale Insuffisance hépatique

Insuffisance rénale Insuffisance hépatique Chapitre 10 : MEDICAMENTS ET PATHOLOGIES Insuffisance rénale Insuffisance hépatique Objectifs : Savoir décrire les modifications de la pharmacocinétique des médicaments chez l insuffisant rénal Savoir

Plus en détail

Paludisme grave de l adulte en réanimation

Paludisme grave de l adulte en réanimation 51 e Congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2009 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés Paludisme grave de l adulte en réanimation M. Wolff*, M. Soudy,

Plus en détail

Un sepsis que faire? Marielle BOYER-BESSEYRE. 17 es JNI, Lille, du 7 au 9 juin

Un sepsis que faire? Marielle BOYER-BESSEYRE. 17 es JNI, Lille, du 7 au 9 juin Un sepsis que faire? Marielle BOYER-BESSEYRE 1 Déclaration de liens d intérêt avec les industries de santé en rapport avec le thème de la présentation (loi du 04/03/2002) : BOYER-BESSEYRE Marielle Un sepsis

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INTOXICATIONS MEDICAMENTEUSES VOLONTAIRES AU SERVICE DES URGENCES. Site d Etampes

PRISE EN CHARGE DES INTOXICATIONS MEDICAMENTEUSES VOLONTAIRES AU SERVICE DES URGENCES. Site d Etampes PRISE EN CHARGE DES INTOXICATIONS MEDICAMENTEUSES VOLONTAIRES AU SERVICE DES URGENCES Site d Etampes PR-ULI-URG-PEC-N 115 Version n 1 Créé le 01-09-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS

Plus en détail

Paludisme d importation chez la femme enceinte en France métropolitaine Etude PALUFEN

Paludisme d importation chez la femme enceinte en France métropolitaine Etude PALUFEN Paludisme d importation chez la femme enceinte en France métropolitaine Etude PALUFEN LA Merleau, P Imbert, M Thellier & le réseau du CNR du paludisme Ecole Régionale de Sages-Femmes, Tours Hôpital d instruction

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 99 page 1 Copyright CMIT ITEM N 99 : PALUDISME OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition Item 99 page 1 Copyright CMIT ITEM N 99 : PALUDISME OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 99 page 1 ITEM N 99 : PALUDISME OBJECTIFS TERMINAUX I. Mettre en œuvre les mesures de prophylaxie adaptée II. Diagnostiquer un paludisme III. Argumenter l attitude thérapeutique

Plus en détail

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Unité d épilepsie et ICM Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris, France Contexte Patient admis dans un département

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 3 septembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 3 septembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 3 septembre 2008 CYANOKIT 2,5 g, poudre pour solution pour perfusion Boîte de 2 flacons (250ml) + 1 set de perfusion + 2 dispositifs de transfert + 1 cathéter (CIP :

Plus en détail

EPURATION EXTRA RENALE EN TOXICOLOGIE

EPURATION EXTRA RENALE EN TOXICOLOGIE EPURATION EXTRA RENALE EN TOXICOLOGIE Nozha BRAHMI Service de Réanimation Médicale et de Toxicologie- CAMU - Tunis INTRODUCTION La question du traitement optimal au cours des intoxications aiguës reste

Plus en détail

Généralités sur la pharmacologie

Généralités sur la pharmacologie 6.Chapitre 1 Généralités sur la pharmacologie Comprendre et connaître les grands principes de pharmacocinétiques et pharmacodynamies, utiles pour la pratique clinique. réponses p. 206 Chapitre 1 Généralités

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES MENINGITES DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES

PRISE EN CHARGE DES MENINGITES DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES N de version: 01 Date d'application: Mars 2010 Réf.: CMUB-004 Pagination : 1 de 5 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 004 Rédacteurs Dr Minerva FADDOUL, Dr Emmanuel VIGREUX Date Mars

Plus en détail

cours de collège des Maladies infectieuses- Microbiologie-Parasitologie

cours de collège des Maladies infectieuses- Microbiologie-Parasitologie cours de collège des Maladies infectieuses- Microbiologie-Parasitologie Cas clinique Dr KAABIA N Service des Maladies Infectieuses Hôpital Farhat Hached Sousse Janvier 2009 Observation M r KC, 22 ans,

Plus en détail

Suivi de l anémie chez les patients suivis à la clinique de la prévention optimale de l insuffisance rénale (PRÉVOIR)

Suivi de l anémie chez les patients suivis à la clinique de la prévention optimale de l insuffisance rénale (PRÉVOIR) Centre de santé et de services sociaux de Rivière-du-Loup ORDONNANCE COLLECTIVE Suivi de l anémie chez les patients suivis DESCRIPTION : Ajustement de la dose des agents stimulants l érythropoïèse (ASE)

Plus en détail

PROTOCOLE. Plainte pour une suspicion d infection urinaire (cystite) REQUÊTE PRIMAIRE AOÛT Avec le soutien du laboratoire

PROTOCOLE. Plainte pour une suspicion d infection urinaire (cystite) REQUÊTE PRIMAIRE AOÛT Avec le soutien du laboratoire Plainte pour une suspicion d infection urinaire (cystite) REQUÊTE PRIMAIRE AOÛT 2011 PROTOCOLE Avec le soutien du laboratoire Préambule Champ d application de la recommandation Cette recommandation s applique

Plus en détail

INFLUENCE DU STADE DE L INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE SUR LA MORBIDITE ET LA MORTALITE EN DIALYSE PERITONEALE

INFLUENCE DU STADE DE L INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE SUR LA MORBIDITE ET LA MORTALITE EN DIALYSE PERITONEALE INFLUENCE DU STADE DE L INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE SUR LA MORBIDITE ET LA MORTALITE EN DIALYSE PERITONEALE Sandrine Genestier, Sylvie Chiron Centre hospitalier Louis Pasteur 68024 Colmar Nous avons

Plus en détail

Concepts généraux de pharmacocinétique (PK)

Concepts généraux de pharmacocinétique (PK) Concepts généraux de pharmacocinétique (PK) C max, clairance, Vd, Demi-vie, ASC, biodisponibilité, Liaison aux protéines Qu est-ce donc que ce jargon? A quoi cela sert-il? 2-1 Concepts généraux de pharmacocinétique

Plus en détail

Infos transfusion LA TRANSFUSION SANGUINE. Ce qu il est important de savoir. A quoi sert une transfusion sanguine, et

Infos transfusion LA TRANSFUSION SANGUINE. Ce qu il est important de savoir. A quoi sert une transfusion sanguine, et Infos transfusion LA TRANSFUSION SANGUINE Malgré les moyens mis en œuvre pour épargner les pertes sanguines, la réalisation d une intervention chirurgicale nécessite parfois la transfusion de produits

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 12 novembre 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 12 novembre 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 12 novembre 2003 ZAVESCA 100 mg, gélule Boîte de 84 Actelion Pharmaceuticals France miglustat Liste I Médicament réservé à l usage

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE DE L ADULTE (PAC)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE DE L ADULTE (PAC) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE DE L ADULTE (PAC) 1-SIGNES DE GRAVITE? Au moins 2 des critères mineurs à l admission FR > 30 cycles par minute PaO2/FiO2 < 250 mmhg (ou < 200

Plus en détail

Comprimé pelliculé de couleur blanc à blanc cassé, de forme ovale, d environ 12,5 mm x 6,0 mm gravé «VH 1» sur une face et égale de l autre côté.

Comprimé pelliculé de couleur blanc à blanc cassé, de forme ovale, d environ 12,5 mm x 6,0 mm gravé «VH 1» sur une face et égale de l autre côté. DENOMINATION DU MEDICAMENT Co-Valsartan Apotex 80 mg/12,5 mg comprimés pelliculés Co-Valsartan Apotex 160 mg/12,5 mg comprimés pelliculés Co-Valsartan Apotex 160 mg/25 mg comprimés pelliculés COMPOSITION

Plus en détail

Pharmacocinétique. Transfert du principe actif du site d administration jusqu à la circulation sanguine

Pharmacocinétique. Transfert du principe actif du site d administration jusqu à la circulation sanguine Pharmacocinétique = étudie le devenir des médicaments dans l organisme I. Absorption Transfert du principe actif du site d administration jusqu à la circulation sanguine On peut choisir différentes voies

Plus en détail

RECONNAÎTRE ET PRENDRE EN CHARGE UN ENFANT GRAVEMENT MALADE Julien NAUD DESCMU décembre 2012

RECONNAÎTRE ET PRENDRE EN CHARGE UN ENFANT GRAVEMENT MALADE Julien NAUD DESCMU décembre 2012 RECONNAÎTRE ET PRENDRE EN CHARGE UN ENFANT GRAVEMENT MALADE Julien NAUD DESCMU décembre 2012 DESCMU CAMU 6 décembre 2011 Buts et objectifs Reconnaître l enfant gravement malade Reconnaître les signes d

Plus en détail

Cas clinique: une tentative d autolyse. S. Nguyen, CH Béthune ARMEDA 15 février 2011

Cas clinique: une tentative d autolyse. S. Nguyen, CH Béthune ARMEDA 15 février 2011 Cas clinique: une tentative d autolyse S. Nguyen, CH Béthune ARMEDA 15 février 2011 Cas clinique: une tentative d autolyse Mme D, 45 ans, admise en réanimation pour choc cardiogénique sur intoxication

Plus en détail

Gaz du sang : interprétation des analyses

Gaz du sang : interprétation des analyses Gaz du sang : interprétation des analyses Conditions d interprétation Pour évaluer correctement une anomalie des gaz du sang, il faut connaître : 1. Gazométrie artérielle : ph, PaO 2, PaCO 2. HCO 3-, BE

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 7 février 2001 KEPPRA 250, 500 et 1000mg comprimé pelliculé Boîte de 60 Lévétiracétam

Plus en détail

CERTIFICAT STRATEGIE DES EXAMENS DE LABORATOIRE GENERALITES: Les EXAMENS BIOCHIMIQUES. Pr Jean ROUSSEAUX VERSION 1 NOVEMBRE 2003

CERTIFICAT STRATEGIE DES EXAMENS DE LABORATOIRE GENERALITES: Les EXAMENS BIOCHIMIQUES. Pr Jean ROUSSEAUX VERSION 1 NOVEMBRE 2003 CERTIFICAT STRATEGIE DES EXAMENS DE LABORATOIRE GENERALITES: Les EXAMENS BIOCHIMIQUES Pr Jean ROUSSEAUX VERSION 1 NOVEMBRE 2003 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Comment demander un examen biologique: les indications.

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES. (colistimethate sodium) Poudre pour solution. (équivalent à 150 mg de colistine base) Antibiotique antibactériens

RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES. (colistimethate sodium) Poudre pour solution. (équivalent à 150 mg de colistine base) Antibiotique antibactériens RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES Pr Colistimethate pour injection, U.S.P. (colistimethate sodium) Poudre pour solution (équivalent à 150 mg de colistine base) Antibiotique antibactériens SteriMax Inc. 1-2735

Plus en détail

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre La fièvre en réanimation Catherine Ract DAR Bicêtre Problèmes Difficultés diagnostiques avec risque vital de méconnaître une infection intrication de pathologies multiples clinique limitée gravité des

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 13 juin 2001 AMMONAPS 500 mg, comprimé (Boîte de 250) AMMONAPS 940 mg / g, granulés

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE POUR L AJUSTEMENT DE LA THÉRAPIE MÉDICAMENTEUSE

ORDONNANCE COLLECTIVE POUR L AJUSTEMENT DE LA THÉRAPIE MÉDICAMENTEUSE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 41 ORDONNANCE COLLECTIVE POUR L AJUSTEMENT DE LA THÉRAPIE MÉDICAMENTEUSE Nom

Plus en détail

Clinique du voyageur. Malaria (paludisme) Agent pathogène et mode de transmission. Epidémiologie et risque pour le voyageur

Clinique du voyageur. Malaria (paludisme) Agent pathogène et mode de transmission. Epidémiologie et risque pour le voyageur Page 1 sur 5 Clinique du voyageur Malaria (paludisme) Agent pathogène et mode de transmission La malaria est due à l infection par un parasite microscopique, le Plasmodium qui est transmis par un moustique,

Plus en détail

Coagulopathie de Consommation (CC) et Coagulation Intra-Vasculaire Disséminée (CIVD) des états de choc. P Sié, Laboratoire d Hématologie CHU Toulouse

Coagulopathie de Consommation (CC) et Coagulation Intra-Vasculaire Disséminée (CIVD) des états de choc. P Sié, Laboratoire d Hématologie CHU Toulouse Coagulopathie de Consommation (CC) et Coagulation Intra-Vasculaire Disséminée (CIVD) des états de choc P Sié, Laboratoire d Hématologie CHU Toulouse Coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) Situation

Plus en détail

Traitement anti-tuberculeux guidé par la biologie moléculaire : un essai clinique randomisé, multicentrique, national : FAST-TB

Traitement anti-tuberculeux guidé par la biologie moléculaire : un essai clinique randomisé, multicentrique, national : FAST-TB Traitement anti-tuberculeux guidé par la biologie moléculaire : un essai clinique randomisé, multicentrique, national : FAST-TB 1 CO-INVESTIGATEUR COORDONNATEUR Dr Nathalie De Castro (Saint-Louis) MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

Actualités virologiques des tests de dépistage

Actualités virologiques des tests de dépistage Actualités virologiques des tests de dépistage Tests classiques et TROD en 2013 Perspectives Dr J. Cottalorda - Dufayard La «Cascade» de la prise en charge en France (2010) 100% 90% 80% 100% 149900 20%

Plus en détail

Pharmacocinétique et modalités d administration des antibiotiques

Pharmacocinétique et modalités d administration des antibiotiques Pharmacocinétique et modalités d administration des antibiotiques Professeur Marie-Claude SAUX Laboratoire de Pharmacocinétique et de Pharmacie Clinique EA 525 Université V. Segalen Bordeaux 2 et Pharmacie

Plus en détail

Léflunomide Document d information à destination des médecins prescripteurs

Léflunomide Document d information à destination des médecins prescripteurs . Léflunomide Document d information à destination des médecins prescripteurs Ce document s inscrit dans le cadre du plan de gestion des risques de cette spécialité. Il a pour but de vous rappeler les

Plus en détail

CHU-UVC BRUGMANN Membre du réseau Iris

CHU-UVC BRUGMANN Membre du réseau Iris INTRODUCTION: Dissection de l aorte thoracique = urgence engageant le pronostic vital du patient à court terme Peu fréquente < moins de 2% des urgences cardiovasculaires préhospitalières Majorité des décès

Plus en détail

Particularités physiologiques de la grossesse. Sanjeet BALGOBIN DESC de réanimation DES Néphrologie

Particularités physiologiques de la grossesse. Sanjeet BALGOBIN DESC de réanimation DES Néphrologie Particularités physiologiques de la grossesse Sanjeet BALGOBIN DESC de réanimation DES Néphrologie INTRODUCTION Les modifications physiologiques de la grossesse permettent : le développement et la croissance

Plus en détail

ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE. P.Banwarth K.Tazarourte

ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE. P.Banwarth K.Tazarourte ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE Experts L.Ducros P.Michelet Animateurs P.Banwarth K.Tazarourte Rapporteur E.Querellou Q1 - CRITERES DE GRAVITE ET ORIENTATION d UN TRAUMATISME THORACIQUE Eléments de gravité

Plus en détail

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Prélèvement : qualité du prélèvement qualité des résultats et d interprétation prélèvement précieux : respiratoire (48h max à 4 ) et LCR (24h max

Plus en détail

Fiche n 5 "Brucellose"

Fiche n 5 Brucellose Fiche thérapeutique Fiche n 5 "Brucellose" Les Brucella sont des bactéries responsables de maladies animales et humaines. L inhalation de 10 à 100 bactéries suffit à provoquer une maladie chez l homme.

Plus en détail

Une obnubilation fébrile. Dr S. Nguyen CH Béthune

Une obnubilation fébrile. Dr S. Nguyen CH Béthune Une obnubilation fébrile Dr S. Nguyen CH Béthune Journée régionale de pathologie infectieuse 12 octobre 2010 Enfant de 10 ans admise aux urgences du CH Béthune dans la nuit du 15 au 16 mars 2010 pour obnubilation

Plus en détail

Risques du transport intrahospitalier. B.Landreau DESC réanimation médicale Clermont-Ferrand 07/12/2006

Risques du transport intrahospitalier. B.Landreau DESC réanimation médicale Clermont-Ferrand 07/12/2006 Risques du transport intrahospitalier. B.Landreau DESC réanimation médicale Clermont-Ferrand 07/12/2006 introduction Risques liés au patient. Risques liés au transport. L anticipation des incidents est

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue DU Prise en charge des situations d urgences - 2016 Dr Julien Charpentier Praticien hospitalier Réanimation médicale - Cochin julien.charpentier@aphp.fr Merci au Drs Vinsonneau,

Plus en détail

CONTEXTE PAVM. Infection nosocomiale la plus fréquente en réanimation Augmentation durée VM Augmentation durée séjour Augmentation mortalité

CONTEXTE PAVM. Infection nosocomiale la plus fréquente en réanimation Augmentation durée VM Augmentation durée séjour Augmentation mortalité Evaluation de la détermination dès la 10ème heure des CMI bactériennes par E-Test réalisées sur liquide bronchoalvéolaire de patients suspects de pneumopathies acquises sous ventilation mécanique. ROMEN

Plus en détail

Thalidomide - Point d information après quinze mois de commercialisation

Thalidomide - Point d information après quinze mois de commercialisation Thalidomide - Point d information après quinze mois de commercialisation Quinze mois après la commercialisation de THALIDOMIDE CELGENE en France, l Afssaps présente les données de l observatoire des prescriptions

Plus en détail

Immunologie plaquettaire et prise en charge de la grossesse et de l accouchement Nouvelles perspectives

Immunologie plaquettaire et prise en charge de la grossesse et de l accouchement Nouvelles perspectives Immunologie plaquettaire et prise en charge de la grossesse et de l accouchement Nouvelles perspectives Dr Pierre MONCHARMONT Laboratoire d immunologie plaquettaire Etablissement Français du Sang Rhône

Plus en détail

Paludisme. Généralités

Paludisme. Généralités Paludisme Généralités - Paludisme (palus = marais), Malaria (= mauvais air). - Protozoaire (être unicellulaire) - Hématozoaire du genre Plasmodium. - Une 100 aine d espèces, parasites de l ensemble du

Plus en détail

La capnométrie. Indications et intérêts en pré-hospitalier : Confirmation de l intubation endo-trachéale.

La capnométrie. Indications et intérêts en pré-hospitalier : Confirmation de l intubation endo-trachéale. La capnométrie Indications et intérêts en pré-hospitalier : Surveillance d un patient intubé/ventilé. Confirmation de l intubation endo-trachéale. Témoin de l efficacité d une RCP : L efficacité du massage

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 02 novembre 2005 WILZIN, 25 mg, gélule B/250 WILZIN, 50 mg, gélule B/250 Laboratoires Orphan Europe acétate de zinc dihydraté Liste I Médicament soumis à prescription

Plus en détail

Le paludisme d importation est une infection à

Le paludisme d importation est une infection à grave d importation de l adulte : quoi de neuf? Severe imported malaria in adults: what's up? F. Bruneel 1, V. Laurent 1, J.P. Bedos 1, M. Wolff 2 F. Bruneel 1 Service de réanimation médicochirurgicale,

Plus en détail

PLACE DU LINEZOLIDE (et des anti-samr) EN TRAITEMENT PROBABILISTE DES PNEUMOPATHIES DE REANIMATION? J. PERNY Réanimation Médicale Brabois

PLACE DU LINEZOLIDE (et des anti-samr) EN TRAITEMENT PROBABILISTE DES PNEUMOPATHIES DE REANIMATION? J. PERNY Réanimation Médicale Brabois PLACE DU LINEZOLIDE (et des anti-samr) EN TRAITEMENT PROBABILISTE DES PNEUMOPATHIES DE REANIMATION? J. PERNY Réanimation Médicale Brabois GENERALITES Pneumopathie de réanimation : Communautaire Nosocomiales

Plus en détail

Disponible en ligne sur journal homepage:

Disponible en ligne sur  journal homepage: Réanimation (2008) 17, e1 e54 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com journal homepage: http://france.elsevier.com/direct/reaurg/ Prise en charge et prévention du paludisme d importation à Plasmodium

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES

RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES RÉFÉRENTIEL : Page 1/6 GRIPPE ET GROSSESSE RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES Validation :.2016 RÉFÉRENTIEL : Grossesse et troubles psychiques Page 2/6 AVERTISSEMENT Ces référentiels sont diffusés à titre

Plus en détail

LE SANG ET SES EXAMENS BIOLOGIQUES

LE SANG ET SES EXAMENS BIOLOGIQUES 1 LE SANG ET SES EXAMENS BIOLOGIQUES Objectifs : définir les examens hématologiques et biochimiques Identifier les différents éléments figurés du sang sur un frottis sanguin à partir d'une NFS d'individu

Plus en détail

Pharmacocinétique. Clary Emmanuelle

Pharmacocinétique. Clary Emmanuelle Pharmacocinétique Clary Emmanuelle 1 Plan 1. Définition 2. Devenir du médicament dans l organisme 3. Influences physiologiques et physiopathologiques sur la pharmacocinétique des médicaments 4. Applications

Plus en détail

Anesthésie et Endoscopie Digestive

Anesthésie et Endoscopie Digestive Anesthésie et Endoscopie Digestive Dr Jean STEPHANAZZI Département d Anesthésie Réanimation Hôpital Cochin Paris, France Pratique en France Une activité en très forte augmentation > 1 Million d actes/an

Plus en détail

30/10/2012 ARLIN PACA /

30/10/2012 ARLIN PACA / ARLIN PACA / 2012 1 1 Diagnostic biologique et clinique difficile à faire. A l origine d un tiers de toutes les affections respiratoires des voies aériennes supérieures ARLIN PACA / 2012 2 2 Par culture

Plus en détail

Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie

Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie Carnet patient Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie Avec la collaboration du Dr Didier Mayeur, CH de Versailles André Mignot - Le Chesnay et du Dr Claude Boiron, Institut Curie - Hôpital René

Plus en détail

Pneumocystose hors infection par le VIH : une série s

Pneumocystose hors infection par le VIH : une série s Pneumocystose hors infection par le VIH : une série s de 28 cas C.Ficko 1, M.Ben M Rad 1, F.Suarez 2, E.Catherinot 3, O.Lortholary 3, L.Guillevin 1, D.Salmon 1 1 Unité de Pathologie Infectieuse, Pôle médecine,

Plus en détail

OCCLUSIONS. Dominique Concina Juin 2006

OCCLUSIONS. Dominique Concina Juin 2006 OCCLUSIONS Dominique Concina Juin 2006 OCCLUSIONS Choix du moment de l intervention Induction à séquence rapide CHOIX DU MOMENT DE LA CHIRURGIE Mécanismes de l occlusion Par strangulation souffrance du

Plus en détail

Infection maternofoetales et néonatales à Herpes simplex (HSV)

Infection maternofoetales et néonatales à Herpes simplex (HSV) Surveillance des cas d herpès néonatal enquête 2011-2015 auprès des services de Pédiatrie et Laboratoires Epidémiologie : Les virus herpès simplex de type 1 et 2 (HSV1 et HSV2) sont surtout responsables

Plus en détail

Stage pratique des sauveteurs professionnels en anesthésie Recommandations de la commission de médecine d urgence de la SSAR

Stage pratique des sauveteurs professionnels en anesthésie Recommandations de la commission de médecine d urgence de la SSAR Stage pratique des sauveteurs professionnels en anesthésie Recommandations de la commission de médecine d urgence de la SSAR Introduction Les sauveteurs professionnels en formation, les services de sauvetages

Plus en détail