S. Ströer, L. Macron, M. Franck, J. Djadi-Prat, E. Messas, P. Boutouyrie, P. Halimi, X. Jeunemaître, E. Mousseaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "S. Ströer, L. Macron, M. Franck, J. Djadi-Prat, E. Messas, P. Boutouyrie, P. Halimi, X. Jeunemaître, E. Mousseaux"

Transcription

1 S. Ströer, L. Macron, M. Franck, J. Djadi-Prat, E. Messas, P. Boutouyrie, P. Halimi, X. Jeunemaître, E. Mousseaux

2 1. Contexte général 2. Objectifs de l étude 3. Matériel et méthodes 4. Résultats 5. Discussion 6. Bibliographie

3 Syndrome d Ehlers- Danlos de type IV (vasculaire) : Pathologie héréditaire du tissu conjonctif Mutation du gène COL3A1 codant pour le (pro)-collagène de type III Transmission héréditaire dominante Prédisposant à un risque élevé de complications artérielles absente dans les autres types de SED Prévalence : 1/ / Atteintes cliniques Lésions vasculaires artérielles

4 Syndrome d Ehlers- Danlos de type IV (vasculaire) Atteintes cliniques : Acrogérie Peau fine et translucide Hématomes et ecchymoses sévères Ruptures digestives et utérines Lésions vasculaires artérielles Lésions vasculaires

5 Syndrome d Ehlers- Danlos de type IV (vasculaire) : Atteintes cliniques : Lésions vasculaires artérielles Prédilection pour les artères de moyen et gros calibre Dissections vertébrales et carotidiennes Fistules carotido-caverneuses Atteintes des axes viscéraux et ilio-fémoraux, de l arbre artériel périphérique Risque de l artériographie (au point de ponction et à l extrémité du cathéter)

6 Problématiques à l heure actuelle : Connaissance imparfaite de la physiopathologie Efficacité démontrée des β-bloquants (Celiprolol) Mais persistance d une évolutivité redoutable sous traitement Etudes radiologiques pour l instant limitées pour l évaluation de la prévalence et l évolutivité des lésions artérielles : Effectifs faibles Hétérogénéité des populations et des méthodes d étude en imagerie

7 Objectifs : Déterminer la prévalence des lésions artérielles aux étages thoraco-abdomino-pelvien, et sur les troncs supra-aortiques si disponibles Préciser les caractéristiques morphologiques et topographiques de ces lésions Pour les patients bénéficiant d un suivi adapté, évaluer l évolutivité radiologique des lésions artérielles

8 Patients pris en charge pour un syndrome d Ehlers-Danlos de type IV : Par le Centre de maladies vasculaires rares de l Hôpital européen G. Pompidou (HEGP) Présentant une mutation confirmée sur le gène codant pour le COL3A1 Bénéficiant d un traitement par Celiprolol Suivis dans le service de radiologie de l HEGP et disposant de données TDM et/ou IRM

9 Inclusion de 77 patients (mutation +) : Ayant bénéficié d une imagerie TDM et/ou IRM initiale pour l étude de prévalence et l évaluation des caractéristiques morphologiques Avec un suivi d imagerie à 2 ans pour l étude d évolutivité pour 39 sujets traités par Celiprolol Evaluation rétrospective : Examens entre décembre 2012 et avril 2013 Double lecture en consensus, sur image natives (MPR, MIP et 3D si nécessaire) Analyse simultanée par paire d examen (initial et suivi)

10 Inclusion de 77 patients (mutation +) : Ayant bénéficié d une imagerie TDM et/ou IRM initiale pour l étude de prévalence et l évaluation des caractéristiques morphologiques Avec un suivi d imagerie à 2 ans pour l étude d évolutivité pour 39 sujets traités par Celiprolol Données démographiques des 77 patients : Hommes / femmes : 30/47 Age médian : 34,2 (7,8 65,2) Suivi médian : 2,1 (0,5-3,4)

11 Inclusion des examens : Dépistage pour les apparentés de cas index présentant un dépistage génotypique positif Examens à l entrée dans le suivi au sein du Centre de maladies vasculaires rares Examens de suivi systématique Examens réalisés dans le cadre de l urgence (ruptures artérielles, digestives ) si protocole adapté

12 Lésions artérielles : Dissection (flap, 2 chenaux) Augmentation de calibre : Ectasie : calibre vasculaire entre 1,5 et 2 fois le calibre de référence du vaisseau analysé Anévrysme : calibre vasculaire supérieur à 2 fois le calibre de référence Diminution de calibre : Sténose : calibre vasculaire lésionnel inférieur à 0,5 fois le calibre de référence (sténose > 50 %) Occlusion

13 Lésions artérielles : Dissection (flap, 2 chenaux) : Exemple (iliaques primitives et externes ) : Membrane flottante intra-luminale (dissection) Calibre artériel respecté Augmentation de calibre : Ectasie Anévrysme Diminution de calibre : Sténose Occlusion

14 Lésions artérielles : Augmentation de calibre : Ectasie : calibre vasculaire entre 1,5 et 2 fois le calibre de référence du vaisseau analysé Anévrysme : calibre vasculaire supérieur à 2 fois le calibre de référence Exemple (artère iliaque primitive) : Calibre 1,5-2 fois le calibre de référence : ectasie Dissection Diminution de calibre : Sténose : calibre vasculaire lésionnel calibre de référence (sténose > 50 %) Occlusion

15 Lésions artérielles : Diminution de calibre : Sténose : calibre vasculaire lésionnel inférieur à 0,5 fois le calibre de référence (sténose > 50 %) Occlusion (cas particulier : embolisation ou ligature chirurgicale) Exemple (carotide interne) : Calibre < 0,5 fois le calibre de référence : sténose Dissection associée Dissection Augmentation de calibre

16 Analyse lésionnelle par segment vasculaire Pour chaque segment peuvent être associées 3 lésions élémentaires : Une dissection Une augmentation de calibre (E/A) Une diminution de calibre (S/O) Exemple 1 (Iliaques primitives) Droite : Dissection + Anévrysme Gauche : Anévrysme seul

17 Analyse lésionnelle par segment vasculaire Pour chaque segment peuvent être associées 3 lésions élémentaires : Une dissection Une augmentation de calibre (E/A) Une diminution de calibre (S/O) Exemple 2 (sous-clavière) Dissection + Anévrysme

18 Distinction de 3 groupes topographiques : Troncs supra-aortiques Axes vasculaires viscéraux Axes iliaques Au sein de chaque groupe, évaluation par segment anatomique selon une nomenclature classique

19 Distinction de 3 groupes topographiques Au sein de chaque groupe, évaluation par segment anatomique selon une nomenclature classique : Troncs supra-aortiques : TABC, carotides primitives, externes, internes (segments cervical, intra-pétreux, intra-caverneux et intracrânien), vertébrales (segments V1 à V4), sous-clavières et aorte thoracique Axes vasculaires viscéraux : aorte abdominale, tronc coeliaque et ses branches (artère hépatique, coronaire stomachique et splénique), artère mésentérique supérieure et artères rénales Axes aorto-iliaques : artères iliaques primitives, internes et externes, fémorales communes

20 Distinction de 3 groupes topographiques Au sein de chaque groupe, évaluation par segment anatomique selon une nomenclature classique : Pour l analyse et les résultats présentés ci-après, regroupement des segments anatomiques par axes vasculaires

21 Classification de l évolutivité : Stabilité lésionnelle Progression lésionnelle Diminution lésionnelle Critères de progression Critères de diminution

22 Critères de progression : Apparition d une nouvelle lésion sur un segment vierge initial Extension d une dissection connue (> 1 cm) Progression d une dilatation artérielle connue : Variation > 15 % en taille Changement de classe (calibre normal > dilatation > anévrysme) Critères de diminution : Disparition d une lésion

23 Critères de progression : Exemple Tronc coeliaque et artère splénique initialement sans lésion : Apparition d une dissection et d une anomalie de calibre splénique Apparition d une anomalie de calibre du tronc coeliaque

24 Certains groupes topographiques non disponibles pour certains patients : Groupe TSA : 45 (58,4 %) Groupe Axes viscéraux : 76 (98,7 %) Groupe Axes iliaques : 74 (96,1 %) Pas de variation significative des données démographiques selon les groupes Effectif moindre pouvant être lié à l absence de service de neurologie dans le centre de référence

25 TSA = 45 patients : 29 patients présentant au moins une lésion (64,4 %) 76 segments anatomiques pour 2,62 lésions / patient( pour les patients atteints) Sites lésionnels : Carotides internes extra-crâniennes Vertébrales (V2) TABC Carotides primitives Carotides externes Carotides Internes Vertébrales Aorte thoracique Total Segments atteints Dissections Ectasies/Anévrysme s Sténoses/occlusions

26 Axes viscéraux : 76 patients 47 patients présentant au moins une lésion (61,8 %) 125 segments anatomiques pour 2,65 lésions / patient pour les patients atteints Sites lésionnels : Artères rénales préférentiellement Tronc coelique et artère splénique Aorte abdominale Tronc coeliaque Artère hépatique Artère gastrique G Artère splénique AMS Artères rénales Total Segments atteints Dissections Ectasies/Anévrys mes Sténoses/occlusio ns

27 Axes iliaques : 74 patients 32 patients présentant au moins une lésion (43,2 %) 93 segments anatomiques pour 2,9 lésions / patient pour les patients atteints Atteintes fréquentes de continuité (IP>IE>FC ) Iliaques primitives (IP) Iliaques externes (IE) Iliaques internes (II) Fémorales communes (FC) Total Segments atteints Dissections E/A S/O

28 Présence d au moins une lésion vasculaire : 56 patients (72 %) Dissection : 202 (3,6 lésions / patient) Dilatation/anévrysme : 238 (4,25) Sténose/occlusion : 40 (0,71) Répartition lésionnelle : Difficile à préciser compte tenu des effectifs hétérogènes selon les groupes Probable sous-estimation des atteintes des troncs supra-aortiques

29 31/39 patients présentant au moins une atteinte initialement : Un patient sur les 8 indemnes de lésion initialement a présenté l apparition d une lésion. Nombre de patients ayant eu une évolutivité des lésions : Patients stables : n= 20 (51,2 %) Patients ayant présenté une évolutivité : 19 (48,8 %) Patients ayant présenté une progression du nombre de lésions : 15 (38,5 %) Patients ayant présenté une diminution du nombre de lésions : 4 (10,2%)

30 Nombre de patients ayant eu une évolutivité des lésions : Patients stables : n= 20 (51,2 %) Patients ayant présenté une évolutivité : 19 (48,8 %) Patients ayant présenté une progression du nombre de lésions : 15 (38,5 %)) Patients ayant présenté une diminution du nombre de lésions : 4 (10,2%) Parmi les patients évolutifs, l étude des données cliniques retrouve 7 patients ayant présenté un événement artériel aigu symptomatique au plan clinique : Nécessité d établir une corrélation entre les événements cliniques et l évolution des lésions artérielles Lésions artérielles silencieuses (lésions apparues en imagerie sans correspondance clinique)

31 Plus grande cohorte radiologique existante Population composée de patients avec une mutation confirmée Confirmation de la grande fréquence des lésions artérielles : Meilleure caractérisation de leur topographie Précision des caractéristiques morphologiques de chaque lésion

32 Même sous traitement β-bloquant, persistance d une évolutivité de 48,8 % des patients au plan radiologique : Evolutivité défavorable pour 38,4 % d entre eux Nécessité d une meilleure compréhension de l évolutivité lésionnelle

33 Le traitement β-bloquant est probablement insuffisant pour la prise en charge des patients porteurs d un syndrome d Ehlers-Danlos vasculaires : Intérêt d une association thérapeutique? L imagerie morphologique, notamment la TDM, montre son potentiel comme méthode de surveillance : Nécessité de définir sa place par rapport aux autres explorations (Echo-doppler, IRM) Intérêt de voies de recherche en imagerie orientées vers l étude anatomo-fonctionnelle de ces patients (études sur la rigidité et l impédance artérielle par exemple)

34 Effect of celiprolol on prevention of cardiovascular events in Ehlers-Danlos type IV, the vascular type. Ong KT, Perdu J, Plauchu H, De Backer J, Emmerich J, Jeunemaitre X, Germain DP, Collignon P, Georgesco G, Bozec E, Hulot JS, Laurent S, Boutouyrie P. Lancet 2010; 376: Clinical and genetic features of Ehlers-Danlos syndrome type IV, the vascular type Pepin M, Schwarze U, Superti-Furga A, Byers PH. N Engl J Med Mar 9;342(10): Vascular complications of Ehlers-Danlos syndrome: CT finding.chu LC, Johnson PT, Dietz HC, Brooke BS, Arnaoutakis GJ, Black JH 3rd, Fishman EK. AJR Am J Roentgenol Feb;198(2):482-7 Vascular Ehlers-Danlos syndrome: imaging findings.zilocchi M, Macedo TA, Oderich GS, Vrtiska TJ, Biondetti PR, Stanson AW. AJR Am J Roentgenol Sep;189(3): Arterial stiffness and central pulse pressure as surrogate markers: needed clinical trials. Laurent S, Briet M, Boutouyrie P. Hypertension 2012 MRI of great vessel morphology and function in Ehlers-Danlos syndrome type IV.Kerwin W, Pepin M, Mitsumori L, Yarnykh V, Schwarze U, Byers P. Int J Cardiovasc Imaging Jun;24(5):519-28

exploration thoracique lors de la mise en évidence de la dissection de l'aorte abdominale

exploration thoracique lors de la mise en évidence de la dissection de l'aorte abdominale Homme de 35 ans; Colectomie totale à l'âge de 8 ans pour hématome des parois intestinales.dissection coronarienne droite en mars 2014. Splénectomie pour rupture de l'artère splénique, transféré en urgence

Plus en détail

Imagerie de causes rares de l hypertension artérielle réno vasculaire chez l enfant

Imagerie de causes rares de l hypertension artérielle réno vasculaire chez l enfant Imagerie de causes rares de l hypertension artérielle réno vasculaire chez l enfant N.ALLALI, R.DAFIRI Service de Radio-pédiatrie Hôpital d Enfant-Maternité, CHU-Rabat INTRODUCTION L hypertension artérielle

Plus en détail

Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle survient au cours de la 2 ème décade de vie. L atteinte pédiatrique reste très rare.

Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle survient au cours de la 2 ème décade de vie. L atteinte pédiatrique reste très rare. La maladie de Takayasu est une artérite inflammatoire des vaisseaux de gros calibre qui atteint avec prédilection l aorte et ses principales branches. Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle

Plus en détail

- La place du médecin vasculaire -

- La place du médecin vasculaire - ATTEINTE VASCULAIRE PERIPHERIQUE DANS LES SYNDROMES DE MARFAN - La place du médecin vasculaire - 19/03/2014 Sébastien GAERTNER Praticien Hospitalier Service d Hypertension Artérielle et Maladies Vasculaires

Plus en détail

S. RAJI, N.KOUBAB, L.HAMMANI, FZ EL GUEDDARI, I. NASSAR SERVICE DE RADIOLOGIE HÔPITAL AVICENNE,RABAT

S. RAJI, N.KOUBAB, L.HAMMANI, FZ EL GUEDDARI, I. NASSAR SERVICE DE RADIOLOGIE HÔPITAL AVICENNE,RABAT S. RAJI, N.KOUBAB, L.HAMMANI, FZ EL GUEDDARI, I. NASSAR SERVICE DE RADIOLOGIE HÔPITAL AVICENNE,RABAT La maladie de Behçet est une affection multisystémique, caractérisée par une triade: aphtose buccale,

Plus en détail

Douleurs thoraciques aigues. Dissection aortique aigue

Douleurs thoraciques aigues. Dissection aortique aigue Douleurs thoraciques aigues Dissection aortique aigue Phalla Ou Hôpital Bichat, Paris, France Plan Généralités: causes de douleur thoracique Généralités: aorte et définitions utiles Dissection aortique:

Plus en détail

Exploration radiologique du cœur et des gros vaisseaux

Exploration radiologique du cœur et des gros vaisseaux Exploration radiologique du cœur et des gros vaisseaux I/Introduction : Malgré le développement de nouvelles techniques, la radiographie standard thoracique constitue avec l examen clinique et l ECG la

Plus en détail

Distension liquide majeure du colon restant, avec rehaussement irrégulier du réseu capillaire du complexe muco-sous-muqueux

Distension liquide majeure du colon restant, avec rehaussement irrégulier du réseu capillaire du complexe muco-sous-muqueux jeune femme, 19 ans. Intervention de Hartmann le 07.02.2011 pour perforation sigmoïdienne de cause indéterminée (constipation?), compliquée d'une péritonite stercorale. 22.03.2011: arrêt des matières et

Plus en détail

Les urgences en chirurgie vasculaire

Les urgences en chirurgie vasculaire CONGRES DE AFMED NOVEMBRE 2015 Hôtel du Fleuve Kinshasa RDC Les urgences en chirurgie vasculaire Les urgences vasculaires Pathologie aortique : Dissections aortiques, anévrismes de l aorte thoracique et/ou

Plus en détail

Le portail des maladies rares et des médicaments orphelins

Le portail des maladies rares et des médicaments orphelins 1 sur 7 Le portail des maladies rares et des médicaments orphelins Synonymes : syndrome d Ehlers-Danlos vasculaire (SEDv), SED IV, syndrome de Sack-Barabas Définition : Maladie génétique à transmission

Plus en détail

Artères et Veines des Membres Supérieurs

Artères et Veines des Membres Supérieurs Artères et Veines des Membres Supérieurs Syndrome du passage thoraco-brachial Examen Écho- Doppler -B - Michel Dauzat, Antonia Pérez-Martin, Iris Schuster-Beck, Gudrun Böge, Isabelle Aïchoun, Jérémy Laurent,

Plus en détail

scanner multibarettes et aorte thoracique M.MERNANI;EL.OURRAD;O.GUEDOUARI ;N.BOUBENDIR SERVICE D IMAGERIE MEDICALE Hôpital Central De L Armée

scanner multibarettes et aorte thoracique M.MERNANI;EL.OURRAD;O.GUEDOUARI ;N.BOUBENDIR SERVICE D IMAGERIE MEDICALE Hôpital Central De L Armée scanner multibarettes et aorte thoracique M.MERNANI;EL.OURRAD;O.GUEDOUARI ;N.BOUBENDIR SERVICE D IMAGERIE MEDICALE Hôpital Central De L Armée introduction introduction Le scanner multibarettes représente

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Pancréas

Thésaurus du Cancer du Pancréas Thésaurus du Cancer du Pancréas 1 Classification TNM TX T0 Tis T1 T2 T3 T4 Renseignements insuffisants pour classer la tumeur primitive. Pas de signe de tumeur primitive. Carcinome in situ. Tumeur limitée

Plus en détail

1. Quel(s) diagnostic(s) évoquez-vous devant ce tableau clinique? 2. Décrivez les anomalies observées sur le scanner. 3. Quel diagnostic retenez vous?

1. Quel(s) diagnostic(s) évoquez-vous devant ce tableau clinique? 2. Décrivez les anomalies observées sur le scanner. 3. Quel diagnostic retenez vous? Femme de 72 ans, altération de l état général depuis plusieurs semaines, syndrome inflammatoire biologique et céphalées Temps artériel Temps artériel Temps portal 1. Quel(s) diagnostic(s) évoquez-vous

Plus en détail

Cas 1. Patient de 42 ans Douleur thoracique, pas de fièvre Tachycardie à 129/min

Cas 1. Patient de 42 ans Douleur thoracique, pas de fièvre Tachycardie à 129/min Cas 1 Patient de 42 ans Douleur thoracique, pas de fièvre Tachycardie à 129/min Embolie pulmonaire scanner thoracique avec IV ou angioscanner thoracique Coupe axiale, fenêtre médiastinale Défect endoluminal

Plus en détail

Place de l imagerie O. ERNST. Lille

Place de l imagerie O. ERNST. Lille SESSION REANIMATION PANCREATITES Place de l imagerie Dr Olivier Ernst CHRU de Lille 1 Pancréatites : place de l'imagerie O. ERNST Lille 2 Rôles possibles de l IMAGERIE Affirmer le dg Orienter le dg étiologique

Plus en détail

LA DISSECTION DE L AORTE Dr Dassier HEGP

LA DISSECTION DE L AORTE Dr Dassier HEGP LA DISSECTION DE L AORTE Dr Dassier HEGP Urgence médico-chirurgicale, la dissection de l aorte (DA) impose un diagnostic précoce afin de poser au mieux les indication thérapeutique. C est dire l importance

Plus en détail

LES SÉQUESTRATIONS PULMONAIRES : APPORT DE L IMAGERIE EN COUPES

LES SÉQUESTRATIONS PULMONAIRES : APPORT DE L IMAGERIE EN COUPES LES SÉQUESTRATIONS PULMONAIRES : APPORT DE L IMAGERIE EN COUPES A. Zidi, M. Zidi, S. Hantous Zannad, I. Mestiri,, K. Ben Miled M rad Service d Imagerie Médicale Hôpital A. Mami Ariana Tunisie INTRODUCTION

Plus en détail

ANTONELLO LAGANA HERVE BARISEEL PIERRE-MICHEL GARCIA LIMITES ET PIEGES DES EXPLORATIONS VASCULAIRES

ANTONELLO LAGANA HERVE BARISEEL PIERRE-MICHEL GARCIA LIMITES ET PIEGES DES EXPLORATIONS VASCULAIRES ANTONELLO LAGANA HERVE BARISEEL PIERRE-MICHEL GARCIA LIMITES ET PIEGES DES EXPLORATIONS VASCULAIRES FEMME 48 ANS COIFFEUSE TABAGIQUE 30 années tabac FEVRIER 2012 BILAN DE CEPHALEES / TDM CEREBRAL INJECTE

Plus en détail

Hémorragies rétropéritonéales spontanées : du diagnostic au traitement

Hémorragies rétropéritonéales spontanées : du diagnostic au traitement Hémorragies rétropéritonéales spontanées : du diagnostic au traitement Épidémiologie Fréquence Causes : Tumorales Vasculaires Troubles de la coagulation +++ Syndromes hémorragiques Traitements anti-coagulants

Plus en détail

ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE DU NOUVEAU-NE ET NPURISSON: Présentation de 2 cas

ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE DU NOUVEAU-NE ET NPURISSON: Présentation de 2 cas ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE DU NOUVEAU-NE ET NPURISSON: Présentation de 2 cas M. K. DHAHBI, M. SOUEI MHIRI, K. MRAD DALI, K. MONASTIRI, S. ABROUG, F. LIMAYEM, K. ENNABLI, K. TLILI GRAIESS Service d

Plus en détail

Evaluation du risque vasoocclusif cérébral chez les enfants drépanocytaires homozygotes

Evaluation du risque vasoocclusif cérébral chez les enfants drépanocytaires homozygotes Evaluation du risque vasoocclusif cérébral chez les enfants drépanocytaires homozygotes J. ROUMY*, M. FRASQUET**, C. THOLLOT*, J. CLOUZEAU**, R. HANKARD**, P.G. VANDERMARCQ* *Pôle d Imagerie (Médecine

Plus en détail

Cas cliniques DAR. Anne Charpentier-Dubocage. Paris, HEGP

Cas cliniques DAR. Anne Charpentier-Dubocage. Paris, HEGP Cas cliniques DAR Anne Charpentier-Dubocage Paris, HEGP CAS N 1 CAS N 1 n Patient de 22 ans à J2 d une intervention pour phéochromocytome. Notion de spasme de l artère rénale gauche lors de l intervention.

Plus en détail

important athérome calcifié aorto-iliaque

important athérome calcifié aorto-iliaque Patient de 70 ans présentant une fièvre inexpliquée depuis 2 ans. Suivi pour une LMC. Apparition d une toux productive et d un syndrome inflammatoire biologique. Premier scanner réalisé sans IV. Chloé

Plus en détail

Item 191 (ex Item 119) Artérites à cellules géantes Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 191 (ex Item 119) Artérites à cellules géantes Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 191 (ex Item 119) Artérites à cellules géantes Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Généralités... 3 2. Maladie de Horton... 3 2.1. Manifestations cliniques de

Plus en détail

Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice

Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice I. Objectifs - Connaître les fréquences d'associations des différentes localisations de la maladie athéroscléreuse. - Connaître l'incidence des associations sur

Plus en détail

Ischémie mésentérique

Ischémie mésentérique Ischémie mésentérique Veineuse Artérielle Chronique: Angor Mésentérique Aigue Radiologie interventionnelle Pre-test Mr X 75 ans Arrêt des matière et des gaz avec élévation de la CRP dans les suite d une

Plus en détail

PHRC IR AVAST («Atteinte Vasculaire Associée au Syndrome de Turner»)

PHRC IR AVAST («Atteinte Vasculaire Associée au Syndrome de Turner») Dépister, suivre et prévenir les anomalies vasculaires associées au syndrome de Turner PHRC IR AVAST («Atteinte Vasculaire Associée au Syndrome de Turner») Sébastien GAERTNER Service d HTA et Maladies

Plus en détail

Examen des artères des membres supérieurs

Examen des artères des membres supérieurs Echographie-doppler : Examen des artères des membres supérieurs Introduction L exploration en échographie-doppler des artères des membres supérieurs concerne l ensemble du réseau incluant tant les vaisseaux

Plus en détail

Imagerie des maladies vasculaires du foie. SA.Faraoun, SE. Bendib Service d imagerie médicale Centre Pierre et Marie Curie

Imagerie des maladies vasculaires du foie. SA.Faraoun, SE. Bendib Service d imagerie médicale Centre Pierre et Marie Curie Imagerie des maladies vasculaires du foie SA.Faraoun, SE. Bendib Service d imagerie médicale Centre Pierre et Marie Curie Maladies vasculaires du foie Système afférent : artériel, portal Système efférent

Plus en détail

Traitement des varices chez le patient atteint de syndrome d Ehlers-Danlos vasculaire

Traitement des varices chez le patient atteint de syndrome d Ehlers-Danlos vasculaire Traitement des varices chez le patient atteint de syndrome d Ehlers-Danlos vasculaire Dr Michael Frank Centre de Référence des Maladies Vasculaires Rares HEGP, APHP, Paris Les syndromes d Ehlers-Danlos

Plus en détail

La dissection aortique. Dr Benlahcen

La dissection aortique. Dr Benlahcen La dissection aortique Dr Benlahcen Définition C est la déchirure longitudinale de la média de l aorte responsable d'un clivage longitudinal plus ou moins étendu. Ce clivage aboutit à la création d'un

Plus en détail

Anatomie vasculaire du système nerveux central. Dr A TRIQUENOT BAGAN Unité neurovasculaire Service de Neurologie

Anatomie vasculaire du système nerveux central. Dr A TRIQUENOT BAGAN Unité neurovasculaire Service de Neurologie Anatomie vasculaire du système nerveux central Dr A TRIQUENOT BAGAN Unité neurovasculaire Service de Neurologie VASCULARISATION ARTERIELLE CEREBRALE Vascularisation artérielle 4 axes artériels : cérébrale

Plus en détail

Ischémie cérébrale : Quel bilan étiologique et dans quel délai?

Ischémie cérébrale : Quel bilan étiologique et dans quel délai? Ischémie cérébrale : Quel bilan étiologique et dans quel délai? SFR IDF Dec 2013 Julien Savatovsky F. Charbonneau, P. Roux, JC. Sadik, V. Macaigne*, M. Obadia**, F. Héran Service d Imagerie Médicale, Fondation

Plus en détail

Autres lésions de la paroi

Autres lésions de la paroi Examen Ultrasonographique des Axes Artériels Cervico-Céphaliques Autres lésions de la paroi Les Carotides C Autres Lésions Michel Dauzat, Antonia Pérez-Martin, Iris Schuster-Beck, Gudrun Böge, Jérémy Laurent,

Plus en détail

Anévrismes de l aorte abdominale

Anévrismes de l aorte abdominale Anévrismes de l aorte abdominale Epidémiologie Prévalence des AAA d une population de 65-80ans 4% 7% hommes 2% femmes Circonstances de découverte Découverte fortuite Échographie abdominale TDM abdominal

Plus en détail

Traitement Endovasculaire des Anévrysmes de l Aorte Abdominale

Traitement Endovasculaire des Anévrysmes de l Aorte Abdominale Traitement Endovasculaire des Anévrysmes de l Aorte Abdominale Marc SIROL, MD, PhD Service de Radiologie Vasculaire Interventionnelle Imagerie Cardiaque Hôpital Lariboisière Paris Aucuns Conflits d intérêts

Plus en détail

BILAN PRÉ OPÉRATOIRE ET SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES. Yann LE BRAS - Nicolas GRENIER CHU PELLEGRIN CAFCIM 23 mars 2013

BILAN PRÉ OPÉRATOIRE ET SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES. Yann LE BRAS - Nicolas GRENIER CHU PELLEGRIN CAFCIM 23 mars 2013 BILAN PRÉ OPÉRATOIRE ET SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES Yann LE BRAS - Nicolas GRENIER CHU PELLEGRIN CAFCIM 23 mars 2013 BILAN PRÉ OPÉRATOIRE DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES TEVA Thérapeutique Endo Vasculaire

Plus en détail

Anévrisme aorte thoracique Dissection aortique

Anévrisme aorte thoracique Dissection aortique D.U. Prise en charge des situations d urgences médico-chirurgicales Anévrisme aorte thoracique Dissection aortique 6 décembre 2016 Dr Alice HUTIN SAMU de Paris SMUR Necker Anévrisme de l aorte Anévrisme

Plus en détail

L Angiographie interventionnelle : Un secteur de pointe ayant des liens étroits avec plusieurs spécialités chirurgicales.

L Angiographie interventionnelle : Un secteur de pointe ayant des liens étroits avec plusieurs spécialités chirurgicales. L Angiographie interventionnelle : Un secteur de pointe ayant des liens étroits avec plusieurs spécialités chirurgicales. L Angiographie et la Radiologie interventionnelle est une spécialité de pointe

Plus en détail

Les urgences neurovasculaires

Les urgences neurovasculaires Les urgences neurovasculaires David LUIS Réanimation polyvalente CHU Jean Verdier, Bondy. david.luis@jvr.aphp.fr Généralités Classifications Organisation de la filière neurovasculaire Infarctus cérébraux

Plus en détail

5 ème congrès national & 1 er congrès maghrébin de Médecine Vasculaire. Alger les avril 2013

5 ème congrès national & 1 er congrès maghrébin de Médecine Vasculaire. Alger les avril 2013 5 ème congrès national & 1 er congrès maghrébin de Médecine Vasculaire. Alger les 27-28 avril 2013 S. Ali-Guechi 1, D. Roula 2, R. Malek 3, S. Rouabhia 4, N. Boukhris 1, H. Ayed 1, S. Boughandjioua 1,

Plus en détail

ANALYSE MORPHOLOGIQUE SCANOGRAPHIQUE DES AAA SOUS RÉNALE : LE DIAMÈTRE MAXIMAL EST-IL LE SEUL FACTEUR PRÉDICTIF DE RUPTURE?

ANALYSE MORPHOLOGIQUE SCANOGRAPHIQUE DES AAA SOUS RÉNALE : LE DIAMÈTRE MAXIMAL EST-IL LE SEUL FACTEUR PRÉDICTIF DE RUPTURE? ANALYSE MORPHOLOGIQUE SCANOGRAPHIQUE DES AAA SOUS RÉNALE : LE DIAMÈTRE MAXIMAL EST-IL LE SEUL FACTEUR PRÉDICTIF DE RUPTURE? Dr. Herail, Dr. Guelle, B. Leclerc, Pr. RINCKENBACH Service de Chirurgie Vasculaire

Plus en détail

Madame M. P, 48 ans. Fin février 2015: aphasie au réveil, régressive en moins d une heure; pas de consultation médicale

Madame M. P, 48 ans. Fin février 2015: aphasie au réveil, régressive en moins d une heure; pas de consultation médicale Madame M. P, 48 ans Toxicomanie IV sevrée par Subutex (mésusage) 67 kg Fin février 2015: aphasie au réveil, régressive en moins d une heure; pas de consultation médicale 01-03: engourdissement puis paralysie

Plus en détail

144. Cancer de l enfant

144. Cancer de l enfant Sommaire 144. Cancer de l enfant particularités épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques : cancers les plus fréquents Tumeurs abdominales de l enfant distribution Leucémies = 30 % Tumeurs du système

Plus en détail

Imagerie moderne des troncs supra aortiques(tsa)

Imagerie moderne des troncs supra aortiques(tsa) Imagerie moderne des troncs supra aortiques(tsa) K.SEDDIKI-E.OURRAD-N.BOUBENDIR Hôpital Central de l Armée/ Kouba/Alger 3 ème congrès national de médecine vasculaire 5-6 et 7 mars 2010 Alger Introduction

Plus en détail

ANÉVRYSMES DE L AORTE ABDOMINALE

ANÉVRYSMES DE L AORTE ABDOMINALE PLAN ANÉVRYSMES DE L AORTE ABDOMINALE Définition Épidémiologie Étiopathogénie Diagnostic Service de Chirurgie Thoracique et Vasculaire CHU Arnaud de Villeneuve Montpellier Complications Principes thérapeutiques

Plus en détail

Ischémie cérébrale en cas de dissection artérielle cervicale : mécanisme embolique ou hémodynamique?

Ischémie cérébrale en cas de dissection artérielle cervicale : mécanisme embolique ou hémodynamique? Ischémie cérébrale en cas de dissection artérielle cervicale : mécanisme embolique ou hémodynamique? A.Morel 1, O. Naggara 1, X. Leclerc 2, M. Tisserand 3, M. Chennoufi 1, N. Carpentier 1, R. Souillard

Plus en détail

Techniques d Imagerie des perforantes de l artère épigastrique inférieure avant chirurgie de reconstruction mammaire par lambeau DIEP

Techniques d Imagerie des perforantes de l artère épigastrique inférieure avant chirurgie de reconstruction mammaire par lambeau DIEP Techniques d Imagerie des perforantes de l artère épigastrique inférieure avant chirurgie de reconstruction mammaire par lambeau DIEP S AUBRY (1,2), O LAURENT (1), J PAUCHOT J (2,3), J JEHL (1), E DELABROUSSE

Plus en détail

PLAN ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE

PLAN ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Hôpital Cardiologique Clinique de Chirurgie Cardio-Vasculaire PLAN Définition de l anévrysme H. SOULARY (IBODE) C. MEURISSE (IADE) V. PERCQ (IADE) Etiologies

Plus en détail

Exploration ultrasonore de l aorte et des artères digestives. N. Grenier

Exploration ultrasonore de l aorte et des artères digestives. N. Grenier Exploration ultrasonore de l aorte et des artères digestives N. Grenier Échographie normale de l AA Définition Perte du parallélisme des bords de l aorte avec augmentation de calibre > 1,5 fois le diamètre

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie des métastases hépatiques des cancers colorectaux Pr Belkouchi - Pr Chihab - Pr Zentar - Pr Benkabbou 1. Introduction La présence

Plus en détail

Nicolas RICHET Clinique Louis Pasteur Essey les Nancy, France.

Nicolas RICHET Clinique Louis Pasteur Essey les Nancy, France. Nicolas RICHET Clinique Louis Pasteur Essey les Nancy, France nicorichet@gmail.com Monsieur T. agé de 67 ans FDRCV : tabagisme achf Antécédents : phlébite membre inférieur gauche en 2007 Symptômes : Dyspnée

Plus en détail

Traitement ambulatoire des lésions du pied diabétique en JIFA 2014 Docteur Frédéric Mercier

Traitement ambulatoire des lésions du pied diabétique en JIFA 2014 Docteur Frédéric Mercier Traitement ambulatoire des lésions du pied diabétique en 2014 JIFA 2014 Docteur Frédéric Mercier Prévalence du diabète France 4,4% en 2007 (INSEE) Inde et Chine 17 % et 12% Katar, Koweit, Emirats Arabes

Plus en détail

¹ Service de Radiologie Urinaire et Vasculaire Pav P ² Service de Chirurgie Vasculaire Pav M Hôpital Edouard Herriot CHU de LYON - France

¹ Service de Radiologie Urinaire et Vasculaire Pav P ² Service de Chirurgie Vasculaire Pav M Hôpital Edouard Herriot CHU de LYON - France ASPECTS ARTERIOGRAPHIQUES DE L ENDOFIBROSE ARTERIELLE DU SPORTIF DE HAUT NIVEAU John PALMA ¹ Olivier ROUVIERE ¹ Patrick FEUGIER 2 Jean-Michel CHEVALIER 2 ¹ Service de Radiologie Urinaire et Vasculaire

Plus en détail

L aorte thoracique douloureuse: syndromes aortiques aigus

L aorte thoracique douloureuse: syndromes aortiques aigus XXIIèmes Journées Nationales de l'amcar 04-05-06 juin 2015 Sofitel Agadir. L aorte thoracique douloureuse: syndromes aortiques aigus MC Malergue IMM Paris Institut Cœur Effort Santé Classification des

Plus en détail

Techniques et résultats d implantation des endoprothèses thoraco-abdominales. Expérience Lilloise. Nîmes les 13 et 14 juin 2010

Techniques et résultats d implantation des endoprothèses thoraco-abdominales. Expérience Lilloise. Nîmes les 13 et 14 juin 2010 Nîmes les 13 et 14 juin 2010 Techniques et résultats d implantation des endoprothèses thoraco-abdominales Expérience Lilloise Équipe du service de Chirurgie Vasculaire Professeur HAULON Hôpital Cardiologique

Plus en détail

Sémiologie Vasculaire. Pr Xavier Bérard Service de Chirurgie Vasculaire Hôpital Pellegrin CHU Bordeaux

Sémiologie Vasculaire. Pr Xavier Bérard Service de Chirurgie Vasculaire Hôpital Pellegrin CHU Bordeaux Sémiologie Vasculaire Pr Xavier Bérard Service de Chirurgie Vasculaire Hôpital Pellegrin CHU Bordeaux Ischémie aigüe de membre DEFINITION Toute diminution soudaine de la perfusion d un membre, menaçant

Plus en détail

SYNDROME DE MARFAN ET APPARENTÉS

SYNDROME DE MARFAN ET APPARENTÉS SYNDROME DE MARFAN ET APPARENTÉS ccouchement ctivité physique llaitement nesthésie ntiagrégants et anticoagulants VC Sommaire hirurgie orthopédique oloscopie SYNDROME DE MARFAN ET APPARENTÉS écollement

Plus en détail

Notre expérience dans le traitement des pathologies complexes de l aorte par les stents multicouches

Notre expérience dans le traitement des pathologies complexes de l aorte par les stents multicouches Notre expérience dans le traitement des pathologies complexes de l aorte par les stents multicouches M.N.Bouayed, L.A.Bouziane Paris.Janvier 2014 EHU 1 er novembre 1954 Usto Hai Essabah, Oran 31000 Algérie

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux

Accidents vasculaires cérébraux Accidents vasculaires cérébraux Introduction Problème de santé publique Entre 120 et 140 000 français par an Source de handicap Mortalité à 5 ans élevée Définition Atteinte du système nerveux central dont

Plus en détail

L occlusion de la carotide interne

L occlusion de la carotide interne Examen Ultrasonographique des Axes Artériels Cervico-Céphaliques Examen Ultrasonographique des Axes Artériels Cervico-Céphaliques Les Carotides B3 Occlusions Michel Dauzat, Antonia Pérez-Martin, Iris Schuster-Beck,

Plus en détail

Echo-doppler des artères digestives. Anne TISSOT - Michel DADON

Echo-doppler des artères digestives. Anne TISSOT - Michel DADON Echo-doppler des artères digestives Anne TISSOT - Michel DADON Rappel anatomique 1. Tronc Coeliaque 2. Arcade de Buhler 3. Mésentérique supérieure 4. Arcade de Rio Branco 5. Arcade de Riollan 6. Arcade

Plus en détail

Stratégie d Imagerie

Stratégie d Imagerie Prise en charge des traumatisés graves avec risque vital engagé Stratégie d Imagerie Dr K Chaumoître Service d Imagerie Médicale Hôpital Nord CHU Marseille Prise en charge des traumatisés graves avec risque

Plus en détail

Aspects hépatiques de la polykystose hépato-rénale Dr Moana Gelu-Simeon Professeur Didier Samuel

Aspects hépatiques de la polykystose hépato-rénale Dr Moana Gelu-Simeon Professeur Didier Samuel Aspects hépatiques de la polykystose hépato-rénale Dr Moana Gelu-Simeon Professeur Didier Samuel Centre Hépatobiliaire Unité Inserm-Paris Sud 785 Hopital Paul Brousse Université Paris Sud Villejuif, France

Plus en détail

Artères cervicales. Signes hémodynamiques locaux et d aval de sténose artérielle. LES FONDAMENTAUX pour le Doppler artériel. Membres inférieurs

Artères cervicales. Signes hémodynamiques locaux et d aval de sténose artérielle. LES FONDAMENTAUX pour le Doppler artériel. Membres inférieurs 61 62 Signes hémodynamiques locaux et d aval de sténose artérielle Membres inférieurs LES FONDAMENTAUX pour le Doppler artériel Localement (en regard de la lésion) : - accélération des vitesses systoliques

Plus en détail

LES LESIONS DU TRONC COMMUN. Julien Lemoine Clinique Pasteur Essey-lès-Nancy

LES LESIONS DU TRONC COMMUN. Julien Lemoine Clinique Pasteur Essey-lès-Nancy LES LESIONS DU TRONC COMMUN Julien Lemoine Clinique Pasteur Essey-lès-Nancy LE DIAGNOSTIC DE STENOSE DU TCG EST VITAL Les patients ayant une sténose du tronc commun (TC) ont un pronostic très péjoratif

Plus en détail

Laureline.Simon (IHN)

Laureline.Simon (IHN) F, 73 ans Hospitalisée initialement pour une décompensation cardiaque chez une patiente porteuse d'une maladie de Rendu-Osler (Weber) Quelles sont les principales anomalies objectivées sur le scanner multiphasique

Plus en détail

EXAMEN DE CONTROLE APRES CHIRURGIE DE L AORTE OU DES ARTERES INTRA ABDOMINALES

EXAMEN DE CONTROLE APRES CHIRURGIE DE L AORTE OU DES ARTERES INTRA ABDOMINALES EXAMEN DE CONTROLE APRES CHIRURGIE DE L AORTE OU DES ARTERES INTRA ABDOMINALES TECHNIQUE Conditions Générales : L examen doit être réalisé en véritable collaboration avec le chirurgien vasculaire et implique

Plus en détail

Principales artère de la circulation systémique

Principales artère de la circulation systémique Principales artère de la circulation systémique L aorte : * Plus grosse artère de la circulation * Naît du ventricule gauche * Est à l origine de toutes les artères du corps On distingue : L aorte thoracique

Plus en détail

Une dissection carotide interne

Une dissection carotide interne Image d échographie Doppler Sang Thrombose Vaisseaux 2011 ; 23, n o 3 : 146-50 Une dissection carotide interne Marie-Pierre Gobin-Metteil 1, Emmanuel Touzé 2, Olivier Naggara 1, Sylvie Godon-Hardy 1, Jean-François

Plus en détail

Anévrysmes iliaques : épidémiologie, indications, traitement et résultats. B. POUSSIER Collège de Chirurgie Vasculaire 12 Mars 2005

Anévrysmes iliaques : épidémiologie, indications, traitement et résultats. B. POUSSIER Collège de Chirurgie Vasculaire 12 Mars 2005 Anévrysmes iliaques : épidémiologie, indications, traitement et résultats. B. POUSSIER Collège de Chirurgie Vasculaire 12 Mars 2005 Introduction Hors AAASR associés Rares si iliaques isolés Challenge chirurgical

Plus en détail

HEMATOME INTRAMURAL DE L AORTE (HIA) Aortic intramural hematoma An increasingly recognized and potentially fatal entity Neilander et al.

HEMATOME INTRAMURAL DE L AORTE (HIA) Aortic intramural hematoma An increasingly recognized and potentially fatal entity Neilander et al. HEMATOME INTRAMURAL DE L AORTE (HIA) Aortic intramural hematoma An increasingly recognized and potentially fatal entity Neilander et al.chest 2001 INTRODUCTION Pathologie de + en + reconnue, il s agit

Plus en détail

ISCHÉMIE DISTALE -Traitement radiologique

ISCHÉMIE DISTALE -Traitement radiologique Bruxelle, 2011 ISCHÉMIE DISTALE -Traitement radiologique Alain RAYNAUD Clinique Alleray-Labrouste Paris, France Mécanismes de l'ischémie distale Trois mécanismes intriqués expliquent la survenue d une

Plus en détail

M. CHELLI BOUAZIZ, A BEN AICHA, H SKHIRI AOUNALLAH, M S DAGHFOUS, S CHAABANE, MF LADEB INSTITUT M KASSAB D ORTHOPEDIE KSAR SAID.

M. CHELLI BOUAZIZ, A BEN AICHA, H SKHIRI AOUNALLAH, M S DAGHFOUS, S CHAABANE, MF LADEB INSTITUT M KASSAB D ORTHOPEDIE KSAR SAID. M. CHELLI BOUAZIZ, A BEN AICHA, H SKHIRI AOUNALLAH, M S DAGHFOUS, S CHAABANE, MF LADEB INSTITUT M KASSAB D ORTHOPEDIE KSAR SAID. TUNISIE Les scolioses dites idiopathiques constituent environ 75% des scolioses

Plus en détail

INTERPRÉTATION DE LA PRESSION ARTÉRIELLE SANGLANTE

INTERPRÉTATION DE LA PRESSION ARTÉRIELLE SANGLANTE INTERPRÉTATION DE LA PRESSION ARTÉRIELLE SANGLANTE J. Cros CHU Limoges 63 ème réunion interrégionale de Réanimation Médicale. Bordeaux le 24 Mars 2010. INTERPRÉTATION DE LA PRESSION ARTÉRIELLE SANGLANTE

Plus en détail

ou de la main : étiologies et stratégie diagnostique en imagerie M.EDJLALI, O.FAVELLE, P.OMOUMI, A.DELHOMMAIS, D.ALISON TOURS - FRANCE

ou de la main : étiologies et stratégie diagnostique en imagerie M.EDJLALI, O.FAVELLE, P.OMOUMI, A.DELHOMMAIS, D.ALISON TOURS - FRANCE Ischémie distale des doigts ou de la main : étiologies et stratégie diagnostique en imagerie M.EDJLALI, O.FAVELLE, P.OMOUMI, A.DELHOMMAIS, D.ALISON TOURS - FRANCE Introduction L ischémie digitale est une

Plus en détail

CNCHG 21/22 novembre 2008

CNCHG 21/22 novembre 2008 CNCHG 21/22 novembre 2008 Pourquoi changer nos habitudes? Goût du changement Goût de l exotisme Nouveau défit Ou véritable avancée Faisabilité Expérience Européenne 1.457 Patient (43% de la totalité),

Plus en détail

CIRCONSTANCES DE DÉCOUVERTE ÉCHOGRAPHIQUE. AGE DE DECOUVERTE ->Dernier trimestre TYPES DE TUMEURS ASPECT TUMORAL MALIGNES BENIGNES MIXTES

CIRCONSTANCES DE DÉCOUVERTE ÉCHOGRAPHIQUE. AGE DE DECOUVERTE ->Dernier trimestre TYPES DE TUMEURS ASPECT TUMORAL MALIGNES BENIGNES MIXTES TUMEURS DE DIAGNOSTIC PRENATAL CIRCONSTANCES DE DÉCOUVERTE ÉCHOGRAPHIQUE P. VERGNES Service de Chirurgie Pédiatrique Hôpital des Enfants Bordeaux AGE DE DECOUVERTE ->Dernier trimestre CIRCONSTANCES DE

Plus en détail

Echographie du pancréas

Echographie du pancréas Echographie du pancréas DIU Echographie Module digestif - Paris 5 Mars 2013 Christophe Aubé Département de Radiologie CHU Angers Introduction Pancréas = Organe profond = Organe rétropéritonéal Exploration

Plus en détail

PNEUMOMEDIASTIN AU COURS D UNE CRISE D ASTHME

PNEUMOMEDIASTIN AU COURS D UNE CRISE D ASTHME PNEUMOMEDIASTIN AU COURS D UNE CRISE D ASTHME Melle J.S 19 ans Observation ATCDS: Toux sèche paroxystique nocturne non explorée HDM: J-3, toux quinteuse, fièvre et dyspnée sifflante J0: douleur retro sternale,

Plus en détail

Dissection Aortique Laurent Barandon Chirurgie Cardiaque Service Pr Roques Hôpital Cardiologique Haut-Lévèque DU CEC Pr Ouattara Session Fevrier 2016

Dissection Aortique Laurent Barandon Chirurgie Cardiaque Service Pr Roques Hôpital Cardiologique Haut-Lévèque DU CEC Pr Ouattara Session Fevrier 2016 Dissection Aortique Laurent Barandon Chirurgie Cardiaque Service Pr Roques Hôpital Cardiologique Haut-Lévèque DU CEC Pr Ouattara Session Fevrier 2016 C est l issue brutale, à travers une brèche de l intima

Plus en détail

Cancer de l œsophage Bilan initial. O Ernst, Lille

Cancer de l œsophage Bilan initial. O Ernst, Lille Cancer de l œsophage Bilan initial O Ernst, Lille Cancer de l œsophage 1 er bilan But : bilan d'extension TOGD : uniquement si lésion non franchissable en endoscopie Scanner : pour classification ctnm

Plus en détail

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Jeune femme de 25 ans, enceinte de 3 mois d une première grossesse Se présente

Plus en détail

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3)

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) DEFINITION Hémorragie localisée aux espaces sous-arachnoïdiens du cerveau, et plus rarement aux espaces péri-médullaires. ETIOLOGIE fréquence : 5 habitants âge maximum

Plus en détail

Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques

Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques Jérémie BLED Service du Pr Annick CLEMENT Centre de Référence des Maladies Respiratoires Rares

Plus en détail

Les mutations entraînent la suppression du rôle inhibiteur du TGF-béta sur l angiogénèse.

Les mutations entraînent la suppression du rôle inhibiteur du TGF-béta sur l angiogénèse. LA MALADIE DE RENDU-OSLER COCHIN 11 décembre 2010 Dr José STEPHAN Habsheim 68 DEFINITION Maladie génétique Transmission autosomique dominante D expression vasculaire À À pénétrance variable Physiopathologie-Génétique

Plus en détail

Orientation. Urgences abdominales - III. Exploration. Pancréatite aiguë. PA / scanner

Orientation. Urgences abdominales - III. Exploration. Pancréatite aiguë. PA / scanner Orientation Urgences abdominales - III Yves Gandon Urgence = douleurs quasiconstantes Localisation oriente +++ Associées à Occlusion (sur bride post-chir, hernie ) Fièvre (appendicite, cholécystite, sigmoïdite

Plus en détail

Traumatisme rénal fermé : la rupture du fascia de Gerota permet-elle de prédire la nécessité d une embolisation?

Traumatisme rénal fermé : la rupture du fascia de Gerota permet-elle de prédire la nécessité d une embolisation? Traumatisme rénal fermé : la rupture du fascia de Gerota permet-elle de prédire la nécessité d une embolisation? Analyse faite par Thomas Sanzalone, Service de Radiologie, Hôpital E Herriot Evaluation

Plus en détail

Indications opératoires dans les anévrysmes de l aorte ascendante

Indications opératoires dans les anévrysmes de l aorte ascendante Indications opératoires dans les anévrysmes de l aorte ascendante Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. Anévrysme de l aorte ascendante ie Anévrysme de l aorte ascendante

Plus en détail

Examen échographique-doppler des artères de l'appareil digestif

Examen échographique-doppler des artères de l'appareil digestif Examen échographique-doppler des artères de l'appareil digestif Nécessités techniques : L'examen des principales branches de l'aorte abdominale destinées à l'appareil digestif est réalisé au mieux avec

Plus en détail

LES DOULEURS ABDOMINALES DE L ENFANT APPORT DE L IMAGERIE

LES DOULEURS ABDOMINALES DE L ENFANT APPORT DE L IMAGERIE LES DOULEURS ABDOMINALES DE L ENFANT APPORT DE L IMAGERIE A. Aschero, G. Gorincour, B. Bourlière-Najean, P. Devred, P. Petit Hôpital Timone-Enfants, Marseille Les objectifs Place des différents examens

Plus en détail

L IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE AORTIQUE AIGUË. S. Semlali, M. Mahi, H. Chtata, A. Hanine, S. Akjouj, M. Jidal, S. Chaouir

L IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE AORTIQUE AIGUË. S. Semlali, M. Mahi, H. Chtata, A. Hanine, S. Akjouj, M. Jidal, S. Chaouir L IMAGERIE DE LA PATHOLOGIE AORTIQUE AIGUË S. Semlali, M. Mahi, H. Chtata, A. Hanine, S. Akjouj, M. Jidal, S. Chaouir But Connaître les signes en imagerie de la pathologie aigue de l aorte. Envisager les

Plus en détail

Le Néphrologue et la Maladie des Embols de Cholestérol. Michèle Kessler

Le Néphrologue et la Maladie des Embols de Cholestérol. Michèle Kessler Le Néphrologue et la Maladie des Embols de Cholestérol Michèle Kessler Définition Encore appelée Maladie rénale athéro embolique IR secondaire à l occlusion des artères arquées et interlobulaires, des

Plus en détail

EVALUATION du DEGRÉ de STÉNOSE CAROTIDE. JIFA Janvier PJ Touboul Service de Neurologie Vasculaire Hopital Bichat Paris- U698

EVALUATION du DEGRÉ de STÉNOSE CAROTIDE. JIFA Janvier PJ Touboul Service de Neurologie Vasculaire Hopital Bichat Paris- U698 EVALUATION du DEGRÉ de STÉNOSE CAROTIDE JIFA Janvier 2014 PJ Touboul Service de Neurologie Vasculaire Hopital Bichat Paris- U698 Déclaration de CI Propriété intellectuelle logiciel M Ath Revenus liés à

Plus en détail

Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires. Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville

Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires. Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville Pas de conflit d interêt SOUS LE HAUT PATR du Ministre de la Santé et de la Population

Plus en détail

le scanner sans injection montre une occlusion mécanique du grêle en amont de l iléon terminal : inflammatoire? tumoral? Epaississement et aspect

le scanner sans injection montre une occlusion mécanique du grêle en amont de l iléon terminal : inflammatoire? tumoral? Epaississement et aspect Douleurs abdominales diffuses, arrêt des matières et des gaz depuis 48h sans vomissement ni fièvre chez un patient en aplasie à J15 d une induction pour LAM : Quels sont les principaux éléments sémiologiques

Plus en détail

Dossier n 4. QUESTION 1 Quel diagnostic évoquez-vous en premier lieu, et pourquoi? Quel autre signe recherchez-vous à l examen clinique?

Dossier n 4. QUESTION 1 Quel diagnostic évoquez-vous en premier lieu, et pourquoi? Quel autre signe recherchez-vous à l examen clinique? Dossier n 4 Un homme de 66 ans vous est adressé par son médecin traitant devant la découverte lors d un examen systématique d une masse abdominale pulsatile et expansive. Ses antécédents se résument à

Plus en détail

Optimisation et application de la séquence 4D-TRAK en IRM cardiaque et des gros vaisseaux

Optimisation et application de la séquence 4D-TRAK en IRM cardiaque et des gros vaisseaux Optimisation et application de la séquence 4D-TRAK en IRM cardiaque et des gros vaisseaux Comment réaliser une ARM 3D dynamique? F Auger, JP Beregi, S Willoteaux, V Gaxotte, Z Naigawi, C Lions Radiologie,

Plus en détail