OBSTRUCTION NASALE, RHINORRHEE, EXPISTAXIS, GOÛT ET ODORAT, PARALYSIE FACIALE, ATTEINTES DES PAIRES CRANIENNES, OTALGIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OBSTRUCTION NASALE, RHINORRHEE, EXPISTAXIS, GOÛT ET ODORAT, PARALYSIE FACIALE, ATTEINTES DES PAIRES CRANIENNES, OTALGIE"

Transcription

1 ORL Cours 7 30/01/09 à 10h30 Professeur : Pr Romain KANIA Ronéotypeur : Guillaume DAVIDO OBSTRUCTION NASALE, RHINORRHEE, EXPISTAXIS, GOÛT ET ODORAT, PARALYSIE FACIALE, ATTEINTES DES PAIRES CRANIENNES, OTALGIE 1

2 Table des matières I. OBSTRUCTION NASALE II. RHINORRHEE CEREBRO SPINALE... 4 III. AUTRES TYPES DE RHINORRHEE : RHINITES ET RHINOSINUSITES... 6 IV. EPISTAXIS...10 V. PARALYSIE FACIALE...13 VI. OTALGIE...16 VII. ATTEINTE DES PAIRES CRANIENNES...17 Le prof a laissé son si vous voulez lui poser des questions, mais il tient à ce que l on précise «D1» ainsi que la date du cours dans l en tête du mail 2

3 I. Obstruction nasale On se doit d éliminer une pathologie tumorale lors d une obstruction nasale unilatérale. 1) Démarche diagnostique Il faut toujours demander au patient quels sont les autres symptômes rhinologiques qu il a tels la rhinorrhée antérieure (=écoulement nasal par le vestibule nasale), la rhinorrhée postérieure (=en arrière du voile), des douleurs, l épistaxis, des troubles du goût et de l odorat et des éternuments. Tous ces symptomes doivent être quantifiés sur une échelle 1 à 5 (échelle de Likert) ou 0 à 2. 2) Imagerie Toute obstruction nasale nécessite une nasofibroscopie à la recherche d une tumeur après rétraction de la muqueuse (par de la xylocaïne naphazolinée placée à l aide de mèches de coton) afin d aller examiner l ostium du sinus maxillaire (ou méat moyen), l aspect des cornets, l ethmoïde postérieur et le cavum. Des examens complémentaires peuvent êtres faits comme la rhinomanométrie (antérieure et postérieure) afin de quantifier la résistance des voies nasales à l écoulement de l air (avec et sans vasoconstricteur). Il est donc utile pour authentifier le diagnostic de rhinite vasomotrice. Le scanner est utile afin de bien visualiser l os blanc, les sinus aérés noirs, et les tissus mous gris, ainsi que l IRM beaucoup plus performante pour faire le bilan d une tumeur. 3) Bilan allergique Le minimum est la prise de sang Phadiatop, puis ensuite les tests épicutanés, le dosage des immunoglobulines (par électrophorèse des protéines du sang), la cytologie nasale avec comptage des éosinophiles (par écouvillonnage au niveau de la fosse nasale afin de faire un diagnostic spécifique de NARES=rhinite à éosinophile non allergique). 4) Principales causes tumorales Les tumeurs malignes des fausses nasales et des sinus qui sont souvent les carcinomes épidermoïdes. Le cancer du cavum qui peut occasionner une obstruction nasale postérieure Des tumeurs bénignes Les fibromes nasopharyngiens (polype saignant typique chez le jeune homme) qui entrainent une obstruction nasale et un épistaxis. C est donc une tumeur vascularisée dont on fait le diagnostic par la morphologie sans biopsie (afin d éviter une hémorragie). Le traitement est une embolisation et une chirurgie. Le polype choanal de Kilian (polype du sinus maxillaire qui bascule dans la fosse nasale et crée une obstruction) 3

4 5) Causes anatomiques non tumorales Le collapsus des ailes du nez La sténose narinaire cicatricielle Un hématome de cloison (nasale) après un trauma par exemple Des déviations septales (obstruction nasale chronique) 6) Causes infectieuses Surtout la rhinite aigue ou chronique 7) Causes allergiques Elles sont les plus fréquentes. 8) Causes non allergiques La polypose nasosinusienne (polype translucide comme une grappe de raisin dans le nez, chronique dont l étiologie précise est indéterminée) Causes Non allergiques à éosinophiles ou NARES (hypertrophie de la muqueuse nasale) Causes Non allergiques non éosinophiliques (qui répondent bien à un traitement vasoconstricteur = rhinite vasomotrice) II. Rhinorrhée cérébro spinale 1) Définition La première question qu il faut se poser est «s agit t il d une fuite cérébro spinale?» (liquide de LCR) parce que ce symptôme nécessite une vaccination antipneumococcique à cause du risque de méningite récidivante. Ce sont des déhiscences osseuses de l étage antérieur de la base du crâne (qui ne coulent pas en permanence, à caractère intermittent) et qui peuvent occasionner des céphalées posturales voire la méningite avec les germes présents dans la fausse nasale et les sinus (le streptocoque pneumoniae et l haemophilus) 2) Etiologies Traumatiques (crânien, chirurgical, ), la fuite peut être immédiate ou différée. Primaires (i.e. déhiscences osseuses congénitales) Secondaires (par hyperpression intracrânienne) 3) Physiopathologie Dans les causes traumatiques, la lésion initiale peut ne concerner que l os et la dure mère, la fuite n apparaissant qu après déchirure de l arachnoïde Dans les causes spontanées, elle apparaît en général à l âge adulte par résorption osseuse avec l âge ce qui fait que l os s amincit. 4

5 4) Diagnostic C est une rhinorrhée claire «eau de roche», intermittente et difficile à visualiser (parfois on a le signe du réservoir, i.e. la nuit il y a stagnation d une rhinorrhée dans un sinus et lorsque l on se penche en avant, la rhinorrhée est localisée d un côté ou de l autre). Tout patient ayant eu une ou plusieurs méningites doit avoir un examen à la recherche d une fuite de LCR (surtout si les germes sont évocateurs de porte d entrée ORL comme le pneumocoque et haemophilus). Les autres signes fonctionnels à rechercher sont les troubles visuels et de l olfaction (car ils ont une valeur localisatrice d un côté ou de l autre). 5) Examen clinique Tout d abord regarder s il n existe pas au niveau du tympan un épanchement rétrotympanique clair (car il y a une communication entre le cavum et l oreille moyenne) L examen endoscopique avec des manœuvres qui tentent de reproduire la rhinorrhée (manœuvre posturale, manœuvre de Valsalva ) Devant tout traumatisme crânien, demander au patient si cela ne coule pas par le nez (car s il décrit une rhinorrhée claire, on a notre diagnostic mais généralement elle est tintée de sang, ce qu on appelle le signe de la cocarde) 6) Examens biologiques Par le dosage du glucose (il n y a pas de glucose au niveau des fosses nasales normalement) la bandelette urinaire nous permettra de mesurer le glucose et de faire le diagnostic (bonne valeur prédictive positive). la β2 transferrin et β trace (diagnostic de certitude) 7) Examens complémentaires Par le scanner en coupe fine (coupes très rapprochées des sinus de la face afin de voir s il y a un défaut osseux). On y voit la déhiscence osseuse, une cavité sinusienne sous jacente, une pneumocéphalie (surtout vrai en cas de trauma). Il peut être davantage sensibilisé par injection intradurale d un produit de contraste iodé on l appelle le cisternoscanner (mais invasif car on doit faire un ponction lombaire pour injecter le PDC et a été supplanté de nos jours par le cisternoirm). Le cisternoscanner nous permettra la visualisation directe du produit de contraste à travers la brèche ostéoméningée dans les cavités sinusiennes ou les fosses nasales. L inconvénient est qu il doit être réalisé en période de rhinorrhée active et qu il est invasif (si vous voulez voir à quoi les clichés ressemble, vous pouvez y jeter un coup d œil dans le diaporoma dispo sur notre site). Le cisternoirm est centré sur l étage antérieur dans des séquences T2 pour voir le liquide afin de visualiser le passage le passage direct (donc sans injection de PDC) d une tonalité hyperdense à travers la brèche ostéoméningée. L avantage est que cela peut dessiner la rhinorrhée, même en l abscence de rhinorrhée active. 5

6 8) Conduite pratique Il faut essayer d authentifier cliniquement la rhinorrhée cérébro spinale et préciser le côté Faire un scanner coupe fine Faire un cisternoirm A la limite un cisternoscanner si les deux précédents ne permettent le diagnostic. III. Autres types de rhinorrhée : rhinites et rhinosinusites Elles sont banales, bilatérales et symétriques et pas claires comme de l eau de roche. 1) Symptomes Ils sont non isolés et sont : douleur, éternuement, rhinorrhée antérieure et postérieure, épistaxis, obstruction nasale, troubles de l odorat et du goût. 2) Syndromes On essaye de classer ces symptômes dans des syndromes : Syndrome sensoriel (lors de troubles de l odorat et du goût) Syndrome tumoral (lorsqu on a une obstruction nasale, épistaxis et douleurs) Syndrome rhinosinusien (pathologie de la muqueuse lorsque l on a une rhinorhée, des éternuements voire une obstruction nasales) 3) Interrogatoire Il reprend les symptômes vus précédemment : leur fréquence (à quantifier sur l échelle de Likert ou 0 1 2) notamment. De plus, la qualité de vie des gens qui consultent pour des symptômes rhinosinusiens est généralement altérée (sensation de mal être, trouble du sommeil, difficultés de concentration, aggravation d un symptôme d apnée du sommeil...) Le trouble de l odorat peut entraîner une cacosmie, i.e. un ressenti d odeur fétide, voire fécale. 4) Démarche diagnostique Il faut rechercher des éléments en faveur d une allergie : à savoir les antécédents, une conjonctivite, la périodicité des troubles (toute l année ou en fonction des saisons ou d une unité de lieu ou de temps). De plus, recherche des symptômes qui seraient évocateurs du syndrome de Widal, qui associe une polypose nasosinusienne à un asthme et à une intolérance à l aspirine et aux anti inflammatoires. Et puis, des sensations d atteinte irritative (soit par des toxiques ou encore par le reflux gastro oesophagien qui peut irriter les fosses nasales). 6

7 Enfin, l examen est une nasofibroscopie pour analyser les différents éléments anatomiques de chaque fosse nasale. L examen clé lors d une pathologie rhinosinusienne est le scanner car il permet de classer la maladie. En effet, si les sinus sont normalement aérés, on est devant une pathologie qui est uniquement d origine des fosses nasales : la rhinite. Si le scanner montre une atteinte de la muqueuse des sinus, on aura une rhinosinusite. 5) Les rhinites et rhinosinusites allergiques à proprement parler a) Introduction Elles atteignent 7% des enfants et 31% des adultes qui ont souvent des antécédents personnels ou familiaux d atopie. Ainsi, l interrogatoire est fondamental pour une orientation diagnostique : les symptômes sont périodiques associant une triade «obstruction nasale, rhinorrhée, éternuements» pouvant aussi associer d autres symptômes comme la conjonctivite allergique. Le déclenchement des symptômes se fait en présence de l allergène (donc soit en fonction d une unité géographique, périodique dans l année en fonction des saisons ou alors d hygrométrie où il y a le développement d acariens et de moisissures) b) Examens complémentaires Le premier test de dépistage est le Phadiatop (prise de sang mais peu spécifique il aura plutôt tendance à orienter vers une allergie, sans pour autant la confirmer). Plus sensibles sont le dosage des IgE totaux avec tests in vitro. Ainsi que les tests épicutanés. 6) Les rhinites et rhinosinusites chroniques infectieuses C est une pathologie fréquente : l infection reprend dès qu un traitement antibiotique est arrêté. Cela associe une rhinorrhée +/ purulente, une obstruction nasale, une hyposmie voire cacosmie, et souvent des céphalées chroniques. Il faut éliminer une sinusite chronique par des germes anaérobie ou un corps étranger d origine dentaire (où après des soins dentaires vont se greffer des champignons dans le sinus). Très facile à diagnostiquer par un scanner. On peut être amené à rechercher un déficit immunitaire (dépistage VIH, électrophorèse de protéines sanguines pour quantifier les immunoglobulines). 7

8 Il faut aussi penser au diagnostic de mucoviscidose (manifestations plutôt pulmonaires et parfois ORL souvent diagnostiquées assez rapidement). Mais à l âge adulte il faut surtout penser à une anomalie congénitale de la mobilité des cils (qui éliminent le mucus) E Scanner où l on voit que le sinus maxillaire supérieur droit est comblé (signes d infection) Rhinosinusite infectieuse au sein du sinus maxillaire droit une opacité caractéristique d une greffe aspergillaire Autre localisation possible : l éthmoïde, le sinus sphénoïdal Ici le sinus sphénoïdal est comblé (gris vs noir) et on a un épaississement de l os qui stigmatise un processus infectieux chronique. 8

9 7) Rhinosinusites chroniques non allergiques non éosinophiliques Il y a des phénomènes d intolérance qui peuvent être d origine médicamenteuse (aspirine ou AINS voire paracématol ) et alimentaire (histamine, substances histamino libératrices, amines, tyramine ou encore des sulfites=certains vins, corticoïdes ) et qui miment une rhinosinusite (i.e. obstruction nasale et rhinorrhée voire des douleurs) Ou parfois lors de modifications hormonales au cours de la grossesse (corticothérapie locale efficace) 8) Rhinites chroniques non allergiques à éosinophiliques (=NARES) +15% des rhinites chroniques. Lors du diagnostic cytologique, on observe une proportion d éosinophiles nettement supérieure à 20% dans les sécrétions nasales. Ce sont des gens qui ont une obstruction nasale, une rhinorrhée, et des éternuements très marqués. C est une porte d entrée pour la polypose nasosinusienne et l asthme, qui peuvent être l un et l autre associé dans le syndrome de Widal. 9) Polypose nasosinusienne Elle est parfois associée à un asthme voire une intolérance à l aspirine, constituant la triade de Widal Abrami Lermoyez. C est une inflammation chronique de la muqueuse nasosinusienne avec des polypes translucides à aspect de grappe de raisin dans les deux fosses nasales (lisses, régulières, oedémateuses entrainant un trouble de l odorat). Ainsi, on distingue 3 stades en fonction de l importance des polypes : a. Stade I = les polypes sont au méat moyen (à la hauteur du cornet moyen) b. Stade II = les polypes s arrêtent au cornet inférieur c. Stade III = les polypes atteignent le plancher des fosses nasales Devant cette symptomatologie on demandera un scanner qui participera au bilan d extension afin de rechercher d éventuelles rétentions liquidiennes dans les sinus, voire même une tumeur. Il faudra penser à rechercher un asthme associé ou une intolérance à l aspirine dans le cadre de la triade Le plus souvent, on réalise un bilan allergologique minimum avec un Phadiatop, un dosage des IgE, une NFS (car il y a aussi une symptomatologie allergique fréquemment associée à la polypose nasosinusienne, même si cela n en est pas la cause). 9

10 IV. Epistaxis 1) Définition C est un symptôme fréquent, banal, surtout chez l enfant (dès qu il y a un effort, un hyper débit sanguin, une vasodilatation en période chaude ), parfois abondant et répété chez l adulte et dans de rares cas peut mettre en jeu le pronostic vital. Dès l instant où l on a un patient adulte qui est sous traitement anticoagulant ou sous traitement antiagrégant plaquettaire, il a une susceptibilité encore plus grande à avoir des épistaxis. Cela peut révéler une pathologie évolutive et généralement on a souvent la crainte d un cancer sous jacent. Dans l immense majorité des cas, l épistaxis est de cause essentielle, c est à dire que l on ne retrouve pas la cause précise qui provoque l épistaxis, et dans une minorité de cas il peut s agir d une cause identifiée ou bien une tumeur devant laquelle il ne faut pas passer à côté. Tout cela s explique anatomiquement car la vascularisation des fosses nasales est extrêmement riche : elle est issue des deux systèmes carotidiens : carotidiens externes et internes qui entre eux s anastomosent au niveau des fosses nasales, notamment au niveau de la cloison car il s agit d une zone de confluence vasculaire. Donc ces anastomoses on les voit à la fois sur les faces internes et les parfois externes des fosses nasales. Paroi externe des fosses nasales : 5=artère sphéno palatine (issue du système Sur la paroi interne des fosses carotiden externe) nasales, c est exactement la même 1 & 2= artères ethmoïdales (carotiden interne) chose avec ces zones de confluences et ces anastomosent 10

11 2) Evolution Le plus souvent, c est quelque chose qui est contrôlé avant même d aller chez le médecin (par compression bi digitale ou en faisant sucer des glaçons, ce qui provoque une vasoconstricion). Si le saignement persiste de façon peu abondante et tolérée, une consultation ORL en urgences est nécessaire afin de faire un geste de manière sélective qui va stopper l hémorragie. Si le saignement persiste et est très abondant, un transfert médicalisé en urgence du patient vers une structure hospitalière sera organisé (car il peut avoir recours à des traitements beaucoup plus spécifiques tels l embolisation ou encore une intervention chirurgicale pour aller coaguler l artère sphéno palatine). Dans tous les cas, il y a une prise en charge en urgence et différée pour faire un bilan de la cause. En urgence, c est arrêter le saignement et après dans tous les cas il faudra aller regarder à distance (d ici 8 15 jours) pour voir s il y a une tumeur ou pas. S il n y en a pas, on conclut à un facteur déclenchant particulier (HTA, antiagrégant, aspirine ). Et en l absence de cause tumorale ou de facteur déclenchant particulier, on conclut alors à une épistaxis essentielle. 3) Les causes a. Générales L HTA Les troubles de l hémostase (anticoagulants, l insuffisance hépatique, les maladies hématologiques tels Willebrand ou hémophilie) b. Locales Les causes post traumatique et post opératoire Les tumeurs malignes et bénignes (fibrome naso pharagien par exemple) La maladie de Rendu Osler (rare où l on a des petites télangiectasies sur la peau et les muqueuses qui peuvent atteindre le système digestif, les poumons et le cerveau) 11

12 4) Schéma bilan épistaxis Commentaires du prof : Il faut retenir la cause d épistaxis essentielle comme diagnostic d élimination. C est à dire quand on n est pas dans un contexte de cause générale ou locale (cf ci dessus), il faut conclure à une cause d épistaxis essentielle. Lorsque l on voit quelqu un qui arrive pour une épistaxis, on calmera en premier lieu le patient, puis on lui demandera de comprimer les fosses nasales après avoir éventuellement évacué les caillots par aspiration de mouchage, faire sucer des glaçons, et ensuite on aura recours à des gestes thérapeutiques. 12

13 5) Gestes thérapeutiques a) Le méchage des fosses nasales, i.e la mise en place d un packing (matériel) dans la fosse nasale pour bloquer le saignement. Cela se fait après une anesthésie à la xylocaïne naphazolinée qui permet une anesthésie et une rétraction de la muqueuse. b) Si jamais cela ne fonctionne pas, on aura recours à une sonde à double ballonnet gonflée à l aide de sérum physiologique, que l on place dans la fosse nasale et qui bloque ses parois. c) Enfin, on peut avoir recours à la chirurgie : on endort le patient et on va aller faire l hémostase en coagulant le plus souvent l artère sphéno palatine. d) 4 ème ligne de traitement : l embolisation, i.e. cathétérisation où l on monte une sonde par voie fémorale ou radiale pour aller boucher de manière sélective les vaisseaux qui irriguent les fosses nasales en les embolisant par des particules. V. Paralysie faciale 1) Introduction Le VIIème nerf crânien est un nerf mixte : il est à la fois moteur, sensitivo sensoriel et végétatif. On distingue deux grandes portions du nerf facial : une portion intra crânienne (caractérisée par 3 segments : la 1 ère portion dite portion labyrynthique, la 2 ème portion dite tympanique et la 3 ème portion dite mastoïdienne ) et une portion extra crânienne (le nerf sort du crâne par le trou stylo mastoïdien et va innerver les muscles de la face en se divisant). Dès qu il sort du crâne, le nerf facial traverse la glande parotide et c est ici qu à partir d un trou unique il va se diviser en 2 branches : supérieure et inférieure puis en une multitude de branches pour innerver les différents muscles de la face. 2) Diagnostic clinique d une paralysie faciale périphérique a) Au niveau moteur on aura : Des rides effacées ainsi qu une déformation buccale Le signe du peaucier (les plis du cou ne bougent que d un côté) Le signe Charles Bell (impossibilité d exercer une fermeture de l œil complète avec la sclère du globe qui va apparaître) L occlusion palpébrale réflexe est abolie Une hyperacousie douloureuse par abolition du réflexe stapédien b) Le nerf facial sert aussi à l innervation de la sensibilité d une petite zone cutanée au niveau de l entrée du conduit auditif externe, la zone de Ramsay Hunt (et donc hypoesthésie), ainsi que le goût des 2/3 antérieurs de la langue (on aura donc une agueusie). c) Enfin, on aura des troubles végétatifs (car il assure la sécrétion lacrymale) du côté de la paralysie faciale, où on aura un tarissement des sécrétions lacrymales. 13

14 Pour faire le diagnostic chez le sujet inconscient (coma), on peut voir dès qu il respire qu il un côté «atone» qui ne se soulève pas, ce qu on appelle le «patient fumant la pipe». Il y a aussi la manœuvre de Pierre marie et Foix, où l on va crocheter la mandibule en arrière sous l oreille et cela créera une grimace réflexe chez le patient inconscient. 3) Diagnostic différentiel d une paralysie faciale d origine centrale (atteinte au delà du noyau i.e. tronc cérébral ou au dessus) Elle se caractérise uniquement par une atteinte faciale inférieure parce que le facial supérieur a une innervation croisée. Généralement des signes neurologiques sont associés : ce qu on appelle une dissociation automatico volontaire (sur le territoire inférieur, le patient n est pas capable de faire une mobilité normale du visage. En revanche lorsqu un rire est provoqué, il peut y avoir une motricité). 4) Diagnostic topographique On peut localiser l atteinte de cette paralysie. Soit parce qu il y a une contexte évident : une otite (or on a dit que le nerf passait très près du tympan) ou un traumatisme crânien (ça peut donc être une atteinte centrale) De plus il y a des signes cliniques assez évocateurs : Juste après la 1 ère portion, il y a les nerfs qui vont donner la sécrétion lacrymale donc l atteinte de la 1 ère portion va entrainer sécrétion lacrymale diminuée (+50% de différence avec l autre côté). Après la 2 ème portion, i.e. au niveau de la 3 ème portion, il y a une émanation du nerf facial : la corde du tympan, qui sert à faire le réflexe stapédien (lorsque l on a un son fort, les osselets vont se stabiliser pour éviter que des mouvements trop importants n abiment l oreille interne). Si l on a une atteinte du nerf facial au delà de la corde du tympan, on aura alors une conservation du réflexe stapédien. En revanche, si l on a une atteinte de la 2 ème portion, on n aura plus de réflexe stapédien on aura alors une hyperacousie douloureuse. Enfin, la corde du tympan assure notamment le goût des 2/3 antérieurs de la langue donc s il y a section de la corde du tympan, il y aura une agueusie des 2/3 antérieurs de la langue. 14

15 5) Examen complémentaire Le réflexe stapédien : on envoie un son fort et on enregistre s il y a une réaction du muscle de l étrier La gustométrie (ou test de Blatt) pour l agueusie des 2/3 antérieurs de la langue Le test de Schirmer (=quantifier la sécrétion des larmes par le placement d un buvard dans la paupière inférieure et en faisant respirer au patient de l ammoniac). Surtout, le scanner et l IRM 6) Exemples Atteinte de la 1 ère portion par une tumeur qui comprime. Atteinte de la 2 ème portion par un cholestéatome (anomalie de l oreille moyenne) Atteinte de la 3 ème portion par fracture du rocher Atteinte exocrânienne par une plaie parotidienne 7) Diagnotic de gravité Il est à la fois clinique et électrophysiologique. Il se fait donc cliniquement par la classification de House et Brackman en 6 stades : I = normal II = déficit minime «entre I et III» III = le patient peut fermer l œil IV = le patient ne ferme pas l œil V = entre IV et VI, généralement associé à des syncinésies (contractions aberrantes) VI =aucun mouvement Deux tests électriques à connaître pour apprécier la gravité et à répéter : Le test d Esslen qui donne le % de fibres dégénérées EMG répétés qui donnent le % de fibres fonctionnelles 15

16 8) Diagnostic étiologique Les lésions de voisinage où on peut localiser l atteinte du nerf facial (soit au tronc cérébral, l atteinte de la méninge, le rocher ou la lésion faciale) L atteinte intrinsèque du nerf qui s intègre soit dans des syndromes où c est qu un seul nerf en mononévrite, plusieurs nerfs en multinévrite, ou bien dans des polyradiculonévrites. Il ne faut pas oublier la maladie de Lyme qui peut entrainer une atteinte nerveuse et ainsi une paralysie faciale. Il y a des formes chez l enfant «mais je n en parlerai pas aujourd hui» Ainsi que des formes idiopathiques «à frigore», c est à dire que l on ne retrouve pas de cause. C est un dysfonctionnement intrinsèque du nerf qui récupère le plus souvent (donc on ne fera pas d imagerie sauf après si cela continue plusieurs semaines) et qui peut arriver à n importe qui. C est surtout un diagnostic d élimination (après avoir éliminé les autres étiologies). Alors là le prof était pris par le temps, je cite en gros «je torche la fin du cours, le reste (le goût et l odorat) vous verrez chez vous avec les diapos, c est de la physiologie». Donc je vous mets les diapos sur le goût et l odorat qu il n a donc même pas passées du tout. A vous de voir (perso, je doute qu il ose faire des questions rédactionnelles sur des choses non vues en amphi, ça serait débile à côté de tout ce qu il a traité) VI. Otalgie Soit il y a une cause locale, soit une cause régionale car il y a une projection douloureuse. Si on voit quelque chose qui est relié à l oreille, à ce moment là il peut y avoir une surdité, une oreille qui coule et le diagnostic est relativement évident quand on examine le pavillon, le conduit auditif externe ou le tympan. Et si ce n est pas le cas, à ce moment là on est dans le cas d otalgie rapportée : i.e. l oreille est normale mais l examen l ORL se doit d être complet à la recherche notamment d une tumeur (par exemple du pharynx, du sinus piriforme ou de la cavité buccale) qui peut provoquer une projection douloureuse (les autres pathologies sont rares). 16

17 VII. Atteinte des paires crâniennes Je cite le prof : «Je vous dis un mot pour vous orienter sur les paires crâniennes, et je vous donne la présentation» Pour tester le VIII, on fera l acoumétrie, c est à dire les tests de Weber et Rinne Weber : on prend un diapason, on le fait vibrer, on le met sur une structure osseuse médiane (le crâne, ou le front) et on demande de quel côté le patient entend. Un patient normal ne latéralise pas son Weber alors qu un patient sourd latéralise son Weber. On peut ainsi différencier 2 types de surdité : Si le sujet présente une surdité de transmission du côté droit, il perçoit la vibration sonore du côté droit, on dit que «le Weber est latéralisé du côté malade» (atteinte des osselets ou du conduit auditif externe=oreille externe). Si le sujet présente une surdité de perception (atteinte du nerf cochléaire ou à la cochlée=oreille interne) du côté droit, il perçoit la vibration sonore du côté gauche, on dit que «le Weber est latéralisé du côté sain», car la conduction osseuse est privilégiée du côté sain. Rinne : on fait une vibration en arrière, sur la mastoïde, puis en avant devant le pavillon et là encore dans une surdité de transmission, on entend mieux au niveau de la mastoïde (par conduction osseuse) que par conduction aérienne. C est l inverse pour une surdité de perception où l on a globalement une intensité identique au niveau de la mastoïde et du pavillon. Voici ci après les diapos qu il n a pas traitées 17

Rhinologie. Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY

Rhinologie. Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY Rhinologie Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY APPAREIL NASAL : pyramide nasale + fosses nasales! Pyramide nasale: Squelette osteocartilagineux os propres du nez, cartilages triangulaires et alaires)!

Plus en détail

Dr Righini Christian Adrien

Dr Righini Christian Adrien Infections naso-sinusiennes de l adulte et de l enfant CAT devant une obstruction nasale Dr Righini Christian Adrien Clinique ORL Pôle TCCR CHU de Grenoble CRighini@chu-grenoble.fr Question 1 Quel sinus

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

8.6 Polyposes naso-sinusiennes

8.6 Polyposes naso-sinusiennes 8.6 Polyposes naso-sinusiennes Références bibliographiques : -Site de l Institut Français de Chirurgie du Nez et des Sinus. 8.6.1 DEFINITION La polypose nasosinusienne (PNS) est une sinusite chronique

Plus en détail

LES RHINO-SINUSITES CHRONIQUES

LES RHINO-SINUSITES CHRONIQUES LES RHINO-SINUSITES CHRONIQUES Docteur Romain Guldmann, Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale, Hôpital de Hautepierre OBJECTIFS Savoir poser le diagnostic de rhino-sinusite chronique et connaître

Plus en détail

NEZ ET FACE : SOINS INFIRMIERS

NEZ ET FACE : SOINS INFIRMIERS Transverse : ORL NEZ ET FACE : SOINS INFIRMIERS I/- Les traitements locaux sinusiens. Le nettoyage des fosses nasales : Il est nécessaire avant toute administration locale de médicaments (aérosol, gouttes,

Plus en détail

Epistaxis (313) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002

Epistaxis (313) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002 Epistaxis (313) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002 Pré-Requis : Anatomie des fosses nasales Résumé : L épistaxis, urgence très fréquente en ORL, est un saignement en provenance des fosses nasales, des

Plus en détail

8.8 Traitements en allergo-orl

8.8 Traitements en allergo-orl 8.8 Traitements en allergo-orl Références bibliographiques : Site de l Institut Français de Chirurgie du Nez et des Sinus. 8.8.1 Hygiène nasale Les lavages de nez : Ce traitement simple est souvent oublié

Plus en détail

NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX

NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX Anatomie de la pyramide nasale Types morphologique du nez I/- INTRODUCTION : Les fosses nasales ou nez représentent le segment initial des voies respiratoires. Il

Plus en détail

Dr Narathib NAY, FMC de l AMC du 25 Mars 2010. Rhinite Chronique

Dr Narathib NAY, FMC de l AMC du 25 Mars 2010. Rhinite Chronique Dr Narathib NAY, FMC de l AMC du 25 Mars 2010 avec le laboratoire ZAMBON Rhinite Chronique 0 RHINITES CHRONIQUES Affections fréquentes et souvent considérées à tort comme banales, les rhinites peuvent

Plus en détail

JFR 2006 PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM. Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie

JFR 2006 PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM. Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie INTRODUCTION Tumeur naso sinusienne rare : 0,5 à 4% de l ensemble des tumeurs naso sinusiennes

Plus en détail

Docteur, j ai le nez bouché... Docteur, j ai une sinusite... 18 décembre 2014 : Dr Denis GOUROD ORL / CCF - CMC de la Baie de Morlaix

Docteur, j ai le nez bouché... Docteur, j ai une sinusite... 18 décembre 2014 : Dr Denis GOUROD ORL / CCF - CMC de la Baie de Morlaix Docteur, j ai le nez bouché... Docteur, j ai une sinusite... 18 décembre 2014 : Dr Denis GOUROD ORL / CCF - CMC de la Baie de Morlaix Quelques définitions Dysfonctionnements naso-sinusiens chroniques (DNSC)

Plus en détail

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte Item 90 : Infections nasosinusiennes de l'enfant et de l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une rhinosinusite aiguë... 1 1. 1 Chez l'adulte...1

Plus en détail

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 Cancers professionnels des cavités nasales et sinusiennes Dr Dominique Tripodi Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Place Alexis Ricordeau - 44093 Nantes Cedex

Plus en détail

Les urgences en ORL. Dr A. Dupret-Bories 31/03/2012

Les urgences en ORL. Dr A. Dupret-Bories 31/03/2012 Les urgences en ORL Dr A. Dupret-Bories 31/03/2012 Plan 1. Les urgences respiratoires et les urgences digestives hautes 2. Les urgences hémorragiques 3. Les urgences infectieuses 4. Les urgences otologiques

Plus en détail

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE F BEN AMARA*, NTOUMI*, ASALEM*, NBOUGHANMI*, HRAJHI*, R HAMZA*, N MNIF* M MARRAKCHI**, H HAJRI**, M FERJAOUI** *: Service d Imagerie Médicale Hôpital Charles

Plus en détail

1-Le frontal PLAN. 2-L occipital. 3-Le sphénoïde 10/02/2014 ANATOMIE TETE ANESTHESIE EN ORL LES ACTES CHIRURGICAUX

1-Le frontal PLAN. 2-L occipital. 3-Le sphénoïde 10/02/2014 ANATOMIE TETE ANESTHESIE EN ORL LES ACTES CHIRURGICAUX 1-Le frontal Dr F. Philip 02/2014 ANATOMIE TETE Crâne osseux PLAN 4 MEDIANTS-2 LATERAUX PAIRES -LES 14 OS DE LA FACE Face Anatomie Innervation (V VII) COU GLANDES Thyroïde -parathyroïdes Glandes salivaires

Plus en détail

Impédance. A. Vocale

Impédance. A. Vocale SURDITES Déficit de l audition Ressentie ou non par le patient Causes variables Diagnostic rapide chez l enfant Prise en charge adéquate Que faire? Objectiver l hypoacousie ressentie Cibler le terrain

Plus en détail

OTO-RHINO- LARYNGOLOGIE nez, sinus, oreille

OTO-RHINO- LARYNGOLOGIE nez, sinus, oreille OTO-RHINO- LARYNGOLOGIE nez, sinus, oreille IFSI CROIX ROUGE Dr Coulet Olivier Service ORL et chirurgie cervico-faciale Hôpital Laveran Fosses nasales et sinus Sinus frontaux Sinus ethmoïdaux Cornet supérieur

Plus en détail

audition lequel nous vivons moyenne, interne) qui capte les vibrations acoustiques ! Fonction qui nous informe sur le milieu dans

audition lequel nous vivons moyenne, interne) qui capte les vibrations acoustiques ! Fonction qui nous informe sur le milieu dans otologie audition! Fonction qui nous informe sur le milieu dans lequel nous vivons! 2 elements essentiels : 1. Organe périphérique : (oreille externe, moyenne, interne) qui capte les vibrations acoustiques

Plus en détail

ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES. S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal.

ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES. S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal. ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal. Introduction Les tumeurs malignes du massif facial:

Plus en détail

Surdité (294) Docteur Dinh-Qui NGUYEN Novembre 2005

Surdité (294) Docteur Dinh-Qui NGUYEN Novembre 2005 Surdité (294) Docteur Dinh-Qui NGUYEN Novembre 2005 Pré-requis : Polycopié d ORL, Pr Reyt, Pr Charachon Précis d ORL. M. Portmann, Ed. Masson 1982 Décision en ORL, F. Chabolle, E-N Garabédian, Ed. Vigot

Plus en détail

2 ème stage estival Besançon, 29 aout 2015. Laurent TAVERNIER Oto-rhino-laryngologiste Praticien hospitalier Professeur des universités

2 ème stage estival Besançon, 29 aout 2015. Laurent TAVERNIER Oto-rhino-laryngologiste Praticien hospitalier Professeur des universités 2 ème stage estival Besançon, 29 aout 2015 Laurent TAVERNIER Oto-rhino-laryngologiste Praticien hospitalier Professeur des universités 1. Anatomie de l oreille 2. Fonctionnement de l oreille 3. Consultation

Plus en détail

DIAGNOSTIC RADIOLOGIQUE DES BRECHES OSTEODURALES PRIMAIRES

DIAGNOSTIC RADIOLOGIQUE DES BRECHES OSTEODURALES PRIMAIRES DIAGNOSTIC RADIOLOGIQUE DES BRECHES OSTEODURALES PRIMAIRES I. ELHAJJEM*, E. MENIF*, E. BEN YOUSSEF *, H. MIZOUNI *, O. AZAIZ*, M. BEN MASSOUD*, I. TURKI*, S. SAHTOUT**, GH. BESBES** * Service d Imagerie

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

PATHOLOGIES DE L'OREILLE

PATHOLOGIES DE L'OREILLE ORL PATHOLOGIES DE L'OREILLE I - LES OTITES A - OTITE EXTERNE AIGUË a) Étiologie Germe: staphylocoque Concerne l'oreille externe Inflammation du conduit auditif externe Souvent suite à:. Traumatisme. Furoncle.

Plus en détail

COURS DE PLONGEE SOUS-MARINE MF1 FSGT III. LES ACCIDENTS. 4 masque. 2 poumons

COURS DE PLONGEE SOUS-MARINE MF1 FSGT III. LES ACCIDENTS. 4 masque. 2 poumons III. LES 1 Les accidents barotraumatiques (voir annexes page A4). En plongée, du fait de l augmentation de la pression (Loi de Mariotte), les cavités remplies d air peuvent nous poser des problèmes : La

Plus en détail

Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie. Plan. Anatomie (info)

Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie. Plan. Anatomie (info) Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie Pharmacie 2 année Dr Sophie Figon, Département de Médecine générale de Lyon Abréviations Info = pour info : ne sera pas demandé à

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

Les urgences ORL chez le sportif en déplacement

Les urgences ORL chez le sportif en déplacement Les urgences ORL chez le sportif en déplacement Docteur Stéphane LIWAREK INSEP Les pathologies ORL ont fortement augmenté au cours de ces dernières années, avec notamment une progression des pathologies

Plus en détail

Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!! Objectifs pédagogiques

Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!! Objectifs pédagogiques Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!!! I.! Les surdités :! II.! Le handicap sensoriel chez l enfant.! III.! Le handicap sensoriel chez l adulte :! IV.! Le

Plus en détail

Rhinites et rhinosinusite. Rhinosinusite 1

Rhinites et rhinosinusite. Rhinosinusite 1 Rhinites et rhinosinusite Rhinosinusite 1 DEMARCHE DIAGNOSTIQUE Symptômes Douleur, éternuement, rhinorhée antérieure et postérieure, épistaxis, obstruction nasale, troubles de l odorat et du goût. Syndromes

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Maladie de Willebrand. Informations et conseils

Maladie de Willebrand. Informations et conseils Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Willebrand Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

Epistaxis. Objectifs éducationnels. Pré-acquis :

Epistaxis. Objectifs éducationnels. Pré-acquis : Objectifs éducationnels 1- Faire le diagnostic positif et différentiel d une épistaxis 2- Evaluer la gravité d une épistaxis 3- Prendre en charge une épistaxis en urgence 4- Savoir faire les gestes d hémostase

Plus en détail

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception :

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception : LES ANTI DOULEURS Attention : Pour l examen le prof veut que l on se base sur les recommandations de l AFFSAPS en ce qui concerne les prescriptions et le reste ; pour être sûr qu il n y ait pas de différence

Plus en détail

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Motif non rare de consultation. Urgence diagnostique et thérapeutique. Pronostic

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Les Signes évocateurs de cancer ORL

Les Signes évocateurs de cancer ORL Les Signes évocateurs de cancer ORL J. Carvalho, A. Dupret-Bories, Ph. Schultz Service d ORL et chirurgie cervico-faciale Hôpital de Hautepierre Objectifs : savoir reconnaître précocement un cancer ORL

Plus en détail

ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS

ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS Définition Abcès du cerveau : collection suppurée développée au sein du parenchyme cérébral Empyème intracrânien : collection suppurée développée dans l espace sous-dural

Plus en détail

RHINITE ALLERGIQUE BILAN ALLERGOLOGIQUE

RHINITE ALLERGIQUE BILAN ALLERGOLOGIQUE RHINITE ALLERGIQUE BILAN ALLERGOLOGIQUE Pr ILHEM CHARFEDDINE GARGOURI SERVICE ORL CHU HABIB BOURGUIBA SFAX TUNISIE Ilhem.gargouri@rns.tn SAONORL-CCF- ANOL ALGER 22-24/ 11/ 2013 Mon patient est-il allergique?

Plus en détail

ORL LES FOSSES NASALES

ORL LES FOSSES NASALES ORL LES FOSSES NASALES Frédéric MARTIN I - ANATOMIE Deux parties: 1) LA PYRAMIDE NASALE a) La partie osseuse Les os propres du nez b) La partie cartilagineuse Deux parties:. Les cartilages latéraux. La

Plus en détail

A quoi pensez-vous? (diagnostic positif)

A quoi pensez-vous? (diagnostic positif) Cas clinique Mme D. 24ans, depuis 3 semaines: Asthénie Rhinorrhée Obstruction nasale Ecoulement nasal postérieur Toux productive le matin+++ Voix enrouée le matin +++ Douleurs modérées infraorbitaires

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 25 février 2015 modifiant l arrêté du 19 février 2015 relatif aux forfaits

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Anatomie de la face. Dr Bernadette PASQUINI

Anatomie de la face. Dr Bernadette PASQUINI Anatomie de la face Dr Bernadette PASQUINI Anatomie descriptive de la face Région limitée par la ligne d implantation des cheveux, le bord antérieur des oreilles et le menton. Eléments principaux : yeux,

Plus en détail

Item 337. Trouble aigu de la parole. Dysphonie. Objectifs pédagogiques

Item 337. Trouble aigu de la parole. Dysphonie. Objectifs pédagogiques Item 337. Trouble aigu de la parole. Dysphonie I. DIAGNOSTIC POSITIF II. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL III. DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE : BILAN IV. DYSPHONIES PAR LESIONS LARYNGEES V. PARALYSIE LARYNGEE UNILATERALE

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER DEPARTEMENT DE 1- SPECIALITE : PROTHESE 1 Anatomie dentaire 2 Les matériaux à empreinte 3 Les traitements pré-prothetiques

Plus en détail

Mr ZIAD AB 29 ans m a consulté le 28/10/2010

Mr ZIAD AB 29 ans m a consulté le 28/10/2010 Mr ZIAD AB 29 ans m a consulté le 28/10/2010 Depuis le jeune âge toux récidivantes.1a2 exacerbations par ans. Stabilisation 2006 1 ans exacerbation rapprochée avec dyspnée et sifflement.amélioration transitoire

Plus en détail

Intérêt de la TDM hélicoïdale dans les sinusites d origine dentaire : A propos de 16 cas

Intérêt de la TDM hélicoïdale dans les sinusites d origine dentaire : A propos de 16 cas Intérêt de la TDM hélicoïdale dans les sinusites d origine dentaire : A propos de 16 cas R Benboubker, N Moussali, H Belgadir, N El Benna, A Gharbi, A Abdelouafi Service de Radiologie 20 Août CHU Ibn Rochd

Plus en détail

Item 85 (ex item 313) : Épistaxis Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale

Item 85 (ex item 313) : Épistaxis Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale Item 85 (ex item 313) : Épistaxis Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Rappels... 3 1.1. La muqueuse... 3 1.2. La vascularisation... 3 2.

Plus en détail

Docteur Jean-Loup Dervaux. Infections ORL. de l enfant. Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol

Docteur Jean-Loup Dervaux. Infections ORL. de l enfant. Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol Docteur Jean-Loup Dervaux Infections ORL de l enfant Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol Quel est son problème? Cette première partie va vous remettre en mémoire toutes les données nécessaires

Plus en détail

Théorie Niveau 2. Les barotraumatismes. 2 Démonstration loi physique : «la bouteille en plastique»

Théorie Niveau 2. Les barotraumatismes. 2 Démonstration loi physique : «la bouteille en plastique» Théorie Niveau 2 Les barotraumatismes 1 Principe général Les barotraumatismes sont des accidents qui peuvent survenir lorsque des volumes d air présents dans l'organisme du plongeur subissent la loi de

Plus en détail

"Le nez bouché" Quelle imagerie et pourquoi? Dr Pierre Lindas Sce ORL et CCF Hôpital Ste Blandine

Le nez bouché Quelle imagerie et pourquoi? Dr Pierre Lindas Sce ORL et CCF Hôpital Ste Blandine "Le nez bouché" Quelle imagerie et pourquoi? Dr Pierre Lindas Sce ORL et CCF Hôpital Ste Blandine Radio anatomie Normale Les sinus frontaux : à partir de 4 ans Taille adulte vers 16-20 ans Agénésie ou

Plus en détail

B ILAN et ALERTE. Formation Continue Secouristes 2005-2006. Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73

B ILAN et ALERTE. Formation Continue Secouristes 2005-2006. Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73 B ILAN et ALERTE Formation Continue Secouristes 2005-2006 Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73 1 B ilan s ur le terrain : pourquoi? Plan d examen de la victime (éviter les oublis)

Plus en détail

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT Syndrome du canal carpien Marie-Noémie PLAT ANATOMIE Canal ostéofibreux INEXTENSIBLE Formé par: Une gouttière osseuse postérieure Le ligament annulaire antérieur en avant Contenant: Les tendons des muscles

Plus en détail

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Epidémiologie... 3 2. Aspects cliniques...

Plus en détail

Enseignement DES Paris 10 Avril 2014 Dr Anne Geoffray a.geoffray@lenval.com IMAGERIE PÉDIATRIQUE ORL

Enseignement DES Paris 10 Avril 2014 Dr Anne Geoffray a.geoffray@lenval.com IMAGERIE PÉDIATRIQUE ORL Enseignement DES Paris 10 Avril 2014 Dr Anne Geoffray a.geoffray@lenval.com IMAGERIE PÉDIATRIQUE ORL Items traités 1. Connaître l anatomie radiologique du cavum, du pharynx, du larynx et des sinus en fonction

Plus en détail

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l évaluation de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des phlegmons périamygdaliens Définition. Cette collection

Plus en détail

Les hématomes extra-duraux (HED)

Les hématomes extra-duraux (HED) Les hématomes extra-duraux (HED) L hématome extra-dural Entre la face externe de la dure-mère et la table interne de la voûte crânienne Le plus souvent temporo-pariétal, frontal ou occipital Souvent secondaires

Plus en détail

LES URGENCES EN ORL. Les urgences hémorragiques. Les urgences respiratoires: dyspnées laryngées Les corps étrangers. Les ingestions de caustiques

LES URGENCES EN ORL. Les urgences hémorragiques. Les urgences respiratoires: dyspnées laryngées Les corps étrangers. Les ingestions de caustiques LES URGENCES EN ORL Les urgences hémorragiques Les urgences respiratoires: dyspnées laryngées Les corps étrangers Les ingestions de caustiques 1 )Les urgences hémorragiques Prfois redoutables : Richesse

Plus en détail

Ne tirez pas comme un sourd

Ne tirez pas comme un sourd Ne tirez jamais sans protection Ne tirez pas comme un sourd Accompagnateurs, public, tireurs à air comprimé vous êtes également concernés Page 1 sur 7 Vestibule (organe de l'équilibre) Marteau Enclume

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Rhinite Chronique. Réalisé par le Dr Chabane Allergologue, Praticien attaché à l hôpital Delafontaine (Saint Denis)

CAS CLINIQUE. Rhinite Chronique. Réalisé par le Dr Chabane Allergologue, Praticien attaché à l hôpital Delafontaine (Saint Denis) CAS CLINIQUE Rhinite Chronique Réalisé par le Dr Chabane Allergologue, Praticien attaché à l hôpital Delafontaine (Saint Denis) SITUATION Marc, 32 ans, consulte pour une rhinite Question n 1 : Quelles

Plus en détail

Module 7 - Edition 2004 - Item 98 version 01 du 02 01 2004 page 1 Copyright CMIT ITEM N 98 : OTALGIES ET OTITES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE.

Module 7 - Edition 2004 - Item 98 version 01 du 02 01 2004 page 1 Copyright CMIT ITEM N 98 : OTALGIES ET OTITES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE. Module 7 - Edition 2004 - Item 98 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 98 : OTALGIES ET OTITES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE. OBJECTIFS TERMINAUX I. Expliquer les principales causes d otalgie chez l adulte

Plus en détail

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite.

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. L ouvrage original couleur E.PILLY.ECN 2016 est disponible en

Plus en détail

Item 313. Epistaxis (avec le traitement) Objectifs pédagogiques

Item 313. Epistaxis (avec le traitement) Objectifs pédagogiques Item 313. Epistaxis (avec le traitement) I. DIAGNOSTIC POSITIF ET DE GRAVITE II. LES DIAGNOSTICS DIFFERENTIELS : III. Conduite à TENIR, devant une épistaxis quelle que soit son importance. IV. TRAITEMENT

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Sémiologie Rhinologique Pr Ludovic de Gabory

Sémiologie Rhinologique Pr Ludovic de Gabory A. Les symptômes Sémiologie Rhinologique Pr Ludovic de Gabory L interrogatoire en Rhinologie est essentiel car il existe non seulement de très nombreux symptômes rhinologiques mais aussi parce que la plupart

Plus en détail

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire?

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? 1 La partie lombaire de la colonne vertébrale est composée de 5 vertèbres : de haut en bas L1, L2, L3, L4 et L5. L5 s articule avec le sacrum (vertèbre S1).

Plus en détail

barotraumatismes Physiologie et Théorie Niveau 2 ASCSB Plongée La physiologie et les barotraumatismes :

barotraumatismes Physiologie et Théorie Niveau 2 ASCSB Plongée La physiologie et les barotraumatismes : Théorie Niveau 2 ASCSB Plongée Physiologie et barotraumatismes La physiologie et les barotraumatismes : Physiologie : L oreille La petite et la grande circulation Les accidents barotraumatiques La surpression

Plus en détail

Le scanner des sinus chez le patient asthmatique

Le scanner des sinus chez le patient asthmatique Le scanner des sinus chez le patient asthmatique Dr JF Papon Service ORL CHU Mondor et CHI Créteil Unité de biomécanique, INSERM U955, Créteil jean-francois.papon@hmn.aphp.fr Les rhinosinusites au cours

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Le nez qui coule : un arbre qui peut cacher la forêt!

Le nez qui coule : un arbre qui peut cacher la forêt! 21 ème FORUM MEDICAL DE RANGUEIL Le nez qui coule : un arbre qui peut cacher la forêt! E. SERRANO, J. PERCODANI, S. VERGEZ, J.J. PESSEY. Service ORL et Chirurgie Cervico-Faciale CHU Larrey 31059 Toulouse

Plus en détail

RHINITES et RHINOSINUSITES Chroniques de l adulte

RHINITES et RHINOSINUSITES Chroniques de l adulte 1 RHINITES et RHINOSINUSITES Chroniques de l adulte Testons-nous : V 1 Une rhinite vaso-motrice est toujours plurifactorielle V 2 Toutes les polyposes naso-sinusiennes sont d origine allergique 3 Dans

Plus en détail

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis Introduction(1) L augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques est inquiétante, et s explique entre

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

A LA PÊCHE AUX POLLENS

A LA PÊCHE AUX POLLENS CAS CLINIQUE A LA PÊCHE AUX POLLENS Commencer Réalisé par le Dr Fontaine Allergologue, Praticien attaché au CHU de Reims SITUATION Madame D. Valérie, 35 ans, originaire de l Aisne, consulte au mois d

Plus en détail

L OTITE MOYENNE AIGUE

L OTITE MOYENNE AIGUE L OTITE MOYENNE AIGUE I- INTRODUCTION : L otite moyenne aigue (OMA) est l inflammation aigue de la muqueuse des cavités de l oreille moyenne. Il s agit d une affection fréquente, touche 10% des enfants

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse

Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse Réunion DESC-SCVO Tours P. de Wailly CHU POITIERS Professeur Carretier Généralités 20 % des hémorragies digestives Au-delà de l angle de Treitz 90%

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

LES BAROTRAUMATISMES

LES BAROTRAUMATISMES LES BAROTRAUMATISMES Généralités Le Placage de Masque Les Sinus L'Estomac et les Intestins Les dents L'Oreille La Surpression Pulmonaire Tableau Récapitulatif Généralités Baro signifie pression et traumatisme

Plus en détail

Epistaxis avec le traitement (313) Patrick Dessi Juillet 2005

Epistaxis avec le traitement (313) Patrick Dessi Juillet 2005 1. Introduction Faculté de Médecine de Marseille Epistaxis avec le traitement (313) Patrick Dessi Juillet 2005 L épistaxis est une extériorisation de sang par le nez. Elle peut prendre son origine dans

Plus en détail

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite...

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une grosse jambe rouge

Plus en détail

ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres. Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2

ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres. Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2 ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2 L ALLERGIE Conférence d experts Asthme-Allergie Quand et comment faire une enquête allergologique?

Plus en détail

Application pratique de l anatomie humaine

Application pratique de l anatomie humaine Ahmed Mellal Application pratique de l anatomie humaine Tome 2 - Appareils de relation Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié

Plus en détail

Les barotraumatismes

Les barotraumatismes Les barotraumatismes Il y a différents types d accidents qui peuvent arriver en plongée, et il est important de savoir comment les éviter. En premier lieu, nous allons aborder les accidents barotraumatiques

Plus en détail

L endoscopie en Oto-Rhino-Laryngologie. Dr Cloé Hupin

L endoscopie en Oto-Rhino-Laryngologie. Dr Cloé Hupin L endoscopie en Oto-Rhino-Laryngologie Dr Cloé Hupin L endoscopie en ORL Otologie Rhinosinusologie Laryngologie Glandes salivaires Rappel anatomique : oreille Rappel anatomique : nez et sinus Rappel anatomique

Plus en détail

LE DEPISTAGE DES PATHOLOGIES NASO-SINUSIENNES CHEZ LES SALARIES EXPOSES AUX POUSSIERES DE BOIS : L EXPERIENCE LILLOISE

LE DEPISTAGE DES PATHOLOGIES NASO-SINUSIENNES CHEZ LES SALARIES EXPOSES AUX POUSSIERES DE BOIS : L EXPERIENCE LILLOISE LE DEPISTAGE DES PATHOLOGIES NASO-SINUSIENNES CHEZ LES SALARIES EXPOSES AUX POUSSIERES DE BOIS : L EXPERIENCE LILLOISE A. Leroyer 1, F. Dubrulle 2, A. Beuneu 3, G. Larroque 2, B. Fontaine 3, L. Lemaître

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme?

L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme? CAS CLINIQUE L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme? Commencer Réalisé par le Pr Just Chef du Service d Allergologie Centre de l asthme et des Allergies Hôpital Trousseau Paris 12 Suite Paul,

Plus en détail

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR).

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR). Hypertension intracrânienne idiopathique Pseudotumor cerebri Votre médecin pense que vous pouvez souffrir d hypertension intracrânienne idiopathique connue aussi sous le nom de «pseudotumeur cérébrale».

Plus en détail

Item 326 : Paralysie faciale périphérique

Item 326 : Paralysie faciale périphérique Item 326 : Paralysie faciale périphérique Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...4 II Sémiologie...4 II.1 Description

Plus en détail

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H. Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.U BORDEAUX Polyradiculonévrites chroniques de l enfant Neuropathies acquises Evolution

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant

Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant 44 ITEM 145 (ITEM 90) Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant Objectifs : Connaître les différentes formes de sinusite et les explorations éventuellement nécessaires pour en étayer le diagnostic.

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Comment fonctionne notre respiration? Toutes les cellules de notre corps ont besoin d oxygène. En inspirant, de l air rentre dans les voies

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail