Trade & Export Finance Edition été Réussir ses exportations dans les périodes difficiles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Trade & Export Finance Edition été 2012. Réussir ses exportations dans les périodes difficiles"

Transcription

1 Trade & Export Finance Edition été 2012 Insight Réussir ses exportations dans les périodes difficiles En dépit de la persistance de la crise, l économie suisse se porte mieux que prévu. Certes, nos exportateurs souffrent du ralentissement de l économie mondiale et de la fermeté du franc, mais les produits d exportation suisses se montrent extrêmement résistants à la crise. La clé du succès des entreprises orientées à l international réside dans leurs qualités éprouvées : puissance d innovation, conscience de la qualité, courage et flexibilité. Autant de qualités qu incarne la société Zaugg AG Eggiwil, qui réussit à s imposer en tant qu acteur de niche dans la concurrence internationale. Une économie nationale robuste L an dernier, les exportations suisses ont représenté 54% du produit intérieur brut. 1 En plus du commerce extérieur, la Suisse est liée à l étranger par son important secteur financier. On ne s étonnera donc pas que la situation conjoncturelle de la Suisse soit fortement influencée par les développements à l étranger. Après avoir connu un ralentissement conjoncturel fin 2011, notre pays enregistre depuis le début de l année 2012 les premiers signes de stabilisation. Une fois de plus, la Suisse surprend positivement au quatrième trimestre 2011 et se montre extraordinairement robuste : selon les estimations du Secrétariat d Etat à l économie (seco), le produit intérieur brut a augmenté de 0,1% par rapport au trimestre précédent. Les investissements ont nettement progressé (2,5%), la consommation des ménages est en hausse de 0,4% et les exportations ont même enregistré une nette amélioration de 1,2%, tandis que les importations étaient en recul. L affaiblissement du secteur des exportations a donc été moins marqué que ce que l on pouvait craindre voici encore quelques mois. UBS Wealth Management Research escompte donc une croissance économique positive de 0,9% pour l ensemble de l année ab Les problèmes de l industrie d exportation suisse L évolution varie cependant selon les secteurs : le tourisme, la construction mécanique, l électronique et la métallurgie affichent des tendances baissières, tandis que l horlogerie, la chimie et l industrie pharmaceutique continuent à évoluer positivement. Mais la faiblesse conjoncturelle mondiale n est pas la seule à compliquer la vie des exportateurs. Ceux-ci souffrent aussi de la fermeté du franc. Certes, cette problématique de change pèse moins sur l évolution en volume des exportations suisses que la conjoncture mondiale et a un peu perdu de son acuité grâce au cours plancher par rapport à l euro fixé par la Banque nationale, mais il faut savoir que le cours de notre monnaie n a jamais été aussi haut. Selon le baromètre UBS des PME, la baisse des prix de vente, de la trésorerie et des bénéfices des PME s est accélérée au quatrième trimestre Pour la première fois, les chiffres d affaires ont été inférieurs à ceux de l an dernier. Pour le premier trimestre 2012, le baromètre UBS des PME prévoit en particulier un net recul des chiffres d affaires et des bénéfices. Le choix de la stratégie d entreprise est déterminant En dépit de la légère amélioration des perspectives conjoncturelles pour l Europe, la principale région d exportation de la Suisse ces dernières semaines, nombre d exportateurs continuent à souffrir du marasme économique. Que peuvent faire les exportateurs suisses pour tirer leur épingle du jeu face à la persistance des difficultés? «La bonne stratégie permet à l entreprise de mieux résister à la crise.» La clé du succès réside dans la stratégie d entreprise et dans la capacité à modifier celle-ci au bon moment. Les stratégies adaptées aux périodes de croissance ne conviennent pas aux périodes de marasme. En période de crise, la direction a donc plus que jamais le devoir d examiner d un œil critique les stratégies jusqu alors avérées, de promouvoir l innovation et d explorer avec audace de nouvelles voies. 1 Source: UBS outlook Suisse, février 2012

2 Les critères de succès dans les périodes de crise Dans les périodes de crise aussi, les stratégies concurrentielles de base sont aussi importantes pour les entreprises que la différenciation produits et la maîtrise des coûts. En outre, d autres critères s appliquent aux entreprises suisses dans le contexte actuel : Appartenance à un secteur : les secteurs connaissant de faibles barrières à l entrée (par exemple, le textile ou le secteur du papier) sont soumis à une énorme pression concurrentielle, tandis que les secteurs où l infrastructure et le savoir-faire sont capitaux (comme dans l industrie pharmaceutique) ainsi que les secteurs indépendants de la con joncture (comme l horlogerie de luxe) supportent mieux la fermeté du franc. Offre d une chaîne de valeur ajoutée intégrée : les produits novateurs, exclusifs ou hautement sophistiqués, de grande qualité ou requérant des conseils résistent mieux à la crise et rendent les entreprises compétitives. Dans ce contexte, le label «Swissness» revêt une grande importance. Assortir les produits et services de prestations intelligentes, telles que le financement, la fourniture, le montage, la mise en service, la maintenance, le service et l assurance constitue un autre avantage stratégique. Partenaires commerciaux principaux dans des régions en croissance : l évolution économique du pays de destination est décisive. Les entreprises qui exportent beaucoup vers des pays en croissance rapide (par exemple, la Chine) souffrent moins de la récession que dans la zone européenne. Délocalisation du site de production : la séparation géographique des unités de R&D et des unités de production ainsi que la délocalisation de ces dernières à l étranger peuvent procurer des avantages décisifs en termes de coûts. Acheter les matériaux bruts et les produits semi-finis à l étranger : du fait du franc fort, il est intéressant de s approvisionner davantage à l étranger. «Natural Hedging» : l achat de matériaux bruts et de produits semi finis dans la devise dans laquelle sont vendus les produits finis réduit le risque de change. Un exemple vécu Des chasse-neige pour le monde entier Innovation et qualité de pointe : en à peine une dizaine d années, la société Zaugg AG Eggiwil est passée du statut de producteur national à celui d acteur mondial. ZAUGG AG EGGIWIL. Toutes les autres photos ont été aimablement mises à notre disposition par la société Zaugg AG Eggiwil. Les sociétés modernes ont besoin d une mobilité illimitée. Les chutes de neige persistantes et leur potentiel de gêne ne doivent pas être sous-estimés. Un exemple de calcul montre pourquoi : un aéroport international avec trois pistes de décollage et d atterrissage représente une superficie d un million de mètres carrés. S il tombe cinq centimètres de neige, les équipes de déblaiement ont affaire à une charge de quelque tonnes qui représente le chargement d un millier de camions. Sans matériel lourd, il est impossible de déblayer de telles quantités. Dans les pays nordiques et tempérés, les gestionnaires d infrastructures aéroports, mais aussi ateliers communaux et sociétés de chemin de fer possèdent donc une véritable armada de véhicules capables de déneiger, fraiser, faire fondre et épandre du sel. Nul ne dispose de chiffres précis sur les volumes achetés dans le monde. Cependant, la liste des exposants de l IFAT Entsorga de Munich, le plus grand salon du monde de l eau, des eaux usées et de l élimination donne un point de référence de l importance du secteur: la rubrique «Services hivernaux» comprend une cinquantaine de firmes dont des groupes comme Daimler et MAN. Dans les secteurs où les géants sont présents, il y a aussi de la place pour des fournisseurs hautement spécialisés et des acteurs de niche, en l occurrence dans le haut de gamme. Et pour l élimination mécanisée de la neige, le fournisseur haut de gamme est suisse. Il s agit de la société Zaugg AG Eggiwil, du nom du village de l Emmental. «En matière d innovation et de qualité, nous comptons parmi les leaders», déclare le CEO Daniel Frutiger, non sans fierté. Zaugg peut se prévaloir d une riche histoire : la forge fondée en 1883 a longtemps été uniquement active sur le marché national. Le changement s est opéré à la fin des années 90 lorsqu un groupe d investisseurs régionaux en a pris les rênes. Ils ont injecté de nouveaux capitaux et confié la direction à Daniel Frutiger, un spécialiste de l exportation.

3 Depuis lors, la progression a été continuée dans l Emmental: au cours de la dernière décennie, le taux d exportation a augmenté à 40% et la part du marché national a progressé parallèlement. L augmentation de la création de valeur interne a dopé les effectifs : le nombre de collaborateurs est passé d à peine 50 à plus de 170. Et une quinzaine de petites entreprises métallurgiques auxquelles Zaugg confie des travaux en sous-traitance profitent elles aussi de l aubaine. Durant l exercice 2011 / 12, l entreprise a réalisé un chiffre d affaires record d environ 40 millions de francs. Aujourd hui, elle produit également sur les sites de Bärau et de Berthoud. Malgré tout, on ne recense plus aucun mètre carré inexploité sur le site initial. Le département Développement est logé dans un bâtiment annexe insignifiant. C est là qu on y conçoit les produits qui ont fait la réputation de Zaugg dans le monde entier : lames à neige, fraises à neige, fraises à neige spéciales pour la préparation de halfpipes ou fraises sur rails pouvant être montées sur des châssis existants ou réalisés par Zaugg. Une douzaine de techniciens travaillent dans trois pièces. L espace est étroit et manque de confort. Mais il n est absolument pas question d un déménagement dans un nouvel immeuble plus éloigné, car la situation présente un avantage de poids : l usine où travaillent les mécaniciens n est qu à quelques pas. «La clé de notre succès réside dans notre capacité à mettre en œuvre des idées rapidement et simplement.» Daniel Frutiger, CEO de Zaugg AG A l origine d un projet d innovation, on trouve presque toujours un souhait concret d un client ou un besoin affirmé du marché. Sur les autoroutes par exemple, les véhicules de déneigement roulent aujourd hui à 60 km / h; il est donc utile que les développeurs de Zaugg réduisent le poids de la lame de quelques kilos ou conçoivent des systèmes permettant de franchir les obstacles sans danger. Autre exemple d innovation engendrée par les clients: le module GPS pour le «Pipe Monster», la fraise halfpipe de Zaugg. Actuellement, les bennes à neige étaient montées au jugé. Mais bientôt, le nouveau module fournira aux travailleurs sur les pistes des indications précises sur le sous-sol et l épaisseur de la neige. Les nouveaux produits sont toujours présentés lors de foires spécialisées come l IFAT Entsorga ou Suisse Public à Berne. Une équipe de neuf personnes se charge de la vente : six commerciaux travaillent dans la région germanophone et trois spécialistes de l export se partagent le suivi du réseau de distribution mondial. «En dehors de la région DACH 1», précise Daniel Frutiger, «nous exploitons tous les canaux disponibles». Et souvent deux canaux pour le même client final, comme le montre l exemple des Jeux olympiques d hiver de La fraise à neige à monter pour le traitement des pistes est partie vers Sotchi via un fabricant de pistes italien. En revanche, les collaborateurs de Zaugg ont livré le «Pipe Monster» via un partenaire de distribution russe, et ont bénéficié du fait que le rabot halfpipe de l Emmental était considéré comme un standard par la Fédération internationale de ski. Le projet prestigieux que sont les Jeux olympiques sur la mer Noire n est pas une aubaine en termes d image pour Zaugg. Car, dans le commerce avec l UE surtout, qui absorbe les trois quarts du volume des exportations, l entreprise souffre de la persistance de la fermeté du franc. Daniel Frutiger constate : «Nous devons lutter chaque jour». Nombre de mesures mises en œuvre voici trois ou quatre ans portent leurs fruits. Et surtout le «Natural Hedging» : pour couvrir le risque de change, Zaugg dépense aujourd hui 80% de ses recettes en euros sur le marché d approvisionnement euro 1 DACH = Allemagne, Autriche, Suisse

4 péen. Et pour réduire encore la dépendance par rapport à l euro, Daniel Frutiger a développé les activités dans d autres devises : le directeur de Zaugg entrevoit encore beaucoup de potentiel en Europe de l Est, en Asie et en Amérique du Sud. Dans les transactions avec les pays émergents, rien ne se fait sans crédit documentaire. Il s agit d un instrument de financement servant à couvrir le partenaire contractuel et dans lequel deux banques sont toujours impliquées. UBS est un interlocuteur de choix pour Zaugg dans ce cas. «Le fait que notre banque principale ait une grande expérience dans le financement d opérations commerciales et soit présente dans le monde entier», précise Daniel Frutiger, «simplifie incroyablement la procédure.» Mot-clé formalités d exportation : Daniel Frutiger nous explique que les choses sont parfois difficiles avec les pays n appartenant pas à l EEE. Par exemple, lorsqu il s agit de présenter une machine de démonstration lors d une foire étrangère, il faut un carnet ATA et une garantie bancaire. Mais fondamentalement, le directeur de Zaugg ne se plaint pas des conditions économiques en Suisse. Il trouve que le site est absolument concurrentiel, même pour les processus nécessitant beaucoup de main-d œuvre comme le traitement du métal. Comme raison principale, il cite un facteur de production dont la valeur n est mesurable ni en francs ni en euros : les collaborateurs. «La fidélité et la flexibilité de nos collaborateurs ici dans l Emmental sont énormes», précise Daniel Frutiger. Ce qui apparaît notamment dans le règlement des vacances. L activité liée aux machines de déneigement est extrêmement saisonnière. Au printemps, aucun client ne songe déjà à se préoccuper de l hiver suivant; il se réjouit d avoir passé le précédent. Les commandes ne commencent à arriver qu en été, même pour les véhicules de plusieurs tonnes; et naturellement il faut que ceux-ci puissent être livrés au plus tard en novembre. Pour les 175 collaborateurs de Zaugg, il est donc impensable de prendre des congés entre le mois d août et la fin de l année. Le portrait de Zaugg AG Eggiwil a été dressé par Jost Dubacher. Vos trouverez un autre article à propos de cette entreprise dans l édition 2 / 2012 du Magazine UBS service pour les PME. Un soutien complet pour le commerce international UBS Trade & Export Finance Consulting Swiss Bank Si les activités commerciales se situent en dehors de la Suisse et en général en dehors des Etats de l OCDE (BRIC et Next Eleven), les exportateurs comme Zaugg AG Eggiwil se posent la question de la couverture financière de leurs activités contre les risques politiques et financiers. En la matière, UBS Trade & Export Finance Consulting Swiss Bank propose des solutions optimisées et sur mesure pour chaque cas, par le biais de crédits documentaires, garanties bancaires et / ou modèles de financement des exportations. En outre, UBS soutient les entreprises exportatrices, en sa qualité de banque présente dans le monde entier, en leur offrant des services complets dans le domaine de la trésorerie et des devises. Ainsi, la coopération étroite entre Zaugg AG Eggiwil et UBS TEF Consulting Berne / Soleure dans un cas concret a permis que des livraisons d équipements de déneigement à destination de la Chine, de l Inde, de la Russie et de la Turquie puissent se dérouler sans encombre. Grâce aux crédits documentaires, Zaugg AG Eggiwil a pu bénéficier de l assurance que ses livraisons seraient réglées intégralement, à l échéance convenue et dans la devise correcte, tandis que de leur côté, les importateurs à l étranger pouvaient être certains que les marchandises commandées leur seraient effectivement livrées. Vous trouverez une vue d ensemble des prestations «UBS Trade & Export Finance» ainsi que des différentes étapes des opérations dans les cours accélérés UBS. L offre de formations organisées directement chez le client constitue un autre axe essentiel de la coopération. Ces séminaires abordent l identification et l optimisation des risques au moyen de crédits documentaires, de garanties bancaires et d encaissements documentaires ainsi que la présentation du fonctionnement de ces produits et de leurs possibilités d application. Contact : Andreas Meier Trade & Export Finance Consulting Swiss Bank 3000 Berne 94, Bärenplatz 8 Tél Les spécialistes d UBS Trade & Export Finance Consulting Swiss Bank sont non seulement représentés à Berne / Soleure, mais aussi dans sept autres sites dans toute la Suisse.

5 International Cash and Treasury Management Conference EUROFINANCE 2012 EUROFINANCE est la plus importante manifestation de ce type au monde. Elle aura lieu du 26 au 28 septembre 2012 à Monaco. Représentée par UBS Transaction Banking, UBS y participera pour la première fois avec ses divisions Trade & Export Finance, Cash Management Services et Asset Servicing. L offre d UBS pour le public international est complétée par des thématiques de change de l Investment Bank. UBS Africa Forum 2012 Du 1 er au 4 octobre 2012, l UBS Africa Forum sera placé sous le signe de «Connecting Africa». Les trois premiers jours dans le centre de conférence Wolfsberg d UBS à Ermatingen s adresseront en priorité aux représentants des banques et organisations internationales. La manifestation se clôturera par le Corporates Day à Zurich, auxquels seront invités des représentants d entreprises suisses et dont le thème sera «Doing business in Africa». Si cette manifestation vous intéresse, veuillez vous adresser à votre conseiller à la clientèle. Régime de transit commun Adhésion de la Croatie et de la Turquie le 1 er juillet 2012 Au titre de sûreté pour les droits de douane et autres taxes dans le cadre du régime de transit commun, les principaux assujettis doivent fournir une garantie à l Administration fédérale des douanes, généralement émise par une banque. Le 1 er juillet 2012, la Croatie et la Turquie vont adhérer à la Convention relative à un régime de transit commun. Si les assujettis principaux veulent ouvrir un régime de transit commun avec ces deux pays, il convient d étendre le domaine de validité d une caution existante à la Croatie et / ou la Turquie. Si, du fait du régime de transit commun supplémentaire, le montant de référence pour le cautionnement devait être dépassé, il convient de relever le montant du cautionnement. Après réception de l avis de modification du cautionnement, l Administration fédérale des douanes remettra aux assujettis principaux un nouveau certificat de garantie (TC 31 ou TC 33) et libérera le trafic dans le système de transit NCTS. Manifestation «swiss export»: Forum KMU / PME 2012 Le Forum KMU / PME de cette année se déroulera le 8 novembre 2012 à Neuchâtel sous le slogan «Ensemble pour la relance». Un programme varié avec des invités de renom (notamment Claude Nicollier) attend les participants. Vous trouverez davantage d informations à ce propos sous Cette publication a été établie à titre purement informatif et ne constitue en aucun cas une proposition, une offre ou une incitation. Veuillez noter qu UBS se réserve le droit de modifier ses prestations, ses produits et ses prix à tout moment et sans préavis. Certains produits et services font l objet de restrictions juridiques et ne peuvent donc être offerts sans limitation au niveau international. Avant de prendre une décision, faites appel à un conseiller financier professionnel. Cette publication n est pas destinée à la diffusion hors de Suisse. Toute reproduction, totale ou partielle, sans l autorisation d UBS est interdite. UBS Le symbole des clés et UBS font partie des marques protégées d UBS. Tous droits réservés.

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

AS Equities Opportunity Switzerland (CHF)

AS Equities Opportunity Switzerland (CHF) AS Investment Management (CHF) Rapport annuel 2011 Philosophie d investissement AS Equities - Opportunity Switzerland est un fonds long-short en actions suisses, avec une faible corrélation au marché suisse.

Plus en détail

Chaque page correspond à la version allemande. Vous pouvez imprimer les deux versions selon votre besoin.

Chaque page correspond à la version allemande. Vous pouvez imprimer les deux versions selon votre besoin. de notre prospectus Chaque page correspond à la version allemande. Vous pouvez imprimer les deux versions selon votre besoin. Page 1 Le fournisseur système Page 2 Bienvenue chez Schanzlin Une entreprise

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

RISK INDEX 2014 SUISSE

RISK INDEX 2014 SUISSE RISK INDEX SUISSE L indice de risque a été conçu par Intrum Justitia. Depuis 1998, Intrum Justitia recense les données de dizaines de milliers d entreprises européennes. Le premier rapport portant sur

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Le Commerce International : Des risques et des solutions. PETITS DEJEUNERS DES START-UP Genève, le 31 octobre 2003

Le Commerce International : Des risques et des solutions. PETITS DEJEUNERS DES START-UP Genève, le 31 octobre 2003 Le Commerce International : Des risques et des solutions PETITS DEJEUNERS DES START-UP Genève, le 31 octobre 2003 Les risques du commerce international le risque commercial - ducroire: l acheteur ne peut/veut

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES Octobre 2011 Gabriela TURCATTI Jordi GUILLO SOMMAIRE IMMOBILIER SUISSE 3 CATÉGORIES L immobilier résidentiel 4 L immobilier commercial 5 L immobilier de bureau 5

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE. Do you Renminbi?

DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE. Do you Renminbi? ENTREPRISES COMMERCE INTERNATIONAL DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE Do you Renminbi? PROSPECTEZ ET LANCEZ-VOUS SUR LE MARCHÉ CHINOIS ADOPTEZ LE RENMINBI, LA DEVISE CHINOISE SÉCURISEZ ET FINANCEZ VOS

Plus en détail

Bref portrait. LGT Bank (Suisse) SA

Bref portrait. LGT Bank (Suisse) SA Bref portrait LGT Bank (Suisse) SA S.A.S. le Prince Max von und zu Liechtenstein (à gauche) et Heinrich Henckel (à droite) Votre partenaire pour des générations Chère cliente, cher client, Au cours de

Plus en détail

Planifier la trésorerie

Planifier la trésorerie Planifier la trésorerie SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Prévision de la trésorerie Gestion de la trésorerie SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Planifier les flux de trésorerie Situation L argent file et on se

Plus en détail

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino Statistiques des comportements de paiement: le comporte Statistiques des comportements ment de paiement: de paiement le comportement des de entreprises en Suisse 4 ème trimestre et perspectives 2009 Editeur:

Plus en détail

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 INTERVENANTS Daniel Wertel, Président de la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin François-Marie Grau, Secrétaire Général de la Fédération

Plus en détail

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie 52 5 L immobilier d entreprise allemand et les investisseurs Par Marcus Cieleback, directeur de recherche, PATRIZIA Immobilien AG. 5.1/ SITUATION GÉNÉRALE Cinq ans après le début de la crise financière,

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA Session 2012 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé SOCONA Première partie Élaboration d un diagnostic

Plus en détail

Le marché suisse de l immobilier

Le marché suisse de l immobilier Asset Management Real estate research & strategy Pour investisseurs qualifiés Le marché suisse de l immobilier UBS Global Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy - Switzerland Avril 2013

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest

L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest Atelier de la classe de premiere en Sciences Economiques & Sociales Revue de presse économique, politique et sociale française Janvier

Plus en détail

La plus haute sécurité n a pas de secret pour Kaba: Chambres fortes en Relastan.

La plus haute sécurité n a pas de secret pour Kaba: Chambres fortes en Relastan. La plus haute sécurité n a pas de secret pour Kaba: Chambres fortes en Relastan. Kaba SA Safes + Vaults Route des Deux-Villages 51c CH 1806 St-Légier-La Chiésaz Tél. +41 21 946 52 72 Fax +41 21 946 52

Plus en détail

Le nombre de faillites au premier semestre 2009 atteint, avec 2455 faillites, un nouveau record depuis plus de 10 ans

Le nombre de faillites au premier semestre 2009 atteint, avec 2455 faillites, un nouveau record depuis plus de 10 ans Faillites et créations d entreprise Chiffres de janvier à juin comparés à l année précédente 1 er semestre Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11

Plus en détail

En allant à l international, vous choisissez la voie de la croissance!

En allant à l international, vous choisissez la voie de la croissance! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6519-05 Juin 2010 Ce document est imprimé avec des encres végétales sur du papier issu de forêts gérées durablement certifié

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Perspectives: un exercice 2015 exigeant

Perspectives: un exercice 2015 exigeant Communiqué de presse Cicor enregistre une nouvelle croissance et augmente encore son résultat opérationnel au titre de l exercice 2014 Cicor nomme Dr. Jürg Dübendorfer nouveau CEO Zurich, le 11 mars 2015.

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

Contexte économique :

Contexte économique : Analyse de Marché Mai 2013 Contexte économique : En ce début d année, l économie suisse est stimulée par des nouvelles favorables des marchés financiers internationaux et par le regain de dynamisme, qui

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE 2015 Résumé Le niveau et la dynamique de développement du transport aérien suisse sont analysés et évalués dans le cadre d un vaste monitoring

Plus en détail

SECTEUR AUTOMOBILE SUR UNE NOUVELLE VOIE

SECTEUR AUTOMOBILE SUR UNE NOUVELLE VOIE PRODUCTIVITÉ RESPONSABLE ENVIRONNEMENT AUTOMOBILES SECTEUR AUTOMOBILE SUR UNE NOUVELLE VOIE PAR MARK CARDWELL PHOTOS ATLAS COPCO/ISTOCKPHOTO/GEELY Àl heure où les économies mondiales se relèvent de la

Plus en détail

La place financière: moteur de l économie suisse

La place financière: moteur de l économie suisse La place financière: moteur de l économie suisse Association suisse des banquiers Juliet 2013 Table des matières 1. L Association suisse des banquiers 2. La place financière: acteurs et réglementation

Plus en détail

Les instruments de règlement à l international

Les instruments de règlement à l international Les instruments de règlement à l international Les instruments de règlement à l international En fonction du degré de confiance que vous accordez à votre client ou à votre fournisseur, BMCE Bank vous propose

Plus en détail

Vous manquez de place? Vous cherchez un prestataire logistique? Un lieu de conditionnement?

Vous manquez de place? Vous cherchez un prestataire logistique? Un lieu de conditionnement? Vous manquez de place? Vous cherchez un prestataire logistique? Un lieu de conditionnement? Nous vous offrons un entrepôt de stockage modulable selon vos attentes défiant toute concurrence avec la main

Plus en détail

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Trouvez des solutions de type cloud éprouvées qui répondent à vos priorités principales Points clés Découvrez les avantages de quatre déploiements en

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Guide de l importation et de l exportation 2011

Guide de l importation et de l exportation 2011 Guide de l importation et de l exportation 2011 Ministry of Jobs, Tourism and Innovation Guide sur l importation et l exportation 2011 GUIDE DE L IMPORTATION ET DE L EXPORTATION COLOMBIE-BRITANNIQUE Import/Export

Plus en détail

REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014. Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.

REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014. Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias. REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014 Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.fr SOMMAIRE LE MARCHE DU PNEUMATIQUE EN FRANCE EN 2013 (Sources : ventes

Plus en détail

A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises françaises sont au plus haut depuis dix ans.

A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises françaises sont au plus haut depuis dix ans. 1/6 COMMUNIQUE DE PRESSE ALTARES PRESENTE SON ETUDE SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES EN FRANCE ET EN EUROPE AU 1 ER TRIMESTRE 2015. A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE 13 septembre 2013 Chiffre d affaires 3ème trimestre 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE 13 septembre 2013 Chiffre d affaires 3ème trimestre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE 13 septembre 2013 Chiffre d affaires 3ème trimestre 2013 (1er mai 2013 31 juillet 2013) - Volume d activité Villages 1 : 342 M + 0,3% à taux de change constant - CA Groupe : 317 M

Plus en détail

HELVETIA PLAN DE VERSEMENT PORTEFEUILLE DE PARTS GESTION INDIVIDUELLE

HELVETIA PLAN DE VERSEMENT PORTEFEUILLE DE PARTS GESTION INDIVIDUELLE PENSION SOLUTIONS 2013 HELVETIA PLAN DE VERSEMENT PORTEFEUILLE DE PARTS GESTION INDIVIDUELLE Les produits financiers dont il est question dans le présent document sont des produits financiers dérivés.

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

SWISS dégage un résultat opérationnel de 347 millions de francs

SWISS dégage un résultat opérationnel de 347 millions de francs Communiqué de presse Aéroport de Zurich, le 12 mars 2015 Résultat financier de l exercice 2014 SWISS dégage un résultat opérationnel de 347 millions de francs SWISS a légèrement augmenté son produit d

Plus en détail

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix ING Turbos Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos ING a lancé les Turbos

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes 1 Préambule Le groupe de Wolfsberg d établissements financiers internationaux 1 s est accordé sur ces Principes qui constituent

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

VIDYA PROJET LE TRAVAIL DES ÉQUIPES DE RSC D INDITEX EN INDE

VIDYA PROJET LE TRAVAIL DES ÉQUIPES DE RSC D INDITEX EN INDE La politique de Responsabilité Sociale d Entreprise d Inditex à l égard de ses fournisseurs repose sur un outil essentiel, qui est le Code de Conduite pour les Fabricants Externes, que tous ses fournisseurs

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

Révision du modèle d affaires en tourisme

Révision du modèle d affaires en tourisme Révision du modèle d affaires en tourisme La révision du modèle d affaires Le point de départ (1/2) Volonté du gouvernement de relancer l économie et l emploi rapidement; Investissements privés, innovation,

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Tarifs et prestations de services Comptes et paiements. Édition juillet 2015

Tarifs et prestations de services Comptes et paiements. Édition juillet 2015 Tarifs et prestations de services Comptes et paiements Édition juillet 2015 Sommaire Remarques générales 3 Baloise paiements: formules de services 4 Baloise paiements: formule de service jeunesse 5 Baloise

Plus en détail

Service Export. L exportation temporaire de chevaux

Service Export. L exportation temporaire de chevaux Service Export L exportation temporaire de chevaux Page 2 Page 3 Exportation temporaire de chevaux sous carnets ATA 4 Documents et conditions d exportation 6 Exportation en France 8 Exportation en Allemagne

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Les mécanismes d aides et de financement proposés par l Ifcic et Coface

Les mécanismes d aides et de financement proposés par l Ifcic et Coface Compte-rendu de la réunion organisée par le Bureau Export et le CNV 8 novembre 2006 Les mécanismes d aides et de financement proposés par l Ifcic et Coface Intervenants : Mathieu de Seauve, Directeur Crédit

Plus en détail

Multi Defender VONCERT

Multi Defender VONCERT Multi Defender VONCERT sur le SMI, EuroStoxx 50 et le S&P 500 Vous souhaitez profiter de la hausse de cours potentielle de grands indices boursiers sans pour autant exclure des corrections de cours? Le

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Nickel. Fiche d information. Introduction. Trading sur nickel

Nickel. Fiche d information. Introduction. Trading sur nickel Nickel Fiche d information Introduction Trading sur nickel Les usages du nickel, en tant que métal d alliage, sont extraordinairement variés. Son point de fusion élevé et sa résistance à la corrosion font

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Plan d action du PDC concernant le franc fort

Plan d action du PDC concernant le franc fort Plan d action du PDC concernant le franc fort Vendredi 20 février 2015, à 16 h 45 Renseignements : Filippo Lombardi, président du groupe et conseiller aux Etats (TI), mobile : 079 620 64 65 Pirmin Bischof,

Plus en détail

Multimanager-Stratégies zweiplus La gestion de fortune en toute transparence

Multimanager-Stratégies zweiplus La gestion de fortune en toute transparence Multimanager-Stratégies zweiplus La gestion de fortune en toute transparence Bienvenue à la bank zweiplus Digne de confiance, fiable, orientée solutions Chère investisseuse, cher investisseur Les Multimanager-Stratégies

Plus en détail

***AVIS IMPORTANT***

***AVIS IMPORTANT*** ***AVIS IMPORTANT*** Ce document contient des informations concernant la législation relative à la formation de conducteurs professionnels de poids lourds et d autobus/autocars. Les questions ayant trait

Plus en détail

PROFESSIONNELS. Gérez. votre activité en toute sérénité

PROFESSIONNELS. Gérez. votre activité en toute sérénité PROFESSIONNELS Gérez votre activité en toute sérénité Sommaire pages 4/5/6 Gérez votre activité en toute sérénité Nos Conventions à votre service Profitez de la rémunération de votre compte courant, dès

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009 Résultats du 1er Semestre 2009 31 août, 2009 Groupe Hi-media La plateforme de monétisation leader en Europe Hi-media est le premier groupe de media online en Europe en terme d audience et de part de marché

Plus en détail

VADEMECUM COMMERCE EXTÉRIEUR DÉCOUVREZ L APP DE S-GE!

VADEMECUM COMMERCE EXTÉRIEUR DÉCOUVREZ L APP DE S-GE! Edition 2015 VADEMECUM COMMERCE EXTÉRIEUR DÉCOUVREZ L APP DE S-GE! Sommaire LE MOT DU DIRECTEUR 3 SERVICES DE SWITZERLAND GLOBAL ENTERPRISE 4 Export Promotion 4 Import Promotion 4 Invest Promotion 5 RÉSEAU

Plus en détail

Be selective. Swiss Invest. En Suisse, votre capital évolue comme vous le souhaitez.

Be selective. Swiss Invest. En Suisse, votre capital évolue comme vous le souhaitez. Be selective. Swiss Invest En Suisse, votre capital évolue comme vous le souhaitez. Bienvenue en Suisse Depuis des décennies, la Suisse offre la stabilité et la sécurité auxquelles on aspire pour des

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Les tendances du marché de la maison individuelle - La crise s aggrave,

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

«Le haut niveau de qualité

«Le haut niveau de qualité 3 4 8 12 14 18 19 Bienvenue chez Nos principes Vos avantages SA Ostermundigenstrasse 99 3006 Berne www.swisscom.ch/it-services Votre informatique en bonnes mains «Le haut niveau de qualité a été déterminant

Plus en détail

Sommaire. Informations clés... 04. Profil... 06. Corporate et Institutional Banking... 08. Retail Banking... 10. Private Banking...

Sommaire. Informations clés... 04. Profil... 06. Corporate et Institutional Banking... 08. Retail Banking... 10. Private Banking... _ FR Sommaire Informations clés... 04 Profil... 06 Corporate et Institutional Banking... 08 Retail Banking... 10 Private Banking... 12 Treasury et Financial Markets... 14 La BIL à votre service depuis

Plus en détail

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM L a dynamique de l'économie française est-elle franchement différente de celle

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS DES TRANSPORTS ROUTIERS ET DE LA SECURITE ROUTIERE EN ZONE CEMAC Douala, 10-14 juin 2013

SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS DES TRANSPORTS ROUTIERS ET DE LA SECURITE ROUTIERE EN ZONE CEMAC Douala, 10-14 juin 2013 SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS DES TRANSPORTS ROUTIERS ET DE LA SECURITE ROUTIERE EN ZONE CEMAC Douala, 10-14 juin 2013 Instruments légaux internationaux de sécurité et de facilitation du transport

Plus en détail

Quels sont les risques sous-jacents liés au trading sur indice boursier?

Quels sont les risques sous-jacents liés au trading sur indice boursier? Indices boursiers Factsheet Introduction Trading sur indice boursier Les indices boursiers proposés sur les plateformes eforex de Swissquote sont des contrats sur dérivés de gré à gré (OTC) dont le sous-jacent

Plus en détail

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière.

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. La construction de l informatisation de la Chine est une stratégie nationale qui est directement liée avec la vitesse et

Plus en détail

Entreprises. Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises

Entreprises. Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises Entreprises Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises er août 205 Paquet Business Easy Simple et adapté aux besoins de votre petite entreprise, notre paquet bancaire complet

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Klako Group Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Beijing Hong Kong Shanghai Shenzhen Visitez notre site web à http://www.klakogroup.com Notre société

Plus en détail