Diététique de la dyslipidémie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diététique de la dyslipidémie"

Transcription

1 Diététique de la dyslipidémie 1) Définition Anomalie du métabolisme des lipides à l origine de perturbations biologiques. On peut observer : - Une hypercholestérolémie : augmentation isolée du cholestérol - Une hypertriglycéridémie : augmentation isolée des triglycérides - Une hyperlipidémie : augmentation d un ou plusieurs composants lipidiques plasmatiques : TG ou CHO ou les deux. 2) Rappels de pathologie 2.1) Etiologie Très schématiquement on peut distinguer les dyslipidémies primaires, constituant l essentiel de la maladie, dues à des anomalies génétiques, et des dyslipidémies secondaires à une maladie et qui disparaissent lorsque cette maladie rétrocède (ex : diabète, obésité, prise d oestrogènes, effets de l alcool, lithiases biliaires ) 2.2) Classification des dyslipidémie Classification de DE GENNES Hypercholestérolémie essentielle Hyperlipidémies mixtes Hypertriglycéridémie Classification de FREDRICKSON et OMS Sérum à jeun Lipoprotéines augmentées Lipides plasmatiques IIa Clair LDL LDL HDL ou TG ou peu Cs total IIb (fréquente) III (rare) IV (fréquente) I (rare) V (I+IV) Clair ou opalescent opalescent Latescent Clair ou latescent + surnageant VLDL + LDL IDL VLDL Chylomicrons Chylomicrons + VLDL LDL HDL TG Cs total TG Cs total LDL HDL Autres dénominations Hypercholestérolémie familiale ou essentielle Endogène : Glucodépendante Alcoolodépendante Pléthorodépendante Exogène (dépendante des graisses) Endogène + exogène 3) Le cholestérol 3.1) Le «bon» cholestérol C est celui qui est transporté par les HDL. Si le HDL cholestérol augmente diminution du risque d athérosclérose. Un taux de HDL cholestérol bas est un facteur de risque cardiovasculaire.

2 3.2) Le «mauvais»cholestérol Une augmentation du taux de LDL cholestérol est un facteur de risque de pathologies cardiovasculaires. Les LDL oxydés sont les initiateurs de la plaque d athérome. On diminue donc le risque CV en diminuant le taux de LDL cholestérol. 4) Rôles et sources des acides gras 4.1) Rôles AGS Sauf AGS à chaîne courte HDL Cs LDL Cs Cs total Rôles En excès du risque athérogène oxydabilité des LDL protège des MCV AGMI AGPI ω6 si en excès risque CV AG trans du risque CV Ω3 : TG aggrégation plaquettaire du risque de thrombose 4.2) Sources AGS AGMI AGPI Beurre Huile d olive Huile de colza Charcuterie Huile d arachide Huile de soja Fromage Huile de colza Huile de noix Gâteaux Avocat Germe de blé Graisses animales Certaines viandes Viandes grasses Huiles : - Tournesol : ω6 - Noix : ω3, ω6 - Soja : ω3, ω6 - Pépins de raisin : ω6 - Maïs : ω6 - Colza : ω6, ω3 - Olive, arachide, colza : AGMI Poissons gras : - EPA + DHA 5) Rappel des ANC en lipides Adultes : 35 à 40% de l AET Pathologie CV : 35 à 40 % AET

3 Adulte : AGI : ω6 4% AET Ω3 1% AET Ω6/ω3 < 5 Pathologie cardiaque : ω6 5% AET Ω3 1% AET Ω6/ω3 < ou = 5 Adulte : DHA = 250 mg EPA + DHA = 500 mg Pathologie cardiaque : DHA + EPA = 500 à 750 mg ( du risque de thrombose) AGNI : Adulte : AGS < ou = 12 % AET avec acides L, M et P < ou = 8% AET Pathologie cardiaque : idem AGMI : acide oléique : Adulte : 15 à 20% AET Pathologie cardiovasculaire : 20% AET 6) Les constantes sanguines - Cholestérol < 2 g/l - LDL < 1,6 g/l - HDL > 0,4g/L - Cs Total/HDL < 5 - Triglycérides : < 1,5g/L 7) Traitement diététique Le régime doit être personnalisé, réaliste, précis et la prescription doit être motivée par les résultats sanguins. Le traitement diététique doit être un préalable au traitement médicamenteux, ceci dans la majorité des cas. (Ce n est malheureusement pas toujours le cas). Et la prescription des traitements médicamenteux n exclut pas le traitement diététique. Il faut tenir compte du patient, de ses ingesta spontanés, de ses habitudes alimentaires, de son mode de vie, de ses moyens financiers, de ses conditions de travail (ex : chantier : sandwich ou gamelle ) Il faut tenir compte également des pathologies éventuelles associées. L adhésion au régime n est pas obtenue du jour au lendemain. Les problèmes devront être considérés au fur et à mesure.

4 On peut être amené à reformuler les objectifs intermédiaires tels que : - Modérer les quantités - Envisager d autres modes de cuisson - Remplacer le beurre par de la margarine. 7.1) Diététique de la dyslipidémie de type IIa But : Equilibrer les paramètres sanguins lipidiques. Diminuer le LDL cholestérol, Augmenter le HDL cholestérol et diminuer le Cs total. - AET : si IMC ok normo-énergétique, si IMC surpoids important ou obésité hypoénergétique - Protéines : si IMC ok 11 à 15 % AET, si IMC surpoids important ou obésité 15 à 20% AET - Lipides : 35 à 40 % AET - CS total : < 150 mg est idéal - Pour diminuer les apports en Cs : supprimer les abats, la cervelle, les viandes grasses et le gras de la viande en général. Supprimer la charcuterie, les têtes des crustacés. Supprimer le beurre (toléré 10 g le matin sur les tartines). Supprimer les œufs 2 fois par semaine en comptant les préparations à base d œuf. On limite aussi les AGS : on supprime les PL entier, les viandes grasses et la charcuterie. On favorisera les PL ½ écrémés ou écrémés Les viandes peu grasses Les AGMI (Huile d olive, colza) On préconise une consommation de 400 à 600 g de poisson par semaine. Le régime sera pauvre en lipides de constitution et on veillera à la quantité et à la qualité des matières grasses d ajout. On pourra recommander l utilisation de : - Margarine riche en AGPI, AGMI (Prim vert, St Hubert ω3) - Margarine enrichie en phytostérols (Pro Activ) Les phytostérols diminuent le cholestérol total de 5 à 15% pour une consommation quotidienne de 2 à 3 g par jour. - 1 pot de spécialité laitière type Danacol apporte 0,8 g de phytostérols - 1 bouteille de spécialité laitière à boire apporte 1,6 g de phytostérols - 5 g de margarine enrichie (Pro Activ) apporte 0,53 à 0,75 g de phytostérol - Soit au total entre 2 et 3 g de phytostérols Les glucides : ils restent les compléments énergétiques de la ration. 45 à 54 % de l AET Si IMC fort surpoids ou obésité ; 45 à 50% de l AET Il faudra modérer l apport en fructose qui favorise la synthèse des VLDL et du cholestérol endogène et qui augmente aussi les triglycérides.

5 - PS à 10% maximum de l AET. Alcool : il peut être conservé (ANC : 8% AET pour les femmes, 10 % AET pour les hommes) Dans ce cas 5% maximum de l AET (1 à 2 verres de vin par jour) Fibres : 25 à 30 g. Elles limitent l absorption du cholestérol, elles permettent la synthèse de l acide butyrique qui prévient du cancer du côlon. Cf cour sur les fibres. Activité physique : encourager le patient à pratiquer une activité physique régulière, celle-ci contribue à augmenter le HDL cholestérol. 7.2) La dyslipidémie de type IV C est une dyslipidémie très fréquente qui est peu athérogène. Les patients sont à risque de pancréatite. Ils sont souvent en surpoids d où la nécessité d établir un régime hypo-énergétique. L amaigrissement est le plus efficace pour ramener les triglycérides à la norme. Un amaigrissement de 10 à 15% suffit pour améliorer les paramètres biologiques. Pour calculer les BEJ, utiliser un poids souhaitable avec IMC à 25. On encouragera le patient à pratiquer une activité physique régulière pour améliorer le bilan lipidique et diminuer l insulinorésistance. La dyslipidémie de type IV a deux types de sensibilité : - Sensible à l alcool et/ou - Sensible aux glucides Lipides : 35 à 40 % de l AET On sera particulièrement attentif à la qualité. On favorisera les ω3 en proposant une choix d huiles riches en ω3 (colza, soja, noix) et la consommation de poissons gras. Les apports en cholestérol seront < 300 mg Glucides : 45 à 50 % AET Valoriser les glucides à IG bas et éviter les aliments à IG haut comme le pain blanc. Si la dyslipidémie de type IV du patient est sensible aux glucides : zéro PS!! Limiter les fruits à 2 par jour maximum. Supprimer les édulcorants riches en fructose, ainsi que les aliments riches en fructose : miel. Protéines : elles sont les compléments énergétiques de la ration. 10 à 20 % de l AET Pas de produits laitiers au lait entier. On évitera les viandes grasses. Fibres : 25 à 30 g rôles habituels. Alcool : si la dyslipidémie de type IV du patient est sensible à l alcool, on supprimera l alcool! Si elle n est pas sensible à l alcool : 5% de l AET.

6

Exploration du métabolisme lipidique

Exploration du métabolisme lipidique Exploration du métabolisme lipidique Les principaux lipides le cholestérol (utilisé par les cellules pour la synthèse de leurs membranes) les triglycérides (substrat énergétique) les phospholipides (constituants

Plus en détail

Le Cholestérol. Jacques MANSOURATI CHU BREST

Le Cholestérol. Jacques MANSOURATI CHU BREST Vrai ou Faux Le cholestérol est inutile à l organisme humain L alimentation est la principale source de cholestérol Seul le taux de cholestérol total est important dans la prévention des maladies cardiovasculaires

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013 Maladies cardiovasculaires? Maladies cardiovasculaires et équilibre alimentaire Plan : Facteurs de risque Objectifs nutritionnels du PNNS en lien avec les MCV Contenu de la prévention nutritionnelle Hypertension

Plus en détail

Risque cardiovasculaire et intervention nutritionnelle

Risque cardiovasculaire et intervention nutritionnelle Risque cardiovasculaire et intervention nutritionnelle Valérie Miserez Diététicienne diplômée ES Département de médecine communautaire et de premier recours Valerie.miserez@hcuge.ch Abréviations MCV: maladies

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir pour comprendre le cholestérol et l alimentation lipidique Les questions que l on se pose

Tout ce qu il faut savoir pour comprendre le cholestérol et l alimentation lipidique Les questions que l on se pose Tout ce qu il faut savoir pour comprendre le cholestérol et l alimentation lipidique Les questions que l on se pose Questions : cherchez la réponse Comment se présente le cholestérol dans le sang? Quels

Plus en détail

ALIMENTATION DU DIABETIQUE. LINUT 15/05/2008 Marie Andrée LAREYNIE Diététicienne

ALIMENTATION DU DIABETIQUE. LINUT 15/05/2008 Marie Andrée LAREYNIE Diététicienne ALIMENTATION DU DIABETIQUE LINUT 15/05/2008 Marie Andrée LAREYNIE Diététicienne n L alimentation du diabétique est à peu de choses près celle recommandée à une personne de même âge, du même sexe, ayant

Plus en détail

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine)

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine) Les Dyslipidémies La particule lipidique N 129. Facteurs de risque cardio-vasculaire et prévention. Expliquer les facteurs de risques cardio-vasculaire et leur impact pathologique Expliquer les modalités

Plus en détail

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie? CLSC Ahuntsic Mini-quiz Questionnaire sur l hypercholestérolémie Statistiques 1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

Plus en détail

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE E.I.A CARDIO : BIOLOGIE A SAVOIR ABSOLUMENT( ou pas ) - La formule de Friedewald et ses conditions d application - Les différentes classes de dyslipidémie - Les différents facteurs de risques cardiovasculaires

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Les insectes dans notre alimentation, rêve ou réalité?

Les insectes dans notre alimentation, rêve ou réalité? Parole d expert Les insectes dans notre alimentation, rêve ou réalité? Panel d experts autour de Eric HAUBRUGE, Vice-Recteur de Gembloux Agro Bio Tech et Frédéric FRANCIS, ULg - Unité d entomologie Avec

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE 64 HERBANEWS SOMMAIRE Les lipides Définition, rôles et particularités des lipides Quels sont les aliments sources de lipides? Les recommandations du PNNS

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

ALIMENTATION ET DIABETE

ALIMENTATION ET DIABETE Mise à jour 11/2009 4A, rue du Bignon - 35000 RENNES ALIMENTATION ET DIABETE Avec l activité physique, l alimentation constitue l un des axes majeurs de votre traitement. Respecter un minimum de principes

Plus en détail

PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES

PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES RAPPEL Les lipides sont un groupe hétérogène de substances qui ont des acides gras dans leur structure ou une molécule qui

Plus en détail

Nutrition santé cardiaque. Par: Mary Cassio, Dt. P. Le Programme de réadaptation cardiaque

Nutrition santé cardiaque. Par: Mary Cassio, Dt. P. Le Programme de réadaptation cardiaque Nutrition santé cardiaque Par: Mary Cassio, Dt. P. Le Programme de réadaptation cardiaque Les sujets du jour Les directives pour une saine alimentation; Bien manger avec le Guide alimentaire canadien;

Plus en détail

Objectifs du cours. Diabète, HTA, dyslipidémies. Hôpitaux Universitaires de Genève. Déroulement. Cas de patient : Mr G.

Objectifs du cours. Diabète, HTA, dyslipidémies. Hôpitaux Universitaires de Genève. Déroulement. Cas de patient : Mr G. Hôpitaux Universitaires de Genève Diabète, HTA, dyslipidémies Quelles recommandations nutritionnelles? Quels premiers messages donner en tant que médecin traitant? Objectifs du cours Connaître les recommandations

Plus en détail

CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE

CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE 01 UNE PERIODE DE CHANGEMENTS Lorsque l on traverse une période de changement, il est parfois difficile de garder la maîtrise évènements. Ceci est particulièrement

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie? CLSC Ahuntsic Mini-quiz Questionnaire sur l hypercholestérolémie Statistiques 1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

Plus en détail

Fiche thématique sur les lipides

Fiche thématique sur les lipides Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires OSAV Denrées alimentaires et nutrition Fiche thématique sur les lipides Table des matières

Plus en détail

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS Pour mieux comprendre le rôle des différents composants de notre alimentation, Oh!Céréales vous livre l essentiel sur les nutriments. Les calories Calories : c est l unité de mesure

Plus en détail

LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE

LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE SOMMAIRE 1. Qu est ce qu un(e) diététicien(ne)? 2. Présentation des familles d aliments 3. Les différents nutriments 4. Les diverses associations alimentaires a/ L équilibre

Plus en détail

Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies

Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies VI Le Risque Cardiovasculaire associé aux Dyslipidémies 1 ) Facteurs de Risque : Définitions 2 ) Facteurs Majeurs du Risque Cardiovasculaire 3 ) Cholestérol

Plus en détail

L ensemble de ces besoins est satisfait par les nutriments apportés par l alimentation.

L ensemble de ces besoins est satisfait par les nutriments apportés par l alimentation. B E S O I N S N U T R I T I O N N E L S E T A P P O R T S R E C C O M M A N D E S L organisme demande pour son bon fonctionnement la satisfaction de trois types de besoins : Besoins énergétiques : l individu

Plus en détail

Activité AFDN Région : AQUITAINE

Activité AFDN Région : AQUITAINE Activité AFDN Région : AQUITAINE Thème Date Nombre de participants Les nouveaux ANC LIPIDES - Brigitte COUDRAY - CERIN Jeudi 28 novembre 2013 de 17h30 à 20h 34 Résumé Brigitte COUDRAY, diététicienne nutritionniste

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PLAN : 34 diapositives ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES DEFINITION OBJECTIFS LA PREVENTION PRIMAIRE: 2 diapositives(6 étapes essentielles) LE

Plus en détail

1) Quand on est diabétique, faut-il éviter de consommer du pain, des féculents et des fruits, car ils contiennent trop de sucre?

1) Quand on est diabétique, faut-il éviter de consommer du pain, des féculents et des fruits, car ils contiennent trop de sucre? LA DIETETIQUE DU DIABETE EN 24 QUESTIONS 1) Quand on est diabétique, faut-il éviter de consommer du pain, des féculents et des fruits, car ils contiennent trop de sucre? 2) Les légumes sont-ils pauvres

Plus en détail

L'EQUILIBRE ALIMENTAIRE LES MACRONUTRIMENTS : LES GLUCIDES

L'EQUILIBRE ALIMENTAIRE LES MACRONUTRIMENTS : LES GLUCIDES LES MACRONUTRIMENTS : LES GLUCIDES Les Glucides sont la source d'énergie par excellence de l'organisme. Ils sont dégradés en glucose par l'organisme au cours de la digestion. On distingue 2 catégories

Plus en détail

Bilan Lipidique = Préoccupation médicale quotidienne.

Bilan Lipidique = Préoccupation médicale quotidienne. Bilan Lipidique = Préoccupation médicale quotidienne. Qualité Résultat Bilan Lipidique CT HDL-c LDL-c TG CT/HDL-c Parfois: Apolipoproteines Qualité Prélèvement Qualité Analyse Il existe cinq lipoprotéines:

Plus en détail

Nutrition et viande bovine Française

Nutrition et viande bovine Française Nutrition et viande bovine Française Rôle et missions du CIV Contribuer à la connaissance et la compréhension des éléments scientifiques relatifs aux questions sociétales des filières élevage et viandes

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir

Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir Introduction Les habitudes alimentaires et le mode de vie sont fortement impliquées dans l augmentation d incidence de

Plus en détail

Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques

Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques Position officielle du comité consultatif scientifique d ENSA Introduction Depuis de nombreuses

Plus en détail

XI. 1. Propriétés nutritionnelles. En Normandie

XI. 1. Propriétés nutritionnelles. En Normandie XI. En Normandie Parmi ses produits phares on se doit de citer la crème et le, dotés d une AOC, qui évoquent le terroir d Isigny : les méthodes de fabrication, la qualité de l herbe et le climat tempéré

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 42 SOMMAIRE L alimentation des sportifs Les chiffres clés Les besoins nutritionnels Comment adapter son alimentation? Les produits Herbalife A retenir Les

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

n 18 de la micronutrition Dossier : Les quatre secrets pour mieux protéger ses artères

n 18 de la micronutrition Dossier : Les quatre secrets pour mieux protéger ses artères n 18 Dossier : Les quatre secrets pour mieux protéger ses artères Édito Protéger ses artères : trop d information tue l information Stopper les graisses, faire baisser le cholestérol, perdre du poids,

Plus en détail

Un adulte sur deux en France présente une anomalie lipidique. L hypercholestérolémie est la plus fréquente de ces anomalies. Considéré comme un des

Un adulte sur deux en France présente une anomalie lipidique. L hypercholestérolémie est la plus fréquente de ces anomalies. Considéré comme un des Un adulte sur deux en France présente une anomalie lipidique. L hypercholestérolémie est la plus fréquente de ces anomalies. Considéré comme un des principaux ennemis de nos artères, le «mauvais» cholestérol

Plus en détail

LE GUIDE POUR RÉDUIRE VOTRE CHOLESTÉROL

LE GUIDE POUR RÉDUIRE VOTRE CHOLESTÉROL LE GUIDE POUR RÉDUIRE VOTRE CHOLESTÉROL Le cholestérol joue un rôle essentiel dans le fonctionnement quotidien de notre corps. Cependant, un excès de cholestérol dans le sang peut nuire à votre santé.

Plus en détail

Conseils diététiques en cas de dyslipidémies

Conseils diététiques en cas de dyslipidémies Sommaire Conseils diététiques en cas de dyslipidémies Maaike Kruseman Colloque au SMPR, janvier 2008 Quels aliments / nutriments affectent la lipidémie? Quelles sont les matières grasses recommandées?

Plus en détail

Les dyslipidémies. Dr Irène Boronczyk Crépy en Valois

Les dyslipidémies. Dr Irène Boronczyk Crépy en Valois Les dyslipidémies Il existe un équilibre entre les différents types d acides gras : - saturés : AGS - mono-insaturés : AGMI - poly-insaturés : AGPI Dr Irène Boronczyk Crépy en Valois Incidence des déséquilibres

Plus en détail

Item 233, +/- 17 : Prise en charge nutritionnelle des diabètes sucrés

Item 233, +/- 17 : Prise en charge nutritionnelle des diabètes sucrés Item 233, +/- 17 : Prise en charge nutritionnelle des diabètes sucrés Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Rappels

Plus en détail

Nous vous proposons de suivre les affiches, elles vous guideront vers l équilibre alimentaire.

Nous vous proposons de suivre les affiches, elles vous guideront vers l équilibre alimentaire. En variant son alimentation il est possible de se faire plaisir en choisissant ce que l on aime tout en mangeant sainement pour se maintenir en bonne santé. Et cela ne rime pas forcément avec régime et

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

Graisses & Huiles Graisses & Huiles

Graisses & Huiles Graisses & Huiles Graisses & Huiles Graisses & Huiles Les dix questions les plus fréquentes Les graisses assurent plusieurs fonctions importantes dans l organisme. Outre leur rôle de fournisseur d énergie, les graisses

Plus en détail

L équilibre alimentaire

L équilibre alimentaire L équilibre alimentaire EAU Seule boisson indispensable PRODUITS SUCRES Limiter le sucre : desserts sucrés, boissons sucrées (Sodas, sirop ) Des aliments pour une journée (1 part = 1 fois par jour) MATIERES

Plus en détail

PRINCIPES DE NUTRITION

PRINCIPES DE NUTRITION Module MI 1: «Métabolisme et nutrition» PRINCIPES DE NUTRITION «Mal alimentation» But alimentation Apports : Sous-nutrition +++ Insuffisance Mauvaise proportion Carences Sur-nutrition Obésité, Cancers

Plus en détail

aliment? Quelle conclusion en tirer?

aliment? Quelle conclusion en tirer? Comment lire l étiquetage d un Zeynep YAGMUR aliment? Quelle conclusion en tirer? Diététicienne au Réseau Santé diabète De quoi est composé l étiquetage? = mention sur un aliment pour indiquer des informations

Plus en détail

L index glycémique. Index glycémique de quelques aliments ( 100=glucose) Pomme 36, orange 43, abricots secs 35. Pain aux céréales 45.

L index glycémique. Index glycémique de quelques aliments ( 100=glucose) Pomme 36, orange 43, abricots secs 35. Pain aux céréales 45. L index glycémique L index glycémique d un aliment dépend de divers facteurs ayant une influence sur son absorption: Sa composition en glucides simples et complexes Sa teneur en graisse ( I.G.) Sa teneur

Plus en détail

Le diabète est une pathologie se présentant sous deux formes distinctes :

Le diabète est une pathologie se présentant sous deux formes distinctes : DEFINITI ION LE REGIME DIABETIQUE POUR LES INSUFFISANTS RENAUX CHRONIQUES Le diabète est une pathologie se présentant sous deux formes distinctes : DNID ou diabète non insulino dépendant Lié à une insulinorésistane,

Plus en détail

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors?

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Magali Jacobs Cellule de Recherche et d Expertise Diététique de l Intitut Paul Lambin (CeRED-IPL) Plan de l exposé «Senior»? Prévention

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

LES RÉGIMES LIÉS AUX AFFECTIONS CARDIO-VASCULAIRES

LES RÉGIMES LIÉS AUX AFFECTIONS CARDIO-VASCULAIRES DIÉTÉTIQUE LES RÉGIMES LIÉS AUX AFFECTIONS CARDIO-VASCULAIRES I - LES DÉSÉQUILIBRES ALIMENTAIRES a) Alimentation riche en graisse Graisses dures : acides gras saturés Sucres simples b) Alimentation riche

Plus en détail

Liste des aliments (Hypercholestérolémie)

Liste des aliments (Hypercholestérolémie) Groupes alimentaires Produits laitiers Viande ou poisson ou œuf Féculents Liste des aliments (Hypercholestérolémie) Aliments conseillés Aliments à limiter Aliments déconseillés -Lait entier -Fromage fondu

Plus en détail

Activité physique et alimentation pour le patient diabétique de type 2

Activité physique et alimentation pour le patient diabétique de type 2 Activité physique et alimentation pour le patient diabétique de type 2 Séverine VINCENT http://www.fmc-tourcoing.org http://www.formunof.org http://www.rdo-lille.org L ACTIVITE PHYSIQUE L ACTIVITE PHYSIQUE

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Impact métabolique des acides gras _. Importance du degré d insaturation

Impact métabolique des acides gras _. Importance du degré d insaturation Impact métabolique des acides gras _ Importance du degré d insaturation Dominique Hermier Unité 914, Paris Physiologie de la nutrition et du comportement alimentaire Plan Les familles d acides gras Acides

Plus en détail

Cas de Monsieur E. : diabète de type 2

Cas de Monsieur E. : diabète de type 2 Cas de Monsieur E. : diabète de type 2 J ai choisi le cas de Monsieur E. car la diététique a un rôle essentiel dans l amélioration du diabète de type 2 en équilibrant l alimentation et en luttant contre

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 49 SOMMAIRE Les seniors Les chiffres clés Les habitudes alimentaires des seniors Les recommandations Les alternatives Herbalife Les compléments alimentaires

Plus en détail

PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an

PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an DEFINITION APPAREIL CARDIO-VASCULAIRE Buts : apporter aux organes ce dont ils ont besoin(o2 ) eliminer les déchets(co2.) APPAREIL : Pompe=cœur Tuyaux=artéres/veines PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an

Plus en détail

Item 179 : Prescription d'un régime diététique

Item 179 : Prescription d'un régime diététique Item 179 : Prescription d'un régime diététique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Règles de base de la prescription d'un régime alimentaire... 1 2 Principaux régimes...2 ENC :

Plus en détail

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs.

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs. L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch SOMMAIRE LES FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRES 4 1. Le diabète

Plus en détail

http://www.lafeeregime.com

http://www.lafeeregime.com Le régime hyper-protéiné Principe Ce régime alimentaire privilégie la consommation de protéines, tt en limitant l apport en sucres et en matières grasses. L amaigrissement est rapide, le corps puisant

Plus en détail

EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES

EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES Faculté de médecine Laboratoire de biochimie EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES S.A HAMMA PLAN DU COURS I- INTRODUCTION II- BILAN LIPIDIQUE 1- Bilan lipidique systématique 2- Bilan lipidique orienté

Plus en détail

Le Bulletin du B.E.N. Mars 2008: mois de la nutrition

Le Bulletin du B.E.N. Mars 2008: mois de la nutrition Le Bulletin du B.E.N. Mars 2008: mois de la nutrition Les mythes alimentaires Le pain fait engraisser. Le lait est bon seulement pour les enfants. Le jeûne permet de purifier l organisme. Toutes ces affirmations,

Plus en détail

Fiche Conseils Randonnée Marathon, Randonnée, Trail, Trek, Raid, Nordic walking, Triathlon

Fiche Conseils Randonnée Marathon, Randonnée, Trail, Trek, Raid, Nordic walking, Triathlon Fiche Conseils Randonnée Marathon, Randonnée, Trail, Trek, Raid, Nordic walking, Triathlon Le marathon, la randonnée le Trail, le Trek, le Raid le Nordic Walking, le triathlon sont quelques exemples de

Plus en détail

Les règles du jeu Pour tous ceux qui font du sport, pour le plaisir ou pour devenir le meilleur...

Les règles du jeu Pour tous ceux qui font du sport, pour le plaisir ou pour devenir le meilleur... 1 Les règles jeu Pour tous ceux qui font sport, pour le plaisir ou pour devenir le meilleur... Pour être en forme et le rester, pas de solution miracle! Choisis le TRIO GAGNANT : 1 Entraînement régulier

Plus en détail

Alimentation Les groupes d aliments

Alimentation Les groupes d aliments Alimentation Les groupes d aliments Au nombre de sept, les groupes d aliments permettent une classification simplifiée des aliments. Ce classement se fait par leurs teneurs en nutriments (protéines, lipides,

Plus en détail

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention E01-1 E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention Un facteur de risque est défini comme une condition associée à une augmentation de l incidence de la maladie avec un lien supposé

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

L alimentation du jeune sportif

L alimentation du jeune sportif L alimentation du jeune sportif L entraînement commence à table Damien PAUQUET Diététicien nutritionniste du sport info@nutripauquet.be Plan de l exposé : Les règles du jeu Pour tous ceux qui font du sport,

Plus en détail

BASES D UNE ALIMENTATION. Régine GAUL AOUIZERATE

BASES D UNE ALIMENTATION. Régine GAUL AOUIZERATE BASES D UNE ALIMENTATION EQUILIBREE Régine GAUL AOUIZERATE LA SANTE DEFINITION «La santé est un état de complet bien- être physique, mental et social et pas seulement l absence de maladie ou d infirmité»

Plus en détail

Acides gras : Guide pratique N 9. > Questions de patients. Quels atouts? Quelles limites? Paroles de médecin

Acides gras : Guide pratique N 9. > Questions de patients. Quels atouts? Quelles limites? Paroles de médecin > Questions de patients Paroles de médecin > Mon mari a un taux de cholestérol trop élevé, comment faire pour cuisiner sans matière grasse? Il existe de nombreuses manières de cuisiner en évitant l ajout

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE LES LIPIDES

FICHE TECHNIQUE LES LIPIDES FICHE TECHNIQUE LES LIPIDES Purqui cntrôler les quantités de lipides chez les persnnes diabétiques? Les risques cardi-vasculaires snt de 2 à 4 fis plus élevés chez les persnnes diabétiques que dans la

Plus en détail

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004.

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004. Une bonne nutrition est un incontestable facteur de bonne santé. Dans la médecine traditionnelle chinoise, certains aliments bien utilisés servent de remèdes pour prévenir et traiter des maladies. Si la

Plus en détail

Nutrition et santé : suivez le guide

Nutrition et santé : suivez le guide Prévention ALIMENTATION PLAISIR ET ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE Nutrition et santé : suivez le guide Nous savons tous que l alimentation joue un rôle essentiel pour conserver une bonne santé. En voici quelques

Plus en détail

Glucides Protéines - Lipides

Glucides Protéines - Lipides Glucides Protéines Lipides Le GPL dont notre corps a besoin Les Glucides ou s, moitié de nos calories. Ils sont notre carburant. doivent apporter un peu plus de la Mais où se cachentils? Dans tous les

Plus en détail

DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR

DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR INFORMATIONS DIETETIQUES SERVICE RESTAURATION DE LA VILLE D YZEURE DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR I - DEFINITION DE LA DIETETIQUE : La diététique est une science qui n est pas uniquement destinée à

Plus en détail

ALIMENTATION DES PERSONNES AGEES

ALIMENTATION DES PERSONNES AGEES ALIMENTATION DES PERSONNES AGEES Année universitaire 2008 Auteur : Dr. Nadia Charfi Sellami Coordinateur : Chef de section Professeur Mohamed ABID Spécialité : Thérapeutique Etablissement : Faculté de

Plus en détail

CONSEILS POUR UNE HYGIENE DIETETIQUE QUELLE NOURRITURE POUR VOTRE CORPS?

CONSEILS POUR UNE HYGIENE DIETETIQUE QUELLE NOURRITURE POUR VOTRE CORPS? CONSEILS POUR UNE HYGIENE DIETETIQUE LES RÈGLES HYGIÉNO DIÉTÉTIQUES QUELLE NOURRITURE POUR VOTRE CORPS? SEDENTARITE ET TABAGISME LES RÈGLES HYGIÉNO DIÉTÉTIQUES 1- L alimentation est notre première médecine,

Plus en détail

Une édition de la Mutualité libérale. Cholestérol. ENTRETENEZ VOTRE CAPITAL SANTé!

Une édition de la Mutualité libérale. Cholestérol. ENTRETENEZ VOTRE CAPITAL SANTé! Une édition de la Mutualité libérale Cholestérol ENTRETENEZ VOTRE CAPITAL SANTé! 2 Introduction Les maladies cardiovasculaires sont une importante cause de décès chez les hommes et chez les femmes. Un

Plus en détail

L alimentation : Comment bien se nourrir?

L alimentation : Comment bien se nourrir? Sciences Andrée Otte L alimentation : Comment bien se nourrir? Chaque jour, on a besoin de manger et de boire : l alimentation est indispensable à la vie. Une bonne alimentation est l une des clés essentielles

Plus en détail

Quelle place l alimentation a-t-elle dans la prévention de l AVC?

Quelle place l alimentation a-t-elle dans la prévention de l AVC? Quelle place lalimentation a-t-elle dans la prévention de lavc? UNCV Montauban A. Marty, L. Falga, C. Bardou CHU Toulouse E. De Haro Inter-CLANs Midi-Pyrénées 2013 Pourquoi la prévention secondaire des

Plus en détail

Bien manger pour mieux vieillir. Aline Pageau Lauzière Dt.P., M.A. diététiste-nutritionniste

Bien manger pour mieux vieillir. Aline Pageau Lauzière Dt.P., M.A. diététiste-nutritionniste Bien manger pour mieux vieillir Dt.P., M.A. diététiste-nutritionniste Manger «Manger c est l acte social par excellence» «Non seulement nous sommes ce que nous mangeons, mais ce que nous avons mangé» (Richard

Plus en détail

Des lipides. synthèse de certaines hormones et de la vitamine D).

Des lipides. synthèse de certaines hormones et de la vitamine D). Pour ne pas constituer de réserves inutiles et entraîner un excès de poids, pour ne pas favoriser l hypertension artérielle et les troubles lipidiques du sang, les lipides doivent conserver une juste place

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.»

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» «Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» Boire peu pour boire longtemps. Marcel Aymé Le vin est dans notre pays synonyme de plaisir (gastronomique) ou de déchéance (alcoolique). Le débat

Plus en détail

Pour mieux comprendre...

Pour mieux comprendre... Pour mieux comprendre... Vous trouverez dans ce document quelques définitions de termes scientifiques utilisés dans la rubrique pour vous permettre de mieux comprendre le contenu des articles et la base

Plus en détail

VISIO. Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W. Le bon gras, c est quoi?

VISIO. Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W. Le bon gras, c est quoi? VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W Le bon gras, c est quoi? Depuis maintenant plusieurs décennies, c est toujours la même rengaine: il faut manger moins de graisses animales et privilégier

Plus en détail

HYPERCHOLESTEROLEMIE PREVENTION ET PRISE EN CHARGE EN MEDECINE NATURELLE

HYPERCHOLESTEROLEMIE PREVENTION ET PRISE EN CHARGE EN MEDECINE NATURELLE HYPERCHOLESTEROLEMIE PREVENTION ET PRISE EN CHARGE EN MEDECINE NATURELLE Quelles différences entre «bon» et «mauvais» cholestérol? Quelle est la bonne proportion? D où provient-il? Le rôle de l alimentation

Plus en détail

Les graisses alimentaires, origine, catégories, rôle et conseils alimentaires.

Les graisses alimentaires, origine, catégories, rôle et conseils alimentaires. 1 Les graisses alimentaires, origine, catégories, rôle et conseils alimentaires. Le constat Avec les protides et les glucides, les graisses alimentaires, plus couramment appelées lipides, constituent les

Plus en détail

Exploration du métabolisme

Exploration du métabolisme Exploration du métabolisme lipidique Pr. Layachi Chabraoui Faculté de Médecine et de Pharmacie de Rabat Cours de 2ème année de Médecine 2010-2011 1- Lipides et lipoprotéines Lipides plasmatiques: Cholestérol,

Plus en détail

L ALIMENTATION SOMMAIRE

L ALIMENTATION SOMMAIRE L ALIMENTATION SOMMAIRE I. Conception de base de la nutrition du sportif II. Les calories III. Les lipides 1. Le tissu adipeux 2. Les acides gras saturés 3. Les acides gras mono saturés 4. Les acides gras

Plus en détail

MENOPAUSE. Le saviez-vous? Surveillez votre taux de cholestérol. www.fruitdorproactiv.fr DEMANDEZ CONSEIL À VOTRE MÉDECIN LE GUIDE PRATIQUE

MENOPAUSE. Le saviez-vous? Surveillez votre taux de cholestérol. www.fruitdorproactiv.fr DEMANDEZ CONSEIL À VOTRE MÉDECIN LE GUIDE PRATIQUE Le saviez-vous? L importance des maladies cardiovasculaires chez la femme est en général sous-estimée. Pourtant, l un des effets secondaires de la ménopause est l augmentation du taux de cholestérol qui

Plus en détail

SPORT ET DIETETIQUE. PROTEINES : 1g = 4kcal 15% de l apport énergétique quotidien

SPORT ET DIETETIQUE. PROTEINES : 1g = 4kcal 15% de l apport énergétique quotidien Docteur PAULE MORARD IBM ECULLY SPORT ET DIETETIQUE BESOINS GLUCIDES : 1g= 4kcal 55% de l apport energétique quotidien Glucides à indice glycémique élevé ( IG) : Pain, purée, riz blanc, corn flakes Glucides

Plus en détail

Les grandes familles d aliments - Recommandations nutritionnelles

Les grandes familles d aliments - Recommandations nutritionnelles Les grandes familles d aliments - Recommandations nutritionnelles 1 1- Les grandes familles d aliments 7 familles (avec boissons). Aliments d une même famille : interchangeables Ä Bol de lait = morceau

Plus en détail

Allégations relatives à la teneur nutritive

Allégations relatives à la teneur nutritive Allégations relatives à la teneur nutritive Mots utilisés dans les allégations relatives à la teneur nutritive Ce que le mot signifie Exemples Sans Faible Réduit Source de Léger Une quantité insignifiante

Plus en détail

De la naissance à 6 mois

De la naissance à 6 mois De la naissance à 6 mois L alimentation se compose du lait (maternel ou infantile). Seule l eau peut s y ajouter Privilégier l allaitement maternel Le lait maternel - est l alimentation idéale du nouveau-né

Plus en détail

L alimentation du sportif

L alimentation du sportif L alimentation du sportif Dr F. GANE TROPLENT 04/2013 Faculté de Médecine HyacintheBASTARAUD Activités physiques : Recommandations d activité physique pour la population Pratique d une activité physique

Plus en détail