LA REVUE DU PRATICIEN - MÉDECINE GÉNÉRALE - NUMÉRO SPÉCIAL - AVRIL conseils pratiques. Drs M. FARNIER, S. PICARD. Point médical, Dijon

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA REVUE DU PRATICIEN - MÉDECINE GÉNÉRALE - NUMÉRO SPÉCIAL - AVRIL 1998. conseils pratiques. Drs M. FARNIER, S. PICARD. Point médical, 21000 Dijon"

Transcription

1 Prise en charge globale des hypercholestérolémies LA REVUE DU PRATICIEN - MÉDECINE GÉNÉRALE - NUMÉRO SPÉCIAL - AVRIL 1998 conseils pratiques Drs M. FARNIER, S. PICARD. Point médical, Dijon Il est maintenant parfaitement établi qu'une diminution des LDL par des mesures diététiques et (ou) médicamenteuses permet d'abaisser significativement la morbidité et la mortalité cardiovasculaire. Toutefois, en présence d'une hypercholestérolémie, la décision thérapeutique doit obligatoirement être précédée de plusieurs étapes o éliminer une forme secondaire d'hypercholestérolémie; o apprécier le niveau de risque cardiovasculaire global du patient; o évaluer biologiquement le niveau de risque lipidique. VÉRIFICATION DU CARACTÈRE PRIMAIRE DE L'HYPERCHOLESTÉROLÉMIE Les principales causes des hyperlipidémies secondaires sont l'hypothyroïdie, les maladies hépatiques obstructives, l'insuffisance rénale et le syndrome néphrotique, le diabète mal équilibré, et les hyperlipidémies iatrogènes (oestroprogestatifs, corticoïdes, β-bloquants non cardiosélectifs, certains diurétiques, rétinoïdes, ciclosporine, antiprotéases). Outre la recherche d'une cause iatrogène, ou de signes cliniques d'une hyperlipidémie secondaire, un bilan biologique minimal est indispensable en raison du caractère parfois asymptomatique de certaines pathologies. Le bilan.à réaliser doit comporter au minimum la TSH, la créatininémie, les gamma GT et (ou) les phosphatases alcalines, la glycémie à jeun. ÉVALUATION DU RISQUE CARDIOVASCULAIRE GLOBAL L'appréciation du risque cardiovasculaire global est une étape capitale pour sélectionner les patients hypercholestérolémiques devant bénéficier de la prise en charge thérapeutique. Pour apprécier ce risque global, des équations de risque ont été conçues essentiellement à partir de données épidémiologiques, les deux équations les plus connues étant celle de Framingham issue d'une population américaine et celle de PROCAM issue d'une population allemande. Bien que des essais d'adaptation de l'équation de Framingham sur la population française aient été effectués, aucune équation de risque validée dans la population française et d'utilisation commode n'est

2 disponible à l'heure actuelle. De ce fait, il est proposé dans les recommandations officielles d'utiliser une stratégie dite simplifiée, qui prend en compte trois types de critères 1- la situation clinique en séparant ce qui est du domaine de la prévention primaire et de la prévention secondaire. Un patient sera classé dans le groupe «prévention secondaire» s'il a des antécédents personnels de coronaropathie, mais aussi d'artérite ou d'accident vasculaire cérébral ischémique. En effet, il est maintenant bien démontré qu'une atteinte athéromateuse carotidienne est prédictive du risque d'atteinte coronaire; 2- l'âge et le sexe du patient. L'homme est plus à risque cardiovasculaire que la femme, avec un risque surtout élevé audelà de 45 ans. Le risque chez la femme augmente après la ménopause ou en cas de ménopause précoce sans oestrogénothérapie substitutive; 3- la présence de facteurs de risque vasculaire associés. Les facteurs de risque majeurs associés à une hypercholestérolémie, et qui sont à retenir pour apprécier de façon simplifiée le risque vasculaire global, sont le diabète, l'hypertension artérielle, le tabagisme et également les antécédents familiaux de maladie coronaire précoce ou d'artériopathie quel que soit le siège. C'est surtout l'association de plusieurs facteurs de risque qui majore de façon importante le risque cardiovasculaire global. Les «Recommandations et Références Médicales» (RRM) issues des recommandations de l'andem donnent une liste précise des facteurs de risque vasculaire à prendre en compte pour l'appréciation du risque global (tableau I). Notons que dans cette liste apparaît un facteur strictement biologique, le taux de HDLcholestérol (HDL-C). En effet, la relation épidémiologique entre baisse du taux de HDL-cholestérol et risque coronaire est bien établie. A l'inverse les patients ayant une élévation du taux de HDL-cholestérol ont un risque cardiovasculaire diminué. Ainsi un taux de HDL-C < 0,35 g/l est considéré comme un facteur de risque vasculaire aggravant alors qu'à l'inverse un taux de HDL-C ~_> 0,60 g/l est un facteur protecteur. APPRÉCIATION DU RISQUE LIPIDIQUE En prévention primaire Lors de la découverte, à l'occasion d'un contrôle systématique ou orienté, d'un taux de cholestérol total (CT) > 2 g/l, l'évaluation biologique ultérieure du risque lipidique doit respecter une stratégie simple.

3 La première étape est de demander un contrôle de l'anomalie par un bilan lipidique standard comprenant les dosages du cholestérol total (CT) et des triglycérides (TG) après 12 heures de jeûne. Ce contrôle permet de distinguer différentes situations. CT<2g/L et TG<1,50g/L: le contrôle est normal et le rythme de surveillance ultérieure est fixé par les RMO (tableau II) : en l'absence de pathologie ou de traitement pouvant interférer avec les lipides et en l'absence d'autre facteur de risque, pas de contrôle avant 5 ans chez un homme de moins de 50 ans ou une femme avant la ménopause, et pas de contrôle avant 3 ans chez un homme après 50 ans ou chez la femme ménopausée. À noter que la valeur des triglycérides considérée comme normale n'est pas encore parfaitement uniformisée. Selon les auteurs, la normalité varie entre 1,50 et 2,0 gil. CT<2g/L et TG>2g/L: Il s'agit d'une hypertriglycéridémie qui relève de mesures thérapeutiques spécifiques. CT>2g/L et TG<4g/L: Cette situation est très fréquente : augmentation du cholestérol total avec des triglycérides normaux ou modérément augmentés. Dans ce cas il est nécessaire d'apprécier la fraction athérogène du cholestérol par le calcul du LDL-cholestérol. Il convient alors de demander une exploration d'une anomalie lipidique (EAL) avec HDL-cholestérol. Cette exploration permet le calcul du LDL-cholestérol (LDL-C) par la formule de Friedewald, formule qui n'est valable que si les triglycérides sont < 4 g/l: LDL-C = CT - HDL-C - TG/5 (formule applicable en g/l et uniquement si TG < 4 g/l). Si les triglycérides dépassent 4 g/l avec un CT > 2 g/l, il s'agit d'une hypertriglycéridémie prédominante nécessitant des mesures spécifiques. QUESTION PRATIQUE Faut-Il demander systématiquement en prévention primaire une EAL avec HDL-C si le cholestérol total dépasse 2 gil avec des triglycérides < 4 g:/? Cette question n'a pas de réponse définitive dans les recommandations actuelles. Toutefois, Il faut noter que pour un taux de CT entre 2,0 et 2,5 g/l, et en l'absence d'autre facteur de risque, il est très peu probable que le taux de LDL-C atteigne les seuils d'intervention thérapeutique. Aussi, une proposition raisonnable peut être de demander une EAL chez un patient ayant un CT > 2,5 g/l sans facteur de risque vasculaire associé, mais dès 2,0 gil en présence d'au moins un facteur de risque vasculaire associé.

4 En prévention secondaire La situation est différente car l'appréciation du risque lipidique doit être réalisée d'emblée de façon complète, tout en respectant un délai d'environ 2 mois entre le bilan lipidique et un événement cardiovasculaire aigu (infarctus du myocarde, angioplastie...). En prévention secondaire, une augmentation du LDL-cholestérol nécessite une intervention diététique voire médicamenteuse rapide. De ce fait il est justifié de demander systématiquement une «EAL avec HDL-cholestérol», d'autant plus que des taux de LDL-C nécessitant une intervention peuvent dans certains cas être observés même avec un CT < 2,0 g/l si le taux d'hdl-c est effondré. EN RÉSUMÉ L'EXPLORATION D'UNE ANOMALIE LIPIDIQUE (EAL) PERMET DONC: d'apprécier le taux d'hdl-cholestérol, et ainsi de savoir s'il est un facteur aggravant (HDL < 0,35 gil) ou protecteur (HOL :_> 0,60 g(l). d'évaluer par un calcul simple la fraction athérogène du cholestérol, le LDL-cholestérol (LDL-C), élément-cié de la stratégie de prise en charge thérapeutique. ON PEUT RAISONNABLEMENT DEMANDER UNE «EAL AVEC HDL-CHOLESTÉROL» DANS LES CIRCONSTANCES SUIVANTES systématiquement en prévention secondaire; chez tout patient ayant un CT > 2,0 /L et au moins un facteur de risque vasculaire associé chez un patient ayant un CT > 2,5 g/l sans facteur de risque vasculaire associé. DÉCISION THÉRAPEUTIQUE En présence d'une hypercholestérolémie, il n'est pas possible de fixer un seuil d'intervention thérapeutique unique car le risque de maladie cardiovasculaire ischémique dépend du contexte de risque vasculaire global du patient. Schématiquement, il est possible de définir quatre niveaux de risque chez un sujet hypercholestérolémique; prévention primaire sans aucun autre facteur de risque vasculaire prévention primaire avec un autre facteur de risque vasculaire prévention primaire avec au moins deux autres facteurs de risque vasculaire prévention secondaire Cette évaluation du niveau de risque sera aisément établie par l'approche simplifiée consistant à apprécier les FRV aggravants ou le FRV protecteur (tableau I). De façon toujours simplifiée, en présence du facteur de risque protecteur (HDL-C >= 0,60 g/l), on recommande de soustraire «un risque» au nombre des facteurs aggravants. À titre d'exemple, une femme de 60 ans ayant un HDL-C = 0,65 g/l sera considérée comme «sans facteur de risque vasculaire».

5 Le patient hypercholestérolémique étant classé dans un niveau de risque donné, c'est le taux de LDLcholestérol qui constitue l'élément-clé pour la décision thérapeutique. Deux décisions importantes restent alors à prendre à partir de quels taux de LDL-C doit-on instituer un traitement diététique et médicamenteux? quels sont les objectifs thérapeutiques (ou cibles) sur le LDL-C à atteindre sous traitement? Les recommandations de l'andem reprises dans les RRM donnent les réponses à ces deux questions. Les valeurs proposées font actuellement l'objet d'un large consensus en dehors peut7être de la valeur d'instauration du traitement diététique chez les sujets les moins à risque vasculaire. En effet en prévention primaire chez les hommes de moins de 45 ans ou les femmes non ménopausées n'ayant aucun autre facteur de risque, la valeur proposée pour l'instauration de la diététique est un taux de LDL-C 2,20 g/l avec une valeur cible < 1,60 g/l. Il ne paraît pas exagéré de conseiller des mesures diététiques générales chez tout patient même à faible risque ayant une augmentation du LDL-cholestérol c'est-à-dire dès que le taux de LDL-C dépasse 1,60 g/l. LES QUESTIONS ESSENTIELLES En pratique quotidienne, le schéma d'intervention complet proposé par l'andem paraît encore complexe d'utilisation. En particulier il existe souvent une confusion entre les valeurs d'instauration du traitement et les valeurs-cibles. Pour clarifier la stratégie thérapeutique, il est possible d'envisager les problèmes que le médecin praticien aura successivement à résoudre à savoir : à partir de quelles valeurs de LDL-C est-il souhaitable de donner des recommandations diététiques? après combien de temps de mesures diététiques un traitement médicamenteux doit-il être envisagé et à partir de quelles valeurs de LDL-C? quels sont les objectifs thérapeutiques à atteindre sous traitement, qu'il soit diététique ou médicamenteux? Seuils d'intervention diététique Des mesures diététiques hypocholestérolémiantes doivent être proposées à tous les patients dont le LDL-C est supérieur à la norme c'est-à-dire à 1,60 g/l. En prévention secondaire et également en prévention primaire chez des sujets à haut risque vasculaire (ayant au moins deux autres

6 facteurs de risque), l'intervention diététique doit être effectuée dès que le taux de LDL-cholestérol dépasse 1,30 g/l. Durée de la phase diététique avant l'instauration du traitement médicamenteux En prévention primaire et chez les sujets à risque vasculaire faible ou modéré (maximum un facteur de risque vasculaire associé), la décision d'instaurer éventuellement un traitement hypolipidémiant doit être prise après 6 mois de régime bien suivi. En prévention secondaire et également en prévention primaire chez des sujets à haut risque vasculaire (ayant au moins deux autres facteurs de risque), l'instauration du traitement médicamenteux est licite après 3 mois de régime bien suivi. Rappelons que l'instauration d'un traitement médicamenteux doit s'accompagner de la poursuite des mesures diététiques au long cours. Seuils d'instauration du traitement médicamenteux hypolipidémiant Seuils d'instauration du traitement médicamenteux hypolipidémiant Caractéristique du sujet LDL-C (g/l) Sujet sans aucun autre facteur de risque vasculaire >= 2,20 Sujet avec un autre facteur de risque vasculaire >=1,90 Sujet avec au moins 2 autres facteurs de risque vasculaire >=1,60 Sujet en prévention secondaire >= 1,30 La décision d'introduire un traitement médicamenteux hypolipidémiant dépend étroitement du risque vasculaire global du sujet. De façon simple et schématique, pour chaque niveau de risque vasculaire, une valeur seuil de LDL-cholestérol est proposée. Le seuil d'instauration du traitement hypolipidémiant va donc d'un taux de LDL-C >= 2,20 g/l chez les sujets les moins à risque, à un taux,1,30 g/l chez les sujets les plus à risque. c'est-à-dire en prévention secondaire. QUELQUES PROBLÈMES PRATIQUES Il existe une discordance entre le code de nomenclature de biologie et les RMO récentes. Ei effet la prescription de «l'exploration d'une anomalie lipidique avec HDL-cholestérol» est conforme aux RMO puisque il est précisé : «qu'il n'y a pas lieu si une dyslipidémie est dépistée de prescrire dans le cadre d'une exploration d'une anomalie lipidique, d'autres examens que le dosage du cholestérol total, du cholestérol-hdl et des triglycérides». Par contre dans la nomenclature de biologie, la rubrique «exploration d'une anomalie lipidique» d'une part comporte en plus le dosage de l'apob et d'autre part laisse le choix entre le dosage de l'hdl-cholestérol ou de f'apoa-1. Cette discordance devra être résolue dans l'avenir et pour l'instant Il faut conseiller de bien préciser «exploration d'une anomalie lipidique avec HDL-cholestérol» pour que la fraction protectrice du cholestérol

7 soit appréciée par i'hdl-cholestérol et non par i'apoa-1 (ce qui serait contraire aux RMO et ne permettrait pas le calcul du LDL-C). Il faut également préciser que le dosage de l'hdl-cholestérol doit être effectué par une méthode de précipitation et non par appréciation électrophorétique. Objectifs Thérapeutiques ou Valeurs-cibles Objectifs thérapeutiques pour le LDL-cholestérol Caractéristique du sujet LDL-C (g/l) Sujet sans aucun autre facteur de risque vasculaire < 1,60 Sujet avec un autre facteur de risque vasculaire < 1,60 Sujet avec au moins 2 autres facteur de risques vasculaire < 1,30 Sujet en prévention secondaire < 1,00 Comme pour les seuils d'instauration du traitement diététique ou médicamenteux, plusieurs valeurs-cibles sur le LDL-C sont proposées en fonction du niveau de risque global du patient (tableau IV). Dans les RMO, ces valeurs servent de références pour établir le rythme de surveillance des patients. Une fois les valeurs-cibles atteintes et stabilisées, il n'y a pas lieu de répéter les dosages plus d'une fois tous les 6 mois (tableau II). Dans les hyperlipidémies mixtes associant une élévation du LDL-cholestérol et des triglycérides, l'objectif thérapeutique à atteindre vis-à-vis des triglycérides ne fait pas encore l'objet d'un consensus formel. Le chiffre le plus admis est un taux de triglycérides < 2 g/l. Dans certaines circonstances, et en particulier chez les sujets diabétiques, il est suggéré d'abaisser le taux de triglycérides en dessous de 1,50 g/l. Cette stratégie thérapeutique simplifiée peut paraître schématique, mais même si elle n'est pas parfaite, elle constitue déjà un progrès notable pour moduler la prise en charge en fonction du risque vasculaire global. Les seuils proposés ne sont pas des seuils intangibles mais doivent servir de réflexion pour la décision d'instauration d'un traitement. CONCLUSION La prise en charge thérapeutique d'une hypercholestérolémie repose actuellement sur une stratégie simple qui aboutit à une prise en charge plus personnalisée du patient en fonction de son niveau de risque vasculaire global. La diminution du risque cardiovasculaire doit toujours rester l'objectif final et cela nécessite de vérifier en permanence l'observance du traitement diététique et (ou) médicamenteux et d'agir de façon parallèle sur les autres facteurs de risque vasculaire. LA REVUE DU PRATICIEN - MÉDECINE GÉNÉRALE - NUMÉRO SPÉCIAL - AVRIL 1998

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Endocrino.net Polycopié national Page 1 sur 10 Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Les messages clés 1) Tous les patients qui ont soit une augmentation des triglycérides (>1,50

Plus en détail

Recommandations pour la pratique clinique Modalités de dépistage et diagnostic biologique des dyslipidémies en prévention primaire

Recommandations pour la pratique clinique Modalités de dépistage et diagnostic biologique des dyslipidémies en prévention primaire Recommandations pour la pratique clinique Modalités de dépistage et diagnostic biologique des dyslipidémies en prévention primaire Texte des recommandations INTRODUCTION 1. Thème des recommandations La

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

Exploration du métabolisme lipidique

Exploration du métabolisme lipidique Exploration du métabolisme lipidique Les principaux lipides le cholestérol (utilisé par les cellules pour la synthèse de leurs membranes) les triglycérides (substrat énergétique) les phospholipides (constituants

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PLAN : 34 diapositives ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES DEFINITION OBJECTIFS LA PREVENTION PRIMAIRE: 2 diapositives(6 étapes essentielles) LE

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1 Cette recommandation, diffusée par l'afssaps en mars 2005, est une actualisation des recommandations Prise en charge des dyslipidémies (Afssaps, septembre 2000) et Modalités de dépistage et de diagnostic

Plus en détail

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine?

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Les patients nouvellement traités par statine : Dans 40 % des cas ce sont des patients à Source : Enquête IMS pour la Cnamts, 2007. Que

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature

Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature PROBIOQUAL E.P.U. de BIOLOGIE Séance du 13/03/06 Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature Agnès SASSOLAS, biologiste P.H. UF Lipides- Dyslipidémies - Biochimie Groupe Hospitalier

Plus en détail

DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN

DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN PRÉVENTION PRIMAIRE I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. III. SOURCE Recommandations ANAES : «Modalités de

Plus en détail

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée La Haute Autorité de Santé (HAS) propose, à la demande de la CNAMTS, une nouvelle mouture de ses recommandations sur

Plus en détail

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B DANS LE BILAN LIPIDIQUE TEXTE COURT SEPTEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX

Plus en détail

Nationaux Diagnostiquer les principales dyslipidémies primitives et secondaires.

Nationaux Diagnostiquer les principales dyslipidémies primitives et secondaires. Chapitre 3 Item 220 UE 8 Dyslipidémies I. Diagnostic phénotypique II. Éliminer une cause d hyperlipidémie secondaire III. Diagnostic des hyperlipidémies primitives IV. Évaluation du risque cardiovasculaire

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005 Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005 Ce document est une actualisation des recommandations de bonne pratique «Prise en charge des dyslipidémies» publiées par l Afssaps en

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2 Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Introduction - La dyslipidémie est un prédicteur important du risque

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 janvier 2006 TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé TAHOR 20 mg, comprimé pelliculé TAHOR 40 mg, comprimé pelliculé TAHOR 80 mg, comprimé pelliculé Laboratoires PFIZER atorvastatine

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique LA PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique LA PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE LA PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE 1 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DES PATIENTS DYSLIPIDEMIQUES SYNTHESE 01/08/2000 Les patients dyslipidémiques

Plus en détail

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention E01-1 E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention Un facteur de risque est défini comme une condition associée à une augmentation de l incidence de la maladie avec un lien supposé

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 12 janvier 2001 par arrêté du 20 janvier 2001. TAHOR 20 mg, comprimé

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Une recommandation de l'afssaps de mars 2005 qui actualise celles de l'anaes (janvier 2000) : dépistage et diagnostic l' AFSSAPS (sept 2000) : traitement

Plus en détail

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE CONGRES FRANCO-MAGHREBIN DE MEDECINE INTERNE 17 Mars Gammarth 2011 RELATION ENTRE LE NON HDL CHOLESTEROL ET ATHEROSCLEROSE CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE TYPE 2 Ben Ahmed I, Ben Dahmen F, Bouzaidi

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Une femme qui veut améliorer son hygiène de vie... Alain Wajman Things we knew, things we did Things we have learnt, things we should do 2 Vidéo Françoise

Plus en détail

Le Cholestérol. Jacques MANSOURATI CHU BREST

Le Cholestérol. Jacques MANSOURATI CHU BREST Vrai ou Faux Le cholestérol est inutile à l organisme humain L alimentation est la principale source de cholestérol Seul le taux de cholestérol total est important dans la prévention des maladies cardiovasculaires

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Items 129, 129 bis : Dyslipidémies

Items 129, 129 bis : Dyslipidémies Items 129, 129 bis : Dyslipidémies Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Généralités... 3 II Bilan lipidique... 4 III

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone

Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone, d abord à une dose de charge, puis à une dose d entretien de 5 comprimés

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

www.medecinechinoise.org

www.medecinechinoise.org L'observation clinique du diabète traité par soit la puncture, soit la moxibustion, soit la puncture associée à la moxibustion d un seul point d acupuncture Auteurs : LIAO Hui SO, XI Ping, CHEN Qiang,

Plus en détail

Bilan Lipidique = Préoccupation médicale quotidienne.

Bilan Lipidique = Préoccupation médicale quotidienne. Bilan Lipidique = Préoccupation médicale quotidienne. Qualité Résultat Bilan Lipidique CT HDL-c LDL-c TG CT/HDL-c Parfois: Apolipoproteines Qualité Prélèvement Qualité Analyse Il existe cinq lipoprotéines:

Plus en détail

Cholestérol : votre feuille d'analyse à la loupe

Cholestérol : votre feuille d'analyse à la loupe Cholestérol : votre feuille d'analyse à la loupe Le taux de cholestérol sanguin représente l'un des principaux facteurs de risque cardiovasculaire. Ses concentrations doivent être basses pour prévenir

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

Traitements Hypolipémiants

Traitements Hypolipémiants Chapitre 14 Traitements Hypolipémiants Item 132 : Angine de poitrine et infarctus du myocarde Plan Introduction 1. les statines 2. les fibrates Introduction Traiter une dyslipidémie revient le plus souvent

Plus en détail

Athérosclérose (3) Les hyperlipoprotéinémies

Athérosclérose (3) Les hyperlipoprotéinémies Athérosclérose (3) Les hyperlipoprotéinémies Points à comprendre Les anomalies du métabolisme lipidique sont à l origine de perturbations biologiques avec des conséquences importantes en termes de santé

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine)

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine) Les Dyslipidémies La particule lipidique N 129. Facteurs de risque cardio-vasculaire et prévention. Expliquer les facteurs de risques cardio-vasculaire et leur impact pathologique Expliquer les modalités

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

ITEM 129 : FACTEURS DE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE ET PREVENTION

ITEM 129 : FACTEURS DE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE ET PREVENTION ITEM 129 : FACTEURS DE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE ET PREVENTION Objectifs pédagogiques terminaux : «expliquer les facteurs de risque cardio-vasculaire et leur impact pathologique», «expliquer les modalités

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE E.I.A CARDIO : BIOLOGIE A SAVOIR ABSOLUMENT( ou pas ) - La formule de Friedewald et ses conditions d application - Les différentes classes de dyslipidémie - Les différents facteurs de risques cardiovasculaires

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global Synthèse fiche mémo Principales dyslipidémies : stratégies de prise en charge Février 2017 Cte synthèse présente les points essentiels de la fiche mémo : «Principales dyslipidémies : stratégies de prise

Plus en détail

Risque cardiovasculaire. Infection par le VIH

Risque cardiovasculaire. Infection par le VIH Risque cardiovasculaire Infection par le VIH Risque cardiovasculaire Le risque cardiovasculaire fait référence à une probabilité de survenue d un événement cardiovasculaire, défini par (1) : - une maladie

Plus en détail

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012 Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SANTÉ "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

Dr N. MATOUGUI Journées de Formation Médicale Continue de Kouba 2010

Dr N. MATOUGUI Journées de Formation Médicale Continue de Kouba 2010 Dr N. MATOUGUI Journées de Formation Médicale Continue de Kouba 2010 Introduction Hypercholestérolémie (HC) est: - Fréquente - Pure ou mixte - Essentielle ou secondaire Facteur de risque cardiovasculaire

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 02 novembre 2005 CRESTOR 5 mg, comprimé pelliculé B/28 ; B/50 ; B/84 Laboratoires ASTRAZENECA rosuvastatine Liste I Date de l'amm : 06 octobre 2005 Motif de la demande

Plus en détail

MODALITÉ DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDÉMIES

MODALITÉ DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDÉMIES Page 1 de 8 MODALITÉ DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDÉMIES 1. PRINCIPAUX FAITS OMS 2015 Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde: il meurt chaque année plus de personnes

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail

Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies

Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies I Quand Pratiquer une Exploration du Bilan Lipidique? II Le Bilan Lipidique III La Classification des Hyperlipidémies IV Les Hyperlipidémies Essentielles

Plus en détail

Diététique de la dyslipidémie

Diététique de la dyslipidémie Diététique de la dyslipidémie 1) Définition Anomalie du métabolisme des lipides à l origine de perturbations biologiques. On peut observer : - Une hypercholestérolémie : augmentation isolée du cholestérol

Plus en détail

EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES

EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES Faculté de médecine Laboratoire de biochimie EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES S.A HAMMA PLAN DU COURS I- INTRODUCTION II- BILAN LIPIDIQUE 1- Bilan lipidique systématique 2- Bilan lipidique orienté

Plus en détail

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA HTA (1) PAS >= 140 mmhg et/ou PAD >= 90 mmhg, au cabinet et confirmée, 2 mesures par consultation, au cours de 3 consultations en 3 à 6 mois (hors diabète ou insuffisance rénale, HTA si >= 130/80). HTA

Plus en détail

Autant les cardiologues nord-américains ont toujours été passionnés par

Autant les cardiologues nord-américains ont toujours été passionnés par REVUES GENERALES Risque cardiovasculaire J. FERRIERES Service de Cardiologie B, CHU Rangueil, TOULOUSE. Prévalence des différentes dyslipidémies en France Peu de données sont disponibles sur la prévalence

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu :

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu : Cas clinique relatif au module 9. Une femme de 56 ans est suivie pour Une hypertension artérielle évoluant depuis 10 ans, Un diabète de type II depuis sept ans. Son traitement médicamenteux habituel associe

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

Conflits d intérêts 2014

Conflits d intérêts 2014 Conflits d intérêts 2014 Pr Marc RUIVARD Pas de conflit d intérêt direct pour cette conférence Depuis plus d un an, plus aucun conflit d'intérêt direct avec l'industrie. Avant septembre 2013 (< 3000 /an)

Plus en détail

Les examens à pratiquer devant une dyslipidémie

Les examens à pratiquer devant une dyslipidémie Les recommandations de la NSFA Mai 2005 Les examens à pratiquer devant une dyslipidémie Groupe de travail : Eric Brucker, Jaques Bonnet, Gérald Luc, Pascale Bayer, Michel Farnier Les maladies cardiovasculaires

Plus en détail

Bilan lipidique en ville : Chez qui? A quelle fréquence?

Bilan lipidique en ville : Chez qui? A quelle fréquence? Bilan lipidique en ville : Chez qui? A quelle fréquence? Auteurs : Laura BOUTEVILLAIN Mélanie BRUCHON Sylvain CHARREYRE Rémi DE L ISLE Responsables du certificat : Pr Cyrille COLLIN Pr François DELAHAYE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2005 CADUET 5 mg/10 mg, comprimé pelliculé Boîte de 28 comprimés pelliculés sous plaquettes thermoformées CIP : 369 304-4 Boîte de 30 comprimés pelliculés

Plus en détail

Congrès de la SAMEV Institut Pasteur Delly Brahim 20, 21, 22 Mai 2011.

Congrès de la SAMEV Institut Pasteur Delly Brahim 20, 21, 22 Mai 2011. 4ème Congrès de la SAMEV Institut Pasteur Delly Brahim 20, 21, 22 Mai 2011. Cas clinique FMC sur les Statines Les Statines : une des armes multi-cibles précoce du Syndrome Métabolique Pr Fifi OTMANI, Service

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

ITEM 129 : FACTEURS DE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE ET PREVENTION

ITEM 129 : FACTEURS DE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE ET PREVENTION ITEM 129 : FACTEURS DE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE ET PREVENTION Objectifs pédagogiques terminaux : «expliquer les facteurs de risque cardio-vasculaire et leur impact pathologique», «expliquer les modalités

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

Pas de conflit d intérêt

Pas de conflit d intérêt Pas de conflit d intérêt Actualités dans la prévention secondaire de l AVC Dr S Debiais, Dr I Bonnaud, Dr D Saudeau Service de Neurologie, CHRU de Tours FMC septembre 2008 AVC : Pourquoi les prévenir?

Plus en détail

Le diabète de type 2 : quelques points d actualité - 2 partie -

Le diabète de type 2 : quelques points d actualité - 2 partie - 1 Le diabète de type 2 : quelques points d actualité - 2 partie - Jacques LOUIS Service de diabétologie HPMetz Site Belle Isle AMMPPU Metz 10 juin 2014 P1 CAS CLINIQUE 3 ème époque Cette même personne

Plus en détail

Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie

Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie Présentée par Catherine Montminy Étudiante en pharmacie de 3 e année Février 2014 Plan de la présentation Population visée par un bilan lipidique

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 VASTEN 10 mg, comprimé sécable B/28 Laboratoires Sanofi Aventis pravastatine Liste I Date de l'amm : dernier rectificatif le 25 mai 2005 Motif de la demande

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE INITIER UNE MESURE DIAGNOSTIQUE : FAIRE LE SUIVI DES MESURES DIAGNOSTIQUES CHEZ LA CLIENTÈLE AU PRISE AVEC DES PATHOLOGIES CHRONIQUES INCLUANT LE DIABÈTE, L HYPERCHOLESTÉROLÉMIE ET

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

D.U. Cardiologie du sport PLAN CO-DIRECTEURS. Pr Daniel THOMAS Dr Richard AMORETTI

D.U. Cardiologie du sport PLAN CO-DIRECTEURS. Pr Daniel THOMAS Dr Richard AMORETTI D.U. Cardiologie du sport PLAN CO-DIRECTEURS Pr Daniel THOMAS Dr Richard AMORETTI Historique 1930 : PAUL CHAILLEY BERT CREE LA PHYSIOLOGIE DU SPORT 1950 : FERNAND PLAS CREE LA CARDIOLOGIE DU SPORT (premiers

Plus en détail

Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire?

Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire? Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire? Richard W. James, Labo des Lipides, Dépt. de Médecine Interne, Faculté de Médecine, Université de Genève, Genève Lipides, lipoprotéines

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.»

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» «Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» Boire peu pour boire longtemps. Marcel Aymé Le vin est dans notre pays synonyme de plaisir (gastronomique) ou de déchéance (alcoolique). Le débat

Plus en détail

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN 2012 1 - Augmentation du poids : L augmentation du

Plus en détail