CHAN TIERS : ... ==i:i: --- ~ '""- ~ fi 3 ,..., 1"1'1. tm= =n I.E. ~filh. :1 l1 t=-"i < H: fil -..!:if. .

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAN TIERS ... .-- - : ... ==i:i: --- ~+ + ... '""- ~ fi 3 ,..., 1"1'1. tm= =n I.E. ~filh. :1 l1 t=-"i < H: fil -..!:if. ."

Transcription

1 ==i:i: -- CHAN! tt~,..,.,!hl,..., "' t : l t=-"i < H: fil -..!:if, ~ Ir itij':ttj j:j :i: - :..,w._ ~ ~ mp.fj ++!lll"~±f -'..,., fl=h fh [ ttf,~ HH ffi! lme - :~ - +t ml Hf! 'ffl;fü ~- -~ H~ Hm ~ fi 3 TIERS Il 0 4 I.E tm= =n = ~filh. : :~fê~~ --- ~+ +. i;:: --~-... '""- -- ' t t f't tl: '" ~

2 -. L'Association École Moderne des Travailleurs de l'enseignement Spécial (Pédagogie Freinet) La commission Enseignement spécialisé de l' ICEM, déclarée en «Association École moderne des travailleurs de!'enseignement spécialisé», est organisée au niveau national en structures coopératives d'échanges, de travail, de formation et de recherches. Elle est ouverte à tous les enseignants, éducateurs, parents, préoccupés par l'actualisation et la diffusion de pratiques, de techniques et d'outils pédagogiques permettant la réussite scolaire de tous les enfants, et plus particulièrement de ceux qui sont en difficulté. Elle a pour OBJECTIFS : - une réflexion critique permanente sur les pratiques pédagogiques et leur adéquation aux difficultés des enfants et à leurs besoins dans la société actuelle, - la lutte permanente contre les pratiques ségrégatives dans l'institution scolaire, - la formation des praticiens, - la recherche de solutions pour pallier les carences du système éducatif. Elle articule ses travaux et recherches, en liaison étroite avec l' Institut coopératif École moderne - pédagogie Freinet, autour de con~ept ions sociopolitiques, humaines et pédagogiques basées sur la coopération et l'épanouissement complet de chaque individu. Pour tout renseignement s'adresser à : Serge JAQUET Maison Burnet Rive gauche GILLY-SUR-ISÉRE

3 ebfîor l.al s;j jf: SUf'PRÎME L'ic..i C. SCOLAÏRE: C?~'E.S.T t.e qu'cn"" FE.RA ~E TOUi F'RÎC f 3. r'{; el, EC.HEC.~ : '00 NILLtARDS SCOLA tr?es 0 $ ~~'/.!. Ainsi au grand jeu de l ' échec scolaire, ce seraient 00 m~lliards de fr~ncs qui partiraient en fumée : le tiers du budget consacré aux dépenses d'éducation en France. C'est ce que révèle un rapport déjà fameux du Conseil Economique et Social, qui, pour la première fois, évalue le coût des malfaçons scolaires. Une fois de plus, il rappelle ce chiffre sidérant : seuls 35 à 40% des enfants d'une classe d'âge réus sissent" à l'école. Devant l ' ampleur du désastre, sur fond de catastrophe nationale, ce n'est plus, ce ne peut plus être pour l'opinion publique "la faute des mauvais élè ves". Et la solution, même aux yeux les plus bornés des décideurs néo-libéraux, ne peut plus' être l a retégation dans des filières spécialisées. Rude coup asséné à l'idé ologie de s dons et à l'élitisme républicain. Il fau t utilis er- au maximum ce rapport pour faire avancer une réflexion ra tionnelle et progressiste sur l ' école. Cependant cette dénonciation est à haut risque! A ~'e~ant bouc-émissaire, ne sera-t-il pas tentant de substituer l'enseignant coupable? Et pour être plus précis, l ' enseignant novateur, en alimentant l'n~ti-péda gogisme ambiant comme l ' a fait une certaine gauche? Ne risque-t-on pas de voir refleurir le retour au passé et aux bonnes vieilles méthodes éprouvées? Aussi, au-delà de ce chiffre que les journalistes en mal de scoop ont surtout mis en exergue. (slogan facile pour tous les bords), il convient de rappeler une autre conclusion du rapport : l ' importance, d'une part, dans la genèse de 'l'échec sco laire, de. l'~bécillité programmée par le bourrage de c~âne, et, d'autre part, la né cessité pour y échapper d ' une pédagogie véritablement différenciée. Comment ne pas faire nôtre ' affirmation de considérer chaque apprenant com me un individu unique, ayant besoin d'une pédagogie. adaptée à ses rythmes et ses moti vations? Mais attention, une pédagogie différenciée n'est pas une pédagogie de souti en : il ne s'agit pas de réadapter les jeunes à une école inchangée où l'érudition ti ent lieu de science, la récitation de poésie et la leçon m~gistrale de réflexion suffisante! Il s'agit encore et: toujours de lui substituer une pédagogie scientifique, centrée sur les enfants. Bref, le grand mérite de ce rapport est de montrer que même le désordre éco nomique dominant ne peut se satisfaire de l'échec scolaire. C'est dans cette contra - diction que nos brèches prennent tout leur sens et que nos so lutio~s prendront tout l eur impact. ERIC DEBARBIEUY.

4 NOUVELLE SERIE N 4 DECEMBRE TREIZIEME ünee N ~8 SOMMfftRe EDITORIAL... p 3 SMIA.IR.E p 4 SECTEUR "VIOLENCE" : "Pierrot l a teigne" p 5 Serge JAQUET et l e secteur Viol ence. EXPRESSION p26 Michel ALBERT INSTI TUTIONS ET AUI'ONOMIE : De l 'effet des instituti ons au cours d'une journée ordinair e en Se SES p27 Monique MERIC GEOMETRIE : Evaluati on en classe de Perf p35 Corinne PI TTI ON ROSSILLON NOTES DE LECTURE sur "Les enfants des autres" T. HAYDEN p37 ''Monsieur Butterfly" H. BUTEN "J'ai dit non à l'école" M- L LAZINIER "Insol.Dll.ission à l'école obligdtoire" C. BAKER Adrien PITTION ROSSILLON DANS NOS CLASSES des écoles Gérard PHILIPPE (78).. p42 Communiqué par Bn.mo SCHILLIGER ENFANTS DE MIGRANTS : Portugal P44 Adrien PITTION ROSSILLON LE DESSIN DE GREGOIRE Pierre DESPROGES "Chroniques de l a Haine ordinaire" P46 INFORMATIONS I.C. E.M Le Comité Directeur de l ' ICEM ENTRAIDE PRATIQUE... p49 Frédéric LESPINASSE FICHE GENERAL D'ENTRAIDE PRATIQUE p5 EXPRESSION..... p53 Michel ALBERT INFORMATIONS Vie et Activités de la Commission E.S. p54 COURRIER DES LECTEURS Réaction à l 'articl e "Pense à ton avenir". p55 Michel ALBERT.REPU DE PRESSE. p56 Adrien PI TTI ON ROSSILLON Michel FEVRE p47

5

6 CHANTIERS dans l 'E.S. - N 4 Décembre 87. En avant-première d'un futur livre, le secteur ''Violence" vous offre Pi errot la Teigne ou la volonté de vouloir Septembre 984 : Jour de rentrée à l'erea d'albertville ( ). Comme ~ ~a.o:::outu mée, les enfants arrivent. un à un en classe après avoir -visité l'école et s'être rendus dans les divers services. La séparation d'avec les parents, toujours douloureuse pour des enfants de douze ans qui vont fréquenter un internat pour la première fois s)effectue au seuil de la classe. Ensui te, chacun doit se plonger dans un travail très scolaire; il s'agit ici de rassurer, de montrer que cette école est identique à celles que les élèves connaiss2nt, de leur donner l'image qu'ils attendent. Pierre s'est installé depuis une demi-heure ; il est assis à la table la plus proche du burea u et semble oeuvrer consciencieusement. Soudain, sans qu 'aucun signe ne le laisse présager, il saisit un c utter et se précipite sur Patrice qui était en train de me poser une question. Patrice s'enfuit, j ' attrape Pierrot au vol, le "désarme" et c'est son frère Alain (memb re lui aussi de ce groupe de 6ème) qui le calme par la parole.. "Rogntudjioui! pensais- je, ça commence allègrement! Est-ce éjà mon attitude et l'effet de l'étiquette qui ont induit la réaction de Pierrot? Est- ce une manière de se montrer et de se constituer un public? Est- ce que cette violence serait son unique moyen pour se dire? Univocité de son expression face à une école qu'il rejette?" dans D'emblée, je suis. interpelé, "accro" ; "Ç3. y e st, je suis la classe, l es vacances sont réellement terminées"... Et () Cette école se nomme EREA: Etablissement Régional d'enseignement Adapté (autrefois ENP. Ecole Nationale de Perfectiennement) recevant environ 40 garçons de 2 à 8 ans, internes pour la grande majorité. Après 2 années passées en 6e puis Se où ils ne reçoivent q un enseignement général, ils effectuent leur apprentissage professionnel dans l'un de s 4 métiers suivants : peintre, plombier, maçon, menuisier. Le fonctionnement des 6e, 5e est celui de groupes de niveaux ; 3 sortes de groupe : mathématique, français qui sont déterminés par des tests de connaissances scolaires passé~ en début d ann ée, et éveil qui correspond à l a classe d'âge. (Pour des explications complémentaires, se référer à un article d~ livier LODEHO et Se.rge JAQUET in CHANTIERS dans Enseignement Spécialisé N B, année 983/84).

7 me revient en mémoire le choix des classes. Les mômes, dans ce groupe, arrivaient avec un passé présent et donc déterminant en partie leur futur. Pierrot étaient de ceux-là. Lui et son frère Alain ont un autre frère qui fréquente l' EREA depuis 2 ans ; celui-ci fut, au demeurant, trop remarqué à cause d'un comportement pas toujours correct et peu acceptable, s i je puis me permettre cet euphémisme! Et alors? Alors, l 'Imaginaire!.. Lorsque l'enseignant ou l ' éducateur entre dans une classe pour la première fois avec de nouveaux élèves, elle n'est pas vide, ni vierge, mais peuplée de. nombreuses images, de nombreux phantasmes. Si ceux-ci ne proviennent que d u champ de la praxis, ils ont une chance de ne pàs trop interférer sur le Réel, de ne rester que fantômes évanescents. Dans le cas de ce groupe, un discours existait au préalable "ça risque d'être des pénibles...". Certains collègues ne souhaitaient pas prendre cette classe en charge. Par goût du risque, par..., avec le désir de lancer un pied de nez aux idées reçues, je l'ai choisie. venait de m'être offert par Pierrot j e n'allais pas être déçu. Le premier pied de nez quant aux risques. QUI ES-TU PIERROT? Quelques indications objectivables sont indispensables. Elles permettront de mieux comprendre, de mieux cerner certains actes ou certaines paroles. Leur collationnement s'est effectué au cours des deux années de 6e et de 5e partagées avec Pierrot. Elles émanent de sa i'.)ropre voix, confirmées ensuite par les documents administratifs ou la famille. Pierrot appartient à cette frange que nous pourrions nommer Prolétariat socio-affectif dont les enfants peuplent (hantent) les classes de perfectionnement et établissements spécialisés. Il n ' a pas encore 2 ans lorsqu'il entre en 6e, après avoir suivi un itinéraire digne d 'un mauvais film de série B, q u i en fait un écorché vif. Il est l'avant-dernier d'une f ratrie de onze enfants : 5 garçons et 6 filles, le dernier enfant étant de sexe féminin. Les parents sont immigrés : père espagnol, mère née en Espagne de parents tunisiens, pied~- n oirs ; ils. sont divorcés depuis plusieurs années. Pour quelles raiso ~ s? Pierrot évoque à plusieurs reprises : " les gnons de mon père quand il était saoul"... C'est la mère qui tente d'élever ces enfants dans une ZUP comme vous les connaissez.. Pas d'autres revenus que les allocations familiales. Les "mômes" s'auto-éduquent avec l ' aide de la rue. Pendant les 2 années vécues en commun, Pierrot ne verra son père que deux fois pour des séjours de très courte durée alors qu'il en parle quotidiennement. Précédemment, il était suivi en psych;thérapie car il fai~ai t des crises de type hysté~ique ; ce traitement n'a pas duré car, selon l'enseignante qui recevait Pierrot : "le psy ne l'a pas supporté".

8 Ajoutons à cela un rapide portrait physique : petit, très brun aux yeux marrons, il est hyper- extraverti, remue énormément, a des contacts corporels avec tout le monde (parfois de manière br~tale), possède une voix grave avec un timbre très rauque qui transparaît dans les instants de détresse, parle beaucoup, grogne souvent... 3ref, un enfant t rès dynamique! OU ES-TU, PIERROT? A l'erea, Pierre partagera la scolarité de 2 camarades, tous internes pou r la première fois comme lui, dans ce groupe (classe d'éveil) qui possède la particularité de r éunir des "cas", car bon nombre des enfants pou.ssent une difficulté sociale, affective, psychologique... jusqu'~ son paroxysme. Cela suscitera l a curiosité de mon Inspecteur qui demandera à venir observer ce groupe et en conclue ra : " Effectivement, ce sont des élèves dont on dit, entre adultes polis, qu'ils sont t r ~s... dynamiques! Je n'aimerais pas passer une journée complète avec eux : ils sont trop exténuants, t r op demandeurs". A l'internat, chaque groupe d'âge (environ 25 enfants) est pris en charge par 4 éducateurs qui assurent chacun une nuit, les couchers à trois en théorie, les repas et une activité éducative entre 7 et 9 heures chaque jour. Ces éducateurs sont des instituteurs à part entière puisqu ' ils ne reçoivent aucune formation spécifique si ce n'est un C.A.E. I. (Certificat d ' Aptituc!e à l' Enfance Inadaptée) mention éducateur en internat, cette formation étant très voisine de celles qui sont assurées pour les CAEI "E" ou "F". Pour Pierrot qui a besoin d ' un public et d ' une relation directe, de préférence binaire avec l ' adulte, l'internat joue un rôle capital. Il est donc indispensable de préciser certaines conditions par ticuliè r es : * les éducateurs de 5e, groupe à Pierrot, sont 4 dont 3 nouveaux à l'erea et débutants dans la profession! R..., éducateur dans l'établissement depuis de nombreuses années, répète fréquemment, pragmatique et lapidaire : "Avec eux qu i arrivent, on fait du "dressage" ; pendant au moins un trimestre, on gueule. Il f aut tout l eur apprendre de la vie collective : le respect des horaires, les repas, l'hygiène, l e rangement, le respect des camarades... Si on se plant e durant cette période, on payera les pots cassés, nous ainsi que les élèves, jusqu'à l a fin de leur scolarité à l'erea". A mon avis, c'est plus qu'une erreur que de confier les 6è à de nouveaux éducateurs, mais... ce n'est pas là mon propos. Les conséquences seront nornbre uses et diverses : bagarres, destruction de matériel, climat violent, insultes, coups dans des proportions 2 à 3 fois supérieures à l'ordinaire. Parfois, le matin, des enfants.demanderont à dormir en classe tant la soirée avait été "animée" fort tardivement!

9 QU'AGIS-TU, PIERROT? Dans la classe, comme dans l'école, Pi e r re joue différents rôles qui sont de véritables archétypes et les endosse à l a per fection. Il en ressort une ambivalence entre des objets d'action opposés ou diver gents : Pierrot passe aisément (c' est à- dir e rapidement et sans difficulté apparente bien que cel a sous- entende de nombreuses souffrances) du rôle de l eade r à celui de clown ; de ' absent à celui du copai n i déa l ou du méd i ateur. Problème d'identité, peut- être? Certes, c'est l à l e noeud gordien de son Désir. Pierrot n ' arrive pas à se dire, à exprimer ce qu'il veut parce qu'il s'ignore et reste morc el é. Il ne sait vers quoi, vers qui aller. Il vit une errance, terme qui peut être compris selon une double sémie : * Pierrot erre défini ; il va ça et là, de l ' un à l'autre s ans bu t *Pierrot erre : il commet des e r reurs, se trompe de chemi n. Deux réponses étayent ce pr opos : dans une discussi on avec une collègue qui lui demandait comment il se sentait à l'erea, Pierrot annonça qu ' il so u hai~ tait rentr er dans une autre école où il serait i nconnu et " où je serais un autre Pierrot". à la question souvent posée dans le cadre banal et quotidien: "Que veux- tu?", il m'a répond : "J'veux c'que j'veux". Cette volonté de vouloir, cette errance se sont d'abord traduites par la recherche d'une place. Peut- être l'avez- vous déjà deviné, la place désirée est celle qui voisine le bureau. Dès son entrée en classe, l e premier souci est d'installe r une table qui collera au bureau et de retirer aux alentour s tout ce qui peut empêcher cette jonction. Cette attit ude fréquente n'est pas de son fait; dans ce groupe, Joseph, Laurent, occupent ce même Désir d'où conflit. I l est patent que cette position ne peut qu'être unique. Le Conseil sera là pour permettre de légiférer et de légitimer ce dési r en acte social : Pierrot; à l'un de ces conseils d ' octobre 84, demande à ce que cett ~ place lui soit réservée. Il s ' agi t de son premier acte d'organisation de la vie de la classe. Il m'en reste deux souvenirs précis : * la discussion a été houleuse et longue. Le thème ét a i t crucial étant do nné l'aspect hautement symbolique de la dema nde. * la décision a été prise à l ' unanimité en faveur de Pierrot. Cela peut paraître étonnant et ne peut s'expliquer que par le feeling des enfants. Tou-; ont senti que Pierr e avait besoin de cette place et pas d'une autre. Ils ont pressenti que si cela lui était refusé,. ce serait dangereux pour l ui et pour tout le groupe donc pour chacun d'entre eux individue.llement. La maturation du groupe était bien engagée, sur un mode inconscient. Tentons ma i nt enant de prendre un peu de recul analytique. La perspect vie proposée n ' e s t pas l a s e ule qui soit envisagea ble, ma i s elle paraît la plus plaus ible. Pierre désire

10 être lié au bureau par son cordon- ombilical- table. C'est la Désir du Mo i - Tout, de la toute puissance, du retour à la vie intra- utérine. Ce bureau semble investi en tant que phantasme du Maître tout- puissant, tout bon. (Ce choix d'une t able peut aussi traduire l'affirmation d ' une identité : j'ai une place, donc je suis). Le passage à la verbalisation qui se traduit par une demande légale et précise au Conseil, montr e qu'en même temps, il y a accession au langage, à la Loi. Se met à jour, une véritable blessure narcissique qui perturbe Pierrot et sera pr ésente dans toute sa problématique : déjà l'absence du père s ' avère capitale. PIERROT: LA crise!!! L'acte principal de Pierre, ce sera ses crises de violence, présentées comme de type hystérique par le médecin scolaire. Tout au long de son année de 6ème, elles seront fréquentes, bien qu'en constantes diminutions, tant du point de vue de la répétitivité que de la durée. Elles apparaissent toujours dans un moment de fragilisation affective ; ainsi, leur fréquence peut s'expliquer par la diffi culté de l 'enfant à trouver une identité au sein de l'école dans le cadr e d'une vi e d'inter ne. Précédemment, ell es existaient (c'est ce qui avait conduit Pierre à un début de psychothérapie, mais... ) de manière moins nette, moins outrancïère. Li agression subie par Pierre au se in de l'école, sa souffrance les ont décuplées. Alors, pour les résoudr e, "on" tentera de mettre en oeuvre tous les arguments à notre disposition (peu) : de la " baffe" à la mise en isolation, en passant par les médicaments, le discours moralisateur, l'empêchement physique de bouger (un adulte l e maintient) ou l'essai de médiation par la parole. Vend redi 5 octobre 84 ~ Un mois d'école. Pierrot apparaît de plus en plus comme un écorché vif. Il a besoin de rapports directs avec tous, adultes et enfants confondus, de r apports physiques avec ses camarades. I l est hyper- agressi f, saute s ur les autres, effectue à leur encontre des gestes menaçants, hurle, crie des insultes. Durant la semaine, l es élèves ont regardé dans le cadre de l'internat, un film vidéo : "Cass 84", i nterdit au moins de 8 ans. La pl upart des petits ( 6e et 5e) se sont identifiés au héros qui pratiquait ce qu'en Héroïc Fantasy on nomme ultra violence. Pendant les récr éations, i.a majorité des jeux fait référence à ce. film, Pierrot, particulièrement sensible e t attiré par ce domaine, en est l'un des principaux acteurs. Pendant l ' heure de français, i l a un conflit avec l' institutrice à propos de son travail :. refus, il veut sauter par la fenêtre, sort de la classe... vacarme dans le couloir. Entendant les cris, je sors pour voir, mais n'interviens pas. Je referme la po r te, mais Pierre se précipite dans la classe semblant s'y r éfugier et apporte une importante perturbation. Un clin d'oeil à ma collègue et je dis à Pierrot : " D'accord, tu restes ici pour te calme.r, mais tu ne dois pas nous déranger". Encore quelques hurlements, mais en 5 minutes, tout se calme. Il séjourne avec nous un moment, puis, rejoint son groupe.

11 - 6 - (Plus tard, nous apprendrons que le "piqué une crise" de 2 heures et été médicamenteux). Récréation : rien à signaler. Nous remontons en classe pour une heure d 'éveil. Comme tous les vendredis, notre activité, c'est l e Conseil. No us installons les chaises en cercle. Discussion entre eux, apparemment calme. Je suis à l'autre bout de la classe. Un coup de poing de Patrice atteind Pierre ( Patrice est un enfant dont les carences émanent de l'éducation ou plutôt de l'absence d ' éducation : parents souvent absents, père routier, culture unique dans la rue, milieu violent, primaire où les problèmes se règlent par des coups. Patrice a un vocabulaire très limité en étendue, passant systématiquement par l'injure et l'insulte. Hyper- égocentrique : "je suis unique").. soir précédent, il avait que le seul remède avait La réaction de Pierre est très violente : il bondit sur Patrice et le frappe ; les tables vole.nt. Alain rattrape le bureau et ce qui est dessus, Laurent aidé de ~ichard tente de les séparer. J'arrive le plus rapidement possible et sépare avec difficultés les deux belligérants. Patrice est cal me, mais pour Pierrot, c'est LA CRISE, la seule qui se déroulera en classe durant ces deux années. Ce n'est pas de la "frime"! Il h urle, gigote, menace, bave, rage, pleurniche... Je l'emmène dans le couloir et le tiens : la fermeté douce. Je le maintiens pour qu'il ne s'échappe pas, ni ne retourne au combat, mais le laisse bouger dans mes bras ; quelle autre solution adopter? Il veut que je le lâche : - "Lâche-moi, j't'ai rien fait". (i\jotons que Pierrot utilise systématiquement le tutoiement dans ses c rises, alors qu'il vouvoie hat>i tuellement les adultes). Je lui réponds toujours d'une voix douce "Oui, quand tu seras calme". Il fait mine de me frapper, ~ais n ' agit jamais. Cela dure 0 bonnes minutes dans le couloir, porte ouverte. Le reste du groupe s est installé en conseil' parle de détails concernant la classe, mais suit l'évolution de la situation. Nous rentrons, et j'essaie de le lâcher: échec. Il bondit de nouveau sur Patrice en hurlant. J'ai la chance d'avoir un recul par r appor t à mon action, d'être serein : cela me permet de percevoir qu'il est en état second. Il ne se contrôle plus, est hors de lui, souffre physiquement et psychologiquement. La violence est quasiment tournée vers lui-même. Le Conseil s'organise ; je suis debout, Pierre dans les bras qui grogne et qui pleure... c'est exténuant! Ordre du jour : Pierre demande la parole et on inscrit : - "Rendre le coup de poing à Patrice". La possibilité de verbaliser le calme un peu. Au bout d'une demi-heure ; je peux le lâcher et nous nous asseyons côte à côte: Il me tiendra la main jusqu'à la fin du Conseil. Ce conflit tiendra lieu d'unique objet de discussion pour une longue durée (un éducateur viendra nous chercher pour le repas). Les échanges so~t âpres, le ton acerbe, le vocabulaire violent, mais phénomène étonnant, les mômes respectent parfaitement les tours de parole. La décision est d'organiser

12 un combat de boxe entre les deux adversaires, le lundi suivant. Ca m' emmerde, puisqu'il faut di re les choses par leur nom! Et j ' espère dans ma tête qu'ils vont oublier cela il n'est pas interdit de rêver après de telles séances! La solution me déplaît intellectuellement. D'accord, il y a eu passage à la parole, mais le confl it n'est pas achevé : l ' assomption jubilat oire ne s'est pas produite et j e crains que le combat ravive les tensions. Mais, c ' est le c hoix du groupe et donc je le respecte. Pierrot et Patrice sont sortis de la classe côte à côte, sans se frapper, se jetant simplement des regards mauvais et menaçants. Lundi : mon désir est d'éluder le problème. Dès l e ur arrivée, les enfants parlent du combat. Pour m' en décharger, je les renvoie à eux-mêmes a vec des questions - quand voulez- vous l'organiser? - Ou? - Comment? etc... Les deux belligérants en parlent en riant. Mard i matin, lorsque j'arrive à l'écol e, Patri ce et Pierre se précipitent. Patrice m'annonce : - "Ca y est, on s'est battu, c.' est Pierrot qui a gagna". Aucun témoin n'était présent.; nul ne pourra me préciser si le combat s'est réellement déroulé ou non. Peu i~por t e, pu i squ'au niveau symbolique, il y a eu réparation. Si nous posons un regard de type analytique s ur le comportement de Pier rot, nous pourrions supputer quelques structures pré- psychotiques. Pierrot a, à la maison ou à l'école, la poss ibilité de régresser. Le désir de retour a u lieu matri ciel (lieu sécurisant s ' il en est), à la phase du Moi- tout puissant déjà évoqu~ n'est pas totalement interdit. Or, c'est cet interdit qui est le fait du Père (absent tant physiquement que par ses substituts psycho-sociaux) qui permet l'accession au langage en forçant le désir à se parler par le biais d'un code précis et symbolisé. Pi erre n'a ni le nom du père : interdit qui passe par l a verbalisation et permet d ' accéder à la Loi, ni les noms du père : les mots. Sa souffrance, réelle, semble provenir de ce manque. Pierrot m' aura, entre autre, appris pas ses crises que la résolution du conflit passe par : -'" la suppression du public lorsque la crise éclate, ces spectateurs qui, comme dans les jeux du c i rque, aiment, appellent le sang; * la nécessité du déplacement d'un l ieu à l'aut re sort ir de; * la nécessité du retour à la parole : accepter que la cri s e exist e pour ne pas refuser l'expr ession de l'enfant, mais refuser que la c r ise existe et se perpétue pour que l'enfant revienne à lui-même. Un autre a pport s e s i tue a u niveau de l a prévention : int erna t présente d'énormes difficultés pour des enfants comme Pierrot : il importe donc de connaître l' a ntériori té

13 - 8 - du môme (par exemple, dans ce cas, savoir que Pierrot avait eu une crise le soir précédent), de lui offrir la possibilité d'être extérieur au regard de l'adulte : n'y-a- t'il pas eu déplac~ment de la crise dans ma classe parce que je suis -allé voir (chercher? ) Pierrot dans le couloir? Peut- être a-t'il différé son acte parce que ma classe était sa classe, son lieu refuge et qu'il escomptait y trouver de l'aide? La dernière question qui se pose à moi concerne la résolution de la crise par le mode médiat : la verbalisation a eu lieu avec proposition d'un combat de boxe. N'eut- il pas fallu, en tant que garant de la Loi du Père dans le groupe, que j 'aille au bout en assumant totalement l' organisation ou en la refusant (castration symbolique pour un passage à l'âge adulte du groupe?). 3. QUELLES RELATIONS AS-TU, PIERROT? A la lumière de ce qui précède, il est aisé de deviner leur nature. Il y a eu une évolution énorme entre le début de la 6e et l a fin de la 5e. Pourtant, elles restent sur le même mode : principalement binaires, basées sur le : "J't'aime/J'te hais" avec un contact physique essentiel. J'ai déjà évoqué la relation Patrice/Pierrot : Patri ce ne restera qu'un an avec nous ; il sera le compagnon.privilégié : compagnon de fêtes et de bagarres ; trop proches l'un de l'autre dans leurs itinéraires personnels, ils ne pourront que s'assembler face à l'extérieur et s'entretuer pour la place identique qu'ils auront besoin d'occuper. Pierre souffre d'une crise d ' identité : il n'en possède pas une en propre, lorsqu'il arrive en 6e, les autres lui servent de repères. D'un côté, il y a ceux qui sont trop calmes, t~availleurs, discrets : Pierrot s'intéresse peu à eux, sauf dans la cabane (j'en reparlerai), s i ce n'est pour les menacer, faire mine de les frapper, jouer au méchant. Il passe rarement à l'.acte, mais jouit d'une réputation de terreur auprès de ces enfants. Avec les autres camarades, la relation s'effectue sur le mode duel : "Je veux te vouloir". Le seul désir de Pierre est de phagocyter l'autre, de se l'incorporer pour que l~i-même soit ce modèle phantasmatique et phantasmé qu'il recherche. Rares sont les choix réciproques (en 6e notamment) : c'est lui qui mène la barque et tente de décider. Dans la classe-bocal, tout se passe en luttes de pouvoirs. Trois exemples peuvent éclairer. ) Pierrot et Joseph : Sans entrer dans des détails fastidieux, il convient de présenter Joseph. Arrivé en France à 7 ans depuis Djibouti, il était un véritable enfant sauvage : pas de parole, marche à quatre pattes, se nourrit. comme un animal... Peu à peu, il a évolué, mais n'a aucune relation positive : pas de copain fixe, échanges essentiellement conflictuels. Pierre et lui essayeront souvent de travailler, de s'associer, de s'installer côte à côte, mais bien que la durée de leur présence conjointe ait augmenté de 2 minutes à un.. 4

14 maximum d'une heure consécutive, le couple n'est pas fiable. Pierre provoque Joseph et l'amène souvent à agir n'importe comment : " T' es pas capable de.. " : aussi tôt, Joseph accomplit avec plaisir la bêtise demandée. Leurs échanges passionnels d'insultes seront parfois exaltants : après deux années de ce régime, ils arriveront à des concours où l'humour n'est pas absent comme ce dessin de Pierrot représentant Joseph en gorille et lui- même en petit poussin (annexe ). Ce seront des jeux entre eux, mais c'est tou j ours Joseph qui se lassera le premier. Et Pierrot de se sentir puissant! 2 ) Pierrot et Salim Salim est l'inverse de Joseph. C'est, lorsqu'il le veut, un petit poison : il sait mettre le feu aux poudres d'une manière ~emarquable tout en se débrouillant pour que nul ne ;:>erçoive sa responsabili t initiale. Pierre jalouse Salim parce qu'il n'atteint pas la toute puissance dont il rêve et que 'autre possède des arguments que lui ne domine pas. Pierr ot est trop honnête : lorsqu'il commet une bêtise, il le reconnaît ; s 'il joue un tour, cela se lit sur son visage. Salim est impassible et impavide d'où une haine que l'un supporte et attise, et dont l'autre souffre tout en l'attisant égalemen"c. Pierrot n'est, dans cette relation, plus dominant ; cela lui occasionnera de nombreuses colères et crises de tous ordres jusqu'à... la chute de Salim pendant une promenade. Ce jour-là, Salim tomba d ' une hauteur de 5 mètres et s'évanouit : pompiers, hôpital. Pierrot, sensible à l a blessure, à la maladie, fut l'un des plus prompts à porter secours ; il alla même jusqu'à dire : "Il est tombé tout seul, c'est pas de ma faute, hein, m'sieur Jaquet?". Depuis, leur relation est devenue plus banale, plus sereine. Pourquoi? Pierrot avait-il pris conscience que Salim aussi était fragile? Salim s ' était- il rendu compte que Pierrot était hyper-sensible? 3 ) Pierrot zt son frère Alain : Alain est né la même année que Pierre, au début du mois de janvier. C'est donc lui qu i a l'autorité que confie la mère avant de venir en classe, po ur les travaux scolaires. A l'internat, ils sont "surveillés" par un autre frère, arrivé à l'erea deux ans plus tôt. S'ils se ressemblent physiquement et s'il se rejoignent, socius tribal oblige, dans les conflits de l'extérieur, Pierrot et Alain n'ont pas du tout le même comportement en classe. Pierrot est direct, franc, toujours présent, exprimant sa joie comme sa hargne spontanément. Alain tente de tricher avec lui- même et ni~ les réalités évidentes. En classe, ils sont comme chien et chat, surtout à leur arrivée, l'un ordonnant à l'autre de travailler, d'être actif.. avec comme menace récurrente : "Je le dirai à maman" Autant Pierre semble sensible à cet argument, autant son frère semble n'y attacher aucune importance et joue à celui qui se gausse. Lui essaie de surveiller Pierrot, de la convaincre de la bonne manière d'agir : il porte le regard du grand s ur son petit frère. Dans les conflits, ils s ' unissent contre l'adversaire d'une manière quasiment systématique : se oroduit une symbiose

15 et émane un discours unique et univoque "touche pas à ma famille!". Il s'agit là, bien entendu, du classique réflexe de défense, réflexe d'autant plus violent que le tissu familial est fragile. Cette réaction instinctive, primaire et primitive est confortée par le. fait qu'ils ne seront jamais capables de dire leur famille, de parler de leur expérience famil i ale avec un groupe. En relation binaire avec un adulte, oui et souvent ; en groupe, jamais.?our eux, le Ve rbe est paroi! Lorsqu'ils tentent de travailler en binôme, cela dure peu : entre eux s'établit une lutte pour être le l eader du couple et ils consacrent une part essentielle de l eur temps à comparer leurs mérites respectifs sur un mode négatif : "toi, tu sais pas dessiner ça" "t'écris comme un porc" "tu colles n'importe comment" - etc... L'année de 6e sera la premi ère du rant laquelle ils resteront dans le mêrne gr oupe jusqu'à terme : auparavant, nous le saurons grâce à eux, puis par la voie classique, les accrochages étaient si fréquents qu ' on était amené à changer l'un d'eux de classe en cours d'année. 4 ) Pierrot et l'adulte Avec l'adulte, Pierrot souffre de ~hagocytose : il tente d'ingérer ~elui qui s'offre à lui. Par n' importe quel moyen, afin de se l'appropr ier, de le dominer (?), de dominer sa propre pe ur de l'adulte en tant qu ' aboutissement et maturation d'un individu. Il exprime fréquemment le désir d'une relation duelle, fusionnelle. Cela se traduit par un questionnement important, par le rejet de tout enfant qui approche de lui quand il est pris dans un échange. Il en. découle une forte sensibilité pour le corpus habi t uel d'un établissement scolaire : travail bien ou mal fait, notes, lois respectées ou enfreintes, sanctions. Jamais, en deux années, il ne refusera d'effectuer l ' une des nombreuses punitions que lui donneront les adultes. Ce qui lui est primordial, c'est qu'eaiste une reconnaissance et une relation quelle qu'en soit la nature: D'où, on aime bien Pierrot, même (et surtout) l orsqu'on le sanctionne. Le champ de tolérance est. plus large parce qu'inconsciemment, on sait que l'on ne peut pas avoir les mêmes exigences que pour un enfant banal. Dans les écrits offici els de l ' école : fiches de liaison, documents de synthèses, Pierrot est encouragé, critiqué positivement, les silences restant lourds de sous- entendus : le plus souvent, volonté de bien faire, de réussir irrégularité selon l'humeur ; désir d'apprendre ; beaucoup de volonté en français (plus qu ' en math ) ; quête importante; petit hérisson plein de piquants, mais finit par montrer le bout de son nez; besoin de se faire remarquer ; - son c~mportement dépend des spectateurs ; etc... 5.

16 Pierrot, de son côté, après avoir phagocyté, puis digéré les adultes, les classe en 2 catégories, selon le mode du plaisir immédiat : les bons, ceux qu'il aime (ceux qui l'aiment?) pour lesquels il se montrera positif le plus souvent possible les mauvais, ceux qu ' il rejette (qui le rejettent?) telle une matière fécale. Il leur dit parfois : " Je t ' emmerde ", "tu me fais chier"... Un tel manichéisme peut paraître surprenant ; pourtant, ce feeling correspond à une réalité de l'école - d'une part, des adultes qui laissent tout faire, ferment les yeux, acceptent tout ; - de l'autre, des adultes qui n'acceptent rien des mômes, répriment à tour de bras, au propre comme au figuré (avec quand même quelques "irréductibles" qui cherchent à, qui tentent de. ). Pierrot en a fait le tour en moins d'un trimestre. La caractéristique fondamentale de ses relations est le besoin de spectateurs. Il a besoin qu'on le regarde alros, il remue énormément, provoque, hurle, joue... I l veut être reconnu, alors il se mêle de tout : du travail, des conflits, des discussions entre adultes, entre enfants, entre adultes et enfants. Au fu r e t à mesure de sa présence en classe, il devient la personne-reçovrs.. Il est celui qui aide le plus, prête son matériel, cherche à comprendre les problèmes des copains dont il a une conscience aigüe: il joue au maître. Au Conseil (oct. 85, 5ème), nous avons voté une loi : "Chacun versera un franc par semaine à la coopérative". Yan a peu d'argent et l'utilise pour téléphoner chez lui car il souffre beaucoup de la séparation. Au Conseil suivant, puis 3.. plusieurs reprises, il ser a vivement critiqué parce qu ' il es i: en retard pour payer son dû. Pierrot le justicier viendra à sa rescousse : il payera à sa place alors qu'il s n'ont quasiment aucun contact, expliquera que c'est dur quand on n'a pas d'argent, et que "téléphoner à sa maman, c'est le plus important". Tout ce qui paraît être l'entité de Pierre n'est que brume évanescente ; si nous nous contentions du premier deg.ré, du premier cri, il apparaît comme volontariste.. ou totalement primaire.. Alors, faisons appel aux psys! Sa première prise en charge avait été un échec ; celle qu'il entreprendra au mi lieu de son année de 6ème sera du même acabit. Il ne se rend pas à ses rendez-vous sous pr é texte qu'on ne veut pas l'y conduire (c'est à. un quart d'heure de l'école, en marchant sans se presser ), qu ' il pleut il profite de ses sorties pour aller ~ faire" les magasins. Il a nnonce au psychologue qu'il préfèr e rester en classe parce que c'est l e moment où l'on élabore le plan de travail de la semaine ( l'année suivante, l'alibi sera le Conseil, puis la recherche par le groupe). Il fait act e de présence: départ au débu:t de l a récréation et retour... avant que nous ne soyons rentrés

17 - 2 - Comme mes relations a vec le psychologue sont mauvaises, celui- ci affirmant que Pierrot prend sa thérapie au sérieux, vient régulièrement à ses rendez-vous contre toutes constat ations objectives, je n' insiste pas trop pour que le traite- ment se poursuive. Pourtant!.. Pourtant, j'ai la certitude que rien n'est à prendre au pied de la lettre chez Pierrot. La classe, la cabane, les lieux de parole, la fermeté, tout cela me le prouve et me l'apprend. La volonté de Pierrot, c'est la volonté de vouloir. C'est la volonté d'être, d'avoir la capacité à trouver puis à assumer SON identité, pas du tout celle qu'on veut lui coller à la peau. Le premier degré est bien loin. Tout paraît trop clair dans ses refus et sa violence primaire ; c'est encore ce c;ui, à la date où j'écris ce texte ( Fév. 87 ), conduit les adultes qui ont Pierre en charge, à expr.imer leur rejet : "Il n'a rien à faire dans cette éc~le" "Il faut le réorienter". Pourtant, j'ai partagé le chemineme"t de Pierrot pendant deux ans. Et j'ai la certitude de n'être jamais resté neutre, de l'avoir cha ngé. Mes choix pédagogiques, les c hoix humains que j'ai conduits pour lui, l'ont profo"démcnt modifié et aidé. C'.est pour cette raisor, que je.tente aujourd'hui d'ob~ jectiver cette relation pu.issamment interrogatric.e. 7. QUE DIS-TU, QUE VEUX-TU, QUE CONSTRUIS-TU DANS LA CLA.SSE, PIERROT? Une école, une classe sont, en théol'ie, de~ lieux où l'on enseigne et où l'on s'instruit. Pour moi, c.e n'est pas suffisant, la formule étant tl"op réductrice. La clas~e se doit d'être d'abord un lieu où l'on VIT ; il est impossible de travailler efficacement aj.j sens scolaire du ter me, si - c hacun ne poss ède pas sa place, sa fonction, si c hacun n'a pas un rôle à jouer, une tâche à assume,., si auc une loi n'existe, si la parole est niée. C'est e~col"e le plus crucial pour des mômes "abîmés" comme Pi erre. Avant qu ' il lui soit possible de construire, il a, à pri ori, l e besoi" de SE CONSTRUIRE. Il en découle que l'aspect scolaire passe au.second plan pour Pierrot ; le problème est ailleurs, trop prégnant, situ dans le cadre de l'ontogénèse. L'évoluti6n de?ierr e dans la classe peut, dan; une démarche he uristique, se décrire selon 4 aspects Pierrot dan~ l'arêne, Pierrot, la loi-, l.e..:rncm±,re-,.. Pierrot et l' espace, les mots de.pierrot.. Pierrot dans l'arêne Inutile de reprendre tout le cheminement déjà évoqué. La classe n' est pas ce lieu vierge dont d'aucuns rêvp.nt. L'Imagi~aire y tient une place capitale ; pour Pierrot, c'est évident : pour venir à l' EREA, dans un internat, il est arraché à la fragile celiule familiale qu'il essaie de préserver oniriquement ; ce pèl"e abs ent ; cette mère

18 am bivalente qui le gronde pour la forme mais le soutient. Il faut capturer le fauve Pierre pour l'amener au centre de dressage! Alors, dès que l es liens sont desserrés, il rugit, hurle : premier jour, crise, Fabrice. Il a besoin de se situer dans cette nouvelle jungle et c'est una brisure car il est seul sans l'aide maternelle habituelle, avec pour unique secours la violence. La première histoire qu ' il nous raconte, c'est un rêve : Pierrot est un Chevalier qui chevauche de pays en pays sur un dragon ; celui- ci crache du feu sur les portes de prisons d 'où s 'échappent des petits enfants. J'utilise des mots d'adultes, ceux de Pierrot étaient colorés et limpides. Inutile d'avoir fait une thèse d 'onirologie pour comprendre. 2. Pierrot, la loi, le maître : C'est la deuxième phase : structuration sociale. Il a très vite saisi le fonctionnement du groupe ; il sait que je suis à l'écoute, que j ' entends mais que j e me refuse à décider unilatéralement ce qui concerne toute la classe. Il existe un outil pour cela : le Conseil. Intuitivement, empiriquement, Pierre l'utilise dès qu'il en a besoin pour les critiques : insultes, non- respect d'une loi, etc... - pour ses désirs : sa place, conflit avec Patrice, etc... Mais, ce n' est pas suff isant, car dès qu 'il se retrouve seul, il est en détresse et son recours c'est :noi. Je suis l'intermédiaire, le médiateur entre lui et lui : maître tantôt réel, tantôt imaginaire, substitut du père tant réel _qu' imaginaire, de la mère, du médecin. Dan s la classe, il a trouvé une oreille et un oeil en plus d'une place. Tout cela, il cherche à se l'approprier de manière définitive: le lundi matin, n:ius rédigeons nos plans de travail individuel pour la semaine. Au début, tous ont besoin d'une aide personnalisée, de la présence matérielle e t sécurisante du maî tre. Puis, c hacun gagne peu à peu en autonomie. ~ierrot a des rendez- vous avec son psychologue pendant cette période ; lors de son retour, pour l'aider à reprendre place dans le groupe (ce qui est toujours difficile po~r les enfants revenant de psychothérapie), je participe à l'élaboration de son plan de travail. Vient alors son refus des séances de thérapie pour cette r aison : " On fait le plan de travail". Mais en réa li té, se subeti tue à son rendez- vous, un moment où il m'intègre à l'él"a.boration de son plan de travail. Peut- être cette thérapeutique pédagogique est- elle plus efficace? Jusqu'au terme des deux années, il vo udra que je deme ure avec lui pour cette séquence, bien que durant les deux derniers trimestres, mon rôle se borne à une présence passi ve. s'il se blesse durant une récréation, il me le montre avant de se rendre à l'infirmerie. lorsque je sors de la classe, il m'annonce qu'il est responsable du groupe, bien que la loi, connue de tous, soit que chacun est responsable de lui- même. si je n'ai pas le temos d'aider un élève, Pierre se pro-

19 pose ; durant l'année de 5ème, il ira spontanément aider ses camarades, même s'ils n'expriment aucune demande. Il cherche à jouer avec l 'adulte ; comme je réponds souvent aux enfants dans ce domaine, Pierrot en bénéfic~e : je serai son cheval, son adversaire à l a boxe mimée, son co.npagnon dans la capture d'un camarade, son papa ou sa maman qui lui donne la fessée, etc... ::>ans la classe, il a t r ès vite compris que le jeu n'était pas possibl.e, mais il cherche systématiquement la lutte. CAMUS crivait : ''La lutte elle- même vers les sommets suffit à remplir un coeur d'homme ; il faut imaginer Sisyphe heureux". Pierrot, dans le combat qu'il.nène contre ses démons, à la recherche d'un modèle, se mue aisément en un Si syphe au coeur trop plein. Souvent, Pierre refuse à priori de remplir le contrat ijour lequel il s'est engagé : "Je ferai pas ma pozsie" ; "J'en ai rien à foutre de mon thème, à la place, je dessine". Dans cette situation, j'essaie d'être ferme : "Tu t'es engagé, tu dois aller jusqu'au bout". Parfois, il gagne parce qu'il ruse, qu'il profite de mon inattention ; mais je cède le moins possible tout en ne coupant pas la relation avec lui, ce qui reste primordial.!)ans son plan, il a prévu de participer à une activité de poésie en petite équipe. Il n'en a pas envie, veut autre chose. Je lui rappelle son engagement et lui précise : "'Non, tu ne peux pas te mettre à un autre travail avant d'avoir achevé la poésie". Cela d ure parfois deux heures, pendant lesquelles il demeure en c hômage technique, mais je ne cède pas ; cela demande une grande vigilance, une importante disponibilité à son égard, mais offre des résultats probants. Le travail de Pierre devient plus régulier ; l'enfant y prend du plaisir (notes de fin de 6ème). Si j'extrapole, je suis obligé d'affirmer que céder devant ce "chantage", c'est non seulement une erreur, mais une faute. Principalement, c'est une erreur au sens où Pi errot pourra acquérir un champ de pseudo-liberté, où il en profitera pour être inactif. Mais, c'est surtout une faute, parce que, dans le sens moral d'une construction sociale, il y a trahison : Pierre a signé un contrat en relation avec le Maître (moi), intermédiaire dont la fonct i on est de faire respecter le contrat. Si je cède, c'est moi qui ne respecte pas ma fonction et empêche donc Pierrot de se construire. Plus facile à énoncer qu'à mettre en oeuvre! 3. Pierrot et l 'espace : Tout au long de cette réflexion, la notion de lieu est pl"ésente : Pierrot dans et hors de la classe, Pierrot coll é au bureau, etc... Sur le plan th~orique, les recherches en ethnologie, en anthropologie, en sociologie, nous ont instruits de la primauté du rôle du lieu tant dans les rites initiatiques que dans la socialisation. Dans la classe, l'outil aidant, ce furent les cabanes ; pendant l'année de 6ème, nous en avions deux: une pour les insultes, l'autre pour le repos. Puis, en 5~me, une seule : une maisonrepos (notez au passage le te:--me quasi-médical). J e ne reprendrai pas la génèse des cabanes (cf. CHANTIERS du juin

20 Commission Enseignement Spécialisé de l'icem : ou l' Educateur n 3-986/87 - articles collectifs). Pourtant, si l'on me demandait : - "Qu'est-ce qui, dans ta pédagogie, a été le plus bénéfique pour Pierre?" Je répondrais sans l'ombre d'une hésitation - "La maison- repos! ". Pour toute la classe, la cabane, c'est un "must".?our Pierrot, c'est une véritable potion magique! Il en est l'utilisateur le plus régulier : là, il peut sans angoisse être Pierre. Cette maison est aux enfants : je n ' y entre que ' lorsque j'y suis invité. Les mômes ne l'occupent qu'à deux au maximum, le premier invitant le second. Pierrot s'y rend seul s'il est malade, fatigué, au sortir d'une crise, en un mot : MAL. Si un conflit éclate hors de la classe (internat, cour, autre classe, réfectoire), fréquemment, il demande à aller se réfugier, se régénérer dans la maison. Il dort, lit, écoute de la musiqug, dessine (toujours le même tableau): il en ressort généralement épanoui, calme. En éveil, lorsqu'il s'y rend, ce n'est jamais seul il invite toujours un compagnon. On pourrait supposer qu'il choisirait uniquement ses copains, ou un adversaire pour semer le trouble. Jamais! Il invite n'importe qui, respecte complètement le l i eu comme s'il était magique, se montre très productif, toujours actif. C'est ainsi que lui et Régis ont commencé à t ravailler ensemble alors qu'ils se détestaient au point de se détr ui re leurs a f faires respectives. Leur premier travail fut l'appropriation d'un poème de Robert DESNOS " La fourmi", t r ansformé en duo de mimes, puis en mime en duo. Dans la cabane, Pierrot invite celui qu'il veut aider : Yan, Régis, Kame l, ou celui qu'il vient de déranger, d'agresser comme pour se faire pardonne r. Quelques éclairages sociologiques et analytiques donneraient certainement des indications i ntéressantes quant à l'apport de la cabane au niveau de l'inconscient de Pierrot. Ce n est pas mon propos ; mais je cède brièvement à cette tentation afin de préciser son " grandissement". Reprendre la th~o r ie de la double Imago serait utile car une extrapolation est réalisable au niveau spatial. La cabane est à l'intérieur de la classe : impossible de voir ce qui s ' y déroule sans entrer par la petite porte qu'on ne peut franchir qu 'à 4 pattes (à noter qu'en 5ème, la porte permettait quasiment de pénétrer dans la maison sans se baisser... ). De l'intérieur, grâce au mur de toile légèrement perméable à la lumière, on peut percevoir visuellement et audi tivement la vie de la classe. La cabane est, dans ce sens, une forme de lieu matrici el intra- utérin. Pour Pierrot, c est un lieu Bon, qui se situe dans une classe qui, elle, est Mauvaise dans son Imaginaire. Or, la cabane est également la classe : elle symbolise à la fois le BON: désir de fusion avec la Mère, et le MAUVAIS. La possibilité pour Pierre qui était au stade du Moi tout-puissant de passer du lieu BON pour lui (la cabane) au lieu MAUVAIS qui n ' est pas si mauvais puisqu'il abri te le lieu Bon (la classe qui abrite la cabane), SANS CRISE, naturellement, montre un grand pas en avant dans sa structuration psychologique.

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE La rentrée des classes est faite, elle s'est bien déroulée et chaque matin les Mamans viennent confier leurs enfants à la Maîtresse pour les reprendre le soir. Chaque

Plus en détail

2. En quoi le marché des connaissances sert-il aux apprentissages des élèves?

2. En quoi le marché des connaissances sert-il aux apprentissages des élèves? 1. Qu'est-ce qu'un marché des connaissances? Un marché des connaissances, c'est un moment organisé et structuré pour permettre à une partie des enfants que nous appelons " marchands " de partager avec

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ECOLE DU SACRE CŒUR

REGLEMENT INTERIEUR ECOLE DU SACRE CŒUR ECOLE DU SACRE CŒUR 2 rue de Salins 77130 Forges Tél : 06 01 76 96 40 / 01.64.70.54.63 Email : ecoledusacrecoeur77@gmail.com Site internet : www.ecole-sacre-coeur.com REGLEMENT INTERIEUR ANNEE SCOLAIRE

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

OTTO entend tout ou presque. Par Linda Hutsell-Manning

OTTO entend tout ou presque. Par Linda Hutsell-Manning OTTO entend tout ou presque Par Linda Hutsell-Manning A propos de l auteur : Linda Hutsell-Manning est l auteur de ce livre d image, de jeux et séries de voyages dans le temps. www.lindahutsellmanning.ca

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

"Couples séparés mais toujours parents"

Couples séparés mais toujours parents "Couples séparés mais toujours parents" Compte rendu Rencontre à thème Le 31 Janvier 2012 Matin Intervenante : Katell Jouffe, psychologue à l'hôpital de jour pour enfants autistes et psychotiques et médiatrice

Plus en détail

Déroulement de l activité

Déroulement de l activité Enseignement des habiletés sociales au primaire Groupe 4 : Solutions de rechange à l agression Habileté 42 : Accepter des conséquences Chantal Thivierge Fiche de planification Habileté sociale : ACCEPTER

Plus en détail

Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte. Paroles et gestes au quotidien

Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte. Paroles et gestes au quotidien Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte Paroles et gestes au quotidien Intervenante : Marilyne TEXIER : Educatrice de jeune enfant. Formatrice à L Ecole des Parents 74 + Médiatrice familiale.

Plus en détail

CONSTRUIRE UN PROJET PEDAGOGIQUE POUR LES JEUX D OPPOSITION

CONSTRUIRE UN PROJET PEDAGOGIQUE POUR LES JEUX D OPPOSITION CONSTRUIRE UN PROJET PEDAGOGIQUE POUR LES JEUX D OPPOSITION Eléments à prendre en compte : 1. Le projet pédagogique doit être construit à partir des programmes de l école primaire et des compétences à

Plus en détail

AIDER L ENFANT À APPRENDRE À PARLER AVEC DES JEUX DE SOCIÉTÉ

AIDER L ENFANT À APPRENDRE À PARLER AVEC DES JEUX DE SOCIÉTÉ ASsociation de FOrmation et de REcherche sur le Langage AIDER L ENFANT À APPRENDRE À PARLER AVEC DES JEUX DE SOCIÉTÉ Apprendre à parler L objectif est d aider les enfants de 4 à 6 ans à mieux maîtriser

Plus en détail

ENSEMBLE SCOLAIRE PRIVE CATHOLIQUE LA MISERICORDE. 11, Rue des Récollets 57000 METZ 03 87 75 45 76 Site Internet : www.misericorde.

ENSEMBLE SCOLAIRE PRIVE CATHOLIQUE LA MISERICORDE. 11, Rue des Récollets 57000 METZ 03 87 75 45 76 Site Internet : www.misericorde. ENSEMBLE SCOLAIRE PRIVE CATHOLIQUE LA MISERICORDE 11, Rue des Récollets 57000 METZ 03 87 75 45 76 Site Internet : www.misericorde.info REGLEMENT INTERIEUR Ecole Primaire ANNEE SCOLAIRE 2009-2010 1 REGLEMENT

Plus en détail

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m.

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m. CHAOS Pièce en 14 tableaux de m. 1995 1 TABLEAU 1 L'UNE : Je t'aime. L'AUTRE : Chut... As-tu entendu ce bruit-là? L'UNE : Quel bruit? L'AUTRE : Le même bruit et pratiquement à la même heure. Le bruit de

Plus en détail

Qu'est-ce qu'on gagne?

Qu'est-ce qu'on gagne? Qu'est-ce qu'on gagne? Un couple au train de vie aisé rencontre un homme travailleur précaire et une femme plombier qui vie en marge et travaille seulement quand elle a besoin d'un peu d'argent. Durée

Plus en détail

Ecrire le règlement de la classe, de l école

Ecrire le règlement de la classe, de l école Ecrire le règlement de la classe, de l école Objectifs : - prendre part à l élaboration collective des règles de vie de la classe et de l école. - participer activement à la vie de la classe et de l école

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir VICTIME D ANOREXIE, Alors que le nombre de personnes souffrant d obésité ne cesse de croître dans la société nord-américaine, certaines personnes sont atteintes d un trouble alimentaire qui se situe à

Plus en détail

01_INTRODUCTION_SE DÉPLACER SEUL EN TOUTE SÉCURITÉ

01_INTRODUCTION_SE DÉPLACER SEUL EN TOUTE SÉCURITÉ 01_INTRODUCTION_SE DÉPLACER SEUL EN TOUTE SÉCURITÉ CE QUE L'ENFANT DOIT COMPRENDRE La rue peut être un lieu dangereux. L enfant doit connaître les risques liés à sa petite taille pour agir en conséquence.

Plus en détail

Tu as des droits.. Document original d Annie Simard TES

Tu as des droits.. Document original d Annie Simard TES Pourquoi dire non? Savoir dire non est indispensable pour me protéger, poser mes limites face aux autres et éviter de me laisser envahir par des demandes abusives. Quand les autres envahissent mon territoire

Plus en détail

LE SOMMEIL ET LES TROUBLES DU SOMMEIL Conférence de 2005

LE SOMMEIL ET LES TROUBLES DU SOMMEIL Conférence de 2005 LE SOMMEIL ET LES TROUBLES DU SOMMEIL Conférence de 2005 LE SOMMEIL DE 3 A 6 MOIS Bébé va apprendre à dormir des nuits complètes de 8-9 heures. Il s endort en sommeil lent et diminue le pourcentage de

Plus en détail

Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant

Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant 1 - Découverte : Le verbe au participe passé Rappel : le verbe au participe présent, c est : Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant C est grâce au participé présent

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

Présentation au CONGRES MONDIAL de PSYCHIATRIE de l atelier théâtre de l ARAPS : «LES PLANCHES à PINS» (La Villette, PARIS, mai 2000)

Présentation au CONGRES MONDIAL de PSYCHIATRIE de l atelier théâtre de l ARAPS : «LES PLANCHES à PINS» (La Villette, PARIS, mai 2000) Présentation au CONGRES MONDIAL de PSYCHIATRIE de l atelier théâtre de l ARAPS : «LES PLANCHES à PINS» (La Villette, PARIS, mai 2000) Depuis Septembre 1997, un groupe composé de patients et de soignants

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Evaluation du Stage MathC2+ - Vendredi 15 mai 2015

Evaluation du Stage MathC2+ - Vendredi 15 mai 2015 Evaluation du Stage MathC2+ - Vendredi 15 mai 2015 17 élèves sur 28 (dont 8 filles et 20 garçons) au total ont répondu au questionnaire à la fin du stage MathC2+ dont : - 2 élèves en 2 nde - 22 élèves

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15. Projet personnel personnalisé. Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation.

Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15. Projet personnel personnalisé. Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation. Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15 Projet personnel personnalisé Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation. Introduction : Dans le cadre du projet personnel, notre groupe s'est intéressé

Plus en détail

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel Le don de l inconnu Par Chantal Pinel Chapitre 1 La décision Ça fait quelque temps que je pense à être agent pour le gouvernement, mais j hésite, je réfléchis depuis six mois. J ai 21ans et il faut que

Plus en détail

Elaborer des règles principes généraux

Elaborer des règles principes généraux Elaborer des règles principes généraux ELABORER DES REGLES Elaborer des règles de vie, permettre aux élèves de leur donner du sens, les rendre lisibles par tous, les faire respecter et envisager des sanctions

Plus en détail

Cours de langue. Avant l ENSGSI. Pas motivant. Professeur. Ennuyant. Long. Trop scolaire. «Dégout» Tableau noir. Pas ludique.

Cours de langue. Avant l ENSGSI. Pas motivant. Professeur. Ennuyant. Long. Trop scolaire. «Dégout» Tableau noir. Pas ludique. Avant l ENSGSI Pas motivant Grammaire Liste de vocabulaire Professeur Trop scolaire Cours de langue Ennuyant Long Tableau noir «Dégout» Examens Pas ludique Souvent inintéressant 2AP et 1AI à l ENSGSI Plaisirs

Plus en détail

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE F3D24 REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE 1. Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et, si oui, à quelles conditions? Dans une école privée sous contrat avec

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

CRPE sujet 0 «agir en fonctionnaire de l Etat» Thème : sortie scolaire

CRPE sujet 0 «agir en fonctionnaire de l Etat» Thème : sortie scolaire CRPE sujet 0 «agir en fonctionnaire de l Etat» Thème : sortie scolaire Référence : Arrêté du 19/12/2006 «Le professeur connaît : - les valeurs de la République les grands principes du droit de la fonction

Plus en détail

Règlement intérieur de l école Ste Anne Année 2015/2016

Règlement intérieur de l école Ste Anne Année 2015/2016 Règlement intérieur de l école Ste Anne Année 2015/2016 Ces règles en vigueur à l école Ste Anne ont été établies dans l intérêt des élèves. Leur respect participera au bien-être et à la sécurité de chacun.

Plus en détail

Tableau des présences (1 ère étape)

Tableau des présences (1 ère étape) Langage Tableau des présences (1 ère étape) Objectifs Prendre conscience de son appartenance au groupe classe Compter dénombrer Utiliser et lire un tableau Matériel Classe rassemblée devant le panneau

Plus en détail

Le marteau et l enclume

Le marteau et l enclume Sophie Ricoul Le marteau et l enclume Chroniques d une accidentée de la route 2 2 Les aires d accueils pour les gens du voyage ou Le marteau et l enclume Gérer des aires d accueils pour les gens du voyage

Plus en détail

Module Dieu demeure en nous Etape 1 Niveau : «Eveil à la foi et CE1» 1 ère séance (5 septembre 2015)

Module Dieu demeure en nous Etape 1 Niveau : «Eveil à la foi et CE1» 1 ère séance (5 septembre 2015) Module Dieu demeure en nous Etape 1 Niveau : «Eveil à la foi et CE1» 1 ère séance (5 septembre 2015) Enjeu: Tout homme a une vie intérieure. Tout homme a une vie intérieure sans en avoir forcément conscience.

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

EVALUATION DU STAGE MATHC2+ - OCTOBRE 2014

EVALUATION DU STAGE MATHC2+ - OCTOBRE 2014 EVALUATION DU STAGE MATHC2+ - OCTOBRE 2014 16 élèves (sur 27 au total) ont répondu au questionnaire à la fin du stage mathc2+. Voici quelques éléments qui sont ressortis de ce questionnaire (j ai laissé

Plus en détail

N 1 1 er trimestre 2011

N 1 1 er trimestre 2011 SUPPORT DU DÉBAT L article du débat «En 2013, ton emploi du temps risque de changer!» En 2013, ta semaine d école passera peut-être de quatre jours à quatre jours et demi, et tes vacances d été seront

Plus en détail

Didactique professionnelle et formation initiale d enseignants : tensions et richesses

Didactique professionnelle et formation initiale d enseignants : tensions et richesses Didactique professionnelle et formation initiale d enseignants : tensions et richesses Jacqueline Beckers PERF (Professionnalisation en Éducation : Recherche et Formation) Université de Liège 2 champs

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

Projet pédagogique. Accueil innovant. Initiative innovante en matière d accueil des jeunes enfants dans les territoires de la ville.

Projet pédagogique. Accueil innovant. Initiative innovante en matière d accueil des jeunes enfants dans les territoires de la ville. Projet pédagogique Accueil innovant Initiative innovante en matière d accueil des jeunes enfants dans les territoires de la ville. GP IntenCité Centre Social et Culturel du Grand Parc - Place de L Europe

Plus en détail

Pour faire le portrait

Pour faire le portrait Fiche élève 1 CE 1 / CE 2 Pour faire le portrait 1. Écris un texte court pour décrire les trois personnages suivants. Pour chacun des trois personnages (Mémé, l architecte, le réalisateur italien), on

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

De la pertinence du f(l)ou

De la pertinence du f(l)ou DOSSIER De la pertinence du f(l)ou, assistante sociale au planning familial «Collectif contraception de Seraing». santé mentale, organisation des soins, travail social, proximité, accès aux soins. Une

Plus en détail

ACQUISITIONS DES NOTIONS GRAMMATICALES 1 - Principes dont il faudra tenir compte A. Acquisition de notions grammaticales.

ACQUISITIONS DES NOTIONS GRAMMATICALES 1 - Principes dont il faudra tenir compte A. Acquisition de notions grammaticales. ACQUISITIONS DES NOTIONS GRAMMATICALES 1 - Principes dont il faudra tenir compte A. Acquisition de notions grammaticales. Un concept s acquiert à partir d exemples, de contre-exemples dont on dégage des

Plus en détail

LA SANCTION. D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008.

LA SANCTION. D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008. LA SANCTION D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008. Comment se règle la question du rapport à la loi et de la

Plus en détail

13 Ne confonds pas avec : Hier, j ai mangé au restaurant. 16 Ce livre, je l ai lu l été dernier. Un ou

13 Ne confonds pas avec : Hier, j ai mangé au restaurant. 16 Ce livre, je l ai lu l été dernier. Un ou Un ou 1 le, un, mon, ton, son, ce chien méchant aboie la, une, ma, ta, sa, cette chienne méchante aboie plusieurs 2 les, des, mes, tes, ses, ces chiens méchants aboient quelques, beaucoup de chiennes méchantes

Plus en détail

SYSTÈME D ENCADREMENT DES ÉLÈVES

SYSTÈME D ENCADREMENT DES ÉLÈVES SYSTÈME D ENCADREMENT DES ÉLÈVES OBJECTIFS : Développer des comportements de non-violence et de respect. Amener l élève à développer des habiletés dans la résolution de ses conflits interpersonnels. Assurer

Plus en détail

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis Munich, le 27 octobre 2005 Bonjour les amis Ces trois derniers mois, il y a eu parait-il, l été. Pourtant, avec toute cette pluie et tout ce froid, ça m a laissée un peut perplexe : le 18 août : «maman,

Plus en détail

L'acquisition de la propreté

L'acquisition de la propreté L'acquisition de la propreté La maîtrise des sphincters ou apprentissage de la propreté chez l enfant C est une étape majeure du développement corporel et social des jeunes enfants. Cette acquisition au

Plus en détail

Chapitre 15. La vie au camp

Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp 227 1. Intensité de la vie du camp 230 2. Loin de la maison 230 A. Sentiment de sécurité 230 B. Les coups de cafard de l enfant 231 227 Un camp,

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

Le développement du langage oral chez l enfant

Le développement du langage oral chez l enfant Le développement du langage oral chez l enfant Par Alessandra Biner, Anne Dauvin, Isabelle Pulfer, Logopédistes Cette conférence a été donnée dans le cadre de soirées de parents du secteur de la petite

Plus en détail

CLUB D EDUCATION CANINE DE THONON LES BAINS

CLUB D EDUCATION CANINE DE THONON LES BAINS CLUB D EDUCATION CANINE DE THONON LES BAINS ECOLE DU CHIOT Conscient que l'éducation d'un chien commence dès son acquisition, le club depuis quelques années a opté pour des cours adaptés aux chiots. Plus

Plus en détail

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas?

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas? Première scène Il est assis sur le bord du lit. En boxer-short et en tee-shirt. Il fait visiblement de grands efforts pour se réveiller. Elle est dans la cuisine. On ne la voit pas encore. Quel temps fait-il?

Plus en détail

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET)

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET) ELMO DES ENFANTS... EN PARLENT Nous incitons de mille manières nos enfants à lire. Nous tentons de nous montrer psychologues en tenant compte de leurs manières de choisir, de leur goût, des aides dont

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

IFSI Charles Foix UE 4.2 Isabelle Ménard

IFSI Charles Foix UE 4.2 Isabelle Ménard IFSI Charles Foix UE 4.2 Isabelle Ménard Un médiateur est habituellement une personne physique qui intervient pour faciliter une communication, une relation, le transfert d'un savoir ou d'une connaissance.

Plus en détail

La photo numérique à l'école maternelle

La photo numérique à l'école maternelle La photo numérique à l'école maternelle Plan de la matinée - 1ère partie Quelle place dans les programmes? L'enfant utilisateur / La photo numérique comme outil de travail Retour sur vos expériences -

Plus en détail

Anglais en Lycée Professionnel

Anglais en Lycée Professionnel Anglais en Lycée Professionnel Recommandations pratiques 1. Conception et préparation de la séance/séquence 1 Conception et préparation de la séquence : (voir fiche maquette de séquence) Définir la tâche

Plus en détail

PROJET PETITE ENFANCE 2012 PROJET PEDAGOGIQUE ACM MATERNEL

PROJET PETITE ENFANCE 2012 PROJET PEDAGOGIQUE ACM MATERNEL PROJET PEDAGOGIQUE ACM MATERNEL L éveil des sens chez les petits ANNEE 2012 1 1. PREAMBULE 1.1 Historique 1.2 Finalité du projet 2. INTENTIONS EDUCATIVES 2.1 Objectifs pédagogiques 3. MODE D ORGANISATION

Plus en détail

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas La compréhension en lecture, SILVA Fanny Compréhension 29 Lecture pas à pas 1. Description de l expérience : Suite aux deux hypothèses à vérifier énoncées dans notre préambule, j ai proposé d organiser

Plus en détail

MON ENFANT ENTRE EN 6 EME : QU EST-CE QUI VA CHANGER? De nouveaux interlocuteurs : Chef d établissement :

MON ENFANT ENTRE EN 6 EME : QU EST-CE QUI VA CHANGER? De nouveaux interlocuteurs : Chef d établissement : MON ENFANT ENTRE EN 6 EME : QU EST-CE QUI VA CHANGER? De nouveaux interlocuteurs : PERSONNEL Chef d établissement : Le Principal Chef d établissement- adjoint ROLE Responsable du collège, il prend les

Plus en détail

PARLER DE L INFLUENCE DE LA PUBLICITÉ

PARLER DE L INFLUENCE DE LA PUBLICITÉ Activités éducatives pour les 10 à 11 ans PARLER DE L INFLUENCE DE LA PUBLICITÉ HABILETÉS FINANCIÈRES ANALYSER LES PUBLICITÉS DIFFÉRENCIER LES BESOINS DES DÉSIRS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ La publicité est

Plus en détail

Bilan de stage à Montréal!

Bilan de stage à Montréal! Bilan de stage à Montréal! J'ai commencé mon deuxième stage au Centre de Réadaptation en Déficiences Intellectuelles et en Troubles Envahissants du Développement (CRDITED) de Montréal pour une durée de

Plus en détail

Dis, maman, c'est quand le printemps? C'est quand le soleil est grand et qu'il fait chaud tous les jours.

Dis, maman, c'est quand le printemps? C'est quand le soleil est grand et qu'il fait chaud tous les jours. Dis, maman Dis, maman, c'est quoi le printemps? Le printemps, mon enfant, c'est la saison des amours. Dis, maman, c'est quand le printemps? C'est quand le soleil est grand et qu'il fait chaud tous les

Plus en détail

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques Dépistage VIH Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE Quelques données épidémiologiques Selon l Institut de Veille Sanitaire (InVS) 1, en 2007 cinq millions de

Plus en détail

Le commissaire s approche du sac de sport contenant le

Le commissaire s approche du sac de sport contenant le CHAPITRE 1 Un million d euros dans un sac Le commissaire s approche du sac de sport contenant le million, et demande au garçon de décliner son identité. Jérôme Forestier. Jérôme Forestier Il y a un rapport

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

Règlement de fonctionnement de l accueil périscolaire

Règlement de fonctionnement de l accueil périscolaire Règlement de fonctionnement de l accueil périscolaire Préambule La Ville de Loudun organise un service d'accueil périscolaire le matin et le soir dans toutes les écoles publiques de Loudun. Le service

Plus en détail

Un texte réalisé par le Docteur Bruno BOUQUET

Un texte réalisé par le Docteur Bruno BOUQUET Un texte réalisé par le Docteur Bruno BOUQUET GUIDE DE BONNE PRATIQUE POUR LA PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT TABAGIQUE LE CONSEIL MINIMUM LES RÉPONSES DE L'EXPERT PLAN : LE CONSEIL MÉDICAL À L ARRÊT COMMENT

Plus en détail

6. Comment mieux apprendre? Quels sont les moyens qui peuvent t aider à mieux apprendre?

6. Comment mieux apprendre? Quels sont les moyens qui peuvent t aider à mieux apprendre? 6. Comment mieux apprendre? Quels sont les moyens qui peuvent t aider à mieux apprendre? Avoir une bonne méthode de travail nécessite plusieurs étapes qu il ne faut pas négliger : - D abord, pendant le

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

Navigation dans Windows

Navigation dans Windows Cours 03 Navigation dans Windows Comme je le disais en introduction, notre souris se révèle plus maligne qu'elle n'en a l'air. À tel point qu'il faut apprendre à la dompter (mais c'est très simple, ce

Plus en détail

ANNÉE SCOLAIRE 2013 2014 Code de conduite (permis de se conduire) Nom de l'élève : Groupe repère : Nom de l'enseignant :

ANNÉE SCOLAIRE 2013 2014 Code de conduite (permis de se conduire) Nom de l'élève : Groupe repère : Nom de l'enseignant : ANNÉE SCOLAIRE 2013 2014 Code de conduite (permis de se conduire) Nom de l'élève : Groupe repère : Nom de l'enseignant : Arrimage de notre plan de lutte pour contrer la violence et l intimidation à l école

Plus en détail

J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement.

J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement. J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement. On réfléchit, on a les mots dans sa tête, on les lit à l école

Plus en détail

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments).

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Bien que la seconde ait été chaotique, il est passé en première

Plus en détail

L emploi du temps à l école maternelle

L emploi du temps à l école maternelle Groupe école maternelle L emploi du temps à l école maternelle Groupe g Groupe école maternelle / commission gestion du temps / I.BURIGNAT, E.TRESALLET, V.DARGES, H.LELOUP, A.SEVESTRE 1 Groupe école maternelle

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon»

Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon» Séquence d apprentissage en petite section «l Ogre de Mouflette Papillon» Ecouter et comprendre un texte lu par l adulte Prendre des indices dans le texte pour entrer dans la compréhension de l'histoire

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

Suggestions d activités de développement spirituel

Suggestions d activités de développement spirituel Suggestions d activités de développement spirituel Le leadership : Suggestion de jeux avant d entamer la discussion : Le chef d orchestre : Un enfant sort de la salle ou on le couvre les yeux pendant un

Plus en détail

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent Le conditionnel présent EMPLOIS On emploie généralement le conditionnel présent pour exprimer: une supposition, une hypothèse, une possibilité, une probabilité ( certitude); Ça m'étonnerait! J'ai entendu

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

King Kong. La cuisine et le ménage. et des trucs comme des crocodiles. mes grands parents, A la maison, il y a maman qui fait le ménage

King Kong. La cuisine et le ménage. et des trucs comme des crocodiles. mes grands parents, A la maison, il y a maman qui fait le ménage La cuisine et le ménage King Kong A la maison, il y a maman qui fait le ménage et papa qui fait la cuisine. Chez mes grands parents, J ai un jeu vidéo qui s appelle King Kong. C est un gorille qui se bagarre

Plus en détail

10, rue Préfontaine Saint-Basile-le-Grand. Code de conduite (permis de se conduire) ANNÉE SCOLAIRE 2010 2011. Nom de l'élève : Groupe repère :

10, rue Préfontaine Saint-Basile-le-Grand. Code de conduite (permis de se conduire) ANNÉE SCOLAIRE 2010 2011. Nom de l'élève : Groupe repère : 10, rue Préfontaine Saint-Basile-le-Grand ANNÉE SCOLAIRE 2010 2011 Code de conduite (permis de se conduire) Nom de l'élève : Groupe repère : Nom de l'enseignant : Résolution des conflits Je me calme...

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Comment montrer de la rigueur lorsque l on débute dans l enseignement?

Comment montrer de la rigueur lorsque l on débute dans l enseignement? Comment montrer de la rigueur lorsque l on débute dans l enseignement? LE PREMIER JOUR accueillir les élèves à la porte, les saluer en anglais, se montrer souriant, faire attention au regard tenue vestimentaire

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Carte des Prestations et des Tarifs Consultations sur Rendez-Vous au cabinet (Miribel Les Echelles, Isère, 38)

Carte des Prestations et des Tarifs Consultations sur Rendez-Vous au cabinet (Miribel Les Echelles, Isère, 38) Carte des Prestations et des Tarifs Consultations sur Rendez-Vous au cabinet (Miribel Les Echelles, Isère, 38) Consultation complète : 60 euros La consultation Complète est une consultation de voyance

Plus en détail