Après 5 mois de grève, Normal Sup embauche en CDI 22 précaires!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Après 5 mois de grève, Normal Sup embauche en CDI 22 précaires!"

Transcription

1 le Travailleur Parisien MAI/JUIN 2011 Après 5 mois de grève, Normal Sup embauche en CDI 22 précaires! n 1174 Union Départementale CGT de Paris TP n

2 Agenda 21 juin Journée d action syndicale européenne Indignons-nous, insurgeons-nous en plusieurs langues! (voir édito) pas de pacte euro plus mais une europe de progrès 23 juin 1 er rassemblement national des salariés des missions locales Rendez-vous sur le Champs de Mars de 12h à 16h pour un déjeuner sur l herbe Changement de destinataire ou d adresse : Toute demande de changement d adresse devra être faite au Travailleur Parisien (administration) en précisant la nouvelle et l ancienne adresse. Le Travailleur Parisien : mensuel de l Union départementale CGT de Paris 85 rue Charlot Paris cedex 03, tél fax mél. Travailleur Parisien inscrit à la CPPAP sous le n 0213 S Prix de la publication : 1 euro Directeur de la parution Patrick Picard Responsables de la rédaction Alain Bernier et Bernadette Citot Comité de rédaction Alain Bernier, Bernadette Citot, Fatima Brahmi, Jean-François Benaben, Rémi Picaud, Agnès Riandière La Roche Photos : Bernadette Citot, Sébastien Parisse, Alain Bernier Mise en page : Laure Léneau Imprimerie Grenier Au sommaire de ce numéro Edito 3 ACTION à PARIS L Europe sociale solidaire : une urgence 4 Perte d autonomie 5 ENS : La victoire du pot de terre c/la dame de fer 7 Réforme du lycée technologique : danger su l industrie 10 Point sur la situation des Travailleurs sans-papiers grévistes 11 Soirée à la Bourse du Travail : «Féminin/Masculin» 13 DOSSIER Psychiatrie : faire avancer la civilisation 15 VIE SYNDICALE 16 e congrès de l Ugict-CGT 21 CULTURE La grève des sans papiers : une aventure inédite 23 IHS Un épisode de la Commune 24 DU vécu David/Joseph a fait plier Véo...liath TP n 1174

3 Les salariés européens en grève, le même jour et pourquoi pas! édito Le congrès de la Confédération européenne des syndicats (CES) s est tenu à Athènes du 16 au 19 mai A cette occasion plusieurs décisions ont été prises, notamment celle de lancer un appel à résister à l austérité et d exprimer nos exigences revendicatives dans le cadre d une journée d action européenne le 21 juin prochain. Cette journée pourra prendre des formes d actions différentes mais l objectif est d agir dans chaque entreprise et de montrer ainsi que l indignation s exprime sur les mêmes sujets quelle que soit l implantation géographique de l entreprise. En effet, il n y a pas un endroit en Europe qui n a pas subi les décisions des gouvernements des pays membres de l Union européenne qui ont prêté ou donné des centaines de milliards d euros aux banques pour éviter à certaines d entre elles de faire faillite du fait de leurs créances douteuses. Dopées ainsi par les fonds publics, donc sur le dos des contribuables, les banques ont affiché des profits importants en 2010 laissant les effets de «la crise» aux salariés, aux retraités et privés d emploi. Le pacte pour l euro proposé aux gouvernements européens par Sarkozy et Merkel n a pas pour objet de sortir de la crise des milliers de citoyennes et citoyens confrontés à la misère. Il s agit d aller encore plus loin dans les politiques de réduction de la part du salaire direct et du salaire différé versé pour la protection sociale et les caisses de retraite. Sarkozy et Merkel ont avancé l idée de constitutionnaliser la régression sociale dans toute l Europe! Ils visent à instaurer un régime d hyper austérité et à imposer des réformes structurelles visant à doper la flexisécurité, l allongement de l âge de la retraite, les privatisations La rupture avec cette logique est plus que jamais le développement de lutte interprofessionnelle tant au niveau national qu à l échelle de l Union européenne. Le 21 juin est au service de cette indignation de plus en plus forte et qui se traduit en plusieurs langues. Soyons donc à l offensive pour combattre ce pacte pour l euro qui augmentera la pauvreté et exigeons l augmentation des salaires et des pensions. CONSTITUTIONNALISER LA MISERE : ON N EN VEUX PAS!!!! ENSEMBLE, EN FRANCE ET EN EUROPE, IMPOSONS D AUTRES CHOIX. Patrick Picard TP n

4 action à paris L Europe sociale solidaire Une urgence En une crise financière de grande ampleur frappait les économies. Elle n était pas sans rappeler de par son importance et ses conséquences la crise de Qu en est-il aujourd hui? La crise financière est finie, peut-on lire dans les journaux. La croissance repart, le chômage, nous dit-on, diminue et. les banques ont renoué avec les profits. Certaines d entre elles ont doublé (voire sextuplé pour l une d elle) leurs profits qui atteignent plusieurs milliards d euros. De quoi avoir le vertige! Cette crise financière est donc bien terminée pour les banquiers seulement car pour les peuples l addition est lourde. La Grèce, l Irlande, et dernièrement le Portugal, en payent même le prix fort. Les plans d aides, mis en œuvre par la Commission européenne et le Fonds monétaire international qui sont des aides financières, sont lourds de conséquences pour les peuples concernés. Par exemple, en Grèce, en échange de ces aides, le gouvernement a baissé les salaires des fonctionnaires, les pensions de retraite de 7 points en moyenne, et l âge de la retraite est passé de 60 à 65 ans dans la fonction publique. Dans d autre pays, les gouvernements agitent le chiffon rouge et prennent les devants. Ainsi le gouvernement britannique a présenté un plan de réduction qui envisage de ramener le déficit public à 10% du PIB. La réaction des britanniques ne s est pas faite attendre. Fin mars, ce sont près de manifestants fin mars qui protestaient contre ces mesures qui menacent les emplois publics, l éducation, les soins et plus généralement l ensemble des services publics. Début avril, à l appel de la CES (Confédération européenne des syndicats), une grande manifestation européenne s est tenue à Budapest, à l occasion du Conseil des ministres des affaires économiques et financières. Près de manifestants, dont une délégation de la CGT, ont dénoncé les politiques conjointes des institutions européennes et des gouvernements nationaux visant à réduire les dépenses publiques, les services publics et les salaires. A ce propos, Jean-Claude Trichet, le président de la Banque centrale européenne, déclarait récemment qu augmenter les salaires «ce serait la dernière des bêtises à faire». Comment peut-on tenir une telle affirmation quand on sait que le PIB européen est en hausse de 6%? Cette question de l urgence des salaires était l un des sujets abordés par le congrès de la CES qui s est tenu, tout un symbole, à Athènes du 16 au 19 mai. Outre cette exigence, elle a demandé l abandon des politiques d austérité. Rappelons que de leur côté les ministres européens avaient accordé une aide de 80 milliards d euros au Portugal, aide assortie de mesures d économies et de coupes budgétaires. Malheureusement le machiavélisme de nos gouvernants n a pas de limite. Ainsi un projet de loi constitutionnelle «relatif à l équilibre des finances publiques» est actuellement examiné par le Parlement. Le préambule de ce projet en dit long : il s inscrit dans le cadre «du projet de directive européennes sur les cadres budgétaires nationaux, actuellement en cours de discussion, visant à renforcer le rôle de la programmation pluriannuelle des finances publiques et des règles budgétaires nationales». Ce projet de loi comporte trois séries de dispositions qui, si ce projet est adopté, auront des conséquences considérables sur la manière dont sont gérées nos finances publiques. Le Parlement voit ses prérogatives strictement encadrées Il serait fixé un montant maximal à ne pas dépasser pour les dépenses de l Etat et de la Sécurité sociale ; ce montant serait arrêté par des «lois cadres d équilibre des finances publiques» et, enfin la dernière disposition prévoit «d inscrire dans la Constitution, le principe d une transmission systématique à l Assemblée nationale et au Sénat des programmes de stabilité avant qu ils soient adressés à la Commission européenne dans le cadre du volet préventif du pacte de stabilité et de croissance». En d autres termes d une part, il deviendrait impossible pour le Parlement de prendre, en dehors des lois budgétaires, des mesures particulières en matière de financement de la Sécurité sociale, et plus grave encore, il place le budget de l Etat sous contrôle de la Commission européenne qui est une institution non élue avant même que ce budget soit voté par le Parlement. Et voilà comment on fige dans le marbre les mesures d austérité prises par les institutions européennes. Il devient donc urgent de marquer un coup d arrêt à ces politiques qui plongent les peuples européens dans la crise sociale, de relever les salaires et de construire une Europe sociale et solidaire. Alain Bernier 4 - TP n 1174

5 action à parisx Perte d autonomie Pour la création d un nouveau droit dans le cadre de l Assurance maladie Le débat sur la dépendance a été lancé par le président de la République et son Premier ministre. Une période de «consultations» est en cours jusqu à l été. Attention, il concerne les retraités mais aussi tous les salariés. A Paris, l Union syndicale des retraités CGT a organisé le 7 avril une demi-journée d étude : une soixantaine de retraités y ont participé ; le coup d envoi d une campagne en direction des parisiens pour faire connaître et débattre des propositions de la CGT. Le gouvernement et le patronat n abordent la question que pour les personnes âgées ; ils dramatisent la situation et mettent en avant la situation économique pour justifier de nouvelles ponctions sur les salariés et retraités, ainsi que pour introduire les assurances dans le dispositif de prise en charge de la perte d autonomie. La CGT pense que d autres choix sont possibles. Il n y a aucune fatalité biologique à perdre son autonomie lors de la vieillesse. Cela dépend de sa trajectoire de vie, des conditions de travail, de l habitat Par conséquent, cela dépend des luttes menées pour la santé au travail, contre les inégalités sociales, par exemple le risque de perte d autonomie sévère concerne 5,4 % des ouvriers, 2,2 % des cadres et professions intellectuelles, globalement seuls 9 % des 14 millions de retraités bénéficient de l Allocation perte d autonomie (APA) à domicile ou en établissement. L espérance de vie en bonne santé progresse plus vite que l espérance de vie ; 73 % des plus de 90 ans vivent à leur domicile. Les TP n

6 Xaction à paris périodes de perte d autonomie sévères sont beaucoup plus tardives. La perte d autonomie est directement liée à la santé ; selon la définition de l OMS, celle-ci n est pas seulement l absence de maladie mais «un complet état de bien être physique, mental et social». C est pourquoi la CGT propose la création d un nouveau droit à compensation de la perte d autonomie à tous les âges dans l assurance maladie. La prévention à tous les âges de la vie est essentielle pour que l être humain garde ses capacités d autonomie jusqu à la fin de sa vie. Aussi, elle doit être intégrée dans la politique nationale de santé dès l enfance, puis au travail, puis à la retraite. Un grand service public Afin de répondre effectivement aux besoins de la personne, l organisation de l aide à l autonomie doit coordonner le médical (les soins), le médico-social (les aides à domicile) et le social (de l hébergement). Aussi la CGT propose la création d un grand service public de l aide à l autonomie tant à domicile qu en établissement. La CGT récuse le terme «dépendance» qui stigmatise les personnes âgées et les présente comme un fardeau pour la société. Il n y a pas lieu de faire une distinction entre les situations de handicap (jusqu à 60 ans) et les «personnes dépendantes» de plus de 60 ans. Aussi la CGT propose la création d une prestation universelle de compensation à l autonomie, quel que soit l âge. Quant au financement, la CGT propose qu il relève de celui de la sécurité sociale en raison des principes et fondements de celle-ci : «faire face aux aléas de la vie, de la naissance à la fin de vie». Actuellement, les financements publics sont non pérennes, trop dispersés et laissent des restes à charge énormes aux personnes concernées et à leur famille (pour 1 d APA, les familles dépensent 2 ), tant à domicile qu en maison de retraite (à Paris, le coût mensuel en établissement d hébergement pour personnes âgées (EHPAD) dépasse les 3 000!). Contrairement aux discours du pouvoir, les besoins de financement sont très supportables (un peu plus de 1 point du PIB), il s agit bien, comme pour la santé ou les retraites, d un choix politique pour la société française. Il ne faut pas oublier que les retraités continuent à apporter leur contribution à la richesse nationale. La CGT est opposée à tout recours aux assurances privées ; actuellement environ 2 millions de personnes ont souscrit une assurance «dépendance» ; les compagnies perçoivent 403 millions de cotisations mais ne reversent que 127 millions de prestations! Les échanges ont porté sur le rôle que pourraient avoir les caisses primaires d assurance maladie, celui du secteur associatif à but non lucratif, les besoins d aide aux aidants familiaux, la formation des personnels (à domicile ou en maison de retraite), la CNSA (caisse nationale de solidarité à l autonomie créée après la canicule de 2003), l urgence de la construction d EHPAD publics avec des financements publics (comme pour l école, les hôpitaux, etc.). Alors, prenons, avant les congés d été, des initiatives d informations et de débats avec nos syndiqués, les salariés, les retraités ; des matériels existent pour faciliter ce travail. Pierrette Charensol Rolande Autissier 6 - TP n 1174

7 action à parisx La victoire du pot de terre contre la dame de fer On savait que le mouvement des retraites de l hiver dernier avait créé une mobilisation exceptionnelle. Ce que nous ignorions c est qu il avait été le déclencheur de nouvelles luttes. Lors de ce conflit, les étudiants de la FERC-Sup-CGT de Normal Sup découvrent l énorme décalage entre la renommée de leur école et les pratiques sociales moyenâgeuses de leur directrice, Monique Canto-Sperber, pratiques basées sur les bas salaires et la précarité du personnel de restauration et de ménage. Ils connaissaient l existence des précaires, mais pas à ce point. Au début de la bataille sur les retraites, les étudiants ne comprennent pas pourquoi ces femmes et ces hommes qui confectionnent chaque jour leur repas ne se mettent jamais en grève Alors les étudiants tentent de les convaincre d entrer dans la bataille. Ils ne voient pas les sourires en coin des agents de service, ni même leurs regards dérobés. Ce que les étudiants ignorent, c est que les neuf agents du restaurant sont tous des précaires, pour certains en CDD depuis 10 ans. Ici, institution noble rime avec précarité généralisé Dans le service de restauration de l ENS (Ecole normale supérieure), le «Pot» comme l appelle les étudiants, travaillent 21 salariés : 10 sont fonctionnaires, les 11 autres, contractuels. Les précaires sont pour la plupart «Africains» et seulement deux d entre eux «n ont pas la nationalité» (française), précise Maïa, l une des neuf précaires en grève. Alors que la loi Sapin réserve l utilisation des CDD dans la fonction publique uniquement aux «emplois saisonniers ou à temps partiels», Normal Sup n en fait qu à sa tête et les contractuels cumulent des contrats, sans aucune garantie de renouvellement. A noter, le chef des neuf employés du restaurant est fonctionnaire, lui. Il est connu pour être un véritable tyran envers les salariés du restaurant de Normal Sup. En plus des vexations quotidiennes, alternant, selon les salariés, «homophobie, racisme ou sexisme», il ne cesse de leur faire subir un «harcèlement moral permanent, allant jusqu à la violence physique». Les étudiants trouvent la situation insupportable. Les précaires démarrent un conflit dur. Les étudiants et les salariés de la section FERC-Sup-CGT décident d aider les salariés du restaurant en les épaulant dans leur combat. C est ainsi que les 9 salariés de la restauration se mettent en grève le 11 janvier 2011 pour obtenir la titularisation de tous les précaires, ainsi que le départ de leur chef de service. Très rapidement, deux femmes de ménage, également précaires, se joignent au mouvement de grève; ainsi qu un laborantin, par solidarité. Après plus d un mois de grève, la directrice de Normal Sup propose d embaucher tous les salariés ayant plus de six ans d ancienneté Les grévistes n applaudissent pas du tout Neuf d entre eux se seraient alors retrouvés au tapis. Alors ils poursuivent tous la grève, puisque seuls deux précaires remplissaient les conditions d éligibilité au CDI. Déjeuner au «Pot» Ils récupérèrent avec l aide des étudiants une salle pour confectionner les repas, et mettre en place un genre de cantine autogérée. A partir de ce bastion de grève, tout est organisé Tous les jours, étudiants et professeurs peuvent ainsi continuer à se restaurer avec des produits confectionnés le matin même par le personnel en grève aidé des étudiants. A noter qu avec le retour de la chaleur, TP n

8 Xaction à paris le sandwich est remplacé par une salade de saison. Les prix sont libres et les fonds collectés alimentent la caisse de grève. Grâce à ce fonds de lutte, l ensemble des grévistes ont été payés intégralement pendant la grève sans rien céder à leurs revendications. Le mouvement se développe. L occupation prend forme et s installe. Le 22 mars, date historique, s il fallait, les grévistes décident d occuper les salons de la directrice. Certains dorment même sur place. Mais, la directrice ne l entend pas de cette oreille et refuse toujours tout CDI. Les salons sont immédiatement occupés pendant plus de trois semaines A la suite desquelles, Monique Canto-Sperber se décide à faire venir huissiers et policiers pour expulser les grévistes et les étudiants. C est ainsi que 13 grévistes et étudiants sont restés plusieurs heures au commissariat. Ils rient encore de cet épisode. Madame la directrice un peu moins. A la suite de cette mésaventure, elle a fait. bâtir un mur pas un mur en bêton, haut de plusieurs mètres, mais un simple mur de planche qui coupe l escalier central en deux les grévistes ne s y trompent pas. Ils le taguent et le surnomment «le mur de la honte» La directrice «recalée» Monique Canto-Sperber n était plus à un scandale près. Déjà par le passé, elle avait rejeté la conférence avec Stéphane Hessel, à l initiative du Collectif Palestine ENS. La direction ayant refusé cette demande sans motiver sa décision, le collectif adressa une requête au Tribunal administratif qui a finalement reconnu que : «la directrice de l ENS, dans l exercice de ses fonctions, a porté une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de réunion qui constitue une liberté fondamentale». En conséquence, le tribunal a ordonné à Monique Canto-Sperber de «réexaminer la demande de salle». Externalisation au CROUS A Normal Sup, la situation devenait de plus en plus tendue particulièrement chez les chefs de service. Le 27 avril, ils adressent un courrier à «Madame la Directrice», pour lui faire part de leur inquiétude face à la situation, de la «série d actes illégaux» commis par les «acteurs du mouvement social». Ils mettent en avant les «conditions de travail fortement détériorées» et se plaignent d être confrontés à des «risques psychosociaux importants». Dans cette lettre, les chefs de service réclament l application de la loi par le biais du «règlement intérieur», mais pas du tout celle du droit du travail Pour tenter de mettre fin à la grève, sans rien céder sur l essentiel, la directrice a plus d une flèche à son arc. Elle va jusqu à proposer de faire embaucher les salariés du restaurant... par le CROUS. Dans ce cas, plus aucune garantie pour les grévistes de rester à Normale Sup, ils peuvent se retrouver affectés n importe où Après l épisode CROUS, la directrice tente l emploi à Normal Sup pour trois ans, mais en CDD. Là encore, elle fait face au refus des grévistes qui en ont assez de subir la précarité Chaque contrat renouvelé amène avec lui son flot de problèmes, d illusions puis de désillusions. Impossible d accéder à un logement décent, encore moins de souscrire un quelconque prêt «Quelles garanties avons-nous que votre contrat sera renouvelé?». Aucune. Ras-le-bol de cet avenir flou et incertain. Ras-le-bol de trembler et de se taire devant chaque renouvellement de contrat. Cette rage des jours sans lendemain constitue le ciment de leur mouvement. Les grévistes n ont pas mené tout ce combat pour s arrêter là. La vue d un CDD, aussi long soit-il, ne peut plus les émouvoir. Alors, ils s organisent chaque jour un peu plus. Banquets de solidarité Les assemblées générales régulièrement convoquées avec l ensemble des salariés, du personnel et des étudiants de l école, mais aussi les banquets de solidarité du jeudi, moment de fraternité et de solidarité sans pareil. Ainsi, tous les jours, vous auriez pu vous rendre au «Pot» et déguster un vrai repas «fait maison» et en plus solidaire, en plein centre de Paris, tout près du Jardin du Luxembourg Il suffisait de vous rendre rue d Ulm, à l heure du déjeuner Cette rage des jours sans lendemain constitue le ciment de leur mouvement. En avril, après plus de quatre mois de lutte, la direction de Normal Sup cède sur les points importants. Les grévistes obtiennent gain de cause : les 11 (ex-)contractuels auront tous un CDI ; leur chef de service est muté. La grève est victorieuse! Cela devrait être la fête! Mais non. Le «Pot» est comme avant. Dès le matin, on lave, on épluche et on coupe les légumes. On discute aussi, et le mouvement continue. Les agents de restauration refusent toujours de reprendre le boulot malgré la victoire sur pratiquement toute la ligne. 8 - TP n 1174

9 action à parisx Poisson d avril Petit retour en arrière! le 1 er avril, jour du poisson évidemment, des malins utilisent l adresse mail de la directrice et adressent ainsi un courriel à tous ses contacts, qui précise que, dans de telles conditions, elle a décidé de quitter la direction de l ENS. Une simple faute d orthographe trahi la véracité du message et la directrice porte plainte contre une quarantaine d étudiants pour «usurpation d identité» électronique. Du coup, les employés de la restauration ne sont plus à la fête. Ils exigent le retrait immédiat de ces plaintes. Donc, ils continuent la grève. «Certains nous disent qu on pourrait faire la fête. Mais la victoire serait vraiment amère avec les plaintes contre les étudiants.» Comment pourraient-ils abandonner «ceux qui leur ont donné la main et les ont amenés à la lumière». La directrice s entête, mais leur affirme que les plaintes ne sont pas nominatives. Les salariés précaires veulent des garanties. Ils prennent l engagement que si les plaintes deviennent nominatives ils se mettront en grève immédiatement. La victoire, enfin! Forts de cette garantie, la victoire est totale et un accord est signé entre la direction et les représentants de l AG (FERC-Sup-CGT, SUD Etudiants et grévistes) : tous les grévistes obtiennent un CDI ; le départ du chef de cuisine ; une prime mensuelle de 75 en compensation des différences de garanties entre titulaires et CDI ; paiement de tous les jours de grèves à 75 %. En plus de l embauche en CDI des grévistes, la direction régularisera tous les CDD ayant trois ans d ancienneté et plus. C est donc, au total, 22 postes en CDI qui seront arrachés à Normale Sup! Il est aussi précisé que l ensemble des signataires «s engagent à soutenir la titularisation» des personnels concernés. Une telle victoire vaut bien une fête! A l heure où vous nous lirez, la fête a eu lieu lundi 30 mai à partir de 19 h à Normal Sup au 45 rue d Ulm à Paris 5 e. Gageons que la fête sera aussi belle que la victoire! Fatima BRAHMI TP n

10 xaction à parisx Réforme du lycée technologique Danger sur l industrie La filière technologique industrielle est distincte de la voie générale et du bac pro. Avec 12 options et une dizaine d heures de TP (travaux pratiques), c est une filière de réussite. Les élèves, souvent issus de milieux populaires et ayant rencontré des difficultés dans leur scolarité, sont relancés dans leurs études et la plupart obtienne un diplôme à bac +2 de technicien supérieur (BTS ou DUT). Certains continuent leurs études et accèdent même aux grandes écoles. Le ministère veut remanier cette filière Finis les TP sur systèmes professionnels, principal facteur de réussite des élèves. Finie la diversité des options. Le souci d économie et la casse de cette filière de promotion sociale sont évidents. Les nouveaux contenus ne permettront plus la réussite des élèves qui ont des difficultés. Ils ne destineront plus les élèves au BTS. Ce sont désormais les élèves de bac pro qui y accèderont, mais avec un bac pro miné par la réforme de 2008, les contenus des enseignements du BTS devront être fortement revus à la baisse. Le diplôme sera dévalorisé. Les entreprises, en particulier les PME, qui recrutent ces jeunes, à la fois capables d un travail d analyse et porteurs de savoir-faire, ne trouveront plus de travailleurs correctement formés. Il existe alors un risque de régression industrielle, de départ des PME puis des donneurs d ordre. Des centaines de milliers d emplois et la structure même du monde du travail de notre pays sont mis en cause. Impossible de ne pas évoquer la manière dont cette réforme est mise en place. Les savoirs à enseigner sont très différents de ceux actuellement maîtrisés par les enseignants. Avec les postes supprimés, l avenir de ceux-ci est incertain. Des «formations» sont dispensées mais avec un temps et un contenu très limités qui mettent les professeurs en difficulté pour enseigner les futurs contenus. Surchargés de travail par les inspecteurs, certains d entre eux commencent à craquer. Le travail est déstructuré, les enseignants aussi. Nous pouvons craindre que certains en arrivent à des gestes désespérés. La méthode est claire et réfléchie : faire partir d eux mêmes les collègues. Des réactions ont eu lieu, comme la décision des collègues parisiens d échanger entre eux plutôt que d écouter les inspecteurs leur expliquer les bienfaits de la réforme. Ceux-ci ont alors préféré quitter la salle plutôt que d assister à ce moment citoyen. Les listes de discussions ou les forums internet, les rassemblements devant les rectorats, les grèves, les interpellations d élus parlementaires ou régionaux ont également été nombreux. Mais ces actions et tentatives de coordination sont restées trop isolées pour empêcher la mise en place de la réforme à la rentrée Plusieurs conseils régionaux ont annoncé qu ils ne financeraient pas cette réforme ; des états généraux de la formation technologiques pourraient se tenir dans certaines régions et le combat doit rebondir dès la rentrée prochaine. Cette réforme doit être abandonnée Même le MEDEF a exprimé des désaccords avec les programmes technologiques. Les enseignants ne veulent pas d un statu quo et demandent à revisiter les contenus enseignés, en tenant compte de l avis des professionnels de l industrie. La politique industrielle de notre pays doit, de son côté, être réellement ambitieuse afin que les lycéennes et lycéens s engagent nombreuses et nombreux dans des STI* rénovés répondant aux besoins de formations et aux enjeux industriels et citoyens de notre époque. Dante BASSINO, enseignant de STI génie mécanique productique et co-responsable de la CGT éduc action Paris * STI : Sciences et techniques industrielles 10 - TP n 1174

11 action à parisx Travailleurs sans papiers grévistes à Paris Point de la situation Le Travailleur parisien s est fait l écho à de nombreuses reprises de la lutte des travailleurs sans papiers, dans laquelle l Union départementale a toujours été activement impliquée, et ce, en particulier depuis avril 2008 avec la grève des Fabio Lucci, de la Grande Armée, et toutes les autres qui ont suivi. Depuis octobre 2009, l Union départementale de Paris, avec les 11 est à l initiative du développement de l Acte II. Plus de grévistes sur le territoire national, dont la majorité en région parisienne, et plus de à Paris. Une grève inédite et exemplaire, une mobilisation sans précédent qui a contraint le gouvernement à la publication d un texte (l addendum) qui a ouvert la voie à la régularisation des travailleurs sans papiers, sur la base de critères clairs et assouplis. Dès la publication de l addendum, annoncée publiquement le 18 juin 2010 place de la Bastille, l Union départementale a repris contact avec la Préfecture de Paris pour le traitement des dossiers des grévistes, travaillant à Paris dans un premier temps, puis résidant à Paris suite aux modifications imposées par le ministère. Les 500 premiers dossiers ont donc été déposés dès le 3 août 2010 à la Préfecture de police. Entre le 3 août et le 5 octobre 2010, ce sont plus de 1000 dossiers qui ont été déposés. Les dépôts ont continué jusqu au 30 novembre 2010, date butoir fixée par l addendum. A ce jour, sur dossiers de résidents parisiens déposés, 498 récépissés ont pour l instant été délivrés. Les récépissés (RCS) obtenus sont des récépissés qui donnent lieu à la délivrance systématique de cartes temporaires d un an. Ce ne sont pas des récépissés d instruction qui pourraient aboutir à des refus ou à la délivrance d obligation de quitter le territoire, mais des récépissés dits de «fabrication» (de cartes TP n

12 xaction à parisx d un an ; 334 cartes ont été délivrées à ce jour). Nous avons, depuis des mois, insisté, au niveau parisien, sur la nécessaire délivrance de ce type de récépissé car, d une part, il nous apparaît indispensable d obtenir une régularisation pérenne et solide de nos camarades et que, d autre part, nous savons qu avec la nouvelle loi Besson, une OQTF (Obligation de quitter le territoire français) pourra être accompagnée d une interdiction de retour (interdiction dans les 2 à 5 ans qui suivent l OQTF de déposer un nouveau dossier de régularisation). Plusieurs types de RCS sont délivrés : des RCS salariés pour les grévistes ayant 5 ans de présence, un Cerfa et 12 feuilles de paye sur 18 mois ; des RCS vie privée familiale pour des grévistes ayant fait valoir 10 ans de présence (avec Cerfa ou non) qui permettent aux salariés concernés d opter pour le métier de leur choix (la carte salarié étant limitée pour l instant au métier mentionné sur le Cerfa) ; des RCS dits Sacko (de recherche d emploi) pour les grévistes ayant 7 ans de présence, une expérience professionnelle (8 fiches de paye) et pas de Cerfa (ou des Cerfa considérés non valables par la Préfecture trop vieux, date de validité dépassée, intérim). A l heure actuelle, nous rencontrons toujours de gros blocages sur : Le travail au noir (pour l instant exclu au niveau national du processus de régularisation par le travail, hormis les employé(e)s des services de l aide à la personne). A ce jour, nous avons obtenu pour les «nouvellement déclarés» - essentiellement des camarades asiatiques et maghrébins- que leur dossier puisse être examiné favorablement avec 7 ans de présence et 8 feuilles de paye. C est une première avancée, mais beaucoup reste à obtenir, notamment pour l ensemble des camarades qui continuent à travailler au noir, au plus grand bénéfice de leurs employeurs. S ils n ont pas 7 ans de présence et un minimum de fiches de paie (8) pour obtenir un RCS Sacko, leur situation est totalement bloquée. Les intérimaires La non reconnaissance par la Préfecture de Paris et donc la non transmission à la Direccte de la plupart des Cerfa émis par des Entreprises de Travail Temporaire induisent la délivrance de titres de séjour «SACKO» portant la mention «autorisation de travail à demander». Et ce, alors qu il y a présence d un Cerfa contrat de travail et donc une totale contradiction avec l avis du Conseil d Etat du 8 juin 2010 sur l article L (dont fait partie l article 40 sur lequel s appuie cette délivrance). Les restrictions en termes de métier et de limites géographiques apposées sur les cartes temporaires «salarié» : après de multiples échanges à ce sujet à tous les niveaux, nous avons obtenu que figure le secteur d activité plutôt que le métier, ce qui permettra à nos camarades de pouvoir envisager une évolution professionnelle. Par contre, pas de modification sur le secteur géographique qui constitue dans les faits une «assignation à résidence». Restent les camarades, avec ou sans Cerfa, ayant moins de 5 ans de présence en France, ceux qui n ont pas de Cerfa et moins de 7 ans de présence, et que nous ne pouvons pas abandonner là. Le contexte politique actuel (arrivée de Guéant, chasse aux voix du FN ) impose la construction d un nouveau rapport de forces, de nouvelles actions tant en direction des employeurs ou groupements d employeurs, que des pouvoirs publics pour débloquer cette situation Au niveau national, des discussions sont en cours pour le maintien des dispositions de l addendum qui vient à expiration le 30 juin prochain. A l UD CGT Paris, nous pensons que ce texte, base d une discussion, doit être renégocié pour permettre une véritable régularisation de l ensemble des travailleurs sans papiers. Denise Veau 12 - TP n 1174

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

FACILE A LIRE ET A COMPRENDRE

FACILE A LIRE ET A COMPRENDRE FACILE A LIRE ET A COMPRENDRE faci A propos de l Unapei L Unapei a été créée en 1960. L Unapei regroupe 600 associations en France. Ce sont des associations de parents et d amis de personnes handicapées

Plus en détail

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE Livret aide-mémoire Secrétaires médicales LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE 1 Le présent livret vise à : Former les secrétaires médicales à l information et la promotion du DMP auprès des

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? La qualification, c est quoi? p.8 C

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

Docteur Michel Legmann

Docteur Michel Legmann 1 Docteur Michel Legmann Président Mme Nora BERRA Secrétaire d Etat aux Aînés 55 rue Saint Dominique 75007 PARIS Nos références à rappeler sur tout échange de correspondance ML/FJ/np/Exercice professionnel

Plus en détail

VENIR SE SOIGNER EN FRANCE

VENIR SE SOIGNER EN FRANCE Quel qu en soit le motif, l entrée sur le territoire français est soumise à une obligation de «visa» (sauf nationalités dispensées). Le visa «pour raison médicale» ou «sanitaire» est un visa spécialement

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE FICHE 9 - L ELABORATION DU BUDGET La loi de finances de l année fait l objet d une double élaboration. Le projet est préparé par les différents ministères parmi lesquels le ministère des Finances joue

Plus en détail

Assistant(e) Social(e)

Assistant(e) Social(e) CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Assistant(e) Social(e) Le Métier d Assistant(e) Social(e) L assistant de service social, qui est parfois spécialisé (drogue,

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

De l école au métier. Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail.

De l école au métier. Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail. De l école au métier Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail. Prise de position sur l intégration professionnelle d insieme Suisse, de l association Cerebral Suisse

Plus en détail

Comment on le demande

Comment on le demande LE CRÉDIT POUR LA SOLIDARITÉ C est pour tout le monde! Un outil du Collectif pour un Québec sans pauvreté Mai 2011 Le crédit pour la solidarité a été annoncé par le ministre des Finances en mars 2010.

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Réforme BALLADUR, réforme FILLON Baisse programmée des pensions de retraite.

Réforme BALLADUR, réforme FILLON Baisse programmée des pensions de retraite. Réforme BALLADUR, réforme FILLON Baisse programmée des pensions de retraite. Un patron du CAC 40 gagne, en moyenne, 400 fois le smic. Si on imposait les plus-values des actionnaires, on pourrait financer

Plus en détail

D une grande conférence sociale à l autre

D une grande conférence sociale à l autre D une grande conférence sociale à l autre Une année de réformes par le dialogue Il y a un an, les forces économiques et sociales françaises et le Gouvernement faisaient ensemble un pari : inventer un «dialogue

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

un métier parfois complexe

un métier parfois complexe un métier parfois complexe La loi du 27 juin 2005 a amélioré le statut des assistants familiaux. Aujourd hui, ils sont reconnus comme de vrais professionnels de la protection de l enfance et bénéficient

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Pour adultes handicapés mentaux de la Meuse serésienne rue Hainchamps 77 siège social: a.s.b.l. Cesahm 4100 Seraing rue du Sewage 9 à 4100

Plus en détail

Quelles sont les conditions d obtention d un temps partiel thérapeutique pour un fonctionnaire?

Quelles sont les conditions d obtention d un temps partiel thérapeutique pour un fonctionnaire? Juin 2012 Questions sociales Qu est-ce que le mi-temps thérapeutique? Le mi-temps thérapeutique se met en place après avis du médecin traitant et du médecin de la Sécurité sociale, à la suite d un arrêt

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé CONVENTION CADRE ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé ENTRE Le Conseil Général des Vosges, 8 Rue de la Préfecture, 88000 EPINAL,

Plus en détail

Point 1 : Conditions de déplacement :

Point 1 : Conditions de déplacement : Réunion Délégués du Personnel du 3 octobre 2013 Remarque : Un cahier de réclamations a été déposé : points 1 à 10. Les points 11 à 14 ont été posés en séance. La séance est ouverte à 10h05 sous la Présidence

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2016 Nouvelle lecture à l Assemblée

Plus en détail

Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le primaire et secondaire (FSE et FPEP)

Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le primaire et secondaire (FSE et FPEP) Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le personnel enseignant primaire et secondaire (FSE et FPEP) Avril 2013 Mario Labbé, conseiller Sécurité sociale, CSQ-Québec 2 3 Catégories de prestataires Travailleuses

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire

Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire Présentation : Agnès ROCHE : CDS enfance depuis 2010 auparavant responsable éducatif enfance sur le

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

25 La protection sociale

25 La protection sociale 25 La protection sociale F. Durand Sipa. CHOIX DU MÉDECIN TRAITANT : 40 % DES ASSURÉS SOCIAUX ONT RENVOYÉ LEUR FORMULAIRE EN SIX MOIS Hier, à trois jours du coup d envoi du dispositif du médecin traitant,

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL POUR LES ETUDIANTS EN SOINS INFIRMIERS ET AIDE-SOIGNANTS

LIVRET D ACCUEIL POUR LES ETUDIANTS EN SOINS INFIRMIERS ET AIDE-SOIGNANTS LIVRET D ACCUEIL POUR LES ETUDIANTS EN SOINS INFIRMIERS ET AIDE-SOIGNANTS INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS / AIDES-SOIGNANTS DU CENTRE HOSPITALIER DE SAINT-QUENTIN ID456 1/16 Version 26 Août 2015

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés.

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de Branche 2006-2010 relatif à l Obligation

Plus en détail

La réforme des pensions dans le secteur public

La réforme des pensions dans le secteur public Les Analyses du Centre Jean Gol La réforme des pensions dans le secteur public Mai 2015 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle

Plus en détail

ce que l UNSA a obtenu

ce que l UNSA a obtenu Agents contractuels de la Fonction publique : ce que l UNSA a obtenu UNSA Fonction publique 21 rue Jules Ferry 93177 BAGNOLET cedex Tél. 01 48 18 88 29 - Fax. 01 48 18 88 95 uff@unsa.org - www.unsa-fp.org

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

FICHE PRATIQUE LE DÉLÉGUÉ DU PERSONNEL

FICHE PRATIQUE LE DÉLÉGUÉ DU PERSONNEL FICHE PRATIQUE LE DÉLÉGUÉ DU PERSONNEL Consternant mais réel constat dans le secteur associatif : la représentation du personnel dans nos structures reste anecdotique, en dépit des obligations légales

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3342 Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL ACCORD DU 23 JUIN 2005 RELATIF À LA COUVERTURE

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Les Conférences de Territoire

Les Conférences de Territoire Les Conférences de Territoire Conférences de Territoire de Bretagne Guide de présentation onférence erritoire Rennes - Redon Fougères - Vitré 2 Les différentes parties du guide Présentation du guide...4

Plus en détail

MARCHE MONDIALE DES FEMMES

MARCHE MONDIALE DES FEMMES RETOURS - RETOURS - RETOURS - RETOURS - RETOURS - RETOURS - RETOURS MARCHE MONDIALE DES FEMMES Pour clôturer la Marche mondiale des Femmes, nous étions plus de 10,000 personnes à y participer (femmes,

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS Introduction Laurie MARINO LA PRATIQUE DU PSYCHOLOGUE A DOMICILE : une pratique récente Il y a peu de traces de celle-ci avant les années 70

Plus en détail

RAPPORT DU JURY DU CONCOURS INTERNE D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ERE CLASSE SESSION 2011. Session 2011

RAPPORT DU JURY DU CONCOURS INTERNE D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ERE CLASSE SESSION 2011. Session 2011 Besançon, le 21 octobre 2011 Rectorat Division des examens et concours D.E.C. 1 RAPPORT DU JURY DU CONCOURS INTERNE D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ERE CLASSE SESSION 2011 Session 2011 EPREUVE ECRITE LE :

Plus en détail

Animations /Formations

Animations /Formations Animations /Formations DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. Démocratie? La sécu? Institutions? Énergie? Communes? DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. MOC-CIEP Liège -Huy-Waremme

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30. www.perrayvaucluse.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30. www.perrayvaucluse.fr DOSSIER DE PRESSE Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30 www.perrayvaucluse.fr Foyer Le Foyer > Qu est qu un Foyer en psychiatrie? Un Foyer en psychiatrie est une structure de soins entre

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX En cas de congé pour maladie l agent voit son maintien de rémunération assuré par sa

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

PERSONNES AGEES : UNE NOUVELLE AIDE POUR L AUTONOMIE Dossier réalisé par JF Rebeyrol

PERSONNES AGEES : UNE NOUVELLE AIDE POUR L AUTONOMIE Dossier réalisé par JF Rebeyrol PERSONNES AGEES : UNE NOUVELLE AIDE POUR L AUTONOMIE Dossier réalisé par JF Rebeyrol Depuis le 1 er janvier 2002, une nouvelle aide, l Allocation personnalisée d autonomie ou APA, remplacera l actuelle

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Si le projet de loi «hôpital, patients, santé, territoires» a pour ambition

Plus en détail

www.culture-a-vie.com

www.culture-a-vie.com DOSSIER DE PRÉSENTATION Une solution contre la NON-TRAITANCE des personnes âgées Voir le clip www.non-traitance.com De l ambition culturelle et de loisirs pour les aînés Contact informations Carine Jondeau,

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de branche relatif à l Obligation d Emploi des

Plus en détail

Annexes : Tableau récapitulatif des catégories d assurés soumises ou non au parcours de soins.

Annexes : Tableau récapitulatif des catégories d assurés soumises ou non au parcours de soins. MINISTERE DES SOLIDARITES, DE LA SANTE, ET DE LA FAMILLE REPUBLIQUE FRANCAISE DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE Division des affaires communautaires et internationales Le ministre des solidarités, de la

Plus en détail

Jeudi 20 Novembre 2014.

Jeudi 20 Novembre 2014. www.economie.gouv.fr Paris le 20 novembre 2014 Intervention d Emmanuel MACRON Ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique Audition par Commission d enquête sur l impact sociétal, social, économique

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? p.7 La qualification, c est quoi? p.8

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG Le CNG contribue au développement professionnel des praticiens hospitaliers et des directeurs de la Fonction Publique Hospitalière dans un objectif

Plus en détail

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI. dmp.gouv.fr

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI. dmp.gouv.fr PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI dmp.gouv.fr Les pratiques médicales évoluent continuellement pour permettre à chacun d être mieux soigné

Plus en détail

L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir»

L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir» asbl Soleil-Espoir Rue Outrewe, 21 4671 Housse www.soleil-espoir.be L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir» Ce document présente le service d extra-sitting

Plus en détail

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES QUESTIONS REPONSES sur la Convention Collective Nationale des «assistants maternels du particulier employeur» du 1 er juillet 2004 étendue par arrêté du 17 décembre 2004, la loi 2005-706 du 27 juin 2005

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Offensive en matière de formation continue en réponse à la crise

Offensive en matière de formation continue en réponse à la crise Assemblée des délégué-e-s, Berne 27 février 2010 Pour une assurance chômage digne de ce nom II Offensive en matière de formation continue en réponse à la crise Discours de Josiane Aubert, conseillère nationale

Plus en détail

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE Chapitre 116 La Permanence d Accès aux Soins de Santé A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE 1. La loi d orientation du 29 juillet 1998 La loi d orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Unit é* Travail*Progrès SECRETARIAT GENERAL LA VIE DES ASSEMBLEES DANS L ESPACE FRANCOPHONE RECUEIL DES PROCEDURES ET DES PRATIQUES PARLEMENTAIRES

Unit é* Travail*Progrès SECRETARIAT GENERAL LA VIE DES ASSEMBLEES DANS L ESPACE FRANCOPHONE RECUEIL DES PROCEDURES ET DES PRATIQUES PARLEMENTAIRES ASSEMBLEE NATIONALE.. SECRETARIAT GENERAL. SECRETARIAT GENERAL ADJOINT DIRECTION DES AFFAIRES LEGISLATIVES DE LA COOPERATION INERPARLEMENTAIRE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES REPUBLIQUE DU CONGO Unit

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

L indépendance, c est l affaire de tous

L indépendance, c est l affaire de tous Entreprises OFFRE DÉPENDANCE COLLECTIVE L indépendance, c est l affaire de tous Humanis vous présente une garantie Dépendance collective s adaptant aux besoins de vos salariés et à la hauteur des ambitions

Plus en détail

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie?

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? En cas d autorité parentale exclusive, c est la liberté ; le parent la détenant pouvant

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE CHAPITRE ACTION SOCIALE L USM est depuis de nombreuses années investie dans les instances de l action sociale pour préserver et développer les dispositifs dont les magistrats peuvent bénéficier, qu ils

Plus en détail

SOMMAIRE. N 357 Aout 2015. Actions syndicales saisonnier-es Communiqué Lactalis Annonce Stage Kankoihouki DEPOSE LE 28/08/2015

SOMMAIRE. N 357 Aout 2015. Actions syndicales saisonnier-es Communiqué Lactalis Annonce Stage Kankoihouki DEPOSE LE 28/08/2015 Dispensé de timbrage LONS LE SAUNIER CTC N 357 Aout 2015 DEPOSE LE 28/08/2015 Directeur de Publication : Pascal JEANMOUGIN - Mensuel imprimé par nos soins - Commission Paritaire 0614 S 05500 - UD UL SYNDICATS-

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 L accueil des gens du voyage Ministère de l'équipement, des Transports et du Logement direction générale de l

Plus en détail

La rigueur alsacienne ne me laissait aucun doute sur la qualité du concept et sur la fiabilité de la démarche.

La rigueur alsacienne ne me laissait aucun doute sur la qualité du concept et sur la fiabilité de la démarche. Madame la Secrétaire Générale,.. Tester dans l Auxerrois, une invention d Alsace du Nord qui fonctionne depuis trois ans, était une excellente idée surtout quand je vous aurais dit que mon activité professionnelle

Plus en détail