L'ÉCONOMIE LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMEDI 25 JANVIER La crise pétrolière à l'envers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'ÉCONOMIE LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMEDI 25 JANVIER 1986. La crise pétrolière à l'envers"

Transcription

1 L'ÉCONOMIE Pour votre régime d'épargne retraite Tasse & Associes. Limitée LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMEDI 25 JANIER 1986 La crise pétrolière à l'envers D'abord en 1973, et ensuite en le monde a tremble parce que les membres de l'organisation des pays exportateurs de pétrole ont fait grimper le prix du baril du brut. Six ans plus tard, le phénomène inverse est en Irain de se produire. Les prix chutent, niais au lieu de se réjouir, le inonde tremble a nouveau. Y a-l-il une logique la-dedans? Les baisses spectaculaires des prix pétroliers, surtout cette semaine, ont provoque la panique sur les places boursières, au siège social de bien des banques et dans de nombreux pays. Pourtant, en loule logique, le fait que le prix du pétrole brut ait chute de 25 p. cent depuis quelques mois devrait cire une excellente nouvelle. Mais ce qui fait le plus mal à une économie, ce sont les mouvements brusques el incontrôlables, quels qu'ils soient. Ce n'est pas tant la baisse des prix du brut qui provoque une crise, mais la façon sauvage et imprévisible dont ça s'est fait. Deux mois de remue-ménage Les jeux de prix qui font le plus les manchettes sont ceux du marche «spot». Le baril de brut s'y transigeait a plus de $^1 en novembre. eudi. il a frôlé la marque des $15. Mais c'est un marche jusqu'à un point marginal, par où ne passe pas le gros tie la production mondiale. Il est donc beaucoup plus spéculatif et suscite des comportements un peu semblables a ceux que l'on retrouve sur le marche des changes. Sur les marches a terme, des marches «de papier» ou l'on acheté du pétrole pour livraison dans quelques mois, dont les mouvements sont beaucoup plus significatifs, les prix ont luise la barrière des $20 mercredi et jeudi, mais ils se sont stabilises hier. Par exemple, pour le brut-étalon américain, le West Texas Intermediate, le prix pour livraison en mars est tombé a $19.70 pour remonter légèrement à $ 19,76 hier. Tous ces prix sont en dollars US. Quant aux producteurs canadiens, ils ont eux aussi annonce des coupures de prix, la quatrième depuis le debut décembre, ce qui porte le baril à environ $21. Cela est toutefois spectaculaire quand on pense qu'en on prévoyait que le baril de brut atteindrait $50 au milieu de la décennie. Mais les mouvements de cette semaine étaient prévisibles depuis décembre dernier, au moment où les marchés se sont mis à s'agiter. Le ministre saoudien du pétrole, le cheik Yamani, avait alors prédit que les prix risquaient de s'effondrer bien en dessous de la marque des $20 le baril. Le retour du balancier Tout cela est la deuxième inanche de la guerre qui a oppose les pays producteurs de pétrole aux pays consommateurs au cours des années 70. Mais l'arme a change. Il y a dix ans, la meilleure façon d'établir un rapport de forces avec les pays industrialisés consistait a faire grimper les prix. Maintenant, on fait le contraire. les treize pays de l'ep. dont l'arabie Seoudite, l'iran, l'iraq, la Lybie et le enezuela ont porte, en le prix du brut d'environ $4 à $ 16 le baril; en 1980, ils l'ont encore double. Ce fut un choc douloureux pour les pays consommateurs, qui ont alors connu un ralentissement économique et une inflation galopante. Mais ils se sont ajustes. Tout d'abord, en prenant les grands moyens pour réduire la consommation : économies d'énergies, petites voilures, passage à d'autres sources d'énergie, procédés moins energivores dans les entreprises. Cela a réduit la demande. Par ailleurs, d'importantes reserves de pétrole qui n'étaient pas rentables lorsque le brut se transigeait à $4 sont tout a coup devenues fort lucratives. La crise de l'ep a ainsi favorisé l'avènement de nouveaux producteurs pétroliers, comme la Norvège et l'angleterre, ou le Canada. L'ep a ainsi perdu une bonne partie de son monopole. De 70 p. cent, la part du marché mondial qu'elle contrôlait est tombée à moins de 40 p. cent. Ses membres ont tant bien que mal tenté de restreindre leur production pour éviter un effondrement des prix. Mais c'était particulièrement pénible pour les producteurs les plus fragiles, qui comptaient sur l'afflux des petrodollars pour survivre. On a maintenant adopté la stratégie inverse: une guerre de prix par laquelle ces pays tentent de reconquérir leur part du marché et de mettre au pas leurs nouveaux concurrents, surtout ceux de la Mer du Nord, en les forçant à accepter une production moindre assortie de prix plus élevés. Le tout a été amplifié par l'hiver doux que connaît l'kurope, qui a fait chuter la consommation. Les pays de l'ep produisent actuellement 18 millions de barils par jour quand, en fait, leur marche n'est que de 16,5 millions. Ainsi, parce que plusieurs pays industrialisés sont devenus d'importants producteurs, on les attaque maintenant là ont ils sont vulnérables, en menaçant la santé de leurs industries pétrolières. Reste a savoir si cela va durer. On ne doit pas bâtir de théorie a partir de quelques jours de panique dans un marché spéculatif. Sauf quelques pays, comme l'arabie Saoudite, dont les prix de production sont très faibles, la plupart des producteurs auront du mal a tenir longtemps le coup si les prix restent trop très bas. Plusieurs analystes estiment que la situation actuelle est temporaire. Le World Oil Magazine, par exemple, estime que les prix se fixeront dans la fourchette des $ 22$ 24 en Les gagnants et les perdants La crise que cela provoque a des conséquences qui varient selon le cote de la barrière où l'on se trouve. Les victimes se trouvent du côté des producteurs et les gagnants du côté des consommateurs. Par exemple, le Mexique, le deuxième pays le plus endetté du Tiers-Monde, compte sur le pétrole pour rembourser sa dette de $96 milliards. Le pétrole représente 62 p. cent de ses exportations. Si le prix du brut est trop bas, cela annonce une nouvelle crise financière, qui aura des conséquences en cascade, notamment sur les banques américaines qui ont généreusement prêté a ce pays. L'URSS, le plus gros producteur au monde, souffrira du fait que le pétrole est sa principale source de devises fortes. La Grande-Bretagne compte sur le pétrole de la Mer du Nord pour son développement. Les prix actuels ramèneraient sa croissance à 1,5 p. cent. Ouant au Canada, qui a investi massivement dans des ressources pétrolières coûteuses, comme Hibernia dans l'atlantique et la Mer de Beaufort, il perdrait l'un de ses seuls éléments dynamiques. Au Quebec, la deuxième Baie lames de M. Bourassa serait tout simplement non rentable. Mais les pays consommateurs, comme la France, l'allemagne, le lapon, seront les grands gagnants. C'est aussi vrai de plusieurs pays du Tiers- Monde, dont le Brésil et les economies montantes du Pacifique. Il faut noter que des prix pétroliers faibles auraient un effet salutaire sur l'inflation. À $20 le baril, l'inflation serait negative au lapon, tandis qu'elle pourrait baisser de un a 1.5 p. cent au Canada! Les consommateurs canadiens sont les dindons de la farce m Le prix à la pompe n'a jamais été aussi élevé à Montréal, au moment même où les prix mondiaux retrouvent presque leur niveau d'il y a dix ans. Aux États-Unis, on trouve de l'essence à 35 cents le litre, tandis qu'ici, Il faut payer 61 cents. Cette situation anormale décrit en un coup d'oeil l'absurdité de la politique énergétique canadienne et l'incroyable marge de manoeuvre dont jouissent les pétrolières établies au Canada. Deux obstacles empêchent les consommateurs canadiens de respirer un peu quand Ils font le plein d'essence. Tout d'abord les taxes. Dans un litre s'essence, ta part que prend le prix du baril de pétrole est minime. On ne peut donc pas s'attendre à ce que la baisse de 39 p. cent survenue depuis trois mois permette une chute similaire à la pompe. Un baril contient 159 litres. C'est donc dire que la valeur du pétrole dans un litre d'essence était d'environ 20 cents lorsque le brut valait S 31. A S19 le baril, le part du pétrole dans un litre tombe à 12 cents. Sur papier, on pourrait donc s'attendre à une baisse de 8 cents, soit une réduction de 13 p. cent. Mais dans les faits, on parle plus modestement d'une baisse d'au plus cinq cents. Cela s'explique par le fait que les taxes comptent pour plus de 40 p. cent du prix du litre, les frais de raffinage et de distribution pour un autre 27 p. cent. Ainsi, les pétrolières canadiennes ont baissé le prix de leur brut en décembre, mais cela ne s'est jamais rendu au consommateur en raison de la hausse de la taxe d'accise le premier janvier. Le deuxième obstacle vient des pétrolières, selon qui une baisse du prix du brut prend d'un à deux mois avant d'affecter le prix à la pompe, notamment parce qu'elles disposent de stocks de pétrole qu'elles ont acheté à prix élevé. L'argument n'est pas convaincant, parce que l'approvisionnement qui garnit les réserves est continu et que les stocks des pétrolières sont composés de brut acheté à différents prix. En outre, les jeux du marché peuvent nuire au consommateur. Si la demande pour les prix pétroliers est forte au printemps, rien n'obligera les raffineurs à couper leurs prix. Enfin, à la décharge des pétrolières, il faut noter que les compagnies peuvent difficilement ajuster leurs prix aux mouvements fous du marché mondial. D'une part, ces prix sont trop instables, et d'autre part, les pétrolières s'approvisionnent sur des marchés où les prix sont plus élevés que ceux qui ont fait les manchettes cette semaine. Mais cela ne justifie pas le fait que nos prix ne bougent pas ^ Jlj ^ i (+160) ( ) ( ) [ MONTRÉAL TORONTO DOW JONES Raffineries: le Québec au dernier rang jm Au premier rang des quatre ^ regions canadiennes de raffinage de pétrole jusqu'en 1977, le Québec est tombe en dernière place depuis la fermeture de la raffinerie de Gulf. MICHEL GIRARD La capacité nominale de raffinage du Québec n'est plus que de barils par jour, comparativement à pour les provinces atlantiques et un peu plus de pour chacune des deux autres régions, les provinces de l'ouest el l'ontario. De premier centre de raffinage au Canada, Montréal n'est plus aujourd'hui qu'un sous-centre régional. Elle a perdu son titre aux mains de Sarnia (Ontario) et Edmonton, ces villes ayant largement profité de la dégringolade que Montréal a enregistrée dans le secteur du raffinage. «La question fondamentale à se poser est la suivante: est-ce que le gouvernement fédéral considère Montréal comme un centre majeur de pétrochimie et de raffinage au Canada, au même titre que Sarnia et Edmonton? À mon avis, la réponse est non», de dire l'économiste Antoine Ayoub, directeur du GREEN, le groupe de recherche en économie de l'énergie de l'université Laval. $ (+6 60) L'OR (New York) Et c'est ce qui expliquerait, à son avis, pourquoi le gouvernement Mulroney n'a pas voulu empêcher la vente des actifs québécois de Gulf à Ultramar, sachant fort bien que cela entraînerait la fermeture d'une quatrième raffinerie à Montréal. Pour justifier la fermet 're des raffineries, les multinationales du pétrole évoquent toujours la traditionnelle rationalisation des opérations. Prétexte: la baisse de la demande. Tous les spécialistes interrogés concèdent que la forte baisse de consommation de produits pétroliers enregistrée au Québec depuis 10 ans a forcé les pétrolières à réviser leur production. «Les politiques gouvernementales visant à promouvoir la conversion au gaz ou à l'électricité des systèmes de chauffage, l'achat de plus petites voitures... ont eu pour effet au Québec d'entrainer une forte chute de la consommation des produits pétroliers», d'ajouter le responsable de la recherche et spécialiste en pétrole chez Tassé et associés, Pierre Ouimct. Chute Ainsi la part du pétrole dans le bilan énergétique du Québec est passé 70,6 p. cent en 1975 à seulement 45 p. cent en En contrepartie, l'électricité a gagné 17 points pour atteindre les 38,5 p. cent tandis que le gaz naturel voyait sa part augmenter de 6,3 à 15 p. cent. «Il est vrai que la demande pour les produits a fortement baissé au Québec -depuis 10 ans... mais pas au point où cela nécessitait la fermeture de la raffinerie de Gulf. À preuve, notre capacité de raffinage est maintenant inférieure à nos besoins en pétrole», souligne le nouveau ministre de l'énergie et des Res- CANADIEN -40/ sources du Quebec, John Ciaccia. «D'un point de vue québécois, la fermeture de la raffinerie de Gulf n'a absolument pas sa raison d'être. C'est pourquoi nous avons appuyé le projet de Gaz Métropolitain visant à l'acheter. Mais vu sous un angle canadien, la fermeture de Gulf fait évidemment l'affaire des provinces atlantiques et de l'ontario, qui pourront écouler une partie de leurs produits au Québec», explique pour sa part le président desoquip, Richard Pouliot. Au cours des cinq dernières années, le Quebec a perdu 50 p. cent de sa capacité de raffinage. Durant cette même période, l'ontario ne perdait que 18 p. cent, les provinces de l'atlantique connaissaient un fléchissement de 8 p. cent tandis que l'ouest enregistrait une augmentation de 15 p. cent. Depuis I983, les multinationales du pétrole ont fermé quatre des sept raffineries québécoises, celles de Texaco, BP, Esso et Gulf, toutes à Montréal. Il ne reste plus que les raffineries montréalaises de Petro-Canada et Shell, et celle de Ultramar, à Saint-Romuald, prés de Québec. Des statistiques recueillies auprès de SOQUIP et des ministères de l'énergie et des Ressources du Québec et de l'énergie, des Mines et des Ressources (fédéral), il ressort également que, de toutes les provinces, c'est le Québec qui a été le plus lourdement touché par les fermetures. Le Québec a vu en effet sa part de capacité de raffinage au Canada subir une forte diminution, passant de 27,2 p. cent à seulement 16,5 p. cent avec la fermeture de la raffinerie de Gulf. L'Ontario a réussi à maintenir sa part au même niveau (33 p. cent) alors que celle des provinces de l'atlantiques grimpait de deux points de pourcentage pour atteindre 18 p. cent et celle de l'ouest passait de 23,4 à 32,5 p. cent. Paradoxalement, c'est au Quebec que. depuis 1980, les raffineries ont toujours opère à leur plus haut niveau de capacité, soit près de 80 p. cent. La moyenne canadienne du taux d'utilisation de la capacité de raffinage se situait l'an dernier autour de 70 p. cent. Avec la fermeture de la raffinerie de Gulf à Montréal-Est. le Québec souffre maintenant d'une sous-capacité de raffinage évaluée à quelque barils par jour, selon une étude publiée par l'hebdomadaire américain Oil Buyers Guide. Cette évaluation lient compte du marché de l'outouais, lequel est traditionnellement desservi par les raffineries montréalaises. Contrairement au premier ministre Brian Mulroney qui conteste cette evaluation, le ministre de l'energie el des Ressources, ohn Ciaccia, l'approuve. Il en est de même du président de la société d'état SOQUIP. Richard Pouliot et de l'économiste Antoine Ayoub, directeur du Groupe de recherche en économie de l'énergie, de l'université Laval. La chute des prix mondiaux du pétrole rend la fermeture de la raffinerie de Gulf encore plus déplorable pour le Québec. En raison de ses intallations portuaires, indique M. Ayoub, Montreal est facilement accessible aux pétroliers en provenance des pays producteurs. Si la chute des prix se maintient, cela signifie qu'il deviendra plus rentable pour une pétrolière d'acheter son pétrole brut de l'étranger que de l'ouest canadien. On aurait même pu redevenir exporteur de pétrole raffiné. Mais avec la fermeture de la raffinerie de Gulf, cela ne sera pas possible puisque nous ne sommes même plus capables de repondre à nos besoins actuels. Lt ENRICHISSEZ OTRE TRU tt * T GENERAL REER DEPOTS GARANTIS 1fl'/2% if! Û 5ANS IU > IU»«v INTÉRÊT ANNUEL,l Taux sujets à confirmation "",r ' ANNUEL 1 AN INTÉRÊT ANNUEL REER FONDS DE PLACEMENT* Actions canadiennes: 22,3% Obligations: 23,8% Hypothèques : 15 % iujbt! 'Rendement du 29 novembre 1984^9 novembre 1985 'prochain jour ouvrable I Reçu pour l'impôt posté dès le lendemain* de votre contribution. I Consultations gratuites et sans obligation. Succursales: Uval. Place du Carrefour ille Mont-Royal, Centre Rockland Outremont, 1 incent d'indy Mtl/PIxe ille Marie. Galène des Boutiques Mll/Univerilty, University: An ou. Place d'anpu Rive-Sud, Place Poilobello Contentera: al d'or Ouvemay: Mtl/Anuntsic Repentigny Longueuil St-Huoert St-Hyacinthe Granfcj

2 C 2 LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMEDI 25 JANIER 1986 ITT-RAYONIER DE PORT-CARTIER La réouverture de l'usine chaleureusement accueillie mm PORT-CARTIER Les Port-cartois ont accueilli avec un rare enthousiasme, hier, une nouvelle attendue depuis CAROLE THIBAUDEAU plusieurs jours: la reouverture de l'usine ITT-Rayonicr, close depuis sept ans. L'usine devrait être en état de fonctionner dans deux ans. Ce projet de $102 millions, auxquels s'ajoutent $5.2 millions à dépenser en infrastructures routières, est promu a parts égales par Cascades et Rexfor avec l'aide du gouvernement provincial mais pratiquement sans aucun apport financier du fédéral. Ottawa aurait promis en revanche de contribuer par d'autres programmes à l'économie québécoise. «oilà qui devrait redresser en partie l'économie de la Cote Nord, si durement éprouvée ces dernières années», a déclaré le ministre de l'énergie et des Ressources, M. John Ciaccia, devant 450 personnes réunies au Centre d'éducation de Port-Catrier. Le projet, que le président de Cascades, M. Bernard Lemairc, caressait depuis cinq ans, consiste a convertir l'ancienne papeterie en usine de pâte chimico-thermomecanique blanchie, «la paie du futur» selon lui, car elle produit deux fois plus de papier que la pâte traditionnelle. Les sociétés Cascades et Rexfor fournissent chacune $5 millions en actions ordinaires. Québec, probablement par l'intermédiaire de la SDI, consentira un prêt sans intérêts de $21,3 millions, de même qu'un prêt bancaire de $40 millions. ITT et Rexfor apportent respectivement $12,5 millions et $17 millions sous forme d'actions privilégiées rachetablcs. Le gouvernement fédéral accorde un crédit d'impôt sur l'investissement d'une valeur de $1,2 million. Les fonds nécessaires à l'amélioration des accès aux forêts seront assumés par le gouvernement du Québec. Le ministre Ciaccia s'est déclaré satisfait de l'entente conclue 250 contrats d'or négociés en 20 minutes n ( PC ) C'est par la négo- ciation de 250 contrats dans les premières vingt minutes, pour une considération totale de SUS 7 millions, que la Bourse de Montreal a inaugure hier les transactions sur l'or dans son marche a terme. M. Sam Luft. directeur des contrats a terme et des options à la Bourse a dit qu'il s'agissait d'une «autre grande étape de franchie en vue de faire de Montreal la capitale de l'or au Canada». Pour les trois compagnies américaines qui se chargeront de maintenir le marché : Refco, Republic National Bank et Merril Lynch, l'objectif est d'aller chercher une nouvelle clientele canadienne, qui jusqu'à récemment, a négligé la couverture de risque offerte par le marche à terme, ou osé spéculer sur les gains que l'on peut y réaliser. Ce n'est que graduellement que pourront s'y ajouter des ordres en provenance des États-Unis ou d'ailleurs dans le monde. M. Andre Saumier, président de la Bourse, a déclaré que l'industrie minière est traditionnellement très conservatrice, probablement en réaction aux très grands risques auxquels elle doit faire face, mais que ces dernières années, elje a commencé à réaliser les avantages qu'il y a à protéger ses revenus futurs avec les contrats à terme. Le nouveau contrat à terme sur l'or est un contrat standard de 100 onces, avec règlement en espèces plutôt qu'avec la livraison physique de l'or, comme c'est le cas à New York sur le Comex. Le règlement a la fin du mois sera base sur le second prix fixé par le marche de Londres. La particularité du règlement devrait aider a diminuer les coûts et les restrictions liées à un contrat prévoyant la livraison physique de l'or, même si de façon générale, seulement 1 pour cent des clients s'en prévalent. avec Ottawa. «Il existe plusieurs ententes entre le gouvernement fédéral et le notre et nous n'en demandons pas plus». a-t-il succinctement commenté. Le ministre a ajouté qu'il considérait l'investissement de Port-Cartier non seulement comme un geste socialement important mais aussi comme «un bon placement» pour le gouvernement du Québec, avec un rendement de 12 p. cent. Les coûts du projet se répartissent comme suit: $17,5 millions pour le rachat de l'usine aux Industries ITT-Canada, $b0 millions pour les modifications à l'usine, $9,5 millions en coûts de pré-produciton et $15 millions de fonds de roulement. Rexfor obtient pour les sept prochaines années le contrat d'approvisionnement en matières ligneuses, soit annuellement tonnes de copeaux et metres cubes de bois rond. La mise en marché sera confiée à ITT. La révouverture de l'ancienne usine, dont on ignore encore quel sera le nouveau nom, créera 385 emplois permanents, apport non négligeable dans cette petite ville de b 000 habitants (la moitié de ce qu'elle a été), où une personne sur deux ne trouve pas d'emploi. NIM à $67,78 ng La valeur des actifs de la so- ciéte NIM. un groupe de fonds mutuels, se situait à $b7.78 l'unité au 21 janvier, a fait savoir un porte-parole de la compagnie. Toutefois, les unités de NIM- Quebec atteignaient, à la même date, une valeur unitaire de Sb4,l6. LA BOURSE Pertes effacées mm Suivant la tendance de Wall Street, les bourses de Toronto * et Montréal ont rebondi hier et effacé en bonne partie les pertes importantes subies au début de la semaine. À Toronto, l'indice TSE 300 a gagné à 2 810,14. Tous les indices secondaires étaient en hausse, les aurifères faisant le bond le plus important grâce à un prix de l'or en hausse. La journée a été active avec 23,6 millions d'actions échangées. Les ventes massives de pétrolières ont cessé et Imperial Oil a monté de A à 47 A. Campbell Red Lake a gagné I A à 32 '/«et Lcho Bay 1 '/«à 21 %. Par contre Gulf Canada a perdu /& à 20 % et Mitel i à 6 %. À Montréal, l'indice général a monté de façon substantielle, gagnant 1,60 à 137, 67. Tous les secteurs étaient en hausse, surtout les produits forestiers. La journée a été très active, avec un volume de 8,5 millions d'actions. New York a connu une excellente journée, les investisseurs délaissant les pétrolières pour se tourner vers des secteurs qui bénéficieront de la baisse du prix du pétrole, comme les sociétés aériennes. L'indice Dow lones des industrielles a gagné 18,69 à I 529,93, alors que 129,5 millions d'actions changeaient de mains. Republic a gagné I A à 15 A, mais NWA a perdu 7 /«a 47. federal Express a gagné 1 '/ià6l 7 /i. Pepsi achète Seven-Up mm NEW YORK Pepsico Inc.. le deuxième fabricant américain de boissons non-alcoolisées, va acheter Seven-Up Co., situé au troisième rang de ce secteur, à Philip Morris pour $380 millions, a annoncé, hier, la direction de la firme. L'annonce de ce rachat vient confirmer les informations de presse qui circulaient ces derniers jours et faisaient état de cet accord d'acquisition. En absorbant Seven-Up, Pepsico fait passer sa part du marché américain des boissons non-alcoolisées de 29 a 35 p.c, renforçant ainsi sa position face à son concurrent Coca-Cola, premier fabricant aux Etats-Unis avec près de 40 p.c. des ventes totales. De son coté, Coca-Cola vient d'annoncer le lancement d'une nouvelle gamme de sodas fruités et vitamines pour tenter à son tour de se placer sur ce créneau qui selon les analystes est appelé à ce développer. Il vise également à entamer les positions déjà prises par Pepsico sur ce marché. Pepsico avait été le premier en 1984 à lancer des sodas contenant 10 p.c. de jus de fruits, répondant ainsi à une nouvelle demande des consommateurs américains pour des boissons gazeuses plus nutritives. Philip Morris, un des principaux fabricants américains de cigarettes, avait acheté Seven- Up en 1978 pour $520 millions afin de diversifier ses activités.' Mais, au cours de ces dernières. années, Seven-Up a vu ses résultats se dégrader en raison de la forte concurrence de Coca-Cola et de Pepsico. Ces mauvaises performances ont incite Philip Morris à chercher a revendre Seven-Up depuis plus d'un an, ont indiqué des analystes. LOPTÎONS TRANS-CANAM(transigees) F*fm ùv M ol «iron. Tittt tai i H CH. kl» ol CH ^m Ton ijmc E» S7I Bit K M» t P et 88 : içric E v, :: S24 6» IN F !SS0! : -r/nc E A«!! B. Mtl ft 30 p 200 lilt AiCrjr] ft 3S 13.4,1 $/', 542-, t> km ft *5 2SI tcon F6 JS P s un s I42S Bk ft 32 ip 10 3k6 19 8)2 : ft m ss W>. Bk M*.» ! 832'; UOfi n v P».«73 10 S4!>. Bk. 3! IS : iléon fit) 5 H StPi Bk Mil» 32 ;P S 2* Slcon ft 40 P 135 MO S B- Mil H, lleon rt n 104 t !'. Bk MU M. 38 P S , '<on ft «P M 31! 105 S4ÎS Bk Ha Ag : Alton ft !>, Bk Mn Ag JHOfl nn P 10 S3» S4!i Bk M W 12' P 324 3C 8t3 «m, !-, Bk NS jn 12' 5 III I4C 813 HCC* v. tc p !', Bk Ni jn 18 3S3IÎ Alton.y m S3. 84! s Bk NS Ss 12 P sic»., 4! 4* m s; 84ÎS Bk NS So ItS AU», I5«>30 84!'. 9o. 0 Ac 12 P '. «ICSf» (5 P 3 : 355 S4!>. Boo va Ad «0 813'.»'C» Ag!S t 73! SI. B M Ol AO IS P )3'. SIC» Ag 37 ig ici, St S4i\ I sen A A( ) )1 Ak» Ag P 61 TOI 10 S4!>. Brscri t J. 37' )1 AK» Ac M M 84!', C M i '.v 40 P SS 841. Akx Ag 45! SUS C un B jn ) Al< El» St 15 x X m 815 C m t Jei 40 P iwmj AO lt! '. C «1 Jn ) Awro ft 12 10! >. C m B SO 4) P US 841. BC Î* J, 25 SO 74 ISO 8!!S C un B So 4! S BC TU Oe P C kn B So BCE for-!7 131 '10 SB'. C orc Ft '. BCE ft P 47 S3» 83» > C wore. 2! «5 820'. 9CE FS Ut 4S 831. C» Dev f 'i BCE ft 40-7( 1»! Ql 831. C» De» Jn IK CE ft»l C» De» So '.- BCE Cb 4) P S S»', C»P E FD "11 28 BCE, li *0 SJJ. Corl on MY 13 S '. 813'. BCE lt, I3IS 1» 831', f 1!» »! 81!'. BCE i to P le 30e S! 831'. COKOtX, jn '. BCE. 4! S S 831'. C0K0W«in 1! I3-. BCE < 45 1»0S '. CcstMes jn III 100 8I3>. BCE Ag 3' et 216 S3 831' CtJMOCtM Jn IS P io io ios 813'. BCE tg3> )P '. Conooes So '. BCE Ag 40 7S SS '. Cette 00«So » )40 813'. BCE A«4? 54 S Cm:ooei So 11 ip '. BCE 'g 4! ip! 42 S3' 831'. Coseocm So IS 26 60» "5 813'. BCE Ag SOS 45 SSI'i Cmric m io P ) B» B-C ft JS0 7 SS i Cmnc t 1! B> BC M» 5 3 4)41 70 Si. Cnvix m il.p 1 IH IS 813 Cvphon Hoi. Pn. Lkl Cre- LM L'd cm. cm L OIL L L L L OIL CRl CTf CIr Or Of CTf CTr CTf CTr A Or B Den B Dcm CW H Own Dor. Ctxr M Co- Echo Eefio Echo Ecno Echo jn 11 1 :' F6 I7 ( : Ft) 17 ; Ft 20 Ml IS Ml 17., 20 M. 20 P Ag 17' : Ag 70 Cg K P Mr 30 Mr 30 W )2; M> n-.p i 35 jn JO Jn 32'. Jn32.-P jn35 So 30 f 10 m i21 Mr I!,P Jn 10 Jn 12'i So 10 So 12 : So 12 :P AS 12.P J» If] Ap II 1 ] to IS AO IS P AO 17. AO 17 ;P J. 13'jP ft 18 Ji 15 P Ji 17'i Oe 11' ;P Oc '5 Oe 17', Ap 17 : Ap 20 Ac 20 '0 22. I< 22 ; «1 llo- ol or loon. > Ttn fton on Don? MM Priic ol nr Trent > Tkro to- Met, on ol o* Irani tfrm du litto len Moi, kn. on ol a. Tram du Tm 12 H tystr Ap )3 I 0t5 8: 8)5-. toil A, SC 0 31 J '. Ha Bk Fb 1* P i 77 1)3 S m SO $17'. Oiilff AS )3! 10 4)1 MC 838'. ;0ii A M, )2 10 Si'. tien Bk Ml 20 P n 105 «S S 817'. Gn*1or As )S US'. Oil A Mv '. NOt Bk v 22 3e II 82' 817'. 'jftilor AC )7': )S 347 1» 838' A v ' i 841'. soi Bk v 22 :P It S N) $ '. Gmtr J, 30 P US'. Kill A Ag 15 p » Si:. Nef! Bk, US 817'. Grstor J»)2':!3 2W '. Oil A « NOt Bk Ai S3 2006!! 817'. Gmtof J» '. (Oil A Ag 47,P 1 il» 841'. Nef Bk Ag 22 5 I0SI 52' 124 Si '. Gr*t*or J. )!' : '. (Oïl A As 50 P )' Not Bk Ag 22.P S no 817=. Gnsigr Oc Hi 1 i 205 S3S'. lull A Ag 55 '0 Î No! e. Ag ' ) "., 817'. Gulf c ft 17 i 84 4'? S3 SMS L MO Mr 30 p '. Nef s. Ag 25 P " 81"., 817'. Gufl c ft) 20 2S3 3CO H L Ml» r S S Nor Tei As )S) ! 7 23» Gu" c fan p C 820'. L Ml» Mr 35 P S)!-. Nor Trl «8 37 P 212 4) ) ! 60 83!. Gut c Mv II ;P 10 X S L Mr» Mr J7 X ! 8)5-. Not Tel As 40 21! '. GuH c *2 '?! 820 i L Mn Mr S)!'. Nor Tei»0 40 ' Guf c My 70 P )5 820 t Un Jn 35 2 m Si 835S Nor Tel AO W GuK c Ml 77-)P 2» 04 S3 820*. L Mnr jn 35 : NOT -< AS 47 P )1 2 41!)> 837. Gult c Ag i Mra Jn 37 P i ', Nor Tei AC ! » S32. Gull c Ag S L M-» Jn !', Not Tel As 47' ) ' S3! 1. Gull c Ag 22':P i m 820 S l f» Se , Nor Td Ac 47' P ' i» S 837. Hulkf Ac so-. Mrtel Ml 7 tcsiwo Nor Tel AS ) S3!. 817'. Hu*k, AC «P » 80-. MM Mr 7 = 61 S NO» Tei AS St p ' 833 SO «35 53 S3!. 817'. Hulk. Ap SO-i Mêle' f 1 lit tel Nor Tel AS S? i SI!'. Huikf As 10 P IS 203 IS S»' MM l 1 P 11) Nor Tel AC ! SS 117'. Hulk. J»» S 120 no 8»i m«mr Iky Tel Jv 37' 1 4) «6 4) ' 3o0 8! SI!'. Hu*k. J« » 45 S»'. wnei Mr 0 P 45 12» 2)5 87 Nor Tei Jv 37 P SX It 1SI '. HuSk. Oe 0 P S»-. MM Mr 10 II! Nor Tel Jv ' S !'. imse.0 As S i Mrlel i 10 P MM Tel Jf 40 P S3!» «3 les 817'. 'msec Ac 27, ! 826': Mrtel J * 7 2C 20»! 87 Nor Tel ft 43' )7 MO '. «T1SC0 J» 25 P 2 si n 826': Mite! jn T P 52 3T NOT Tel Jf 42',P ! ': "r.sco Oc 25 3 )3)5 82»': wnei Jn Nor TH Jv ) Si 81! > kko Fb 17 : S «rte! jn ( P Nor Tel h 45 P t e! 87 8)1 00 1)10 M SIS". inco F Mrtel Jn 0 14)Ute Sv 87 Nor Tel J( 47 il )1 IS 220S 100 SIS', mco M» )S 6I«3!P 820 Mrtel jn 10 JS SI) Nor Tei J, 47 P ' 538 1) )!! K 815'i inco, IT ;P Mrlel So 7 2! Not Tel ft 50 M II) 61! '. l«o v 20 II 865 1)0 820 tfnei So 7 P 1S Nor Td.', so P SU', l!l 2)8 SIS'. igfi t. FOIS S0 847'. Mrlel so a P IS SS1S0 57 NOT Tel Oe ' 5)8 31 1)7 IS SIS'. 10 il A "SIS o 10 12! Miel So 0 )! SI Nor Tel Oe 37 P 37 S SIS'. loii A Fb 47'; 110 'OS '. Mrtel Se 0 P Nor Tel Oe to 53 33! 54 5) ) 10! SIS'. IDII A Fb 17 ip 20 II 115 '. Mrtel So10 l Nor Tei Oe to P S3' 831 3S S3! US S S IS SIS'. K)ii A Ft SO Moote Mv 35 3! 67 82' 877. N O Tei Oc 42 i: )1 3S S3! US S S IS SIS'. ;CM A FbSO P io ;].: ' 847. Moon Mv 2" !'. Nor Tel Oe 42 (S*» Il 85 83! 11 «6 260 SIS'. loii A Fb 81 ; oote Ag M 87!, Nor Tel Oc 4i 21 H » 35! I6S 818'. Oil A Fb 8! ;P s x m 847, oore A» Nof re Oc IS SU». 10» A Mv l)i M0«i Ag 27 fi 3 4)) '. Noror. Fb IS IS m (Of A Ml 45 P S 14! Moore Ag» S 1) 'i rkrai Fb 17 fi S 2» HO 891*1 (Oil A M»47', S S2I , tien Bk Fb M 874 Now Mv li ' ,.Oil A Mv 47 ip» 284 II! 847. NO* B> Fb SU Nam Mv » / It US 871' , KM A / SC S47 1. m B> Fb 27,p 35 4) Noran Ag on tkvrn M». Of-non Mon, t-ni ol» Tram Titn l-on k Unkvii ol a Iron, Tnro i M Mon h ol C" tr-n. '. -' A3 ') 5 44' 21! SI»»0, Bk Ap ): p Sll'i Teck B Ft. IS io :!» us NOfCn Ag 1! P »Of Bk AS : Te» B Fb S3 US su. Noron Ag ko. Bk ft X P ': Teck B FO SB. N.o A Fb 5 S X '. Sor Bk Jv '. Teck B M S2' 81». SB. 81». NvO A f 6 P « >. Pô* = Jv 31,p i Teck :: thil A M< » 25 86'. Rov Bk Jv 15 5 ' ) Teck B Ag ' l«. NvC A Ag ) US 86'. Rov Bk Oc SI, Sll'i Teck B eg $H). NvO A Ag? ! Se'. ROy b- Oc 30 p S , TIK FbUS 25 ej SSSS'40 N.O A Ag '. Rov Bk Oc '. TIX FSI3S p 11 50» 40 8M0 : OOQ ot Ht )6C 595'. Segrm As 55 '=> TIX Fbl SltO Ot» tl / e: fi 32 le) '. Segrn Ap SSS 56' 864, Tlk Fb!40 p ! 165 S'tO : Otu 01 Mf os 'l N Segrm As 57' ) , Tlk Fbl45 Hi fl. Otw 01 Mr 95 p S9S-, Segrm AS 60 p ', TIX FbUS p ' StM Or» 01 Mr Ot S95-, Segrm As , TIX Mr l)s p It] Obc M* 07 P 2» 1) '. Segrm Ap 62 :P M ', TIX Mr 140 a siflr : OC-3 01 JnOO P , Segrm As 85 X ', TIX /140 p 166 Sl'.SrW: Obo 01 JnOS ) 57' 2)5 595', Seo-m «S *5 p N , TIX MrllS » Ose 01 Jn 07 )l 577 1» S9S'i Segrm AS 67 i 1 60 I2S 864, TIX Mr 145 p 14 4) 85- S!«. Ooc 01 Jn 07 P )40 S9S', Segrm Jv 57' i S , TIX Mr ISO ': Ot» 01 JnlOO P SS S9S-. Segrm Jv 57 :P S , TIX Apl40 30» 84 S'*. Ooo 01 SS91' S9S', Segrm Jv 60 p , TIX Apl40 p 3 7 W0 SIM': Obo 01 SO 05 i S9S-, Segrm ft 62' 2 16» , Tlk AS'I! S ». Obo 01 SslOO S'. Segrm Jv 62' p W, 'otoi P Ap II p X SU Otc 01 MfDS P SI08', Segrm Jf S3' 564, ToW P AS O 82» Orx 0) rlio S1M-. Segrm Jv W. TotOl P As 27 : ! 822 Ob: a 5OI07 ' s;»'. Sien C Fb 31 S 1373 li SU'. TOI* p Ac 72' p 0 45 US 822 Obd M u 97 i i S99>, Sneti C F0 22' P 55 2»! 1! 52!'. Told P Jv 30 p It 33 7! 522 Obd 01 vnos 1 X *1 C M, 20 = n '. ToW P Jv 22 i ? Pkxer Mr 2! 2! 1164 ISO 825'. Shell C M. 22 p Ht * TOW P Jv Pkxer * 25 P 4' )SI 65 S25-. Snel! c Mf 27 'S 14! 20 82". Tott p Oc 20 p M ? Puce- Mr 77 il )Si 4S S25'. Snei! C Ag 20 S S!!'. Tôt» P Oc 22 S 5 82 iff Pkxer J )2)2?0 S!5'. SPC» As 20» 58 SI!'. TrP.lt A Ag 27 n P'oxet Jn 27' IS SIS'. Sso As 25 ( S25'. T(C PL Mv 20 i « Sl i PlOCJf So 2' 10 II I7J SIS'. Ss» AS 15 p !'. TrC PL My 25 i Poor Fb Soor Ap 27' > SIS'. TlC PL Ag 20 p PooT F» Sot» AS S0 SIS'. TlC PL Ag 22» sfo Pow, S3 522 Soor Jv 22' SIS-, T-0 Bl Mr 22 } y,: Poor Mv 20 p Soor Jv 25 Ht!ll 255 I2S : jn m Poor M, Stwr Jv 77 i SIS 1. TO B. Ss IS SI*. Poo; kg Soa Oc 25 N 20 SI' il!'. Akf R Mr 27 ) 30 55»S Soif Pc-*f AS 22'iP 1) Stieo A Fb S! S21-. Mil R Mr $30'; r Provicjo jn 15 S ISS 10! 816'. Sico A Fb 22' 34! 869 1)5 )))'..'. P Mr 30 p 20 ISS 90 Ut ti ftrjng As S 160 )9) sneo A Fb SIS IS 823'. vkr R Mr O0 Pong»s e ', S«ce A Fb 25 p M 16 1)5 82)'. rki R jn X p S M - Pctng Jv S 7C 1) , Skec A Mv 22 i M W»r R Jn 12 ip S 10 12' 820': Dcn-i Ot S SS S4S Skco A Mv SI)-. Tkf P. Sr. 30 ii )0 : Po, Bk As 30 P JS SX'i S«co A Ag » 813'. rikr P. Ss 33' 1 is )0 i Pdv b- As 'i Stlco A Ag !)', Ml R Ss )0 : '41 r* "S» ' «r - t PROPOSITIONS D!âFFAIlES HYPOTHÈQUES et prekets, hypothèques, marge de credit, Drldge. Reol Longlois ,000 O 818,000,000 Prolet de tout genre Financement 80\ o 100% Taux 13 a 15N ovet ou son. oorticipeïhon. Canada el USA Fonds étrangers J. Coulure ÂTcEPTATKJfl MEME~JOUR IRE, 2E HYPOTHEQUE Résidentiel, commercial, Industrlel. Crédit vlo. 2S ACCEPTATION RAPIDE Ire, 2e, le hvpottieoue, résidentiel, commercial. Industriel. Aussi tonds disponibles pour commerces. Cromlgrld ACCEPTATION en 7 lours, 1ère et 2e hypotnegues. Caisse Pop. SI- Bene Goupil, FINANCEMENT OE TOUS GENRES Ire e1-2e hypothèque, résidentiel, commercial, industriel, credit bon calre. construction bridge, iour et soir IS. Morm, rinancement de tous genres Ire, le hypothèque, balance de vente. Service rapide. Oe 15,000 5 et plus. Pour renseignements: Wore Fontaine 4M E, 2iéme, balance vente. Imm. Andre Clrcé Inc. crtr, « A QUI LA CHANCE? Con»oognle demand* invwtï*«ur pour nouveau prolet dam la restauration. Demander Clement ou ACHETERAIS clientele de tenue de livret ettxi déclarations dlmpot.conartion.rrtéfessonte.652-3?46 CHERCHE de 5 a 10 tables de dessinateurs dons un tocot très accessible par CTCUM, court ou moyen terme. Bail, associe, ou votre suooestlon Dessinateurs DMT COMPAGNIE oeuvrant dons le domaine de la restauration et avont plus de 30 ons d'expérience dons n distribution de produits ollmentolres dons la région de Trois-Rlvieres, Sttrwinloon et les environs, possédant 6,000 pl cor. d'entrepôt, bureau», etc., recherche distribution en produits alimentaires ou franchises se rottochant a la restauration ou Tollmentatlon. Telephone; , entre fh a.m. et midi. CONCEPT très Intéreisorrt, comptoir de plots cuisines, à emporter, service de livraison, traiteur, prix i28,0o0_\ylali M1 i2?0, CONCESSIONNAIRE demande. S 100,000 plus par année. Nouveou, sensationnel. Territoire protege. Cocrtal requis 830, DOUBLEZ vos revenus, sans laisse, votre empiot. Pas de porte 0 porte ou M. LAUZON UNE AFFAIRE FIABLE Plus de 50 franchisés un peu partout au Québec, employant plus du 450 personnes et générant un chiffre d'affaires annuel d environ 15 millions K >M oie de Louzon choir de rumplacf'tnont amênagfimeni complet LAUZON. le Pionnier de la conduite automobile au Oueboc avec plus de 40 ans d expérience, vous offre l'opportunité de vous joindre a son groupe de franchisés le plus dynamique UN CONCEPT «CLEF EN MAIN» system*- inlo^matiso entraînement complet ' financement disponible LE GROUPE LAUZON OUS OFFRE LES AANTAGES SUIANTS: Les cours de conduite automobile sont obligatoires ot décrétés par la Régie dopuis le 1er janvier Chef de file incontesté dans son industrie Relolnt plus de 60% de la clientèle sur la conduite automobile. Un achalandage garanti. Technologie d'enseignement à la fine pointu du progrès (audio-visuel). Une assistance professionnelle assidue Un retour d'investissement des plus avantageux. Pour la promotion de ses écolos, un programme do publicité et markollng de $ pour I année 85'86. LE FRANCHISÉ LAUZON EST: Un homme ou une femme d'affaires qui désire exploiter sa propre entreprise. Un(e) professlonnel(le) et/ou cadre d entreprise qui désire effectuer un placement solide. Celui ou celle qui désire investir dans un domaine en pleine expansion INESTISSEMENT REQUIS euillez soumettre wire demande par écrit s/s de: Monsieur Richard ézina Écolo de conduite Lauzon Ltée 1600, rue Berri Suite 8 Palais du Commerce Montréal, Québec H2L 4E4 MMIt-711 ( 7 ^ EQUIPEMENT complet de buanderie 32 morceaux, très bas prix. Appelé! a , npres 5h ! 4M. EQUIPEMENT de salle de cinema a vendre, complet, proiec1eurst,2} Simplex, bancs recondltionnes, ccron neuf etc FAITES UNE OFFRE lot de portes d'armoires de cuisine a liquider OCDE. (Groupe Canadien de distribution écologique) recherche distributeurs de region à travers le Quebec pour produits et services écologiques. Investissement minime au financement possible HOMME d'affaires, expérimenté et honnête, serait intéressé a emprurrter du capita: pour Investissements Immobiliers. Intérêt: 12% à 15S selon les conditions PARTEZ votre groupe de vente Porlums de Fronce *83 PLOMBIER avec 20 ons d'experience voudrais partir à mon compte. Aurais besoin d'un prêt de 15,000. Particuliers seulement, Les gens d'affaires avisés font confiance a la rubrique des PROPOSITIONS de LA PRESSE pour obtenir les MEILLEURS RESULTATS j 'j INTERURBAIN SANS FRAIS ANNONCES ENCADREES PRESSE a rouleaux pour fobrlcation de chevron en bois et table de montage de 48 pl de long, demonde SI W SOCIETE française de cosmétologie de réputation mondiale recherche Importateur exclusif pour le Canada. Ecrire: A. Abensur, phormoclen, 66 rue des Pvrenées, Ports, Fronce. TIMBRES conodiens neuls a vendre, ASSOCIÉS DEMANDÉS ASSOCIE pour expansion. Morlno, loc Chomplain. Ecrire à la Presse, Réf. 9684,. 6041, Suce. A., Montreal H3C 3E3. (fïg) GIORGIO EXPRESS PARIS CROISSANT FOTO PLUS EMPIRE IDÉO PATIO-IDAL Le Permanent vous offre des information sûres, des conseils judicieux, des spécialistes hors pair et intègres. Informez-vous dès aujourd'hui. Le Permanent Service des franchises 110, Crémazie ouest, Suite 1102 Montréal, Québec. Tél.: (514) Le Permanent Courtage immobilier - - Prêts hypothécaires La Société Canada Trust Courtiers li 497I32-R7I0 ASSOCIES DEMANDES FRANCHISES ASSOCIE frovolllant, compagnie Pour fotxiguer compost (engrais special) plus Top.sol en sac. Capitol reauls SI0.OOO. Eligible a subvention. Ecrire a:. 249, Chomedev, H7W 4T2. CENTRE de relaxation et condltlonncment sons effort CHERCHE ASSOCIE(E) pour cote, rue Laurier Ouest. Tel ou COMPAGNIE en pleine expansion besoin associes avec experience dons le marketing voulant partir leur propre commerce. Investissèment minime de deport ovec revenus illimités. Pour entrevue DEMANDE ASSOCIE ACTIONNAIRE avec expérience (minimum S ans) dons la gestion generole d'entreprise. Capital reauls 125,000. Ecrire o Corp. Générale S. Bellev, Joseph-Cowvont, Mtl, H3M 2C2, DEMANDONS as S K le-actionna Ire avec experience pour la oéronce d'un atelier de carrosserie de la region de Montréal. CopHol requis S Ecrire o: La Presse, rel.9691,, 6041, Suce. A, Montréal, HIC )E3 FRANCHISES DISPONIBLES On com.îierce en informatique vous Intéresse? Jolanez-vous à une entreprise bien établie. Territoires proteges. Distribution de produits réputés. Aucune formation requise, prooramme de formation Inclus. Capital rolsonnablr Territoires disponibles: Hull, Rouen, Laval, Sorel, Québec. Pour de plus amples informations, communiquer avec Pierre Beauchemin au 46S MENAGE EXPRESS. Compagnie" provinciale établie, spécialisée dans l'entretien ménager reslcten- Mel. Profits exceptionnels. Territolres disponibles. Entrainement fourni. Capital requis (12,000, mf; 1514) UN MILLION ET PLUS en 3 ans possibilité. Franchises disponibles. Capital requis $300,000. Sérieux seulement Inf SERICES FINANCIERS FRANCHISES AANTAGE DE FRANCHISE Systèmes de garde-robe et d'entreposage. Devenei un "DESIGNER" de garde-robe grâce au. systèmes "HIGH TECH" à étagères olourées et de paniers coulïssonts, Formation complète sous tous ces aspects. Pour plus de renseignements dppelei: COMPTABILITÉ ADMINISTRATION FINANCEMENT ÉTATS FINANCIERS 6S5-373S 1222)01115 FRANCHISES IMiKEr RKSTALIRANT MIKES FRANCHISE OPERANTE DISPONIBLE À MAGOG EN OPÉRATION DEPUIS JUILLET 1985 PAR LE CONCESSIONNAIRE SMERBROOKE-MAGOG RECHERCHONS PREMIER FRANCHISÉ Contactai: ANDRÉ MATHIEU (819) I 111 CONSEILLER en financement inoustriel et commercial, 287-8W1. FINANCEMENT commercial et résidentiel, recherche de subventions, service de comptabilité et de consultations. La Société Ges- Honor SERICES FINANCIERS' FONDS pour commerce, Industrie, affolres, appartements, etc. Den col Mtg: SERICES SPÉCIALISÉS ALBUM dort Canoda Canada, Jeon.Poul Lemleux, 12 sérigraphies originales signées. Non taxables et amortissables sur 5 ans , ATTENTION MUNICIPALITES, COMMISSIONS SCOLAIRES, GAR DERIES, TRANSPORTEURS ROU TIERS A cause de l'augmentation de lo demande et le l'inoccesslbllite de couvertures en ossuronce-responsablltté, plusieurs organisations doivent ossumer leurs rlsoucs ou être assulettls o.une franchise énorme. Nous vous offrons un service professionnel pour régler tous genres de reclamations et de ce fart les minimiser. Pour Informations communiquer ovec Madeleine: 483-1*94. CENTRE de relaxation et condltlonnement sons effort DESIGN dlrnoges d'entreprises. Conception et enregistrement de Morgues de commerce, LIRES de Jean-Paul Lemleux demondes, n'importe lequel, oussl Petite Poule d'eau. Paye comptant. Ecrire a La Presse, réf. 9328,, 6041, suce. A, Mtl H3C 3E3. REDACTION, revision, correction d'épreuves, traitement de textes (725) TENUE DE LIRES, DÉCLARATIONS D'IMPOT ADMINISTRATEURS, éporgrwi du temps, conflei-iwu* votre tenue de livres vos ropports gouvernementaux (T-4), lo préparation de vos états f.nonelers, votre planification fiscale et votre Impét (particuliers et corporations). Service Flnoncler F. Drouln me, 7055 av. Lincoln, lutte 101, Montreol, ê PAYES. Impôts, tenue de livres, prix rolsonnoble, soir,,, SERICE de comptabilité, de pave, d'impôts, pour la petite entreprise et particulier. Apres 6h.3Q SERICES: traitement de la pave, services tenue de livres, Impôts portlcuiler et plus, TENUE de livres, T-4, TP-6, étots flnonclers. Impôts TENUE DE LIRES Pour petrtcujntréprises. Rapports mensuels pjrordlnoteur

3

4 LA PRESSE, MONTRÉAL, SAMEDI 25 JANIER 1986 LLÂ bourse en olume: Faits MONTRÉAL endredi saillants: endredi Actions trans Gains Pertes Inchangées Hauts Bas aleurs les plus actives olume aleurs Ferm GulfCda American Res. 3, Bell Enterp. 38< Norcen -A- 14 s /i B.NatduCda 24 Juniors -' Mines et pétroles olume en cents Ferm Oasis 1,15 Wnghtbar 1.90 Yorbeau,75 WrightbarWts,55 Ad Mêlais Wis,16 l TORONTO suite de la page C8 olume* Haul 6a «Clot ol ar. -% +,15 olume: Faits endredi Actions trans Gains Perles Inchangées Hauts 86 Bas 86 TORONTO saillants: endredi aleurs les plus actives olumes aleurs GuHCda Mitel 6% Ferm Can.Pacifie 17i -% I Bell Enterp 38',. +tt TD Bank -C 25.! Mines et pétroles ar. I olumes en cents Ferm. inch Lochtel -A-, NumacOil 11 +, Amer.Barrick 10. -, Sonora 5. inch Seabnght-A- 3, Houl Bot LS Steei lo 115 llt'l 35'. 2S\ 'i 2»'. 34». Un Tire IS IMOI 6,P : 14 34': 14', 11 vs Setv 11'0 sir S 71 alut In» > i - S 11». 1'. alut p >.il5 517'. IIS alut S'. 160 cn [1er S 175 -S ?ar»n o e'sti A IIS r. 305 enn Ci a « «10 i US ^ er St' Cor p ' l?>. 11 ' i ïe-si! " 25' 25' 32'. 30 etst' l"is0 105 It 104 IS Çes'g'on « s uicon mo « NIC g i 67»0 51'. 1 : 11 10', IS - A lit 10S ISS 73 Wolai i 1000 Sit. 11 It - S 17 I0S Àaioi Hi I'OO 511 3?' , 74 wa'.et ft 6SII43 SUS 2»'. 301 S 34 25'. ' i It'll S 21S 7t>. US - ' 11'. 24'. ««'1er ; 21 >«t 52». 21'. it. 30-, 77 <W ", 77. >. 21 ; 77.'.oner '.665 ;os ISO A'.r 111! «5564» 4)5 345 vt - 43» S.,vc liana ISM no I'S 3' Ui «oi».n S iorsor SU It'. I7'i 'i 21', 12S arren » ; 77 21': 34 IS Aorington IC' Aosoo SS 55-14»S 20..eio«5« '. 20 >. '«27 12». Aesiar» p '. 24 \ - S 77'. 23S AstSume SI7 1 If. 17 '. IIS 13 ACOO't 1 I4»13l 11» 11. 'IS 4 US 14S Acost ». 77', - S 71'. 26'. ftstioit & f no 200 IS Aesttie' «esilo'i a.'100 1' Aestç'otf. a '.s'orj 8 a «15 « Afs.nne 400 S»S ' ar. -H -j +j t'a inch. ar. +,005 -'A +'/«-i +,35 olume: Faits NEW YORK endredi saillants: endredi Actions trans Gains Pertes Inchangées Hauts Bas Indices Dow Jones: (Revue de la semaine) olum. liuu lot Clol ar On. Hait Su Oit u.»«. 1517( » 1507,( » * HH 20Tr 771,15 m 715,33 735,91 i»54 issvp m 171JJ 1(U0 171,21 +1,12 65 tap (20.( (17J1 Indices Standard & Poor's: Haul Bas Ferm. 500 composé 206,(3 204,25 206, Industries ,72 228,08 20 Transport ,681 95,11 40 S., publique 91,(4 90,70 91,43 (0 Finances ( Haul tot Aesit» o II e s "n < > SU IIS IIS -I't I5S ll'«aestifiln p H 'i 26 S IIS 70S 2SS Aeslmnt r no.s Aeslin 56.0 SU. 109 loo'i «s'n 4',p 190 Sel * Ast" tpr l's S7SS 75'. 75S 71 IS Anor! 1) «mm Cr. o 10U While P SU', IIS II,. S 19', 15 Ahonak SS ('. S'. - ' Wifanour «166] Il so wileo o wilsrtir E o t' «in-eh o SS ii Aooflod A 5111» SIS»'e 7S S 1«S SS AEate A t 5151 I I. ' '. 'S 7». AEaute 1 « II ) «Eau n» ISO no Ce' o «1 SI «Co> « S'> 14'i 14', s.eroi '. 11'. 21'. 4lS 71'. 17'7 'eroi « II! 210 « >Pl IS SI ««/Pi SO ik seat 2l«'e S!. rs 1 14'. S Yksn.re Sic. 73' S 20'i 11.'o.iii 141S0 uo HO no Porliolly Pom Shores B'Tel oor Sit i 1.'. 14' CDC i R «415 S 5'. IIS Piocei i» SIS'. ll'i 12S -». 14 Porlnership Umis O'i LennOortf S 7S 7S 9. 6 S P Storaoe IS IS IS 32 Storoa II » Lepog t 100 S >5 14, I4S - ', I6S 14'i t) Lepog 2400 IS SS 35 Trusl Units C incame u nos 10S ICS 10'. 10'. C Perm un SIOS loi 10',- ', 10». IS OstPr Ti u SI'S 17 «ne Gam u » I7S '. 17': II' ar. 1-2, , J( Traded in US Funds «lum B ', 26'. _ i 27», 24'. Aliffl d pr ii 1. 25'. 'i 76 S 74 isomtro 7300 SIS IS IS S 1». IS 8o«ly S 2«S _ i, 21 32', C orconi 600 S S 11', 14 Ch'rSler 4100 S41S 4IS 41S 11'. 33 C Both SSI. sss 55', ', 51': SI imp Oil 7100 SI. 32S 12S -1 1»S 32S iev 14» SHI: 141', 141', S 111 Mercntl 1 1SI00 5)9 21', 21». 31 IIS Osbn Chop a II S S 190 Ronger p : 25',!!'. _ 2»'. 22'. RiTrco 0 p : 21 21'. : »'. Sect 3 33 p IOOC : 11 S 31', 21'. Minbg lit' 27', 21 3«26.,'ORATI MARCHÉ DE WINNIPEG Cotes des contrats a terme de I or. en dollars américains, a la [i des denrées de Winnipeg Contrats de 20 onces Ouv Haul Mats 86 Jiwi 86 - Sep'86 Dec Mars 87 - olume 06 nef CONTRATS OE 20O ONCES D ARGENT Ouv Haul Jan, 86 A,rii86 M 86 Oct Jan. 87 l/ohjif-e de n,i i? suite de la page C6 Ctl di. oloum onlol Hovl Bel F Nd oloun v.rm Haul tat Ft rm N.I i-toc- 1 \m M Wort rei 10ÎWO 121 IX Tremmco \m grilgr Tri sasin m IN 101 -S Woinlx i Tri poc m m 31 Wet Knap 100 MS MS I0S Triockr a SS 17 rwotcti Trorxono 1 7J Wexan i S Trumpri 700C «2 Wni nar MS » TugoM m Wnt nars S TurMro gld S1«M m Ji WH annoee 2* NO 200 Tumtotl 1 iwos «S Wjttn (On «-5 Tyloi rei 1SO «4 Weil pot no 1SS III 73 Unkotn rs ) «Wit trofy « UK) CamM SS Wifn Warn 2000 IS 15 IS Utd 9WMI « H W«no»t i 10» «4 utd CaM J70C M W «mit» i ? >JW HMrro » 715 m «s WeMunn i SI SS St -3 UM Koarr i 6000 SS SO SS «10 West»* i 5100 NI 725 m Ut) l*tt< 1000» n w «1 Wilcfie i M 76?soo «i -1 Amdorro 7550 a 51 SI 1 Uiiv. rwri I 1500 N H as -5 Wmftliw Uoivei 1 m 57 S? s: «2 Wintlman 2000 ao 76 N ; ««tout SI? 400 SI! 32 Winston rs ITS ITS I2S OWvOU «00 M 13 M WiSCO t»j M vomtotn i TSW ta Wrta cmrrl j ontmo ÎSO0 IS II ai -i WrM cm r isoooo vortei 1 \ax ITS US 117 «i? World woe SI S3 7 onom t\ i.tsoo 13 M 33 3 Wren res orwol SOO r. H 31 Hanaro 1 itsoo «1 flvtt tip X rtmm i ente» en i UNO B 77 H /art c» o » 250 verosione i I0OC i*on re, 1000 M keroy rn » s Zone pet icl aiego i M 2 Zuni egv i 13( S 42 irtotn ri ?t1«tomp $ 210 virant» m 57' 7!i 71 Zenco res 17200» illeneuve ) res 1 SOO 270 n ixount ISO tst «7 TOTAL OLUME 14,425,0 M fx SOO a :. LravmENDES. TAUX PAIEMENT ENREG. i Ltxnsiina le. 0 W trim B *.dtlact M Centrai Wisconsin Banks 2 pour 1 lad Couniryw^ide Cf»d,t 003 trim loaa Souinern util 0.94 trim John H Hariand 0.17lrim Kansas a 6L 0 79 trim 01-O Norm Carolina Nat Gas 0 48 Iran Sur-cor lr»c 0 20 trim ' TyCkafC* Financial OOltnm I9S6 ol Haul Bo% li,.hri:i.h.-;«aj - Bas Bat Ferm 355M S0O Ferm H;(lt>llB3s* (PC) Cours des denrées transmis par le ministère federal de l Agriculture Beurre Commission canadienne de l industrie laitière, prix d achat. No 92. $4.909 le kg; No 93 $4 929 le kg: prix moyen du grossiste au détaillant $5412 le kg Fromage Cheddar au kilo blanc. $5009 colore $ Produits concentres lait en poudre ecreme No 1, sac de 25 kg, $2 926 le kg. lait ecreme destine a l alimentation $ petit lait en poudre comestible. $0 478 le kg. petit lait destine a l alimentation. $0 395 le kg lait de beurre pulverise $2177 le kg Oeu/s prix de gros aux detarllants. en carrons dune do* A-extra-gros $ A-gros A-moyens. $ ; A-petits Prix de gros aux producteurs, établis par la Federation des producteurs avicoles du Quebec A- exlra-gros ; A-gros. $0.99. A-moyens 50 92; A-petits. $0 55 A-peewee Pommes de terre, prix de gros: Quebec. SO 45 a $0 55 le 10 lb. $0 80 a $0 90 le 20 Ib: $1 65 a e 50 lb. IPE. $0 70a $0 75 le 10lb. $1 35 a SI 40 le 20 lb a $285 le 50 lb OUTILPOUR COUPER lû owi antm Haut Bo. F-n, di N*t atrun. r>t*l Haut Bai Sn Not A i l «no 100 SIS S S Kntri IIS IX «S Am chr M -S loti res ai Am chr b A OOkoO 1I0O Modsn Madré Andre* 20CO X McnN 6500 M H 10 Argus « Aew 17.( IX its 40 Art kl ti 1500 IS Motrli 3S0O 75 7S 75 Aurun a a Med res FjncOr 2H700 M M M M M Barron h » tfilner IN -1 Bov res OS II 1 «1 Mstnejo H -1 Btrt en HO Mite» 6100 « BM pel b 300 7M 7K 710 Neiimd SS SS -4 Btkxe IS ts N impôt IN IN Brtec en J IS IS «4 Ne* cln 'ck gld 500 N N M S Mw mem H.5 Boreols N Jt ne*pss S s S Cdo n« Nthgn « M X -i C rjosho 1300 SI SS SS.2 IIRT rsr M TOO -10 C enter '0 70 Orme! II X C omner IS 10 Penont Mil >» 1» lit S Choog Pere pet '- Ht ll'l '«J Clnccr Felrhnt tl 15 M Clou* Ht» a 370 Ht -5 Pomoc Cocn'n Prarl Pc 1* H 1 Corfo. ' /c. 37 Probe d M Cart e n Oumlko Cq»!» R i on X X C gscom m Rvmr Cons m Rensnc 250 Con im g II» S i s eipl n X Coït», M 15 Son ont IX 1» Cuttus S S 1 San poui 000 « Cypres a II Savono N IN.15 Deb 71 un ': US ll'l Seadrtt X IX.43 Bervyn Seagull X.1 Des*n SI 41 a -t Shogh X X Eden toc ? Shngtte 1700» M i:.4 Ekaton )S 140 Slvr ent SMO 100 IN m -10 Enercn SU hrl o 1600 nos 10S 10» '. Ermos 500 7S Slt.irrd s 1st cdn 200 r i 110 S Smond SS -15 Ftog rs Sprngk Fmg IN a Stockm FregH now 7» 71 IB 71 «s SuM IX Gkm str n.10 Sumrt » M 7 Grt env «090 :y X Sunstr a S Grsmrt 1250 D5 IDS MS -25 Tonner IS -1 HoUmc «60C ti Tti us 4000 (S Hecn-^i 3750 m :;: -25 Traopr X :: Homstk IS Tromtn XI Ml -.1 md Twin o titnsit, Urvrs ei i: Hier ttd m 'IS vencap IS m «4.!-! Si Kl 35 N «1 2enmc 1200 UO M 140 'K JOSS 2S X 130 m -10 TOTAL OLUf IJS6JS1 LjTOBONTQ tuite de lo page C 5 en alour. ont*. Haut 6a«Font. N*t en. alour..nto. Haut Ba. Form. Not Tir-tma Uim» C S16». 26'. 26'. Tierton o 7000 SI 49 5; t 2 Unkan S 1600 n;, 13'. 1! i Tgmoill t ' m 0 Unkorp A $2", 7S 7'i Si Tomba B IX 170 Unkorp B ». li l>. s To-omont t S Umcorp IC 200 $ "> T-: Bk '. n ' Une $I2S U : 12S w 10 Bk Ml! '. 2.». 2«S **J Unicoro * t» 100 ;.: Bk 1.3* '. 37». 37». t If UniRes A t IX TO B C C»>. ÎS>. Un*eS I.S IX Tor Sun 1713 S25>. 15't M'i un Carbjd 962 SU ; Hl 14' i '«Torstor 170 Ml 534 3!. X U Entprise $12 11' Torstor» 150 SUS 13S IIS 't UGas S: 6105 $33' '. Ton* Pet IIS 33 't U Gai '« $71'. a i 2). Total PA p 1400 SU : 31. XH t U Careyi Total P» » xo s Un Corp 1111 $ T-odrs a 13« : 71 X'. «U «eno 1600 $19'. M XS '0 Tr M'. 11» S» : 10. M'. L S-SCO* » 125 IX. i Tro* 7 t P SOO 543 : ; LS Steel p 690 $26 35'. 75't Ttfon» J HO. 3IC X» m 1 l'.p lic $ ': TrC k p , I6<«us S voiue mv IG'40 $19'. N M'. Tions Dwn ante p 5600 S27. X». 77 '. Tms Ml 2970 ill. III. II'. otue * 4) » 410 X TrAII R»B.600 SiiS 25'i ISS 'e von De, S T ta» R pc « M X edror o S 71, 4 TrAlt A 6240' 12' X'. X't ers*. A M «90 TtAita SSS. 55. s:. ve'sti *0 « S TrAtto 7, ;oios SIS 5 95 j vers* Cor O «50 SU TrAM :«o il' SU. 16 us erstt $25 S 33'i 7S5i r"' w TrAlto Sis', X'. M' m 104. S TrAll S2I i X'i X't veshjron 700 1» m IX TrAlt 12', '. 'i ulcon ind H) 10 TrAlt M't X': - AlC B US i. l'i T rilto 7.» I0SO '. K', *OOdv MS no TrAlt * rotai IJ4 200 $ ^. TfCan Pl SU X't rroker «3«]7«130': Ji, 30- s TrP 210 t 15» $16. " X rïo»er i'i S 27'. 37S s Trt> 1st F SSS sss rïaaer 1 : 21H $29. n» «TrP 1st H SI' 57'> t,'o'f * TrP 1st l », K't XS % - till K Ttpo: Pes OI n 5) i woi Redkp « S Trev i» IX IX t 5 Urohsvn XO.10 Tr- Pwr : «17 67 AordOf $17', m 11': Trttum «100 J10». M M - i A Worren o 35400?». X'i X») *i T'iuq, 17X2 US Ml XI 1 rrrttn Tiicr, A ;)9C ii2, 11» 22'.. Aasa» o SS S3-1 Triton Fn 1 «IX I2«. 31». Wt ' fe*j«aj 203 $20'. XS X'. _ -, TrWi F* Il '. u: '. Aestor A II-. 74', Tnlor. «1500 «15 IN m M P JUC $25 - Isnurne 046 $17 IU) 17 _ t, TrJon A * '. S>< s». rioast T 1X15 $16'. Il 1 M» s' Ttt< 105CSS 190 )>: 300 s' v.cost 1. P 'i 77' i 77', ', Timt, Res 400 2'S S S wesitieia 3000 IU IU 14. t 7 Trpi Cm E xo Westton c ISCO Ttuec ai 110 $77. 27'. 77'. ïistgr tllo 51». Sj 53 Trtec B ! : X'i X 1. Asigro B 415 «35 Truc 3 100X ' t't Westle. o C Ui N X.10 Ttuec «p 159 SUS 23»s t H Aestmtn 5115 sir. ns l's _ < 4 Tn:ec 5 p 100 IX. M 71 restmm p '. 26S 26S Tru-loll i 7'i 7'» '. Weston 759 $109' : 't Tjckno A * ïfliort 1.9M 27» 775. Tuow o 72i«U ;. 1'. l>. 'i Whim Crk. : : <! Turbo.3*30 «1 X tt 1 Wtonok A t 1210 SS'. S'. S'. 't Tut Ent 0 « : ll'i '1.'.:'.-.- a T*tn AS 1 ;20C K N» N - Wilshr E 0 « u'ap Al 1600 $26 X 21 rin-eld 0 ( X M UtS Cap P 1100 $:«-. 3ti XS 'i v,ood*d A S7S?'i ' 'i UHIei P o '60 M lit 1 «g1e A 1 «01 SI'. I'. 1'. PARE & ASSOCIES Fiscalité et courtage immobiliei Lles ismseszl (PC) - otcf le» taui d«s devise» trtngéfts teli que fournis par la Banqiw de Monlreai Lei cotes torn en monnaie Canadianr>t. Cal taui sont qualifiât da nomimaui parce qu'ils fluctuent durant la joumee at qu'il» varient d'una banque i l'autre i-taui mensuel fixa: Atnque du S. AII«matjno O Ar. Saoudite Auttralte Aulne lu- Bahamas Bahrain Baroada Belgique Oermudes Brésil.Bulgaria CaraitMB Chine Colombie Coim Oanemark EAU. Espagne Liais unis FM Finlande France Grèce Guyane Hong kong Hongrie Inde Indonésie Irak Irlande larael Italie Jamaïque Japon Kenya Koweït Liban Malays* Mexique Norvège NZ6lande Pakistan Pays Bas Philippines Pologne Portugal Roumanie Royaume U Singapour Suide Sunae Tan.anta «Tchecosl Tnnided T. URSS ene.uela Yougoslave Lo. col*,.ont Rand Mark Rial Schilling Dinar Franc Cruleiro L«v Renminbi Peao Mon Couronna Dirham PeMta Dallai Mark Franc Drachme Forint Roupie Rupiah Dînai Livra Shekel Lire «n Shilling Dinar Livra Ringget Peao Couronne Roupie Flonn (Peto) Zloty Etcudo Leu Livre Couronne Franc Schilling Couronne Rouble Bolivar Dinar an davi»*i U-'ARfflllL 50, ,5150 $ , , (975 50, , , , , , SO.1B , S0.06S O.0O9642 SO.009O29 50, car.*di*nn*. Les courtiers londoniens ont hausse nier le prix de l'argent de $0 082 cents américains par rapport a I ouverture de la veille endredi S MONTRÉAL Handy & Harman évaluait le prix de l argent canadien à S8 752 l once troy NEW YORK Handy & Harman s évaluait le prix de i argent américain a $6 190 I once troy WEou n 5900 IX I5S IX 3 Xeroi xero* * MO SU». 11'. IIS I H RI 1>. vrl SS n eeor SIX Si. 7'. I vksi»e IX', NX X. Z«rti t'00 IX 125 IX PcrMIy Po,d Shorts BrTr odr» 600 $3«S 3.'. ].». CDC I R $1 OS S : Pincer I R 121» $I2S 12 I2S» S Portnerslup Umts P Storage 1900 $ Storog n 190 SX X X Trusl Units C ticome u 4490 SIOS I0S I0S C Perm un «190 $!0'i I0S 10': FPT u 35N II7S 17 I7S Pre Gold UIOOOO : 41 Troaed m US Funds Alum B 1900 ihh 36' i 26' i Bo* lr !!<». 14». US Chrysler S 43 41S? C Bo» 535 «90 $S5'i SSS SSYi Mercntl XS M'i M». Fonget p 300 $26 R.Trco O p IN $X' Seeo 2 22 p ion $11 Shnbg i!'< 1030 IX 35A. xs m x t, s '4» 's S 1 à n/tcy4/<é.ic/t/a//o/> / a resi/a/ï/f/e </e / 'ù/t:(.i//a.ir//ie/// f/a/ri / '///////o/ ///?/> <y\buj Ârodtfe/'O/là e/e / occaâeo/t 1 Des économies d'impôt de 80% en moyenne! Le Fonds de solidarité est un des meilleurs placem ^ ments pour économiser de l'impôt. ous ^ profitez d'abord de crédits d'impôts équi- * valents à 40 /(i du montant investi, spécialement octroyés pour le Fonds par les I deux gouvernements (Québec 20%, f Canada 20%). En plus, vous pouvez profiter d'une autre réduction d'impôt de 40% en moyenne en participant au REER offert par le Fonds. Au total, l'économie d'impôt peut atteindre et même dépasser 80%, selon votre revenu. Un placement rentable En plus de ces économies d'impôt vous permettant de récupérer en moyenne 80% du placement initial, le Fonds vous offre un rendement intéressant de vos épargnes. La valeur des actions du Fonds, réévaluées tous les six mois, est à la hausse. Le Fonds est géré par une équipe de professionnels compétents et expérimentés qui ont fait leurs preuves. Un outil de progrès économique Fort d'un actif de près de 25 millions $ et de la participation de plusieurs milliers d'actionnaires, le Fonds a des assises solides. D'ailleurs, les gouvernements du Québec et du Canada y participent. Le Fonds a déjà contribué à la création et au maintien de plus del 500 emplois dans des entreprises québécoises, ce qui lui a valu un «Prix PME 1985». C'est le temps d'adhérer! Participez dès maintenant au Fonds de solidarité afin de profiter des économies d'impôt. Nous ferons même votre déclaration d'impôt gratuitement si elle est simple. ous pouvez adhérer en contribuant par des déductions faites à la source ou en un seul versement. Il n'y a pas de minimum requis. Communiquez avec nous dès aujourd'hui: Bureau de Montréal 505, rue Sherbrooke Est Bureau 2440 Montréal (Québec) H2C 1K2 (514) Bureau de Québec 4715, avenue des Replats Charlcsbourg (Québec) G2 1B8 à l'extérieur: sans frais) LE (418) DE SOLIDARITÉ DES TRAAILLEURS DU QUÉBEC (ET.Q.) Cette annonce ne constitue pas une offre publique de valeurs ous obtiendrez toutes les informations requises dans le document d information du Fonds. DU LUNDI AU ENDREDI DE 9 h A.M. à 20 h INTÉRÊTS RÉINESTIS ANNUELLEMENT AUX TAUX EN IGUEUR RÉSERATION SANS FRAIS RENDEMENT ET SECURITE DE PREMIER ORDRE PLACEMENT GARANTI EPARGNE GARANTIE AUCUNS FRAIS. LES TAUX PEUENT CHANGER. FACILEMENT ENCAISSABLE COMPOSÉS SEMI ANNUELLEMENT. INTÉRÊTS CALCULÉS SUR LE SOLDE QUOTIDIEN DE FERMETURE. diskudeas d& um> IteAùnA*. le cafe IMMA' attend. Montréal : 612, rue Saint-Jacques 2- étage (514) STATIONNEMENT INTÉRIEUR GRATUIT Québec I4IBI Sherbrooke ( Ottawa ( Crédit foncier ^^^^^^^mêmêmmêmmêêêêêê^mêê^r mm...

5

6

7

8

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

48,5 Bcf RAPPORT T1 2015 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO JAN MAR 2015 PÉTROLE ET GAZ NATUREL. Infrastructure de transport du gaz naturel

48,5 Bcf RAPPORT T1 2015 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO JAN MAR 2015 PÉTROLE ET GAZ NATUREL. Infrastructure de transport du gaz naturel RAPPORT T1 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO JAN MAR PÉTROLE ET GAZ NATUREL Prix au détail moyens de l essence ordinaire et du diesel à l'échelle provinciale ($/L) Prix du gaz naturel en vigueur pour le commerce

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Après avoir légèrement diminuées en

Après avoir légèrement diminuées en INDUSTRIE CANADA Le marché des maisons préfabriquées Volume 5 / 2e Édition Été 1999 Les diminuent Les aux États-Unis continuent sur leur lancée Les au Japon et vers l Asie-Pacifique baissent de plus en

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

En termes de taille relative, le Canada occupe la 15 ème place parmi les économies mondiales

En termes de taille relative, le Canada occupe la 15 ème place parmi les économies mondiales Le Programme de comparaison internationale de la Banque mondiale du pouvoir d'achat : classement général des pays, 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le vendredi 9 mai 2014 Le 30

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Info-Carburant. Comprendre les différents aspects du marché de l essence au Canada et les facteurs économiques qui influencent les prix

Info-Carburant. Comprendre les différents aspects du marché de l essence au Canada et les facteurs économiques qui influencent les prix Info-Carburant Comprendre les différents aspects du marché de l essence au Canada et les facteurs économiques qui influencent les prix Bulletin 2 Volume 9 Le 21 février 14 Exemplaires disponibles gratuitement

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Info-Carburant. Aperçu national. Faits récents. Volume 10, Bulletin 23 11 décembre, 2015 ISSN 1918-3321

Info-Carburant. Aperçu national. Faits récents. Volume 10, Bulletin 23 11 décembre, 2015 ISSN 1918-3321 Aperçu national Les prix de l essence au détail au Canada ont baissé de 1, cent le litre au cours des deux dernières semaines Pour la période de deux semaines se terminant le 8 décembre, le prix moyen

Plus en détail

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES Journal Officiel de l OHADA N 10 4 ème Année 221 AA CHAPITRE 3 : POSTES / COMPTES SECTION 1 : Système normal BILAN-ACTIF ACTIF N os DE COMPTES À INCORPORER DANS LES POSTES Réf. POSTES Brut Amortissements/

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

La croissance du Québec : ce que nous avons accompli et ce qu il nous reste à faire (en 20 minutes)

La croissance du Québec : ce que nous avons accompli et ce qu il nous reste à faire (en 20 minutes) La croissance du Québec : ce que nous avons accompli et ce qu il nous reste à faire (en 20 minutes) Conférence présentée à la 2 e Journée d études sur la qualité de l emploi ISQ/INRS-UCS Montréal, 23 avril

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux. présenté à la Commission de l économie et du travail dans le cadre des consultations sur

Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux. présenté à la Commission de l économie et du travail dans le cadre des consultations sur Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux présenté à la Commission de l économie et du travail dans le cadre des consultations sur Le prix de l essence et ses effets sur l économie du Québec

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

Perspectives économiques de la construction et de la rénovation en Amérique du Nord

Perspectives économiques de la construction et de la rénovation en Amérique du Nord Perspectives économiques de la construction et de la rénovation en Amérique du Nord Valorisation du bois Chaudière-Appalaches 11 février 215 Michel Vincent Ing.f., économiste Directeur services économiques

Plus en détail

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Rendement des fonds de pension et des fonds de

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada Bienvenue chez desjardins le premier groupe financier coopératif au canada 04 Vous accueillir. Vous accompagner. Vous simplifier la vie. desjardins souhaite faciliter votre intégration au pays. dans cette

Plus en détail

Barème de frais et de commissions

Barème de frais et de commissions BMO Ligne d action 1 er mai 2015 Barème de frais et de commissions Pour des commissions et des frais concurrentiels, vous pouvez compter sur nous Chez BMO Ligne d action, nous sommes déterminés à fournir

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête du printemps 2015 Vol. 12.1 6 avril 2015 L enquête menée ce printemps fait ressortir que la baisse des prix du pétrole continue d assombrir

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

BASE DE DONNÉES MONDE

BASE DE DONNÉES MONDE BASE DE DONNÉES MONDE 2013 SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

LES FONDS COMMUNS DE PLACEMENT: L'ÉPARGNE-ÉTUDES PAR EXCELLENCE

LES FONDS COMMUNS DE PLACEMENT: L'ÉPARGNE-ÉTUDES PAR EXCELLENCE 3 LES FONDS COMMUNS DE PLACEMENT: L'ÉPARGNE-ÉTUDES PAR EXCELLENCE DES FRAIS D'ÉTUDES QUI MONTENT EN FLÈCHE La plupart des familles canadiennes considèrent important d'économiser en prévision des études

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Les taxes fédérales sur l essence et les énergies de chauffage

Les taxes fédérales sur l essence et les énergies de chauffage PRB 05-25F Service d information et de recherche parlementaires Bibliothèque du Parlement Les taxes fédérales sur l essence et les énergies de chauffage Marc-André Pigeon Le 16 septembre 2005 INTRODUCTION

Plus en détail

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA SANTÉ AVOIRS CARRIÈRE LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA PRINCIPAUX RÉSULTATS OBTENUS AVEC LA BASE DE DONNÉES MERCER SUR LES RSR (MISE À JOUR DE 2014) AVRIL 2015

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

ICC 115-8. Le café dans la Fédération de Russie. Conseil international du Café 115 e session 28 septembre 2 octobre 2015 Milan (Italie) Contexte

ICC 115-8. Le café dans la Fédération de Russie. Conseil international du Café 115 e session 28 septembre 2 octobre 2015 Milan (Italie) Contexte ICC 115-8 18 août 215 Original : anglais F Conseil international du Café 115 e session 28 septembre 2 octobre 215 Milan (Italie) Le café dans la Fédération de Russie Contexte Conformément à l'article 34

Plus en détail

PORTEFEUILLES GÉRÉS ET INDICIELS TD

PORTEFEUILLES GÉRÉS ET INDICIELS TD ÉTATS FINANCIERS ANNUELS PORTEFEUILLES GÉRÉS ET INDICIELS TD PORTEFEUILLE GÉRÉ ET INDICIEL TD - 31 décembre 2000 * PORTEFEUILLE GÉRÉ ET INDICIEL TD - ÉTAT DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS AU 31 DÉCEMBRE 2000

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café ED 2059/09 9 février 2009 Original : anglais F La crise économique mondiale et le secteur du café Le Directeur exécutif présente ses compliments et a l'honneur de joindre à la présente une évaluation préliminaire

Plus en détail

Exercice 2.27. La société Jus Frais inc. Problèmes et solutions

Exercice 2.27. La société Jus Frais inc. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 2.27 La société Jus Frais inc. La société Jus Frais inc. (JFI), constituée le 1 er novembre 1990 par Monsieur Léon Kerr, est spécialisée dans l embouteillage, la distribution

Plus en détail

Optimal Timing Notes. n Investir au plus bas du marché. n Une durée de 4 ans et demi. n Un capital garanti à 100% à l échéance

Optimal Timing Notes. n Investir au plus bas du marché. n Une durée de 4 ans et demi. n Un capital garanti à 100% à l échéance investir Optimal Timing Notes L e m e i l l e u r d é p a r t p o u r v o t r e i n v e s t i s s e m e n t n Investir au plus bas du marché n Une durée de 4 ans et demi n Un capital garanti à 100% à l

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

RAPPORT T3 2014 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO

RAPPORT T3 2014 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO RAPPORT T3 2014 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO JUILLET SEPTEMBRE 2014 PÉTROLE ET GAZ NATUREL Données sur le pétrole et le gaz naturel Troisième trimestre de 2014 Prix au détail moyens de l essence ordinaire

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Revoir votre stratégie d investissement. Investir dans les fonds communs de placement

Revoir votre stratégie d investissement. Investir dans les fonds communs de placement Revoir votre stratégie d investissement Investir dans les fonds communs de placement AGF INVESTMENTS Quels sont vos rêves sur le plan fi nancier? Nous avons tous des rêves différents qu il s agisse de

Plus en détail

Café pays USA. Un événement organisé par CCI International Franche-Comté, avec le soutien de Business France et de la Région

Café pays USA. Un événement organisé par CCI International Franche-Comté, avec le soutien de Business France et de la Région Café pays USA 10èmes Clés de l International Un événement organisé par CCI International Franche-Comté, avec le soutien de Business France et de la Région Avec la participation de : Arnaud LERETOUR, Directeur

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Des assises solides pour assurer votre sécurité financière

Des assises solides pour assurer votre sécurité financière Des assises solides pour assurer votre sécurité financière Édition 2011 Desjardins Sécurité financière Une compagnie d assurance de personnes aux assises solides Desjardins Sécurité financière offre une

Plus en détail

Consultation MED07 Campagne 2009

Consultation MED07 Campagne 2009 A L C O O L E T H Y L IQ U E 7 0 - IN C O L O R E C la s s e S O L U T E S M A S S IF S 2 A L C O O L E T H Y L IQ U E 9 0-000 M L C la s s e S O L U T E S M A S S IF S 3 A L C O O L E T H Y L IQ U E M

Plus en détail

Le Québec en quête de croissance

Le Québec en quête de croissance ASDEQ Conjoncture et perspectives économiques 2014 Le Québec en quête de croissance Montréal 29 novembre 2013 Yves St-Maurice Directeur principal et économiste en chef adjoint Mouvement Desjardins Contexte

Plus en détail

La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale

La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale 19 novembre 2015 La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale Faits saillants Aux États Unis, la croissance du PIB réel a été de 1,5 %

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale Ras al-khaimah Géographie Situation générale Ras al-khaimah fait partie des sept émirats des Émirats Arabes Unis et se trouve à environ 100 kilomètres au nord-est de Dubaï dans la partie sud du golfe Persique.

Plus en détail

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Stratégie canadienne pour l égalité des chances Aider à gérer la dette d études février 1998 «Il est inutile de rappeler aux Canadiens que l endettement

Plus en détail

Info-Énergie. Regard sur les prix de l énergie au Canada de 2000 à 2010. Pétrole brut, essence et mazout de chauffage. Octobre 2011.

Info-Énergie. Regard sur les prix de l énergie au Canada de 2000 à 2010. Pétrole brut, essence et mazout de chauffage. Octobre 2011. Office national de l énergie National Energy Board Info-Énergie December 2010 Octobre 2011 Regard sur les prix de l énergie au Canada de 2000 à 2010 Figure 1 : Prix du WTI L évolution du prix du pétrole

Plus en détail

CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ

CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ EUR/USD USD/JPY GBP/USD USD/CHF GOLD OIL CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ Analyses du Mardi 29 Septembre 2015 Devises Les actions européennes devraient ouvrir en baisse, dans le sillage des Bourses

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version fin mai 2012 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010 Province de Québec Le Baromètre MLS du marché résidentiel Faits saillants Premier ralentissement des ventes en cinq trimestres Seuls quelques centres urbains sont parvenus à être dynamiques Remontée dans

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE DONNÉES DE BASE SUR L ÉNERGIE DANS LE MONDE Les réserves La production La consommation Les prix du pétrole Les routes de l énergie LES RESERVES Région du monde LES RÉSERVES ÉNERGÉTIQUES

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 SOMMAIRE FRANCE 1. Forte révision à la hausse des budgets d investissement dans l industrie manufacturière : +2% pour 2014 et +3% pour 2015 2. Dépenses

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014 Le marché du vin : évolutions et tendances Mai 2014 1 Sommaire 1. LA CONSOMMATION DE VIN 3 2. TENDANCES DU COMMERCE MONDIAL DU VIN EN 2013 6 3. LES PRINCIPAUX EXPORTATEURS DE VIN EN 2013 8 4. LES PRINCIPAUX

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2002 RAPPORT AUX ACTIONNAIRES

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2002 RAPPORT AUX ACTIONNAIRES BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2002 RAPPORT AUX ACTIONNAIRES Le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires s est établi à 74 millions de dollars CAN pour le trimestre terminé

Plus en détail

Renseignements. Additionnels

Renseignements. Additionnels Renseignements Additionnels au Rapport annuel 2007 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2007 I. Tableaux des rendements 1 Rapport des vérificateurs... 1 2 Notes générales... 2 3 Valeurs à court

Plus en détail

Premier Trimestre 2015. Analyse par la direction de la situation financière et des résultats d exploitation

Premier Trimestre 2015. Analyse par la direction de la situation financière et des résultats d exploitation Premier Trimestre 2015 Analyse par la direction de la situation financière et des résultats d exploitation Pour le trimester terminé le 31 mars 2015 RAPPORT DE GESTION RÉSULTATS D EXPLOITATION Comparaison

Plus en détail

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU Fonds actions canadiennes FMOQ AU 30 juin 2015

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU Fonds actions canadiennes FMOQ AU 30 juin 2015 RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU Fonds actions canadiennes FMOQ AU 30 juin 2015 Le présent Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds actions canadiennes FMOQ

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

Le 8 mai 2015. Bonjour,

Le 8 mai 2015. Bonjour, Le 8 mai 2015 Bonjour, En janvier, La Compagnie d Assurance-Vie Manufacturers (Manuvie) a annoncé la conclusion de l acquisition des activités canadiennes de la Standard Life. Je souhaite vous informer

Plus en détail

PETROLE POP. Effondrement des cours. L'offre de pétrole : la redistribution des cartes. 12 décembre 2014. Focus Marchés

PETROLE POP. Effondrement des cours. L'offre de pétrole : la redistribution des cartes. 12 décembre 2014. Focus Marchés PETROLE POP Focus Marchés 12 décembre 2014 Effondrement des cours Une fois de plus utilisé comme arme politique, l événement de cette fin d année est décidément l effondrement du prix du pétrole. Ce qui

Plus en détail

Perspectives économiques du Canada :

Perspectives économiques du Canada : Perspectives économiques du Canada : 2015 une année remplie d incertitude Pedro Antunes Économiste en chef adjoint, Le Conference Board du Canada Le 22 septembre 2015 conferenceboard.ca Perspectives mondiales

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version janvier 2015 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

1. L'opération est conforme à la limite quotidienne de règlement établie par la Banque à cette fin et communiquée au client de temps à autre.

1. L'opération est conforme à la limite quotidienne de règlement établie par la Banque à cette fin et communiquée au client de temps à autre. Opérations de change Change en direct Guide de l'utilisateur RÈGLES DE FONCTIONNEMENT Le service Change en direct est offert par la Banque Royale du Canada (la Banque). A) Comment reconnaît-on une opération

Plus en détail

Prévisions économiques & financières 2013. Le Cercle Finance du Québec. Le 17 janvier 2013. Matthieu Arseneau Économiste principal

Prévisions économiques & financières 2013. Le Cercle Finance du Québec. Le 17 janvier 2013. Matthieu Arseneau Économiste principal BNC au 1155 Metcalfe, Montreal Québec Prévisions économiques & financières 2013 Le Cercle Finance du Québec Le 17 janvier 2013 Matthieu Arseneau Économiste principal Pétrole 2 Un passage à vide planétaire

Plus en détail

Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur. vie Universelle. L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada

Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur. vie Universelle. L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur vie Universelle L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada Concevoir votre portefeuille d'épargne et de placements Votre contrat

Plus en détail

Manuel de Trading Bienvenue dans le monde palpitant du trading des options binaires!

Manuel de Trading Bienvenue dans le monde palpitant du trading des options binaires! Manuel de Trading Bienvenue dans le monde palpitant du trading des options binaires! Ce manuel vous expliquera exactement ce que sont les options binaires, comment les trader et comment utiliser notre

Plus en détail

Unité C Finances personnelles Corrigé

Unité C Finances personnelles Corrigé Unité C Finances personnelles Corrigé Exercice 4 : Achat d'une maison - Corrigé 1. A B C D E F G H I 1 QUESTION 1 2 3 4 Cette formule t'aidera à déterminer le prix de la maison que tu peux acheter. 5 6

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 30 juin 2015

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 30 juin 2015 RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 30 juin 2015 Le présent Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds monétaire FMOQ (le «Fonds») contient

Plus en détail

CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ

CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ EUR/USD USD/JPY GBP/USD USD/CHF GOLD OIL CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ Analyses du Jeudi 17 Septembre 2015 Les actions européennes attendues en modeste hausse avant le verdict de la Fed Devises

Plus en détail

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA)

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) Gino Lambert, M.Sc, Sciences comptables (Chercheur à la Chaire d'études socio-économiques)

Plus en détail

Guide de référenciation en matière de consommation énergétique Raffinage classique du pétrole au Canada

Guide de référenciation en matière de consommation énergétique Raffinage classique du pétrole au Canada Guide de référenciation en matière de consommation énergétique Raffinage classique du pétrole au Canada Le 15 décembre 2002 Préparé par John Nyboer et Nic Rivers du CIEEDAC Guide de référenciation en matière

Plus en détail

Fonds COTE 100 Revenu

Fonds COTE 100 Revenu Un rendement RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS AU 30 JUIN 2014 Fonds COTE 100 Revenu Le présent Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds contient les

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2014

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2014 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2014 Le présent Rapport annuel de la direction sur le rendement du Fonds monétaire FMOQ (le «Fonds») contient les

Plus en détail

Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir?

Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir? Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir? Club Notarial de Immobilier 28 mai 2015 Exposé de Denis Ferrand Les faits marquants de la conjoncture économique mondiale 2

Plus en détail

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 :

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : POUR DIFFUSION IMMÉDIATE CNW LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC OBTIENT UN RENDEMENT DE PREMIER DÉCILE DE 5,6 %, AJOUTANT 7,9 MILLIARDS DE DOLLARS

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail