COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC"

Transcription

1 COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC RAPPORT INTERIMAIRE D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE POUR L ANNEE 2005 ET PERSPECTIVES POUR 2006 Novembre 2005

2 TABLE DES MATIERES 1 RESUME...3 INTRODUCTION ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) SECTEUR REEL PRIX FINANCES PUBLIQUES BALANCE DES PAIEMENTS MONNAIE PERSPECTIVES ECONOMIQUES DE LA COMMUNAUTEEN SITUATION SOCIALE ETAT DE LA CONVERGENCE DANS LA COMMUNAUTE CRITERES DE CONVERGENCE INDICATEURS DE SURVEILLANCE MULTILATERALE ETAT DES RELATIONS DE LA CEMAC AVEC LES INSTITUTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS DE POLITIQUE ECONOMIQUE...30 ANNEXE 1 : SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DES PAYS MEMBRES CAMEROUN CENTRAFRIQUE CONGO GABON GUINEE EQUATORIALE TCHAD ANNEXES 2 : STATISTIQUES ECONOMIQUES...49

3 LISTE DES TABLEAUX 2 Tableau 1.: Evolution des critères de convergence Tableau 2 : Evolution de quelques indicateurs de surveillance Tableau 3 : Vue synoptique des résultats prévisionnels de la Surveillance Multilatérale dans la CEMAC au 31 décembre Tableau 4 : Vue d ensemble de l économie mondiale : PIB et Prix à la consommation Tableau 5 : Evolution des prix des matières premières Tableau 6 : CEMAC : Produit Intérieur Brut Tableau 7 : CEMAC : Ressources et Emplois Tableau 8 : CEMAC : Inflation (moyenne annuelle, en pourcentage) Tableau 9 : CEMAC : Tableau des opérations financières des Etats Tableau 10 : CEMAC: Balance des paiements Tableau 11 : CEMAC : Situation monétaire Tableau 12 : CEMAC : Synthèse des opérations financières de l'etat et principaux indicateurs macroéconomiques Tableau 13 : CAMEROUN : Synthèse des opérations financières de l'etat et principaux indicateurs macroéconomiques Tableau 14 : CENTRAFRIQUE : Synthèse des opérations financières de l'etat et principaux indicateurs macroéconomiques Tableau 15 : CONGO : Synthèse des opérations financières de l'etat et principaux indicateurs macroéconomiques Tableau 16 : GABON : Synthèse des opérations financières de l'etat et principaux indicateurs macroéconomiques Tableau 17 : GUINEE EQUATORIALE : Synthèse des opérations financières de l'etat et principaux indicateurs macroéconomiques Tableau 18 : TCHAD : Synthèse des opérations financières de l'etat et principaux indicateurs macroéconomiques Tableau 19 : CEMAC : Produit Intérieur Brut (PIB) par secteur Tableau 20 : CEMAC : Ressources et Emplois... 64

4 3 RESUME En 2005, la situation économique mondiale se caractériserait par un taux de croissance du PIB réel de 4,3 %, en léger retrait par rapport à son niveau de 2004 qui était de 5,1 %, une inflation modérée, et un approfondissement des déséquilibres. Sur les marchés monétaires et financiers, les taux d intérêt de long terme seraient relativement bas. Le dollar se déprécierait légèrement par rapport à l euro. Les prévisions pour 2006 suggèrent une stabilité du taux de croissance de l économie mondiale à 4,3 %. C est dans cet environnement international relativement favorable que s inscriraient les activités économiques et financières de la Communauté pour l année Celle-ci connaîtrait une croissance économique modérée, une situation budgétaire renforcée, une stabilité de la monnaie commune, un allègement des tensions inflationnistes et une amélioration du solde du compte courant. En effet, l activité économique des Etats membres de la CEMAC en 2005 s inscrirait en hausse de 3,9 % contre 6,5 % un an auparavant, tirée notamment par la consommation privée, entraînant ainsi une croissance du PIB réel par habitant de 1,4 %. La variation de l indice des prix à la consommation des ménages augmenterait sensiblement, atteignant 2,9 % en moyenne annuelle en 2005 et respectant la norme communautaire (inférieure à 3 %). Dans le domaine des finances publiques, l excédent budgétaire, base engagements, hors dons, s inscrirait en hausse à 6,0 % du PIB contre 3,1 % en S agissant des comptes extérieurs, le solde du compte courant de la balance des paiements, hors dons, déficitaire de 4,8 % du PIB en 2004 deviendrait excédentaire en 2005, s inscrivant ainsi à 6,1 % du PIB. De son côté, la situation monétaire se consoliderait, avec un taux de couverture extérieure de la monnaie de 81,2 % en décembre 2005 contre 73,8 % un an plus tôt. Ces résultats macroéconomiques favorables n ont pas encore eu d impacts significatifs sur les indicateurs socio-économiques. Dans les Etats, un premier groupe (Cameroun et Tchad) s attèlent à l évaluation de leur DSRP à travers les rapports d étape, alors qu un deuxième groupe de pays est entrain, soit de finaliser, soit d envisager sa rédaction. Pour 2006, les performances économiques communautaires demeurent soutenues, avec un taux de croissance réelle de l ordre de 4,3 %, conduisant à une augmentation du revenu réel par habitant de 1,8 % pour un taux de croissance de la population de 2,5 % ; le taux d inflation serait légèrement audessus de 2,0 %. En attendant d obtenir les premiers programmes pluriannuels et sur la base des données disponibles, les résultats de la surveillance multilatérale dans la Communauté en 2005 font ressortir que deux pays sur six respecteraient les quatre critères de la surveillance multilatérale (Cameroun et Gabon). La Guinée Equatoriale respecterait trois critères sur quatre. Le Congo et le Tchad observeraient deux critères sur quatre, et la Centrafrique un seul. Les données agrégées pour la Communauté font apparaître que les critères du solde budgétaire de base, du taux d inflation et du taux d endettement public seraient observés. Toutefois, le critère de solde budgétaire de base structurel ne serait pas respecté par la Communauté. Les relations de la Communauté et des Etats membres avec la Communauté financière internationale demeurent globalement satisfaisantes. La revue annuelle des politiques économiques régionales avec les institutions de la CEMAC, par le FMI, en complément des consultations annuelles dans les Etats au titre de l article IV, a fait l objet d un examen par le Conseil d administration du Fonds en juin Au niveau des Etats, l exécution du programme de référence du Cameroun a été jugée satisfaisante et le Conseil d administration du Fonds au cours de sa session du 24 octobre 2005 a approuvé le Programme triennal de ce pays au titre de la FRPC. En Centrafrique, les conclusions de la consultation pour l année 2005 au titre de l article IV ont été éxaminées par le Conseil d administration du Fonds le 24 octobre 2005 et le pays pourrait bénéficier d un second programme post conflit. La 1 ère revue du programme triennal du Congo, a été jugée satisfaisante. Le Gabon, poursuit les discussions avec les services du Fonds pour un programme économique à moyen terme. La Guinée Equatoriale s est soumise en 2005 aux consultations de l article IV du FMI et explore les moyens de renforcemment de sa coopération avec le Fonds. Le Tchad, exécute avec détermination son nouveau programme triennal soutenu par la FRPC en février 2005 et entend tout mettre en œuvre pour atteindre le point d achèment

5 4 de l initiative PPTE. Au total, et en attendant une évaluation financière de ces interventions pour 2005, il convient de rappeler que celles de 2004 se sont traduites par un flux financier pratiquement équilibré entre les tirages et les remboursements des Etats membres. Pour ce qui est des autres partenaires, la Banque mondiale dispose d un programme de prêts actifs avec la majorité des pays membres. La revue à mi-parcours des programmes indicatifs nationaux (PIN) effectuée par la Commission européenne s est traduite par une révision à la baisse des dotations initiales. Enfin, les engagements de la BAD au titre de prêts et dons aux Etats se sont améliorés. Les efforts ainsi engagés par les pays pour normaliser et renforcer leurs relations tant sur le plan multilatéral que bilatéral doivent être poursuivis. En définitive, les Etats sont invités dans le cadre de leurs programmes économiques respectifs à poursuivre la transparence dans la gestion de l économie ainsi que l assainissement des finances publiques, et à mettre en œuvre une stratégie de diversification afin de réduire la pauvreté et de s acheminer vers la réalisation des Objectifs de développement du millénaire.

6 5 INTRODUCTION Le présent texte constitue le dixième rapport d exécution de la surveillance multilatérale dans la Communauté. Il s articule autour de l analyse de la situation économique, financière et sociale de la Communauté et de celle des Etats membres au premier semestre 2005 et, sur cette base, fournit des indications prévisionnelles pour l année Cette analyse débouche sur l appréciation de la convergence et de la conformité aux grandes orientations de politiques économiques et à la discipline communautaire. S agissant de l état de la convergence, le rapport s appuie sur les critères et indicateurs macroéconomiques de la surveillance multilatérale. Les programmes triennaux de convergence ne sont toujours pas élaborés par les Etats membres. Ainsi, la première partie de ce rapport, en se basant sur les faits et événements économiques et financiers survenus au niveau de l environnement international au cours du premier semestre, esquisse les tendances pour toute l année La situation économique et financière de la Communauté est décrite à la deuxième partie. Quant à la troisième partie, elle examine l état de la convergence dans la communauté et la position de chaque Etat au regard des critères de convergence. La quatrième partie porte sur l état des relations de la Communauté et des Etats membres avec la Communauté financière internationale. Enfin, la dernière partie du rapport est une conclusion sous forme de recommandations de politiques économiques. L annexe 1 présente la situation économique et financière de chaque Etat membre et l annexe 2 fournit des statistiques économiques sur la Communauté et chacun des Etats membres..

7 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL 6

8 En 2005, la situation économique mondiale se caractériserait par un taux de croissance du PIB réel de 4,3 %, en léger retrait par rapport à son niveau de 2004 qui était de 5,1 %, une inflation modérée, et un approfondissement des déséquilibres. Sur les marchés monétaires et financiers, les taux d intérêt de long terme seraient relativement bas. Le dollar se déprécierait légèrement par rapport à l euro. Les prévisions pour 2006 suggèrent une stabilité du taux de croissance de l économie mondiale à 4,3 %. 1.1 Croissance économique Pour l année 2005, les performances économiques mondiales seraient relativement fortes, avec un taux de croissance de 4,3 %, en léger retrait par rapport à son niveau de 2004 qui était de 5,1 %. Comme en 2004, ces performances sont disparates dans la plupart des pays ou régions. Aux Etats-Unis, la croissance économique s établirait à 3,5 % en 2005, contre 4,2 % en Elle continuerait d être soutenue par l amélioration continue des conditions du marché du travail et du marché financier, ainsi que par la hausse des prix de l immobilier. Néanmoins, dans le court terme, les dégâts causés par les ouragans affecteraient les performances économiques des Etats-Unis. L effet direct de ces catastrophes naturelles serait néanmoins modeste en raison de la faible dimension de la zone touchée. Mais vue l importance de cette zone en matière de production d hydrocarbures et de transport, les effets indirects de ces ouragans (hausse des prix des produits pétroliers) sur la consommation et les investissements seraient élevés ; ce qui entraînerait la révision à la baisse des prévisions de croissance des Etats-Unis en Le déficit du compte courant des Etats-Unis représenterait en 2005 plus de 6 % du PIB, et reflèterait le déséquilibre global de l épargne et de l investissement mondial qui permet à ce pays de connaître une croissance relativement plus forte que celle des autres économies avancées, et de continuer à enregistrer des déficits publics importants. Les prévisions pour 2006 suggèrent une reprise de la croissance, en liaison avec la hausse des investissements, impulsée par la bonne santé et la forte rentabilité des entreprises. Au Japon, l activité économique connaîtrait une forte expansion au cours du premier semestre 2005, en liaison avec une augmentation de la demande finale privée, impulsée par la bonne tenue du marché du travail, l amélioration de l investissement privé, lui-même soutenu par la forte rentabilité des entreprises. Cette embellie du premier semestre se poursuivrait tout au long de l année. Le taux de croissance annuel s établirait à 2,0 % en 2005 contre 2,7 % un an plus tôt. Les efforts consentis dans les années récentes dans le secteur des entreprises et des banques commenceraient à porter des fruits. Le volume des crédits non remboursés diminuerait de plus de la moitié dans la majorité des banques, la dette des entreprises baisserait, le rendement des avoirs des banques et entreprises augmenterait. Les prévisions pour 2006 indiquent une stabilité de la croissance à 2,0 %. Dans la zone Euro, la timide reprise de l activité économique observée en 2004 ne se consoliderait pas dans le temps. La croissance économique s établirait à 1,2 % en 2005 contre 2,0 % en 2004, particulièrement en liaison avec le ralentissement de l activité en Italie, la faiblesse de la demande finale intérieure, et la sensibilité de la zone aux chocs extérieurs. Une forte diversité serait observée quant à la contribution du secteur extérieur à la croissance économique des trois grands pays membres : alors qu en Allemagne les exportations nettes soutiendraient nettement la croissance ; ces exportations affecteraient négativement la croissance réelle en Italie, de même qu en France. Sur le plan politique, le rejet de la constitution de l Union Européenne par les Français et les Néerlandais affecterait la confiance des marchés financiers avec une légère dépréciation de la monnaie européenne. Néanmoins, les secteurs des exportations et de l industrie continueraient de s améliorer, en liaison avec la rentabilité croissante des entreprises, elle-même soutenue par des politiques salariales prudentes. Les prévisions pour 2006 suggèrent un taux de croissance de 1,8 %. Le manque de dynamisme interne de la zone l exposerait aux chocs exogènes, notamment la flambée des prix du pétrole. La différence de compétitivité resterait forte dans la zone, tandis que les différentiels d inflation se réduiraient quelques peu aux deux extrêmes (Allemagne, Espagne), rendant l élaboration d une politique monétaire plus adaptée à la zone toute entière moins malaisée. Les taux d intérêt réels à long terme pourraient remonter dans les différentes économies avec des conséquences en matière d expansion économique. Dans les pays émergents d Europe, la croissance économique resterait robuste mais à taux décroissant, à la fois comme conséquence de la faible croissance en Europe occidentale et de la baisse de la demande intérieure. Le taux de croissance s établirait à 4,3 % en 2005 contre 6,6 % une année 7

9 8 plus tôt. La forte croissance du crédit dans la sous-région - plus particulièrement dans les pays baltiques, la Bulgarie, la Hongrie et la Roumanie - soulève la question de la capacité de ces économies à gérer les crises financières, qui par expérience, surviennent dans de pareilles situations. Le fléchissement de l activité serait plus prononcé en Turquie où le taux de croissance du PIB réel reviendrait de 8,9 % en 2004 à 5 % en 2005, en raison de la baisse de la demande intérieure qui avait commencé depuis le deuxième semestre de Celle-ci se raffermirait en 2005 sous l effet de la baisse des taux d intérêt et de la hausse du crédit. Il faut noter que ce pays vient de démarrer les négociations avec l Union Européenne en vue de son adhésion à celle-ci. Les performances de 2006 seraient de 0,3 point au dessus de celles de 2005, avec un taux de croissance projeté à 4,6 %. L Asie en développement a connu depuis mi-2004 une augmentation des divergences régionales : alors qu elle continuerait d être robuste en Chine et en Inde, la croissance dans le reste de la sousrégion fléchirait sous l impact de la flambée des prix du pétrole et des ajustements du secteur de la technologie de l information (IT). En conséquence, le taux de croissance réel accuserait un léger repli, s établissant à 7,8 % en 2005 contre de 8,2 % en L inflation, avec un taux de 3,9 %, resterait contenue en 2005, mais la persistance de prix élevés du pétrole affecterait négativement la croissance dans nombre de pays dont l Inde, l Indonésie, la Malaisie et la Thaïlande. Sur le plan extérieur, le surplus du compte courant de la sous-région déclinerait légèrement de 0,4 % pour se fixer à 3,7 % du PIB en 2005, alors qu en Chine il représenterait plus de 6 % du PIB. Les prévisions de 2006 resteraient dans la tendance de 2005 avec un taux de croissance de 7,2 %. En Amérique Latine, après la forte croissance de 2004 (5,6 %), l activité économique retrouverait un rythme raisonnable en 2005 (4,1 %), soutenue par la bonne tenue des exportations de biens et des matières premières, et l amélioration des termes de l échange. La tendance montre que la croissance resterait solide en , en liaison avec l augmentation de la demande intérieure et extérieure. Dans le court terme, les risques de récession proviendraient particulièrement du marché des matières premières non pétrolières, à travers la baisse de l activité dans l industrie, notamment aux Etats-Unis, si l impact des catastrophes naturelles dépassait les prévisions, ou à travers la hausse des taux d intérêt dans les pays industrialisés. L Argentine et le Chili resteraient en tête du peloton avec des taux de croissance du PIB réel de 7,5 % et 5,9 % respectivement en 2005, en liaison avec les politiques fiscales prudentes et les réformes structurelles pour la première, et la bonne tenue des exportations et des investissements pour le second. Au Brésil, les 3,3 % de croissance seraient la résultante de la faiblesse de la demande intérieure amorcée depuis la mi-2004 en liaison avec le durcissement de la politique monétaire. Les projections pour 2006 restent dans la tendance baissière de 2005, avec un taux de croissance de 3,8 % dans la zone. Dans la Communauté des Etats Indépendants, après la forte accélération observée sur la période , la croissance s essoufflerait en 2005 pour s établir à 6,0 %, soit 2,4 point en dessous de son niveau de Les contre performances viendraient plus particulièrement du côté de la Russie où l incertitude politique, l affaire Yukos, et l ampleur de la taxation dans le secteur du pétrole affecteraient à la baisse l investissement et la production dans ce secteur. Il en est de même pour l Ukraine où l activité économique et les investissements seraient perturbés par l incertitude politique. Toutefois, la bonne tenue des prix des matières premières, la forte croissance des salaires et l expansion rapide du crédit contribueraient à soutenir la consommation. Les projections pour 2006 indiquent une stabilité du taux de croissance à 5,3 %. Au Moyen Orient, malgré la forte augmentation des prix du pétrole, le taux de croissance économique fléchirait légèrement en 2005 pour s établir à 5,4 % contre 5,5 % en La République islamique d Iran profiterait de la robustesse de la demande intérieure et de la reprise dans l agriculture pour réaliser un taux de croissance de 5,7 % en 2005 contre 5,6 % en L Arabie Saoudite connaîtrait une légère accélération de la croissance à 6,0 % en 2005, alors qu elle était à 5,8 % en Pour l ensemble de la zone, la croissance resterait stable autour de 5,0 % en L Afrique réaliserait un taux de croissance économique de 4,5 % en 2005, soit 0,8 point de moins par rapport celui de L Afrique continue de tirer profit de l amélioration des politiques macroéconomiques, des remises de dette sous l initiative PPTE et des progrès dans les réformes structurelles. En revanche, l impact net de la flambée des prix du pétrole sur les performances économiques africaines resterait faible dans la mesure où, aux gains des pays pétroliers, il faut soustraire les surcoûts enregistrés par les pays non pétroliers. Les projections pour 2006 tablent sur une reprise de la croissance dans la zone avec un taux de 5,9 %.

10 En Afrique sub-saharienne, le taux croissance économique reviendrait de 5,4 % en 2004 à 4,8 % en Les économies de cette région continueraient d être soutenues par la vigueur de la demande globale, l amélioration des politiques macroéconomiques nationales, les réformes structurelles et la diminution du nombre des conflits armés. L augmentation de la production de pétrole en Angola, au Tchad et en Guinée Equatoriale compenserait largement la baisse de production de pétrole prévue en 2005 au Nigeria. En revanche, si les pays pétroliers de la région bénéficient de la hausse continue des prix du pétrole, les autres pays en subiraient plutôt les conséquences, dans un environnement où les prix des produits non-pétroliers n augmenteraient pas comme en L Afrique du Sud réaliserait une croissance soutenue, s établissant à 4,3 % en 2005, contre 3,7 % une année plus tôt. Les perspectives pour 2006 tablent sur un taux de croissance de 5,9 % pour l Afrique sub-saharienne. Au Maghreb, la croissance se replierait de 1,3 point par rapport à 2004 pour s établir à 3,7 % en 2005, en liaison principalement avec une baisse substantielle de la croissance observée au Maroc et un léger fléchissement en Algérie. Au Maroc en effet, les aléas climatiques et les contre performances du secteur du textile, conséquence de l élimination des quotas et de la concurrence chinoise, affecteraient fortement la croissance économique, dont le taux reviendrait de 4,2 % en 2004 à 1,0 % en En Algérie, alors que la hausse des prix du pétrole soutiendrait l activité dans le secteur des hydrocarbures, la consolidation de la fiscalité et la fermeté de la politique monétaire affecteraient à la baisse la croissance dans les autres secteurs de l économie de ce pays. Les autorités continuent de progresser dans la libéralisation du commerce international et des secteurs de l énergie et des télécommunications. Le taux de croissance économique s établirait à 4,8 % en 2005 contre 5,2 % en En revanche, en Tunisie, les performances économiques pour l année 2005 resteraient robustes en dépit de la baisse dans le textile. Les performances attendues dans cette région pour 2006 seraient en nette amélioration par rapport à 2005 avec un taux de croissance de 5,6 % en liaison notamment avec une reprise de l activité au Maroc. 1.2 Evolution des prix à la consommation En 2005, l évolution des prix à la consommation dans les différents blocs de pays indiquerait une maîtrise de l inflation dans la plupart des régions. Ce résultat doit être salué dans un contexte marqué par l augmentation rapide des prix de nombreux produits de base, dont le pétrole. En effet, dans les économies avancées, l inflation atteindrait 2,2 % en 2005 contre 2,0 % en 2004, dont respectivement 3,1 % contre 2,7 % aux Etats-Unis. La Zone euro connaîtrait une stabilité du taux d inflation à 2,1 % sur les deux années, alors que le Japon continuerait dans la déflation en 2005 avec un taux de 0,4 %. Dans les économies de l Asie en développement, l inflation se stabiliserait autour 4,0 %. En Chine, après avoir atteint 3,9 % en 2004 sous l effet de la politique de soutien du revenu agricole, l inflation retomberait à 3,0% en Dans les autres grandes sous-régions d Asie, l on assisterait plutôt à une reprise de l inflation. Dans les pays émergents d Europe, la décélération des prix se poursuivrait en 2005, avec un taux d inflation de 4,9 % contre 6,7 % en Il en est de même pour ceux d Amérique Latine où le taux d inflation se replierait à 6,3 % en 2005 contre 6,5 % une année auparavant. Dans la Communauté des Etats Indépendants, la bonne tenue des prix des matières premières et la forte croissance des salaires et l expansion rapide du crédit, en contribuant à soutenir la consommation, auraient pour conséquence de faire pression sur l inflation qui atteindrait 12,6 % en 2005 contre 10,3 % une année plus tôt. Au Moyen Orient, en dépit de la forte demande intérieure, les pressions inflationnistes resteraient faibles sauf en Républiques islamiques d Iran où l inflation atteindrait 18,5 % en 2005 contre 15,6 % en Pour l ensemble de la zone, l inflation s établirait à 10,0 % en 2005 contre 8,4 % un an auparavant. En Afrique, l on noterait une poussée d inflation, avec un taux s établissant à 8,2 % en 2005, contre 7,8 % en Cette évolution s observerait dans la plupart des sous-régions, sauf au Maghreb où l inflation resterait stable à 2,9 % sur 2004 et Pour autant, si l on exclut le Nigeria et l Afrique du Sud du 9

11 10 groupe des pays d Afrique sub-saharienne, la prévision suggère plutôt au total un ralentissement de l inflation en 2005, lié très nettement à la réduction du nombre de conflit sur le continent. 1.3 Conditions monétaires et financières Les marchés monétaires et financiers continuent d être influencés par le raffermissement des cours du pétrole, alors que le dollar s apprécierait par rapport à l Euro, rompant ainsi avec la tendance observée au cours des années précédentes. Sur les marchés financiers, les conditions resteraient favorables, marquées dans la plupart des pays par des taux d intérêt de long terme, quoique volatiles, mais relativement bas dans le monde. Les marchés des capitaux seraient globalement soutenus par les profits élevés des entreprises. Les conditions financières des marchés émergents seraient très favorables, en partie en relation avec l amélioration des fondamentaux économiques et la présence croissante des investisseurs à long terme qui recherchent les entreprises les plus profitables. Les taux d intérêt réels resteraient en dessous de leurs moyennes historiques ; les raisons à cela étant multiples : les politiques monétaires resteraient dans de nombreux pays et régions accommodantes, la Réserve Fédérale américaine poursuivrait sa politique de resserrement très graduel, enfin l excédent d épargne des pays d Asie, de l Opep et de la Russie continuerait à se recycler dans les titres publics à long terme. L excès d épargne des pays émergents, notamment d Asie, en provoquant une abondance de l épargne mondiale, tirerait vers le bas les taux d intérêt mondiaux, contribuant ainsi à financer la désépargne publique des pays avancés et permettant la poursuite de la croissance de la consommation privée, par exemple aux Etats Unis. 1.4 Evolution des prix des matières premières En 2005, le pétrole reste la matière première dont la hausse du prix serait la plus significative (+52 %), en liaison avec le développement global de l économie, en particulier la vigueur de la croissance de l Asie (Chine) et de l Amérique du Nord, mais aussi du fait d une croissance peu probante de l offre. On noterait également une forte hausse du cours du caoutchouc (20 %) et du café robusta (38 %). Le bois en grumes connaîtrait une hausse modérée, alors que l huile d arachide, l huile de palme et le coton accuseraient des baisses de cours respectives de 18 %, 15 % et 11 %. Le cours du cacao de 2005 resterait à son niveau de 2004.

12 2. EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) 11

13 Selon les projections effectuées au cours du premier semestre 2005, la situation macroéconomique de la Communauté pour l année 2005 profiterait d un environnement international relativement favorable, marqué par la bonne tenue des cours du pétrole brut et des principaux produits agricoles. Elle se caractériserait par une croissance économique soutenue, bien qu en recul par rapport à 2004, une situation budgétaire renforcée, une stabilité de la monnaie commune, des tensions inflationnistes contenues et une amélioration du solde du compte courant. 2.1 Secteur réel 12 En 2005, les performances macroéconomiques dans la CEMAC se caractériseraient par une croissance modérée, avec une hausse attendue du PIB réel de 3,9 %, contre 6,5 % en 2004, entraînant ainsi une croissance du PIB réel par habitant de 1,4 %. Cette évolution de la croissance économique s observerait dans la plupart des Etats membres de la Communauté : + 2,8 % au Cameroun, + 1,4 % en Centrafrique, + 9,6 % au Congo, + 2,9 % au Gabon, + 8,9 % en Guinée Equatoriale, et + 6,0 % au Tchad. Les paragraphes qui suivent, relèvent les principales sources de croissance dans la Communauté dans l optique offre et dans l optique demande. 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Graphique 1 : Croissance du PIB sousrégional aux prix de PIB Total PIB Pétrolier PIB Non pétrolier Du côté de l offre, la croissance économique serait tirée tant par le secteur pétrolier (0,5point) que par le secteur non pétrolier (3,4 points). Dans le secteur primaire, la branche de l agriculture, de l élevage, de la chasse et de la pêche contribuerait à la croissance à hauteur de 0,4 point, sous l effet principalement du redressement des cultures vivrières et maraîchères, grâce au retour à de bonnes conditions climatiques. Quant à l apport de la branche sylvicole, il a été marginal, à cause de la limitation effective des exportations de grumes dans certains pays de la Communauté.Néanmoins, la production de bois tropicaux augmenterait au Cameroun, en Centrafrique et au Congo (cf Annexe 2, tableau 6 bis). Pourcentage 10,0 5,0 0,0-5,0-10,0-15,0 Graphique 2 : Contribution à la croissance sous-régionale Secteur primaire Secteur tertiaire DTI Secteur secondaire Pétrole Dans le secteur secondaire, le pétrole contribuerait à la croissance à hauteur de 0,5 point, reflétant l accroissement de 2,9 % de la production de pétrole brut qui se situerait à 57,4 millions de tonnes pour l ensemble des pays producteurs de la CEMAC. La Guinée Equatoriale, avec 18,0 millions de tonnes en 2005, serait le premier pays producteur dans la Communauté, suivie du Gabon (13,6 millions de tonnes), du Congo (12,6 millions), du Tchad (8,9 millions de tonnes) et du Cameroun (4,2 millions de tonnes). La production de méthanol suivrait le pétrole brut en Guinée Equatoriale et se situerait à ,0 tonnes en 2005 contre ,3 tonnes en L apport des industries manufacturières à la croissance atteindrait également 0,4 point, grâce à la fermeté de la demande intérieure et à l extension des capacités de production des unités industrielles, notamment dans la filière bois et du développement de la cimenterie et de la métallurgie, particulièrement au Cameroun et au Gabon. Toutefois, cette branche serait confrontée à l attentisme des opérateurs économiques face à la perspective des prochaines échéances électorales au Gabon. Le concours des bâtiments et travaux publics (BTP) serait de 0,4 point, grâce à la poursuite des travaux de construction et au dynamisme de la construction de logements privés.

14 Dans le secteur tertiaire, les activités commerciales, touristiques et de transports soutiendraient la croissance à hauteur de 1,3 point, en liaison avec l augmentation des revenus des ménages, l expansion continue de la téléphonie mobile, la poursuite des travaux de réhabilitation des infrastructures routières et le développement des activités liées aux nouvelles technologies de l information et de la communication (informatique et internet). Enfin, les services non marchands contribueraient à hauteur 0,3 point à la croissance, en rapport avec les salaires versés dans la fonction publique, liés aux recrutements intervenus en particulier dans les secteurs prioritaires dans la plupart des Etats membres. Au total, le secteur non pétrolier contribuerait à hauteur 3,4 points à la croissance du PIB communautaire en 2005, pendant que l apport du secteur pétrolier en la matière serait de 0,5 point. S agissant de la demande, la croissance économique serait soutenue aussi bien par la demande intérieure que la demande extérieure qui contribueraient respectivement à hauteur de 1,4 point et 2,5 points. L évolution de la demande intérieure résulterait de l impulsion de la consommation privée expliquée notamment par les recrutements dans les secteurs prioritaires de la plupart des Etats membres. Celle de la demande extérieure nette s expliquerait par la progression des exportations de pétrole brut, notamment en Guinée Equatoriale et au Tchad (cf annexe 2, tableaux 7,74 bis et 7 ter). 13 Graphique 3 : Croissance de la demande sous-régionale Graphique 4 : Contribution à la croissance sous-régionale % Pourcentage PIB Consommation Importations Exportations FBCF Pourcentage 80% 60% 40% 20% 0% -20% -40% Demande intérieure Demande extérieure 2.2 Prix Dans le domaine des prix, les tensions inflationnistes resteraient contenues en 2005 en deça de la norme communautaire. Toutefois, elles connaitraient une légère reprise par rapport au niveau observé en A fin décembre 2005, la variation de l indice des prix à la consommation des ménages dans la Communauté s établirait à 2,9 % en moyenne annuelle contre 0,4 % en Cette évolution s expliquerait par la persistance de crise énergétique et les interruptions sporadiques du trafic ferroviaire entre Brazzaville et Pointe-Noire au Congo, l incidence défavorable des conditions climatiques sur les circuits de distribution des biens de consommation courante en Guinée Equatoriale, et les mauvaises récoltes de la campagne agricole au Tchad (cf Annexe 2, tableau 5). Pourcentage 15,0 10,0 5,0 0,0-5,0-10,0 Graphique 5 : Inflation dans la Sousrégionale CEMAC Cameroun RCA Congo Gabon Guinée E, Tchad 2.3 Finances publiques Au cours de l année 2005, les Etats membres poursuivraient l assainissement de leurs finances publiques, avec d une part, l amélioration du rendement de l administration fiscale qui se traduirait par une augmentation des recettes non pétrolières, malgré une hausse substentielle des dépenses budgétaires (cf Annexe 2, tableau 9):

15 Ainsi, sur la base des informations disponibles à fin juin 2005, les résultats escomptés pour l année 2005 se présenteraient de la manière suivante : Les recettes budgétaires totales, hors dons, progresseraient de 29,2 % en 2005, à 5 436,2 milliards, équivalent à 22,4 % du PIB contre 4 182,1 milliards (21,1 % du PIB) en 2004, sous l effet principalement d un accroissement sensible (43,2 %) des recettes pétrolières, en liaison avec la hausse de la production pétrolière (2,9 %) et la hausse des prix du baril du pétrole brut. Cette évolution serait également imputable à une augmentation des recettes non pétrolières (+ 13,3 %) dans la plupart des Etats membres. Les recettes non pétrolières atteindraient 2 231,1 milliards en 2005 contre 1 943,9 milliards un an plus tôt, grâce à l expansion économique, à l élargissement de l assiette fiscale, notamment au Cameroun, et au meilleur recouvrement des impôts et taxes par les régies financières. Les dépenses budgétaires totales, quant à elles, atteindraient 3 987,8 milliards en 2005, en augmentation de 11,1 %, soit 16,4 % du PIB en 2005 contre 18,1 % du PIB un an plus tôt. Cette évolution découlerait essentiellement d un accroissement de 17,5 % des dépenses en capital, en liaison avec la poursuite des efforts de mobilisation des ressources extérieures destinées à financer les projets de réhabilitation des infrastructures et de lutte contre la pauvreté dans la plupart des Etats membres. Pour leur part, les dépenses courantes croîtraient modérement (+8,2 %), en relation avec la discipline budgétaire imposée dans la plupart des Etats de la Communauté, la baisse des intérêts de la dette et la hausse modérée des transferts et subventions. 100% 80% 60% 40% 20% 0% Graphique 6 : Evolution de la structure des dépenses courantes Biens et services Transferts et subventions Salaires et trairements Dette extérieure Dette intérieure Le solde primaire excédentaire s inscrirait à 2 190,9 milliards, en progression de 9,0 % du PIB en 2005 contre 7,1 % du PIB une année plus tôt (1 395,7 milliards), ainsi que le solde budgétaire de base, à 7,3 % du PIB en 2005 contre 4,7 % du PIB en En conséquence, la gestion des finances publiques dégagerait un excédent budgétaire, base engagements, hors dons, de 1 448,5 milliards, équivalents à 6,0 % du PIB contre 612,8 milliards (+3,1 % du PIB) en ,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0 Graphique 7 : Ratios budgétaires (en % du PIB) de la Sous-région Solde primaire Solde budgétaire de base Solde global, base engagements, hors dons En prenant en compte l apurement à hauteur de 1 612,2 milliards des arriérés intérieurs et extérieurs, de 703,7 milliards de l amortissement de la dette extérieure et autres et de 1 316,0 milliards du désengagement net vis-à-vis du système bancaire et non bancaire, le besoin de financement global des Etats, qui s élèverait à 2 183,4 Milliards, serait entièrement couvert par la mobilisation des financements extérieurs à concurrence de 173,5 milliards au titre des dons, de 185,7 milliards d emprunts et de 1 824,3 milliards d allègements de la dette extérieure. 2.4 Balance des paiements S agissant des échanges extérieurs, le solde des transactions courantes (hors dons) des Etats membres, déficitaire en 2004, deviendrait excédentaire en 2005, atteignant 1 478,9 milliards, soit 6,1 % du PIB, contre un déficit de 936,0 milliards un an plus tôt (-7,2 % du PIB). Cette évolution résulterait notamment d une augmentation de 4 291,6 milliards de l excédent commercial, d une quasi-stabilité du déficit des services, d une aggravation du déficit de la balance des revenus et de la diminution de l excédent des transferts courants (cf Annexe 2, tableau 10).

16 1 En effet, l excédent de la balance commerciale s établirait à 9 389,7 milliards en 2005 (38,7 % du PIB), en liaison avec une amélioration des termes de l échange de 38,5 % expliquée par : (i) une croissance vigoureuse aux Etats-Unis et en Asie entraînant une forte hausse de la demande des matières premières (croissance des quantités exportées), (ii) une augmentation de l offre des matières premières à un prix plus élevé (hausse du prix des exportations), (iii) une maîtrise de l inflation dans les pays avancés entraînant une stabilité des prix des importations. Milliards Graphique 8 : Commerce extérieur sousrégional Imports formelles B S n-facteur Exportations formelles B S n-facteur Balance commerciale Le déficit de la balance de services resterait stable aux alentours de 2840,0 milliards (11,7 % du PIB). Pour sa part, l aggravation du déficit du solde des revenus serait imputable à la hausse des revenus des investissements. L excédent des transferts courants se contracterait à 84,1 milliards contre 111,5 milliards en Quant au compte de capital et d opérations financières, il passerait d un exédent de 1 074,5 milliards en 2004 à un déficit de 236,5 milliards en En définitive, le solde de la balance des paiements consolidée dégagerait un excédent de 346,9 milliards (1,4 % du PIB) en 2005 contre 70,3 milliards une année auparavant (+0,3 % du PIB). En poucentage du PIB Graphique 9 : Soldes du compte courant de la Sous-région Solde du compte courant (transf. publics inclus) Solde du compte courant (transf. publics exclus) En tenant compte d une reconstitution des réserves officielles de change de 752,1 milliards et du paiement des arriérés extérieurs de 1 419,1 milliards, le besoin de financement extérieur se situerait à 1 824,3 milliards et serait entièrement couvert par le réaménagement de la dette extérieure. S agissant de la dette publique, l amélioration des comptes extérieurs se traduirait par une diminution du ratio du service de la dette par rapport aux exportations de biens et services non-facteurs, revenant de 12,3 % en 2004 à 7,6 % en De même, le ratio du service de la dette sur les recettes budgétaires et celui de l encours de la dette sur le PIB s amélioreraient, pour se situer respectivement à 19,4 % et 40,3 % en 2005 contre 28,0 % et 51,1 % en Monnaie A fin juin 2005, la situation monétaire dans les Etats membres de la Communauté a été caractérisée par une consolidation des avoirs extérieurs nets, une régression des créances nettes sur les Etats et une hausse des crédits à l économie, et par conséquent un accroissement de la masse monétaire (cf Annexe 2, tableau 11). En effet, les avoirs extérieurs nets du système monétaire se sont inscrits en hausse de 567,7 milliards pour s établir à 2 046,4 milliards contre 1 478,7 milliards à fin décembre 2004, soit un accroissement de 38,4 %. Cette consolidation des avoirs extérieurs nets résulte notamment de l impact positif sur les recettes d exportation, de la bonne tenue des cours du pétrole et du bois. En définitive, le taux de couverture extérieure de l émission monétaire s est établi à 79,2 % en juin 2005 contre 73,8 % en décembre Les créances nettes sur l Etat ont baissé de 95,7 %, pour se fixer à 19,4 milliards à fin juin 2005, traduisant l amélioration sensible de la trésorerie publique dans certains Etats.

17 Quant aux crédits à l économie, en augmentation de 2,9 %, ils se sont établis à 1 672,1 milliards en juin 2005 contre 1 624,9 milliards un an plus tôt, en liaison avec le niveau soutenu de l activité économique dans certains pays membres (Cameroun, Guinée Equatoriale et Tchad). Traduisant ces évolutions, en particulier celle des avoirs extérieurs nets, la masse monétaire a progressé de 3,9 % au 30 juin 2005 à 3 037,7 milliards contre 2 924,3 milliards à fin décembre Sur la base des réalisations du premier semestre, les perspectives monétaires au 31 décembre 2005 se caractériseraient par un renforcement de la position extérieure nette, avec un taux de couverture extérieure de la monnaie autour de 81,2 % contre 73,8 % en Perspectives économiques de la communauté en 2006 Pour l année 2006, les projections macroéconomiques s annoncent globalement favorables, avec une croissance économique soutenue, bien qu en recul par rapport à 2005, la maîtrise des tensions inflationnistes, la poursuite de l assainissement des finances publiques, l amélioration du solde extérieur courant et une couverture extérieure satisfaisante de la monnaie. Ainsi, les prévisions pour 2006 laissent entrevoir un raffermissement de la croissance économique dans la Communauté, avec un taux de croissance réelle de 4,3 %, entraînant une augmentation du revenu réel par habitant de 1,8 % pour un taux de croissance démographique de 2,5 %. Les tensions inflationnistes seraient contenues, avec un taux d inflation légèrement au-dessus de 2,0 % en moyenne annuelle durant l année Du côté de l offre, le développement rapide des activités du secteur tertiaire constituerait l un des moteurs de la croissance au niveau communautaire en 2006, compte tenu de l essor continu de la téléphonie mobile conjugué avec l'expansion des activités commerciales. Par ailleurs, le secteur pétrolier continuerait d exercer un impact significatif sur la croissance économique. S agissant de la demande, le principal moteur de la croissance demeurerait la demande intérieure nette, en liaison avec la bonne tenue de la consommation globale et des investissements bruts. L évolution de linflation s expliquerait notamment par la mise en œuvre de politiques budgétaires et monétaires prudentes, la résorption de la crise énergétique au Cameroun et au Tchad et le retour progressif de la sécurité et l amélioration du trafic fluvial et routier en Centrafrique et au Congo. Au niveau des finances publiques, l excédent budgétaire, base engagements, hors dons, resterait quasiment stable, aux environs de 6,3 % du PIB, traduisant une diminution relative des dépenses budgétaires, combinée avec une réduction des recettes publiques. Enfin, l excédent du compte courant, hors dons, fléchirait légèrement, revenant de 6,1 % du PIB en 2005 à 4,4 % du PIB en Les perspectives monétaires indiqueraient un raffermissement des avoirs extérieurs nets au 31 décembre 2006, avec un taux de couverture extérieure de la monnaie de 90,2 % contre 81,2 % en Les crédits à l économie progresseraient de 5,3 %. En conséquence, la masse monétaire s accroîtrait de 0,6 %. 2.7 Situation sociale Les résultats macroéconomiques favorables n ont pas encore eu d impacts significatifs sur les indicateurs socio-économiques. Dans les Etats, un premier groupe (Cameroun et Tchad) s attèlent à l évaluation de leur DSRP à travers les rapports d étape, alors qu un deuxième groupe est entrain, soit de finaliser, soit d envisager sa rédaction. Dans ce contexte, la mise en œuvre de la stratégie de réduction de la pauvreté met particulièrement l accent sur les stratégies sectorielles notamment de l éducation et de la santé. S agissant de l éducation, les actions en cours de réalisation ou retenues par les Etats membres concernent principalement l amélioration de la couverture du système éducatif, la mise à jour de la carte scolaire, le soutien à l éducation de base, la construction et l équipement des salles de classe dans des 16

18 17 établissements primaires et secondaires. En outre, des progrès sensibles ont été réalisés en ce qui concerne les taux de scolarisation bruts et la réduction des disparités entre garçons et filles; toutefois, les taux de redoublement et d abandon scolaire demeurent élevés. En matière de santé, les programmes spécifiques (paludisme, VIH/sida, médicaments et vaccination) ont été exécutés en parallèle avec un programme de sensibilisation. A cet égard, les actions ont visé (i) réduire le prix des moustiquaires traités; (ii) réduire le coût de traitement du VIH/sida; (iii) soigner gratuitement la tuberculose; et (iv) intensifier les campagnes de vaccination. En ce qui concerne l emploi, la politique des Etats consiste à développer les secteurs à forte intensité de main d œuvre tels que ceux du bois, de l agriculture, du bâtiment et des travaux publics, de l habitat, des mines et du tourisme. Par ailleurs, dans leurs différentes stratégies de réduction de la pauvreté, les Etats membres mettent un accent particulier sur la prise en charge des personnes vulnérables notamment les indigents, les orphelins, les handicapés, les filles-mères, les enfants en situations difficiles et les personnes du troisième âge. Enfin, pour permettre de faire le diagnostic de la situation sociale ou de mettre à jour les données y relatives, certains Etats (Cameroun, RCA, Gabon et Tchad) ont réalisé des enquêtes auprès des populations : enquêtes sur les conditions de vie des ménages et enquêtes démographiques et de santé.

19 3. ETAT DE LA CONVERGENC E DANS LA COMMUNAUTE 18

20 3.1 Critères de convergence 19 Les critères de convergence dans la CEMAC dont le non-respect entraîne des sanctions à l encontre des Etats membres sont au nombre de quatre. Il s agit : du solde budgétaire de base rapporté au Produit Intérieur Brut (PIB) qui doit être positif ou nul ; du taux d inflation annuel qui doit être inférieur à 3 % ; du taux d endettement public (intérieur et extérieur) qui doit être inférieur ou égal à 70 % du PIB ; de la non-accumulation par l Etat d arriérés intérieurs et extérieurs sur la gestion courante. Les programmes triennaux de convergence glissant ne sont toujours pas disponibles au niveau des Etats membres. Ceci rend difficile l exercice de la surveillance dans un cadre prospectif comme c est le cas depuis la prise en main effective de cet exercice par le Secrétariat Exécutif de la CEMAC. Une solution radicale s avère être indispensable pour la bonne marche de cet exercice. Sur la base des données disponibles au 30 juin 2005, le solde budgétaire de base projeté au 31 décembre 2005, dégagerait, au niveau global de la CEMAC, un excédent de 7,3 % du PIB, supérieur à la norme communautaire. Dans les Etats pris individuellement, seul, un pays (République Centrafricaine) n observerait pas ce critère, avec un résultat négatif ( 1,1 % du PIB). Toutefois, pour tenir compte de la volatilité des prix du pétrole sur les marchés internationaux, la détermination d un solde budgétaire de base structurel, fondée sur le lissage sur les cinq dernières années 1 des recettes pétrolières réalisées par chaque Etat pétrolier permettrait de réduire l impact des chocs conjoncturels sur les performances budgétaires des Etats de la CEMAC. Dans cette optique, le solde budgétaire de base de la Communauté deviendrait déficitaire de 0,7 % du PIB. Il s établirait à 1,3 % du PIB au Cameroun contre 3,0 % pour le solde budgétaire non lissé. Le Congo, le Gabon et la Guinée Equatoriale n observeraient pas le critère du solde budgétaire de base structurel, le Tchad n étant qu à sa deuxième année de production de pétrole brut. Avec un taux d inflation de 2,9 % à fin décembre 2005, la Communauté respecterait le plafond fixé pour ce critère. Deux pays membres de la Communauté ne respecteraient pas ce critère pour 2005, à savoir la Guinée Equatoriale (5,9 %) et le Tchad (8,4 %). Le critère relatif au taux d endettement public a été calculé sur la base de la dette publique extérieure et intérieure pour l ensemble des Etats, à l exception de la Guinée Equatoriale. Ainsi, les données disponibles indiqueraient un niveau d endettement de la Communauté de 48,1 % du PIB avec une situation préoccupante 1 La méthode de lissage consiste à adopter comme recettes pétrolières de l année, la moyenne des recettes pétrolières des cinq dernières années, lesquelles intègrent la moyenne sur cinq ans des prix du baril de pétrole brut, des quantités produites et des cours du dollar. mais en voie de résorption pour le Congo (110,8 % du PIB) et pour la République Centrafricaine (84,5 % du PIB). S agissant du Cameroun, du Gabon et du Tchad, ces taux seraient respectivement de 53,1 %, 40,7 % et 30,1 %. Enfin, la Guinée Equatoriale enregistrerait un taux d endettement public le plus faible de 2,6 % du PIB. Enfin, pour le critère relatif à la nonaccumulation des arriérés extérieurs et intérieurs pendant la gestion courante, les chiffres disponibles pour 2005 laisseraient apparaître une accumulation d arriérés de 5,7 milliards pour le Tchad, et de 4,4 milliards pour la République Centrafricaine. Il importe de signaler que, malgré la Directive communautaire, la plupart des Etats n ont engagé, à ce jour, aucune action pour évaluer le stock des arriérés intérieurs, et encore moins, mis en oeuvre un plan de leur apurement. Arriérés de paiement Graphique 10 : Carré Magique de la Convergence de la Cemac Inflation 0,0-2,0-1,0 0,0 1,0 2,0 1,0 2,0 3,0 4,0 80 Solde budgétaire de base structurel Taux d endettement public

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC

2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC 2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC Taux de croissance du PIB en volume (en pourcentage) 2005 2006 2007 2008 (a) Cameroun 2,3 3,2 3,9 3,5 Centrafrique 3,0 4,3 3,6

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE

RAPPORT SEMESTRIEL D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission UEMOA RAPPORT SEMESTRIEL D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE Juillet 2002 S O M M A I R E INTITULES PAGES INTRODUCTION 05 1. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc

1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc 1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc En 8, les cours des matières premières, à l exception du nickel, ont enregistré à nouveau, en annuelle, une progression

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES

II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES 1 II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES II.4.1. FINANCES PUBLIQUES Les opérations financières du Trésor se sont clôturées sur un déficit budgétaire (base droits constatés) plus lourd, passant de 19.477,7 à

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC BDF-DGEI-COMOZOF CONFIDENTIEL Le 7 septembre z- / J. Legrand C. Courtin ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC En, le ralentissement économique observé dans

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Septembre 2014 Sommaire I. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES

DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE EN 2007 ET PERSPECTIVES EN 2008 juin 2008 Publication

Plus en détail

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi N MEF/DPEE/DSC MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Dakar, mars 2015 DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION DE

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015 Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord Octobre 215 1 Feuille de route Environnement mondial Thèmes régionaux Exportateurs et importateurs de pétrole de la région MOANAP 2 Perspectives

Plus en détail

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE DES ETUDES INDICATEURS DE CONJONCTURE Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change OCTOBRE 2013 I. INTRODUCTION

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 septembre 2014 Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012

PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012 PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012 INSEED BP 453 N Djamena Tél : 252 31 64 Fax : 252 66 13 E-mail : inseed@intnet.td site : www.inseed-tchad.org TABLE DES MATIERES RUBRIQUES Pages SIGLES ET SIGNES CONVENTIONNELS

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Direction des Etudes Economiques Le septembre Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Le choc n est plus du côté de l offre Malgré quelques pauses, la tendance

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires au cours de l année 2013, avec un accent particulier

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 Ph. Burny 1 2 1 Production céréalière mondiale...2 1.1 Production mondiale de céréales en 2010/2011... 2 1.2 Production mondiale de froment en

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDÉ : 3 591,5 millions d euros (3 727,4 millions en 2012) RÉSULTAT BRUT D EXPLOITATION COURANT : 642,9 millions

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE

RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE 101 RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE Mai 2012 Bank of Algeria RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE SOMMAIRE INTRODUCTION... p.4 CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi N MEF/DPEE/DSC MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Dakar, 18 février 2015 DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE Présenté par W. L. Manungo Secrétaire pour les finances, Zimbabwe Plan de la présentation Introduction Structure

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE

RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ Département des Politiques Economiques et de la Fiscalité Intérieure RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014 Banque Centrale de Tunisie Direction Générale des Statistiques Direction de la Balance des Paiements et de la PEG Sous direction des opérations courantes Service du commerce Extérieur Analyse des Echanges

Plus en détail

DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE

DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------------------------- Un Peuple-Un But-Une Foi ------------------------------------- MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN -------------------------------------

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

Evolution contrastée selon les secteurs

Evolution contrastée selon les secteurs Evolution contrastée selon les secteurs Reprise sous conditions Paris, le 20 mars 2014 UIC - Contacts presse Hélène MEJEAN - Directeur de la Communication - UIC 01.46.53.11.65 / 06.71.06.72.49 - hmejean@uic.fr

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ******************************* COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE RAPPORT

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

L environnement macroéconomique

L environnement macroéconomique 6 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG L environnement macroéconomique international L environnement macroéconomique international 8 revue de stabilité financière 011 7 L environnement macroéconomique international

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 30/11/2015 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION DE LA PREVISION

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail