Les surprises d un conflit

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les surprises d un conflit"

Transcription

1 1,30 EURO. PREMIÈRE ÉDITION NO9164 Les surprises d un conflit Les manifestants étaient moins nombreux hier, mais le mouvement a révélé de nouvelles formes de lutte, spontanées et solidaires. KENZO TRIBOUILLARD. AFP VENDREDI 29 OCTOBRE ROUTE DU RHUM, RÊVE D AMATEURS PAGES ans: une carte pour télécharger légalement Frédéric Mitterrand a présenté hier le dispositif, censé enrayer le piratage. PAGE 35 JEAN PIERRE MULLER. AFP RICARDO MORAES. REUTERS JULIEN MIGNOT PAGES 2 5 Allègre désavoué par l Académie des sciences Un rapport réfute officiellement les thèses controversées de l ex-ministre sur le réchauffement climatique. PAGE 20 DILMA ROUSSEFF, QUASI REINE DU BRÉSIL PAGES 6 7 DAL: 20 ans de luttes contre le mal-logement est dans un cabaret parisien que le DAL a choisi d organiser son anniversaire. Car la commémoration de ses 20 ans sera résolument festive. Un texte figurant au dos de l invitation rappelle pourtant quelques actions retentissantes qui ont fait la une C des journaux: campements de la place de la Réunion ou du Quai de la gare, réquisitions d immeubles dont celui de la rue du Dragon. A chaque fois, l association de mal-logés a établi un rapport de forces physique (mais non violent) et médiatique avec les institutions, l occupation d un site emblématique servant à se donner de la visibilité. C est par cette stratégie du coup de projecteur que le DAL est parvenu à hisser épisodiquement la question de la crise du logement dans le débat public. PAGES IMPRIMÉ EN FRANCE / PRINTED IN FRANCE Allemagne 2,10, Autriche 2,80, Belgique 1,40, Canada 4,25 $, Danemark 25 Kr, DOM 2,20, Espagne 2, Etats Unis 4,50 $, Finlande 2,40, Grande Bretagne 1,60, Grèce 2,50, Irlande 2,25, Israël 18 ILS, Italie 2,20, Luxembourg 1,50, Maroc 15 Dh, Norvège 25 Kr, Pays Bas 2,10, Portugal (cont.) 2,20, Slovénie 2,50, Suède 22 Kr, Suisse 3 FS, TOM 400 CFP, Tunisie 1700 DT, Zone CFA CFA.

2 2 EVENEMENT ÉDITORIAL Par FRANÇOIS SERGENT Paysage «Ils ont perdu», titre, satisfait et vengeur, Valeurs Actuelles. Si les syndicats ont perdu, Sarkozy aurait-il gagné? A voir. Le Président luimême, que l on a connu plus cacou, s est gardé de tout triomphalisme. Alors que cette réforme devait être le marqueur de sa fin de mandat, comme feu le bouclier fiscal fut celui de ses premières années. Comme l explique l historien Michel Winock sur Mediapart, «le vainqueur laisse en face de lui un vaincu frustré, mécontent tandis que luimême est affaibli dans son autorité». Cette réforme imposée au forceps, contre la majorité des Français devait montrer un «président courage», syntagme disparu des éléments de langage de la majorité. Elle montre surtout un président sourd et impopulaire. La droite peut se féliciter de la décrue du mouvement enregistrée au milieu des vacances, au septième jour de manifestation. Pourtant, comme le montrent nos enquêtes et reportages, on aurait tort de s arrêter à ce thermomètre. Cet étonnant mouvement a aussi montré l exceptionnelle mobilisation d une France en proie à un sourd mécontentement et à un profond désenchantement : les jeunes comme les ouvriers des raffineries, les éboueurs comme les fonctionnaires. Les actions locales, protéiformes, solidaires organisées à la base et par la base des syndicats, dessinent un nouveau paysage social et politique. Avec lequel il va falloir compter. A Frontignan, le 18 octobre, le blocage réunit postier, profs et cheminots. GILLES FAVIER.VU Le 19 octobre à Perpignan, la défilé s arrête sur les voies du TGV. Actions ciblées, manifs records, initiatives de la base: le mouvement contre la réforme des retraites a rénové le visage de la contestation. Les nouveaux chemins de la révolte Par LUC PEILLON I ncontestable décrue. La septième journée d action organisée depuis la rentrée contre la réforme des retraites a bien connu hier une certaine désaffection. Sur l ensemble du territoire, les défilés ont attiré entre 30 et 50% de manifestants de moins que le 19 octobre, soit 2 millions de personnes selon les syndicats, et selon la police. Vacances scolaires, adoption définitive de la loi par le Parlement, ou tout simplement fatigue des militants: les raisons sont multiples. Attention, cependant, à ne pas enterrer le mouvement trop vite. Car depuis ses débuts, celui-ci ne cesse de surprendre, par ses modes d action comme par sa capacité d adaptation. Un conflit multiforme, qui a l avantage de conserver le REPÈRES soutien de l opinion publique, tout en entretenant un haut niveau de défiance envers le gouvernement. Retour sur une contestation qualifiée de «guérilla sociale, durable et pacifique» par l intellectuel Philippe Corcuff. quer, si ce n est un blocage de l économie, un bruit de fond insurrectionnel à la fois bon enfant et, pour une des premières fois depuis longtemps, interprofessionnel. A défaut de grèves illimitées (hormis au sein des raffineries), des actions de toula STRATÉGIE DU COUP DE POING tes sortes se mettent en place. Surtout ET LA LUTTE INTERPROFESSIONNELLE des blocages de routes, de plates-forau matin du 13 octobre, l exécutif s ap- mes logistiques, de centres commerprête à pousser un ouf de soulagement. ciaux ou de dépôts de carburants On La grève reconductible, brandie par les se retrouve entre infirmières, institusyndicats dans plusieurs secteurs teurs, routiers ou étudiants, pour une stratégiques, ne prend pas. opération péage gratuit, un Les trains et les métros roudécryptage piquet devant l aéroport, lent, les lettres sont triées, une occupation de la perles avions décollent : le spectre d une manence UMP du coin. On joue au chat France bloquée, comme à l automne 95, et à la souris avec la police, dans un s éloigne pour le gouvernement. Er- conflit où les militants chevronnés forreur. Car la pagaille qui se met en place ment les jeunes, les «citoyens» collecaux quatre coins de la France va provo- tent de l argent pour les grévistes et les LES DERNIÈRES MOBILISATIONS chiffre des syndicats (chiffre de la police) SEPT En millions de manifestants SEPT OCT OCT OCT OCT HIER 6400 C est le nombre de nouvelles adhésions réalisées par la CGT depuis le 1er septembre, selon la direction de la centrale syndicale.

3 BARTOLI. FEDEPHOTO Opération escargot sur l A7, au sud de Lyon, le 18 octobre. PHILIPPE DESMAZES.AFP L ESSENTIEL LE CONTEXTE La mobilisation hier était encore forte quoiqu en baisse à travers toute la France. L ENJEU Cette décrue ne signifie pas forcément la fin d un mouvement étonnant, qui a su prendre des formes spontanées en dehors des catégories de lutte traditionnelles. par Lilian Mathieu, sociologue au CNRS : «Le fait que la pagaille sociale soit limitée, maintenue à un niveau de basse intensité, permet à un large public de l intégrer.» Le caractère interprofessionnel du conflit est aussi dû à sa gestion par des intersyndicales locales, et moins par les branches professionnelles des confédérations. «A la différence des mouvements précédents, celui-ci s est déplacé de l entreprise vers le territoire, explique Guy Groux, directeur de recherche au CNRS. Alors qu en 68, on occupait son usine, on va cette fois-ci bloquer celle des autres, ou se retrouver ensemble pour une action coup-de-poing en centre-ville.» syndicats apportent leurs moyens logistiques. Le tout dans un mélange de statuts et métiers rarement observé. «Je n ai jamais vu autant de professions mobilisées en même temps, témoigne Philippe Martinez, responsable des métallos CGT. Contrairement à 1995, qui était un mouvement de grève par procuration, tout le monde cette fois-ci veut participer.» C est même l échec des formes traditionnelles du conflit social qui va faire le succès du mouvement actuel. «Dans les conflits précédents, beaucoup de gens étaient bloqués par l idée de la grève générale, et ne trouvaient pas leur place dans la mobilisation, analyse Philippe Corcuff, maître de conférence à Sciences-Po Lyon. Là, les formes d actions, très transversales, permettent à des personnes de tout âge et de différents métiers, de participer.» Un point de vue partagé UNE PARTICIPATION À GÉOMÉTRIE VARIABLE La force du mouvement réside aussi dans la capacité de ses acteurs à se relayer. «Les gens ont compris que pour durer, il ne faut pas griller toutes ses cartouches dès le début, estime Lilian Mathieu. Dans plusieurs secteurs, les salariés s organisent sur des grèves tournantes, entretenant ainsi une mobilisation continue, mais sans qu il s agisse toujours des mêmes.» Comme à la SNCF, «où il y a un wagon de grévistes reconductibles, et d autres qui montent ou descendent en fonction des jours», observe Philippe Corcuff. Même chose pour les manifs du samedi, «qui permettent d intégrer ceux qui ne peuvent pas faire grève en semaine, comme les ingénieurs et cadres», témoigne Philippe Martinez, de la CGT des métallos. D un week-end sur l autre, également, ou d une journée organisée en semaine par «Ce n est pas parce qu une loi est promulguée, qu elle est votée, qu elle devient juste, car les salariés sont encore très majoritairement contre elle.» «C est un ralentissement significatif de la mobilisation. Cela nous conduit à espérer une sortie de crise dans les jours ou les semaines qui viennent.» François Chérèque (CFDT), hier Eric Woerth ministre du Travail, hier 3 Le 20 octobre, l aéroport de Toulouse est bloqué trois heures durant. F. LANCELOT.SIPA Les manifestants étaient moins nombreux hier, mais les syndicats pourraient sortir renforcés du mouvement. Le conflit prend congé L es chefs syndicaux l ont reconnu dès la mi- main tendue au Medef qui pouvait laisser penser journée: «La mobilisation est inférieure» à la que la CFDT était prête à ranger les banderoles. «Je précédente, a déclaré le secrétaire général de n ai fait que rappeler au patronat ses responsabilités», la CGT, Bernard Thibault, au départ du cortège pa- a dit hier le leader réformiste, qui considère que risien. «C était attendu, mais c est vraiment en «tant que cette loi n est pas promulguée, nous allons demi-teinte», a confirmé Alain Olive, pour l Unsa. continuer à la contester et à demander l ouverture de 2 millions de manifestants en France selon les syn- négociations». La CGC, elle aussi, considère, par la dicats, un demi-million selon la police, il s agit de voix de son président, Bernard Van Craeynest, que «la plus faible participation depuis le début des jour- «la page n est pas tournée». Bref, aucun leader synnées de mobilisation en juin», d après le ministère dical n ose siffler la fin du mouvement, en tout cas de l Intérieur. Dans la capitale, le cortège avant le 6 novembre. D ici là, la CGT esa rassemblé entre personnes, seanalyse time que «la mobilisation doit et peut enlon la CGT, et selon les forces de core se poursuivre», mais se garde de lanl ordre. Soit une participation deux fois moins im- cer des mots d ordre précis. Aux salariés de définir portante par rapport au 19 octobre. Quant au taux «sur chaque lieu de travail, les formes d action les de grévistes, il est tombé à son plus bas niveau plus adaptées et unitaires pour être entendus». pour une journée d action nationale. A droite, on se retient de crier victoire trop vite. Il n empêche, pour une mobilisation organisée en Eric Woerth s est borné hier à constater «un ralenpleine période de vacances scolaires, qui plus est tissement significatif de la mobilisation», permetaprès le vote définitif de la loi, les chiffres sont loin tant d «espérer une sortie de crise dans les jours ou d être ridicules. Et la CGT n a pas complètement les semaines qui viennent». Consigne visiblement tort, même si elle en rajoute un peu, lorsqu elle a été donnée de faire profil bas d ici au 6 novemaffirme qu il s agit d «un cinglant démenti pour tous bre. Et peut-être même après. Car si la mobilisaceux qui annonçaient un simple baroud d honneur tion touche à sa fin sans avoir obtenu le retrait du de salariés résignés». projet, rien, dans cette «défaite», ne permet Impossible, quoi qu il en soit, d appeler à rentrer d entamer le chant du cygne du mouvement sochez soi, alors qu une autre date de mobilisation cial. Les syndicats, au contraire, semblent avoir le 6 novembre est d ores et déjà programmée. capitalisé sur cette contestation qui, six mois après François Chérèque, de la CFDT, s est même senti avoir débuté, continue d être soutenue par obligé de justifier sa proposition faite à Laurence deux tiers des Français. Qui sont toujours autant Parisot, lundi soir sur France 2, d ouvrir des négo- à rejeter la réforme. ciations sur l emploi des jeunes et des seniors. Une L.P LE CALENDRIER DE LA RÉFORME LA JOURNÉE DE VENDREDI La loi réformant les systèmes des retraites devrait être promulguée mi novembre, les socialistes ayant annoncé leur intention de saisir le Conseil constitutionnel. D ici là, les syn dicats doivent se revoir le 4 novembre, avant une (dernière?) journée nationale de manifes tations prévue pour le samedi 6 novembre. La SNCF prévoit aujourd hui un trafic TGV quasi normal et 7 liaisons sur 10 pour les TER et Transilien. Côté carburant, le gouvernement a mis en place un plan spécial d approvisionne ment pour le week end prolongé de la Tous saint. 85% des stations service étaient ouvertes hier.

4 4 EVENEMENT A Marseille, la grève des éboueurs a duré deux semaines PHOTO PHILIPPE CONTI.PICTURETANK rapport à la précédente, le public n est pas toujours identique, selon de nombreux responsables syndicaux régionaux. LA MANIF COMME NOUVEL ÉTALON Autre caractéristique de ce conflit : la capacité des contestataires à occuper la rue. «Tout mouvement a ses marqueurs, et pour celui-ci, c est clairement la manifestation, note Christophe Aguiton, chercheur et militant d Attac. La grève, qui a longtemps été le mode d expression classique, en gros de 1936 à 1968, a été supplantée depuis quelques années par le défilé.» Et notamment depuis 1995, avec le phénomène du «Juppéthon». «Auparavant, la manif n était pas vraiment bien vue. C était pour les casseurs, les ouvriers métallos, complète Christophe Aguiton. Aujourd hui, elle a atteint un degré de légitimité supérieur à la grève.» Et comme baromètre du mouvement, elle a, sur ce conflit, explosé les scores. Rarement autant de monde ne sera descendu dans la rue en si peu de temps, les manifs ayant rassemblé entre 1 et 3 millions de personnes en France (suivant les sources policières ou syndicales), à six reprises en un mois et demi. L ACTION COMME INITIATION Dernière particularité, enfin, relevée dans ce mouvement, qui confirme une tendance observée depuis quelques années: le phénomène d engagement par l action. «On a noté la présence de nombreux salariés d entreprise où il n y avait pas de syndicats, remarque Philippe Martinez. Les gens sortent sans y avoir été invités par des militants, et découvrent leurs droits lors d une manif.» Un processus «action-organisation-conviction», «totalement inversé par rapport à ce qui existait historiquement jusqu ici, où l on était d abord initié intellectuellement, avant de s engager, puis d agir», relève Christophe Aguiton. Une façon de relancer un engagement social qui pourrait survivre au mouvement. A Ivry, devant l incinérateur où sont notamment brûlés les déchets de Paris. LIONEL URMAN.SIPA Le plus grand incinérateur d Europe est à l arrêt, bloqué depuis dix jours. A Ivry-sur-Seine, les éboueurs en grève entretiennent la flamme L endroit n est pas très gla- t-il, n est pas Marseille», où la 2003, de 2005, de 2008» Il désimour. Le piquet de grève grève des éboueurs a transformé la gne du doigt le bâtiment tout pros est installé dans le virage, ville en déchetterie à ciel ouvert. che au pied duquel stationnent les surplombé par l arche en béton du En début de semaine, le piquet a bennes confisquées : «Vous voyez boulevard périphérique. Derrière, donc laissé partir une dizaine de les conducteurs? des silhouettes, Paris. Deux fanions de la CGT des visages se dependouillent, plantés dans le dos «On veut des déroulements vinent derrière les d un mannequin déguisé en de carrière. Les agents de maîtrise, vitres, ils font «homme vert», l emblème des grève par procurails finissent ingénieurs mais nous, éboueurs. Il fait froid, le ciel est tion.» Ceux-là ne on reste éboueurs!» gris. Régis, Fred, Kamel sont ni grévistes, éboueurs de la ville de Paris n en Régis délégué CGT nettoiement ni réquisitionnés, ont cure. «Dites bien qu on bloque ils viennent le depuis mardi!» s exclame Régis. bennes pleines pour éviter qu elle matin à la prise de service. Et re«mardi de la semaine dernière. ne prennent feu. Sauf que le mou- partent le soir. Pas comme Régis, Ça va faire dix jours!» précise vement est en train de se durcir. Fred ou Nicolas. Eux dorment sur Greg, en se rapprochant du feu. Les conducteurs sont entrés en place. Deux tentes de réception, Un foyer de grosses bûches flambe scène hier: «Ils ont bloqué les gara- blanches à raies vertes égayent la à même le trottoir. Ils sont une di- ges Victor-Hugo [à Ivry], Auber- zone : des lits de camps, des duzaine. Ils bloquent le «garage villiers, Romainville [Seine-Saint- vets Survient une camionnette d Ivry» de la ville de Paris : en Denis]», interdisant la sortie des verte avec un chargement hétéroclair, ils interdisent l accès à la engins. Régis Vieceli, le secrétaire clite : «C est des copains des enrampe qui permet aux camions- général du syndicat CGT du net- combrants. Ils nous apportent du bennes de vider leurs toiement, chiffre à bois pour le feu et aussi des matedéchets dans la cuve de REPORTAGE 40%, la proportion de las.» Une chaîne de solidarité qui l incinérateur d Ivry conducteurs en grève: réchauffe la petite troupe. (Val-de-Marne). «Delanoë, il a pris des intérimaires Les deux hautes cheminées qui et envoyé le privé pour nettoyer PaSEINEcrachent d ordinaire d immenses ris! Mais c est pas gagné!», mest-denis panaches de vapeur d eau, sont à nace le syndicaliste. PARIS l arrêt. Nicolas désigne les ca- «Matelas». Quelques mètres plus mions verts alignés derrière la loin, un second foyer, deux bancs, grille: «On a immobilisé trente ben- trois chaises colorées et quelques nes, pleines, et aussi des laveuses et éboueurs, debout, qui se réchaufmarne des aspirateurs [des engins de net- fent les mains : «On est contre la toyage des trottoirs, ndlr]. Fred réforme de Sarko, récite François. Ivry-sur-Seine tend le doigt: «Là-dedans, ça fer- Ça va bloquer l embauche des mente dur», à cause «du méthane jeunes». Il embraye très fort : ESSONNE 5 km qui monte». Mais «Paris, ajoute- «Faut revenir sur tout, la réforme de «Vous auriez dû venir mardi dernier», lance Mohammed, dit Momo, délégué CGT. «On était 500 sur le site», sourit Momo. La manif, organisée par l union locale CGT du XIIIe arrondissement, partie de la gare d Austerlitz, a fait toutes les stations, «là où il y a des piquets de grève», comme en suivant un chemin de croix : «On a eu les cheminots d Austerlitz, les mecs du transformateur d EDF, à Massena, ceux qui occupent le terminus du bus 27. Et aussi les territoriaux d Ivry, de Vitry, ceux de Choisy» Revendications. Mardi dernier, à la dernière AG, ils étaient une cinquantaine (sur un total d environ éboueurs) : «On a tous reconduit le blocage jusqu à vendredi», dit Régis. Et le syndicaliste enchaîne, maintenant que la loi sur les retraites est votée, sur les revendications maison: «Delanoë, il est sourd au dialogue social. On veut des déroulements de carrière. Les agents de maîtrise, ils finissent ingénieurs mais nous, on reste éboueurs!» Momo, qui habite Roissy-en-Brie et prend son service à Paris, tous les matins dès 6 heures, opine : «Moi, je gagne euros nets avec les primes. Après vingt-quatre ans de maison» Pas question pour lui de ramer «encore vingt ans» à ce tarif-là. CATHERINE MAUSSION

5 5 Devant l antenne amiénoise, les chômeurs pensent d abord au travail. Au Pôle Emploi, la retraite, c est «pas la priorité» ne rue, maisons en briques, église à l abandon. En face, un bâtiment moderne dont la porte claque. De nombreux jeunes y entrent. Pôle Emploi. Quand on cherche un boulot depuis des mois, suit-on la réforme des retraites? On attend les visiteurs sur le trottoir, puisque la direction régionale interdit aux journalistes de parler aux demandeurs d emploi dans ses locaux. Imaginez qu ils critiquent «et puis, nous n avons pas été prévenus de votre visite.» Qu importe, Dalila, 38 ans, a besoin de faire entendre sa voix. Elle vit à Amiens depuis trois mois avec homme et enfants, après quatre années à Marseille, où elle avait envie de rester. Pas son mari, plombier intérimaire. Dans le couple, c est lui le patron. Elle a élevé leurs trois enfants (15, 13 et 12 ans), alors maintenant elle a envie de penser un peu à elle, «d être autonome, on ne sait jamais ce que réserve la vie». Prière vers le ciel et foulard réajusté autour de la tête. Mais Dalila se trouve face à un obstacle. Elle vise une formation pour LE CONFLIT s occuper de bébés ou VU D AMIENS de personnes âgées, mais ses quinze ans de CALAIS travail avec ses enfants lui ont donné «de Amiens l arthrite aux articulations, c est un prosomme blème pour laver un 30 km OISE vieux de 80 kilos. Pourquoi n aide-t-on pas les «Libération» s installe femmes au foyer? Je ne toute la semaine dans pourrai pas cotiser si je la ville pour y suivre n ai pas de travail. Alors le mouvement social. la réforme des retraites, je suis contre, mais en même temps 60, 65, 67 ans, pour moi qui n ai pas encore travaillé» Une petite femme file le long du mur. Se retourne, grimace, «les retraites ce n est vraiment pas ma priorité pour l instant». Mélissa, 20 ans, arrête de triturer son portable. Elle cherche une formation de monitrice d auto-école, après avoir été responsable commerciale dans les alarmes. «Le porte-à-porte, en ce moment, ça ne marche pas et puis je n aime pas arnaquer les gens.» Elle cotise depuis trois ans, «à 17 ans, je travaillais déjà, il faut bien payer les études. La réforme des retraites, mais qui peut être pour?» Jérémy, 27 ans, dont douze de cotisations, commercial dans la téléphonie, soutient la réforme. De toute façon, il préférerait «toucher une somme tous les mois, et rien à la fin de ma vie professionnelle.» Passe Gérard, 30 ans, ouvrier dans le bâtiment, à la recherche d un emploi depuis six mois. «Dans nos métiers, il faudrait une retraite à 55 ans, le corps n est pas éternel. Mais bon, Sarko il ne sait pas ce qu est un clou.» Gérard n a pas manifesté mais perçoit «une colère, il faut un autre Mai 68. Sans gêner ceux qui travaillent, en visant plutôt les politiciens». Lhadi, 25 ans, cherche un poste «d assistant d éducation. Pion, quoi». Il a déjà eu un CDD de sept mois dans l éducation nationale. «L Etat est sourd, c est le peuple qui décide, non?» Quatre personnes sortent. Un homme s arrête. Réfugié politique, il préfère la discrétion. Ex-militaire zaïrois, il vise un travail dans la sécurité. «Il est évident que plus on vieillit moins on produit, alors laissons la place aux jeunes.» AISNE Manche U De notre envoyé spécial à Amiens FABRICE TASSEL Un travailleur zombie à Paris, hier, où les manifestants étaient entre (syndicats) et (police). PHOTO JULIEN MIGNOT Malgré les vacances, la mobilisation est restée honorable hier. Un 7e jour pas de tout repos D rôle de cortège à Paris, avec ses sistante maternelle à la crèche de gros amas sonores de cheminots Rueil-Malmaison, 44 ans, quatre encgt ou de camionneurs CFDT, fants, est venue seule avec sa pancarte sa troupe sautillante de lycéens toutes «arthrose, lombalgies, hernies discaétiquettes (Fidl, UNL) confonles». «Comment est-ce possidues et ses groupuscules indéble de faire travailler les femmes RÉCIT nombrables, comme Mariejusqu à 67 ans», clame-t-elle. Laure, Nadège et Jean-Luc, venus avec Manifestation sans incidents, mais la leur pancarte FO du Carrefour de police a quand même procédé à 150 inclaye-souilly. Curieux défilé tout en terpellations pour «vérification d idenaccordéon où ils étaient selon tité» vers 20 heures. les syndicats (31000 selon la police). A A Lyon, clin d œil à l affaire des poli17 heures, ceux de SUD Solidaires n ont ciers déguisés en militants CGT lors de pas encore décollé de la Place de la Ré- la précédente journée d action: des mapublique que l avant-garde du cortège, nifestants paradent autour du cortège en CGT en tête, est arrivée au but arborant à leurs blousons de faux écustrois heures plus tôt Du monde? sons de CRS. Ça fait sourire un policier. Jean-Paul, ingénieur chez Sagem, à Ar- L ambiance s est détendue sur le pavé genteuil, dit qu ils sont venus à 20 seu- lyonnais depuis les jours de violences de lement «à cause des vacances». Ils la semaine dernière. Hier, les quelque étaient 60 à la première manif. «Mais 600 CRS et gendarmes mobiles déployés je vois beaucoup de petites boîtes du en prévision d une éventuelle reprise privé : eux ont pris sur leurs vacances», des tensions ont pu jouer aux cartes dit-il presque admiratif. N Guyen, as- dans les camions. Pas d incident non plus. Et, sur la place Bellecour, à l arrivée de la manifestation, les seules fupolicier CASSEUR : mées qui s échappaient étaient celles de UN ANAR ARRÊTÉ la machine à merguez de la CGT. Il y avait personnes selon la police, La police a interpellé hier, à Paris, un selon les syndicats. Soit un recul homme décrit comme «proche des sensible par rapport au 19 octobre où ces milieux anarchistes», dont des chiffres étaient de et Un images diffusées sur Internet responsable syndical se rassure avec les avaient fait naître des soupçons sur mots : «Ce ne sont pas les comptes qui la présence de policiers comptent.» Et plaide le contexte: «C est provocateurs dans les les vacances.» Au milieu du cortège, en manifestations. Sur la vidéo, on voit rangs serrés, les jeunes sont là. Peu de un individu masqué et armé d un lycéens, beaucoup d étudiants et de bâton donner un coup de pied dans précaires. Il est beaucoup question de le dos d un passant qui tente «résistance». Le PS est en toute queue de d empêcher un casseur de briser cortège. Les militants socialistes ont une vitrine. L individu interpellé tenu à attendre Ségolène Royal, invitée serait celui qui donne le coup de à une réunion dans l agglomération. Elle pied. Certains commentateurs fait un bout de manif à leurs côtés, face pensaient, à tort apparemment, à un bouquet d objectifs et de caméras. qu il s agissait d un policier en train Les militants lyonnais sont contents : de provoquer des incidents. leurs principaux élus ne viennent jamais aux manifs contre la réforme. Trois pelés et deux tondus place SaintCyprien, à Toulouse, à une demiheure du départ du cortège. Deux heures plus tard, à mi-parcours, le flot des manifestants est d une exceptionnelle densité. Les secrétaires départementaux CGT et FO jubilent: «C est un pied de nez à tous ceux qui pensaient que les salariés sont sous l éteignoir.» Hier, personnes ont défilé contre la réforme des retraites, selon les syndicats qui en ont tout de même soustrait au chiffre record de manifestants de la semaine dernière. La préfecture a fait de même pour aboutir à personnes. «C est ridicule, rigole une dame sans panneau ni banderole. A force d expliquer que le mouvement s essouffle, qu il y a de l essence partout et que tous les trains circulent, plus personne ne peut croire ce que disent les autorités.» Les éboueurs de l agglomération toulousaine sont ainsi censés avoir repris le travail. Mais les poubelles ne sont pas vidées, le trafic des bus est toujours aussi chaotique. Les opérations intersyndicales «un jour, une action» connaissent, elles, un succès grandissant: ils étaient 200 à bloquer la Banque de France mardi, Ils étaient plus de 500 le lendemain pour perturber la plateforme de redistribution Eurocentre. Le discours gouvernemental n est toutefois pas sans effet : «Les gars de chez moi m ont encouragé à venir manifester», explique un élu CGT d EADS Astrium, mais eux n ont pas fait le déplacement. Les ex-molex sont eux-mêmes loin d avoir fait le plein. Et les étudiants n ont encore pas pointé le bout de leur nez. «Dans ces conditions, se réjouit un syndiqué FSU en queue de cortège, cette déjà très grosse manifestation est un énorme succès.» C.Ms (à Paris), ALICE GÉRAUD (à Lyon) et GILBERT LAVAL (à Toulouse)

6 6 MONDE Les partisans de Dilma Rousseff, la candidate du Parti des travailleurs, créditée de 49 à 52% des intentions de vote contre 38 à 40% pour son rival José Serra. PHOTO FELIPE DANA. AP Brésil:l électionendéchantant L héritière de Lula est assurée d être élue dimanche, mais au terme d une campagne décevante. Par CHANTAL RAYES Correspondante à São Paulo C e ne sera peut-être pas la «raclée» électorale promise par le président Lula. Mais sa dauphine et exchef de cabinet, Dilma Rousseff, candidate du Parti des travailleurs (PT, gauche), est assurée de se faire élire ce dimanche à la tête du Brésil. Ancienne guérillera du temps de la dictature militaire, cette technocrate qui n avait jamais disputé jusqu ici la moindre élection devance largement José Serra, son adversaire à la longue carrière politique comme parlementaire, ministre, maire de São Paulo, puis gouverneur de l Etat éponyme. «Dilma», comme on l appelle, est créditée de 49 à 52% des intentions de vote, selon les sondages, contre 38 à 40% pour Serra. L élection présidentielle n aura pas été la simple formalité que laissait présa- lasses de la corruption. D autant qu à la veille du scrutin, un scandale de trafic d influence est venu mettre en cause l ex-bras droit de Dilma Rousseff, qui lui a succédé au poste de chef de cabinet de Lula. La mise en ballottage de la candiger la popularité inégalée de Lula date du PT l a obligée à sortir un (plus de 80% d opinions favora- peu de l ombre de son mentor. José bles). «Beaucoup aiment le Président Serra a obtenu pour sa part un surmais pas sa candidate, résume le sis. Le candidat de l opposition de politologue Jairo Nicolau. centre droit s est même Dilma n inspire ni confiance ANALYSE pris à croire à un renverseni sympathie. Mais Lula luiment de tendance. C est même n a jamais été élu au premier sur lui en effet que devrait se reportour. Il y a encore une forte résistance ter le gros des 20 millions de voix à la gauche.» de Marina Silva. Il y a dix jours, l écart avec sa rivale n était plus BALLOTTAGE. La candidate du PT que de cinq points, selon certains est certes arrivée en tête du premier sondages. tour, le 3 octobre, avec 47% des Mais Dilma a regagné du terrain. La voix (14 points d avance sur Serra). polémique sur l avortement, qui l a Mais la surprise est venue de la troi- mise sur la défensive, est en effet sième postulante, l écologiste Ma- retombée. Dans un Brésil croyant et rina Silva, une déçue du «lulisme» conservateur, ses prises de position qui a raflé près de 20% des suffra- en faveur de la dépénalisation de ges. Cette ancienne femme de mé- l IVG sont impopulaires et ont dénage connue pour son intégrité et chaîné contre elle une partie du son combat pour l Amazonie est la clergé catholique et évangéliste. La digne héritière du Lula d avant, pas candidate a dû s engager par écrit du manœuvrier qu il est devenu. à ne pas prendre l initiative d un Elle a séduit les couches moyennes, amendement de la législation sur sensibles à la cause écologique et l avortement si elle est élue. José Serra, qui l accusait d avoir «changé d avis pour des raisons électoralistes», a lui-même abandonné ce filon quand la presse a révélé que sa propre épouse s était fait avorter. critique le «noyautage de l Etat par le PT». Pour le reste, la campagne n aura pas beaucoup éclairé les électeurs. Aucun des deux candidats n a évoqué les grands enjeux comme les mesures à prendre pour La présidentielle n aura pas été la le simple formalité que laissait présager maintenir rythme de la la popularité inégalée de Lula (plus de croissance (7% 80% d opinions favorables). prévus cette année) ou la refonte Ainsi, le bien-être social qui a mar- d une fiscalité qui pèse lourdement qué les deux mandats de Lula en sur les pauvres. huit ans, 21 millions de Brésiliens ont quitté la misère tandis que RETENUE. Le chef de l Etat sortant, 29 millions sont entrés dans la pour sa part, ne sort pas grandi de classe moyenne redevient le fac- la campagne. Il s est investi outre teur déterminant du scrutin. Du mesure auprès de sa protégée, au moins dans le nord-est déshérité, mépris de la retenue qui sied à sa où Dilma a 37 points d avance sur fonction. Si Dilma l emporte, quel José Serra contre 4 seulement sera le rôle de Lula? Sera-t-il un dans le sud-est prospère, premier président de l ombre pour le tancollège électoral. dem Medvedev-Poutine en Russie? A vrai dire, l un et l autre man- Certains le croient. D autres craiquent de charisme et ne suscitent gnent déjà un enracinement du PT pas l enthousiasme. Dilma a pour au pouvoir à la manière du Parti réelle le désir de continuité de la ma- volutionnaire institutionnel au jorité et Serra, son expérience. Le Mexique. On prête en effet à Lula, candidat de l opposition serait «le à qui la Constitution interdisait de mieux préparé pour la fonction». Il briguer un troisième mandat conpromet de maintenir les politiques sécutif, l intention de revenir aux sociales de Lula s il est élu, mais affaires en 2014.

7 MONDE 7 Marina Silva, candidate du Parti vert, a remporté 19,3% des suffrages au premier tour de l élection présidentielle. Et refuse de donner des consignes de vote pour dimanche: «Ma performance montre que la société cherche une troisième voie» S COL V Océan Atlantique BRÉSIL PÉR BOL P ARG Brasilia U 1500 km BRÉSIL Superficie km2 191,5 millions Population Croissance (2009) -0,2 % 7,4 % Taux de chômage RÉSULTATS DES ÉLECTIONS AU ER TOUR 4 octobre DILMA ROUSSEFF JOSE SERRA Sources : FMI, CIA, Pnud e sur 182 sur l indicateur de développement humain (IDH) Autres INTENTIONS DE VOTE Sondage du 26 octobre Sources : Reuters, Datafolha «J ai été très surpris par la réapparition de l avortement dans la campagne. Ils [l opposition] y ont introduit un virus pour détourner le débat.» Frei Betto dominicain lié à la Théologie de la Libération 54% des chrétiens brésiliens soutiennent la candida ture de Dilma Rousseff, la dauphine du président Lula, qui avait pris position en faveur de l avortement au début de la campagne avant de se rétracter. n raflant 20 millions de voix à la présidentielle brésilienne, le 3 octobre, Marina Silva, 52 ans, candidate du Parti vert (PV), a privé d une victoire dès le premier tour la dauphine et exchef de cabinet de L ula, Dil ma Rousseff. Ministre de l Environnement de Lula de 2003 à 2008 et transfuge du Parti des travailleurs (PT), qu elle a quitté après vingt-quatre ans, l écologiste a choisi la neutralité pour le second tour qui opposera ce dimanche «Dilma», du PT, à José Serra, du Parti de la socialdémocratie brésilienne (PSDB). Elle revient sur sa décision, ses convictions religieuses elle est évangéliste et la troisième voie qu elle veut construire. Qu est-ce qui vous distingue des deux principales forces politiques du pays, le PT de Lula et le PSDB? Une nouvelle façon de faire de la politique. Ma performance électorale montre que la société cherche une troisième voie, qu elle ne veut pas rester l otage des vieux paradigmes de la gauche et de la droite ou de la polarisation entre PT et PSDB. Au lieu de la confrontation politique, nous défendons le dialogue, par-delà les différences, autour des questions stratégiques comme l éducation ou le développement durable. Comment faire de la politique autrement au Brésil? Il y a 22 partis au Parlement. Clientélistes pour la plupart, ils monnaient leur soutien. Ni Lula ni son prédécesseur n y ont remédié. Dans cette campagne, nous avons montré la voie en nous alliant aux forces vives de la société jeunes, artistes, universitaires, écologistes, mais aussi patrons conscients de l enjeu social et environnemental plutôt qu à des partis qui ne partagent pas nos idées. On en a payé le prix, en n obtenant qu une minute et vingt secondes de temps de parole à la télévision [distribué selon le nombre de sièges des coalitions, ndlr]. Mais nous avons mobilisé un très large mouvement autour E de cette nouvelle vision. La politique est encore très archaïque au Brésil, cela met en péril les avancées sociales et économiques. Une réforme du système est indispensable. Or, celle-ci n a toujours pas été faite, car elle menace les intérêts des partis. Il faut instaurer le financement public des campagnes, pour que les élus ne soient pas otages d intérêts privés, permettre aussi les candidatures indépendantes. Les partis ne répondent plus aux aspirations des gens. A l instar de 71% des Brésiliens, vous êtes contre la dépénalisation de l avortement, qui n est autorisé qu en cas de viol ou de danger de mort pour la mère. Pourquoi? Il faut protéger la vie des femmes mais aussi celle du fœtus. C est une question éthique et philosophique, pas seulement religieuse. On peut réduire le nombre d avortements [plus d un million par an, ndlr] grâce au planning familial et à un travail d éducation sexuelle. Peut-on avoir souhaité sa grossesse puis, face à une situation nouvelle, ne plus vouloir ou pouvoir l assumer? Ce n est pas une simple question de circonstances. Il y a un principe éthique de protection de la vie, un lien social avec la vie qu on génère. Ne devez-vous pas une partie de vos voix au vote conservateur et évangélique? Mes deux adversaires aussi! Mais contrairement à eux, je n ai pas fait des questions de société une arme électorale. J ai exposé mes vues avec transparence et sans diaboliser ceux qui pensent autrement. Quel est le bilan de l ère Lula? Il a prouvé qu en redistribuant la richesse, on favorise la croissance économique. Il y a eu des avancées sociales et aussi sur l environnement. Grâce au plan d action lancé pendant ma gestion, le défrichement de l Amazonie est passé de km2 par an à 7000 l an dernier. Mais passer à un modèle plus large de développement durable, qui prendrait en compte l agrireuters REPÈRES culture, les transports et la production d énergie, n est pas la priorité du gouvernement. Vous avez décidé de ne soutenir ni Dilma Rousseff ni José Serra au second tour. Pourquoi? Par respect pour nos électeurs et parce que l indépendance est le meilleur moyen de consolider une troisième voie. Néanmoins, nous avons contribué au débat en soumettant aux deux candidats un programme en dix points. A eux de convaincre les Brésiliens qu ils sont réellement prêts à s engager. Il ne suffit pas de le dire. Dilma et Serra se ressemblent. Tous deux ont une vision dépassée du développement. La candidate du PT défend les grands ouvrages en Amazonie, ce qui a provoqué des frictions entre vous quand vous étiez ministre. Cela a pesé dans votre décision? Non. Dilma défendait son point de vue et moi le mien. C est Lula qui tranchait. Quand j ai perdu son soutien, j ai démissionné. Mais j ai toujours pour lui autant de respect et d affection. Pendant trente ans, vous avez été très proche de Lula. Pourtant, il ne vous a pas appelée pour vous féliciter de votre score ni même pour vous demander de soutenir sa candidate. Etes-vous déçue? Il n est pas candidat. Dilma, elle, m a téléphoné. Serra aussi. Votre parcours rappelle celui de Lula. Pour beaucoup, vous étiez sa véritable héritière Il n en n a jamais été question, ni pour le Parti des travailleurs ni pour moi. Je LIVRESOBSLIBE PHILO122_163.indd 1 n envisageais pas de lancer ma candidature avant d entrer au Parti vert. J ai quitté le PT en 2009 parce que le parti et il n est pas le seul n a pas compris le défi du développement durable. Mais cela n a pas été une décision facile. Le PT a joué un grand rôle dans la démocratisation du Brésil, en permettant la participation politique des secteurs exclus de la société. Sans cela, je ne serais pas en politique moi-même. Vous voterez blanc ce dimanche? Je me réserve le droit de ne pas répondre. Serez-vous à nouveau candidate en 2014? Dans ma carrière, je n ai jamais rien prévu. Pour l instant, je vais travailler au sein de la société civile. Recueilli par C.Ra. 25/10/10 18:02

8 8 MONDE Mikhaïl Khodorkovski, hier, dans un tribunal moscovite. L opposant Boris Nemtsov accuse Vladimir Poutine de «khodorophobie aiguë [et de] vendetta personnelle». PHOTO DENIS SINYAKOV. REUTERS. Combatif,MikhaïlKhodorkovski attendleverdictdupouvoir Le second procès de l ex-oligarque russe et de son bras droit, accusés d avoir détourné du pétrole, s achève lundi. Ils risquent quatorze ans de prison. Par VERONIKA DORMAN Correspondante à Moscou de la première arrestation en 2003, soit jusqu en Mercredi matin, Khodorkovski a uatorze ans derrière les été chaleureusement accueilli au barreaux, c est ce que tribunal. Pour cette dernière ligne requiert le parquet russe droite, les défenseurs des droits de à l encontre de Mikhaïl l homme, dont il est un héros, sont Khodorkovski et Platon venus le soutenir en bande, de Lebedev, dont le second prolioudmila Alekseeva, du cès touche à sa fin. Dans un RÉCIT groupe Helsinki, à Garry tribunal de quartier moscokasparov, le chef du mouvite, depuis mercredi, la parole est vement d opposition Solidarnost. à la défense des prisonniers les plus Tout sourire, Khodorkovski a pris célèbres de Russie, accusés d avoir la parole pendant deux heures, imdétroussé le pays de milliards de pertinent, généreux en sarcasmes, roubles et volé des dizaines de mil- tournant en dérision son procès et lions de tonnes de pétrole. remerciant, pour finir, les procureurs: «C est grâce à eux que tout le SARCASMES. Le second procès de monde a pu être convaincu de notre Mikhaïl Khodorkovski, l ancien patron de la compagnie pétrolière REPÈRES Ioukos, et de son associé Platon Lebedev aura duré plus de six cents jours. Un premier jugement les Agé de 47 ans, Mikhaïl Kho avait condamnés, en 2005, à huit dorkovski a fait fortune dans ans de prison pour escroquerie à la banque avant de se hisser à grande échelle et évasion fiscale. Ils à la tête du pétrolier Ioukos auraient dû sortir en Mais grâce à un schéma de privati vendredi, le procureur a requis sation «prêts contre actions». quatorze années d emprisonnel ex PDG de la compagnie ment global pour détournement et pétrolière a déjà fait sept ans revente illégale de pétrole, à de goulag et quatre grèves compter, en vertu du droit russe, de la faim. Q innocence. Je sais que les tribunaux moscovites ont du mal à prononcer des arrêts d acquittement, mais je vous en prie, estimez leurs efforts à leur juste valeur.» Une référence à l absurdité de l accusation et aux cafouillages des magistrats. 350 millions de tonnes de pétrole. Ce chiffre a été revu à la baisse par le procureur : Khodorkovski n aurait volé en douce que 218 millions de tonnes d or noir, soit 13 % de la production nationale. «Je suis sûr que vous êtes compétent», s est moqué l accusé, en appelant au bon sens Tout sourire, l ancien patron professionnel du juge de Ioukos, impertinent et Viktor Danilkine: «Les généreux en sarcasmes, a tourné affirmations du parquet en dérision l accusation. ne tiennent pas debout, vous le comprenez et Au mois de juin, le témoin de la dé- n allez pas les utiliser dans le verfense, Viktor Khristenko, ministre dict.» Pour les prévenus, qui n ont du Commerce et de l Industrie, cessé de plaider leur innocence, et avait déclaré qu il n était pas au leurs avocats, c est une intrigue pocourant d un détournement de litique cousue de fil blanc. En 2003, Ioukos était la quatrième compagnie pétro lière mondiale. Grâce à sa fusion avec Sibneft (annoncée en avril 2003), alliance démantelée après l incarcération de Kho dorkovski en octobre, la firme pesait 35 milliards de dollars. La fortune de son PDG était alors estimée à 8 milliards de dollars. 14 C est, en années, la peine requise par le procureur con tre Khodorkovski et Lebedev. Une peine globale à compter de leur arrestation, en Emblème d une époque, depuis l arrestation de Mikhaïl Khodorkovski et le démantèlement de son groupe leader sur le marché pétrolier russe au profit de compagnies publiques ou proches du pouvoir, l affaire Ioukos symbolise la lutte du Kremlin contre les oligarques trop entreprenants et sa volonté de contrôler toutes les richesses nationales. Pour les défenseurs des droits de l homme, le procès, rempli d irrégularités, est un révélateur de l état de non-droit qui règne en Russie. S ajoute à cela l inimitié personnelle de Vladimir Poutine, le Premier ministre qui était à l époque président, pour un homme d affaires fâcheusement prospère et indépendant, qui soutenait et finançait ouvertement les partis d opposition. En 2002, Khodorkovski, qui était alors l homme le plus riche de Russie, avait même eu une altercation publique avec le Président, lui reprochant la corruption qui gangrenait les affaires russes. Aujourd hui, dans une lettre ouverte à Dmitri Medvedev, l opposant libéral Boris Nemtsov accuse ouvertement le Premier ministre de «khodorophobie aiguë [et de] vendetta personnelle». GRACE. Le verdict sera prononcé dans les semaines à venir. Un sondage du centre Levada, effectué le mois dernier, révèle que la majorité des Russes interrogés sont convaincus que l issue du procès ne se joue pas au tribunal mais «dans les couloirs du pouvoir», et que les fondements en sont politiques: limiter l influence de Khodorkovski sur la vie politique et sociale. Pour la défense, c est l avenir et l image de la Russie qui sont en jeu : «De la sentence dépend non seulement le destin de deux hommes remarquables, injustement emprisonnés et calomniés, mais l espoir d un développement économique de la Russie», a commenté l avocat Iouri Schmidt. C est peut-être l occasion d un test pour Dmitri Medvedev. Sans avis officiel sur le sujet, s abstenant prudemment de commentaires, le chef de l Etat n en détient pas moins la prérogative de grâce. Pour le chroniqueur politique Andreï Kolesnikov, pas de doute: tant que Khodorkovski est en prison, c est Poutine qui est aux commandes; et si Khodorkovski n est pas acquitté, la réforme judiciaire sur l allégement des peines pour les crimes économiques, chapitre clé du programme modernisateur de Medvedev, risque d apparaître manquée. La dernière journée d audience est prévue lundi. La cour a ensuite jusqu à deux mois pour prononcer son jugement.

9 MONDEXPRESSO Par EMMANUELLE STEELS BERLUSCONI ET LA PETITE VOLEUSE LES GENS Marisol, 20 ans, policière en chef au cœur des cartels Dans le port de Gunsan (Corée du Sud), le 22 octobre. PHOTO REUTERS Affamé,Pyongyang accepteuneaidedusud nécessité à son voisin du nord, en pleine crise. ubliés les 46 morts du Cheonan, cette corvette sud-coréenne coulée le 26 mars par une torpille nord-coréenne. Pour la première fois depuis l arrivée au pouvoir, en février 2008, du président sud-coréen, Lee Myung-bak (un partisan de la manière forte avec Pyongyang, surnommé le «bulldozer»), des navires affrétés par la CroixRouge sud-coréenne transportant de l aide alimentaire ont quitté en début de semaine des ports du Sud pour celui de Dandong, en Chine, d où la marchandise doit être acheminée par camions en Corée du Nord. Symbole. Un cargo, chargé de 3 millions de paquets de nouilles instantanées, a appareillé d Incheon, non loin de Séoul, tandis qu un autre navire, avec à son bord tonnes de riz (de quoi nourrir Nord-Coréens durant un mois), a quitté le port de Kunsan. Cette aide résulte d un accord intercoréen conclu en septembre, au gré duquel les deux pays se sont engagés à autoriser de nouvelles réunions de familles séparées par la guerre de Corée ( ). L une de ces réunions débutera demain. Ces tonnes de riz ont pour l heure une valeur de symbole. On est loin des tonnes livrées par Séoul en «Mais l important, explique Changhoon Lee, politologue expert O Paul Rusesabagina est célè bre depuis qu Hollywood a fait de son histoire une superproduction, Hotel Rwanda, sorti en Le film racontait comment ce gérant (hutu) du très chic hôtel des Mille Collines a sauvé un millier de Tutsis menacés de mort pendant le génocide de 1994 en les abritant. Mais Paul Rusesa bagina, exilé, n est pas en odeur de sainteté dans son pays. La justice rwandaise l a accusé, mercredi, d être de mèche avec Victoire Ingabire, principale oppo sante hutue au régime du président (tutsi) Kagame, actuellement détenue sous l accusation de financement d une organisation terro riste. Le procureur général a affirmé disposer de «preuves solides» du sou tien financier d Ingabire et Rusesabagina aux FDLR, un groupe rebelle anti Kigali basé dans l est du Congo Kinshasa. Rusesabagina n a jamais caché son hostilité à Paul Kagame, qu il traite de «dictateur». Pour ce der nier, Rusesabagina n est qu un «imposteur». C.A. PHOTO AP arisol Valles a 20 ans, un bébé de sept mois et 19 flics sous ses ordres. Elle est la nouvelle commandante de la police de Práxedis G. Guerrero, une petite ville du nord du Mexique terrassée par la violence. Marisol a grandi dans cet endroit planté sur la frontière avec les Etats-Unis, au beau milieu du couloir de trafic des cargaisons de drogue. Elle a vu les policiers municipaux kidnappés, assassinés, décapités. Elle a connu les employés de la mairie exécutés avec leurs familles. Pourtant, le 10 octobre, elle a accepté de risquer sa peau et de devenir chef de la police. M CORÉES Séoul va livrer des denrées de première LE HÉROS DE «HÔTEL RWANDA» ATTAQUÉ PAR KIGALI 9 VU DE MEXICO L HISTOIRE Ruby, une Marocaine de 17 ans, va t elle entraîner Silvio Berlusconi dans un nouveau scandale sexuel? Car la jeune fille, belle dit on au delà du raisonna ble, qui venait d être arrê tée pour vol, aurait été libérée sous la pression de proches du Cavaliere. Pour une bonne raison: selon la Repubblica, qui a révélé l histoire, elle aurait participé à des «fêtes» à la villa Arcore, la résidence privée de Berlusconi. «C est la nièce de Mouba rak», le président égyptien, aurait prétendu le sbire venu pour la faire relâcher. «C est qui Moubarak?» a demandé le policier. La politique en Italie c est comme au cinéma. des relations intercoréennes, n est pas le volume de l aide, mais le fait que Pyongyang l ait acceptée.» Selon les médias sud-coréens, la délivrance de cette aide et son acceptation par Pyongyang sont le signe d une «ouverture diplomatique» d une Corée du Nord affaiblie par les sanctions internationales votées après ses deux essais atomiques des 9 octobre 2006 et 25 mai Surtout, le régime communiste a le plus grand mal à se remettre des inondations catastrophiques qui ont frappé le pays en août et causé des dégâts humains et matériels considérables. Depuis, beaucoup parmi les 24 millions de Nord-Coréens ne mangent pas à leur faim. C est ce qu a confirmé mardi à Tokyo Josette Sheeran, chef du Programme alimentaire mondial (PAM) de l ONU. Un quart de la population nord-coréenne a besoin d une aide alimentaire d urgence. D après elle, il manque à la Corée du Nord (où le PAM dirige 11 projets pour nourrir enfants et femmes), «un million de tonnes métriques» de nourriture. Un diplomate japonais estime pour sa part à «1,5 million de tonnes de céréales» le déficit alimentaire nord-coréen cette année. Premières victimes de cette carence : les enfants de moins de 5 ans. «Ce sont les plus vulnérables», a précisé Josette Sheeran. Selon le PAM, 30 à 50% des enfants nord-coréens sont mal nourris. Le spectre de la famine, qui a fauché 2 millions d habitants entre 1994 et 1996, ressurgit. Les inondations qui frappent le pays depuis deux ans ont causé une chute d un quart des récoltes céréalières et contribué à la flambée des prix des denrées alimentaires. Goutte d eau. En Corée du Sud, les ONG veulent éviter le pire. En septembre, l une d elle a fourni 203 tonnes de riz au Nord ; 530 tonnes de farine avaient été livrées un peu plus tôt par une province sud-coréenne. Une goutte d eau face à l ampleur des besoins. De notre correspondant à Tokyo MICHEL TEMMAN Rien qu à l entendre raconter que plusieurs femmes se sont présentées spontanément à la mairie le jour de sa prestation de serment pour lui proposer de s enrôler, on comprend l engouement soulevé par sa nomination. Marisol revenait avec un diplôme de criminologie en poche, après avoir étudié à Ciudad Juárez, une ville dont les rues elles-mêmes sont une université en la matière. La presse mexicaine s est emparée de l histoire, racontant que, dans cette ville de habitants, plusieurs hommes avaient refusé d occuper la fonction et que le maire avait dû se rabattre sur cette étudiante inexpérimentée. «C est faux, se défend Marisol Valles lors d un entretien téléphonique. Je suis la seule à qui l on a offert ce poste et je suis parfaitement capable de l assumer.» C est une détermination sans faille qui irradie, à l autre bout du fil, la voix de cette petite brune lucide et intrépide. «Bien sûr que j ai peur, car je suis humaine. Mais j ai plus d espoir que de peur», confie la commandante. Ces mères au foyer qui l ont accueillie en héroïne, Marisol les a embarquées dans son projet de fonder une police de femmes. Elles représentent déjà la moitié de ses effectifs. «Cela peut sembler surprenant, mais ces mères constituent notre atout pour la prévention», s enthousiasme la chef de la police, qui aspire à «sauver les jeunes qui ne sont pas encore perdus», ceux dont le crime organisé n a pas encore fait ses ouvriers. Chacun des neuf quartiers de la ville se verra assigner une policière, habitante du quartier. Valles fonde son projet sur une simple constatation: «Les femmes sont plus souvent à la maison, elles connaissent mieux le voisinage. Cela les rend plus aptes à comprendre ce qui se passe autour d elles et à détecter quelque chose d anormal.» Ce dont elle a le plus besoin à présent: des gilets pare-balles. CÔTE D IVOIRE Le représentant de l ONU en Côte-d Ivoire s est engagé hier à «sauvegarder le verdict des urnes» à l issue de la présidentielle de dimanche. SOUDAN La tenue du référendum d indépendance du Sud-Soudan à la date du 9 janvier tiendrait du «miracle», a prévenu hier le chef de la commission référendaire. Vous y avez droit Préparez un diplôme en un an Congé IndIVIduel de FormatIon Diplômes d État (rentrée juillet 2011) BTS Communication BTS Informatique de Gestion Titres certifiés (rentrée septembre 2011) Concepteur Réalisateur Web (niveau II) Monteur Graphiste Vidéo (niveau III) Chargé(e) des Systèmes Informatiques Appliqués (niveau II) Chargé(e) de Gestion des Ressources Humaines (niveau II) Contactez Lydia da Silva EFFICOM , rue Camille Pelletan Montrouge Établissement privé d enseignement supérieur technique - Organisme de formation n

10 10 FRANCE Mal-logés:vingtans delutteetpasquedal En deux décennies, Droit au logement a fait évoluer le regard de la justice et a promu la notion de squat par nécessité. Des expulsés de la place de la Réunion, le 10 mai PHOTO FABRICE ROGER Le campement du quai de la Gare, juillet PHOTO GILLES COULON.TENDANCE FLOUE Le DAL est créé en 1990, sur fond de graves tensions du marché locatif dans la capitale. L abbé Pierre et de nombreuses autres célébrités ont soutenu ou soutiennent le mouvement. Né sur les cendres de la loi de 1948 Des compagnons de route très people e président du Dal, Jean-Baptiste Eyraud, plaisante à peine: pour lui, c est Jacques Chirac, en sa qualité de maire de Paris pendant presque vingt ans, qui a provoqué l émergence de la question des mal-logés et donc la naissance du DAL. Ça commence avec la «rénovation et la reconquête» des arrondissements populaires du nord-est de la capitale. Sous couvert de résorption de l habitat insalubre, cette politique menée tambour battant dans les années fait disparaître les immeubles anciens aux loyers pas chers. Les seuls qui étaient accessibles aux familles modestes. De manière concomitante, le chiraquisme municipal fait main basse sur les HLM. Les logements sociaux ne sont plus attribués au regard de critères de nécessité, mais réservés à la clientèle électorale des élus d arrondissement. Enfin, en , Jacques Chirac, Premier ministre d un gouvernement de cohabitation, fait voter par sa majorité la suppression de la loi de 1948, qui permettait aux couches populaires de se loger à bon prix dans les grandes villes, notam- ue voulez-vous, le DAL est populaire même dans le XVIe arrondissement.» Cette petite phrase est lâchée par le Premier ministre Edouard Balladur, le 18 décembre 1994, dans son bureau à Matignon. Face à lui, le président du DAL, Jean-Baptiste Eyraud, l avocat Jean-Jacques de Felice (conseil du mouvement des mal-logés) et l abbé Pierre. Des militants de Droit au logement et des familles mal logées viennent de mener une action d envergure. Ils occupent depuis le milieu de l après-midi un ensemble immobilier vide, promis à un promoteur, au 7 rue du Dragon, au cœur de Paris. Un dispositif impressionnant de forces de l ordre prend place immédiatement autour de l immeuble. La tension est extrême. Le pouvoir, la police se sentent défiés. L action a été annoncée le matin même dans les colonnes du Journal du dimanche mais sans préciser l adresse. La police, qui savait depuis plusieurs jours qu un gros coup se préparait, n a pas pu l empêcher,faute d infos sur l immeuble visé par le DAL. Enfin informées, les forces de l ordre sont prêtes à virer tout le monde. Mais le DAL a un joker dans son jeu : l abbé L ment Paris ou Lyon. Tout cela engendre de très fortes tensions sur le marché locatif dans la capitale. Existant sous une forme embryonnaire depuis la création d un Comité des mal logés en 1988, le DAL naît officiellement en octobre 1990, après le campement de la place de la Réunion (Paris XXe). Expulsées d un squat par la police, des familles vont vivre pendant plus de quatre mois sous des tentes, pour obtenir un HLM. Outre les délégués de ces familles, on trouve, parmi les membres fondateurs du DAL, des gens issus de courants protestataires de Mai 1968, comme Jean-Baptiste Eyraud, Jean-Claude Amara (aujourd hui président de Droits Devant!!) ou l architecte Philippe Chavance. Il y a aussi des gens provenant des milieux catholiques, comme Jean Thévenot, cadre à la CAF, et habitant du quartier de la Réunion, des personnes de la mouvance écologiste, comme l avocat François Breteau (ancien trésorier de Greenpeace, décédé en 1998), Nicole Rein, ancienne avocate du FLN, ou des travailleurs sociaux, comme Micheline Unger. T.S. «Q Pierre. A ce moment, il se trouve en Normandie. Appelé à la rescousse, il arrive à Paris en hélicoptère et se rend rue du Dragon. Il s installe devant l immeuble sous l œil des caméras. «Quelques dizaines de minutes plus tard, le dispositif policier était levé», se souvient Jean-Baptiste Eyraud. Le gouvernement a compris que le passage en force n est plus possible. L abbé Pierre était le compagnon de route le plus précieux du DAL. Quand une affaire devenait délicate, il entrait en scène. De nombreuses personnalités de la chanson, du cinéma, des milieux scientifiques ou religieux ont aussi accompagné le DAL : Nougaro, Higelin, Lambert Wilson, Bedos, Miou-Miou, Bohringer père et fille, Emmanuelle Béart, Josiane Balasko, Théodore Monod, Albert Jacquard, Mgr Gaillot, Léon Schwartzenberg Même Jean-Paul Belmondo fait de temps en temps un chèque. Et, en 2007, lors du campement de la rue de la Banque, l actrice Carole Bouquet a ouvert au DAL les portes de l Elysée pour débloquer, directement avec le chef de l Etat, une affaire qui semblait mal engagée. T.S.

11 Par TONINO SERAFINI S pectacles, expo photos, débats, revue de presse à la manière de Guy Bedos, Didier Porte et Christophe Alévèque: c est dans un cabaret parisien du boulevard de Clichy que le DAL (Droit au logement) fêtera dimanche son vingtième anniversaire. Sanseverino, Benabar, Agnès Bihl, Urban Sax et une vingtaine d autres groupes ou chanteurs se chargeront d animer musicalement l événement, prévu pour durer «de 15 heures à 5 heures du matin». Le parti pris du DAL pour commémorer ses «20 ans de lutte pour le logement» et «préparer [ses] com- FRANCE bats à venir» est résolument festif. L associa- forces physique (mais non violent) et médiation rappelle que la date de 31 octobre coïn- tique avec les institutions, l occupation d un cide avec «le début de la trêve hivernale des site emblématique servant à se donner de la expulsions» locatives. «Des dizaines de mil- visibilité. liers de personnes vont souffler jusqu au C est par cette stratégie du coup de projec15 mars», indique le DAL. teur que le DAL est parvenu à hisser épisoa Paris, l association dispose d un budget diquement la question de la crise du logeannuel de euros, dont près de ment dans le débat public. Ce bras de euros de subventions publirécit fer avec les autorités a produit ses efques, le reste provenant de dons, venfets: la discrimination dans l accès au tes aux enchères, cotisations... A chacune de logement social des familles migrantes a reses actions retentissantes, essentiellement à culé, spécialement à Paris. Le relogement des Paris, qui ont avant les Enfants des Don familles pauvres vivant dans les taudis a proquichotte fait la une des journaux, l asso- gressé. Mises bout à bout, les actions du DAL ciation de mal-logés a établi un rapport de ont contribué à faire évoluer le droit au loge- Lors de l occupation avenue René Coty, en mars PHOTO ÉRIC PRINVAULT 11 ment, et changé le regard de la justice sur les mal-logés. Jadis considérés comme des quasi-délinquants par les tribunaux, les squatteurs sont désormais plutôt regardés comme des victimes de la crise du logement. Le squat de nécessité est reconnu en filigrane, la justice octroyant souvent des délais aux occupants illégaux d un immeuble pour leur permettre de se retourner avant leur expulsion. «Pour en arriver là, il a fallu l engagement de centaines de militants qui ont consacré leur temps libre à défendre les mal-logés», rappelle le DAL dans son texte anniversaire. Dimanche, c est relâche pour la fête. En attendant, voici vingt ans du DAL passés au crible. Manifestation du DAL, à Paris, le 28 janvier PHOTO GRÉGOIRE KORGANOW Les occupations du DAL, relayées par les médias, ont permis le relogement de milliers de familles. L action militante a provoqué des avancées, mais reste à vraiment appliquer les dispositifs. Place de la Réunion, premier campement Réquisitions et loi Dalo: peut mieux faire ssu d une structure embryonnaire appelée Comité des mal-logés (constitué en 1988), le DAL fait irruption sur la scène politique et médiatique avec le campement de la rue de la Réunion (mai-septembre 1990), dans le XXe arrondissement de Paris. Des familles, jadis logées dans un hôtel meublé situé place de la Réunion, se retrouvent à la rue après l incendie criminel de leur bâtiment. Pendant la même période, trois autres immeubles du XXe arrondissement sont incendiés avec de l essence. Ces actes criminels feront 22 morts. Jamais la police ne trouvera les coupables. Les familles issues de l immigration qui ont réchappé à l incendie se retrouvent dehors, sans solution de logement pérenne. Avec le curé de la paroisse, des habitués d un café associatif et des membres de groupes alternatifs, dont l actuel président de Droit au logement, Jean-Baptiste Eyraud, les familles décident d occuper un immeuble vide dont la façade donne sur la place de la Réunion. Elles squattent. Le 2 mai 1990, la police arrive à l aube et déloge tout le monde. Quelques heures plus tard, les expulsés reviennent et s installent sur des ans les années 1980, les familles de migrants étaient clairement discriminées dans l accès au logement social, spécialement à Paris. Selon un rapport interministériel publié en novembre 1989, seulement 132 familles étrangères avaient obtenu un HLM dans la capitale,sur inscrites au fichier des demandeurs de logements. Les campements, les squats, les actions coup-de-poing (occupation de sièges sociaux de bailleurs HLM ou des bureaux des administrations en charge du logement), ont déverrouillé la situation. Les relogements de familles vivant en squat, jadis totalement impensables, se sont multipliés. Mais «depuis 2005, on observe à nouveau une régression dans ce domaine», déplore le DAL. La mise en exergue de familles prioritaires mais restant à la porte du logement social a aussi obligé les municipalités et les bailleurs sociaux à améliorer les procédures d attribution de HLM et à les rendre plus transparentes. L occupation de l immeuble rue du Dragon, et une vague d actions similaires dans plusieurs grandes villes, a contraint la Ville de Paris I matelas, sous des tentes avec leurs enfants. Ils sont rejoints par d autres familles du secteur. Le campement est révélateur d une nouvelle crise du logement qui gagne. Les caméras, la presse s emparent du dossier. Des élus parisiens, communistes et verts, viennent soutenir les occupants. Les pouvoirs publics se retrouvent dos au mur. Le gouvernement de Michel Rocard est obligé de nommer un médiateur, et l issue de la crise passera par le relogement des familles. Même chose, un an plus tard, en juillet 1991 avec le campement de quarante familles, quai de la Gare. Un accord de relogement sera trouvé en novembre. Des opérations d occupation d immeubles suivront: rue Gérard dans le XIIIe, avenue René-Coty dans le XIVe. Avant la réquisition du bâtiment de la rue du Dragon, dans le VIe arrondissement, qui aura un retentissement considérable. Toutes les familles seront relogées dix-huit mois plus tard. D autres occupations suivront, avec succès. Au total, le DAL affirme avoir obtenu le relogement d environ familles. T.S. D puis l Etat à appliquer la loi de réquisition à partir de décembre Elle donnera finalement peu de chose : seulement logements concernés à Paris et en proche banlieue. Mais c est très symbolique. Les actions du DAL, mais aussi la publication de rapports très documentés par la Fondation abbé Pierre ou le Haut Comité du logement des personnes défavorisées, de même que les campements de Enfants de Don Quichotte, ont contribué à faire avancer le droit au logement. En 1998, la loi de lutte contre les exclusions interdit les expulsions locatives sans l autorisation du préfet. Le droit au relogement des habitants vivant dans des taudis a été un acquis lors d une loi votée en décembre Cette même loi, dite SRU (Solidarité et renouvellement urbain), oblige les villes à avoir un quota de 20% de HLM. Enfin, début 2007, Jacques Chirac fait voter, juste avant son départ de l Elysée, la loi Dalo (Droit au logement opposable) qui oblige les pouvoirs publics à attribuer un HLM aux plus prioritaires. Loi hélas peu appliquée. T.S.

12 12 FRANCE Parlement:leslobbysmissous Un groupe de travail du Palais Bourbon et une commission nationale se penchent sur la prévention des conflits d intérêts. Par GUILLAUME DASQUIÉ A l Assemblée nationale, le groupe de travail sur la prévention des conflits d intérêts, mis en place le 6 octobre, débutera ses travaux dans les prochains jours. Au Conseil d Etat et à la Cour des comptes, la commission de réflexion pour la prévention des conflits d intérêts dans la vie publique planche déjà sur un rapport attendu avant le 31 décembre. Dans les ENQUÊTE deux cas, l initiative conduit à passer au crible les démarches de lobbying, c està-dire les interventions consistant à défendre des intérêts particuliers auprès des garants de l intérêt général. Et il y a sans doute encore beaucoup à faire pour clarifier cette profession. Des lobbyistes de métier souhaitent, eux aussi, profiter de ces circonstances pour mettre de l ordre dans leur activité. Car les constats qu ils dressent sont sans appel. «A l Assemblée nationale, j estime qu il y a une cinquantaine d assistants parlementaires qui sont payés par des grandes entreprises privées pour mener, sans le dire, des actions de lobbying ou pour vendre des informations confidentielles», assure Capucine Fandre, présidente de l Association française des conseils en lobbying (AFCL), dont les membres s engagent notamment à ne pas rémunérer les collaborateurs des parlementaires. BADGE. Ces dernières semaines, Libération a rencontré trois des plus importantes sociétés de lobbying parisiennes, membres de l AFCL: le cabinet Séance publique, de Capucine Fandre (autrefois conseillère en communication de Raymond Barre), la succursale française du cabinet américain Apco (chef de file du secteur à l échelle mondiale), dirigée à Paris par Philippe Maze-Sencier, et le cabinet Boury & associés, géré par Paul Boury, ami de François Hollande, ancien numéro 1 du PS, et animateur historique des réseaux de HEC. Ces trois sociétés emploient de 12 à 25 personnes chacune, et leurs dirigeants jurent qu ils pratiquent un lobbying honnête et loyal. «Il y a de plus en plus de secteurs industriels soumis à des réglementations complexes. Notre rôle, c est de permettre à des entreprises de faire remonter leur expertise A l Assemblée nationale, fin PHOTO MARC CHAUMEIL. FEDEPHOTO

13 FRANCE pression cier, directeur du cabinet Apco, «le statut et les fonctions d avocat permettent à certains de se retrancher derrière la notion de secret professionnel pour s affranchir de la transparence que nous prônons en matière de lobbying». Clairement, cette réalité alimente les doutes au sujet des vocations tardives de plusieurs responsables politiques qui ont prêté le serment d avocat, tout en continuant à fréquenter les allées du pouvoir. Il suffit de consulter l annuaire du barreau de Paris pour prendre l ampleur du phénomène. On y découvre que Frédéric Lefebvre (lire ci-contre) et Dominique Paillé, tous deux porte-parole de l UMP et respectivement avocats depuis octobre 2009 et mars 2007, développent leurs nouvelles activités dans le cabinet de Me Patrice Gassenbach, lui-même avocat de Bolloré et Suez. L ancien ministre de la Justice Pascal Clément, actuel député UMP et membre de la commission des affaires étrangères de l Assemblée nationale, travaille, lui, au sein du cabinet Orrick, très impliqué dans le monde des affaires. L ancienne mi«a l Assemblée, j estime qu il y a nistre de la Justice Rachida une cinquantaine d assistants Dati, maire (UMP) du parlementaires qui sont payés par VIIe arrondissement de Pades grandes entreprises privées.» ris et députée européenne, Capucine Fandre qui dirige un cabinet de lobbying abrite ses activités privées au sein du cabinet d avocats Sollicité, Marc Le Fur, vice-président d affaires Sarrau Thomas Couderc. (UMP) de l Assemblée nationale et res- Jean-François Copé, quant à lui, est insponsable de l administration du registre crit au barreau de Paris en qualité de des lobbyistes, n a pas souhaité réagir. membre du cabinet d avocats d affaires Dans l ensemble, les membres de Gide Loyrette Nouel, qui conseille de l AFCL reprochent à des personnalités nombreuses banques et industriels frandu monde de la politique ou des affaires çais. Ce cabinet met à la disposition du de vendre de l influence de façon opa- président du groupe UMP de l Assemque, sans l assumer. blée un bureau avec ligne téléphonique et adresse mail. VOCATIONS. Ancien responsable euro- Après la publication, en septembre, du péen de la banque Lehman Brothers et livre de Martin Hirsch Pour en finir avec aujourd hui banquier d affaires à son les conflits d intérêts (Stock), qui évocompte, Philippe Villin est présenté par quait ce cumul de fonctions de Jeandes responsables de groupes industriels François Copé, ce dernier s était décomme un lobbyiste susceptible de fendu en affirmant : «Je ne traite transmettre des messages à l Elysée. Il aucune affaire qui concerne l Etat, précise : «Oui, je fais du lobbying, mais aucune affaire qui concerne mes ancienc est une petite partie d une mission plus nes responsabilités de ministre du Budglobale et qui se fait toujours dans un ca- get, je ne traite que du droit privé.» Mais dre cohérent.» Sous-entendu: sans con- sans rendre public le nom des entretradiction entre les intérêts poursuivis. prises qui bénéficient de ses conseils Ce n est peut-être pas le cas de tout le Secret professionnel oblige. De quoi monde. «De plus en plus, on rencontre justifier l entreprise de clarification en aussi des avocats qui font du lobbying», cours menée par les groupes de travail observe Capucine Fandre. D autant que, du Parlement, de la Cour des comptes pour son confrère Philippe Maze-Sen- et du Conseil d Etat. s 13 Des soupçons pèsent sur l ancien député UMP. vers le bon décideur politique ou administratif. Pour que ses arguments techniques soient entendus», soutient Pascal Tallon, directeur général de Boury & associés. Ces professionnels dénoncent le manque de transparence de quelques acteurs qui, selon eux, dégraderaient la réputation de tous. Et ils se montrent critiques à l égard du registre des lobbyistes, mis en place l an passé par la présidence de l Assemblée nationale. Celui-ci permet la délivrance d un badge autorisant à déambuler dans l Assemblée, sans y avoir de rendez-vous. Pour Paul Boury, «il faut être lucide, ça ne sert à rien» : «Quand on veut voir un député, on prend son téléphone et on demande une réunion pour exposer des points précis. Les gens sérieux n ont aucune raison de traîner dans les couloirs. Je mets un point d honneur à ne jamais avoir eu de badge. Y compris à l époque où circulaient des badges de complaisance.» Allusion aux fameux badges marron qui naguère ont pu faire l objet d un véritable commerce. PUBCONTREVERS_27_28OCTO_2010:contreverses 19/10/10 16:05 Page1 Les controverse REPÈRES Depuis juillet 2009, l Assemblée nationale exige des lobbyistes une inscription sur un registre leur per mettant d obtenir un badge pour entrer dans l enceinte du Palais Bour bon et la signature du formulaire impliquant l acceptation d un code de bonne conduite. L EUROPE DES BONS CONSEILS A Bruxelles, les activités de lobbying font l objet d une réflexion constante à travers l «initiative européenne en matière de transparence». Ce pro gramme de la Commission euro péenne, engagé en novembre 2005, incite fortement les lobbyistes à déclarer toutes leurs interventions et à ne pas dissimuler l identité de leurs clients mais sans les y contraindre. La Commission a posé pour principe que le lobbying «fait légitimement partie d un système démocratique». «[Il faut] favoriser le lobbying au lieu de le craindre.» Rapport d information sur le lobbying remis à l Assemblée le 16 janvier 2008 LA VIGILANTE ALBION En Grande Bretagne, l encadrement du lobbying passe pour un modèle du genre. Chaque trimestre, la toute puissante organisation APPC, qui regroupe quiconque propose des services de lobbying à Londres, publie une liste complète de tous ses adhérents, avec l identité des clients de chaque cabinet. Ce cadre exem plaire est le résultat d une histoire tourmentée. En 1994, une série d enquêtes du Guardian avait montré qu un important cabinet, IGA, rému nérait quantité d hommes politiques «comme on se paye un taxi». L influence de Lefebvre utile L e nom de Frédéric Lefebvre revient régulièrement dans les discussions sur d éventuels conflits d intérêts entre personnalités politiques et société de lobbying. Car le porte-parole de l UMP est également un entrepreneur spécialisé sur les marchés de l influence. En cause: son importante implication dans l administration du groupe Domaines publics, à la fois cabinet de lobbying et cabinet d intelligence économique. Selon les actes enregistrés au tribunal de commerce, lorsqu il était député des Hauts-deSeine, le fief de Nicolas Sarkozy, de 2007 à 2009, Frédéric Lefebvre exerçait un contrôle sur cette société. En effet, depuis un accord enregistré le 23 avril 2008, le groupe de lobbying Domaines publics appartient principalement à trois sociétés. D abord Causalis, une structure juridique dédiée aux investissements dans le secteur de l intelligence économique, mais contrôlée par un patron de presse, Jean-Michel Arnaud, président de Métro France (le journal gratuit ayant TF1 pour actionnaire). Ensuite Pic Conseil, une société fondée par Frédéric Lefebvre et possédée à parité par Steven Zunz, ancien assistant parlementaire de Christian Estrosi, le très sarkozyste ministre de l Industrie. Enfin KKO Marketing, une agence événementielle dirigée par Laure Soulage. Actuellement, la gestion opérationnelle de Domaines publics dépend de Jean-Michel Arnaud et Steven Zunz (1). A l Assemblée nationale, les liens capitalistiques de Lefebvre avec Domaines publics ont fait naître des soupçons de conflits d intérêts. Parmi les contrats passés par Domaines publics ou l une de ses entités, deux l ont été lorsque Frédéric Lefebvre était député. Le premier, conclu avec Suez, portait sur des missions de veille des réglementations pouvant concerner le groupe. La directrice des relations institutionnelles chez Suez, Valérie Alain, a fait savoir à Libération que le parlementaire n était jamais intervenu, de manière directe ou indirecte, dans cette relation commerciale. Le deuxième, avec le laboratoire Janssen, portait sur des missions de veille de l activité parlementaire. Ici aussi, la responsable des relations avec l Assemblée nationale au sein du laboratoire, Emilie Berger, a assuré qu elle n avait jamais eu de contact avec Frédéric Lefebvre. G. Da. (1) Contactés à plusieurs reprises par Libération, ils n ont pas donné suite. De la même manière, Frédéric Lefebvre s est abstenu de répondre. un débat mensuel à lire dans «Libération» et à écouter sur France Culture du progrè Pascal Bruckner et Yves Cochet: «Le catastrophisme, maladie infantile de l'écologie politique?» Les controverses du progrès, une émission de Max Armanet. - A écouter sur France Culture de 18h 20 à 19 heures vendredi 29octobre - A lire dans Libération vendredi 29octobre - A voir sur franceculture.com et sur LibéLabo (www.libelabo.fr)

14 14 FRANCEXPRESSO 2 CARNET DE NOTES Par VÉRONIQUE SOULÉ Le soutien scolaire victime de son succès ela avait été l une des toutes premières réformes de l ère Sarkozy à l école, lancée à la rentrée 2007 : l «accompagnement éducatif» après 16h30, ou la possibilité pour les élèves d avoir deux heures d activités gratuites soutien scolaire, sports, etc. Et, après une brève polémique, cela a plutôt bien marché. Les parents y ont inscrit leurs enfants, soulagés qu ils ne traînent pas dehors ou qu ils ne restent pas scotchés devant l ordi après l école. Profs et surveillants, payés en heures sup, se sont portés volontaires pour assurer ces activités. Mais l Etat n avait pas prévu que cela marcherait aussi bien dans les lieux où c est le plus utile, c est-àdire dans les quartiers difficiles. Aujourd hui, il n a plus d argent pour tout financer et commence à se désengager. C C est le nombre de mois de prison, avec sursis, requis hier, ainsi qu un an d inéligibilité, contre Jean Marie Le Pen. Le président du FN comparaît devant le tribunal correc tionnel de Paris pour avoir diffusé, lors des régionales en Paca, des affiches de campagne jugées offensan tes pour les musulmans. rait plus que jusqu à 18 heures et qu en outre il se retirait des deux écoles non classées en Education prioritaire. «Or, reprendre à notre charge ces deux heures d activités représente un coût énorme pour le budget de notre ville», s inquiète Valérie Klein, directrice des politiques éducatives. En Seine-Saint-Denis notamment, les communes apprennent les unes après les autres qu elles devront mettre la main à la poche si elles veulent garder le même volume d heures d accompagnement éducatif. A Clichysous-Bois, des élèves pourraient même s en retrouver privés en cours d année. Depuis deux ans, les douze écoles élémentaires de la ville proposaient cet accompagnement, de 16 h 30 à 18 h 30. Mais, à la rentrée, la mairie a appris qu à partir de janvier l Etat ne finance- L accompagnement éducatif avait pourtant été présenté comme une mesure clé en faveur de «l égalité des chances». «Certains parents peuvent payer des petits cours à leurs enfants et d autres non, répétait le ministre de l Education, Xavier Darcos. Nous allons donner plus à ceux qui ont moins.» Dans l esprit de Nicolas Sarkozy, après les émeutes de 2005, il y avait aussi le souci d occuper les «orphelins de 16 heures» laissés à eux-mêmes qui, dans les quartiers, risquaient de se faire entraîner à brûler des voitures ou à caillasser la police. Le dispositif avait ainsi d abord été introduit dans les collèges Education prioritaire, avant d être étendu à tous les collèges en Il devait être généralisé au primaire en Mais, déjà faute de moyens, on l a limité aux écoles ZEP. Sur le fond aussi, l ambition a été revue à la baisse. Xavier Darcos avait promis des activités culturelles, artistiques, des langues, etc. Mais, dans les faits, cela s est surtout traduit par du bon vieux soutien scolaire. PARI Le groupe Canal + renonce à son projet de site de jeux en ligne baptisé CanalWin. Comme une enquête de Libération l expliquait (édition du 12 octobre), cette activité est susceptible de générer des conflits d intérêts quand une chaîne de télévision est opératrice de jeux en ligne. ADN Un maraîcher condamné en 2009 pour une action anti-ogm, et qui a ensuite refusé de se soumettre à un prélèvement ADN, a été relaxé hier des poursuites pour ce refus par le tribunal correctionnel de Bordeaux. «Nous souhaitons que cette décision fasse jurisprudence», dit son avocat. A l accueil des migrants de Médecins du monde, à la Plaine Saint Denis. PHOTOLABBAN MATTEI.AFP Lasantédesétrangers menacéeàl Assemblée IMMIGRATION Plusieurs députés veulent restreindre l accès aux couvertures médicales gratuites. imiter l accès des étrangers à la couverture maladie universelle (CMU) ou à l aide médicale d Etat (AME). C est l objectif que se sont fixé les députés du collectif de la Droite populaire. Le premier dispositif concerne les Français et étrangers en situation régulière, le second les étrangers en situation irrégulière. A condition de gagner moins de 634 euros par mois, ces deux catégories de personnes se voient garantir un accès gratuit à la couverture santé. Deux textes législatifs vont servir de véhicules à ces velléités droitistes. Ressources. Le premier est le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, en cours d examen à l Assemblée nationale. Deux amendements visent à compliquer l accès des étrangers à la CMU. Le premier prévoit que, pour y être affiliés, les intéressés doivent résider en France «de manière ininterrompue depuis plus d un an», contre trois mois aujourd hui. L autre stipule que L toute personne ayant «résidé» à l étranger durant les douze derniers mois doit produire des justificatifs prouvant qu elle n a pas de ressources provenant de ce pays. «Qu entend-on par résider? Est-ce que ça vise une absence de quelques mois? Avez-vous déjà demandé une telle attestation à une administration comme l administration algérienne?» s insurgent les associations membres de l Observatoire du droit à la santé des étrangers (ODSE). L autre texte est le projet de loi de finances pour 2011, débattu la semaine prochaine. Cette fois, l AME est visée. Une première salve avait été tirée lors de l examen du projet de loi sur l immigration. Un amendement UMP visait à limiter la prise en charge aux «soins urgents dont l absence mettrait en jeu le pronostic vital ou pourrait conduire à une altération grave et durable de l état de santé de la personne ou d un enfant à naître». Eric Besson s était dit prêt à en discuter, mais dans le cadre de l examen du projet de loi de finances. L UMP Dominique Tian a présenté une disposition visant à limiter le «panier de soins» de l AME aux urgences et à réduire la durée d admission à ce dispositif à trois mois au lieu d un an. Mais cet amendement a été rejeté par la commission des affaires sociales de l Assemblée. Reviendra-t-il au travers d un amendement du gouvernement? Réponse mardi, jour de l examen de la «mission santé» du projet. Rapport. Les associations s inquiètent également de l intention affichée par Roselyne Bachelot, mi-juin, de demander aux bénéficiaires de l AME une «participation financière». La ministre comptait «la proposer dans le prochain projet de loi de finances» pour Mercredi, elle a annoncé avoir demandé un rapport sur le sujet à l Inspection générale des affaires sociales (Igas) et promis qu elle n entreprendrait rien avant que ses conclusions ne soient rendues. CATHERINE COROLLER «[L enquête du parquet de Nanterre] est un modèle du genre en matière de rapidité et d efficacité.» Philippe Courroye procureur de Nanterre (Hauts de Seine), hier, au Figaro.fr, à propos des enquêtes préliminaires qu il chapeaute sur l affaire Bettencourt L HISTOIRE JUGÉ POUR S ÊTRE OPPOSÉ À DES EXPULSIONS Le président de l associa tion lyonnaise Agir ensem ble pour les droits de l homme (Aedh) est jugé aujourd hui par la cour d appel de Paris pour s être opposé à deux expulsions sur un vol à Roissy. Le 16 avril 2008, à bord d un avion Air France pour Brazzaville, André Barthé lemy a pris la défense de deux Congolais en cours d expulsion. Débarqué de l avion, il a été condamné en 2009 à 1500 euros d amende pour «provoca tion directe à la rébellion» et «entrave volontaire à la circulation d un aéronef». Une décision dont il a fait appel: «Beaucoup de gens auraient fait la même chose que moi. Nous vou lons juste que la justice reconnaisse qu un acte fait pour le respect de la dignité des personnes ne [puisse] pas être sanc tionné comme un délit.»

15 FRANCEXPRESSO BrunoLeMairelivre savisiondematignon CHRISTIAN BOURQUIN SUCCESSEUR PROBABLE DE FRÊCHE lequel il revient sur ses expériences auprès de Villepin et Sarkozy. REUTERS A à l ambassade de France à Vienne, témoin de l ascension du néofasciste Jörg Haider. Il fait même état des furtives émotions qui peuvent le distraire de son métier : le ministre surbooké n est pas insensible au «regard rieur» d une serveuse à Dubrovnik, ni à celui de la «ravissante» représentante d une ONG qu il rencontre à Copenhague. Dégâts. Il n a pas eu à chercher bien loin pour illustrer sa thèse sur les dégâts de l impatience. Le CPE de 2006? Sa mise en œuvre, reconnaît-il, a été «hâtée au mépris de toutes les règles». Il fallait des résultats, vite. Cet empressement à démontrer que la politique «peut encore apporter des solutions», Le Maire note qu il caractérise aussi bien Villepin que Sarkozy. C était pourtant ce dernier qui pressait Matignon : «Vous allez mettre la majorité dans le mur en ne cédant sur rien. Il faut donner du mou, votre truc ne passera pas.» Ainsi parlait Sarkozy il y a quatre ans. Ainsi parle Villepin, aujourd hui, à propos de la réforme des retraites. Le Maire plaide pour l «autorité mesurée», celle «qui ne grandit que par besoin et cesse de grandir quand les circonstances ne le justifient plus». Difficile d y voir un portrait de Sarkozy Pour le ministre, cette autorité a le visage d Abraham Lincoln, incarnation de la présidence modeste, toujours à la recherche du compromis. Mais qui deviendra chef de guerre quand la sécession ne CONFIDENTIEL LE PS VEUT CROIRE QU IL CONFORTE SA CRÉDIBILITÉ Un proche de Martine Aubry se félicitait hier, en marge de la manifestation parisienne contre la réforme des retrai tes, des résultats de «la dernière vague» de sondages con fidentiels de la rue de Solferino: «Elle montre une évolution de la perception du PS en six mois. Ce n est plus: Il faut que vous vous unissiez mais on attend beaucoup de vous. On regarde le PS comme le parti de l espoir. Sur tous les sujets, on a gagné en crédibilité. Sur les retraites, 48% des Français, contre 33% il y a six mois, pensent que le PS ferait des contre propositions en cas de retour au pouvoir.» De quoi faciliter la candidature d Aubry en 2012? lui laissera pas d autre choix. Tout le contraire d un George Bush qui, se prévalant de sa chimérique «autorité absolue», voulait «éliminer les méchants aussi simplement que dans un western». Evoquant Pierre Laval, l avocat respecté de la cause de la paix devenu l homme de la 15 LES GENS GOUVERNEMENT Le ministre de l Agriculture publie un ouvrage dans u grand poker de Matignon, il serait, dit la rumeur, «le joker de Sarkozy». Et c est au beau milieu de la partie que Bruno Le Maire, publie un essai sur «les trois vertus» mémoire, patience et autorité qui doivent selon lui guider les politiques. Sans mémoire, le présent se vide (Gallimard, 16,90 euros), tel est le titre, un brin sentencieux, de son livre. Les dirigeants de la majorité pas toujours bons camarades ne se privent pas d ironiser sur l indécente ambition du ministre de l Agriculture et brillant agrégé de lettres : ce bouquin, ne serait-ce pas d abord une lettre de candidature au poste de Premier ministre? En vérité, Le Maire n a jamais cessé d écrire. Il écrit pour «gagner en consistance». Comme les athlètes, «les professionnels de la parole» ont, selon lui, besoin, avec les mots, «de prendre du muscle et du poids». Il se garde bien de le préciser, mais on devine qu un certain nombre de ses collègues auraient peut-être besoin, eux aussi, de quelques séances de «musculation». Fétiche. Dans sa réflexion sur ce qui fonde «un engagement de pouvoir», l ex-bras droit de Dominique de Villepin convoque les politiques et les écrivains, Abraham Lincoln et Gustav Stresemann, saint Thomas d Aquin et Thomas Bernhard, son auteur fétiche. L écrivain se met en scène. Il se décrit, apprenti diplomate, en stage collaboration, Le Maire traque ces «minuscules inflexions de la pensée» qui peuvent ruiner une carrière politique. Sa propre carrière ayant pris une pente fortement ascendante, il est assez raisonnable qu il se préoccupe de «gagner en consistance». ALAIN AUFFRAY Le président (divers gauche) du conseil général des Pyré nées Orientales a été désigné hier seul candidat de la gauche pour succéder à Georges Frêche, décédé diman che, à la présidence de la région Languedoc Roussillon. Christian Bourquin, un frêchiste de 56 ans, devrait être porté à la tête de l assemblée régionale le 10 novembre. Sa désignation est intervenue à l issue d une réunion des élus qui avaient été exclus du PS pour avoir soutenu la liste Frêche aux régionales de mars. Deux frêchistes étaient pressentis pour la présidence de la région: Chris tian Bourquin, donc, qui avait déjà assuré l intérim de Frê che à la tête de la région en 2004 quand celui ci avait quitté son poste pour raisons de santé, et Damien Alary, président du conseil général du Gard. L UMP et le FN présenteront des candidats le 10 novembre. PHOTO AFP du 29 oct. au 7 nov. Paris Porte de Versailles Le concentré d envies M A I S O N PA S S I O N S S AV E U R S 1000 places d ateliers gratuits chaque jour Entrée gratuite Envie de Cuisine, Nouvelle Cuisine Japonaise, Œnologie, Cocktail, Design, Diagnostic Maison, Zen Attitude, Relooking Séduction, Décoration Florale. Senior : vendredi 29 oct. & jeudi 4 nov. Femme : mardi 2 nov. Famille et enfant : mercredi 3 nov. Homme : vendredi 5 nov. INEDIT Plus de 1500 de chèques de remise offerts à chaque visiteur Journées portes ouvertes 450 exposants pour toutes les envies! Renseignements et inscriptions sur Direct Matin Votre entrée gratuite pour 1 personne (valeur 8 ) Pte de Versailles - du 29 oct. au 7 nov. Invitation valable uniquement si complétée. A échanger en caisse. NOM PRENOM ADRESSE CP VILLE Conformément à la loi «Informatiques et Libertés», vous disposez d un droit d accès, de rectification, d opposition et de suppression sur les données vous concernant. Vous pouvez vous opposer à leur communication à des tiers en écrivant à FoirExpo Organisation 55 avenue Kléber Paris. LIB

16 16 ECONOMIE Une mine d extraction de terres rares dans la province du Xinjiang. Pékin produit 97% de ces métaux au niveau mondial. PHOTO CHINAPHOTOPRESS. MAXPPP Terresrares,laChine passeenmodeavare Pékin, qui produit la quasi-totalité de ce groupe de métaux essentiel aux industries de haute technologie, a décidé d en limiter les exportations. Par VITTORIO DE FILIPPIS samarium ou encore prométhium Des particules non ferreuses qu on retrouve dans u printemps 1992, alors qu il se les industries de haute technologie. Associé rend dans le sud de la Chine pour à d autres éléments, le néodyme permet, par relancer la politique des grandes exemple, de réaliser des aimants pouvant réformes, le vieux Deng Xiaoping convertir l énergie électrique en énergie médemande qu on lui explique l utilité canique. Sans elle, pas de voitures des «terres rares». Malgré ses ANALYSE hybrides, pas d éoliennes. Le TGV 87 ans, le patriarche mesure très de dernière génération, capable vite la taille de l enjeu. Sûr de lui, il affirme: d entraîner une rame à plus de 500 km/h, ne «Le Moyen-Orient a le pétrole La Chine a les serait qu une fiction sans les moteurs à terres rares.» aimants associant du samarium à du cobalt. Téléphones portables, ipod, fibre optique, AUCUN SUBSTITUT. Les terres rares? Ce ne batteries électriques, panneaux solaires, tous sont pas de lointaines contrées regorgeant de ces produits dépendent, pour leur fabricatrésors en tous genres. Mais un groupe de tion, de terres rares. 17 métaux aux propriétés chimiques irrem- Problème : non seulement on ne connaît plaçables. Des matériaux stratégiques nom- aucun substitut à ces métaux, mais ils sont més terbium, lanthane, yttrium, europium, produits à 97% dans un seul pays, la Chine A Depuis une dizaine de jours, Tokyo dénonce un arrêt des exportations chinoises de terres rares vers le Japon (lire ci-contre), mettant sous tension une partie de ses industries de pointe. Les Etats-Unis subiraient eux aussi un blocage. Sur ce sujet, la tension entre la Chine et le reste du monde ne cesse de monter depuis le début A l époque, les autorités chinoises annoncent une remise en ordre de cette industrie Avec, à la clé, la négociation de quotas d exportations avec les principaux acheteurs. Il s agissait (du moins officiellement) de régenter un secteur totalement anarchique et de casser les filières de contrebande. Ou de mettre à l index la myriade de petites usines chinoises qui exploitent les terres rares en rejetant leurs effluents polluants. Tout se joue dans l austère ville industrielle de Baotou. C est là, en Mongolie intérieure, que s exploite et se gère l essentiel de la production. NÉGOCE. «En moins de deux décennies, la Chine est devenue le maître du monde de ces terres rares Elle l a fait avec la bénédiction du reste de la planète. Et maintenant, tout le monde fait mine de s étonner du fait qu elle ferme progressivement les vannes de ses exportations. C était prévisible», s emporte George Pichon, à la tête d une société de négoce spécialisée dans l achat-vente de ces métaux. Et d ajouter: «Qui peut encore croire que la Chine va se contenter de nous vendre des tee-shirts? Non,

17 ECONOMIE PUB M LUCIO LIBERATION.indd 1 17 Le Japon craint que la Chine exerce un chantage en réduisant ses quotas d exportations. ce qu elle veut, c est remonter les filières de production Se placer là où les valeurs ajoutées sont importantes. Il s agit évidemment des industries de pointe, celles du futur.» Il est vrai que Pékin semble avoir tout fait pour dominer le marché mondial des terres rares. ARMES. Petit retour en arrière. Nous sommes en A l époque, la Chine est pratiquement inexistante sur ce marché. Mais après le coup d envoi donné par Deng Xiaoping, elle exporte à des prix défiant toute concurrence. Jusqu à éliminer tous ses rivaux occidentaux. Aux Etats-Unis, la mine Mountain Pass (Californie) est fermée en Idem pour celles qui étaient exploitées en Australie. Certes, ces mines sont fermées pour des raisons environnementales liées, notamment, à l usage de solvants utilisés pour extraire les terres rares. Mais pas seulement. Aucune mine ne résiste à la déferlante des métaux chinois. Résultat: avec seulement 37% des réserves mondiales prouvées, la Chine en produit la quasi-totalité. «Il faut craindre que les Chinois réservent leurs terres rares à leur demande intérieure», redoute un haut fonctionnaire français. D ailleurs, Pékin n a-t-il pas affirmé qu il pourrait mettre un terme à ses exportations dès 2014 ou 2015? Autant dire demain. Un peu partout, aux quatre coins du monde, industriels et politiques sont vent debout. Aux EtatsUnis, le Congrès exige la mise en place d un organisme de contrôle international. La menace de Pékin est d autant plus préoccupante que la Chine serait, selon de nombreux experts, au maximum de son potentiel d exploitation. Autant dire que les prix des terres rares ne peuvent qu augmenter. Le néodyme, dont les prix se font de gré à gré (comme toutes les terres rares), est passé de euros la tonne en 2009 à environ euros aujourd hui. Certes, la hausse des cours permet d envisager de nouvelles exploitations, notamment hors de Chine, mais il faudra au moins dix ans avant que de nouveaux capitaux puissent réellement exploiter des terres rares en Ukraine, au Brésil, au Canada ou encore en Australie», prévoit l expert Philippe Chalmin. Si, aujourd hui, offre et demande de terres rares parviennent à s équilibrer au niveau mondial, qu en serat-il demain? «A l horizon 2015, le déséquilibre entre l offre et la demande risque d être important, estime Patrice Christmann, responsable au BRGM (Bureau de recherche géologique et minière). On estime que l offre sera de tonnes pour une demande de tonnes.» «Pourquoi croyez-vous que la Chine investit à tour de bras en Afrique», interroge George Pichon. En attendant, tous les pays importateurs fourbissent leurs armes. En vain. La dernière déclaration du patron de l OMC, Pascal Lamy, n est pas des plus rassurante: «Pendant les vingt dernières années, l OMC s est concentrée sur les restrictions à l importation, pas tellement sur les restrictions à l export» Mais qui peut désormais imaginer qu un pays puisse céder une part de sa souveraineté nationale contre sa façon de gérer les exportations? Certainement pas la Chine Les minerais, arme économique au service de Pékin REPÈRES MONGOLIE Baotou CHINE INDE n accrochage en mer de Chine bien même voudraient-ils se tenir à disorientale, le 7 septembre, près des tance de leur encombrant voisin chinois, îles Senkaku (Diaoyu en chinois) devenu leur premier partenaire commerentre un chalutier chinois et deux pa- cial en 2003 (le commerce bilatéral a attrouilleurs des garde-côtes du Japon, a teint 127 milliards d euros au premier seviré, entre les deux superpuissances mestre), les Japonais réalisent que leurs d Asie, à la crise de nerfs. Survenu dans des exportations dépendent, plus qu ils ne le eaux dont les deux pays se disputent la croyaient, du bon vouloir de Pékin. Car si souveraineté, l incident a pris la forme la Chine détient la majorité des réserves de d un événement dont les effets érodent les terres rares extraites de ses mines dans rêves de grandeur du Japon, relégué cet été des conditions précaires et à bas coût, au rang de troisième puissance mondiale, elle couvre la presque totalité de la productandis que la Chine pavoise en numéro 2. tion et des exportations mondiales. Or, à Sur fond de litiges insulaires et énergéti- lui seul, le Japon absorbe 17% de cette proques, cette rivalité a dégénéré en conten- duction. La Chine a répété n avoir pas mis tieux commercial qu illustre la fièvre pour d arrêt à ses exportations de terres rares les «terres rares», ces minerais et autres vers le Japon. Elle affirme aussi qu elle «métaux critiques» indispensables au Ja- n utilisera pas son quasi-monopole sur le pon pour fabriquer ses biens de high-tech commerce de ces matières premières (électroniques, technologiques et militai- comme «un outil de marchandage». Pas de res) et sauvegarder sa croissance. quoi rassurer Tokyo: cet été, la Chine a raembargo. Vengeance de Pékin suite à l af- mené à tonnes ses exportations faire du chalutier? Les douanes nippones ont constaté, dès le «La Chine menace toute l industrie 21 septembre, que des conteneurs japonaise. Bien sûr, elle ne veut importés de Chine, et d ordinaire pas le reconnaître, c est le propre pleins à craquer de «ressources stratégiques», n avaient pas été dé- d une guerre économique.» barqués dans les ports nippons. Pé- Yoshi Murasawa professeur à l université kin a publié deux démentis officiels de Tokyo pour assurer n avoir jamais imposé d embargo. Des négociants de maisons de mondiales de métaux rares. Une baisse de commerce japonaises (telle la Sojitz Corpo- 72% en un an dont le Japon fait les frais (en ration, basée à Tokyo) assurent pourtant 2009, il avait importé tonnes de avoir constaté des réductions ou des arrêts terres rares de Chine). dans les livraisons. Terrain miné. Conséquence, pour s exles représentants du patronat nippon (Kei- traire de ce terrain miné tout en dévelopdanren) sont d ailleurs allés jusqu à exiger pant de nouvelles techniques pour recycler de Pékin «un relèvement des quotas». ses produits électroniques, Tokyo se «Quand la Chine décide de revoir à la baisse tourne vers de nouveaux clients comme le ses quotas d exportations de terres rares vers Vietnam, le Canada et le Brésil. Le Japon le Japon, elle menace toute l industrie japo- vient ainsi de conclure avec l Inde un acnaise. Bien sûr, elle ne veut pas le reconnaître, cord-cadre très ambitieux, en vertu duc est le propre d une guerre économique. De quel les Indiens auront notamment accès telles mesures, coercitives et pénalisantes, et aux technologies nippones de forage et interdites par les lois mondiales qui régissent d exploration des sols, tandis que les Japole commerce, sont lourdes de conséquences nais importeront d Inde des minerais très pour la croissance et l emploi», analyse précieux. Le ministre japonais des Affaires l économiste Yoshi Murasawa, professeur étrangères a pris soin de préciser qu il à l université de Tokyo. venait de s entendre avec Washington Dans ce contexte, l image de la Chine pour «que le Japon et les Etats-Unis coopèauprès des Japonais se dégrade. D après rent de près pour s engager dans une diploune étude du Pew Research Center, un peu matie plus diversifiée sur les importations de plus de la moitié des Japonais avaient une terres rares». vision favorable de la Chine en Ils De notre correspondant au Japon sont à peine un quart aujourd hui. Quand MICHEL TEMMAN U RUSSIE Pékin km LES 17 ÉLÉMENTS ET LEURS UTILISATIONS Le terme de terres rares vient du lieutenant de l armée suédoise qui a découvert ces éléments en Elles sont utilisées dans la plupart des secteurs de pointe: l automobile, l informati que, l électronique, le militaire Les 17 minerais sont le lanthane, le néodyme, le cérium, le praséo dyme, le prométhium, le sama rium, l europium, le gadolinium, le terbium, le dysprosium, l holmium, l erbium, le thulium, l yttrium, le scandium, le lutécium et l ytterbium C est, en tonnes, le volume des extractions de terres rares réalisées l an dernier au niveau mondial, dont 97% proviennent du sol chinois. «Il faut exploiter les réserves qui ne le sont pas. Si on ne veut pas retarder le développement de la voiture électrique, il faut le faire maintenant.» Matthias Wissmann patron du sous traitant automobile Bosch 29/09/10 15:28

18 18 ECONOMIE Merkel-Sarkozy,pacted instabilité? En s entendant sur une réforme du Pacte de stabilité, Berlin et Paris se sont attiré les foudres de la Commission, du Parlement et de la Banque centrale européenne. Par JEAN QUATREMER Correspondant à Bruxelles L e couple franco-allemand est sous le feu des critiques. Traumatisés par les mésaventures du traité constitutionnel européen puis du traité de Lisbonne, leurs partenaires, mais aussi la Commission européenne, refusent de se lancer dans une «révision des traités» comme le proposent Angela Merkel et Nicolas Sarkozy dans la déclaration francoallemande de Deauville du 18 octobre, afin de renforcer le «gouvernement économique européen». «Inacceptable», clame ainsi le président de l Eurogroupe et Premier ministre luxembourgeois, JeanClaude Juncker. «Ce serait irresponsable de mettre sur la table des chimères à propos de nouveaux traités», lui fait écho Viviane Reding, la vice-présidente de la Commission. Les deux dirigeants ne vont pas avoir trop des deux jours du sommet de Bruxelles, qui a débuté hier soir, pour essayer de convaincre leurs pairs de la nécessité de rouvrir Lisbonne POURQUOI FAUT IL RÉFORMER LA GOUVERNANCE? Il s agit de tirer les leçons de la crise Nicolas Sarkozy hier en Belgique. La déclaration de Deauville serait «irresponsable» selon la commissaire Viviane Reding. PHOTO SÉBASTIEN PIRLET.REUTERS de la dette souveraine qui a ébranlé la zone euro au premier semes- QUE PROPOSENT L ALLEMAGNE d autant plus nécessaire que Berlin du Pacte de stabilité soient le plus LE DEAL FRANCO ALLEMAND tre Comme prix de son sou- ET LA FRANCE? estime qu il faut amender le traité automatique possible, l expérience PEUT IL ÊTRE ACCEPTÉ? tien à la Grèce, puis à la création, Pour Paris, les sanctions automati- pour pérenniser l EFSF. Le gouver- ayant montré que la solidarité entre Le cœur du dispositif de Deauville, le 10 mai, du Fonds européen de ques sont inacceptables, le dernier nement allemand craint en effet les gouvernements est telle que ce ne sont pas les sanctions plus ou stabilisation financière (EFSF en mot devant toujours revenir au que la Cour constitutionnelle alle- tous les marchandages sont permis moins automatiques du Pacte de anglais) doté de 450 milliards pouvoir politique. Les deux rives du mande ne juge qu un mécanisme si on leur laisse trop de pouvoirs. stabilité, mais la pérennisation de d euros, l Allemagne a exigé, Rhin ont donc convenu d un de secours permanent aille à l en- De même, la Commission estime l EFSF qui instaure une solidarité le 19 mai, un renforcement du Pacte moyen terme: les sanctions seront contre de l article du traité interdi- que la suspension du droit de vote financière entre les Etats. Or, de stabilité, c est-à-dire de la disci- imposées en deux temps. Le Con- sant tout sauvetage d un pays en ou la procédure de faillite organisée comme l a expliqué la chancelière, pline budgétaire au sein de la zone seil des ministres des Finances, sur difficulté financière le paquet de Deauville forme un euro, pour éviter de nouvelles cri- proposition de la Commission, (clause de no bailout). Si le Fonds de stabilisation tout : ce sera la pérennisation du ses. Parmi les idées décidera à la majorité Enfin, l Allemagne a fonds et la procédure de faillite orfinancière tombe à l eau, cela avancées : des sancdécryptage qualifiée qu un Etat n a obtenu qu à l avenir la enverra un signal désastreux à des ganisée et la suspension du droit de tions automatiques en pas pris dans un délai dette d un Etat de la vote. Ou rien. Bref, l intérêt bien cas de dépassement du plafond de six mois «les mesures correctrices zone euro puisse être marchés toujours aussi nerveux. compris des Etats de la zone euro et de 3% du PIB; un élargissement de nécessaires» pour rentrer dans les restructurée afin que des candidats est d accepter une la palette des sanctions à la suspen- clous du Pacte. Ensuite, les sanc- les investisseurs supportent une est irréaliste : jamais les Etats en réforme institutionnelle pour obtesion du droit de vote au Conseil des tions s appliqueront «automatique- partie du risque et ne prêtent pas à difficulté budgétaire ne l accepte- nir un EFSF permanent. Si ce disministres de l Etat contrevenant ; ment», sauf si une majorité quali- n importe quelle condition à un ront. Or, une réforme des traités positif tombe à l eau, cela enverra une surveillance accrue des grands fiée d Etats vote contre. pays sous prétexte que l EFSF nécessite l unanimité. Plus généra- un signal désastreux à des marchés équilibres économiques ; une pro- La France, en contrepartie, a ac- existe. lement, les partenaires de Berlin et toujours aussi nerveux. «Plusieurs cédure de faillite organisée des cepté une révision des traités dont Paris n ont pas envie de se lancer pays, dont la Pologne et le LuxemEtats trop endettés. Avec, en con- elle ne voulait pas pour introduire POURQUOI CES PROPOSITIONS dans une négociation institution- bourg, ont bien compris ce qui était trepartie, une pérennisation du la suspension des droits de vote SUSCITENT ELLES UN TOLLÉ? nelle. Pourquoi? Parce que cela im- en jeu», confiait hier soir un diplofonds européen de stabilisation fi- d un Etat qui viole gravement «les La Commission, mais aussi le Parle- plique, au final, une ratification mate français. Lequel voulait croire nancière dont la durée de vie est principes de base de l union économi- ment et la Banque centrale euro- qui, dans certains pays, pourrait que «les lignes bougent rapidepour l instant limitée à trois ans. que et monétaire». Une révision péenne, veulent que les sanctions être difficile. ment». REPÈRES 0,5 C est en pourcentage du PIB, le montant maximum des amendes en cas de violation du Pacte de stabilité, soit 10 milliards d euros. LES TROIS RÉFORMES ENVISAGÉES Trois réformes du Pacte de stabilité sont sur la table: la proposition de la Commission du 29 septembre le rapport du groupe de travail présidé par Herman Van Rompuy, le prési dent du Conseil européen, et composé des ministres des Finances, adopté le 18 octo bre, sur le «renforcement du gou vernement économique européen» et la déclaration franco allemande de Deauville du 18 octobre. «Le retrait du droit de vote des pays cancres en matière de déficit budgétaire n est pas un chemin praticable.» Jean Claude Juncker président de l Eurogroupe

19 40% ,79% FRANCE TELECOM RENAULT STMICROELECTRONI. ALSTOM DEXIA TECHNIP , , , ,03 «Nous avons fait le choix d une démarche qui est plus mesurée, même si elle est sérieuse et responsable.» LES GENS Par CHRISTOPHE ALIX Le président Nazarbaïev et le patron de Total (assis), mercredi soir. PHOTO LOUISE OLIGNY LeTout-Parissemetà tableavecunautocrate rivalisé de courbettes pour des contrats au Kazakhstan. Pierre Mongin, le patron de la RATP, sera président de Systra, la société d ingénie rie que la régie de trans ports possède à égalité avec la SNCF, et Guillaume Pepy, le patron de cette dernière, en sera le vice président. Une alternance des postes est prévue tous les deux ans. Plutôt que de trancher en donnant le joyau Systra à l un des deux, la tutelle les a forcés à s entendre. «L intérêt de la maison France a prévalu», s est félicité Pepy. La SNCF versera dans Systra sa pro pre filiale d ingénierie (Inexia) et la RATP fera de même avec Xelis. Plus question pour la SNCF de faire travailler sa propre filiale plutôt que Systra. Idem pour la RATP. Le nouveau «champion natio nal» vise un chiffre d affai res de 400 millions d euros dans un marché de 7 mil liards. C.Ms. PHOTOS AFP -0,42 % -0,46 % +0,56 % -0,22 % DÉCRYPTAGE GALA Politiques et patrons des géants de l énergie ont MONGIN ET PEPY SOMMÉS DE COGÉRER SYSTRA 19 +0,50 % / 3 834,84 PTS C est la hausse des frais d obsèques sur les dix dernières années selon l UFC Que choisir, qui réclame une révision de la loi sur les devis funéraires. La ministre de l Economie, Christine Lagarde comparant les plans français et britannique de réduction du déficit ECONOMIEXPRESSO l y a des chefs d Etat qui savent trouver les mots justes quand il le faut. «Je soutiens monsieur Sarkozy de tout mon cœur dans toutes ses réformes!» a clamé mercredi soir à Paris le président kazakh, Noursoultan Nazarbaïev, devant une bonne partie de l élite politico-industrielle française qui, bien sûr, l a applaudi à tout rompre. Il est vrai qu à plus de 70 ans, celui qui se considère comme le seul, unique et tout puissant «Chef de la nation» est loin d imaginer prendre un jour sa retraite. Il est vrai aussi que le Kazakhstan ne peut que se féliciter du soutien appuyé de la France sur tous les dossiers qui lui tiennent à cœur: diplomatique (le pays accueille en décembre le sommet de l Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe dont il assure la présidence tournante grâce, notamment, à l appui de Sarkozy), mais aussi et surtout économique. «Tolérance». En visite officielle à Paris, Nazarbaïev a ainsi accordé, dans la seule I 248x41:Mise en page 1 27/10/10 15:41 Page1 journée de mercredi, pour plus de 2 milliards d euros de contrats aux industriels français qui faisaient la queue pour obtenir leur part du pactole. Alstom a emporté 295 locomotives, Eurocopter 45 hélicoptères, Astrium un centre d assemblage et de test de satellites, et Areva une co-entreprise de fabrication de combustible nucléaire! On comprend pourquoi ils arboraient tous une mine réjouie le soir, lors de ce dîner de gala organisé par un lobbyiste franco-américain, Felix Marquardt, dans les salons de l hôtel d Evreux, place Vendôme à Paris. Tous, ils étaient tous là: les stars du show-biz (Régine, Patricia Kaas, Gérard Depardieu), des lettres (Hélène et Emmanuel Carrère d Encausse), de la politique (l ex-ministre des Affaires étrangères Roland Dumas, le secrétaire général de l Elysée, Claude Guéant), et bien sûr les frères et sœur ennemi(e)s de l énergie (les patrons de Total, Christophe de Margerie, d Alstom, Patrick Kron, de GDF Suez, Gé- Coup de cœur ERIK TRUFFAZ QUARTET Marcello Guiliani, Marc Erbetta, Benoît Corboz Nouvel album In between Nouvel éloge de la lenteur, le groupe assume le silence, l étirement Avec la participation de Sophie Hunger. rard Mestrallet, d Areva, Anne Lauvergeon...). Tous à trinquer à la santé de cet «îlot de stabilité et de tolérance dans une région en proie aux extrémismes». Et tant pis pour le régime autoritaire (dont Roland Dumas se félicitait d avoir rédigé la Constitution), tant pis pour l avenir incertain du pays (la succession de Nazarbaïev risque d être une partie difficile) Gisements. L essentiel est d avoir la main sur un des plus importants gisements de pétrole, d uranium (un possible substitut au Niger pour Areva?), de silicium, de chrome, d or et d argent de la planète. Pour y parvenir, la France est prête à tout, et notamment à des transferts de technologies massifs. Nazarbaïev a donc de bonnes raisons de soutenir et remercier Sarkozy qui lui propose non seulement les investissements mais aussi les technologies. «Ce que personne d autre ne nous propose», a souligné le président kazakh. ALEXANDRA SCHWARTZBROD Bruxelles juge le bouclier fiscal anti-européen l n y a pas que sur les bancs de l Assemblée que le bouclier fiscal est contesté. Après l offensive des députés, c est au tour de l Europe de sonner la charge contre ce dispositif mis en place en 2007 par Nicolas Sarkozy. Cette fois, au nom du sacro-saint principe de libre circulation des personnes et des capitaux. I Que reproche l Europe au bouclier fiscal? impôts payés en France sont pris en compte, ce qui constitue un obstacle à la libre circulation des capitaux. Le bouclier inciterait les contribuables à investir dans des placements générant des dividendes en France plutôt qu ailleurs dans l UE, où ces revenus du capital seraient alors taxés. Que répond Paris? Bruxelles conteste le fait qu il ne s applique pas aux personnes qui ne sont pas fiscalement domiciliées en France, quand bien même elles y perçoivent l essentiel de leurs revenus. Soit quelques centaines de milliers de personnes vivant pour l essentiel en Suisse ou en Espagne, mais travaillant en France. Cette limitation «va à l encontre de la libre circulation des personnes et travailleurs», juge la Commission. Elle critique aussi le fait que seuls les Si la France comprend la «logique communautaire», elle juge que la position de Bruxelles, si elle était appliquée, reviendrait paradoxalement à élargir le bouclier. Si les impôts payés à l étranger étaient pris en compte, la France devrait alors rembourser des sommes prélevées par le fisc suisse, allemand ou espagnol! Une ingérence d autant plus absurde, selon Bercy, que le gouvernement a annoncé la suppression prochaine du bouclier lors d une grande loi fiscale au printemps. ATOME Les députés allemands ont adopté hier une loi allongeant la durée de vie des 17 centrales nucléaires de douze ans en moyenne, à l issue d un débat houleux au Bundestag et sur fond de manifestations de militants écologistes. La sortie du nucléaire avait été décidée en 1998 par Berlin. MOBILE Apple a conçu avec le fabricant français de puces Gemalto une carte SIM prévue pour être intégrée et scellée dans les iphone. En jeu, la possibilité de s émanciper des opérateurs et de se transformer en un opérateur virtuel gérant directement sa distribution et ses abonnements. En showcase à l'espace passion Fnac des Ternes le samedi 6 novembre Retrouvez toute l actualité de Erik Truffaz sur

20 20 TERRE Sculptures sur glace, au Brésil. Le rapport de l Académie des sciences affirme que l homme est «incontestablement» responsable du réchauffement climatique. Saisie par Valérie Pécresse, l institution a réfuté à l unanimité le fond du discours climatosceptique de l ex-ministre de l Education et de la Recherche. Par ÉLIANE PATRIARCA brement commenté le président de l Académie, Jean Salençon. Claude est une claque pour Allègre lui-même trouvait le Claude Allègre, mais en moyen, hier, d affirmer qu il avait habitué du phénomène signé parce que ses «positions l ancien ministre de avaient été prises en compte», tout l Education n en a cure. Le rapport en ajoutant aussitôt: «Je dis toujours rendu hier par l Académie des la même chose, je dis que le rôle exact sciences à la ministre de la Recher- du CO2 sur le climat n est pas déche, Valérie Pécresse, réfute ses montré.» Comprenne qui pourra thèses sur le climat ainsi que celles Car le rapport de l Académie des de son disciple, Vincent Courtillot, sciences résulte de la franche indile directeur de l Institut de physi- gnation suscitée par l ancien mique du globe. nistre de l Education, notamment Dans ses conclusions, l Académie avec son livre l Imposture climatides sciences confirme en effet «une que, paru en février, dans lequel il augmentation du réchauffement cli- met violemment en cause les tramatique de 1975 à 2003», vaux du Groupe d experts l attribue «principalement à intergouvernemental sur RÉCIT l augmentation de la concenl évolution du climat (Giec), tration de C02 dans l atmosphère» et mandaté par les Nations unies, et «à un moindre degré des autres gaz dénonce la mobilisation planétaire à effet de serre». Coupable, selon autour «d un mythe sans fondel Académie :«Incontestablement, ment». l activité humaine.» Quant à l activité solaire, qui «a légèrement décru «ÉTHIQUE». En avril, 604 cheren moyenne depuis 1975», l Acadé- cheurs s étaient adressés à leur mimie considère, contrairement à nistre de tutelle, jugeant qu Allègre Vincent Courtillot, qu «elle ne peut et Courtillot (dans ses articles) être dominante dans le réchauffement avaient bafoué «les principes de observé depuis 1975». base de l éthique scientifique», et Le rapport a été adopté à l unani- rompu «le pacte moral qui lie chaque mité, c est-à-dire avec la propre scientifique avec la société». Valérie voix de Claude Allègre, géochimiste Pécresse avait alors mandaté l Acamembre de l Académie des scien- démie des sciences afin de «perces. «Il a le droit d évoluer», a so- mettre la confrontation des points de C vue» et d «établir l état actuel des connaissances scientifiques». Ce qui s est fait, sous formes de contributions écrites complétées par un débat oral, le 20 septembre à l Académie des sciences, à huis clos. Le rapport publié hier constitue la synthèse de ces interventions et discussions. Dans un communiqué, le ministère estime que, «dans sa limpidité et sa clarté», le rapport montre «l utilité du débat qui a eu lieu», et qu il va falloir «prolonger, notamment sur les perspectives à trente et à cinquante le point important aux yeux d Hervé Le Treut, climatologue et contributeur du Giec:«L Académie, en endossant de manière forte les éléments principaux du diagnostic posé par la communauté scientifique, restaure la confiance entre celle-ci et le grand public.» «TARABISCOTÉ». Néanmoins, observe Jean Jouzel, «ce rapport, parfois rédigé de façon tarabiscotée, filandreuse, surtout lorsqu il évoque le rôle du soleil dans le réchauffement, fait beaucoup de place aux arguments avancés par les climatosceptiques» et leur «Je dis toujours la même chose, donnera du grain à je dis que le rôle exact du CO2 sur moudre. Cette contrale climat n est pas démontré.» diction évidente entre le texte et les concluclaude Allègre hier sions du rapport, Berans». Il aboutit, selon le ministère nard Legras, climatologue directeur de la Recherche, «à une parole claire de recherche au CNRS, l interprète et unanime» qui affirme «l existence comme «les stigmates de l influence d un réchauffement qui n est pas pro- des climatosceptiques», la preuve voqué par l activité solaire, mais par que «la bataille a dû être rude» et l impact des activités humaines.» «les discussions, plus politiques que Pour Jean Jouzel, vice-président du scientifiques, âpres». «Mais, au figiec, «le rapport est positif et reflète nal, Allègre et Courtillot n ont pas bien le débat qui s est tenu en septem- réussi à convaincre leurs collègues», bre». Il constitue un «désaveu des se réjouit-t-il. Jean Jouzel a déjà les thèses de Claude Allègre, de Vincent yeux fixés sur le cinquième rapport Courtillot et d autres». «Surtout, les du Giec, dont la parution est prévue grandes conclusions du Giec sont en 2014, et qui remettra «tout sur le confirmées», confie-t-il. C est aussi tapis». REPÈRES LAURENT TROUDE Climat:l Académiedessciences dégraisselesthèsesd Allègre PHOTO JOHN MACDOUGALL.AFP ALLÈGRE ET «LES MAFIEUX» Dans son livre l Imposture climatique, l ex ministre accuse les scientifiques du Giec d avoir «cadenassé les revues scientifiques» à l aide d un «système mafieux et totalitaire» pour imposer leurs vues. «C est un exemple de ce que la science apporte aux responsables politiques: un constat univoque de l impact des activités humaines sur l environnement.» Valérie Pécresse ministre de la Recherche à propos du rapport de l Académie des sciences Le rapport de l Académie des sciences est la syn thèse des contributions écrites demandées à des scientifiques et du débat qui a eu lieu le 20 septem bre à huis clos.

Les résultats des élections dans les fonctions publiques : chiffres et commentaires. Un dossier de clés du social

Les résultats des élections dans les fonctions publiques : chiffres et commentaires. Un dossier de clés du social Les résultats des élections dans les fonctions publiques : chiffres et commentaires Un dossier de clés du social SOMMAIRE 1/ Présentation 2/ Résultats globaux des comités techniques 3/ Fonction publique

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Le conflit des retraites en France

Le conflit des retraites en France Le conflit des retraites en France Philippe Légé En 2010, la France a connu une intense lutte sociale. Le facteur qui l a déclenchée était une réforme qui, selon le Premier ministre, François Fillon, était

Plus en détail

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Dans la collection Visages du monde : Les enfants des rues (Marc Cantin) Du même auteur chez d autres éditeurs : Têtes de mule, Seuil Jeunesse Pourquoi c est interdit?, Oxygène

Plus en détail

«2014, le match des municipales à Paris» L état d esprit des Parisiens et leurs intentions de vote

«2014, le match des municipales à Paris» L état d esprit des Parisiens et leurs intentions de vote «14, le match des municipales à Paris» L état d esprit des Parisiens et leurs intentions de vote Institut CSA pour BFMTV, LE FIGARO et ORANGE Janvier 14 Sommaire Fiche technique du sondage 1. Les principaux

Plus en détail

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main!

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main! Pourquoi adhérer? Emploi, formation professionnelle, protection sociale, convention collective, statut toutes ces questions sont au cœur de votre vie quotidienne. Pour être efficace, il faut être informé,

Plus en détail

Luxembourgeois et étrangers : Renforcer la démocratie du Luxembourg

Luxembourgeois et étrangers : Renforcer la démocratie du Luxembourg Luxembourgeois et étrangers : Renforcer la démocratie du Luxembourg Droit de vote pour les non-luxembourgeois aux élections législatives Prise de position de l ASTI Préambule Le débat sur le droit de vote

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

Interview de Manuel VALLS, Premier ministre, Journal de TF1 - Anne-Claire COUDRAY et Gilles BOULEAU Samedi 14 novembre 2015

Interview de Manuel VALLS, Premier ministre, Journal de TF1 - Anne-Claire COUDRAY et Gilles BOULEAU Samedi 14 novembre 2015 Service Communication Hôtel de Matignon, le 14 novembre 2015 Interview de, Premier ministre, Journal de TF1 - et Samedi 14 novembre 2015 Bonsoir Monsieur le Premier ministre. Bonsoir. Merci beaucoup d

Plus en détail

Affaire DSK : vos questions, nos réponses!

Affaire DSK : vos questions, nos réponses! Affaire DSK : vos questions, nos réponses! Les rendez-vous du mercredi : les questions de la classe de CM2 de l école Robin Vous êtes très nombreux à vous poser des questions sur l arrestation de l homme

Plus en détail

Assemblée générale du syndicat CGT du 19 juin 2014 Nouveau bureau et nouveaux membres du bureau Non public, réservé aux syndiqués CGT

Assemblée générale du syndicat CGT du 19 juin 2014 Nouveau bureau et nouveaux membres du bureau Non public, réservé aux syndiqués CGT SYNDICAT LA CGT DU PERSONNEL DÉPARTEMENTAL 63 Site internet : http://www.cgt63.fr/cg63/ LETTRE ELECTRONIQUE DE DIFFUSION CGT CG 63 N 193 du 27 juin 2014 ACTUALITÉ Assemblée générale du syndicat CGT du

Plus en détail

Se Renseigner sur la Loi

Se Renseigner sur la Loi Se Renseigner sur la Loi Le droit pénal Les crimes et la police Qu est-ce que le droit pénal? Le droit pénal rend illégal tout actes qui mènent à la blessure ou la mort de quelqu un à la main de quelqu

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Chapitre 2 Les enfants

Chapitre 2 Les enfants Chapitre 2 Les enfants Si vous avez un ou des enfants, c est le problème capital de votre séparation. Que vous soyez marié, pacsé ou en concubinage, les enfants qui sont nés de votre union, enfants dits

Plus en détail

Militants Droits Devant!

Militants Droits Devant! DOSSIER DE PRESSE Militants Droits Devant! Du 18 janvier au 19 janvier 2014 Au lycée La Joliverie à Saint Sébastien/Loire SOMMAIRE «DroitS Devant!» avec la JOC... p 3 Une nouvelle campagne d année... p

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis,

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis, Discours de Madame Bineta Diop Cérémonie de remise de la Légion d honneur Mercredi 17 septembre 2012. Résidence de France à Genève Monsieur Nicolas NIEMTCHINOW, Ambassadeur et représentant permanent de

Plus en détail

Analyses et témoignages issus de nos rassemblements

Analyses et témoignages issus de nos rassemblements Journée mondiale du refus de la misère 14 octobre 2015 Analyses et témoignages issus de nos rassemblements Les exclusions du chômage 2015, c est l année de l exclusion du bénéfice de l allocation dite

Plus en détail

les Réponses à vos Questions

les Réponses à vos Questions _Allemagne _Belgique _France _Italie _Luxembourg _Pays-Bas _Danemark _Irlande _Royaume-Uni _Grèce _Espagne _Portugal _Autriche _Finlande La Constitution Européenne : les Réponses à vos Questions _Suède

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

Un grand évènement citoyen pour le climat

Un grand évènement citoyen pour le climat Dossier de presse d Alternatiba Paris Le Village des Alternatives Un grand évènement citoyen pour le climat 26 et 27 sept.2015 à Paris http://alternatiba.eu/paris 15 septembre 2015 Contacts Alternatiba

Plus en détail

Rapport du secteur organisation-vie syndicale 18 ème Congrès de l Union Départementale

Rapport du secteur organisation-vie syndicale 18 ème Congrès de l Union Départementale 1 Rapport du secteur organisation-vie syndicale 18 ème Congrès de l Union Départementale L emploi, les services publics, les salaires, les droits des salariés, des retraités, des sans papiers, des privés

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

Les hommes, les femmes et les enfants travaillent entre 14 et 17 heures par jour.

Les hommes, les femmes et les enfants travaillent entre 14 et 17 heures par jour. Pol Indépendance de la Belgique 1830 La Belgique est gouvernée par les libéraux et les catholiques. Il ne s agit pas encore de partis politiques mais plutôt de regroupements philosophiques. Vote censitaire

Plus en détail

129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013

129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013 129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013 Assemblée A/129/2-P.7 Point 2 4 octobre 2013 EXAMEN DE DEMANDES EVENTUELLES D'INSCRIPTION D'UN POINT D'URGENCE A

Plus en détail

29 mai 2005, un paysage dynamité

29 mai 2005, un paysage dynamité 29 2005, un paysage dynamité Par Dominique Reynié, Professeur des Universités à l Institut d études politiques de Paris L exercice démocratique du 29 2005 confirme amplement que le référendum demeure un

Plus en détail

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Europe 1 8 juillet 2015

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Europe 1 8 juillet 2015 Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Europe 1 8 juillet 2015 MAXIME SWITEK L interview politique, Jean-Pierre ELKABBACH vous recevez ce matin Christian NOYER, le gouverneur de

Plus en détail

Séminaire diplomatique du TPIY Allocution de M. John Hocking, Greffier La Haye, 19 novembre 2009

Séminaire diplomatique du TPIY Allocution de M. John Hocking, Greffier La Haye, 19 novembre 2009 Séminaire diplomatique du TPIY Allocution de M. John Hocking, Greffier La Haye, 19 novembre 2009 Excellences, Mesdames et Messieurs, J ai le plaisir de m adresser à vous aujourd hui, pour la seconde fois

Plus en détail

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots N 489 - Semaine du 22 avril 2014 Austérité n ayons pas peur des mots Tout son poids dans la balance François Hollande

Plus en détail

Le vote des musulmans à l élection présidentielle.

Le vote des musulmans à l élection présidentielle. Le vote des musulmans à l élection présidentielle. L islam constitue aujourd hui la seconde religion de France et ses fidèles représentent environ 5 % du corps électoral français 1. Alors que la question

Plus en détail

Discours de François Hollande à Quimper le 23 avril 2012

Discours de François Hollande à Quimper le 23 avril 2012 Discours de François Hollande à Quimper le 23 avril 2012 Mes chers amis, après ce premier tour, je voulais que mon premier déplacement soit ici en Bretagne, pour vous exprimer ma gratitude. Car si je suis

Plus en détail

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite LE PROJET DE LA DROITE DÉCRYPTÉ Travailler plus longtemps pour gagner moins L âge légal de départ à la retraite est porté à 62 ans. Les victimes de ce recul

Plus en détail

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat 2010 ISBN : 978-2-212-54655-2 Partie 1 La justice : comment ça marche? Cet ouvrage a pour vocation de donner des informations pratiques

Plus en détail

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux RÉSUMÉ DE L ARRÊT (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non

Plus en détail

LA PLANETE BOUGE. Le scandale de «premier pocheton»

LA PLANETE BOUGE. Le scandale de «premier pocheton» Le scandale de «premier pocheton» La polémique enfle depuis le 1er mars, après la mise en ligne d une vidéo de rap aux paroles ultraviolentes et sexistes, où une dizaine de jeunes mineurs de Sarcelles

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne *

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * 42 La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * Inger V. Johansen Membre du comité des affaires européennes de l Alliance rouge-verte danoise intégration

Plus en détail

Lettre datée du 23 septembre 2010, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général

Lettre datée du 23 septembre 2010, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général Nations Unies S/2010/493 Conseil de sécurité Distr. générale 24 septembre 2010 Français Original : anglais Lettre datée du 23 septembre 2010, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

DERNIERE LIGNE DROITE

DERNIERE LIGNE DROITE Hebdomadaire électronique de l Union des syndicats CGT du Havre Directeur de publication : Pierre LEBAS 119 Cours de la République 76600 LE HAVRE cgtlehavre.fr - 02 35 25 39 75 DERNIERE LIGNE DROITE 100

Plus en détail

En quoi la loi sur l I.V.G adoptée en 1974 répond-elle aux aspirations et aux comportements de la société?

En quoi la loi sur l I.V.G adoptée en 1974 répond-elle aux aspirations et aux comportements de la société? En quoi la loi sur l I.V.G adoptée en 1974 répond-elle aux aspirations et aux comportements de la société? L apport de la loi Veil L avortement avant la loi Veil La loi Veil en bref L avortement, interdit

Plus en détail

CECI N EST PAS UNE REPRISE

CECI N EST PAS UNE REPRISE Novembre 2013. 15.681 S I G N E S CECI N EST PAS UNE REPRISE Bonfond Olivier Le bout du tunnel? Depuis quelques mois, en Belgique mais aussi en France et dans quelques autres pays européens, les dirigeants

Plus en détail

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS Le terme syndicat, désigne toute organisation ou groupe d organisation de travailleurs ou d employeurs, ayant pour but de promouvoir et de défendre les intérêts

Plus en détail

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD NE LAISSONS PAS LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD Le MEDEF demande les pleins pouvoirs! Le janvier 0, le MEDEF a signé avec des syndicats minoritaires un accord sur l emploi. La négociation s est déroulée

Plus en détail

Les formes de la mobilisation politique

Les formes de la mobilisation politique Les formes de la mobilisation politique Manifestations, actions directes, occupations et autres actions collectives contemporaines. Marco Silvestro - oct03 Les acteurs de l action collective Les partis

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr Tous les enfants ont des droits! Tous les enfants du monde ont les mêmes droits, quels que soient le pays où ils vivent, la couleur de leur peau, leur religion, leur sexe Le droit d avoir un nom, une famille,

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue!

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Les décisions prises au niveau fédéral peuvent sembler

Plus en détail

Bilan de la situation des caisses de retraite au Québec

Bilan de la situation des caisses de retraite au Québec SYNDICAT DES FONCTIONNAIRES MUNICIPAUX DE MONTRÉAL (SCFP) Bilan de la situation des caisses de retraite au Québec 25 février 2014 1 Contexte et évolution 22 JUIN 2011 Conférence de presse des maires Gérald

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Guide pour adolescents

Guide pour adolescents Guide pour adolescents Guide pour adolescents Nous remercions le ministère de la Justice du Canada pour sa contribution financière. Nous remercions également Public Legal Education Association Saskatchewan

Plus en détail

Guide. Les Modes de Scrutin et la PARITÉ entre les FEMMES et les HOMMES

Guide. Les Modes de Scrutin et la PARITÉ entre les FEMMES et les HOMMES Guide Les Modes de Scrutin et la PARITÉ entre les FEMMES et les HOMMES Juin 212 L Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes vous propose à travers ce guide de revenir sur les différents

Plus en détail

Les femmes, un moteur de la révolution arabe

Les femmes, un moteur de la révolution arabe Les femmes, un moteur de la révolution arabe Si l'on s'en tient aux images de télévisions, on pourrait croire que la Syrie est peuplée exclusivement d'hommes. Pourtant ce sont les femmes qui ont bravées

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Conference FIJ-MED, Hotel El Minzah, Tangiers 15-17 février 2013

Conference FIJ-MED, Hotel El Minzah, Tangiers 15-17 février 2013 Conference FIJ-MED, Hotel El Minzah, Tangiers 15-17 février 2013 DÉCLARATION DE TANGER Les représentants des syndicats des pays méditerranéens réunis à Tanger du 15 au 17 février 2013 Constatant les conséquences

Plus en détail

TRANSATLANTIQUE FREE TRADE AREA TRANSATLANTIQUE TRADE AND INVESTISSEMENT PARTNER SHIP

TRANSATLANTIQUE FREE TRADE AREA TRANSATLANTIQUE TRADE AND INVESTISSEMENT PARTNER SHIP ATTAC 82 4 avril 2014 Contacts : Attac 82 : Ancien Collège 82000 MONTAUBAN 05 63 24 08 49 / attac.82@wanadoo.fr Site Attac82.org À VOTRE AGENDA TRANSATLANTIQUE FREE TRADE AREA TRANSATLANTIQUE TRADE AND

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 OCTOBRE 2012 S.11.0087.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0087.F Y. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Discours du Président de la République lors du Sommet des maires pour le climat Publié le 26 Mars 2015 Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Madame la Maire de Paris, chère Anne HILDALGO, Je voulais

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

Ce matin, Igor a profité d une petite plage qu il connaît bien et

Ce matin, Igor a profité d une petite plage qu il connaît bien et 11 L OBJEt du droit Et LES POuVOIRS PuBLICS Igor aime la musique Analyser la situation Ce matin, Igor a profité d une petite plage qu il connaît bien et où il va souvent seul. Il y a écouté de la musique

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011 Conscients des restrictions auxquelles sont soumis les juges de la CPI concernant les commentaires extrajudiciaires qui pourraient affecter l indépendance mentionnée à l article 40 du Statut de Rome et

Plus en détail

Discours de Mme Ségolène Royal. Vœux à la presse

Discours de Mme Ségolène Royal. Vœux à la presse Discours de Mme Ségolène Royal Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Vœux à la presse Paris, le jeudi 15 janvier 2015 Bonjour et bienvenue à toutes et à tous, que je suis heureuse

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

LES PAYS EN TRANSITION

LES PAYS EN TRANSITION CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DANS LES PAYS EN TRANSITION >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> CRDI : Peter Bennett Récemment, le CRDI a examiné pourquoi et

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

La Lettre N 497 - Pour l assurance chômage, ça urge de se mobiliser

La Lettre N 497 - Pour l assurance chômage, ça urge de se mobiliser La Lettre N 497 - Pour l assurance chômage, ça urge de se mobiliser Si vous ne visualisez pas ce mail correctement cliquez ici N 497 - Semaine du 16 juin 2014 Pour l assurance chômage, ça urge de se mobiliser

Plus en détail

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON 14-10-14 CD/12 1161 répondants 1098 OUI 31 NON Une convention établie sur 5 ans plutôt que sur 3 ans pourrait être proposée. Cette demande est raisonnable et on y tient (pas trop négocier à la baisse).

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Aide pour les formations

Aide pour les formations Aide pour les formations 1 Janvier 2008 Qu elles viennent des bases nouvelles ou des représentants syndicaux nouveaux, la Fédération souhaite répondre efficacement aux multiples demandes de formations

Plus en détail

Rapport de force aux élections départementales

Rapport de force aux élections départementales Rapport de force aux élections départementales Sondage réalisé par pour Publié le lundi 2 mars 2015 Levée d embargo le dimanche 1 er mars 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon

Plus en détail

«DES SOUS... ET DES HOMMES»

«DES SOUS... ET DES HOMMES» «DES SOUS... ET DES HOMMES» une émission proposée et présentée par Pascale Fourier sur ALIGRE FM 93.1 en région parisienne http ://www.des-sous-et-des-hommes.org Émission du 10 octobre 2006 La fusion G.D.F/SUEZ

Plus en détail

STATUTS DU COMITE TERRITORIAL DE RUGBY DU PERIGORD-AGENAIS

STATUTS DU COMITE TERRITORIAL DE RUGBY DU PERIGORD-AGENAIS STATUTS DU COMITE TERRITORIAL DE RUGBY DU PERIGORD-AGENAIS I - OBJET ET BUTS POURSUIVIS Art. 1 Dénomination Objet Durée Siège Social L Association dite «Comité Territorial du Périgord-Agenais de la Fédération

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

La 1 ère Guerre mondiale

La 1 ère Guerre mondiale CM2 La 1 ère Guerre mondiale Histoire L Epoque contemporaine Objectifs notionnels : o o o -Prendre conscience de l ampleur du conflit -Comprendre la notion de guerre mondiale - Comprendre les conséquences

Plus en détail

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires :

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : l état des lieux après un an de crise Observation Le baromètre 2009 poursuit la mission engagée l an dernier, à savoir : «comprendre et mesurer les attentes

Plus en détail

Réponses aux 10 questions posées par l AMF à Philippe Poutou Candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste

Réponses aux 10 questions posées par l AMF à Philippe Poutou Candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste Mercredi 21 Mars 2012 Réponses aux 10 questions posées par l AMF à Philippe Poutou Candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste En préambule nous remercions les nombreux maires qui par leur parrainage, ont

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

Les affiches de propagande

Les affiches de propagande Art graphique Les affiches de propagande On définit la propagande comme l ensemble des mesures prises pour répandre une idée, pour agir sur la perception d un événement, pour influencer voire manipuler

Plus en détail

Elections régionales 2015 Intentions de vote en Ile-de-France

Elections régionales 2015 Intentions de vote en Ile-de-France Elections régionales 2015 Intentions de vote en Ile-de-France CONTACTS BVA DEPARTEMENT OPINION Adélaïde ZULFIKARPASIC Directrice Tél : 01 71 16 90 96 Mail : adelaide.zulfikarpasic@bva.fr Erwan LESTROHAN

Plus en détail

Le visage du travail des enfants. d Afrique, d Asie et d Amérique LE VISAGE DU TRAVAIL DES ENFANTS

Le visage du travail des enfants. d Afrique, d Asie et d Amérique LE VISAGE DU TRAVAIL DES ENFANTS M. Crozet/BIT Le visage du travail des enfants d Afrique, d Asie et d Amérique progrès ont été accomplis dans la lutte contre le travail des enfants, mais le fléau persiste et continue de nous D importants

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Quiz. L histoire de Suyrana, 10 ans. D où viennent les migrants? Qu est-ce qu un migrant? Où vont les migrants? Qu est-ce qu il se passe à Calais?

Quiz. L histoire de Suyrana, 10 ans. D où viennent les migrants? Qu est-ce qu un migrant? Où vont les migrants? Qu est-ce qu il se passe à Calais? L histoire de Suyrana, 10 ans Qu est-ce qu un migrant? D où viennent les migrants? Où vont les migrants? Pourquoi ne peuvent-ils pas aller où ils veulent? Qu est-ce qu il se passe à Calais? Quiz Pour nous

Plus en détail

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues,

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Beauvais, le 24 octobre 2012 Dossier suivi par le cabinet de la Présidente Tél. - 03.44.15.68.27 - s.landry@beauvaisis.fr La Présidente, Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Vous le savez

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes

Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes A l occasion de la journée internationale des droits de l Homme, le 10 décembre 2013, le ministère des Affaires étrangères a organisé un séminaire

Plus en détail

L organisation syndicale

L organisation syndicale L organisation syndicale 1 Les questions sociales sont en Belgique de la compétence du gouvernement fédéral Les syndicats sont donc organisés à ce niveau. Il existe trois principaux syndicats en Belgique

Plus en détail

caisse de défense collective

caisse de défense collective caisse de défense collective caisse d autodéfense juridique collective à Paris un outil pour :» élaborer ensemble un discours public permettant de continuer à défendre les raisons de la lutte» se réapproprier

Plus en détail

La nouvelle carte du tourisme européen

La nouvelle carte du tourisme européen La nouvelle carte du tourisme européen L été 2015 a vu changer les habitudes des touristes européens, avec des bouleversements géopolitiques qui redistribuent les cartes des destinations. 1 / 5 2/5 Andreas

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Mieux comprendre le conflit sur la ligne A du RER

Mieux comprendre le conflit sur la ligne A du RER Mieux comprendre le conflit sur la ligne A du RER La CGT a travaillé la construction d une plate-forme revendicative depuis plus de 10 mois dans un cadre unitaire autour de : l amélioration des conditions

Plus en détail

Cour suprême. simulation d un procès. Canada. Introduction génér ale. Comment réaliser une simulation de procès?

Cour suprême. simulation d un procès. Canada. Introduction génér ale. Comment réaliser une simulation de procès? simulation d un procès Introction génér ale Un procès criminel se déroule devant un juge seul, parfois assisté d un jury composé de jurés. L avocat de la défense représente l accusé, qui est présumé innocent,

Plus en détail

New York, 20 21 novembre. Document de travail : séance II

New York, 20 21 novembre. Document de travail : séance II AUDITION PARLEMENTAIRE 2008 AUX NATIONS UNIES New York, 20 21 novembre Document de travail : séance II VIOLENCE SEXUELLE A L ENCONTRE DES FEMMES ET DES ENFANTS DANS LES CONFLITS ARMES 1 Il est désormais

Plus en détail