Qualité de la prise en charge des patients recevant des soins. Évaluation des pratiques professionnelles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Qualité de la prise en charge des patients recevant des soins. Évaluation des pratiques professionnelles"

Transcription

1 Qualité de la prise en charge des patients recevant des soins palliatifs Évaluation des pratiques professionnelles

2 Définition de l EPP Analyse de la pratique professionnelle destinée à identifier des écarts en référence à des recommandations (pratique considérée comme optimale : CC, RPC...) Selon une méthode validée comportant une mesure l analyse des écarts la mise en oeuvre d actions d amélioration des pratiques et le suivi de ces actions (efficacité)

3 Choix du sujet d EPP Justification Le développement des soins palliatifs est une démarche de santé publique Un sujet d actualité : 40% des décès correspondent à une population requérant des soins palliatifs la population concernée par les soins palliatifs va s accroître dans les décennies à venir Mais encore peu de services engagés dans la démarche palliative, une variabilité des pratiques, un champ mal connu et mal compris Peu d outils ont été formalisés à ce jour pour évaluer la qualité de cette prise en charge

4 Objectif de l évaluation Objectif Améliorer la qualité de la prise en charge des patients recevant des soins palliatifs Définition des soins palliatifs : «Les soins palliatifs sont des soins actifs et continus pratiqués par une équipe multidisciplinaire, en collaboration avec des bénévoles l accompagnement, en institution ou à domicile. Ils visent à soulager la douleur, à apaiser la souffrance psychique, à sauvegarder la dignité de la personne malade et à soutenir son entourage. Ils ont pour but de préserver la meilleure qualité de vie possible jusqu à la mort.» Circulaire DHOS/O2/2008/99 du 25 mars 2008 relative à l organisation des soins palliatifs

5 Méthode d EPP retenue : audit clinique Définition ANAES Méthode d évaluation qui permet à l aide de critères déterminés de comparer les pratiques de soins à des références admises, en vue de mesurer la qualité de ces pratiques et des résultats de soins avec l objectif de les améliorer Recommandations de pratique clinique, conférence de consensus Référentiel Recommandations Critères d audit

6 Méthode d EPP retenue : audit clinique Choisir le thème d'audit Quel est le problème? les objectifs? Élaborer-choisir un texte de référence Quelle est la pratique optimale? Déterminer les critères d'évaluation Comment mesurer la pratique? Mesurer la pratique Quelle est la pratique en réalité? Interpréter les écarts Pourquoi la pratique n'est-elle pas optimale? Formuler des actions d'amélioration Comment se rapprocher de l'optimal? NON Suivre la pratique Les objectifs sont-ils atteints? OUI

7 Recommandations/référentiels utilisés Circulaire DHOS/O2 n du 25 mars 2008 relat ive à l organisation des soins palliatifs. Comité national de suivi du développement des soins palliatifs, Rapport annuel janvier Loi n du 22 avril 2005 relative aux droit s des malades et à la fin de vie. DHOS, Guide de bonnes pratiques d une démarche palliative en établissements. Avril ANAES et SFAP. Conférence de consensus. L accompagnement des personnes en fin de vie et de leurs proches. Janvier ANAES. Conférence de consensus. Modalité de prise en charge de l'adulte nécessitant des soins palliatifs. Décembre Circulaire DHOS/O2/DGS/SD5D n du 19 févrie r 2002 relative à l'organisation des soins palliatifs et de l'accompagnement. Loi n du 9 juin 1999 visant à garantir le d roit d'accès aux soins palliatifs. CCECQA, Evaluation de la prise en charge des symptômes requérant des soins palliatifs, protocole d évaluation. Décembre 2007.

8 Structures à mettre en place Comité de pilotage Constitution commission ou Conférence médicale d établissement (CME) sous-commission en charge de l EPP conseil de pôle dont fait partie le service Missions suivre l avancement du projet valider les actions à mettre en œuvre juger de la possibilité de l éventuelle attribution de moyens

9 Structures à mettre en place Groupe de travail Constitution différents professionnels impliqués aux différentes étapes de la prise en charge : médecins, infirmiers, cadres, référents soins palliatifs, psychologues Responsable de projet : médecin Missions s approprier la méthodologie et les outils de recueil retenus mettre en œuvre l évaluation (conduite de l audit) contribuer à l analyse des résultats et à la définition et à la mise en œuvre d actions d amélioration

10 Calendrier (exemple) Action Début Fin Qui? Information des instances Mai 2008 Mai 2008 Appropriation de la méthodologie par le groupe de travail Septembre 2008 Septembre 2008 Appropriation des outils de recueil par le groupe de travail Octobre 2008 Octobre 2008 Recueil des données Novembre 2008 Décembre 2008 Saisie des données Décembre Décembre Analyse des données Janvier 2009 Janvier 2009 Définition des actions d amélioration par le groupe de travail Février 2009 Mars 2009 Validation des actions d amélioration par le comité de pilotage Mars 2009 Avril 2009 Aide du RéQua Aide du RéQua Aide du RéQua Aide du RéQua Mise en oeuvre des actions d amélioration Avril 2009 Mai 2009 Nouvelle mesure (critères identiques ou indicateurs) Octobre 2009 Octobre 2009

11 Inclusions Population patients hospitalisés plus de 24 heures recevant de soins palliatifs, présents ou sortis au moment de l évaluation ensemble des services prenant en charge des patients recevant de soins palliatifs, notamment les services de lits identifiés soins palliatifs Exclusions patients de moins de 18 ans

12 Type d étude Revue de dossiers Analyse rétrospective Fiche de recueil spécifique et guide de remplissage Audit organisationnel (2 grilles) A remplir par établissement (grille 1) A remplir une fois par service impliqué (grille 2) Grilles de recueil spécifiques Durée et période de recueil Fonction du nombre de cas pris en charge Année ou semestre précédent Tirage au sort ou exhaustivité (outil RéQua) Listing prospectif

13 Taille de l échantillon Prise en compte du recrutement de la faisabilité (temps) de la puissance statistique souhaitée Nombre minimal conseillé: 30, ou exhaustivité sur un an Repérage des dossiers à évaluer : codage PMSI Z51.5, listing prospectif ou autre

14 Critères d évaluation Audit clinique Audit organisationnel Voir grilles annexées

15 Recueil des données Outils? Grille de recueil Guide d utilisation Par qui? Au moins un médecin Si possible en binôme I CARACTERISTIQUES LIEES AU PATIENT Etablissement : Date d évaluation : Numéro : I CARACTERISTIQUES LIEES AU PATIENT Service concerné : Médecine Soins de suite SLD EHPAD HAD Autre : Lits identifiés soins palliatifs : oui non Unité de soins palliatifs : oui non Age : ans Sexe : M F Praticien : II- EVALUATION DES BESOINS 1. La douleur du patient est évaluée à l arrivée dans le service oui non 1.1. Si oui, préciser le nom de l outil utilisé : L évaluation de la douleur fait l objet d un suivi 2. oui non 3. Une évaluation des autres symptômes est effectuée à l entrée patient oui non du 4. Les besoins spécifiques du patient sont identifiés : oui non Si oui, précisez : Besoins physiologiques Besoins psychologiques Besoins sociaux besoins spécifiques de la famille sont identifiés oui non NA 5. Les 6. Les volontés du patient sont identifiées (ex : culte, retour à domicile, repas ) oui non III MISE EN ŒUVRE D UN PROJET DE SOINS PERSONNALISE 7. Une équipe mobile en soins palliatifs est intervenue oui non Si oui : 7.1. Ses propositions d actions sont tracées dans dossier oui non le 7.2. Ses propositions de suivi sont tracées dans le dossier oui non 7.3. Les recommandations de l équipe mobile sont prises en compte oui non projet de soins personnalisé est élaboré en équipe oui non 8. Le 9. Les besoins spécifiques sont pris en compte oui non 10. Dans le cadre de traitements antalgiques, une prescription médicale nominative anticipée est présente dans le dossier oui non Les attendus des discussions collégiales figurent dans dossier patient oui non 11. le IV DROITS DU PATIENT 12. L information donnée au malade sur son état de santé est retrouvée dans le dossier oui non 13. La compréhension de l information par le patient est tracée dans le dossier oui non 14. L information donnée à la famille est précédée de l accord du patient oui non 15. La proposition de désignation d une personne de confiance est tracée dans le dossier oui non Si oui, une personne de confiance est désignée par écrit oui non Si oui, la personne de confiance désignée est informée de mission oui non sa directives anticipées du patient sont recherchées oui non 16. Les V SORTIE DU PATIENT Mode de sortie : Retour à domicile Transfert vers une autre structure NA Si retour à domicile ou transfert patient, 17. La décision de sortie fait l objet d une réflexion pluridisciplinaire oui non 18. Les besoins du patient sont recherchés (traçabilité dans le dossier) oui non 19. Les besoins du patient sont satisfaits (SSIAD, domicile aménagé, matériels) oui non 20. La sortie est organisée avec les intervenants extérieurs/structure d accueil oui non 21. Un courrier de fin d hospitalisation est retrouvé dans le dossier) oui non Si oui, 21.1 envoi du courrier dans un délai de 8 jours l état clinique du patient concernant la douleur et les soins palliatifs oui non est précisé L information donnée au patient est présente dans le courrier oui non AUDIT ORGANISATIONNEL A remplir une fois par service en équipe pluridisciplinaire Etablissement : Date : / / Structure : Service hospitalier sans lits identifiés Service : Unité de soins AUDIT palliatifs ORGANISATIONNEL A remplir une fois par service en équipe pluridisciplinaire Service hospitalier avec lits identifiés Hospitalisation Si oui, préciser à domicile : Thèmes : Démarche institutionnelle Accompagnement en fin de vie CRITERES D EVALUATION Intègre le plan de formation Approche éthique des 1. La prise en charge des patients en soins palliatifs est intégré dans : situations complexes Périodicité de la formation Catégories de personnels formés 1.1. le projet d établissement Soulagement de (projet la douleur médical et et projet de soins) Oui Non des autres symptômes 1.2. le contrat pluriannuel d objectifs et de moyens Oui Non Droit des patients (dont loi 1.3. le projet de service Léonetti) prenant en charge des patients relevant de soins palliatifs Oui Non Autre : 2. L établissement collabore avec un réseau de soins palliatifs Oui Non Taux de personnels formés par catégories 3. Une équipe mobile de Nombre soins palliatifs de personnes intervient possédant dans l établissement un DIU ou diplôme d études spécialisées Oui en soins Non palliatifs : Procédures Fonctionnement 6. Un référent soins palliatifs est identifié dans le service : Médecin Soignant 4.1Il existe des procédures pour la prise en charge des patients en soins palliatifs : 7. La prise en charge de la douleur chez les patients en fin de vie est intégrée Oui Non concernant la douleur au programme du CLUD Oui Non concernant 8. les L intervention autres symptômes de bénévoles est organisée Oui Oui Non Non 9. Des réunions pluridisciplinaires de discussion de cas de malades sont organisées Oui Non procédure de recherche des directives anticipées du patient Oui Non 4.2. Il existe une Si oui, périodicité : 4.3. Il existe une procédure de recueil des volontés/convictions du patient Oui Non 10. Des réunions d analyse de cas cliniques sont organisées pour les situations complexes Oui Non 4.4. Il existe une procédure de recueil de la «personne de confiance» Oui Non Soutien aux soignants et aux familles 4.5. Il existe une procédure de discussion/réflexion collégiale Oui Non 11. L établissement favorise l accueil des familles et des proches : dans le cadre de la loi Léonetti - Salon d accueil et de repos : Oui Non recueil - Lits des données d appoint environnementales/ : vie patient Oui Oui Non 4.6. Il existe une procédure de du Non - Aménagement des horaires d accueil : Oui Non 4.7. L établissement prévoit l organisation - Possibilité du retour de à prise domicile de repas des patients : le demandant Oui Non Oui Non 12. Un soutien psychologique des familles endeuillées est organisé Oui Non Formation 13. Un soignant référent est désigné pour accompagner les familles et les proches Oui Non 5. Les soins palliatifs intègrent le plan de formation pluriannuel de l établissement : Oui Non 14. Un soutien psychologique est proposé aux personnels : - Groupes de parole réguliers Oui Non - Possibilité de recours ponctuel à un psychologue (situations éprouvantes) Oui Non - Autres : 15. Des réunions mensuelles sur les derniers décès des patients sont organisées Oui Non pour favoriser l expression des difficultés des soignants Répartition des dossiers entre les différents médecins impliqués

16 Saisie Saisie et analyse des résultats Par l établissement Avec masque de saisie fourni par le RéQua Analyse des données Aide du RéQua (fichier Excel ou à partir du fichier transmis par l établissement) Résultats fournis Description de l échantillon Taux de conformité aux différents critères d évaluation Comparaison à la valeur moyenne des établissements?

17 Définition des actions d amélioration Aide RéQua si besoin Plan d actions Nomination d un responsable Résultats attendus Professionnels concernés et les modalités d information Calendrier prévisionnel de la mise en œuvre

18 Mesure de suivi Nouvelle mesure après mise en œuvre du plan d actions: À partir du même référentiel Sur des indicateurs définis par le groupe de travail (au vu Sur des indicateurs définis par le groupe de travail (au vu des premiers résultats et du plan d actions)

19 Communication Avant le lancement Instances concernées (CME, CSIRMT, Comité Qualité, CLUD ) Après l audit Professionnels des services concernés Instances concernées Sous-commission de la CME (validation EPP)

AMYGDALECTOMIE Chez l enfant de moins de 15 ans Indications. Évaluation des pratiques professionnelles

AMYGDALECTOMIE Chez l enfant de moins de 15 ans Indications. Évaluation des pratiques professionnelles AMYGDALECTOMIE Chez l enfant de moins de 15 ans Indications Évaluation des pratiques professionnelles Méthodes : 4 types d approche Approche par comparaison Comparer la pratique réelle à la pratique idéale

Plus en détail

Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai

Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai Cadre Réglementaire Circulaire n 2008-99 du 25 mars 2008 relative à l organisation des soins palliatifs Annexe III - Référentiel

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE Dr Sara Balagny Equipe Mobile d Accompagnement et de Soins Palliatifs Hospitalisation A Domicile CHRU Lille Définition des soins palliatifs «Les soins palliatifs cherchent

Plus en détail

La démarche HAS de l audit clinique ciblé (ACC) : un outil de changement

La démarche HAS de l audit clinique ciblé (ACC) : un outil de changement La démarche HAS de l audit clinique ciblé (ACC) : un outil de changement Contexte des réformes Hôpital 2007 DHOS La qualité des soins (OMS) «Que chaque patient reçoive la combinaison d actes diagnostiques

Plus en détail

UNITE DE SOINS PALLIATIFS CAHIER DES CHARGES. JUIN 2013 Cahier des charges USP

UNITE DE SOINS PALLIATIFS CAHIER DES CHARGES. JUIN 2013 Cahier des charges USP 1 UNITE DE SOINS PALLIATIFS CAHIER DES CHARGES 2 PREAMBULE Définition des soins palliatifs. Les soins palliatifs sont des soins actifs et continus pratiqués par une équipe interdisciplinaire en institution

Plus en détail

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession 1 INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015 Spécificités en soins palliatifs par profession OBJECTIFS : Appréhender la spécificité en fonction de l exercice professionnel et le lieu (en Institution, en EMSP,

Plus en détail

INAUGURATION. Mardi 3 Mai 2016 à 18h00 Passerelle 3 e étage Hôpital du Pays d Autan

INAUGURATION. Mardi 3 Mai 2016 à 18h00 Passerelle 3 e étage Hôpital du Pays d Autan DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION UNITE DEPARTEMENTALE DE SOINS PALLIATIFS «TOURNESOLS» Mardi 3 Mai 2016 à 18h00 Passerelle 3 e étage Hôpital du Pays d Autan CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL CASTRES - MAZAMET

Plus en détail

Lits Identifiés Soins Palliatifs (LISP)

Lits Identifiés Soins Palliatifs (LISP) Lits Identifiés Soins Palliatifs (LISP) Recommandations validées par le CA de la SFAP à partir de propositions du groupe de travail LISP Avec le soutien de la Fondation de France La SFAP a créé un groupe

Plus en détail

Les soins palliatifs et l accompagnement en fin de vie à la Croix Rouge Française 1 er colloque national jeudi 17 décembre 2009

Les soins palliatifs et l accompagnement en fin de vie à la Croix Rouge Française 1 er colloque national jeudi 17 décembre 2009 Les soins palliatifs et l accompagnement en fin de vie à la Croix Rouge Française 1 er colloque national jeudi 17 décembre 2009 LA DÉMARCHEMOBIQUAL, DESOUTILSAUSERVICE D UNEQUALITÉ D ACCOMPAGNEMENT Dr

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE CONVENTION CONSTITUTIVE Entre les établissements signataires Vu les textes législatifs suivants : La loi du 9 juin 1999 visait à garantir l accès aux soins palliatifs pour tous et introduisait l existence

Plus en détail

LES SOINS PALLIATIFS

LES SOINS PALLIATIFS LES SOINS PALLIATIFS LOI N 99-477 DU 9 JUIN 1999 VISANT A GARANTIR LE DROIT D ACCES AUX SOINS PALLIATIFS LOI N 2002-303 DU 4 MARS 2002 RELATIVE AUX DROITS DES MALADES ET A LA QUALITE DU SYSTEME DE SANTE

Plus en détail

La loi d avril 2005 : droits des patients et fin de vie.

La loi d avril 2005 : droits des patients et fin de vie. La loi d avril 2005 : droits des patients et fin de vie. Dr Bernard DEVALOIS Unité de Soins Palliatifs CH Puteaux (92) Président de la SFAP bd@sfap.org Arc en Ciel janvier 2007 Avril 2005 : une évolution

Plus en détail

aux aides-soignantssoignants

aux aides-soignantssoignants CADRE LEGISLATIF de la prise en charge de la douleur Réseau Voironnais de la Douleur Dominique Gillet - Claudine Pautonnier Place des soignants dans la prise en charge du patient douloureux En tant que

Plus en détail

DROIT DES PERSONNES EN FIN DE VIE

DROIT DES PERSONNES EN FIN DE VIE DROIT DES PERSONNES EN FIN DE VIE Réalisé par la sous-commission éthique du Centre Gérontologique Départemental des Bouches du Rhône. Auteurs : BECHU Alice (psychologue) BERNARD Cécile (médecin) FAVIER

Plus en détail

Quel Accompagnement dans l Indre?

Quel Accompagnement dans l Indre? Quel Accompagnement dans l Indre? Définition des Soins Palliatifs Selon la Société Française d Accompagnement et de Soins Palliatifs (SFAP) Les Soins Palliatifs sont des soins actifs dans une approche

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE Le Réseau Dousopal 44 Bd Stanislas Girardin 76140 Le Petit Quevilly Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL d une part, ET L Etablissement

Plus en détail

Guide pour l élaboration du dossier de demande de lits identifiés en soins palliatifs

Guide pour l élaboration du dossier de demande de lits identifiés en soins palliatifs DHOS Comité de suivi Guide pour l élaboration du dossier de demande de lits identifiés en soins palliatifs mars 2004 Introduction : Les lits identifiés s inscrivent dans le schéma général de l offre de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES AVC ACC : délais de prise en charge pluriprofessionnelle de l AVC (ACC2 AVCdélais pec) Préambule

PRISE EN CHARGE DES AVC ACC : délais de prise en charge pluriprofessionnelle de l AVC (ACC2 AVCdélais pec) Préambule PRISE EN CHARGE DES AVC ACC : délais de prise en charge pluriprofessionnelle de l AVC Préambule Ce document est issu des audits cliniques réalisés en 2005 lors de l élaboration des référentiels : «prise

Plus en détail

Les Soins Palliatifs Et la personne âgée. Dr.Nathalie DENIS Praticien Hospitalier

Les Soins Palliatifs Et la personne âgée. Dr.Nathalie DENIS Praticien Hospitalier Les Soins Palliatifs Et la personne âgée Dr.Nathalie DENIS Praticien Hospitalier Introduction: -Pour la personne malade âgée en fin de vie, la mort reste une épreuve de séparation difficile -Si la mort

Plus en détail

Soins Palliatifs - Valorisation - Pertinence des séjours. Amina Ettorchi Tardy Médecin DIM CH de Blaye

Soins Palliatifs - Valorisation - Pertinence des séjours. Amina Ettorchi Tardy Médecin DIM CH de Blaye Soins Palliatifs - Valorisation - Pertinence des séjours Amina Ettorchi Tardy Médecin DIM CH de Blaye CRIMA Périgueux 28 avril 2011 2 Plan Cadre réglementaire Tarification à l activité et soins palliatifs

Plus en détail

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Evolution et adaptation des missions d une infirmière référente. Muriel Jouchter infirmière référente LISP Christine Blot cadre de santé 1 2 Pour

Plus en détail

CRITERES DE DECISION POUR CONTROLE DU GHT SOINS PALLIATIFS EN HAD

CRITERES DE DECISION POUR CONTROLE DU GHT SOINS PALLIATIFS EN HAD ANNEXE X CRITERES DE DECISION POUR CONTROLE DU GHT SOINS PALLIATIFS EN HAD 1. CONTEXTE 1.1. Exposé de la situation La prise en charge des soins palliatifs représente 28 % des journées facturées en hospitalisation

Plus en détail

Visa DRH Validé Visa Direction des soins LOCALISATION ET RATTACHEMENT DU POSTE

Visa DRH Validé Visa Direction des soins LOCALISATION ET RATTACHEMENT DU POSTE FICHE DE POSTE : INFIRMIER EN EQUIPE D'APPUI DEPARTEMENTALE DE SOINS PALLIATIFS Famille : SOINS Métier : INFIRMIER EN SOINS GENERAUX Quotité du poste : Temps complet Rédacteur(s) : A.FEUILLATRE- MORNAY

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Réseau de Soutien et de Soins Palliatifs du bassin alésien

Réseau de Soutien et de Soins Palliatifs du bassin alésien Réseau de Soutien et de Soins Palliatifs du bassin alésien BILAN D'ACTIVITE 2014 1 Dispositif de mise en œuvre de l'axe d'intervention 4 "Personnes en fin de vie, soins palliatifs" du Contrat Local de

Plus en détail

LA FIN DE VIE. Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault

LA FIN DE VIE. Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault LA FIN DE VIE Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault Mardi 02 février 2016 1 La Législation La demande sociétale actuelle des Français est de voir

Plus en détail

HAS DOCUMENT DE TRAVAIL. Accréditation des médecins Comité de concertation Réunion du 7 novembre 2005 ' ()** "'$ %%&+, & (! -. "'$ %%&.

HAS DOCUMENT DE TRAVAIL. Accréditation des médecins Comité de concertation Réunion du 7 novembre 2005 ' ()** '$ %%&+, & (! -. '$ %%&. 02.2006 HAS Articulation entre l évaluation des pratiques professionnelles (EPP), la certification des établissements de santé et l accréditation des médecins! "#$ %%& ' ()** "'$ %%&+, & (! -. "'$ %%&.&

Plus en détail

Critères d attribution, Critères d inclusion des patients, Traçabilité.

Critères d attribution, Critères d inclusion des patients, Traçabilité. Critères d attribution, Critères d inclusion des patients, Traçabilité. Réflexions et propositions du Groupe LISP de la SFAP Aude Le Divenah, Anne Claudon, Edouard Ferrand pour le Groupe de travail LISP

Plus en détail

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Critères d inclusion des patients Inclusion Patient âgé d au moins 18 ans Patient atteint d un nouveau cancer découvert

Plus en détail

SOINS DE SUPPORT SOINS PALLIATIFS DEMARCHE PALLIATIVE EN ONCO HEMATOLOGIE. Ph. COLOMBAT Tours 11 mars 2005

SOINS DE SUPPORT SOINS PALLIATIFS DEMARCHE PALLIATIVE EN ONCO HEMATOLOGIE. Ph. COLOMBAT Tours 11 mars 2005 SOINS DE SUPPORT SOINS PALLIATIFS DEMARCHE PALLIATIVE EN ONCO HEMATOLOGIE Ph. COLOMBAT Tours 11 mars 2005 DEMARCHE PALLIATIVE DEMARCHE PALLIATIVE DEFINITION «Asseoir et développer les Soins Palliatifs

Plus en détail

Docteur Sandrine JUNQUA. Équipe Mobile Douleur Soins Palliatifs Soins de Support CHU Toulouse

Docteur Sandrine JUNQUA. Équipe Mobile Douleur Soins Palliatifs Soins de Support CHU Toulouse Approche palliative et Qualité de vie Docteur Sandrine JUNQUA Équipe Mobile Douleur Soins Palliatifs Soins de Support CHU Toulouse Soins de support «l ensemble des soins et soutiens nécessaires aux personnes

Plus en détail

FORUM SOINS PALLIATIFS Les lits identifiés au Centre Hospitalier d Antibes Juan les Pins. - 4 Mars

FORUM SOINS PALLIATIFS Les lits identifiés au Centre Hospitalier d Antibes Juan les Pins. - 4 Mars FORUM SOINS PALLIATIFS Les lits identifiés au Centre Hospitalier d Antibes Juan les Pins - 4 Mars 2010 - Chaque jour, Chaque nous jour, donnons nous donnons un sens un sens au mot hospitalier. Ce que sont

Plus en détail

TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS

TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS Vous avez dit Soins Palliatifs Définitions Thérèse VANIER en 1976 «C est tout ce qui reste à faire quand il n y a plus

Plus en détail

Soins palliatifs Définitions et concepts

Soins palliatifs Définitions et concepts LES SOINS PALLIATIFS EN ÉTABLISSEMENTS DE SOINS ET D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES OU HANDICAPÉES, ET À DOMICILE Les concepts A1 Soins palliatifs Définitions et concepts 1 Soins curatifs destinés à

Plus en détail

POLITIQUE D AMELIORATION CONTINUE DE LA QUALITE ET DE LA SECURITE DES SOINS

POLITIQUE D AMELIORATION CONTINUE DE LA QUALITE ET DE LA SECURITE DES SOINS Page 1 sur 6 SYNTHÈSE DU DOCUMENT Objectif(s) : Domaine d application : Lien avec d autre(s) document(s) : Références réglementaires et/ou recommandations : Mots clés (4) : Emplacement dans la G.E.D. Réf.

Plus en détail

Formations Professionnelles

Formations Professionnelles 2016 Formations Professionnelles 40 rue du Rempart Saint-Étienne BP 40401 31004 TOULOUSE CEDEX 6 Tél : 05 61 12 43 43 E-mail : asp.toulouse@free.fr Association Loi 1901 à but non lucratif N SIRET 345 382

Plus en détail

La loi d avril 2005 : droits des patients et fin de vie.

La loi d avril 2005 : droits des patients et fin de vie. La loi d avril 2005 : droits des patients et fin de vie. Dr Bernard DEVALOIS Unité de Soins Palliatifs CH Puteaux (92) Président de la SFAP bd@sfap.org Les P tits Déj du Pallium Septembre 2006 La loi Léonetti

Plus en détail

Formation d un Référent en Soins Palliatifs

Formation d un Référent en Soins Palliatifs Public visé Formation d un Référent en Soins Palliatifs Tout professionnel du milieu médico-social ou sanitaire désirant être référent en soins palliatifs au sein de son institution. Intervenants formateurs

Plus en détail

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique.

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. Christine BERLEMONT Infirmière Ressource Douleur Unité d Evaluation et Traitement de la Douleur Centre Hospitalier de Meaux France

Plus en détail

Réflexions sur la sédation en phase terminale en gériatrie

Réflexions sur la sédation en phase terminale en gériatrie LES SOINS PALLIATIFS EN ÉTABLISSEMENTS DE SOINS ET D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES OU HANDICAPÉES, ET À DOMICILE Organisation B5 Réflexions sur la sédation en phase terminale en gériatrie 1 Définition

Plus en détail

LES SOINS PALLIATIFS. Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015

LES SOINS PALLIATIFS. Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015 LES SOINS PALLIATIFS Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015 Un peu d histoire En Occident, l accompagnement du mourant est longtemps resté une pratique familiale et/ou une pratique religieuse. Quant à

Plus en détail

Institut Universitaire de Santé Publique

Institut Universitaire de Santé Publique Définition de la prise en charge d un patient dans un réseau de soins par une méthode de consensus Delphi projet REPERES (Recherche Évaluative sur la Performance des REseaux de Santé) Comité de présentation

Plus en détail

Université Maghrébine d Hygiène et Sécurité soins 2014

Université Maghrébine d Hygiène et Sécurité soins 2014 Université Maghrébine d Hygiène et Sécurité soins 2014 Module 2 : Gouvernance et gestion du risque infectieux associé aux soins Thème: Gestion du risque infectieux associé aux soins et amélioration continue

Plus en détail

La démarche d évaluation interne

La démarche d évaluation interne La démarche d évaluation interne La conduite de l évaluation interne dans les services à domicile au bénéfice des publics adultes 5 rue Pleyel Bâtiment Euterpe 93200 Saint Denis Tél. : 01 48 13 91 00 Fax

Plus en détail

Soins Oncologiques de Support

Soins Oncologiques de Support Soins Oncologiques de Support DEFINITIONS et CONCEPTS PROPOSITIONS D ORGANISATION Novembre 2005 CA GRASSPHO NOV 05 1 DEFINITIONS CA GRASSPHO NOV 05 2 SOINS CURATIFS «Les soins curatifs cherchent à guérir

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Loi Léonetti en 2015: bilan et devenir. Quelle place pour les bénévoles d accompagnement?

Loi Léonetti en 2015: bilan et devenir. Quelle place pour les bénévoles d accompagnement? Loi Léonetti en 2015: bilan et devenir Quelle place pour les bénévoles d accompagnement? Pourquoi parler aujourd hui de la loi Léonetti? Votée en 2005, adoptée à l unanimité Après plusieurs «affaires»

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE.

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE. COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE Octobre 2003 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE

Plus en détail

Responsable de Résidence Accueil (H/F)

Responsable de Résidence Accueil (H/F) FICHE DE POSTE Responsable de Résidence Accueil (H/F) 1. La position dans la structure Le Responsable de Résidence Accueil intervient au sein de la Direction des Projets et Services Résidentiels, sous

Plus en détail

Sédation en médecine palliative. Dr Sandra Schmidt

Sédation en médecine palliative. Dr Sandra Schmidt Sédation en médecine palliative Dr Sandra Schmidt Recommandations de la SFAP (Société Française d Accompagnement et de Soins Palliatifs) concernant la sédation en phase terminale ou en phase palliative.

Plus en détail

Annexe 5 : PLAN D'AMELIORATION DE LA QUALITE

Annexe 5 : PLAN D'AMELIORATION DE LA QUALITE Projs Responsable de l' Sécuriser tous les traitements informatisés par un code d'accès Déclarer les fichiers Apozème SSIAD à la CNIL 1 - Respecter les droits libertés Mener une réflexion en équipe afin

Plus en détail

Démarche qualité «douleur» Expérience du C.H. de Châteauroux

Démarche qualité «douleur» Expérience du C.H. de Châteauroux Démarche qualité «douleur» Expérience du C.H. de Châteauroux Dr Florentin CLÈRE - Praticien hospitalier Consultation pluridisciplinaire de la douleur Unité Risques et Qualité Atelier n 2 29 novembre 2010

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Circulaire DHOS/O2 n du 25 mars 2008 relative à l organisation des soins palliatifs NOR : SJSH C

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Circulaire DHOS/O2 n du 25 mars 2008 relative à l organisation des soins palliatifs NOR : SJSH C MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de l organisation du système de soins Bureau de l

Plus en détail

CONTENTION et ISOLEMENT dans les établissements sanitaires et médico-sociaux

CONTENTION et ISOLEMENT dans les établissements sanitaires et médico-sociaux CONTENTION et ISOLEMENT dans les établissements sanitaires et médico-sociaux Grille de recueil Outil version 1, sept. 2016 Cette enquête aborde différents aspects de l'usage professionnel des mesures de

Plus en détail

Concept de soins palliatifs pour le home Oasis SA

Concept de soins palliatifs pour le home Oasis SA www.home-oasis.ch Concept de soins palliatifs pour le home Oasis SA But Le but du concept est d offrir à tous nos résidents une qualité de vie qui soit la meilleure possible en soulageant les douleurs

Plus en détail

Certification V 2007 Évaluation des pratiques professionnelles

Certification V 2007 Évaluation des pratiques professionnelles Certification V 2007 Évaluation des pratiques professionnelles Référence 41a-SSR L analyse des évènements indésirables et la mise en œuvre des actions de prévention et d amélioration correspondantes sont

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015

CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015 CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015 PARCOURS PATIENT : L ÉGALITE D ACCES? SOMMAIRE I LES TEXTES - Parcours de soins - Loi du 4 mars 2002 II LE SERVICE SSR SOINS PALLIATIFS -

Plus en détail

Prise en charge de la douleur provoquée Evaluation de la douleur au cours de la toilette Chez un patient adulte, algique et communicant

Prise en charge de la douleur provoquée Evaluation de la douleur au cours de la toilette Chez un patient adulte, algique et communicant Prise en charge de la douleur provoquée Evaluation de la douleur au cours de la toilette Chez un patient adulte, algique et communicant Michèle Garbacz* Evelyne Roy* Dr Claudine Cornet** Dr Jean Paul Didelot**

Plus en détail

Contrôle qualité des indicateurs qualité et sécurité des soins en établissement de santé. I.BERNARDI - chargée de mission qualité

Contrôle qualité des indicateurs qualité et sécurité des soins en établissement de santé. I.BERNARDI - chargée de mission qualité Contrôle qualité des indicateurs qualité et sécurité des soins en établissement de santé I.BERNARDI - chargée de mission qualité Rencontre des métiers de la santé : management de la qualité et de la gestion

Plus en détail

BILAN DES EXPERTS-VISITEURS

BILAN DES EXPERTS-VISITEURS BILAN DES EXPERTS-VISITEURS AUCUN ECART: Droit du patient Parcours patient Urgences et soins non programmés Risque infectieux BILAN DES EXPERTS-VISITEURS ECARTS: Secteur naissance: Pas d identification

Plus en détail

Brigi%e HERISSON IRD Clinicienne Sabine ZAMBON Psychologue clinicienne Dr Malika DAOUD PH EMSPD CLLUD-SP EMILE-ROUX

Brigi%e HERISSON IRD Clinicienne Sabine ZAMBON Psychologue clinicienne Dr Malika DAOUD PH EMSPD CLLUD-SP EMILE-ROUX STRATEGIE INSTITUTIONNELLE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR Brigi%e HERISSON IRD Clinicienne Sabine ZAMBON Psychologue clinicienne Dr Malika DAOUD PH EMSPD CLLUD-SP EMILE-ROUX HISTORIQUE Réactivation

Plus en détail

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD 1 Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du conférencier: Dr Marie PECHARD Je n ai aucun conflit d intérêt réel ou potentiel en lien avec

Plus en détail

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE?

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE? ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE? 13/11/2013 1.Présentation de la CASSPA 49 ( Mme Christelle FOIN) Association «Loi 1901» -statuts déposés en 2009 Président

Plus en détail

PERSONNE DE CONFIANCE, PERSONNE À PRÉVENIR, PERSONNE RÉFÉRENTE QUELLES DIFFÉRENCES?

PERSONNE DE CONFIANCE, PERSONNE À PRÉVENIR, PERSONNE RÉFÉRENTE QUELLES DIFFÉRENCES? PERSONNE DE CONFIANCE, PERSONNE À PRÉVENIR, PERSONNE RÉFÉRENTE QUELLES DIFFÉRENCES? 2 3 La personne de confiance, la personne à prévenir et la personne référente interviennent de différentes manières dans

Plus en détail

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion Le projet de soins UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion 2015-2018 Plan 1. Introduction 2. Définition du projet 3. Les projets en structure de soins 4. Le projet de soins individualisé : 4.1. L argumentation

Plus en détail

Droit des patients en fin de vie : Loi du 22 avril 2005

Droit des patients en fin de vie : Loi du 22 avril 2005 25 septembre 2014 Droit des patients en fin de vie : Loi du 22 avril 2005 Mme C. DUBREUCQ, Directrice HAD Santélys Droit des patients en fin de vie : la Loi du 22 avril 2005 1 Contexte Médiatique et émotionnel

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 MAISON DE CONVALESCENCE SAINT THOMAS DE VILLENEUVE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 MAISON DE CONVALESCENCE SAINT THOMAS DE VILLENEUVE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 MAISON DE CONVALESCENCE SAINT THOMAS DE VILLENEUVE 2 chemin du heron - 35120 - Baguer Morvan DÉCEMBRE 2012 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE. Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental

RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE. Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE 2 ÈME PROCÉDURE Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental 6 bis rue du pavé- BP 03 03360 AINAY Le CHATEAU Novembre 2008 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Démarche éthique en (aux) urgences. Isabelle Faure Adrienne Reix PH urgences Saint-André

Démarche éthique en (aux) urgences. Isabelle Faure Adrienne Reix PH urgences Saint-André Démarche éthique en (aux) urgences Isabelle Faure Adrienne Reix PH urgences Saint-André Le dilemme de l urgentiste.. Urgences vitales. Urgences «palliatives». Accompagnement de fin de vie. Prise de décision

Plus en détail

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITÉS DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

USP, EMSP ET RÉSEAU SP

USP, EMSP ET RÉSEAU SP Parcours de soins du patient en soins palliatifs: De la pluridisciplinarité à l interdisciplinarité Expérience d une fusion USP, EMSP ET RÉSEAU SP Cannes,Grasse,Antibes et Alpes maritimes Ouest Dr I.CASINI

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HÔPITAL DE JOUR LA VELOTTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HÔPITAL DE JOUR LA VELOTTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HÔPITAL DE JOUR LA VELOTTE 8, rue de la Vosselle 25000 BESANÇON Avril 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

LIVRET du PARTICIPANT. Action de formation nationale DÉMARCHE PALLIATIVE ET ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES EN FIN DE VIE Services Non Spécialisés

LIVRET du PARTICIPANT. Action de formation nationale DÉMARCHE PALLIATIVE ET ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES EN FIN DE VIE Services Non Spécialisés LIVRET du PARTICIPANT Action de formation nationale 2014 DÉMARCHE PALLIATIVE ET ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES EN FIN DE VIE Services Non Spécialisés Responsable de la formation : Axelle BARDIN Référent

Plus en détail

QUESTIONNAIRE OUTIL ALZHEIMER ET MALADIES APPARENTEES

QUESTIONNAIRE OUTIL ALZHEIMER ET MALADIES APPARENTEES QUESTIONNAIRE OUTIL ALZHEIMER ET MALADIES APPARENTEES NOM DE LA STRUCTURE ADRESSE TEL FAX NOM DU DIRECTEUR NOM DU PROFESSIONNEL REFERENT POUR L OUTIL : Fonction : E mail de liaison : I. LA PRISE EN SOINS

Plus en détail

9 È M E J O U R N É E P A L I P E D 1 3 M A R S

9 È M E J O U R N É E P A L I P E D 1 3 M A R S 9 È M E J O U R N É E P A L I P E D 1 3 M A R S 2 0 1 4 LE GROUPE DE SOIGNANTS Multidisciplinaire : Infirmière, infirmières puéricultrices, auxiliaire de puériculture, éducatrice de jeunes enfants, psychologue,

Plus en détail

Charte Réseau de santé Epsilon

Charte Réseau de santé Epsilon EPSILON Réseau de coordination à domicile Gérontologie - Soins de support - Soins palliatifs Charte Réseau de santé Epsilon Quatrième version créée du fait du déménagement en mars 2012, faisant suite :

Plus en détail

PARTENARIAT RCA - CCECQA

PARTENARIAT RCA - CCECQA PARTENARIAT RCA - CCECQA Illustration avec le projet régional EVADA Sandrine Domecq, sandrine.domecq@ccecqa.asso.fr Dr Laurence Digue, ldigue@canceraquitaine.org Rencontre annuelle du réseau Onco Poitou-Charentes

Plus en détail

La sédation pour détresse en phase terminale et dans les situations spécifiques et complexes. (Recommandations de la SFAP de juin 2009.

La sédation pour détresse en phase terminale et dans les situations spécifiques et complexes. (Recommandations de la SFAP de juin 2009. La sédation pour détresse en phase terminale et dans les situations spécifiques et complexes. (Recommandations de la SFAP de juin 2009.) Martine HERRSCHER EMSPCA Octobre 2011 Définition : La sédation pour

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE L HÔPITAL SAINT-FÉLICIEN. Le Village Saint-Félicien

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE L HÔPITAL SAINT-FÉLICIEN. Le Village Saint-Félicien COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE L HÔPITAL SAINT-FÉLICIEN Le Village 07410 Saint-Félicien mai 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

établissement de santé En bref.

établissement de santé En bref. Principale organisation professionnelle des diététiciens ticiens Le Soin diététique tique réalisé par le diététicien ticien en établissement de santé AFDN année e 2009 35, Allée Vivaldi 75012 Paris Tél.

Plus en détail

Référentiel Régional de Prise en Charge. Soins de Support CHAPITRE III SUPPORT SOCIAL. Juin Version 1

Référentiel Régional de Prise en Charge. Soins de Support CHAPITRE III SUPPORT SOCIAL. Juin Version 1 Référentiel Régional de Prise en Charge Soins de Support CHAPITRE III SUPPORT SOCIAL Juin 2009 Version 1 Animateurs Groupe de Travail «Soins de Support» Sous groupe Support Social Sous groupe Support Psychologique

Plus en détail

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD HAD et EHPA (D) Textes réglementaires L intervention de l Hospitalisation à Domicile en EHPAD est possible depuis février 2007. Les textes législatifs réglementent prises en charge. et limitent les Bases

Plus en détail

Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine

Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine 20 novembre 2015 Journée Nationale de la SFAP sur les Réseaux L avenir des soins palliatifs à domicile, quelle offre de

Plus en détail

STRUCTURES D ETUDE ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHRONIQUE (SDC) :

STRUCTURES D ETUDE ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHRONIQUE (SDC) : STRUCTURES D ETUDE ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHRONIQUE (SDC) : DEMANDE DE LABELLISATION L instruction DGOS / PF2/2011/188 du 19 mai 2011 actualise le cahier des charges défini par la circulaire du

Plus en détail

Accompagner la fin de vie des résidents au sein de votre EHPAD

Accompagner la fin de vie des résidents au sein de votre EHPAD Accompagner la fin de vie des résidents au sein de votre EHPAD Intégrer le protocole de fin de vie à votre projet d'établissement Formation présentielle Cette formation est disponible en intra-établissement

Plus en détail

APHJPA Rennes R. Gonthier Saint-Etienne

APHJPA Rennes R. Gonthier Saint-Etienne APHJPA Rennes 2007 R. Gonthier Saint-Etienne HISTORIQUE A partir de 1999 : EPP démarche facultative sous forme d'audit clinique Loi du 13 août 2004 (sur la réforme de l'assurance Maladie) EPP individuelle

Plus en détail

Isabelle Poullain Ingénieur Gestion des Risques Centre Hospitalier de Dieppe. «Rencontre des métiers de la Santé» Mai 2011 Strasbourg

Isabelle Poullain Ingénieur Gestion des Risques Centre Hospitalier de Dieppe. «Rencontre des métiers de la Santé» Mai 2011 Strasbourg Coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins, missionné auprès du président de la CME, un an avant le décret. «C est possible et ça fonctionne!» Isabelle Poullain Ingénieur Gestion des Risques

Plus en détail

Retour d expérience N 1

Retour d expérience N 1 Retour d expérience N 1 Etablissement CH de Laon Intervenant(s) Anne-Sophie TRIFFAUX : Cadre de santé infirmière, Service d accueil et d urgences Thème Retour d expérience sur la démarche de mise en place

Plus en détail

Indicateurs de qualité de prise en charge des patients en soins palliatifs: Etude Quali-Palli

Indicateurs de qualité de prise en charge des patients en soins palliatifs: Etude Quali-Palli Indicateurs de qualité de prise en charge des patients en soins palliatifs: Etude Quali-Palli Frédéric Guirimand, Christian Guy-Coichard, Stéphane Picard, Bernard Devalois, Anne Abel, Jean-François Richard,

Plus en détail

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité Cancer et domicile Définition de l HAD > L HAD est un établissement de santé et une alternative à l hospitalisation conventionnelle, qui permet d assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux

Plus en détail

ANNEXE 5 SOINS PALLIATIFS CRITERES DE DECISION

ANNEXE 5 SOINS PALLIATIFS CRITERES DE DECISION ANNEXE 5 SOINS PALLIATIFS CRITERES DE DECISION 1 Critères de décision pour le contrôle du GHM 23Z02Z (soins ) correspondant aux GHS 7956 7957 7958 Exposé de la situation Les soins sont inscrits dans les

Plus en détail

Projet PUFPAE : Prise en charge des Urgences de Fin de vie des Personnes Agées en EHPAD

Projet PUFPAE : Prise en charge des Urgences de Fin de vie des Personnes Agées en EHPAD Projet PUFPAE : Prise en charge des Urgences de Fin de vie des Personnes Agées en EHPAD SGOC Saint-Malo Vendredi 20 Mai 2016 Emma Bajeux, F.Riou, F.Douguet, JC.Mino, MN.Belloir, C.Cattenoz, V.Cahagne,

Plus en détail

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Définition des Soins de Support Oncologiques Ensemble des

Plus en détail

L'offre de soins «Soins Palliatifs et Douleurs» Dr Patrick LEPAULT ARS Mars 2016

L'offre de soins «Soins Palliatifs et Douleurs» Dr Patrick LEPAULT ARS Mars 2016 Diplôme Universitaire De Soins Palliatifs et d Accompagnement ANNÉE UNIVERSITAIRE 2015 2016 L'offre de soins «Soins Palliatifs et Douleurs» Dr Patrick LEPAULT ARS Mars 2016 CirculaireDHOS/O 2/DGS/SD 5

Plus en détail

Prise en charge de la douleur en médecine

Prise en charge de la douleur en médecine EPP Evaluation des Pratiques Professionnelles dans les établissements de santé BEnchmarking LIen Visites Etablissements de santé Prise en charge de la douleur en médecine Protocole d évaluation mai 2010

Plus en détail

REALISATION PRATIQUE D UNE EPP. Contexte. XVIII e Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence

REALISATION PRATIQUE D UNE EPP. Contexte. XVIII e Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence REALISATION PRATIQUE D UNE EPP Contexte XVIII e Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence - Johan Dusautois - Ingénieur Qualité et Sécurité des Soins CHRU de Lille L EPP : Définition

Plus en détail

L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé

L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé Colloques de l IUMSP, Lausanne Nathalie Thilly 28 Avril 2015 Université de Lorraine (EA 4360 Apemac) et CHU de Nancy, France 1 CONTEXTE

Plus en détail

Place de l HAD en EHPAD

Place de l HAD en EHPAD Place de l HAD en EHPAD Mardi 13 octobre 2015 Rappels Quelques chiffres > En 1950, la population française était de 41,5 millions d'habitants, avec 6,7 millions de personnes âgées de plus de 60 ans soit

Plus en détail

DROITS RELATIFS À LA PERSONNE MALADE ET À LA PERSONNE EN FIN DE VIE

DROITS RELATIFS À LA PERSONNE MALADE ET À LA PERSONNE EN FIN DE VIE association pour le droit de mourir dans la dignité Les DROITS RELATIFS À LA PERSONNE MALADE ET À LA PERSONNE EN FIN DE VIE LE BUT DE CETTE PLAQUETTE EST DE VOUS FAIRE CONNAÎTRE VOS DROITS. À lire attentivement

Plus en détail