Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06"

Transcription

1 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro

2 Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales - Libre circulation des produits au sein de l UE - Sécurité des consommateurs et utilisateurs Avant 1998, en France, seuls les réactifs étaient enregistrés et contrôlés Elargissement de la définition 2

3 Définitions des DMDIV et accessoires (1) Article premier de la directive européenne DMDIV: Tout dispositif médical qui consiste en un réactif.un matériau d étalonnage de contrôle...un instrument.utilisé seul ou en combinaison, destiné par le fabricant à être utilisé in vitro dans l examen d échantillons provenant du corps humain, y compris les dons de sang et de tissus,. 3

4 Définitions des DMDIV et accessoires (2) Dans le but de fournir une information: - Concernant un état physiologique ou pathologique, - Concernant une anomalie congénitale, - Permettant de déterminer la sécurité et la compatibilité avec des receveurs potentiels, - Permettant de contrôler des mesures thérapeutiques. Les récipients pour échantillon sont..des DMDIV s ils sont spécifiquement destinés par leur fabricant à recevoir directement l échantillon provenant du corps humain et à le conserver en vue d un examen de diagnostic in vitro 4

5 Définitions des DMDIV et accessoires (3) Accessoire Tout article qui, bien que n étant pas un dispositif médical de diagnostic in vitro, est destiné spécifiquement par son fabricant à être utilisé avec un dispositif pour permettre l utilisation dudit dispositif conformément à sa destination 5

6 Exemples de DMDIV Il n existe pas de liste exhaustive Les dispositifs (réactifs et automates) utilisés en biologie médicale, en anatomo-cytopathologie les dispositifs destinés à des autodiagnostics ex : test unitaire de grossesse, lecteur de glycémie Les récipients pour échantillon ex : tube de prélèvement sanguin 6

7 Ce qui n est pas un DMDIV Instruments, appareils, équipements, matériaux destinés à être utilisés à des fins de recherche Produits destinés à des usages généraux en laboratoire NON DMDIV Dispositifs invasifs destinés à prélever des échantillons en contact direct avec le corps humain Les matériaux de référence certifiés au niveau international et les matériels utilisés dans les programmes d évaluation externe de la qualité 7

8 Mise sur le marché et mise en service Les états membres doivent prendre les dispositions nécessaires pour que les DMDIV satisfassent aux exigences essentielles Les états membres ont donc l obligation de contrôler la sécurité et la qualité des DMDIV 8

9 Les exigences essentielles (1) Elles sont définies à l annexe I de la Directive Les exigences essentielles remplacent les dispositions nationales correspondantes L utilisation des DMDIV ne doit pas compromettre directement ou indirectement l état clinique et la sécurité des patients des utilisateurs. Notion de «bénéfice/risque» Les exigences essentielles doivent tenir compte de l état de l art au moment de la conception et de la fabrication du dispositif Notion de performances, de matériaux de référence La Directive fixe les règles relatives au conditionnement, à la notice, à l étiquetage liées aux aspects de sécurité et de performance des dispositifs 9

10 Les exigences essentielles (2) Les exigences essentielles s appuient sur des normes harmonisées (symbole, couleur) La conception, la fabrication doivent permettre d assurer des performances en rapport avec leur destination Spécificités liées aux DMDIV destinés à l auto-diagnostic: Instructions simples, facilité d utilisation, manipulation et interprétation aisées explications sur les mesures à prendre en fonction du résultat obtenu, notion de compétence (médicale ou formation) pour adapter le traitement, notices expurgées 10

11 La libre circulation des DMDIV Les DMDIV portant le marquage CE peuvent circuler librement sur tout le territoire de la communauté européenne. Le marquage fait suite à l évaluation de la conformité du DMDIV. En fonction des DMDIV, la procédure de marquage CE diffère: Auto-certification Certification par un organisme notifié +/- «spécifications techniques communes» selon les paramètres 11

12 Appose le marquage CE Evaluation de la conformité par «auto-certification» (1) Établit la déclaration CE de conformité Le fabricant doit s enregistrer et enregistrer les DMDIV qu il met sur le marché auprès de l autorité compétente du pays dans lequel il a son siège social. C est le fabricant qui Le dossier de marquage CE doit comprendre: Documentation technique: description générale, système qualité, conception, analyse de risque, performances, notice, étiquette. 12

13 Evaluation de la conformité par «auto-certification» (2) Mesures nécessaires pour assurer la qualité des produits fabriqués (organisation, responsables, procédés de fabrication, de contrôle, surveillance du système) Mise en œuvre de moyens appropriés pour recueillir des données et mettre en place des mesures correctives le cas échéant Auto-diagnostic ( autre que ceux de l annexe II): le fabricant doit en plus de ces éléments, demander un certificat auprès de l organisme notifié (plusieurs voies possibles) 13

14 Evaluation de la conformité par un organisme notifié Cette procédure concerne les dispositifs qui figurent à l annexe II de la directive. L annexe II comprend deux listes: liste A et B L apposition du marquage CE pour ces dispositifs est réalisée par un organisme notifié (O.N.) Plusieurs procédures de contrôle sont définies dans la directive en fonction du type de DMDIV (annexes III à VII) 14

15 Evaluation de la conformité des DMDIV de l annexe II, liste A par un O.N. Liste A: Réactifs contrôle, pour la détermination des groupes sanguins suivants: système ABO, rhésus (C, c, D, E, e) anti-kell Réactifs contrôle, pour la détection, la confirmation et la quantification dans les spécimens humains de marqueurs de l infection HIV (HIV 1 et 2), HTLV I et II et hépatite B, C et D. 15

16 Rôles de l O.N. dans la mise sur le marché des DMDIV de l annexe II, liste A Système complet d assurance qualité Système qualité Conception produit Surveillance Vérification production Vérification produit: STC Apposition CE/ déclaration de conformité 16 Examen CE de type OU Attestation qu un échantillon représentatif de la production satisfait les dispositions de la directive ET Déclaration CE de conformité Procédure par laquelle le fabricant assure que les produits sont conformes au type décrit dans l examen CE de type Vérification du système qualité, surveillance Vérification production, produit Apposition CE/ déclaration de conformité

17 Spécifications techniques communes (1) STC Elles sont élaborées pour les DMDIV figurant à l annexe II, liste A Décision de la commission 2002/364/CE Elles établissent de manière appropriée: Critères d évaluation et de réévaluation des performances Critères de libération de lots Méthodes et matériaux de référence Les fabricants doivent respecter les STC ou un niveau au moins équivalent 17

18 Spécifications techniques communes (2) STC Définitions STC pour l évaluation des performances des réactifs pour la détection, la confirmation et la quantification dans les échantillons humains des marqueurs de l infection VIH, HTLV et hépatites B, C,D pour la détermination des antigènes de groupe sanguin système ABO (A, B), rhésus (C, c, D, E, e) et Kell (K) 18

19 Spécifications techniques communes (3) STC STC pour la vérification de la libération par le fabricant des réactifs. pour la détection, la confirmation et la quantification HIV, HTLV, hépatites B, C, D pour la détermination des antigènes de groupe sanguin système ABO (A, B), rhésus (C, c, D, E, e) et Kell (K) Exigences supplémentaires applicables aux techniques d amplification des acides nucléiques 19

20 Evaluation de la conformité des DMDIV de l annexe II, liste B par un O.N.(1) Liste B Réactifs, étalonnage, contrôle: pour la détermination des groupes sanguins suivants: anti-duffy et anti-kidd pour la détermination d anticorps irréguliers anti-érythrocytaires pour la détection et la quantification dans les échantillons humains des infections congénitales suivantes: rubéole, toxoplasmose pour le diagnostic de la maladie héréditaire suivante: phénylcétonurie 20

21 Evaluation de la conformité des DMDIV de l annexe II, liste B par un O.N.(2) Liste B (suite) Pour la détermination des infections humaines suivantes: cytomégalovirus, chlamydia Pour la détermination des groupes tissulaires HLA suivants: DR, A, B Pour la détermination du marqueur tumoral suivant: PSA Réactifs étalonnage, contrôle, logiciel destinés à l évaluation du risque de trisomie 21 Dispositifs destinés aux auto-diagnostics contrôle: dispositif pour la mesure du glucose sanguin 21

22 Rôles de l O.N.dans la mise le marché des DMDIV de l annexe II liste B OU Système complet d assurance qualité Examen CE de type + Vérification CE OU Déclaration CE de conformité 22 Le fabricant assure que les produits soumis aux examens de l organisme notifié sont conformes au type décrit dans l examen CE de type et l homogénéité de la production Organisme notifié:vérification par contrôle et essai de chaque produit ou vérification statistique Apposition CE/ déclaration de conformité

23 La sécurité des utilisateurs et des patients (1) Plusieurs dispositions de la directive permettent d assurer la sécurité des utilisateurs et des patients: Marquage CE par auto-certification ou par un organisme notifié Enregistrement des fabricants et des dispositifs Clauses de sauvegarde, mesures particulières de veille sanitaire EUDAMED: banque de données européennes accessible aux autorités compétentes 23

24 La sécurité des utilisateurs et des patients (2) Procédures de vigilance: «enregistrement et évaluation centralisée des incidents ou risques d incidents liés à un dysfonctionnement, une défaillance, une altération des caractéristiques et/ou des performances d un dispositif susceptibles d entraîner ou d avoir entraîner directement ou indirectement la mort ou la dégradation grave de l état de santé d un patient, d un utilisateur, d une autre personne» Dans chaque état membre une autorité compétente a la charge de mettre en œuvre ces dispositions 24

25 Conclusions (1) La directive 98/79 CE définit les règles permettant la libre circulation des DMDIV au sein des états membres. La mise en place de ces règles a pour conséquences l harmonisation des systèmes réglementaires. Chaque état transpose la directive européenne dans son droit national. Une période de transition permettant aux fabricants de se conformer aux nouvelles règles de mise sur le marché a été instaurée. 25

26 Conclusions (2) Les états membres ont adapté ou créé des structures pour mettre en œuvre les dispositions de la directive: autorités compétentes, organismes notifiés. Ces structures selon leurs prérogatives ont en charge la mise sur le marché de certaines catégories de DMDIV, la surveillance, le contrôle, la vigilance et la mise en place de mesures de police sanitaires. 26

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Réglementation européenne enne des dispositifs médicaux m de diagnostic in vitro E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Historique des réglementationsr Décret du 19 avril 1996 relatif à l enregistrement des réactifsr

Plus en détail

Les exigences des Directives Européennes Spécifiques aux Dispositifs Médicaux

Les exigences des Directives Européennes Spécifiques aux Dispositifs Médicaux Les exigences des Directives Européennes Spécifiques aux Dispositifs Médicaux HOPITECH 2007 Michel BREQUIGNY C.H. de LISIEUX Les Directives Européennes Un peu d histoired En 1985, la communauté Européenne

Plus en détail

Marquage CE et dispositifs médicaux

Marquage CE et dispositifs médicaux Marquage CE et dispositifs médicaux Références officielles Trois principales directives européennes réglementent la mise sur le marché et la mise en service des dispositifs médicaux : la directive 90/385/CEE

Plus en détail

Marquage CE. Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE

Marquage CE. Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE Sommaire Sommaire! Théorie " Qu est-ce qu un dispositif médical? " Qu est-ce que le marquage CE d un DM? " Classification des DM " Procédures d évaluation

Plus en détail

Afssaps : L accompagnement de l innovation et la surveillance du marché des nouveaux dispositifs. CORATA juin 2011 Gaëlle LE BRUN

Afssaps : L accompagnement de l innovation et la surveillance du marché des nouveaux dispositifs. CORATA juin 2011 Gaëlle LE BRUN Afssaps : L accompagnement de l innovation et la surveillance du marché des nouveaux dispositifs CORATA juin 2011 Gaëlle LE BRUN 1 Contexte règlementaire Dispositif médical de diagnostic in vitro - Définitions

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais

Laboratoire national de métrologie et d essais Laboratoire national de métrologie et d essais 1 Dispositifs médicauxm AUDIT / INSPECTION des FABRICANTS Bernard LAMBERT Délégué du LNE/G-MED 2 Autorités Compétentes - intègrent les directives dans leur

Plus en détail

Le marquage CE des dispositifs médicaux de diagnostic In Vitro. Avril 2013. Document propriété du LNE/G-MED

Le marquage CE des dispositifs médicaux de diagnostic In Vitro. Avril 2013. Document propriété du LNE/G-MED Le marquage CE des dispositifs médicaux de diagnostic In Vitro Avril 2013 Document propriété du LNE/G-MED Copyright 2013 LNE/G-MED - www.gmed.fr 1 Sommaire 1. Présentation du guide...3 5. Marquage CE...15

Plus en détail

Marquage CE Mode d emploi SOMMAIRE : I. Les produits concernés

Marquage CE Mode d emploi SOMMAIRE : I. Les produits concernés Marquage CE Mode d emploi Août 2014 SOMMAIRE : I. Les produits concernés II. Les acteurs concernés a. Le fabricant b. Le mandataire c. L importateur d. Le distributeur III. La mise en conformité des produits

Plus en détail

Dispositifs Médicaux - Evaluation de la conformité CE

Dispositifs Médicaux - Evaluation de la conformité CE Dispositifs Médicaux - Evaluation de la conformité CE Fil conducteur, 25 sept 2009 1. Introduction, contexte, réglementation 2. Evaluation de la conformité 3. Exigences essentielles de sécurité 4. Produits,

Plus en détail

Commençons par une DEVINETTE

Commençons par une DEVINETTE Commençons par une DEVINETTE On me trouve parfois à la maison et toujours à l hôpital. À l hôpital, que vous veniez pour une simple consultation ou une hospitalisation vous serez assuré de me rencontrer

Plus en détail

Sommaire 2 ILNAS 04/12/2015

Sommaire 2 ILNAS 04/12/2015 Fit 4 Conformity Directive 2006/95/CE & 2014/35/UE concernant la mise à disposition sur le marché du matériel électrique destiné à être employé dans certaines limites de tension Romain Nies Chef de service

Plus en détail

Réglementation des dispositifs médicaux. Laurent Corteel

Réglementation des dispositifs médicaux. Laurent Corteel Réglementation des dispositifs médicaux Laurent Corteel Introduction Des produits extrêmement variés Une industrie très diversifiée Une réglementation récente Une réglementation européenne 2 PLAN DÉFINITIONS

Plus en détail

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT Progrès en Urologie (2005), 15 1000-1004 Chapitre IV La matériovigilance Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT paul.meria@sls.ap-hop-paris.fr - jean-louis.pariente@chu-bordeaux.fr - pierre.conort@psl.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

Le logiciel «dispositif médical» à l ANSM

Le logiciel «dispositif médical» à l ANSM Le logiciel «dispositif médical» à l Les logiciels dispositifs médicaux à l L est l autorité compétente en matière de DM et de DMDIV Les Logiciels de gestion des laboratoires de biologie médicale entrent

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

LA BIOLOGIE DELOCALISEE

LA BIOLOGIE DELOCALISEE LA BIOLOGIE DELOCALISEE ASPECTS REGLEMENTAIRES, ORGANISATIONNELS ET FINANCIERS Dominique Lasne, Necker Cadre règlementaire Analyse de biologie médicale Art L-6211-1 à L. 6222-5 et R 6211-1 à R. 6221-10

Plus en détail

Les Fournisseurs de DMDIV et la norme NF EN ISO 15189

Les Fournisseurs de DMDIV et la norme NF EN ISO 15189 Les Fournisseurs de DMDIV et la norme NF EN ISO 15189 SFRL 7, rue Mariotte 75017 Paris tél. : 01 40 70 00 12 fax : 01 40 69 66 99 e-mail : accueil@sfrl.fr Ce document a été rédigé par le GT Accréditation

Plus en détail

PARTIE 2 EXIGENCES QUALITE A RESPECTER PAR LE FABRICANT

PARTIE 2 EXIGENCES QUALITE A RESPECTER PAR LE FABRICANT REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 2 EXIGENCES QUALITE A RESPECTER PAR LE FABRICANT SOMMAIRE 2.1. Exigences concernant les produits 2.2. Exigences concernant le système de management de

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Garantir aux enfants une protection maximale. Commission européenne DG Entreprises et industrie

Garantir aux enfants une protection maximale. Commission européenne DG Entreprises et industrie SÉCURITÉ DES JOUETS Garantir aux enfants une protection maximale Commission européenne DG Entreprises et industrie Fotolia Orange Tuesday L Union européenne (UE) compte environ 80 millions d enfants de

Plus en détail

LE PROCESSUS QUALITE DANS UN LABORATOIRE DR TIDIANE SIBY BIO CR

LE PROCESSUS QUALITE DANS UN LABORATOIRE DR TIDIANE SIBY BIO CR LE PROCESSUS QUALITE DANS UN LABORATOIRE DR TIDIANE SIBY 1 LES SPECIFICITES DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE MEDICALE ISO 15189 ACCREDITATION CERTIFICATION ACCREDITATION AGREMENT RECONNAISSANCE DE LA CONFORMITE

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

les fournisseurs de dmdiv et la norme nf en iso 15189

les fournisseurs de dmdiv et la norme nf en iso 15189 les fournisseurs de dmdiv et la norme nf en iso 15189 V E R S I O N 2 0 1 2 POSITION PAPER édition septembre 2013 PRÉAMBULE Le contexte de la «norme NF EN ISO 15189 version 2012» De par l ordonnance du

Plus en détail

Réforme de la biologie : Impacts sur l informatique des laboratoires de biologie médicale

Réforme de la biologie : Impacts sur l informatique des laboratoires de biologie médicale Réforme de la biologie : Impacts sur l informatique des laboratoires de biologie médicale Alain Coeur, Consultant Alain Cœur Conseil PLAN Evolution de la structure des laboratoires de biologie médicale

Plus en détail

Logiciels, dispositifs médicaux et gestion des risques point de vue de l industriel

Logiciels, dispositifs médicaux et gestion des risques point de vue de l industriel Logiciels, dispositifs médicaux et gestion des risques point de vue de l industriel Pascale COUSIN 2 ème Rencontres internationales de la gouvernance des risques en santé 7 juin 2010 Présentation SNITEM

Plus en détail

Séminaire marquage CE

Séminaire marquage CE Séminaire marquage CE 17 mai 2011 Caroline Mischler Chef du bureau de la libre circulation des produits Sous-direction de la qualité, de la normalisation, de la métrologie et de la propriété industrielle

Plus en détail

La réglementation des dispositifs médicaux au Royaume-Uni

La réglementation des dispositifs médicaux au Royaume-Uni La réglementation des dispositifs médicaux au Royaume-Uni 1. Quelles sont les principales exigences applicables à la mise sur le marché des dispositifs médicaux et comment sont-ils réglementés? Y a-t-il

Plus en détail

A apposer sur tout produit mis sur le marché européen. A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive

A apposer sur tout produit mis sur le marché européen. A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive Le marquage proprement dit A apposer sur tout produit mis sur le marché européen A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive N est pas une marque de qualité Obligatoire!

Plus en détail

Les organismes notifiés et les dispositifs médicaux : du constat aux perspectives

Les organismes notifiés et les dispositifs médicaux : du constat aux perspectives Les organismes notifiés et les dispositifs médicaux : du constat aux perspectives Fabien Roy 1 Dans l Union européenne, les dispositifs médicaux sont gouvernés par trois directives qui sont destinées à

Plus en détail

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs Norme européenne pour portes actionnées par source d énergie extérieure La norme européenne EN 16005 définit les exigences de sécurité en matière de conception

Plus en détail

Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Description des tâches, rôles et responsabilités. 1.1.102 Version F1.0

Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Description des tâches, rôles et responsabilités. 1.1.102 Version F1.0 Numéro de PNF: Remplace: Objet: Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Description des tâches, rôles et responsabilités 1.1.102 Version F1.0 Description des tâches, rôles et responsabilités Date

Plus en détail

Prêt et dépôt de dispositifs médicaux

Prêt et dépôt de dispositifs médicaux Prêt et dépôt de dispositifs médicaux En pratique, quelles situations? (1/3) Dispositifs médicaux Réutilisables Ancillaires Équipements Usage unique Implantable Prêt Dépôt Date - 2 En pratique, quelles

Plus en détail

MARQUAGE CE DES DISPOSITIFS MEDICAUX Mode d emploi

MARQUAGE CE DES DISPOSITIFS MEDICAUX Mode d emploi MARQUAGE CE DES DISPOSITIFS MEDICAUX Mode d emploi Edition 2005 Marquage CE des dispositifs médicaux- Mode d emploi LNE/G-MED 1/65 SOMMAIRE 1. Présentation du guide 2 La réglementation 2.1. Les directives

Plus en détail

POITIERS le 28 Mars 2013. Règlement Produit Construction Le rôle des différents acteurs. Pascal BAR

POITIERS le 28 Mars 2013. Règlement Produit Construction Le rôle des différents acteurs. Pascal BAR POITIERS le 28 Mars 2013 Règlement Produit Construction Le rôle des différents acteurs Pascal BAR 1 Obligations pour les fabricants 1. Détermination du «produit-type» Déclarer l usage attendu du produit

Plus en détail

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Labib BAKKALI KASSIMI Labib.bakkali-kassimi@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier?

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? DISPOSITIFS MEDICAUX Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? Guide pour le dossier déposé par les fabricants/distributeurs Adopté en séance de la CEPP* le 13 juillet 2005 *CEPP

Plus en détail

La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses. Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne

La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses. Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne Atout majeur : Votre expertise L évaluateur n évalue pas votre expertise Dossier de validation de méthode

Plus en détail

et ses différents jalons

et ses différents jalons La vérification v finale et ses différents jalons Auteur : F. LASCROUX / AQUAP Journée technique AFIAP du 10 octobre 2006 Vérification réglementaire finale après fabrication et intervention sur équipements

Plus en détail

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie.

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Qu est ce que le sang de cordon? Le sang de cordon (ou sang placentaire)

Plus en détail

Pharmacien Responsable. Rôle et Attributions. Seul le Code de la Santé Publique s applique

Pharmacien Responsable. Rôle et Attributions. Seul le Code de la Santé Publique s applique Pharmacien Responsable Rôle et Attributions Version approuvée ( médicaments à usage humain ) en novembre 2010 Seul le Code de la Santé Publique s applique Plus qu une personne qualifiée En France, le Pharmacien

Plus en détail

RAPPORT D'ESSAIS N FH 13 00 04

RAPPORT D'ESSAIS N FH 13 00 04 Pôle européen de sécurité CNPP-Vernon DPMES - Laboratoire Electronique Incendie Route de la Chapelle Réanville CD 64 CS 22265 F 27950 SAINT MARCEL Téléphone 33 (0)2325364 49 Télécopie 33 (0)232536496 RAPPORT

Plus en détail

DISPOSITIFS MÉDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO : RÉACTIFS ET SYSTÈMES

DISPOSITIFS MÉDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO : RÉACTIFS ET SYSTÈMES LA DÉMARCHE QUALITÉ DISPOSITIFS MÉDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO : RÉACTIFS ET SYSTÈMES Ils sont conformes à la directive européenne 98/79/CE et marqués CE. La conformité à cette directive est évaluée par

Plus en détail

ANNEXE 14 substantielles pour l ANSM

ANNEXE 14 substantielles pour l ANSM ANNEXE 14 Exemples de modifications substantielles et non substantielles pour l ANSM NB Cette fiche aborde les attentes de l ANSM et n a pas trait aux attentes des comités de protection des personnes ().

Plus en détail

Systèmes embarqués critiques et dispositifs médicaux

Systèmes embarqués critiques et dispositifs médicaux Systèmes embarqués critiques et dispositifs médicaux Jean-Claude GHISLAIN Directeur de l évaluation des dispositifs médicaux CISEC le 10 décembre 2008 Définition d un dispositif médical Art. 1 directive

Plus en détail

PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE

PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF 315 NF Petite Enfance PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE SOMMAIRE 2.1. Exigences concernant les produits 2.2. Exigences concernant le système de

Plus en détail

DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP

DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP Préambule important aux industriels: ne pas déposer de dossier directement auprès

Plus en détail

SPECIFICATION TECHNIQUE

SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE S - 10 PANNEAUX POUR LIGNES CONVENTIONNELLES EDITION : 2003 Index 1. INTRODUCTION...3 1.1. OBJET...3 1.2. DOMAINE D APPLICATION...3 1.3.

Plus en détail

L élaboration des prospectus sukuk et les modalités pratiques d obtention d un visa en vue de l admission sur un marché réglementé

L élaboration des prospectus sukuk et les modalités pratiques d obtention d un visa en vue de l admission sur un marché réglementé L élaboration des prospectus sukuk et les modalités pratiques d obtention d un visa en vue de l admission sur un marché réglementé Octobre 2010 Les S informer clés pour comprendre sur 10 0,5 % 32,5 * 32,5

Plus en détail

Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Impact du règlement produits de construction CPR

Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Impact du règlement produits de construction CPR 9 & 10 novembre 2012 Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Impact du règlement produits de construction CPR Catherine Grimonpont SPF Economie Contenu De la directive (CPD) au règlement (CPR) Le

Plus en détail

NOTES DE DOCTRINE. Manuel* réf. : PAGE PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02

NOTES DE DOCTRINE. Manuel* réf. : PAGE PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02 Manuel* réf. : PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02 RDT-ISC-0002-2014-Rév 0 3 NOTES DE DOCTRINE *Manuel = Manuel Qualité - PI = Procédure Interne - PE = Procédure Externe RÉDACTION VÉRIFICATION APPROBATION

Plus en détail

ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence

ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence Paris, le 10-03-2010 Le Plan Qualité et le montage de projet Corinne JUFFROY Ecole Conduite de Projet - Paris - 10 mars 2010

Plus en détail

La Personne Qualifiée Européenne (EU QP), variabilité de ses responsabilités et de l application de la " QP Discretion " en Europe

La Personne Qualifiée Européenne (EU QP), variabilité de ses responsabilités et de l application de la  QP Discretion  en Europe La Personne Qualifiée Européenne (EU QP), variabilité de ses responsabilités et de l application de la " QP Discretion " en Europe Celine Massotte PharmD, MSc. Senior Quality Director, Global Quality Assurance

Plus en détail

Agrément technique national

Agrément technique national DEUTSCHES INSTITUT FÜR BAUTECHNIK (INSTITUT ALLEMAND DU GENIE CIVIL) Etablissement de droit public 10829 Berlin, le 1 er Février 2008 Kolonnenstraße 30 L Téléphone : 030 78730-261 Fax : 030 78730-320 Référence

Plus en détail

BDIRECTIVE 98/79/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 27 octobre 1998 relative aux dispositifs médicaux de diagnostic in vitro

BDIRECTIVE 98/79/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 27 octobre 1998 relative aux dispositifs médicaux de diagnostic in vitro 1998L0079 FR 20.11.2003 001.001 1 Ce document constitue un outil de documentation et n'engage pas la responsabilité des institutions BDIRECTIVE 98/79/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 27 octobre

Plus en détail

CHARTE QUALITÉ FOURNISSEURS

CHARTE QUALITÉ FOURNISSEURS 20/05/2005 CHARTE QUALITÉ FOURNISSEURS INSTRUCTIONS REF. ISP.10.IN.06 B Etabli par : Vérifié par : Approuvé par : Marie GREGOIRE Marie GREGOIRE Franck SAUVAGEOT Marie GREGOIRE En Rédaction Marie GREGOIRE

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Diplôme d Etat. Technicien de laboratoire médical Référentiel de compétences

Diplôme d Etat. Technicien de laboratoire médical Référentiel de compétences Diplôme d Etat Technicien de laboratoire médical Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier de technicien de laboratoire médical ne se substituent pas au cadre

Plus en détail

GOUVERNANCE DES DONNEES PERSONNELLES ET ANALYSE D IMPACT OCTOBRE 2014

GOUVERNANCE DES DONNEES PERSONNELLES ET ANALYSE D IMPACT OCTOBRE 2014 28 GOUVERNANCE DES DONNEES PERSONNELLES ET ANALYSE D IMPACT OCTOBRE 2014 116 Le tableau ci-dessous reprend les définitions issues de la proposition initiale de règlement général sur la protection des données,

Plus en détail

REACTO-VIGILANCE. gestion des lots, fiches réactifs et enregistrements. Zaïna AIT ARKOUB et Nadia CATAHIER

REACTO-VIGILANCE. gestion des lots, fiches réactifs et enregistrements. Zaïna AIT ARKOUB et Nadia CATAHIER REACTO-VIGILANCE gestion des lots, fiches réactifs et enregistrements Zaïna AIT ARKOUB et Nadia CATAHIER PLAN 1-Qu est-ce que la réacto-vigilance? Enquête Définitions Missions 2-Normes ISO NF 15189 : Historique

Plus en détail

FEDERATION EUROPEENNE DE LA MANUTENTION Product Group. MEWPs. Mini Guide pour permettre l identification de non-conformité des plateformes élévatrices

FEDERATION EUROPEENNE DE LA MANUTENTION Product Group. MEWPs. Mini Guide pour permettre l identification de non-conformité des plateformes élévatrices FEDERATION EUROPEENNE DE LA MANUTENTION Product Group MEWPs FEM Mini Guide pour permettre l identification de non-conformité des plateformes élévatrices mobiles de personnel (PEMP) 09.2013 (F) I n d e

Plus en détail

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE Actualisation Mai 2012 Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER Ce dossier a pour objectif d informer les professionnels de santé prescripteurs sur la sécurité sanitaire associée aux prothèses fabriquées par

Plus en détail

Rôle et évolution des Organismes Notifiés dans le cadre de la révision de la règlementation européenne

Rôle et évolution des Organismes Notifiés dans le cadre de la révision de la règlementation européenne Rôle et évoltion des Organismes Notifiés dans le cadre de la révision de la règlementation eropéenne Catherine HOLZMANN Responsable Département Dispositifs Médicax de Diagnostic in Vitro Pôle Certification

Plus en détail

Contraintes issues de l application de la DESP ou de l ESPN

Contraintes issues de l application de la DESP ou de l ESPN Contraintes issues de l application de la DESP ou de l ESPN Journée technique AFIAP 14 mai 2013 Sébastien GRILLON Introduction Point de vue d un fabricant sur : Les contraintes liées à l application des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2014-32 du 14 janvier 2014 relatif aux diagnostics anténataux NOR : AFSP1323594D Publics concernés

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU OU METTANT EN COMMUN DES MOYENS GEN PROC 10 Révision 03 CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU

Plus en détail

FORMATION DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS

FORMATION DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS FORMATION DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS Objectif global: Obtenir les fondamentaux du métier de diagnostiqueur immobilier. Vous apprendrez la réglementation liée à chaque diagnostic. En fin de cursus, vous

Plus en détail

Voyager avec des chiens, des chats ou des furets à l intérieur de la Communauté européenne. Règles applicables à partir du 1 octobre 2004

Voyager avec des chiens, des chats ou des furets à l intérieur de la Communauté européenne. Règles applicables à partir du 1 octobre 2004 Voyager avec des chiens, des chats ou des furets à l intérieur de la Communauté européenne Règles applicables à partir du 1 octobre 2004 Les règles qui s appliquent pour les mouvements de chiens, de chats

Plus en détail

Sommaire des documents de la base documentaire 15189 v2012 01/11/2013

Sommaire des documents de la base documentaire 15189 v2012 01/11/2013 La base documentaire a été complètement révisée pour être en conformité avec cette version 2012 de l ISO 15189. La cartographie des différents processus du LBM a également été modifiée (suppression du

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

Exigences internationales harmonisées pour la certification d un lot

Exigences internationales harmonisées pour la certification d un lot 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 Exigences internationales harmonisées pour la certification d un

Plus en détail

TUTORAT UE 6 2013-2014 Droit CORRECTION Séance n 2 Semaine du 17/02/2014

TUTORAT UE 6 2013-2014 Droit CORRECTION Séance n 2 Semaine du 17/02/2014 TUTORAT UE 6 2013-2014 Droit CORRECTION Séance n 2 Semaine du 17/02/2014 Droit Le Gal - Fontès QCM n 1 : F A. Faux, la définition du monopole n est pas harmonisée au niveau européen, elle est propre à

Plus en détail

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire 1. Définitions Chercheur principal le candidat principal d une demande de subvention ou de bourse qui a été approuvée

Plus en détail

«L assurance qualité, une obligation sanitaire» Institut National du Cancer 10 mai 2012

«L assurance qualité, une obligation sanitaire» Institut National du Cancer 10 mai 2012 «L assurance qualité, une obligation sanitaire» Frédérique Nowak Frédérique Nowak Institut National du Cancer 10 mai 2012 Tests compagnons pour les thérapies ciblées Translocation BCR-ABL : Leucémie Myéloïde

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Les autotests de dépistage de l infection par le VIH QUESTIONS / RÉPONSES A SAVOIR L autotest ne remplace pas les autres modalités de dépistage du VIH, il les complète. Personne ne doit être contraint

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Maîtriser le Marquage CE

Maîtriser le Marquage CE Maîtriser le Marquage CE Appareils électriques et électroniques GERAC 2013 2 GERAC valide, qualifie & certifie Essais CEM normatifs & d Investigation Normes Militaires / Aéronautiques / Spatiales / Civiles

Plus en détail

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU IX E JOURNÉES PROFESSIONNELLES DE L AFTLM PARIS Informations pré requises Type de flexibilité Méthodes «fournisseurs» (portée flexible standard A), dites

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE 2.8.2013 Journal officiel de l Union européenne C 223/1 (Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Lignes directrices

Plus en détail

Les signes de qualité des produits alimentaires

Les signes de qualité des produits alimentaires Technologie Professionnelle Cuisine Les signes de qualité des produits alimentaires BAC PROFESSIONNEL Restauration 1BAC HO Présentation généraleg 1] Les aspects réglementaires 2] Qu est-ce que la qualité?

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE.

STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE. STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE. I) Définition du médicament. «On entend par médicament toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou

Plus en détail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Destiné aux entreprises réalisant des travaux susceptibles d'être en présence d'amiante

Plus en détail

RGD du 20 juin 1996 (Mém. n 42 du 28 juin 1996, p.1296)

RGD du 20 juin 1996 (Mém. n 42 du 28 juin 1996, p.1296) Règlement grand-ducal du 20 juin 1996 relatif aux médicaments homéopathiques. - base juridique: L du 18 décembre 1985 (Mém. A - 83 du 27 décembre 1985, p. 1835) L du 11 avril 1983 (Mém. A - 27 du 25 avril

Plus en détail

Accréditation des laboratoires COFRAC ISO15189. Alain Cœur Conseil - alain.coeur@wanadoo.fr - 06.85.75.12.64

Accréditation des laboratoires COFRAC ISO15189. Alain Cœur Conseil - alain.coeur@wanadoo.fr - 06.85.75.12.64 Accréditation des laboratoires COFRAC ISO15189 SOMMAIRE Biologie et qualité : rapide historique Accréditation COFRAC Norme ISO 15189 Ecarts entre l ISO 15 189 et le GBEA Présentation d une méthodologie

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

La Certification d entreprises en Soudage EN ISO 3834, EN 1090, EN 15085

La Certification d entreprises en Soudage EN ISO 3834, EN 1090, EN 15085 La Certification d entreprises en Soudage EN ISO 3834, EN 1090, EN 15085 CLIQUEZ POUR AJOUTER LE TITRE DE LA PAGE 1 INTRODUCTION La norme EN ISO 3834 spécifié les exigences de qualité appropriées aux procédés

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Sur rapport du Ministre des Infrastructures Economiques ;

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Sur rapport du Ministre des Infrastructures Economiques ; DECRET N 98-261 DU 03 JUIN 1998 Relatif à l homologation des équipements Terminaux de télécommunication, à leurs Conditions de raccordement et à l agrément des installateurs. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Plus en détail

Bienvenue au Forum des entreprises certifiées TÜV Cert au Maroc

Bienvenue au Forum des entreprises certifiées TÜV Cert au Maroc Bienvenue au Forum des entreprises certifiées TÜV Cert au Maroc La version 2008 de la norme ISO/DIS 9001 (Draft International Standard) Plan Plan d élaboration de l ISO9001:2008 Objectifs Présentation

Plus en détail

Fréquence de prescription des examens de biologie médicale

Fréquence de prescription des examens de biologie médicale examens de biologie médicale SOMMAIRE 1. OBJET 1 2. FREQUENCE DE PRESCRIPTION DES EXAMENS 2 3. REFERENCES 5 Toute impression de ce document sans l'en-tête contenant sa référence et sa version en haut de

Plus en détail

Gestion de la qualité,, BPL et BPF. Lncpp/cecomed 2010

Gestion de la qualité,, BPL et BPF. Lncpp/cecomed 2010 Gestion de la qualité,, BPL et BPF Lncpp/cecomed 2010 GESTION DE LA QUALITE La gestion de la qualité est un large concept qui couvre tout ce qui peut, individuellement ou collectivement, influencer la

Plus en détail

Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II

Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II Partie A Demandeur A1 Type de demande Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II La partie A doit être remplie pour tous les types de demande de permis. Nouveau

Plus en détail

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Designation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.29/2010/143 Distr. générale 4 août 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Forum mondial

Plus en détail

Convention du 4 janvier 1960 instituant l Association européenne de Libre-Echange (AELE)

Convention du 4 janvier 1960 instituant l Association européenne de Libre-Echange (AELE) Convention du 4 janvier 1960 instituant l Association européenne de Libre-Echange (AELE) Décision n o 2/2009 du Conseil au sujet de la modification de l art. 53 et de l annexe I de la Convention AELE relatifs

Plus en détail

CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION

CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION PRINCIPE Une bonne

Plus en détail