ÉVALUATION DES PROJETS D INVESTISSEMENT À L ÉTRANGER. I. Rappel sur la décision d'investissement dans une entreprise

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉVALUATION DES PROJETS D INVESTISSEMENT À L ÉTRANGER. I. Rappel sur la décision d'investissement dans une entreprise"

Transcription

1 ÉVALUATION DES PROJETS D INVESTISSEMENT À L ÉTRANGER I. Rappel sur la décision d'invesissemen dans une enreprise II. Difficulés dans l'analyse de l'invesissemen éranger II.1 Flux monéaires pour la compagnie mère e le proje II.2 Considéraions fiscales II.3 Prise en compe du risque dans le calcul de la renabilié d un proje d invesissemen à l éranger Illusraion : exemple de la compagnie Cemex. 1

2 ÉVALUATION DES PROJETS D INVESTISSEMENT À L ÉTRANGER Le choix des invesissemens érangers pour une EMN revê des difficulés qu'on renconre raremen dans une enreprise puremen naionale. Il exise en effe un nombre de problèmes supplémenaires : - Différences enre les flux monéaires du proje d'invesissemen e ceux revenan à la maison-mère - Législaions fiscales érangères - Le risque poliique : l'expropriaion, le blocage des fonds,... - L'inflaion e les changemens de aux de change. - Le financemen spécifique au proje. - Des différences enre les risques d'opéraion des projes naionaux e érangers. I. Rappel sur la décision d'invesissemen La Valeur Acualisée Nee (VAN) : valeur des flux monéaires acualisés à l'aide d'un aux d'acualisaion approprié (le coû du capial) moins le coû de l'invesissemen (acualisé). (Supposons : un seul invesissemen iniial) VAN X n 1 (1 + ) I où X flux monéaire ne pour la période ; I 0 : l'invesissemen iniial ; : aux d'acualisaion approprié. 0 Si la VAN du proje es posiive, acceper le proje ; auremen le rejeer. Si deux projes son muuellemen exclusifs on adope le proje avec la VAN la plus élevée. Dans un conexe inernaional comme dans un conexe naional, c'es l'augmenaion de flux monéaires qui es perinene (exemple : quel es l'accroissemen de flux monéaires associés avec l'acha d'une usine?). C'es pariculièremen imporan dans un conexe inernaional : la consrucion d'une unié de fabricaion à l'éranger peu s'avérer un subsiu aux exporaions exisanes. Il fau en enir compe. 2

3 II. Difficulés dans l'analyse de l'invesissemen éranger Deux difficulés addiionnelles à celles reliées à l'ineracion enre les décisions d'invesissemen e de financemen : 1) Doi-on mesurer les flux monéaires du poin de vue du proje ou de la sociéé-mère? 2) Doi-on refléer les risques poliiques e économiques de naure érangère dans les flux monéaires ou dans le aux d'acualisaion? II.1 Flux monéaires pour la sociéé-mère e le proje Une grande différence es possible enre les flux monéaires du proje e les fonds remis à la sociéé mère :.en raison des conrôles des changes e de règlemens;.. des dépenses liées au proje, des honoraires de gesion e des royaués, son des revenus pour la sociéé mère;. le revenu supplémenaire qui revien à la sociéé-mère peu différer des revenus oaux du proje si, par exemple, le proje condui à une subsiuion de la producion locale aux exporaions de la sociéé-mère. La VAN des flux monéaires fuurs qui reviennen à l'invesisseur déermine la valeur d'un proje. Les risques érangers d un proje son facilemen idenifiables :. Le risque poliique : conflis avec le pays-hôe qui peuven se raduire par des conraines imposées par le gouvernemen sur les opéraions de l enreprise à l inérieur des fronières du pays.. Le risque de gouvernance : l habilié d exercer un conrôle effecif sur la filiale érangère (dans l environnemen légal du pays).. Le risque de ransfer : l habilié de déplacer les capiaux libremen e efficacemen à l inérieur e à l exérieur du pays-hôe.. Le risque de change éranger : la valeur des flux monéaires locaux générés e remis à la sociéé-mère dans la devise de la sociéé-mère. Analyse en rois éapes : 1) Le calcul des flux monéaires du poin de vue de la filiale érangère; 2) Calcul des flux monéaires rapariés à la sociéé-mère (monan, momen e forme du ransfer au siège social); 3) L'EMN doi enir compe des bénéfices e des coûs indirecs que ce invesissemen confère au rese de l'emn (subsiuion de la producion locale aux exporaions). 3

4 II.1 Considéraions fiscales Ces considéraions compliquen les calculs : axes de reenue à la source, aux d'imposiion érangers e naional qui diffèren, crédi pour impôs payés à l'éranger. Une sraégie (suggesion de Shapiro): hypohèses conservarices approche plus simple : 1) La somme maximale de fonds disponible au rapariemen es en fai rapariée; 2) Le aux d'imposiion qu'on applique à ces flux monéaires : le plus élevé du aux du pays éranger ou du pays de la sociéé-mère. Exemple : une filiale érangère reme à sa sociéé-mère canadienne $ de revenus après impô sous forme de dividende. Taux d'imposiion à l'éranger e au Canada : 40% e 45%, respecivemen. Taxe de reenue à la source sur les dividendes à l'éranger : 5%. Impôs sur les dividendes : $ x 0, $ Revenu éranger avan impô : Y Y (1-0,40) $ Y $ Impôs payés à l'éranger : ( $ x 0,40) $ $ $ de crédis pour impôs payés à l'éranger. Impôs à payer au Canada : $ x 0, $ Impôs addiionnels au Canada : $ Taux marginal d'imposiion sur les profis remis à la compagnie-mère : ,33%

5 II.3 Prise en compe du risque dans le calcul de la renabilié d un proje d invesissemen à l éranger: Différenes approches : Réducion du délai de récupéraion (DR) (nombre d années pour récupérer l invesissemen iniial). DR Invesissemen iniial / Flux monéaires annuels. Ajusemen des flux monéaires anicipés (VAN afm ) : VAN afm a X n 1 (1 + ) I 0 avec α compris enre 0 e 1. Ajusemen du aux d'acualisaion : coû du capial + une prime. VAN aa. VAN aa X n 1 (1 + AR ) I 0 avec AR le coû du capial ajusé pour le risque. 5

6 Le coû moyen pondéré du capial E + k V ( 1 e d ) D V coû moyen pondéré du capial (après impô) k e coû du capial acions k d coû d endeemen avan impô aux marginal d imposiion E valeur marchande du capial-acions D valeur marchande de la dee V valeur marchande oale de l enreprise (E + D) Coû du capial-acions 1) Approche radiionnelle: Modèle de capialisaion des dividendes (Gordon) D1 k e + g P 0 D 1 dividendes anicipés pendan la première année P 0 prix acuel (emps 0) de l acion g aux de croissance annuelle des dividendes 2) Approche du CAPM e R + β ( f R m R f ) R f aux de rendemen sur l acif sans risque R m aux de rendemen sur le porefeuille du marché β risque sysémaique de l enreprise Coû de l endeemen * d d (1 ) * d coû de l endeemen après impô d coû de l endeemen avan impô aux marginal d imposiion 6

7 Exemple de la compagnie mexicaine Cemex qui fai un invesissemen en nésie: La devise d opéraion de CEMEX : le $US e le coû du capial es calculé en $US. Différenes hypohèses : Srucure financière : 60% de capial acions e 40% de dee. Coû d endeemen de Cemex : 8,00%. Taux d imposiion : 35%. β de Cemex 1,5. Taux sans risque : 6,00%, Taux de rendemen espéré sur le marché américain des acions : 13,00%. e R f f + β ( R m R ) 6,00 % + 1,5 (13,00 % 6.00 %) 16,50 % Coû moyen pondéré du capial de CEMEX : e + k V E d ( 1 ) (16,50%)(0,60) + (8,00%)(1 0,35)(0,40) 11,98% V D Ajusemen du coû d endeemen (rendemens exigés) : Référence au coû d emprun en $US du gouvernemen indonésien: Taux d inérê sur l acif sans risque aux Eas-Unis plus la prime que paie le gouvernemen (Spread) US sr sr + Spread 6,00% + 4,00% 10,00% Si le risque de ce proje es le même que celui des aures invesissemens par Cemex on ajoue la prime de risque que l enreprise paie au dessus du aux d inérê sans risque américain :2,00% («credi spread» crespread). d sr + Crespread 10,00%+2,00%12,00% 7

8 Ajusemen des coûs du capial-acions : Le bea éranger du proje essaie de mesurer le risque associé à l invesissemen dans une cimenerie (l élémen proje) en nésie (l élémen éranger). Caracérisiques des beas : ils son muliplicaifs. bea éranger du proje produi du bea de Cemex par le bea de l nésie/eas-unis. cov(, EU ) β Var ( EU ) ρ,eu (σ σ EU ) (0,26) (30,55 10,08) 0,7880 éranger β Cemex β Cemex. β 1,5 (0,7880) 1,182 La prime de risque du marché (PRM) R m R f 13,00 % - 6,00 % 7,00%. Le coû du capial-acions ajusé pour le risque : e éranger sr Cemes + ( PRM ) β 10,0 % + (7,0 %) 1,182 18,274 % Le coû moyen pondéré du capial ajusé pour le risque : CMPC ( 18,274%)(0,60) + (12,00%)(1 0,35)(0,40) 14,084% 8

La remise en cause de l hypothèse de séparabilité des décisions d investissement et de financement

La remise en cause de l hypothèse de séparabilité des décisions d investissement et de financement La remise en cause de l hypohèse de séparabilié des décisions d invesissemen e de financemen Quel que soi le crière d invesissemen reenu, la renabilié d un proje d invesissemen doi êre aujourd hui appréciée

Plus en détail

Evolution de la valeur de l'entreprise

Evolution de la valeur de l'entreprise Correcion de l exercice 4 du cours Managemen Bancaire : «Eude du modèle de Meron» I) Valeur de l enreprise Quesion : dans quel cas (pariculier) es il possible d observer la valeur de l enreprise? Si l

Plus en détail

ECGE1314 : FINANCE. SEANCE 1 : La valeur de l argent dans le temps et l actualisation des cash-flows

ECGE1314 : FINANCE. SEANCE 1 : La valeur de l argent dans le temps et l actualisation des cash-flows Universié Caholique de Louvain IAG Louvain School of Managemen Professeur N. Akas Assisane : S. Princen ECGE1314 : FINANCE SEANCE 1 : La valeur de l argen dans le emps e l acualisaion des cash-flows Exercice

Plus en détail

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches DCG 6 Finance d enreprise L esseniel en fiches DCG DSCG Collecion «Express Experise compable» J.-F. Bocquillon, M. Mariage, Inroducion au droi DCG 1 L. Siné, Droi des sociéés DCG 2 V. Roy, Droi social

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

DECISION N RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE LA SENELEC SUR LA PERIODE

DECISION N RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE LA SENELEC SUR LA PERIODE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 25-2 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE LA SENELEC SUR LA PERIODE 25-29 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

Les principaux comportements macro-économiques

Les principaux comportements macro-économiques Les principaux comporemens macro-économiques Universié de Rennes Faculé de Droi e de Science Poliique Anenne de Sain-Brieuc Consommaion e épargne L analyse keynésienne e ses développemens DEUX CONCEPTS

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

2 HEURES AUCUN DOCUMENT, AUCUNE CALCULATRICE AVERTISSEMENT

2 HEURES AUCUN DOCUMENT, AUCUNE CALCULATRICE AVERTISSEMENT UNIVERSITE D AUVERGNE CLERMONT I FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION PREMIERE SESSION D EXAMENS, AVRIL 2009 LICENCE EG 1ERE ANNEE Semesre 2 : Grandes foncions e équilibre macroéconomiques 2

Plus en détail

HSBC ETFs PLC ADDENDUM DE COTATION AU PROSPECTUS [ ] 2010

HSBC ETFs PLC ADDENDUM DE COTATION AU PROSPECTUS [ ] 2010 HSBC ETFs PLC ADDENDUM DE COTATION AU PROSPECTUS [ ] 2010 Ce addendum doi êre lu conjoinemen au prospecus d HSBC ETFs PLC (ci-après dénommée «la Sociéé») daé du 10 février 2010 («le Prospecus»), à son

Plus en détail

Macroéconomie. La croissance économique

Macroéconomie. La croissance économique Macroéconomie La croissance économique Plan du chapire La croissance économique en chiffres Le modèle de Solow : modèle de croissance exogène rôle de l accumulaion du capial, de l épargne e du progrès

Plus en détail

Conjoncture française

Conjoncture française Conjoncure française La fore hausse des imporaions manufacurières depuis 2014 reflèe la composiion de la demande, sauf dans les maériels de ranspor Depuis 2014, les imporaions françaises son dynamiques,

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Croissance endogène et vieillissement démographique : le cas d une petite économie ouverte *

Croissance endogène et vieillissement démographique : le cas d une petite économie ouverte * Croissance endogène e vieillissemen démographique : le cas d une peie économie ouvere * Maxime Fougère, Minisère des Finances - Canada e Marcel Méree, Universié d Oawa 2000-03 * Ce aricle a éé compléé

Plus en détail

Modélisation et optimisation de la maintenance préventive et corrective d un matériel soumis à usure

Modélisation et optimisation de la maintenance préventive et corrective d un matériel soumis à usure TP SdF N 25 Modélisaion e opimisaion de la mainenance prévenive e correcive d un maériel soumis à usure Ce TP complèe le TP N 22 sur la modélisaion e l opimisaion de la mainenance d un maériel réparable

Plus en détail

Actualisation d Actifs en Présence de Risque : Le Capital Asset Pricing Model

Actualisation d Actifs en Présence de Risque : Le Capital Asset Pricing Model Acualisaion d Acifs en Présence de Risque : Le Capial Asse Pricing Model Eienne Caissy Aoû 007 Universié de Monréal Rappor de recherche pour la maîrise en sciences économiques Sommaire En paran du fai

Plus en détail

Thème 3: Les instruments financiers

Thème 3: Les instruments financiers Thème 3: Les insrumens financiers Inroducion Evaluaion e compabilisaion des acions Evaluaion e compabilisaion des obligaions Cas pariculiers de la gesion des ires - acions propres Thème 3: Les insrumens

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Le ratio d équilibre du système de retraite suédois. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le ratio d équilibre du système de retraite suédois. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 18 mars 2009 9 h 30 «Le piloage des régimes de reraie selon les différens modes d acquisiion des drois à reraie e les exemples à l éranger» Documen

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

Correction de l exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation»

Correction de l exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation» Correcion de l exercice du cours Managemen Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligaion» Quesion : calculer numériquemen la duraion e la convexié de l obligaion de coure maurié e de l obligaion de longue

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES II

MATHEMATIQUES FINANCIERES II Formaion Ouvere e A Disance LIVRET 52 BIS : MATHEMATIQUES FINANCIERES II LES ANNUITES Page 1 INTRODUCTION : FOAD mahémaiques financières II Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000

Plus en détail

Irina Yakadina. Institut pour le développement des capacités Fonds monétaire international

Irina Yakadina. Institut pour le développement des capacités Fonds monétaire international PRINCIPES DE VIABILITÉ DE LA DETTE Irina Yakadina Insiu pour le développemen des capaciés Fonds monéaire inernaional Ce maériel de formaion es la propriéé du Fonds monéaire inernaional (FMI) e son usage

Plus en détail

Chapitre 5 Méthodes actuarielles de financement des régimes de retraite

Chapitre 5 Méthodes actuarielles de financement des régimes de retraite Chapire 5 Méhodes acuarielles de financemen des régimes de reraie 5.1 Inroducion Un emploeur qui me sur pied un régime de renes pour ses emploés s engage à leur verser ceraines sommes d argen dans le fuur.

Plus en détail

Fonds monétaire international Mai 2006 Rapport du FMI No. 06/208

Fonds monétaire international Mai 2006 Rapport du FMI No. 06/208 Fonds monéaire inernaional Mai 2006 Rappor du FMI No. 06/208 April 13, 2004 January 29, 2001 January 29, 2001 February 24, 2004 January 29, 2001 Tunisie : Noes Techniques Le documen iniulé Tunisie : Noes

Plus en détail

Modèles stochastiques. Chaînes de Markov discrètes

Modèles stochastiques. Chaînes de Markov discrètes odèles sochasiques Chaînes de arkov discrèes 1. Processus sochasique discre { } Suie de variables aléaoires X, T T es un ensemble d'eniers non-négaifs e X représene une mesure d'une caracérisique au emps

Plus en détail

Première E.S. Lycée Desfontaines Melle. Pourcentages

Première E.S. Lycée Desfontaines Melle. Pourcentages Première E.S. Lycée Desfonaines Melle I. Inroducion Pourcenages Définiion : On considère deux quaniés Q e Q de même naure, exprimées dans la même unié. Dire que Q es égale à % de Q revien à dire que Q

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

CHAPITRE 5. ESTIMATION DES TRANSFERTS DÛS AUX POLITIQUES : AUTRES TRANSFERTS

CHAPITRE 5. ESTIMATION DES TRANSFERTS DÛS AUX POLITIQUES : AUTRES TRANSFERTS CHAPITRE 5. ESTIMATION DES TRANSFERTS DÛS AUX POLITIQUES : AUTRES TRANSFERTS 211. Ce chapire complèe l examen des ransfers en mean l accen sur ceux qui découlen d aures mesures que celles qui exercen une

Plus en détail

Introduction au modèle IS-LM

Introduction au modèle IS-LM Inroducion au modèle IS-LM Tovonony Raza ndrabe EconomiX EconomiX, Universié Paris Oues Nanerre la Défense. 1 Table des maières 1 Inroducion 3 2 Modèle d équilibre général à prix exible en économie fermée

Plus en détail

Evaluations socio-économiques et financière des projets de transports collectifs : méthode de calcul, paramètres et conventions

Evaluations socio-économiques et financière des projets de transports collectifs : méthode de calcul, paramètres et conventions 1 Juille 2001 Evaluaions socio-économiques e financière des projes de ranspors collecifs : méhode de calcul, paramères e convenions Période de l éude La période de l éude débue à l année de mise en service.

Plus en détail

M1 Economie : "colle" d économie industrielle

M1 Economie : colle d économie industrielle M Economie : "colle" d économie indusrielle Armel JACQUES novembre 0 Les calcularices son auorisées ; en revanche les appareils permean de communiquer (éléphone porable ou aures) son inerdis. Concurrence

Plus en détail

Les SOFICA sont-elles un bon placement? (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Décembre 2005

Les SOFICA sont-elles un bon placement? (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Décembre 2005 Conservaoire Naional des Ars e Méiers Chaire de BANQUE Documen de recherche n 6 Les SOFICA son-elles un bon placemen? (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Décembre 2005 Averissemen La chaire de Banque

Plus en détail

Mathématiques Financières

Mathématiques Financières Mahémaiques Financières ------------------------------------------------------- 4 ème parie - Marchés financiers en emps coninu & modélisaion des acions Universié de Picardie Jules Verne Amiens Jean-Paul

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

FSA2240 : Gestion financière et comptable

FSA2240 : Gestion financière et comptable FSA2240 : Gesion financière e compable Remarque imporane : ce documen es une synhèse de noes de cours. Il ne consiue en rien un syllabus e doi êre compléé par la lecure des chapires du livre de Block e

Plus en détail

MEMORISATION UNITAIRE

MEMORISATION UNITAIRE Mémorisaion uniaire Page 1 MEMORISATION I/ GÉNÉRALITÉS I.1/ Définiions UNITAIRE Une foncion de mémorisaion uniaire es capable de mémoriser un seul éa logique à la fois (un seul bi). Les srucures associées

Plus en détail

Fonction «Génération de signaux non sinusoïdaux»

Fonction «Génération de signaux non sinusoïdaux» Foncion «Généraion de signaux non sinusoïdaux» Générer un signal élecrique consise à produire des variaions de ension don les caracérisiques de forme, d ampliude e de fréquence son connues. Les signaux

Plus en détail

UNE MAQUETTE DE PRÉVISION À COURT TERME POUR LA FRANCE

UNE MAQUETTE DE PRÉVISION À COURT TERME POUR LA FRANCE Direcion Générale du Trésor e de la Poliique Économique UNE MAQUETTE DE PRÉVISION À COURT TERME POUR LA FRANCE Vianney BOURQUARD, Nicolas CARNOT, Anoine DERUENNES, Séphanie PAMIES-SUMNER Documen de ravail

Plus en détail

Attestation de la personne responsable du rapport financier semestriel 3. Rapport du Conseil d Administration 4. A. Chiffres clés consolidés 5

Attestation de la personne responsable du rapport financier semestriel 3. Rapport du Conseil d Administration 4. A. Chiffres clés consolidés 5 Rappor semesriel 2011 Sommaire Aesaion de la personne responsable du rappor financier semesriel 3 Rappor du Conseil d Adminisraion 4 A. Chiffres clés consolidés 5 B. Commenaires au 30 juin 2011 7 C. Organigramme

Plus en détail

Rapport financier semestriel 2012

Rapport financier semestriel 2012 Rappor financier semesriel 2012 SOMMAIRE Déclaraion de la personne responsable du rappor financier semesriel 3 Rappor du Conseil d Adminisraion 4 A. Chiffres clés consolidés 5 B. Commenaires au 30 juin

Plus en détail

Projet: «Mécanisme de Développement Propre et Politiques et Mesures Domestiques»

Projet: «Mécanisme de Développement Propre et Politiques et Mesures Domestiques» PROGRAMME DE RECHERCHE GICC «GESTION ET IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE» CONVENTION MEDIAS n 2/99 Proje: «Mécanisme de Développemen Propre e Poliiques e Mesures Domesiques» Version Synhéique du Rappor

Plus en détail

VALANT NOTE D INFORMATION. CONTRAT D ASSURANCE VIE N V.012-05 libellé en euros et/ou en unités de compte

VALANT NOTE D INFORMATION. CONTRAT D ASSURANCE VIE N V.012-05 libellé en euros et/ou en unités de compte VALANT NOTE D INFORMATION CONTRAT D ASSURANCE VIE N V.012-05 libellé en euros e/ou en uniés de compe Le conra PANTHEA es un conra d assurance vie individuel de ype mulisuppors. Le conra prévoi le paiemen

Plus en détail

Techniques modernes d évaluation des entreprises

Techniques modernes d évaluation des entreprises Séminaire «Techniques modernes d évaluaion des enreprises» - Lundi 2 mars 1998 - Page 2 sur 21 1. Inroducion Le simple examen de la réalié économique qui nous enoure monre bien que l enreprise es aujourd

Plus en détail

AVIS AUX PARTICIPANTS N 304/2017

AVIS AUX PARTICIPANTS N 304/2017 Tunis, le 04 Décembre 2017 AVIS AUX PARTICIPANTS N 304/2017 OBJET : Lancemen de la courbe des aux des Bons du Trésor de place. En conceraion avec les insiuions concernées (le Minisère des Finances, la

Plus en détail

L intérêt des hedge funds dans la gestion actif-passif

L intérêt des hedge funds dans la gestion actif-passif 1 inérê des hedge funds dans la gesion acif-passif Noël Amenc Professeur de finance Direceur de l EDHEC Risk and Asse Managemen Research Cenre noel.amenc@edhec-risk.com Recherche réalisée avec le souien

Plus en détail

En France, l investissement des entreprises repartira-t-il en 2014? Dossier de la Note de Conjoncture de décembre 2013

En France, l investissement des entreprises repartira-t-il en 2014? Dossier de la Note de Conjoncture de décembre 2013 En France, l invesissemen des enrerises rearira--il en 2014? Dossier de la Noe de Conjoncure de décembre 2013 Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklenard Adrien Zakharchouk Inroducion Bu de l

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité 1 Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur keynésien") revisié Gabriel Galand (Sepembre 2012) Résumé Le muliplicaeur keynésien remone à Keynes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins

Plus en détail

Chapitre 4- Cycles d origine exogène Dynamic Stochastic General Equilibrium. Université d Auvergne- L Christopher Grigoriou

Chapitre 4- Cycles d origine exogène Dynamic Stochastic General Equilibrium. Université d Auvergne- L Christopher Grigoriou Chapire 4- Cycles d origine exogène Dynamic Sochasic General Equilibrium Universié d Auvergne- L3 2008-2009 Chrisopher Grigoriou 4.1- Rappel hisorique Frisch (1933) e Slusky (1937): impulsion-propagaion

Plus en détail

Interrupteur crépusculaire digital AlphaLux³ D / 27

Interrupteur crépusculaire digital AlphaLux³ D / 27 Inerrupeur crépusculaire digial AlphaLux³ D2 426 26 / 27! Consignes de sécurié Ce produi doi de préférence êre insallé par un élecricien professionnel, faue de quoi vous vous exposez à un risque d incendie

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n Première STG Chapire 4 : aux d'évoluion. page n 1 On peu lire dans un journal : " Le prix de la able basse, qui es passé de 500 à 502, n'a praiquemen pas bougé. " e plus loin : " Hausse impressionnane

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

Chapitre 3. PRINCIPES DE LA MÉTHODE GÉNÉRALE COUTS- AVANTAGES

Chapitre 3. PRINCIPES DE LA MÉTHODE GÉNÉRALE COUTS- AVANTAGES 28 Chapire 3. PRINCIPES DE LA MÉTHODE GÉNÉRALE COUTS- AVANTAGES 1-DÉFINITION. La méhode coûs-avanages es une procédure d évaluaion économique monéaire (sauf excepion), conduisan à idenifier e quanifier

Plus en détail

Date : Communication technique. Démarrage rotorique

Date : Communication technique. Démarrage rotorique Dae : Communicaion echnique Page 103 Démarrage roorique 1. Problémaique (bis) La SPCC uilise des convoyeurs enre les différens poses inervenan dans le remplissage e le condiionnemen des flacons de parfums.

Plus en détail

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 CHAPITRE 23 LA CROISSACE ECOOMIQUE Ce chapire consiue une inroducion aux héories de la croissance économique. Après un bref exposé des fais sylisés de la croissance

Plus en détail

1. Typologie des fonds et population couverte

1. Typologie des fonds et population couverte Performance e Panorama financier des Organismes de Placemens Collecif France 1 mars 016 La Banque de France éabli pour les Organismes de Placemen Collecif (OPC ou fonds d invesissemen) 1 : des saisiques

Plus en détail

ECROUIR LE FLUAGE DES SOLS MOUS PAR REMBLAIS DE PRÉCHARGEMENT

ECROUIR LE FLUAGE DES SOLS MOUS PAR REMBLAIS DE PRÉCHARGEMENT Jubilé de François Schlosser, ENPC, 11 ocobre 216 ECROUIR LE FLUAGE DES SOLS MOUS PAR REMBLAIS DE PRÉCHARGEMENT par François Baguelin «Ecrouir» le fluage d un sol compressible par remblai de préchargemen

Plus en détail

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 CHAPITRE 23 LA CROISSACE ECOOMIQUE Ce chapire consiue une inroducion aux héories de la croissance économique. Après un bref exposé des fais sylisés de la croissance

Plus en détail

Courbe des taux des Bons du Trésor de place

Courbe des taux des Bons du Trésor de place Courbe des aux des Bons du Trésor de place Conexe : Les courbes des aux maérialisen la rémunéraion du marché (aux ou inérês) en foncion des mauriés résiduelles des ires de créances. Leurs uiliés es d auan

Plus en détail

Exercices : Série 1 Corrigés

Exercices : Série 1 Corrigés Exercices : Série 1 Corrigés 1 Durée nécessaire pour doubler le PIB par habian Déniions : y 0 : PIB par ravailleur au débu y T : PIB par ravailleur après T années g : aux de croissance [%] r : aux de croissance

Plus en détail

Banking de permis d émission dans l ET-ETS et valeur d option

Banking de permis d émission dans l ET-ETS et valeur d option Banking de permis d émission dans l E-E e valeur d opion G CO2 Benoî PELUCHON ur un marché de permis d émission le «banking» es la possibilié d uiliser des permis émis pour une période donné, mais non-uilisé,

Plus en détail

Travaux Dirigés. Macroéconomie I Année universitaire Licence Économie Gestion Licence Mathématiques Économie Licence 1 Semestre 2

Travaux Dirigés. Macroéconomie I Année universitaire Licence Économie Gestion Licence Mathématiques Économie Licence 1 Semestre 2 Faculé des Sciences Économiques e de Gesion Macroéconomie I Année universiaire 2010-2011 Licence Économie Gesion Licence Mahémaiques Économie Licence 1 Semesre 2 ravaux Dirigés onrôle coninu : Groupe B

Plus en détail

Développements de la macroéconomie contemporaine :

Développements de la macroéconomie contemporaine : Développemens de la macroéconomie conemporaine : Une enaive de survol Préparaion aux concours d'agrégaion du CAMES Sciences Economiques Marc-Alexandre Sénégas : senegas@u-bordeaux4.fr : beagle.u-bordeaux4.fr/senegas/

Plus en détail

Jean-Louis CAYATTE

Jean-Louis CAYATTE Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ jlcayae@free.fr Chapire 4 La durée du chômage Quand on parle de la durée du chômage, si l on n y prend pas garde, on confond facilemen la durée moyenne du chômage

Plus en détail

TD : IS LM. p Le modèle IS/LM. p L'interface proposée. p Faire évoluer la feuille. 4. Implémenter un modèle plus général.

TD : IS LM. p Le modèle IS/LM. p L'interface proposée. p Faire évoluer la feuille. 4. Implémenter un modèle plus général. TD : IS LM Dora Rémi 1. Le modèle IS/LM p 2 2. L'inerface proposée p 4 3. Faire évoluer la feuille p 5 4. Implémener un modèle plus général p 7 TD-Modèle IS/LM 1 1. Le modèle IS/LM La courbe IS Le modèle

Plus en détail

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index)

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index) Méhodologie de l Indice Ehical Europe Equiy (Ehical Europe Equiy Inde) Version 1.3 en dae du 19 Mars 2014 1 Sommaire Inroducion 1. Descripion de l Indice 1.1. Tickers e ISIN 1.2. Valeur iniiale 1.3. Disribuion

Plus en détail

Compétitivité de l économie luxembourgeoise

Compétitivité de l économie luxembourgeoise Compéiivié de l économie luxembourgeoise Compéiivié de l économie luxembourgeoise Rappor 2003 Arnaud BOURGAIN Olivier CARDI Parice PIERETTI Guy SCHULLER Service cenral de la saisique e des éudes économiques

Plus en détail

Commentaires autour de la note de France Stratégie. Dette, déficit et dépenses publiques : quelles orientations? Michel Aglietta

Commentaires autour de la note de France Stratégie. Dette, déficit et dépenses publiques : quelles orientations? Michel Aglietta Commenaires auour de la noe de France Sraégie Dee, défici e dépenses publiques : quelles orienaions? Michel Agliea Cepii e France Sraégie Cee noe de commenaires s appuie sur deux rappors collecifs sur

Plus en détail

LA SÉCURITÉ DES APPLICATIONS EN TECHNOLOGIE DE L INFORMATION. ISO/IEC Application security. Comment avoir confiance Sans payer trop!

LA SÉCURITÉ DES APPLICATIONS EN TECHNOLOGIE DE L INFORMATION. ISO/IEC Application security. Comment avoir confiance Sans payer trop! LA SÉCUITÉ DES APPLICATIONS EN TECHNOLOGIE DE L INFOMATION ISO/IEC 27034 Applicaion securiy Commen avoir confiance Sans payer rop! ASIQ Québec, Canada 12 ocobre 2016 Luc Poulin Ph.D, CISSP-ISSMP, CSSLP,

Plus en détail

deux valeurs pour v 2 : v 2 = ou v 2 = donc v 2moy =, B or il nous faut v 2moy =.

deux valeurs pour v 2 : v 2 = ou v 2 = donc v 2moy =, B or il nous faut v 2moy =. Chapire.3.3 Conversion coninu alernaif 1 ) Principe 1.1) Généraliés C es un converisseur saique, qui perme des échanges d énergie enre une enrée coninue e une sorie alernaive. Symbole: Si la source coninue

Plus en détail

LES EFFETS MACROÉCONOMIQUES DE TROIS MÉTHODES PURES POUR ÉQUILIBRER LE RÉGIME DE RETRAITE FRANÇAIS

LES EFFETS MACROÉCONOMIQUES DE TROIS MÉTHODES PURES POUR ÉQUILIBRER LE RÉGIME DE RETRAITE FRANÇAIS DIRECTIO DE LA PRÉVISIO ET DE L AALYSE ÉCOOMIQUE LES EFFETS MACROÉCOOMIQUES DE TROIS MÉTHODES PURES POUR ÉQUILIBRER LE RÉGIME DE RETRAITE FRAÇAIS Amandine BRU Documen de ravail Février 004 LES EFFETS MACROECOOMIQUES

Plus en détail

Démarrage statorique

Démarrage statorique Page 98 Communicaion echnique Démarrage saorique 1. Problémaique Les produis volails uilisés par la SPCC dans la fabricaion des parfums impliquen une aéraion fore afin d évacuer les vapeurs qui peuven

Plus en détail

Niveau optimal de l endettement et croissance économique dans la zone UEMOA 1.

Niveau optimal de l endettement et croissance économique dans la zone UEMOA 1. Niveau opimal de l endeemen e croissance économique dans la zone UEMOA 1. Résumé Ce ravail a permis d examiner l impac de l endeemen sur la croissance économique de l UEMOA. Nous avons uilisé les données

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE Dividend Discoun Model e bulles raionnelles Eric Jondeau Bachelor/Licence Pr. Eric Jondeau Finance Empirique 2/30 Moivaion

Plus en détail

ACCELERATEUR FINANCIER ET CRITERE DE SYMETRIE DES CHOCS : APPLICATION AU CAS DE L UME

ACCELERATEUR FINANCIER ET CRITERE DE SYMETRIE DES CHOCS : APPLICATION AU CAS DE L UME Universié de Paris I Panhéon-Sorbonne U.F.. de Sciences Economiques 02 ACCELEATEU FINANCIE ET CITEE DE SYMETIE DES CHOCS : APPLICATION AU CAS DE L UME Mémoire pour le diplôme de DEA Macroéconomie présené

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

Chapitre 4: Les modèles linéaires

Chapitre 4: Les modèles linéaires Chapire 4: Les modèles linéaires. Inroducion: Dans ce chapire on va voir successivemen les modèles linéaires saionnaires: auoregressifs (AR), de moyennes mobiles (MA) e mixes (ARMA) en pariculier. Finalemen,

Plus en détail

La Revue Gestion et Organisation 5 (2013) Contents lists available at ScienceDirect. ScienceDirect

La Revue Gestion et Organisation 5 (2013) Contents lists available at ScienceDirect. ScienceDirect La Revue Gesion e Organisaion 5 (2013) 176 182 Conens liss available a ScienceDirec ScienceDirec journal homepage: www.elsevier.com/locae/rgo Règle de Taylor dans le cadre du ciblage d inflaion : cas de

Plus en détail

TB 360 TB 360. Entrée 1. Entrée 2. Entrée 3. Entrée 4. Maintenance

TB 360 TB 360. Entrée 1. Entrée 2. Entrée 3. Entrée 4. Maintenance enrées/sories série TB logiciel d applicaion 4 enrées marche / arrê famille : Inpu ype : Binary inpu, 4-fold TB 360 Environnemen TB 360 Enrée 1 Enrée 2 sories 230 V Enrée 3 Enrée 4 Mainenance visualisaion

Plus en détail

No Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 1996 13 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-13 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7 1. La problémaique...9

Plus en détail

IFSTTAR Bvd Newton Cité Descartes, Champs sur Marne F Marne La Vallée Cedex 2

IFSTTAR Bvd Newton Cité Descartes, Champs sur Marne F Marne La Vallée Cedex 2 Le 24 février 2014 Commission de Normalisaion Jusificaion des Ouvrages Géoechniques Desinaaires : Membres de la CNJOG PRESIDENT Jean-Paul VOLCKE SECRETARIAT Sébasien Burlon 01 81 66 81 07 Sebasien.Burlon@ifsar.fr

Plus en détail

Crise financière, politique de déflation et ciblage des taux longs : (l exemple du Japon) Ibrahima SOUMARE

Crise financière, politique de déflation et ciblage des taux longs : (l exemple du Japon) Ibrahima SOUMARE Crise financière, poliique de déflaion e ciblage des aux longs : (l exemple du Japon) Ibrahima SOUMARE Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche en Economie)

Plus en détail

Chapitre 3. Modèles de trafic et Contrôle d admission. 1. Besoins des applications. Source continue. Source continue par intermittence (ex.

Chapitre 3. Modèles de trafic et Contrôle d admission. 1. Besoins des applications. Source continue. Source continue par intermittence (ex. Chapire 3 Modèles de rafic e Conrôle d admission 83 1. Besoins des applicaions Taille de paque Source coninue Taille de paque Source coninue par inermience (ex. la voix) Silence Silence Taille de paque

Plus en détail

«Système de retraite par répartition et chômage involontaire : éléments d évaluation de réformes mixtes»

«Système de retraite par répartition et chômage involontaire : éléments d évaluation de réformes mixtes» Aricle «Sysème de reraie par répariion e chômage involonaire : élémens d évaluaion de réformes mixes» Mouez Fodha e Paricia Le Maire L'Acualié économique, vol. 84, n, 2008, p. 7-99. Pour cier ce aricle,

Plus en détail

Solutionnaire Physique 1, Électricité et Magnétisme, Harris Benson LES CIRCUITS À COURANT CONTINU

Solutionnaire Physique 1, Électricité et Magnétisme, Harris Benson LES CIRCUITS À COURANT CONTINU Soluionnaire hysique, Élecricié e Magnéisme, Harris Benson Soluionnaire rédigé par Maxime Verreaul, professeur CHATE 7 LES CCUTS À COUANT CONTNU 7 FAUX. Le couran es le même en ou poin du circui. 7 Comme

Plus en détail

La nouvelle application de gestion budgétaire et comptable de l Etat

La nouvelle application de gestion budgétaire et comptable de l Etat La nouvelle applicaion de gesion budgéaire e compable de l Ea Un levier de modernisaion Amélioraion de la qualié compable des compes de l Ea Unicié, raçabilié e audiabilié des écriures compables Capacié

Plus en détail

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Série chronologique = Chronique, série temporelle Valeurs successivement prises par une variable statistique au cours du temps

Série chronologique = Chronique, série temporelle Valeurs successivement prises par une variable statistique au cours du temps Série chronologique = Chronique, série emporelle Valeurs successivemen prises par une variable saisique au cours du emps E Série saisique bidimensionnelle (, ) Objecifs de l analyse d une série chronologique

Plus en détail

Planification opérationnelle d une chaîne d approvisionnement forestière

Planification opérationnelle d une chaîne d approvisionnement forestière Planificaion opéraionnelle d une chaîne d approvisionnemen foresière Coordonnaeur: Jean Marc Frayre, ing. jr., Ph.D. Professeur adjoin (ÉPM) Indusriel: Sébasien Lacroix, ing. F., M.Sc. Éudians: Amira Dems

Plus en détail

LA MESURE DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ DANS LES TRANSPORTS : LE CAS DU TRANSPORT AÉRIEN

LA MESURE DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ DANS LES TRANSPORTS : LE CAS DU TRANSPORT AÉRIEN LA MESURE DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ DANS LES TRANSPORTS : LE CAS DU TRANSPORT AÉRIEN Bernard CHANE KUNE, Nanno MULDER 1 e Philippe POUDEVIGNE Le capial es un faceur de producion clef dans le domaine

Plus en détail

DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT. EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamentale. 22 Décembre 2005

DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT. EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamentale. 22 Décembre 2005 DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamenale Décembre 005 Brigie CHANOINE Chargée de cours Déparemen Finance ICHEC Brigie.chanoine@ichec.be Drois réservés Diplôme Spécial en

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Votre visite à Saint Martin Lalande

Votre visite à Saint Martin Lalande Vore visie à Sain Marin Lalande De l argile à vos uiles : L usine de Sain Marin Lalande a éé créée par la sociéé Guiraud Frères en 1970. Dédié alors à la producion de briques l usine éai équipée du four

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED COM.AG/W/ll/Add.7 JL ocobre 1968 Disribuion spéciale Comié de l'agriculure Original: espagnol ESPAGNE Renseignemens concernan 1es TABACS

Plus en détail

2. Repère de temps. Le système de référence est tout simplement l addition d un solide de référence et d un repère de temps.

2. Repère de temps. Le système de référence est tout simplement l addition d un solide de référence et d un repère de temps. Modélisaion des sysèmes mécaniques LA CINÉMATIQUE DU POINT Dae : Inroducion : La cinémaique es la parie de la mécanique qui éudie le mouvemen des corps, indépendammen des effors qui les produisen. Les

Plus en détail