Mécanique des Fluides

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mécanique des Fluides"

Transcription

1 Mécanique des Fluides Franck Nicoud I3M MKFLU - MI4 1

2 Plan général 1. Rappels 2. Quelques solutions analytiques 3. Notion de turbulence 4. Aérothermique 5. Interaction fluide-structure MKFLU - MI4 2

3 Objectifs - hypothèses 1. On s intéresse dans cette partie du cours à la notion de turbulence 2. Il s agit d un des phénomènes les plus complexes en mécanique; il n est pas question ici de faire le tour de la question 3. Les phénomènes considérés ne sont pas directement liés à la compressibilité du fluide même si des interactions existent entre turbulence et choc par exemple; dans ce cours introductif à la turbulence, le fluide sera considéré comme incompressible 4. Les forces de volumes sont négligeables MKFLU - MI4 3

4 Turbulence MKFLU - MI4 4

5 Turbulence: elle est partout MKFLU - MI4 5

6 Turbulence: utile ou nuisible? 1. Du point de vue de l ingénieur, l effet principal de la turbulence est d augmenter la capacité des fluides à se mélanger, à diffuser 1. Très utile pour les moteurs (avion, voiture) qui ne pourraient pas développer autant de puissance sans la turbulence 2. Utile pour éviter les décollements de couches limites et les pertes de portance dans les profils d aile 3. Néfaste pour la trainée visqueuse qui est rendue plus grande par la turbulence: cela induit une augmentation de la consommation car il faut dépenser plus d énergie pour lutter contre les frottements 2. Impact globalement positif, tant du point de vue industriel qu académique et intellectuel MKFLU - MI4 6

7 Turbulence: une longue histoire Léonard de Vinci MKFLU - MI4 7

8 Expérience de Reynolds R e = U D ν U: vitesse débitante D : diamètre de la conduite ν: viscosité cinématique MKFLU - MI4 8

9 Régimes laminaire / turbulent Le régime de l écoulement dépend du nombre de Reynolds: Re 2000 Re 3000 laminaire turbulent Re MKFLU - MI4 9

10 Turbulence: un phénomène aléatoire? SOUFFLERIE ONERA MKFLU - MI4 10

11 Le système chaotique du pauvre x n+1 = 1 2x n 2 x 0 1, +1 x 0 = ou bien x 0 = Ce système non-linéaire est très sensible à la condition initiale; deux conditions initiales très proches peuvent conduire à des solutions très éloignées MKFLU - MI4 11

12 Turbulence Le phénomène de turbulence est contenu dans les équations de la mécanique des fluides (Navier-Stokes ou Euler, pas Stokes) Ces équations sont déterministes, ce qui semble contraire à l observation d un écoulement chaotique Explication: les équations/l écoulement sont très sensibles aux conditions limites et initiales. Des variations infinitésimales conduisent, sur la durée de l expérience, à des variations importantes de la vitesse du fluide Cette sensibilité, déjà observée dans le système chaotique «du pauvre», est liée aux termes non linéaires, donc à la convection MKFLU - MI4 12

13 TURBULENCE: UN SCENARIO 1. Les plus grandes échelles (de vitesse et taille caractéristiques U 0, L 0 )sont alimentées en énergie par l écoulement moyen avec le taux ε U 0 3 L 0 2. Cette énergie est transférée vers des échelles de plus en plus petites, de vitesse et taille caractéristiques u, l avec le taux ε u3 l 1. Quand les échelles deviennent assez petites (vitesse et taille caractéristiques u K, η K ), elles deviennent sensibles à la viscosité et sont dissipées. Ceci se produit pour: R K = u Kη K ν 1 MKFLU - MI4 13

14 Echelles turbulentes Echelles de Kolmogorov (les plus petites) K 3/ 4 1/ 4 u K / 4 1 1/ 4 Rapport d échelles L 0 R K 3/ 0 4 MKFLU - MI4 14

15 Variété des échelles MKFLU - MI4 15

16 Variété des échelles MKFLU - MI4 16

17 Variété des échelles MKFLU - MI4 17

18 Variété des échelles MKFLU - MI4 18

19 SPECTRE DE TURBULENCE k nombre d onde = 2 pi / L où L est la longueur d onde de la fluctuation Spectre d énergie: E(k)dk est l énergie cinétique contenue dans les échelles (fluctuations) dont le nombre d onde est entre k et k+dk L énergie cinétique totale est l intégrale du spectre de turbulence 0 E k dk 1 ( ) 2 u i u i MKFLU - MI4 19

20 Hypothèse de Kolmogorov (1941) Il existe une zone dite inertielle (L 0 l η K ) dans laquelle E(k) dépend seulement de ε et de l (c est-à-dire de k = 2π/l). On montre alors que le spectre se comporte comme ln E( k) C E( k) 5/ 3 k K 2/3 k 5/3 ln k MKFLU - MI4 20

21 SPECTRE DE TURBULENCE Données expérimentales dans diverses situations d écoulement regroupées par Chapman - Vitesse longitudinale 2/3 5/3 E( k) k est bien vérifié par les expériences MKFLU - MI4 21

22 ECOULEMENTS TURBULENTS PARIETAUX MKFLU - MI4 22

23 Couche limite turbulente La solution analytique de type Blasius est valable uniquement pour des écoulements laminaires Par construction, le nombre de Reynolds R x basé sur la distance parcourue depuis le début de la couche limite augmente avec la taille de l objet Une couche limite finit donc en général par devenir turbulente MKFLU - MI4 23

24 Couche limite turbulente Un effet majeur de la turbulence est d augmenter la diffusion effective de la qdm dans la direction normale à la paroi Cela a pour conséquence de rendre les profils de vitesse plus «remplis» MKFLU - MI4 24

25 Couche limite turbulente Un effet majeur de la turbulence est d augmenter la diffusion effective de la qdm dans la direction normale à la paroi Cela a pour conséquence de rendre les profils de vitesse plus «remplis» et également d augmenter le coefficient de frottement MKFLU - MI4 25

26 Grandeurs intégrales Nom Turbulent Solution de Blasius Coefficient de frottement 1/5 C f 0.059R x C f R x Epaisseur de couche limite Epaisseur de déplacement Epaisseur de quantité de mouvement δ x x 0.37R 1/5 δ x x x 4.9R 1/2 x δ x δ x δ x δ x θ x δ x θ x δ x Facteur de forme H = δ θ 1.29 H 2.6 Valeurs correspondant à une couche limite sur paroi lisse turbulente dès le bord d attaque C f pour R x MKFLU - MI4 26

27 Perte de charge en conduite L augmentation de la diffusion effective de la qdm dans la direction normale à la paroi a pour conséquence d augmenter les pertes de charge dans les conduites Celles-ci sont représentées par le coefficient de perte de charge qui est en fait un gradient de pression sans dimension: Λ = 2R dp dx 1 2 ρu 2 moy En régime laminaire, ce coefficient vaut Λ = 64 avec R R e = ρu moy2r e μ En régime turbulent, des corrélations issues des données expérimentales sont souvent utilisées lorsque la paroi est lisse (ou faiblement rugueuse): Loi de Blasius: Λ = R e 1/4 Loi de Prandtl: Λ 2log R e Λ = 1 Lorsque la conduite a une rugosité de hauteur caractéristique h et que le nombre de Reynolds est suffisamment grand, la loi du régime turbulent rugueux quadratique donne Λ 2log R/h = 1 MKFLU - MI4 27

28 Perte de charge en conduite En régime turbulent rugueux, le coefficient de perte de charge ne dépend pas du Reynolds En régime turbulent lisse, le coefficient de perte de charge est largement plus important qu en laminaire MKFLU - MI4 28

29 Ecoulement turbulent pariétal Plusieurs zones distinctes sont présentes dans une couche limite turbulente d épaisseur δ et de vitesse extérieure U E : Zone interne: la présence de la paroi se fait fortement sentir sur l organisation de l écoulement le profil de vitesse s exprime en variables internes : U + = U u τ ; y + = yu τ ν où u τ = τ w/ρ est la vitesse de friction Zone externe (y > 0.01δ): les effets de la paroi deviennent moins forts le profil de vitesse moyenne s exprime en variables externes MKFLU - MI4 29

30 Ecoulement turbulent pariétal Zone interne: Sous-couche visqueuse y + 5: U + = y + Zone tampon 5 y Zone logarithmique: y U + = 1 κ lny+ + C Zone externe U U E = 1 u τ κ ln y δ + 2Π πy sin2 κ 2δ 1 Les constantes sont (à haut Reynolds) κ 0.41 ; Π ; C 5 MKFLU - MI4 30

31 SIMULATION DES ECOULEMENTS TURBULENTS MKFLU - MI4 31

32 TURBULENCE ET SIMULATION La turbulence est contenue dans les équations de Navier-Stokes Donc c est un phénomène déterministe MAIS: l écoulement est tellement sensible aux détails (inconnus) des conditions initiales et aux limites que seuls les moments statistiques (moyenne, variance, ) peuvent être prédits ou comparés Une première approche consiste à simplement résoudre les équations de Navier-Stokes pour obtenir la turbulence: On parle de Simulation Numérique Directe - SND MKFLU - MI4 32

33 SIMULATION NUMERIQUE DIRECTE DES ECOULEMENTS TURBULENTS Etape 1: Résoudre les équations de Navier-Stokes en prenant en compte toutes les échelles en espace et en temps Etape 2: Calculer la moyenne, la variance de la solution instationnaire obtenue. Ces quantités peuvent être utilisés pour comparaison avec des données expérimentales, ou pour analyser l écoulement La limitation principale vient des ressources informatiques nécessaires: Le nombre de points est proportionnel à R 0 3/4 3 = R 0 9/4 Le temps de calcul est proportionnel à R 0 3 Dans beaucoup d applications, R 0 ~10 6 MKFLU - MI4 33

34 TURBULENCE HOMOGENE ISOTROPE Les SND à Reynolds modéré et dans des configurations simples sont utilisées pour confirmer des résultats théoriques Ici l hypothèse de Kolmogorov MKFLU - MI4 34

35 La SND comme alternative à des expériences Plaque perforée Jet compressible SND à Reynolds modéré dans des configurations simples Analyse et compréhension des phénomènes physiques pilotant l écoulement Couche limite (écoulement perpendiculaire au plan) Proposer/développer des modèles physiques pour des simulations à échelle 1, haut Reynolds et en géométries complexes. MKFLU - MI4 35

36 MKFLU - MI4 36 L approche RANS L idée est de faire le traitement statistique AVANT de résoudre les équations Moyenne d ensemble des équations de Navier-Stokes Décomposition de Reynolds: Equations de Reynolds : Ces équations sont à la base des approches Reynolds-Averaged Navier-Stokes - RANS 0 i i x u j ij i j j i i x x P x u u t u ' i i i u u u 0 i i x u j j i ij i j j i i x u u x P x u u t u ' '

37 L approche RANS Il est possible de déterminer une équation de transport pour le tenseur de Reynolds ρu i u j. Mais elle fait apparaître une corrélation triple u i u j u k Le tenseur de Reynolds doit donc être modélisé, c est-à-dire exprimé à partir des inconnues des équations de Reynolds: u i ; p C est le problème de fermeture qui a été l objet d une activité de recherche très intense depuis les années 70. Quelques certitudes aujourd hui: il n existe pas de modèle de turbulence optimal les simulations RANS sont faiblement prédictives mais permettent d obtenir de bonnes tendances une fois les constantes du modèle de turbulence bien calées MKFLU - MI4 37

38 Hypothèse de Boussinesq Les modèles de turbulence les plus évolués consistent en 6 équations de transports pour les 6 composantes du tenseur de Reynolds Ces modèles RSM (Reynolds Stress Model) sont généralement peu robustes et chers numériquement (on doit résoudre 10 EDP couplées au lieu de 4 initialement) des modèles plus simples sont souvent préférés en pratique; ceux-ci sont basés sur l hypothèse de Boussinesq: ρu iu j = 2μ t S ij 2 3 ρkδ ij, avec k = 1 2 u iu i MKFLU - MI4 38

39 Viscosité turbulente L hypothèse de Boussinesq permet de simplifier l effort de fermeture: il suffit de modéliser la viscosité turbulente μ t pour connaître l ensemble du tenseur de Reynolds De nombreuses formulations ont été proposées depuis 40 ans Les plus simples sont les modèles à zéro équation de transport qui lient explicitement μ t aux quantités moyennes. Ex: modèle de Prandtl Valable pour les écoulement cisaillés simples (couche limite, conduite, ) Il exprime la viscosité turbulente à l aide d une longueur de mélange l m : μ t = ρl2 U m y Toute la difficulté est alors de connaître l m MKFLU - MI4 39

40 Longueur de mélange Cette longueur l m a été introduite par mimétisme avec le concept, bien réel celui-là, de libre parcours moyen dans la cinétique des gaz (distance que parcourt une molécule entre deux collisions avec une autre molécule) Les expériences montrent qu il n existe pas d expression universelle pour cette échelle de longueur de mélange, indiquant que ce concept n est pas très représentatif de la turbulence. Malgré son manque d universalité, cette approche a longtemps été utilisée (et l est encore) en raison de sa simplicité. Quelques expressions de l m (y est la distance normale à la paroi): Couche limite: Zone interne: l m = κy 1 e y+ /26, κ 0.4 constante de Von Karman zone externe: l m δ = tanh κy δ Ecoulement en conduite de rayon R: l m R = y R y, δ épaisseur de la couche limite R 4 MKFLU - MI4 40

41 Viscosité turbulente Les expressions de l m sont issues de données expérimentales. Elles reflètent l amortissement de la turbulence au voisinage des parois solides On montre en effet que la viscosité turbulente est de l ordre de la distance à la paroi au cube dans la zone proche pariétale μ t = O y 3 si y est la distance à la paroi Les modèles plus évolués partagent cette propriété fondamentale. Les plus communs nécessitent la résolution d équations de transport en plus des équations RANS: Le modèle de Spalart-Allmaras très utilisé en aérodynamique externe contient 1 équation de transport pour une variable directement liée à la viscosité turbulente Les modèles à deux équations de transport sont également assez populaires. Le plus utilisé est le modèle k ε MKFLU - MI4 41

42 Modèle k- k = énergie cinétique de turbulence : taux de dissipation turbulente μ t = ρc μ k 2 ε ρ k t + ρu j ρ ε t + ρu j ε x j = k x j = x j x j μ + μ t σ ε μ + μ t σ k ε x j k x j + P k ρε ε + C 1ε k P ε 2 k ρc 2ε k P k = u i u j u i x j (production de k) C μ = 0.09 σ k = 1.0 σ ε = 1.3 C 1ε = 1.44 C 2ε = 1.92 MKFLU - MI4 42

43 Calage des constantes Les constantes sont fixées de manière à ce que le modèle se comporte bien pour un certain nombre de configurations académiques bien connues. Par exemple: 1. La valeur de C μ vient du fait que des données expérimentales indiquent que le rapport u v vaut environ 0.3 dans la zone d équilibre P k = ε d une couche k limite turbulente 2. Le terme en C 2ε est le seul restant en situation de turbulence homogène isotrope pour laquelle les données indique une loi de décroissance du type k t n avec n entre 1 et Or on peut montrer que C 2ε = (n + 1)/n dans cette situation, ce qui conduit à C 2ε entre 1.8 et 2. La valeur préconisée de 1.92 est issue d optimisations numériques. ATTENTION: Rien ne garantit que les constantes ainsi calées conduisent à de bons résultats pour d autres situations d écoulement. C est l origine du manque d universalité des modèles de turbulence MKFLU - MI4 43

44 Equation exacte de k Les équations de k = 1 2 u i u i et de résultent d un effort de modélisation guidé par des données d expériences et par les équations de la mécanique des fluides Par exemple, l équation de k est inspirée de l équation suivante, exacte (mais qui fait apparaître des corrélations inconnues): ρ k t + ρu j k x j = + μ 2 k x j x j diffusion moléculaire p u i x i puissance des forces de pression associées aux fluctuations + ρu i u j u i x j Production + ku i x i diffusion turbulente μ u i u i x j x j pseudo dissipation MKFLU - MI4 44

45 DNS vs RANS in a combustor Solid plate Multiperforated plate Dilution hole Modern combustion chamber - TURBOMECA MKFLU - MI4 45

46 DNS vs RANS in a combustor RANS: used routinely during the design process. Approx nodes for the whole geometry DNS: used to know more about the flow physics in the multi-perforated plate region Approx nodes for only one perforation MKFLU - MI4 46

47 DNS vs RANS: jet chaud DNS RANS MKFLU - MI4 47

48 Ecoulement turbulent pariétal Les fluctuations turbulentes sont nécessairement nulles au niveau de la paroi Elles varient fortement dans la zone pariétale, le maximum étant atteint dans la zone tampon Le frottement total est constant: τ = μ U y ρu v τ w MKFLU - MI4 48

49 Les échelles de vitesse et de longueur sont basées sur le frottement pariétal w : w u l En l absence de décollement, il existe une zone inertielle en laquelle une loi universelle est vérifiée par la vitesse moyenne y u Ecoulement turbulent pariétal u 1 ln y C, u : Von Karman constant, C :"Universal constant", u C u u, y yu MKFLU - MI4 49

50 Modélisation de paroi Représenter correctement les variations du profil de vitesse nécessite de disposer d au moins 2 ou 3 points de maillage dans la sous-couche visqueuse L épaisseur de cette couche est de l ordre de 5ν/u τ, inversement proportionnel au nombre de Reynolds Approche haut-reynolds: on utilise un maillage grossier (Δy + 100) et on utilise la loi log pour estimer le frottement pariétal à partir de la vitesse à la première maille Approche bas-reynolds: on utilise un maillage très fin (Δy + 1) et un modèle de turbulence adapté (fonctions d amortissement) y u Gradient de vitesse estimé par un maillage grossier Gradient de vitesse exact à la paroi 50

51 Modèle bas-reynolds de Spalart-Allmaras C est un modèle à 1 équation de transport dont la forme a été ajustée de manière à fournir le meilleur comportement possible en situation de type aérodynamique externe 51

52 Ecoulements instationnaires Connaitre l écoulement moyen n est pas toujours suffisant (instabilités, vibrations, ) La moyenne n est même pas toujours pertinente Flamme oscillante T T2 T1 T2>T1 T1 time Prob(T=T mean )=0!! MKFLU - MI4 52

53 RANS SGE - SND Reynolds-Averaged Navier-Stokes (RANS): Utilise un modèle pour prendre en compte les effets de la turbulence Rapide mais peu ou pas prédictif Simulation Numérique Directe (SND): Pas de modèle à part Navier-Stokes Prédictif mais pas applicable à des situations pratiques Simulation aux Grandes Echelles (SGE): Utilise un modèle pour les échelles les plus petites uniquement (assez universelles), On résout Navier-Stokes (filtré) pour obtenir l évolution des plus grandes échelles (assez dépendantes du cas considéré) Prédictif et applicable pour des cas complexes MKFLU - MI4 53

54 Vitesse longitudinale RANS SGE - SND SND SGE RANS temps MKFLU - MI4 54

55 Spectre d énergie Large Eddy Simulation Simulation aux Grandes Echelles «Navier-Stokes» Model Nombre d onde Formellement: on remplace l opérateur de moyenne d ensemble du RANS par un filtrage spatial pour obtenir les équations de la SGE 3 x, t ξ, tg x ξd ξ G R 3 MKFLU - MI4 55

56 Modèle pratique pour la prise en Practical model for complex geometries compte des petites échelles 1. Des formulations de type viscosité turbulente sont souvent utilisées 2. Le modèle de Smagorinsky (1963) dynamique est souvent considéré comme le meilleur compromis simplicité/précision Calculé de manière dynamique t C Taille de maille 2 2 taux de déformation : time scale 1 2S ij S ij 3. D autres formulations émergent depuis quelques années (Vreman, WALE, Sigma, ) MKFLU - MI4 56

57 Flow rate Exemple: jet chaud impactant HOT impulsive jet time COLD turbulent flow 3. shear flow 1. vortex roll up/propagation 2. stagnation region 4. Mixing & Heat Transfer 3. wall region 57

58 SGE du jet chaud impactant 58

59 Comparaison expérience/sge Velocity vectors Vertical Velocity PIV s - model Dynamic Smagorinsky 59

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Christian Seigneur Cerea Plan Structure verticale de l atmosphère Atmosphère libre et couche limite atmosphérique Transport et dispersion

Plus en détail

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics Formation à la CFD, Ph Parnaudeau 1 Qu est-ce que la CFD? La simulation numérique d un écoulement fluide Considérer à présent comme une alternative «raisonnable»

Plus en détail

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912)

I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912) I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912) R e = UD/ν Re>2000 Re>4000 M1 fluides : turbulence 1 M1 fluides : turbulence 2 I- Définition

Plus en détail

SIMULATION DES AUTOUR D UN MODELE SIMPLIFIE DE VOITURE AUTOMOBILE

SIMULATION DES AUTOUR D UN MODELE SIMPLIFIE DE VOITURE AUTOMOBILE Simulation SIMULATION AUTOUR D UN MODELE SIMPLIFIE DE VOITURE AUTOMOBILE Michel VISONNEAU et Emmanuel GUILMINEAU Laboratoire de Mécanique des Fluides CNRS UMR 6598, Ecole Centrale de Nantes Nantes, FRANCE

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

Simulations instationnaires: Effet de modèle (Cµ variable, schéma en temps)

Simulations instationnaires: Effet de modèle (Cµ variable, schéma en temps) Simulations instationnaires: Effet de modèle (Cµ variable, schéma en temps) Gabriel PETIT Thèse CIFRE Directeur de thèse: Azeddine KOURTA (IMFT) Tuteurs industriels: Jean-Pierre ROSENBLUM (DASSAULT) Jean-Claude

Plus en détail

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles Jacques PADET Professeur Émérite à l Université de Reims Seconde édition revue et augmentée TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION Préface de la 1 ère édition Prologue

Plus en détail

ECOULEMENTS TURBULENTS

ECOULEMENTS TURBULENTS ECOULEMENTS TURBULENTS Base et modélisation Auteur: Julien Réveillon Université de Rouen Réveillon - Université de Rouen - reveillon@coria.fr p.1/188 Introduction - Généralités Observation constante des

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude.

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Objectifs du Chapitre Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Adil Ridha (Université de Caen) Analyse Dimensionnelle et Similitude 2009-2010 1 / 31

Plus en détail

Ecoulements 2D décollés autour d un mât et d une voile. B. Haddad, B. Lepine (Ecole Navale) Contact: chapin@ensica.fr

Ecoulements 2D décollés autour d un mât et d une voile. B. Haddad, B. Lepine (Ecole Navale) Contact: chapin@ensica.fr Ecoulements 2D décollés autour d un mât et d une voile V.G. Chapin,, S. Jamme (ENSICA) B. Haddad, B. Lepine (Ecole Navale) Contact: chapin@ensica.fr Aérodynamique du voilier Analyser & optimiser les performances

Plus en détail

Modèle d équilibre thermique urbain

Modèle d équilibre thermique urbain Modèle d équilibre thermique urbain Définition d un volume de contrôle V Choix de la variable du bilan Bilan global [Oke, 1987] enthalpie V dh(t) 1 4 2 dt 43 Watt i r i,transp. n r i Entrées/sorties du

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY T.P. FLUENT Cours Mécanique des Fluides 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY 2 Table des matières 1 Choc stationnaire dans un tube à choc 7 1.1 Introduction....................................... 7 1.2 Description.......................................

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

Modélisation de paroi pour la simulation d écoulements instationnaires non-isothermes

Modélisation de paroi pour la simulation d écoulements instationnaires non-isothermes UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES ET TECHNIQUES DU LANGUEDOC THESE pour obtenir le titre de DOCTEUR DE L UNIVERSITE MONTPELLIER II Formation Doctorale : Ecole doctorale : Directeur de thèse : Mathématiques

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs. p. 129 à 132

Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs. p. 129 à 132 Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs ff p. 129 à 132 Fondamentaux Peut être organisé en intra-entreprise Introduction à la modélisation & la simulation des GMP & du contrôle 5 Jours

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

INTRODUCTION DU CFD. La perte de pression (dp) par unité-longueur (dl) est déterminée par la formule :

INTRODUCTION DU CFD. La perte de pression (dp) par unité-longueur (dl) est déterminée par la formule : INTRODUCTION DU CFD Introduction A l inverse des calculs de force de construction, au moyen du software de Ansys ou Pro/E par exemple, les calculs de courant ne sont pas très connus. Ceci est une introduction

Plus en détail

Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan

Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan rencontre du non-linéaire 2013 155 Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan Laurette S. Tuckerman PMMH-ESPCI-CNRS, 10 rue Vauquelin, 75005 Paris laurette@pmmh.espci.fr z streamwise

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Exercices sur les écoulements compressibles

Exercices sur les écoulements compressibles Exercices sur les écoulements compressibles IUT - GTE - Marseille 2012-13 1 Exercice 1 Calculer la température et la pression d arrêt sur le bord d attaque de l aile d un avion volant à Mach Ma = 0.98

Plus en détail

On prend comme volume de contrôle l auget en translation. Ce volume de contrôle est donc en translation avec une vitesse U t. U t

On prend comme volume de contrôle l auget en translation. Ce volume de contrôle est donc en translation avec une vitesse U t. U t page 1 Problème 1 : Auget mobile (6 points) Un jet d eau, ayant une vitesse V 1 frappe un auget à une hauteur y 1 comme indiqué sur la figure 1. On considère que le jet incident a un diamètre D et que

Plus en détail

Initiation à l'utilisation du logiciel de simulation numérique ANSYS/FLUENT

Initiation à l'utilisation du logiciel de simulation numérique ANSYS/FLUENT Initiation à l'utilisation du logiciel de simulation numérique ANSYS/FLUENT olivier.boiron@centrale-marseille.fr Septembre 2015 3A FETES Introduction à l'utilisation du logiciel de simulation numérique

Plus en détail

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent OPENFOAM Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent Tutorials crées par Rajesh Bhaskaran sous fluent et adaptés par Bence Somogyi sous OF. Cas Laminaire Conduite de 20 cm de diamètre et 8 mètres

Plus en détail

UNITÉ DE PROGRAMME : S9UP1 Modélisation de la turbulence

UNITÉ DE PROGRAMME : S9UP1 Modélisation de la turbulence UNITÉ DE PROGRAMME : S9UP1 Modélisation de la turbulence Modélisation de la turbulence Auteur : Yann MARCHESSE Département : Mécanique et Énergétique Édition : Année universitaire 2009-2010 ÉCOLE CATHOLIQUE

Plus en détail

Projets de stages et de travaux de fin d études en Energie et Bâtiments à Cenaero (2012-2013)

Projets de stages et de travaux de fin d études en Energie et Bâtiments à Cenaero (2012-2013) Projets de stages et de travaux de fin d études en Energie et Bâtiments à Cenaero (2012-2013) Cenaero (http ://www.cenaero.be) est un centre de recherche appliqué dédicacé à la modélisation et la simulation

Plus en détail

Écoulements internes et calcule de h et de température

Écoulements internes et calcule de h et de température Objectifs Écoulements internes et calcule de h et de température Objectifs Mettre en évidence les différences entre écoulements externes et internes Calcul de h local et moyen Calcul de température locale

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

Les outils de conception. 1. Comparaison aérodynamique aéronautique/automobile 2. Les outils expérimentaux 3. Les outils numériques

Les outils de conception. 1. Comparaison aérodynamique aéronautique/automobile 2. Les outils expérimentaux 3. Les outils numériques Les outils de conception 1 1. Comparaison aérodynamique aéronautique/automobile 2. Les outils expérimentaux 3. Les outils numériques Aérodynamique automobile/aéronautique 2 L Aérodynamique automobile est

Plus en détail

CONTRIBUTION À L ÉTUDE DE L ÉCOULEMENT TRIDIMENSIONNEL TURBULENT AUTOUR D UN PROFIL ET À TRAVERS UNE SÉRIE D AUBES FIXES

CONTRIBUTION À L ÉTUDE DE L ÉCOULEMENT TRIDIMENSIONNEL TURBULENT AUTOUR D UN PROFIL ET À TRAVERS UNE SÉRIE D AUBES FIXES CONTRIBUTION À L ÉTUDE DE L ÉCOULEMENT TRIDIMENSIONNEL TURBULENT AUTOUR D UN PROFIL ET À TRAVERS UNE SÉRIE D AUBES FIXES Karima HEGUEHOUG ep BENKARA-MOSTEFA, Zoubir NEMOUCHI, Farid GACI ) LABORATOIRE D

Plus en détail

PROFIL D AILE, PORTANCE ET TRAINEE

PROFIL D AILE, PORTANCE ET TRAINEE PROFIL D AILE, PORTANCE ET TRAINEE 9 Une aile se désigne par son profil. De ce profil découle la portance (Rz) et la traînée (Rx), mais aussi la finesse de l aile et quelques autres paramètres dont nous

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Modélisation. et simulation. des groupes

Modélisation. et simulation. des groupes 128 Moteurs - Lubrifiants - 2014 ALIMENTATION EN AIR, COMBUSTION ET DÉPOLLUTION CONCEPTION DE LA BASE ÉVOLUTION DES Modélisation CONTRÔLE et simulation PHYSICO-CHIMIE DES LUBRIFIANTS ET THÉORIE DE LA des

Plus en détail

Quelques axes de développement méthodologique en optimisation géométrique de formes aérodynamiques dans un contexte MDO

Quelques axes de développement méthodologique en optimisation géométrique de formes aérodynamiques dans un contexte MDO Quelques axes de développement méthodologique en optimisation géométrique de formes aérodynamiques dans un contexte MDO J.-A. Désidéri, INRIA Sophia Antipolis, desideri@sophia.inria.fr 16 Mars 2004 On

Plus en détail

Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS

Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS Nicolas Mordant Laboratoire de Physique Statistique 6 Novembre 2007 Compte-rendu de Luc Deike et Stéphanie Couvreur Introduction Les mouvements

Plus en détail

Décollement en écoulement tridimensionnel stationnaire. Partie 2 : LIGNES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT

Décollement en écoulement tridimensionnel stationnaire. Partie 2 : LIGNES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT Décollement en écoulement tridimensionnel stationnaire Partie 2 : LIGNES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT SURFACES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT Lignes de séparation ou séparatrices

Plus en détail

d e a u : S im u la t io n s à é c h e lle r é d u it e (C ETU P ô le V E)

d e a u : S im u la t io n s à é c h e lle r é d u it e (C ETU P ô le V E) S y s t è m e s f ix e s d a s p e r s io n d e a u : S im u la t io n s n u m é r iq u e s e t e x p é r im e n t a t io n à é c h e lle r é d u it e X. P o n t ic q (C ETU P ô le V E) L e s é t u d e

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Mécanique des fluides

Mécanique des fluides Mécanique des fluides Auteur : Yann MARCHESSE Département : Génie Énergétique et Mécanique Édition : Année universitaire 2011-2012 ÉCOLE CATHOLIQUE D ARTS ET MÉTIERS 40 Montée Saint-Barthélemy - 69321

Plus en détail

1 Mise en application

1 Mise en application Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD : Corrigé TD1 - partie 2 1 Mise en application Exercice 1 corrigé Exercice 2 corrigé - Vibration d une goutte La fréquence de vibration d une goutte d eau

Plus en détail

CERFACS CFD - Combustion

CERFACS CFD - Combustion CERFACS CFD - Combustion Sous la direction de Franck NICOUD, Bénédicte CUENOT SIMULATION NUMÉRIQUE DIRECTE D ÉCOULEMENTS DANS LES PLAQUES MULTIPERFORÉES : Étude préliminaire Rapport de stage de fin d études

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

Mathématiques et Océanographie

Mathématiques et Océanographie Mathématiques et Océanographie Anne-Laure Dalibard Département de mathématiques et applications École normale supérieure 20 avril 2011 Journées Académiques de l IREM de Nantes Plan Présentation rapide

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre 1 Démarche générale Avec Gambit Création d une géométrie Maillage Définition des conditions aux limites Avec Fluent 3D Choix des équations

Plus en détail

1 - DEBITMETRE A ORGANE DEPRIMOGENE

1 - DEBITMETRE A ORGANE DEPRIMOGENE 1 - DEBITMETRE A ORGANE DEPRIMOGENE Il s agit de créer au sein de la canalisation une restriction localisée de la section (ou constriction) qui engendrera une différence de pression statique dont la mesure

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES

ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES Julien Schaguene, Olivier Bertrand, Eric David Sogreah Consultants

Plus en détail

LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP

LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP 2006 1 Définitions, généralités Détermination de tuyauteries, calcul de pertes de charge Abaques 2 Définitions, généralités Notion de perte de charge Perte de charge d

Plus en détail

SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN

SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN 28 JANVIER 2013 1 SIMULATION TORPILLE SOUS-MARINE 2 1. Introduction On a choisi d étudier la torpille chinoise ET36,

Plus en détail

MÉCANIQUE DES FLUIDES

MÉCANIQUE DES FLUIDES spé y 2003-2004 DS n 3 rapport MÉCANIQUE DES FLUIDES Rapport du jury CENTRALE 2002 Partie I. Caractérisation d un écoulement I A Ordres de grandeurs I A 1 - Parfois confusion

Plus en détail

Aérodynamique Numérique

Aérodynamique Numérique Aérodynamique Numérique Dominique BLANC Rodolphe GOURSEAU 16 mars 2005 TABLE DES MATIÈRES ii Table des matières Introduction iii 1 Maillage non structuré 1 1.1 Préparation du maillage.....................

Plus en détail

Numéro d avril 1958! JLB-Michelet

Numéro d avril 1958! JLB-Michelet Numéro d avril 1958! 1 Un peu d histoire 1480 : Léonard de Vinci Vis aérienne 1754 : Lomonossov rotors coaxiaux contrarotatifs, mise en évidence de la force de sustentation 2 1862 : Ponton d Amécourt Inventeur

Plus en détail

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S THERMODYNAMIQUE Lycée F.BUISSON PTSI D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S Ce chapitre pourrait s appeler du monde moléculaire

Plus en détail

CALCUL ELMENTS FINIS ET OPTIMISATION DE FORME DANS LES STRUCTURES AEROSPATIALES. Pr. BOUDI El Mostapha Ecole Mohammadia d Ingénieurs Rabat

CALCUL ELMENTS FINIS ET OPTIMISATION DE FORME DANS LES STRUCTURES AEROSPATIALES. Pr. BOUDI El Mostapha Ecole Mohammadia d Ingénieurs Rabat CALCUL ELMENTS FINIS ET OPTIMISATION DE FORME DANS LES STRUCTURES AEROSPATIALES Pr. BOUDI El Mostapha Ecole Mohammadia d Ingénieurs Rabat En quelques mots Objectif : Contrôle des calculs par la Méthode

Plus en détail

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dispersion atmosphérique

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dispersion atmosphérique Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dispersion atmosphérique Christian Seigneur Cerea Plan Dispersions lagrangienne et eulérienne Modèles gaussiens Modèles lagrangiens Modèles eulériens

Plus en détail

Université catholique de Louvain Ecole Polytechnique de Louvain MECANIQUE DES FLUIDES ET TRANSFERTS I. V. Legat, G. Winckelmans

Université catholique de Louvain Ecole Polytechnique de Louvain MECANIQUE DES FLUIDES ET TRANSFERTS I. V. Legat, G. Winckelmans Université catholique de Louvain Ecole Polytechnique de Louvain MECANIQUE DES FLUIDES ET TRANSFERTS I V. Legat, G. Winckelmans Chapitre 6 version finale corrigée :- Année académique 13-14 version 5.8 7-3-14

Plus en détail

EPFL - Travaux pratiques de physique. Hydrodynamique. Résumé

EPFL - Travaux pratiques de physique. Hydrodynamique. Résumé Hydrodynamique Résumé L étude de la dynamique des fluides (liquides et gaz) permet de déterminer les caractéristiques du fluide lui-même ainsi que celles d un objet plongé à l intérieur de celui-ci. Il

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE Maîtrise d ambiance et Qualité de l air SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE PERTURBATION À L ÉTAT STATIQUE OU DYNAMIQUE Alina SANTA CRUZ École d Ingénieurs de Cherbourg LUSAC «Équipe

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

Introduction à la résistance des matériaux et à la mécanique des fluides

Introduction à la résistance des matériaux et à la mécanique des fluides CNST-H-202 à la résistance des matériaux et à la mécanique des fluides 0 1 Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 4 février 2007 Motivation Mécanique des milieux continus mécanique du solide ou des structures

Plus en détail

CHAPITRE 4: PERTES DE

CHAPITRE 4: PERTES DE CHAPITRE 4: PERTES DE CHARGE Préparé par : SAGGAI Sofiane Département d Hydraulique et de Génie civil Faculté des Sciences et Technologie et Sciences de la Matières Université Kasdi Merbah Ouargla Année

Plus en détail

HYDRODYNAMIQUE. 1.1 Mouvement d'un fluide, écoulement stationnaire et laminaire

HYDRODYNAMIQUE. 1.1 Mouvement d'un fluide, écoulement stationnaire et laminaire MHd 1 HYDRODYNAMIQUE 1 THEORIE 1.1 Mouvement d'un fluide, écoulement stationnaire et laminaire L'écoulement d un fluide est défini si, à un instant t, on donne en tout point x de l espace: v (x,t) la vitesse

Plus en détail

Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE

Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE Gomez Thomas Institut Jean Le Rond d Alembert Caractériser et classifier les écoulements turbulents. Introduire les outils mathématiques. Introduire

Plus en détail

Cours MF101 Contrôle de connaissances: Corrigé

Cours MF101 Contrôle de connaissances: Corrigé Cours MF101 Contrôle de connaissances: Corrigé Exercice I Nous allons déterminer par analyse dimensionnelle la relation entre la Trainée D et les autres paramètres. F D, g,, V, ρ, ν) = 0 1) où D représente

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section : i-prépa annuel -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section : i-prépa annuel - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa annuel - 61 Chapitre 7 : Chute d une bille dans un fluide I. Deux nouvelles forces : a) la Poussée d Archimède : Tout corps

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE. Rédacteur : Sylvain THINAT

CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE. Rédacteur : Sylvain THINAT CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE POUR UNE VANNE DE FOND DE L AMENAGEMENT ROUJANEL Rédacteur : Sylvain THINAT Révision

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

Durée du TP : 3h30 1. RAPPELS. La densité d un corps, notée d, s'exprime suivant la relation suivante : corps. d ref

Durée du TP : 3h30 1. RAPPELS. La densité d un corps, notée d, s'exprime suivant la relation suivante : corps. d ref TP N 2 : MECANIQUE DES FLUIDES Durée du TP : 3h30 1. RAPPELS La densité d un corps, notée d, s'exprime suivant la relation suivante : corps d ref avec corps la masse volumique du corps considéré et ref

Plus en détail

Notions de transfert thermique par convection

Notions de transfert thermique par convection Notions de transfert thermique par convection par Jacques HUETZ Docteur ès Sciences Directeur de Recherche au Centre National de la Recherche Scientifique Délégué du Département Énergétique Professeur

Plus en détail

Interaction sol structure (notions) Spécifications, règlements: ASN,EC8, ASCE 4.98

Interaction sol structure (notions) Spécifications, règlements: ASN,EC8, ASCE 4.98 Interaction sol structure (notions) Problème physique: Nécessité de prendre en compte l interaction lorsqu il existe une différence de masse ou de raideur entre le sol et la structure. Incertitudes sur

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Chapitre 7: Dynamique des fluides

Chapitre 7: Dynamique des fluides Chapitre 7: Dynamique des fluides But du chapitre: comprendre les principes qui permettent de décrire la circulation sanguine. Ceci revient à étudier la manière dont les fluides circulent dans les tuyaux.

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

TP Méthodes Numériques

TP Méthodes Numériques ENSIMAG 1ère année, 2007-2008 TP Méthodes Numériques Objectifs Les objectifs de ce TP sont : de revenir sur les méthodes de résolution des équations différentielles vues en cours de MN ; d utiliser un

Plus en détail

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles ème Congrès Français de Mécanique Bordeaux, 6 au 3 août 3 Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles. BODIF, F. DNNE,.K. BENKL niversité des Sciences et de la Technologie

Plus en détail

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact 2009 2012 Paolo Caccamo Université de Grenoble Encadrants : Florence Naaim-Bouvet, Thierry Faug,

Plus en détail

1. Notions d aérodynamique

1. Notions d aérodynamique Nous constatâmes facilement que le vent s infléchissait autour de l île de manière à converger vers la zone de calme ; la partie supérieure de la colonne ascendante était, en quelque sorte, dessinée dans

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

1 Rappels sur les champs électriques

1 Rappels sur les champs électriques Rappels sur les champs électriques. Cadre de l étude On considère un diélectrique homogène ie ayant les mêmes propriétés dans tout le volume). On note E le champ électrique global et D le champ excitation

Plus en détail

La commande basée vision : une nouvelle approche pour la commande en boucle fermée des écoulements fluides

La commande basée vision : une nouvelle approche pour la commande en boucle fermée des écoulements fluides La commande basée vision : une nouvelle approche pour la commande en boucle fermée des écoulements fluides Xuan Quy Dao Christophe Collewet EPC Fluminance Cemagref Rennes / INRIA Rennes Bretagne-Atlantique

Plus en détail

Exemples de dynamique sur base modale

Exemples de dynamique sur base modale Dynamique sur base modale 1 Exemples de dynamique sur base modale L. CHAMPANEY et Ph. TROMPETTE Objectifs : Dynamique sur base modale réduite, Comparaison avec solution de référence, Influence des modes

Plus en détail

Équations de Navier-Stokes dans des domaines quelconques

Équations de Navier-Stokes dans des domaines quelconques Équations de Navier-Stokes dans des domaines quelconques Sylvie Monniaux Univ. Paul Cézanne Aix-Marseille 3, France Séminaire EDP, Rennes 2008 Sylvie Monniaux (Univ. P. Cézanne) NS dans Ω qcq Rennes, mars

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013

Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013 Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013 1 Dégradation du PVC À haute température, le PVC se dégrade suivant la réaction suivante (CHCl CH 2 ) (CH = CH) + HCl (1) Cette réaction est irréversible.

Plus en détail

Hélium superfluide. Applications aux procédés de Cryogénie. Physique des solides - 22 mai 2006 1

Hélium superfluide. Applications aux procédés de Cryogénie. Physique des solides - 22 mai 2006 1 Hélium superfluide Applications aux procédés de Cryogénie Physique des solides - 22 mai 2006 1 Introduction L Hélium Z = 2. Point de fusion très bas. Chimiquement inerte. Deux isotopes naturels Physique

Plus en détail

3ème séance de Mécanique des fluides. Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait. 2 Écoulements potentiels

3ème séance de Mécanique des fluides. Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait. 2 Écoulements potentiels 3ème séance de Mécanique des fluides Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait 1 Généralités 1.1 Introduction 1.2 Équation d Euler 1.3 Premier théorème de Bernoulli 1.4

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail