Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer"

Transcription

1 Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Docteur Laurence Vanlemmens, oncologue, Centre Oscar Lambret Sophie PERES, cadre de santé, Santélys Journée Régionale Santé A Domicile Santélys 2016

2 Sommaire > Programme d'etp et APA en cancérologie : Contexte Modalités Premiers résultats et tendances > Etude clinique en cours Cancer BPNPC > Programme APA Ligue contre le Cancer Méthodologie Critères évalués Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

3 Prgramme d ETP et APA en cancérologie

4 > Contexte : Programme ETP en cancérologie Étude dans le cadre du programme à destination des patients atteints de maladies respiratoires en ETP et Réentrainement à l effort au domicile du patient atteint d un cancer broncho pulmonaire 71 patients pris en charge Résultats et tendances encourageantes : - amélioration de la gestion des émotions, - amélioration de la qualité de vie, - amélioration des connaissances - amélioration de la tolérance à l effort Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

5 Programme ETP en cancérologie > Contexte : Population de l Association / RH compétentes dans le domaine Peu de programme dans la région Enquête réalisée en 2013 (population hétérogène de 60 patients) : Changements liés à la maladie : - fatigue, faiblesse (50 % de citation sur les répondants) ; arrêt ou diminution des activités professionnelles et/ou physiques (25%) Thèmes de conseils idées souhaités - fatigue douleur (70%) activité physique (60%) symptômes (50%) + traitements et effets secondaires, image de soi Forme souhaitée - Entretiens individuels (80%) ; groupes de discussion avec présence de l entourage selon la volonté des patients (60%) - / contacts / réseau schrepi/ demande d el ARS (pas organe) Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

6 Programme ETP en cancérologie > Contexte : Rencontres de partenaires et tutelles : - Différents oncologues - Association de patients («Vivre comme avant») - Réseau Régional de Cancérologie - ARS : Orientation vers un programme destiné aux patients quelque soit leur cancer (organe) et quelque soit le stade. - Autorisation en Avril 2015 Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

7 Programme ETP en cancérologie > Contexte Pourquoi? - Améliorer l adhésion à la PEC (dont le TTT/ Observance) - Aider à faire face aux situations difficiles (dont sociales, sanitaires ) - Améliorer la qualité de vie (AP/sommeil ) A domicile? - Vise un public ne voulant ou ne pouvant se déplacer - Vise l entourage - Au plus près du patient dans son environnement et de ses préoccupations quotidiennes Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

8 Programme ETP en cancérologie > Modalités - Qui? Patients résidant dans le NPDC Majeurs Atteints d une pathologie cancéreuse en cours de traitement ou en «après traitement» Patients volontaires / médecin traitant ok Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

9 Programme ETP en cancérologie > Modalités - Quoi? Connaissance et gestion du traitement Connaissance et gestion des effets secondaires Capacité d auto soins Intégration et mise en œuvre du suivi / surveillance Intégration et mise en œuvre de l hygiène alimentaire adaptée Gestion des affects négatifs (patient et aidant) Intégration des modifications physiques (dont la douleur) Maintien ou développement du capital santé (AP, fatigue ) Projection et planification de l avenir social Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

10 Programme ETP en cancérologie Evaluation des besoins Diagnostic éducatif Compétences Contrats d éducation ETP Évaluation. Pédagogique. Bio-psycho-sociale Enseignement / Apprentissages Méthodes pédagogiques Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

11 Programme ETP en cancérologie > Constat Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

12 Programme ETP en cancérologie > Modalités Comment? A la demande du médecin spécialiste, du médecin traitant, du patient lui-même En lien avec la médecine de premier recours et les spécialistes En associant, si le patient le souhaite et le peut, un programme d APA et réentrainement à l'effort complet Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

13 Programme ETP en cancérologie > Modalités Comment? Lors d une demande de PEC si le patient réalise un programme complet de réentrainement à l effort : nécessité de prescription médicale Courriers réalisés début/fin de PEC pour détailler les PEC + résultats des tests (spécialistes / med TTT) Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

14 Programme ETP en cancérologie > Méthodologie File active : (depuis avril 2015) : 59 patients pris en charge; 24 hommes ; 35 femmes Age moyen : 54 ans Type de cancer : BP, Hémopathies, Sénologie, Sarcome Patients répartis sur l ensemble du NPDCa Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

15 Programme ETP en cancérologie > Critères d évaluation de l effet du programme Cognitifs - Connaissance de son traitement Comportements - Modification du comportement face à l AP* Psycho-sociaux - Fatigue* - Anxiété / dépression Aptitudes physiques si cycle de réentrainement à l effort * Atteinte des objectifs Satisfaction Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

16 Comportement Passage de profil «inactif» à «actif» pour: 70% des patients ayant finis leur programme 40,0 35,0 30,0 25,0 20,0 Niveau d'activité physique 18,6 24,1 Très actif Actif 15,0 10,0 Inactif 5,0 Minimum 0,0 Initial Final Maximum Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

17 Paramètres psycho- sociaux Diminution de 2 points en moyenne la fatigue ressentie par le patient Final) 30,0 25,0 20,0 15,0 10,0 15,4 Fatigue 13,1 Excessive OK 5,0 0,0 Initial Final Amélioration de 1 point en moyenne le niveau de qualité de vie ressentie par le patient 12,0 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0 Echelle de niveau de qualité de vie 6,0 Avant 7,3 Après Minimum Maximum Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

18 Paramètres physiques T Stepper 6' 350,0 300,0 Test de tolérance à l effort: + 52 coups de stepper 250,0 200,0 150,0 100,0 144,2 196,1 Minimum Maximum 50,0 0,0 Initial Final Lever de chaise Test de force musculaire MI: + 2,4 lever de chaise 30,0 25,0 20,0 15,0 10,0 13,0 15,4 Minimum Maximum 5,0 0,0 Initial Final Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

19 Objectifs et satisfaction > Plus de 90 % des patients déclarent avoir atteints leurs objectifs > Satisfaction moyenne à 9/10 Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

20 Etude clinique en cours - Cancer BPNPC

21 Etude clinique en cours - Cancer BPNPCa Education Thérapeutique et APA à domicile chez les patients atteints d un cancer pulmonaire non à petites cellules de stade avancé bénéficiant d une thérapie ciblée orale. > Etude multicentrique, prospective, accord CPP > Promoteur : CHRU Lille > Objectif principal : Etudier la faisabilité de ce programme à domicile chez les patients atteints de CPNPC sous thérapie ciblée orale. Taux d adhésion / Taux et motifs de refus > Objectifs secondaires : Evaluer les bénéfices et effets indésirables de la RR. Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

22 Etude clinique en cours - Cancer BPNPC > Objectif de 50% atteint : 56% d acceptation > 42% débutent réellement la RR, pas d abandon > Motifs de refus : gravité de la maladie, méconnaissance de l intêret du programme Importance de l explication du programme, rôle déterminant du praticien dans la motivation du patient. Moment opportun qui reste à définir. Adhérer au mieux au mode de vie du patient avec la RR à domicile Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

23 Etude clinique en cours - Cancer BPNPC > Résultats préliminaires Sur le plan fonctionnel : Amélioration significative du TS6 Bénéfice subjectif ressenti chez 45% des patients Sur le plan de la qualité de vie et psychologique : Amélioration significative du FACT-L HAD et EORTC ont tendance à s améliorer > Un tel programme dans le CPNPC sous thérapie ciblée orale : faisable et bien tolérée Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

24 Programme APA «LIGUE CONTRE LE CANCER», en partenariat avec le Centre Oscar Lambret

25 Programme APA Ligue contre le Cancer > Contexte Mise en place d une réflexion régionale au Réseau Régional de Cancer sur l AP : «mutualisation de l AP en cancérologie dans le NPDC» Création d une charte de PEC Création d un nivèlement des PEC et des réponses en fonction de la situation des patients Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

26 Programme APA Ligue contre le Cancer > Mise en œuvre d une étude observationnelle > Activité Physique Adaptée (APA) et personnalisée au domicile de personnes vulnérables atteintes d un cancer du sein, suivies par le Centre Oscar Lambret > Objectif général : Améliorer la qualité de vie des patientes vulnérables atteintes d un cancer du sein via l Activité Physique Adaptée > Objectifs spécifiques : Améliorer la tolérance à l effort et la pratique d activité physique au quotidien, Diminuer la sensation de fatigue, Pérenniser l Activité Physique Adaptée après le programme, Evaluer la satisfaction. Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

27 Programme APA Ligue contre le Cancer > Facteurs de vulnérabilité : refus d intégrer des structures proposant des activités collectives, problèmes de mobilité, vulnérabilité psycho-sociale (anxiété, isolement, ) > Les vulnérabilités médicales sont : des effets secondaires majeurs des traitements antécédents cardio-vasculaires, respiratoires (qui doivent être stabilisés au moment de l inclusion) ; localisations secondaires du cancer (sans risque fracturaire pour les métastases osseuses) ; risque de dénutrition ou dénutrition avérée. > Ces vulnérabilités médicales peuvent être seules ou combinées aux autres facteurs de vulnérabilité. Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

28 Programme APA Ligue contre le Cancer > Critères Qualité de vie QLQ-C30 de l EORTC, Aptitudes physiques (stepper-test de 6 minutes, test de force musculaire), l auto-questionnaire IPAQ, le questionnaire FACT-fatigue (FACT-F), l évaluation du maintien de l activité physique par appels téléphoniques à 2 et 6 mois, un questionnaire de satisfaction (une partie dévolue à la satisfaction quant au programme d APA) > Etat d avancement 3 patientes déjà prise en charge 2 en cours, 2 en attente Journée Régionale Santé et Maintien A Domicile 15 décembre

29 Merci de votre attention

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON. Un projet commun

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON. Un projet commun EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON Un projet commun Genèse du projet Rencontre de professionnels de la santé CHRU de Lille / Santélys Souhait fort des deux

Plus en détail

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen Définition de l OMS (1998) L ETP est un processus continu,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Accompagnement : Ed Innov Santé Dr. GENET Dominique, Médecin

Plus en détail

Onco-MBSR : une étude clinique portée par un réseau régional de cancérologie

Onco-MBSR : une étude clinique portée par un réseau régional de cancérologie Onco-MBSR : une étude clinique portée par un réseau régional de cancérologie Dr Patrick HEITZMANN, médecin coordinateur OncoCentre 1 Réseau OncoCentre EMRC (4 ETP) Etude simple à mettre en œuvre 2 La cancérologie

Plus en détail

4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support

4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support 4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support L. KALUZINSKI 19/06/2015 ASTHENIE DEFINITION DIAGNOSTIC ETIOLOGIES PRISE EN CHARGE Sensation subjective en dehors d un effort récent, et cliniquement

Plus en détail

L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pourquoi? Quand? Réseau Insuffisance Respiratoire Lorraine

L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pourquoi? Quand? Réseau Insuffisance Respiratoire Lorraine L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pour qui? Pourquoi? Quand? Réseau Insuffisance Respiratoire Lorraine Anne GUILLAUMOT 26 Septembre 2009 L Education Thérapeutique du Patient atteint

Plus en détail

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Anne Brédart Unité de Psycho-Oncologie Institut Curie, Paris Régionales de Cancérologie, Paris, 24 novembre 2004 L expérience de la fatigue en

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA SURVEILLANCE ARTAGÉE DU CANCER DU SEIN

LES ENJEUX DE LA SURVEILLANCE ARTAGÉE DU CANCER DU SEIN LES ENJEUX DE LA SURVEILLANCE ARTAGÉE DU CANCER DU SEIN Regards croisés des médecins et des patientes de la région Rhône- Alpes. BARRACHIN Sigrid LABROSSE Hélène, FARSI Fadila, PREAU Marie Présentation

Plus en détail

Qu attendre d un stage de réhabilitation à court et moyen terme? Dr Pascale SURPAS CHARNAY

Qu attendre d un stage de réhabilitation à court et moyen terme? Dr Pascale SURPAS CHARNAY Qu attendre d un stage de réhabilitation à court et moyen terme? Dr Pascale SURPAS CHARNAY EFFETS ATTENDUS DES TRT DANS LA BPCO DEFINITION ERS/ATS 2013 Se mettre d accord sur les mots la rééducation est

Plus en détail

LINUT 2009 CSAN du CRRF André Lalande, NOTH.

LINUT 2009 CSAN du CRRF André Lalande, NOTH. EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT A LA NUTRITION ET A L ACTIVITE PHYSIQUE AU CRRF ANDRE LALANDE HISTORIQUE Constat d un besoin réel pour les patients du CRRF + Recommandations nationales = Idée de créer

Plus en détail

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Définition des Soins de Support Oncologiques Ensemble des

Plus en détail

INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie. une liaison entre la ville et l hôpital. Katia Aubert

INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie. une liaison entre la ville et l hôpital. Katia Aubert Centre de Coordination en Cancérologie d Hématologie Région Limousin INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie une liaison entre la ville et l hôpital Katia Aubert ORGANISATION DE LA CANCEROLOGIE

Plus en détail

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS Trouble bipolaire module 2 Toulouse 2008 Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé 75014 PARIS Partie 1 Les programmes TCC spécifiques au trouble bipolaire TABLEAU COMPARATIF

Plus en détail

Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante

Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante Dr Caroline BUREAU LENOIR Polyclinique Bordeaux Nord Aquitaine HISTORIQUE (1)

Plus en détail

Dr Laurence Digue. Réseau de Cancérologie d Aquitaine. 37 es journées de la Société Française de Sénologie et Pathologie Mammaire

Dr Laurence Digue. Réseau de Cancérologie d Aquitaine. 37 es journées de la Société Française de Sénologie et Pathologie Mammaire Dr Laurence Digue Réseau de Cancérologie d Aquitaine 37 es journées de la Société Française de Sénologie et Pathologie Mammaire Bordeaux 11 Novembre 2015 RCP Réunion de Concertation Pluridisciplinaire

Plus en détail

La Réhabilitation respiratoire et l éducation thérapeutique en centre et à domicile

La Réhabilitation respiratoire et l éducation thérapeutique en centre et à domicile Forum BPCO ARS Nord Pas De Calais 28 juin 2012 La Réhabilitation respiratoire et l éducation thérapeutique en centre et à domicile Dr Jean Marie Grosbois Pourquoi? La Réhabilitation respiratoire et l éducation

Plus en détail

L ETP EN CANCEROLOGIE

L ETP EN CANCEROLOGIE Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - L ETP EN CANCEROLOGIE Isabelle VAN PRAAGH-DOREAU Régine CHEVRIER Sommaire Définition et cadre ETP ETP aplasies

Plus en détail

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Dr Audinet cardiologue, Dr Quélennec pharmacien Centre Hospitalier

Plus en détail

Mémoire du DIU de tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest

Mémoire du DIU de tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest Mémoire du DIU de tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest Evaluation de la pertinence et de la faisabilité de la mise en place d une démarche d accompagnement à l arrêt du tabac auprès

Plus en détail

Synthèses thématiques

Synthèses thématiques Synthèses thématiques Synthèses thématiques 129 Répondre aux besoins des enfants, adolescents et jeunes adultes atteints de cancer Le cancer chez l enfant est une maladie rare qui représente 1 à 2 % de

Plus en détail

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle LES PLANS CANCER IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle PLAN CANCER Contexte de mise en œuvre Contexte : 1ers Etats Généraux des malades atteints de cancer organisés par La Ligue Contre le Cancer en 1998

Plus en détail

Comment mesurer le Stress au travail? Bilan de 5 années de pratique au CHU de Clermont-Ferrand.

Comment mesurer le Stress au travail? Bilan de 5 années de pratique au CHU de Clermont-Ferrand. Comment mesurer le Stress au travail? Bilan de 5 années de pratique au CHU de Clermont-Ferrand. Professeur Alain CHAMOUX Chef du Service Santé Travail Environnement, CHU Clermont-Ferrand 18 septembre 2008

Plus en détail

Rôle de l infirmière en rhumatologie Et Education Thérapeutique du Patient (ETP)

Rôle de l infirmière en rhumatologie Et Education Thérapeutique du Patient (ETP) L ARTHRITE : QUELLE QUALITE DE VIE EN 2014 Approche interdisciplinaire de la polyarthrite rhumatoïde Rôle de l infirmière en rhumatologie Et Education Thérapeutique du Patient (ETP) Avramovska Aleksandra

Plus en détail

Point méthodologique sur la recherche en éducation thérapeutique du patient. Laetitia Gambotti Unité de Recherche Clinique Pitié Charles Foix, Paris

Point méthodologique sur la recherche en éducation thérapeutique du patient. Laetitia Gambotti Unité de Recherche Clinique Pitié Charles Foix, Paris Point méthodologique sur la recherche en éducation thérapeutique du patient Laetitia Gambotti Unité de Recherche Clinique Pitié Charles Foix, Paris IRESP 13 juin 2012 1 Un programme d ETP Identification

Plus en détail

L AIDE AUX AIDANTS: DU GROUPE DE PAROLE A L EDUCATION THERAPEUTIQUE. Vignaud M.L., Bariteau V., Paineau P., Alix M., Reiss K., Puzos P.

L AIDE AUX AIDANTS: DU GROUPE DE PAROLE A L EDUCATION THERAPEUTIQUE. Vignaud M.L., Bariteau V., Paineau P., Alix M., Reiss K., Puzos P. L AIDE AUX AIDANTS: DU GROUPE DE PAROLE A L EDUCATION THERAPEUTIQUE Vignaud M.L., Bariteau V., Paineau P., Alix M., Reiss K., Puzos P. En 2008, 3.6 millions de personnes âgées de plus de 60 ans étaient

Plus en détail

Principaux résultats Enquête VICAN2. Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015

Principaux résultats Enquête VICAN2. Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015 Principaux résultats Enquête VICAN2 Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015 Contexte de l enquête Augmentation de l incidence du cancer et diminution de la mortalité croissance

Plus en détail

Apport de l Art-Thérapie dans l offre de soins des patients métastatiques atteints de cancer du poumon

Apport de l Art-Thérapie dans l offre de soins des patients métastatiques atteints de cancer du poumon Apport de l Art-Thérapie dans l offre de soins des patients métastatiques atteints de cancer du poumon Réseau régional de cancérologie Rencontre sur l art thérapie en oncologie 17 avril 2014 Bénédicte

Plus en détail

Rapport atelier du CCECQA, 5 avril 2011 Evaluation en ETP : où en sommes nous?. Donner du sens à l évaluation en ETP

Rapport atelier du CCECQA, 5 avril 2011 Evaluation en ETP : où en sommes nous?. Donner du sens à l évaluation en ETP Cellule ETAPE Education thérapeutique Amélioration des Pratiques & Evaluation Rapport atelier du CCECQA, 5 avril 2011 Evaluation en ETP : où en sommes nous?. Donner du sens à l évaluation en ETP Rapport

Plus en détail

Programme d éducation thérapeutique dans le cancer de la prostate localisé

Programme d éducation thérapeutique dans le cancer de la prostate localisé Programme d éducation thérapeutique dans le cancer de la prostate localisé Fabienne Courdesses-Chargée de mission ETP- Réseau Onco94 Ouest- CNRC -1 er octobre 2015 Onco 94 Ouest en quelques mots Trois

Plus en détail

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Cette fiche propose des exemples de questions qui sont adaptables et modifiables par chaque équipe dans sa démarche d auto-évaluation.

Plus en détail

Docteur AMBLARD-MANHES Centre Médical «Les Sapins» - Ceyrat (63) Soins de Suite et de Réadaptation oncologique. Questionnaire Satisfaction Entourage

Docteur AMBLARD-MANHES Centre Médical «Les Sapins» - Ceyrat (63) Soins de Suite et de Réadaptation oncologique. Questionnaire Satisfaction Entourage Docteur AMBLARD-MANHES Centre Médical «Les Sapins» - Ceyrat (63) Soins de Suite et de Réadaptation oncologique Questionnaire Satisfaction Entourage 1 Historique de la Réflexion 2000 : Etude «intégration

Plus en détail

Formation-Action-Cancer-Education (FACE)

Formation-Action-Cancer-Education (FACE) Appel à projet INCa Education Thérapeutique du Patient et chimiothérapies per os Formation-Action-Cancer-Education (FACE) V. Noirez - Pharmacien CHR Mercy N. Fabié Pharmacien RRC Oncolor AAP - ETP (juin

Plus en détail

Education thérapeutique Repères pratiques. Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE

Education thérapeutique Repères pratiques. Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE Education thérapeutique Repères pratiques Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE 26 septembre 2009 1 ère partie: au fil des étapes de l ETP 2 ème partie: au carrefour du soin et

Plus en détail

LA MALADIE DE PARKINSON

LA MALADIE DE PARKINSON LA MALADE DE PARKNSON L expérience de l ETP de la maladie de Parkinson Clinique de Provence Bourbonne Aubagne Loïc BANCLHON, Directeur Expérience ETP malafdie de Parkinson 11.03.12 Qu est ce que la maladie

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DE L EQUIPE SPECIALISEE A DOMICILE : ESAD

FONCTIONNEMENT DE L EQUIPE SPECIALISEE A DOMICILE : ESAD FONCTIONNEMENT DE L EQUIPE SPECIALISEE A DOMICILE : ESAD Equipe Spécialisée Alzheimer à Domicile Wasquehal, Marcq en Baroeul, Croix, Mouvaux et Bondues E. Dooze Directrice SSIAD/ESAD Emilie Orer, ergothérapeute

Plus en détail

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Les différents types de prise en charge des patients à domicile L hospitalisation

Plus en détail

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD 1 Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du conférencier: Dr Marie PECHARD Je n ai aucun conflit d intérêt réel ou potentiel en lien avec

Plus en détail

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention»

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Congrès du domicile 09 et 10 avril 2015 «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Mérignac Mme BOUFFARD-BERTRAND Directrice Générale de Vie Santé Mérignac Mme Sandra BAYLE Infirmière coordinatrice

Plus en détail

Education Thérapeutique de l enfant et des parents aux auto ou hétéro-sondages. C.JOLLY - congrès APNP 15/10/2016

Education Thérapeutique de l enfant et des parents aux auto ou hétéro-sondages. C.JOLLY - congrès APNP 15/10/2016 Education Thérapeutique de l enfant et des parents aux auto ou hétéro-sondages C.JOLLY - congrès APNP 15/10/2016 INTERET SONDAGE INTERMITTENT (SI) RETENTION URINAIRE CHRONIQUE complète ou non : Distension

Plus en détail

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX Nathalie DANJOU, Directrice 16, rue Du Guesclin 24000 PERIGUEUX 05.53.13.19.90 05.53.53.40.72 @ accueil@mdrs24.fr Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) AUTORISE DEPUIS LE 05 OCTOBRE 2015 «LA MAISON

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE Le Réseau Dousopal 44 Bd Stanislas Girardin 76140 Le Petit Quevilly Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL d une part, ET L Etablissement

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE Dr Sara Balagny Equipe Mobile d Accompagnement et de Soins Palliatifs Hospitalisation A Domicile CHRU Lille Définition des soins palliatifs «Les soins palliatifs cherchent

Plus en détail

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire JESS 2014, Saint- Etienne Les progrès en cancérologie Progrès techniques: > Nouveaux médicaments

Plus en détail

Dominique BELCOUR DESC Réanimation Médicale Bordeaux, juin 2008

Dominique BELCOUR DESC Réanimation Médicale Bordeaux, juin 2008 Dominique BELCOUR DESC Réanimation Médicale Bordeaux, juin 2008 Introduction En France: 70% décès à l hôpital 50% en réanimation 53% décès dans contexte de LATA (LATAREA, 1997) 69 % des familles ont des

Plus en détail

VITALink, Suivi des patients sous thérapie orale

VITALink, Suivi des patients sous thérapie orale Barbara POIROT IDE en éducation thérapeutique Centre Paul Strauss bpoirot@strasbourg.unicancer.fr 3 Rue de la Porte de l Hôpital 67065 STRASBOURG CEDEX 03 88 25 24 24 Le 19 novembre 1923, le Centre Régional

Plus en détail

Julien Gelly Jean-Pierre Aubert Alain Eddi

Julien Gelly Jean-Pierre Aubert Alain Eddi ETUDES CARE-PREV1 & CARE-PREV2 : Etudes d acceptabilité et de faisabilité de consultations de prévention réalisées par des externes dans un cabinet de médecine générale. Julien Gelly Jean-Pierre Aubert

Plus en détail

Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD)

Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD) FMC VAL DE CREUSE 18 NOVEMBRE 2009 Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD) SENSIBILISATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ SENSIBILISATION À LÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE OBJECTIFS: Intégrer

Plus en détail

Education Thérapeutique du Patient en Lorraine. Dr A. Dieterling Directrice de la Santé Publique 3 décembre 2015

Education Thérapeutique du Patient en Lorraine. Dr A. Dieterling Directrice de la Santé Publique 3 décembre 2015 Education Thérapeutique du Patient en Lorraine Dr A. Dieterling Directrice de la Santé Publique 3 décembre 2015 L ETP : une nécessité 15 M de malades chroniques Maladie chronique Evolution sur le long

Plus en détail

CONGRES FHP ARCACHON La fibromyalgie: expérience des grands chênes P.Middleton-N.Munier

CONGRES FHP ARCACHON La fibromyalgie: expérience des grands chênes P.Middleton-N.Munier CONGRES FHP ARCACHON 2016 La fibromyalgie: expérience des grands chênes P.Middleton-N.Munier LES PRINCIPES Prise en charge pluri disciplinaire de patients douloureux chroniques. De la lombalgie. à la fibromyalgie.

Plus en détail

SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE

SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE TRAVAUX des réseaux d Ile-de-France 3 e Congrès National des Réseaux de Cancérologie CONSTELLATION, ENSEMBLE, GYNECOMED, ONCORIF, ONCOVAL,

Plus en détail

Éducation Thérapeutique en Cancérologie

Éducation Thérapeutique en Cancérologie Éducation Thérapeutique en Cancérologie I. ETP /Généralités 1 ) Définition 2 ) Législation 3 ) Différentes étapes en Education Thérapeutique 4 ) Modèle D Ivernois/Gagnayre 5 ) Spécificités de l ETP en

Plus en détail

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL Plan de la présentation Préparation de la sortie d un patient hospitalisé Accueil d un patient

Plus en détail

Session 7 : Communications orales Modérateurs : Muriel Rainfray Loïc Mourey

Session 7 : Communications orales Modérateurs : Muriel Rainfray Loïc Mourey Session 7 : Communications orales Modérateurs : Muriel Rainfray Loïc Mourey PREVALENCE DU CANCER CHEZ LES PATIENTS AGES DE 75 ANS ET PLUS RESIDANT EN EHPAD : ETUDE REALISEE AUPRES DES 50 EHPAD CONVENTIONNES

Plus en détail

CANCER DU SEIN ET ACTIVITE PHYSIQUE ADAPTÉE : EXPERIENCE FRANC-COMTOISE. Dr Nathalie MENEVEAU Oncologue CHRU Besançon

CANCER DU SEIN ET ACTIVITE PHYSIQUE ADAPTÉE : EXPERIENCE FRANC-COMTOISE. Dr Nathalie MENEVEAU Oncologue CHRU Besançon 1 CANCER DU SEIN ET ACTIVITE PHYSIQUE ADAPTÉE : EXPERIENCE FRANC-COMTOISE Dr Nathalie MENEVEAU Oncologue CHRU Besançon 2 Conflits d intérêts Aucun 3 Activité physique et cancers L'AP s'intègre dans les

Plus en détail

Education thérapeutique du patient

Education thérapeutique du patient Présentation du dispositif de réhabilitation Rhône Alpes Centre 2 juin 2016 Education thérapeutique du patient S.MANGIN (IDE) Dr M.BONAÏTI Département de réhabilitation psychosociale Définitions - Objectifs

Plus en détail

Dispositif d'annonce - Oncoguyane

Dispositif d'annonce - Oncoguyane Dispositif d'annonce - Oncoguyane Dispositif d'annonce: historique 1998: Etats généraux du cancer 2003: Plan cancer ( mesure n 40) 2004: Cahier des charges ( DHOS et LCC) Juin 2004 Mai 2005: expérimentation

Plus en détail

Projet ETOILE. L Education Thérapeutique du Patient (ETP) en Oncologie-thoracique. Laurence BIGAY-GAME. Christelle RUDZKY. Education.

Projet ETOILE. L Education Thérapeutique du Patient (ETP) en Oncologie-thoracique. Laurence BIGAY-GAME. Christelle RUDZKY. Education. L Education Thérapeutique du Patient (ETP) en Oncologie-thoracique Projet ETOILE Education Thérapeutique Onco-thoracique Laurence BIGAY-GAME Christelle RUDZKY ToulousE Individualisée Larrey Sommaire Présentation

Plus en détail

Programme d éducation thérapeutique du patient Grille d aide à l évaluation de la demande d autorisation par l ARS

Programme d éducation thérapeutique du patient Grille d aide à l évaluation de la demande d autorisation par l ARS Programme d éducation thérapeutique du patient Grille d aide à l évaluation de la demande d autorisation par l ARS «L éducation thérapeutique s inscrit dans le parcours de soins du patient. Elle a pour

Plus en détail

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO-

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO- le parcours de soins UE.2.6 Compétence Introduction C est quoi? Le territoire national est découpé en zones géographiques appelées «secteurs». Le secteur est l organisation à l intérieur d un bassin de

Plus en détail

Education thérapeutique et VHC en milieu carcéral: l expérience du pharmacien

Education thérapeutique et VHC en milieu carcéral: l expérience du pharmacien Education thérapeutique et VHC en milieu carcéral: l expérience du pharmacien Nicolas TERRAIL Pharmacien US de VLM 1 27/10/2015 Le pharmacien Ne prescrit pas Ne fait pas de soins N a pas été bien formé

Plus en détail

Docteur Sandrine JUNQUA. Équipe Mobile Douleur Soins Palliatifs Soins de Support CHU Toulouse

Docteur Sandrine JUNQUA. Équipe Mobile Douleur Soins Palliatifs Soins de Support CHU Toulouse Approche palliative et Qualité de vie Docteur Sandrine JUNQUA Équipe Mobile Douleur Soins Palliatifs Soins de Support CHU Toulouse Soins de support «l ensemble des soins et soutiens nécessaires aux personnes

Plus en détail

Activité physique et cancer

Activité physique et cancer Activité physique et cancer Activité physique et cancer 1/ Introduction 2/ Définition de l activité physique 3/ La fatigue 4/ Bénéfices de l activité physique en cancérologie 5/ Mécanismes d action de

Plus en détail

Evaluation de 10 ans de politique de lutte contre le cancer

Evaluation de 10 ans de politique de lutte contre le cancer Evaluation de 10 ans de politique de lutte contre le cancer Haut Conseil de santé publique co-pilotes Hélène Grandjean Caroline Weill-Gies Saisine DGS Quel impact des plans en termes de réduction des inégalités

Plus en détail

Cahier des charges ARS Ile de France. [Tapez le contenu encadré. Un encadré est un supplément autonome dans

Cahier des charges ARS Ile de France. [Tapez le contenu encadré. Un encadré est un supplément autonome dans 2012-13 Cahier des charges ARS Ile de France Soutien au développement de projets d accompagnement des patients malades chroniques en ambulatoire en Ile de France [Tapez le contenu encadré. Un encadré est

Plus en détail

A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce

A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce Dr Lafaye Fanny (PH LISP Oncologie médicale) CHU Dr Emmanuel de Larivière (médecin responsable du pôle palliatif)

Plus en détail

Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé

Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé Evaluation des pratiques professionnelles Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé Grilles pour l évaluation et l amélioration des pratiques professionnelles Mai 2011 1 METHODOLOGIE

Plus en détail

Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité. Janvier Mars 2015

Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité. Janvier Mars 2015 Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité Janvier Mars 2015 Sommaire Définition de la Maladie Chronique p.03 Méthodologie et taux de retour p.04 Représentativité p.06

Plus en détail

HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT

HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT ORIGINALITES D UNE PRISE EN CHARGE MULTIDISCIPLINAIRE Docteur Agnès MICHON 12 décembre 2016 Vivre ensemble l autisme CRA Limousin

Plus en détail

Le rôle du médecin généraliste dans l éducation thérapeutique du patient infecté par le VIH

Le rôle du médecin généraliste dans l éducation thérapeutique du patient infecté par le VIH Le rôle du médecin généraliste dans l éducation thérapeutique du patient infecté par le VIH Docteur Olivier Brasse Médecin généraliste Praticien Attaché Pôle Addiction-Prévention-Education thérapeutique

Plus en détail

L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE

L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE L INFIRMIÈRE DE COORDINATION EN HÉMATOLOGIE CLINIQUE ADULTE Valérie MORVAN Tiphaine RICARD Laurianne JAMES PLAN Présentation du service d hématologie et des Idecs Ide de programmation en hospitalisation:

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIE ORALE

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIE ORALE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIE ORALE 1 Partage d expérience Pharmacien Hospitalier Pascale Garnier Clinique Pasteur Evreux Anaïs Breteau- OMEDIT Haute Normandie CONTEXTE Balbutiements

Plus en détail

Participation des patients à la construction d un programme d ETP destiné à l IRC arrivant à la suppléance. Michèle Kessler

Participation des patients à la construction d un programme d ETP destiné à l IRC arrivant à la suppléance. Michèle Kessler Participation des patients à la construction d un programme d ETP destiné à l IRC arrivant à la suppléance Michèle Kessler NEPHROLOR ETP dans NEPHOLOR Priorité depuis 2006 Tenir compte des besoins des

Plus en détail

Oncologie 93, un réseau de santé en cancérologie en Seine Saint Denis

Oncologie 93, un réseau de santé en cancérologie en Seine Saint Denis Oncologie 93, un réseau de santé en cancérologie en Seine Saint Denis Seine Saint Denis coordonner proximité collaborer accompagner mutualiser évaluer innover orienter ressource plate-forme associations

Plus en détail

Éducation thérapeutique dans le cadre de vie des patients Hospitalisés à Domicile

Éducation thérapeutique dans le cadre de vie des patients Hospitalisés à Domicile Éducation thérapeutique dans le cadre de vie des patients Hospitalisés à Domicile Développement de programmes d éducation thérapeutique en HAD Dr Béatrice Grenier, Médecin coordonnateur. Santé Service,

Plus en détail

Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique

Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique Dr Arielle ATTAL, Gériatre Médecin coordinateur 4 juin 2015 Avec le soutien de «Réseau de santé»: missions Article L6321-1

Plus en détail

La notoriété et l image des ostéopathes

La notoriété et l image des ostéopathes Mai 2016 La notoriété et l image des ostéopathes Sondage Ifop pour Ostéopathes de France Contacts Ifop : Frédéric DABI Adeline MERCERON Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

AFMP, IZMIR U1046

AFMP, IZMIR U1046 L éducation thérapeutique du patient BPCO en 2016 Christian Préfaut AFMP, IZMIR Avril 2016 U1046 L éducation Thérapeutique Pourquoi? Maladies Chroniques et Environnement ü Les maladies chroniques sont

Plus en détail

PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT DESTINE AUX PERSONNES ATTEINTES DE BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO)

PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT DESTINE AUX PERSONNES ATTEINTES DE BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO) PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT DESTINE AUX PERSONNES ATTEINTES DE BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO) ETABLISSEMENT THERMAL DE CAMBO-LES-BAINS LES PATIENTS CONCERNES PAR LE

Plus en détail

Etablissement les Hirondelles

Etablissement les Hirondelles Etablissement les Hirondelles Club d Education Thérapeutique pour Enfants C. E. T. E = 7 LIVRET D INFORMATION DES ENFANTS ET DES DES PARENTS Notre programme d éducation thérapeutique de l asthme Les Hirondelles

Plus en détail

PEC d'un Patient doulour eux -J. CERUETTO Prise en charge multidisciplinaire de la Douleur

PEC d'un Patient doulour eux -J. CERUETTO Prise en charge multidisciplinaire de la Douleur Prise en charge multidisciplinaire Auprès de certains patients douloureux chroniques, tout soignant peut éprouver des difficultés de nature diverse, face à ces difficultés certains soignants ont trouvé

Plus en détail

ABSENCE DE CONFLIT D INTERET

ABSENCE DE CONFLIT D INTERET C.CAILLOT- TRELAZE 14 Janvier 2016 ABSENCE DE CONFLIT D INTERET «L éducation thérapeutique s inscrit dans le parcours de soins du patient. Elle a pour objectif de rendre le patient plus autonome, en facilitant

Plus en détail

Programme Personnalisé de l Après cancer (P.P.A.C.) Enquête auprès des Médecins généralistes Résultats

Programme Personnalisé de l Après cancer (P.P.A.C.) Enquête auprès des Médecins généralistes Résultats Programme Personnalisé de l Après cancer (P.P.A.C.) Enquête auprès des Médecins généralistes Résultats Dans le cadre du deuxième plan cancer et de ses recommandations, un groupe de travail s est réuni

Plus en détail

Activités Physiques et Éducation Thérapeutique en réadaptation cardiovasculaire Ugo BRISSET Professeur en Activités Physiques Adaptées - Centre de

Activités Physiques et Éducation Thérapeutique en réadaptation cardiovasculaire Ugo BRISSET Professeur en Activités Physiques Adaptées - Centre de Activités Physiques et Éducation Thérapeutique en réadaptation cardiovasculaire Ugo BRISSET Professeur en Activités Physiques Adaptées - Centre de Réadaptation cardiovasculaire Bois Gibert La réadaptation

Plus en détail

Les Soins de Supports en Onco Gériatrie

Les Soins de Supports en Onco Gériatrie Les Soins de Supports en Onco Gériatrie Lepoix Cécile IDE EMDSP IUCT Journée Paramédicale du 09 Octobre 2015 Quelques Constats Progrès de la médecine, espérance de vie plus longue, risque de cancer plus

Plus en détail

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion Le projet de soins UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion 2015-2018 Plan 1. Introduction 2. Définition du projet 3. Les projets en structure de soins 4. Le projet de soins individualisé : 4.1. L argumentation

Plus en détail

Retour d expérience. Note de recherche et travail de fin d études

Retour d expérience. Note de recherche et travail de fin d études Retour d expérience Note de recherche et travail de fin d études UE 3.4.S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6.S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles

Plus en détail

PRESENTATION ETUDE DOMINO. DESCATOIRE Pablo ( PH CHU Caen, INSERM U1075)

PRESENTATION ETUDE DOMINO. DESCATOIRE Pablo ( PH CHU Caen, INSERM U1075) PRESENTATION ETUDE DOMINO DESCATOIRE Pablo ( PH CHU Caen, INSERM U75) Que faire des traitements anticholinestérasiques des patients souffrant de maladie d Alzheimer aux stades modéré et sévère? Les continuer?

Plus en détail

Les missions de coopération infirmière :

Les missions de coopération infirmière : Les missions de coopération infirmière : le myélogramme Michèle Isnardi, Directrice des soins Khadidja Rerbal, Infirmière Principale Institut Paoli-Calmettes, Marseille Arrêté n 2011POSA/07/75 «Réalisation

Plus en détail

Boucard E : Université Catholique de Louvain La Neuve. Reychler G : Cliniques universitaires Saint-Luc. Beaumont M : Centre Hospitalier de Morlaix

Boucard E : Université Catholique de Louvain La Neuve. Reychler G : Cliniques universitaires Saint-Luc. Beaumont M : Centre Hospitalier de Morlaix Boucard E : Reychler G : Cliniques universitaires Saint-Luc Beaumont M : Centre Hospitalier de Morlaix COMPARAISON DU «TEST DE MARCHE DE SIX MINUTES» AVEC LE «TEST DU LEVER DE CHAISE D UNE MINUTE», LE

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION. Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT

PROGRAMME DE FORMATION. Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT PROGRAMME DE FORMATION Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT Formation en 2 temps (total de 6 jours) 1 er session (3 jours) : 26-27-28

Plus en détail

L Institut Régional de Médecine du Sport de Haute Normandie. Dr Mehdi Roudesli

L Institut Régional de Médecine du Sport de Haute Normandie. Dr Mehdi Roudesli L Institut Régional de Médecine du Sport de Haute Normandie Dr Mehdi Roudesli SPORT & SANTE Ou L activité physique en prévention primaire et tertiaire de différentes pathologies chroniques Introduction

Plus en détail

«SOS SEIN 84» nouveau service de prise en charge rapide en pathologie mammaire : Retour d expérience

«SOS SEIN 84» nouveau service de prise en charge rapide en pathologie mammaire : Retour d expérience CONGRES SFSPM TOULOUSE 2014 «SOS SEIN 84» nouveau service * * * R Rapport 2014 : Valeurs pronostique e de prise en charge rapide en pathologie mammaire : Retour d expérience pour une utilité clinique dans

Plus en détail

Formation des aidants naturels et éducation thérapeutique pour la maladie d Alzheimer et les affections apparentées. Dr Leslie Cartz-Piver

Formation des aidants naturels et éducation thérapeutique pour la maladie d Alzheimer et les affections apparentées. Dr Leslie Cartz-Piver Formation des aidants naturels et éducation thérapeutique pour la maladie d Alzheimer et les affections apparentées Dr Leslie Cartz-Piver CMRR du Limousin Réseau Mémoire COGLIM 1 Vivre au mieux avec la

Plus en détail

Optimisation de la Prise en charge médicamenteuse chez la Personne Agée lors de son séjour en centre de SSR

Optimisation de la Prise en charge médicamenteuse chez la Personne Agée lors de son séjour en centre de SSR Optimisation de la Prise en charge médicamenteuse chez la Personne Agée lors de son séjour en centre de SSR 1 A S S O C I A T I O N H O S P I T A L I E R E S A I N T - J O S E P H ( 4 3 ) : C E N T R E

Plus en détail

Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés. Parcours de santé et affections cardio-vasculaires

Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés. Parcours de santé et affections cardio-vasculaires Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés Parcours de santé et affections cardio-vasculaires Intervenants : Dr Jean-Etienne Touze, cardiologue, réadaptation cardiaque, hôpital privé Clairval (Marseille)

Plus en détail

Référentiel de compétences en éducation pour la santé

Référentiel de compétences en éducation pour la santé Référentiel de compétences en éducation pour la santé Version synthétique septembre 2012 Comité consultatif pour l élaboration des programmes de formation en éducation pour la santé (Décret n 2006-57 du

Plus en détail

GYNECO ONCOGER. Version n 1 du 26/12/2012

GYNECO ONCOGER. Version n 1 du 26/12/2012 Place d une évaluation gériatrique standardisée dans la prise en charge des patientes âgées de 75 ans et plus atteintes d un premier cancer du sein localisé : Comparaison de deux stratégies, avant la chirurgie

Plus en détail

Hématologie : Effets indésirables des anticancéreux par voie orale. Résultats de l enquête conduite auprès des associations de patients

Hématologie : Effets indésirables des anticancéreux par voie orale. Résultats de l enquête conduite auprès des associations de patients Hématologie : Effets indésirables des anticancéreux par voie orale Résultats de l enquête conduite auprès des associations de patients Septembre 2014 Contexte Dans le cadre du Plan cancer 2014-2019, l'institut

Plus en détail