Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel"

Transcription

1 Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité des petits de la exploitants agricoles du Sahel. Institut international de recherche sur les cultures des zones tropicales semi-arides(icrisat) Contacts utiles Liens utiles Ramadjita Tabo, ICRISAT. Courriel: ICRISAT INFORMATIONS SUR LE PROGRAMME OU PROJET FAVORISANT LA PRATIQUE (S IL Y A LIEU) Programme ou projet Micro doses d engrais pour la prospérité des petits exploitants agricoles du Sahel Période Juin 2002 décembre 2004 Donateur Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) Réalisateur du programme ou projet SITE DE LA PRATIQUE Région Afrique Pays Burkina Faso, Mali et Niger Province, districts, villages Instituts de recherche: ICRISAT, Système national de recherche et de vulgarisation agricoles (NARES); Institut de l environnement et de recherches agricoles du Burkina Faso (INERA); Institut d économie rurale (IER), Mali; Institut national de recherche agronomique du Niger (INRAN) ainsi que d autres Centres internationaux de recherche agronomiques (CIRA); Biologie des sols tropicaux et Institut de fertilité du CIAT (TSBF- CIAT); Centre international pour le développement de fertilisants (IFDC) OIG: Projet intrants, Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO) (ateliers de formation sur le système de crédit warranté) ONG: ONG des trois pays du projet y compris la Fédération nationale des groupements Naam (FNGN), l Association pour le développement de la région de Kaya, Hunger Project in Burkina Faso; Association pour le développement des activités de production et de formation (ADAF/Galle), Sasakawa Global 2000 (SG 2000, et Winrock International au Mali; Projet Intrants de l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO) avec un réseau de différentes ONG du Niger Burkina Faso: Plateau central Mali: Segou, Koulikoro et Mopti Niger: Niamey, Tillabery et Maradi Zone climatique Semi-aride Autres descriptions Région soudano-sahélienne INFORMATIONS SUR LA PRATIQUE Catégorie de la Gestion durable des ressources naturelles Type de Technologie pour améliorer durablement la productivité agricole Secteur Gestion des systèmes de production agricole Institutions favorisant la Instituts de recherche: l ICRISAT et ses partenaires NARES au Burkina Faso, Mali, Niger ainsi que d autres CIRA Bénéficiaires de la ménages agricoles dans les trois pays du projet, les ONG, les institutions de recherche agricole

2 Utilisateurs de la Voir ci-dessus Ressources naturelles utilisées ou auxquelles Terre, sol, eau, intrants (semences de variétés prometteuses, engrais) on a accédé (s il y a lieu) BRÈVE DESCRIPTION DE LA PRATIQUE Contexte/problématique La région sahélienne semi-aride en Afrique de l Ouest est l une des régions les plus pauvres du monde avec des indices de développement humains les plus faibles. Le climat est extrêmement rude avec des précipitations annuelles qui vont de 350 à 800 mm par an. La variabilité inter-annuelle dans la quantité et la répartition des précipitations se traduit par d importantes fluctuations d année en année dans les rendements de millet et de sorgho. Le millet et le sorgho sont les cultures céréalières les plus importantes et représentent les aliments de base de la population rurale en Afrique de l Ouest. L accroissement des besoins alimentaires dans la région et la croissance considérable de la population ont augmenté la pression sur le système foncier déjà fragile. Par exemple, la région témoigne d une diminution de l utilisation du défrichage en tant que moyen de redonner une certaine fertilité au sol et une augmentation de l utilisation de terres marginales avec pour conséquence la dégradation de la terre. Les objectifs principaux CIBLÉS par le projet USAID étaient de (1) accroître et stabiliser la production, les revenus agricoles des ménages et la sécurité alimentaire et (2) aider les agriculteurs à mieux gérer la base de ressources naturelles par le biais d adduction de technologies de micro dosage d engrais et de coopératives plus efficaces fondées sur les agriculteurs dans les zones soudano-sahéliennes du Burkina Faso, du Mali et du Niger. La technologie du micro dosage d engrais est fondée sur l application de petites quantités d engrais pour les plantes de cultures sur les coteaux renforçant de ce fait l utilisation efficace de l engrais et améliorant les rendements tout en minimisant le coût des intrants. Approche suivie Si l on reconnaît que les liquidités insuffisantes empêchent souvent les agriculteurs d intensifier leur système de production, le projet lancé également, avec l aide du Projet intrants, de l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO) le système de crédit warranté pour lever les obstacles à l adoption de la restauration de la fertilité des sols. Ce système de crédit a pour objectif d assister les villageois à mettre sur pied des organisations d agriculteurs, des magasins d engrais et des équipements de stockage et de leur accorder l accès au crédit en espèces. Cela permet aux agriculteurs d acheter des intrants externes comme les engrais et de stocker les récoltes pour en tirer un meilleur prix au cours des périodes où l approvisionnement du marché commence à diminuer. Le projet CIBLÉ par USAID a fait appel au modèle d expériences de développement fructueux utilisé par le Projet intrants FAO dans les villages du Niger. Le modèle favorise un système de crédit adapté aux conditions socioéconomiques des régions rurales. Il fait le lien entre les exigences de garantie de crédit et la nécessité de conférer une valeur ajoutée aux produits agricoles tout en organisant les producteurs pour l approvisionnement d intrants. La première activité entreprise a été le choix de sites pour l étude de projet. Ces sites ont été soigneusement sélectionnés selon des critères spécifiques (par exemple, le taux de précipitations, le type de sol, l accès aux intrants) établis par les partenaires du projet dans chaque pays. On a choisi des régions dans la zone soudano-sahélienne avec des précipitations comprises entre 500 et 800 mm par an. Les zones sélectionnées étaient caractérisées par la prédominance de sols sableux avec une faible fertilité inhérente. Les villages dans la zone sélectionnée ont été capables d établir des relations avec les marchés, ont créé des associations de caisses de crédits et

3 témoignaient d avantages comparatifs dans la production du millet et du sorgho pour les marchés locaux, nationaux et régionaux. Au cours de la saison des récoltes 2002 et 2003, le projet a réalisé lopins de démonstration de technologies de micro dosage d engrais dans les trois pays du projet. Des experts du terrain (ingénieurs agricoles et conseillers, des chefs de districts agricoles et de vulgarisation) et plusieurs chefs agriculteurs ont été formés pour conduire des démonstrations en fonction des plans des lignes directrices. Le projet de recherche et les partenaires de la vulgarisation (par exemple, NARES, CIRA, et les ONG) ont sélectionné les lopins de démonstration en concertation avec les agriculteurs et les agriculteurs formés et ils ont fourni un appui technique par le biais d un processus ouvert et participatif. Les agriculteurs ont géré les expériences en mettant en oeuvre toutes les opérations de terrain, de la préparation de la terre à l ensemencement, du désherbage à la récolte. Les visites ont été organisées autour des lopins pour encourager le flux d informations et le partage du savoir-faire entre les chercheurs et les agriculteurs. Les expériences de démonstrations ont été réalisées au Burkina Faso dans des plantations de sorgho et de millet et pour le millet au Niger. Le choix des variétés de millet et de sorgho utilisées dans les lopins de démonstration étaient laissé aux agriculteurs. Les engrais (type de formulation et engrais composé) utilisés dans les lopins de démonstration variaient d un pays à l autre, selon la disponibilité des différentes formulations sur les marchés locaux. Le dosage d engrais appliqué sur la colline où se trouvent les terrains de démonstration dépendent de la composition et de la densité de l ensemencement. Des évaluations participatives de la technologie ont été réalisées. L encouragement de la technologie de micro dosage d engrais est étroitement lié à la disponibilité, l accessibilité d engrais et surtout à la disponibilité des ressources financières des producteurs pour leurs achats. Toutefois, les coopératives fondées sur les agriculteurs ou les associations de producteurs mises sur pied et les associations de coopératives de crédit du village étaient encouragées pour fournir un accès au micro-crédit aux agriculteurs. Plutôt que de vendre leurs céréales à bas prix sur un marché saturé lors de la période des récoltes, avec ce type de crédit ou système de crédit warranté, les agriculteurs (ou organisations de producteurs) stockent leurs produits au moment de la récolte dans l entrepôt de l association des agriculteurs et on leurs octroie des prêts en espèces. Ces prêts leur permettent de couvrir l ensemble des besoins immédiats de leur famille, de participer à l achat collectif d engrais (et d autres intrants) et de mener à bien leurs activités de création de revenu au cours de la morte saison. Les céréales sont ensuite vendues lorsque les prix sont plus élevés, permettant aux agriculteurs de rembourser leur emprunt y compris les intérêts. Acheter des intrants groupés à tous les groupes d agriculteurs permet aux membres des coopératives d acheter des intrants de bonne qualité et à un prix inférieur au début du cycle de production. La mise en place d un système de nantissement des stocks de produits agricole comme garantie permet également aux ménages d aplanir les modèles de consommation en réduisant ainsi les risques de consommation. Le système de crédit warranté a été popularisé avec l aide des organisations d agriculteurs dans les régions ciblées, l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO) les banques commerciales les ONG et les donateurs. Dans les trois pays, approximativement 60 organisations d agriculteurs ont été impliquées dans le système de crédit warranté au cours des deux ans du projet. Les écoles s d agriculture (FFS) ont été établies en 2004 afin de familiariser les agriculteurs avec la technologie du micro dosage des engrais, accroissant leurs connaissances fondées sur la gestion des ressources naturelles et disséminant de ce fait la nouvelle technologie dans les régions ciblées. Les FFS ont été utilisées pour former, en tant que stagiaires, des

4 agricultures sélectionnés dans les régions ciblées et dans les villages voisins sur différents sujets agricoles. Ces agriculteurs stagiaires, qui ont formé les groupes de recherche agricole, ont servi d agents de vulgarisation et de techniciens sur le terrain au cours des journées aux champs. On a établi des écoles sur le millet et le sorgho près des régions de gros trafic des zones ciblées au Burkina Faso pour présenter les expériences de terrain avec et sans les technologies de micro dosage d engrais Le projet a fait recours à différents instruments de formation pour construire et renforcer le savoir-faire des agriculteurs, des partenaires et des scientifiques et rendre les activités du projet plus durables. Il a inclus les FFS, les journées aux champs, les guides s, les manuels, les ateliers, les visites d échange et les déplacements sur le terrain. Les agriculteurs ont été formés au concept de crédit warranté, de la technologie de micro dosage et de la gestion des fonds du village, des entrepôts et des magasins d intrants. Les partenaires du projet ont été formés dans les régions de techniques de recherche participatives pour divulguer la technologie sur une vaste échelle et sur la méthode de la collecte de données. Des voyages périodiques de suivi ont été conduits aux niveaux régional et national par des experts du terrain pour diriger les activités du projet, collecter les données, communiquer et apporter de l aide technique et des conseils aux agriculteurs. Au cours de la campagne agricole 2002 et 2003, des données agronomiques et socioéconomiques ont été rassemblées à partir des sites de démonstration expérimentale dans les pays sélectionnés. Des données sur les activités de crédit warranté (par exemple, les prêts de fonds, les taux de remboursement des prêts) ont également été collectés par les membres des associations de producteurs et par différents acteurs impliqués dans la vente ou l emmagasinage des intrants. Les performances agro-économiques de la technologie du micro dosage ont été évaluées sur la base des données collectées sur les sites de démonstration, puis ont ensuite été analysées avec le logiciel GENSAT. Éléments novateurs Impacts sur la base de Afin de renforcer les capacités des partenaires impliqués dans le projet, un atelier a eu lieu pour examiner les relations entre le projet de micro dosage et le contexte économique et institutionnel et pour identifier les possibilités d élargir l adoption des technologies de micro dosage d engrais dans la région. Comme le projet était un projet multi-institutionnel à plusieurs niveaux, des alliances formelles et informelles ont été passées avec différentes institutions et des particuliers pour permettre au projet d avoir les impacts nécessaires sur ses bénéficiaires. Les alliances sur chaque site sélectionné comprenaient plusieurs acteurs principaux, y compris les mass-médias, le secteur privé, les hommes d affaires, les commerçants et les revendeurs, les organisations d agriculteurs, la société civile et les organisations de recherche et de développement. Ces alliances n étaient pas officielles sauf si une tâche spécifique leur était attribuée. Les alliances avec les écoles s d agriculture et les groupes de recherche agricoles, les centres religieux, l administration locale, les institutions et les centres d information au niveau local étaient plus officiels dans la mesure où ils impliquaient directement les centres d échange d informations. La formation des groupes de recherche agricole qui étaient formés pour conduire des écoles s d agriculture (FFS) était novatrice. Les groupes des représentants des agriculteurs étaient sélectionnés parallèlement à l équipe de recherche du projet. Ces groupes de recherche agricole (FRG) ont fourni les bases des études de cas détaillés sur les ménages et testé la technologie de micro dosage. Au cours de la nouvelle saison, on a réalisé des journées aux champs dans des exploitations sélectionnées et tous les agriculteurs de la communauté spécifique (y compris les FRG) ont assisté à l évaluation des différentes technologies. Réels: L érosion du sol a été réduite de façon significative et la fertilité des

5 ressources naturelles Impacts sur les moyens d existence des utilisateurs de la sols et l utilisation de l eau renforcés. Réels: Les résultats des expériences de démonstration ont montré que les rendements de sorgho et de millet étaient de 44 à 120% supérieurs en utilisant les micro dosages d engrais plutôt que celles des dosages et des s agricoles précédemment conseillés. Le revenu des agriculteurs utilisant des micro dosage et le titre donnant à son propriétaire, le droit d en acquérir un autre (warrantage) a augmenté de 52 à 134%. L accès des agriculteurs au crédit et aux intrants a été considérablement amélioré par le biais du système de crédit warranté. En outre, les agriculteurs qui étaient impliqués dans les activités de crédit warranté ont utilisé ce crédit pour entreprendre des activités génératrices de revenus et acheter des engrais et des semences de variétés améliorées pour le cycle de cultures. Autres impacts Réels: La prise de conscience du publique de la technologie de micro dosage a été intensifiée par les medias. Les capacités d organisation d organismes d agriculteurs se sont renforcées. Un réseau, en collaboration avec les partenaires des ONG mettant en relation les organisations d agriculteurs, les institutions de crédit et les acteurs du secteur privé (par exemple les fournisseurs d engrais) de la sous région a été établi. Facteurs de succès d ordre général Facteurs de succès d ordre technologique Facteurs de succès institutionnel Problèmes encore à résoudre Attendus: Divulgation accrue de technologies de micro dosage et de plans de crédit warranté dans la région. Le projet a adopté une approche ouverte et participative Les activités du projet ont été mises en oeuvre en utilisant un réseau de partenaires de NARES, d agriculteurs des ONG et de groupes d agriculteurs ainsi que d autres Centres internationaux de recherche agricole. Divers outils de formation ont été utilisés comme les FFS, les guides de conseils, les manuels, les ateliers et les visites sur le terrain pour renforcer et créer des capacités humaines dans les régions ciblées. Aborde les besoins, les priorités et la gestion des agriculteurs Augmente la production agricole et/ou la stabilise Capacité des agriculteurs à adopter cette technologie Aide et information institutionnelles Appropriation par les utilisateurs finaux Il convient de poursuivre l activité FFS dans tous les pays participants pour assurer que ces technologies (les micro dosages d engrais et le système warranté) sont largement divulgués et adoptés par les utilisateurs finaux. Une proposition de financements supplémentaires a été préparée par l USAID pour profiter des gains obtenus du projet CIBLÉ USAID Nécessité d élaborer et de promouvoir des outils/équipements à bas prix qui peuvent être utilisés pour l ensemencement et l application d engrais en même temps et réduisant ainsi les coûts et l utilisation de la maind oeuvre. Les problèmes politiques et institutionnels pour améliorer l accès aux coopératives agricoles de crédit doivent encore être abordés. Nécessité d une aide majeure au développement d infrastructures (entrepôts/magasins pour les céréales et les intrants, etc.). Afin de soutenir l approvisionnement d intrants, une structure d échange

6 Mots-clés entre les fournisseurs d intrants et les producteurs devrait être établie. Une formation supplémentaire des producteurs en système de nantissement des stocks de produits agricoles comme garantie (warrantage) est encore nécessaire. Accès au crédit, accès aux ressources, développement agricole, agriculture, création de capacité, plantes de culture, coopératives, association d agriculteurs, création de revenus, approche participative, zone semi-arides, fertilité du sol, transfert de technologie, formation.

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales INTRODUCTION Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd Service de la commercialisation et

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Diakalia SOGODOGO, André BATIONO, Béjamé COULIBALY et Boubacar S. Camara I. INTRODUCTION

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST REGIONAL CAPACITY BUILDING WORKSHOP ENHANCING THE FUNCTIONING OF CEREALS MARKETS IN WEST AFRICA 9-11 December, 2010 Accra, Ghana EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT

Plus en détail

L utilité des Banques Céréalières

L utilité des Banques Céréalières L utilité des Banques Céréalières Au Sahel Octobre 2011 2 Les Banques Céréalières Suite à la sécheresse et la grande crise de 1973, les BC se sont développées dans les pays du Sahel. Au Burkina, en 2002

Plus en détail

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire FUCOPRI M. Ayouba HASSANE, Directeur Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010 I. Présentation de la FUCOPRI II. Présentation très rapide de la zone de production rizicole III. Place du

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

Liste des Tableaux Tableau

Liste des Tableaux Tableau Liste des Tableaux Tableau 1 Dynamique entrepreneuriale des acteurs d un système privé de 37 distribution d engrais dans le processus de marché 2 Relations entre fonctions/flux de marketing, contraintes

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Michael Marx, Centre d investissement Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation Date: 18 mars 2015 AgriFin

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

FAITIERE DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA. Expérience du Warrantage au RCPB Milan 15 Octobre 2015. «Solidaires pour un mieux-être!

FAITIERE DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA. Expérience du Warrantage au RCPB Milan 15 Octobre 2015. «Solidaires pour un mieux-être! FAITIERE DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA Expérience du Warrantage au RCPB Milan 15 Octobre 2015 Le RCPB en quelques chiffres Réseau à 2 niveaux : Caisses, Faîtière 39 caisses, plus de 186 points de vente

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES :

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : EXPERIENCE DU RCPB Du 27 au 30 mars 2012 0 KAMPALA/OUGANDA PLAN 1- Contexte 2- Entreprises agricoles au Burkina 3- Besoins de financement des

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

Formation à la gestion des banques céréalières

Formation à la gestion des banques céréalières Formation à la gestion des banques céréalières Organisation interne - PROGRAMME ~CSOQ~~ Appui associatif et coopératif aux initiatives de développement à la base Bureau international du Travail or,.lliutltlll

Plus en détail

Sasakawa Africa Association/ Global 2000

Sasakawa Africa Association/ Global 2000 Sasakawa Africa Association/ Global 2000 Programme Agricole SG2000 au Mali et Nouvelles Orientations Par Mlle. SARAN DIANE, Coordinatrice PPP Dr. Abou BERTHE SAA/Mali - Directeur PLAN I. INTRODUCTION II.

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES AGRICULTEURS MALGACHES? Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR Madagascar en chiffres 19 millions d habitants 587 000 km2 Un PIB de 250 $ US par habitant

Plus en détail

LE CREDIT WARRANTAGE PRINCIPES, AVANTAGES ET LIMITES

LE CREDIT WARRANTAGE PRINCIPES, AVANTAGES ET LIMITES Atelier Régional des chargés de programme du du 11 au 18 décembre 2006 à Niamey LE CREDIT WARRANTAGE PRINCIPES, AVANTAGES ET LIMITES Djibril M. MBENGUE Gestionnaire Technique de Portefeuille URM-AOC/ PLAN

Plus en détail

Note conceptuelle. Atelier de renforcement de la capacité nationale et de lancement de la plateforme électronique sur des semences WASIX

Note conceptuelle. Atelier de renforcement de la capacité nationale et de lancement de la plateforme électronique sur des semences WASIX Note conceptuelle Atelier de renforcement de la capacité nationale et de lancement de la plateforme électronique sur des semences WASIX A. Introduction Le Programme Semencier Ouest Africain (en anglais,

Plus en détail

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure L importance des données pertinentes pour faciliter l accès des petits exploitants à l assurance agricole, 2 ème Briefing continental africain Nairobi, 14 juillet 2014 Agrotosh Mookerjee FIA, Principal

Plus en détail

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal Réunion intermédiaire du Sous-comité du SREP Nairobi, Kenya 8 et 9 mars 2012 SREP/SC.IS.2/Inf.3 17 février 2012 Point 7 de l ordre du jour Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le

Plus en détail

Séminaires Itinérants sur le Temps, le Climat et les Agriculteurs

Séminaires Itinérants sur le Temps, le Climat et les Agriculteurs Séminaires Itinérants sur le Temps, le Climat et les Agriculteurs M.V.K. Sivakumar Climate and Water Department World Meteorological Organization Presentation Importance de le temps et le climat a l agriculture

Plus en détail

COMISSÂO DA CEDEAO ECOWAS COMMISSION COMMISSION DE LA CEDEAO

COMISSÂO DA CEDEAO ECOWAS COMMISSION COMMISSION DE LA CEDEAO COMISSÂO DA CEDEAO ECOWAS COMMISSION COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument d appui au stockage et commercialisation par les OP» Plateforme d Appui au Développement Rural et

Plus en détail

Concertation des différents groupes d acteurs de recherche en Afrique de l Ouest

Concertation des différents groupes d acteurs de recherche en Afrique de l Ouest Concertation des différents groupes d acteurs de recherche en Afrique de l Ouest KAFANDO Abdoulaye INERA Burkina Faso Conakry les 01,02 mars 2011 1 INERA au Burkina Faso Institut de l Environnement et

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs apport annuel O 1998 es semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs L POUCTIO et la distribution de semences sont de véritables contraintes pour la diffusion de nouvelles variétés culturales.

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

INANCEMENT À TRAVERS LES SYSTÈMES DE ÉCÉPISSÉS D ENTREPÔT EXPÉRIENCE DE LA HOUSING FINANCE BANK EN OUGANDA

INANCEMENT À TRAVERS LES SYSTÈMES DE ÉCÉPISSÉS D ENTREPÔT EXPÉRIENCE DE LA HOUSING FINANCE BANK EN OUGANDA INANCEMENT À TRAVERS LES SYSTÈMES DE ÉCÉPISSÉS D ENTREPÔT EXPÉRIENCE DE LA HOUSING FINANCE BANK EN OUGANDA FORUM SUR LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE Du 28 au 30 mars 2012 Kampala, Ouganda HOUSING FINANCE

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE

L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE ABDUL KYANIKA NSIBAMBI CENTENARY BANK UGANDA 28 30 mars 2012 KAMPALA, OUGANDA Présentation générale L histoire de la Centenary

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

Modèle ou Exemple. Facilité Alimentaire de l Union Européenne au Benin (2010 2011) Plan de Visibilité et Stratégie de Communication

Modèle ou Exemple. Facilité Alimentaire de l Union Européenne au Benin (2010 2011) Plan de Visibilité et Stratégie de Communication MISSION AU MALI ANNEXE 8 Modèle ou Exemple Facilité Alimentaire de l Union Européenne au Benin (2010 2011) Plan de Visibilité et Stratégie de Communication A. Contexte La volatilité des prix couplée à

Plus en détail

Le 3 octobre 2007, le Comité pour l efficacité du développement (CODE)

Le 3 octobre 2007, le Comité pour l efficacité du développement (CODE) Rapport de synthèse du Président : Comité pour l efficacité du développement (CODE) Le 3 octobre 2007, le Comité pour l efficacité du développement (CODE) a examiné le rapport intitulé «World Bank Assistance

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

BTS Amartey Président, Ghana Agri-Input Dealer Association (l Association des distributeurs d intrants agricoles du Ghana)

BTS Amartey Président, Ghana Agri-Input Dealer Association (l Association des distributeurs d intrants agricoles du Ghana) Statut actuel des petites et moyennes entreprises qui se lancent dans l'agroalimentaire et questions que les gouvernements africains doivent aborder pour promouvoir les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

Présenté par Stephanie Diakité, CATEK

Présenté par Stephanie Diakité, CATEK Présenté par Stephanie Diakité, CATEK FINANCEMENT A COURT TERME Le financement nécessaire pour couvrir le coût d achat ou de production, de conditionnement et d expédition des produits finis pour livraison

Plus en détail

FORUM REGIONAL DE GOGOUNOU (BENIN) SUR LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE

FORUM REGIONAL DE GOGOUNOU (BENIN) SUR LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE 1 FORUM REGIONAL DE GOGOUNOU (BENIN) SUR LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE FEUILLE DE ROUTE POUR LA MISE EN PLACE D UN CADRE DE CONCERTATION ENTRE LE BENIN, LE BURKINA FASO, LE MALI, LE NIGER, LE NIGERIA

Plus en détail

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES " HUB & SPOKES"

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES  HUB & SPOKES PRÉSENTATION TYPE D'UN CAS D'EXPÉRIENCE BURKINA FASO PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES " HUB & SPOKES" Date de la soumission

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE : CONSULTATION POUR L ELABORATION D UN PLAN CADRE DE CONTINGENCE POUR LES PAYS DU SAHEL ET DE L AFRIQUE DE L OUEST

TERMES DE REFERENCE : CONSULTATION POUR L ELABORATION D UN PLAN CADRE DE CONTINGENCE POUR LES PAYS DU SAHEL ET DE L AFRIQUE DE L OUEST COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

TdR Evaluation Finale. Projet d Appui à la valorisation des ressources agricoles locales filières anacarde et sésame. Contrat DCI-NSAPVD/2008/149-561

TdR Evaluation Finale. Projet d Appui à la valorisation des ressources agricoles locales filières anacarde et sésame. Contrat DCI-NSAPVD/2008/149-561 TdR Evaluation Finale Projet d Appui à la valorisation des ressources agricoles locales filières anacarde et sésame Contrat DCI-NSAPVD/2008/149-561 A- Introduction Nom du Projet : «Projet d appui à la

Plus en détail

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL Présenté par Mouhamadou Moustapha FALL Ingénieur agroéconomiste spécialiste assurance agricole Directeur Général Adjoint de la Compagnie

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les femmes et les hommes ruraux pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Warrantage. Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional

Warrantage. Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional Warrantage Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional Plan Définition Etapes clés du Warrantage & approvisionnement en intrants Résultats et Avantages 12 Règles d or Limites Perspectives

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE RAPPORT DU PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DE

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE RAPPORT DU PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DE Institut Africain de Gestion Urbaine Bureau Agriculture Urbaine INITIATIVE «PROMOTION DES FILIERES AGRICOLES URBAINES PORTEUSES» (PROFAUP) RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE

Plus en détail

Rapport d activités 2001 et Perspectives pour 2002

Rapport d activités 2001 et Perspectives pour 2002 APCAM/PASIDMA Projet d Appui au Système D Information Décentralisé du Marché Agricole (PASIDMA) Rapport d activités 2001 et Perspectives pour 2002 Version actualisée Bamako, le 7 Mars 2002 Plan d action

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

PRÊTS AUX COOPÉRATIVES DE PRODUCTEURS. Par Robert Pascal Responsable agrinégoce Août 2013

PRÊTS AUX COOPÉRATIVES DE PRODUCTEURS. Par Robert Pascal Responsable agrinégoce Août 2013 PRÊTS AUX COOPÉRATIVES DE PRODUCTEURS Par Robert Pascal Responsable agrinégoce Août 2013 Table des matières NMB en bref Structure du service agrinégoce Contexte agricole en Tanzanie Approche de NMB du

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE

3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE 3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE ALLOCUTION DU Dr Oumar NIANGADO Délégué de la Fondation YAOUNDE/CAMEROUN, 21-24 OCTOBRE 2013 Mesdames/Messieurs les Ministres (etc.) Permettez-moi tout d abord, au nom du

Plus en détail

(Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO)

(Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO) Kafo Jiginew (Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO) Salon de financement de l agriculture à Sikasso du 06 au 08 mars 2014 THEME : «Le financement

Plus en détail

Note conceptuelle. Pour des paysages forestiers résilients aux changements globaux en zones arides : des lignes directrices

Note conceptuelle. Pour des paysages forestiers résilients aux changements globaux en zones arides : des lignes directrices Note conceptuelle Pour des paysages forestiers résilients aux changements globaux en zones arides : des lignes directrices Deuxième Atelier International Hotel King Fahd, Dakar, Sénégal, 25-28 février

Plus en détail

LA FONDATION POUR LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE

LA FONDATION POUR LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE Demande de financement B (PME) LA FONDATION POUR LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE Eliminer la pauvreté en Afrique en investissant dans les Africains et dans leurs idées. www.usadf.gov FORMULAIRE DE DEMANDE

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE PERFECTIONNEMENT DES PROCEDURES DE GESTION DES RH ET ELABORATION DES OUTILS NECESSAIRES RMCR MALI FEVRIER 2016 Avec

Plus en détail

Forum 2013 sur le financement de l agriculture : activité bancaire agricole rentable Colombo, Sri Lanka. Florence Kariuki Août 2013

Forum 2013 sur le financement de l agriculture : activité bancaire agricole rentable Colombo, Sri Lanka. Florence Kariuki Août 2013 Forum 2013 sur le financement de l agriculture : activité bancaire agricole rentable Colombo, Sri Lanka Florence Kariuki Août 2013 Introduction Equity Bank a été fondée sous le nom d Equity Building Society

Plus en détail

Comité permanent Inter-Etats de Lutte Contre la Sécheresse dans le Sahel. Centre de recherche pour le développement international

Comité permanent Inter-Etats de Lutte Contre la Sécheresse dans le Sahel. Centre de recherche pour le développement international Comité permanent Inter-Etats de Lutte Contre la Sécheresse dans le Sahel Centre de recherche pour le développement international Projet de recherche-action Amélioration des moyens d existence et de la

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement.

Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement. 1 Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement. 1999, première expérience : une technique intéressante mais des IMF sous-liquides Le crédit warranté s est développé

Plus en détail

Constat de départ. Le «magasinage et warrantage» s inscrit dans une politique plus large

Constat de départ. Le «magasinage et warrantage» s inscrit dans une politique plus large Les services de magasinage et warrantage ; que peuvent-ils faire pour mitiger la volatilité des cours des produits vivriers en Afrique (version provisoire) Jonathan Coulter Spécialiste en marchés agricoles

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUITEMENT D EXPERTS A travers un Contrat de Service Individuel (Individual Service Agreement - ISA)

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUITEMENT D EXPERTS A travers un Contrat de Service Individuel (Individual Service Agreement - ISA) TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUITEMENT D EXPERTS A travers un Contrat de Service Individuel (Individual Service Agreement - ISA) DESCRIPTION DE POSTE Désignation du poste : Expert en qualité, sécurité

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations.

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Cas du Sénégal Bassirou DIONE, ingénieur agroéconomiste dionsen2000@yahoo.fr Communication

Plus en détail

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Rapport national Rapport final 26 Mars 2010 Copyright 2010 PricewaterhouseCoopers S.à r.l. "PricewaterhouseCoopers" réfère

Plus en détail

CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES SECTION I : DE L OBJET ET DU CHAMP D APPLICATION

CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES SECTION I : DE L OBJET ET DU CHAMP D APPLICATION PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice Loi n 022/2008 Portant Code Agricole en République Gabonaise. L Assemblée Nationale et le Sénat ont délibéré et adopté ; Le Président

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

Eléments indicatifs pour un modèle de gestion et de suivi de la vulnérabilité du secteur de l électricité aux risques de catastrophes au Burkina Faso

Eléments indicatifs pour un modèle de gestion et de suivi de la vulnérabilité du secteur de l électricité aux risques de catastrophes au Burkina Faso Cahier Institut d'application et de vulgarisation en sciences de l'eau et 1444444444444 2444444444444 3 Email: iavsmail@gmail.com; Edition,N 1,Octobre2013 Site web: l'energie http://www.iavs-bf.org Eléments

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif?

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Les récentes émeutes de la faim à Maputo, au Mozambique, ont servi à rappeler brutalement que les augmentations

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014.

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. -------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Plan de mise en œuvre du projet, proposition de sites, espèces, partenaires et plan de travail. Amadou SIDIBE, IER

Plan de mise en œuvre du projet, proposition de sites, espèces, partenaires et plan de travail. Amadou SIDIBE, IER Plan de mise en œuvre du projet, proposition de sites, espèces, partenaires et plan de travail Amadou SIDIBE, IER 1 Plan de la présentation Présentation du Mali Sites du projet et espèces Partenaires du

Plus en détail