Le coût du crédit aux entreprises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le coût du crédit aux entreprises"

Transcription

1 Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un échantillon de guichets et de sièges d établissements bancaires ayant leur activité en métropole. L enquête prend en compte les crédits nouveaux accordés au cours du premier mois du trimestre aux sociétés non fi nancières ainsi qu aux entrepreneurs individuels lorsque l usage du prêt est professionnel. Par exception, le recensement des autorisations contractuelles de découvert et des ouvertures de crédit permanent est restreint aux opérations des six premiers jours ouvrés du mois. On entend par «crédits nouveaux», outre l ensemble des contrats fi nanciers, termes ou conditions qui spécifi ent pour la première fois le taux d intérêt d un crédit, toutes les renégociations des crédits existants. Lorsqu un établissement bancaire ne fi nance qu une partie d un crédit, son concours est reclassé dans la de montants correspondant au total du fi nancement reçu par l entreprise ou l entrepreneur individuel. Pour chaque catégorie et pour chaque de montant, est calculé un taux effectif moyen qui correspond à la moyenne simple des taux effectifs des crédits recensés dans cette. Pour chaque catégorie prise dans son ensemble, le taux effectif moyen calculé est la moyenne des taux des différentes s pondérés par les montants des crédits correspondants. L enquête menée au titre du premier trimestre de xploite 19 7 déclarations relatives aux crédits consentis au mois de janvier. Outre la synthèse de ses principaux résultats, le présent article propose une brève analyse de la relation entre le montant unitaire des crédits et la taille des entreprises bénéfi ciaires. Celle-ci tend à montrer que, pour diverses raisons, le premier ne se recoupe pas toujours avec la seconde. De surcroît, l analyse confi rme l existence d une liaison inverse entre coût et montant unitaire du crédit, de même qu entre le taux du crédit et la taille de l entreprise emprunteuse. Mots clés : coût du crédit, taux débiteurs, taux bancaires, taux d intérêt, conditions de banque Bulletin de la Banque de France N 18 Avril 6 67

2 1 Résultats de l enquête trimestrielle sur le coût du crédit Entre octobre et janvier 6, le coût du crédit aux entreprises s est renchéri pour toutes les catégories de concours, et, au sein de chacune d elles, pour toutes les s de montants. La plus forte hausse a été enregistrée pour le coût moyen des découverts ( points de base). La remontée des taux a été un peu plus prononcée pour les s de montants compris entre 1 euros et 76 euros. Par rapport à janvier, le taux moyen des découverts a augmenté de 7 points de base. Le coût moyen de l escompte a crû de 1 points de base par rapport à octobre. La hausse des conditions débitrices a été un peu plus accentuée pour les s de montants inférieurs à 76 euros. Le taux moyen de l escompte calculé pour janvier 6 dépasse de points de base son niveau de janvier. Le coût moyen des autres crédits à court terme a augmenté de points de base par rapport à octobre. Les plus fortes hausses ont été enregistrées pour les s de montants compris entre 76 euros et 1 9 euros. Par rapport à janvier, le taux moyen des autres crédits à court terme a augmenté de 1 points de base. Enfin, le taux moyen des crédits à moyen et long termes s est accru de 8 points de base par rapport à octobre. La hausse la plus prononcée a concerné la la plus élevée (montants supérieurs à 1 9 euros). Le taux moyen des crédits à moyen et long termes calculé pour janvier 6 reste inférieur de 8 points de base à son niveau de janvier. Évolution des taux observés lors des enquêtes (en %) Escompte Découvert e e Autres crédits à court terme Crédits à moyen et long termes e e 1 er trimestre trimestre 1 er trimestre 6 1 ère : 1 euros : > 7 euros et 76 euros e : > 898 euros et 1 9 euros : > 1 euros et 7 euros : > 76 euros et 898 euros : > 1 9 euros 68 Bulletin de la Banque de France N 18 Avril 6

3 moyen débiteur en fonction de la nature et de la de montants du crédit accordé (montants en euros, taux en %) Catégories de crédit 1 > 1 et 7 > 7 et 76 Montant du crédit > 76 et 898 > 898 et 1 9 > 1 9 moyen Escompte Premier trimestre,66,1,9,7,9 (,69),98 Deuxième trimestre,7,,,9,91 (,1),7 Toisième trimestre,7,,8,6, (,7),8 Quatrième trimestre,7,,,6, (,98),79 6 Premier trimestre,87,7,7,69,66 (,),1 dont : Trimestre/Trimestre 1,,,7,,,7,1 Écart- type 1,9 1,9,17 1,6,77,9 1 er décile,6,6,1,18,9,67 9 e décile 7, 8,6 8,8 7,6,,6 Découvert Premier trimestre 9,1 7,61 6,,16,1,8, Deuxième trimestre 9, 7, 6,6,1,9,8,16 Toisième trimestre 8,68 7,6,7,8,7 (,69),78 Quatrième trimestre 8,6 6,7,69,9,,81,7 6 Premier trimestre 9,1 8, 7,,8,87 (,1),99 dont : Trimestre/Trimestre 1,9 1,6 1,,6,66,, Écart- type,,7,6 1,8,76,77 1 er décile,9,76,7,1,91, 9 e décile 1, 11, 1,6 8,,99,9 Autres crédits à court terme Premier trimestre,,,1,79,11,9,96 Deuxième trimestre,6,,1,7,18,1, Toisième trimestre,1,79,7,,19,98, Quatrième trimestre,17,6,,67,,81,8 6 Premier trimestre,8,7,66,1,,,8 dont : Trimestre/Trimestre 1,11,8,,,,, Écart- type 1, 1,8 1,9,98,7,6 1 er décile,,,,7,, 9 e décile,1 6,7 6,9,,,1 Crédits à moyen et long termes Premier trimestre,1,,,9,7,6,9 Deuxième trimestre,99,89,8,78,8,9,1 Toisième trimestre,8,71,61,61,7,, Quatrième trimestre,68,6,,7,,, 6 Premier trimestre,8,7,61,8,9,,1 dont : Trimestre/Trimestre 1,1,16,9,11,1,,8 Écart- type,,,,,7,6 1 er décile,1,7,,,89,6 9 e décile,9,1,,1,1, NB : Les taux issus de moins de trente observations sont entre parenthèses. Bulletin de la Banque de France N 18 Avril 6 69

4 Analyse : montant unitaire des crédits et taille des entreprises bénéficiaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises met en évidence la relation coût-montant unitaire des crédits en ventilant ces derniers entre six s de montants. De même, les statistiques harmonisées de taux d intérêt du SEBC distinguent deux catégories de taille des crédits nouveaux aux sociétés non financières, avec un seuil fixé à un million d euros. Il est dès lors naturel de se demander dans quelle mesure la taille des crédits se recoupe avec la taille des entreprises qui en bénéficient afin, notamment, d apprécier si les taux observés dans une même de montants correspondent à une population relativement homogène d emprunteurs ou si leur dispersion reflète des différences de pouvoir de négociation des emprunteurs selon leur taille. À cet égard, le rapprochement des résultats de l enquête trimestrielle sur le coût du crédit effectuée sur un échantillon de contrats individuels avec les informations de la base de données sur les entreprises de la Banque de France (FIBEN) permet d analyser la relation entre le montant unitaire des crédits et la taille des entreprises bénéficiaires. Les développements ci-après s appuient sur l analyse des données des enquêtes trimestrielles réalisées entre octobre t juin. À partir d un échantillon de plus de dossiers consentis à environ 6 entreprises, il a été possible d identifier dans la base FIBEN environ d entre elles. Celles-ci ont bénéficié d environ 7 % des montants octroyés au titre des contrats nouveaux de crédit recensés 1. 1 Relation taille d entreprise et taille du crédit La corrélation entre le montant des contrats nouveaux déclarés et le chiffre d affaires des entreprises bénéficiaires recensées dans la base FIBEN apparaît très faible (coefficient de,6 pour l ensemble de la période). L examen de la répartition croisée des crédits par s de montants unitaires et par s de chiffres d affaires du bénéficiaire permet d affiner l interprétation de ce résultat (cf. tableau ci-dessous). Les dossiers déclarés sont répartis en quatre s de montants permettant, notamment, d isoler les concours supérieurs au seuil de 1 million d euros retenu dans les statistiques de taux d intérêt du SEBC. En regard, les seuils de chiffre d affaires retenus sont ceux généralement employés pour définir les très petites, moyennes et grandes entreprises. En rapprochant les catégories et d entreprises ainsi constituées, on constate que, dans chaque de montant de contrats nouveaux, se trouvent des bénéficiaires de taille très variable. Ainsi des proportions significatives de petits crédits (montant inférieur à, million d euros ou 1 million) sont octroyées à des sociétés de taille moyenne ou importante (chiffre d affaires supérieur à 1 millions d euros ou millions). À l inverse, de très petites entreprises au regard de l indicateur retenu (moins de millions d euros de chiffre d affaires) bénéficient dans le même temps de concours de très gros montants (supérieurs à millions d euros). Correspondant le plus souvent à des têtes de groupe ou à des véhicules de financement, ces «petites» entreprises sont parmi les principales bénéficiaires des prêts nouveaux d un montant supérieur à millions d euros. Répartition des crédits en nombre de dossiers (chiffre d affaires et montants des crédits en millions d euros, répartition en %) Taille Montant unitaire du crédit de l entreprise bénéficiaire x,, < x 1 1 < x < x Total CA 1,8 11, 1,, 1,8 < CA 1 18,6 19, 1,8 8,6 18, 1 < CA 8,8, 19, 1,8 1, < CA, 1,,9 8,8, Siren sans cotation Banque de France 6,6,,1 8,6,1 Total,,,,, 1 Pour un nombre élevé des autres dossiers, l identifiant Siren du bénéficiaire correspond à une entreprise ne répondant pas aux critères d attribution d une cotation significative dans FIBEN : société en création, de très petite taille, dont les risques sont inférieurs au seuil de centralisation ou encore sans historique d incidents de paiement. Par ailleurs, l analyse des déclarations concernant des entreprises non cotées dans la base de données FIBEN révèle la présence de nombreuses sociétés civiles immobilières (SCI) bénéficiaires à l habitat et à l équipement (cf. tableau sur la répartition des crédits, ligne «Siren sans cotation Banque de France»). 7 Bulletin de la Banque de France N 18 Avril 6

5 La répartition des crédits par s de montants est naturellement assez contrastée selon la taille des bénéficiaires (cf. graphiques ci-après). Ainsi près de 8 % du nombre des crédits octroyés aux petites et moyennes entreprises (chiffre d affaires compris entre millions d euros et millions) sont de très petits montants (inférieurs à euros), alors que la part de ces crédits ne représente que % pour les grandes entreprises (chiffre d affaires supérieur à millions d euros). Par ailleurs, s agissant des très petites entreprises, si près de 9 % du nombre des crédits dont elles bénéficient sont de montant unitaire inférieur à euros, on observe une très forte concentration du montant global des concours qui leur sont consentis sur la des crédits supérieurs à millions d euros. Toutefois, ceci reflète sans doute pour une bonne part la présence dans cette catégorie de divers holdings et véhicules de financement (cf. supra). En outre, la ventilation des concours par types et tailles d entreprises bénéficiaires (cf. tableau ci-après) permet d éclairer certains traits de comportement en matière de recours au financement bancaire. Concours accordés aux entreprises Répartition en fonction de leur taille et de l importance du crédit (s de chiffre d affaires en millions d euros, répartition en %) Chiffre d affaires < Chiffre d affaires x,, < x 1 1 < x < x x,, < x 1 1 < x < x 1 < Chiffre d affaires Chiffre d affaires > x,, < x 1 1 < x < x x,, < x 1 1 < x < x Montants des crédits Bulletin de la Banque de France N 18 Avril 6 71

6 Montants des crédits octroyés Répartition par types de concours et tailles d entreprises bénéficiaires (Chiffre d affaires en millions d euros, montant moyen et médiane en euros, répartition en %) Type de crédit Taille de l entreprise bénéficiaire CA < CA 1 1 < CA < CA Siren sans cotation Banque de France Total Montant moyen Médiane Crédit-bail 1,9 11,7 6,8 1,8 1,1, Équipement 1,9,,6 11, 1, 1,9 917 Habitat 1, 7,9 8,, 18, 6, Trésorerie 8,8 8, 6,8 8,, 7, Total,,,,,, Montant moyen tous crédits confondus Médiane des montants tous crédits confondus Ainsi, les petites et moyennes entreprises recourent davantage au crédit-bail, aux crédits à l équipement et au crédit à l habitat, tandis que les grandes entreprises, de même que les très petites entreprises, semblent recourir de manière beaucoup plus prépondérante aux crédits de trésorerie. Par ailleurs, quelles que soient les catégories de concours, les crédits semblent marqués par une forte concentration en termes de montants ainsi qu en témoigne l écart généralement substantiel entre leur valeur médiane et leur montant moyen. Particulièrement forte s agissant des crédits de trésorerie, cette concentration est moindre pour le crédit-bail, le crédit à l équipement et le crédit à l habitat. Cela pourrait s expliquer, notamment, par l affectation de ces financements à un objet précis, dont le montant est lié à l investissement réalisé. Liaison coût du crédit/taille d entreprise Ainsi que l illustre le tableau ci-après portant sur quatre collectes consécutives, la relation inverse entre coût et montant unitaire du crédit, régulièrement mise en lumière par les enquêtes sur le coût du crédit, va de pair au sein de chaque de montants, avec une liaison également inverse entre coût du crédit et taille des entreprises. Ainsi, à titre d exemple, sur la des crédits d un montant inférieur à euros, l écart de taux entre les crédits consentis aux entreprises réalisant moins de millions d euros de chiffre d affaires et ceux accordés aux entreprises réalisant plus de millions d euros de chiffre d affaires varie de points de base à 1 points sur les quatre échéances considérées. appliqués aux crédits nouveaux d un montant inférieur à euros (en moyenne mensuelle, chiffre d affaires en millions d euros, nombre en unités, taux en %) Juillet Octobre Janvier Avril Taille de l entreprise bénéficiaire CA 66,8 87,8,8 66,8 < CA 1 87, 78, 7, 19, 1 < CA 1 78, 1 68, 1 9, ,8 > CA 7,8 6,7 678,6 9,8 Siren sans cotation Banque de France 1,9 1, 1 996,8 16 7,8 Total Bulletin de la Banque de France N 18 Avril 6

Le coût du crédit aux entreprises selon leur catégorie

Le coût du crédit aux entreprises selon leur catégorie Flavia CHAI Direction des Entreprises Observatoire des Entreprises Dinh Bang NGUYEN Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Ingénierie et de Coordination statistique Un fi nancement

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Les crédits bancaires accordés aux groupes : quel degré de concentration des entités emprunteuses et des banques prêteuses?

Les crédits bancaires accordés aux groupes : quel degré de concentration des entités emprunteuses et des banques prêteuses? Les crédits bancaires accordés aux groupes : quel degré de concentration des entités emprunteuses et des banques prêteuses? Dominique LEFILLIATRE Direction des Entreprises Observatoire des Entreprises

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 La baisse des taux des crédits au logement distribués par les établissements de crédit s est poursuivie tout au long de l année 1998, après le tassement

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie Les défauts de paiement sur les dettes fournisseurs en 2004 dans les sociétés de l industrie Les incidents de paiement sur effets de commerce Les dettes commerciales non payées à l échéance par les sociétés

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont détendus tout au long de l année 1996, ce mouvement étant particulièrement sensible au premier

Plus en détail

Crédits à la consommation : tendances récentes et profil des emprunteurs

Crédits à la consommation : tendances récentes et profil des emprunteurs Crédits à la consommation : tendances récentes et profil des emprunteurs Jérôme COFFINET, Christophe JADEAU Direction de l Ingénierie et de la Maîtrise d ouvrage statistiques Service d Ingénierie et de

Plus en détail

Le traitement des engagements sur les PME dans Bâle II (CP3)

Le traitement des engagements sur les PME dans Bâle II (CP3) ÉTUDE Le traitement des engagements sur les PME dans Bâle II (CP3) Le contenu du nouvel accord de Bâle sur le ratio international de solvabilité bancaire, dont l entrée en vigueur est prévue pour la fin

Plus en détail

L accès des PME aux financements bancaires

L accès des PME aux financements bancaires Daniel GABRIELLI Direction des Études et Statistiques monétaires L importance stratégique des petites et moyennes entreprises (PME) pour l économie du pays, que ce soit en termes d emploi, d innovation

Plus en détail

M_CONTRAN Contrats nouveaux

M_CONTRAN Contrats nouveaux M_CONTRAN Contrats nouveaux Présentation Le document M_CONTRAN recense, de manière exhaustive, les nouveaux contrats de crédit libellés en euros, conclus avec les particuliers, les sociétés non financières,

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENLigne toutes les innovations FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel 3 avenue Franklin Roosevelt - 758 PARIS Tél : 1 55 65 4 - Fax : 1 55 65 1

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré, en juin 2015, une hausse de 2,% pour atteindre 1 7,8 MMDH. Cette évolution est attribuable principalement

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

Le suivi du financement des PME à la Banque de France

Le suivi du financement des PME à la Banque de France Le suivi du financement des PME à la Banque de France Elisabeth Kremp Observatoire des entreprises, Banque de France CNIS 9 avril 2010 1. La BdF dispose avec la Centrale des risques d une information riche

Plus en détail

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 2 CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 L étude de la gestion du risque clients par secteur d activité MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE OBJECTIFS DE L ÉTUDE Bon nombre de professionnels de la relation financière clients

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENLigne toutes les innovations FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES Objectif(s) : o Analyse des écarts sur chiffre d'affaires : Pré requis : o Modalités : o o écart sur prix de vente, écart sur quantité. évaluation du chiffre d'affaires.

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1995

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1995 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1995 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont légèrement détendus au cours de l année 1995. Dans un contexte de vive concurrence entre établissements

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Frédéric DELAMARRE Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Après la vive hausse

Plus en détail

La production de crédits immobiliers au premier trimestre augure une année exceptionnelle

La production de crédits immobiliers au premier trimestre augure une année exceptionnelle N 245, juin 2015 La production de crédits immobiliers au premier trimestre augure une année exceptionnelle I) Immobilier : un début d année sur les chapeaux de roues +39% au premier trimestre 2015 Au premier

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Les défaillances en France : suivi mensuel, difficultés statistiques et impact économique.

Les défaillances en France : suivi mensuel, difficultés statistiques et impact économique. Les défaillances en France : suivi mensuel, difficultés statistiques et impact économique. 7 ème journée d études sur les faillites Université Paris Ouest Nanterre Jean-Luc CAYSSIALS Cécile GOLFIER Ludovic

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Annexe 6 Modèles des tableaux de taux d intérêt sur les contrats nouveaux

Annexe 6 Modèles des tableaux de taux d intérêt sur les contrats nouveaux Annexe 6 Modèles des tableaux de taux d intérêt sur les contrats nouveaux Annexe 6 à la note technique DSMF n 2014-01 1 M_INTNOUA «taux d intérêt des contrats nouveaux agrégés» Présentation Le tableau

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

Statistique sur l encours des crédits

Statistique sur l encours des crédits Statistique sur l encours des crédits COMMENTAIRES I. REMARQUES GÉNÉRALES OBJET DE L ENQUÊTE L enquête englobe tous les crédits et engagements portant sur l octroi de crédits au secteur non bancaire. Sont

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE 1998

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE 1998 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la, l encours des capitaux placés en plans d

Plus en détail

LE MICROCREDIT. Novembre 2015. Page

LE MICROCREDIT. Novembre 2015. Page LE MICROCREDIT Novembre 2015 Page Sommaire 2 Contexte. Parcours Confiance. Le microcrédit aux professionnels. Le dispositif de parrainage Vos interlocuteurs. Questions réponses. Contexte 3 C est au cours

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré en mai une hausse de 1,4% pour s établir à 1 026MMDH. Cette évolution résulte principalement de l

Plus en détail

Opérations financières à intérêts simples

Opérations financières à intérêts simples 9 Opérations financières à intérêts simples cχ Activité 1 Placement à la banque Intérêts simples Baptiste a en sa possession 15 000. En prévision de l acquisition d une voiture, il place cette somme pendant

Plus en détail

La cotation Banque de France

La cotation Banque de France ENTREPRISES PROFESSION BANCAIRE La cotation Banque de France Guide de référence 2011 Une référence pour le dialogue entre la banque et l entreprise Sommaire LA COTATION BANQUE DE FRANCE 1.1. UNE COTATION

Plus en détail

Infos financières Décembre 2014

Infos financières Décembre 2014 Infos financières Décembre 14 Évolutions monétaires à Saint-Pierre-et-Miquelon au septembre 14 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Conséquence d une activité mondiale plus faible que prévu

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2015 (Instruction

Plus en détail

BILAN STATISTIQUE DES PRETS CONVENTIONNES DE L ANNEE 2009

BILAN STATISTIQUE DES PRETS CONVENTIONNES DE L ANNEE 2009 BILAN STATISTIQUE DES PRETS CONVENTIONNES DE L ANNEE A) Une production de l ensemble des prêts conventionnés en hausse... 2 B) Trois quarts des PC sont des PAS... 4 C) La moitié des opérations sont dans

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail

Le financement des investissements par emprunts

Le financement des investissements par emprunts Le financement des investissements par emprunts Définition Pour bien démarrer I) Les emprunts a) Remboursables par amortissements constants b) Remboursables par échéances constantes c) Conclusion sur les

Plus en détail

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils?

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? 09/02/2015 1 Introduction L emprunteur immobilier «type» n existe pas, il est

Plus en détail

Le système de cotation de la Banque de France

Le système de cotation de la Banque de France DGAFP D I R E C T I O N G É N É R A L E D E S A C T I V I T É S F I D U C I A I R E S ET DE P L A C E Direction des Entreprises Le système de cotation de la Banque de France Mars 2015 Sommaire 1. La cotation

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2014 (Instruction

Plus en détail

Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur leur accès au crédit en France

Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur leur accès au crédit en France Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur leur accès au crédit en France La Banque de France mène une enquête trimestrielle auprès des entreprises de l industrie, des services et du bâtiment sur

Plus en détail

Observations de l ASF, concernant le crédit-bail, sur le document consultatif de la Commission européenne sur son futur ratio de solvabilité.

Observations de l ASF, concernant le crédit-bail, sur le document consultatif de la Commission européenne sur son futur ratio de solvabilité. Observations de l ASF, concernant le crédit-bail, sur le document consultatif de la Commission européenne sur son futur ratio de solvabilité. - Pour le crédit-bailleur l opération de crédit-bail consiste

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Suivi des crédits aux entreprises à la Martinique au 31 décembre 2014

Suivi des crédits aux entreprises à la Martinique au 31 décembre 2014 Infos financières Avril 2015 Suivi des crédits aux entreprises à la Martinique au 31 décembre 2014 L encours total des crédits aux entreprises s élève à 4,2 milliards d euros au 31 décembre 2014. Les crédits

Plus en détail

Le financement des entreprises

Le financement des entreprises Le financement des entreprises Structure financière des entreprises réunionnaises de la base FIBEN Champ de l étude Cette partie est basée sur l exploitation des données comptables du chier FIBEN ( chier

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Observatoire des SARL à libre capital à Paris

Observatoire des SARL à libre capital à Paris Observatoire des SARL à libre capital à Paris Bilan de juin 2005 Depuis août 2003, le greffe suit et analyse mensuellement l évolution des SARL à libre capital. Cet Observatoire, créé au lendemain de la

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

Statistique sur l encours des crédits

Statistique sur l encours des crédits Statistique sur l encours des crédits COMMENTAIRES I. CARACTÉRISTIQUES DE L ENQUÊTE OBJET DE L ENQUÊTE L enquête englobe tous les crédits et limites accordés au secteur non bancaire. Les opérations sur

Plus en détail

Les systèmes de cash pooling consistent à optimiser les frais financiers d un groupe de sociétés.

Les systèmes de cash pooling consistent à optimiser les frais financiers d un groupe de sociétés. FAQ Cash pooling La centralisation de trésorerie Définition Les systèmes de cash pooling consistent à optimiser les frais financiers d un groupe de sociétés. Il existe deux grandes catégories de cash pooling

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 2 février 215 SOMMAIRE FRANCE 1. Financement des ETI et des grandes entreprises en février 215 : situation de trésorerie d exploitation inchangée 2. Créations d

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2015 (Instruction

Plus en détail

ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013

ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013 Introduction ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013 Depuis janvier 2013, les budgets de production des films éligibles sont saisis dans la base de données

Plus en détail

La cotation Banque de France

La cotation Banque de France ENTREPRISES PROFESSION BANCAIRE La cotation Banque de France Guide de référence 2007 Une référence pour le dialogue entre la banque et l entreprise Sommaire LA COTATION BANQUE DE FRANCE 1.1. UNE NOTE DE

Plus en détail

>> Baisse continue de l activité

>> Baisse continue de l activité 4 ème trimestre 20 Janvier 2013 - N 15 >> continue de l activité Dans les services comme dans l industrie, le climat des affaires reste dégradé au quatrième trimestre 20 et il s établit nettement en dessous

Plus en détail

Centrale des crédits aux particuliers

Centrale des crédits aux particuliers Centrale des crédits aux particuliers Analyse des données statistiques 2012 La Centrale des crédits aux particuliers est un outil qui vise à lutter contre le surendettement grâce à l'enregistrement de

Plus en détail

LE RALENTISSEMENT DU CRÉDIT BANCAIRE AUX PME EN FRANCE

LE RALENTISSEMENT DU CRÉDIT BANCAIRE AUX PME EN FRANCE LE RALENTISSEMENT DU CRÉDIT BANCAIRE AUX PME EN FRANCE ÉLISABETH KREMP* CLAUDE PIOT** L ÉVOLUTION DU CRÉDIT BANCAIRE DEPUIS 2006 91 Dans un contexte particulièrement touché par la crise financière, puis

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

GUIDE DU PROGRAMME IMTIAZ

GUIDE DU PROGRAMME IMTIAZ GUIDE DU PROGRAMME IMTIAZ 1 ère Edition 2014 Mars 2014 Tous droits réservés ANPME Page 1 Introduction Cette note de présentation a pour objet de guider toute entreprise candidate au programme Imtiaz en

Plus en détail

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels Qu est-ce que le ratio cours/valeur comptable P/B ratio? Ce ratio sert à comparer la valeur de marché d une action à sa valeur comptable. Il se calcule en divisant le cours de clôture d une action par

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Documents de prêt standardisés en Bosnie Herzégovine

Documents de prêt standardisés en Bosnie Herzégovine Documents de prêt standardisés en Bosnie Herzégovine L industrie de la microfinance en Bosnie Herzégovine est régie par l une des politiques les plus progressistes au monde en matière d information sur

Plus en détail

Le système de cotation de la Banque de France Un outil au service de l économie

Le système de cotation de la Banque de France Un outil au service de l économie Direction générale des Activités Fiduciaires et de Place Direction des Entreprises Le système de cotation de la Banque de France Un outil au service de l économie Claire Mangin San Remo 17 octobre 2014

Plus en détail

La garantie. Quels sont les bénéficiaires?

La garantie. Quels sont les bénéficiaires? La garantie Avec la garantie d OSEO, vous conservez 100 % de la trésorerie tout en réduisant significativement votre risque. La garantie est donc très utile dans les phases risquées de la vie de l entreprise

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (Règlement interne de la SCH) du 26 février 2015 Approuvé par le Conseil fédéral le 18 février 2015 L administration de la Société suisse de crédit

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2014 (Instruction

Plus en détail

2. Les dçveloppements dans le domaine statistique

2. Les dçveloppements dans le domaine statistique 2. Les dçveloppements dans le domaine statistique 2.1 Introduction La définition et la mise en œuvre de la politique monétaire commune reposent sur une connaissance approfondie de la situation économique

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 244 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 17 mars 2009 PROPOSITION DE LOI tendant à favoriser l accès au crédit

Plus en détail

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse I - La SAS PLASTICAUTO est une PME dont l activité industrielle se situe dans le secteur économique de la construction automobile.

Plus en détail

La destination finale de l épargne des ménages

La destination finale de l épargne des ménages Annabelle RINCON Direction des Études et Statistiques monétaires Service d Études et Statistiques des opérations fi nancières Cet article vise à décrire l allocation fi nale du patrimoine fi nancier des

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

Services bancaires pour les petites et moyennes entreprises Ce que vous devez savoir

Services bancaires pour les petites et moyennes entreprises Ce que vous devez savoir 06 Services bancaires pour les petites et moyennes entreprises Ce que vous devez savoir La majorité des clients d affaires des banques sont de petites et moyennes entreprises (PME). En effet, les banques

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2015 (Instruction

Plus en détail

La situation des PME en 2009 : leur structure fi nancière résiste à la crise

La situation des PME en 2009 : leur structure fi nancière résiste à la crise La situation des PME en 29 : leur structure fi nancière résiste à la crise Jean-Luc CAYSSIALS, Élisabeth KREMP Direction des Entreprises Observatoire des entreprises La crise survenue en 28 et 29 affecte

Plus en détail

Présentation globale des comptes de campagne de l élection présidentielle de 2002 après réformation par le Conseil constitutionnel

Présentation globale des comptes de campagne de l élection présidentielle de 2002 après réformation par le Conseil constitutionnel Présentation globale des comptes de campagne de l élection présidentielle de 2002 après réformation par le Conseil constitutionnel Source : services du Conseil constitutionnel En vertu du cinquième alinéa

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Les conséquences du changement de régime fiscal et social des PEL sur l épargne logement

Les conséquences du changement de régime fiscal et social des PEL sur l épargne logement Les conséquences du changement de régime fiscal et social des PEL sur l épargne logement Elisabeth FONTENY Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires

Plus en détail