6 ème Journée de l auto-immunité "Des liens avérés entre les infections et les maladies auto-immunes et/ou systémiques"

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "6 ème Journée de l auto-immunité "Des liens avérés entre les infections et les maladies auto-immunes et/ou systémiques""

Transcription

1 SYNTHESE 6 ème Journée de l auto-immunité "Des liens avérés entre les infections et les maladies auto-immunes et/ou systémiques" 5 novembre 2016, Hôtel Sheraton, Casablanca L Association Marocaine des Maladies Auto- Immunes et Systémiques (AMMAIS), présidée par le Dr Khadija Moussayer, spécialiste en médecine interne et en gériatrie, a organisé, le 5 novembre dernier, la 6 ème Journée de l auto-immunité. Les participants y ont débattu des risques de développer une maladie auto-immune ou systémique à la suite d une infection et ont rappelé le rôle que jouent certains virus et bactéries dans le déclenchement de plusieurs maladies auto-immunes ou systémiques. C'est le cas notamment du virus Epstein Barr, impliqué dans la survenue du lupus, du cytomégalovirus dans le syndrome des antiphospholipides et de l helicobacter pylori dans le Gougerot-Sjögren et le purpura thrombocytopénique idiopathique. Au Maroc, et malgré une nette diminution de leur prévalence, les pathologies infectieuses constituent encore un problème de santé publique. Les spécialistes pensent que ces affections risquent d accroître et d'aggraver les maladies auto-immunes et systémiques. Pour minimiser tous ces risques, un certain nombre de recommandations ont été émises par l association quant à la nécessité : d une bonne utilisation des antibiotiques dans un contexte marqué par la progression du phénomène de résistance des maladies infectieuses aux antibiotiques : cela passe par une identification exacte de la pathologie en cause, en particulier, par exemple, dans le traitement des angines. Un prélèvement de gorge systématique devrait être opéré avant tout traitement de celles-ci, sachant que la majorité est d origine virale ; de précautions à prendre pour une bonne utilisation des traitements biothérapiques qui comportent quelques risques infectieux : cela passe par une connaissance plus stricte du dossier médical du patient (sachant que la réalité marocaine est faite malheureusement de nomadisme médical et d absence de dossier médical unique!) et la mise en place d infrastructures de microbiologie sur tout le territoire marocain ; de recherche systématique avant tout traitements biothérapique aussi de la bactérie Mycobacterium tuberculosis, sachant que la tuberculose latente touche 30 % de la population mondiale et qu une réactivation de ces formes est alors possible en l absence du traitement préalable. Au total, grâce à la participation de spécialistes de renom, notamment le Pr Loïc Guillevin, président d'honneur d'ammais, cet événement scientifique a permis une meilleure compréhension des liens et inter-réactions entre pathologies infectieuses et maladies auto-immunes et systémiques. Journal de Biologie Médicale / Volume 5-Numéro 20 / Jan-Mars

Des liens avérés entre les infections et les maladies auto-immunes et/ou systémiques

Des liens avérés entre les infections et les maladies auto-immunes et/ou systémiques SYNTHESE 6 ème Journée de l auto-immunité "Des liens avérés entre les infections et les maladies auto-immunes et/ou systémiques" 5 novembre 2016, Hôtel Sheraton, Casablanca L Association Marocaine des

Plus en détail

SIXIEME JOURNEE de L'AUTO-IMMUNITE (2016) Infections et maladies auto-immunes : Présentation générale

SIXIEME JOURNEE de L'AUTO-IMMUNITE (2016) Infections et maladies auto-immunes :  Présentation générale الدكتورة خديجة موسيار Dr MOUSSAYER Khadija Spécialiste en médecine interne et en gériatrie Présidente de l Association Marocaine des Maladies Auto-Immunes et Systémiques (AMMAIS) / الجمعية المغربية ألمراض

Plus en détail

Démarche du diagnostic microbiologique d'une tuberculose

Démarche du diagnostic microbiologique d'une tuberculose Démarche du diagnostic microbiologique d'une tuberculose EVALUATIONS Collégiale des enseignants de bactériologie-virologie-hygiène 2013 1 QUESTION 1/12 : Parmi les affirmations suivantes concernant Mycobacterium

Plus en détail

Maladie de Hodgkin et auto-immunité chez l enfant: à propos de onze observations

Maladie de Hodgkin et auto-immunité chez l enfant: à propos de onze observations Maladie de Hodgkin et auto-immunité chez l enfant: à propos de onze observations Clémence Jarrassé Mémoire DES pédiatrie 23 Octobre 2008 JARASSE Clémence 1 Introduction Association syndrome lymphoprolifératif

Plus en détail

Septième journée de l'auto-immunité : les attaques du système immunitaire contre lui même et les éléments sanguins

Septième journée de l'auto-immunité : les attaques du système immunitaire contre lui même et les éléments sanguins Association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques الجمعية المغربية ألمراض المناعة الذاتية والجهازية Editorial et Programme Septième journée de l auto-immunité «Les attaques du système immunitaire

Plus en détail

PLACE DU LABORATOIRE DE MICROBIOLOGIE DANS LE DIAGNOSTIC ÉTIOLOGIQUE ET LA SURVEILLANCE ÉPIDÉMIOLOGIQUE DES DIARRHÉES AIGUËS

PLACE DU LABORATOIRE DE MICROBIOLOGIE DANS LE DIAGNOSTIC ÉTIOLOGIQUE ET LA SURVEILLANCE ÉPIDÉMIOLOGIQUE DES DIARRHÉES AIGUËS PLACE DU LABORATOIRE DE MICROBIOLOGIE DANS LE DIAGNOSTIC ÉTIOLOGIQUE ET LA SURVEILLANCE ÉPIDÉMIOLOGIQUE DES DIARRHÉES AIGUËS CHU HASSAN II FES : G.YAHYAOUI; M. MAHMOUD CHU MOHAMED VI MARRAKECH : N.SORAA

Plus en détail

Lesétudes autour du programme antibiotiques. Contact : Patrick KLEIN Tél : Port :

Lesétudes autour du programme antibiotiques. Contact : Patrick KLEIN Tél : Port : Lesétudes autour du programme antibiotiques Contact : Patrick KLEIN Tél : 01 41 98 97 20 Port : 06 09 16 64 33 e-mail : patrick.klein@ipsos.com Juin 2006 Le rôle des enquêtes dans la mise en place de la

Plus en détail

AUTO IMMUNITE. ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris. ANTICORS ANTI-PHOSPHOLIPIDES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris

AUTO IMMUNITE. ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris. ANTICORS ANTI-PHOSPHOLIPIDES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris AUTO IMMUNITE ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES ANTICORS ANTI-PHOSPHOLIPIDES COMPLEXES IMMUNS CIRCULANTS FACTEUR RHUMATOÏDE ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES Les procédures communes aux prélèvements et particulières

Plus en détail

Problématique des maladies rares au Maroc à l'ENSP

Problématique des maladies rares au Maroc à l'ENSP الدكتورة خديجة موسيار Dr MOUSSAYER Khadija Spécialiste en médecine interne et en gériatrie Présidente de l Alliance des Maladies Rares au Maroc (AMRM) Conference ENSP Rabat 20 mars 2018 Sommaire I/ Un

Plus en détail

micro-immunothérapie Formations actualisées 2018 Nouveau format 2 lieux : Paris et Lyon

micro-immunothérapie Formations actualisées 2018 Nouveau format 2 lieux : Paris et Lyon Programme des formations en micro-immunothérapie Formations actualisées Nouveau format 2 lieux : Paris et Lyon 2018 1 er semestre Programme des formations en micro-immunothérapie 1 er semestre 2018 Du

Plus en détail

Hôpital de Jour Médecine Interne

Hôpital de Jour Médecine Interne Hôpital de Jour Médecine Interne Pôle Médecine Interne Centre Hospitalier Universitaire Saint-André. Dr Emmanuel Ribeiro, Praticien Hospitalier, Service de médecine interne et immunologie clinique (Pr

Plus en détail

Diplôme universitaire d Hygiène Hospitalière et prévention des Infections Nosocomiales

Diplôme universitaire d Hygiène Hospitalière et prévention des Infections Nosocomiales Diplôme universitaire d Hygiène Hospitalière et prévention des Infections Nosocomiales L. Barrou Faculté de médecine et pharmacie CLIN CHU Ibn Rochd Casablanca Introduction IAS: problème préoccupant Fréquence

Plus en détail

LA SARCOÏDOSE : UNE MALADIE QU ON PEUT CONFONDRE AVEC LA TUBERCULOSE

LA SARCOÏDOSE : UNE MALADIE QU ON PEUT CONFONDRE AVEC LA TUBERCULOSE Association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques الجمعية المغربية ألمراض المناعة الذاتية والجهازية Moroccan Autoimmune and Systemic Diseases Association LA SARCOÏDOSE : UNE MALADIE QU ON

Plus en détail

Les fondamentaux d une antibiothérapie de qualité

Les fondamentaux d une antibiothérapie de qualité Les fondamentaux d une antibiothérapie de qualité Dr Frédéric BASTIDES Commission Régionale des anti-infectieux Praticien Hospitalier. Service de Médecine Interne et de Maladies Infectieuses- CHU de Tours.

Plus en détail

La maîtrise médicalisée: définition

La maîtrise médicalisée: définition La maîtrise médicalisée: définition Convention médicale de 2005 : «une régulation médicalisée des dépenses de santé, s appuyant sur des référentiels médicaux scientifiquement validés.» Convention de 2011

Plus en détail

Vendredi 3 et samedi 4 Avril 2015, Hôtel Medina Palais & Spa, Fès PREPROGRAMME

Vendredi 3 et samedi 4 Avril 2015, Hôtel Medina Palais & Spa, Fès PREPROGRAMME Organise La 6 ème édition de ses journées scientifiques Sous le thème «Les Bactéries Multi-Résistantes» Vendredi 3 et samedi 4 Avril 2015, Hôtel Medina Palais & Spa, Fès PREPROGRAMME Première Journée :

Plus en détail

Réticences à la vaccination: une vérité scientifique?

Réticences à la vaccination: une vérité scientifique? Réticences à la vaccination: une vérité scientifique? Dr Magali Vidal-Roux Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Clermont-Ferrand Samedi 3 décembre 2016 De 1881 à 2016 1881 «Des virus affaiblis ayant

Plus en détail

CONSEIL EN ANTIBIOTHÉRAPIE «VERS UNE DIMINUTIONS DES RÉSISTANCES BACTÉRIENNES» Pr. Pierre WEINBRECK Services des Maladies Infectieuses CHU de LIMOGES

CONSEIL EN ANTIBIOTHÉRAPIE «VERS UNE DIMINUTIONS DES RÉSISTANCES BACTÉRIENNES» Pr. Pierre WEINBRECK Services des Maladies Infectieuses CHU de LIMOGES CONSEIL EN ANTIBIOTHÉRAPIE «VERS UNE DIMINUTIONS DES RÉSISTANCES BACTÉRIENNES» Pr. Pierre WEINBRECK Services des Maladies Infectieuses CHU de LIMOGES Limoges le 10 novembre 2016 Méthodes : Bon sens, pragmatisme,

Plus en détail

Le syndrome de Rett, une maladie rare neurologique féminine difficile à prendre en charge au Maroc

Le syndrome de Rett, une maladie rare neurologique féminine difficile à prendre en charge au Maroc Le syndrome de Rett, une maladie rare neurologique féminine difficile à prendre en charge au Maroc Dans la continuité de la journée internationale des maladies rares du 28 février 2017, l Association Marocaine

Plus en détail

FASCICULE VII MALADIES INFECTIEUSES VII-1

FASCICULE VII MALADIES INFECTIEUSES VII-1 FASCICULE VII MALADIES INFECTIEUSES VII-1 Le syndrome de réaction inflammatoire généralisée Ce terme doit être préféré à celui de syndrome de réponse inflammatoire systémique employé dans la Cim. Les

Plus en détail

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Bertrand Alexandre Président du Comité Vaccins Leem 29 janvier 2007 1 Les vaccins : une contribution majeure à l éradication ou l atténuation

Plus en détail

La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire

La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION DISPONIBLES 5 III. ANALYSE DESCRIPTIVE DE LA CONSOMMATION D ANTIBIOTIQUES EN FRANCE DE 1991 A 1996 8 3.1. INTRODUCTION 8 3.2. EVOLUTION DES VENTES DES

Plus en détail

8 juillet août 2015

8 juillet août 2015 Groupe de dialogue DGS/professionnels de santé 25 septembre 2015 Historique 8 juillet 2015 : courrier d alerte de la CNNSE et propositions adressés au Pr Benoît VALLET, DGS Désarroi des professionnels

Plus en détail

Centre d'investigation Clinique - Epidémiologie Clinique Antilles Guyane

Centre d'investigation Clinique - Epidémiologie Clinique Antilles Guyane Centre d'investigation Clinique - Epidémiologie Clinique Antilles Guyane CIE 802 Inserm / DGOS Fiche de synthèse d un projet de recherche Nom du rédacteur : Antoine Adenis Date de création du document

Plus en détail

Réponse aux questions les plus courantes

Réponse aux questions les plus courantes Réponse aux questions les plus courantes A) Questions concernant le vol J ai pris un vol Air France, y a-t-il un risque pour ma santé? Vol concerné : AF385 ou delta 8517 : Atlanta 12 mai 2007 20h55 / Paris

Plus en détail

Antibiotiques : perceptions et connaissances à travers l enquête Nicolle Arnaud Gautier, Christine Jestin, Marie Jauffret-Roustide

Antibiotiques : perceptions et connaissances à travers l enquête Nicolle Arnaud Gautier, Christine Jestin, Marie Jauffret-Roustide Antibiotiques : perceptions et connaissances à travers l enquête Nicolle 2006 Arnaud Gautier, Christine Jestin, Marie Jauffret-Roustide Plan 1. Présentation de l enquête Nicolle 2. Méthode 3. Résultats

Plus en détail

Enfant exposé à un cas index de. Christophe Delacourt

Enfant exposé à un cas index de. Christophe Delacourt Enfant exposé à un cas index de tuberculose pulmonaire Christophe Delacourt Nouvelles recommandations : déc. 2013 A QUOI SERT LE DÉPISTAGE AUTOUR D UN CAS INDEX? Prévenir des cas secondaires de tuberculose-maladie

Plus en détail

Consensus Scientifique sur la. Tuberculose

Consensus Scientifique sur la. Tuberculose page 1/6 Consensus Scientifique sur la Tuberculose Source : OMS (2008) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - La tuberculose (TB) est une maladie infectieuse de plus en plus répandue dans le monde. On

Plus en détail

LE RITUXIMAB (MABTHERA )

LE RITUXIMAB (MABTHERA ) LE RITUXIMAB (MABTHERA ) Qu est-ce que c est? Rituximab = anticorps dirigé contre le CD20 CD20 = Protéine à la surface des lymphocytes B Rituximab -> inactivation et destruction des lymphocytes B en se

Plus en détail

I.N.A.M.I. Institut National d'assurance Maladie-Invalidité

I.N.A.M.I. Institut National d'assurance Maladie-Invalidité I.N.A.M.I. Institut National d'assurance Maladie-Invalidité Soins de Santé Circulaire OA n 2017/139 du 10 mai 2017 3910/1584 En vigueur à partir du 1 juin 2017 Tarifs ; médecins - biologie clinique ; 01-06-2017

Plus en détail

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Accident d exposition au sang Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 1 - GÉNÉRALITÉS : MALADIES TRANSMISSIBLES PAR LE SANG Tout microbe présent

Plus en détail

INFECTIONS INVASIVES À MYCOBACTERIUM CHIMAERA APRÈS CHIRURGIE CARDIAQUE SOUS CEC ENQUETE RETROSPECTIVE NATIONALE 2015

INFECTIONS INVASIVES À MYCOBACTERIUM CHIMAERA APRÈS CHIRURGIE CARDIAQUE SOUS CEC ENQUETE RETROSPECTIVE NATIONALE 2015 Centre National de Référence des Mycobactéries et Résistance des mycobactéries aux antibiotiques CNR-MyRMA INFECTIONS INVASIVES À MYCOBACTERIUM CHIMAERA APRÈS CHIRURGIE CARDIAQUE SOUS CEC ENQUETE RETROSPECTIVE

Plus en détail

CAPACITÉ DE MÉDECINE TROPICALE BACTERIOLOGIE DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DANS UN PAYS A FORTE ENDEMICITE TUBERCULEUSE :

CAPACITÉ DE MÉDECINE TROPICALE BACTERIOLOGIE DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DANS UN PAYS A FORTE ENDEMICITE TUBERCULEUSE : CAPACITÉ DE MÉDECINE TROPICALE BACTERIOLOGIE DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DANS UN PAYS A FORTE ENDEMICITE TUBERCULEUSE : ETUDE DE 92 EXAMENS CYTOBACTERIOLOGIQUES DES EXPECTORATIONS RECUEILLIS SUR

Plus en détail

DFGSM 3 Parcours biologique Microbiologie S3 Microbiologie générale S4 Pathologies infectieuses

DFGSM 3 Parcours biologique Microbiologie S3 Microbiologie générale S4 Pathologies infectieuses DFGSM 3 Parcours biologique Microbiologie S3 Microbiologie générale S4 Pathologies infectieuses Les cours ont lieu le mardi soir à 18h et le samedi matin à 9h. S3 Microbiologie générale (35h) Virologie

Plus en détail

INFO PATIENTS. Tout savoir sur la transfusion sanguine

INFO PATIENTS. Tout savoir sur la transfusion sanguine Tout savoir sur la transfusion sanguine POUR MIEUX COMPRENDRE LA TRANSFUSION Il se peut que votre état de santé nécessite une transfusion de sang. La transfusion n est pas un geste anodin même si tout

Plus en détail

Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14)

Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14) Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14) Helicobacter pylori est un bacille à Gram négatif hélicoïdal, très mobile, caractérisé par Warren et Marshall en 1983, dont les

Plus en détail

11/10/2013. Tuberculose en maternité à l HFME en décembre 2012 Unité d Hygiène et d Epidémiologie Médecine et santé au travail

11/10/2013. Tuberculose en maternité à l HFME en décembre 2012 Unité d Hygiène et d Epidémiologie Médecine et santé au travail Tuberculose en maternité à l HFME en décembre 2012 Unité d Hygiène et d Epidémiologie Médecine et santé au travail Alerte Le 3 décembre 2012, Suspicion de tuberculose chez Mme N en suite de couches car

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES DU SUJET ÂGÉ HOSPITALISÉ

INFECTIONS URINAIRES DU SUJET ÂGÉ HOSPITALISÉ INFECTIONS URINAIRES DU SUJET ÂGÉ HOSPITALISÉ Corrélation traitement et recommandations AFSSAPS 2008 Dr B.FOUGERE / Pr M.PACCALIN Pôle de Gériatrie, Poitiers QUELQUES CHIFFRES 241 patients inclus dans

Plus en détail

Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR

Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire Question 112 I. DÉFINITION INTRODUCTION 17 II. PRINCIPAUX

Plus en détail

La tuberculose du sujet âgé

La tuberculose du sujet âgé La tuberculose du sujet âgé Epidémiologie Incidence 2007 : 6,3/100000 habitants % + 70 ans : 16 % Collectivités + 70 ans : 26,1 % Femmes + 70 ans : 26 % Tuberculose latente : 23 % Mortalité + 70 ans X

Plus en détail

Intérêt de la mise en place d indicateurs de suivi dans les EHPAD

Intérêt de la mise en place d indicateurs de suivi dans les EHPAD Intérêt de la mise en place d indicateurs de suivi dans les EHPAD Graziella GUERRE Cadre de santé hygiéniste ARLIN Bourgogne Journée inter régionale de formation / resclin Champagne-Ardenne / jeudi 06

Plus en détail

Resistance chez les Bacilles Gram Données épidémiologiques régionales

Resistance chez les Bacilles Gram Données épidémiologiques régionales Resistance chez les Bacilles Gram Données épidémiologiques régionales Dr Karine BLANCKAERT Médecin Coordonateur Antenne Régionale Nord-Pas de Calais de lutte contre les Infections Nosocomiales CHRU de

Plus en détail

AMID PACA OCTOBRE 2016 DR MP PINGANNAUD

AMID PACA OCTOBRE 2016 DR MP PINGANNAUD AMID PACA OCTOBRE 2016 DR MP PINGANNAUD Les patients suivis pour maladie de crohn ou rectocolite hémorragique sont la plupart du temps sous traitement medical Certains traitements peuvent être immunosuppresseur

Plus en détail

HOSPITALISATION EN CHAMBRE DOUBLE ET RISQUE DE GRIPPE NOSOCOMIALE : ÉTUDE PROSPECTIVE SUR 9 SAISONS GRIPPALES

HOSPITALISATION EN CHAMBRE DOUBLE ET RISQUE DE GRIPPE NOSOCOMIALE : ÉTUDE PROSPECTIVE SUR 9 SAISONS GRIPPALES HOSPITALISATION EN CHAMBRE DOUBLE ET RISQUE DE GRIPPE NOSOCOMIALE : ÉTUDE PROSPECTIVE SUR 9 SAISONS GRIPPALES Elodie Munier-Marion XXVIIe congrès de la SF2H 1, 2 et 3 juin 2016 Nantes LINKS OF INTEREST

Plus en détail

Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP)

Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) XXV ème congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière (SF2H) Marseille 2014 Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) pour la Commission spécialisée «sécurité des patients» (CsSP),

Plus en détail

Précautions complémentaires contact

Précautions complémentaires contact Précautions complémentaires contact Quoi de plus par rapport aux précautions standard? N. Diguio Centre Hospitalier Emile Durkheim EPINAL 05/2013 Contexte Précautions standard Précautions complémentaires

Plus en détail

3IDI INTERNATIONAL. Programme des formations en micro-immunothérapie e semestre

3IDI INTERNATIONAL. Programme des formations en micro-immunothérapie e semestre Programme des formations en micro-immunothérapie 2017 2 e semestre Programme des formations en micro-immunothérapie 2 e semestre 2017 Prendre en compte le terrain immunitaire de ses patients en se formant

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE Professeur Michel Drancourt Laboratoire de Microbiologie-Hygiène Hôpital de la Timone Michel.Drancourt@univmed.fr http://www.mediterranee-infection.com/

Plus en détail

Titre Utilisation du test de diagnostic rapide de l angine streptococcique en médecine générale : une étude transversale en région Rhône-Alpes Résumé Introduction- Devant les difficultés à déterminer l

Plus en détail

Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / Santé publique France Point hebdomadaire numéro 509 du 26 septembre 2017

Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / Santé publique France Point hebdomadaire numéro 509 du 26 septembre 2017 Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / Santé publique France Point hebdomadaire numéro 509 du 26 septembre 2017 Synthèse : En semaine 38 (du 18 au 24 septembre 2017), troisième

Plus en détail

SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES

SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES Tuberculose, VIH, autres immunodéprimés Dr Nathalie De Castro Maladies Infectieuses Cas 1 VIH, 40 CD4 : mise sous ARV au

Plus en détail

Best of en infectiologie Tube digestif

Best of en infectiologie Tube digestif Best of en infectiologie Tube digestif Laurent Beaugerie Service de Gastro-entérologie et Nutrition Hôpital Saint-Antoine Paris Best of Tube digestif Agents infectieux et cancers C. jejuni et lymphome

Plus en détail

Limiter la consommation d antibiotiques : un enjeu de santé publique! Dépistage du cancer du col de l utérus : n oubliez pas le frottis

Limiter la consommation d antibiotiques : un enjeu de santé publique! Dépistage du cancer du col de l utérus : n oubliez pas le frottis Limiter la consommation d antibiotiques : un enjeu de santé publique! Dépistage du cancer du col de l utérus : n oubliez pas le frottis Un nouveau test de dépistage du cancer colorectal Grippe : pour éviter

Plus en détail

HORAIRES, LIEU. Lieu Cours Besançon = Faculté de médecine, les Hauts de Chazal Lieu Cours Dijon =

HORAIRES, LIEU. Lieu Cours Besançon = Faculté de médecine, les Hauts de Chazal Lieu Cours Dijon = HORAIRES, LIEU Lieu Cours Besançon = Faculté de médecine, les Hauts de Chazal Lieu Cours Dijon = Première journée (vendredi 22 septembre 2017 Besançon) Thème = principes généraux microbiologie 1h30 Rappels

Plus en détail

Virus, hypothermies... La vague de froid et son impact sur la santé. Par afp, le 19/1/2017 à 09h16

Virus, hypothermies... La vague de froid et son impact sur la santé. Par afp, le 19/1/2017 à 09h16 Virus, hypothermies... La vague de froid et son impact sur la santé Par afp, le 19/1/2017 à 09h16 L'Association Savoyarde d'accueil des Secours et d' Orientation en maraude auprès d'une famille sans-abri,

Plus en détail

Pathologies ORL rencontrées aux Jeux Olympiques

Pathologies ORL rencontrées aux Jeux Olympiques Pathologies ORL rencontrées aux Jeux Olympiques Docteur Maurice VRILLAC Président de la Commission Médicale du CNOSF Nous n observons pas le même nombre de consultations pour des troubles ORL lors des

Plus en détail

Conduites à tenir en cas de Survenue de Maladies Infectieuses dans une Collectivité HCSP 28/09/2012

Conduites à tenir en cas de Survenue de Maladies Infectieuses dans une Collectivité HCSP 28/09/2012 Conduites à tenir en cas de Survenue de Maladies Infectieuses dans une Collectivité HCSP 28/09/2012 L'arrêté du 3 mai 1989, bien connu des écoles, a été complété en 2003 par un premier guide qui a été

Plus en détail

CONGRES. Mercredi 2 juin 2010 de 8h00 à 18h00. PAVILLON DAUPHINE Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, PARIS

CONGRES. Mercredi 2 juin 2010 de 8h00 à 18h00. PAVILLON DAUPHINE Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, PARIS CONGRES Mercredi 2 juin 2010 de 8h00 à 18h00 PAVILLON DAUPHINE Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 PARIS MALADIES INFECTIEUSES EMERGENTES COMITE DE PILOTAGE - Pr Catherine LEPORT (e) - Pr François

Plus en détail

Risques infectieux en Hémodialyse. Cas pratique. Analyse. Méthode d analyse. Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives

Risques infectieux en Hémodialyse. Cas pratique. Analyse. Méthode d analyse. Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives Risques infectieux en Hémodialyse Cas pratique Analyse Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives Cas d infections nosocomiales virales Méthode d analyse 1. Description de l événement

Plus en détail

Gestion d épidémie : exemple de la gastroentérite

Gestion d épidémie : exemple de la gastroentérite Gestion d épidémie : exemple de la gastroentérite Dr Élodie BECLIN Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Nord Pas de Calais 1 Généralités Infections digestives le plus souvent bénignes,

Plus en détail

Infectiologie transversale : "Avis conjoint biologiste/clinicien" L expérience de l HEGP

Infectiologie transversale : Avis conjoint biologiste/clinicien L expérience de l HEGP Infectiologie transversale : "Avis conjoint biologiste/clinicien" L expérience de l HEGP Assises de l Infectiologie 10 avril 2014 Dr C. Richaud (CCA) Unité Mobile de Microbiologie Clinique (Pr JL. Mainardi)

Plus en détail

Néphrites tubulo-interstitielles. Dr. Brigitte McGregor HEH, Lyon

Néphrites tubulo-interstitielles. Dr. Brigitte McGregor HEH, Lyon Néphrites tubulo-interstitielles Dr. Brigitte McGregor HEH, Lyon Terminologie Atteinte tubulaire et interstitielle Aigues et chroniques Primaire ou secondaire lésions glomérulaires ou vasculaires Réactives

Plus en détail

Intérêt de la recherche des anticorps anti-c1q chez les patients atteints d hépatite virale C

Intérêt de la recherche des anticorps anti-c1q chez les patients atteints d hépatite virale C Intérêt de la recherche des anticorps anti-c1q chez les patients atteints d hépatite virale C K. DJENOUHAT 1, H. MAHIOU 2, A. BENSALEM 3, H. MESSAOUDI 4, M. SEGHIER 3 1: Centre des Investigations Biologiques,

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 172 - Avril 2017 SOMMAIRE Les maladies infectieuses infantiles 1. Les maladies à éviction des collectivités p 2 2. Les fiches Grand Public p 4 3. Test de lecture p 5 Le mot de

Plus en détail

Dépistage de l infection à Helicobacter pylori

Dépistage de l infection à Helicobacter pylori 130 RECOMMANDATIONS EN SANTÉ PUBLIQUE Dépistage de l infection à Helicobacter pylori Pertinence et populations concernées Avril 2010-1 - Ces recommandations en santé publique sont téléchargeables sur www.has-sante.fr

Plus en détail

infection par le VIH et

infection par le VIH et Je comprends le lien entre infection par le VIH et lymphome Les lymphomes sont des cancers qui touchent le système lymphatique. Leur fréquence augmente en cas d infection par le VIH. Ils nécessitent une

Plus en détail

Prescrire GUIDE DESTINÉ AUX PRESCRIPTEURS. Spécialistes en rhumatologie ou en médecine interne

Prescrire GUIDE DESTINÉ AUX PRESCRIPTEURS. Spécialistes en rhumatologie ou en médecine interne Prescrire GUIDE DESTINÉ AUX PRESCRIPTEURS Spécialistes en rhumatologie ou en médecine interne guide-prescripteur-cimzia_ea-15-0009_exe.indd 1 10/02/2015 13:58 Ce Guide s inscrit dans le cadre du Plan de

Plus en détail

UE Agent infectieux : enseignement

UE Agent infectieux : enseignement UE Agent infectieux : enseignement 2013-14 Date Intitulé du cours Cours Magistraux Amphi Fac de Méd 10- mars 08h- 09h Cours commun d'introduction 09h- 10h Le monde des parasites et champignons 10h- 11h

Plus en détail

la lutte contre les infections nosocomiales au Maroc (stratégie nationale) Dr Hamama Samir SMHH

la lutte contre les infections nosocomiales au Maroc (stratégie nationale) Dr Hamama Samir SMHH la lutte contre les infections nosocomiales au Maroc (stratégie nationale) Dr Hamama Samir SMHH LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES AU MAROC Fin des années 80 essentiellement gestion des déchets Les

Plus en détail

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée Sandra Perreau-Coudre 8 octobre 2013 BESANCON S A N T E S E R V I C E CLIN

Plus en détail

Chapitre 2 : L immunité adaptative

Chapitre 2 : L immunité adaptative Chapitre 2 : L immunité adaptative Programme : Alors que l'immunité innée est largement répandue chez les êtres vivants, l'immunité adaptative est propre aux vertébrés. Elle s'ajoute à l'immunité innée

Plus en détail

QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine

QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine générale Nicolas GROFFAL 19 avril 2012 INTRODUCTION(1) CRP

Plus en détail

Chapitre 14 : Les processus immunitaires mis en jeu

Chapitre 14 : Les processus immunitaires mis en jeu Chapitre 14 : Les processus immunitaires mis en jeu Introduction : Pendant la phase asymptomatique du SIDA des mécanismes de défense immunitaire se mettent en place pour lutter contre le virus : - synthèse

Plus en détail

Question 7 : Quels étaient les facteurs de confusion potentiels dans cette étude? Ont-ils été pris en compte?

Question 7 : Quels étaient les facteurs de confusion potentiels dans cette étude? Ont-ils été pris en compte? Dossier LCA ECN 2009 Page 1 sur 5 Etude prospective sur 10 ans de la diminution de l audition chez les enfants ayant une infection congénitale à cytomégalovirus. 1 ) Résumer cet article en 254 mots sur

Plus en détail

élévation modérée des transaminases

élévation modérée des transaminases L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Novembre 2014 élévation modérée des transaminases Les transaminases constituent l un des examens les plus couramment prescrits en biologie... La suite

Plus en détail

A(H1N1)2009 : Irlande, Belgique Point épidémiologique 06 Décembre 2009

A(H1N1)2009 : Irlande, Belgique Point épidémiologique 06 Décembre 2009 Grippe A(H1N1) Irlande et Belgique 06 décembre 2009 A(H1N1)2009 : Irlande, Belgique Point épidémiologique 06 Décembre 2009 Département International & Tropical Cette note décrit la situation épidémiologique

Plus en détail

Bulletin grippe A (H1N1) 2009

Bulletin grippe A (H1N1) 2009 Point de situation au 11 août 2009 (11h) En métropole, la circulation du virus est effective mais reste limitée. Le recours aux médecins de ville et aux urgences hospitalières pour cause de syndromes grippaux

Plus en détail

Le risque infectieux en EHPAD Constat

Le risque infectieux en EHPAD Constat Séminaire national sur l organisation de la prévention des infections associées aux soins Paris 24 novembre 2008 Paris Généraliser la prévention des infections associées aux soins à l ensemble des secteurs

Plus en détail

CAS CLINIQUE ARISTIDE NTAHE ANESTHESIE REANIMATION CHU ANGERS

CAS CLINIQUE ARISTIDE NTAHE ANESTHESIE REANIMATION CHU ANGERS CAS CLINIQUE ARISTIDE NTAHE ANESTHESIE REANIMATION CHU ANGERS Femme de 29 ans enceinte de 24 SA ATCDs : maladie de crohn méningite appendicectomie tabagisme actif G1P0 Traitement : IMUREL(aziathropine)

Plus en détail

Chapitre 3 : Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre 3 : Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre 3 : Le phénotype immunitaire au cours de la vie Comment expliquer l efficacité de l immunité adaptative contre les antigènes suite à leur premier contact? I) Mise en évidence d une mémoire immunitaire

Plus en détail

Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires. Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville

Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires. Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville Pas de conflit d interêt SOUS LE HAUT PATR du Ministre de la Santé et de la Population

Plus en détail

Antenne Régionale CCLIN FELIN Réunion - Mayotte

Antenne Régionale CCLIN FELIN Réunion - Mayotte Dr Cécile Mourlan Antenne Régionale CCLIN FELIN Réunion - Mayotte Le cadre Signalement externe par un établissement de santé ARS et CCLIN Accompagnement de l antenne pour investigation de l infection 3

Plus en détail

Pas avant 2 ans en automédication. Indiqués dans les maux de gorge peu intenses et sans fièvre.

Pas avant 2 ans en automédication. Indiqués dans les maux de gorge peu intenses et sans fièvre. OU Réservés à l adulte Pas avant 2 ans en automédication Indiqués dans les maux de gorge peu intenses et sans fièvre. 1, 2, 4 Comprendre le mal de gorge «J ai la gorge qui gratte, qui pique» «J ai mal

Plus en détail

TUBERCULOSE (INFECTION À MYCOBACTERIUM TUBERCULOSIS)

TUBERCULOSE (INFECTION À MYCOBACTERIUM TUBERCULOSIS) (INFECTION À MYCOBACTERIUM TUBERCULOSIS) La tuberculose active est une MADO. La tuberculose active est une maladie à traitement obligatoire (MATO). INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La tuberculose est

Plus en détail

Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux. Syndrôme infectieux. B- Physiopathologie

Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux. Syndrôme infectieux. B- Physiopathologie Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux I- Maladie infectieuse- Définition A- Définitions Maladie : Altération de la santé. Syndrôme infectieux Santé : Etat de bien-être

Plus en détail

Après-midi (cours magistral) 8h à 12h 14h à 14h45 14h45 à 15h30 16h à 16h45 16h45 à 17h30. Asphyxies mécaniques S. Bardaa

Après-midi (cours magistral) 8h à 12h 14h à 14h45 14h45 à 15h30 16h à 16h45 16h45 à 17h30. Asphyxies mécaniques S. Bardaa Semaine 1: du 18 au 23 janvier 2016 Lundi Diagnostic de la mort Mardi Thérapeutique Exercice physique en thérapeutique médicale Prise en charge de l hémiplégie en rééducation S. Ghroubi Thérapeutique Evaluation

Plus en détail

Masse tissulaire parotidienne droite, prenant le contraste ; multiples images hypodenses infracentimétriques obs : Alexandre PRESTAT IHN

Masse tissulaire parotidienne droite, prenant le contraste ; multiples images hypodenses infracentimétriques obs : Alexandre PRESTAT IHN Jeune homme de 20 ans sans antécédent rapporté Bilan d une tuméfaction parotidienne droite évoluant depuis 5 mois. Masse tissulaire parotidienne droite, prenant le contraste ; multiples images hypodenses

Plus en détail

Recommandations pour la prévention des risques infectieux professionnels des personnels soignants

Recommandations pour la prévention des risques infectieux professionnels des personnels soignants Recommandations spécifiques aux décideurs politiques, aux gestionnaires, aux professionnels de santé et aux préventeurs pour la prévention des risques infectieux professionnels des personnels soignants

Plus en détail

B Guery Maladies Infectieuses CHRU Lille. Tranche de la population en croissance rapide (7.3 millions aux USA en 2020)

B Guery Maladies Infectieuses CHRU Lille. Tranche de la population en croissance rapide (7.3 millions aux USA en 2020) La bonne pratique de l antibiothérapie chez la personne a ge e B Guery Maladies Infectieuses CHRU Lille Généralités Tranche de la population en croissance rapide (7.3 millions aux USA en 2020) >65 ans:

Plus en détail

Helicobacter pylori et Autoimmunité: mythe ou réalité?

Helicobacter pylori et Autoimmunité: mythe ou réalité? Helicobacter pylori et Autoimmunité: mythe ou réalité? Dr MELEK KECHIDA Service de Médecine Interne et Endocrinologie CHU Fattouma Bourguiba, Monastir «Everything is infectious until proven otherwise»

Plus en détail

Catalogue des Analyses

Catalogue des Analyses AP-HM LBM Pôle infectiologie 18PREP1MO2D06 Rédaction : PUGGIONI Karine, POCACHARD Bérengère Validation : LEVY Pierre Yves Approbation : DRANCOURT Michel Date d application : 2015-10-05 Version : 3 Avant

Plus en détail

AM Gallerand ARLIN Martinique 20 mai 2016

AM Gallerand ARLIN Martinique 20 mai 2016 AM Gallerand ARLIN Martinique 20 mai 2016 Un épouvantail Un agent microbien hautement infectieux/contagieux Un mal exclusivement hospitalier Une bactérie à fuir à tout prix Un motif pour éloigner les patients

Plus en détail

ERREURS D ADMINISTRATION DE LAIT MATERNEL

ERREURS D ADMINISTRATION DE LAIT MATERNEL CHAPITRE 5 CONTACTS AVEC LE SANG ERREURS D ADMINISTRATION DE LAIT MATERNEL CONDUITE À TENIR LORS D UNE ERREUR D ADMINISTRATION DE LAIT MATERNEL Il est très important que les enfants reçoivent le lait de

Plus en détail

NOTE D INFORMATION A LA PRESSE

NOTE D INFORMATION A LA PRESSE NOTE D INFORMATION A LA PRESSE COMM010/IPM/2015 Antananarivo, 06 novembre 2015 Lutte contre les maladies infectieuses : Premier Cours International sur les «Techniques de l Immunologie» réalisé à l Institut

Plus en détail

Biovigilance - organes 2015

Biovigilance - organes 2015 Biovigilance - organes 2015 Définitions La biovigilance, mise en place par le décret n 2003-1206 du 12 décembre 2003, a pour objet la surveillance des incidents et des risques d'incidents relatifs aux

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction de l Epidémiologie et de Lutte Contre les Maladies

Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction de l Epidémiologie et de Lutte Contre les Maladies WHO/CDS/TB/2002.298c Original: English Distr. : General Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction de l Epidémiologie et de Lutte Contre les Maladies PRISE EN CHARGE COMBINEE DES MALADIES RESPIRATOIRES

Plus en détail

Gestion des risques et IAS CHU DIJON, Isabelle Therme IDE Hygiéniste octobre 2015

Gestion des risques et IAS CHU DIJON, Isabelle Therme IDE Hygiéniste octobre 2015 Gestion des risques et IAS CHU DIJON, Isabelle Therme IDE Hygiéniste octobre 2015 Gestion des risques et IAS Plusieurs situations: Prévention au quotidien (1) Plan de lutte défini par le ministère, procédures,

Plus en détail

LES GLOBULES BLANCS (ou leucocytes)

LES GLOBULES BLANCS (ou leucocytes) LES GLOBULES BLANCS (ou leucocytes) Cellule du sang des mammifères contenant un noyau, appelée également leucocyte et jouant essentiellement un rôle dans la défense de l'organisme contre les agents étrangers.

Plus en détail