6 ème Journée de l auto-immunité "Des liens avérés entre les infections et les maladies auto-immunes et/ou systémiques"

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "6 ème Journée de l auto-immunité "Des liens avérés entre les infections et les maladies auto-immunes et/ou systémiques""

Transcription

1 SYNTHESE 6 ème Journée de l auto-immunité "Des liens avérés entre les infections et les maladies auto-immunes et/ou systémiques" 5 novembre 2016, Hôtel Sheraton, Casablanca L Association Marocaine des Maladies Auto- Immunes et Systémiques (AMMAIS), présidée par le Dr Khadija Moussayer, spécialiste en médecine interne et en gériatrie, a organisé, le 5 novembre dernier, la 6 ème Journée de l auto-immunité. Les participants y ont débattu des risques de développer une maladie auto-immune ou systémique à la suite d une infection et ont rappelé le rôle que jouent certains virus et bactéries dans le déclenchement de plusieurs maladies auto-immunes ou systémiques. C'est le cas notamment du virus Epstein Barr, impliqué dans la survenue du lupus, du cytomégalovirus dans le syndrome des antiphospholipides et de l helicobacter pylori dans le Gougerot-Sjögren et le purpura thrombocytopénique idiopathique. Au Maroc, et malgré une nette diminution de leur prévalence, les pathologies infectieuses constituent encore un problème de santé publique. Les spécialistes pensent que ces affections risquent d accroître et d'aggraver les maladies auto-immunes et systémiques. Pour minimiser tous ces risques, un certain nombre de recommandations ont été émises par l association quant à la nécessité : d une bonne utilisation des antibiotiques dans un contexte marqué par la progression du phénomène de résistance des maladies infectieuses aux antibiotiques : cela passe par une identification exacte de la pathologie en cause, en particulier, par exemple, dans le traitement des angines. Un prélèvement de gorge systématique devrait être opéré avant tout traitement de celles-ci, sachant que la majorité est d origine virale ; de précautions à prendre pour une bonne utilisation des traitements biothérapiques qui comportent quelques risques infectieux : cela passe par une connaissance plus stricte du dossier médical du patient (sachant que la réalité marocaine est faite malheureusement de nomadisme médical et d absence de dossier médical unique!) et la mise en place d infrastructures de microbiologie sur tout le territoire marocain ; de recherche systématique avant tout traitements biothérapique aussi de la bactérie Mycobacterium tuberculosis, sachant que la tuberculose latente touche 30 % de la population mondiale et qu une réactivation de ces formes est alors possible en l absence du traitement préalable. Au total, grâce à la participation de spécialistes de renom, notamment le Pr Loïc Guillevin, président d'honneur d'ammais, cet événement scientifique a permis une meilleure compréhension des liens et inter-réactions entre pathologies infectieuses et maladies auto-immunes et systémiques. Journal de Biologie Médicale / Volume 5-Numéro 20 / Jan-Mars

SIXIEME JOURNEE de L'AUTO-IMMUNITE (2016) Infections et maladies auto-immunes : Présentation générale

SIXIEME JOURNEE de L'AUTO-IMMUNITE (2016) Infections et maladies auto-immunes :  Présentation générale الدكتورة خديجة موسيار Dr MOUSSAYER Khadija Spécialiste en médecine interne et en gériatrie Présidente de l Association Marocaine des Maladies Auto-Immunes et Systémiques (AMMAIS) / الجمعية المغربية ألمراض

Plus en détail

INFO PATIENTS. Tout savoir sur la transfusion sanguine

INFO PATIENTS. Tout savoir sur la transfusion sanguine Tout savoir sur la transfusion sanguine POUR MIEUX COMPRENDRE LA TRANSFUSION Il se peut que votre état de santé nécessite une transfusion de sang. La transfusion n est pas un geste anodin même si tout

Plus en détail

LE RITUXIMAB (MABTHERA )

LE RITUXIMAB (MABTHERA ) LE RITUXIMAB (MABTHERA ) Qu est-ce que c est? Rituximab = anticorps dirigé contre le CD20 CD20 = Protéine à la surface des lymphocytes B Rituximab -> inactivation et destruction des lymphocytes B en se

Plus en détail

LA SARCOÏDOSE : UNE MALADIE QU ON PEUT CONFONDRE AVEC LA TUBERCULOSE

LA SARCOÏDOSE : UNE MALADIE QU ON PEUT CONFONDRE AVEC LA TUBERCULOSE Association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques الجمعية المغربية ألمراض المناعة الذاتية والجهازية Moroccan Autoimmune and Systemic Diseases Association LA SARCOÏDOSE : UNE MALADIE QU ON

Plus en détail

ERREURS D ADMINISTRATION DE LAIT MATERNEL

ERREURS D ADMINISTRATION DE LAIT MATERNEL CHAPITRE 5 CONTACTS AVEC LE SANG ERREURS D ADMINISTRATION DE LAIT MATERNEL CONDUITE À TENIR LORS D UNE ERREUR D ADMINISTRATION DE LAIT MATERNEL Il est très important que les enfants reçoivent le lait de

Plus en détail

La maîtrise médicalisée: définition

La maîtrise médicalisée: définition La maîtrise médicalisée: définition Convention médicale de 2005 : «une régulation médicalisée des dépenses de santé, s appuyant sur des référentiels médicaux scientifiquement validés.» Convention de 2011

Plus en détail

Diplôme universitaire d Hygiène Hospitalière et prévention des Infections Nosocomiales

Diplôme universitaire d Hygiène Hospitalière et prévention des Infections Nosocomiales Diplôme universitaire d Hygiène Hospitalière et prévention des Infections Nosocomiales L. Barrou Faculté de médecine et pharmacie CLIN CHU Ibn Rochd Casablanca Introduction IAS: problème préoccupant Fréquence

Plus en détail

AUTO IMMUNITE. ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris. ANTICORS ANTI-PHOSPHOLIPIDES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris

AUTO IMMUNITE. ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris. ANTICORS ANTI-PHOSPHOLIPIDES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris AUTO IMMUNITE ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES ANTICORS ANTI-PHOSPHOLIPIDES COMPLEXES IMMUNS CIRCULANTS FACTEUR RHUMATOÏDE ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES Les procédures communes aux prélèvements et particulières

Plus en détail

INAUGURATION. Service de Maladies Infectieuses et Tropicales. Centre Hospitalier de Valenciennes. Sommaire

INAUGURATION. Service de Maladies Infectieuses et Tropicales. Centre Hospitalier de Valenciennes. Sommaire INAUGURATION Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Sommaire 1 Contexte... p. 3 Missions et prises en charge du service quels bénéfices pour les patients... p. 4 Les équipes... p. 5 Les locaux...

Plus en détail

Précautions complémentaires contact

Précautions complémentaires contact Précautions complémentaires contact Quoi de plus par rapport aux précautions standard? N. Diguio Centre Hospitalier Emile Durkheim EPINAL 05/2013 Contexte Précautions standard Précautions complémentaires

Plus en détail

Le risque infectieux en EHPAD Constat

Le risque infectieux en EHPAD Constat Séminaire national sur l organisation de la prévention des infections associées aux soins Paris 24 novembre 2008 Paris Généraliser la prévention des infections associées aux soins à l ensemble des secteurs

Plus en détail

Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR

Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire Question 112 I. DÉFINITION INTRODUCTION 17 II. PRINCIPAUX

Plus en détail

La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire

La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION DISPONIBLES 5 III. ANALYSE DESCRIPTIVE DE LA CONSOMMATION D ANTIBIOTIQUES EN FRANCE DE 1991 A 1996 8 3.1. INTRODUCTION 8 3.2. EVOLUTION DES VENTES DES

Plus en détail

ANSM- avril /22

ANSM- avril /22 Recommandations portant diffusion des algorithmes de validation biologique des tests de dépistage des maladies transmissibles applicables à la qualification biologique des organes, des tissus et des cellules

Plus en détail

Risques infectieux en Hémodialyse. Cas pratique. Analyse. Méthode d analyse. Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives

Risques infectieux en Hémodialyse. Cas pratique. Analyse. Méthode d analyse. Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives Risques infectieux en Hémodialyse Cas pratique Analyse Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives Cas d infections nosocomiales virales Méthode d analyse 1. Description de l événement

Plus en détail

Mise en place d un carnet de suivi géré par le patient, pour les soins des plaies associées aux infections ostéo-articulaires

Mise en place d un carnet de suivi géré par le patient, pour les soins des plaies associées aux infections ostéo-articulaires Mise en place d un carnet de suivi géré par le patient, pour les soins des plaies associées aux infections ostéo-articulaires L Cormerais, AM Sanchis, F Julien, B Auvity, F Gourdon, O Lesens Service des

Plus en détail

Dépistage de l infection à Helicobacter pylori

Dépistage de l infection à Helicobacter pylori 130 RECOMMANDATIONS EN SANTÉ PUBLIQUE Dépistage de l infection à Helicobacter pylori Pertinence et populations concernées Avril 2010-1 - Ces recommandations en santé publique sont téléchargeables sur www.has-sante.fr

Plus en détail

Sécurité, composante critique de la qualité

Sécurité, composante critique de la qualité Sécurité, composante l expérience de l Anaes en France Henri Parent Madrid, 8 février 2005 HP Madrid 8 février 2005 1 2 remarques préliminaires l Anaes n est pas la seule institution nationale, loin s

Plus en détail

La grippe nosocomiale en gériatrie: expérience dans une unité de court séjour à l hôpital Edouard Herriot, Lyon

La grippe nosocomiale en gériatrie: expérience dans une unité de court séjour à l hôpital Edouard Herriot, Lyon La grippe nosocomiale en gériatrie: expérience dans une unité de court séjour à l hôpital Edouard Herriot, Lyon 2004-2009 Philippe Vanhems, Corinne Régis, Brigitte Comte, Christine Gorain, Silene Pires-Cronenberger,

Plus en détail

Tests rapides d'orientation diagnostique grippe en dehors du laboratoire : quelle utilisation en pratique?

Tests rapides d'orientation diagnostique grippe en dehors du laboratoire : quelle utilisation en pratique? Tests rapides d'orientation diagnostique grippe en dehors du laboratoire : quelle utilisation en pratique? Anne Mosnier Coordination nationale du Réseau des GROG & Open Rome Jeudi 3 avril 2014 26 èmes

Plus en détail

Chapitre 14 : Les processus immunitaires mis en jeu

Chapitre 14 : Les processus immunitaires mis en jeu Chapitre 14 : Les processus immunitaires mis en jeu Introduction : Pendant la phase asymptomatique du SIDA des mécanismes de défense immunitaire se mettent en place pour lutter contre le virus : - synthèse

Plus en détail

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Dr L. BADAOUI,G.DABO,M.SODQI,L.MARIH,A.OULED LAHSEN,R.BENSGHIR,A.CHAKIB,K.MARHOUM EL FILLALI Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

Comment réaliser son DARI

Comment réaliser son DARI Evaluation du risque infectieux en EHPAD Comment réaliser son DARI (Document d Analyse du Risque Infectieux) Trouver et mettre en place une expertise en hygiène Docteur Françoise RUBAN-AGNIEL, Equipe d

Plus en détail

[CAHIER MODULE MICROBIOLOGIE] COMITE PEDAGOGIQUE DE MICROBIOLOGIE

[CAHIER MODULE MICROBIOLOGIE] COMITE PEDAGOGIQUE DE MICROBIOLOGIE 3éme ANNEE FACULTE DE MEDECINE D ALGER.DEPARTEMENT DE MEDECINE.CYCLE GRADUE. COMITE PEDAGOGIQUE DE MICROBIOLOGIE [CAHIER MODULE MICROBIOLOGIE] Dans ce cahier vous trouverez les informations relatives au

Plus en détail

Pas avant 2 ans en automédication. Indiqués dans les maux de gorge peu intenses et sans fièvre.

Pas avant 2 ans en automédication. Indiqués dans les maux de gorge peu intenses et sans fièvre. OU Réservés à l adulte Pas avant 2 ans en automédication Indiqués dans les maux de gorge peu intenses et sans fièvre. 1, 2, 4 Comprendre le mal de gorge «J ai la gorge qui gratte, qui pique» «J ai mal

Plus en détail

guide la vaccination du cheval

guide la vaccination du cheval guide de la vaccination du cheval Pourquoi faut-il vacciner votre cheval? page 3 la grippe équine page 5 la rhinopneumonie équine page 7 le tétanos chez le cheval page 9 la rage équine page 11 Pourquoi

Plus en détail

La tuberculose CLAT Calvados-CPMI Caen

La tuberculose CLAT Calvados-CPMI Caen La tuberculose CLAT Calvados-CPMI Caen Spécificités de l enquête de dépistage en collectivité d enfants ou d adolescents Présentation Information Dr Salaün M.A. 2007 1 Rappels et développement Epidémiologie

Plus en détail

Des énormes progrès ont été achevés ces 20 dernières. L incidence de TB continue a descendre chaque année

Des énormes progrès ont été achevés ces 20 dernières. L incidence de TB continue a descendre chaque année Des énormes progrès ont été achevés ces 20 dernières L incidence de TB continue a descendre chaque année Par contre il est estimé qu il existe encore environs 8.7 million de cas de TB en 2011 13% co-infecté

Plus en détail

Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14)

Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14) Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14) Helicobacter pylori est un bacille à Gram négatif hélicoïdal, très mobile, caractérisé par Warren et Marshall en 1983, dont les

Plus en détail

Le frottis cervico-utérin

Le frottis cervico-utérin Le frottis cervico-utérin Justine Hugon-Rodin Sabrina Da Costa, Emilie Lebreton, Pauline Sarfati Gynécologie médicale Port-Royal Journée Nationale de Médecine Générale 30 septembre 2016 Antécédents Généraux

Plus en détail

Rapport de recommandations Dhumeaux 2014 :

Rapport de recommandations Dhumeaux 2014 : Rapport de recommandations Dhumeaux 2014 : Quelle actualité sur la prise en charge des personnes détenues infectées par le virus de l hépatite B ou de l hépatite C? Dr Laura Harcouët Pharmacien PH GH Cochin

Plus en détail

PROTECTION DES SOIGNANTS POUR LA PROTECTION DES PATIENTS: Résumé des échanges du colloque du GERES à Casablanca,10 et 11 Novembre2016

PROTECTION DES SOIGNANTS POUR LA PROTECTION DES PATIENTS: Résumé des échanges du colloque du GERES à Casablanca,10 et 11 Novembre2016 PROTECTION DES SOIGNANTS POUR LA PROTECTION DES PATIENTS: Résumé des échanges du colloque du GERES à Casablanca,10 et 11 Novembre2016 02 jours 05 sessions plénières 06 ateliers 120 participants 17 pays

Plus en détail

Informations sur les produits sanguins et dérivés. Version #1 : Mars 2007 Version #3 : Février 2013 BROCHURE HÉMATO-1

Informations sur les produits sanguins et dérivés. Version #1 : Mars 2007 Version #3 : Février 2013 BROCHURE HÉMATO-1 Informations sur les produits sanguins et dérivés Version #1 : Mars 2007 Version #3 : Février 2013 BROCHURE HÉMATO-1 Bonjour, - 1 - Votre condition de santé nécessite l administration de produits sanguins

Plus en détail

Ajout d une 2 e dose de vaccin contre la varicelle au calendrier de vaccination des enfants âgés de 4 à 6 ans

Ajout d une 2 e dose de vaccin contre la varicelle au calendrier de vaccination des enfants âgés de 4 à 6 ans La vaccination, la meilleure protection Ajout d une 2 e dose de vaccin contre la varicelle au calendrier de vaccination des enfants âgés de 4 à 6 ans Questions et réponses à l intention des intervenants

Plus en détail

Risque Legionella dans les établissements de santé

Risque Legionella dans les établissements de santé Risque Legionella dans les établissements de santé * Surveillance de l environnement hospitalier : - une priorité nationale en matière de lutte contre les infections nosocomiales (100 recommandations )

Plus en détail

HCL, Hôpital de la Croix-Rousse, Unité d hygiène et d épidémiologie b

HCL, Hôpital de la Croix-Rousse, Unité d hygiène et d épidémiologie b Étude de faisabilité du repérage automatisé des patients à risque épidémique gastro-intestinal à partir des données du dossier médical informatisé des urgences S. Gerbier a,b, V. Smaldore c, V. Pagliaroli

Plus en détail

QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine

QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine générale Nicolas GROFFAL 19 avril 2012 INTRODUCTION(1) CRP

Plus en détail

3IDI. Micro-Immunothérapie. Equilibrer et soutenir le système immunitaire INTERNATIONAL

3IDI. Micro-Immunothérapie. Equilibrer et soutenir le système immunitaire INTERNATIONAL I N S T I T U T 3IDI INTERNATIONAL Micro-Immunothérapie Equilibrer et soutenir le système immunitaire La Micro-Immunothérapie : Equilibre immunitaire Le système immunitaire est le pilier fondamental de

Plus en détail

FEMME ENCEINTE RISQUES INFECTIEUX POUR LE FOETUS CHAPITRE 5 SITUATIONS ET POPULATIONS PARTICULIÈRES

FEMME ENCEINTE RISQUES INFECTIEUX POUR LE FOETUS CHAPITRE 5 SITUATIONS ET POPULATIONS PARTICULIÈRES Dans cette section, seules les particularités liées à la femme enceinte et son ou ses fœtus sont présentées. Pour plus de renseignements sur chacune des maladies, voir les sections correspondantes du chapitre

Plus en détail

Ministère de la santé et des solidarités - DGS/DHOS - Cellule infections nosocomiales version juin 2006

Ministère de la santé et des solidarités - DGS/DHOS - Cellule infections nosocomiales version juin 2006 Bilan d'activités des centres de coordination de lutte contre les infections nosocomiales et de leurs antennes régionales (CCLIN) Fiche de synthèse annuelle ARLIN LORRAINE Domaines d activités Activités

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE-ANGERS

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE-ANGERS CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE-ANGERS Centre de Référence des Pathologies de la Réceptivité Hormonale (Pr Rodien-Pr Coutant) Laboratoire de Biologie Moléculaire (Dr Prunier-Mirebeau) 4, rue Larrey, 49933

Plus en détail

Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques

Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques Odile Launay Colloque Sécurité des vaccins Paris, 4 octobre 2016 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi

Plus en détail

COMMENT NE PAS PRESCRIRE D ANTIOBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES PRESUMEES VIRALES? (LES ENSEIGNEMENTS DE PAAIR)

COMMENT NE PAS PRESCRIRE D ANTIOBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES PRESUMEES VIRALES? (LES ENSEIGNEMENTS DE PAAIR) COMMENT NE PAS PRESCRIRE D ANTIOBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES PRESUMEES VIRALES? (LES ENSEIGNEMENTS DE PAAIR) JMG 6 avril 2013 Dr Jacques CITTEE (MCA) Dr Florence ADELINE (CCU) DMG PARIS

Plus en détail

30/10/2012 ARLIN PACA /

30/10/2012 ARLIN PACA / ARLIN PACA / 2012 1 1 Diagnostic biologique et clinique difficile à faire. A l origine d un tiers de toutes les affections respiratoires des voies aériennes supérieures ARLIN PACA / 2012 2 2 Par culture

Plus en détail

2 ème journée inter-régionale de prévention des infections nosocomiales et associées aux soins «Précautions complémentaires»

2 ème journée inter-régionale de prévention des infections nosocomiales et associées aux soins «Précautions complémentaires» 2 ème journée inter-régionale de prévention des infections nosocomiales et associées aux soins «Précautions complémentaires» Pourquoi des journées thématiques? (1) Programme national 2005-2008 - Constats

Plus en détail

SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES

SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES Tuberculose, VIH, autres immunodéprimés Dr Nathalie De Castro Maladies Infectieuses Cas 1 VIH, 40 CD4 : mise sous ARV au

Plus en détail

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme:

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme: Le système immunitaire Epilepsies & Vaccins Journée des Associations JFE Toulouse 10 novembre 2016 Protège notre organisme: Contre tous les intrus Tout ce qui menace son intégrité Elimine tous les intrus

Plus en détail

Foire aux Questions. Recommandations pour la prévention de la transmission croisée «Air et Gouttelettes»

Foire aux Questions. Recommandations pour la prévention de la transmission croisée «Air et Gouttelettes» Foire aux Questions Recommandations pour la prévention de la transmission croisée «Air et Gouttelettes» A) R0 : B) Mode de transmission «Air» ou «Gouttelettes» 1/ Pour la transmission «Gouttelettes» :

Plus en détail

SOMMAIRE I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4

SOMMAIRE I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4 II - VACCINATIONS À CARACTÈRE OBLIGATOIRE DANS LE CADRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE...6 III - VACCINATIONS OBLIGATOIRES

Plus en détail

sang pour le confirmer». Questions : 1 M. Vanel a visiblement une infection. La phagocytose a-t-elle été efficace dans ce cas? Pourquoi?

sang pour le confirmer». Questions : 1 M. Vanel a visiblement une infection. La phagocytose a-t-elle été efficace dans ce cas? Pourquoi? Monsieur Vanel a très mal à la gorge depuis plusieurs jours, il se rend chez son médecin. Celui-ci l ausculte et touche les cotés de sa gorge juste sous les oreilles. Il lui dit «Vos ganglions sont très

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 20 juillet 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 18 avril 2000 (JO du 21 mai 2000) ANSATIPINE 150 mg, gélule B/30 (CIP

Plus en détail

Les éléments d une fiche de notification

Les éléments d une fiche de notification Les éléments d une fiche de notification Cours Francophone Inter Pays de Pharmacovigilance Centre Anti Poison et de pharmacovigilance du Maroc Dr. R. BENKIRANE Fiche de notification des effets indésirables

Plus en détail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER 2009 Groupe de travail René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET Comité de relecture Didier MYHIE Hervé LE

Plus en détail

Dépister, diagnostiquer et suivre le traitement des hépatites virales : le rôle central du diagnostic biologique

Dépister, diagnostiquer et suivre le traitement des hépatites virales : le rôle central du diagnostic biologique COMMUNIQUÉ DE PRESSE Meylan, le 27 septembre 2016 Dépister, diagnostiquer et suivre le traitement des hépatites virales : le rôle central du diagnostic Campagne d information grand public dans près de

Plus en détail

LES GLOBULES BLANCS (ou leucocytes)

LES GLOBULES BLANCS (ou leucocytes) LES GLOBULES BLANCS (ou leucocytes) Cellule du sang des mammifères contenant un noyau, appelée également leucocyte et jouant essentiellement un rôle dans la défense de l'organisme contre les agents étrangers.

Plus en détail

Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010)

Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010) Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010) M. Chakroun Service des Maladies Infectieuses CHU F. Bourguiba - Monastir Tunis, 24 Février 2015 «En 2010, la consommation

Plus en détail

Dossier de présentation

Dossier de présentation Les 5 èmes Rencontres Internationales de Gérontologie 1 er Colloque international sur la maladie d Alzheimer 16-17 Novembre 2012 Hôtel Adam Park Marrakech www.agemaroc.org Dossier de présentation FICHE

Plus en détail

Surveillance de la syphilis en France,

Surveillance de la syphilis en France, Surveillance de la syphilis en France, 2000-2005 Synthèse rédigée par Alice Bouyssou-Michel) et Caroline Semaille, Institut de veille sanitaire Courriel : a.michel@invs.sante.fr Date : octobre 2006 Mis

Plus en détail

Les signalements externes des infections nosocomiales au C.CLIN Ouest

Les signalements externes des infections nosocomiales au C.CLIN Ouest Les signalements externes des infections nosocomiales au C.CLIN Ouest Hélène Sénéchal, C.CLIN Ouest 31 janvier 2012 1 Signalements par région Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Basse Normandie Total

Plus en détail

Grossesse et Risques au laboratoire. 20/06/2016 Dr C Dujardin 1

Grossesse et Risques au laboratoire. 20/06/2016 Dr C Dujardin 1 Grossesse et Risques au laboratoire 20/06/2016 Dr C Dujardin 1 De quoi parle t-on? Exposition aux substances chimiques Exposition à des agents biologiques Exposition à des agents physiques : rayonnements

Plus en détail

Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires. Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville

Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires. Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville Bilan scientique du 3 e Congrès franco-panafricain de pathologie vasculaires Dr Evariste Bouenizabila CHU de Brazzaville Pas de conflit d interêt SOUS LE HAUT PATR du Ministre de la Santé et de la Population

Plus en détail

ostéo articulaire Dr E. Senneville

ostéo articulaire Dr E. Senneville Modalités s du diagnostic de l infection ostéo articulaire Dr E. Senneville Clinique d Orthopédie Traumatologie, CHRU de Lille Service Universitaire Régional des Maladies Infectieuses, CH GustaveDronTourcoing

Plus en détail

Parcours d initiation à la recherche en Immunologie

Parcours d initiation à la recherche en Immunologie Parcours d initiation à la recherche en Immunologie Réservé aux Filières Santé : UFR Santé de Paris Descartes (Médecine, Pharmacie, Odontologie, Maïeutique, Vétérinaire) + UFR Médecine de Paris Diderot

Plus en détail

13.2 millions estimés en 2020 dont déments

13.2 millions estimés en 2020 dont déments Le grand âge: notre avenir IAS et EHPAD JC SEGUIER Responsable de l Unité Hygiène et Prévention du Risque Infectieux Centre Hospitalier Poissy St Germain en Laye 13.2 millions estimés en 2020 dont 1300

Plus en détail

La tuberculose. Anne Brunon Journée des correspondants en hygiène 11 avril 2013

La tuberculose. Anne Brunon Journée des correspondants en hygiène 11 avril 2013 La tuberculose Anne Brunon Journée des correspondants en hygiène 11 avril 2013 Rappel: les mycobactéries Espèces Pathogènes stricts Pathogènes opportunistes Réservoir Homme ou animal malade environnement

Plus en détail

Epidémie de Streptocoque A dans un EHPAD, retour d expérience

Epidémie de Streptocoque A dans un EHPAD, retour d expérience Epidémie de Streptocoque A dans un EHPAD, retour d expérience 3 ème Journée régionale de Martinique Prévention du risque infectieux en établissement médico-social Rachel Dutrech Cadre de santé Antenne

Plus en détail

FÉVRIER 2016 HELUIN VALÉRIE, IDE HYGIÉNISTE

FÉVRIER 2016 HELUIN VALÉRIE, IDE HYGIÉNISTE FÉVRIER 2016 HELUIN VALÉRIE, IDE HYGIÉNISTE La Clinique Mégival accueille: 95 lits d hospitalisation de chirurgie et de médecine 30 lits de soins de suite et de réadaptation 18 places de chirurgie ambulatoire

Plus en détail

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise)

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise) Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l immunité. Immunité = capacité à résister, à limiter le développement, à se débarrasser d une maladie après avoir été infecté par un agent

Plus en détail

Hépatite auto-immune: étude multicentrique* de 29 cas

Hépatite auto-immune: étude multicentrique* de 29 cas Hépatite auto-immune: étude multicentrique* de 29 cas EL Ouni A 1, Larbi T 1, Abdallah M 1, Harmel A 1, Bahri F 2, Ben Jazia I 2, Bouslama K 1, Hamzaoui S 1, M rad S 1. 1-Service de médecine interne, CHU

Plus en détail

Congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière. Epidémie de grippe dans des USLD : Analyse a posteriori selon la méthode ALARM

Congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière. Epidémie de grippe dans des USLD : Analyse a posteriori selon la méthode ALARM 6 JUIN 2014 Congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière Epidémie de grippe dans des USLD : Analyse a posteriori selon la méthode ALARM K. GUIGNERY-KADRI (1), S. MIAS (2), H. MARINI (2), S. LEMAITRE

Plus en détail

Pneu-P : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque

Pneu-P : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Section 10.3.4 10.3.4 : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Composition Un vaccin inactivé polysaccharidique 23-valent contre le pneumocoque (-23) est distribué au Canada : Pneumovax 23 (Merck).

Plus en détail

Le Bilan pré-transplantation Rénale. Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux

Le Bilan pré-transplantation Rénale. Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux Le Bilan pré-transplantation Rénale Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux Consultation initiale Au cours d une consultation Information orale et écrite

Plus en détail

Déjeuner-débat, JNMG 2009, samedi 10 octobre, Paris. Journée Mondiale du Lymphome 2009

Déjeuner-débat, JNMG 2009, samedi 10 octobre, Paris. Journée Mondiale du Lymphome 2009 Initiation du diagnostic des cancers Rôle du MG, exemple du lymphome Déjeuner-débat, JNMG 2009, samedi 10 octobre, Paris Journée Mondiale du Lymphome 2009 Le Lymphome, une pathologie complexe Pr Pierre

Plus en détail

Programme. Traitement par PPC de l adulte

Programme. Traitement par PPC de l adulte Programme Traitement par PPC de l adulte PLACE ET ENJEUX DE LA PROBLEMATIQUE TRAITEE Contexte Le traitement par Pression Positive Continue (PPC) est le traitement de référence du Syndrome d Apnée du Sommeil

Plus en détail

Les examens sanguins permettant de vérifier la fonction ovarienne.

Les examens sanguins permettant de vérifier la fonction ovarienne. Les examens sanguins permettant de vérifier la fonction ovarienne. Femmes Cette prise de sang doit être faite à jour 3 ( j3) Soit trois jours après le début des règles. Elle permet de vérifier la capacité

Plus en détail

Vaccinations. et sclérose en plaques. Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques

Vaccinations. et sclérose en plaques. Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques Brochure destinée aux personnes atteintes de sclérose en plaques et à leur entourage Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques Vaccinations et sclérose en plaques Pr. Thibault Moreau Service

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE Intervention CORE VIH Guyane

NOTE DE SYNTHESE Intervention CORE VIH Guyane NOTE DE SYNTHESE Intervention CORE VIH Guyane Intervention du Docteur Leïla ADRIOUCH PRESENTATION du CORE VIH Guyane Le CORE VIH (Coordination Régionale de lutte face au Virus de l Immunodéficience Humaine)

Plus en détail

La prévention de la transmission

La prévention de la transmission La prévention de la transmission du MRSA dans les hôpitaux Belges 2002 Résultats pour 91 sites hospitaliers Jans B. - Journée NSIH, février 2003 1 1 - Gestion des antibiotiques Présence d'un Comité pour

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction de l Epidémiologie et de Lutte Contre les Maladies

Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction de l Epidémiologie et de Lutte Contre les Maladies WHO/CDS/TB/2002.298c Original: English Distr. : General Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction de l Epidémiologie et de Lutte Contre les Maladies PRISE EN CHARGE COMBINEE DES MALADIES RESPIRATOIRES

Plus en détail

La vaccination zona : le point en 2014

La vaccination zona : le point en 2014 La vaccination zona : le point en 2014 Dr Christophe TRIVALLE christophe.trivalle@pbr.aphp.fr Actualités en Médecine Gériatrique 18 Juin 2014 Conflits d intérêts Varicelle Histoire naturelle du Zona Virus

Plus en détail

ANTIBIOTIQUES: les actions de l assurance maladie pour promouvoir le bon usage. rencontres santé publique ATB - CNAMTS 1

ANTIBIOTIQUES: les actions de l assurance maladie pour promouvoir le bon usage. rencontres santé publique ATB - CNAMTS 1 ANTIBIOTIQUES: les actions de l assurance maladie pour promouvoir le bon usage 1 ATB: actions de l Assurance Maladie! L assurance Maladie sur tous les fronts: " accompagnement des médecins prescripteurs

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Mercredi 4 décembre d IFSI Rennes Pierre GUILLAUMOT MISP ARS BRETAGNE CVAGS ARS BERTAGNE Risque infectieux en EHPAD: Contexte Les personnes âgées sont plus sensibles aux infections

Plus en détail

Masse tissulaire parotidienne droite, prenant le contraste ; multiples images hypodenses infracentimétriques obs : Alexandre PRESTAT IHN

Masse tissulaire parotidienne droite, prenant le contraste ; multiples images hypodenses infracentimétriques obs : Alexandre PRESTAT IHN Jeune homme de 20 ans sans antécédent rapporté Bilan d une tuméfaction parotidienne droite évoluant depuis 5 mois. Masse tissulaire parotidienne droite, prenant le contraste ; multiples images hypodenses

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE Professeur Michel Drancourt Laboratoire de Microbiologie-Hygiène Hôpital de la Timone Michel.Drancourt@univmed.fr http://www.mediterranee-infection.com/

Plus en détail

TROD VHC: Revue critique de leurs performances diagnostiques

TROD VHC: Revue critique de leurs performances diagnostiques Assemblée Générale 16 septembre 2014 TROD VHC: Revue critique de leurs performances diagnostiques Cécile HENQUELL Service de Virologie CHU de Clermont-Ferrand TROD = Test «rapide» Maxi 30 mn 20-40 mn Conçu

Plus en détail

Département de médecine Service de rhumatologie. Consultations générales - Rhumatologie

Département de médecine Service de rhumatologie. Consultations générales - Rhumatologie Consultations générales - Rhumatologie Toutes les demandes de consultation autres que celles pour les cliniques surspécialisées. Responsable médical Dr Artur Fernandes Pour rendez-vous Centrale des rendez-vous

Plus en détail

BONNES PRATIQUES DE PHARMACOVIGILANCE. Cas particulier des médicaments dérivés du sang humain

BONNES PRATIQUES DE PHARMACOVIGILANCE. Cas particulier des médicaments dérivés du sang humain BONNES PRATIQUES DE PHARMACOVIGILANCE Cas particulier des médicaments dérivés du sang humain 1 SOMMAIRE @INTRODUCTION 5 @GLOSSAIRE 7 RÔLE DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ 9 @RÔLE DU SYSTÈME NATIONAL DE PHARMACOVIGILANCE

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des

Plus en détail

RUBEOLE ET GROSSESSE

RUBEOLE ET GROSSESSE RUBEOLE ET GROSSESSE diminution de l incidence grâce à la vaccination En 2006: moins de 20 cas séroconversions /an pdt la grossesse 0 cas de rubéole malformative en 2006 en France (vaccination /IMG des

Plus en détail

Université de Claude Bernard, Lyon 1 Diplôme Inter Universitaire Tabacologie et Aide au sevrage tabagique Promotion

Université de Claude Bernard, Lyon 1 Diplôme Inter Universitaire Tabacologie et Aide au sevrage tabagique Promotion Université de Claude Bernard, Lyon 1 Diplôme Inter Universitaire Tabacologie et Aide au sevrage tabagique Promotion 2015 2016 Tabagisme et Tuberculose : état des lieux des connaissances et des pratiques

Plus en détail

RESUME DE LA RECHERCHE

RESUME DE LA RECHERCHE RESUME DE LA RECHERCHE Epidémiologie de l excrétion du Cytomégalovirus humain dans la salive des enfants accueillis en crèche en France. CrechMV CHU de LIMOGES 2 avenue Martin Luther KING 87000 Limoges

Plus en détail

Centre de Lutte Anti. nti- Tuberculeuse de METZ. Docteur MILLOT Viviane

Centre de Lutte Anti. nti- Tuberculeuse de METZ. Docteur MILLOT Viviane Centre de Lutte Anti nti- Tuberculeuse de METZ Docteur MILLOT Viviane La lutte anti-tuberculeuse La loi du 13 août 2004 : la lutte contre la tuberculose relève de l État. Possibilités de conventions avec

Plus en détail

Nouveautés des vaccins pédiatriques

Nouveautés des vaccins pédiatriques Nouveautés des vaccins pédiatriques Semaine de la vaccination Samedi 30 avril 2016 Dr Hugues Pflieger Conflits d intérêt Invitation à des réunions scientifiques par : Sanofi Pasteur MSD GlaxoSmithKline

Plus en détail

PROTOCOLE. Plainte pour une suspicion d infection urinaire (cystite) REQUÊTE PRIMAIRE AOÛT Avec le soutien du laboratoire

PROTOCOLE. Plainte pour une suspicion d infection urinaire (cystite) REQUÊTE PRIMAIRE AOÛT Avec le soutien du laboratoire Plainte pour une suspicion d infection urinaire (cystite) REQUÊTE PRIMAIRE AOÛT 2011 PROTOCOLE Avec le soutien du laboratoire Préambule Champ d application de la recommandation Cette recommandation s applique

Plus en détail

Politique régionale d appui : Les Structures régionales et leurs outils. 19 novembre 2014 Journée régionale Qualité Sécurité

Politique régionale d appui : Les Structures régionales et leurs outils. 19 novembre 2014 Journée régionale Qualité Sécurité Politique régionale d appui : Les Structures régionales et leurs outils CCLIN Sud-Ouest et Arlin Aquitaine 19 novembre 2014 Journée régionale Qualité Sécurité Organisation interrégionale et régionale de

Plus en détail

Maitrise du risque infectieux en EHPAD

Maitrise du risque infectieux en EHPAD Maitrise du risque infectieux en EHPAD Fiches techniques Groupe national CCLINs-EHPAD Formation EHPAD/MAS/FAM 1 Contexte Programme national EMS suite à la circulaire "plan stratégique national de prévention

Plus en détail

Vers une administration publique du savoir en santé et services sociaux

Vers une administration publique du savoir en santé et services sociaux Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale de la planification, de la performance et de la qualité Vers une administration publique du savoir en santé et services sociaux Luc Castonguay

Plus en détail

Biothérapie et hépatite virale Cas clinique

Biothérapie et hépatite virale Cas clinique Biothérapie et hépatite virale Cas clinique Dr. Mouni Bensenane CHU Nancy Sixième rencontre autour des Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin Alger, le 09 novembre 2011 M. B âgé de 18 ans, étudiant

Plus en détail

Opportunités manquées de dépistage du VIH chez des patients nouvellement diagnostiqués en France

Opportunités manquées de dépistage du VIH chez des patients nouvellement diagnostiqués en France Opportunités manquées de dépistage du VIH chez des patients nouvellement diagnostiqués en France Etude ANRS - Opportunités Karen Champenois*, Anthony Cousien, Lise Cuzin, Stéphane Le Vu, Sylvie Deuffic-Burban,

Plus en détail

PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation

PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation Dr E r i c C O P P A R D PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation EPU Rillieux du Petite synthèse personnelle de données existantes dans la littérature 20 Juin 2006 Qu est est-ce que la Procalcitonine?

Plus en détail