Lille 2, université du droit et de la santé. Le lien d emploi et le tiers dans le cadre du prêt de main d œuvre.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lille 2, université du droit et de la santé. Le lien d emploi et le tiers dans le cadre du prêt de main d œuvre."

Transcription

1 Lille 2, université du droit et de la santé Ecole doctorale des sciences juridiques, politique et de gestion (n 74) Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales Le lien d emploi et le tiers dans le cadre du prêt de main d œuvre. Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention du Master Droit «recherche», mention «droit du travail» Droit privé par Céline REGULSKI Sous la direction de M. Pierre-Yves Verkindt Année universitaire

2 Sommaire Sommaire...2 Table des abréviations...3 Introduction...5 titre i LA création du lien d emploi et le tiers...8 titre II la vie du lien d emploi et le tiers...46 Rappel et synthèse des conclusions intermédiaires :...69 Bibliographie :...70 Table des matières

3 TABLE DES ABRÉVIATIONS ANPE : Agence nationale pour l emploi Arr. : Arrêté Art. : Article C. civ. : Code civil C. trav. : Code du travail CA : Cour d appel Cass. : Cour de cassation Cass. Soc : Cour de cassation, chambre sociale CDD : Contrat de travail à durée déterminée CDI : Contrat de travail à durée indéterminée Cf. : confère CJCE : Cour de justice des Communautés Européennes Recueil Dalloz Dir. : Sous la direction DDOS : diverses dispositions d ordre sociales Dr. Soc. : Droit social. Ed. : Édition ETT : entreprise de travail temporaire ETTP : entreprise de travail à temps partagé JCP : Juris-classeur périodique JCPE : Juris-classeur périodique, édition Entreprise JO : Journal Officiel n : numéro OIT : Organisation internationale du travail Ord. : Ordonnance 3

4 RDSS : Revue de droit sanitaire et social Sem. Soc. Lamy : Semaine sociale Lamy 4

5 Introduction «Tout juriste est un conservateur», si tel est le cas le droit également est conservateur à plusieurs titres. Exemple prégnant de cette affirmation : la forme des relations de travail en droit du travail. Notre droit du travail s est construit sur de nombreux principes. Il s est notamment construit sur un modèle de la relation de travail : la relation bilatérale. Ne dit-on point que la relation de travail est un «rapport juridique qui lie l employeur et le salarié et a presque toujours source dans un contrat» 2. Mais aujourd hui se développe de plus en plus de relations de travail tripartites, à titre d exemple on peut citer l innovation du travail à temps partagé 3. Les développements qui suivent seront consacrés à l étude de certaines de ces relations de travail tripartites, appelées autrement prêt de main-d œuvre. Le prêt de main-d œuvre est «un contrat par lequel un employeur met temporairement un de ses salarié à la disposition d un autre employeur» 4, trois personnes existent à la relation de travail. Le droit du travail est construit différemment, et aborde avec appréhension ce phénomène. Pourtant si le prêt de main-d œuvre se développe c est qu il doit y exister un certain intérêt. Dans l étude qui suit nous ne nous intéresserons qu à certaines formes de prêt de main d œuvre. Ce que nous recherchons à étudier se sont les relations que nouent les trois personnes à la relation de travail. La sous-traitance est exclue du champ d étude à ce titre, car en l espèce se sont des relations d entreprises à entreprises et non de personnes à personnes RIPERT (G.), Les forces créatrices du droit, LGDJ, Paris, 2 ème éd., 955, n 3, p CORNU (G.), Association Henri Capitant, Vocabulaire juridique, 7 ème éd revue et augmentée avec locutions latines, Quadrige. Dicos poche, Paris : Presses universitaires de France, 2005, 970 p. 3 Loi n , 2 août 2005 art 22, JO 3 août CORNU (G.), préc. 5

6 qui se nouent. De plus les associations intermédiaires qui ont pour finalité d aider à l insertion des personnes en difficultés par l intermédiaire du prêt de main-d œuvre, ne seront pas étudiées. Elles présentent un caractère d aide à l emploi par l Etat, or nous étudions les formes de prêt de main-d œuvre réalisées dans un but non défini par des politiques d insertion. Pour certains le prêt de main-d œuvre facilite l accès à l emploi en général. La notion d emploi est utilisée en deux sens dans le vocabulaire juridique 2. Au sens «macroéconomique», l emploi signifie de façon générale la situation de l emploi en France par exemple. Cette acception ne correspond pas au sens de l étude, même si elle restera en toile de fond. Mais se sont les relations nouées entre des personnes qui sont l objet de l étude. En droit privé l emploi peut être considéré au sens «micro-économique» collectif, on parlera de l état de l emploi dans l entreprise par exemple. En un sens individuel, on parlera de la situation du salarié, le «titulaire» de l emploi. C est en ce dernier sens que nous aborderons la notion, l emploi est le poste de travail occupé par le salarié. Pour embrasser les relations des personnes, dont le titulaire de l emploi, dans le cadre du prêt de main-d œuvre nous ne nous baserons pas au niveau des relations de travail. Cette notion n est que trop emprunte du caractère bilatéral, elle n englobe que deux personnes. Les relations que nous voulons étudier font entrer en jeux trois personnes au moins. Il sera fait appel à la notion de lien définie comme telle : c est un «rapport juridique unissant deux ou plusieurs personnes en vertu d un acte ou d un fait juridique qui est à la fois effet de droit et situation juridique, source de droits et d obligation» 3. Cette notion correspond mieux à la situation que nous cherchons à cerner, mais pas totalement. La situation en question, comprend non seulement les relations du salarié avec les employeurs en cause mais aussi ses relations avec le reste de la collectivité de travail ; dans une entreprise le salarié n entretien pas que des relations avec son employeur. La vie du salarié dans l entreprise est plus large. Le contrat de travail réunit un salarié et un employeur, mais l activité «travail», comprise dans sa durée, réunit le salarié à la communauté de travail. La notion qui rend parfaitement compte de la situation est la notion de lien d emploi. En effet, le terme emploi désigne, notamment, «une dimension particulière du contrat de travail, la relation de travail saisie dans la durée» 4 ; le lien d emploi est donc Loi n , 29 juill. 998 relative à la lutte contre les exclusions. 2 GAUDU (F.), La notion juridique d emploi en droit privé, Dr. Soc., mai CORNU (G.), préc. 4 GAUDU (F.), Les notions d emploi en droit, Dr. Soc., juin 996, p

7 l ensemble des rapports juridiques unissant le salarié aux employeurs et à la communauté de travail à l occasion de la relation de travail, relation saisie dans la durée. Ce lien d emploi est présent dans toute relation de travail, bilatérale ou tripartite. La relation tripartite de travail est caractérisée par l intervention d un tiers à la relation de travail. Une question vient à l esprit, pourquoi faire intervenir un tiers. Pour certains l intervention d un tiers est facteur de précarité (les syndicats par exemple), pour d autres elle est facteur d une aide dans la recherche d emploi, elle est bénéfique. Constat hétérogène qui pousse à se demander si l intervention d un tiers à la relation de travail, prise en sa dimension individuelle, est-elle facteur de renforcement ou de fragilité du lien d emploi? La question est posée, il reste à savoir à quel type de prêt de main-d œuvre il faut l appliquer. Le travail à temps partagé, nouvelle forme de mise à disposition des salariés est organisée telle qui suit : une entreprise de travail à temps partagé, met à disposition d entreprises clientes ses salariés. La définition correspond tout à fait à la recherche. Le travail temporaire bénéficie de la même définition, forme de travail apparue en premier lieu aux Etats-Unis, elle se développe en Europe après la seconde guerre mondiale. Ses textes fondateurs sont, en droit du travail français, la loi du 3 janvier 972 inspirée par l accord d entreprise Manpower-CGT du 9 octobre 969. Les groupements d employeurs ont été institués par la loi du 25 juillet 985. Leur objet est de permettre aux entreprises membres du groupement de recourir à des salariés mis à leur disposition par ce dernier ; autre forme et même principe. Enfin, une dernière forme de prêt de main-d œuvre sera étudiée : le portage salarial. Cette pratique, dans laquelle un salarié est prêté par une société de portage à des entreprises clientes, ne fait cependant l objet d aucun texte législatif. Mais elle correspond au champ d étude. Quatre formes de prêt de main-d œuvre seront étudiées, elles sont les formes qui, en droit français, permettent à un employeur de mettre à disposition ses salariés. La finalité de cette étude est d étudier et de comprendre l impact de l intervention d un tiers à la relation de travail sur le lien d emploi. A cette fin, nous allons mettre en valeur l impact du tiers sur la création (Titre I.) puis sur la vie (Titre II.) du lien d emploi. Le lien d emploi se décompose en effet en deux stades, le moment de sa création et celui de son accomplissement ou de sa vie. En dressant le tableau de l impact du tiers aux différents stades d existence du lien d emploi nous pourrons déterminer, par synthèse, l impact sur le lien d emploi lui-même. 7

8 TITRE I LA CRÉATION DU LIEN D EMPLOI ET LE TIERS Nous allons ici nous poser une première question : la présence d un tiers à la relation de travail a-t-elle un impact sur la création du lien d emploi? Autrement dit, dans le cadre du champ d étude précédemment délimité, l existence d un tiers facilite-t-elle ou rend-elle plus difficile la création du lien d emploi? La création du lien d emploi étant entendue comme les différentes étapes qui existent entre le moment où le salarié est sans emploi et celui où il travaille. Avant d accéder à un emploi le salarié devra être embauché par un employeur qui sera alors son «employeur de droit», l employeur qui le prêtera, situation classique. Mais dans le cadre du prêt de main-d œuvre, il existe une étape entre la phase de recrutement et celle de l accès à l emploi. En effet, le salarié est embauché par «l employeur de droit» mais il travaillera, et donc accédera à un emploi, dans l entreprise d un autre employeur : Il existe ici deux temps lors de la création du lien d emploi. Le premier temps est donc le recrutement du salarié. Cette phase fait entrer en scène deux personnes, le salarié et «l employeur de droit». Mais il existe un particularisme que l on connaît par avance, cette embauche aura pour finalité de recruter un salarié qui sera prêté et non un salarié qui travaillera dans l entreprise de «l employeur de droit». L emprunte du tiers à la relation de travail existe déjà. La question à laquelle il faudra répondre c est quelle est la force de cette emprunte sur l embauche. Cette emprunte ou ce particularisme a-t-il un impact sur l activité de recrutement. Le tiers n agit pas directement ici, mais il existe tout de même dans ce que l on peut appeler l optique du recrutement : le salarié sera embauché dans l optique d être prêté. Ce qu il faut savoir, c est si malgré son absence le tiers exerce tout de même une influence dans la phase de recrutement. Si c est le cas, cette influence renforce-telle ou fragilise-t-elle la phase de recrutement, démembrement de la création du lien d emploi (Chapitre I). Le second temps de la création du lien d emploi dans le cadre du prêt de main-d œuvre se situe entre la phase de recrutement une fois terminée et le moment où le salarié travaillera effectivement, l accès à un emploi. On sait que le salarié une fois embauché devra être prêté 8

9 pour accéder à un emploi, c est la définition du prêt de main-d œuvre. L impact de l existence du tiers sur la création du lien d emploi est ici flagrant puisqu il existe une seconde étape à cette création. Etape que l on ne retrouve pas lors d une embauche «classique». Mais l existence d une seconde étape ne signifie pas forcément que la création du lien d emploi est fragilisée. Cette étape supplémentaire peut être bénéfique ou néfaste à la création du lien d emploi, c est ce que nous rechercherons (Chapitre II). Chapitre I L activité de recrutement Lors de cette phase, l employeur qui utilisera la force de travail du salarié, «l employeur de fait», n est pas présent en principe. Dans les quatre formes de prêt de main-d œuvre étudiées il est bien précisé que le salarié est embauché et conclu son contrat de travail avec «l employeur de droit». Mais il est tout de même présent dans l optique du recrutement. La particularité de la situation tient au fait que l employeur n embauche pas pour faire travailler dans son entreprise : le salarié ne servira pas la productivité «directe» mais la productivité «indirecte» de l entreprise. Cette particularité à toute son importance lors de la procédure d embauche, procédure que suivra «l employeur de droit» afin de recruter son salarié. En effet, embaucher un salarié qui sera prêté n implique pas les mêmes choses que lorsque l on embauche un salarié pour sa propre entreprise. Il faut alors rechercher et comprendre les conséquences d une telle situation, ce qui permettra de mesurer les conséquences de la présence d un tiers à ce stade de la création du lien d emploi (Section I). Au-delà de son influence dans l optique de l embauche, le tiers exerce son influence à un autre niveau à ce stade. Le droit du travail réglemente en effet le prêt de main-d œuvre, cette réglementation concerne notamment les possibilités d utilisation de cette forme de travail. Le prêt de main-d œuvre n est pas ouvert à tout employeur et il n est possible que dans certaines tâches à accomplir. Un élément extérieur, la législation, entraîne lui aussi des particularités à la création du lien d emploi. Mais c est du fait de l existence de trois parties à la relation de travail qu existe ce particularisme. Le droit s est emparé du fait de l existence d un tiers et réglemente différemment la relation de travail bilatérale de la relation de travail tripartite. Il faudra alors évaluer l impact de cette législation sur la création du lien d emploi (Section II). 9

10 Section I La particularité de l embauche Afin de comprendre et d analyser l impact de la présence d un tiers dans la création du lien d emploi au moment de la procédure d embauche, il est pris à parti d utiliser, comme base de comparaison, le schéma classique de l embauche dans le cadre d une relation de travail exclusivement bilatérale. La sélection du salarié ( ) puis la conclusion du contrat de travail ( 2) seront étudiés. On pourra objecter, que dans certaines formes de prêt de main-d œuvre étudiées la conclusion du contrat de travail n est pas l étape suivant directement la sélection. Il est vrai que parfois le contrat de travail n est signé que quelques mois après la sélection, au moment de la mise à disposition effective. La chronologie devrait alors être : la procédure de sélection, les actes concourant à la mise à disposition effective puis la signature du contrat de travail. Mais dans un souci de synthèse et de lecture plus compréhensible le choix s est porté sur une analyse suivant la chronologie d une embauche «classique» afin de mieux percevoir l impact de la présence d un tiers sur ces différentes étapes par le biais de la comparaison. La procédure de recrutement Lorsque l on étudie la procédure de recrutement les règles les plus souvent abordées sont le principe du libre choix du salarié par l employeur et ses limites, ainsi que les formalités administratives relatives à l embauche 2. Exception faite de la mention «travailleur temporaire» ou «mis à disposition par un groupement d employeurs» porté sur le registre unique du personnel de l entreprise utilisatrice 3 ces points n offrent pas de particularités dans le cadre du prêt de main-d œuvre. Cela se conçoit facilement :ce n est pas parce que le salarié ne sert pas la productivité directe de l entreprise que l on peut faire preuve de discrimination à son égard lors de son embauche, par exemple. Nous laisserons donc de coté ces règles dans l étude qui suit. Mais des recherches approfondies font découvrir que la forme que prend le recrutement est elle différente de la forme du recrutement classique 4. La particularité de Interdiction de la discrimination à l embauche résultant de l application des articles L , L , L , L , L. 23- et L du Code du travail, travail des enfants, des femmes sur certains postes, des étrangers et des travailleurs handicapés 2 C. trav., art. L. 320 La déclaration unique à l embauche et C. trav., art. L l inscription sur le registre unique du personnel 3 C.trav., art. R Les recherches approfondies en question sont des entretiens ainsi que la lecture d enquêtes de terrain, cf notamment BICHE (B.), LE MONNIER (J.), Les métamorphoses de la subordination et les groupements d employeurs, in La subordination dans le travail, cahier travail et emploi ; DEL SOL (M.), MOYSAN- LOUAZEL (A.), TURQUET (P.), L intermédiation dans les relations d emploi au travers des exemples du 0

11 l objet du contrat (le prêt de main-d œuvre) entraîne la particularité de la forme du recrutement. Deux logiques s affrontent alors dans les faits, l employeur procède à un recrutement aux critères de sélection allégés voire inexistants (A.) ou au contraire il procèdera à un recrutement aux critères de sélection renforcés (B.).Ces deux logiques correspondent à l impact de la présence d un tiers. C est en fonction de la présence, et de la forme de cette présence que l employeur fixe ses critères de sélection A Recrutement aux critères de sélection allégés Cette forme de recrutement se retrouve dans deux cas : l intérim de «masse» et le portage salarial. Il existe aujourd hui une dualité au sein de l intérim, dualité qui ne concerne pas les secteurs d activité des entreprises mais les attentes des clients des entreprises de travail temporaire ; intérim «noble» et intérim de «masse» s opposent. L intérim de «masse» crée sa valeur ajoutée sur les effets de quantité, il est aussi appelé intérim traditionnel car son existence est antérieure à celle de l intérim «noble». L intérim «noble» lui est un intérim sur mesure, son marché est le secteur des salariés qualifiés ou hautement qualifiés, il joue sur la qualité du service rendu. Dans le cadre de l intérim de «masse» le client recherche avant tout à combler un besoin de main-d œuvre urgent pour une activité ponctuelle. Ce qu il demande à l ETT c est une quantité de travailleurs parfois assez importante, pour un travail de courte durée et qui ne nécessite pas d investissement personnel de la part du salarié dans l entreprise. Les critères de sélection du recrutement ainsi que la manière dont se déroule ce dernier son fonction des attentes de l entreprise cliente. Le salarié devra déposer son curriculum vitae à l ETT, il aura un entretien de très courte durée avec un personnel de l ETT pour être inscrit dans leur base de données des intérimaires, éventuellement il subira quelques tests concernant son aptitude à utiliser certains outils notamment informatiques 2. Il n y a pas de sélection proprement dite entre les intérimaires, il n y a pas un seul poste a pourvoir et plusieurs candidats donc l intérimaire, si il correspond à ce que les clients recherchent, sera inscrit. L ETT doit avoir la capacité de détacher rapidement et en nombre ses intérimaires donc une fois que le profil de l intérimaire correspond ce dernier est inscrit. Mais à posteriori l intérimaire devra faire preuve de grande disponibilité et de mobilité si il espère cumuler les missions. Les critères de sélection sont donc allégés dans l hypothèse de l intérim de portage salarial et de l intérim hautement qualifié, rapport DARES Lefevre (G.), Michon (F.), Viprey (M.), Les stratégies des entreprises de travail temporaire, Convention Dares, Ministère de l Emploi et de la Solidarité, avril 2002, p. 6 2 Informations recueillies auprès d ETT dans leurs formulaires d inscription

12 «masse», la phase de recrutement est ici différente de la phase de recrutement «classique». Il existe même des ETT dans lesquelles il est possible de s inscrire sur leurs registres d intérimaires par internet. Un simple curriculum vitae et des renseignements d état civil sont demandés. Mais l ETT est tout de même responsable dans le choix de l intérimaire, elle a une obligation générale de prudence et de diligence dans ce choix. En ce qui concerne la vérification des antécédents de l intérimaire, l ETT est susceptible d engager sa responsabilité en cas de dommage. Le niveau d exigence requis pour les vérifications concernant les antécédents sera fonction des responsabilités exercées par l intérimaire. Ainsi il a pu être jugé, que le fait pour l ETT de ne pas avoir «vérifié les antécédents judiciaires d un salarié n occupant pas un poste de confiance n est pas constitutif d une faute contractuelle de nature à engager sa responsabilité» 2. En l espèce il s agissait d un magasinier qui s était rendu coupable d un incendie volontaire. L ETT a également l obligation de vérifier la qualification de l intérimaire car elle a signé un contrat avec l entreprise cliente. Dans deux cas la vérification de la qualification de l intérimaire est même imposée par les textes : lorsque l intérimaire exerce une profession médicale ou paramédicale réglementée 3 et lorsqu il exerce une activité de surveillance, gardiennage ou transfert de fond 4. Le portage salarial est lui une situation originale, le salarié n aura pas ou peu de procédure de recrutement. Le salarié ou le porté prospecte lui-même les entreprises clientes chez qui il va travailler. Une fois la durée et le montant de la mission négociée il signera un contrat de travail avec la société de portage. En général il existe tout de même un contrat entre le porté et la société de portage avant tout départ en mission, mais ce contrat n est pas un contrat de travail c est une «convention d adhésion» ou de «partenariat» 5. Ce contrat est un accord préalable entre les parties, il défini les modalités de leur collaboration future. On y trouve, en général, les conditions de recherche du porté ainsi que les conditions d exécution des missions. Nous n avons pu trouver plus de précisions que cela concernant la mise en relation entre le porté et la société de portage, mais on sait que c est au salarié de vanter ses mérites auprès des entreprises clientes et de négocier ses missions. Le seul critère qui semble important pour le recrutement est le fait de trouver une mission à effectuer pour le salarié. Civ. re, 26 févr. 99 : D , note Lapoyade Deschamps 2 CA Reims, 2 mars C. trav., art. L Décret n , 26 sept. 986, relatif à l autorisation administrative et au recrutement des personnels des entreprises de surveillance et de gardiennage, de transport de fonds et de protection des personnes, JORF 27 sept CÔTE (N.), Le portage salarial : entre innovation et dérives, JCP E, n 599, 2002, p

13 Dans ces deux cas donc la procédure de sélection à l embauche est allégée, les employeurs n effectuent pas la même procédure d embauche pour le salarié qui sera prêté que pour les salariés servant à leur productivité directe. L existence d un tiers à la relation de travail bouleverse ici le schéma classique de création du lien d emploi, quelles en sont les conséquences? Le salarié se sent-il réellement lié à son employeur lorsque ce dernier fait preuve d un minimum de sélection à l embauche? Un entretien rapide ou inexistant, une recherche des compétences réelles légère, le salarié se sent-il choisi par son employeur, des liens sont-ils crées entre eux? La création du lien d emploi est différente ici, et on l a vu, du fait de la présence d un tiers. Mais dans d autres hypothèses les critères de sélection à l embauche sont renforcés, dans le cadre du prêt de main-d œuvre. Cela a-t-il également un impact sur la création du lien d emploi? B Recrutement aux critères de sélection renforcés Nous allons voir ici que l optique quant aux critères de sélection des salariés est à l inverse de celle dans le cadre de l intérim dit de «masse» et du portage salarial. Ces critères sont renforcés par rapport aux cas examinés ci avant, mais là encore ce n est pas fonction de l intérêt personnel de «l employeur de droit», l existence de «l employeur de fait» conditionne les critères de sélection. Les groupements d employeurs sont le premier exemple à ce constat. Deux raisons à cela, en premier lieu, les entreprises utilisatrices d un GE réalisent «une réappropriation de la responsabilité de la gestion de l emploi». Contrairement aux entreprises clientes dans le cadre de l intérim, elles occupent une situation particulière en étant non seulement clientes du GE mais également membres de ce dernier. En tant que membres elles «régulent et maîtrisent son fonctionnement en définissant les orientations générales» 2, elles ont un rôle «actif» et non «passif» dans la gestion de l emploi. Le GE sélectionnera les salariés en fonction des critères des entreprises, critères qui seront à la hauteur de ceux d une embauche «classique» puisque directement dictés par les utilisateurs. Une seconde raison vient expliquer le renforcement des critères de sélection à l embauche, elle tient également à la nature des GE. Un GE est une association dont les membres, les entreprises, s associent afin de réaliser une mutualisation de l emploi. Autrement dit des besoins éparses d une compétence précise BICHE (B.), LE MONNIER (J.), Les métamorphoses de la subordination et les groupements d employeurs, In La subordination dans le travail, cahier travail et emploi, Paris : La Documentation française, 2003, p BICHE (B.), LE MONNIER (J.) préc., p. 20 3

14 peuvent former un besoin unique mais partagé entre différent lieux de travail. Le GE doit d abord déterminer les besoins des entreprises membres, puis en fonction de cela il embauchera un ou plusieurs salariés. Le GE embauchera alors pour un poste et des fonctions bien précises, il effectuera une sélection entre les candidats afin de pourvoir ce poste. La situation est totalement différente dans le cadre de l intérim, par exemple. L agence d intérim sélectionnera un salarié puis elle essayera de le placer en mission parmi ses entreprises clientes. Il n existe pas qu un seul poste à pouvoir, si deux salariés se présentent pour un même type de travail l agence d intérim n opèrera pas de sélection entre les deux, ils seront inscrits tout deux dans le registre des intérimaires. Les critères de sélection de l intérim sont moindres dans certains cas. Pour dresser un tableau plus complet il faut préciser que, dans d autres cas, les critères de sélection à l embauche concernant un intérimaire sont eux aussi renforcés. Cette hypothèse concerne l intérim dit «qualifié» ou «noble». Comme précédemment précisé cette forme d intérim concerne le secteur des salariés qualifiés ou hautement qualifiés. Afin de mieux cerner cette situation des recherches ont été menées quant aux critères de sélections d agences d intérim travaillant dans le secteur de l intérim «qualifié», recherches complétées par un entretien auprès d un directeur d agence. L agence Kelly Services de Lille sera citée à titre d exemple. Cette agence se dit «multi spécialiste» par opposition aux agences «généralistes» qui agissent dans presque tous les secteurs d activité, elle se concentre sur la «haute gamme de l intérim» et n est pas un «distributeur» 2. Kelly Services a pour particularité, comme toute les agences d intérim «qualifié», de créer sa valeur ajoutée sur la compétence de ses salariés ce qui influence directement les méthodes et critères de sélection des salariés. Le salarié passera, en premier lieu, une phase de pré recrutement qui contient un entretien rapide concernant les grandes lignes de ses compétences et son état civil. Dans une seconde phase de recrutement des tests à différents outils (informatiques, langues, compétences personnelles approfondies, ), un test comportemental puis un grand entretien sont réalisés. Les pièces demandées sont entre autres un curriculum vitae ainsi que les diplômes. On remarque tout de suite que les critères de sélection sont poussés. C est en raison du type d intérim que les critères de sélection sont poussés, le client ne recherche pas de la main d œuvre rapidement et en masse mais une personne d une haute qualification répondant à certains critères professionnels et personnels. La sélection aux critères renforcés sert Entretien de Loïc CAVROIS, directeur d agence chez KELLY Services, 2 boulevard Carnot LILLE, 5 juin 2006, anciennement en agence Adecco 2 Entretien Loïc CAVROIS préc. 4

15 également d argument commercial auprès des entreprises clientes. Une fois encore la force des critères de sélection est fonction du tiers à la relation de travail. Dernière précision concernant le travail à temps partagé, réforme de la Loi du 2 août 2006 il n a pour l instant pas bénéficié de décrets d application et ne fait donc pas encore l objet d application par des entreprises de travail à temps partagé. On ne peut donc traiter de ses critères de sélection à l embauche aujourd hui, mais il est permis de penser que ces derniers se rapprocheront de ceux de l intérim «qualifié». L entreprise de travail à temps partagé met à disposition «d entreprises clientes du personnel qualifié». Même si, en l espèce, la notion de «personnel qualifié» n est pas plus définie, il est permis de penser que les entreprises de travail à temps partagé, tout comme les agences d intérim «qualifié», devront prouver la valeur de leurs salariés à leurs clients et donc suivront des critères de sélection à l embauche poussés. Même sans être physiquement présent lors de la procédure d embauche, le tiers à la relation de travail influence cette dernière quant aux critères de sélection du salarié. Lorsque ces critères sont allégés l existence du tiers a pour effet logique de faciliter la création du lien d emploi, la sélection est moins importante, l embauche est plus rapide et moins contraignante. Au contraire dans les cas où les critères de sélection sont renforcés la procédure de recrutement n est en rien facilitée de par les exigences du tiers. Le constat est donc nuancé, si parfois la présence du tiers rend plus rapide la création du lien d emploi ce n est pas vrai dans tout les cas. Lors de l embauche d un salarié dans le cadre d une relation bilatérale l étape qui suit la phase de recrutement est la conclusion d un contrat de travail. Dans l hypothèse du prêt de main-d œuvre, un contrat de travail est également conclu, on se rapproche donc du schéma «classique», mais là encore l existence d un tiers à la relation de travail crée des particularités. 2 La conclusion du contrat de travail Un contrat de travail est une «convention par laquelle une personne, le salarié, met son activité professionnelle à la disposition d une autre personne, l employeur ou patron, qui lui verse en contrepartie un salaire et a autorité sur elle» 2. L article L. 2- du code du travail précise qu il «est soumis aux règles du droit commun», et qu il «peut être constaté dans les formes qu il convient aux parties contractantes d adopter». La première partie de cet article est valable pour tout type de contrat de travail, les règles concernant la capacité des C. trav., art. L GUILLIEN (R.), VINCENT (J.), Lexique des termes juridiques, 5 éd., Paris : Dalloz,

16 contractants, les vices du consentement, l objet et la cause du contrat sont applicables. Mais la seconde partie concernant la forme du contrat de travail n est valable que pour les contrats à durée indéterminée, le principe étant que la forme écrite n est pas nécessaire, le salarié devra uniquement être renseigné, par écrit, de certain éléments essentiels du contrat. Cette obligation écrite d information communautaire étant remplie à l occasion d un bulletin de paye, d une lettre d engagement ou d un contrat de travail écrit. Le principe en droit français n est pas l exigence d un écrit au contrat de travail comme condition de validité, mais le prêt de maind œuvre est une situation particulière et différente du contrat de travail à durée indéterminée. Le législateur en a tiré des conséquences et a, pour ce qui est des formes de prêt de maind œuvre légalement encadrés, prévu des solutions différentes du droit commun, nous sommes face à un contrat de travail de type particulier (A.). Mais le portage salarial n est pas, lui, légalement encadré, c est une situation de fait. Il est alors fait appel aux différentes solutions qu offre le code du travail, avec des applications plus ou moins d heureuses (B.). A Un contrat de travail de type particulier Le contrat de travail conclu entre l employeur et le salarié qui sera prêté, dans le cadre de l intérim, du travail à temps partagé et des groupements d employeurs est particulier. Il déroge pour partie au droit commun du contrat de travail et ce sur deux points : sa forme et son contenu. Le contrat de travail à durée indéterminée n a pas à être, en sa forme, écrit aux fins de condition de validité. Les salariés embauchés par un groupement d employeur ou une agence d intérim bénéficient, selon le code du travail en ses articles L et L. 24-4, d un contrat de travail écrit. Cette formalité doit être accomplie «au plus tard dans les deux jours ouvrables suivant la mise à disposition» (art. L. 24-4) pour ce qui est de l intérimaire. Il n est imposé aucun délai au groupement d employeur sur ce point mais l on peut penser qu elle doit avoir lieu avant toute mise à disposition car certaines modalités du placement sont définies dans le contrat de travail. La sanction en cas d absence d écrit est la requalification en contrat de travail de droit commun à durée indéterminée. Le but en est simple, le salarié doit être informé de l opération de prêt de main-d œuvre et dans le cadre de l intérim, ce dernier étant dérogatoire du droit commun, l écrit garanti que toutes les conditions nécessaires à ce Directive 9/533/CEE du Conseil, 4 octobre 99, relative à l obligation de l employeur d informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail, JO L 288, 8 octobre 99, pp

17 que l intérim ne tombe pas dans la prohibition du prêt de main-d oeuvre soient remplies. L article L du code du travail précise «qu un contrat de travail est signé entre le salarié et l entreprise de travail à temps partagé», il n est pas explicitement précisé qu un écrit est demandé mais l insertion du verbe «signer» peut laisser présumer à l établissement d un écrit. Les textes ne précisent pas non plus quelle sanction assortira l absence d écrit, mais une convention de travail non écrite s analysera en un contrat de travail de droit commun. Le législateur impose l écrit pour les contrats de travail à ces trois formes de prêt de maind œuvre, le salarié est informé du type de contrat auquel il souscrit. Mais l exigence d un écrit est complétée par une seconde exigence : un contenu précis au contrat. La signature d un contrat de travail dans l optique d un prêt de main-d œuvre est une situation particulière, un écrit est donc exigé, écrit au contenu particulier. Le législateur impose un minimum de renseignements et mentions obligatoires dans ces contrats de travail, ces mentions ont deux objectifs : vérifier que la législation a bien été respectée et informer le salarié. L intérimaire recevra un contrat de travail comportant la reproduction des mentions obligatoires du contrat de mise à disposition 2, l indication de la qualification du salarié et des modalités de sa rémunération indemnité de précarité de l emploi comprise, inscription de la période d essai éventuelle, clause de rapatriement, le nom et l adresse de la caisse de retraite complémentaire et de l organisme de prévoyance dont relève l entre prise de travail temporaire, enfin mention est faite de la faculté de l embauche du salarié à l issue de la mission par l utilisateur 3. A cette énumération on comprend bien le but recherché par la précision d un contenu minimum obligatoire, le salarié ne passera que peut de temps dans l enceinte même de l entre prise de son employeur donc l information est placée dans un écrit, le rappel des obligations légales rend ce contrat témoin du déroulement légal des choses. Le contrat de travail conclu entre le salarié et un groupement d employeurs a lui aussi un contenu précis. «Les conditions d emploi et de rémunération, la qualification du salarié, la liste des utilisateurs potentiels et les lieux d exécution du travail» 4 sont indiquées. Ce contrat doit servir à fixer certaines règles avant tout départ en mission, règles qui seront donc connues et acceptées des deux parties. Si on ne peut pas fixer précisément l activité qu exécutera le salarié, sur quel poste, à quels horaires et en quel lieu précis l activité de prêt de maind œuvre le rendant impossible, on doit, à tout le moins, fixer un cadre général. Le travail à Cf. Soc. 7 mars 2000 : Bull. civ. V, n 90 ; RJS Art. L C. trav. 3 Art. L C. trav. 4 Art. L C. trav. 7

18 temps partagé contient lui une autre particularité, le contenu obligatoire du contrat de travail semble avoir été oublié lors du vote de la Loi. L article L alinéa 3 précise que le contrat de travail «inclut également une clause de rapatriement du salarié». Le terme «également» laisse supposer que d autres mentions obligatoires existent, mais un examen approfondi du texte nous apprend le contraire. Le législateur a-t-il volontairement gardé le silence ou bien sommes nous face à un oubli? C est en raison de la particularité de la situation que le droit commun de la formation du contrat de travail est écarté pour le prêt de main-d œuvre. Le législateur a pris acte de ces relations de travail triangulaires et y applique une législation particulière. Une situation n est cependant pas encore prise en compte par le droit du travail en tant que telle, employeurs et salariés utilisent les solutions juridiques déjà existantes pour le portage salarial. B Le portage salarial Le porté et la société de portage vont donc conclure un contrat de travail afin que le porté bénéficie du statut de salarié. Mais cette situation n est pas encadrée légalement comme peuvent l être l intérim, le travail à temps partagé et les groupements d employeurs. Les protagonistes doivent alors utiliser les solutions qu offre le droit du travail. On remarque alors que la solution employée n est pas unique mais multiple, chaque société de portage fait un choix qui en général ne satisfait pas totalement à la situation. La majorité des sociétés de portage «semblent préférer proposer au consultant un contrat à durée déterminée, dont la durée est calquée sur celle de la mission». La loi énumère limitativement les cas de recours au contrat à durée indéterminée à l article L du code du travail, il s agit du remplacement d un salarié absent, de l accroissement temporaire de l activité et des emplois à caractère saisonniers. Il faut également préciser que ces cas de recours concernent non pas l entreprise utilisatrice mais l employeur du salarié, l entreprise de portage. Cette dernière ne pourra pas invoquer un surcroît d activité chaque fois qu elle enverra un salarié en mission, cela relève de l activité normale de l entreprise. Le contrat de travail à durée déterminée, bien qu utilisé, ne semble pas correspondre à l activité de portage, son utilisation crée le risque de la requalification en contrat à durée indéterminée. A l utilisation, comme support juridique du contrat de travail à durée indéterminée se pose un problème encore plus large, la validité du contrat de travail. Le contrat de travail est caractérisé par le lien de subordination juridique entre salarié et employeur. Or, la société de RIQUOIR (F.), Le portage salarial, Semaine sociale Lamy, novembre 2000, n 004, p. 7. 8

19 portage ne contrôle pas le déroulement de la prestation de travail, elle règle seulement les aspects administratifs de l activité, perçoit les honoraires et les restitue partiellement sous forme de salaires. La chambre sociale exige qu en pratique le salarié soit placé sous l autorité de la société pour caractériser la subordination juridique. Si il existe un lien de subordination juridique entre le porté et la société de portage alors le contrat de travail sera valide, à l inverse l absence du lien de subordination rendra le contrat de travail invalide, la relation sera requalifiée par le juge, ce dernier n étant pas tenu par la qualification donnée par les parties. Il semble bien évident que l utilisation du contrat de travail est hasardeuse pour le portage salarial. Le législateur ne s est pas (encore?) emparé de la question du portage salarial, situation de fait pourtant déjà largement pratiquée, de ce fait les portés et les sociétés de portage se trouvent dans une situation difficile concernant le support juridique de leur relation. Le tiers à la relation de travail, l entreprise cliente, n est pas encore physiquement présent lors du recrutement du salarié et de la conclusion du contrat de travail. Pourtant les règles habituelles ne sont pas suivies car le tiers est déjà présent dans l optique de la relation de travail. L employeur prend en considération ce fait et réalise son premier contact avec le salarié, le recrutement, en fonction de son client. Le législateur prend acte de ce fait et organise la conclusion du contrat de travail en conséquence. Quant à l impact sur la création du lien d emploi il n est pas uniforme à ce stade. En fonction des attentes du client l employeur sélectionnera plus ou moins difficilement ses salariés, la création du lien d emploi en est donc plus ou moins rapide. Les contraintes légales à la conclusion du contrat de travail existent, mais se sont là plus des contraintes à caractère informatif qui peuvent même parfois être remplies après le départ en mission du salarié 2. Cela crée-t-il une lenteur au départ en mission ou cela renforce-t-il le lien entre le salarié et son employeur, l obligation d un écrit rendant inévitable leur rencontre. Le constat ne peut être que mitigé à ce stade du développement. Mais si la présence du tiers à la relation de travail interfère déjà dans la phase de recrutement du salarié une seconde chose interfère également : la loi. Cass. Soc. 5 janv. 997, TPS 997, comm. 72, ère esp., obs. P.Y. Verkindt 2 Cf. art. L C. trav. Pour l intérim. 9

20 Section II Les limites introduites par la loi «Le droit du travail, branche du droit, recouvre l ensemble des règles juridiques ayant pour objet, dans le secteur privé, les relations de travail entre employeurs et salariés». Bien qu étant basé sur une relation commerciale entre l employeur et son client, l activité de prêt de main-d œuvre repose également sur une relation de travail entre le salarié et son employeur et est donc objet des règles juridiques du droit du travail. Ces règles juridiques régissent «les rapports d emploi (l accès à l emploi, le contrat de travail, les licenciements, )» 2 notamment ; les rapports d emploi dans le cadre du prêt de main-d œuvre sont concernés. Le droit du travail réglemente l activité de prêt de main-d œuvre notamment en ce qu il prohibe le prêt de main-d œuvre à but lucratif 3. Au moment du recrutement l activité de prêt de maind œuvre n est pas totalement libre, cela a un impact considérable sur la création du lien d emploi. Quel impact a l interdiction légale de principe sur la création du lien d emploi dans le cadre du prêt de main d œuvre? Cette interrogation soulève la nécessité d étudier la prohibition du prêt de main-d œuvre à but lucratif ( ) et de remarquer que certaines formes de prêt de main-d œuvre étudiées sont à but lucratif sans être menacés de sanctions ( 2). Interdiction légale de principe Le prêt de main-d œuvre à but lucratif est prohibé sous peine de sanctions, se sont les articles L. 25- et L qui nous l enseignent. Le terme «lucratif» précise que toute opération de prêt de main-d œuvre n est pas interdite, les opérations ayant un but non lucratif ne sont pas visées par ces textes. Cette interdiction doit tout de même avoir une influence sur les formes de prêt de main-d œuvre étudiées, certaines étant à but lucratif et d autres non. Pour mesurer l influence et l impact de cette interdiction sur les formes de prêt de main-d œuvre étudiées (A.) il faut tout d abord en comprendre l origine et l étendue (B.). A Etendue de la prohibition Deux infractions sont retenues au titre du prêt de main-d œuvre : le délit de marchandage et le délit de prêt de main-d œuvre illicite respectivement aux articles L. 25- et L du code du travail. Le délit de prêt de main-d œuvre illicite est constitué dès lors que l opération a un but lucratif et que l objet de cette opération est exclusivement le prêt de main-d œuvre. Il GUILLIEN (R.), VINCENT (J.), Lexique des termes juridiques, 5 éd., Paris : Dalloz, GUILLIEN (R.), VINCENT (J.), préc. 3 Art. L. 25-, L C. trav. 20

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 3 Droit social 2 e ÉDITION Marie-Paule Schneider Maryse Ravat Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL I. Introduction Le contrat de travail définit les conditions de travail et de rémunération du salarié. Il ne peut être contraire à la loi, aux conventions collectives ou aux usages

Plus en détail

Le célèbre «plombier polonais» est revenu récemment

Le célèbre «plombier polonais» est revenu récemment Les sanctions pénales liées au travail illégal dans le cadre des contrats publics La notion de travail illégal regroupe différents types d infractions. La plus répandue en matière de marchés publics est

Plus en détail

Compétences partagées, les règles à respecter

Compétences partagées, les règles à respecter Dossier Compétences partagées, les règles à respecter Les associations sont avides de moyens efficaces de mutualisation des ressources humaines et de partage des compétences. Les activités qu elles exercent

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité du portage salarial et s applique aux personnes titulaires d un contrat de travail en

Plus en détail

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques Formes d emploi et de travail atypiques GLOSSAIRE document de travail A------------------------------------------------------------------------------------------------------ Auto-entrepreneur DEFINITION

Plus en détail

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés.

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés. les infos DAS - n 075 24 juin 2015 Le portage salarial A la suite de l ordonnance du 2 avril 2015 1 qui donne un nouveau fondement juridique au portage salarial, il nous a paru nécessaire de faire le point

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

Habiter. Le travail illégal FICHE 15

Habiter. Le travail illégal FICHE 15 FICHE 15 Habiter Le travail illégal Sont interdits par la loi : > le travail dissimulé : absence de déclarations obligatoires, de remises de bulletin de paie, dissimulation d heures de travail ; > le prêt

Plus en détail

«LAVORO SUBORDINATO, LAVORO COORDINATO E DINTORNI» Martine LE FRIANT, Professeure à l Université d Avignon

«LAVORO SUBORDINATO, LAVORO COORDINATO E DINTORNI» Martine LE FRIANT, Professeure à l Université d Avignon «LAVORO SUBORDINATO, LAVORO COORDINATO E DINTORNI» Martine LE FRIANT, Professeure à l Université d Avignon Eléments de réponse au questionnaire adressé par les organisateurs 1. Il n existe pas de définition

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES Le prêt de main d œuvre est pratiqué de longue date dans le secteur du Bâtiment. Il consiste, de la part d un entrepreneur,

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

Atelier de la Profession

Atelier de la Profession Sécuriser le recours à la prestation de services et à la sous-traitance en Europe : Obligations & droits pour les entreprises et les salariés Atelier de la Profession LES INTERVENANTS Laurence BOURGEON

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

La compétence du juge administratif

La compétence du juge administratif La violation des règles de l intérim a pour conséquence la substitution de l utilisateur, en sa qualité d employeur, à l entreprise de travail temporaire. Dans cette logique, le Tribunal des conflits vient

Plus en détail

RAPPEL DE COURS. L embauche. I. Le placement. II. Les filières de recrutement. 1. Le service public de l emploi CHAPITRE

RAPPEL DE COURS. L embauche. I. Le placement. II. Les filières de recrutement. 1. Le service public de l emploi CHAPITRE 1 CHAPITRE I. Le placement RAPPEL DE COURS L activité de placement consiste à fournir à titre habituel des services visant à rapprocher offres et demandes d emploi sans que la personne assurant cette activité

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

N 34 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DEPUIS LA LOI DU 28 JUILLET 2011 MARS AVRIL 2012 L ACTUALITÉ DU DROIT SOCIAL COLLECTIF ET INDIVIDUEL

N 34 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DEPUIS LA LOI DU 28 JUILLET 2011 MARS AVRIL 2012 L ACTUALITÉ DU DROIT SOCIAL COLLECTIF ET INDIVIDUEL DOSSIER / LE PRÊT DE MAIN D ŒUVRE DEPUIS LA LOI DU 28 JUILLET 2011 PAGE3 L ACTUALITÉ DU DROIT SOCIAL COLLECTIF ET INDIVIDUEL N 34 MARS AVRIL 2012 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF Evaluation et mandat

Plus en détail

L EVALUATION PROFESSIONNELLE

L EVALUATION PROFESSIONNELLE INFODROIT- 22 mars 2011 L EVALUATION PROFESSIONNELLE Dossier préparé et présenté par Lamiel TURLOT, juriste à l UD CFDT Paris SOMMAIRE L évaluation professionnelle, une obligation pour l employeur?...3

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 Art. L. 1224-1 du Code du travail En bref Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 En bref Art. L. 1224-1 du Code du travail Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

Mise à disposition de salariés : Les nouvelles obligations de l entreprise depuis la loi Cherpion du 28 juillet 2011

Mise à disposition de salariés : Les nouvelles obligations de l entreprise depuis la loi Cherpion du 28 juillet 2011 Mise à disposition de salariés : Les nouvelles obligations de l entreprise depuis la loi Cherpion du 28 juillet 2011 Françoise Pelletier, avocat associé Karine Bézille, avocat counsel Mardi 5 juin 2012

Plus en détail

Emploi des mineurs et jobs d été

Emploi des mineurs et jobs d été Les évolutions relatives au travail des enfants se sont développées avec les dispositions législatives rendant la scolarité obligatoire. Ainsi les premières lois restreignant l admission des enfants sur

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

N 787 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 787 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 787 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 mars 2013. PROPOSITION DE LOI visant à mieux identifier les infractions

Plus en détail

>Contrat de travail des professeurs de danse

>Contrat de travail des professeurs de danse DROIT >Contrat de travail des professeurs de danse Juillet 2011 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE

CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE DROIT CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE FÉVRIER 2015 Département Ressources professionnelles LE CND Un centre d art pour la danse 1, rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex 01 41 839 839 ressources@cnd.fr

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

Votre droit au français

Votre droit au français Votre droit au français République française dans le monde du travail > Vous êtes salarié d une entreprise : vous avez un droit imprescriptible à vous exprimer et à recevoir une information en français.

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial PROJET Accord cadre relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord cadre a pour finalité de fixer un cadre général de l activité du portage salarial et sera complété, en tant que

Plus en détail

Les déplacements du salarié

Les déplacements du salarié Les déplacements du salarié Aller d un lieu à un autre. Action bien anodine de la vie professionnelle source pourtant de situations génératrices de nombreux problèmes. Sait- on que près de 19 500 accidents

Plus en détail

1RETOUR SUR LA CONSÉCRATION. L e portage salarial constitue une forme triangulaire. «Le portage salarial. au milieu du gué?

1RETOUR SUR LA CONSÉCRATION. L e portage salarial constitue une forme triangulaire. «Le portage salarial. au milieu du gué? PORTAGE SALARIAL. Le débat sur la légalité du portage salarial a-t-il été définitivement clos en 2008 par l inter vention du législateur? Les dernières décisions rendues par la Cour de cassation dans ce

Plus en détail

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 ASTREINTE Heures de présence au sein de l établissement 4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 Les heures de présence effectuées au sein de l établissement, dans une chambre mise à la disposition

Plus en détail

Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées

Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées AUTO ENTREPRENEUR OU SALARIE AU SOMMAIRE Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées Introduction Les associations sportives peuvent avoir recours à des intervenants dans le

Plus en détail

DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE ET DE MARCHANDAGE

DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE ET DE MARCHANDAGE DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE Véronique VINCENT Juin 2011 Dans un arrêt du 18 mai 2011 (Cass.soc., n 09-69.175), la Cour

Plus en détail

Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial

Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial CIRCULAIRE N 2013-15 DU 18 JUILLET 2013 Direction des Affaires Juridiques INSV0014-ACE Titre Portage salarial Objet Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial Unédic

Plus en détail

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 LA LOI DE MODERNISATION DE LA REFERENCES Loi n 2007-148 du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique (Journal officiel du 6 février 2007)

Plus en détail

Dans les contrats liant le travailleur (in)dépendant :

Dans les contrats liant le travailleur (in)dépendant : Le patenté: un travailleur indépendant De nombreux travailleurs dits indépendants car patentés sont de véritables salariés Dans les métiers du sport, cette confusion semble exister Dans les contrats liant

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3541-4 Chapitre 1 L embauche directe En tant que particulier employant du personnel de maison (une femme de ménage, une

Plus en détail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail 1 La responsabilité du médecin du travail Les conséquences juridiques d un statut particulier 2 Intervenante Jocelyne CAYRON Docteur en Droit Maitre de Conférence en Droit Privé Responsable de Master Professionnel

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 août 2015. PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2015-380 du

Plus en détail

Cadre juridique du recours aux stagiaires en entreprise

Cadre juridique du recours aux stagiaires en entreprise Cadre juridique du recours aux stagiaires en entreprise Jusqu à présent, il n existait aucune définition juridique du stage en entreprise, et ce concept aux contours fuyants pouvait regrouper une grande

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

Mise à disposition de personnel et sous-traitance 10 mars 2009. Maître Aurélie Dantzikian

Mise à disposition de personnel et sous-traitance 10 mars 2009. Maître Aurélie Dantzikian Mise à disposition de personnel et sous-traitance 10 mars 2009 Maître Aurélie Dantzikian I. Notions II. Aspects sociaux III. Aspects contractuels I. NOTIONS La sous-traitance, une opération triangulaire

Plus en détail

Le régime de la requalification d un temps partiel en un temps complet

Le régime de la requalification d un temps partiel en un temps complet 1501231 IRP Le régime de la requalification d un temps partiel en un temps complet L absence d écrit mentionnant la durée du travail et sa répartition fait présumer que l emploi est à temps complet. Et,

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur.

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. DCG - UE03 DROIT SOCIAL - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. I ÉTUDE DE SITUATIONS PRATIQUES (13 points) Dossier 1 Rappeler les

Plus en détail

c) Tous les cadres d emplois sauf certains relevant de la catégorie A+ sont concernés par ces dispositions. !!!

c) Tous les cadres d emplois sauf certains relevant de la catégorie A+ sont concernés par ces dispositions. !!! CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE Maison des Communes 45, Boulevard des Etats-Unis B.P.239 85006 LA ROCHE-SUR-YON - CEDEX -! : 02.51.44.50.60 : 02.51.37.00.66 " : 3614

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité

Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité (Loi sur l assurance-chômage, LACI) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

Les aspects juridiques liés à la mise en place de «mutuelles communales»

Les aspects juridiques liés à la mise en place de «mutuelles communales» Juillet 2015 Les aspects juridiques liés à la mise en place de «mutuelles communales» La présente note a pour objet de faire le point sur le cadre juridique applicable à la création de «mutuelles communales»

Plus en détail

La légalisation du portage salarial

La légalisation du portage salarial Université d été des experts-comptables Journée «Social» Toulouse, 16 septembre 2008 La légalisation du portage salarial Lise CASAUX-LABRUNEE Professeur à l Université Toulouse I I - Le mécanisme du portage

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 01/2014

Directives de la CHS PP D 01/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 01/2014 français Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle Edition

Plus en détail

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers.

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers. LETTRE D INFORMATION SOCIALE AOÛT 2013 La loi sur la Sécurisation de l Emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 amène plusieurs modifications juridiques et techniques sur la gestion du personnel. Il nous semble

Plus en détail

CHAPITRE N 4 : LE CONTRAT DE TRAVAIL

CHAPITRE N 4 : LE CONTRAT DE TRAVAIL CHAPITRE N 4 : LE CONTRAT DE TRAVAIL Niveau TGF Matière DROIT Thème 7. Comment le droit encadre-t-il le travail salarié? Durée de la séquence 3 heures Notions - le contrat de travail et ses composantes

Plus en détail

MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL / TRAVAIL TEMPORAIRE

MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL / TRAVAIL TEMPORAIRE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL / TRAVAIL TEMPORAIRE L Allemagne est n 1 mondial au plan de la technologie industrielle, machines et équipement, automobile etc L économie allemande manque de ressources

Plus en détail

CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014

CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014 CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014 Sur la base desconditions générales du contrat de sous-traitance Maison Idividuelle L entreprise (raison

Plus en détail

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE L E S S E N T I E L La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours

Plus en détail

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Fédération de la Santé et de l Action Sociale L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Avril 2014 La Fédération CGT Santé Action Sociale met à votre disposition une sélection non exhaustive

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

DROIT SOCIAL. La mise à disposition de salariés est un outil de gestion des ressources humaines

DROIT SOCIAL. La mise à disposition de salariés est un outil de gestion des ressources humaines DROIT SOCIAL LA MISE A DISPOSITION DE SALARIES DEPUIS LA LOI CHERPION DU 28 JUILLET 2011 : LE PRÊT DE MAIN-D ŒUVRE EST-IL VRAIMENT SECURISE? Emilie DUCORPS-PROUVOST Février 2012 La mise à disposition de

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015.

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015. FÉVRIER 2015 A LA UNE Un accord collectif ne peut suppléer le règlement intérieur dans la détermination de la durée maximale de la mise à pied disciplinaire Depuis 2010, la Chambre sociale de la Cour de

Plus en détail

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur Étape 2 Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur n Les règles applicables aux relations entre professionnels (relations b to b) Des

Plus en détail

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion INTRODUCTION Beaucoup d obligations pèsent sur les épaules du chef d entreprise. En effet, le dirigeant est amené à prendre des

Plus en détail

Ce qu il faut savoir en 20 points

Ce qu il faut savoir en 20 points Ce qu il faut savoir en 20 points 1. Comptabilité allégée : o registre des ventes : les obligations comptables des autoentrepreneurs sont réduites. Ils peuvent simplement tenir un livre chronologique mentionnant

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

Point sur la réglementation Française de la Médecine du travail des scaphandriers soumis à surveillance médicale renforcée

Point sur la réglementation Française de la Médecine du travail des scaphandriers soumis à surveillance médicale renforcée Point sur la réglementation Française de la Médecine du travail des scaphandriers soumis à surveillance médicale renforcée La santé au travail est à la charge des entreprises, et non à la charge des salariés.

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX ET CRITERES ORDINAUX D APPLICATION DE L ARTICLE L.4113-6 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE

PRINCIPES GENERAUX ET CRITERES ORDINAUX D APPLICATION DE L ARTICLE L.4113-6 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE 21/06/2007 PRINCIPES GENERAUX ET CRITERES ORDINAUX D APPLICATION DE L ARTICLE L.4113-6 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE I PRINCIPES GENERAUX L article L 4113-6 du CSP pose le principe d une interdiction pour

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL 1.).DEFINITION ET INTERET DU CONTRAT DE TRAVAIL Qu est qu un contrat de travail? Un contrat de travail est un accord par lequel une personne (le salarié) s engage à travailler pour

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres.

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres. «Effectif de l entreprise CSA et FPC» Décompte des effectifs de l entreprise pour le calcul du taux de la Contribution supplémentaire à l apprentissage et de contribution Formation Professionnelle continue

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

CIRCULAIRE N DSS/5B/2008/344 du 25 novembre 2008 relative au régime d'affiliation des photographes reporters journalistes professionnels

CIRCULAIRE N DSS/5B/2008/344 du 25 novembre 2008 relative au régime d'affiliation des photographes reporters journalistes professionnels Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports et de la vie associative Ministère du budget, des comptes publics et

Plus en détail

Titre. Portage salarial : mesures transitoires. Objet CIRCULAIRE N 2014-31 DU 22 DECEMBRE 2014. Direction des Affaires Juridiques INSW0031-ACE

Titre. Portage salarial : mesures transitoires. Objet CIRCULAIRE N 2014-31 DU 22 DECEMBRE 2014. Direction des Affaires Juridiques INSW0031-ACE CIRCULAIRE N 2014-31 DU 22 DECEMBRE 2014 Direction des Affaires Juridiques INSW0031-ACE Titre Portage salarial : mesures transitoires Objet Décision du Bureau de l Unédic du 16 décembre 2014 relative aux

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub

Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub A. Publicité : généralités................................................... 149 B. Définition large de la publicité...........................................

Plus en détail

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 FAUTE LOURDE Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 Constitue une faute lourde le fait pour le salarié d'un hôtel de supprimer les comptes Facebook et Twitter de l'établissement, l'impossibilité

Plus en détail

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel Sommaire 1- La responsabilité du chef d établissement à l égard de l organisation des missions en France ou à l étranger 2- La responsabilité

Plus en détail