La performance et les contrôles financiers de l État sur les collectivités locales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La performance et les contrôles financiers de l État sur les collectivités locales"

Transcription

1 La performance et les contrôles financiers de l État sur les collectivités locales LG2352$CH1 IMPRIMERIE FRANCE QUERCY - Mercues :28:34 I

2 II bl LG2352$CH1 IMPRIMERIE FRANCE QUERCY - Mercues :28:34

3 Sous la direction d Antoinette HASTING-MARCHADIER La performance et les contrôles financiers de l État sur les collectivités locales LG2352$CH1 IMPRIMERIE FRANCE QUERCY - Mercues :28:34 III

4 DANGER LE PHOTOCOPILLAGE TUE LE LIVRE 2011, LGDJ Lextenso éditions, 33, rue du Mail, Paris Cedex 02 ISBN : IV LG2352$CH1 IMPRIMERIE FRANCE QUERCY - Mercues :28:34

5 Préface Michel BOUVIER Professeur à l Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Président de FONDAFIP Directeur de la Revue Française de Finances Publiques Hormis les questions relatives à l autonomie financière des collectivités territoriales 1 ou, plus largement, aux relations financières que ces dernières entretiennent avec l État, il en est une qui a pris de plus en plus d épaisseur ces dernières années : celle de l articulation entre contrôle de régularité et contrôle de la gestion. Cette question a connu en effet une ampleur toujours plus grande au fur et à mesure que le fossé s est creusé entre des règles juridiques conçues en fonction d un contexte où prédominait une forte dépendance des collectivités territoriales à l égard de l État et un contexte nouveau qui se caractérise par une autonomie de gestion et une responsabilisation de celles-ci. Si un contrôle de régularité est parfaitement adapté à des collectivités territoriales dotées d un minimum d initiative, il en est tout autrement lorsqu il s applique à un ensemble local aussi dynamique et complexe que celui d aujourd hui. Il peut vite apparaître en effet comme facteur de blocages ou de ralentissement de l action, autrement dit incompatible avec la recherche de la performance dans la gestion qui fait précisément l objet d une autre approche du contrôle, celle du contrôle de la gestion. En effet, les transformations de la logique des contrôles publics sont essentiellement liées à l introduction dans la sphère publique d une logique de gestion qui fait appel, certes avec des spécificités, aux méthodes utilisées dans le cadre du management des entreprises. C est ainsi que se rencontrent mais sans forcément s articuler deux logiques de contrôle, le contrôle-vérification qui répond à un objectif politique et juridique, 1. Cf. M. BOUVIER, Les finances locales, LGDJ-Lextenso éditions, 2010, 13 e éd., coll. Systèmes. 1 LG2352$CH2 IMPRIMERIE FRANCE QUERCY - Mercues :21:48

6 La performance et les contrôles financiers de l État sur les collectivités locales et le contrôle-régulation qui répond à un objectif économique et de gestion. On assiste ce faisant à la confrontation entre une logique ancienne, dans laquelle le contrôle de régularité était premier et même exclusif, à une logique nouvelle dans laquelle l objectif prédominant est l efficacité de la gestion. Plus globalement, on l a dit, dans un tel cadre la préoccupation traditionnelle de régularité, de vérification de conformité à la norme qui avait été jusqu alors l axe essentiel des contrôles publics tend à être concurrencée voire supplantée par une préoccupation d efficacité. Pour autant, le contrôle de régularité ne disparaît pas mais il connaît des changements sensibles en se trouvant associé au contrôle de la performance et des résultats. La transformation des procédures et parfois même des institutions de contrôle est inévitable dès lors que la logique dans laquelle s insère le contrôle se modifie sensiblement. Cette transformation, ou plutôt cette mutation, est le reflet d une intégration progressive du contrôle de la gestion et du contrôle de régularité qui concerne non seulement les contrôles opérés par l État sur les collectivités territoriales mais l ensemble des contrôles publics et ce dans une optique générale de recherche de la performance 2. C est bien ce changement de la culture du contrôle avec ses conséquences matérielles, qui est parfaitement décrit, analysé et identifié au regard des collectivités territoriales et même au-delà par les remarquables contributions qui composent cet ouvrage. On doit féliciter les auteurs, avec une mention particulière pour Antoinette Hastings-Merchadier qui a été l architecte et le maître d œuvre de ce très beau livre Cf. M. BOUVIER, M.-C. ESCLASSAN, J.-P. LASSALE, Manuel de Finances Publiques, LGDJ-Lextenso éditions, 2010, 10 e éd. LG2352$CH2 IMPRIMERIE FRANCE QUERCY - Mercues :21:48

7 Sommaire Préface : Michel Bouvier, Professeur à l Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Président du GERFIP et de FONDAFIP... 1 Introduction : Antoinette Hastings-Marchadier, Maître de conférences à l Université de Nantes... 7 PREMIÈRE PARTIE :OBJECTIFS ET AMBITIONS DES CONTRÔLES EN VIGUEUR Chapitre 1 : Propos introductif sur le paysage actuel des contrôles de l État sur les collectivités locales Luc Saidj, Professeur émérite de l Université Jean-Moulin Lyon Chapitre 2 : Forces et faiblesses de la démarche de performance de l État appliquée aux contrôles exercés sur les collectivités locales Antoinette Hastings-Marchadier, Maître de conférences à l Université de Nantes Chapitre 3 : L ambition des contrôles : regards croisés de représentants d instances de contrôle de l État Section 1 : L ambition des contrôles des juridictions financières Catherine de Kersauson, Présidente de la Chambre régionale des comptes des Pays de la Loire Section 2 : L ambition des contrôles des administrations financières Jean-Loup Beneton, Trésorier-payeur général des Pays de la Loire Section 3 : L ambition des contrôles des services préfectoraux Michel Papaud, Secrétaire général de la Préfecture de Loire-Atlantique 81 Section 4 : L ambition des contrôles des juridictions administratives Roland Vandermeeren, Conseiller d État honoraire Chapitre 4 : L intérêt des contrôles : regards portés par les collectivités locales Section 1 : La performance des contrôles de l État vue par des élus locaux 95 I Le point de vue de Christophe Clergeau, Vice-Président du Conseil régional des Pays de la Loire LG2352$CH3 IMPRIMERIE FRANCE QUERCY - Mercues :02:43

8 La performance et les contrôles financiers de l État sur les collectivités locales II Le point de vue de Pascal Bolo, Adjoint au Maire de la Ville de Nantes, chargé des Finances, de l Évaluation des politiques Publiques et du Dialogue citoyen Section 2 : Regards croisés de représentants d associations d élus locaux ou de fonctionnaires territoriaux I II III L analyse de la performance des contrôles, vue par Thierry BOUTOUTE, Directeur général adjoint, Direction générale des finances et Gestion de Nantes métropole et de la ville de Nantes, AFIGESE (Association Finances Gestion Évaluation descollectivités territoriales) Les contrôles de la légalité, vus par Chantal Mainguene, Directrice juridique de la ville de Rennes, Association des juristes des collectivités territoriales Les contrôles de l intercommunalité, vus par Emmanuel Duru, Responsable du Pôle juridique à l Assemblée des Communautés de France (ACUF) Section 3 : Les enquêtes de satisfaction auprès des élus sur l action de la Direction générale des finances publiques Frédéric Iannucci, Chef du service des collectivités locales de la DGFIP, Ministère du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l État. 111 DEUXIÈME PARTIE :EFFICACITÉ ET MODERNISATION DES MODA- LITÉS DE CONTRÔLE TITRE 1 : Introspections sur l efficacité du contrôle de la légalité Chapitre 5 : La réforme du contrôle de légalité tendant à son allègement est-elle pertinente? Ludovic Garrido, Maître de conférences à l Université Montesquieu Bordeaux IV Chapitre 6 : Le contrôle de légalité n est pas soluble dans le seul déféré préfectoral Jean-Claude Helin, Professeur émérite à l Université de Nantes Chapitre 7 : L évaluation du contrôle de légalité à travers le prisme du contentieux administratif Laurence Molinero, Maître de conférences à l Université de Bretagne- Sud Chapitre 8 : Le contrôle de l État au cours de l élaboration des documents d urbanisme Jean-François Struillou, Chargé de recherche au CNRS, DCS (UMR- CNRS 3168) LG2352$CH3 IMPRIMERIE FRANCE QUERCY - Mercues :02:43

9 Sommaire TITRE 2 : Observations transversales sur la modernisation des méthodes de contrôle Chapitre 9 : La hiérarchisation des priorités de contrôle... Section 1 : Le ciblage des contrôles des CRC et les expériences locales de partage d expertise Patrick Bonnaud, Président de section à la Chambre régionale des comptes des Pays de la Loire Section 2 : Le contrôle hiérarchisé de la dépense et le contrôle partenarial Marie-Elisabeth Goullin, Inspectrice principale auditrice à la Trésorerie générale de la Loire-Atlantique Section 3 : Les stratégies de contrôle intégrées au contrôle de légalité Michel Papaud, Secrétaire général de la Préfecture de Loire-Atlantique 195 Chapitre 10 : La mutualisation des capacités d expertise... Section 1 : La mutualisation des expertises au sein des services préfectoraux : l exemple du PIACL Hélène Bourcet, Directrice du Pôle interministériel d appui au contrôle de légalité (PIACL) Section 2 : La mutualisation des expertises en matière d analyse économique et financière Sophie Alix, Chef du département du secteur public local à la Trésorerie Générale de Loire-Atlantique Section 3 : Contribution au débat du Professeur Luc Saidj Chapitre 11 : Faut-il décloisonner les contrôles juridiques et financiers relatifs aux SEML et aux associations partenaires des collectivités? Jacques Fialaire, Professeur à l Université de Nantes, Directeur de DCS TROISIÈME PARTIE :PERTINENCE ET ÉVOLUTION DU SYSTÈME DE CONTRÔLE TITRE 1 : Des contrôles utiles... Chapitre 12 : Le développement du contrôle interne de gestion au travers des démarches locales de performance rend-il inutiles certains contrôles de l État? David Carassus, Maître de conférences en gestion à l IAE de Pau, Marie-Christine Steckel, Maître de conférences à l Université de Limoges Chapitre 13 : Comment éviter la redondance des contrôles juridiques et financiers? Étienne Douat, Professeur à l Université de Montpellier LG2352$CH3 IMPRIMERIE FRANCE QUERCY - Mercues :02:43

10 La performance et les contrôles financiers de l État sur les collectivités locales TITRE 2 : Des contrôles adaptés aux enjeux financiers Chapitre 14 : Les chambres des comptes : quelle réforme pour quelle gestion locale? Henry-Michel Crucis, Professeur à l Université de Nantes Chapitre 15 : Les potentialités d une nouvelle organisation des contrôles financiers Section 1 : L adaptation des contrôles à la nouvelle donne locale Jean-Christophe Moraud, Sous-directeur des finances locales et de l action économique à la DGCL, Ministère de l Intérieur Section 2 : L intérêt de la certification et de la fiabilisation des comptes locaux Frédéric Iannucci, Chef du service des collectivités locales de la DGFIP, Ministère du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l État. 280 Section 3 : L évaluation dans l examen de la gestion Michel Rasera, Président de la Chambre régionale des comptes de Bretagne TITRE 3 : Des contrôles adaptés à la complexité institutionnelle Chapitre 16 : Faut-il adopter de nouveaux modes de contrôle pour garantir la pertinence et l efficacité de l organisation intercommunale? Jean-Luc Albert, Professeur à l Université Jean Moulin Lyon Chapitre 17 : L évaluation des politiques publiques est-elle un instrument de contrôle territorialisé efficace? Arnauld Leclerc, Maître de conférences en sciences politiques à l Université de Nantes Chapitre comparatif : Les tendances relatives à l organisation et aux réformes du contrôle de l État sur les collectivités en Europe Stéphanie Flizot, Maître de conférences, Université Paris Ouest Nanterre La Défense Conclusion : La performance des contrôles de l État sur les collectivités locales : difficilement mesurable, nécessairement perfectible Robert Hertzog, Professeur à l Université de Strasbourg, Président de la Société Française de Finances publiques LG2352$CH3 IMPRIMERIE FRANCE QUERCY - Mercues :02:43

11 Introduction Introduction Antoinette HASTINGS-MARCHADIER Maître de conférences à l Université de Nantes Membre du laboratoire DCS (UMR-CNRS 3128) Dans l organisation administrative française, les contrôles exercés par l État sur les collectivités locales ont toujours été étroitement liés à la décentralisation, préservant à l État un droit de regard sur les décisions locales adoptées dans un contexte de compétences étendues et de liberté décisionnelle renforcée. Tel qu il a été établi en 1982 et réformé depuis, le dispositif de contrôle revêt des enjeux déterminants, aussi bien pour l État que pour les décideurs locaux, autant dans le champ des contrôles juridiques que dans celui, plus récent, des contrôles de la gestion. Et c est en raison de l importance de ces enjeux que la performance de ces contrôles externes mérite toute l attention que cet ouvrage lui accorde, privilégiant des éclairages croisés entre les protagonistes des contrôles et des universitaires relevant de champs disciplinaires différents, spécialistes du droit des collectivités locales, des contrôles financiers, du contrôle de légalité ou de l évaluation des politiques publiques, formulant des analyses de droit public en droit administratif et finances publiques, de science administrative, de science de gestion ou de science politique. La confrontation de ces points de vue permet d inscrire cet ouvrage d abord dans une démarche de diagnostic partagé sur les principaux contrôles existants, soulignant les finalités, les difficultés et les tendances actuelles des contrôles, et de poursuivre ensuite dans une démarche prospective orientée vers l analyse des mutations en cours. Les mutations internes au système de contrôle sont particulièrement denses avec, d un côté, la réorganisation engagée dans le cadre de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) des services préfectoraux et du réseau du Trésor public, et, d un autre côté, la réforme amorcée de l ensemble des juridictions financières, dont les chambres régionales et territoriales 7 LG2352$CH4 IMPRIMERIE FRANCE QUERCY - Mercues :15:08

12 Chapitre 12 Le développement du contrôle interne de gestion au travers des démarches locales de performance rend-il inutiles certains contrôles de l État? David CARASSUS Maître de conférences HDR en gestion, IAE Pau/CREG Marie-Christine STECKEL Maître de conférences HDR en droit public, Université Limoges/OMIJ, GRALE «Moderniser la gestion publique locale». Credo à la mode ou défi du nouveau millénaire, la gestion des collectivités territoriales est, à l instar des administrations centrales et déconcentrées, emportée par un vent de modernisation. Il s agit, tout d abord, d une obligation juridique. Soumises aux principes constitutionnels du suivi de l emploi des deniers publics, de la régularité et la sincérité des comptes des administrations publiques, et de l évaluation des politiques publiques par le Parlement, les collectivités territoriales adaptent leur procédure budgétaire et fiabilisent leurs comptes. Assujetties au contrat de stabilité, elles rationalisent aussi leurs dépenses pour assumer leurs nouvelles compétences. Il s agit, ensuite, d une recommandation économique. Financièrement fragilisées par un effet ciseau, les collectivités territoriales s inspirent des démarches de performance impulsées par la loi organique relative aux lois de finances du 1 er août 2001 et la loi organique relative aux lois de financement de la Sécurité sociale du 2 août 2005 pour améliorer l efficacité, l efficience et l économie de leurs politiques publiques. Il s agit enfin d une revendication idéologique et politique. Afin de répondre aux besoins des usagers tout en respectant les intérêts des contribuables, les collectivités territoriales appliquent les thèses du new public management. Cette modernisation de la gestion publique locale implique de s interroger sur l adaptation des contrôles opérés sur les collectivités territoriales. Sur ce point, force est de constater l inadaptation des contrôles externes et le développement des contrôles internes. D un côté, les contrôles externes sont, malgré de notables évolutions, inadaptés aux logiques d amélioration de la performance et de la gouvernance publique locale. 235

13 David CARASSUS Marie-Christine STECKEL 236 S agissant des contrôles réalisés par le préfet, le contrôle de légalité s opère difficilement, malgré la hiérarchisation et la sélectivité des contrôles, à cause de la multiplicité et la technicité des actes contrôlés. Avec le contrôle budgétaire, le préfet peut jouer un double jeu. Soit, par héritage de la tutelle, il se substitue d office à la collectivité territoriale soit, par apprentissage d une stratégie de collaboration, il s érige en conseiller. S agissant des contrôles opérés par les inspections générales de l État, leurs missions connaissent, elles aussi, des insuffisances. Nonobstant le recours aux standards de bonne gestion dégagés à partir d une comparaison entre collectivités territoriales, ces dernières déplorent un insuffisant retour des informations et un manque de coopération. Ce phénomène découle de l inadaptation du mode de fonctionnement et de recrutement des inspections ministérielles aux spécificités locales. S agissant des contrôles exercés par les chambres régionales des comptes, il convient de s attacher exclusivement à leur compétence administrative. Concernant le contrôle budgétaire, elles réalisent une simple expertise dans la mesure où le pouvoir décisionnel appartient au préfet. Concernant le contrôle de la gestion, elles exercent un simple examen de l emploi régulier des crédits, fonds et valeurs. D un autre côté, les contrôles internes publics locaux se développent. D une part, le contrôle de gestion a été généralisé pour prendre en considération les objectifs, ressources et résultats. Apparu dans les années 1980, il constitue un outil de suivi et de pilotage des politiques publiques locales. D autre part, l évaluation des politiques publiques connaît un véritable essor avec la signature des contrats de plan et des contrats de ville. Depuis le début des années 2000, les expérimentations spontanées se multiplient pour tenir compte des besoins et effets des politiques publiques locales. Outil d aide à la décision et de management, cette évaluation sert également de moyen de communication aux élus locaux soucieux de promouvoir la transparence et le dialogue avec les usagers des services publics locaux. À partir de ce double constat, il convient de se demander si le développement du contrôle interne de gestion, en particulier au travers des démarches locales de performance, rend inutiles certains contrôles de l État. À l analyse, il apparaît que la réponse apportée à cette question est négative pour trois raisons. Premièrement, les contrôles externes garantissent un impératif juridique. Dans un État unitaire décentralisé, le principe d égalité, consacré par les articles 1, 6 et 13 de la DDHC, exige de soumettre les collectivités territoriales à des contrôles objectifs et indépendants. Deuxièmement, la combinaison des contrôles internes et externes correspond à un idéal démocratique en confortant la responsabilité politique et pénale des élus locaux. Troisièmement, la complémentarité

14 Le développement du contrôle interne de gestion des contrôles internes et externes poursuit un enjeu managérial de bonne gouvernance en renseignant sur l efficacité, l efficience et l économie des politiques publiques locales. Dès lors, la modernisation de la gestion publique locale impose le développement des contrôles internes (I) et la rénovation des contrôles externes (II). I DES CONTRÔLES INTERNES PUBLICS LOCAUX EN DÉVELOPPEMENT MAIS À AMÉLIORER Les contrôles internes publics locaux connaissent un développement depuis le milieu des années Ils peuvent aujourd hui être appréhendés au travers de la mise en œuvre de démarches locales de performance (A). Ceux-ci doivent, cependant, connaître dans le futur des améliorations pour répondre aux enjeux managériaux et politiques nécessités par l évolution du contexte public local actuel (B). A La progressive généralisation des contrôles internes au travers de la mise en œuvre de démarches locales de performance Selon Lambert et Migaud (2005), dans leur rapport au gouvernement sur la mise en œuvre de la LOLF, il est nécessaire d «inciter les collectivités territoriales à développer un processus de performance et mieux les associer au cadrage global des finances publiques». Ainsi, selon eux, la question de l extension des principes de la LOLF aux collectivités territoriales a été posée dès la discussion de la loi organique. Néanmoins, afin de répondre à leurs enjeux de maîtrise des dépenses et d efficacité de la gestion publique, de nombreuses collectivités ont anticipé cette possible application, en modernisant, de manière volontaire, leurs pratiques managériales. Aussi, dans ce contexte en mutation, de nombreuses collectivités territoriales ont fait le choix en réaction, depuis une dizaine d années pour les premières, d améliorer leurs pratiques managériales et de les faire évoluer en ayant en perspective l amélioration de leur performance. Selon une 384. J. BATAC, D.CARASSUS, C.MAUREL, «Évolution normative du contrôle organisationnel : application au contexte public local», Revue «Finance, Contrôle, Stratégie»,

15 David CARASSUS Marie-Christine STECKEL étude empirique 385, utilisée par la suite, 42,3 % d entre elles avaient ainsi engagé une évolution dans ce sens début 2008, et 25,4 % comptaient l engager dans les deux ans. À l analyse, il apparaît que ces démarches locales de performance semblent principalement mises en œuvre par les départements (Conseil Général de la Mayenne, de l Orne, des Hautes- Pyrénées, etc.), puis par les grandes villes (Lyon, Bordeaux, Paris, Angers, Nantes, etc.), par les régions (Conseil Régional Bretagne, Centre, Pays de la Loire, etc.), et enfin par les EPCI (Communauté Urbaine de Strasbourg, Communautés d Agglomération Grenoble Alpes Métropole, de Lyon, etc.). Ces pratiques semblent également en forte croissance en comparaison de leur développement antérieur, en particulier pour les collectivités de moins de habitants (INET, 2006). En implémentant de nouvelles pratiques managériales ayant des finalités interne et externe de maîtrise des moyens et des activités, les démarches de performance peuvent être, tout d abord, caractérisées par des enjeux sous-tendus fondamentaux. Les répercussions de ces nouveaux modes de gestion et de pensée sont en effet d ordre stratégique, social, et juridique. D un point de vue stratégique, les mécanismes de planification et d évaluation des politiques locales semblent permettre aux décideurs locaux de juger de l opportunité de leurs orientations politiques et budgétaires afin de les aider à prendre leurs décisions dans un processus de démocratisation de leurs pratiques. Les démarches locales de performance constituent ainsi un instrument de légitimation de l action publique et politique. Sur un plan social, la responsabilisation des ressources humaines de la collectivité autour de ses objectifs stratégiques via l instauration de contrats de performance collectifs et individuels, semble être un vecteur de motivation des agents publics locaux dans l exécution des politiques locales. Enfin, à un niveau juridique, en suggérant une évolution des modes de gestion budgétaire (segmentation budgétaire en Missions/Programmes/Actions, vote par programme, fongibilité des crédits), salariale (rémunération à la performance), et stratégique (définition d indicateurs de performance), les démarches de performance paraissent constituer des facteurs de réforme du cadre juridique et administratif des collectivités territoriales. Par leur amélioration de l efficience des politiques locales, les démarches locales de performance peuvent ensuite être caractérisées par Enquête nationale menée sur le premier trimestre 2008 en collaboration entre l Association Finance Gestion des Collectivités Territoriales et l Université de Pau et des Pays de l Adour auprès de 360 collectivités françaises de plus de habitants. Les répondants sont au nombre de 192, soit un taux de retour de plus de 50 %. L échantillon d étude est composé de 4,6 % de conseil régionaux, de 29,5 % de conseils généraux, de 20,9 % d EPCI et de 45 % de villes.

16 Le développement du contrôle interne de gestion des impacts potentiels globaux sur le contribuable dans la maîtrise des dépenses publiques, sur l usager dans la qualité d offre de service public, ou bien sur le citoyen dans l influence environnementale de l action locale. Les démarches locales de performance s apparentent ainsi au modèle Inputs-Outputs-Outcomes utilisé par les administrations publiques des pays anglo-saxons (TALBOT, 2005). Ce modèle intègre, au-delà des moyens et des résultats, les impacts, effets ou plus globalement les résultats finaux de l action publique sur son environnement, par opposition à ce qu elle produit (ses livrables ou outputs). De manière plus opérationnelle, la notion d outcomes renvoie à la distinction proposée par Gibert (1988) des deux fonctions des organisations publiques : la première transforme des entrants (personnel, matériel, budget, système d information) en réalisations (délivrance de prestations publiques). La seconde combine ces réalisations et subit des effets externes pour donner naissance à l impact. Selon cet auteur, l évaluation des effets de la production sur le contexte est un impératif, du fait que l essence même de l organisation publique est d aménager l environnement dans l intérêt des citoyens. Enfin, en se fondant sur les modalités de l introduction de ces nouveaux modes et outils de gestion dans la collectivité, les démarches locales de performance semblent se caractériser par des dimensions de mise en œuvre différentes. Un premier volet concernant la planification de la collectivité correspond à la mise en place d une architecture budgétaire performante de type MPA, à laquelle peut être rattaché le budget par nature. Un deuxième volet permet, ensuite, une amélioration de la responsabilisation des acteurs de la collectivité via l instauration de centres de responsabilités par directions, de contractualisation sur des objectifs à atteindre entre la direction générale et les directions opérationnelles par l intermédiaire des directions fonctionnelles. Un troisième volet assure, enfin, la mise en œuvre de dispositifs d évaluation via un système formalisé par des indicateurs de moyens, d activité, et d impact des politiques publiques. Ces trois dimensions peuvent en outre être mobilisées de manière divergente dans une logique incrémentale que nous qualifions de «soft», «médian», et «avancé». Le premier niveau se limite à la définition d une segmentation stratégique en MPA (planification), à la définition de projets de service (responsabilisation), et à la réalisation de tableaux de bord de gestion dans les services et/ou directions (évaluation). À un niveau «médian», les collectivités rattachent également leur segmentation stratégique à leurs documents budgétaires réglementaires (DOB, BP, CA) et définissent un plan annuel de pilotage (planification), déterminent des dispositifs d encadrement de la démarche et définissent des contrats de performance collective entre les directions/services et la direction générale (responsabilisation), et réalisent un rapport annuel de 239

17 David CARASSUS Marie-Christine STECKEL pilotage. Enfin, à un niveau «avancé», les collectivités réalisent un diagnostic stratégique et un audit organisationnel préalable à la définition de la segmentation stratégique (planification), définissent des contrats de performance individuelle pouvant induire une rémunération à la performance, réorganisent leur structure administrative et politique autour de leur stratégie (responsabilisation), et implémentent des dispositifs d évaluation et d analyse des politiques locales. Même si ces démarches locales de performance se sont développées dans les collectivités territoriales ces dernières années, il n en reste pas moins que des insuffisances subsistent, appelant des améliorations et justifiant l existence de contrôles externes publics locaux. B La nécessaire amélioration des contrôles internes publics locaux 240 Plusieurs évolutions semblent nécessaires en matière de contrôle interne public local. La première concerne le manque de diffusion et de cohérence de ces pratiques innovantes à l ensemble des collectivités territoriales. Marquées par le volontariat, la mise en œuvre des démarches locales de performance reste en effet hétérogène. Selon l enquête AFICUF menée en 2006 par l INET, il semblerait que moins de la moitié des régions françaises et 50 % des villes dont la population est supérieure à habitants aient un service spécialisé en contrôle de gestion interne. Dans le même sens, l étude d Ernst and Young réalisée en janvier 2006 soutient le caractère partiel du contrôle interne des collectivités territoriales. Cette enquête révèle en premier lieu l intégration par les décideurs publics de l utilité du contrôle interne pour garantir le bon déploiement des politiques publiques et le respect de la réglementation. Néanmoins, il apparaît que l adhésion des collaborateurs reste à construire, ce qui révèle un frein actuel à l implémentation des démarches locales de performance par un défaut d implication de l ensemble des acteurs organisationnels vers les objectifs globaux de la collectivité. Également, la mise en œuvre concrète du contrôle interne resterait encore partielle avec un recensement des risques à couvrir effectué dans seulement 43 % des cas, un niveau de maîtrise des risques relativement disparate focalisé principalement sur les processus supports ou les domaines budgétaires, comptables et financiers, et une faiblesse de pratiques dans l évaluation régulière de l efficacité des dispositifs locaux de contrôle. Enfin, avec des écueils identiques, la fonction d audit interne serait présente dans seulement 38 % des collectivités et demeurerait dédiée en priorité à

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Le pilotage de la performance des collectivités locales : quelles convergences entre la sphère publique et la sphère privée?

Le pilotage de la performance des collectivités locales : quelles convergences entre la sphère publique et la sphère privée? Introduction générale Conférence 2 des collectivités locales : quelles convergences entre la sphère publique et la sphère privée? David CARASSUS, MC en sciences de gestion Damien GARDEY, Doctorant Cifre

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Besoins et pratiques innovantes de pilotage de l action publique locale

Besoins et pratiques innovantes de pilotage de l action publique locale Besoins et pratiques innovantes de pilotage de l action publique locale David CARASSUS, enseignant-chercheur en sciences de gestion, directeur de recherche Centre de Recherche et d Etudes en Gestion 29

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau

Forum Panafricain de Haut niveau Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) EVALUATION DES REFORMES DES COURS ET INSTITUTIONS

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

L importance du volet comptable de la loi organique

L importance du volet comptable de la loi organique Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Journée d études des trésoriers-payeurs-généraux, relative à la nouvelle fonction comptable - 3 octobre 2003 - Mesdames et

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Agent comptable. Référentiels métier des personnels d encadrement. des établissements publics d'enseignement supérieur.

Agent comptable. Référentiels métier des personnels d encadrement. des établissements publics d'enseignement supérieur. Référentiels métier des personnels d encadrement des établissements publics d'enseignement supérieur et de recherche Agent comptable Sous-direction de la gestion prévisionnelle et des missions de l encadrement

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

Conférence annuelle. «Une région en transition, l Etat en mutation : quelles approches, quels outils? Quelle place pour la réforme?

Conférence annuelle. «Une région en transition, l Etat en mutation : quelles approches, quels outils? Quelle place pour la réforme? Conférence annuelle «Une région en transition, l Etat en mutation : quelles approches, quels outils? Quelle place pour la réforme?» La modernisation de l Etat et l accompagnement de la réforme budgétaire

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution.

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. EXPOSE DES MOTIFS La complexité des procédures administratives et l exigence accrue des

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Séminaire sur la certification des comptes

Séminaire sur la certification des comptes Séminaire sur la certification des comptes INET Pantin 27 mars 2013 Séminaire sur la certification des comptes 1 SOMMAIRE 1- Contexte 2- Enjeux et chiffres-clés 3- Autres projets connexes ayant un impact

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Enjeux de l application des principes de la LOLF aux collectivités locales

Enjeux de l application des principes de la LOLF aux collectivités locales 3ème Workshop Ville-Management - 28 juin 2007 Enjeux de l application des principes de la LOLF aux collectivités locales Master «Management des Collectivités Locales» SOMMAIRE I. Enjeux institutionnels

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE liant l UNCCAS et les UNIONS Départementales et Régionales de l UNCCAS «le réseau national des solidarités communales» Entre L Union

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique Le dispositif d évaluation dans la fonction publique page 1 PLAN Présentation du dispositif d évaluation Enjeux de l évaluation en matière de management et de GRH page 2 L entretien professionnel en pratique

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP

AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP Mai 2015 AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP Presentation Marc Ziegler UN ENJEU : LA PERFORMANCE DU SYSTÈME DE

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

Formation en travail social - VAE

Formation en travail social - VAE ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection Venture Philantropy FAQ 1. Candidats Critères de sélection Est-ce qu une association de fait peut participer à l appel à candidature? Est-ce qu une coopérative avec les valeurs d économie sociale mais

Plus en détail

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 Les 12 recommandations de la Cour des comptes ont été approuvées. Actuellement

Plus en détail

«Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de :

«Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de : «Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de : Pour écouter le webinaire : - Choisissez le mode Téléphone ou

Plus en détail

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 Création d un comité de formation continuelle

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015 Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES FDE / FEPC 19 RUE BEAUREPAIRE 75010 PARIS 1 SOMMAIRE 1. Les rôles et fonctions du commissaire

Plus en détail

LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES DE BRETAGNE UN(E) VERIFICATEUR(TRICE)

LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES DE BRETAGNE UN(E) VERIFICATEUR(TRICE) LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES DE BRETAGNE RECRUTE UN(E) VERIFICATEUR(TRICE) Catégorie A poste vacant le 1er Avril 2016 MISSIONS Créées par la loi n 82.213 du 2 mars 1982 modifiée, les chambres régionales

Plus en détail

La mutualisation des services : facteur de l intégration intercommunale?

La mutualisation des services : facteur de l intégration intercommunale? La mutualisation des services : facteur de l intégration intercommunale? F. Boulanjon, A. Choutet, J. Dezobry L. Dolique, F. Roussel-Devaux Elèves administrateurs territoriaux Promotion Robert Schuman

Plus en détail

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI)

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) sommaire 1 Préambule P. 4 2 Champ d application P. 6 3 Système

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON SORBONNE DIPLÔME D UNIVERSITE A.C.O.P.

CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON SORBONNE DIPLÔME D UNIVERSITE A.C.O.P. CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON SORBONNE DIPLÔME D UNIVERSITE A.C.O.P. «A U D I T & C O N T R Ô L E DES O R G A N I S A T I O N S P U B L I Q U E S» U N I V E R S I T E P A R I S 1 P A N T H E O N -

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Commentaire Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014 Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Le Conseil constitutionnel a été saisi le 18 août 2014, par

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Convention cadre relative au module de formation commun aux élèves de l ENA et aux élèves administrateurs territoriaux

Convention cadre relative au module de formation commun aux élèves de l ENA et aux élèves administrateurs territoriaux Convention cadre relative au module de formation commun aux élèves de l ENA et aux élèves administrateurs territoriaux Entre Le Centre National de la Fonction Publique Territoriale dénommé ci-dessous CNFPT

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture

Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture Mémorandum n 1 Secteur Public Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture Mars 2012 Sommaire Pratiques et Tendances 2 - Le Baromètre Grant Thornton / Association des Agents Comptables.

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant :

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : - une présidence confiée au préfet de la région Île-de-France et au

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Vers une gestion performante du patrimoine public local

Vers une gestion performante du patrimoine public local Programme conjoint sur le renforcement de l administration locale en Serbie Vers une gestion performante du David CARASSUS Université de Pau et des Pays de l Adour 1 Eléments introductifs 1) Le des collectivités

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

Définition de l audit interne

Définition de l audit interne CHAPITRE 1 Définition de l audit interne Les collectivités territoriales sont régies par l article 72 de la Constitution française qui dispose que «Les collectivités territoriales de la République sont

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Commune mixte de Valbirse ANNEXE AU REGLEMENT CONCERNANT LES COMMISSIONS COMMUNALES. Cahier des charges de la COMMISSION DE GESTION ET DE SURVEILLANCE

Commune mixte de Valbirse ANNEXE AU REGLEMENT CONCERNANT LES COMMISSIONS COMMUNALES. Cahier des charges de la COMMISSION DE GESTION ET DE SURVEILLANCE Commune mixte de Valbirse ANNEXE AU REGLEMENT CONCERNANT LES COMMISSIONS COMMUNALES Cahier des charges de la COMMISSION DE GESTION ET DE SURVEILLANCE 2015 Terminologie Tous les termes de fonction au masculin

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE

CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE 1. Présentation de l Anses L'Anses, Agence nationale de sécurité

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail