U N I V E R S I T É M O N T P E L L I E R I THÈSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "U N I V E R S I T É M O N T P E L L I E R I THÈSE"

Transcription

1 U N I V E R S I T É M O N T P E L L I E R I F A C U L T É D E D R O I T Année 2010 N attribué par la bibliothèque THÈSE Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ MONTPELLIER I Discipline : Droit privé et sciences criminelles Présentée et soutenue publiquement par N i c o l a s P É P I N Le jeudi 08 juillet 2010 L E L I E N D E S U B O R D I N A T I O N J U R I D I Q U E D A N S L E S R E L A T I O N S D E T R A V A I L Thèse dirigée par M. Bruno SIAU Membres du jury : M. Arnaud MARTINON Professeur à l Université d Avignon (Rapporteur) M. Franck PETIT Professeur à l Université d Avignon (Rapporteur) Mme Christine NEAU-LEDUC Professeur à l Université Montpellier I (Examinateur) M. Bruno SIAU Maître de conférences à l Université Montpellier I (Directeur de thèse) M. Stéphane DARMAISIN Maître de conférences à l Université de Nîmes (Invité)

2

3 U N I V E R S I T É M O N T P E L L I E R I F A C U L T É D E D R O I T Année 2010 N attribué par la bibliothèque THÈSE Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ MONTPELLIER I Discipline : Droit privé et sciences criminelles Présentée et soutenue publiquement par N i c o l a s P É P I N Le jeudi 08 juillet 2010 L E L I E N D E S U B O R D I N A T I O N J U R I D I Q U E D A N S L E S R E L A T I O N S D E T R A V A I L Thèse dirigée par M. Bruno SIAU Membres du jury : M. Arnaud MARTINON Professeur à l Université d Avignon (Rapporteur) M. Franck PETIT Professeur à l Université d Avignon (Rapporteur) Mme Christine NEAU-LEDUC Professeur à l Université Montpellier I (Examinateur) M. Bruno SIAU Maître de conférences à l Université Montpellier I (Directeur de thèse) M. Stéphane DARMAISIN Maître de conférences à l Université de Nîmes (Invité)

4

5 Remerciements Je voudrais exprimer ici ma reconnaissance aux personnes qui m ont aidé à mener à bien cette thèse. Mes remerciements s adressent à mon directeur de thèse Bruno Siau, sans qui ce travail n aurait jamais vu le jour et qui s est laissé convaincre du sujet de cette thèse. De même, mes remerciements vont à Paul-Henri Antonmattei qui a m a donné une confiance éclairée dans l apport de cette thèse et en a favorisé le bon déroulement. À Florence Guillaume, qui a consacré son savoir-faire reconnu à la relecture de mes travaux, je lui exprime ma gratitude. À mes parents, Christine Pépin et Eric Pépin, je leur adresse ici ma profonde reconnaissance pour le soutien précieux qu ils m ont apporté. À Emeline Cantamaglia, pour ses encouragements quotidiens, son dynamisme communicatif et l apport de ses compétences littéraires, je lui adresse ici tous mes remerciements. Je dédicace l accomplissement de ce travail À Paul Mille et Edmonde Mille, en hommage à mes grands-parents À ma fille, Marylou, Pour ses rires et ses sourires 5

6 SOMMAIRE INTRODUCTION P.12 PARTIE 1: LA RECHERCHE D UN CRITERE DU CONTRAT DE TRAVAIL P.33 TITRE 1. LE RECOURS AU LIEN DE SUBORDINATION...P.36 CHAPITRE 1 : LES DETERMINANTS DU CONTEXTE JURIDIQUE ACTUEL..P.38 CHAPITRE 2 : LA CONCEPTUALISATION DU LIEN DE SUBORDINATION....P.66 TITRE 2 : LA RELATIVISATION DU LIEN DE SUBORDINATION.P.93 CHAPITRE 1 : LE RECOURS À LA MAIN D OEUVRE NON SUBORDONNEE.P.94 CHAPITRE 2 : L EXTENSION DU SALARIAT HORS LIEN DE SUBORDINATION. P.125 PARTIE 2: LA REMISE EN CAUSE DU LIEN DE SUBORDINATION....P.156 TITRE 1 : LA SUBORDINATION FACE AUX TRANSFORMATIONS DU TRAVAIL.P.159 CHAPITRE 1 : LES LIMITES DE LA CONCEPTION TAYLORISTE DU LIEN DE SUBORDINATIO...P.161 CHAPITRE 2 : L IMPACT DES NOUVELLES ORGANISATIONS DU TRAVAIL SUR LE LIEN DE SUBORDINATION...P.191 TITRE 2 : LA REGENERATION DES RAPPORTS DE SUBORDINATION.P.218 CHAPITRE 1 : L EXPANSION DES LIENS HORS SUBORDINATION...P.219 CHAPITRE 2 : LES ALTERNATIVES POUR L AVENIR....P.246 6

7 ABRÉVIATIONS [s.d.] : sans date [s.l.] : sans lieu [s.n.] : sans nom A. : Arrêté ACOSS : Agence centrale des organismes de sécurité sociale Act. : Actualité AFP : Agence France-Presse AGS : Association pour la Gestion du régime de garantie des créances des Salariés AJDA : Actualité juridique de droit administratif AN : Assemblée nationale ANI : Accord National Interprofessionnel ARE : Aide au Retour à l emploi Art. : Article Ass. plén. : Assemblée plénière ASSEDIC : Association pour l'emploi dans l'industrie et le Commerce Assoc. : Association Avr. : Avril BICC : Bulletin d Information de la Cour de Cassation Bull. civ. : Bulletin des arrêts de la Cour de cassation Bull. Crim. : Bulletin des arrêts de la Cour de cassation Bull. Joly : Bulletin Joly d information des sociétés C. civ. : Code civil C. trav. art. : Article du Code du travail C./ : Contre C.A.T. : Centre d Aide par le Travail CA : Arrêt de la Cour d Appel Cass. Ch. Réun. : Arrêt des chambres réunies de la Cour de cassation Cass. Civ. : Arrêt de la chambre civile Cass. crim. : Arrêt de la chambre criminelle de la Cour de cassation Cass. soc. : Arrêt de la chambre sociale de la Cour de cassation 7

8 CDD : Contrat à durée déterminée CDI : Contrat à durée indéterminée CE : Conseil d Etat CEDH : Cour Européenne des Droits de l Homme Cf. : Confer, reportez-vous à, voyez CGEA : Centres de Gestion et d'etude AGS Ch. Mixte : Chambre mixte Ch. Soc : Chambre sociale Chron. : Chronique CHSCT : Comité d Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail Circ. DGT : Circulaire de la Direction Générale du Travail Circ. min. : Circulaire Ministérielle Circ. : Circulaire CJCE : Cour de Justice des Communautés Européennes CNAM : Caisse Nationale d Assurance Maladie CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique Coll. : Collection CRFPA : Centre Régional de Formation Professionnelle des Avocats CSB : Cahiers Sociaux du Barreau de Paris CSS. art. : Article du code de la sécurité sociale D. : Décret Déc. : Décembre DG : Direction générale DH : Dalloz hebdomadaire DL : Recueil Dalloz DP : Recueil périodique et critique mensuel Dalloz (antérieur à 1941) Dr. soc. : Revue de Droit Social E.S.A.T. : Établissement et service d aide par le travail éd. : Édition Éd. : Éditeur EPIC : Établissement Public à caractère Industriel et Commercial Fasc. : Fascicule Févr. : Février 8

9 Gaz. Pal. : Revue Gazette du Palais Ibid. : Ibidem, au même endroit Infra : ci-dessous, plus bas IR : Informations rapides du Recueil Dalloz IRES : Institut de Recherches Économiques et Sociales IRP : Institutions Représentatives du Personnel Janv. : Janvier J.-Cl. : Juris-Classeur (Encyclopédies) JCP : Juris-classeur périodique (= Semaine juridique) JCP E : Juris-Classeur périodique - Édition Entreprises et affaires JCP G : Juris-Classeur périodique - Édition générale JCP N : Juris-Classeur périodique - Édition notariale et immobilière JCP S : Juris-Classeur périodique - Édition sociale JOAN Q : Journal officiel (Questions réponses) Assemblée Nationale JOAN : Journal officiel de l Assemblée Nationale JORF : Journal officiel (Lois et décrets) JSL : Jurisprudence sociale Lamy Juill. : Juillet jurispr. : Jurisprudence L. : Loi Libr. : Librairie Loc. cit. : Loco citato, à l'endroit déjà cité LPA : Les Petites Affiches N.R.E. : loi sur les nouvelles régulations économiques N : Numéro NCPC : Nouveau Code de Procédure Civile NDLR : Note de la rédaction Nouv. édit. rev. et augm. : Nouvelle édition revue et augmentée Nov. : Novembre NTIC : Nouvelles Technologies de l Information de la Communication Obs. : Observations Oct. : Octobre Ompr. : Impression, imprimeur 9

10 Op. cit. : opere citato, ouvrage déjà cité PACS : Pacte civil de solidarité Pan. : Panorama PEE : Plan d Epargne Entreprise PEI : Plan d'epargne Interentreprises PERC : Plan d'epargne Retraite Collectif pp. : Plusieurs pages Préc. : Précité Préf. : Préface PUAM : Presses universitaires d Aix-Marseille QE : Question écrite R. : Réglement Rapp. : Rapport RD rur. : Revue de droit rural Rec. Dalloz : Recueil dalloz rec. Leb. : Recueil Lebon (arrêts du Conseil d Etat) Rép. Min. : Réponse ministérielle Rép. trav. Dalloz : Répertoire travail Dalloz Rép. : Répertoire Rev. dr. et patr. : Revue droit et patrimoine Rev. Dr. ouvr. : Revue de droit ouvrier Rev. Dr. Sanit. Soc. : Revue droit sanitaire et social Rev. dr. trav : Revue de droit du travail Rev. int. trav : Revue internationale du Travail Rev. jur. Auvergne : Revue Jura-Auvergne Rev. Proj. : Revue projet RF aff. Soc. : Revue française des affaires sociales RJS : Revue de Jurisprudence Sociale RPDS : Revue Pratique de Droit Social RSA : Revenu de Solidarité Active RTD civ. : Revue Trimestrielle de Droit Civil RTD com. : Revue Trimestrielle de Droit Commercial S. : et suivant 10

11 Sect. : Section Sept. : Septembre SMIC : Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance Somm. : Sommaire Spéc. : Spécialement SSL : Semaine sociale Lamy Sté : Société Supra : ci-dessus, plus haut T. : Tome TC : Tribunal des Conflits TGI : Tribunal de Grande Instance TI : Tribunal d Instance URSSAF : Union pour le Recouvrement des cotisations de la Sécurité Sociale et des Allocations Familiales V. : Voir Vol. : Volume 11

12 INTRODUCTION «Il est faux que l'égalité soit une loi de la nature. La nature n'a rien fait d'égal. Sa loi souveraine est la subordination et la dépendance» Partant de cette réflexion dont la portée se veut universelle, il peut-être envisagé de rejoindre progressivement le sujet de cette thèse dont l intitulé fait directement référence à la notion de subordination : «le lien de subordination juridique dans les relations de travail». Certes il s agit là d une subordination dite juridique, ce qui apporte une couleur particulière à la notion mais n en change pas l essence. 2. Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues 2, pose ici une double affirmation qui peut être synthétisée ainsi : l égalité n est pas une loi de la nature et sa loi souveraine est la subordination et la dépendance. Tout d abord cette affirmation résonne avec talent dans une société de type capitaliste, notamment dans le cadre d une économie libérale. Le principe du «laisser faire, laisser passer» renvoie effectivement les hommes aux lois de la nature. La loi du marché est alors dans cette perspective synonyme de «loi de la jungle» 3 et de loi du plus fort : sous son empire «l homme est un loup pour l homme» 4 - dans le cadre, bien sûr, des lois de police -. 1 Vauvenargues, Maximes et pensées, Éd. du Rocher, Coll. André Silvaire, Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues ( ), moraliste français qui passe pour avoir réhabilité le sentiment au siècle des Lumières 3 V. United Nations. General Assembly (23 ; 1968 ; Genève), Kongress (Genève ; 1968), Non à la loi de la jungle, Éd [s.n.], Coll. Centre d'information arabe, 1968 ; V. aussi : J.-M. Pelt, F. Steffan, La loi de la jungle : l'agressivité chez les plantes, les animaux, les humains, Librairie générale française, Paris, V. Plaute, Asinaria ; V.aussi T. Hobbes, Léviathan, Traité de la matière, de la forme et du pouvoir ecclésiastique et civil, 1651 ; A. Schopenhauer, Le monde comme volonté et comme représentation, Coll. Quadrige Grands textes, Presses Universitaires de France, 2 ème éd., 2004 ; S. Freud, Malaise dans la civilisation, traduit de l'allemand par Ch. et J. Odier, Presses Universitaires de France,

13 3. Ensuite, si la nature n a rien fait d égal, l Homme aspire parfois à corriger cet état en créant sa propre loi, au service de ses propres valeurs. Depuis le décalogue jusqu aux civilisations modernes et notamment aux lois de la République française. La République mais aussi la démocratie s opposent ainsi, dans l Histoire française, au despotisme et au totalitarisme qui sont des illustrations parfaites de la loi du plus fort. 4. C est ainsi qu au siècle des lumières, naît progressivement le concept de justice sociale magnifié par J.-J. Rousseau dans le contrat social. Il estime que dans tout système social, le droit doit garantir l égalité entre les hommes pour compenser l inégalité naturelle en force ou en génie : «Je terminerai ce chapitre et ce livre par une remarque qui doit servir de base à tout sistême social ; c est qu au lieu de détruire l égalité naturelle, le pacte fondamental substitue au contraire une égalité morale et légitime à ce que la nature avoit pu mettre d inégalité physique entre les hommes, et que, pouvant être inégaux en force ou en génie, ils deviennent tous égaux par convention et de droit» Cette idée de justice sociale est une valeur qui irrigue tout le droit français, au-delà du droit social, puisqu elle introduit le texte de la Constitution de Ce dernier proclame la France comme étant une République démocratique mais aussi comme une République sociale : «La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion». 6. La Constitution est donc directement inspirée de cette pensée philosophique en ce qu elle proclame l égalité de tous devant la loi. Qu il soit alors permis de fonder la suite du raisonnement sur l article 1134 alinéa premier du Code civil, inchangé depuis sa promulgation le 17 février 1804 : «Les conventions légalement formées tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faites». Les conventions et contrats forment ainsi la loi des parties. Il est donc possible de considérer que l égalité des citoyens devant la loi a vocation à imprégner le droit jusque dans les relations entre cocontractants. 5 J.-J. Rousseau, Du contrat social ou Principes du droit politique, Éd. Marc-Michel Rey, 1762, partie livre I, chap. IX («Du domaine réel»), p. 90 ; V. aussi : J.-P. Siméon, J.-J. Rousseau : La Démocratie selon Rousseau - Du Contrat social, Éd. du Seuil, Paris,

14 7. Le rapprochement entre la maxime liminaire et le sujet de cette thèse est ainsi presque achevé. Car il suffit de souligner que tout contrat de travail est avant tout un contrat au sens du droit commun des obligations. À ce titre il est soumis à l article 6 du Code civil codifiant une loi promulguée le 15 mars 1803, en vertu de laquelle «on ne peut déroger, par des conventions particulières, aux lois qui intéressent l'ordre public et les bonnes mœurs». Le contrat de travail, même s il s agit d une convention particulière, ne devrait donc pas pouvoir déroger aux lois de la République qui proclament l égalité de tous les citoyens devant la loi. 8. Le principe de la liberté contractuelle ne devrait donc pas justifier qu il puisse être porté atteinte au principe de l égalité. Pourtant le contrat de travail institue, mais aussi se distingue des autres contrats, par le lien de subordination juridique entre le salarié et l employeur. Or, l utilisation du terme «subordination» porte sur ce point à réflexion face au principe de l égalité entre citoyens. Car ce n est point un vain mot : c est à la fois un concept, une notion et un critère. 9. Le terme subordination vient du latin médiéval subordinare, qui peut se traduire par l idée sous-ordonner. Le Larousse l illustre ainsi : «mettre quelqu'un dans une situation de dépendance hiérarchique par rapport à quelqu'un d'autre : l'organisation militaire subordonne le lieutenant au capitaine. Considérer quelque chose comme moins important que quelque chose d'autre : subordonner le dessin et la forme à la couleur. Faire dépendre quelque chose de la réalisation de quelque chose d'autre : subordonner un achat à l'obtention d'un crédit» 6. On perçoit dès lors qu un déséquilibre caractérise la subordination, qui est celui de l exercice unilatéral du pouvoir hiérarchique d une partie sur l autre. Cette inégalité peut autant recouvrir une dimension factuelle que juridique ou encore psychologique C est pour cette raison qu il est possible d admettre que l adjonction du qualificatif «juridique» a pour but de faire de la subordination une notion strictement juridique. Son sens se détache ainsi, presque complètement, du vocabulaire commun pour rejoindre les concepts jurisprudentiels. D un point de vue secondaire l adjectif signifie également que cette subordination puise son fondement dans le contrat et seulement dans le contrat. Ces aspects terminologiques ne sont point anodins. Il ne s agit pas de subtilités purement terminologiques 6 Larousse, dictionnaire français en ligne : 7 V. G. Hernot, Le point de subordination, introduction à la psychologie de la relation hiérarchique, Coll. Dynamiques d entreprises, Éd. L Harmattan, Paris,

15 puisqu ils peuvent témoigner de l embarras à laisser penser que le contrat de travail autoriserait une sorte d illégalité contractuelle. 11. De plus, l emploi de cette terminologie permet d évacuer toute idée de dépendance, ce qu il convient d éclaircir ; les définitions du langage commun rattachent systématiquement la subordination à la notion de dépendance. C est un point qui sera largement développé plus loin, mais il faut d ores et déjà porter à la connaissance du lecteur que depuis presque cent ans, la jurisprudence a toujours refusé de consacrer - officiellement - la notion de dépendance économique. Elle la juge trop large pour fonder le critère du contrat de travail. Elle a donc fait le choix de ne recourir qu au seul critère de la subordination. 12. Ce débat entre subordination juridique et dépendance économique s est notamment tenu à l époque du vote des lois sur les assurances sociales obligatoires. Certains auteurs ont émis l idée que l éviction de la notion de dépendance avait pour but d «alléger le fardeau» 8 de la protection sociale. Donc, en recourant à une subordination dite juridique, le juge peut se défendre d avoir consacré tout critère de dépendance. 13. Ce n est pourtant qu une virtualité irrationnelle. Car toute subordination s inscrit dans un cercle plus grand : celui de la dépendance économique. La jurisprudence ne peut donc ignorer la dépendance et ne consacrer que la subordination, sauf au prix d une incohérence. Comme l explique G. Hernot, pour se subordonner, il faut «un état de manque qui soit à la hauteur du coût psychologique de l obéissance à autrui. [ ] Ici se confirme s il est besoin que l entrée en subordination ne peut être l effet que d une dépendance. Dépendance économique bien sûr : on échange sa subordination contre un salaire» En effet, sans cette dépendance économique, qu est-ce qui pousserait «les hommes à se subordonner alors qu ils n y sont pas contraints?» 10. Cette question permet de souligner que même si le salarié jouit d une part visible de liberté contractuelle, dans le choix de 8 P. Cuche, La définition du salarié et le critérium de la dépendance économique, D. H. 1932, chronique, pp ; V. aussi : P. Cuche, Du rapport de dépendance, élément constitutif du contrat de travail, Revue critique de législation et de jurisprudence, 1913, pp G. Hernot, Le point de subordination, introduction à la psychologie de la relation hiérarchique, Coll. Dynamiques d entreprises, Éd. L Harmattan, Paris, 2007, p G. Hernot, Op. cit, p

16 l employeur par exemple, le choix de se subordonner, quant à lui, n est pas libre et résulte d un mécanisme invisible qui s impose - institutionnellement - de manière héréditaire. Dans un contexte où une majorité s accorde sur l idée que «l ascenseur social est en panne» 11 le débat entre classe et caste demeure latent, même en Car malgré toute la liberté contractuelle dont il dispose, il n en demeure pas moins qu en s engageant dans les liens d un contrat de travail, le salarié accepte, sans avoir beaucoup d autres alternatives, d aliéner une partie de sa liberté. En se subordonnant, le salarié s oblige à obéir aux directives de l employeur et à se soumettre aux conditions de travail définies par l employeur. Ce qui implique, par exemple, qu il accepte des restrictions de son droit d aller et venir puisqu il doit être à telle heure à telle place pour accomplir la tâche que l employeur lui aura confié. Cet aspect du contrat de travail pourrait être d autant plus critiqué que ces restrictions sont consenties en contrepartie d une rémunération, ce qui pourrait attiser de vives polémiques. Par exemple : les libertés fondamentales du salarié sont elles à vendre? 16. L enjeu sous-jacent est de taille car «renoncer à sa liberté, c'est renoncer à sa qualité d'homme» 13. Or, ce renoncement est symptomatique de la subordination, même si elle est plus ou moins librement consentie. Mais alors pourquoi ne pas supprimer la subordination dans le contrat de travail? La conséquence la moins problématique serait de devoir trouver un autre critère du contrat de travail, ou un autre système de qualification. 17. Mais la subordination n est pas qu un critère du contrat de travail. C est l essence même du contrat de travail. Dans ces conditions, comment imaginer un contrat de travail dans lequel le salarié aurait la possibilité de ne pas obéir, et de manière discrétionnaire, sans qu il ne puisse jamais lui être reproché quelque inexécution fautive du contrat de travail? Cela reviendrait, ni plus ni moins, à supprimer l objet de l obligation du salarié et la cause de 11 F. Dedieu, L ascenseur social est en panne, L Expansion, 01/03/2007 ; V. aussi : A. Senni, J.-Marc Pitte, L ascenseur social est en panne : j ai pris l escalier, Coll. Archipel.archip, Éd. L Archipel, Paris, 2005 ; V. aussi : recherche Google, résultats 1 à 10 sur un total d'environ pour «ascenseur social en panne» 12 Y. Stefanovitch, La caste des 500, enquête sur les princes de la République, Éd. J.-C. Lattès, Paris, J.-J. Rousseau, Du contrat social ou Principes du droit politique, Éd. Marc-Michel Rey, 1762, partie livre I, chap. IV («De l'esclavage»), p

17 l obligation de l employeur dans le contrat de travail. C est donc tout le contrat de travail qui s effondrerait. 18. Le système français actuel a fait le choix d un compromis : celui de l octroi de droits et libertés au salarié pour compenser l inégalité dans le contrat de travail. Mais c est considérer que l on peut artificiellement faire varier la subordination en intensité. Hors la liberté ne connaît pas de demi-mesure : soit ont est libre, soit on ne l est pas. Le système du droit contemporain aboutit donc à des incohérences, des inégalités et des injustices. 19. Car certains salariés dits subordonnés jouissent d une autonomie quasi-totale. Cette nouvelle forme de management, qui fait des salariés des «collaborateurs», donne au travailleur toute latitude pour parvenir à des objectifs fixés par l employeur. C est particulièrement le cas des cadres qui, en plus de l autonomie qu ils peuvent tirer de la technicité de leur emploi, peuvent parfois déterminer librement leurs conditions de travail. 20. La mise en place du forfait jours 14 est sur ce point révélatrice de cette réalité «compte tenu de la nature de ses fonctions, [le cadre autonome] n est pas conduit à suivre l horaire collectif applicable au sein de l atelier, du service ou de l équipe auquel il est intégré et qui dispose d une réelle autonomie dans l organisation de leur emploi du temps mais également celui dont la durée du temps de travail ne peut être prédéterminée et qui dispose d une réelle autonomie dans l organisation de son emploi du temps pour l exercice des responsabilités qui lui sont confiées. Cette définition a été reprise par la loi du 20 août 2008 portant réforme du temps de travail» Ce phénomène s est enclenché suite à la crise économique causée par le premier choc pétrolier en Depuis lors, le monde du travail se restructure ou selon les points de vue, se déstructure 16. Il émerge de plus en plus de salariés très peu subordonnés 17 qui incarnent «les 14 V. P.-H. Antonmattéi, Les conséquences du forfait cadre en jours, Semaine sociale Lamy n 975, p.5-9, 03/04/2000 ; P.-H. Antonmattéi, Accords de réduction du temps de travail : l'arrêt Michelin, dr. soc. n 9/10, p , 01/08/ C. Artus-Jégou, Mon employeur instaure un forfait «jours», L'Expansion.com, 16/09/2008 ; V. aussi : A.-C. Alibert, Les cadres quasi-indépendants, du contrat de travail au contrat d activité dépendante, Thèse pour le doctorat de l Université d Auvergne, D. Sauze, N. Thevenot, J. Valentin, L'éclatement de la relation de travail : Cdd et sous-traitance en France, in CEE, le contrat de travail, la découverte, Coll. Repères, pp ,

18 nouveaux visages de la subordination» 18. Ces derniers continuent toutefois de bénéficier de tout l arsenal protecteur des salariés, tant sur les aspects du droit du travail, que du droit de la protection sociale. Concomitamment, des travailleurs indépendants, parfois moins autonomes mais considérés comme non subordonnés juridiquement, sont totalement abandonnés à leur vulnérabilité. Ils sont pourtant économiquement dépendants, ce qui donne à leur donneur d ordre un pouvoir de direction implicite. Il s agit donc de la même vulnérabilité qui fonde la protection accordée aux travailleurs salariés. Ils sont tous deux dans une situation où l équilibre contractuel est rompu et où l inégalité des rapports de force fait du travailleur la partie faible. 22. C est donc, en amont, la notion même de salariat qui est affectée par cette remise en cause du lien de subordination. Comme le souligne Th. Aubert-Monpeyssen, cette notion «particulièrement restrictive au siècle dernier, elle s est progressivement élargie avec l essor du droit social pour englober dans la sphère de salarié protection, des catégories de plus en plus nombreuses de travailleurs» 19. Mais le développement toujours croissant du travail atypique ne peut mener à une extension absolue, voire abusive, du salariat. Le salariat n aurait alors plus aucun sens. 23. C est pourtant ce que l ancien Livre VII devenu Partie VII du Code du travail et la souplesse jurisprudentielle a parfois autorisé, si bien qu aujourd hui, la subordination apparaît comme une source d insécurité juridique. Elle est devenue une notion à géométrie variable, en fonction des époques ou en fonction des spécificités techniques du travail. Au point qu il est devenu impossible d appréhender avec certitude le contenu de la notion ou d en délimiter un contour unique : «L ironie à peine voilée des commentaires suscités par l expression «subordination juridique», les flottements terminologiques de la jurisprudence, voire la suggestion de recourir à une terminologie mieux adaptée, constituent autant de signes de la difficulté qu il y a à retrouver dans l actuel critère, la simplicité de ce concept juridique. On peut effectivement s interroger sur l utilité du maintien d un terme aussi atténué 17 V. A. Taillandier, L'intensité du lien de subordination, Thèse de doctorat, Nantes, A. Supiot, Les nouveaux visages de la subordination, rev. dr. soc. 2000, p. 131 ; sur ce thème, V. aussi : V. H. Groutel, Le critère du contrat de travail in Mélanges Camerlynck, Dalloz, 1978, p Th. Aubert-Monpeyssen, Subordination juridique et relation de travail, Centre Régional de Publication de Toulouse, Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1988, p.7 18

19 sémantiquement et se demander pourquoi et comment, alors que le cadre traditionnel des rapports de travail a volé en éclats, la formulation initiale a résisté à l épreuve du temps» Proposer un sujet sur le lien de subordination juridique dans les relations de travail mène donc à réfléchir préalablement au besoin de distinguer le contrat de travail des autres contrats (I). Cette distinction repose actuellement sur le lien de subordination juridique, il faudra donc avoir un aperçu général des causes profondes de sa fragilisation (II) pour comprendre sa perte de légitimé comme critère distinctif et universel du contrat de travail. 25. C est ce qui engendre aujourd hui la crise du salariat (III), à laquelle il devient urgent de remédier, car les enjeux (IV) se rattachent directement aux exigences d une justice sociale, dans une République qui se veut «indivisible, laïque, démocratique et sociale» 21 et qui entend assurer «l'égalité devant la loi de tous les citoyens» 22. I. Le besoin de distinguer le contrat de travail 26. Au fond, il est possible de se demander pourquoi il est à ce point nécessaire de recourir à un critère du contrat de travail. Dans l absolu, il pourrait être considéré qu il n est pas déterminant de pouvoir différencier le contrat de travail des autres contrats, ou bien qu une définition légale suffirait amplement à résoudre toutes ces incertitudes. C est alors sur le plan de la théorie juridique qu il faut se placer. Il faut tout d abord expliquer pourquoi le droit contemporain s emploie avec autant d efforts à vouloir distinguer le contrat de travail des autres contrats. Ne serait-il pas possible de recourir à un travailleur simplement en concluant un contrat librement négocié? 27. L article 1107 du Code civil dispose a cet effet que «les contrats, soit qu'ils aient une dénomination propre, soit qu'ils n'en aient pas, sont soumis à des règles générales [ ]». Le 20 Ibid, p Constitution de 1958, alinéa premier 22 Ibid. ; V. aussi : Compte rendu provisoire de la Conférence Internationale du travail n 13A/B à propos du projet de déclaration de l OIT sur la justice sociale pour une mondialisation équitable, Organisation internationale du travail, 97ème session, Genève,

20 travailleur serait donc protégé, notamment au regard de son consentement qui devra être libre et éclairé. De plus selon la formule : «qui dit contractuel dit juste» 23. Cette maxime incontournable en droit des obligations signifie qu un contrat, quel qu il soit, ne peut pas générer d injustice puisque chaque partie y a donné son consentement. Cette affirmation est donc fondée sur le postulat d un consentement libre et éclairé. Mais pour le cas du contrat de travail, c est nier l importance de l ordre public social, c est aussi nier l état de dépendance dans laquelle se trouve le salarié pour subvenir aux besoins de la vie quotidienne et qui le pousse à se subordonner, parfois à tout prix. 28. La technique actuelle qui consiste à classer le contrat de travail dans la typologie des contrats spéciaux, avec une dénomination propre, est ainsi utilisée pour permettre l application d un droit spécial à la relation de travail. C est donc grâce à sa distinction qu il est possible d identifier le contrat de travail et de lui appliquer les lois sociales, notamment celles qui relèvent de l ordre public social auxquelles il n est en principe pas possible de déroger. 29. C est l application de ce droit spécial qui empêche notamment de rémunérer un salarié en dessous du salaire minimum interprofessionnel de croissance, même si le salarié à donné son accord. Cette interdiction ne serait pas possible si le contrat de travail était entièrement régi par le droit commun, au nom de la liberté contractuelle. En période de crise de l emploi, il serait ainsi très probable de voir se généraliser les enchères inversées sur salaires qui sont aujourd hui interdites. C est donc une solution qu il faut oublier. 30. La seconde proposition de simplification à l extrême consisterait à saisir le législateur pour qu il donne enfin une définition légale digne de ce nom au contrat de travail. Ce n est pas non plus une technique envisageable car si le législateur n a pas donné de définition du contrat de travail, ce n est point par paresse. En donnant une définition sur le fond plutôt qu une définition descriptive au contrat de travail, il donne au juge le pouvoir souverain de s emparer des montages frauduleux qui exploiterait les failles d une formulation légale en vue d éluder l application du droit du travail. 23 A. Fouillée ; V. L. Rolland, «Qui dit contractuel, dit juste.» (Fouillée) en trois petits bonds, à reculons, Fac. Droit Montréal, Coll. facultaire, 2005 : disponible sur l adresse suivante : ; V. aussi : IXe Congrès de l Association internationale de méthodologie juridique, Les principes généraux de droit, Tunis, nov

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

LABOUR NEWS - TRAVAIL

LABOUR NEWS - TRAVAIL LABOUR NEWS - TRAVAIL Qu est-ce qu un faux indépendant : quelle est la limite entre le statut de salarié et le statut d indépendant? Une personne physique peut très bien se trouver, d un point de vue administratif,

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail. Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013

Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail. Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013 Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013 1 PLAN Propos introductifs I.Les modalités de la restructuration des entreprises

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Les règles con ictuelles en droit social international

Les règles con ictuelles en droit social international Chapitre 1 Les règles con ictuelles en droit social international Quand le contrat de travail présente un élément d extranéité (nationalité du salarié ou lieu de travail ou nationalité de l employeur ),

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique Le dispositif d évaluation dans la fonction publique page 1 PLAN Présentation du dispositif d évaluation Enjeux de l évaluation en matière de management et de GRH page 2 L entretien professionnel en pratique

Plus en détail

MOBILITE INTERNATIONALE. Un contrat de travail pertinent

MOBILITE INTERNATIONALE. Un contrat de travail pertinent présente MOBILITE INTERNATIONALE Un contrat de travail pertinent Maître Marc BOURGUIGNON -VAE SOLI- 8 rue Brémontier 75017 PARIS mb@vae-soli.com 01 47 66 34 68 1 École des Mines 20 Mars 2007 Plan Distinction

Plus en détail

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles)

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles) France Bénévolat a mis au point deux documents type qui peuvent servir de base à la clarification des règles du jeu entre bénévoles et associations et permettre ainsi le développement de bonnes pratiques.

Plus en détail

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2014 NOTE N 12 LES FORFAITS JOURS (Articles

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial

Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial CIRCULAIRE N 2013-15 DU 18 JUILLET 2013 Direction des Affaires Juridiques INSV0014-ACE Titre Portage salarial Objet Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial Unédic

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL I. Introduction Le contrat de travail définit les conditions de travail et de rémunération du salarié. Il ne peut être contraire à la loi, aux conventions collectives ou aux usages

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Livre Vert Moderniser le droit du travail pour relever les défis du XXIe siècle. Commentaires. Fédération française de la franchise

Livre Vert Moderniser le droit du travail pour relever les défis du XXIe siècle. Commentaires. Fédération française de la franchise Livre Vert Moderniser le droit du travail pour relever les défis du XXIe siècle Commentaires Fédération française de la franchise 1 / 5 1. La Fédération française de la franchise a pour mission de promouvoir,

Plus en détail

La surveillance du salarié : les régimes applicables

La surveillance du salarié : les régimes applicables La surveillance du salarié : les régimes applicables Actualité juridique publié le 06/12/2014, vu 779 fois, Auteur : Xavier Berjot OCEAN Avocats 1. La surveillance interne Dans l arrêt du 5 novembre 2014,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI TEMPS DE TRAVAIL (ARTICLES 16, 17 ET 18) ET COMMENTAIRES CFDT

TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI TEMPS DE TRAVAIL (ARTICLES 16, 17 ET 18) ET COMMENTAIRES CFDT TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI TEMPS DE TRAVAIL (ARTICLES 16, 17 ET 18) ET COMMENTAIRES CFDT PROJET DE LOI Version nor : mtsx0813468l/bleue-1 CE QUI CHANGE COMMENTAIRES DE LA CFDT ARTICLE 16 I. - L article

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN La notion de poste de travail préserve les éléments essentiel de la Fonction Publique de carrière L existence d un statut ( 1) et l aménagement

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Commission Droit & Pratiques du Commerce International SEMINAIRE L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Sujet de l exposé : Le contrat d externalisation de services & La

Plus en détail

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours.

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 4 avril 2013

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5633 Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 4 de l arrêté royal du 18 novembre 1996 «instaurant une assurance sociale en

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 259385 Publié au recueil Lebon 1ère et 6ème sous-sections réunies Mme Hagelsteen, président Mlle Anne Courrèges, rapporteur M. Devys, commissaire du gouvernement SCP WAQUET, FARGE, HAZAN,

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

Charte de télétravail pendulaire

Charte de télétravail pendulaire Charte de télétravail pendulaire 1/5 Sommaire Préambule Définition du télétravail Chapitre 1 : Contexte général 1.1 - Objet 1.2 - Champ d application Chapitre 2 : Application 2.1 - Cadre Juridique 2.2

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Le Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE)

Le Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) DIRECCTE des Pays de la Loire Le Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Qui pilote et prescrit le contrat d accompagnement

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

PIGNARRE Louis-Frédéric

PIGNARRE Louis-Frédéric PIGNARRE Louis-Frédéric Laboratoire de droit privé 14, rue Cardinal de Cabrières 34 060 Montpellier Louis-frederic.pignarre@univ-montp1.fr Fonctions et responsabilités universitaires - Professeur de droit

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM)

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM) DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES Sous-direction des élus locaux et de la fonction publique territoriale Bureau de l emploi territorial Paris, le 20 avril 2009 et de la protection sociale FP3

Plus en détail

Certificat de Formation à la Gestion Associative RESSOURCES HUMAINES

Certificat de Formation à la Gestion Associative RESSOURCES HUMAINES Certificat de Formation à la Gestion Associative RESSOURCES HUMAINES SOMMAIRE 1- Les acteurs de l association Les bénévoles Les salariés 2- La gestion des acteurs Les remboursement de frais La valorisation

Plus en détail

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A.

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Thèmes traités pour l épreuve de raisonnement juridique et pour l épreuve à caractère pratique Droit des obligations I. - Les

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail DROIT SOCIAL CHSCT : RECENTES EVOLUTIONS LEGALES ET JURISPRUDENTIELLES Véronique VINCENT Septembre 2013 Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT), partenaire social au domaine

Plus en détail

Conférence de presse. Jeudi 23 avril 2009 LIVRE BLANC. pour développer les enchères électroniques et protéger le consommateur

Conférence de presse. Jeudi 23 avril 2009 LIVRE BLANC. pour développer les enchères électroniques et protéger le consommateur Conférence de presse Jeudi 23 avril 2009 LIVRE BLANC pour développer les enchères électroniques et protéger le consommateur Les enchères électroniques : de vrais enjeux économiques Selon une étude du BIPE,

Plus en détail

Mise à disposition de salariés : Les nouvelles obligations de l entreprise depuis la loi Cherpion du 28 juillet 2011

Mise à disposition de salariés : Les nouvelles obligations de l entreprise depuis la loi Cherpion du 28 juillet 2011 Mise à disposition de salariés : Les nouvelles obligations de l entreprise depuis la loi Cherpion du 28 juillet 2011 Françoise Pelletier, avocat associé Karine Bézille, avocat counsel Mardi 5 juin 2012

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

CURRICULUM VITAE - Nicolas ÉRÉSÉO. MCF HDR en droit des contrats, de la concurrence et de la consommation

CURRICULUM VITAE - Nicolas ÉRÉSÉO. MCF HDR en droit des contrats, de la concurrence et de la consommation CURRICULUM VITAE - Nicolas ÉRÉSÉO MCF HDR en droit des contrats, de la concurrence et de la consommation Né le 13/01/1973 à Pau (64) 3, rue des Frères, 67000 Strasbourg Tel : 06-65-74-74-65 // 03-69-74-81-64

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

Du droit du travail au droit de l activité professionnelle

Du droit du travail au droit de l activité professionnelle Du droit du travail au droit de l activité professionnelle Jacques Barthélémy Avocat conseil en droit social, ancien professeur associé à la faculté de droit de Montpellier, fondateur du Cabinet Barthélémy

Plus en détail

Aspects juridiques des nouvelles formes d emplois

Aspects juridiques des nouvelles formes d emplois Aspects juridiques des nouvelles formes d emplois Réunion plénière du 11 mars 2014 B. Bohnert, conseiller auprès du secrétariat général du COE Conseil d orientation pour l emploi 2 Introduction Une évolution

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Dates Les différentes étapes de l ANI et de la réécriture de l article L. 912-1 du code de la sécurité sociale 9 et 10 juillet 2012 Grande conférence

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Titre. Attestation relative au portage salarial. Objet CIRCULAIRE N 2011-33 DU 7 NOVEMBRE 2011. Direction des Affaires Juridiques INST0026-ACE/JBB

Titre. Attestation relative au portage salarial. Objet CIRCULAIRE N 2011-33 DU 7 NOVEMBRE 2011. Direction des Affaires Juridiques INST0026-ACE/JBB CIRCULAIRE N 2011-33 DU 7 NOVEMBRE 2011 Direction des Affaires Juridiques INST0026-ACE/JBB Titre Attestation relative au portage salarial Objet Transmission de l attestation relative au portage salarial

Plus en détail

Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R)

Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R) Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R) Rappels et Historique Depuis le 1 er février 1974 bénéficient des garanties complémentaires

Plus en détail

Rapport Mettling : Quid de l «uberisation» du travail?

Rapport Mettling : Quid de l «uberisation» du travail? Rapport Mettling : Quid de l «uberisation» du travail? Sollicité par l ancien Ministre du Travail, François Rebsamen, Bruno Mettling, DRH d Orange, a rendu aujourd hui ses propositions pour réformer le

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 ASTREINTE Heures de présence au sein de l établissement 4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 Les heures de présence effectuées au sein de l établissement, dans une chambre mise à la disposition

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative

CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative Le système administratif français est le produit des circ o n s- tances qui ont engendré à la fin de l Ancien Régime et au début de la

Plus en détail

Titre. Portage salarial : mesures transitoires. Objet CIRCULAIRE N 2014-31 DU 22 DECEMBRE 2014. Direction des Affaires Juridiques INSW0031-ACE

Titre. Portage salarial : mesures transitoires. Objet CIRCULAIRE N 2014-31 DU 22 DECEMBRE 2014. Direction des Affaires Juridiques INSW0031-ACE CIRCULAIRE N 2014-31 DU 22 DECEMBRE 2014 Direction des Affaires Juridiques INSW0031-ACE Titre Portage salarial : mesures transitoires Objet Décision du Bureau de l Unédic du 16 décembre 2014 relative aux

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUILLET 2013 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DES AGENTS

Plus en détail

LES SOURCES DU DROIT

LES SOURCES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES SOURCES DU DROIT 1. QU EST-CE QUE LE DROIT? Le droit est constitué de l ensemble

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle.

L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle. L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle. 1. De l affirmation du droit à la qualification à son «effectivité». L accès à la

Plus en détail

MODE D EMPLOI Pour une prise en main rapide et efficace de vos Codes. Codes Dalloz Mode d emploi

MODE D EMPLOI Pour une prise en main rapide et efficace de vos Codes. Codes Dalloz Mode d emploi MODE D EMPLOI Pour une prise en main rapide et efficace de vos Codes 1 Organisation générale des Codes Les Codes Dalloz suivent la codification officielle des matières traitées, et sont rigoureusement

Plus en détail

c/ Centre communal d action sociale de la commune de Caumont (Pas-de-Calais)

c/ Centre communal d action sociale de la commune de Caumont (Pas-de-Calais) Tribunal des Conflits n 3833 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Lille M. D c/ Centre communal d action sociale de la commune de Caumont (Pas-de-Calais) Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC?

QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC? QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC? - Un marché public est un contrat conclu à titre onéreux entre un pouvoir adjudicateur (collectivité territoriale, Etat ) et un opérateur économique public ou privé pour

Plus en détail

Il est également précisé :

Il est également précisé : Il est également précisé : Article 11.22. du CCAG- Travaux de 1976. «dans le cas d application d un prix forfaitaire, le prix est dû dès lors que l ouvrage, la partie d ouvrage ou l ensemble des prestations

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z. Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010 Mme Barta Z. La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 5 octobre 2010, une question prioritaire

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1 Le délégué syndical Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement d au moins 50 salariés peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué syndical

Plus en détail

L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE. Les domaines d application en matière de droit social

L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE. Les domaines d application en matière de droit social L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE Les domaines d application en matière de droit social Dans le domaine du droit social l acte juridique occupe une place prépondérante. La négociation est en effet un mode

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen et Thiriez, avocat(s)

Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen et Thiriez, avocat(s) Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. N de pourvoi: 10-20891 Publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen

Plus en détail

THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI

THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI Quels sont les droits et les obligations : - du salarié de droit privé? - du fonctionnaire? -du travailleur

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Passerelles public-privé. Valorisation de la recherche, innovation et transfert - Université Paris 13 Le 26 novembre 2014 Marion Ducarre 1

Passerelles public-privé. Valorisation de la recherche, innovation et transfert - Université Paris 13 Le 26 novembre 2014 Marion Ducarre 1 Passerelles public-privé Valorisation de la recherche, innovation et transfert - Université Paris 13 Le 26 novembre 2014 Marion Ducarre 1 1 Passerelles public-privé Le code de la recherche l'enseignement

Plus en détail

INFOS JURIDIQUES. Flash sur le Droit du Travail. Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011

INFOS JURIDIQUES. Flash sur le Droit du Travail. Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011 INFOS JURIDIQUES Flash sur le Droit du Travail Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011 La notion de cadre supérieur en droit luxembourgeois La présente publication a pour

Plus en détail

De la notation à l entretien professionnel : L expérimentation.

De la notation à l entretien professionnel : L expérimentation. T@mT@m/CFTC.FAE ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Fédération CFTC des Fonctionnaires et agents

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 150 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 décembre 2010 PROPOSITION DE LOI tendant à sécuriser le régime du portage salarial, PRÉSENTÉE Par M. Alain HOUPERT, Sénateur

Plus en détail

Quelles sont les aspects juridiques de la stratégie des entreprises en Afrique?

Quelles sont les aspects juridiques de la stratégie des entreprises en Afrique? Quelles sont les aspects juridiques de la stratégie des entreprises en Afrique? Maître Cheikna Toure, Il est avocat au Barreau Du Mali. Il est titulaire d un doctorat en droit de l Université Paris II

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

Réformer le droit du travail

Réformer le droit du travail Réformer le droit du travail Par Jacques Barthélémy et Gilbert Cette Le 3 septembre 2015 Ce rapport réalisé pour Terra Nova par Gilbert Cette et Jacques Barthélémy paraît aux Editions Odile Jacob le jeudi

Plus en détail