Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète"

Transcription

1 Printemps 2014 Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète Les données tirées des demandes de règlement respectent-elles les lignes directrices?

2 Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète Les données tirées des demandes de règlement respectent-elles les lignes directrices? Quels outils sont à la disposition des médecins qui évaluent et traitent les patients diabétiques? Les Lignes directrices de pratique clinique de l Association canadienne du diabète sont généralement reconnues par les professionnels de la santé comme un guide réputé pour le diagnostic, le traitement et la gestion du diabète. L Association canadienne du diabète (ACD) s en remet à l expertise de 120 professionnels bénévoles qui examinent et évaluent toutes les preuves pertinentes sur la prévention et la gestion du diabète, puis qui publient leurs conclusions dans ses Lignes directrices de pratique clinique 1. Les Lignes directrices sont mises à jour tous les cinq ans; la version la plus récente a été publiée en 2013 et est intitulée The Canadian Diabetes Association 2013 Clinical Practice Guidelines for the Prevention and Management of Diabetes in Canada (Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète pour la prévention et le traitement du diabète au Canada). Des ressources soutenant la diffusion de l information contenue dans les Lignes directrices aux professionnels de la santé et aux patients sont accessibles à Cet article a pour but d attirer l attention sur certaines sections des Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l ACD, notamment celles sur le diagnostic et sur le traitement, et d indiquer les changements entre les versions de 2008 et de De plus, en nous fondant sur les recommandations faites dans les Lignes directrices, nous évaluons, dans le présent document, si les tendances observées dans les demandes de remboursement de médicaments d ordonnance pour traiter le diabète à TELUS Santé respectent les Lignes directrices et décrivons les implications de ces tendances en matière de coûts. L analyse se concentre sur les patients qui n avaient jamais été traités auparavant, c est-à-dire ceux que nous appelons les diabétiques de type 2 «vierges de tout traitement» (qui présentent divers degrés de résistance à l insuline et/ou de déficience en insuline). Nous indiquons également comment la metformine, le traitement pharmacologique de première ligne recommandé dans les Lignes directrices, est utilisée, et nous comparons nos demandes de remboursement actuelles aux prévisions de Statistique Canada pour déterminer si nos taux de prévalence correspondent. Diagnostic Le message qui revient le plus souvent dans les Lignes directrices de 2013 (voir la figure 1) est qu un diagnostic précoce du diabète et un traitement agressif de la maladie permettent d offrir des soins optimaux aux patients. Le diagnostic requiert l obtention des résultats suivants à l un des quatre types d analyses sanguines ci-dessous : un taux de glycémie à jeun (jeûne = aucun apport calorique pendant au moins huit heures) égal ou supérieur à 7.0 mmol/l ; un taux d hémoglobine glyquée (HbA1c) égal ou supérieur à 6,5 % (chez les adultes) ; un taux de glycémie égal ou supérieur à 11,1 mmol/l après deux heures d une épreuve d hyperglycémie provoquée par voie orale lors de laquelle on administre 75 g de glucose ; un taux de glycémie au hasard (au hasard = n importe quand durant la journée, peu importe le temps écoulé depuis le dernier repas) égal ou supérieur à 11,1 mmol/l. Perspective Printemps

3 Figure 1 : Lignes directrices de l ACD pour le traitement du diabète de type 2 2 Au diagnostic du diabète de type 2 Commencer une intervention sur les habitudes de vie (alimentation et exercice physique) avec ou sans traitement par metformine A1C < 8.5 % A1C > 8.5 % Hyperglycémie symptomatique avec décompensation métabolique Si la cible n est pas atteinte (en 2 ou 3 mois) Commencer la metformine immédiatement Envisager une association initiale avec un autre agent antihyperglycémiant Commencer l insuline avec ou sans metformine Commencer ou augmenter la metformine Si la cible glycémique n est pas atteinte Caractéristiques des patients Degré d hyperglycémie Risque d hypoglycémie En surpoids ou obèse Comorbidités (rénales, cardiaques ou hépatiques) Préférences et accès au traitement Autres Ajouter un agent qui convient mieux à la personne : Caractéristiques des agents Efficacité et durabilité de l effet hypoglycémiant Risque d induction de l hypoglycémie Effet sur le poids Contre-indications et effets secondaires Coût et couverture Autres Classe Ajouter un agent qui convient mieux à la personne (les agents sont classés en ordre alphabétique) : Diminution relative Hypo- Poids Autres considérations thérapeutiques Coût du taux d A1C glycémie Inhibiteur des alphaglucosidases (acarbose) Incrétines : Inhibiteurs de la DPP-4 Agonistes des récepteurs du GLP-1 È Rare Neutre à È Meilleure maîtrise postprandiale, effet secondaire sur le système gastro-intestinal ÈÈ ÈÈ à ÈÈÈ Rare Rare Neutre à È ÈÈ Effets secondaires sur le système gastro-intestinal $$$ $$$$ Insuline ÈÈÈ Oui ÇÇ Pas de dose maximale, régime posologique variable Sécrétagogues de l insuline : Méglitinides Sulfonylurées ÈÈ ÈÈ Oui Oui Ç Ç Moins d hypoglycémie si des repas sont manqués, mais doivent habituellement être pris trois à quatre fois par jour. Le gliclazide et le glimépiride sont associés à moins d hypoglycémie que le glyburide. Thiazolidinediones ÈÈ Rare ÇÇ ICC, œdème, fractures, cancer de la vessie (rare pioglitazone), controverse sur les effets cardiovasculaires (rosiglitazone), de six à 12 semaines de traitement sont requises pour un effet maximal Agent de perte de poids (orlistat) È Aucune È Effets secondaires sur le système gastro-intestinal $$ $-$$$$ $$ $ $$ $$$ Si la cible glycémique n est pas atteinte Ajouter un agent d une classe différente Ajouter ou intensifier l utilisation d insuline Rajuster rapidement le régime médicamenteux pour atteindre la cible d A1C dans les 3 à 6 mois Perspective Printemps

4 Traitement Le traitement précoce à l aide de médicaments est maintenant recommandé, de même qu un changement des habitudes d alimentation et d exercice physique (voir la figure 1). Comparativement aux Lignes directrices de 2008, qui suggéraient le traitement à l aide de médicaments d ordonnance dans les cas de taux d HbA1c supérieurs à 9 %, les Lignes directrices de 2013 recommandent un traitement pharmacologique précoce des patients, c est-à-dire à partir d un taux d HbA1c de plus de 8,5 %. La pharmacothérapie initiale recommandée, la metformine, n a pas changé de 2008 à Pour les patients dont le taux d HbA1c est égal ou supérieur à 8,5 % au diagnostic, il est recommandé d associer la metformine à un autre agent antihyperglycémiant (AHG) en se fondant sur plusieurs considérations relatives aux patients et aux agents pharmacologiques (figure 1). Coût Un groupe de travail sur la question des coûts a été formé lors de l élaboration des Lignes directrices de 2013 pour déterminer comment les coûts pouvaient être intégrés dans les Lignes directrices. Il a été décidé de ne pas inclure de coût exact ni précis afin d assurer une qualité optimale des preuves cliniques pour les patients. Toutefois, il a été reconnu que les coûts étaient un facteur à prendre en compte dans la prise de décision. Les coûts des médicaments sont donc maintenant indiqués selon une échelle d importance, par exemple $, $$ ou $$$ (figure 1). L annexe 5 des Lignes directrices comprend également une approximation des prix de gros des médicaments ( 3. Méthodologie La recommandation voulant que la metformine soit utilisée comme pharmacothérapie initiale pour les patients nouvellement diagnostiqués comme diabétiques de type 2, qui n a pas changé de la version 2008 à la version 2013 des Lignes directrices, constitue une référence concrète qui nous permet d évaluer et d indiquer si les tendances dans les demandes de remboursement respectent les Lignes directrices (par l indication «Lignes directrices OUI» ou «Lignes directrices NON»). La méthodologie que nous avons utilisée pour diviser les demandeurs est schématiquement illustrée à la figure 2. Nous avons commencé par diviser tous les demandeurs de remboursement de médicaments antidiabétiques, sauf l insuline, ayant soumis une demande de janvier 2013 à juin 2013 selon qu ils étaient nouveaux ou existants (figure 2, encadrés 1, 2 et 3). Nous nous intéressons aux nouveaux demandeurs (encadré 2). Nous avons donc divisé les nouveaux demandeurs en cinq groupes mutuellement exclusifs selon l historique de leurs demandes. Les demandeurs qui nous intéressent sont les nouveaux demandeurs sans demande de remboursement d agent antihyperglycémiant dans les 180 jours précédents. Nous considérons ces demandeurs comme des patients qui viennent de commencer leur traitement et les appelons les patients «vierges de tout traitement» (figure 2, encadré 9). Pour déterminer si les habitudes de demande de ces patients vierges de tout traitement respectent les Lignes directrices, nous les avons classés en deux groupes mutuellement exclusifs : les demandeurs Lignes directrices OUI, définis comme ayant demandé le remboursement de metformine avec ou sans un autre agent antihyperglycémiant, et les demandeurs Lignes directrices NON, définis comme n ayant pas demandé le remboursement de metformine (figure 2, encadrés 9 et 10). Résultats Analyse des demandes de remboursement Selon un échantillon de demandeurs (N = ) ayant envoyé des demandes de remboursement d agent antihyperglycémiant, sauf l insuline, à TELUS Santé entre janvier 2013 et juin 2013, 35 % (N = ) des patients étaient vierges de tout traitement (figure 2, encadré 4). Parmi les demandeurs vierges de tout traitement, de 85 % à 87 % étaient classés dans la catégorie Lignes directrices OUI, le reste étant classé dans la catégorie Lignes directrices NON (figure 3). Cette analyse des demandes suggère que, de ceux qui ont fait exécuter leur ordonnance, la majorité des demandeurs vierges de tout traitement a commencé son traitement par la première option de médicament de première ligne recommandée par les Lignes directrices. Perspective Printemps

5 Analyse des coûts Lorsque nous avons considéré les coûts liés au segment vierge de tout traitement, ainsi que la proportion des coûts attribuée aux demandeurs Lignes directrices OUI et Lignes directrices NON, nous avons constaté que la moitié des coûts de cette catégorie pouvait être attribuée à la minorité de demandeurs Lignes directrices NON (~ 13 %), c est-à-dire dont le traitement n a pas débuté par la prise du médicament de première ligne recommandé dans les Lignes directrices (la metformine) (figure 3). Cette observation n est pas surprenante, car les coûts des autres agents antihyperglycémiants équivalent environ à plus de cinq fois le coût de la metformine (figure 4). Ces différences de prix considérables soulignent que le respect des lignes directrices est important non seulement d un point de vue clinique, mais également pour maximiser le rapport coût efficacité afin de s assurer que les régimes d assurance médicaments demeurent économiquement viables pour le gouvernement, les employeurs et les patients. Figure 2 : Méthodologie Segmentation des demandeurs de remboursement d agents antihyperglycémiants N = Encadré 1 : tous les demandeurs de remboursement d AHG Période : janv 2013 à juin 2013 Au moins une demande de remboursement d AHG (sauf d insuline) Encadré 2 : nouveaux demandeurs Pas de demande de remboursement d AHG dans les 180 derniers jours Encadré 3 : demandeurs existants Historique de demande de remboursement d AHG dans les 180 derniers jours N = Encadré 4 : vierges de tout traitement Toute première demande de remboursement d AHG N = Encadré 5 : changement Historique de demande de remboursement d un autre AHG dans les 180 derniers jours (arrêt du traitement précédent) N = Encadré 6 : ajout Historique de demande de remboursement d un autre AHG dans les 180 derniers jours (et le traitement précédent n est pas arrêté) N = Encadré 7 : recommencement (même) Historique de demande de remboursement du même AHG, mais interruption de traitement de plus de 180 jours N = Encadré 8 : recommencement (changement) Historique de demande de remboursement d un autre AHG, mais interruption de traitement de plus de 180 jours Encadré 9 : Lignes directrices OUI Vierges de tout traitement ayant commencé par un traitement de metformine avec ou sans autre AHG Encadré 10 : Lignes directrices NON Vierges de tout traitement ayant commencé par un AHG autre que la metformine Perspective Printemps

6 Figure 3 : Demandeurs vierges de tout traitement Lignes directrices OUI et NON : pourcentage des demandes et des coûts 100 % 90 % 80 % 70 % 60 % 50 % 40 % 30 % 20 % 10 % 0 % Janv 13 Fév 13 Mars 13 Avr 13 Mai 13 Juin 13 Lignes directrices OUI : demandes Lignes directrices NON : demandes Lignes directrices OUI : coût Lignes directrices NON : coût Figure 4 : Comparaison des coûts Coût moyen par demande Janvier à juin ,02 $ Metformine 16,40 $ 98,96 $ Autres AHG 89,54 $ 0 $ 20 $ 40 $ 60 $ 80 $ 100 $ 120 $ Coût total de la prescription par demande Coût des ingrédients par demande Perspective Printemps

7 Utilisation de la metformine Selon les Lignes directrices de pratique clinique, une association de metformine et d un autre agent antihyperglycémiant peut constituer un traitement initial approprié selon le taux d HbA1c, comme il est indiqué ci dessus, et si les patients n atteignent pas leur cible glycémique après avoir essayé la metformine. Les Lignes directrices suggèrent de prendre en considération les caractéristiques de chaque patient et de chaque agent antihyperglycémiant pour choisir l agent qui conviendra le mieux au patient. Pour déterminer comment la metformine est utilisée en association avec d autres agents antihyperglycémiants, nous avons observé toute l utilisation de metformine pendant le mois de juin Lorsque le remboursement de metformine est demandé, elle est utilisée en monothérapie dans 66 % des cas, en association avec un autre agent antihyperglycémiant dans 27 % des cas et en association avec deux agents antihyperglycémiants ou plus dans 7 % des cas (figure 5). Figure 5 : Tous les utilisateurs de metformine : juin 2013 Combinaisons de metformine et d autres AHG Juin 2013 Metformine plus 2 AHG 7 % Metformine plus 1 AHG 27 % Monothérapie 66 % Parmi les 27 % de demandeurs qui utilisaient la metformine en association avec un autre agent antihyperglycémiant, 62 % l utilisaient avec un agent d une autre classe d antihyperglycémiants appelée les sulfonylurées (p. ex. le gliclazide, le glimépiride et le glyburide). Ces médicaments sont sur le marché depuis longtemps (depuis le début des années 1990) et sont offerts en version générique. Ils sont donc relativement peu dispendieux, et les médecins sont habitués de les prescrire. La deuxième catégorie d agents antihyperglycémiants utilisée en association avec la metformine est celle des inhibiteurs de la dipeptidylpeptidase 4 (DPP-4s) (22 % des cas d association avec la metformine). La même tendance s applique aux 7 % de demandeurs de remboursement de la metformine qui utilisaient la metformine en association avec deux autres agents antihyperglycémiants, c est-à-dire que l association avec une sulfonylurée reste la plus courante, suivie de l association avec un inhibiteur de la DPP-4. Prévalence du diabète À la figure 6, nous avons déterminé si le nombre d adhérents aux régimes de TELUS Santé traités selon les demandes reçues en 2012 correspondait au nombre projeté de personnes atteintes du diabète selon les données épidémiologiques de Santé Canada en calculant la différence entre ces deux groupes. Selon les données sur les demandes de remboursement de médicaments de TELUS Santé pour 2012, la projection suggère que le pourcentage réel de diabétique est inférieur à la prévalence prévue (figure 6), ce qui suggère qu il y a moins d adhérents traités qu il ne devrait y en avoir. Cette insuffisance de traitement pourrait concerner jusqu à trois pour cent des adhérents des groupes d âge avancé (voir la figure 6). Perspective Printemps

8 Parmi les raisons pouvant expliquer la différence entre la prévalence réelle et la prévalence prévue pourrait figurer la non-saisie des demandes avec coordination des prestations, la non-saisie des demandes papier et le fait que certains adhérents puissent ne pas avoir voulu faire exécuter leurs ordonnances. Toutefois, il se peut également que certains diabétiques ne sachent pas qu ils sont atteints de la maladie ou qu ils ne soient pas encore traités. Comme le diabète peut entraîner de graves complications, par exemple des maladies du cœur, des AVC, de l insuffisance rénale, de la cécité, des amputations, une dysfonction érectile et la dépression, les promoteurs de régime devraient envisager la mise en place de programmes visant à sensibiliser les gens au diabète et à la nécessité de dépister la maladie. L instauration de programmes de santé et de bien être en milieu de travail peut aider à réduire cet écart et, combinée au diagnostic et au traitement précoces, retarder essentiellement le développement et le traitement des complications possibles. Figure 6 : 18 % 16 % 14 % 12 % 10 % 8 % 6 % 4 % 2 % 0 % Insuffisance de traitement du diabète par groupe d âge Gestion des régimes d'assurance maladie TELUS en ,4 % 0,9 % 1,3 % 1,8 % 2,5 % 3,3 % Écart suggérant une insuffisance de traitement Adhérents traités contre le diabète Personnes atteintes de diabète (projection fondée sur les données épidémiologiques de Santé Canada) Observations Les données de TELUS Santé sont tirées des demandes de remboursement de médicaments soumises par des adhérents à des régimes d employeurs privés et de syndicats. Elles couvrent principalement les membres de la population d âge actif de moins de 65 ans, ainsi que leurs conjoints et personnes à charge. Lorsqu on analyse une maladie liée à l âge comme le diabète (de type 2), il faut tenir compte que ces adhérents représentent une population plus jeune que la grande population des diabétiques, qui sont nombreux à avoir 65 ans et plus. Par conséquent, les données sur les tendances thérapeutiques auront tendance à représenter les habitudes des patients dans les premières phases de la maladie peu atteints par les complications et les comorbidités et utilisant moins d associations médicamenteuses. Les résultats de l analyse représentent les habitudes de soumission des demandeurs et pas nécessairement les habitudes de prescription, car nous ne pouvons produire de rapports que sur les demandes qui ont été soumises ou payées par l intermédiaire de notre réseau. Des articles complémentaires devraient être publiés sur l observance des traitements contre le diabète (les médicaments sont-ils pris régulièrement, tel que le médecin l a prescrit?) et les comorbidités dont souffrent les demandeurs diabétiques. Perspective Printemps

9 Bien que la majorité des demandeurs inclus dans cette analyse semble être traitée selon les Lignes directrices, les coûts associés aux demandeurs de la catégorie Lignes directrices NON suggèrent que les programmes visant à garantir que la metformine soit utilisée comme agent de première ligne sont justifiés. Des programmes comme la pharmacothérapie par étape aident à déterminer quels produits sont utilisés comme agents de première ligne. Si la pharmacothérapie par étape était appliquée aux agents antihyperglycémiants, les demandeurs pourraient bénéficier d une couverture après avoir essayé le médicament de première ligne offrant le meilleur rapport coût efficacité. De plus, le recours à des régimes de soins gérés (par exemple, le Formulaire national) peut garantir que le remboursement des médicaments de première ligne soit couvert et, ainsi, réduire efficacement les coûts. La comparaison de nos données sur les demandes de remboursement avec les données de surveillance de la population canadienne suggère une possibilité d insuffisance de traitement du diabète dans la population de demandeurs de TELUS Santé. L écart suggérant un traitement insuffisant augmente rapidement après 40 ans. Il est donc justifié pour les promoteurs de régime d instaurer des programmes aussi simples qu un lien vers les ressources offertes dans le cadre des Lignes directrices de pratique clinique au Canada. Il est nécessaire de sensibiliser la population au diabète, à ses nombreuses comorbidités graves, à son traitement et à sa prévention. Neveen Abdelsayed, B.Sc. (phm.), R.Ph., CDE Pharmacienne, Services de pharmacie Laureen Rance, B.Sc. (phm.), Pharm.D, M.Sc. Directrice, Centre d excellence Données : conception, analyse et extraction Richard Lavoie, économiste principal Jérôme Poudou, programmeur-analyste principal Références 1 1http://guidelines.diabetes.ca/ Perspective Printemps

10 L information pour la vie TELUS Santé est un fournisseur de technologies de l information et de la communication (TIC) de premier plan pour le secteur de la santé. Nous mettons au point, déployons et gérons des applications de soins de santé, des processus TIC et des services-conseils pour l industrie qui optimisent l efficacité des fournisseurs de soins, facilitent la prise de décisions plus éclairées et favorisent la prévention dans le système de santé. Pour en savoir davantage sur TELUS Santé, visitez telussante.com. Cet article est tiré de Perspective - Printemps TELUS Tous droits réservés. Imprimé au Canada.

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013 10 défis pour le médecin de famille Divulgation de conflits d intérêt potentiel Modérateur / conférencier / comité aviseur

Plus en détail

Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013

Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013 Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013 (Mise à jour juillet 2015) 426569-15 guidelines.diabetes.ca DÉPISTAGE ET DIAGNOSTIC Chez quelles personnes faut-il faire un dépistage

Plus en détail

Avis du directeur général : Politique de remboursement des bandes réactives pour la glycémie

Avis du directeur général : Politique de remboursement des bandes réactives pour la glycémie Programmes publics de médicaments de l Ontario, ministère de la Santé et des Soins de longue durée Avis du directeur général : Politique de remboursement des bandes réactives pour la glycémie Le directeur

Plus en détail

Pharmacothérapie du diabète de type 2. Antihyperglycémiants oraux, insuline et traitement d association

Pharmacothérapie du diabète de type 2. Antihyperglycémiants oraux, insuline et traitement d association Pharmacothérapie du diabète de type 2 Antihyperglycémiants oraux, insuline et traitement d association La médication Il y a deux types de médication 1. Les antihyperglycémiants oraux (pilules) 2. L insuline

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

PROTOCOLE MÉDICAL PROFESSIONNELS HABILITÉS CONDITION D EXERCICE PROCESSUS D ÉLABORATION. Centre de santé et de services sociaux

PROTOCOLE MÉDICAL PROFESSIONNELS HABILITÉS CONDITION D EXERCICE PROCESSUS D ÉLABORATION. Centre de santé et de services sociaux Centre de santé et de services sociaux GMF Sud-Ouest N o de protocole : GMF-OCM-3 Nom du protocole : L ajustement d insuline lors du suivi conjoint des usagers diabétiques de type ll. PROTOCOLE MÉDICAL

Plus en détail

Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2.

Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2. Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2. La première question que je vais poser à Éric Renard est

Plus en détail

Vous avez constaté avec votre éducateur l importance

Vous avez constaté avec votre éducateur l importance Les antihyperglycémiants Kathleen Raby, M.D., FRCP Vous avez constaté avec votre éducateur l importance de la diète et de l exercice dans le traitement du diabète. Ces mesures sont nécessaires pour le

Plus en détail

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir?

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le diabète de type 2 est une maladie chronique et progressive dont l incidence va en augmentant. Il n existe pas de traitement

Plus en détail

Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions

Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions ASSURANCE COLLECTIVE Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions Pour une vue détaillée de l outil, consultez l aide-mémoire qui est accessible à partir de la section «Liens utiles» du simulateur.

Plus en détail

Atelier PointSanté. Les incrétines & l utilisation du Byetta

Atelier PointSanté. Les incrétines & l utilisation du Byetta Atelier PointSanté Les incrétines & l utilisation du Byetta Au programme News Physiologie et traitement à disposition L effet incrétine Aspect pratique Byetta Algorythme décisionnel Le PointSanté en 7

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

La surveillance utile : un guide pour vous. De nouveaux renseignements sur le diabète de type 2 et la surveillance de la glycémie

La surveillance utile : un guide pour vous. De nouveaux renseignements sur le diabète de type 2 et la surveillance de la glycémie La surveillance utile : un guide pour vous De nouveaux renseignements sur le diabète de type 2 et la surveillance de la glycémie Surveillance de la glycémie La vérification du taux de glucose (glycémie)

Plus en détail

Partagée : Infirmières et infirmiers Pharmaciens et pharmaciennes Pharmaciens communautaires exerçant leur profession sur le territoire du Québec

Partagée : Infirmières et infirmiers Pharmaciens et pharmaciennes Pharmaciens communautaires exerçant leur profession sur le territoire du Québec ORDONNANCE COLLECTIVE : Ajustement des antidiabétiques oraux Série : 2000 N 2077 Sommaire : Ajustement des antidiabétiques oraux (ADO) au centre de jour de diabétologie pour les usagers dont les glycémies

Plus en détail

Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2

Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2 Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2 Janvier 2013 Recommandation de bonne pratique Service des bonnes pratiques professionnelles Service évaluation économique et santé publique

Plus en détail

Le diabète de type 2 : quelques points d actualité - 2 partie -

Le diabète de type 2 : quelques points d actualité - 2 partie - 1 Le diabète de type 2 : quelques points d actualité - 2 partie - Jacques LOUIS Service de diabétologie HPMetz Site Belle Isle AMMPPU Metz 10 juin 2014 P1 CAS CLINIQUE 3 ème époque Cette même personne

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

ASSURANCE MÉDICAMENTS CONSTATS ET ENJEUX D UN RÉGIME PRIVÉ. Marc Desgagné, Pharmacien, Ph. D. 3 avril 2014

ASSURANCE MÉDICAMENTS CONSTATS ET ENJEUX D UN RÉGIME PRIVÉ. Marc Desgagné, Pharmacien, Ph. D. 3 avril 2014 ASSURANCE MÉDICAMENTS CONSTATS ET ENJEUX D UN RÉGIME PRIVÉ Marc Desgagné, Pharmacien, Ph. D. Président Comité de gestion assurances collectives Régime des professeures et professeurs de l Université Laval

Plus en détail

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé.

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Cote DSPD-13-14 Réservé à la Direction général Procédure Titre : BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Destinataires : Direction de l hébergement Direction

Plus en détail

La croissance des coûts en assurance médicaments: les enjeux pour les entreprises

La croissance des coûts en assurance médicaments: les enjeux pour les entreprises La croissance des coûts en assurance médicaments: les enjeux pour les entreprises La croissance des coûts en santé Québec 1980 à 2012 50 000,0 45 000,0 40 000,0 35 000,0 30 000,0 Pourquoi les dépenses

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

À venir en septembre 2015

À venir en septembre 2015 Nouveau module sur la gestion du diabète À venir en septembre 2015 Croix Bleue Medavie Gestion des maladies chroniques Au début de 2015, Croix Bleue Medavie a annoncé sa nouvelle approche de gestion des

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Des indicateurs de qualité à l intention des professionnels et des gestionnaires

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

Tableau 1 Antihyperglycémiants pour le traitement du diabète de type 2

Tableau 1 Antihyperglycémiants pour le traitement du diabète de type 2 Tableau 1 Antihyperglycémiants pour le traitement du diabète de type 2 Classe* et Inhibiteur des alpha-glucosidases: inhibe l bêta-amylase pancréatique et les bêta -glucosidases intestinales Acarbose (Glucobay

Plus en détail

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Mise à jour : avril, 2015 Version 1.0 HISTORIQUE DES RÉVISIONS Le présent document sera régulièrement révisé dans

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Foire aux questions. assurance colle ctive

Foire aux questions. assurance colle ctive assurance colle ctive Foire aux questions Les réponses aux questions suivantes s adressent aux membres des syndicats qui adhèrent aux assurances collectives de la FNEEQ-CSN. Nous vous invitons à communiquer

Plus en détail

Le dépistage du diabète : de détection de la maladie NOM DE L ENTREPRISE DATE DE VISITE OU D ENVOI

Le dépistage du diabète : de détection de la maladie NOM DE L ENTREPRISE DATE DE VISITE OU D ENVOI Le dépistage du diabète : premier geste de détection de la maladie PROGRAMME D INTERVENTION EN ENTREPRISE NOM DE L ENTREPRISE DATE DE VISITE OU D ENVOI Sommaire Le diabète en entreprise Le Programme d

Plus en détail

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Le sondage Merci pour votre opinion C est notre deuxième sondage à l intention des consultants (le premier

Plus en détail

Hiver 2013. Tests associés... Comment savoir s ils sont sécuritaires et efficaces?

Hiver 2013. Tests associés... Comment savoir s ils sont sécuritaires et efficaces? Hiver 2013 Tests associés... Comment savoir s ils sont sécuritaires et efficaces? Tests associés... Comment savoir s ils sont sécuritaires et efficaces? Notre article précédent, Médecines personnalisées,

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 décembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 décembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 2 décembre 2009 ONGLYZA 5 mg, comprimés pelliculés B/30 (CIP : 397 358-8) B/90 (CIP : 575 956-3) Laboratoires BRISTOL-MYERS SQUIBB saxagliptine Liste I Code ATC : A10BH03

Plus en détail

Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments. Présenté par Pierre Marion

Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments. Présenté par Pierre Marion Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments Présenté par Pierre Marion AGENDA Évolution des régimes d assurance médicaments La tendance actuelle Statistiques sur l utilisation des

Plus en détail

Nouveaux coûts. Nouveaux traitements contre le cholestérol Votre régime de remboursement des frais de médicaments est-il adéquat?

Nouveaux coûts. Nouveaux traitements contre le cholestérol Votre régime de remboursement des frais de médicaments est-il adéquat? Garanties collectives Nouveaux coûts Nouveaux traitements contre le cholestérol Votre régime de remboursement des frais de médicaments est-il adéquat? Le marché des médicaments de spécialité, en rapide

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

Diabète de type 2 Généralités

Diabète de type 2 Généralités Diabète de type 2 Généralités D2 s accroit de façon épidémique dans tout le monde Deux facteurs en cause: diminution de l activité physique augmentation de l obésité 2 500 000 de D2 traités par médicaments

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Prescrire les incrétines. Module FMC à distance ANCRED N 3

Prescrire les incrétines. Module FMC à distance ANCRED N 3 Prescrire les incrétines Module FMC à distance ANCRED N 3 1 Qu est ce que l effet incrétine? Une sécrétion accrue d insuline après charge Glucose oral Glucose IV orale en glucose comparée à la charge Peptide

Plus en détail

Les médicaments génériques

Les médicaments génériques ASSURANCE COLLECTIVE Les médicaments génériques Leurs effets bénéfiques sur votre portefeuille Qu est-ce qu un médicament générique? Un médicament générique est l équivalent d une marque maison dans le

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION POLITIQUE 309 Page 1 de 7

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION POLITIQUE 309 Page 1 de 7 POLITIQUE 309 Page 1 de 7 Objet : Programmes de français langue seconde En vigueur : Le 21 avril 1994 Révisions : Le 25 octobre 2001; juillet 2009 1.0 OBJET La présente politique établit les normes relatives

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

SOMMAIRE. I Préambule. II Les missions de l association la Maison du Diabétique

SOMMAIRE. I Préambule. II Les missions de l association la Maison du Diabétique Association Loi 1901, reconnue d intérêt général par arrêté CM n 1230/30 août 2007 SOMMAIRE I Préambule II Les missions de l association la Maison du Diabétique III Manifestation du 20 novembre 2011 1

Plus en détail

Centre de Santé et de Services sociaux. Protocole médical. Validé par : le Comité d experts ministériel sur les ordonnances collectives 12/11

Centre de Santé et de Services sociaux. Protocole médical. Validé par : le Comité d experts ministériel sur les ordonnances collectives 12/11 Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO Protocole : en lien avec l'oc-30 Protocole médical Nom de l ordonnance: Ajuster le dosage d insuline lors du suivi conjoint de la clientèle

Plus en détail

Le diabète. Sensibiliser les apprenants sur les types du diabète, et sur le sujet en général à travers les réponses des questions suivantes :

Le diabète. Sensibiliser les apprenants sur les types du diabète, et sur le sujet en général à travers les réponses des questions suivantes : Le diabète Titre:Le diabète de type 2 Public : endocrinologues de niveau A2 Durée : 2h Objectif général : s informer sur les antécédents familiaux d un patient afin de bien diagnostiquer la maladie Mots-clés

Plus en détail

La prévention du diabète chez l obèse

La prévention du diabète chez l obèse La prévention du diabète chez l obèse Pr Paul Valensi Service d Endocrinologie Diabétologie Nutrition Hôpital Jean Verdier, Université Paris Nord, CRNH-IdF, CINFO, Bondy Evolution de la prévalence du diabète

Plus en détail

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Exposé présenté à la Table ronde sur l infrastructure de la technologie de l information Mai 2015 Yves Genest, dirigeant

Plus en détail

Débuter l insulinothérapie au cabinet Ce qu il faut savoir!

Débuter l insulinothérapie au cabinet Ce qu il faut savoir! Débuter l insulinothérapie au cabinet Ce qu il faut savoir! faisons le point Alexis Sabourin, MD Présenté dans le cadre de la conférence : L endocrinologie, Fédération des médecins omnipraticiens du Québec,

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI Séquence éducation de groupe Groupe de 10 patients maximum Durée : 45 min Animateur : Médecins Objectif général : Exprimer la perception que l

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

Diabète de type 2 prise en charge initiale

Diabète de type 2 prise en charge initiale Diabète de type 2 prise en charge initiale D après : Recommandations et pratiques Vidal Diagnostic du diabète de type 2 Glycémie à jeun 1,26 g/l (7 mmol/l) - après 8 heures de jeûne - confirmée par un

Plus en détail

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés.

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS EUROPE Tout savoir sur son HbA1c Réalisé avec la collaboration du

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

PLANIFIEZ AVEC CONFIANCE. Assurance collective Régimes sur mesure Avantages hors pair VIVRE AVEC CONFIANCE.

PLANIFIEZ AVEC CONFIANCE. Assurance collective Régimes sur mesure Avantages hors pair VIVRE AVEC CONFIANCE. PLANIFIEZ AVEC CONFIANCE. Assurance collective Régimes sur mesure Avantages hors pair VIVRE AVEC CONFIANCE. PLANIFIEZ AVEC CONFIANCE. «Notre expérience et nos connaissances en matière de régimes d assurance

Plus en détail

AUTORISATION PRÉALABLE

AUTORISATION PRÉALABLE ADMINISTRATEUR DU RÉGIME PROGRAMME DE MÉDICAMENTS À AUTORISATION PRÉALABLE Protéger la santé des employés et la santé de votre régime d assurance médicaments Guide pour les administrateurs de régimes d

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Les médicaments. le contrôle de la glycémie. Module. (antihyperglycémiants) Introduction. (antihyperglycémiants)

Les médicaments. le contrôle de la glycémie. Module. (antihyperglycémiants) Introduction. (antihyperglycémiants) Les médicaments 3 pour le contrôle de la glycémie (antihyperglycémiants) Par Bernard Deshaies, B. Pharm, LL.B., pharmacien au CHRTR et en pharmacie d officine à Trois-Rivières Module Introduction La prévention

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM DIABETE GESTATIONNEL Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr. GUENDOUZE MERIEM Définition OMS Trouble de la tolérance glucidique de gravité variable Survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013

Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013 Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013 (Mise à jour novembre 2016) 426569-16 guidelines.diabetes.ca diabetes.ca 1-800-BANTING (226-8464) Copyright 2016 Association Canadienne

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE

DOCUMENT DE RECHERCHE DOCUMENT DE RECHERCHE ÉTUDE SUR L EXONÉRATION DES PRIMES D ASSURANCE-VIE COLLECTIVE FONDÉE SUR L EXPÉRIENCE CANADIENNE DE CESSATION D INVALIDITÉ DE LONGUE DURÉE ENTRE 1988 ET 1994 COMMISSION DES PRÉVISIONS

Plus en détail

Avis sur l accès équitable aux services de psychothérapie

Avis sur l accès équitable aux services de psychothérapie Avis sur l accès équitable aux services de psychothérapie Volet I et II Fiche synthèse de l avis produit par l Institut national d excellence en santé et en services sociaux (INESSS) Juin 2015 Le contenu

Plus en détail

Rapport de recommandations

Rapport de recommandations Comment s assurer que les personnes souffrant d ostéo-arthrite et d arthrite rhumatoïde reçoivent des soins optimaux de par l Europe: recommandations EUMUSC.NET En partenariat avec EULAR et 22 centres

Plus en détail

Bulletin d information 2011-3

Bulletin d information 2011-3 Bulletin d information 2011-3 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Note : Une première version de ce bulletin d information a été publiée en novembre 2006.

Plus en détail

DIABETE ET RAMADAN. Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours

DIABETE ET RAMADAN. Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours DIABETE ET RAMADAN Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours INTRODUCTION L un des 5 piliers de l Islam ~ 1,5 milliards de musulmans Ramadan 9ème mois du calendrier lunaire Période de

Plus en détail

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace Notre vision Desjardins Assurances est un acteur canadien important en assurance collective, reconnu pour son

Plus en détail

Communiqué de presse POUR DIFFUSION IMMÉDIATE. Annick Robinson 438 837-2550. Relations avec les investisseurs : Relations avec les médias :

Communiqué de presse POUR DIFFUSION IMMÉDIATE. Annick Robinson 438 837-2550. Relations avec les investisseurs : Relations avec les médias : Communiqué de presse POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Relations avec les médias : Annick Robinson 438 837-2550 Relations avec les investisseurs : Justin Holko 908 740-1879 L étude TECOS de Merck, qui évalue le

Plus en détail

Initier un traitement du diabète avec des agonistes des récepteurs du GLP-1 en médecine générale

Initier un traitement du diabète avec des agonistes des récepteurs du GLP-1 en médecine générale Initier un traitement du diabète avec des agonistes des récepteurs du GLP-1 en médecine générale Soutenu par une subvention pédagogique indépendante de Novo Nordisk www.medscape.org/viewarticle/824363

Plus en détail

SONDAGE VISANT LES RESPONSABILITÉS DES PHARMACIENS SYNTHÈSE DES RÉSULTATS

SONDAGE VISANT LES RESPONSABILITÉS DES PHARMACIENS SYNTHÈSE DES RÉSULTATS SONDAGE VISANT LES RESPONSABILITÉS DES PHARMACIENS SYNTHÈSE DES RÉSULTATS Sondage mené entre le 30 mai et le 6 juin 2011 TABLE DES MATIÈRES Le Contexte... 3 But et objectifs... 3 Analyse quantitative...

Plus en détail

Conflits d intérêts 2014

Conflits d intérêts 2014 Conflits d intérêts 2014 Pr Marc RUIVARD Pas de conflit d intérêt direct pour cette conférence Depuis plus d un an, plus aucun conflit d'intérêt direct avec l'industrie. Avant septembre 2013 (< 3000 /an)

Plus en détail

Un guide pour les Premières Nations en Ontario : Savoir utiliser les services de santé non assurés et les services des programmes de santé de l

Un guide pour les Premières Nations en Ontario : Savoir utiliser les services de santé non assurés et les services des programmes de santé de l Un guide pour les Premières Nations en Ontario : Savoir utiliser les services de santé non assurés et les services des programmes de santé de l Ontario Introduction Les «Chefs de l Ontario» ont pris conscience

Plus en détail

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective Renouvellement de la tarification de l assurance collective au 1 er janvier 2016 2015-12-15 Table des matières Introduction... 2 Établissement de la tarification... 2 Assurance maladie... 3 Hausse de 1,18

Plus en détail

FAQ pour les employés

FAQ pour les employés FAQ pour les employés Votre régime d assurance médicaments est un nouveau régime factuel qui est propulsé par Reformulary MC. Les changements qu il comporte sont innovateurs et différents des changements

Plus en détail

Prise en charge du diabète de type 2 non compliqué

Prise en charge du diabète de type 2 non compliqué Prise en charge du diabète de type 2 non compliqué Dr Mesmin DEHAYEM Service d Endocrinologie d Diabétologie Centre National de l Obl Obésité Hôpital Central Yaoundé Objectifs 1. Amélioration de la qualité

Plus en détail

Réduction relative du taux d HbA 1C. guidelines.diabetes.ca BANTING ( ) diabetes.ca Copyright 2013 Canadian Diabetes Association

Réduction relative du taux d HbA 1C. guidelines.diabetes.ca BANTING ( ) diabetes.ca Copyright 2013 Canadian Diabetes Association les inhibiteurs du SGLT-2, voici un résumé des principaux points du programme. Mode d action : Le SGLT-2 et le rein 1. L inhibition du SGLT-2 constitue une nouvelle approche thérapeutique pour prendre

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

APPEL À MANIFESTATION D'INTÉRÊT PROJET PILOTE RELATIF AUX COMPÉTENCES ESSENTIELLES ET À LA FINANCE SOCIALE COLLÈGES FOURNISSEURS DE SERVICES

APPEL À MANIFESTATION D'INTÉRÊT PROJET PILOTE RELATIF AUX COMPÉTENCES ESSENTIELLES ET À LA FINANCE SOCIALE COLLÈGES FOURNISSEURS DE SERVICES APPEL À MANIFESTATION D'INTÉRÊT PROJET PILOTE RELATIF AUX COMPÉTENCES ESSENTIELLES ET À LA FINANCE SOCIALE COLLÈGES FOURNISSEURS DE SERVICES Collèges et instituts Canada (CICan) invite les collèges du

Plus en détail

Services de télétriage

Services de télétriage Chapitre 4 Section 4.13 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Services de télétriage Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.13 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Communication Médecin-Pharmacien

Communication Médecin-Pharmacien Communication Médecin-Pharmacien Prescriptions et Remèdes Médecin-Pharmacien Deux perspectives, un même objectif François Parent, MD, CMFC(mu), FCMF Marc Parent, D.P.H, MSc., BCPS Communiquer... Émetteur

Plus en détail

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Mai 2014 Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Comme nous l avons annoncé dans notre bulletin du 15 avril, l ICIS prévoit lancer son nouveau site Web interactif sur les données

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques Pourquoi la sélection de médicaments essentiels est un élément de la politique pharmaceutique nationale? Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

Auto-surveillance glycémique directives pour la Suisse Recommandations de la Société Suisse d Endocrinologie et de Diabétologie (SSED)

Auto-surveillance glycémique directives pour la Suisse Recommandations de la Société Suisse d Endocrinologie et de Diabétologie (SSED) Auto-surveillance glycémique directives pour la Suisse Recommandations de la Société Suisse d Endocrinologie et de Diabétologie (SSED) L auto-surveillance glycémique (ASG) joue un rôle essentiel dans le

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

Le 10 novembre 2015. Résumé du séminaire «Façonner l avenir des régimes d avantages sociaux et de retraite»

Le 10 novembre 2015. Résumé du séminaire «Façonner l avenir des régimes d avantages sociaux et de retraite» Résumé du séminaire «Façonner l avenir des régimes d avantages sociaux et de retraite» Récemment, les équipes de la division de consultation en régimes d avantages sociaux et de retraite de Cowan ont présenté

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main Aidez vos employés à prendre leur santé en main Programme contre le diabète CibleSANTÉ Financière Sun Life Si la tendance se maintient, un Canadien sur trois sera diabétique ou prédiabétique d ici 2020

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

de l invalidité Pour un retour au travail en santé

de l invalidité Pour un retour au travail en santé Services de gestion de l invalidité Pour un retour au travail en santé Nous visons un retour au travail en santé pour permettre à nos clients de continuer se concentrer sur leur entreprise Dans une petite

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé

Plus en détail