Tout ne va pas tres bien,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tout ne va pas tres bien,"

Transcription

1 Nous vous ouvrons les portes sur le Système... Tout ne va pas tres bien, Enquête : Droit du travail Vente forcée Stress etc... Fait-il bon vivre ici? Madame la Marquise... Le BU$$$iness des seniors...

2 Je suis actif et indépendant Le vieillissement de la population ouvre un nouveau filon aux promoteurs qui proposent leurs propres solutions à l'immense défi du logement des papy-boomers. Parmi elles, les "résidences services seniors", censées séduire les investisseurs. Je loue un très bel appartement Je suis bien accueilli Je suis en sécurité Résidences DOMITYS Dossier de Presse Au royaume des seniors, le business marche bien... derrière les annonces markettées aux sourires aguicheurs, se cache bien une stratégie de vente forcenée de m2 auprès des investisseurs. Le système DOMITYS, un système dominant? Les élus des communes considèrent souvent à tort DOMITYS comme u n p r o m o t e u r i m m o b i l i e r. DOMITYS est intimement lié à une autre société moins connue du grand public : AEGIDE. Cette dernière a compris tout l'intérêt pour vendre ses programmes de logement de mettre en avant un service PLUS, auprès des investisseurs et des éventuels publics seniors. C est ainsi qu est née la société «DOMITYS» Si l on voulait simplifier, nous pourrions ainsi comparer ce mode d e f o n c t i o n n e m e n t à c e l u i désormais tant décrié «des bungalows dans les hôtels de plein air». Vous investissez certes, vous avez un revenu certes, mais vous n êtes plus maître chez vous. Les décisions collectives s imposent à vous : tarifs, locataires, charges de co-propriété, fonctionnement, renouvellement Vous ne maîtrisez plus votre bien immobilier. Vous n avez plus aucun droit de regard. Le BU$$$iness des seniors où il y fait, paraît-il, bon vivre mais pas forcément travailler Les responsables du groupe ÆGIDE ont parfaitement compris que pour vendre de la surface de shon aux investisseurs, il fallait offrir un service autre, différent. C est ainsi qu ils ont fondés en parallèle (mêmes dirigeants, même communication, mêmes sièges sociaux), les résidences services seniors DOMITYS, le premier promoteur immobilier à proposer aux particuliers de rémunérer l investisseur pendant toute la période de construction de ses nouvelles résidences. Force est de constater que le concept séduit. Car outre la gestion, il est un argument de taille. En signant le b a i l c o m m e rcial, D O M I T YS garantit par contrat le versement des loyers tous les mois pendant 11 ans, que votre bien soit occupé ou pas. Tous les professionnels de l immobilier le savent la pérennité d un investissement en Résidence Services Seniors dépend de la solidité financière de l exploitant. Il faut donc pour l exploitant avoir La BLITZ krieg de Domitys Avec 25 résidences à fin 2012, 35 à fin 2013 et 50 à fin 2014, DOMITYS est le leader des Résidences Services Seniors en France. Le groupe AEGIDE mène une guerre ECLAIR sur le territoire français construisant à tour de bras, comblant ainsi une soif d expansion suspecte (1) = à proximité de (2) = ouverture en 2013 Résidences DOMITYS ouvertes Résidence DOMITYS de Châteauroux : ouverte depuis nouveaux appartements en commercialisation un taux de remplissage maximal et quasi-permanent de ces diverses résidences, sauf à le mettre en difficulté financière. Pas difficile, dès lors de comprendre qu il y aura toujours un facteur de tension sur les locations et l exploitant, car il n est pas difficile de comprendre que le public d une résidence senior n est pas «par définition» là pour s installer dans la durée. Une envie hégémonique dans l Hexagone La première résidence a ouvert près de la Rochelle en Fin 2013, DOMITYS comptait 35 résidences en exploitation sur tout le territoire national soit près de 3200 résidents. Fin 2014, le chiffre des 50 résidences sera atteint et pour les exercices futurs une vingtaine de programmes annuels sont désormais annoncés. Résidences DOMITYS en commercialisation et/ou en construction Résidences DOMITYS en projet Le Tréport Cambrai Maubeuge Dieppe Tourlaville Saint-Quentin Montivilliers Courseulles/Mer Moulins Villeneuve Romainville lès-metz Maizières-lès-Metz Bayeux Cabourg le-roi Villiers sur-marne Vitry-le St-Brieuc Dinard St-James Vernouillet Strasbourg Corbeil-Essonnes François 1 Landerneau Alençon Rennes Vitré Chartres St-Dié-des-Vosges Douarnenez Laillé Laval 1 Le Mans Lanester 2 Orléans Auray Saint-Nazaire Auxerre Tours Romorantin Vierzon Fondettes Amboise Saint-Doulchard Saint-Gilles Parthenay Croix-de-Vie 2 Châteauroux Poitiers Les Sables-d'Olonne Puilboreau Montluçon La Rochelle 1 Limoges 1 Rumilly Vichy La Tremblade Lyon 2 Royan 2 Saintes 1 Albertville Clermont-Ferrand 1 Montrond-les-Bains Bordeaux Dax Orthez Pau Calais Wasquehal Perpignan Sète Béziers Bruxelles 1 Montpellier Orange Saint-Cyprien Cavaillon 2 Fréjus Vallauris Saint-Raphaël LE COIN COIN VITREEN 6 FÉVRIER

3 Alors à quoi ressemble ces fameuses résidences seniors? Conçues pour offrir une qualité de vie incomparable aux seniors au cœur ou à proximité des centresvilles. Des locations d appartements spacieux prolongés de terrasses ou d une loggia, de maisons de plain-pied avec jardin privatif Il est donc besoin de reconstruire la ville sur elle même pour satisfaire les objectifs. A Vitré, pour exemple, c est la friche industrielle FAO transformée en quartier de ville qui aura été choisie. (cf encadré). Remplir à tout prix? DOMITYS s'engage lorsque vous investissez à vous verser un loyer garanti en retour. Pour que cette offre alléchante puisse être tenue, il faut impérativement, remplir, remplir, remplir à n'importe quel prix... et tant pis si, de résidences seniors avec des résidents autonomes, on glisse doucement vers une réalité de maison de retraite non médicalisée, dans laquelle les personnels bien évidemment non qualifiés pratiquent dans le quotidien des tâches relevant d'une qualification médicale. Un médecin du Pays de Vitré s'exprimait en aparté ainsi «Les résidences pour seniors, aujourd hui deviennent des maisons de retraite, et les maisons de retraite deviennent des lieux d hospitalisation». A la lecture des faits et des profils des résidents, on ne peut guère que lui donner raison sur l inflexion de cette tendance. La moyenne d âge s élève rapidement aux alentours de ans et 25% de cette population dans leur niveau d autonomie relève des GIR 2 à 4 (de dépendant à faible). Dans le quotidien, cela s exprime par des pathologies telles qu Alzheimer, Parkinson et autres troubles psychiatriques (schizophrénie). GIR mode d emploi Il existe six degrés de dépendance, correspondant à six «groupes iso-ressources» (Gir) Le Gir 2 correspond à deux catégories de personnes âgées dépendantes : - les personnes confinées au lit ou au fauteuil, dont les fonctions mentales ne sont pas totalement altérées, et qui ont besoin d une prise en charge pour la plupart des activités de la vie courante ; - les personnes dont les fonctions mentales sont gravement altérées mais qui ont conservé leurs capacités de se déplacer. Le Gir 3 réunit les personnes qui ont conservé leur autonomie mentale mais qui ont besoin d être aidées tous les jours et plusieurs fois par jour pour accomplir les gestes de la vie courante (se lever, se coucher, s habiller, aller aux toilettes ). 6 FÉVRIER UN NOUVEL ART DE VIVRE AU CŒUR D UNE VILLE HISTORIQUE... «Dans un cadre agréable et sécurisé, la résidence services DOMITYS «la Marquise» vous accueille aux portes du centre historique de la ville, sur les bords arborés et fleuris du Jardin du Parc et de son étang paisible», nous vante la brochure Effectivement, nous sommes bien dans un lieu ou plutôt, sur un lieu chargé d histoire, celle chargée en plomb et en métaux lourds. L entreprise de machines agricoles FAO était basée sur le lieu de la résidence Domitys, avec toute la pollution inhérente à ce type d activités. Alors que tout le monde le savait lors de la vente, puisque le règlement de ce quartier précise même, qu il est interdit d y planter aucune variété d arbre fruitier. On apprend au détour d une délibération municipale, qu une partie des îlots sera dépolluée., L opérateur immobilier AEGIDE n a semble-t-il pas eu les mêmes réticences que l opérateur Espacil. Cette dernière avait prévu d y créer des logements (22 appartements en locatif social et 18 logements en Prêt social location-accession (PSLA) ). A peine entamés, les travaux ont été stoppés. En cause : la pollution des îlots. «Quand la zone d activités a été créée, tout le monde savait qu il y avait une certaine pollution, a reconnu Jean-Pierre Lebry, adjoint en charge de l urbanisme, lors du conseil municipal du 7 novembre Nous l avons constatée et avons arrêté le chantier pour procéder à des prélèvements.» Résultat : une partie des pollutions devra être déposée en décharge classée, ce qui fait grimper l ardoise. Le conseil municipal a voté de nouvelles conditions pour la cession : «normalement» la Ville «paiera» elle-même «la totalité du coût à Espacil», a indiqué la majorité. Ce à quoi Pierrick Morin (Viva) a répondu qu il lui semblait «anormal» que la Ville ne prenne pas en charge «directement» cette opération. «La question se pose aussi du dernier îlot disponible», «point le plus pollué de la Zac», (contigu à la Résidence la Marquise ) toujours selon Pierrick Morin. Il est vrai que si une véritable dépollution de chaque parcelle, avait été effectuée par les opérateurs, le coût du M2 constructible eut été beaucoup moins rentable pour les investisseurs. Quid désormais en connaissance de cause, de l annonce faîte par la direction de la mise en oeuvre d un jardin potager pour les résidents de «La Marquise»." Il fait décidément TROP bon vivre sur la Zac du Parc." Souvenons-nous GRUNY le lapin SUPER Ecolo, déjà à l époque, dénonçait cette pollution grunysite/gruny/gruny2.htm

4 Une rentabilité «coûte que coûte» Chez DOMITYS, les établissements fleurissent sur le territoire plus vite que les SUBWAY... la direction est confiée à des binômes sur chaque site répondant à deux 2 critères : hôtel/restauration pour l'un et EPAHD pour son suppléant de direction et vice et versa. Ceux-ci ont pour objectif de tendre vers le maximum de rentabilité Bien évidemment, la première ressource est le remplissage des cellules locatives jusqu à aller sur le Boncoin pour trouver des locataires. On peut d ailleurs se poser la réalité effective de retour de cette forme de communication tant la fracture numérique est avérée chez les publics seniors. L autre grande source de revenu est «les services». Ils sont pléthoriques et surtout très rémunérateurs. Il existe bien évidemment une formule «Bien-être», et aussi «Club», «Equilibre» «Confort» mais celles-ci ne sont pas toutes options. Vous pouvez choisir avec ou sans demi-pension, avec ou sans assistance, etc. Comme dans tout véhicule, la liste des options peut très vite faire augmenter la facture et la faire grimper allègrement vers des cimes ou il devient difficile de respirer financièrement. Et puis, il y a les «services» cachés. La nuit, il est toujours prévu une veille nocturne, pas forcément qualifiée d ailleurs à l écoute, à l ' i n t e r v e n t i o n. C e l l e - c i e s t d i s p o n i b l e, e t d o i t r é a g i r rapidement. Mais bien mal au portefeuille pour le résident qui voudrait simplement parler avec une voie amicale, le simple fait de décrocher et c est le compteur qui s affole : 85 euros l appel. A ce tarif, ce n est plus ce que l on appelle un service surtaxé, mais bien une TAXE à la désespérance humaine. Il en va de même pour le service COURSES / TAXI toujours facturé sur le temps passé, même dans les bouchons nombreux à V i t r é s u r certaines heures. C h a q u e minute est comptée, le c o m p t e u r t o u r n e pendant ce temps la Une anecdote est significative de l état d esprit général «La direction de Vitré était présente à TOURS au siège, en formation interne en même temps qu une résidente de La Marquise. Ils décidèrent de co-voiturer pour le retour. C est toujours plus agréable de voyager avec des personnes connues plutôt que seul. On aurait pu penser qu à défaut d offrir le voyage à sa résidente, pour le moins faire un partage équitable des frais, aurait été envisagé. Que Engagement de services : A C T I V I T E S D E COMMERCIALISATION ET DE GESTION DE PRESTATIONS D ' H E B E R G E M E N T E T D E SERVICES AU SEIN D UNE RESIDENCE AVEC SERVICES POUR SENIORS. DOMITYS a été certifié AFNOR pour 12 de ses résidences. Malgré tous les efforts et l attention portée au montage du dossier, la résidence «La Marquise» de Vitré n a pas été certifiée. Est-ce à dire qu il y a un problème particulier à Vitré norme afnor VitrE non Conforme nenni, ma bonne dame, la résidente s est vu facturer l intégralité des frais du voyage. C est tout bénéfice pour la rentabilité de l établissement. C est ainsi que les petites dérives se constatent dans le quotidien avec des ventes presque forcées. Quant bien même, les résidents sont supposés être somme toute, a u t o n o m e s d a n s l e u r fonctionnement, il est proposé des montres de télé-alarmes services bien évidemment facturées, mais qui est désormais for tement suggérées aux familles, sous le prétexte quelque peu fallacieux, que les activités et animations ne seraient pas accessibles aux nonporteurs de ces bracelets. Pendant ce temps-là la résidence hôtelière abandonne ses prérogatives et son coeur de métier. La vente de nuitées aux entreprises locales n est pas encouragée par la direction, en contradiction avec les objectifs fixées par les actionnaires du groupe. Mais les directions locales trouvent que c est beaucoup de contraintes et d exigences au vu de la maigre rémunération. Le résident à l année lui est beaucoup plus rentable. LE COIN COIN VITREEN 6 FÉVRIER

5 Quel en est le «réel prix»? Cette débauche d annonces de services a un coût, forcément, pour le résident en numéraire, mais surtout pour celui que l on ne voit pas, celui que l on ne voit plus : Le salarié. Que l on soit embauché ou stagiaire, vous êtes dans le système multi-tâches ou de façon moins caricaturale, corvéables à merci, et en tout cas, bien au delà des fiches de postes théoriques. Ainsi, il n est pas rare que vous vous retrouviez à sortir le «toutou» des résidentes, et nourrir celui des personnels de direction, mais de cela, il est encore possible de sourire. En revanche, l inspection du travail s amuserait moins, si elle savait que pour pouvoir «assurer ce fameux service à la personne» les serveurs par exemple embauchent une demiheure chaque jour avant la prise de poste officielle, non rémunérée bien sur, pour pouvoir livrer à temps l ensemble des résidents. Annoncé en théorie de 8 h à 10 heures dans le contrat de location, comme laps de temps limite de portage des petits déjeuners, mais afin de répondre à une demande pressante des résidents souhaitant un service dès la première heure, les serveurs prennent sur eux et vont au delà de leurs attributions normales de poste. Cet état d esprit volontariste est bien entendu, salué et encouragé par la direction. Service Maximum et salaire minimum. Il est possible aussi parfois de voir les services administratifs faire la «plonge». On serait à l armée qu il ne manquerait plus que les corvées de «chiottes» pour faire genre quoique Il en va de même avec le service de TAXI interne, facturé à 26,49 euros de l heure dans le cadre de l aide à la mobilité ou d accompagnement, mais avec des personnels non titulaire de l attestation de capacité professionnelle de transport routier La résidence DOMITYS?" Un HOTEL-RESTAURANT ou un EPAHD établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes?" les conventions collectives devraient être un indicateur sérieux de la QUALIFICATION de l établissement. Mais est-ce bien le cas?" Selon le dossier de presse DOMITYS, les résidents sont pour 25% composés de GIR 4 (Moyen/faible) ou GIR 3 & 2 Convention collective nationale des hôtels, cafés restaurants (HCR) du 30 avril 1997" une convention collective nationale cadre qui établit un ensemble de dispositions générales applicables à toutes les entreprises comprises dans son champ d'application." Elle concerne : - l e s h ô t e l s ave c restaurant ; - l e s h ô t e l s d e t o u r i s m e s a n s restaurant ; - l e s h ô t e l s d e préfecture ; - les restaurants de type traditionnel ; - les cafés tabacs ; - les débits de boissons ; - les traiteurs organisateurs de réception (1) - les discothèques et bowlings. (2)" Les dispositions de la convention collective sont applicables à tous les salariés de l'entreprise notamment au personnel d'exploitation, d'entretien, de maintenance, ainsi qu'au personnel administratif." de personnes avec des véhicules n excédant pas 9 places (en date du 1er juillet 2012), y compris le conducteur. A qui incombe la responsabilité en cas d accident? Il faut savoir que chez DOMITYS, l ensemble des salariés est sous la convention nationale collective des Hôtels / Restaurants, la plus ingrate, que l on soit en cuisine, à l accueil ou encore avec une qualification d AVS ( Auxiliaire de Vie Sociale ). Le diplôme d'état d'auxiliaire de vie sociale (DEAVS) forme des professionnels capables d'accompagner les personnes en difficulté de vie ou difficulté sociale (personnes âgées, malades ou handicapées) dans les activités de la vie quotidienne et sociale, pour compenser leur état de fragilité ou de dépendance, et les aider à Cependant, au vu du fonctionnement des unités DOMITYS, il est surprenant de voir des personnels au profil de gérant EPHAD, des auxiliaires de vie sociale, etc... sous statut Hôtel & restaurants. A la lecture des nombreuses actions à destination des résidents, les résidences DOMITYS ne sontelles pas plutôt des EPHAD" Convention collective nationale de l'hospitalisation privée du 18 avril 2002 " E h p a d s i g n i fi e «é t a b l i s s e m e n t d hébergement pour personnes âgées dépendantes». Comme leur nom l indique, les Ehpad sont habilités à recevoir des personnes âgées en perte d autonomie. Bien que tous les Ehpad puissent accueillir des personnes âgées dépendantes, certains d entre eux ne prennent pas en charge les personnes relevant des Gir 1 et 2, dont la perte d autonomie est très importante" L a c o n v e n t i o n collective EPHAD privée n est-elle pas plus adaptée qu une convention «Hôtel & restaurants» pour des personnels administratifs à qui il est demandé une aide aux changes et toilettes, la distribution de médicaments, l annonce de décès? A la lecture de ces écrits, ne peut-on pas de demander si la société DOMITYS n abuse pas d une convention collective inappropriée, qui leur permet de transgresser allègrement l employabilité pour une corvéabilité salariale à merci. r e t r o u v e r l e u r a u t o n o m i e. L'auxiliaire de vie favorise également le maintien de la personne à son domicile et évite son isolement. On peut se demander dès lors comment il est possible que des personnels sans qualification médicale, se retrouve avec une convention collective aussi peut en rapport avec l aide aux personnes âgées, des salariés administratifs qui se retrouvent alors, à faire des tâches telles que : aides aux c h a n g e s e t a u x t o i l e t t e s, distribution de médicaments, annonces de décès. Cette incompatibilité a été actée par la Médecine du travail. Il reste désormais aux services administratifs à se prononcer

6 Alors «qui doit faire quoi» chez DOMITYS? Qui est habilité à 1. prodiguer tel ou tel soin et dans quelle mesure, et surtout dans quel cadre législatif? Le Burn-out, une inquiétude planifiée? A force de tendre la corde, elle finit par se rompre La direction DOMITYS l a bien compris. Pour p o u v o i r c o n t i n u e r à t i r e r avantageusement profit d un personnel non préparé au stress, elle a décidé de confier à l organisme FORMASANTE des modules de formation interne «Comprendre la population senior pour mieux l accueillir». 3 sessions de 2 jours programmées en fonction des disponibilités du service, soit pas souvent au final, ou pour le moins nettement insuffisant, pour des personnels exposés. Il n est pas rare que la direction se défausse sur le petit personnel pour gérer, accompagner les familles dans le deuil et surtout le quotidien. Dans ces modules, il est un élément de programme particulièrement intéressant, destiné au salarié luimême : Comprendre et gérer ses propres émotions pour mieux accueillir. Chez DOMITYS, le stress lié au travail est ressenti par 51% des collaborateurs et 18% d entre eux estiment que la charge de travail est la principale cause de stress BURN-OUT ou Syndrome d épuisement professionnel Le syndrome d épuisement professionnel est une maladie caractérisée par un ensemble de signes, de symptômes et de modifications du comportement en milieu professionnel. Des modifications morphologiques, fonctionnelles ou biochimiques de l organisme du sujet atteint sont observées dans certains cas. Le diagnostic de cet état de fatigue classe cette maladie dans la catégorie des risques psychosociaux professionnels et comme étant consécutive à l exposition à un stress permanent et prolongé. Ce syndrome est nommé burn out syndromen chez les anglophones, d où l expression de burnout, et «mort par surcharge de travail» (Karōshi?) au Japon. A la lecture du programme de la formation, on y apprend qu avant et après chaque dialogue, il est b o n d a v o i r d e s a t t i t u d e s facilitantes comme par exemple «compter les moutons» comme si le personnel avait le temps La souffrance au travail, c est quoi? Actuellement on remarque que l évolution des conditions de travail est source de souffrance au sein de certaines entreprises. Les conditions précaires des contrats, le chômage, l augmentation des cadences, les «mises sous pression» concourent à l augmentation du stress chez les employés autant que chez les cadres. L e s e x i g e n c e s l i é e s à l a «bientraitance» normalement recherchée des résidents induises un stress augmenté des personnels. Une charge émotionnelle très forte, des horaires changeants qui pèse sur la vie sociale et familiale, un rythme de travail planifié tardivement, des arrêts maladies ou congés non-remplacés, une forte tension, absence de communication de la direction et c est le burn-out qui guette. En théorie, il est prévu un suivi psychologique des personnels, notamment en cas d événement «grave» (décès), mais le livret d intégration le précise clairement «la définition du besoin en formation s effectue avec le responsable hiérarchique et en accord avec le service des ressources humaines». Cela revient à dire qu en l absence de procédures d urgence et de débriefing aucunement prévu, le salarié se retrouve SEUL SEUL dans l adversité, SEUL face à luimême et son mal-être. L abandon de poste A mesure que le temps passe, certains craquent naturellement Le salarié fatigué ne devient plus rentable, car rendu non efficace par le stress. La direction locale de Vitré ne se cache pas alors pour encourager les départs sous forme d abandon de poste et à même semble-t-il ériger cette pratique comme variable d ajustement des effectifs. Il n y a pas de petites économies. Un salarié qui démissionne, c est autant d indemnités de moins à verser. Alerté, sur ces pratiques, un élu vitréen sensible à la souffrance au travail, qui se traduit dans le Pays de Vitré par 51 % de taux de suicide supplémentaire à la moyenne nationale, s est permis de solliciter des éléments d explication au service des Ressources humaines de Domitys à Tours. ( cf encart ci-après )

7 - 30 septembre de SECURITAS à DOMITYS Jean-François FAVENE Directeur des Ressources Humaines Domitys a une vision bien à elle de la gestion des ressources humaines. Confiée à un transfuge de la société SECURITAS cette dernière bien connue pour sa philanthropie auprès des salariés, la société DOMITYS, après avoir déjà été condamnée par le tribunal des Prud hommes (19 décembre 2012), semble appliquer à sa convenance la législation sur le travail. Interpellé sur un certain nombre de faits par mail «, le numéro UN des RH, Monsieur Jean François FAVENNE ne semble pas avoir oublié les méthode «gros bras» et après un second mail de relance répondait sans ambages au conseiller municipal vitréen, Pierrick MORIN De : Pierrick MORIN Envoyé : lundi 23 septembre :00 " À : Jean-François FAVENE Objet " : Demande de renseignements sur la politique d'accueil et d'embauche du groupe Domitys ENQUETE DE SATISFACTION DES COLLABORATEURS RESULTATS 2013 L enquête de satisfaction des collaborateurs AEGIDE DOMITYS a permis de mesurer votre satisfaction au sein du Groupe. Jean-Marie FOURNET Président Directeur Général Vous avez été nombreux à nous répondre et nous tenons à vous remercier de votre participation. Vous pourrez prendre connaissance des résultats de l enquête et des actions qui seront mises en place prochainement dans ce document. Des résultats satisfaisants sont ressortis de cette première enquête de satisfaction, charge à nous de pérenniser ce bon climat social. Frédéric WALTHER Directeur Général Nous avons également constaté quelques difficultés et interrogations pour lesquelles nous souhaitons vous répondre et agir. Pour ce faire, la Direction des Ressources Humaines (DRH) dédiée aux collaborateurs DOMITYS devient une DRH consacrée tant aux collaborateurs DOMITYS qu aux collaborateurs AEGIDE. Cela favorisera une harmonisation DIDIER Jaloux des processus RH et permettra la mise en place d actions communes pour les collaborateurs du Groupe. Directeur Général Nous restons à votre écoute et nous vous assurons de notre implication pour que chaque collaborateur s accomplisse dans son travail au sein d AEGIDE et DOMITYS. 1 / Compte-tenu des interpellations précédemment évoquées, par delà la théorie de la politique qualité du groupe Domitys et de «sa charte d engagement et de déontologie», je souhaiterai pouvoir disposer de votre éclairage sur les points suivants :" " " Recrutement et formation des agents en lien avec les profils de poste." " " Turn-over important des effectifs... phénomène de «burn-out» : Pourquoi une sensibilisation importante du management à ce phénomène?" " " Débriefing sur les après-décès... Les tâches pour les personnels administratifs et salariés (restauration) sont-elles en phase avec les missions d une résidence non-médicalisée?" " " Précarisation des effectifs, encouragement à l abandon de poste pour les ruptures, fiches de postes non-respectées, délai de prévenance dans les plannings..." - Présence syndicale dans l entreprise" " " " " " Pierrick MORIN" 19 DÉCEMBRE 2012 Parlez-nous salariés, on vous répondra résidents Le 7 oct à 17:26, Jean-François FAVENE a écrit : Monsieur, COUR DE CASSATION, CIVILE, CHAMBRE SOCIALE, 19 DÉCEMBRE 2012, , INÉDIT Attendu que l'employeur fait grief aux arrêts de le condamner au paiement de dommages-intérêts pour ruptures abusives, alors, selon le moyen Notre entreprise est soucieuse de veiller au bien-être de ses résidents et de ses collaborateurs. Nous vous précisons, à toutes fins utiles, que nos enquêtes de satisfaction qualité renseignées par nos clients font état de 97% de résidents satisfaits. / / Ces résultats satisfaisants ne sont pas le fait du «hasard», ils s'expliquent par les actions menées au quotidien, et notamment le fait d'investir dans la formation de nos collaborateurs (nous disposons d'une école de formation interne), par la proximité des managers auprès des équipes mais aussi par une politique qualité et une politique de prévention des risques dynamiques. Dès lors nous vous mettons en garde contre vos actions répétées de dénigrement et de diffamation, inacceptables et condamnables. Nous vous prions d agréer, Monsieur, l expression de nos salutations distinguées, Jean-François FAVENE Directeur des Ressources Humaines Pierrick MORIN Conseiller municipal et inter-communal de Vitré «Avoir connaissance d une situation critique sur le territoire et ne pas agir, serait une «faute» que de vouloir la nier ou la taire. Il est de la responsabilité de l élu de mettre les divers acteurs du monde du travail face à leurs responsabilités. Au cours de mes mandats, ce n est jamais quelque intimidation que ce soit qui m aura fait reculer sur un dossier. Les informations doivent être avérées. Dans ce cas précis elles sont mêmes soutenues par des écrits. La souffrance au travail se doit d être dénoncée» LE COIN COIN VITREEN 6 FÉVRIER

LE MOT DU PRÉSIDENT. Jean-Marie FOURNET. Frédéric WALTHER Directeur Général - Exploitation / Finances. Jean-Marie FOURNET Président Directeur Général

LE MOT DU PRÉSIDENT. Jean-Marie FOURNET. Frédéric WALTHER Directeur Général - Exploitation / Finances. Jean-Marie FOURNET Président Directeur Général R A P P O R T A N N U E L 2 0 1 1 S O M M A I R E 3 > Le Mot du Président 4 > Les chiffres clefs 6 > Le concept DOMITYS, la concurrence et le marché 8 > Croissance et solidité financière 10 > Les ressources

Plus en détail

Je loue un très bel appartement. Je suis bien accueilli. Je suis actif et indépendant. Je suis en sécurité. Résidences DOMITYS. Dossier.

Je loue un très bel appartement. Je suis bien accueilli. Je suis actif et indépendant. Je suis en sécurité. Résidences DOMITYS. Dossier. Je loue un très bel appartement Je suis bien accueilli Je suis actif et indépendant Je suis en sécurité Résidences DOMITYS Dossier de Presse 1 Le Promoteur ÆGIDE, le Gestionnaire DOMITYS Le Groupe ÆGIDE,

Plus en détail

Dossier de Presse. Je loue un très bel appartement. Je suis bien accueilli. Je suis actif et indépendant. Je suis en sécurité

Dossier de Presse. Je loue un très bel appartement. Je suis bien accueilli. Je suis actif et indépendant. Je suis en sécurité Je loue un très bel appartement Je suis bien accueilli DOMITYS SAS au capital de 500.000 - RCS Paris B 488 701 434 Illustration : Kréaction Photos Gilles Planol 0312 Je suis actif et indépendant 42 avenue

Plus en détail

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile Formations Sanitaires et Sociales Petite enfance Gérontologie Aide à domicile SOMMAIRE Formations communes aux secteurs : petite enfance, gérontologie et aide à domicile Page 4 Formations relatives au

Plus en détail

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres Sommaire Le droit à formation 1 - Droit à la formation 2 des représentants du personnel Des élus titulaires du CE................................ 2 Des membres du CHSCT............................... 2

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir contacté Activ Expertise Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir Vous allez comprendre à la lecture des pages suivantes pourquoi le métier formidable de diagnostiqueur immobilier

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

Logements Entraide Générations

Logements Entraide Générations Logements Entraide Générations Présentation Logements Entraide Générations développe une idée simple : loger des jeunes entre 18 et 30 ans, à la recherche d un logement chez un sénior disposant d une chambre

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

ADMINISTRATION DE BIEN-ÊTRE!

ADMINISTRATION DE BIEN-ÊTRE! ADMINISTRATION DE BIEN-ÊTRE! Depuis près de 20 ans, l ensemble des métiers de Pure Gestion assure la gestion et le bon suivi de vos biens immobiliers. L implication, la maîtrise des enjeux liés aux investissements

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

ASSOCIATION DE PORTEURS DE PARTS DE S C P I et de supports collectifs de placement immobilier

ASSOCIATION DE PORTEURS DE PARTS DE S C P I et de supports collectifs de placement immobilier ASSOCIATION DE PORTEURS DE PARTS DE S C P I et de supports collectifs de placement immobilier Mai 2007 La décote : porte ouverte à tous les excès En qualité d associés de SCPI, vous êtes nombreux à vous

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées Établissement géré par le Centre Communal d Action Sociale de MERLEVENEZ

Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées Établissement géré par le Centre Communal d Action Sociale de MERLEVENEZ - 1 - Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées Établissement géré par le Centre Communal d Action Sociale de MERLEVENEZ RESIDENCE LE VERGER Rue de la Mairie 56700 MERLEVENEZ Le présent contrat est

Plus en détail

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E SOC. PRUD'HOMMES JL COUR DE CASSATION Audience publique du 20 octobre 2010 Cassation partielle sans renvoi Mme MAZARS, conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n Y 08-70.433 Arrêt n 2025

Plus en détail

Pourquoi faire le choix de construire sa maison?

Pourquoi faire le choix de construire sa maison? GUIDE PRATIQUE : CONSTRUIRE SA MAISON Pourquoi faire le choix de construire sa maison? Construire, ou faire construire son habitation sur un terrain que l on a soi-même choisi ne se fait pas par hasard.

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre.

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. 1 Qu est-ce qu un aidant familial Une personne qui vient en aide, à titre non professionnel

Plus en détail

Formations 2012-2013

Formations 2012-2013 Formations 2012-2013 Coach Facelooking, un métier d avenir Professionnels de la beauté et du bien-être Particuliers et indépendants Vous souhaitez diversifier votre activité actuelle en proposant à vos

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

MODE D EMPLOI DE L APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI DE L APPRENTISSAGE ÉTUDES INTERCULTURELLES DE LANGUES APPLIQUÉES Licence Pro Rédacteur Technique Master 2 Pro Industrie de la Langue et Traduction Spécialisée Master 2 Pro de Conception Documentation Multilingue et Multimédia

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE EN QUELQUES CHIFFRES * 35 délégations régionales 218 collaborateurs dédiés, dont 154 sur le terrain 12 500 membres d associations bénévoles

Plus en détail

MAMI SENIORS Livret d accueil

MAMI SENIORS Livret d accueil MAMI SENIORS Livret d accueil Maison «Mami seniors» : Un espace d accueil de jour non médicalisé. C est un lieu de rencontres, d échanges et d animation au cœur de Toulon. Soucieux de cultiver le lien

Plus en détail

Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. MGEN. mgen.fr COMPLÉMENT AUTONOMIE. Rente mensuelle jusqu à 450

Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. MGEN. mgen.fr COMPLÉMENT AUTONOMIE. Rente mensuelle jusqu à 450 COMPLÉMENT AUTONOMIE Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. Capital 1 er équipement à partir de 750 Rente mensuelle jusqu à 450 * Dans les limites et conditions de la notice d information

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

Livret d accueil. Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie. Livret d accueil.

Livret d accueil. Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie. Livret d accueil. 1 Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie Janvier 2014 2 NOTICE L intégration d un jeune embauché dans une entreprise et au sein d une équipe de travail est

Plus en détail

Une exposition : «Les métiers des services à la personne»

Une exposition : «Les métiers des services à la personne» Une exposition : «Les métiers des services à la personne» Pour tous vos forums, salons, espaces d'accueil de public, une exposition itinérante en 5 panneaux (200 x 80 cm) disponible gratuitement : Les

Plus en détail

www.odgpatrimoine.com Notre mission : créer, consolider, construire votre capital immobilier

www.odgpatrimoine.com Notre mission : créer, consolider, construire votre capital immobilier www.odgpatrimoine.com Notre mission : créer, consolider, construire votre capital immobilier Ce sont les rencontres qui nous enrichissent! Alors.rencontrons nous! Odgpatrimoine Pourquoi l immobilier? La

Plus en détail

Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifi que afi n de

Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifi que afi n de Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifique afin de vérifier mes compétences. Est-ce possible? Cette mise en situation est-elle rémunérée? 1 Oui,

Plus en détail

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Cour de cassation - chambre sociale Audience publique du 14 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66762 Cassation partielle sans renvoi Dans un arrêt

Plus en détail

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele. 5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.com Le 15/06/2011 Dossier de Presse Sommaire 1. Présentation du groupe..page 3

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

Hypnose pour les professions de santé

Hypnose pour les professions de santé Hypnose pour les professions de santé Guide pratique et dossier d inscription Tel : 06 23 61 57 69 E-mail : institut.noesis@gmail.com Site : www.institut-noesis.fr Institut NOESIS Résidence 1 er Consul

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Document réalisé avec l aide de Philippe BIELEC, Ingénieur Conseil à la Direction des risques professionnels de la

Plus en détail

AQUARIUS Stages France

AQUARIUS Stages France AQUARIUS Stages France Bordeaux, Lyon, Montpellier, Paris! Le programme de Stages France d Aquarius s adresse aux étudiants étrangers qui souhaitent suivre une formation professionnelle en entreprise en

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Un gardien (ou «employé d immeuble logé») OUI ou NON et pour quelles tâches?

Un gardien (ou «employé d immeuble logé») OUI ou NON et pour quelles tâches? 1 Question souvent posée : Un gardien (ou «employé d immeuble logé») OUI ou NON et pour quelles tâches? Conteneurs à ordures, ampoules à changer, escaliers, halls d'entrées, soussol, environnement (ramassage

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE MONTGERON FISCALITÉ, ENDETTEMENT, FONCTIONNEMENT, INVESTISSEMENT, ÉQUIPEMENTS PUBLICS, ÉPARGNE, CRÉDIT, SERVICES PUBLICS CHIFFRES

Plus en détail

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470 RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITES DE SERVICES 1 Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques Yves Cousson - INRS Pour vous aider à : réduire le bruit

Plus en détail

S.a.r.l. «AZURA» au capital de 3000.00 R.C.S n 500 820 675 Code APE : 8010Z Siège Social: Marina Business Center Port Marina Baie Des Anges 06270

S.a.r.l. «AZURA» au capital de 3000.00 R.C.S n 500 820 675 Code APE : 8010Z Siège Social: Marina Business Center Port Marina Baie Des Anges 06270 Madame, Monsieur, Nous avons le plaisir de vous présenter notre société «AZURA» et les prestations que nous sommes en mesure de vous proposer. La S.a.r.l «AZURA» est implantée sur la Côte d Azur depuis

Plus en détail

Hôteliers : Osez prospecter en zone primaire. Savoir faire

Hôteliers : Osez prospecter en zone primaire. Savoir faire Savoir faire Avec l hégémonie d Internet, on en a presque oublié les bonnes vieilles méthodes de commercialisation hôtelière, presque traditionnelles, qui font encore bien leurs preuves aujourd hui. Si

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE MAI 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Rupture conventionnelle : de nouvelles précisions Dans deux arrêts du 25 mars 2015, la Cour de cassation considère d une part

Plus en détail

Le Document Unique : une obligation légale des entreprises

Le Document Unique : une obligation légale des entreprises Avis d expert Marc Koffi, Responsable de SIGMA-RH France Le Document Unique : une obligation légale des entreprises En France, le Document Unique (ou Document Unique de Sécurité - DU ou DUS), a été introduit

Plus en détail

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Xavier GERVAIS Médecin Coordonnateur EHPAD «Les Balcons de Tivoli» Le Bouscat Mise en œuvre confiée

Plus en détail

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations 11ème Université Interprofessionnelle Mercredi 25 septembre 2013 Espace Tête d Or - Villeurbanne Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations Atelier n 1 Audit social et diagnostic

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de location d un appartement du secteur privé fondé sur l âge (Recommandation/Rappel à la loi)

Plus en détail

Livret d accueil L ACCUEIL DE JOUR DE LA RÉSIDENCE PEN ALLE VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE

Livret d accueil L ACCUEIL DE JOUR DE LA RÉSIDENCE PEN ALLE VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE Résidence de Pen Allé Rue de Général Penfentenyo 29750 LOCTUDY Tel : 02.98.87.92.10 Fax :02 98 87 89 85 penalle@fondation-masse-trevidy.com Livret d accueil L ACCUEIL DE JOUR DE LA RÉSIDENCE PEN ALLE VOUS

Plus en détail

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Les retraités et leur logement Maison de la Chimie, 18 novembre 2013 La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Anne Sophie Grave

Plus en détail

Formation obligatoire d adaptation à l emploi

Formation obligatoire d adaptation à l emploi Cycle de formation Praxis Conforme à l arrêté du 16 juillet 2009 Formation obligatoire d adaptation à l emploi Agent de service mortuaire Madame, Monsieur, Depuis l arrêté du 16 juillet 2009 relatif à

Plus en détail

ACTION SOCIALE ÉCOUTE, CONSEIL, SOUTIEN

ACTION SOCIALE ÉCOUTE, CONSEIL, SOUTIEN 1 ACTION SOCIALE ÉCOUTE, CONSEIL, SOUTIEN Être présent en cas de difficultés Prévenir et accompagner l avance en âge Soutenir les projets de vie Action sociale KLESIA L innovation sociale selon KLESIA,

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD 2012-142

Décision du Défenseur des droits n MLD 2012-142 Paris, le Décision du Défenseur des droits n MLD 2012-142 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 rela tive au Défenseur

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr AIDES SOCIALES 2015 Cocher

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 ASTREINTE Heures de présence au sein de l établissement 4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 Les heures de présence effectuées au sein de l établissement, dans une chambre mise à la disposition

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ACCORD GROUPE FRANCE. Un entretien annuel d activité transparent pour l écoute mutuelle et le développement des savoir-faire professionnels (TALK)

ACCORD GROUPE FRANCE. Un entretien annuel d activité transparent pour l écoute mutuelle et le développement des savoir-faire professionnels (TALK) ACCORD GROUPE FRANCE Un entretien annuel d activité transparent pour l écoute mutuelle et le développement des savoir-faire professionnels (TALK) Entre: Monsieur Yves BAROU, Directeur des Ressources Humaines

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

REGLEMENT REGIONAL D ATTRIBUTION ET DE VERSEMENT DES AIDES AUX EMPLOYEURS D APPRENTIS

REGLEMENT REGIONAL D ATTRIBUTION ET DE VERSEMENT DES AIDES AUX EMPLOYEURS D APPRENTIS REGLEMENT REGIONAL D ATTRIBUTION ET DE VERSEMENT DES AIDES AUX EMPLOYEURS D APPRENTIS Règlement adopté par la Commission permanente du 13 avril 2015 Page 1 sur 12 I) PREAMBULE La Loi Démocratie de proximité

Plus en détail

La suppression du poste de gardien

La suppression du poste de gardien La suppression du poste de gardien Comment ça marche Comment ça marche? Pourquoi supprimer? Avantages et inconvénients? Quelles économies? Cadre légal et réglementaire Réduction n est pas suppression Si

Plus en détail

LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION ... ...

LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION ... ... Contrat de location Soumis au titre Ier de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre 1986 LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION

Plus en détail

SESSION 2012 UE 3 DROIT SOCIAL. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1

SESSION 2012 UE 3 DROIT SOCIAL. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 1210003 DCG SESSION 2012 UE 3 DROIT SOCIAL Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Aucun document personnel, ni aucun matériel ne sont autorisés. En conséquence, tout usage d une calculatrice ou

Plus en détail

Nous contacter : Documentation disponible au BIJ :

Nous contacter : Documentation disponible au BIJ : UE Q I T A R P E D I U G IER 2013 VERSION JANV Ce document a été réalisé à partir des sources documentaires suivantes : Huet Marion, L abécédaire du baby-sitting, Paris, Mutandis, 2004. Le petit guide

Plus en détail

A Absence lors de la journée de solidarité... 3

A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Partie 1 - L actualité 2011.... 1 A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Absence pour maladie sans justification... 9 Absences répétées pour maladie et évolution professionnelle.... 10 Accident

Plus en détail

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ;

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ; Modèle de contrat de travail [à durée déterminée / indéterminée] de médecin coordonnateur en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Préambule La présence d un médecin coordonnateur

Plus en détail

Bien vieillir à domicile : accompagner les seniors

Bien vieillir à domicile : accompagner les seniors Bien vieillir à domicile : accompagner les seniors Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays. Afin d élaborer des

Plus en détail

Procès-Verbal N 144 du 27/09/2013

Procès-Verbal N 144 du 27/09/2013 Procès-Verbal N 144 du 27/09/2013 Acceptation du compte rendu N 143 du 22 juillet 2013 QUESTIONS DIRECTION Consultation du CE sur le plan d action du contrat de génération Mme Hareng nous explique que

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Gestion de la santé dans l entreprise. Gestion de la santé dans l entreprise/ Point fort: Promotion de la santé dans l entreprise

Gestion de la santé dans l entreprise. Gestion de la santé dans l entreprise/ Point fort: Promotion de la santé dans l entreprise Gestion de la santé dans l entreprise Gestion de la santé dans l entreprise/ Point fort: Promotion de la santé dans l entreprise Gestion de la santé dans l entreprise Table des matières/ Avant-propos................................................

Plus en détail

1.2 AD Missions a pour vocation de prendre en charge la gestion du contrat de travail et des contrats commerciaux qu aura prospectés l Adhérent.

1.2 AD Missions a pour vocation de prendre en charge la gestion du contrat de travail et des contrats commerciaux qu aura prospectés l Adhérent. ENTRE LES SOUSSIGNES : La Société «AD Missions», SAS au capital de 150.000 Euros, RCS Paris 412 383 234 dont le siège social est situé 20 rue Brunel 75017 PARIS, représentée par Monsieur Sylvestre BLAVET,

Plus en détail

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» Julie.coquille@tns-sofres.com / 01 40 92 66 03 Mathilde.tommy-martin@tns-sofres.com 01

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail

AVENANT N 6 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HOTELS, CAFES, RESTAURANTS

AVENANT N 6 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HOTELS, CAFES, RESTAURANTS AVENANT N 6 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HOTELS, CAFES, RESTAURANTS PREAMBULE Les organisations patronales et syndicales de salariés signataires : - Souhaitent renforcer l attractivité de la

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant le mot du médiateur de l éducation nationale Madame, monsieur, Parent, enseignant, vous aurez l occasion, au long de l année scolaire, de vous

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

Aux côtés des salariés et des entreprises, tout au long de l activité professionnelle et à l heure de la retraite

Aux côtés des salariés et des entreprises, tout au long de l activité professionnelle et à l heure de la retraite accompagnement social compte individuel - données sociales prévention des accidents du travail Accompagnement de la retraite dématérialisation - efficacité prévention de la dépendance des seniors accessibilité

Plus en détail

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives?

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? 1 sur 5 29/09/2014 09:21 Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? Fiche rédigée par l équipe éditoriale de WebLex En collaboration avec Cécile Gilbert, Avocat au Barreau de l'eure,

Plus en détail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail Cette nouvelle forme de rupture de la relation contractuelle fait son entrée (par la petite porte) dans le Code du travail. Selon une

Plus en détail

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif?

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? Q&A Novembre 2012 A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? D. La location meublée est elle légale? A. Le marché de la location

Plus en détail

Les services garantis. Les services personnalisés. Nos engagements de service. Jour après jour, nous vous simplifions la vie

Les services garantis. Les services personnalisés. Nos engagements de service. Jour après jour, nous vous simplifions la vie Les services garantis Les services personnalisés Nos engagements de service Jour après jour, nous vous simplifions la vie Pour France Loire, être au plus près de ses locataires, c est une vocation. Rechercher

Plus en détail

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS)

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS) Repères Les troubles musculo-squelettiques (TMS) rassemblent un ensemble large de pathologies qui affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres supérieurs et inférieurs au niveau du poignet,

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE A L ETRANGER

CONVENTION DE STAGE A L ETRANGER CONVENTION DE STAGE A L ETRANGER Entre : L Université Jean Moulin Lyon 3, Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, Représentée par son Président Monsieur Jacques Comby

Plus en détail

- le cas échéant, représenté par le mandataire [nom ou raison sociale et adresse du mandataire ainsi que l activité exercée] :

- le cas échéant, représenté par le mandataire [nom ou raison sociale et adresse du mandataire ainsi que l activité exercée] : CONTRAT DE LOCATION (Soumis au titre Ier bis de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre 1986) LOCAUX MEUBLES A USAGE

Plus en détail

SOMMAIRE DES DELIBERATIONS DU COMITE DU 13 SEPTEMBRE 2006

SOMMAIRE DES DELIBERATIONS DU COMITE DU 13 SEPTEMBRE 2006 SOMMAIRE DES DELIBERATIONS DU COMITE DU 13 SEPTEMBRE 2006 1- Marché de services pour l entretien courant des cours d eau du Boulonnais (2007-2009)... page 2 2- Etude de définition des aménagements de prévention

Plus en détail

Le Conseil Municipal des Jeunes Qu est-ce qu un Conseil Municipal des Jeunes? Le Conseil Municipal des Jeunes (CMJ) est une assemblée qui réunit des jeunes Volvicois de la 6 ème à la 4 ème. Il est composé

Plus en détail