Un projet pédagogique entre histoire expérimentale et reconstitution historique : la réalisation de repas historiques par des classes d hôtellerie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un projet pédagogique entre histoire expérimentale et reconstitution historique : la réalisation de repas historiques par des classes d hôtellerie"

Transcription

1 Un projet pédagogique entre histoire expérimentale et reconstitution historique : la réalisation de repas historiques par des classes d hôtellerie Par David Cochin et Vincent Guilloteau Depuis 2004, notre équipe pédagogique composée d enseignants d histoire, de cuisine et de restaurant, a imaginé la réalisation de repas à thème historique par des élèves de la filière technologique d hôtellerie. Les nombreux décrochages et le manque parfois de motivation des élèves, constatés en particulier en classe de seconde, nous ont amené à construire un projet pédagogique établissant des relations entre l enseignement professionnel et l apport d une culture générale tournée vers l alimentation. L histoire semble être un terrain d action permettant cette interdisciplinarité. Apprendre à cuisiner des recettes médiévales, reconstituer un service de banquet renaissance, aborder l histoire des mentalités et des sociétés, voici des thématiques qui peuvent dynamiser le travail scolaire des élèves. Assez rapidement est venu l idée de proposer aux élèves de créer un banquet médiéval où serait servi des plats réalisés par eux-mêmes à partir de recettes du Moyen Âge dans le cadre d un château. Notre démarche devait s inscrire dans une certaine rigueur scientifique et dont les objectifs à atteindre pouvaient être assez ambitieux : placer les élèves et les convives dans une situation de repas le plus proche possible d une réalité historique, déterminée à partir des sources et de la documentation scientifique. Depuis 2006, nous avons ainsi réalisé trois banquets médiévaux au Château de Fougères sur Bièvre, un banquet renaissance au Château de la Bourdaisière, un repas dans le cadre d un restaurant à l époque de la Révolution à Tours et deux buffets Renaissance au Château de Chambord. Nous souhaitons ici reprendre certains éléments de ces expériences. Ce projet se situe entre deux démarches, celle de la reconstitution historique, très à la mode en ce moment s agissant des fêtes médiévales, et celle de l histoire expérimentale, pratique controversée que l on retrouve en archéologie par exemple. Par notre souci de s appuyer sur des sources, l approche expérimentale nous semble intéressante à mettre en œuvre avec nos élèves. D un autre côté, nous avons pour objectif de reconstituer des repas d une époque donnée, en s approchant d une certaine «réalité» historique. Quelle part attribuer dans notre projet à ces deux approches? Quelles en sont leurs intérêts pédagogiques? Après avoir précisé les concepts d histoire expérimentale et de reconstitution historique, nous les utiliserons pour analyser notre expérience pédagogique en cuisine et en salle. Enfin nous établirons le bilan pédagogique de ce projet. 1 / 7

2 Faire de la cuisine, entre reconstitution historique et histoire expérimentale Le terme de reconstitution historique implique la réalisation d une médiation culturelle de l histoire vers un grand public. Celle-ci peut prendre la forme de manifestations à thème historique comme les animations des fêtes médiévales ou les reconstitutions de batailles. La reconstitution historique peut aussi s appuyer sur la production et l usage d objets dont les aspects sont tirés des sources écrites, iconographiques et archéologiques. La reconstitution historique est une méthode qui consiste à recréer certains aspects d'un évènement passé, d'une période historique ou d'un mode de vie précis, en s'appuyant sur des éléments matériels (vêtement, mobilier, armement, etc.). Le domaine alimentaire se prête particulièrement bien à cette méthode. Les nombreux repas médiévaux réalisés la plupart du temps dans le cadre de fêtes médiévales, illustrent l engouement de nos concitoyens pour l époque médiévale et son histoire mais aussi la facilité apparente de l utilisation du fait alimentaire dans l approche de l histoire 1. On distingue plusieurs approches, le courant dit «living history» ou «histoire vivante» 2, la reconstitution sportive, type joute ou tournoi, et l évocation qui s approche le plus souvent de l animation dont la trame historique n est qu un prétexte au spectacle. L approche historique, donc l utilisation des sources de l histoire comme base de la reconstitution, est extrêmement variable et même aléatoire selon les objectifs et la rigueur mis en œuvre par les organisateurs des reconstitutions. En outre, les limites de la reconstitution historique apparaissent rapidement. En effet, comment reconstituer un homme du passé? Il n'est pas possible de reconstituer son système de pensée et de représentation, ses pratiques sociales, ses goûts. Ces manifestations, réalisées par des acteurs d aujourd hui, s adressent aux hommes d aujourd hui. «L histoire vivante» n est donc, au mieux, qu un moyen d approcher l histoire, de communiquer de manière simple et ludique, quelques informations sur une période de l histoire. On confond parfois la reconstitution historique avec l histoire expérimentale et plus particulièrement, l archéologie expérimentale. Celle-ci est un outil scientifique à disposition des chercheurs en archéologie. En s'appuyant sur un cadre de recherche précis, défini par la détermination des limites dues aux moyens mis en place, l'archéologie expérimentale consiste d'abord à poser des problématiques, puis à émettre des hypothèses et à les confronter à des expérimentations dont on pourra faire varier les facteurs. Les résultats obtenus lors des expérimentations sont à considérer comme de nouvelles sources qu'il faut croiser avec les données archéologiques de terrain. L'archéologie expérimentale pose le plus souvent des questions d'ordre technique (technique de taille de silex, fonctionnement d'un four de métallurgie, teinture d'un tissu naturel, construction d'une maison...). La recherche historique dans le domaine de l alimentation s interroge en particulier sur la réalisation de recettes de la 1 DE SAINT PERN D, «Joutes et ripailles, le Moyen Age fait la fête», Le Monde, 17 Juillet / 7

3 cuisine du passé et sur les manières de tables. Une forme d archéologie expérimentale de la cuisine s est ainsi développée ces vingt dernières années 3. La réalisation de repas à thème historique par des élèves d hôtellerie s inscrit pour nous à la croisée de ces deux modes d approche de l histoire de l alimentation, dans une visée pédagogique. Dès lors, deux objectifs ressortent de la réalisation de repas à thème historique : faire aborder l histoire de l alimentation aux élèves en dehors d un cadre pédagogique «académique», en les positionnant dans un cadre d expérimentation établi par les enseignants et analyser les sources et les travaux des historiens pour approcher le plus possible une «réalité» historique 4. Nous voulons apporter aux élèves un support concret à l approche de concepts de l histoire de l alimentation et en aucun cas proposer une réplication, c est-à-dire un véritable travail de recherche dans le cadre d un laboratoire qui vise, à travers la reproduction «à l identique», à apporter à l histoire des éléments qui ne figurent pas dans les documents écrits 5. Faire de l histoire en cuisine et en salle Expérimenter la cuisine par le prisme de l histoire à travers des ouvrages qui sont des témoins pertinents de leur temps, c est se confronter directement et indirectement aux défis et enjeux techniques et culturels de ce temps. Cette porte d entrée dans l histoire culinaire se fait presque essentiellement sous une forme de cuisine gastronomique ; en effet les sources historiques ne traitent presque pas d autres formes de cuisine. Les traces d une forme d alimentation quotidienne ne concernant pas les élites sont presque inexistantes, ou sont sujets d hypothèses 6. Il est nécessaire de resituer cette donnée auprès des élèves acteurs qui dès lors ne peuvent que se sentir valorisés par cette entrée en matière. C est par le truchement de cette donnée que l élève s exprime pleinement. Il faut aussi organiser et choisir les mets qui entreront dans ce menu historique, avec l ambition de ne pas négliger les recettes représentatives du goût et des pratiques de l époque, sans omettre de valoriser des préparations peu connues, en même temps, sans négliger la masse de travail qu elles nécessitent ou la difficulté à les mettre en œuvre ou à les réchauffer. Bien 3 SABAN F., SERVENTI S, La gastronomie à la Renaissance, cent recettes de France et d Italie, Paris, Éd Stock, 1997, p. 65. FLANDRIN J.-L., Fêtes gourmandes au Moyen Âge, Paris, Imprimerie nationale Éditions, 1998, p.7. 4 LAUGINIE P., «Une approche expérimentale de l Histoire des Sciences - Réflexions pour une pédagogie», www. cahiers-pedagogique.com, janvier 2009, consulté le 20 juin Ibidem. 6 HYMAN P. et M. «Imprimer la cuisine : les livres de cuisine en France entre le XVe et le XIXe siècle», in FLANDRIN J.-L. et MONTANARI M.,(dir.), Histoire de l Alimentation, Paris, Fayard, 2008, pp / 7

4 d autres éléments entrent dans cette construction de menu : animaux ou produits ne se commercialisant plus (cigognes, butor, cormorans, héron, mastic, etc.), techniques de réalisation peu ou pas explicites (à foison, etc.), concordance avec les possibilités de service en salle, et maintenir une forme d harmonie générale. Le professeur de production et d organisation culinaire doit aussi avoir le souci permanent de ramener beaucoup de ces réalisations à un niveau technique débutant. Cependant le champ des techniques mis en œuvre en classe de seconde permet la confection de la majeure partie de ces recettes. La saisonnalité des produits disponibles est aussi un axe important de réalisation, et révèle la difficulté actuelle des jeunes esprits à intégrer cette donnée dans un monde où les saisons ne sont plus un obstacle. Nous avons même imaginé au départ un approvisionnement limité géographiquement, comme pour mieux nous positionner, mais cette idée a été relativement limitée dans les faits. Il faut se rendre compte rapidement que ce qui pouvait être pris pour des freins se révélait impossible. Il est en effet difficile ou impossible de travailler avec des outils, du matériel et dans les conditions de l époque choisie. La reconstitution historique permet cette forme de transgression, elle offre la possibilité d un respect historique dans le fond sans nécessiter un maintien rigoureux dans la forme. Pour l enseignant de cuisine, rien n est plus important que d offrir un aliment bactériologiquement sain : pas de cuisine donc dans l âtre de la cheminée, avec bassines et faitouts de cuivre non étamé, pas non plus de lèchefrite, ni de rôtissoire à faire tourner, au risque de déplaire aux plus exigeants d entre nous. Les travaux préparatoires de déchiffrage de textes anciens comme le Viandier 7, Le Mesnagier de Paris 8 autorisent la réalisation des premières fiches techniques qui s inscrivent dans le référentiel de ce niveau de classe. Nous constatons rapidement l intérêt de travailler conjointement avec d autres professeurs notamment en Lettres. Ce travail historique permet donc un travail interdisciplinaire évident et très profitable à tous. La confection de ces fiches techniques est un travail non négligeable et leur réalisation est chronophage, mais constructive pour les élèves. Les travaux conjoints des professeurs de Lettres, d Histoire, de Restaurant et de Cuisine permettent de mettre en évidence les caractéristiques de telle ou telle cuisine. La cuisine médiévale est mise à l honneur par sa constance dans la réalisation de mets colorés, fortement épicés, aptes à des mises en scène (porcelet en armure) 9. Il faut donc dégager pour chaque période historique traitée des caractéristiques identitaires afin de les mettre en valeur au cours du repas. 7 TIREL Guillaume dit TAILLEVENT, Le Viandier Réédition, Livres en bouche. Ed. Manucius Mesnagier de Paris, fin du XIV e siècle, traduction Bruno Laurioux, Le Moyen Âge à table, Paris, LAURIOUX B. «Cuisines médiévales», in FLANDRIN J.-L. et MONTANARI M.,(dir.), Histoire de l Alimentation, Paris, Fayard, 2008, pp / 7

5 Ensuite le temps des essais, la confrontation aux caractéristiques gustatives et aux difficultés techniques peuvent avoir lieu. Ces tests de réalisation permettent d appréhender encore plus précisément les goûts d une époque révolue ; de la perplexité parfois, mais aussi d agréables surprises se révèlent ainsi. La volonté de rester au plus près des goûts et des habitudes alimentaires historiques doit être un fil conducteur, mais se soucier des difficultés de perception contemporaine reste une contrainte 10. Cette confrontation historique permet d avancer plusieurs idées issues de cette mise en pratique : par exemple, les épices qui sont toujours employées en abondance dans la cuisine du Moyen Âge. La pratique a démontré que ces épices venues d assez loin perdaient de leur force aromatique ; de plus lorsqu elles sont combinées à des recettes peu grasses, comme c est le cas de beaucoup de celles du Moyen Âge, cette absence ne permet plus ce maintien aromatique puissant. Ensuite cette pratique avait permis la réappropriation de techniques oubliées et leur redéfinition. La réalisation de talmouses et de pâtés dans le sens de mettre en pâte prend tout son sens premier. Enfin, ce travail permet la concrétisation de la pratique d une cuisson juste et parfaite qui a le souci permanent du produit. Il s agit donc alors de reformuler et redéfinir ces caractéristiques souvent exprimées de cuisines grossières et faite d à peu près, comme de cuisines très élaborées, s appropriant sans doute de manière empirique, des techniques circonstanciées et très respectueuses du produit traité. La concrétisation d un projet sous la forme d un repas est le point d orgue de presque six mois de travail. La réalisation de ce type de repas a aussi révélé des difficultés auxquelles étaient confrontés nos prédécesseurs. Organiser et gérer la distribution devaient être particulièrement ardu sans le secours de nombreuses petites mains expertes. L organisation en brigades très élaborées n est certainement pas une légende. En salle, le travail des élèves consistent à créer une situation de repas et de service le plus proche possible du déroulement d un repas à un moment donné de l histoire 11. Pour l ensemble des réalisations de repas à thème historique, le cadre fut donné par un lieu correspondant à l époque et au type de repas donné. Par exemple, la grande salle du château de Fougères sur Bièvre a été choisie pour la réalisation d un banquet seigneurial de la fin du XVe siècle. A partir de l étude d enluminure et de récit de banquet, il est assez simple pour les élèves de comprendre l organisation de la salle et la disposition par exemple des tables et des objets positionnées sur celles-ci 12. Un plan de salle et de table peut ainsi être aisément réalisé par les élèves. Une réflexion est aussi menée pour établir la liste des objets à positionner sur les tables. Mais très rapidement, on butte sur les limites de la reconstitution historique du fait du public contemporain devant participer au repas. Il est apparu difficile de placer les convives selon leur rang social. Qui serait le seigneur? L alignement des participants d un seul côté de la table a été vite abandonné du fait du manque de convivialité qui en découlait. Nous avons cependant maintenu l absence de fourchette, d assiette, de serviette pour les repas médiévaux, respectant ainsi les manières de tables 10 SABBAN F, SERVENTI S. Op.Cit, pp FLANDRIN J.-L., Fêtes gourmandes Op. Cit. p VAUQUELIN J., Comment le roi Alexandre fut empoisonné?, Enluminure, / 7

6 médiévales, mais indisposant très souvent les convives contemporains. Manger avec les doigts et partager les plats communs en choquent plus d un. Notre travail est donc loin de l histoire expérimentale, d autant plus que nous manquons de reproduction d objets d époque et que le public n entre pas dans un protocole expérimental. Si expérience il y a, elle est surtout pédagogique car les élèves abordent une autre façon d envisager le service, très différents dans les méthodes de celui enseigné au lycée et comprennent qu au cours de l histoire les façons de s alimenter ont différé selon les lieux, les époques et les mentalités. Partir des sources iconographiques, des recettes et de textes d historiens, pour ensuite réaliser une manifestation gastronomique, oblige l élève à analyser et comprendre certains concepts historiques pour mettre en œuvre une pratique technique cohérente et en rapport avec les données de l histoire. Une médiation culturelle de l Histoire en direction des élèves et du grand public Ce projet pédagogique utilise la reconstitution de repas historiques comme moyen d aborder l histoire de l alimentation de manière concrète. L approche des sources de l histoire n apparait plus pour l élève comme scolaire ou lointaine mais comme un moyen de comprendre une autre réalité. L expérimentation historique n est pas totalement exclue du processus de construction de ces repas mais reste très limitée car élaborée dans un cadre trop peu rigoureux pour être valable d un point de vue de la recherche historique. Mais là, n est pas l objectif du travail, avant tout pédagogique. Transposer une recette, en analysant les contraintes, expérimenter des savoir-faire et des goûts, sont riches d enseignements pour les élèves. Ils s ouvrent à d autres modes de pensée et à d autres valeurs. L importance des épices, si difficiles à accepter pour les palais contemporains, fait comprendre aux élèves qu il peut exister d autres goûts et pratiques alimentaires correspondant à d autres valeurs. La compréhension de l histoire, par la mise en œuvre pratique d un repas, est plus aisée car la médiation de la «reconstitution» aide à la conceptualisation. Par exemple, la disposition de la table et des convives montrent une société très inégalitaire où la position sociale détermine les actes les plus essentiels de la vie. Ainsi, la féodalité peut être appréhendée par l étude et la réalisation d un banquet seigneurial. De même, l histoire des mentalités devient plus évidente lorsque l on observe le rituel de table, qu il s agisse de la présence d un goûteur ou des manières de table. Le concept de civilisation des mœurs 13 à l époque moderne devient par exemple extrêmement concret. 13 ELISA N., La civilisation des mœurs, Paris, poche Pokket, / 7

7 Cette approche pédagogique s inscrit parfaitement dans un enseignement de l histoire, qui aujourd hui n est plus nécessairement chronologique, comme une succession d évènements. Les programmes, comme celui de seconde, proposent des moments historiques. Comme le signalait Dominique Borne, doyen de l Inspection générale de l Éducation nationale lors d une intervention en séminaire, «il est souhaitable d entrer dans l histoire par des objets et plus particulièrement par des objets qui permettent des entrées plurielles» 14. Par une démarche pédagogique utilisant la gastronomie, qui va ainsi de la description au sens, nous pouvons amener les élèves à utiliser l histoire pour mieux comprendre le monde mais aussi les pratiques professionnelles. Enfin, intégrer le grand public, c est-à-dire les parents d élèves, mais aussi les membres d association travaillant dans le domaine du patrimoine et plus généralement toutes personnes intéressées par l histoire, permet à notre enseignement d élargir son horizon. Un repas historique reconstitué de façon rigoureuse, s appuyant sur les sources et les débats des historiens, est une médiation culturelle qui nous semble très intéressante. Par une mise en situation dans des conditions peu habituelles de prise de repas et par une expérimentation sensorielle très souvent surprenante, les convives apprennent d une manière simple et libre l histoire. Cette médiation trouve rapidement ses limites : la durée de l expérience (une soirée), la disponibilité des personnes et leur ouverture d esprit. Cependant, nombreuses sont les personnes ayant assisté à ces repas, qui déclarent avoir appris. Ce point d ailleurs mériterait d être étudié systématiquement car aucune analyse n aborde cette réflexion. Nous pouvons conclure que cette expérience pédagogique, menée depuis sept ans, utilise la reconstitution de repas à thème historique comme moyen d aborder toutes les facettes de l histoire. L alimentation permet une approche différente de l histoire dans la recherche scientifique mais aussi en pédagogie. Par la nourriture, on traite des rapports de l Homme avec soi-même, avec les autres, avec le monde et l au-delà. Les sources et les approches sont extrêmement nombreuses 15. En cela, indépendamment d un travail culinaire et gastronomique, l enseignement de l histoire par l alimentation est ouvert à toutes les filières de l éducation. Dans la filière hôtelière, en plus d apporter de la motivation aux élèves, cet enseignement permet une réflexion et une distanciation de l apprenant vis-à-vis des méthodes et des savoirs professionnels transmis. 14 BORNE D., «Quelles entrées possibles dans les programmes d histoire-géographie de l enseignement général?», Histoire de l alimentation, quels enjeux pour la formation?, Dijon, Éducagri, 2004, p MONTANARI M., «Former les professionnels de l hôtellerie à l histoire ou les historiens à l alimentation?», Histoire de l alimentation, quels enjeux pour la formation?, op. cit., p / 7

LES DEMARCHES SCIENTIFIQUES

LES DEMARCHES SCIENTIFIQUES LES DEMARCHES SCIENTIFIQUES Pour être sur que tous les élèves apprennent «Le faible rendement de bien des pratiques pédagogiques est lié à l illusion qu il suffit de dire ou d expliquer pour que les élèves

Plus en détail

Annexe Programme de sciences et technologies culinaires de la classe de seconde série sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration

Annexe Programme de sciences et technologies culinaires de la classe de seconde série sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration Annexe Programme de sciences et technologies culinaires de la classe de seconde série sciences et technologies de l hôtellerie et de la La série technologique hôtellerie- présente des particularités liées

Plus en détail

Projet d éducation à l alimentation bio et de saison au Loubatas

Projet d éducation à l alimentation bio et de saison au Loubatas Projet d éducation à l alimentation bio et de saison au Loubatas Des repas évolutifs, originaux et animés! Afin de faire apprécier l alimentation proposée au Loubatas (une alimentation avec des produits

Plus en détail

Référentiel des activités professionnelles

Référentiel des activités professionnelles Référentiel des activités professionnelles Champ d activité Définition Le titulaire de la mention complémentaire Cuisinier en desserts de restaurant est un professionnel de la restauration et de la cuisine.

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE. Fête de la Gastronomie , 23 et 24 septembre

APPEL A CANDIDATURE. Fête de la Gastronomie , 23 et 24 septembre APPEL A CANDIDATURE Fête de la Gastronomie 2017 22, 23 et 24 septembre 2017 pcc.sarthe@free.fr www.petitescitesdecaractere.com Mickaël Pihours La Fête de la Gastronomie Qu est-ce que la Fête de la Gastronomie?

Plus en détail

PLAISIR à la CANTINE En Languedoc-Roussillon

PLAISIR à la CANTINE En Languedoc-Roussillon 29 janvier 2015 Quel accompagnement pédagogique pour une restauration collective, durable, responsable et de qualité? PLAISIR à la CANTINE En Languedoc-Roussillon Catherine Le Chevallier Piat Cap.nutricio

Plus en détail

La démarche scientifique au Collège

La démarche scientifique au Collège ACADEMIE DE NANCY-METZ Mission Innovations et Valorisation des Réussites 1999/2001 INNOVATION NATIONALE N 3 Développement d une culture scientifique et technique. Espace scientifique en collège La démarche

Plus en détail

1/4. Projet concernant les latinistes de 5 du collège Le Clergeon de Rumilly

1/4. Projet concernant les latinistes de 5 du collège Le Clergeon de Rumilly 1/4 Projet 2011-2012 concernant les latinistes de 5 du collège Le Clergeon de Rumilly «Le petit gastronome gallo-romain» Objectif : permettre aux élèves de s approprier le patrimoine culturel et historique

Plus en détail

L éducation au développement durable et la gouvernance des territoires éducatifs

L éducation au développement durable et la gouvernance des territoires éducatifs L éducation au développement durable et la gouvernance des territoires éducatifs Maryvonne DUSSAUX Maître de conférences. UPEC Laboratoire STEF-ENS Cachan Le 19/10/2012 Introduction Placer l EDD dans une

Plus en détail

ICI & LÀ / INNOVATION PRODUITS PRIMÉS! L E B O U C H E R V E R T

ICI & LÀ / INNOVATION PRODUITS PRIMÉS! L E B O U C H E R V E R T LE BOUCHER VERT Concernés par l environnement, les nouveaux régimes alimentaires et la mutation des comportements de vie, ICI&LÀ a l ambition de s inscrire au cœur d une démarche innovante et responsable

Plus en détail

Bilan des TraAM 2014/2015. Académie d Aix-Marseille

Bilan des TraAM 2014/2015. Académie d Aix-Marseille Bilan des TraAM 2014/2015 Académie d Aix-Marseille Thématique des TraAM 2014/2015 Capacités et «moments numériques» au collège, au lycée et au lycée professionnel. Que ce soit dans les situations pédagogiques

Plus en détail

Projet pilote de mentorat- Journal de bord des rencontres

Projet pilote de mentorat- Journal de bord des rencontres Projet pilote de mentorat- Journal de bord des rencontres Date de la rencontre : Thème, sujet, besoin, problématique Compétence professionnelle (SEJ 2008, adapté du Mels, 2004 ) Action Rôle ou fonction

Plus en détail

L alimentation durable à Etterbeek

L alimentation durable à Etterbeek L alimentation durable à Etterbeek En 2009 : Création de l asbl communale Commune Ferme à la ville Activités : - GAS communal - Projections de films, conférences - Cours de cuisine, atelier du goût - Création

Plus en détail

Les étapes d une démarche d apprentissage en situation problème. D après un document de Hélène Lagarde CPAIEN

Les étapes d une démarche d apprentissage en situation problème. D après un document de Hélène Lagarde CPAIEN Les étapes d une démarche d apprentissage en situation problème D après un document de Hélène Lagarde CPAIEN 1 Représentations initiales Qu est qu une situation d apprentissage? 2 Quels sont les objectifs?

Plus en détail

DESCRIPTION D UNE FORMATION EN CUISINE

DESCRIPTION D UNE FORMATION EN CUISINE DESCRIPTION D UNE FORMATION EN CUISINE AVEC DES GRANDS CHEFS PRODUITS ET RECETTES : SECRETS DE GRANDS CHEFS! Nombre de participants : 1 à 5 (maximum) Contenu de la formation Stage de 1 à 3 journées selon

Plus en détail

Arts plastiques. Trois fiches pour réfléchir, comprendre et mettre en œuvre la manière de voir et de comprendre une œuvre à partir de sa reproduction

Arts plastiques. Trois fiches pour réfléchir, comprendre et mettre en œuvre la manière de voir et de comprendre une œuvre à partir de sa reproduction Informer et accompagner les professionnels de l éducation Cycles 2 3 Arts plastiques Des expériences aux connaissances : principes et modalités de l élaboration et mise en œuvre des apprentissages dans

Plus en détail

Bilan pédagogique. Atelier de pratique scientifique «Les Experts : Fameck, police scientifique» Lycée Saint-Exupéry Fameck (57)

Bilan pédagogique. Atelier de pratique scientifique «Les Experts : Fameck, police scientifique» Lycée Saint-Exupéry Fameck (57) Bilan pédagogique Atelier de pratique scientifique «Les Experts : Fameck, police scientifique» Lycée Saint-Exupéry Fameck (57) Les objectifs initiaux de la création de l atelier A l heure actuelle, notre

Plus en détail

ENSEIGNER LA TECHNOLOGIE AU COLLEGE

ENSEIGNER LA TECHNOLOGIE AU COLLEGE ENSEIGNER LA TECHNOLOGIE AU COLLEGE Application des Programmes du 28 08 2008 Inspection Pédagogique Régionale de Sciences et Techniques Industrielles Académie de Versailles - Page 1 Sommaire 1 Planifier

Plus en détail

Enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI)

Enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) Enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI)! Les dispositions réglementaires Arrêté du 19 mai 2015 relatif à l organisation des enseignements dans les classes de collège : Article 3 : «Toutes les

Plus en détail

Statistique et probabilités

Statistique et probabilités Statistique et probabilités Journée COLLÈGE, octobre 2008 1 Yves Ducel, Bruno Saussereau IREM, Université de Franche-Comté Nous proposons ici un résumé des idées directrices de notre intervention de trois

Plus en détail

PROJET EDUCATIF ET PEDAGOGIQUE DU DISPOSITIF CLAS

PROJET EDUCATIF ET PEDAGOGIQUE DU DISPOSITIF CLAS PROJET EDUCATIF ET PEDAGOGIQUE DU DISPOSITIF CLAS 2012-2013 Le dispositif CLAS a pour objet de favoriser la réussite scolaire des enfants et des jeunes. Les actions, mises en place dans le cadre de ce

Plus en détail

Transformations dans le monde du travail et appel à la réflexivité des professionnels

Transformations dans le monde du travail et appel à la réflexivité des professionnels Transformations dans le monde du travail et appel à la des professionnels Les transformations survenues dans le monde du travail ces dernières décennies ont accru les exigences d évaluation des productions

Plus en détail

Enseigner les Sciences et la Technologie au cycle 3 Soyons clair sur les concepts pédagogiques

Enseigner les Sciences et la Technologie au cycle 3 Soyons clair sur les concepts pédagogiques Enseigner les Sciences et la Technologie au cycle 3 Soyons clair sur les concepts pédagogiques Dominique PETRELLA IA-IPR Sciences et techniques Industrielles Enseigner les Sciences et la Technologie au

Plus en détail

Être étudiant/enseignant dans LA SPECIALISATION EN PSYCHOPATHOLOGIE

Être étudiant/enseignant dans LA SPECIALISATION EN PSYCHOPATHOLOGIE Centre d Enseignement Supérieur pour Adultes Rue de Courcelles, 10 à 6044 ROUX Tél : 071/45.11.08 Fax : 071/45.53.63 mail : cesa@cesa.be Matricule : 5.355.007 Être étudiant/enseignant dans LA SPECIALISATION

Plus en détail

BO N 30 du : BACCALAURÉAT Épreuves de sciences économiques et sociales de la série ES du baccalauréat général

BO N 30 du : BACCALAURÉAT Épreuves de sciences économiques et sociales de la série ES du baccalauréat général BO N 30 du 04-09-1997 : BACCALAURÉAT Épreuves de sciences économiques et sociales de la série ES du baccalauréat général Réf. : A. du 17-3-1994 mod. (B.O. n 16 du 21-4-1994) N.S n 94-179 du 14-6-1994 (B.O.

Plus en détail

Bulletin officiel n 14 du 2 avril 2015

Bulletin officiel n 14 du 2 avril 2015 Annexe Programme de sciences et technologies des services de la classe de seconde série sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration La série technologique hôtellerie-restauration présente

Plus en détail

Réaliser un diagnostic des déchets de la collectivité

Réaliser un diagnostic des déchets de la collectivité Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr R1 Réaliser un diagnostic des déchets de la collectivité DESCRIPTION DE L ACTION À l image du diagnostic de territoire que toute collectivité

Plus en détail

Former en collège en SVT pour une meilleure continuité vers le lycée : Pratiquer des démarches scientifiques

Former en collège en SVT pour une meilleure continuité vers le lycée : Pratiquer des démarches scientifiques Former en collège en SVT pour une meilleure continuité vers le lycée : Pratiquer des démarches scientifiques «Tu me dis, j oublie. Tu m enseignes, je me souviens. Tu m impliques, j apprends» Benjamin Franklin

Plus en détail

PP EET Rapport sur le stage effectué du 08/01/07 au 02/02/07 Dans la Société : TRËMA à Saint Thibault Période de formation en entreprise Bac Pro Electrotechnique Année 2006-2007 Au Lycée Les Lombard PLAN

Plus en détail

ATELIERS THEORIQUES ET PRATIQUES LA BIO, LA RESTAURATION COLLECTIVE, LES FILIERES REGIONALES

ATELIERS THEORIQUES ET PRATIQUES LA BIO, LA RESTAURATION COLLECTIVE, LES FILIERES REGIONALES COMPRENDRE DECOUVRIR APPRENDRE ECHANGER IMAGINER SE FORMER ATELIERS THEORIQUES ET PRATIQUES LA BIO, LA RESTAURATION COLLECTIVE, LES FILIERES REGIONALES A PRO BIO POLE DE RESSOURCES, DE PROMOTION ET DE

Plus en détail

Développer l intérêt des élèves de collège et de lycée pour le secteur de la construction

Développer l intérêt des élèves de collège et de lycée pour le secteur de la construction Règlement 2017 Article 1 : objet Développer l intérêt des élèves de collège et de lycée pour le secteur de la construction Le Concours BATISSIEL vise à développer l intérêt des élèves de collège et de

Plus en détail

Guide pour l enseignant(e) École maternelle

Guide pour l enseignant(e) École maternelle Guide pour l enseignant(e) École maternelle Découvrir le monde dans les programmes de l école maternelle À l école maternelle [L enfant] observe, il pose des questions et progresse dans la formulation

Plus en détail

Dans le temps SE REPERER. Dans l espace

Dans le temps SE REPERER. Dans l espace Tableau de compétences en Histoire-Géographie pour le cycle 4 (5 eme, 4 eme, 3 eme ) Compétences mobilisées Mont Fuji Mont Rainier Mont Blanc Kilimandjaro Everest SE REPERER Dans le temps Dans l espace

Plus en détail

Formation. «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective» CATALOGUE DES FORMATIONS

Formation. «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective» CATALOGUE DES FORMATIONS Formation «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective» CATALOGUE DES FORMATIONS PREAMBULE AYOA conçoit et réalise des formations sur mesure en développement personnel, communication

Plus en détail

IN CUCINA CON ILARIA. Tendances Saveurs Inspiration en cuisine. Dossier de presse

IN CUCINA CON ILARIA. Tendances Saveurs Inspiration en cuisine. Dossier de presse IN CUCINA CON ILARIA Dossier de presse IN CUCINA CON C ILARIA Tendances Saveurs s Inspiration en cuisine Le e concept Dans ses cours de cuisine et dans et sensuel autour du monde. Ses plats sont issus

Plus en détail

Un dispositif pour prévenir les difficultés langagières... S Y L V A I N E T A L A R M I N C P C B R E S T I R O I S E

Un dispositif pour prévenir les difficultés langagières... S Y L V A I N E T A L A R M I N C P C B R E S T I R O I S E Un dispositif pour prévenir les difficultés langagières... S Y L V A I N E T A L A R M I N C P C B R E S T I R O I S E QU EST CE QU UN MACLO? Module d Approfondissement de Compétences en Langue Orale Le

Plus en détail

C est un acte de communication différé : quelqu un écrit, puis quelqu un lit. Lire permet d accéder à une culture.

C est un acte de communication différé : quelqu un écrit, puis quelqu un lit. Lire permet d accéder à une culture. C est un acte de communication différé : quelqu un écrit, puis quelqu un lit. Lire permet d accéder à une culture. Qu est-ce que lire? Lire = * déchiffrer (identifier les mots, mémoriser du vocabulaire.

Plus en détail

DESCRIPTION DU PROJET : CAP sur l avenir : Oriente ton Parcours!

DESCRIPTION DU PROJET : CAP sur l avenir : Oriente ton Parcours! 1 DESCRIPTION DU PROJET : CAP sur l avenir : Oriente ton Parcours! Objectif général du projet : Cap sur l avenir : Oriente ton Parcours! Obtenir un taux de décrochage scolaire classes de 3 e inférieur

Plus en détail

Problématique générale: De quelle manière la Renaissance va-t-elle transformer les sociétés européennes?

Problématique générale: De quelle manière la Renaissance va-t-elle transformer les sociétés européennes? Mise en œuvre de la séquence Humanisme et Renaissance (6heures) Problématique générale: De quelle manière la Renaissance va-t-elle transformer les sociétés européennes? Séance 1: Léonard de Vinci et la

Plus en détail

Présentation de Ruralivres

Présentation de Ruralivres Présentation de Ruralivres 1) Préambule : Ruralivres est un prix littéraire pour adolescents créé en 1995 à l origine par la Fédération des Foyers Ruraux du Pas de Calais. Le succès de l opération n est

Plus en détail

CHARTE IN SITU, artistes en résidence dans les collèges

CHARTE IN SITU, artistes en résidence dans les collèges CHARTE IN SITU, artistes en résidence dans les collèges PREAMBULE En complément du plan départemental «La Culture et l Art au Collège» permettant à tous les collèges d accueillir chaque année 3 parcours

Plus en détail

Sur la pluralité des mondes savants : réseaux et cartographie des activités scientifiques, des banquets de Plutarque au Web of Science

Sur la pluralité des mondes savants : réseaux et cartographie des activités scientifiques, des banquets de Plutarque au Web of Science Sur la pluralité des mondes savants : réseaux et cartographie des activités scientifiques, des banquets de Plutarque au Web of Science Anthony ANDURAND Laurent JÉGOU Marion MAISONOBE René SIGRIST Opération

Plus en détail

AUTONOMIE CE2-CM1-CM2. Exemple d organisation

AUTONOMIE CE2-CM1-CM2. Exemple d organisation AUTONOMIE Exemple d organisation CE2-CM1-CM2 Présentation : Petite école rurale à 3 classes. Classe concernée : cycle 3 de 22 élèves. Depuis trois ans, l enseignante, expérimentée, organise régulièrement

Plus en détail

LA SUPERVISION. 1. Définition : 2. Buts :

LA SUPERVISION. 1. Définition : 2. Buts : LA SUPERVISION 1. Définition : La supervision clinique utilise l observation et la réflexivité pour offrir à l étudiant une guidance et une aide régulière (au jour le jour). C est une manière de fournir

Plus en détail

Les capacités du pilier 1 (maîtrise de la langue) qui peuvent être travaillées en SVT

Les capacités du pilier 1 (maîtrise de la langue) qui peuvent être travaillées en SVT Les capacités du pilier 1 (maîtrise de la langue) qui peuvent être travaillées en SVT Lire Lire à haute voix, de façon expressive, un texte S appuyer sur la ponctuation et les structures syntaxiques Utiliser

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU TITRE PROFESSIONNEL Technicien(ne) Médiation Services Niveau IV Site : http://www.emploi.gouv.fr REFERENTIEL DE CERTIFICATION D'UNE SPECIALITE DU TITRE PROFESSIONNEL DU

Plus en détail

Selon leur statut, les candidats sont soumis au contrôle en cours de formation ou au contrôle ponctuel

Selon leur statut, les candidats sont soumis au contrôle en cours de formation ou au contrôle ponctuel I.Les textes officiels 1. Les programmes et modalités d'évaluation Les programmes Les modalités d évaluation B.O hors-série n 5 du 29 août 2002 Document d accompagnement des programmes de français : http://www.cndp.fr

Plus en détail

«Le Séminaire Bio de La Villa des Chefs» Un cadre idéal Une invitation utile et prestigieuse & Des relations de travail repensées

«Le Séminaire Bio de La Villa des Chefs» Un cadre idéal Une invitation utile et prestigieuse & Des relations de travail repensées «Le Séminaire Bio de La Villa des Chefs» Un cadre idéal Une invitation utile et prestigieuse & Des relations de travail repensées Le cadre : un lieu à vivre la convivialité et le bien-être C est niché

Plus en détail

Langues vivantes : pratiques de classe, posture pédagogique Construire une séquence

Langues vivantes : pratiques de classe, posture pédagogique Construire une séquence Les propositions de travail ci-dessous sont extraites de la plate-forme de formation à distance «m@gistère», module «construire et mettre en œuvre une séquence en langue», enseigner une langue vivante.

Plus en détail

Thème 1 - Introduction à l histoire

Thème 1 - Introduction à l histoire Thème 1 - Introduction à l histoire Cette unité offre à l élève l occasion de sonder l histoire en tant que discipline - sa définition, les raisons de son importance et ses nombreux modes de représentation.

Plus en détail

Type de structure : publique, parapublique, privée, associative LES FORMATIONS échanges h partage n goûts saveurs m nouveauté n questionnement

Type de structure : publique, parapublique, privée, associative LES FORMATIONS échanges h partage n goûts saveurs m nouveauté n questionnement Un catalogue destiné aux cuisiniers, gestionnaires, chargés de mission, directeurs de restauration, élus Type de structure : publique, parapublique, privée, associative LES FORMATIONS 2016 échanges h partage

Plus en détail

A l école maternelle les affichages de la classe, des outils au service des apprentissages.

A l école maternelle les affichages de la classe, des outils au service des apprentissages. A l école maternelle les affichages de la classe, des outils au service des apprentissages. Dans une classe, pourquoi afficher? Pour qui afficher? A quel moment? Pour quoi en faire? Quels types d outils

Plus en détail

Histoire et éducation à la citoyenneté Monde contemporain

Histoire et éducation à la citoyenneté Monde contemporain ÉCHELLES DES NIVEAUX DE COMPÉTENCE ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, 2 e CYCLE Histoire et éducation à la citoyenneté Monde contemporain Troisième édition 3 e, 4 e et 5 e année du secondaire ÉCHELLES DES NIVEAUX

Plus en détail

Opération 100 % duo Côte d or avec le Conseil Général aux collèges d Auxonne et des Lentillères, ainsi que la maison de retraite du

Opération 100 % duo Côte d or avec le Conseil Général aux collèges d Auxonne et des Lentillères, ainsi que la maison de retraite du La Semaine du Goût fédère des initiatives locales, régionales et nationales autour de l'éducation au goût, du patrimoine culinaire et des métiers de bouche. Durant cette semaine du 13 au 19/10, Eveil'O

Plus en détail

Compte-rendu de la réunion des correspondants «collège»

Compte-rendu de la réunion des correspondants «collège» Union des professeurs de physique et de chimie 305 Compte-rendu de la réunion des correspondants «collège» Paris : samedi 6 décembre 2014 par Dominique DUCOURANT, Sophie ROBERT et Dany LAUNER Correspondantes

Plus en détail

FORMATION DES ÉQUIPES DE TERRAIN ET DE L ENCADREMENT

FORMATION DES ÉQUIPES DE TERRAIN ET DE L ENCADREMENT 1 Dans les crèches collectives municipales parisiennes La cuisine est faite sur place par un personnel formé et dans des locaux strictement contrôlées ce qui constitue un gage de qualité et de sécurité

Plus en détail

Premier Congrès Régional Asie-Pacifique. Le français, la francophonie et la francophilie en Asie Pacifique : spécificités et interrogations

Premier Congrès Régional Asie-Pacifique. Le français, la francophonie et la francophilie en Asie Pacifique : spécificités et interrogations Commission Asie Pacifique F.I.P.F. A.P.F.T. - Taiwan Premier Congrès Régional Asie-Pacifique Le français, la francophonie et la francophilie en Asie Pacifique : spécificités et interrogations Vendredi

Plus en détail

1. Des projets E.D.D. aux démarches globales de D.D. 2. Accompagner la mise en marche des E3D

1. Des projets E.D.D. aux démarches globales de D.D. 2. Accompagner la mise en marche des E3D DEMARCHE E3D ET LABELLISATION 1. Des projets E.D.D. aux démarches globales de D.D. 2. Accompagner la mise en marche des E3D 2 LES 2 JAMBES DE L E.D.D. : ENSEIGNEMENT ET PROJETS 1- L E.D.D. repose sur les

Plus en détail

Apprentis et lycéens. au cinéma. CHARTE D ENGAGEMENT Règles, droits, devoirs engagements et développements

Apprentis et lycéens. au cinéma. CHARTE D ENGAGEMENT Règles, droits, devoirs engagements et développements Apprentis et lycéens au cinéma CHARTE D ENGAGEMENT 2016-2017 Règles, droits, devoirs engagements et développements Préambule Pour la salle de cinéma, comme pour l établissement scolaire, la participation

Plus en détail

Créer une revue de nouvelles réalistes de Maupassant à l aide d un traitement de texte en classe de 4 ème

Créer une revue de nouvelles réalistes de Maupassant à l aide d un traitement de texte en classe de 4 ème Enseigner les Langues et Cultures de l Antiquité avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr TraAM travaux académiques mutualisés, un accompagnement au développement des usages des TIC Créer une revue de

Plus en détail

La construction d une première culture humaniste au cycle 3 : pourquoi? Comment?

La construction d une première culture humaniste au cycle 3 : pourquoi? Comment? La construction d une première culture humaniste au cycle 3 : pourquoi? Comment? Philippe Claus Inspecteur général de l éducation nationale Doyen du groupe enseignement primaire PLAN Histoire, géographie,

Plus en détail

MISSIONS des corps d inspection L exemple de l académie de Bordeaux

MISSIONS des corps d inspection L exemple de l académie de Bordeaux MISSIONS des corps d inspection L exemple de l académie de Bordeaux Un contexte professionnel Des missions Des illustrations Formation des inspecteurs Jeudi 11 juin 2014 Philippe MORISSET Alexandre FALCO

Plus en détail

Classe inversée: entrainement à la compréhension orale via le forum de Moodle

Classe inversée: entrainement à la compréhension orale via le forum de Moodle 2015-2016 Groupe TraAM langues vivantes 2015-2016 Moodle et l ENT, une solution pour la classe inversée? Classe inversée: entrainement à la compréhension orale via le forum de Moodle Compte rendu d expérience

Plus en détail

«CA BOUGE DANS MA CANTINE» À GRÂNE. Perrine TAVERNIER

«CA BOUGE DANS MA CANTINE» À GRÂNE. Perrine TAVERNIER «CA BOUGE DANS MA CANTINE» À GRÂNE Perrine TAVERNIER ptavernier@val-de-drome.com Mai 2016 Les objectifs de ce programme Accompagner toutes les cantines du territoire qui le souhaitent, à mettre en place

Plus en détail

Documents d accompagnement Cycle 2

Documents d accompagnement Cycle 2 Défi Mathématiques 2013/2014, 1 ère épreuve Documents d accompagnement Cycle 2 Objectifs : Développer la capacité de l élève à faire face à des situations inédites. Valoriser des comportements et des méthodes

Plus en détail

Critères d évaluation pour le projet personnel

Critères d évaluation pour le projet personnel Évaluation Critères d évaluation pour le projet personnel Veuillez noter que les critères d évaluation publiés dans ce guide sont destinés à être utilisés pour la première fois lors de l évaluation finale

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LYCÉE PROFESSIONNEL. Histoire Géographie Éducation civique Nouvelle-Calédonie

MISE EN ŒUVRE DES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LYCÉE PROFESSIONNEL. Histoire Géographie Éducation civique Nouvelle-Calédonie MISE EN ŒUVRE DES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LYCÉE PROFESSIONNEL Histoire Géographie Éducation civique Nouvelle-Calédonie De nombreuses questions Les évaluations : l évaluation en 1ère (ponctuelle et finale),

Plus en détail

Entre laboratoire et terrain : comment la recherche fait ses preuves en éducation. Olivier REY Séminaire CARDIE - ESPE Grenoble 5 mars 2015

Entre laboratoire et terrain : comment la recherche fait ses preuves en éducation. Olivier REY Séminaire CARDIE - ESPE Grenoble 5 mars 2015 Entre laboratoire et terrain : comment la recherche fait ses preuves en éducation Olivier REY Séminaire CARDIE - ESPE Grenoble 5 mars 2015 Science et éducation : un couple improbable? Des controverses

Plus en détail

Guide pour la réalisation du Projet de fin d études (PFE) (IRFC)

Guide pour la réalisation du Projet de fin d études (PFE) (IRFC) Guide pour la réalisation du Projet de fin d études (PFE) (IRFC) Méthodologie de la Recherche (12 h TD) Année universitaire : 2013-2014 Enseignant : Aziz Chahir (Coordonnateur des PFE et des stages) E-mail

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FORMATION. Auditeurs internes : dispositif de formation 2009

CAHIER DES CHARGES FORMATION. Auditeurs internes : dispositif de formation 2009 Equipe AGC CAHIER DES CHARGES FORMATION Auditeurs internes : dispositif de formation 2009 1. Présentation de l Inra L Inra (Institut national de la recherche agronomique), premier institut de recherche

Plus en détail

Typologie des comportements alimentaires

Typologie des comportements alimentaires Typologie des comportements alimentaires Typologie des comportements alimentaires CRIOC, février 2006 Étude réalisée avec le soutien de la Région wallonne Typologie : principes et objectif Principes La

Plus en détail

Restauration collective et circuits courts L expérience de Salon de Provence

Restauration collective et circuits courts L expérience de Salon de Provence Restauration collective et circuits courts L expérience de Salon de Provence 1 La Restauration collective à Salon-de-Provence Une restauration en régie directe, en liaison froide, assurant des livraisons

Plus en détail

PROJET DE CREATION D UNE OPTION DANSE AU LYCEE ROSA LUXEMBURG CANET

PROJET DE CREATION D UNE OPTION DANSE AU LYCEE ROSA LUXEMBURG CANET BERNAZZANI Chloé Professeur d EPS Lycée Rosa Luxemburg Canet en Roussillon PROJET DE CREATION D UNE OPTION DANSE AU LYCEE ROSA LUXEMBURG CANET 1- Constat et Motivations Constat : L option EPS danse en

Plus en détail

«Happylal Baby» : une nouvelle marque pour bébé halal et bio «made in France»!

«Happylal Baby» : une nouvelle marque pour bébé halal et bio «made in France»! «Happylal Baby» : une nouvelle marque pour bébé halal et bio «made in France»! L histoire de la marque C est en observant des amis préparer quotidiennement les repas halal de leurs enfants que Julie Le

Plus en détail

ANNEXE IV DÉFINITION DES ÉPREUVES. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 41

ANNEXE IV DÉFINITION DES ÉPREUVES. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 41 ANNEXE IV DÉFINITION DES ÉPREUVES Mention complémentaire Organisateur de réceptions 41 ÉPREUVE E 1 : ÉTUDE TECHNIQUE DE RÉCEPTIONS U1 Coefficient : 3 Objectifs et contenu de l épreuve L épreuve vise à

Plus en détail

Activités et projets en classe

Activités et projets en classe Activités et projets en classe Le débat sur la chasse au phoque Niveau : 10 e année, éducation civique Préparation : Imprimer les images, si nécessaire. Faire une frise de continuum. Imprimer les Questions

Plus en détail

La résolution de problèmes à l école primaire

La résolution de problèmes à l école primaire La résolution de problèmes à l école primaire «La résolution de problèmes constitue le critère principal de la maîtrise des connaissances dans tous les domaines mathématiques, mais elle est également le

Plus en détail

HISTOIRE - GÉOGRAPHIE

HISTOIRE - GÉOGRAPHIE HISTOIRE - GÉOGRAPHIE Réunion Pédagogique n 2-10 «HISTOIRE GÉOGRAPHIE EN SEGPA» Mardi 28 novembre 2006 Collège Lassagne CALUIRE Nov. 2006 Ch. Beauvarlet. CPC ASH 1 Programmes du Collège Un projet pour

Plus en détail

Objet : Baccalauréat technologique série STAV : définition des épreuves du deuxième groupe. Destinataires d'exécution

Objet : Baccalauréat technologique série STAV : définition des épreuves du deuxième groupe. Destinataires d'exécution Ordre de service d'action Direction générale de l'enseignement et de la recherche Sous-direction des politiques de formation et d'éducation bdet 1 ter avenue de Lowendal 75700 PARIS 07 SP 0149554955 Note

Plus en détail

LE BELC TAIWAN EDITION JUILLET

LE BELC TAIWAN EDITION JUILLET BELC TAIWAN 2014 FORMATION CONTINUE DES ENSEIGANTS DE FRANÇAIS D ASIE DU NORD-EST BELC Taiwan, 2ème édition La deuxième édition asiatique du BELC Métiers du français dans le monde s est déroulée à Taipei

Plus en détail

École secondaire Félix-Leclerc Programme de Sciences et technologies au premier cycle du secondaire. Enseignante : Madame Major

École secondaire Félix-Leclerc Programme de Sciences et technologies au premier cycle du secondaire. Enseignante : Madame Major École secondaire Félix-Leclerc Programme de Sciences et technologies au premier cycle du secondaire Informations complémentaires pour les parents des élèves Première année du premier cycle Enseignante

Plus en détail

Projet pédagogique MAN/1BTS HR PROJET

Projet pédagogique MAN/1BTS HR PROJET Projet pédagogique MAN/1BTS HR 2016-2017 CLASSES CONCERNEES PROJET MAN -1BTS HR Effectif : 30 élèves 4 accompagnateurs Période : Avril Au programme Cours de cuisine Academia Barilla, visite de la foire

Plus en détail

Nicolas ROCHER, lycée Léonard de Vinci, Villefontaine.

Nicolas ROCHER, lycée Léonard de Vinci, Villefontaine. La construction d une carte : faire débattre les élèves autour de la construction de la légende et des choix graphiques Introduction «géohistorique» aux cours sur la mondialisation (Terminales) Ce scenario

Plus en détail

Catalogue des ateliers pédagogiques

Catalogue des ateliers pédagogiques Catalogue des ateliers pédagogiques 2016-2017 À la recherche des animaux Comment je m habille? Niveaux : cycle 1 Durée : 1h30 2h (45 min avec le médiateur dans le château / 45 min en autonomie dans l orangerie)

Plus en détail

Isère : La Département de l Isère et sa politique agricole

Isère : La Département de l Isère et sa politique agricole La Département de l Isère et sa politique agricole Isère : Superficie : 7 431 km² Population : 1,225 millions d habitants Agriculture : 6300 exploitations agricoles ; SAU = 241000 ha 2000 agriculteurs

Plus en détail

«Jetons un pont entre nos patrimoines!»

«Jetons un pont entre nos patrimoines!» Ecole Auguste Renoir Marrakech «Jetons un pont entre nos patrimoines!» لنربط بين التراث المغربي والتراث الفرنسي. Projet interculturel 2004-2005 présenté par Madame Priscille BELKAMEL, professeur de français

Plus en détail

Conception d une activité d enseignement Le mois de l alimentation Nos collations spéciales

Conception d une activité d enseignement Le mois de l alimentation Nos collations spéciales 1 Conception d une activité d enseignement Le mois de l alimentation Nos collations spéciales Date : 19, 20 et 21 mars 2013 Domaine de développement au préscolaire : langagier Cycle : préscolaire Durée

Plus en détail

Sciences et technologie au cycle 3

Sciences et technologie au cycle 3 PNF du 10-12-15 Lycée Jean ZAY Paris - Accompagnement des nouveaux programmes en sciences et technologie cycle 2, 3, 4 Sciences et technologie au cycle 3 Les programmes Un double défi interdisciplinaire

Plus en détail

Méthodes et modalités pédagogiques

Méthodes et modalités pédagogiques Méthodes et modalités pédagogiques Emmanuelle MENNY FLEURIDAS 17/03/2017 L apprenant et le formateur : quelles relations, quelles méthodes pédagogiques, quelle posture?... 2 La pédagogie par d exemple...

Plus en détail

Rencontre Formateurs. Résultat de l enquête préalable. 3 février 2015

Rencontre Formateurs. Résultat de l enquête préalable. 3 février 2015 Rencontre Formateurs Résultat de l enquête préalable 3 février 2015 Objectif de l enquête Détecter les besoins, les difficultés, les attentes des formateurs internes et externes et rassembler les bonnes

Plus en détail

LYCEE FRANÇAIS PIERRE LOTI, ISTANBUL

LYCEE FRANÇAIS PIERRE LOTI, ISTANBUL LYCEE FRANÇAIS PIERRE LOTI, ISTANBUL 1 er AXE : PROMOTION DU FRANÇAIS ET DU MULTILINGUISME 2009-2012. La réussite en Français PPRE : - Généraliser la mise en place des PPRE d accompagnement, de maintien,

Plus en détail

Appel à projets Arts & sciences 2015, année de la lumière - Projets à dimension médiation scientifique

Appel à projets Arts & sciences 2015, année de la lumière - Projets à dimension médiation scientifique Appel à projets Arts & sciences 2015, année de la lumière - Projets à dimension médiation scientifique Deux appels à manifestation d intérêt «Arts & sciences» complètent ce dispositif : > l un en direction

Plus en détail

/ Classification action : / Constats : BONNE PRATIQUE : OPTIMISER LES PRATIQUES EN CUISINE PACKAGE : II EFFICIENCE : 22%

/ Classification action : / Constats : BONNE PRATIQUE : OPTIMISER LES PRATIQUES EN CUISINE PACKAGE : II EFFICIENCE : 22% / Classification action : DOMAINE(S) D ACTION APPROVISIONNEMENT PRÉPARATION DISTRIBUTION MESURE D ACCOMPAGNEMENT COMMUNICATION BONNE PRATIQUE : OPTIMISER LES PRATIQUES EN CUISINE PACKAGE : II EFFICIENCE

Plus en détail

Période : Vacances d éte 2013 Groupe de 3 à 5 ans. Thème : «Le monde et ses époques»

Période : Vacances d éte 2013 Groupe de 3 à 5 ans. Thème : «Le monde et ses époques» Période : Vacances d éte 2013 Groupe de 3 à 5 ans Thème : «Le monde et ses époques» 1 1- Constat Nous avons constatés qu à cet âge les enfants ne prennent pas conscience des différentes étapes chronologiques

Plus en détail

ECTS et résultats d apprentissage Atelier 1 : Lettres, Langues et Sciences humaines Université Paul Cézanne 26 mars 2010 Animateur : Jean-Luc LAMBOLEY

ECTS et résultats d apprentissage Atelier 1 : Lettres, Langues et Sciences humaines Université Paul Cézanne 26 mars 2010 Animateur : Jean-Luc LAMBOLEY Les journées européennes des experts de Bologne : ateliers régionaux 2010 CREDITS ECTS ET RESULTATS D APPRENTISSAGE Université Paul Cézanne Aix-Marseille III, à Aix-en-Provence, le 26 mars 3 avenue Robert

Plus en détail

Réalité difficile qu est l intervention rigoureuse en éducation

Réalité difficile qu est l intervention rigoureuse en éducation Réalité difficile qu est l intervention rigoureuse en éducation Pierre Potvin Ph.D., ps.éd. Chercheur associé au département de psychoéducation Université du Québec à Trois-Rivières Consultant chercheur

Plus en détail

Laurent LACHAISE Chef Cuisinier

Laurent LACHAISE Chef Cuisinier Vous êtes une entreprise ou une agence de communication, Vous souhaitez récompenser vos commerciaux, Fidéliser votre clientèle, Animer votre réseau de vente, Offrir des cadeaux événementiels.. Jouez la

Plus en détail

/ Classification action : / Constats :

/ Classification action : / Constats : / Classification action : DOMAINE(S) D ACTION APPROVISIONNEMENT PRÉPARATION DISTRIBUTION MESURE D ACCOMPAGNEMENT COMMUNICATION BONNE PRATIQUE : Prendre en compte les comportements et habitudes alimentaires

Plus en détail

DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT ÉVALUATION DES PRESTATIONS D ENSEIGNEMENT PAR LES ÉTUDIANTS ÉTUDES SUPÉRIEURES UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL

DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT ÉVALUATION DES PRESTATIONS D ENSEIGNEMENT PAR LES ÉTUDIANTS ÉTUDES SUPÉRIEURES UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT ÉVALUATION DES PRESTATIONS D ENSEIGNEMENT PAR LES ÉTUDIANTS ÉTUDES SUPÉRIEURES UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL Ce document se veut un outil de référence pour les unités qui procèdent à

Plus en détail

Recommandations Pédagogiques Pour l enseignement De la Technologie en Collège

Recommandations Pédagogiques Pour l enseignement De la Technologie en Collège Recommandations Pédagogiques Pour l enseignement De la Technologie en Collège Application des programmes du 28 août 2008 Page 1 Ces recommandations pédagogiques viennent en complément des programmes officiels,

Plus en détail