Un projet pédagogique entre histoire expérimentale et reconstitution historique : la réalisation de repas historiques par des classes d hôtellerie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un projet pédagogique entre histoire expérimentale et reconstitution historique : la réalisation de repas historiques par des classes d hôtellerie"

Transcription

1 Un projet pédagogique entre histoire expérimentale et reconstitution historique : la réalisation de repas historiques par des classes d hôtellerie Par David Cochin et Vincent Guilloteau Depuis 2004, notre équipe pédagogique composée d enseignants d histoire, de cuisine et de restaurant, a imaginé la réalisation de repas à thème historique par des élèves de la filière technologique d hôtellerie. Les nombreux décrochages et le manque parfois de motivation des élèves, constatés en particulier en classe de seconde, nous ont amené à construire un projet pédagogique établissant des relations entre l enseignement professionnel et l apport d une culture générale tournée vers l alimentation. L histoire semble être un terrain d action permettant cette interdisciplinarité. Apprendre à cuisiner des recettes médiévales, reconstituer un service de banquet renaissance, aborder l histoire des mentalités et des sociétés, voici des thématiques qui peuvent dynamiser le travail scolaire des élèves. Assez rapidement est venu l idée de proposer aux élèves de créer un banquet médiéval où serait servi des plats réalisés par eux-mêmes à partir de recettes du Moyen Âge dans le cadre d un château. Notre démarche devait s inscrire dans une certaine rigueur scientifique et dont les objectifs à atteindre pouvaient être assez ambitieux : placer les élèves et les convives dans une situation de repas le plus proche possible d une réalité historique, déterminée à partir des sources et de la documentation scientifique. Depuis 2006, nous avons ainsi réalisé trois banquets médiévaux au Château de Fougères sur Bièvre, un banquet renaissance au Château de la Bourdaisière, un repas dans le cadre d un restaurant à l époque de la Révolution à Tours et deux buffets Renaissance au Château de Chambord. Nous souhaitons ici reprendre certains éléments de ces expériences. Ce projet se situe entre deux démarches, celle de la reconstitution historique, très à la mode en ce moment s agissant des fêtes médiévales, et celle de l histoire expérimentale, pratique controversée que l on retrouve en archéologie par exemple. Par notre souci de s appuyer sur des sources, l approche expérimentale nous semble intéressante à mettre en œuvre avec nos élèves. D un autre côté, nous avons pour objectif de reconstituer des repas d une époque donnée, en s approchant d une certaine «réalité» historique. Quelle part attribuer dans notre projet à ces deux approches? Quelles en sont leurs intérêts pédagogiques? Après avoir précisé les concepts d histoire expérimentale et de reconstitution historique, nous les utiliserons pour analyser notre expérience pédagogique en cuisine et en salle. Enfin nous établirons le bilan pédagogique de ce projet. 1 / 7

2 Faire de la cuisine, entre reconstitution historique et histoire expérimentale Le terme de reconstitution historique implique la réalisation d une médiation culturelle de l histoire vers un grand public. Celle-ci peut prendre la forme de manifestations à thème historique comme les animations des fêtes médiévales ou les reconstitutions de batailles. La reconstitution historique peut aussi s appuyer sur la production et l usage d objets dont les aspects sont tirés des sources écrites, iconographiques et archéologiques. La reconstitution historique est une méthode qui consiste à recréer certains aspects d'un évènement passé, d'une période historique ou d'un mode de vie précis, en s'appuyant sur des éléments matériels (vêtement, mobilier, armement, etc.). Le domaine alimentaire se prête particulièrement bien à cette méthode. Les nombreux repas médiévaux réalisés la plupart du temps dans le cadre de fêtes médiévales, illustrent l engouement de nos concitoyens pour l époque médiévale et son histoire mais aussi la facilité apparente de l utilisation du fait alimentaire dans l approche de l histoire 1. On distingue plusieurs approches, le courant dit «living history» ou «histoire vivante» 2, la reconstitution sportive, type joute ou tournoi, et l évocation qui s approche le plus souvent de l animation dont la trame historique n est qu un prétexte au spectacle. L approche historique, donc l utilisation des sources de l histoire comme base de la reconstitution, est extrêmement variable et même aléatoire selon les objectifs et la rigueur mis en œuvre par les organisateurs des reconstitutions. En outre, les limites de la reconstitution historique apparaissent rapidement. En effet, comment reconstituer un homme du passé? Il n'est pas possible de reconstituer son système de pensée et de représentation, ses pratiques sociales, ses goûts. Ces manifestations, réalisées par des acteurs d aujourd hui, s adressent aux hommes d aujourd hui. «L histoire vivante» n est donc, au mieux, qu un moyen d approcher l histoire, de communiquer de manière simple et ludique, quelques informations sur une période de l histoire. On confond parfois la reconstitution historique avec l histoire expérimentale et plus particulièrement, l archéologie expérimentale. Celle-ci est un outil scientifique à disposition des chercheurs en archéologie. En s'appuyant sur un cadre de recherche précis, défini par la détermination des limites dues aux moyens mis en place, l'archéologie expérimentale consiste d'abord à poser des problématiques, puis à émettre des hypothèses et à les confronter à des expérimentations dont on pourra faire varier les facteurs. Les résultats obtenus lors des expérimentations sont à considérer comme de nouvelles sources qu'il faut croiser avec les données archéologiques de terrain. L'archéologie expérimentale pose le plus souvent des questions d'ordre technique (technique de taille de silex, fonctionnement d'un four de métallurgie, teinture d'un tissu naturel, construction d'une maison...). La recherche historique dans le domaine de l alimentation s interroge en particulier sur la réalisation de recettes de la 1 DE SAINT PERN D, «Joutes et ripailles, le Moyen Age fait la fête», Le Monde, 17 Juillet / 7

3 cuisine du passé et sur les manières de tables. Une forme d archéologie expérimentale de la cuisine s est ainsi développée ces vingt dernières années 3. La réalisation de repas à thème historique par des élèves d hôtellerie s inscrit pour nous à la croisée de ces deux modes d approche de l histoire de l alimentation, dans une visée pédagogique. Dès lors, deux objectifs ressortent de la réalisation de repas à thème historique : faire aborder l histoire de l alimentation aux élèves en dehors d un cadre pédagogique «académique», en les positionnant dans un cadre d expérimentation établi par les enseignants et analyser les sources et les travaux des historiens pour approcher le plus possible une «réalité» historique 4. Nous voulons apporter aux élèves un support concret à l approche de concepts de l histoire de l alimentation et en aucun cas proposer une réplication, c est-à-dire un véritable travail de recherche dans le cadre d un laboratoire qui vise, à travers la reproduction «à l identique», à apporter à l histoire des éléments qui ne figurent pas dans les documents écrits 5. Faire de l histoire en cuisine et en salle Expérimenter la cuisine par le prisme de l histoire à travers des ouvrages qui sont des témoins pertinents de leur temps, c est se confronter directement et indirectement aux défis et enjeux techniques et culturels de ce temps. Cette porte d entrée dans l histoire culinaire se fait presque essentiellement sous une forme de cuisine gastronomique ; en effet les sources historiques ne traitent presque pas d autres formes de cuisine. Les traces d une forme d alimentation quotidienne ne concernant pas les élites sont presque inexistantes, ou sont sujets d hypothèses 6. Il est nécessaire de resituer cette donnée auprès des élèves acteurs qui dès lors ne peuvent que se sentir valorisés par cette entrée en matière. C est par le truchement de cette donnée que l élève s exprime pleinement. Il faut aussi organiser et choisir les mets qui entreront dans ce menu historique, avec l ambition de ne pas négliger les recettes représentatives du goût et des pratiques de l époque, sans omettre de valoriser des préparations peu connues, en même temps, sans négliger la masse de travail qu elles nécessitent ou la difficulté à les mettre en œuvre ou à les réchauffer. Bien 3 SABAN F., SERVENTI S, La gastronomie à la Renaissance, cent recettes de France et d Italie, Paris, Éd Stock, 1997, p. 65. FLANDRIN J.-L., Fêtes gourmandes au Moyen Âge, Paris, Imprimerie nationale Éditions, 1998, p.7. 4 LAUGINIE P., «Une approche expérimentale de l Histoire des Sciences - Réflexions pour une pédagogie», www. cahiers-pedagogique.com, janvier 2009, consulté le 20 juin Ibidem. 6 HYMAN P. et M. «Imprimer la cuisine : les livres de cuisine en France entre le XVe et le XIXe siècle», in FLANDRIN J.-L. et MONTANARI M.,(dir.), Histoire de l Alimentation, Paris, Fayard, 2008, pp / 7

4 d autres éléments entrent dans cette construction de menu : animaux ou produits ne se commercialisant plus (cigognes, butor, cormorans, héron, mastic, etc.), techniques de réalisation peu ou pas explicites (à foison, etc.), concordance avec les possibilités de service en salle, et maintenir une forme d harmonie générale. Le professeur de production et d organisation culinaire doit aussi avoir le souci permanent de ramener beaucoup de ces réalisations à un niveau technique débutant. Cependant le champ des techniques mis en œuvre en classe de seconde permet la confection de la majeure partie de ces recettes. La saisonnalité des produits disponibles est aussi un axe important de réalisation, et révèle la difficulté actuelle des jeunes esprits à intégrer cette donnée dans un monde où les saisons ne sont plus un obstacle. Nous avons même imaginé au départ un approvisionnement limité géographiquement, comme pour mieux nous positionner, mais cette idée a été relativement limitée dans les faits. Il faut se rendre compte rapidement que ce qui pouvait être pris pour des freins se révélait impossible. Il est en effet difficile ou impossible de travailler avec des outils, du matériel et dans les conditions de l époque choisie. La reconstitution historique permet cette forme de transgression, elle offre la possibilité d un respect historique dans le fond sans nécessiter un maintien rigoureux dans la forme. Pour l enseignant de cuisine, rien n est plus important que d offrir un aliment bactériologiquement sain : pas de cuisine donc dans l âtre de la cheminée, avec bassines et faitouts de cuivre non étamé, pas non plus de lèchefrite, ni de rôtissoire à faire tourner, au risque de déplaire aux plus exigeants d entre nous. Les travaux préparatoires de déchiffrage de textes anciens comme le Viandier 7, Le Mesnagier de Paris 8 autorisent la réalisation des premières fiches techniques qui s inscrivent dans le référentiel de ce niveau de classe. Nous constatons rapidement l intérêt de travailler conjointement avec d autres professeurs notamment en Lettres. Ce travail historique permet donc un travail interdisciplinaire évident et très profitable à tous. La confection de ces fiches techniques est un travail non négligeable et leur réalisation est chronophage, mais constructive pour les élèves. Les travaux conjoints des professeurs de Lettres, d Histoire, de Restaurant et de Cuisine permettent de mettre en évidence les caractéristiques de telle ou telle cuisine. La cuisine médiévale est mise à l honneur par sa constance dans la réalisation de mets colorés, fortement épicés, aptes à des mises en scène (porcelet en armure) 9. Il faut donc dégager pour chaque période historique traitée des caractéristiques identitaires afin de les mettre en valeur au cours du repas. 7 TIREL Guillaume dit TAILLEVENT, Le Viandier Réédition, Livres en bouche. Ed. Manucius Mesnagier de Paris, fin du XIV e siècle, traduction Bruno Laurioux, Le Moyen Âge à table, Paris, LAURIOUX B. «Cuisines médiévales», in FLANDRIN J.-L. et MONTANARI M.,(dir.), Histoire de l Alimentation, Paris, Fayard, 2008, pp / 7

5 Ensuite le temps des essais, la confrontation aux caractéristiques gustatives et aux difficultés techniques peuvent avoir lieu. Ces tests de réalisation permettent d appréhender encore plus précisément les goûts d une époque révolue ; de la perplexité parfois, mais aussi d agréables surprises se révèlent ainsi. La volonté de rester au plus près des goûts et des habitudes alimentaires historiques doit être un fil conducteur, mais se soucier des difficultés de perception contemporaine reste une contrainte 10. Cette confrontation historique permet d avancer plusieurs idées issues de cette mise en pratique : par exemple, les épices qui sont toujours employées en abondance dans la cuisine du Moyen Âge. La pratique a démontré que ces épices venues d assez loin perdaient de leur force aromatique ; de plus lorsqu elles sont combinées à des recettes peu grasses, comme c est le cas de beaucoup de celles du Moyen Âge, cette absence ne permet plus ce maintien aromatique puissant. Ensuite cette pratique avait permis la réappropriation de techniques oubliées et leur redéfinition. La réalisation de talmouses et de pâtés dans le sens de mettre en pâte prend tout son sens premier. Enfin, ce travail permet la concrétisation de la pratique d une cuisson juste et parfaite qui a le souci permanent du produit. Il s agit donc alors de reformuler et redéfinir ces caractéristiques souvent exprimées de cuisines grossières et faite d à peu près, comme de cuisines très élaborées, s appropriant sans doute de manière empirique, des techniques circonstanciées et très respectueuses du produit traité. La concrétisation d un projet sous la forme d un repas est le point d orgue de presque six mois de travail. La réalisation de ce type de repas a aussi révélé des difficultés auxquelles étaient confrontés nos prédécesseurs. Organiser et gérer la distribution devaient être particulièrement ardu sans le secours de nombreuses petites mains expertes. L organisation en brigades très élaborées n est certainement pas une légende. En salle, le travail des élèves consistent à créer une situation de repas et de service le plus proche possible du déroulement d un repas à un moment donné de l histoire 11. Pour l ensemble des réalisations de repas à thème historique, le cadre fut donné par un lieu correspondant à l époque et au type de repas donné. Par exemple, la grande salle du château de Fougères sur Bièvre a été choisie pour la réalisation d un banquet seigneurial de la fin du XVe siècle. A partir de l étude d enluminure et de récit de banquet, il est assez simple pour les élèves de comprendre l organisation de la salle et la disposition par exemple des tables et des objets positionnées sur celles-ci 12. Un plan de salle et de table peut ainsi être aisément réalisé par les élèves. Une réflexion est aussi menée pour établir la liste des objets à positionner sur les tables. Mais très rapidement, on butte sur les limites de la reconstitution historique du fait du public contemporain devant participer au repas. Il est apparu difficile de placer les convives selon leur rang social. Qui serait le seigneur? L alignement des participants d un seul côté de la table a été vite abandonné du fait du manque de convivialité qui en découlait. Nous avons cependant maintenu l absence de fourchette, d assiette, de serviette pour les repas médiévaux, respectant ainsi les manières de tables 10 SABBAN F, SERVENTI S. Op.Cit, pp FLANDRIN J.-L., Fêtes gourmandes Op. Cit. p VAUQUELIN J., Comment le roi Alexandre fut empoisonné?, Enluminure, / 7

6 médiévales, mais indisposant très souvent les convives contemporains. Manger avec les doigts et partager les plats communs en choquent plus d un. Notre travail est donc loin de l histoire expérimentale, d autant plus que nous manquons de reproduction d objets d époque et que le public n entre pas dans un protocole expérimental. Si expérience il y a, elle est surtout pédagogique car les élèves abordent une autre façon d envisager le service, très différents dans les méthodes de celui enseigné au lycée et comprennent qu au cours de l histoire les façons de s alimenter ont différé selon les lieux, les époques et les mentalités. Partir des sources iconographiques, des recettes et de textes d historiens, pour ensuite réaliser une manifestation gastronomique, oblige l élève à analyser et comprendre certains concepts historiques pour mettre en œuvre une pratique technique cohérente et en rapport avec les données de l histoire. Une médiation culturelle de l Histoire en direction des élèves et du grand public Ce projet pédagogique utilise la reconstitution de repas historiques comme moyen d aborder l histoire de l alimentation de manière concrète. L approche des sources de l histoire n apparait plus pour l élève comme scolaire ou lointaine mais comme un moyen de comprendre une autre réalité. L expérimentation historique n est pas totalement exclue du processus de construction de ces repas mais reste très limitée car élaborée dans un cadre trop peu rigoureux pour être valable d un point de vue de la recherche historique. Mais là, n est pas l objectif du travail, avant tout pédagogique. Transposer une recette, en analysant les contraintes, expérimenter des savoir-faire et des goûts, sont riches d enseignements pour les élèves. Ils s ouvrent à d autres modes de pensée et à d autres valeurs. L importance des épices, si difficiles à accepter pour les palais contemporains, fait comprendre aux élèves qu il peut exister d autres goûts et pratiques alimentaires correspondant à d autres valeurs. La compréhension de l histoire, par la mise en œuvre pratique d un repas, est plus aisée car la médiation de la «reconstitution» aide à la conceptualisation. Par exemple, la disposition de la table et des convives montrent une société très inégalitaire où la position sociale détermine les actes les plus essentiels de la vie. Ainsi, la féodalité peut être appréhendée par l étude et la réalisation d un banquet seigneurial. De même, l histoire des mentalités devient plus évidente lorsque l on observe le rituel de table, qu il s agisse de la présence d un goûteur ou des manières de table. Le concept de civilisation des mœurs 13 à l époque moderne devient par exemple extrêmement concret. 13 ELISA N., La civilisation des mœurs, Paris, poche Pokket, / 7

7 Cette approche pédagogique s inscrit parfaitement dans un enseignement de l histoire, qui aujourd hui n est plus nécessairement chronologique, comme une succession d évènements. Les programmes, comme celui de seconde, proposent des moments historiques. Comme le signalait Dominique Borne, doyen de l Inspection générale de l Éducation nationale lors d une intervention en séminaire, «il est souhaitable d entrer dans l histoire par des objets et plus particulièrement par des objets qui permettent des entrées plurielles» 14. Par une démarche pédagogique utilisant la gastronomie, qui va ainsi de la description au sens, nous pouvons amener les élèves à utiliser l histoire pour mieux comprendre le monde mais aussi les pratiques professionnelles. Enfin, intégrer le grand public, c est-à-dire les parents d élèves, mais aussi les membres d association travaillant dans le domaine du patrimoine et plus généralement toutes personnes intéressées par l histoire, permet à notre enseignement d élargir son horizon. Un repas historique reconstitué de façon rigoureuse, s appuyant sur les sources et les débats des historiens, est une médiation culturelle qui nous semble très intéressante. Par une mise en situation dans des conditions peu habituelles de prise de repas et par une expérimentation sensorielle très souvent surprenante, les convives apprennent d une manière simple et libre l histoire. Cette médiation trouve rapidement ses limites : la durée de l expérience (une soirée), la disponibilité des personnes et leur ouverture d esprit. Cependant, nombreuses sont les personnes ayant assisté à ces repas, qui déclarent avoir appris. Ce point d ailleurs mériterait d être étudié systématiquement car aucune analyse n aborde cette réflexion. Nous pouvons conclure que cette expérience pédagogique, menée depuis sept ans, utilise la reconstitution de repas à thème historique comme moyen d aborder toutes les facettes de l histoire. L alimentation permet une approche différente de l histoire dans la recherche scientifique mais aussi en pédagogie. Par la nourriture, on traite des rapports de l Homme avec soi-même, avec les autres, avec le monde et l au-delà. Les sources et les approches sont extrêmement nombreuses 15. En cela, indépendamment d un travail culinaire et gastronomique, l enseignement de l histoire par l alimentation est ouvert à toutes les filières de l éducation. Dans la filière hôtelière, en plus d apporter de la motivation aux élèves, cet enseignement permet une réflexion et une distanciation de l apprenant vis-à-vis des méthodes et des savoirs professionnels transmis. 14 BORNE D., «Quelles entrées possibles dans les programmes d histoire-géographie de l enseignement général?», Histoire de l alimentation, quels enjeux pour la formation?, Dijon, Éducagri, 2004, p MONTANARI M., «Former les professionnels de l hôtellerie à l histoire ou les historiens à l alimentation?», Histoire de l alimentation, quels enjeux pour la formation?, op. cit., p / 7

Référentiel des activités professionnelles

Référentiel des activités professionnelles Référentiel des activités professionnelles Champ d activité Définition Le titulaire de la mention complémentaire Cuisinier en desserts de restaurant est un professionnel de la restauration et de la cuisine.

Plus en détail

PLAISIR à la CANTINE En Languedoc-Roussillon

PLAISIR à la CANTINE En Languedoc-Roussillon 29 janvier 2015 Quel accompagnement pédagogique pour une restauration collective, durable, responsable et de qualité? PLAISIR à la CANTINE En Languedoc-Roussillon Catherine Le Chevallier Piat Cap.nutricio

Plus en détail

ATELIERS THEORIQUES ET PRATIQUES LA BIO, LA RESTAURATION COLLECTIVE, LES FILIERES REGIONALES

ATELIERS THEORIQUES ET PRATIQUES LA BIO, LA RESTAURATION COLLECTIVE, LES FILIERES REGIONALES COMPRENDRE DECOUVRIR APPRENDRE ECHANGER IMAGINER SE FORMER ATELIERS THEORIQUES ET PRATIQUES LA BIO, LA RESTAURATION COLLECTIVE, LES FILIERES REGIONALES A PRO BIO POLE DE RESSOURCES, DE PROMOTION ET DE

Plus en détail

L alimentation durable à Etterbeek

L alimentation durable à Etterbeek L alimentation durable à Etterbeek En 2009 : Création de l asbl communale Commune Ferme à la ville Activités : - GAS communal - Projections de films, conférences - Cours de cuisine, atelier du goût - Création

Plus en détail

CHARTE IN SITU, artistes en résidence dans les collèges

CHARTE IN SITU, artistes en résidence dans les collèges CHARTE IN SITU, artistes en résidence dans les collèges PREAMBULE En complément du plan départemental «La Culture et l Art au Collège» permettant à tous les collèges d accueillir chaque année 3 parcours

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LYCÉE PROFESSIONNEL. Histoire Géographie Éducation civique Nouvelle-Calédonie

MISE EN ŒUVRE DES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LYCÉE PROFESSIONNEL. Histoire Géographie Éducation civique Nouvelle-Calédonie MISE EN ŒUVRE DES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LYCÉE PROFESSIONNEL Histoire Géographie Éducation civique Nouvelle-Calédonie De nombreuses questions Les évaluations : l évaluation en 1ère (ponctuelle et finale),

Plus en détail

Langues vivantes : pratiques de classe, posture pédagogique Construire une séquence

Langues vivantes : pratiques de classe, posture pédagogique Construire une séquence Les propositions de travail ci-dessous sont extraites de la plate-forme de formation à distance «m@gistère», module «construire et mettre en œuvre une séquence en langue», enseigner une langue vivante.

Plus en détail

Rencontre Formateurs. Résultat de l enquête préalable. 3 février 2015

Rencontre Formateurs. Résultat de l enquête préalable. 3 février 2015 Rencontre Formateurs Résultat de l enquête préalable 3 février 2015 Objectif de l enquête Détecter les besoins, les difficultés, les attentes des formateurs internes et externes et rassembler les bonnes

Plus en détail

VADEMECUM FORMATIONS DE FORMATEURS

VADEMECUM FORMATIONS DE FORMATEURS VADEMECUM FORMATIONS DE FORMATEURS Document élaboré lors du séminaire en ingénierie de la formation au CREFECO (10-14 octobre 2011) animé par Michel Boiron, directeur du CAVILAM Contenu Définition d une

Plus en détail

Les étapes d une démarche d apprentissage en situation problème. D après un document de Hélène Lagarde CPAIEN

Les étapes d une démarche d apprentissage en situation problème. D après un document de Hélène Lagarde CPAIEN Les étapes d une démarche d apprentissage en situation problème D après un document de Hélène Lagarde CPAIEN 1 Représentations initiales Qu est qu une situation d apprentissage? 2 Quels sont les objectifs?

Plus en détail

Un farceur a mélangé le sel et le poivre. Ton défi est de trouver le moyen de les séparer.

Un farceur a mélangé le sel et le poivre. Ton défi est de trouver le moyen de les séparer. Défi n 1 CE2 CM1 CM2 Le défi Un farceur a mélangé le sel et le poivre. Ton défi est de trouver le moyen de les séparer. Dans les programmes de l école élémentaire Programmes de 2008 Mélanges et solutions

Plus en détail

Remédiation aux difficultés de lecture et d écriture en lycée professionnel. Atelier E.L.L.P. (Ecriture et Lecture en Lycée Professionnel)

Remédiation aux difficultés de lecture et d écriture en lycée professionnel. Atelier E.L.L.P. (Ecriture et Lecture en Lycée Professionnel) Remédiation aux difficultés de lecture et d écriture en lycée professionnel. Atelier E.L.L.P. (Ecriture et Lecture en Lycée Professionnel) Renseignements utiles : Académie de Poitiers Nom et adresse complète

Plus en détail

Rapport sur l offre de formation «licence»

Rapport sur l offre de formation «licence» Section des Formations et des diplômes Rapport sur l offre de formation «licence» de l Université des Antilles et de la Guyane - UAG Vague E - 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Développer l intérêt des élèves de collège et de lycée pour le secteur de la construction

Développer l intérêt des élèves de collège et de lycée pour le secteur de la construction Règlement 2017 Article 1 : objet Développer l intérêt des élèves de collège et de lycée pour le secteur de la construction Le Concours BATISSIEL vise à développer l intérêt des élèves de collège et de

Plus en détail

Être étudiant/enseignant dans LA SPECIALISATION EN PSYCHOPATHOLOGIE

Être étudiant/enseignant dans LA SPECIALISATION EN PSYCHOPATHOLOGIE Centre d Enseignement Supérieur pour Adultes Rue de Courcelles, 10 à 6044 ROUX Tél : 071/45.11.08 Fax : 071/45.53.63 mail : cesa@cesa.be Matricule : 5.355.007 Être étudiant/enseignant dans LA SPECIALISATION

Plus en détail

4. Les démarches scientifiques

4. Les démarches scientifiques 4. Les démarches scientifiques D après André Giordan, la démarche scientifique consiste à «faire émerger des éléments observables ou quantifiables, de les confronter à des hypothèses, de pouvoir maîtriser

Plus en détail

/ Classification action : / Constats : BONNE PRATIQUE : OPTIMISER LES PRATIQUES EN CUISINE PACKAGE : II EFFICIENCE : 22%

/ Classification action : / Constats : BONNE PRATIQUE : OPTIMISER LES PRATIQUES EN CUISINE PACKAGE : II EFFICIENCE : 22% / Classification action : DOMAINE(S) D ACTION APPROVISIONNEMENT PRÉPARATION DISTRIBUTION MESURE D ACCOMPAGNEMENT COMMUNICATION BONNE PRATIQUE : OPTIMISER LES PRATIQUES EN CUISINE PACKAGE : II EFFICIENCE

Plus en détail

Problématique générale: De quelle manière la Renaissance va-t-elle transformer les sociétés européennes?

Problématique générale: De quelle manière la Renaissance va-t-elle transformer les sociétés européennes? Mise en œuvre de la séquence Humanisme et Renaissance (6heures) Problématique générale: De quelle manière la Renaissance va-t-elle transformer les sociétés européennes? Séance 1: Léonard de Vinci et la

Plus en détail

REDUCTION DU GASPILLAGE ALIMENTAIRE ET COMPOSTAGE EN ETABLISSEMENT

REDUCTION DU GASPILLAGE ALIMENTAIRE ET COMPOSTAGE EN ETABLISSEMENT REDUCTION DU GASPILLAGE ALIMENTAIRE ET COMPOSTAGE EN ETABLISSEMENT Protocole d accompagnement En partenariat avec 1 En 2015, le SMICTOM Ille et Rance et le SMICTOM des Forêts ont été lauréats de l appel

Plus en détail

La démarche de recherche en sciences sociales. UE 3.4 S4 Présentation CI Promotion septembre

La démarche de recherche en sciences sociales. UE 3.4 S4 Présentation CI Promotion septembre La démarche de recherche en sciences sociales UE 3.4 S4 Présentation CI Promotion septembre 2012 2015 1 Objectifs du cours Comprendre les étapes essentielles de la démarche en sciences sociales. Etre en

Plus en détail

Annexe Programme de sciences et technologies culinaires de la classe de seconde série sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration

Annexe Programme de sciences et technologies culinaires de la classe de seconde série sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration Annexe Programme de sciences et technologies culinaires de la classe de seconde série sciences et technologies de l hôtellerie et de la La série technologique hôtellerie- présente des particularités liées

Plus en détail

Présentation stage de mi-parcours. Charlotte Guiot, Université de Pune

Présentation stage de mi-parcours. Charlotte Guiot, Université de Pune Présentation stage de mi-parcours Charlotte Guiot, Université de Pune L organisation des cours Deux classes : master 1, cours de language skills advanced diploma Language skills La classe : master 1 niveau

Plus en détail

LE BELC TAIWAN EDITION JUILLET

LE BELC TAIWAN EDITION JUILLET BELC TAIWAN 2014 FORMATION CONTINUE DES ENSEIGANTS DE FRANÇAIS D ASIE DU NORD-EST BELC Taiwan, 2ème édition La deuxième édition asiatique du BELC Métiers du français dans le monde s est déroulée à Taipei

Plus en détail

PAC : classe à projet artistique et culturel Mise en mots, mise en bouche De la lettre à l assiette

PAC : classe à projet artistique et culturel Mise en mots, mise en bouche De la lettre à l assiette Collège les Côtes Chemin du bief de l étang neuf 01960 PERONNAS PAC : classe à projet artistique et culturel Mise en mots, mise en bouche De la lettre à l assiette Classe de 3 ème Hygiène Alimentation

Plus en détail

«L ardoise de mes ardoises» en 3 ème MDP

«L ardoise de mes ardoises» en 3 ème MDP Xavier BEAUVY groupe TraAM Maths et TICE de l académie de Nantes Mai 2012 «L ardoise de mes ardoises» en 3 ème MDP Compétence calculatoire travaillée ou en lien avec ces activités : Il s agit essentiellement

Plus en détail

Travail de mémoire réalisé par Anne Bosshard sous la direction du Professeur J.-L. Gurtner, août 2013!

Travail de mémoire réalisé par Anne Bosshard sous la direction du Professeur J.-L. Gurtner, août 2013! LA PLACE ET LA FORME DE L EDUCATION MUSICALE A L ECOLE OBLIGATOIRE UNE SITUATION ENTRE UNIFORMITE INTERNATIONALE ET PARTICULARITES NATIONALES PERSPECTIVES COMPAREES SYNTHESE L intérêt pour cette étude

Plus en détail

**************** Ouagadougou, mars Ing. Michel YAMEOGO Membre de l équipe des facilitateurs du processus.

**************** Ouagadougou, mars Ing. Michel YAMEOGO Membre de l équipe des facilitateurs du processus. Contribution du consortium 2iE, INADES, IPD/AOS à l atelier Rôle des acteurs dans l orientation et le fonctionnement des dispositifs de formation rurale pour le développement» **************** Appuis à

Plus en détail

CERTIFICATION BACCALAUREAT PROFESSIONNEL MATHEMATIQUES. Lycée... SESSION 20.. Séquence n 1

CERTIFICATION BACCALAUREAT PROFESSIONNEL MATHEMATIQUES. Lycée... SESSION 20.. Séquence n 1 CERTIFICATION BACCALAUREAT PROFESSIONNEL MATHEMATIQUES LOGO LYCÉE Lycée... SESSION 20.. Séquence n 1 Nom:... Prénom:... Date:... Heure:... Classe :... Professeur examinateur:. Note: Durée: 45 min /10 Thématique:

Plus en détail

Guide pour la réalisation du Projet de fin d études (PFE) (IRFC)

Guide pour la réalisation du Projet de fin d études (PFE) (IRFC) Guide pour la réalisation du Projet de fin d études (PFE) (IRFC) Méthodologie de la Recherche (12 h TD) Année universitaire : 2013-2014 Enseignant : Aziz Chahir (Coordonnateur des PFE et des stages) E-mail

Plus en détail

ICI & LÀ / INNOVATION PRODUITS PRIMÉS! L E B O U C H E R V E R T

ICI & LÀ / INNOVATION PRODUITS PRIMÉS! L E B O U C H E R V E R T LE BOUCHER VERT Concernés par l environnement, les nouveaux régimes alimentaires et la mutation des comportements de vie, ICI&LÀ a l ambition de s inscrire au cœur d une démarche innovante et responsable

Plus en détail

Sciences et technologie au cycle 3

Sciences et technologie au cycle 3 PNF du 10-12-15 Lycée Jean ZAY Paris - Accompagnement des nouveaux programmes en sciences et technologie cycle 2, 3, 4 Sciences et technologie au cycle 3 Les programmes Un double défi interdisciplinaire

Plus en détail

Réforme des épreuves du concours A BCPST 2015

Réforme des épreuves du concours A BCPST 2015 Service des concours agronomiques et vétérinaires Réforme des épreuves du concours A BCPST 2015 1 - Épreuves écrites d admissibilité Biologie A - Épreuve de synthèse (3 heures) Modalités de l épreuve Elle

Plus en détail

: L'évaluation formative de la production orale.

: L'évaluation formative de la production orale. : Z-19 : L'évaluation formative de la production orale. Mettre en place une évaluation formative de production orale et des activités de remédiation appropriées. L évaluation formative peut se faire à

Plus en détail

De la terre à l assiette à la manière d un artiste.

De la terre à l assiette à la manière d un artiste. De la terre à l assiette à la manière d un artiste. Le binôme de professionnels : Travailleurs sociaux : Renald BARTHOD et Sylvie DESBAT (SAVS de l APEI) et Chantal EYNARD (CHS) Véronique SZKUDLARCK et

Plus en détail

Synthèse mémoire de Master

Synthèse mémoire de Master Synthèse mémoire de Master Par Zbinden Loïc La BD, support PER compatible en classe d histoire? La question qui est formulée en titre de ce mémoire de Master est la question de départ qui a motivé ce travail

Plus en détail

École secondaire Félix-Leclerc Programme de Sciences et technologies au premier cycle du secondaire. Enseignante : Madame Major

École secondaire Félix-Leclerc Programme de Sciences et technologies au premier cycle du secondaire. Enseignante : Madame Major École secondaire Félix-Leclerc Programme de Sciences et technologies au premier cycle du secondaire Informations complémentaires pour les parents des élèves Première année du premier cycle Enseignante

Plus en détail

L éducation au développement durable et la gouvernance des territoires éducatifs

L éducation au développement durable et la gouvernance des territoires éducatifs L éducation au développement durable et la gouvernance des territoires éducatifs Maryvonne DUSSAUX Maître de conférences. UPEC Laboratoire STEF-ENS Cachan Le 19/10/2012 Introduction Placer l EDD dans une

Plus en détail

Toutes Fibres Dehors! 2016

Toutes Fibres Dehors! 2016 Présentation du salon Toutes Fibres Dehors! 2016 Salon de la fibre éthique Artisans d'art et producteurs de fibres Le salon Toutes Fibres Dehors! Aura lieu les 11, 12 & 13 novembre 2016 à la salle des

Plus en détail

Allier une prise en charge pédagogique commune et concertée, et la différenciation pour la réussite de tous

Allier une prise en charge pédagogique commune et concertée, et la différenciation pour la réussite de tous Collège Diderot - Besançon Allier une prise en charge pédagogique commune et concertée, et la différenciation pour la réussite de tous - Rapport d étape - Résumé du projet : Nous abordons le problème par

Plus en détail

LA MAIN A LA PATE Poulies et engrenages Cycle 3 Poulies et engrenages.

LA MAIN A LA PATE Poulies et engrenages Cycle 3 Poulies et engrenages. LA MAIN A LA PATE Poulies et engrenages Cycle 3 Poulies et engrenages. Poulies et engrenages cycle 3 - doc Ecole des Mines de Nantes 1 LA MAIN A LA PATE Poulies et engrenages Cycle 3 Poulies et engrenages.

Plus en détail

L Institut du Service Civique Document de présentation à destination du réseau Service Civique

L Institut du Service Civique Document de présentation à destination du réseau Service Civique Février 2012 L Institut du Service Civique Document de présentation à destination du réseau Service Civique L Institut du Service Civique en quelques mots Cette initiative a pour objet de détecter, pendant

Plus en détail

Créer un laboratoire de mathématiques. dans sa classe ou dans son établissement

Créer un laboratoire de mathématiques. dans sa classe ou dans son établissement Créer un laboratoire de mathématiques dans sa classe ou dans son établissement 1 Créer un laboratoire de mathématiques 1. un projet pédagogique 2. une démarche d'enseignement/apprentissage 3. un lieu et

Plus en détail

Mettre en œuvre le parcours Avenir

Mettre en œuvre le parcours Avenir Mettre en œuvre le parcours Avenir Ateliers A/ Piloter le parcours Avenir 1/ Quel pilotage académique mettre en place? Impulser le parcours Avenir par un message académique fort inscrit dans le projet

Plus en détail

L exemple du club Sablé Basket (Sarthe) a une diversification de l activité : intervention en milieu

L exemple du club Sablé Basket (Sarthe) a une diversification de l activité : intervention en milieu MONOGRAPHIES PÉRENNISATION D EMPLOIS Diversification des activités et mise à disposition de l emploi au sein de la ville L exemple du club Sablé Basket (Sarthe) EN SYNTHÈSE A la suite d une relégation

Plus en détail

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie Recherche épidémiologique sur la maladie d'alzheimer : quelques questions d'éthique Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie P. 1 Les études cas-témoin L un

Plus en détail

Vous en souhaitant bonne réception

Vous en souhaitant bonne réception OCDE A l attention de Monsieur OWENS Directeur CPAF Nantes le 15 septembre 2010 Objet : Commentaires relatif à un nouveau projet sur les aspects prix de transfert des incorporels Cher Monsieur Owens, Le

Plus en détail

MASTER 2 DROIT DES LIBERTÉS

MASTER 2 DROIT DES LIBERTÉS MASTER 2 DROIT DES LIBERTÉS RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Mention : Droit des libertés Niveau d'étude : Bac +5 Formation à distance : En

Plus en détail

L accueil des deux ans, Le projet de première scolarisation

L accueil des deux ans, Le projet de première scolarisation L accueil des deux ans, Le projet de première scolarisation Programme d action pour l école maternelle 1. Vers un projet de scolarisation des élèves de deux ans Les principes Actuellement, les enfants

Plus en détail

4.5 Le bâton du pape. Intentions de l activité

4.5 Le bâton du pape. Intentions de l activité 4.5 Le bâton du pape Lors de Show Math, les élèves ont vu comment, il y a 2200 ans, Ératosthène a calculé la circonférence de la Terre. Pour réussir cet exploit, il a dû utiliser des notions mathématiques

Plus en détail

Institut Régional du Goût Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes

Institut Régional du Goût Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes Institut Régional du Goût Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes DOSSIER DE PRESSE PRÉSENTATION DE L INSTITUT RÉGIONAL DU GOÛT Vendredi 20 mai 2016 de 10h à 12h Hall 3 Salle 303 Salon de l Agriculture Aquitaine,

Plus en détail

Enseigner les sciences expe rimentales a l e cole e le mentaire : physique et technologie Tavernier, Bordas

Enseigner les sciences expe rimentales a l e cole e le mentaire : physique et technologie Tavernier, Bordas Enseigner les sciences expe rimentales a l e cole e le mentaire : physique et technologie Tavernier, Bordas Comment enseigner la physique et la technologie à l école primaire? Les sciences cherchent à

Plus en détail

page 1 introduction Découvrir 2 plantes aromatiques et médicinales caractéristiques de 2 écosystèmes différents

page 1 introduction Découvrir 2 plantes aromatiques et médicinales caractéristiques de 2 écosystèmes différents Titre : Echanger en Europe sur la biodiversité avec etwinning page 1 introduction Découvrir 2 plantes aromatiques et médicinales caractéristiques de 2 écosystèmes différents Ce travail s intègre dans un

Plus en détail

Quels écrits pour quelles activités en cycle 3 Un parcours annuel de production d écrits. Une démarche pour écrire : de l analyse de textes à l

Quels écrits pour quelles activités en cycle 3 Un parcours annuel de production d écrits. Une démarche pour écrire : de l analyse de textes à l Écrire au cycle 3 Quels écrits pour quelles activités en cycle 3 Un parcours annuel de production d écrits. Une démarche pour écrire : de l analyse de textes à l écriture. Outils pour écrire des textes

Plus en détail

SEQUENCE DE LANGAGE EN PS PROPOSITION DU GROUPE MATERNELLE 63

SEQUENCE DE LANGAGE EN PS PROPOSITION DU GROUPE MATERNELLE 63 SEQUENCE DE LANGAGE EN PS PROPOSITION DU GROUPE MATERNELLE 63 Progresser vers la maîtrise de la langue française. Compétence visée : Comprendre, acquérir et utiliser un vocabulaire pertinent CHAMP LEXICAL

Plus en détail

Visites guidées de l exposition A table au Moyen Age! Ateliers pédagogiques Sur la route des Epices Musique médiévale

Visites guidées de l exposition A table au Moyen Age! Ateliers pédagogiques Sur la route des Epices Musique médiévale MUSÉE DU CHÂTEAU DE DOURDAN (91 - ESSONNE) Visites guidées de l exposition A table au Moyen Age! Ateliers pédagogiques Sur la route des Epices Musique médiévale Dossier pédagogique De février à juin 2016

Plus en détail

Faut-il utiliser le TBI?

Faut-il utiliser le TBI? Retour au site académique Aix-Marseille Histoire et Géographie Faut-il utiliser le TBI? Laurent Bonnet Le 5 septembre 2010 Professeur au Collège Les Bartavelles MARSEILLE 1. Quelles sont les exigences

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEILS PERISCOLAIRES DE CŒUR D ESTUAIRE

PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEILS PERISCOLAIRES DE CŒUR D ESTUAIRE PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEILS PERISCOLAIRES DE CŒUR D ESTUAIRE L ensemble des contraintes de travail des parents nécessite la prise en charge des enfants pendant les périodes plus larges que l accueil scolaire

Plus en détail

Distinction entre les concepts d éducation et de formation

Distinction entre les concepts d éducation et de formation 1 Résumé de lecture effectué par Stéphane Martineau (Ph.D.) et Dodzi Komi Amemado (M.A) UQTR, CRIFPE, LADIPE Ce court texte présente les grandes lignes de l ouvrage de Xavier Roegiers, Analyser une action

Plus en détail

/ Classification action : / Constats :

/ Classification action : / Constats : / Classification action : DOMAINE(S) D ACTION APPROVISIONNEMENT PRÉPARATION DISTRIBUTION Fiche complémentaire à la fiche 6.2 «Prendre en compte la néophobie envers les nouveaux produits» MESURE D ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Déterminants du problème

Déterminants du problème Manque de connaissances représentations défavorables / AP du jeune Attitudes défavorables/ap du jeune Attitude/AP des parents Manque de motivation du jeune Manque de compétences du jeune /AP Encouragement

Plus en détail

/ Présentation du fonctionnement de l établissement :

/ Présentation du fonctionnement de l établissement : Lycée Jessé de Forest 15 avenue du Pont Rouge - BP 215 59440 Avesnes-sur-Helpe 03 27 56 10 30 0 / 7 03 27 56 10 39 : http://lyceeavesnes.etab.ac-lille.fr/projetsite/ Lycée général et technique avec section

Plus en détail

Question n 1 Le document ci-dessous présente le schéma d un microscope ; choisis la bonne proposition d annotation. a : objectif b : patine 1

Question n 1 Le document ci-dessous présente le schéma d un microscope ; choisis la bonne proposition d annotation. a : objectif b : patine 1 Question n 1 Le document ci-dessous présente le schéma d un microscope ; choisis la bonne proposition d annotation. a : objectif b : patine 1 c : oculaire d : vis e : lampe f : interrupteur 3 2 4 5 6 A

Plus en détail

COMPÉTENCE D'APPRENTISSAGE ET COMPÉTENCE CULTURELLE EN PERSPECTIVE ACTIONNELLE

COMPÉTENCE D'APPRENTISSAGE ET COMPÉTENCE CULTURELLE EN PERSPECTIVE ACTIONNELLE Journée pédagogique CDL & EPFL Lausanne «Approche actionnelle et autonomie» Samedi 2 avril 2011 COMPÉTENCE D'APPRENTISSAGE ET COMPÉTENCE CULTURELLE EN PERSPECTIVE ACTIONNELLE Christian PUREN Professeur

Plus en détail

Charles-Olivier Betansedi, "Les femmes, le cancer et son lien avec le travail"

Charles-Olivier Betansedi, Les femmes, le cancer et son lien avec le travail Charles-Olivier Betansedi, "Les femmes, le cancer et son lien avec le travail" Posté le 31 juillet 2015 Charles-Olivier Betansedi a reçu, en 2014, le soutien du DIM Gestes pour sa thèse sur «L'invisibilisation

Plus en détail

Réaliser des «booktubes» (critiques de livres sous forme vidéo) pour évaluer le socle commun de compétences, de connaissances et de culture

Réaliser des «booktubes» (critiques de livres sous forme vidéo) pour évaluer le socle commun de compétences, de connaissances et de culture Mai 2016 Réaliser des «booktubes» (critiques de livres sous forme vidéo) pour évaluer le socle commun de compétences, de connaissances et de culture Année scolaire : 2015-2016 Académie Nancy-Metz Collège

Plus en détail

A S T E P Diane Ravit L3 BOPE

A S T E P Diane Ravit L3 BOPE A S T E P 2011 Diane Ravit L3 BOPE 1 PLAN I. Contexte de l intervention 1. L école Margueritte Picart Portet-sur-Garonne. 2. Ma classe II. Projet III. 1. Thématique relation avec les programmes de l éducation

Plus en détail

Sophie BENKEMOUN co-auteur de l atelier des parents d ados

Sophie BENKEMOUN co-auteur de l atelier des parents d ados Accompagner un enfant vers l âge adulte, l aider à traverser l adolescence, demande de la patience, de la tolérance et beaucoup d amour. Pour que la bienveillance reste le moteur de la relation que nous

Plus en détail

ASSOCIATION PASSY PAYS DU MONT-BLANC

ASSOCIATION PASSY PAYS DU MONT-BLANC ASSOCIATION PASSY PAYS DU MONT-BLANC Le Jardin des Cimes est un jardin d émerveillement de 2 hectares, situé au cœur du Pays du Mont-Blanc, où le visiteur se laisse entraîner dans la découverte des univers

Plus en détail

Cet article présente un projet original de médiation scientifique en acoustique, «les

Cet article présente un projet original de médiation scientifique en acoustique, «les Union des professeurs de physique et de chimie 729 Les concerts scientifiques ou «comment découvrir l acoustique en musique?» par Christophe AYRAULT et Bruno GAZENGEL Laboratoire d acoustique de l Université

Plus en détail

Aide à la mise en place du Parcours d Education Artistique et Culturelle. CPD Arts visuels - mars 2015

Aide à la mise en place du Parcours d Education Artistique et Culturelle. CPD Arts visuels - mars 2015 Aide à la mise en place du Parcours d Education Artistique et Culturelle CPD Arts visuels - mars 2015 Sommaire Principes et définition p 3 Eléments pour la mise en oeuvre des parcours p 15 Mettre en oeuvre

Plus en détail

Le Développement Local

Le Développement Local Emilie NOCENT Master II «Espace et Sociétés» SYNTHESE DE LECTURE : Le Développement Local Xavier Greffe Editions de l Aube / datar Bibliothèques des territoires Gémenos, 2002 201 p. J ai choisi un ouvrage

Plus en détail

la SoupeCie a été accueillie par le collège Duvivier d Einville-au-Jard en partenariat avec la

la SoupeCie a été accueillie par le collège Duvivier d Einville-au-Jard en partenariat avec la Au long de l année scolaire 2015-2016, la SoupeCie a été accueillie par le collège Duvivier d Einville-au-Jard en partenariat avec la Méridienne-Théâtre de Lunéville, dans le cadre du dispositif de résidence

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FORMATION. Auditeurs internes : dispositif de formation 2009

CAHIER DES CHARGES FORMATION. Auditeurs internes : dispositif de formation 2009 Equipe AGC CAHIER DES CHARGES FORMATION Auditeurs internes : dispositif de formation 2009 1. Présentation de l Inra L Inra (Institut national de la recherche agronomique), premier institut de recherche

Plus en détail

Typologie des comportements alimentaires

Typologie des comportements alimentaires Typologie des comportements alimentaires Typologie des comportements alimentaires CRIOC, février 2006 Étude réalisée avec le soutien de la Région wallonne Typologie : principes et objectif Principes La

Plus en détail

1. Des projets E.D.D. aux démarches globales de D.D. 2. Accompagner la mise en marche des E3D

1. Des projets E.D.D. aux démarches globales de D.D. 2. Accompagner la mise en marche des E3D DEMARCHE E3D ET LABELLISATION 1. Des projets E.D.D. aux démarches globales de D.D. 2. Accompagner la mise en marche des E3D 2 LES 2 JAMBES DE L E.D.D. : ENSEIGNEMENT ET PROJETS 1- L E.D.D. repose sur les

Plus en détail

Le château de Fontainebleau est la structure culturelle proche et partenaire de notre établissement (jumelage établi en 2014).

Le château de Fontainebleau est la structure culturelle proche et partenaire de notre établissement (jumelage établi en 2014). Étudier la scénographie au château de Fontainebleau Une expérience du premier trimestre 2015-2016 AM Lescastreyres arts plastiques et histoire des arts collège et lycée Couperin Professeur relais au château

Plus en détail

Notion à retenir. Théories de l apprentissage et la relation pédagogique. 1- Les conceptions du monde et les théories de l apprentissage.

Notion à retenir. Théories de l apprentissage et la relation pédagogique. 1- Les conceptions du monde et les théories de l apprentissage. Notion à retenir Dans le cadre de la formation en soins infirmier : La question de la formation est en lien direct avec la notion de professionnalisation. La professionnalisation est à la fois un processus

Plus en détail

Editorial. Jacques Chabal Président de la Communauté de communes du Pays du Cheylard

Editorial. Jacques Chabal Président de la Communauté de communes du Pays du Cheylard 1 Editorial La question de la transmission et de l accompagnement des publics se retrouve au cœur des préoccupations de L Arche des Métiers, qui a pour volonté de rendre aussi accessible qu attrayante

Plus en détail

À travers l objectif : Dieppe en photographies et en films. Ressources éducatives

À travers l objectif : Dieppe en photographies et en films. Ressources éducatives À travers l objectif : Dieppe en photographies et en films Ressources éducatives Remarques préliminaires à l intention des enseignants Les Archives nationales du Canada ont créé ce site éducatif à l occasion

Plus en détail

Le programme de seconde

Le programme de seconde Le programme de seconde Inspection Pédagogique Régionale. Novembre 2009 OBJECTIFS Introduction La seconde est une classe de détermination. Le programme de mathématiques y a pour fonction : de conforter

Plus en détail

Evaluation en Bac pro et Certification intermédiaire. Journée de formation Novembre-décembre 2009

Evaluation en Bac pro et Certification intermédiaire. Journée de formation Novembre-décembre 2009 Evaluation en Bac pro et Certification intermédiaire Journée de formation Novembre-décembre 2009 Au programme de la journée Questions sur la mise en place des nouveaux programmes L évaluation, quelle évaluation?

Plus en détail

Auto-évaluation (pour les enseignants de pratique et de théorie du CFPne)

Auto-évaluation (pour les enseignants de pratique et de théorie du CFPne) Auto-évaluation (pour les enseignants de pratique et de théorie du CFPne) Remplir ce sondage vous permettra de faire le point sur 6 objectifs importants pour nous, les enseignants de pratique et de théorie

Plus en détail

NOTRE DEMARCHE DE PROGRES

NOTRE DEMARCHE DE PROGRES INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE NOTRE DEMARCHE DE PROGRES NSABLE Notre démarche ISR La gestion dite de "stock-picking" de Financière de l Echiquier est une gestion qui s appuie avant tout sur la

Plus en détail

Baccalauréat universitaire (Bachelor of Arts, BA) Maîtrise universitaire (Master of Arts, MA) Introduction 2. Schéma des modules 3

Baccalauréat universitaire (Bachelor of Arts, BA) Maîtrise universitaire (Master of Arts, MA) Introduction 2. Schéma des modules 3 PLAN D ÉTUDES D HISTOIRE ET CIVILISATION DU MOYEN ÂGE Baccalauréat universitaire (Bachelor of Arts, BA) Maîtrise universitaire (Master of Arts, MA) Introduction 2 Schéma des modules 3 Baccalauréat universitaire

Plus en détail

/ Classification action : / Constats :

/ Classification action : / Constats : / Classification action : DOMAINE(S) D ACTION APPROVISIONNEMENT PRÉPARATION DISTRIBUTION MESURE D ACCOMPAGNEMENT COMMUNICATION BONNE PRATIQUE : Prendre en compte les comportements et habitudes alimentaires

Plus en détail

A TABLE! MANIÈRES DE TABLE

A TABLE! MANIÈRES DE TABLE A TABLE! MANIÈRES DE TABLE Pourquoi est-il interdit de manger avec les doigts? Rien dans nos façons de manger n est naturel. La manière de se tenir à table, de se servir, de porter les aliments à la bouche,

Plus en détail

PROJET DE PRODUCTION D ECRIT A PARTIR DE LA VISITE DU MUSEE DE LANGRES

PROJET DE PRODUCTION D ECRIT A PARTIR DE LA VISITE DU MUSEE DE LANGRES PROJET DE PRODUCTION D ECRIT A PARTIR DE LA VISITE DU MUSEE DE LANGRES 1. But de la sortie Le programme d histoire ayant été découpé sur trois ans, cette année la classe de CM1/CM2 doit travailler sur

Plus en détail

En école primaire «PASTORALE?» «CATE?» «TEMPS FORT?»» POUR VOUS AIDER A VIVRE, en chansons, «UN TEMPS DE FÊTE POUR TOUS!»

En école primaire «PASTORALE?» «CATE?» «TEMPS FORT?»» POUR VOUS AIDER A VIVRE, en chansons, «UN TEMPS DE FÊTE POUR TOUS!» CHANTE CE QUI REND HEUREUX! En école primaire «PASTORALE?» «CATE?» «TEMPS FORT?»» POUR VOUS AIDER A VIVRE, en chansons, «UN TEMPS DE FÊTE POUR TOUS!» LANCEMENT D ANNEE? AVENT? NOËL? CARÊME? PÂQUES? FIN

Plus en détail

Selon leur statut, les candidats sont soumis au contrôle en cours de formation ou au contrôle ponctuel

Selon leur statut, les candidats sont soumis au contrôle en cours de formation ou au contrôle ponctuel I.Les textes officiels 1. Les programmes et modalités d'évaluation Les programmes Les modalités d évaluation B.O hors-série n 5 du 29 août 2002 Document d accompagnement des programmes de français : http://www.cndp.fr

Plus en détail

Pratic, Académie d Orléans Tours, banque de pratiques numériques

Pratic, Académie d Orléans Tours, banque de pratiques numériques DOCUMENT PARTAGÉ Académies : Nice et Orléans Tours Réflexions et travaux sur la géolocalisation : des compétences, des pratiques, des médias Pour NICE : Geraldine Mocquais geraldine.mocquais@ ac nice.fr,

Plus en détail

Lignes directrices concernant l alimentation et la nutrition pour les garderies réglementées

Lignes directrices concernant l alimentation et la nutrition pour les garderies réglementées Section B : Lignes directrices concernant l alimentation et la nutrition pour les garderies réglementées Page 1 of 6 Lignes directrices concernant l alimentation et la nutrition pour les garderies réglementées

Plus en détail

L enseignement de l Histoire des arts au croisement des disciplines Histoire des arts et Activités Physiques Artistiques en EPS

L enseignement de l Histoire des arts au croisement des disciplines Histoire des arts et Activités Physiques Artistiques en EPS L enseignement de l Histoire des arts au croisement des disciplines Histoire des arts et Activités Physiques Artistiques en EPS Marielle BRUN Document support d une formation académique Clermont-Ferrand

Plus en détail

Réseau Départemental de Ressources Informatiques 2010

Réseau Départemental de Ressources Informatiques 2010 IA du Rhône Lecture de paysage Géographie Séquence de 4 séances Niveau : Cycle 3 Cette activité vise à montrer que tout paysage est organisé. Si on veut rendre compte de cette organisation alors on aura

Plus en détail

L enfant et son Ombre :

L enfant et son Ombre : L enfant et son Ombre : Pédagogie du théâtre d ombre pour l enfant 1 ) Une petite histoire De toutes les formes de spectacle vivant, le théâtre d ombre est sans aucun doute l une des plus anciennes. Et

Plus en détail

Matériel à disposition. Les pictogrammes liés aux animations

Matériel à disposition. Les pictogrammes liés aux animations Matériel à disposition Les pictogrammes liés aux animations S adressant aux enfants valides et moins valides à partir de trois ans ainsi qu aux jeunes et adultes handicapés, les animations en fonction

Plus en détail

CQP FORMATEUR(TRICE) INTERNE

CQP FORMATEUR(TRICE) INTERNE CQP FORMATEUR(TRICE) INTERNE DEFINITION ET DESCRIPTION DE LA CERTIFICATION Le (la) formateur (trice) interne analyse la demande, conçoit, organise et assure des actions de formation interne pour adultes

Plus en détail

Dossier de presse. Projet et semaine thématique. Fruit for School

Dossier de presse. Projet et semaine thématique. Fruit for School Dossier de presse Projet et semaine thématique Fruit for School 25 janvier 2010 Le projet Fruit for School Le 4 janvier 2010, le programme Fruit for School a été lancé officiellement dans les lycées publics

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF Intitulé : Rallye Mathématiques Classe : cycle 3 Niveau : CE2-CM1-CM2 Groupe d action national OCCE : Association départementale OCCE : AD 14 Calvados Franck ACHARD Descriptif du projet coopératif : Après

Plus en détail

Catalogue des ateliers pédagogiques

Catalogue des ateliers pédagogiques Catalogue des ateliers pédagogiques 2016-2017 À la recherche des animaux Comment je m habille? Niveaux : cycle 1 Durée : 1h30 2h (45 min avec le médiateur dans le château / 45 min en autonomie dans l orangerie)

Plus en détail

Équipe locale : Personnel de l école Saint-Louis-de-Gonzague

Équipe locale : Personnel de l école Saint-Louis-de-Gonzague ÉCOLE SAINT-LOUIS-DE-GONZAGUE ÉCOLE SAINT-LOUIS-DE-GONZAGUE ANNÉE SCOLAIRE 2007-2012 PLAN DE RÉUSSITE EN LIEN AVEC LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2 mai 2008 ÉQUIPE DE RÉALISATION Équipe locale : France Côté

Plus en détail