accompagner les parcours professionnels dans les territoires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "accompagner les parcours professionnels dans les territoires"

Transcription

1 cycle sur la gestion territoriale des emplois et des compétences accompagner les parcours professionnels dans les territoires ETD a réuni le 4 novembre 2008 une quinzaine de partenaires - membres de conseils de développement et de conseil économique et social, dirigeants de maisons de l emploi, d association de DRH, chargés de mission de Pays et acteurs de l insertion - pour échanger sur la gestion territoriale des emplois et des compétences. C était la première rencontre d un cycle qu ETD organise avec l Ecole des territoires de la Bergerie nationale sur ce thème. Cette première journée portait sur la gouvernance des dispositifs territoriaux de gestion des compétences et d accompagnement des parcours professionnels. SYNTHESE Le paysage institutionnel et la gouvernance Les participants s interrogent sur la place qui sera accordée aux acteurs des territoires dans la réorganisation du paysage institutionnel de l emploi : création de l opérateur unique (pôle emploi), création du «Conseil régional de l emploi», déclinaison régionale du «conseil national de l emploi.» Faire de la GPEC territoriale consiste à mettre autour de la table des acteurs divers et parfois en opposition : chefs d entreprises, organisation professionnelles, représentant des salariés, services publics, OPCA etc Comment trouver les interlocuteurs? Certains plaident pour un opérateur unique et clairement identifié, un chef de file pour mener à bien ces actions : il n y a pas un seul acteur légitime d une façon générale, tout dépend de comment il est identifié localement : Comité de bassin d emploi, Maison de l'emploi, Pays, Structure d insertion par l activité économique Accompagner les mobilités au niveau local Les mobilités professionnelles se font en immense majorité entre entreprises ou au sein des entreprises et pas par la case «ANPE». Il est donc très limitatif de ne penser la gestion des mobilités professionnelles qu au niveau de la gestion du chômage. Pour cela il faut créer des espaces de gestion de la mobilité, impliquant les acteurs de l entreprise, c est-à-dire les partenaires sociaux. A ce titre les Maisons de l emploi comme l opérateur unique excluent les partenaires sociaux.

2 La gestion territoriale des emplois et des compétences implique de faire de l interprofessionnel, de l inter-branches. Cela n est pas encore dans les habitudes, de valoriser les compétences qui peuvent être transférées d un métier à l autre, même dans des secteurs complètement différents. C est l idée de Transcompétences, l outil du CODESPAR (Conseil de développement du pays et de l agglomération de Rennes). Cela implique aussi de s émanciper des statuts : l action locale se heurte aux problèmes de statuts : on ne peut faire une action transversale car on fonctionne par statuts : demandeur d emploi, RMIste, jeune sans emploi, salarié etc Expérimentation et dérogation Les dispositifs d accompagnement des mobilités qui existent sont tous dérogatoires et expérimentaux : le contrat de transition professionnelle, la plate-forme de mobilité comme l expérimente le CODESPAR. Cela ressemble à ce que l économiste Bernard Gazier propose et intitule les «agences de transition». Ces dispositifs permettent la continuité des parcours mais ne répondent pas aux autres objectifs de la «sécurisation des parcours professionnels», c est-à-dire la permanence du revenu et la progression dans le parcours professionnel. Comment les généraliser sans déstabiliser l équilibre actuel, basé sur la négociation sociale basée sur les branches d activité? Il faut réinventer le dialogue social. Comment les financer (mutualisation), comment gérer ces questions de statuts, comment gérer la pluri-activité? Ces questions restent. Ce chantier de la sécurisation des parcours est encore en friche. La fonction RH La GPEC Territoriale pose la question de l ouverture de la fonction RH des entreprises sur l extérieur : les entreprises doivent penser la GRH hors des murs de l entreprise, penser les parcours professionnels à l échelle du territoire cela amène les entreprises à s impliquer dans des projets mutualisés, à partager avec d autres acteurs sur leur GRH, leur stratégie Cela pose la question de l information : pour anticiper sur les difficultés d une entreprise, il faudrait qu elle puisse en informer ses partenaires pour trouver des solutions en amont. Or cela est délicat, peut entraîner des conflits et est limité par le droit du travail (notamment le délit d entrave qui ne permet pas à la direction d une entreprise d informer des partenaires publics par exemple de ces difficultés avant les représentants syndicaux). Cela demande aussi un accompagnement des entreprises dans leur fonction RH, surtout les petites entreprises mais pas uniquement : dans les grandes entreprises, la fonction RH est diluée.

3 La place des SIAE Les structures d insertion par l activité économique sont encore trop considérées comme «en dehors» des dispositifs de GPEC territoriale. On les cantonne encore à un public qu on considère en dehors du marché de l emploi. Le Grenelle de l insertion a insisté sur la nécessité de faire entrer les personnes en insertion dans le droit commun, de les considérer comme des salariés en reconversion. Les SIAE doivent prendre toute leur place dans ces dispositifs locaux. Le rôle des territoires La formation, les compétences sont aussi importantes pour le développement économique que les routes et les infrastructures. Cela est de la responsabilité du politique. Des territoires mobilisés sur cette thématique parviendront mieux à maintenir les salariés et à aménager les parcours professionnels. Les territoires sont cependant parfois désarmés face au marché, dont le territoire est national, européen ou mondial dans certains secteurs d activité. Cela interroge donc le rôle du territoire, qui peut accompagner, inciter, initier parfois (pour développer une filière par exemple), mais doit aussi se départir de l illusion des «pleins-pouvoirs». COMPTE-RENDU DES ECHANGES Mme SAGLIO, Vice-présidente du CESR de Bretagne : Présente le rapport du CESR de Bretagne : «Conjuguer flexibilité et sécurisation des parcours professionnels en Bretagne», publié en novembre Les questions d emploi sont au cœur de nos préoccupations. On a voulu se focaliser sur «l emploi pour tous» et voir ce qui se fait dans notre région. En 2005 est créé un premier groupe de travail : «50 clés pour l emploi». On a voulu prendre cette question du côté des entreprises aussi, pas seulement du côté des demandeurs d emplois. La démarche est portée par les 3 collèges. On a donc réfléchit entre nous à ce qu on mettait derrière ces mots de «sécurisation des parcours professionnels» et «flexibilité». Une journée d échanges entre acteurs a été organisée pour définir les termes. Puis on est allé à la pêche aux initiatives. On a vite mis en avant que ces questions engageaient 3 acteurs : les salariés, les entreprises et les territoires. Puis nous avons défini 5 leviers, 5 conditions de réussite de ces initiatives permettant de conjuguer flexibilité et sécurisation des parcours professionnels.

4 Premier levier : La coordination : «coordonner et innover avec les territoires» : L objectif ici était de montrer qu il est important de travailler ensemble. On a mis en évidence des actions phares. Le Contrat de Transition Professionnelle. Sur 7 lieux d expérimentation en France, 2 sont en Bretagne. Le CTP bâti une cellule d accompagnement pour les personnes qui vont être licenciées, dans les boîtes de moins de Personnel de l ANPE et AFPA : 1 personne pour 30 salariés. Le CTP dure un an. L accompagnement est très fort. Anticipation, recensement des emplois disponibles. Les personnes accompagnées apprécient d avoir le même référent, d avoir un accompagnement fort. Le taux de reclassement est de 50%. C est expérimental et très cher. Autre expérience dans ce levier : les Groupements d Employeurs. Nous en avons rencontré et décris quelques-uns. Un exemple dans le bassin de Redon. Un partenariat a été monté entre Manpower et la Mission locale. Manpower a également noué un partenariat avec le service formation continue de l université de Bretagne pour favoriser l accès à la VAE des intérimaires. Deuxième levier : «Se concerter dans l entreprise pour prévenir et guérir» L exemple de l entreprise Armor Lux, qui a fait face à des difficultés et qui s est demandé comment garder ses 400 salariés. Un travail de concertation a été mené. Les personnes ayant travaillé dans l usine pouvait se recycler sur autre chose. Armor lux a pris d autres marchés, par exemple les uniformes des aéroports. Il a fallu convaincre les gens de changer de métier, les échos sont partagés sur les conséquences de cette restructuration mais la boîte a gardé ses salariés. Troisième levier : «Aménager» Aménager permet des gains de qualité de l emploi mais aussi plus de productivité. L entreprise peut aussi y gagner. Un bon exemple est celui des services à la personne : l association «Domicile action» à Rennes avait des difficultés importantes d emploi : horaires en pointillés, salariées peu diplômées, emploi difficile et précaire. L association a décidé de mener des actions sur les horaires de travail des personnels de services à la personne. Les horaires ont été aménagés pour obtenir plus de temps pleins. La polyvalence entre Auxiliaires de Vie Sociale et les Techniciennes d Intervention Sociale et Familiale a été recherchée également : les AVS ont tendance à travailler le matin et le soir (lever et coucher) alors que les TISF travaillent en journée.

5 La polyvalence entre leurs compétences permet de créer des journées de travail plus complètes. Cela été rendu possible par une réflexion commune, la révision de la politique de GRH, de la gestion des plannings. La Ville de Rennes a mis en place un réaménagement des temps de travail des agents d entretien. Par une réorganisation du travail elle a constitué des journées de travail plus remplies et diminué fortement l absentéisme. Cela par exemple en permettant que le ménage se fasse, quand cela est possible, pendant les horaires de bureau et pas uniquement tôt le matin ou tard le soir. Cela s est inscrit dans le cadre de l effort de la ville de Rennes pour l égalité au travail entre femmes et hommes. Cela a permis aux gens de se sentir appartenant à un collectif de travail et cela a essaimé. Des entreprises privées s y mettent. Elles proposent à leurs clients des horaires de journée. Agent de propreté c est le premier métier du territoire Rennais : personnes! Autre exemple : la saisonnalité. L association intermédiaire Rhuys emploi a réfléchi à la façon de créer de l emploi annuel. Les entreprises du tourisme ont besoin de beaucoup de monde l été. Le but était de trouver des emplois pour le reste de l année pour conserver de la main d œuvre localement et trouver des parcours professionnels linéaires aux salariés. Des actions ont été montées avec l ostréiculture pour les mois d hiver, des partenariats avec des régions touristiques en Savoie. Cela mène à un gain en qualité de l emploi. L association intermédiaire peut faire un contrat annuel. Quatrième levier : l accompagnement des personnes. On entre ici dans des choses plus individuelles. Nous voulons souligner l importance du soutien individualisé pour les personnes en difficulté d emploi. Par exemple l Association «Atlas cap emploi» : le «module d orientation pour des personnes en indemnité journalière». Cela concerne les gens en arrêt maladie longue durée, qui ne peuvent retourner sur l emploi précédent. Comment anticiper la fin de l arrêt maladie? Les gens viennent à ces modules. L association regroupe les gens. Ils peuvent aussi aller en stage en entreprise. Vie de groupe et stage alternent. Cela fonctionne de façon dérogatoire (un peu comme les CTP). Cela se fait avec la CPAM. Ils essaient de le faire mettre en place par d autres caisses primaires. Les propositions : 1/ Réunir une conférence permanente territoriale des acteurs régionaux, en partant de la CCREFP. Cela fonctionne moyennement (ou plus ). Idée : réactiver cela et travailler à la sécurisation des parcours. 2/ Pousser en avant des initiatives, les soutenir. L Etat, la Région, les Pays : comment peuvent-ils soutenir ces projets?

6 3/ Adresse au conseil régional pour qu il s engage dans ses compétences sur ce thème : formation professionnelle par exemple. 4/ Encourager des expérimentations juridiques associant les partenaires sociaux, la Direction du travail, la Région Evangelina Barreto (Maison de l emploi du Cotentin ) : Concernant la gouvernance : le paysage institutionnel de l emploi va changer. On va avoir aujourd hui le «conseil régional de l emploi». Quelle sera la place du territoire dans cette nouvelle organisation? La partie «territoire» ou «bassin d emploi» est oubliée, ces territoires ne seront pas représentés dans l instance régionale. S il n y a pas de syndicat mixte ou de CBE fort sur le territoire, la gouvernance territoriale sera oubliée. Quand on fait de la GPEC, le plus dur c est pas d avoir des initiatives, mais de mettre à la même table des gens qui n ont pas l habitude (ni le souhait parfois) de travailler ensemble. Didier Dugast (Maison de l'emploi de Sénart) : Dialogue Sénart Val de Seine regroupe la CGPME, le MEDEF, les syndicats, AGEFOS et il ne me semble pas que cela soit un tour de force. Je pense que c est faisable partout. La question est de savoir comment on passe d un Etat «Etat», d une Région «Région» au niveau territorial, comment on soutient une gouvernance territoriale? L Etat ne se pose plus cette question. Il recentralise aujourd hui avec l opérateur unique, alors qu il y a 3 ou 4 ans il a décentralisé avec les Maison de l'emploi. Avec les Maison de l'emploi, il donnait le pouvoir aux élus, aujourd hui il recentralise sans savoir quelle va être la relation entre les MDE et l opérateur unique. Mais la question de la gouvernance territoriale existe. Partout où ont été créées des maisons de l emploi, les élus se sont emparés de la question de l emploi. Nous avons été l un des territoires observés par le rapport Anciaux. Une personne du CEREQ, qui accompagnait la discussion, a proposé 4 scenarii : Première hypothèse : l Etat se réapproprie la question et c est le guichet unique qui gouverne. Deuxième hypothèse : on sort l axe 2 (adéquation offre-demande) des Maison de l'emploi et on le confie complètement au guichet unique (pôle emploi) ; la MDE fait le reste. Troisième hypothèse, on fait de la sous-traitance et/ou de la cotraitance Quatrième hypothèse : ces deux unités doivent fusionner. Si on s accorde à dire que la Maison de l'emploi est une échelle intéressante parce que c est le territoire, c est le bassin d emploi et c est un nouveau mode de gouvernance, il faut que la Région y prenne toute sa place, comme le département.

7 Il y a une initiative encore balbutiante en Île-de-France : les pactes territoriaux, qui consiste à mettre en ligne de façon transversale l offre de services de la région. Quand l Etat a confié les Maison de l'emploi aux élus locaux, il a posé la problématique de l approche territoriale et cela est irréversible. Quelles que soient les négociations avec l opérateur unique, la Maison de l'emploi sera l opérateur de la gouvernance sur le territoire. Une fois qu on a dit cela, tout reste à faire. Jean Castel (Conseil de développement du pays et de l agglomération Rennaise (CODESPAR), collège syndical, CFDT) : Comment on lutte contre cette partition? Les changements professionnels se font plus au sein des entreprises ou entre entreprises que par la case «Pôle emploi». L objectif des CBE était d engager les acteurs de l entreprise (les syndicats de salariés et les syndicats patronaux) sur la politique de l emploi. Cela n a pas été un grand succès ( 57 CBE créés sur 570 territoires définis (bassins d emplois)). Les Maison de l'emploi ont été une façon d exclure l entreprise et d exclure les partenaires sociaux. Les Maison de l'emploi n étaient qu un outil de rapprochement entre ANPE et ASSEDIC qui aboutit finalement aujourd hui à la fusion. On se retrouve aujourd hui avec la même situation, où on sépare ce qui relève du chômage et ce qui relève du dialogue social. L intérêt du travail du CESR pour moi est de montrer à quel point tout ne se joue pas dans une situation estampillée «chômeurs». On est par exemple confrontés au problème des statuts : il y a une vraie déperdition car des formations ne peuvent pas se monter à cause de problèmes de statuts. Quand on parle de gouvernance, il me semble que le nœud se situe ici. C est pour cela que nous on maintient le CBE même si on aurait pu se dissoudre après la création de la MDE. On veut continuer à garder cet espace de dialogue, on veut continuer à bosser sur la mobilité professionnelle entre les entreprises du territoire. Didier Dugast : Vous avez raison, la création des Maison de l'emploi était au départ la volonté de rapprocher ANPE et Assedic. Ils ont créé sans le vouloir des Objets sociaux non identifiés, différents sur chaque territoire. Pour fonctionner ils doivent suivre deux règles : coproduction obligatoire non substitution Chacun doit prendre ses responsabilités. Evangelina Barreto : La clé quand on dit GPEC c est «adapter les ressources humaines» et «adapter les ressources humaines» ça veut dire proposer des solutions de formation. Exemple : monter une formation pour transformer des tuyauteurs chaudronniers en tuyauteurs alu.

8 En clair, cela veut dire que l offre de formation doit correspondre autant à des gens en emploi et des demandeurs d emploi. Exemple en ce moment sur la HQE, on voudrait faire des formations mixtes. Cela est très complexe à financer, car celui qui est demandeur d emploi, sa place est financée par les Assedic, les jeunes non-indemnisés par le conseil régional, celui qui sort de l intérim, sa place sera payée par les entreprises d intérim et le salarié de l entreprise pour lui cela sera payé par l OPCA du bâtiment. Là, l organisme de formation galère Francis Morin (Ecole des territoires de la Bergerie Nationale) : J observe que tout ce dont vous nous parlez c est le l expérimentation et de la dérogation. C est à dire qu on est toujours à la limite de la sortie du droit, des conventions etc tout en faisant attention de ne pas trop en sortir pour ne pas casser le système. Par exemple ne pas casser les négociations collectives, les accords de branche. D où l importance de la question de la gouvernance et de la présence des partenaires sociaux dans le jeu. Le plus dur ce sont les règles institutionnelles, les concurrences institutionnelles etc Les Maison de l'emploi sont parties des MIFE (Rueil, Dunkerque, Valenciennes) : ce système des MIFE fonctionnait plutôt pas mal, c était ascendant, semblable à celui des CBE. Il s est trouvé catapulté en même temps que la réflexion sur la réforme du service public de l emploi. Le plus important dans la création des Maison de l'emploi c était la reconnaissance de la compétence de fait des collectivités sur cette question. Le Contrat de Transition Professionnelle : le Président de le République a parlé de son élargissement. Moi j aimerais en entendre plus sur la plate-forme de mobilité (projet encours à Rennes dont M. Castel a parlé). L économiste Bernard Gazier propose la création «d agences de transition». Cela va poser la question de la gestion des statuts, de la pluri-activité, comment mutualiser des fonds Dans les CTP on est aussi sur du dérogatoire, alors comment faire dans ces dispositifs pour qu il y ait une sécurité financière? De tout cela on en parlait dans un contexte de convergence d intérêts entre salariés et employeurs avant la crise (les entreprises recrutaient). Il va falloir gérer des licenciements, ce qui n est pas la même chose que de gérer le vieillissement et la transition démographique dans laquelle on n était jusque là. Jean Castel, à propos de la plateforme de mobilité : C est en projet pour l instant. On veut s inspirer de ce qui n existe aujourd hui que pour les entreprises de plus de 1000 salariés : le congé de mobilité. Là c est la même chose, mais appliqué à des entreprises de plus petite taille. On se demande comment le sécuriser juridiquement. Evangelina Barreto : Pourquoi ne pas utiliser le système du groupement d employeur?

9 Jean Castel : C est une autre étape le GE. Il y a aussi le portage salarial. Aujourd hui notre plateforme n existe que par des conventions passées entre deux entreprises. Cette convention est signée entre le salarié et deux entreprises, l entreprise cédante et l entreprise accueillante. Charlotte PALMOWSKI (Ecole des territoires de la Bergerie Nationale) : C est suite au travail sur «trans compétences» que le lien a été fait avec des entreprises. Claude SEIBEL (conseil de développement du Pays Midi-Quercy) : On ne doit pas se laisser prendre dans les dialogues entre le pôle emploi et les maisons de l emploi, car ils sont devant nous plutôt que derrière nous. Je voudrais revenir sur le thème flexibilité et sécurisation des parcours. Sur le Contrat de Transition Professionnelle : qui paie quand quelqu un entre en CTP? Qui assure la permanence du revenu? L autre objectif de la sécurisation des parcours, qui est que la mobilité signifie une progression dans le parcours, n est pas appliquée ni applicable. Dans nos Pays ruraux les bureaux ANPE et Assedic ont fermé. Donc ces dispositifs de sécurisation des parcours sont portés par d autres acteurs. Par exemple le PLIE. Cela ne permet pas le maintien de la permanence des revenus, mais cela permet d essayer de maintenir la continuité du parcours, pas la progression. Le PLIE est un exemple, il existe aussi les Coopératives d activité et d emploi (CAE), il y a aussi les outils d IAE. Ces outils sont des outils de suivi et de sécurisation des parcours professionnels mais pas au niveau de l ambition affirmée dans le rapport du CESR, à savoir la permanence du revenu et la progression d une situation à l autre. Anne Saglio : Une personne en CTP touche 80% de son salaire net. L entreprise en paie une partie. Les indemnités de préavis sont versées à l Assedic, qui verse ensuite 80% du salaire net. Le lien avec l entreprise est rompu.

10 Evangelina Barreto : On est plusieurs ici à monter des EDEC. Nous, nous avons un EDEC de démobilisation, lorsque la partie maçonnerie de l EPR sera terminée en 2011 avant que ne commencent les travaux électro-techniques. On est dans une situation où on va recruter jusqu en On travaille sur la démobilisation avec les partenaires sociaux, les responsables RH des entreprises. On le monte sous forme de groupement d entreprises. On a demandé aux entreprises de créer des mini-groupements d entreprises avec des métiers proches et des compétences si possible transférables. On a la chance d avoir un conseil régional qui finance et qui nous suit. C est le premier donneur d ordre (EDF dans ce cas) qui est présent dans ces discussions : cela signifie que ce sont les syndicats d EDF qui sont représentés. C est assez subtil. La partie «étude» de l EDEC : impact de la démobilisation des personnels à la sortie de l EPR. On fait cela avec les branches. Cela leur permettra de former les personnels pour les adapter. Mme TRIPON : déléguée générale de l ANDRH Nous considérons à l ANDRH que l avenir est au local. Comment peut-on mutualiser et agir sur le terrain, avec notamment les ANDRH locales, qui sont à géométrie variable. Ce que souhaite un DRH c est une structure souple et un interlocuteur unique. Un référent. Mais qui est l acteur légitime? Je n ai pas la réponse et vous ne l avez pas non plus. Cela tient à la volonté d un individu ou d un groupe d individus et pas d une stratégie globale de l Etat ou de la Région. Une de nos propositions pour faciliter la gouvernance territoriale des RH est de «libérer la parole» : on est convaincu du bien fondé de l implication des partenaires sociaux. Mais il faut redéfinir le «délit d entrave». Par exemple une entreprise qui sait qu elle va devoir fermer une partie de son activité, comment peut-elle l anticiper? Donc il faut qu elle puisse en parler en totale confiance. Comment généraliser cela? Il faut lever certains obstacles juridiques. Nous demandons aussi que soient définis des «emplois prioritaires», ceux pour lesquels il y a pénurie. Nous devons aussi adapter les formations. C est là le rôle des régions. Il faut aussi réussir à lever les obstacles idéologiques. Les postures idéologiques ne tiennent plus. Des lycées professionnels ont agi par exemple pour attirer des filles dans des métiers essentiellement occupés par des garçons jusque là. Grenelle de l insertion : on doit sortir de l insertion pour aller vers la reconversion de salariés qui ne l ont plus été à un moment donné et qui doivent le redevenir de manière durable. Transmission d entreprises. Il y a un gâchis de talents et de compétences. Des artisans ne trouvent pas de repreneurs. Comment généraliser vos expérimentations? Les modes opératoires doivent être assouplis, les cadres juridiques, pour pouvoir innover, expérimenter. Il n y a rien de révolutionnaire dans ce que propose l ANDRH. Mais on propose de pouvoir parler «off» avec les partenaires.

11 Jean Castel : Quand on parle de gestion territoriale des emplois et compétences, cela signifie qu on souhaite associer les salariés et la première façon de les associer c est de les informer. Je reproche aux accords de GPEC de ne pas en parler. On parle des modalités (changements de postes) mais assez peu de «comment» on provoque cette ambition de changer. Peut-être que les Maison de l'emploi pourraient avoir ce rôle dans les territoires d informer les salariés sur ces questions de mobilité. Très peu d accords parlent de l information des salariés. Vous proposez d améliorer l information des salariés en cas de difficultés des entreprises, en anticipant. Le problème que cela pose est le suivant : si vous informez les gens que dans 3 ans il risque d y avoir des licenciements et qu ils ferraient bien de se préparer, ils risquent de demander des dédommagements, une prime de licenciement... C est donc dur de faire cela «en off». Catherine Tripon : La solution peut être, si on anticipe un problème, de faire de la prospective sur le bassin d emploi et de se dire avec les partenaires sociaux : quelles sont les solutions de formation, de mobilité? Soit on attend que les gens soient licenciés et on reporte le coût sur le chômage et l Etat, soit on anticipe et on propose un cofinancement de la boîte à outil «formation», VAE etc. Didier Dugast : Vous donnez une nouvelle définition du dialogue social. Chez nous ça a commencé par les tickets restau, les mutuelles, Il faut amener les entreprises à «décoller de leur regard». Les entreprises externalisent de plus en plus la gestion RH, notamment dans la logistique. La fonction RH est externalisée aux boîtes d intérim. Beaucoup de nos entreprises ne savent pas parler de RH, elles sont démunies. Et concernant les RH, on ne laisse pas n importe qui entrer là-dedans. Annick Ferry (Maison des entreprises du Pays Cœur d Hérault) : Les TPE que nous accompagnons n ont pas de gestion RH. Tant que l entreprise marche, les relations avec les salariés vont bien. Mais elles ne savent pas gérer les conflits. Concernant l anticipation, peu d entreprises savent ce qui va se passer dans trois ans. On a développé une méthodologie d accompagnement à la GPEC pour les TPE. Cette méthodologie associe les dirigeants et leurs salariés. C est une approche globale de l entreprise associant les salariés. Cela peut être difficile car on n a pas envie qu un regard externe vienne dans la fonction RH. Mais quand il y a une relation de confiance, ça marche.

12 Catherine Tripon, ANDRH : Castel : Personne ne pourra vous remplacer là-dessus. C est aussi le rôle des Chambres de commerces et des chambres des métiers. Les TPE ne sont pas si isolées que cela, elles sont dans des réseaux. Francis Morin : Les entreprises sont dans des logiques de branche, qui ne les prépare pas la mobilité, au transfert de compétences Aujourd hui, on a des logiques de groupement, de dialogue social territorial. Cela est un gage de sécurité pour des salariés : cela les encourage à rester sur leur territoire. Ils préfèrent rester là car leur mobilité est sécurisée. Cela est lié aussi à l environnement de l emploi, par exemple les enjeux de logement de santé. Et il y a des territoires qui ont une attitude «attrape-tout», un langage de la performance, mais pas de vision globale. Donc le point de vue du territoire est important. Cependant, il y a un paradoxe entre notre discours sur le territoire et le territoire-monde dans lequel on veut organiser la mobilité. Quand je travaillais avec les entreprises dans l Education Nationale, les entreprises se demandaient comment faire pour que les salariés changent de région tout en restant dans la même branche. La logique inter-branche est encore peu développée. M. COLLARD, directeur de l ALCG (Association de Lutte contre le Gaspillage, association d insertion). Nous avons mis en place un dispositif d accompagnement vers l emploi entre l ALCG et le groupement industriel du Pays de Revermont (GISAP). Le GISAP regroupe des entreprises salariant 1100 personnes sur un Pays de habitants. Un organisme de formation rattaché à l UIMM, l AFPI, participe aussi au projet. La mobilité est une problématique centrale dans notre territoire. Il y a jusqu à aujourd hui peu de chômeurs mais des situations de tension sur certains métiers. Les liens traditionnels de prescription ne fonctionnent plus dans ce contexte de tension. L AFPI organise des formations mais il manque des gens. L approche prospective est difficile même dans les entreprises de 300 salariés. Dur d anticiper à 2 ou 3 ans. Notre projet est une GPEC territorialisée. On a répondu à un appel à projet de la fondation de France. Cela a été l élément déclencheur.

13 Il faut sortir de la vision pré-colombienne ou pré-néandertalienne de l IAE. Avant, l ALCG travaillait avec 1 seule entreprise, aujourd hui on a une offre de services en direction de 300 entreprises. On a une trentaine de chefs d entreprises qui participent à nos jurys professionnels. Cela c est 8 ans de travail. Il faut pour le projet fonctionne que les entreprises s ouvrent. Pour cela il a fallu démystifier la vision de l IAE chez les responsables d entreprises. Il a fallu s ouvrir nous aussi aux entreprises. Public : on ne travaille pas avec les personnes les plus éloignées de l emploi. Accompagnement de la personne sur le poste de travail. Le parcours de la personne : contrat en CA ou CAE en 1 ou 2 ans puis CQP de 4 mois, changement de statut : stagiaire de la formation professionnelle. A cet instant il y a un engagement de l entreprise : «un stagiaire, un poste, un contrat (au minimum un CDD de 6 mois)». Au terme de ces 4 mois, identification d un tuteur en entreprise. Engagement de l ALCG à accompagner le salarié (6 accompagnateurs professionnels) pendant 6 mois. La difficulté quand on a peu de chômage comme chez nous et de la tension, cela signifie qu on touche un public éloigné de l emploi, et qu il y a des échecs. On a croisé IAE et organisme de formation et on a trouvé un objectif commun. Notre but est d essaimer. La crise pourrait bloquer son développement peut-être. Il manque l ANPE au projet, car ils pensent qu on va prendre leur boulot. L ANPE ne vient pas. Evangelina Barreto : Ce qui est intéressant c est que vous faites les fiches de postes, l identification des compétences, alors que habituellement, les SIAE ne font pas cela car elle disent que c est du champ des RH. C est une technique de GPEC territoriale classique : tenter de faire coller le parcours de la personne avec les attentes des entreprises. Si on pouvait faire la même chose chez nous! Quand j essaie chez moi de bosser avec le PLIE cela marche pas, les culturesmétier sont trop différentes. Vous vendez un service aux entreprises. Hervé Dagand (ETD) : Comment êtes-vous entrés en contact avec ces entreprises?

14 Xavier Collard : L un des chefs d entreprises du GISAP est engagé dans le conseil de développement du pays, il est investi dans le développement local. Cela a joué fortement. Il faut un organisme de formation pour faire le liant entre l entreprise et la SIAE. C est l AFPI qui a fait le lien pour nous. L AFPI est venue visiter nos entreprises et a vu que cela pouvait coller avec leurs besoins. Il ne fallait pas que l organisme de formation s adapte à nous mais l inverse : il faut que nous nous adaptions à la demande des entreprises. Financements : FDI (ingénierie d animation territoriale), Fondation de France ( euros sur deux ans), PDI (finance de manière globale notre travail d accompagnement des RMIstes. Pas de FSE. Evangelina Barreto : Nous on a utilisé la clause sociale dans le cadre de l EPR. Les entreprises attributaires ont des heures en clause sociale très importante car les marchés sont importants. On ne sait pas comment répondre à cette difficulté. On aurait besoin des SIAE. Francis Morin : Cela arrive souvent, car quand le marché démarre on est pas prêts pour réellement construire un parcours. La clause sociale se limite à recruter des gens que l ANPE envoie. Dider Dugast : Je pense qu on ne peut plus continuer à travailler comme cela. On impose des gens qui ne sont pas opérationnels et l entreprise le fait pour faire plaisir. Anne-Claire Pignal : On cherche à développer les groupements de SIAE pour renforcer leurs capacités d ingénierie. M. Seibel (Pays Midi-Quercy) : L ADEC du Pays Midi-Quercy dans le secteur médico-social. Problème de chômage chez les femmes, notamment femmes seules avec enfants. En même temps nous avons vu qu il y avait des établissements médico-sociaux qui avaient du mal à recruter.

15 On a donc décidé de faire une étude d opportunité pour voir les perspectives de ces établissements. Nous avons détecté une capacité de recrutement de 150 personnes dans les 5 ans qui viennent. 400 salariés dans ces établissements, soit 350 ETP. Nous avons concrétisé cela avec un ADEC. 3 propositions principales de la GPEC : mutualisation de la fonction RH, équivalent à terme d un groupement d employeurs, mais aujourd hui les directeurs de sont pas mûrs. Il faut équilibrer dans les actions conduites l interne de l entreprise et ceux qui sont à l extérieur : développer le niveau de qualification (formation) Politique de communication du Pays sur l emploi dans ces établissements. On revient dans chaque établissement sur leurs besoins en compétences. On s est aperçu qu il y avait un problème d accueil de nouveaux salariés. Problème d accompagnement des nouveaux salariés. 7 chefs d entreprises sont investis dans le projet. On a recruté une personne qui sera chargé de mission de ce projet. Un cabinet RH suit également ce projet. Le financement : Pays, DDTEFP, CG, CR, même du Leader. Les établissements ont accepté de s engager en impliquant 16 jours annuels sur ce projet. On valorise donc le temps de travail passé par eux. Puis ils versent aussi une petite somme en numéraire. La DDTEFP a été dans le projet dès le départ. Elle a dit : si les entreprises sont d accord pour mutualiser, nous aidons. La région se demande si elle peut utiliser cette démarche dans d autres Pays. Anne-claire Pignal : Cela me fait penser à une initiative dans les services à la personne, dans les deux-sèvres. Ils sont utilisés un projet Equal pour cela, qui arrive à la fin. Peut-être peuvent-elles utiliser cette solution. Annick FERRY : M. Seibel : Quelle est la participation des OPCA à ce projet? Le conseil régional a lancé une formation au métier d aide soignante. Par conséquent, ils ont chiffré les besoins en se servant de cette étude. Les directeurs d établissement savent qu ils vont pouvoir s alimenter à cette formation, y envoyer des stagiaires.

16 Comme on l a dit précédemment, c est important d avoir l organisme de formation à côté. Annick Ferry : M. Seibel : Vous avez 7 établissements. Est-ce qu ils se connaissent déjà? Non, c est l étude qui les a fait se connaître. Ils appartiennent à des réseaux différents. Chaque établissement a du négocier dans son établissement. Anne-Claire Pignal : On cite rarement l IAE dans les ADEC. On est dans une situation assez grave, on n est pas assez connus du grand public et de nos acteurs. Une illustration : le pilotage de l accompagnement des personnes dans le cadre du RSA : on va scinder les publics «sociaux» accompagnés par le personnel du CG et le public «employable», accompagné par le «pôle emploi». Parmi les intervenants potentiels ciblés pour faire ce travail d accompagnement, l IAE n est pas identifiée. Cela c est grave parce qu on va créer des structures nouvelles alors que c est notre travail. Dans ces dynamiques de territoire, nos adhérents ont du mal à s y intégrer, ils voient mal ce qu ils peuvent y apporter et ils ne sont pas connus. Francis Morin : Il y a un lobbying des organismes de formation qui disent que tout passe par les organismes de formation. Il faut montrer que le travail réalisé par l IAE fonctionne. Quand on regarde les GPEC territoriale, on insère pas l IAE comme un élément de cette GPEC territoriale. Il faut montrer que des pratiques ont montré des résultats. Les lobbyings ont besoin de matériau. AC Pignal : le CNCE-GEIQ et le CNEI ont fait un guide avec le MEDEF. Loïc Lorenzini (Ecole des territoires de la Bergerie Nationale) : On voit que là où ce type d initiatives fonctionne, c est parce qu il existe des projets de territoire solides. C est parce que les territoires sont organisé, qu il y a du dialogue, que des solutions peuvent être trouvées. Ces projets de GPEC territoriale sont adossés à des projets de territoire.

17 Hervé Dagand : Les projets de territoire cependant ne peuvent pas tout face aux fluctuations du marché. Les collectivités, les territoires peuvent être aiguillons et intervenir sur le marché de l emploi, mais seulement à la marge. Ils sont désarmés face aux mouvements des entreprises. Charlotte Palmowski : Le territoire peut créer les conditions pour attirer les investissements là et pas ailleurs. Il y a de l interaction entre le territoire et le marché. Francis Morin : La formation, les compétences sont aussi importantes pour le développement économique que les routes, les infrastructures etc et ça c est de la responsabilité du politique. Il faut que les élus jouent leur rôle, sans quoi les initiatives remontées par les acteurs économiques, associatifs ne voient pas le jour. Evangelina Barreto : On a développé la filière nautique chez nous, pour anticiper la reconversion de la filière construction navale. Cela montre que les territoires peuvent initier la constitution de filières, surtout pour innover. Xavier Collard : On parle de projets de territoire, cela pose des questions de cohérence. Il y a parfois trop de projets concurrents. Il y a également une technocratisation de ces espaces de développement, où il y a peu d élus : ces espaces sont portés par des agents de développement qui n ont pas de légitimité démocratique. Les projets de territoire sont diffus et manquent de cohérence. L architecture et la mise en cohérence de cette organisation est difficile. Francis Morin : Il y a des enjeux de pouvoir importants, notamment entre Etat et régions. La Région a repris les concepts qui avaient portés la décentralisation et la territorialisation avec la création des Pays et des agglos quand l Etat s en est désengagé. Le problème c est qu on est dans une situation intermédiaire où la décentralisation n est pas terminée, le système conserve tout l ancien et tout le nouveau qui s est accumulé dessus. Il faut réformer et simplifier tout cela. Les projets de territoire doivent s adapter à l activité concernée. Le territoire n est pas le même pour l aéronautique et pour les services de proximité. Si on veut réorienter notre société vers le développement durable, il faut d urgence penser à la reconversion du secteur de l automobile, et cela va avoir une incidence sur nos petits territoires.

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Groupe de travail. Vers une plateforme inter entreprise de sécurisation des mobilités Réunion 2

Groupe de travail. Vers une plateforme inter entreprise de sécurisation des mobilités Réunion 2 Groupe de travail Vers une plateforme inter entreprise de sécurisation des mobilités Réunion 2 Version du 5 décembre 2011 Présents Jérémy Houstraëte, Cabinet Alixio Didier Dugast, MDEF de Sénart Yannick

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011 Groupe de travail Vers une cartographie interactive des métiers et des compétences Réunion 4 8 décembre 2011 Partenaires présents D.Anglaret DireccteIledeFrance P.Henry DireccteIledeFrance F.Suarez MDEMVS

Plus en détail

Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise

Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise Objectif de la fiche Cette fiche vise à présenter les différents axes de coopération qui peuvent être proposés à une entreprise, ou un

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

FUSION ANPE /ASSEDIC. Réflexion sur le positionnement des Maisons de l Emploi et des Missions locales

FUSION ANPE /ASSEDIC. Réflexion sur le positionnement des Maisons de l Emploi et des Missions locales FUSION ANPE /ASSEDIC Réflexion sur le positionnement des Maisons de l Emploi et des Missions locales Préambule Cette note fait suite à une série d entretiens réalisés entre juin et octobre 2008, auprès

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 1 Une politique régionale concertée Le 20 Mai 2008, le CRIF organise une large concertation

Plus en détail

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Analyse des Incidences liées à la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle pour les ACI et propositions d actions Avril 2015 La loi

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Depuis la loi de 1971, après l accord des partenaires sociaux de 1970, les entreprises ont une obligation de dépense annuelle en formation.

Depuis la loi de 1971, après l accord des partenaires sociaux de 1970, les entreprises ont une obligation de dépense annuelle en formation. LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE Etat des lieux, avant changements Un domaine important dans l activité du pays Plus de 8 millions de personnes sont parties en formation en 2010, qu elles soient :

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L APPUI ECONOMIE-EMPLOI- FORMATION AUX TERRITOIRES

ACCORD CADRE RELATIF A L APPUI ECONOMIE-EMPLOI- FORMATION AUX TERRITOIRES ACCORD CADRE RELATIF A L APPUI ECONOMIE-EMPLOI- FORMATION AUX TERRITOIRES Contexte De fortes mutations techniques, économiques, règlementaires, scientifiques et sociétales impactent les territoires et

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Retour questionnaire État des lieux et besoins d appui. Constat quantitatif. Le contenu du questionnaire

Retour questionnaire État des lieux et besoins d appui. Constat quantitatif. Le contenu du questionnaire Retour questionnaire État des lieux et besoins d appui ATELIERS REGIONAUX DE L ORIENTATION Atelier 6 : Diagnostic et GPEC sur l espace territorial 23 NOVEMBRE 2010 Constat quantitatif 10 réponses sur 42

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale?

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Atelier n 2 du 01 Juillet 2011 Les entreprises au cœur de la GPEC T Expérimentation MODEL 74 (bassin d Annecy) Extraits du bilan en cours Chantal

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION REPRESENTATION MISSIONS EMPLOYEURS QUALITE DE L EMPLOI INSTANCES

LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION REPRESENTATION MISSIONS EMPLOYEURS QUALITE DE L EMPLOI INSTANCES LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION MISSIONS EMPLOYEURS REGION STRUCTURATION QUALITE DE L EMPLOI TERRITOIRES DELEGATION INSTANCES SYNDICATS ENJEUX REPRESENTATION

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire Enquête sur les besoins de compétences dans les secteurs Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire du bassin d emploi de Blois. Etude réalisée par Jean Luc VEZON et Manuel CASIMIRO 41 janvier 2008 Objectifs

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Léopold GILLES Directeur du Département «Evaluation des politiques sociales» - CREDOC SOMMAIRE RAPPEL : entreprises solidaires

Plus en détail

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles Le système de la formation professionnelle en France Mars 2010 AEFP Bruxelles sommaire La formation tout au long de la vie Le cadre réglementaire L historique La réforme de 2009 Les principaux dispositifs

Plus en détail

Le CTP et la CRP en Franche-Comté

Le CTP et la CRP en Franche-Comté Le CTP et la CRP en Franche-Comté Les étapes du développement du CTP et de la CRP en Franche-Comté Ordonnance du 13 avril 2006 Un dispositif expérimental de sécurisation des transitions professionnelles

Plus en détail

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées?

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Conférence-débat n 2 Bernadette MOREAU, Directrice de la Compensation à la CNSA ; Professeur Alain DOMONT, Professeur à l Hôpital Corentin

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées»

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» ACTION TERRITORIALE 2011-2012 «Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» CAHIER DES CHARGES D ACCOMPAGNEMENT ET DE FORMATION Origine de la demande UNIFAF

Plus en détail

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Quartier Jeunes 16h-18h Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Le GIP Auvergne Le porteur Le porteur Le GIP FCIP Auvergne a pour vocation de

Plus en détail

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Note de cadrage Dans le cadre de la construction de la programmation européenne 2014-2020, l année

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Charte Automobile 2012-2015. CPREFP 7 mai 2013

Charte Automobile 2012-2015. CPREFP 7 mai 2013 Charte Automobile 2012-2015 CPREFP 7 mai 2013 1 Bilan de la Charte Automobile 2008 2011 2 L UIMM est engagée depuis 2008 dans le pilotage de la charte automobile avec les branches qui constituent cette

Plus en détail

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE Un certain regard sur les résultats 2011 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne Ce guide est cofinancé par l Union Européenne PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

Le cas AIF : une illustration des pratiques de GTEC

Le cas AIF : une illustration des pratiques de GTEC Le cas AIF : une illustration des pratiques de GTEC Isabelle BORIES-AZEAU Docteur en Sciences de Gestion Maître de Conférences associé UFR AES Université Montpellier 1 MRM - ERFI Université Montpellier

Plus en détail

Le régime français de formation professionnelle continue

Le régime français de formation professionnelle continue Le régime français de formation professionnelle continue Enjeux, acquis et voies de réforme Jean-Louis Dayan (CAS) professionnelle" du COE - 4 mars 2008 1 Des ambitions vastes et multiples «La formation

Plus en détail

Le service Appui/Conseil Seniors aux Entreprises et à leurs Salariés Réseau Régional des CIBC

Le service Appui/Conseil Seniors aux Entreprises et à leurs Salariés Réseau Régional des CIBC UNION EUROPEENNE Le Fonds Social Européen investit pour votre avenir Le service Appui/Conseil Seniors aux Entreprises et à leurs Salariés Réseau Régional des CIBC Dans le cadre de la politique publique

Plus en détail

Zones Urbaines Sensibles de Laval Agglomération Plan pour l emploi Priorité aux jeunes

Zones Urbaines Sensibles de Laval Agglomération Plan pour l emploi Priorité aux jeunes Zones Urbaines Sensibles de Laval Agglomération Plan pour l emploi Priorité aux jeunes Alertes sur la dégradation de la situation de l emploi dans les ZUS En juillet 2012, l augmentation du chômage dans

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors

Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors Fiche 6 Enjeux Face aux changements importants que connaissent les entreprises : évolution du contenu des métiers, des technologies et des

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Revue de Presse. Octobre Novembre 2012

Revue de Presse. Octobre Novembre 2012 Revue de Presse Octobre Novembre 2012 1 L UNION du 16 octobre 2012 Julien Bouillé «Le GROUPEMENT d EMPLOYEURS d «IDEES» veut se développer d : le temps partagé fait son chemin.» Il y a parfois des solutions

Plus en détail

Maison de l emploi de Sénart. «Club des développeurs économiques Seine et marnais» 15 mai 2008

Maison de l emploi de Sénart. «Club des développeurs économiques Seine et marnais» 15 mai 2008 Maison de l emploi de Sénart «Club des développeurs économiques Seine et marnais» 15 mai 2008 Historique En octobre 2004, Création de l association Sénart Développement, «pour traiter ensemble des questions

Plus en détail

Réunion du réseau «Conseil Citoyen»

Réunion du réseau «Conseil Citoyen» Réunion de réseau «conseil citoyen». 15.01.2015. Compte rendu. L IREV a proposé une première réunion de réseau sur les conseils citoyens, à laquelle étaient invités les chefs de projet politique de la

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

Formation Chargé de développement de l alternance

Formation Chargé de développement de l alternance Formation Chargé de développement de l alternance En Ile de France GROUPE OMENDO Conseil et Formation 129 rue de Turenne - 75003 Paris 01 44 61 37 37 8 chemin du Pré Carré - Inovallée - 38240 Meylan 04

Plus en détail

Construire une identité professionnelle : Identités professionnelles et compétences

Construire une identité professionnelle : Identités professionnelles et compétences Construire une identité professionnelle : Identités professionnelles et compétences -> Synthèse des écrits des participants lors de l'animation d'accolades 3 questions : - Comment améliorer les pratiques

Plus en détail

La mutualisation. Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION

La mutualisation. Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION La mutualisation Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION Contexte Agglo Région : 3 249 815 Hab Département : 601 027 Hab Communauté d Agglomération de St-Brieuc :

Plus en détail

1.000 parrains pour 1.000 emplois

1.000 parrains pour 1.000 emplois 1.000 parrains pour 1.000 emplois En partenariat avec l ANDRH IDF, l Association Nationale des DRH Ile-de-France Dossier de presse Lundi 1 er juin 2015 Contact presse - Quitterie Lemasson -presse@paris.fr

Plus en détail

Atelier n 1 3ème session

Atelier n 1 3ème session Atelier n 1 3ème session Thématique : Mobilité Interne Synthèse Relevé de discussion 30 janv 2012 Ressources Humaines Groupe Co construction GPEC 2012 Retour sur le dispositif Espace Mobilité 2004 2005

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 2 21 novembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 2 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Carine SEILER, directrice du pôle

Plus en détail

Contrat de génération: Comment l articuler avec les dispositifs emploi/formation

Contrat de génération: Comment l articuler avec les dispositifs emploi/formation Contrat de génération: Comment l articuler avec les dispositifs emploi/formation Valérie Blanchard Coordinatrice Régionale de la Formation Professionnelle 21/2013 1 Le contrat de génération Un engagement

Plus en détail

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé INFORMATIONS : Territoire concerné : Département de la Drôme L ACTION Descriptif Le projet «Cohabitons

Plus en détail

Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés

Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés 16ème Université d'été: Mieux être au travail et performance de l entreprise Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés Raouf Mhenni, General Manager HR

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

La réforme de la formation professionnelle pour les élus d entreprise. Les salariés au cœur de leur parcours de formation

La réforme de la formation professionnelle pour les élus d entreprise. Les salariés au cœur de leur parcours de formation La réforme de la formation professionnelle pour les élus d entreprise Les salariés au cœur de leur parcours de formation Loi du 5 mars 2014 27 mars 2015 L esprit de la réforme : une obligation de former

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015 La franche-comté, une région grande par ses talents Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015 PRÉFET DE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE,

Plus en détail

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique»

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» CLÔTURE DES TRAVAUX PAR MADAME CYNTHIA LIGEARD PRESIDENTE DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALEDONIE 6 novembre 2014 1 Mesdames, Messieurs les

Plus en détail

Petit déjeuner GRANDS COMPTES. Février/Mars 2015

Petit déjeuner GRANDS COMPTES. Février/Mars 2015 Petit déjeuner GRANDS COMPTES Février/Mars 2015 Créée : MAJ : 13/02/2015 Créé le 13/02/2015 LS /PACAC Sommaire 1- Le Contexte/ La Réforme, 2- Les fonds mutualisés 2015, 3- En mode Projet : propositions,

Plus en détail

"High Performance Workplace Event: People mean business"

High Performance Workplace Event: People mean business "High Performance Workplace Event: People mean business" (Cette conférence a été organisée par la Présidence britannique de l'union européenne, avec le soutien de la Commission européenne) Londres, le

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise Association Régionale pour l Amélioration des Conditions de Travail en Haute-Normandie / sommaire p.2 - Développement des pratiques de formation : l exemple de deux secteurs en pleine mutation économique

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Ateliers / débats organisés dans le cadre de l évaluation à mi-parcours du SRDE / PRDF. Focus sur l impact de la crise économique

Ateliers / débats organisés dans le cadre de l évaluation à mi-parcours du SRDE / PRDF. Focus sur l impact de la crise économique Ateliers / débats organisés dans le cadre de l évaluation à mi-parcours du SRDE / PRDF Focus sur l impact de la crise économique Hôtel de région - 27 et 28 avril 2009 Synthèse transversale des 8 ateliers

Plus en détail

Contribution de l Assemblée des Département de France. au rapport final d évaluation présenté par le cabinet AMNYOS:

Contribution de l Assemblée des Département de France. au rapport final d évaluation présenté par le cabinet AMNYOS: Contribution de l Assemblée des Département de France au rapport final d évaluation présenté par le cabinet AMNYOS: «Le FSE et l offre d insertion dans les territoires», CSE du 29 octobre 2010 L étude

Plus en détail

sommaire Relevé de conclusions Séminaire 2015 - CRESS Auvergne avec la participation de la CRESS Rhône-Alpes 6 février 2015

sommaire Relevé de conclusions Séminaire 2015 - CRESS Auvergne avec la participation de la CRESS Rhône-Alpes 6 février 2015 Séminaire 2015 - avec la participation de la CRESS Rhône-Alpes Relevé de conclusions 6 février 2015 Sémaphore - Cébazat sommaire I. Continuité sur la construction du projet stratégique II. Echanges entre

Plus en détail

Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises»

Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises» Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises» Cf. Note de cadrage PLIE pour l année 2015 1 ORIENTATION GENERALE L'intégration à l'emploi est un des axes prioritaires énoncés

Plus en détail

Les salariés des TPE-PME

Les salariés des TPE-PME Les salariés des Les ouvriers, qualifiés et non qualifiés, sont majoritaires dans les (50%) et TPE (42,5%), comme dans les grandes (49,1%). Les ouvriers représentent un salarié sur deux dans les Les concentrent

Plus en détail

Formation professionnelle

Formation professionnelle L Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 Pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l emploi et des parcours professionnels

Plus en détail

Délégation interministérielle à la famille

Délégation interministérielle à la famille Délégation interministérielle à la famille Circulaire Interministérielle DIF/DGAS/DGS/DGESCO/ DGER/DGEFP No 2006-556 du 22 décembre 2006 relative à la mise en place de plates-formes de formation aux métiers

Plus en détail

Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne

Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne Permettre aux personnes en situation d exclusion, de retrouver leur autonomie, leur dignité et leur place dans la société; faciliter et encourager le retour

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT 1 CONVENTION DE PARTENARIAT Entre : CONSTRUCTYS, OPCA de la construction, HAUTE NORMANDIE 18 rue Amiral Cécille 76100 ROUEN Représenté par Martine GOETHEYN, Présidente Et : L ASSOCIATION REGIONALE DES

Plus en détail

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national interprofessionnel GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Assistant gestionnaire de ressources humaines en PME de l Université du Littoral Côte d'opale - ULCO Vague E 2015-2019

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE Considérant que l alternance est un moyen particulièrement adapté, à tous

Plus en détail

26 et 27 mai 2015. Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général

26 et 27 mai 2015. Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général 26 et 27 mai 2015 Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général Mesdames, Messieurs, Lors de mes propos introductifs à ces débats, je vous ai dit que le développement social, comme le développement

Plus en détail

La MSA Picardie élabore une stratégie de recrutement avec les acteurs régionaux de l'emploi des personnes handicapées Comment recruter à bac+2?

La MSA Picardie élabore une stratégie de recrutement avec les acteurs régionaux de l'emploi des personnes handicapées Comment recruter à bac+2? La MSA Picardie élabore une stratégie de recrutement avec les acteurs régionaux de l'emploi d Fin 2008, l'organisme de protection sociale picard se fixe pour objectif de recruter 15 travailleurs handicapés

Plus en détail

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020.

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. 2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. Mesdames, Messieurs, Projet de délibération Exposé des motifs Fin 2015, grâce à l effort

Plus en détail

Conférence régionale

Conférence régionale Réunion d information nationale Les enjeux de la réforme de la formation professionnelle Conférence régionale dans les OPH Paris Lundi 20 octobre 2014 1 Les enjeux de la réforme de la formation professionnelle

Plus en détail