accompagner les parcours professionnels dans les territoires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "accompagner les parcours professionnels dans les territoires"

Transcription

1 cycle sur la gestion territoriale des emplois et des compétences accompagner les parcours professionnels dans les territoires ETD a réuni le 4 novembre 2008 une quinzaine de partenaires - membres de conseils de développement et de conseil économique et social, dirigeants de maisons de l emploi, d association de DRH, chargés de mission de Pays et acteurs de l insertion - pour échanger sur la gestion territoriale des emplois et des compétences. C était la première rencontre d un cycle qu ETD organise avec l Ecole des territoires de la Bergerie nationale sur ce thème. Cette première journée portait sur la gouvernance des dispositifs territoriaux de gestion des compétences et d accompagnement des parcours professionnels. SYNTHESE Le paysage institutionnel et la gouvernance Les participants s interrogent sur la place qui sera accordée aux acteurs des territoires dans la réorganisation du paysage institutionnel de l emploi : création de l opérateur unique (pôle emploi), création du «Conseil régional de l emploi», déclinaison régionale du «conseil national de l emploi.» Faire de la GPEC territoriale consiste à mettre autour de la table des acteurs divers et parfois en opposition : chefs d entreprises, organisation professionnelles, représentant des salariés, services publics, OPCA etc Comment trouver les interlocuteurs? Certains plaident pour un opérateur unique et clairement identifié, un chef de file pour mener à bien ces actions : il n y a pas un seul acteur légitime d une façon générale, tout dépend de comment il est identifié localement : Comité de bassin d emploi, Maison de l'emploi, Pays, Structure d insertion par l activité économique Accompagner les mobilités au niveau local Les mobilités professionnelles se font en immense majorité entre entreprises ou au sein des entreprises et pas par la case «ANPE». Il est donc très limitatif de ne penser la gestion des mobilités professionnelles qu au niveau de la gestion du chômage. Pour cela il faut créer des espaces de gestion de la mobilité, impliquant les acteurs de l entreprise, c est-à-dire les partenaires sociaux. A ce titre les Maisons de l emploi comme l opérateur unique excluent les partenaires sociaux.

2 La gestion territoriale des emplois et des compétences implique de faire de l interprofessionnel, de l inter-branches. Cela n est pas encore dans les habitudes, de valoriser les compétences qui peuvent être transférées d un métier à l autre, même dans des secteurs complètement différents. C est l idée de Transcompétences, l outil du CODESPAR (Conseil de développement du pays et de l agglomération de Rennes). Cela implique aussi de s émanciper des statuts : l action locale se heurte aux problèmes de statuts : on ne peut faire une action transversale car on fonctionne par statuts : demandeur d emploi, RMIste, jeune sans emploi, salarié etc Expérimentation et dérogation Les dispositifs d accompagnement des mobilités qui existent sont tous dérogatoires et expérimentaux : le contrat de transition professionnelle, la plate-forme de mobilité comme l expérimente le CODESPAR. Cela ressemble à ce que l économiste Bernard Gazier propose et intitule les «agences de transition». Ces dispositifs permettent la continuité des parcours mais ne répondent pas aux autres objectifs de la «sécurisation des parcours professionnels», c est-à-dire la permanence du revenu et la progression dans le parcours professionnel. Comment les généraliser sans déstabiliser l équilibre actuel, basé sur la négociation sociale basée sur les branches d activité? Il faut réinventer le dialogue social. Comment les financer (mutualisation), comment gérer ces questions de statuts, comment gérer la pluri-activité? Ces questions restent. Ce chantier de la sécurisation des parcours est encore en friche. La fonction RH La GPEC Territoriale pose la question de l ouverture de la fonction RH des entreprises sur l extérieur : les entreprises doivent penser la GRH hors des murs de l entreprise, penser les parcours professionnels à l échelle du territoire cela amène les entreprises à s impliquer dans des projets mutualisés, à partager avec d autres acteurs sur leur GRH, leur stratégie Cela pose la question de l information : pour anticiper sur les difficultés d une entreprise, il faudrait qu elle puisse en informer ses partenaires pour trouver des solutions en amont. Or cela est délicat, peut entraîner des conflits et est limité par le droit du travail (notamment le délit d entrave qui ne permet pas à la direction d une entreprise d informer des partenaires publics par exemple de ces difficultés avant les représentants syndicaux). Cela demande aussi un accompagnement des entreprises dans leur fonction RH, surtout les petites entreprises mais pas uniquement : dans les grandes entreprises, la fonction RH est diluée.

3 La place des SIAE Les structures d insertion par l activité économique sont encore trop considérées comme «en dehors» des dispositifs de GPEC territoriale. On les cantonne encore à un public qu on considère en dehors du marché de l emploi. Le Grenelle de l insertion a insisté sur la nécessité de faire entrer les personnes en insertion dans le droit commun, de les considérer comme des salariés en reconversion. Les SIAE doivent prendre toute leur place dans ces dispositifs locaux. Le rôle des territoires La formation, les compétences sont aussi importantes pour le développement économique que les routes et les infrastructures. Cela est de la responsabilité du politique. Des territoires mobilisés sur cette thématique parviendront mieux à maintenir les salariés et à aménager les parcours professionnels. Les territoires sont cependant parfois désarmés face au marché, dont le territoire est national, européen ou mondial dans certains secteurs d activité. Cela interroge donc le rôle du territoire, qui peut accompagner, inciter, initier parfois (pour développer une filière par exemple), mais doit aussi se départir de l illusion des «pleins-pouvoirs». COMPTE-RENDU DES ECHANGES Mme SAGLIO, Vice-présidente du CESR de Bretagne : Présente le rapport du CESR de Bretagne : «Conjuguer flexibilité et sécurisation des parcours professionnels en Bretagne», publié en novembre Les questions d emploi sont au cœur de nos préoccupations. On a voulu se focaliser sur «l emploi pour tous» et voir ce qui se fait dans notre région. En 2005 est créé un premier groupe de travail : «50 clés pour l emploi». On a voulu prendre cette question du côté des entreprises aussi, pas seulement du côté des demandeurs d emplois. La démarche est portée par les 3 collèges. On a donc réfléchit entre nous à ce qu on mettait derrière ces mots de «sécurisation des parcours professionnels» et «flexibilité». Une journée d échanges entre acteurs a été organisée pour définir les termes. Puis on est allé à la pêche aux initiatives. On a vite mis en avant que ces questions engageaient 3 acteurs : les salariés, les entreprises et les territoires. Puis nous avons défini 5 leviers, 5 conditions de réussite de ces initiatives permettant de conjuguer flexibilité et sécurisation des parcours professionnels.

4 Premier levier : La coordination : «coordonner et innover avec les territoires» : L objectif ici était de montrer qu il est important de travailler ensemble. On a mis en évidence des actions phares. Le Contrat de Transition Professionnelle. Sur 7 lieux d expérimentation en France, 2 sont en Bretagne. Le CTP bâti une cellule d accompagnement pour les personnes qui vont être licenciées, dans les boîtes de moins de Personnel de l ANPE et AFPA : 1 personne pour 30 salariés. Le CTP dure un an. L accompagnement est très fort. Anticipation, recensement des emplois disponibles. Les personnes accompagnées apprécient d avoir le même référent, d avoir un accompagnement fort. Le taux de reclassement est de 50%. C est expérimental et très cher. Autre expérience dans ce levier : les Groupements d Employeurs. Nous en avons rencontré et décris quelques-uns. Un exemple dans le bassin de Redon. Un partenariat a été monté entre Manpower et la Mission locale. Manpower a également noué un partenariat avec le service formation continue de l université de Bretagne pour favoriser l accès à la VAE des intérimaires. Deuxième levier : «Se concerter dans l entreprise pour prévenir et guérir» L exemple de l entreprise Armor Lux, qui a fait face à des difficultés et qui s est demandé comment garder ses 400 salariés. Un travail de concertation a été mené. Les personnes ayant travaillé dans l usine pouvait se recycler sur autre chose. Armor lux a pris d autres marchés, par exemple les uniformes des aéroports. Il a fallu convaincre les gens de changer de métier, les échos sont partagés sur les conséquences de cette restructuration mais la boîte a gardé ses salariés. Troisième levier : «Aménager» Aménager permet des gains de qualité de l emploi mais aussi plus de productivité. L entreprise peut aussi y gagner. Un bon exemple est celui des services à la personne : l association «Domicile action» à Rennes avait des difficultés importantes d emploi : horaires en pointillés, salariées peu diplômées, emploi difficile et précaire. L association a décidé de mener des actions sur les horaires de travail des personnels de services à la personne. Les horaires ont été aménagés pour obtenir plus de temps pleins. La polyvalence entre Auxiliaires de Vie Sociale et les Techniciennes d Intervention Sociale et Familiale a été recherchée également : les AVS ont tendance à travailler le matin et le soir (lever et coucher) alors que les TISF travaillent en journée.

5 La polyvalence entre leurs compétences permet de créer des journées de travail plus complètes. Cela été rendu possible par une réflexion commune, la révision de la politique de GRH, de la gestion des plannings. La Ville de Rennes a mis en place un réaménagement des temps de travail des agents d entretien. Par une réorganisation du travail elle a constitué des journées de travail plus remplies et diminué fortement l absentéisme. Cela par exemple en permettant que le ménage se fasse, quand cela est possible, pendant les horaires de bureau et pas uniquement tôt le matin ou tard le soir. Cela s est inscrit dans le cadre de l effort de la ville de Rennes pour l égalité au travail entre femmes et hommes. Cela a permis aux gens de se sentir appartenant à un collectif de travail et cela a essaimé. Des entreprises privées s y mettent. Elles proposent à leurs clients des horaires de journée. Agent de propreté c est le premier métier du territoire Rennais : personnes! Autre exemple : la saisonnalité. L association intermédiaire Rhuys emploi a réfléchi à la façon de créer de l emploi annuel. Les entreprises du tourisme ont besoin de beaucoup de monde l été. Le but était de trouver des emplois pour le reste de l année pour conserver de la main d œuvre localement et trouver des parcours professionnels linéaires aux salariés. Des actions ont été montées avec l ostréiculture pour les mois d hiver, des partenariats avec des régions touristiques en Savoie. Cela mène à un gain en qualité de l emploi. L association intermédiaire peut faire un contrat annuel. Quatrième levier : l accompagnement des personnes. On entre ici dans des choses plus individuelles. Nous voulons souligner l importance du soutien individualisé pour les personnes en difficulté d emploi. Par exemple l Association «Atlas cap emploi» : le «module d orientation pour des personnes en indemnité journalière». Cela concerne les gens en arrêt maladie longue durée, qui ne peuvent retourner sur l emploi précédent. Comment anticiper la fin de l arrêt maladie? Les gens viennent à ces modules. L association regroupe les gens. Ils peuvent aussi aller en stage en entreprise. Vie de groupe et stage alternent. Cela fonctionne de façon dérogatoire (un peu comme les CTP). Cela se fait avec la CPAM. Ils essaient de le faire mettre en place par d autres caisses primaires. Les propositions : 1/ Réunir une conférence permanente territoriale des acteurs régionaux, en partant de la CCREFP. Cela fonctionne moyennement (ou plus ). Idée : réactiver cela et travailler à la sécurisation des parcours. 2/ Pousser en avant des initiatives, les soutenir. L Etat, la Région, les Pays : comment peuvent-ils soutenir ces projets?

6 3/ Adresse au conseil régional pour qu il s engage dans ses compétences sur ce thème : formation professionnelle par exemple. 4/ Encourager des expérimentations juridiques associant les partenaires sociaux, la Direction du travail, la Région Evangelina Barreto (Maison de l emploi du Cotentin ) : Concernant la gouvernance : le paysage institutionnel de l emploi va changer. On va avoir aujourd hui le «conseil régional de l emploi». Quelle sera la place du territoire dans cette nouvelle organisation? La partie «territoire» ou «bassin d emploi» est oubliée, ces territoires ne seront pas représentés dans l instance régionale. S il n y a pas de syndicat mixte ou de CBE fort sur le territoire, la gouvernance territoriale sera oubliée. Quand on fait de la GPEC, le plus dur c est pas d avoir des initiatives, mais de mettre à la même table des gens qui n ont pas l habitude (ni le souhait parfois) de travailler ensemble. Didier Dugast (Maison de l'emploi de Sénart) : Dialogue Sénart Val de Seine regroupe la CGPME, le MEDEF, les syndicats, AGEFOS et il ne me semble pas que cela soit un tour de force. Je pense que c est faisable partout. La question est de savoir comment on passe d un Etat «Etat», d une Région «Région» au niveau territorial, comment on soutient une gouvernance territoriale? L Etat ne se pose plus cette question. Il recentralise aujourd hui avec l opérateur unique, alors qu il y a 3 ou 4 ans il a décentralisé avec les Maison de l'emploi. Avec les Maison de l'emploi, il donnait le pouvoir aux élus, aujourd hui il recentralise sans savoir quelle va être la relation entre les MDE et l opérateur unique. Mais la question de la gouvernance territoriale existe. Partout où ont été créées des maisons de l emploi, les élus se sont emparés de la question de l emploi. Nous avons été l un des territoires observés par le rapport Anciaux. Une personne du CEREQ, qui accompagnait la discussion, a proposé 4 scenarii : Première hypothèse : l Etat se réapproprie la question et c est le guichet unique qui gouverne. Deuxième hypothèse : on sort l axe 2 (adéquation offre-demande) des Maison de l'emploi et on le confie complètement au guichet unique (pôle emploi) ; la MDE fait le reste. Troisième hypothèse, on fait de la sous-traitance et/ou de la cotraitance Quatrième hypothèse : ces deux unités doivent fusionner. Si on s accorde à dire que la Maison de l'emploi est une échelle intéressante parce que c est le territoire, c est le bassin d emploi et c est un nouveau mode de gouvernance, il faut que la Région y prenne toute sa place, comme le département.

7 Il y a une initiative encore balbutiante en Île-de-France : les pactes territoriaux, qui consiste à mettre en ligne de façon transversale l offre de services de la région. Quand l Etat a confié les Maison de l'emploi aux élus locaux, il a posé la problématique de l approche territoriale et cela est irréversible. Quelles que soient les négociations avec l opérateur unique, la Maison de l'emploi sera l opérateur de la gouvernance sur le territoire. Une fois qu on a dit cela, tout reste à faire. Jean Castel (Conseil de développement du pays et de l agglomération Rennaise (CODESPAR), collège syndical, CFDT) : Comment on lutte contre cette partition? Les changements professionnels se font plus au sein des entreprises ou entre entreprises que par la case «Pôle emploi». L objectif des CBE était d engager les acteurs de l entreprise (les syndicats de salariés et les syndicats patronaux) sur la politique de l emploi. Cela n a pas été un grand succès ( 57 CBE créés sur 570 territoires définis (bassins d emplois)). Les Maison de l'emploi ont été une façon d exclure l entreprise et d exclure les partenaires sociaux. Les Maison de l'emploi n étaient qu un outil de rapprochement entre ANPE et ASSEDIC qui aboutit finalement aujourd hui à la fusion. On se retrouve aujourd hui avec la même situation, où on sépare ce qui relève du chômage et ce qui relève du dialogue social. L intérêt du travail du CESR pour moi est de montrer à quel point tout ne se joue pas dans une situation estampillée «chômeurs». On est par exemple confrontés au problème des statuts : il y a une vraie déperdition car des formations ne peuvent pas se monter à cause de problèmes de statuts. Quand on parle de gouvernance, il me semble que le nœud se situe ici. C est pour cela que nous on maintient le CBE même si on aurait pu se dissoudre après la création de la MDE. On veut continuer à garder cet espace de dialogue, on veut continuer à bosser sur la mobilité professionnelle entre les entreprises du territoire. Didier Dugast : Vous avez raison, la création des Maison de l'emploi était au départ la volonté de rapprocher ANPE et Assedic. Ils ont créé sans le vouloir des Objets sociaux non identifiés, différents sur chaque territoire. Pour fonctionner ils doivent suivre deux règles : coproduction obligatoire non substitution Chacun doit prendre ses responsabilités. Evangelina Barreto : La clé quand on dit GPEC c est «adapter les ressources humaines» et «adapter les ressources humaines» ça veut dire proposer des solutions de formation. Exemple : monter une formation pour transformer des tuyauteurs chaudronniers en tuyauteurs alu.

8 En clair, cela veut dire que l offre de formation doit correspondre autant à des gens en emploi et des demandeurs d emploi. Exemple en ce moment sur la HQE, on voudrait faire des formations mixtes. Cela est très complexe à financer, car celui qui est demandeur d emploi, sa place est financée par les Assedic, les jeunes non-indemnisés par le conseil régional, celui qui sort de l intérim, sa place sera payée par les entreprises d intérim et le salarié de l entreprise pour lui cela sera payé par l OPCA du bâtiment. Là, l organisme de formation galère Francis Morin (Ecole des territoires de la Bergerie Nationale) : J observe que tout ce dont vous nous parlez c est le l expérimentation et de la dérogation. C est à dire qu on est toujours à la limite de la sortie du droit, des conventions etc tout en faisant attention de ne pas trop en sortir pour ne pas casser le système. Par exemple ne pas casser les négociations collectives, les accords de branche. D où l importance de la question de la gouvernance et de la présence des partenaires sociaux dans le jeu. Le plus dur ce sont les règles institutionnelles, les concurrences institutionnelles etc Les Maison de l'emploi sont parties des MIFE (Rueil, Dunkerque, Valenciennes) : ce système des MIFE fonctionnait plutôt pas mal, c était ascendant, semblable à celui des CBE. Il s est trouvé catapulté en même temps que la réflexion sur la réforme du service public de l emploi. Le plus important dans la création des Maison de l'emploi c était la reconnaissance de la compétence de fait des collectivités sur cette question. Le Contrat de Transition Professionnelle : le Président de le République a parlé de son élargissement. Moi j aimerais en entendre plus sur la plate-forme de mobilité (projet encours à Rennes dont M. Castel a parlé). L économiste Bernard Gazier propose la création «d agences de transition». Cela va poser la question de la gestion des statuts, de la pluri-activité, comment mutualiser des fonds Dans les CTP on est aussi sur du dérogatoire, alors comment faire dans ces dispositifs pour qu il y ait une sécurité financière? De tout cela on en parlait dans un contexte de convergence d intérêts entre salariés et employeurs avant la crise (les entreprises recrutaient). Il va falloir gérer des licenciements, ce qui n est pas la même chose que de gérer le vieillissement et la transition démographique dans laquelle on n était jusque là. Jean Castel, à propos de la plateforme de mobilité : C est en projet pour l instant. On veut s inspirer de ce qui n existe aujourd hui que pour les entreprises de plus de 1000 salariés : le congé de mobilité. Là c est la même chose, mais appliqué à des entreprises de plus petite taille. On se demande comment le sécuriser juridiquement. Evangelina Barreto : Pourquoi ne pas utiliser le système du groupement d employeur?

9 Jean Castel : C est une autre étape le GE. Il y a aussi le portage salarial. Aujourd hui notre plateforme n existe que par des conventions passées entre deux entreprises. Cette convention est signée entre le salarié et deux entreprises, l entreprise cédante et l entreprise accueillante. Charlotte PALMOWSKI (Ecole des territoires de la Bergerie Nationale) : C est suite au travail sur «trans compétences» que le lien a été fait avec des entreprises. Claude SEIBEL (conseil de développement du Pays Midi-Quercy) : On ne doit pas se laisser prendre dans les dialogues entre le pôle emploi et les maisons de l emploi, car ils sont devant nous plutôt que derrière nous. Je voudrais revenir sur le thème flexibilité et sécurisation des parcours. Sur le Contrat de Transition Professionnelle : qui paie quand quelqu un entre en CTP? Qui assure la permanence du revenu? L autre objectif de la sécurisation des parcours, qui est que la mobilité signifie une progression dans le parcours, n est pas appliquée ni applicable. Dans nos Pays ruraux les bureaux ANPE et Assedic ont fermé. Donc ces dispositifs de sécurisation des parcours sont portés par d autres acteurs. Par exemple le PLIE. Cela ne permet pas le maintien de la permanence des revenus, mais cela permet d essayer de maintenir la continuité du parcours, pas la progression. Le PLIE est un exemple, il existe aussi les Coopératives d activité et d emploi (CAE), il y a aussi les outils d IAE. Ces outils sont des outils de suivi et de sécurisation des parcours professionnels mais pas au niveau de l ambition affirmée dans le rapport du CESR, à savoir la permanence du revenu et la progression d une situation à l autre. Anne Saglio : Une personne en CTP touche 80% de son salaire net. L entreprise en paie une partie. Les indemnités de préavis sont versées à l Assedic, qui verse ensuite 80% du salaire net. Le lien avec l entreprise est rompu.

10 Evangelina Barreto : On est plusieurs ici à monter des EDEC. Nous, nous avons un EDEC de démobilisation, lorsque la partie maçonnerie de l EPR sera terminée en 2011 avant que ne commencent les travaux électro-techniques. On est dans une situation où on va recruter jusqu en On travaille sur la démobilisation avec les partenaires sociaux, les responsables RH des entreprises. On le monte sous forme de groupement d entreprises. On a demandé aux entreprises de créer des mini-groupements d entreprises avec des métiers proches et des compétences si possible transférables. On a la chance d avoir un conseil régional qui finance et qui nous suit. C est le premier donneur d ordre (EDF dans ce cas) qui est présent dans ces discussions : cela signifie que ce sont les syndicats d EDF qui sont représentés. C est assez subtil. La partie «étude» de l EDEC : impact de la démobilisation des personnels à la sortie de l EPR. On fait cela avec les branches. Cela leur permettra de former les personnels pour les adapter. Mme TRIPON : déléguée générale de l ANDRH Nous considérons à l ANDRH que l avenir est au local. Comment peut-on mutualiser et agir sur le terrain, avec notamment les ANDRH locales, qui sont à géométrie variable. Ce que souhaite un DRH c est une structure souple et un interlocuteur unique. Un référent. Mais qui est l acteur légitime? Je n ai pas la réponse et vous ne l avez pas non plus. Cela tient à la volonté d un individu ou d un groupe d individus et pas d une stratégie globale de l Etat ou de la Région. Une de nos propositions pour faciliter la gouvernance territoriale des RH est de «libérer la parole» : on est convaincu du bien fondé de l implication des partenaires sociaux. Mais il faut redéfinir le «délit d entrave». Par exemple une entreprise qui sait qu elle va devoir fermer une partie de son activité, comment peut-elle l anticiper? Donc il faut qu elle puisse en parler en totale confiance. Comment généraliser cela? Il faut lever certains obstacles juridiques. Nous demandons aussi que soient définis des «emplois prioritaires», ceux pour lesquels il y a pénurie. Nous devons aussi adapter les formations. C est là le rôle des régions. Il faut aussi réussir à lever les obstacles idéologiques. Les postures idéologiques ne tiennent plus. Des lycées professionnels ont agi par exemple pour attirer des filles dans des métiers essentiellement occupés par des garçons jusque là. Grenelle de l insertion : on doit sortir de l insertion pour aller vers la reconversion de salariés qui ne l ont plus été à un moment donné et qui doivent le redevenir de manière durable. Transmission d entreprises. Il y a un gâchis de talents et de compétences. Des artisans ne trouvent pas de repreneurs. Comment généraliser vos expérimentations? Les modes opératoires doivent être assouplis, les cadres juridiques, pour pouvoir innover, expérimenter. Il n y a rien de révolutionnaire dans ce que propose l ANDRH. Mais on propose de pouvoir parler «off» avec les partenaires.

11 Jean Castel : Quand on parle de gestion territoriale des emplois et compétences, cela signifie qu on souhaite associer les salariés et la première façon de les associer c est de les informer. Je reproche aux accords de GPEC de ne pas en parler. On parle des modalités (changements de postes) mais assez peu de «comment» on provoque cette ambition de changer. Peut-être que les Maison de l'emploi pourraient avoir ce rôle dans les territoires d informer les salariés sur ces questions de mobilité. Très peu d accords parlent de l information des salariés. Vous proposez d améliorer l information des salariés en cas de difficultés des entreprises, en anticipant. Le problème que cela pose est le suivant : si vous informez les gens que dans 3 ans il risque d y avoir des licenciements et qu ils ferraient bien de se préparer, ils risquent de demander des dédommagements, une prime de licenciement... C est donc dur de faire cela «en off». Catherine Tripon : La solution peut être, si on anticipe un problème, de faire de la prospective sur le bassin d emploi et de se dire avec les partenaires sociaux : quelles sont les solutions de formation, de mobilité? Soit on attend que les gens soient licenciés et on reporte le coût sur le chômage et l Etat, soit on anticipe et on propose un cofinancement de la boîte à outil «formation», VAE etc. Didier Dugast : Vous donnez une nouvelle définition du dialogue social. Chez nous ça a commencé par les tickets restau, les mutuelles, Il faut amener les entreprises à «décoller de leur regard». Les entreprises externalisent de plus en plus la gestion RH, notamment dans la logistique. La fonction RH est externalisée aux boîtes d intérim. Beaucoup de nos entreprises ne savent pas parler de RH, elles sont démunies. Et concernant les RH, on ne laisse pas n importe qui entrer là-dedans. Annick Ferry (Maison des entreprises du Pays Cœur d Hérault) : Les TPE que nous accompagnons n ont pas de gestion RH. Tant que l entreprise marche, les relations avec les salariés vont bien. Mais elles ne savent pas gérer les conflits. Concernant l anticipation, peu d entreprises savent ce qui va se passer dans trois ans. On a développé une méthodologie d accompagnement à la GPEC pour les TPE. Cette méthodologie associe les dirigeants et leurs salariés. C est une approche globale de l entreprise associant les salariés. Cela peut être difficile car on n a pas envie qu un regard externe vienne dans la fonction RH. Mais quand il y a une relation de confiance, ça marche.

12 Catherine Tripon, ANDRH : Castel : Personne ne pourra vous remplacer là-dessus. C est aussi le rôle des Chambres de commerces et des chambres des métiers. Les TPE ne sont pas si isolées que cela, elles sont dans des réseaux. Francis Morin : Les entreprises sont dans des logiques de branche, qui ne les prépare pas la mobilité, au transfert de compétences Aujourd hui, on a des logiques de groupement, de dialogue social territorial. Cela est un gage de sécurité pour des salariés : cela les encourage à rester sur leur territoire. Ils préfèrent rester là car leur mobilité est sécurisée. Cela est lié aussi à l environnement de l emploi, par exemple les enjeux de logement de santé. Et il y a des territoires qui ont une attitude «attrape-tout», un langage de la performance, mais pas de vision globale. Donc le point de vue du territoire est important. Cependant, il y a un paradoxe entre notre discours sur le territoire et le territoire-monde dans lequel on veut organiser la mobilité. Quand je travaillais avec les entreprises dans l Education Nationale, les entreprises se demandaient comment faire pour que les salariés changent de région tout en restant dans la même branche. La logique inter-branche est encore peu développée. M. COLLARD, directeur de l ALCG (Association de Lutte contre le Gaspillage, association d insertion). Nous avons mis en place un dispositif d accompagnement vers l emploi entre l ALCG et le groupement industriel du Pays de Revermont (GISAP). Le GISAP regroupe des entreprises salariant 1100 personnes sur un Pays de habitants. Un organisme de formation rattaché à l UIMM, l AFPI, participe aussi au projet. La mobilité est une problématique centrale dans notre territoire. Il y a jusqu à aujourd hui peu de chômeurs mais des situations de tension sur certains métiers. Les liens traditionnels de prescription ne fonctionnent plus dans ce contexte de tension. L AFPI organise des formations mais il manque des gens. L approche prospective est difficile même dans les entreprises de 300 salariés. Dur d anticiper à 2 ou 3 ans. Notre projet est une GPEC territorialisée. On a répondu à un appel à projet de la fondation de France. Cela a été l élément déclencheur.

13 Il faut sortir de la vision pré-colombienne ou pré-néandertalienne de l IAE. Avant, l ALCG travaillait avec 1 seule entreprise, aujourd hui on a une offre de services en direction de 300 entreprises. On a une trentaine de chefs d entreprises qui participent à nos jurys professionnels. Cela c est 8 ans de travail. Il faut pour le projet fonctionne que les entreprises s ouvrent. Pour cela il a fallu démystifier la vision de l IAE chez les responsables d entreprises. Il a fallu s ouvrir nous aussi aux entreprises. Public : on ne travaille pas avec les personnes les plus éloignées de l emploi. Accompagnement de la personne sur le poste de travail. Le parcours de la personne : contrat en CA ou CAE en 1 ou 2 ans puis CQP de 4 mois, changement de statut : stagiaire de la formation professionnelle. A cet instant il y a un engagement de l entreprise : «un stagiaire, un poste, un contrat (au minimum un CDD de 6 mois)». Au terme de ces 4 mois, identification d un tuteur en entreprise. Engagement de l ALCG à accompagner le salarié (6 accompagnateurs professionnels) pendant 6 mois. La difficulté quand on a peu de chômage comme chez nous et de la tension, cela signifie qu on touche un public éloigné de l emploi, et qu il y a des échecs. On a croisé IAE et organisme de formation et on a trouvé un objectif commun. Notre but est d essaimer. La crise pourrait bloquer son développement peut-être. Il manque l ANPE au projet, car ils pensent qu on va prendre leur boulot. L ANPE ne vient pas. Evangelina Barreto : Ce qui est intéressant c est que vous faites les fiches de postes, l identification des compétences, alors que habituellement, les SIAE ne font pas cela car elle disent que c est du champ des RH. C est une technique de GPEC territoriale classique : tenter de faire coller le parcours de la personne avec les attentes des entreprises. Si on pouvait faire la même chose chez nous! Quand j essaie chez moi de bosser avec le PLIE cela marche pas, les culturesmétier sont trop différentes. Vous vendez un service aux entreprises. Hervé Dagand (ETD) : Comment êtes-vous entrés en contact avec ces entreprises?

14 Xavier Collard : L un des chefs d entreprises du GISAP est engagé dans le conseil de développement du pays, il est investi dans le développement local. Cela a joué fortement. Il faut un organisme de formation pour faire le liant entre l entreprise et la SIAE. C est l AFPI qui a fait le lien pour nous. L AFPI est venue visiter nos entreprises et a vu que cela pouvait coller avec leurs besoins. Il ne fallait pas que l organisme de formation s adapte à nous mais l inverse : il faut que nous nous adaptions à la demande des entreprises. Financements : FDI (ingénierie d animation territoriale), Fondation de France ( euros sur deux ans), PDI (finance de manière globale notre travail d accompagnement des RMIstes. Pas de FSE. Evangelina Barreto : Nous on a utilisé la clause sociale dans le cadre de l EPR. Les entreprises attributaires ont des heures en clause sociale très importante car les marchés sont importants. On ne sait pas comment répondre à cette difficulté. On aurait besoin des SIAE. Francis Morin : Cela arrive souvent, car quand le marché démarre on est pas prêts pour réellement construire un parcours. La clause sociale se limite à recruter des gens que l ANPE envoie. Dider Dugast : Je pense qu on ne peut plus continuer à travailler comme cela. On impose des gens qui ne sont pas opérationnels et l entreprise le fait pour faire plaisir. Anne-Claire Pignal : On cherche à développer les groupements de SIAE pour renforcer leurs capacités d ingénierie. M. Seibel (Pays Midi-Quercy) : L ADEC du Pays Midi-Quercy dans le secteur médico-social. Problème de chômage chez les femmes, notamment femmes seules avec enfants. En même temps nous avons vu qu il y avait des établissements médico-sociaux qui avaient du mal à recruter.

15 On a donc décidé de faire une étude d opportunité pour voir les perspectives de ces établissements. Nous avons détecté une capacité de recrutement de 150 personnes dans les 5 ans qui viennent. 400 salariés dans ces établissements, soit 350 ETP. Nous avons concrétisé cela avec un ADEC. 3 propositions principales de la GPEC : mutualisation de la fonction RH, équivalent à terme d un groupement d employeurs, mais aujourd hui les directeurs de sont pas mûrs. Il faut équilibrer dans les actions conduites l interne de l entreprise et ceux qui sont à l extérieur : développer le niveau de qualification (formation) Politique de communication du Pays sur l emploi dans ces établissements. On revient dans chaque établissement sur leurs besoins en compétences. On s est aperçu qu il y avait un problème d accueil de nouveaux salariés. Problème d accompagnement des nouveaux salariés. 7 chefs d entreprises sont investis dans le projet. On a recruté une personne qui sera chargé de mission de ce projet. Un cabinet RH suit également ce projet. Le financement : Pays, DDTEFP, CG, CR, même du Leader. Les établissements ont accepté de s engager en impliquant 16 jours annuels sur ce projet. On valorise donc le temps de travail passé par eux. Puis ils versent aussi une petite somme en numéraire. La DDTEFP a été dans le projet dès le départ. Elle a dit : si les entreprises sont d accord pour mutualiser, nous aidons. La région se demande si elle peut utiliser cette démarche dans d autres Pays. Anne-claire Pignal : Cela me fait penser à une initiative dans les services à la personne, dans les deux-sèvres. Ils sont utilisés un projet Equal pour cela, qui arrive à la fin. Peut-être peuvent-elles utiliser cette solution. Annick FERRY : M. Seibel : Quelle est la participation des OPCA à ce projet? Le conseil régional a lancé une formation au métier d aide soignante. Par conséquent, ils ont chiffré les besoins en se servant de cette étude. Les directeurs d établissement savent qu ils vont pouvoir s alimenter à cette formation, y envoyer des stagiaires.

16 Comme on l a dit précédemment, c est important d avoir l organisme de formation à côté. Annick Ferry : M. Seibel : Vous avez 7 établissements. Est-ce qu ils se connaissent déjà? Non, c est l étude qui les a fait se connaître. Ils appartiennent à des réseaux différents. Chaque établissement a du négocier dans son établissement. Anne-Claire Pignal : On cite rarement l IAE dans les ADEC. On est dans une situation assez grave, on n est pas assez connus du grand public et de nos acteurs. Une illustration : le pilotage de l accompagnement des personnes dans le cadre du RSA : on va scinder les publics «sociaux» accompagnés par le personnel du CG et le public «employable», accompagné par le «pôle emploi». Parmi les intervenants potentiels ciblés pour faire ce travail d accompagnement, l IAE n est pas identifiée. Cela c est grave parce qu on va créer des structures nouvelles alors que c est notre travail. Dans ces dynamiques de territoire, nos adhérents ont du mal à s y intégrer, ils voient mal ce qu ils peuvent y apporter et ils ne sont pas connus. Francis Morin : Il y a un lobbying des organismes de formation qui disent que tout passe par les organismes de formation. Il faut montrer que le travail réalisé par l IAE fonctionne. Quand on regarde les GPEC territoriale, on insère pas l IAE comme un élément de cette GPEC territoriale. Il faut montrer que des pratiques ont montré des résultats. Les lobbyings ont besoin de matériau. AC Pignal : le CNCE-GEIQ et le CNEI ont fait un guide avec le MEDEF. Loïc Lorenzini (Ecole des territoires de la Bergerie Nationale) : On voit que là où ce type d initiatives fonctionne, c est parce qu il existe des projets de territoire solides. C est parce que les territoires sont organisé, qu il y a du dialogue, que des solutions peuvent être trouvées. Ces projets de GPEC territoriale sont adossés à des projets de territoire.

17 Hervé Dagand : Les projets de territoire cependant ne peuvent pas tout face aux fluctuations du marché. Les collectivités, les territoires peuvent être aiguillons et intervenir sur le marché de l emploi, mais seulement à la marge. Ils sont désarmés face aux mouvements des entreprises. Charlotte Palmowski : Le territoire peut créer les conditions pour attirer les investissements là et pas ailleurs. Il y a de l interaction entre le territoire et le marché. Francis Morin : La formation, les compétences sont aussi importantes pour le développement économique que les routes, les infrastructures etc et ça c est de la responsabilité du politique. Il faut que les élus jouent leur rôle, sans quoi les initiatives remontées par les acteurs économiques, associatifs ne voient pas le jour. Evangelina Barreto : On a développé la filière nautique chez nous, pour anticiper la reconversion de la filière construction navale. Cela montre que les territoires peuvent initier la constitution de filières, surtout pour innover. Xavier Collard : On parle de projets de territoire, cela pose des questions de cohérence. Il y a parfois trop de projets concurrents. Il y a également une technocratisation de ces espaces de développement, où il y a peu d élus : ces espaces sont portés par des agents de développement qui n ont pas de légitimité démocratique. Les projets de territoire sont diffus et manquent de cohérence. L architecture et la mise en cohérence de cette organisation est difficile. Francis Morin : Il y a des enjeux de pouvoir importants, notamment entre Etat et régions. La Région a repris les concepts qui avaient portés la décentralisation et la territorialisation avec la création des Pays et des agglos quand l Etat s en est désengagé. Le problème c est qu on est dans une situation intermédiaire où la décentralisation n est pas terminée, le système conserve tout l ancien et tout le nouveau qui s est accumulé dessus. Il faut réformer et simplifier tout cela. Les projets de territoire doivent s adapter à l activité concernée. Le territoire n est pas le même pour l aéronautique et pour les services de proximité. Si on veut réorienter notre société vers le développement durable, il faut d urgence penser à la reconversion du secteur de l automobile, et cela va avoir une incidence sur nos petits territoires.

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre

CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre Revisitez votre politique de flexibilité au regard des nouvelles dispositions issues de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 IAE de Toulouse Conférence

Plus en détail

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE La grande conférence sociale a permis d établir une feuille de route ambitieuse, qui engage ensemble l Etat, les

Plus en détail

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE La Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi a été publiée au Journal officiel

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales 74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales Introduction Une politique des Ressources Humaines est au cœur de défis majeurs. Un réel levier de performance publique. L

Plus en détail

PRATIQUE. Le prêt de personnel à but non lucratif, une forme atypique d emploi et de travail

PRATIQUE. Le prêt de personnel à but non lucratif, une forme atypique d emploi et de travail innovation sociale en rhône-alpes FICHE n 27 PRATIQUE MutualisER des ressources HUMAINES Le prêt de personnel à but non lucratif, une forme atypique d emploi et de travail Les mutations des entreprises

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 1 Une politique régionale concertée Le 20 Mai 2008, le CRIF organise une large concertation

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements

L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements Mission IGAS CPF - Réunion GC quadripartite du 24 octobre 2013 1 Sommaire de la présentation 1. Le CEP : un accompagnement

Plus en détail

Attentes liées aux prestations

Attentes liées aux prestations Appel à propositions du 26/05/2014 "Diagnostics de Sécurisation des Parcours Professionnels" Attentes liées aux prestations Projet SECURI'PASS 2.0 Cette opération bénéficie du soutien financier de l'etat,

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE Un certain regard sur les résultats 2011 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne Ce guide est cofinancé par l Union Européenne PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Recruter et intégrer des seniors

Recruter et intégrer des seniors Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Enjeux Le recrutement de seniors correspond à des enjeux spécifiques pour les entreprises, que cette action relève d une politique affichée de lutte contre les

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ET CONVENTIONS COLLECTIVES

ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ET CONVENTIONS COLLECTIVES ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ET CONVENTIONS COLLECTIVES Fiche technique à destination des SIAE Août 2013 SOMMAIRE 1 2 3 4 5 Introduction Éclairages sur les conventions collectives Panorama des conventions

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Organisme de formation enregistré sous le N 91 34 06 39 334 Siret : 503 371 940 00019. NAF 7022Z contact@afaconseils.fr. http://www.afaconseils.

Organisme de formation enregistré sous le N 91 34 06 39 334 Siret : 503 371 940 00019. NAF 7022Z contact@afaconseils.fr. http://www.afaconseils. Organisme de formation enregistré sous le N 91 34 06 39 334 Siret : 503 371 940 00019. NAF 7022Z contact@afaconseils.fr. http://www.afaconseils.fr 3, rue Jean Giono, 34130, Candillargues Téléphone : 00.336.1998.44.48

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC

Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC LOCALISATION : Quartier des bassins à Cherbourg-Octeville

Plus en détail

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE 1 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours SOMMAIRE LE CADRE

Plus en détail

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Recruter et intégrer des seniors Recruter des seniors, c est d

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Léopold GILLES Directeur du Département «Evaluation des politiques sociales» - CREDOC SOMMAIRE RAPPEL : entreprises solidaires

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective Un appui au recrutement de vos futurs salariés intérimaires La Préparation L essentiel de la POEC A la différence de la POE Individuelle, la POE n est pas conditionnée au dépôt préalable d une offre d

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s)

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s) P résentation L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines est développé dans le livre rédigé par Chloé Guillot-Soulez et publié dans la même collection : La Gestion des

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Un réseau de partenaires

Un réseau de partenaires Profession Sport 34 Une association départementale spécialisée dans le secteur du sport et de l animation Pour développer, structurer et consolider l emploi Profession Sport 34 Un conseil d administration

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Plan d actions «Gérer la crise C est. anticiper la reprise»

Plan d actions «Gérer la crise C est. anticiper la reprise» Plan d actions «Gérer la crise C est anticiper la reprise» 1 Préambule La décélération de l activité économique observée en 2008 s est approfondie en 2009, les principaux indicateurs sont au rouge. Chômage

Plus en détail

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie : propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie Les ateliers régionaux de l orientation tout au long de la vie Amiens, le 23 novembre 2010 Sommaire Le diagnostic territorial, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Contrat de Professionnalisation ou Stage? Tout savoir pour bien choisir

Contrat de Professionnalisation ou Stage? Tout savoir pour bien choisir Contrat de Professionnalisation ou Stage??? Tout savoir pour bien choisir L objectif de ce livret est de répondre à vos questions en matière de contrat de professionnalisation et de stage. En effet, cette

Plus en détail

FAF.TT Groupe de travail paritaire «Services»

FAF.TT Groupe de travail paritaire «Services» Secteur non marchand FAF.TT Groupe de travail paritaire «Services» Comptes-rendus des groupes de travail du 15 septembre et 24 septembre 2009 KPMG Entreprises Isabelle Le Loroux Associée KPMG Entreprises

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 2 LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement Financée par le Conseil

Plus en détail

Groupements d employeurs

Groupements d employeurs Groupements d employeurs Rapport d étude Sommaire Objectifs de l étude.. Page 3 Déroulement de l étude. Page 4 Les 3 groupements.. Page 5 Méthodologie.. Page 6 Caractéristiques des 3 groupements.. Page

Plus en détail

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de Construire un accord ou d entreprise un Plan d Action Séniors TRANSPORT & LOGISTIQUE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Avec la participation de La loi, les

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

INC Assurance Maladie. 15 avril 2015 PRESENTATION DU SDRH 2015-2018

INC Assurance Maladie. 15 avril 2015 PRESENTATION DU SDRH 2015-2018 INC Assurance Maladie 15 avril 2015 PRESENTATION DU SDRH 2015-2018 INC Assurance Maladie Présentation du SDRH 2015-2018 1. Travaux préparatoires 2. Bilan du SDRH 2011-2014 3. Structuration du SDRH 2015-2018

Plus en détail

Je m adresse à vous comme socialiste, comme parlementaire et comme Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis.

Je m adresse à vous comme socialiste, comme parlementaire et comme Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Audition Commission sur la réforme territoriale Intervention de M. Claude Bartolone Jeudi 15 janvier 2009 Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les membres de la Commission, Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

Bernard Gomel. Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi?

Bernard Gomel. Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi? Bernard Gomel Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi? Pour Bernard Gomel, le marché de l emploi en général est confronté à un risque d individualisation de la relation d

Plus en détail

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises mardi 22 septembre 2009 La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises Baptiste MAUREL 04 67 22 80 35 ///

Plus en détail

L EXPÉRIENCE DE FLAMANVILLE 3

L EXPÉRIENCE DE FLAMANVILLE 3 ATELIER CONSTRUCTION L EXPÉRIENCE DE FLAMANVILLE 3 22 et 23 janvier 2012 CARACTÉRISTIQUES DU PROJET EPR FLAMANVILLE 3 3 I EDF I lorem ipsum I juin 2012 CARACTERISTIQUES DE L EPR Un réacteur de génération

Plus en détail

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress GÉRER LE STRESS DANS L ENTREPRISE OBJECTIFS PEDAGOGIQUES DUREE : 1 JOUR Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress Identifier la notion de risques psychosociaux au titre de la Loi

Plus en détail

Faisons équipe en 2015!

Faisons équipe en 2015! Faisons équipe en 2015! A U 1 E R S E P T E M B R E 2 0 1 5 U N I F O R M A T I O N D E V I E N T L E P A R T E N A I R E F O R M A T I O N D E S S T R U C T U R E S D É P E N D A N T D E L A B R A N C

Plus en détail

Consultant indépendant en portage salarial

Consultant indépendant en portage salarial Consultant indépendant en portage salarial AD Missions met à votre disposition un éventail de services efficaces destinés à simplifier la gestion de votre activité et stimuler son développement. Un accompagnement

Plus en détail

La loi sur la mobilité des fonctionnaires

La loi sur la mobilité des fonctionnaires MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT La loi sur la mobilité des fonctionnaires De nouveaux outils au service d une vraie carrière collection Ressources

Plus en détail

Appui-conseil à l innovation sociale

Appui-conseil à l innovation sociale Appui-conseil à l innovation sociale Mode d emploi Vous souhaitez déposer un projet, ce dossier vous propose : Une présentation du dispositif et de son fonctionnement (Fiche-action 1) Des critères et des

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE

ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE PARUTION : JANVIER 2008 Etude sur les conditions d emploi de services à la personne UN SECTEUR EN FORTE CROISSANCE Le secteur des services à

Plus en détail

Licence Professionnelle Management de la petite ou moyenne entreprise-petite ou moyenne industrie (PME-PMI)

Licence Professionnelle Management de la petite ou moyenne entreprise-petite ou moyenne industrie (PME-PMI) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Professionnelle Management de la petite ou moyenne entreprise-petite ou moyenne industrie (PME-PMI) Université Pierre Mendes France- Grenoble- UPMF Campagne

Plus en détail

FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE

FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE Conseil d orientation pour l emploi 2 avril 2013 Michel Senaux, chargé de mission fédéral de la CFDT-F3C Jacques Fauritte, secrétaire

Plus en détail

Rappel du mandat. d'en déduire un programme d'expérimentations innovantes et exemplaires à démarrer dès 2005. !!!!

Rappel du mandat. d'en déduire un programme d'expérimentations innovantes et exemplaires à démarrer dès 2005. !!!! Direction Générale Formation Education Contribution du groupe de travail sur l «Action prioritaire 3» du Plan Régional de Développement de la Formation Professionnelle «Conception et mise en place progressive

Plus en détail

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Rencontre nationale des mandatés chômage à la Confédération... 2 Suite des réunions de suivi des formations prioritaires

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

SÉCURISATION DE L EMPLOI

SÉCURISATION DE L EMPLOI Accompagner les dirigeants de l ess dans la gestion des ressources humaines DOSSIER JURIDIQUE SÉCURISATION DE L EMPLOI Réalisé par : La Loi sur la sécurisation de l emploi La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Modalités de prise en charge

Modalités de prise en charge ATTENTION : Certaines des modalités de prise en charge de l année 2015 pourront faire l objet de modifications en cours d année. 2015 Modalités de prise en charge Fonds paritaire interprofessionnel de

Plus en détail

COM GUIDE D ACTION raphique SIR MAI 2010 eption : studio g Conc

COM GUIDE D ACTION raphique SIR MAI 2010 eption : studio g Conc GUIDE D ACTION préambule Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Territoriale : Comprendre,, Évaluer Depuis la période 1970-1980, l économie des grands pays industrialisés est marquée par

Plus en détail

Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés

Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés 16ème Université d'été: Mieux être au travail et performance de l entreprise Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés Raouf Mhenni, General Manager HR

Plus en détail

Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation

Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation Jocelyne Barreau, Delphine Brochard, LESSOR, Rennes 2 L exploitation de l enquête REPONSE que nous avons

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire

Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire Directeur général adjoint en charge des finances et services généraux du conseil régional des Pays de la Loire Contexte La région des Pays de

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

La formation professionnelle évolue...

La formation professionnelle évolue... décembre 2014 spécial réforme La formation professionnelle évolue... Voici ce qui change pour vous CPF financement tutorat plan de formation Entretien professionnel Période de professionnalisation Ce qui

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Sommaire 1. Périmètre du débat et méthodologie des contributions

Plus en détail

L ANI du 7 janvier 2009 : Quels changements pour l entreprise? Club RH 4 juin 2009

L ANI du 7 janvier 2009 : Quels changements pour l entreprise? Club RH 4 juin 2009 L ANI du 7 janvier 2009 : Quels changements pour l entreprise? Club RH 4 juin 2009 Présentation de l ANI du 7 janvier 09 Sylvie GRANSAGNE, juriste en droit social UIMM Belfort- Montbéliard La réforme de

Plus en détail

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs?

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs? Fiche pratique A qui s adresse l'emploi d'avenir? Quels employeurs? Quel type de contrat de travail? Quelle durée de contrat dans le cas du CDD? Quels engagements? Quel suivi? Quel financement du contrat?

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

Contribution de l Ariut de Bretagne aux Assises territoriales sur l enseignement supérieur et la recherche en Bretagne

Contribution de l Ariut de Bretagne aux Assises territoriales sur l enseignement supérieur et la recherche en Bretagne Contribution de l Ariut de Bretagne aux Assises territoriales sur l enseignement supérieur et la recherche en Bretagne 1 septembre 2012 Introduction Depuis plusieurs décennies, le système IUT en Bretagne

Plus en détail

SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION...

SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION... P9703-F1/2 291 SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION... 292 II. L URGENCE : LEGIFERER PAR ORDONNANCES... 295 III.

Plus en détail

Jeunesse Loisirs Sport - Social

Jeunesse Loisirs Sport - Social Jeunesse Loisirs Sport - Social Renforcer les dynamiques de professionnalisation et de structuration des filières de la jeunesse, des loisirs, du sport et du social sur les territoires ruraux de la Région

Plus en détail

RESPONSABLE EN GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE EN GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE EN GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Titre certifié par l Etat de niveau II - Arrêté du 31/08/2011 publié au JO du 07/09/2011 BIENVENUE DANS LE MONDE DES POSSIBLES LA FORMATION EN GESTION DES

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail