RAPPORT D ACTIVITE 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D ACTIVITE 2009"

Transcription

1 MUTUALITE FRANÇAISE COTES D ARMOR 7, rue des Champs de Pies BP SAINT-BRIEUC CEDEX 9 CONSEIL D ADMINISTRATION REUNION DU 28 MAI 2010 RAPPORT D ACTIVITE 2009 Les principales activités de notre union départementale se résument en 3 grands chapitres : o L activité fédérative o La prévention et la promotion de la santé o Les Services de Soins et d Accompagnement Mutualistes (SSAM) En 2009, la Mutualité Française Côtes d Armor a poursuivi ses actions fédératives au service des mutuelles dans l attente du transfert de la responsabilité à la région Bretagne. La prévention et la promotion de la santé sont organisées en Région Bretagne ; notre département est fortement impliqué par son Président Yannick BARBANÇON mais aussi par Isabelle ARHANT qui assure la coordination régionale. Enfin les Services de Soins et d Accompagnement Mutualistes des Côtes d Armor répondent à la vocation des SSAM telle qu elle avait été définie au niveau national : Les services de santé et d'accompagnement mutualistes ont pour vocation première de servir le projet de la Mutualité Française en constituant une offre exemplaire et alternative en réponse à certains besoins de santé des mutualistes, ceci dans le cadre d'une stratégie d'offre définie conjointement avec les mutuelles santé. Se distinguant en cela des opérateurs de santé non mutualistes, les services mutualistes de soins et d'accompagnement inscrivent ainsi leur offre dans un projet global en : influant sur les pratiques des autres opérateurs de santé, concrétisant les propositions de la Mutualité quant à l'évolution de l'offre et l'organisation du système de santé, servant la stratégie d'action et de développement exprimée par les mutuelles santé en vue de créer une offre différenciatrice et en les mettant en contact direct avec une population large. Enfin, tout ou partie de cette offre mutualiste de soins et d'accompagnement doit également permettre à la Mutualité, mouvement social et opérateur en complémentaire santé, de disposer d'un "laboratoire" intégré pour remplir une fonction de recherche et d'innovation. Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

2 1 - ACTIVITE FEDERATIVE La responsabilité de l activité fédérative est transférée à l Union Régionale à partir du 1 er Janvier 2010 conformément à la réforme des statuts de la FNMF votée le 12 décembre La mise en œuvre du transfert de la mission fédérative pour devenir une mission fédérale a fait l objet de nombreux débats nationaux, régionaux et départementaux REPRESENTATION Dans les instances mutualistes, la Mutualité Française Côtes d'armor est représentée : - au Conseil d'administration de la Fédération Nationale de la Mutualité Française (FNMF), par Yannick BARBANÇON - au Conseil d Administration de la Mutualité Française Bretagne (MFB) par Yannick BARBANÇON, Secrétaire Général et Président du département Santé Publique-Prévention, Yvon FOUILLÈRE, Patrice HERVE et Laurent LECLERE qui y participe en tant que Directeur Général de la Mutualité Française Côtes d'armor - au Conseil de Surveillance de Visaudio, par Laurent LECLERE - au Conseil d'administration de Mutations Bretagne, par Roger LE RUN - au Conseil d'administration de la Caisse Primaire d Assurance Maladie (CPAM), par Yannick BARBANÇON, Roger LE RUN, Denyse PAUL et Elyane PHILIPPE A ce titre, la Mutualité est représentée dans les Commissions suivantes : - commission de recours amiable, - commission des relations avec les usagers, - commission des pénalités, - commission d'action sanitaire et sociale, - commission santé prévention, - commission conventionnelle paritaire locale avec les médecins, - commission paritaire départementale des pharmaciens, - commission paritaire départementale des chirurgiens dentistes, - commission paritaire départementale des orthophonistes, - commission des transports sanitaires et taxis, - centre de traitement informatique de Bretagne/Pays de Loire. Elle représente la Caisse dans certaines associations : - Association des Paralysés de France, - Vie Espoir 2000, - ADEC ARMOR Dépistage du cancer du sein, - au Conseil d'administration de l Association du Pays de Saint-Brieuc Sans Tabac, par Roger LE RUN, - au Conseil d'administration de la Ligue contre le Cancer, par Huguette JOUAN, - au Conseil d'administration de la Caisse Régionale d Assurance Maladie, par Roger LE RUN, - au Conseil d Administration de l Union Régionale des Caisses d Assurance Maladie (URCAM), par Yannick BARBANÇON (Commission Santé Publique), - au COmité DEpartemental des Retraités et Personnes Agées (CODERPA), par Elyane PHILIPPE et Paul MOUTHON, - à l'association Gérontologique 22, par Elyane PHILIPPE, Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

3 - au Conseil d Administration de Kiné Ouest Prévention, par Annie BOUGEARD, - au Comité Départemental de l Education pour la Santé (CODES), par Huguette JOUAN, - au Groupement d Intérêt Public de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (GIP MDPH), par Roger DUPUY, - au Comité Régional de l Organisation Sociale et Médico-Sociale (CROSMS), par Yvon FOUILLERE, - à l ADEC ARMOR, par Huguette JOUAN, - au Conseil de Développement du Pays de Saint-Brieuc, par Raymond GAUDIN et Philippe LEBARBE, - au Conseil Economique et Social Régional, par Yannick BARBANÇON qui y est Vice-président, - au Conseil National des Chambres Régionales de l'economie Sociale (CN CRES), par Yannick BARBANÇON qui y est Président, - au Conseil des Entreprises et Groupements de l'economie Sociale (CEGES), par Yannick BARBANÇON qui y est Vice-président, - au Comité Economique et Social de Saint-Brieuc, par Roger DUPUY - au Conseil d'administration de l'observatoire Régional de Santé Bretagne (ORSB), par Yannick BARBANÇON La Mutualité Française Côtes d'armor est fortement impliquée : - dans la Chambre Régionale de l Economie Sociale (CRES) dont Yannick BARBANÇON assure la Présidence. Celle-ci oriente notamment son action sur la place de l Economie Sociale, le développement territorial et les services à la population. Isabelle ARHANT représente la Mutualité Française Côtes d'armor dans le groupe Service aux Personnes, le service MAMHIQUE représente l union dans le programme européen Marguerite sur l axe égalité hommes/femmes ; - à l'agence Economique de Bretagne (AEB) ; Yannick BARBANÇON y est membre du bureau ; - au niveau régional Santé Publique par Yannick BARBANÇON. groupes de travail DRASS : CTR Cancérologie CTR Prévention suicide + groupe de pilotage sur la tentative de suicide. groupe de suivi du Programme Régional de Santé Publique,. groupe de suivi du Programme Régional Nutrition Santé, assisté d Isabelle ARHANT. bureau de la Conférence Régionale de Santé. conseil d Administration du Groupement Régional de Santé Publique (GRSP) Participation de Maryannick GUYOMARC H au Conseil Economique et Social de la ville de Saint- Brieuc dans le souci de valoriser la connaissance de nos activités sur le territoire de Saint-Brieuc PROMOTION ET RELATIONS PUBLIQUES Le Président, le Bureau, le Directeur Général, les chargés de la promotion de la santé entretiennent de nombreux contacts avec des partenaires, élus, économiques, associatifs (le réseau du service promotion de la santé y est particulièrement actif). Nos salles de réunions restent très demandées tant par les mutuelles adhérentes que par des associations et occasionnent de nombreux échanges avec nos équipes et favorisent une meilleure connaissance de nos institutions. 1.3 FORMATION DES ADMINISTRATEURS La formation des administrateurs est une action régionale organisée par la Mutualité Française Bretagne dans les quatre départements où il est convenu un partage géographique des lieux de formation. Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

4 Les mutuelles et membres du Conseil d Administration sont sollicités pour former leurs administrateurs ou délégués INFORMATION La représentation du mouvement passe aussi par la communication. L Union n a pas initié de démarche de communication spécifique sur le territoire en 2009 ; pour autant de nombreux articles de presse sont parus sur les actions menées par la Mutualité. Le service promotion de la santé a fait l'objet de nombreux articles de presse dans les quotidiens Ouest-France, Le Télégramme, l'echo, le Trégor et le Penthièvre ou encore l AFIM. Les activités des Services de Soins et d Accompagnement Mutualistes sont aussi bien couvertes par la presse locale. Une revue de presse est remise systématiquement à chaque Conseil d administration. 1.5 CONVENTIONNEMENT L année 2008 avait été marquée par les difficultés de mise en œuvre du conventionnement optique dans les conditions proposées par la FNMF. En février 2009, la Mutualité Française Bretagne a signé un accord avec les laboratoires d analyse (SBPPL). La commission conventionnement a pu constater des difficultés d application de cet accord qui a été transmis à la commission régionale. En 2009, la FNMF a souhaité relancer la démarche de conventionnement hospitalier. Aucune démarche départementale spécifique n a cependant pu être menée dans l attente des nouvelles orientations nationales et régionales. 1.6 ETUDES ET RECHERCHES Les démarches d études et recherches se sont poursuivies en particulier en mobilisant les ressources internes sur la recherche de nouveaux services à mettre en œuvre sur le territoire pour les adhérents des mutuelles. La commission initiatives sociales a été chargée de suivre 2 projets : Une résidence seniors en centre-ville à Saint Brieuc. Au-delà des études économiques, la commission a souhaité approfondir l adéquation des services aux besoins des personnes visées et a engagé une étude compète dans cette perspective. Après analyse, la commission a proposé au Conseil d Administration de ne pas poursuivre ce projet. La maison des familles à l hôpital de Saint-Brieuc. En relation étroite avec le Président de l association qui est venu présenter son projet en commission, la Mutualité Française Côtes d Armor a étudié les possibilités d intervention sur ce projet. Les services et en particulier Isabelle ARHANT se sont mobilisés pour étudier les modalités de fonctionnement en soulignant la relation possible avec les mutuelles. La Mutualité Française Côtes d Armor était représentée lors de la pose de la première pierre de l établissement. Le Comité de Gestion dentaire a été chargé de suivre 1 projet : Une création de Centre de Santé dentaire dans le secteur est du département. L étude menée a été positive et a abouti en fin d année au dépôt d un dossier de demande d agrément auprès de la DRASS. Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

5 1.7 FONCTIONNEMENT DES INSTANCES Les instances se sont réunies 41 fois :. Assemblée Générale : 1 fois. Conseil d'administration : 6 fois. Bureau : 8 fois. Commission de Contrôle : 1 fois. Commission des Finances : 2 fois. Commission Handicapés : 3 fois. Commission Prévention : 5 fois. Commission des Conventions : 1 fois. Comité de Gestion Optique : 2 fois. Comité de Gestion Dentaire : 2 fois. Comité de Gestion des Châtelets : 9 fois. Commission Initiatives Sociales : 6 fois 2 PREVENTION ET PROMOTION DE LA SANTE Le service promotion de la santé et santé publique est un service régional depuis le 1 er janvier Le département des Côtes d Armor y est très actif tant pour le fonctionnement régional que pour les actions de proximité. Son financement est assuré par une subvention fédérale attribuée à la région et par une contribution des cotisations fédératives départementales et des subventions diverses (Groupement Régional de Santé Publique, Conseil Général ). Placé sous l'autorité de Yannick BARBANÇON, Président de la Commission Régionale Santé Publique, le service régional prévention santé publique est coordonné par Isabelle ARHANT depuis le 1 er septembre 2005 (pour 0,5 ETP), assistée d un secrétariat basé à Saint-Brieuc depuis avril 2006 (Lydie JEGLOT). L'activité promotion de la santé et santé publique s'appuie sur quatre champs principaux (la santé publique avec ou sans les mutuelles, le décloisonnement des métiers et Priorité Santé Mutualiste), avec une répartition de l activité comme suit : Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

6 L activité Priorité Santé Mutualiste (PSM) représente près de 44% du temps de travail du service en Le service répond de moins en moins à des sollicitations individuelles et ponctuelles des mutuelles, au profit d actions collectives de santé publique mises en place avec plusieurs mutuelles ou dans le cadre de PSM. Cette évolution s inscrit dans le cadre des orientations fédérales de la Mutualité Française en matière de prévention. 2.1 LA SANTE PUBLIQUE C'est l'activité classique développée depuis la création du service (en dehors des actions développées avec les mutuelles et les Services de Soins et d Accompagnement Mutualistes). Elle implique un travail important de partenariats : institutionnel, associatif, Elle regroupe des actions autour de la prévention des risques auditifs chez les jeunes, de formations, participation à des réseaux de santé, création d outils, A titre d exemple en 2009 : o Huit concerts pédagogiques «Peace and Lobe» sur Trégueux, Collinée et Saint-Brieuc, soit jeunes touchés en 2009 (et près de depuis le début de la tournée costarmoricaine). o Organisation d une session de la santé en images sur Loudéac, avec près de 500 jeunes participants. o Participation aux travaux du pôle régional de compétences en éducation pour la santé. o Création et diffusion d un «Mémo des parents» sur les addictions à destination des élèves costarmoricains aux côtés d un réseau de partenaires. 2.2 LE DECLOISONNEMENT DES METIERS Depuis 2000, les recommandations nationales nous incitent à favoriser le lien et la complémentarité entre les différents métiers composant la Mutualité. Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

7 Les actions en lien avec les SSAM : - un groupe régional "Mieux être des personnes âgées en institution mutualiste" a vu le jour en 2004 et regroupe l'ensemble des structures régionales. Ce groupe a mis en place des actions concrètes autour de l'optique, de l'audition et du dentaire sur l ensemble des structures ; - une représentation du débat-théâtral de prévention des chutes intitulé «Juliette au pays des embûches» à Plouguenast organisée et co-animée avec le service PAPA. En 2009, des mutuelles ont sollicité le service : Prévadiès : Poursuite et finalisation de l expérimentation d'examens de prévention bucco-dentaire chez les enfants de 2, 3, 4 et 5 ans. Intervention lors de l assemblée de section sur le thème du soleil, en co-animation avec la filière optique. Interventions lors des huit assemblées locales sur la présentation des rencontres santé PSM. MGEN : une demi-journée d intervention à l IUFM à destination des élèves «professeurs des écoles» en fin de formation sur l estime de soi. une formation «éducation pour la santé dès le plus jeune âge» de deux jours et demi à Moncontour à destination des enseignants et santé scolaire. MNT : intervention lors de l assemblée générale de la mutuelle sur la santé des yeux. MG : deux conférences sur «la maladie d Alzheimer et autres démences» à destination des retraités de la mutuelle à Lannion et Saint-Brieuc. Et enfin, un colloque sur la «prévention des risques sociaux au travail» a vu le jour le 3 décembre à Rennes grâce à la mobilisation d un groupe régional mutualiste (MGEN, Radiance, Mutuelles de France) avec la perspective d une autre journée en 2010 sur les Côtes d Armor. 2.3 LES RENCONTRES SANTE DANS LE CADRE DE PRIORITE SANTE MUTUALISTE Depuis 2007, la Bretagne met en œuvre le programme Priorité Santé Mutualiste (PSM), d abord dans une phase de rodage puis dans sa généralisation en Le service promotion de la santé y contribue activement dans la mise en place des rencontres santé ; il a veillé à inscrire ce nouveau projet en cohérence avec le programme régional promotion de la santé de la Mutualité Française Bretagne et dans un souci de complémentarité avec les actions et missions de nos partenaires et des mutuelles. Des rencontres santé ont été réalisées en 2009, rassemblant près de 800 personnes au travers des manifestations : o Autour du cancer : 4 conférences organisées à Dinan, Paimpol et Saint-Brieuc et une journée de prévention des risques solaires à Plérin avec la Ligue contre le Cancer. o Autour des maladies cardiovasculaires Un programme d aide à l amaigrissement «Nutrimut» avec trois sessions longues et une courte sur Saint-Brieuc et Saint-Quay-Perros (pour 45 personnes sur les Côtes d Armor) Une journée de sensibilisation et de repérage des risques cardiovasculaires à Lamballe avec le service PAPA et le réseau Prévention Vasculaire 22 et à Saint- Brieuc pendant les Foulées Briochines Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

8 Une conférence-débat à Saint-Brieuc, avec le service PAPA o Autour du Maintien de l Autonomie : Avec «Juliette aux Pays des embûches» à Plouguenast et des ateliers équilibre avec le service PAPA Une conférence dans le cadre de la Journée Nationale de l Audition avec la filière audition Un groupe d entraide autour des problématiques liées au vieillissement avec l Office des Retraités Briochins Le service a touché personnes sur les Côtes d'armor en 2009 sur l ensemble de son activité. Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

9 3 - SERVICES DE SOINS ET D ACCOMPAGNEMENT MUTUALISTES (SSAM) Nos réalisations (établissements, services, centres, magasins ) sont tous des «Services de Soins et d Accompagnement Mutualistes» qui s inscrivent dans la vocation telle qu elle a été définie par la FNMF (voir introduction du rapport). Le rapport d activité de l année 2009 des SSAM met en évidence plus particulièrement : o les démarches qualité ou, de manière générale, toutes les actions entreprises qui soulignent la qualité du service rendu, o les actions ciblées vers les mutualistes, o les actions menées vers ou avec les mutuelles, o les éléments qui inscrivent notre offre de manière globale (partenariats, actions sur un territoire ), o les démarches d innovation spécifiques ou générales de l activité. 3.1 LES CHATELETS L année 2009 s est terminée avec un taux d occupation de 92,11%, supérieur à celui fixé en début d année (91%). Bien que l activité soit supérieure à 2008 en nombre de journées, le nombre d entrées est inférieur, conséquence d un allongement de la durée des séjours, qui va également avec un alourdissement constant de la dépendance des patients. Depuis 2007, l activité de soins de suite s observe également à partir des indicateurs mis en place par l autorité de tutelle, en préfiguration de la tarification à l activité : le nombre de points IVA (Indicateur de Valorisation de l Activité) et PMJT (Poids Moyen Journalier Traité). Vous observez dans le tableau ci-dessous l évolution de ces indicateurs. Cette évolution est due : - aux patients accueillis (pathologie nécessitant plus ou moins d actes réalisés par des professionnels ; cependant il existe des systèmes de plafonnement et de pondération), - aux actes réalisés, - à la qualité du codage, des actions de formation et d accompagnement ont été menées en 2008 et 2009 pour améliorer la qualité du codage. Points IVA PMJT Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

10 Evolution nombre d'entrées de 2006 à Evolution nombre de journées 2006 à Les indicateurs de cette évolution sont liés à l activité qui est déclinable selon plusieurs critères qualitatifs et quantitatifs : - Les patients o la moyenne d âge a diminué au profit de la tranche ans qui représente 26% de la population accueillie contre 24 en Les plus de 75 ans sont passés de 62% à 61% tandis que la tranche des moins de 60 ans est passée de 13% à 12%. o les patients sont plutôt des femmes à 66% contre 70% en o l activité principale demeure les soins post-traumatiques et rhumato-orthopédiques (48%) suivie des soins en pathologie viscérale (16%), cardiovasculaire et respiratoire (13%), la neurologie 11,5 %. L activité de soins palliatifs demeure marginale, bien qu en légère augmentation avec 2, 8%. o le pourcentage de personnes dépendantes a augmenté par rapport à 2008 ainsi que le nombre de patients se déplaçant en fauteuil roulant (de 31% à 44 %). Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

11 - Les activités de rééducation/ réadaptation ont augmenté de 29 % en L analyse de l activité en rééducation/ réadaptation montre que cette activité s est encore diversifiée. Elle concerne aujourd hui des actes de bilan, de réadaptation et de réinsertion, de rééducation sensori-motrice, respiratoire, cardiovasculaire et neurologique. - Les établissements d origine sont les mêmes qu en Etablissements de provenance ,02% 53,12% 25,76% 26,72% ,34% 3,03% 3,80% 4,92% 2,98% 2,62% 7,82% 2,62% 4,91% 5,82% 0,37% 1,15% Domicile CH St-Brieuc CHP St- Brieuc Cl. Radiologique CH Guingamp Autres Ets 22 Autres Ets Bretagne Ets autres régions - Le mode de sortie principal demeure le retour à domicile même s il est en constante diminution, conséquence de l alourdissement des pathologies. Evolution modes de sortie ,59% 86,40% 82,35% 79,74% Domicile Décès Unité de court séjour Hébergement médico-social 8,61% 12,49% 13,46% 14,19% 1,01% 1,79% 0,79% 0,32% 1,57% 2,62% 2,38% 3,69% Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

12 - Le taux d occupation Evolution du taux d'occupation de 2006 à ,45 % 91,1 % 92,11 % 74,41 % - La durée moyenne des séjours Evolution Durée Moyenne des Séjours de 2006 à ,36 25,12 27,8 22, Amélioration continue de la qualité L établissement s inscrit dans le cadre réglementaire de la certification des établissements de santé qui passe par la mise en œuvre d une amélioration permanente de la qualité. L objectif 2009 était de poursuivre le programme d amélioration de la qualité et de préparer la visite de certification de juin De nouveaux groupes d évaluation des pratiques professionnelles (EPP) conduits par les médecins ont été mis en place. - L évaluation du projet d établissement a été conduite et un groupe de travail a participé à la réécriture d un nouveau projet qui reste à valider. Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

13 - Suite à sa participation à un projet d évaluation expérimental avec l INSERM sur l évaluation du dossier patient, l établissement a réitéré cette évaluation en Les résultats de l évaluation seront connus en Le score ICALIN de l établissement (score agrégé de différents indicateurs liés à l hygiène) a été amélioré, passant de 47 à 70 et sa cotation est passée de C à B. - L auto évaluation de l établissement, obligatoire avant la visite des experts visiteurs, a débuté au mois de septembre. 7 groupes ont été constitués, 25 réunions réparties de septembre 2009 à avril 2010 auxquelles s ajoutent une réunion de comité de pilotage qualité par mois. L auto évaluation mobilise 50 personnes dont des salariés du siège, des administrateurs, des prestataires et représentent environ 500 heures de travail. Au niveau de la prévention des risques, des actions de formation ont été menées dans les domaines suivants : - hygiène (Diplôme universitaire d hygiéniste et formation d aide soignante référente en hygiène) - sécurité incendie (formation mensuelle du personnel) - risque lié au travail (prévention des risques liés à la manutention des patients). Le système de signalement d évènements indésirables est en place. Il a fait l objet d une synthèse en fin d année. Il permet d effectuer une veille et de prioriser et mettre en œuvre des actions d amélioration. Il devra faire l objet d une évaluation en Un projet de soin structuré autour du Système d Informatisation Hospitalier (SIH) L établissement dispose, à ce jour, d un dispositif moderne de suivi du patient, qui permet l accès au dossier et la saisie en temps réel là où cela est nécessaire. Il favorise la communication inter professionnelle et la synthèse du projet de soins. Le déploiement et la dématérialisation totale du dossier ne sont pas encore aboutis. Deux actions doivent être menées pour cela à court et moyen terme : - les échanges avec le laboratoire d analyse - la numérisation et l intégration dans le dossier informatique des éléments papiers. Une activité économiquement viable Comme en 2008, la forte demande d admissions démontre le besoin de places en lits de soins de suite. Le taux d occupation met en évidence les capacités de l équipe à répondre à la demande. Le résultat négatif de 2009 est conforme aux prévisions budgétaires. Le renforcement des moyens demandés dans le cadre de la revue annuelle du Contrat Pluriannuel d Objectifs et de Moyens (CPOM), signé en 2007 avec l ARH, se fait plus qu attendre. L évolution de la dotation, inférieure à l évolution des charges, est de nature à augmenter le déficit et nécessitera, en 2010, des mesures de résorption de ce déficit structurel. Lors de la revue annuelle de contrat, l ARH nous a signifié par écrit son soutien pour la création d une pharmacie à usage intérieur, en coopération avec l hôpital local de Quintin, sans pour autant s engager sur un accompagnement financier de cette démarche. Une activité portée par la réponse aux besoins des mutualistes L éducation thérapeutique a fait l objet d une réflexion en Des échanges avec l association prévention vasculaire 22 ont eu lieu afin d organiser la prise de relais avec l association à la sortie des patients, lorsque cela est nécessaire. Une infirmière est allée en formation «Education thérapeutique du patient». La réflexion menée avec le comité de gestion sur les avantages mutualistes a abouti à la mise en place d une remise de 4 sur la chambre particulière pour les adhérents mutualistes à compter du 1 er juin Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

14 3.2 OPTIQUE/ AUDIOPROTHESE 1. Les Opticiens Mutualistes o Cette année 2009 sera avant tout marquée par une conjoncture difficile dans un contexte de crise économique très dur. o Elle sera aussi le début de la vente de l optique lunetterie sur internet avec tout d abord les lentilles et produits lentilles et ensuite en fin d année l ouverture des premiers sites pour la vente des équipements correcteurs avec délivrance de factures. Rénovation et nouvelle implantation o Nous avons entamé en 2009 notre plan pluriannuel de rénovation de nos magasins avec des travaux complets sur Langueux en mai et juin 2009 intégrant un agrandissement au profil de l exposition des produits solaires et une table de vente supplémentaire. Fin 2009, nous sommes pleinement satisfaits de cette rénovation et le chiffre d affaires traduit une augmentation importante de la fréquentation avec une progression de 12%. o Le magasin de Lamballe a été déplacé au profit d un local plus grand permettant l implantation d une table de vente supplémentaire et la création d un local d examen de vue et d adaptation en lentilles de contact. Nous avons ouvert début septembre Nous sommes également satisfaits de ce déplacement car nous avons une bonne progression de l activité depuis le transfert (en moyenne 14% entre septembre et fin décembre). Activité o L activité de l ensemble des magasins a été satisfaisante étant donné le contexte conjoncturel de l année La progression de chiffre d affaire est de 3,89% et nous terminons l année avec une avance de 0,59% par rapport au budget prévisionnel. Les Opticiens Mutualistes poursuivent leurs engagements dans la démarche qualité o Deux visites clients mystères ont été réalisées et suivies de mise en place de plans de corrections individualisés par magasin. Nous nous situons dans la moyenne nationale pour la première visite et bien au dessus de la moyenne nationale pour la deuxième visite avec un bon classement départemental par rapport à la moyenne des groupements audités. o Le plan de formation 2009, dans la continuité de l année 2008, a permis aux professionnels de renforcer leurs compétences techniques (basse-vision, adaptation lentilles, examen de vue) et de renforcer notre différenciation mutualiste. Les Opticiens Mutualistes mènent des actions avec les mutuelles o o o o o o Nous avons mis en œuvre le plan de communication national, avec cinq campagnes ciblant aussi bien le solaire que les porteurs de lentilles mais aussi les enfants et les presbytes. Nous avons également renouvelé l opération «coupons de réduction» en fin d année à destination de nos clients afin de les remercier de leur fidélité. Nous avons participé à une journée d information organisée par la ville de Lamballe sur le handicap et sommes intervenus dans le cadre du handicap visuel. Nous avons présenté les différentes aides techniques possibles en basse vision. Nous avons également été présents lors de deux journées sur le thème Tourisme et Handicap organisées par la ville de Quintin Nous avons aussi participé à une journée de sensibilisation sur la basse vision organisée par l association Rétina-France sur Saint-Brieuc intervenant en plénière mais aussi par la tenue d un stand d exposition d aides visuelles. Enfin, dans le cadre de la réouverture du magasin de Langueux et le transfert de celui de Lamballe, des portes ouvertes ont été réalisées en septembre Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

15 Actions vers les mutuelles o o Comme chaque année, nous avons accompagné les mutuelles lors de leurs Assemblées Générales en menant des dépistages visuels et en tenant un stand d ajustage et/ ou de dépistage. 2. Audition Mutualiste L année 2009 aura été marquée par de très grosses difficultés de recrutement suite à l absence dès le début de l année pour maladie d un audioprothésiste. Son remplacement n a pu être envisagé qu à partir de la mi-septembre. Par conséquent, l activité a été très en retrait par rapport à L audition Mutualiste mène des actions ciblées vers les mutualistes o o Des dépistages auditifs ont été réalisés lors de certaines Assemblées Générales de mutuelles. Nous avons réalisé, en même temps que l optique, des journées portes ouvertes à Langueux et Lamballe mais avec toutes les limites induites par l absence d un professionnel donc une capacité très restreinte à fixer des rendez-vous pour les patients. 3.3 DENTAIRE Les centres de santé dentaire ont pour vocation de servir le projet de la Mutualité Française en constituant une offre exemplaire et alternative. 1 une réponse de qualité : Dans l exercice de leur art, les praticiens ont veillé à respecter les référentiels consacrés par la profession, et à traduire concrètement dans la prise en charge des patients, les valeurs mutualistes (respect de la personne, liberté de choix ). Ils ont consolidé leurs compétences, en suivant tout au long de l année, les cycles de formation continue les plus appropriés. Les deux centres se sont engagés dans une démarche qualité visant, à l horizon 2012, la certification de l activité dentaire sur la base du référentiel de la Haute Autorité de Santé. L autoévaluation du centre de Lannion a été réalisée. Le plan pluriannuel de rénovation du centre de Saint-Brieuc, engagé en 2007, s est poursuivi en 2009, avec la réhabilitation complète des salles de soins 1 et 2. A Lannion, un plan pluriannuel de travaux a lui aussi été lancé, avec une première étape qui visait la réfection complète de l accueil, de la salle d attente et des parties communes. 2 une réponse contribuant à l accessibilité : Afin de contribuer à l accessibilité aux soins dentaires, en dehors des zones investies de Lannion et Saint-Brieuc, il a été déposé en décembre 2009 auprès de la Drass, un dossier de demande d autorisation nécessaire à l ouverture d un centre de santé dentaire à Dinan. 3- une réponse économiquement probante : En 2009, l activité dentaire a démontré la pertinence de son modèle économique en dégageant des résultats excédentaires significatifs : - tout en proposant des tarifs situés dans la fourchette basse des prix relevés, et visant le meilleur rapport entre la qualité et le prix, - tout en finançant des investissements importants garants d un plateau technique innovant et qualitatif. Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

16 Il est toutefois à signaler que le centre de Saint-Brieuc accuse un léger retard sur les prévisions budgétaires en raison du congé maladie d un praticien. Les centres de santé dentaire ont également pour vocation de servir le projet de la Mutualité Française en réponse à certains besoins de santé des mutualistes. 1 besoins de santé : La Mutualité Française Côtes d Armor a également vocation à intervenir en amont du soin, pour maintenir en bonne santé (prévention) et en aval pour limiter, retarder ou accompagner les conséquences des problèmes de santé. 2 besoins des mutualistes : La vocation prioritaire, même si elle n est pas exclusive, des centres de santé dentaire, est de s adresser aux mutualistes. Fréquentation 2009 : Lannion : patients et bénéficiaires du tiers payant (augmentation de 5% par rapport à 2008) - Saint-Brieuc : patients et bénéficiaires du tiers payant (baisse de 1,2 % par rapport à 2008) Laboratoire de prothèses Malgré l absence d un salarié en charge de la réalisation des prothèses dites «ajointes résine», l équipe du laboratoire a été en capacité de tenir, de façon remarquable, un niveau de productivité très élevé, lui permettant non seulement d atteindre mais encore de dépasser les prévisions budgétaires (+2,72 %). 3.4 PETITE ENFANCE - MAMHIQUE 22 (Mode d'accueil Mutualisé en Horaires AtypIQUEs) Activité Depuis le 1er janvier 2009, le mode de comptage des places d accueil MAMHIQUE est effectué, non plus en places «enfant», mais en places «famille». 1 place d accueil correspond à 1 famille, quel que soit le nombre d enfants accueillis. Depuis 2009, l activité globale de MAMHIQUE (22 et 35) est gérée par la Mutualité Française Côtes d Armor, y compris pour la part Ille et Vilaine. En 2009, MAMHIQUE a continué sa montée en charge progressive. Trois nouvelles entreprises ont rejoint le dispositif : la Fondation Bon Sauveur, la préfecture d Ille-et-Vilaine et Brittany Ferries. Ceci porte à 13 le nombre de conventions signées au 31 décembre 2009, pour 96 places d accueil (soit 115 enfants et 31,5 % d augmentation d activité par rapport à 2008). A noter que nous avons signé notre premier contrat avec une entreprise privée fiscalisée. Liste et nombre de places des employeurs engagés en 2009 : - SRIAS Bretagne : 4 places - SDIS 22 : 10 places - Centre hospitalier de Saint Brieuc : 30 places - Ministère de l intérieur 22 : 6 places - Centre hospitalier Saint Jean de Dieu de Dinan : 7 places - Centre hospitalier de Lannion : 7 places - Centre hospitalier de Guingamp : 5 places - Mutualité Française Côtes d Armor : 1 place - Les Châtelets : 1 place - Mutualité Retraite Côtes d Armor : 2 places - Fondation Bon Sauveur : 13 places (engagement au 01/01/2009) - Ministère Intérieur 35 : 5 places (engagement au 01/03/2009) - Brittany Ferries : 5 places (engagement au 01/11/2009) Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

17 Evolution du nombre de places conventionnées en déc-08 Trim 1 Trim 2 Trim 3 Trim 4 Le réseau de professionnelles Au 31 décembre 2009, le réseau MAMHIQUE compte 342 professionnels, dont 169 Assistant(e)s Maternel(le)s et 173 Intervenant(e)s à Domicile, sur l ensemble des deux départements. Tableau 1 : nombre de professionnel(le)s par type d intervention et département au 31/12/2009 Assistant(e)s maternel(le)s Intervenant(e)s à Domicile Côtes d Armor Ille-et-Vilaine S/TOTAL TOTAL 342 Aujourd hui, le nombre de professionnels ayant intégré le réseau MAMHIQUE est suffisant pour répondre aux demandes des parents. Néanmoins, nous sommes confrontés à certaines limites concernant le réseau d intervenant(e)s à domicile. Celui-ci est aujourd hui essentiellement constitué d étudiant(e)s des filières sanitaires, sociales, médico-sociales. Cette ressource est pertinente mais insuffisante en zones rurales où la réponse aux familles est parfois très difficile. Une attention particulière a été apportée en 2009 sur le renforcement du réseau d intervenants à domicile en zone rurale. Un travail partenarial est en cours sur les 2 départements (22 et 35) pour tenter d apporter une réponse en lien avec les structures de l économie sociale dans le champ des services à la personne. Ce travail devrait aboutir en Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

18 Obtention de l agrément RPAM Le conseil d Administration de la CAF des Côtes d Armor a accordé l agrément Relais Parents Assistantes Maternelles au service MAMHIQUE, à compter du 1 er janvier Cet agrément, reconductible, est accordé pour une première période de 4 ans, du 1 er janvier 2009 au 31 décembre 2012, sur la base de 0.5 ETP du poste d animatrice de service, pour l activité sur les Côtes d Armor. Outre la reconnaissance des missions de MAMHIQUE comme acteur Petite Enfance sur le département et la formalisation d un partenariat, cet agrément permet à MAMHIQUE de bénéficier d une subvention de fonctionnement de par an. Paiement des ICHA (Indemnités Compensatrices Horaires Atypiques) par CESU préfinancés Le paiement des ICHA par CESU préfinancés a été mis en place au 1 er mars Ceux-ci sont commandés et redistribués aux parents chaque mois. Ce mode de paiement présente de nombreux avantages : - une absence d avance des frais par les familles, qui recevront les CESU en amont du paiement du salaire de leur intervenant(e), - une facilité de développement de MAMHIQUE vers les entreprises du secteur privé, qui bénéficient d un crédit d impôt de 25 % sur le montant annuel des CESU et d une économie d impôt de 33,33 % par an, - une transparence supplémentaire auprès des familles sur le financement par leur entreprise : son nom apparaissant sur le CESU, - une facilité administrative pour MAMHIQUE et le service de comptabilité de la Mutualité Française Côtes d Armor, en évitant les mouvements de trésorerie. La société choisie pour émettre les CESU est Chèque Domicile, seul émettrice de CESU dans le champ de l Economie Sociale et qui soutient notre dispositif par des coûts de gestion très faibles. Une reconnaissance nationale MAMHIQUE est cité dans le rapport d information établi au nom de la commission des affaires sociales du sénat sur l accueil des jeunes enfants en milieu rural, par M. Jean-Marc JUILHARD, sénateur (p. 24 du document). Ce document a fait l objet d une diffusion nationale le 8 juillet Le nom MAMHIQUE a été déposé à l INPI dans le cadre de la protection du nom par la FNMF. 3.5 PREVENTION PAR LES ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES L activité PAPA en 2009 se déroule sur deux secteurs : Lannion et Saint-Brieuc, avec une intervenante sur chaque site. Cette activité a pour objectif général de favoriser l accès, pour toute personne qui le souhaite, à une pratique physique axée sur la prévention et l éducation à la santé favorisant une plus grande autonomie de la personne face à la pratique physique et par là même le maintien à domicile. L activité du service se décline : en prestations fournies à divers opérateurs : réseaux de santé cardiovasculaires ou diabète, clubs cœurs et santé, diverses associations en prestations délivrées dans nos établissements : les Châtelets, en adhésions directes individuelles au service. Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

19 Le partenariat large et construit se formalise sur le secteur de Saint-Brieuc ; nous travaillons essentiellement dans le cadre de prestations aux opérateurs, deux cours sous l égide de la Mutualité Française Côtes d Armor sont créés mais l effectif reste très réduit. Sur le secteur du Trégor Guingamp, le temps de travail de l animatrice est partagé à part égale entre les prestations et les activités propres du service. En 2009, certaines activités mises en place ont été référencées «Priorité Santé Mutualiste» (PSM), dans le cadre du maintien de l autonomie et de la prévention des maladies cardiovasculaires. Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

20 Le service intervient par ailleurs ponctuellement lors de conférences, journées de sensibilisation ou repérage de risques, en particulier avec le service Prévention et/ou suite à des sollicitations de mutuelles et, dans ce cadre il a mobilisé en 2009, 664 personnes. 3.6 RESIDENCE ACCUEIL Gestion des candidatures Le protocole d accueil des demandes de logement se déroule en 3 étapes : un entretien de présentation, un entretien individuel et une fois que la personne confirme sa demande et qu il entre dans les critères d admission, la demande est transmise dans le cadre d une commission multi partenariale. DEMANDES 18 PRESENTATIONS 13 ENTRETIENS 9 CONFIRMATIONS 6 3 avis défavorables ont été prononcés par la commission : pour 2 la demande de projet de vie autonome paraissait trop prématurée et pour 1 la personne n était pas suffisamment stabilisée et était encore dans un parcours de vie trop marginalisé. Actuellement 2 personnes sont en liste d attente et 5 autres sont en attente de la prochaine commission d admission. Tableau des présences Jan. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Aout Sept. Oct. Nov. Dec. TOTAL ENTREE ARRET SORTIE PRESENCE départs cette année qui se détaillent de la façon suivante : 1 décès, 1 retour en famille et 2 ré hospitalisations pour une période longue. Nous avons donc accueilli 22 personnes au cours de cette année. Les animations à partir de la résidence Les animations à la résidence visent à favoriser la vie sociale et valoriser les personnes par la réalisation d activité et le partage d expériences positives. Nous nous limitons en moyenne à 3 à 4 animations par semaine. Nous privilégions le temps de fin d après midi pour ne pas entraver la participation des résidents à des activités avec des organismes locaux. Les activités se construisent selon une démarche participative avec les résidents. Nous recherchons à organiser des actions en partenariat afin d inscrire davantage la résidence dans son environnement local (exemple théâtre et soirée accueil paysan, séjours à Stagadon, activité sportive). Les principales animations cette année : équitation, kayak, voile, football, piscine, ateliers théâtre, jardin créatif, ateliers cuisine, pâtisserie, repas convivial, dessin celtique, jeux de société et jeux vidéos, sortie ballade, soirée spectacle. L organisation d un court séjour sur l ile de Stagadon (3 jours, 2 nuits) a été très appréciée par les 6 résidents y participant. Cette animation vécue comme un moment de vacances, répond bien à un besoin pour beaucoup de changer de rythme et de quitter leur environnement habituel. La durée courte rassure beaucoup. Nous envisageons donc de reprogrammer ce type d action pour l année prochaine. Mutualité Française Côtes d Armor - Rapport d activité /26

Présentation MFAM 2013

Présentation MFAM 2013 Présentation MFAM 2013 1 Présentation générale 2 Qui sommes nous? une entreprise de droit privé un organisme mutualiste à but non lucratif implanté en Maine et Loire et en Mayenne siège à Angers / délégation

Plus en détail

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Version Février 2011 HARMONIE SOINS & SERVICES Sommaire général Un groupe

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

9 Référentiel de missions de l agence du service civique

9 Référentiel de missions de l agence du service civique BINOME 21 PROJET ASSOCIATIF 2011-2013 Pour une solidarité intergénérationnelle Erard Marie-Françoise Sommaire 1 Objectifs 2 Chartes 3 Fonctionnement de l association 4 Etude préalable 5 Projet actuel 6

Plus en détail

Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé. Tours

Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé. Tours Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé Tours Débat régional du 13 février 2014 Chantier n 1 du programme Gaspar : développer les conventionnements tiers payant

Plus en détail

Santé ET Prévoyance. Complémen ter vous accompagne vraiment plus loin!

Santé ET Prévoyance. Complémen ter vous accompagne vraiment plus loin! Santé ET Prévoyance vous accompagne vraiment plus loin! 3 offres labellisées pour bien accompagner votre démarche de protection sociale La participation financière de votre collectivité fait avancer la

Plus en détail

Offre d emploi. Un(e) orthophoniste en CDD de 12 mois à temps partiel (0.3 ETP soit 3 demi-journées)

Offre d emploi. Un(e) orthophoniste en CDD de 12 mois à temps partiel (0.3 ETP soit 3 demi-journées) recru+e Offre d emploi L Institut MGEN de La Verrière (dans les Yvelines) oriente son projet médical autour de 4 pôles (Médecine-SSR-USP/ EHPAD / Psychiatrie Adulte / Psychiatrie jeune adulte et adolescent)

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Les maisons d assistants maternels

Les maisons d assistants maternels GUIDE Direction de l Enfance et de la Famille Les maisons d assistants maternels Édition 2014 Sommaire Sommaire 3 Préambule 4 PARTIE 1 - DÉFINITION et PRINCIPES GÉNÉRAUX I. DÉFINITION 6 1- Les codes 6

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

La Mutualité Française

La Mutualité Française La Mutualité Française en Pays de la Loire Un mouvement pour une santé solidaire en région en Pays de la Loire : une représentation régionale pour défendre l accès à la santé pour tous Les mutuelles Premier

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 28 janvier 2009 Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat Le groupe Malakoff Médéric et la Caisse

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

La Mutualité Française en Bretagne. Un mouvement pour une santé solidaire en région. www.bretagne.mutualite.fr

La Mutualité Française en Bretagne. Un mouvement pour une santé solidaire en région. www.bretagne.mutualite.fr La en Bretagne Un mouvement pour une santé solidaire en région www.bretagne.mutualite.fr Mouvement mutualiste La : un mouvement majeur pour la santé. La Fédération nationale de la (Fnmf) fédère la quasi

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE pour développer et pérenniser les centres de santé LES SOINS DE PREMIERS RECOURS CARACTÉRISTIQUES ET RÔLE DES CENTRES DE SANTÉ Les différentes formes d exercice médical regroupé

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE RAPPORT RELATIF AUX AGREMENTS DES CONVENTIONS ET ACCORDS APPLICABLES AUX SALARIES DES ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MEDICO-SOCIAUX PRIVES A BUT NON LUCRATIF POUR 2010

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

STATUTS de L ASSOCIATION

STATUTS de L ASSOCIATION STATUTS de L ASSOCIATION PREAMBULE L association d Aide aux Handicapés «Les Briords» a été créée en 1973 par la Caisse Centrale de Mutualité Sociale Agricole et les membres fondateurs ci-après énumérés,

Plus en détail

Convention de Participation SANTE

Convention de Participation SANTE Convention de Participation SANTE Communauté de Communes Bretagne Romantique Version 03.10.2013 Sommaire 1. La MNT en chiffres 2. La participation employeur 3. Les garanties du contrat collectif santé

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

Guide de création d une maison d assistants maternels (MAM)

Guide de création d une maison d assistants maternels (MAM) 2013 (MAM) Édito Le Conseil général et la Caisse d allocations familiales du Finistère favorisent le développement des modes d accueil de la petite enfance Le Conseil général du Finistère et la Caisse

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS

L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS CCN, des organismes gestionnaires de Foyers et Services pour Jeunes Travailleurs. RETRAITE PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE Livret CCN FSJT 2 Humanis s engage à vous accompagner durablement

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

OFFRE DUO Avec nous, en santé comme en prévoyance, votre protection va vraiment plus loin!

OFFRE DUO Avec nous, en santé comme en prévoyance, votre protection va vraiment plus loin! OFFRE DUO Avec nous, en santé comme en prévoyance, votre protection va vraiment plus loin! 45% des agents des départements et régions ont déjà choisi nos trois mutuelles professionnelles. 7 bonnes raisons

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

Nous pouvons faire beaucoup ensemble

Nous pouvons faire beaucoup ensemble Santé Prévoyance Protéger Prévenir Aider Soigner Solidariser Nous pouvons faire beaucoup ensemble Protéger Pour préserver ce bien inestimable qu est la santé En complément de la Sécurité sociale, la Mutuelle

Plus en détail

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Cahier des charges pour le dépôt des réponses À l attention des Organismes de Formation, Ajaccio, le 4 février 2015 Objet : Appel

Plus en détail

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE N 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL POUR LA COUVERTURE DU RISQUE HOSPITALISATION TITRE I - PRINCIPES GÉNÉRAUX ARTICLE 1-1 CATÉGORIES COUVERTES Sont admis à bénéficier des

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION FORMATION METHODE HACCP TECHNIQUES DE BASE Uniformation Département Ressources

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 11 FÉVRIER 2014 Contacts Presse : Burson Marsteller I & E Courriel : tanaquil.papertian@bm.com Tanaquil PAPERTIAN Téléphone : 01

Plus en détail

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS T R A N S P O R T S LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS R O U T I E R S Votre interlocuteur : Nicolas SAINT-ETIENNE Conseiller Mutualiste Entreprises Tél : 03 84 45

Plus en détail

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer Evelyne Gaussens Directrice générale de l HPGM (91) 24/05/2013 Présentation de l Hôpital gériatrique

Plus en détail

1 Nom association : ------------------------------------ Discipline : ------------------------------- Page N Nous sommes là pour vous aider

1 Nom association : ------------------------------------ Discipline : ------------------------------- Page N Nous sommes là pour vous aider 1 Nom association : ------------------------------------ Discipline : ------------------------------- Page N Nous sommes là pour vous aider A ssociation Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

étudiants et jeunes en formation

étudiants et jeunes en formation TARIFS 2015 INCHANGÉS tarifs 2015 étudiants et jeunes en formation Mutuelle fondée en 1880 par les Compagnons du devoir étudiants et jeunes en formation tarifs 2015 1 le ralliement le sens du devoir pour

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem 6 ème séance plénière lundi 14 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE La commission départementale de la démographie médicale : l instance incontournable en Lot-et-Garonne pour mettre en place un nouvel exercice

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Pôle Culture, Sport, Santé, Associations Secteur Santé Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Nom du demandeur: Intitulé du projet : Contact

Plus en détail

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Nathalie CHATILLON FNMF Direction des Affaires Publiques Département International Sommaire

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Le service social en faveur des personnels

Le service social en faveur des personnels Le service social en faveur des personnels Service généraliste et de proximité. Des interventions soumises au respect du secret professionnel. Loi L 411-3 du code de l'action sociale et des familles. (CASF)

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

VOTRE COMPLEMENTAIRE SANTE

VOTRE COMPLEMENTAIRE SANTE Version octobre 2012 VOTRE COMPLEMENTAIRE SANTE ASSISTANTES MATERNELLES & SALARIES DE PARTICULIERS EMPLOYEURS Une équipe de conseillers est à votre service du lundi au vendredi de 9h00 à 12h30 et de 13h30

Plus en détail

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES Sommaire : Les missions page 2 Les secteurs d interventions page 2 Les contacts privilégiés page 3 Les cibles : A La restauration collective 1. Objectifs

Plus en détail

Édito. Bonne lecture! Catherine DI FOLCO, Présidente du Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Rhône et de la Métropole de Lyon

Édito. Bonne lecture! Catherine DI FOLCO, Présidente du Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Rhône et de la Métropole de Lyon Édito L année 2014 a constitué pour le Centre de gestion du Rhône et de la Métropole de Lyon une année forte d évolutions et de renouvellement avec en parallèle la poursuite des nombreuses activités qui

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS?

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS? Mise à jour Septembre 2011 Un assistant maternel est agréé par le Conseil général. Il peut moyennant rémunération, accueillir habituellement et de façon non permanente des mineurs : - à son domicile (art.

Plus en détail

Découvrez les garanties

Découvrez les garanties Découvrez les garanties la mutuelle santé et la couverture prévoyance qui s adaptent à vos besoins Découvrez vos garanties MGENERATION Initiale santé prévoyance Pack se soigner autrement action sociale

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

PROJET DE FUSION. Introduction : Une volonté de rapprochement

PROJET DE FUSION. Introduction : Une volonté de rapprochement PROJET DE FUSION Introduction : Une volonté de rapprochement Historique Anjou Soins Services, Santé Loire Vallée de l Authion et UNA du Saumurois sont trois associations expérimentées dans le soutien à

Plus en détail

La Mutualité Française Limousin

La Mutualité Française Limousin La Mutualité Française Limousin Un mouvement pour une santé solidaire en région 87 Haute-Vienne 23 Creuse 19 Corrèze Le mouvement mutualiste : un acteur majeur de la santé. La Fédération nationale de la

Plus en détail

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1 MCo/LJ/8033/04/UNOF Paris, le 12 janvier 2004 PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1. Exposé des motifs : La Permanence des soins est une mission d'intérêt général,

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion.

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. I - LE CADRE REGLEMENTAIRE Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. Ce projet - Administration, Gestion,

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du mardi 17 décembre 2013 à 9h00 présidée par Monsieur Christian BATY, Vice-Président DATE DE CONVOCATION 12 DECEMBRE 2013 NOMBRE

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire Le 6 mai 2011, le groupe MGEN, le groupe MNH, la MNT, la MGET et la MAEE se sont réunis en assemblée

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés 1 Connaître le régime facultatif de complémentaire santé Pour les anciens salariés Préambule Le 12 août 2008, l Union des Caisses Nationales de Sécurité sociale et des organisations syndicales ont signé

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques DOSSIER DE PRESSE Point presse du 2 juillet 2013 ANNEXES Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques www.rsi.fr Une mission : assurer la protection sociale

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

CHAPITRE I Plan d Action et Développement 2011-2015 : l heure du bilan

CHAPITRE I Plan d Action et Développement 2011-2015 : l heure du bilan CHAPITRE I Plan d Action et Développement 2011-2015 : l heure du bilan 2 Plan d Action et Développement 2011-2015 : l heure du bilan Depuis le début des années 2000 3 domaines d actions : Les hébergements

Plus en détail

Modalités de prise en charge

Modalités de prise en charge ATTENTION : Certaines des modalités de prise en charge de l année 2015 pourront faire l objet de modifications en cours d année. 2015 Modalités de prise en charge Fonds paritaire interprofessionnel de

Plus en détail

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation DU et Capacité «médecin coordonnateur en EHPAD» Le 15 décembre 2010 Katy Jarny Responsable Conseil & Formation - I - Les différentes formules

Plus en détail

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE Le secteur de l aide à domicile En bref En cette rentrée sociale 2014, le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médicosocial et santé met à disposition

Plus en détail

Parce que tout repose sur vous Reposez-vous sur nous pour votre couverture Prévoyance et Santé! Conjugo TNS : offre Prévoyance/Santé

Parce que tout repose sur vous Reposez-vous sur nous pour votre couverture Prévoyance et Santé! Conjugo TNS : offre Prévoyance/Santé www.alico.fr Document à caractère non contractuel Votre courtier Alico, l expert en assurance emprunteur et en prévoyance Alico est un acteur international de premier plan en assurances de personnes depuis

Plus en détail

Aux côtés des salariés et des entreprises, tout au long de l activité professionnelle et à l heure de la retraite

Aux côtés des salariés et des entreprises, tout au long de l activité professionnelle et à l heure de la retraite accompagnement social compte individuel - données sociales prévention des accidents du travail Accompagnement de la retraite dématérialisation - efficacité prévention de la dépendance des seniors accessibilité

Plus en détail

Journée départementale FHF 5 JUIN 2015

Journée départementale FHF 5 JUIN 2015 PROJET DE CENTRE BUCCO DENTAIRE CENTRE HOSPITALIER JANZE en partenariat avec la Résidence Albert Aubry du THEIL DE BRETAGNE Journée départementale FHF 5 JUIN 2015 OUVERTURE D UN CENTRE BUCCO DENTAIRE LE

Plus en détail

Article 4 - MEMBRES. Article 5 - CONDITIONS D ADHÉSION & COTISATION. Article 5 - DÉMISSION / RADIATION

Article 4 - MEMBRES. Article 5 - CONDITIONS D ADHÉSION & COTISATION. Article 5 - DÉMISSION / RADIATION Démarche Précoce d Insertion socioprofessionnelle Direction nationale - 14, rue Colbert - 56100 Lorient Tél. 0297 350828 Fax. 0297350338 direction@cometefrance.com www.cometefrance.com STATUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie»

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie» Dossier de presse «Choisissez l offre qui va avec votre vie» SOMMAIRE Renouveler l offre, un enjeu stratégique pour le groupe p.03, mutuelle professionnelle p.03 Un environnement économique, réglementaire

Plus en détail

Guide du porteur de projet

Guide du porteur de projet infos : 0810 18 18 18 Union européenne Fonds Social Européen Guide du porteur de projet Mesure «appui aux microprojets associatifs» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social

Plus en détail

L autodiagnostic stratégique

L autodiagnostic stratégique PÔLE DE COOPERATION R H Ô N E - A L P E S LA COOPÉRATION ENTRE LES ASSOCIATIONS SANITAIRES ET SOCIALES L autodiagnostic stratégique Cadre d analyse des Etablissements & Services GUIDE PRATIQUE DE LA COOPERATION

Plus en détail