LA LETTRE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE PRIVATE BANKING FRANCE. ACTUALITÉS P3 Société Générale Private Banking s étend en régions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA LETTRE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE PRIVATE BANKING FRANCE. ACTUALITÉS P3 Société Générale Private Banking s étend en régions"

Transcription

1 F É VRIER 2012 LA LETTRE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE PRIVATE BANKING FRANCE ACTUALITÉS P3 Société Générale Private Banking s étend en régions ACTUALITÉS FISCALES P6 Loi de finances pour 2012 et 4 e Loi de finances rectificative pour 2011 FOCUS P4 De l intervention des mains fortes aux transactions à haute fréquence STRATÉGIES PATRIMONIALES P10 L assurance vie : un pôle de résistance dans une période de crise

2

3 PATRICK FOLLÉA DIRECTEUR FRANCE LES CRISES NE SONT-ELLES PAS LE DÉGUISEMENT PRÉFÉRÉ DE L OPPORTUNITÉ? Qui relirait les quotidiens ou réécouterait les émissions de radio du début des années 1980 serait probablement frappé par l usage intensif du mot crise. La crise, déjà présente dans toutes les têtes, avec de fortes inquiétudes sur le pouvoir d achat et le chômage Trente ans après, le mot est toujours omniprésent, avec la perception subjective, à la fois individuelle et collective, que le passé était plus favorable et que la période actuelle est inédite. Et pourtant, dans l intervalle (les comptes nationaux en témoignent) le pays s est significativement enrichi. Marque d un pays en panne de confiance? Amnésie collective? Hors toute lecture sociologique et purement hexagonale du sujet, la question de l originalité de la période mérite d être posée : la crise actuelle est-elle spécifique? On aura tendance à répondre par l affirmative si on l observe au prisme de ses modalités de déclenchement (crise immobilière américaine se diffusant via le système financier) et de contagion (dettes souveraines de pays développés). La réponse, en revanche, sera plutôt négative si l on adopte une lecture de temps long. Car les historiens nous le disent : l histoire du capitalisme se confond avec celle de ses crises. Certains économistes vont plus loin et en font le régulateur même du système. Ce sont elles, nous disent-ils, qui permettraient de passer d un modèle de croissance à un autre. Côté sobriété : une contrainte forte liée à la rareté des ressources et à l exigence de leur partage. Et au croisement de ces deux équations difficiles à réconcilier, d inévitables tensions. Traduction en termes de gestion d actifs : la disparition programmée de la distinction entre pays développés et pays émergents, la forte hausse du prix des actifs rares, des cibles exceptionnelles d investissements dans les industries de l environnement et les technologies de la communication. Et en toile de fond, une hiérarchie des risques à repenser, avec l apparition de risques nouveaux dont nous n avons probablement qu une vague idée aujourd hui et qu il faudra, autant que faire se peut, anticiper : ceux d une société collectivement riche et mondialisée que la technologie ellemême rendra vulnérable. Le mot crise, on le voit, n est pas prêt de tomber en désuétude! Mais les crises ne sont-elles pas, comme le disait cet anonyme d un autre siècle, le déguisement préféré de l opportunité? Je vous souhaite bonne lecture de cette première lettre de l année. En l occurrence, nous quitterions l ère du capitalisme néolibéral pour entrer dans un modèle de capitalisme régulé et de croissance sobre. Côté croissance : l entrée inexorable du monde émergent dans la société connectée via la constitution et l enrichissement de ses classes moyennes, formidable moteur d expansion pour tout le siècle. FÉVRIER 2012 I LA LETTRE I P. 1 I

4 POINT DE CONJONCTURE ACTUALITÉS ET PERSPECTIVES Bien que les perspectives de croissance de l économie mondiale restent très incertaines à moyen terme, l amélioration observée aux États-Unis depuis le début de l automne a permis un certain retour au calme sur les marchés financiers au cours des derniers mois. La crainte de l été était que les trois forces de soutien à la croissance que constituent l Europe, les États-Unis et la Chine ne soient en net ralentissement de façon concomitante en fin d année. Les choses se sont passées de façon un peu différente. Dans la zone Euro, la pression toujours forte exercée par les marchés sur les taux d intérêt des pays les plus fragiles a entraîné une accélération de la mise en œuvre de politiques de rigueur destinées à réduire les déficits budgétaires des différents pays. Avant de porter leurs fruits, ces politiques ont commencé par peser sur la croissance et il semble assez probable que l Europe évolue vers une situation de récession en Aux États-Unis en revanche, la consommation des ménages s est améliorée sur les derniers mois. Les créations d emplois ont été un peu plus nombreuses et le marché de l immobilier, inerte depuis de nombreux mois, est plus favorablement orienté depuis octobre. Ces chiffres doivent être regardés avec prudence car les soutiens budgétaires en 2012 ne pourront être aussi favorables qu au cours des deux années précédentes. Mais dans l immédiat, ils ont renforcé l idée que la croissance se maintiendrait dans une fourchette de 1.0 à 1.5 % au cours des prochains trimestres. FRÉDÉRIC BURGUIÈRE RESPONSABLE DE LA STRATÉGIE D INVESTISSEMENT ET DE LA MULTIGESTION SOCIÉTÉ GÉNÉRALE PRIVATE BANKING FRANCE Les pays émergents ont, pour leur part, continué à montrer des signes de ralentissement, mais qui ne sont pas suffisamment puissants pour générer une inquiétude majeure sur la croissance mondiale. Les perspectives pour les douze prochains mois restent donc largement dépendantes des évolutions respectives des États-Unis et de l Europe. Les marchés ont apprécié de manière très diverse le manque de visibilité de la situation présente. Le fait le plus marquant de la période a été le mouvement de recentrage vers le Dollar qui a concerné pratiquement toutes les monnaies et dont le point de départ a été donné par la Banque Nationale Suisse lorsqu elle a décidé de stopper la spéculation à la hausse contre sa devise. Nous sommes passés brutalement d un environnement de défiance à l égard du Dollar américain, qui avait entraîné un fort mouvement de diversification vers les monnaies émergentes ou celles des producteurs de matières premières, à un monde où le Dollar semble retrouver son statut de référence monétaire mondiale. Les marchés obligataires sont restés soumis à une forte volatilité, la légère amélioration du climat économique provoquant une remontée des taux longs dans de nombreux pays. Seuls les marchés considérés comme les plus protecteurs (États- Unis, Allemagne) ont conservé leur rôle de valeur refuge. Enfin, du côté des marchés actions, l embellie de l économie américaine a permis un mouvement de rebond. Les résultats d entreprises publiés depuis le début de l année n ont pas montré de dégradation généralisée des bénéfices ou des marges et le climat d abondance de liquidités qui continue de régner a incité les investisseurs à un peu plus d optimisme. Rédigé le 25 janvier 2012 I P. 2 I LA LETTRE I FÉVRIER 2012

5 ACTUALITÉS S ÉTEND EN RÉGIONS Société Générale Private Banking poursuit en 2012 son développement régional en France, en partenariat avec le réseau Société Générale, avec l ouverture d antennes de Banque Privée à Toulouse, Nice et Nantes. VINCENT COMBES DIRECTEUR COMMERCIAL SOCIÉTÉ GÉNÉRALE PRIVATE BANKING FRANCE LILLE PARIS STRASBOURG RENNES NANTES LYON BORDEAUX NICE MARSEILLE TOULOUSE L ouverture dans ces trois capitales régionales s inscrit dans le prolongement d une démarche de décentralisation, engagée depuis quatre ans, avec le lancement de nos centres régionaux à Bordeaux, Lyon et Marseille (en 2008), Lille (2009), Strasbourg et Rennes (2010). Outre le siège historique de Paris, neuf implantations de Société Générale Private Banking sont désormais à votre service en régions. Et vous êtes déjà plus d un millier de clients à nous y avoir rejoints. Thierry Carpico - Fotolia EN NOUS RAPPROCHANT DE VOUS, NOUS SAURONS MIEUX ENCORE RÉPONDRE À VOTRE CONFIANCE. Pourquoi ces nouvelles implantations? C est en régions que se créent aujourd hui près des trois quarts de la richesse patrimoniale nationale : elles attirent un nombre croissant d entrepreneurs, d investisseurs et de particuliers fortunés, français ou étrangers. Toulouse, Nice et Nantes sont les 4 e, 5 e et 6 e villes de France par leur population. Toulouse a poursuivi sa croissance autour des industries de pointe de l aéronautique et du spatial. Le développement de Nice et de la Côte d Azur a été porté depuis dix ans par le tourisme (français et international), l immobilier et la technopôle de Sophia-Antipolis. Nantes connaît une croissance démographique très supérieure à la moyenne française et les Pays de Loire se situent au 4 e rang national pour le nombre de PME. Avec cette présence en régions, nos banquiers privés vous apportent tous les services et toutes les expertises de Société Générale Private Banking. Notre maillage régional permet également à nos équipes d ingénierie patrimoniale de renforcer leur connaissance du tissu économique local. Elles peuvent ainsi répondre précisément à toutes vos problématiques de cession et transmission d entreprises. Face aux incertitudes de notre environnement économique et financier et à la complexité croissante du cadre juridique et fiscal, vous recherchez davantage de proximité, d expertise et de confidentialité. En nous rapprochant de vous, nous saurons mieux encore répondre à votre confiance. FÉVRIER 2012 I LA LETTRE I P. 3 I

6 FOCUS DE L INTERVENTION DES MAINS FORTES AUX TRANSACTIONS À HAUTE FRÉQUENCE Il y a 40 ans, lorsqu une période de fort ralentissement économique entraînait la bourse de Paris dans une phase baissière qui semblait sans limite, chacun attendait avec impatience les interventions de la Caisse et de quelques mains fortes qui donnaient un signal au marché et marquaient en général son point de retournement. Nous étions dans un environnement boursier encore très largement domestique, dont les particuliers et les compagnies financières étaient les principaux animateurs et où la Caisse des Dépôts et Consignations et quelques grandes institutions, souvent inspirées par les pensées de l État, servaient de force régulatrice dans les phases difficiles. Le fonctionnement des marchés boursiers a changé, comme l économie mondiale, au gré de la globalisation et des innovations technologiques. La part des non-résidents dans la détention de titres et l activité des principales places financières se sont fortement accrues. Le développement des hedge funds a par ailleurs accentué certaines phases baissières dans les périodes de crise. Mais surtout, la répartition de la richesse mondiale et les modes d intervention sur les marchés ont changé. FRÉDÉRIC BURGUIÈRE RESPONSABLE DE LA STRATÉGIE D INVESTISSEMENT ET DE LA MULTIGESTION SOCIÉTÉ GÉNÉRALE PRIVATE BANKING FRANCE Les institutions les plus puissantes pouvant intervenir sur les marchés dans des périodes de détresse ne sont plus des acteurs nationaux, ce qui rend leurs stratégies plus aléatoires. Les capacités d investissement considérables que constituent les fonds souverains du Moyen-Orient ou les réserves de change des grands pays asiatiques ne sont en effet pas toutes utilisées dans la même optique : si un investisseur comme Abu Dhabi Investment Authority investit depuis longtemps sur la base de méthodes de gestion de portefeuille classiques, nous voyons bien qu un pays comme la Chine est tenté par une vision beaucoup plus stratégique et politique de ses investissements. Prendre le contrôle de sociétés de matières premières ou d infrastructures stratégiques pour la gestion de son commerce (infrastructures portuaires par exemple) peut avoir un intérêt en termes d indépendance économique qui l amène à valoriser certains actifs sur une base très différente de celle d un analyste financier. Nous pourrions également imaginer une intervention de la Chine dans la stabilisation de la zone Euro qui relèverait cette fois d une opération géopolitique de moyen terme. Mais le changement le plus notable dans le fonctionnement au quotidien de la bourse est lié aux évolutions techniques. Nous ne parlons pas simplement de la disparition de la corbeille au profit d un traitement électronique des ordres, mais surtout du développement de gestions modélisées, très éloignées des perspectives économiques de moyen terme ou de l analyse des bilans. Leur activité consiste en la réalisation d une multitude d opérations de très court terme déclenchées automatiquement par des signaux de marchés d origines très diverses. L objectif de ces gestions n est pas d investir sur un projet d entreprise mais de capter une inefficience de marchés qui n aura duré parfois que quelques secondes. La taille de chaque opération et le gain par opération sont en général très faibles, et c est la multitude des opérations qui permet de générer un profit satisfaisant : on estime qu à New York, ces gestions robotisées génèrent chaque jour plusieurs millions d opérations et réalisent plus de 70 % des transactions. En Europe, leur influence est plus faible, mais elles représentent néanmoins, selon la Banque d Angleterre, près de 50 % des opérations sur actions à Londres. Ce développement des transactions dites à haute fréquence a de nombreuses conséquences sur le fonctionnement de la bourse et des métiers de la gestion. Tout d abord, il a contribué à une forte augmentation du volume des transactions. De fait, une petite séance à Paris en 2011 (soit un volume de 2 à 3 milliards d euros) est 5 fois supérieure à une journée de grosse activité de la fin des années CE DÉVELOPPEMENT DES TRANSACTIONS DITES À HAUTE FRÉQUENCE A DE NOMBREUSES CONSÉQUENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DE LA BOURSE ET DES MÉTIERS DE LA GESTION. I P. 4 I LA LETTRE I FÉVRIER 2012

7 Les volumes traités sont donc en moyenne aujourd hui très supérieurs à ce qu ils étaient il y a 20 ans, même si une partie de ces volumes est très artificielle. Le développement des transactions à haute fréquence semble également avoir participé à l augmentation de la volatilité des marchés. Le nombre des séances de bourse ayant donné lieu à une variation importante des indices (à la hausse comme à la baisse) a fortement augmenté depuis la fin du siècle dernier. Au cours des quinze dernières années, le nombre des variations de l indice S&P500 supérieures à 4,0 % a été 5 fois supérieur à celui des 15 années précédentes. S&P 500 Nombre de séances de hausse supérieure à 4 % sur l ensemble de la période Nombre de séances de baisse supérieure à 4 % sur l ensemble de la période Source : SG 29 Haussmann, Datastream. SG 29 Haussmann est une filiale du groupe Société Générale dédiée à la gestion des actifs de sa clientèle fortunée, agréée par l Autorité des Marchés financiers (17 place de la Bourse Paris cedex 02). Il ne faut sans doute pas attribuer la totalité de ces évolutions aux gestions robotisées, car le changement d environnement économique des dernières années est également un générateur de volatilité, mais un incident de marché comme le flash crash du 6 mai 2010 est bien la conséquence d une succession d ordres vendeurs provenant de modèles automatisés (l indice Dow Jones avait en milieu de journée baissé brutalement de 5 % en moins de 5 minutes, des ordres vendeurs sur l ensemble du marché ayant été déclenchés suite à la détection par certains modèles d une baisse considérée comme anormalement élevée sur une grande valeur défensive). Ce développement des transactions perturbe les grilles de lecture des investisseurs finaux, qui avaient pour habitude d interpréter les variations du volume des transactions ou de la volatilité des indices comme directement liés aux fondamentaux. Nous devons désormais regarder avec beaucoup plus de prudence les mouvements erratiques des marchés qui peuvent n être que la conséquence de facteurs purement techniques. Enfin, les gestions à haute fréquence perturbent aussi les autorités de marchés. Il semble que leur vitesse et leur complexité rendent particulièrement difficiles pour les autorités de marchés la surveillance de ces activités et la détection des pratiques dommageables. La question des infrastructures se pose également en cas d emballement des modèles comme en mai 2010 ; si le nombre d ordres déclenchés s avérait non absorbable en temps réel par les outils de transfert d ordres des places boursières, la question de l inégalité de traitement des investisseurs souhaitant intervenir pourrait se poser. Il y aurait une parade simple à disposition des autorités face à ces craintes : la mise en place d une taxe à la transaction rendrait non profitable la plus grande partie des opérations à haute fréquence générées actuellement et entraînerait forcément une réduction très forte du nombre d opérations. Mais elle est difficilement acceptable pour les places anglo-saxonnes. Faut-il regretter les évolutions du contexte boursier que nous venons d évoquer? Par définition, chacun s adapte au changement, et nous nous souvenons aujourd hui avec amusement d un habitué du Palais Brongniart qui au moment de la suppression de la corbeille en 1987 estimait qu il allait devenir impossible de sentir le marché. Nous nous sommes en fait très vite habitués à mesurer la fébrilité des investisseurs en regardant évoluer les volumes des transactions sur nos écrans. L exercice est aujourd hui un peu plus subtil puisqu il nous faut ignorer une partie de l agitation du marché. Mais cette nouvelle contrainte est finalement peut être un avantage, car nous savons qu en définitive, l environnement économique et la solidité des modèles d entreprises demeurent les seuls déterminants de la juste valorisation des cours boursiers à moyen terme. FÉVRIER 2012 I LA LETTRE I P. 5 I

8 ACTUALITÉS FISCALES LOI DE FINANCES POUR 2012 ET 4 e LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2011 Les principales mesures adoptées poursuivent l objectif de rigueur entamé en 2011 par le Gouvernement, qu il s agisse de l instauration d une contribution exceptionnelle sur les hauts revenus, du relèvement des taux de prélèvements libératoires sur les revenus de capitaux mobiliers ou encore de la suppression de l abattement général pour durée de détention au titre des plus-values sur valeurs mobilières. Par ailleurs, les avantages et réductions d impôts sont une nouvelle fois réduits par le double effet de l abaissement du plafonnement global et de la réduction des niches fiscales. Les dispositions exposées ci-après sont entrées en vigueur le 1 er janvier 2012, sauf exceptions expressément mentionnées. Pressmaster - Fotolia IMPÔT SUR LE REVENU (IR) BARÈME Le barème de l impôt sur les revenus de 2011, taxables en 2012, est identique à celui applicable aux revenus de La tranche marginale de 41 % s applique à un revenu imposable supérieur à par part. DROITS D AUTEUR Les auteurs d œuvres de l esprit, sans distinction à opérer selon la nature de ces œuvres, relèvent tous désormais du régime fiscal des traitements et salaires réservé jusqu à présent aux écrivains et compositeurs. Les ayants droit des auteurs demeurent, quant à eux, imposables dans la catégorie des bénéfices non commerciaux. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LES HAUTS REVENUS (CEHR) À compter de l imposition des revenus de 2011, une contribution exceptionnelle est mise, en plus de l IR, à la charge des contribuables dont le revenu fiscal de référence est supérieur à certains seuils. Cette contribution est due par les résidents de France et par les non-résidents percevant des revenus de source française. Le revenu fiscal de référence comprend notamment les revenus soumis à l IR au barème progressif, à un taux proportionnel ou aux prélèvements libératoires de l IR ainsi que certains revenus exonérés, sous déduction des charges déductibles du revenu global. Cet impôt se calcule selon le barème suivant : Fraction du revenu fiscal de référence Contribuable célibataire, veuf, séparé ou divorcé Inférieure à % Comprise entre et % Comprise entre et % Taux applicable Contribuable marié ou pacsé, soumis à imposition commune 0 % 3 % Supérieure à % I P. 6 I LA LETTRE I FÉVRIER 2012

9 Un contribuable marié dont le revenu fiscal de référence s élève à 3 M en 2011 sera ainsi soumis en 2012 à la contribution exceptionnelle à hauteur de Un mécanisme de lissage est prévu, sous certaines conditions, pour atténuer l imposition des contribuables ayant réalisé au titre d une année des revenus exceptionnels en raison de leur montant. La CEHR figurera sur l avis d impôt sur le revenu pour la première fois en septembre REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS Prélèvements forfaitaires libératoires et retenues à la source Les taux des prélèvements forfaitaires libératoires (PFL) sur les dividendes et les produits de placement à revenu fixe (de type intérêts), ainsi que les taux de retenues à la source sur les revenus perçus par les non-résidents, sont majorés pour les produits perçus à compter du 1 er janvier Nature du revenu imposable Régime antérieur Nouveau Régime Dividendes 19 % 21 % Intérêts 19 % 24 % Revenus distribués à des Taux de droit commun 25 % 30 % non-résidents (1) Taux réduit (personnes physiques ayant leur domicile fiscal au sein de l UE, en Islande, en Norvège ou au Liechtenstein) Taux majoré (revenus payés dans un État et Territoire Non Coopératif) 19 % 21 % 50 % 55 % (1) Sous réserve des conventions fiscales internationales. SIIC et SPPICAV Les dividendes issus des bénéfices exonérés distribués par les SIIC (sociétés d investissements immobiliers cotées) et les SPPICAV (sociétés de placement à prépondérance immobilière à capital variable) à leurs actionnaires personnes physiques n ouvrent plus droit pour le calcul de l IR à l abattement de 40 % à compter du 1 er janvier La possibilité d opter pour le PFL est corrélativement supprimée. Ces dividendes sont donc désormais obligatoirement imposés au barème progressif de l IR. Par ailleurs, les actions de ces sociétés ne peuvent plus être inscrites sur un PEA depuis le 21 octobre Toutefois, les actions figurant déjà sur un PEA à cette date peuvent y demeurer et continuer à bénéficier du régime d exonération des dividendes et des plus-values spécifique au PEA. PLUS-VALUES SUR VALEURS MOBILIÈRES Suppression de l abattement général pour durée de détention et mise en place d un mécanisme de report d imposition Le régime d exonération partielle ou totale des plus-values sur cession de valeurs mobilières est supprimé, et ce avant même son entrée en vigueur prévue initialement le 1 er janvier Le régime d exonération applicable aux dirigeants de PME à l occasion de leur départ en retraite est en revanche maintenu dans sa forme actuelle jusqu au 31 décembre Un nouveau mécanisme de report d imposition se substitue au régime de l abattement général. Il est applicable, sur demande expresse du contribuable, sous réserve du respect notamment des conditions suivantes : les titres cédés doivent avoir été détenus de manière continue depuis plus de 8 ans et représenter plus de 10 % du capital de la société cédée ; le produit de cession des titres doit être réinvesti à hauteur de 80 % de la plus-value nette des prélèvements sociaux, et dans un délai de 36 mois, dans le capital d une PME européenne opérationnelle (souscription au capital initial ou augmentation de capital) ; les titres reçus en contrepartie du réinvestissement doivent être détenus directement et en pleine propriété par le contribuable pendant au moins 5 ans. Au terme de ce délai, la plusvalue de cession est définitivement exonérée. Les prélèvements sociaux dus au titre de la plus-value ne bénéficient pas de ce régime de report d imposition et demeurent exigibles au taux global actuel de 13,5 %. Exit tax La première Loi de finances rectificative du 29 juillet 2011 a instauré un mécanisme de taxation immédiate des plus-values latentes, afférentes à des participations détenues dans des sociétés françaises ou étrangères, constatées lors du transfert par un contribuable de son domicile fiscal hors de France. Ce dispositif applicable initialement aux seules participations d au moins 1 % dans les bénéfices sociaux d une société ou d une valeur supérieure à 1,3 million d euros est étendu aux détenteurs de plusieurs participations directes ou indirectes dans différentes sociétés, dont la valeur cumulée excède 1,3 million d euros. FÉVRIER 2012 I LA LETTRE I P. 7 I

10 ACTUALITÉS FISCALES LOI DE FINANCES POUR 2012 ET 4 e LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2011 PLUS-VALUES IMMOBILIÈRES Cession d un logement autre que la résidence principale Depuis le 1 er février 2012, les plus-values réalisées lors de la cession d un bien immobilier, autre que la résidence principale, sont exonérées au bout de 30 ans de détention (au lieu de 15 ans précédemment). Une exonération spécifique applicable quelque soit le délai de détention est cependant prévue lors de la cession d un logement autre que la résidence principale dès lors que le cédant : n a pas été propriétaire de sa résidence principale, directement ou par personne interposée de type SCI, au cours des 4 années précédant la cession, et remploie le produit de cession, dans un délai de 24 mois, dans l acquisition ou la construction d un logement affecté à son habitation principale. AVANTAGES FISCAUX ET RÉDUCTIONS D IMPÔT SUR LE REVENU Plafond global des avantages fiscaux Les avantages fiscaux accordés au titre de dépenses payées et d investissements réalisés à compter du 1 er janvier 2012 sont plafonnés à % du revenu imposable du foyer fiscal. Restent soumis au plafond applicable en 2011 ( % du revenu imposable) les investissements locatifs non professionnels dans des résidences meublées, les investissements locatifs Scellier et les investissements outre-mer initiés avant le 1 er janvier Nouvelle réduction de 15 % des niches fiscales Les taux et plafonds d imputation des réductions et crédits d impôt sont de nouveau réduits de 15 %, à l exception toutefois de la réduction au titre de l aide pour emploi d un salarié à domicile, du crédit d impôt au titre des frais de garde des jeunes enfants et de la réduction d impôt au titre de l investissement locatif dans le logement social outre-mer. Cette réduction globale de 15 % s applique à compter de l imposition des revenus de 2012 pour les dépenses payées à compter du 1 er janvier Investissements Scellier Le dispositif Scellier, supprimé à compter du 1 er janvier 2013, est aménagé pour 2012 : le champ d application du dispositif est étendu aux logements remis à neuf, réhabilités ou transformés par le vendeur avant l acquisition, mais est désormais exclusivement réservé aux logements à haute performance énergétique (BBC) ; le prix de revient du logement retenu pour le calcul de la réduction d impôt dans la limite de est soumis à un plafond de loyer par m² en fonction de la localisation du logement ; les taux de réduction d impôt sont une nouvelle fois réduits : 13 % pour un logement BBC et 6 % pour un logement non BBC. Souscription au capital de PME Le bénéfice de la réduction d IR au titre de la souscription au capital de PME est désormais réservé aux investissements dans des sociétés créées depuis moins de 5 ans, en phase d amorçage, de démarrage ou d expansion, sauf cas des entreprises solidaires. Ces sociétés doivent également respecter des conditions de chiffre d affaires et de masse salariale maximum. Par ailleurs, les plafonds annuels de versements ouvrant droit à réduction d impôt sont portés de 20 à 50 K pour les célibataires et de 40 à 100 K pour les couples soumis à une imposition commune. Souscription au capital de SOFICA La réduction d impôt en faveur des investissements dans les SOFICA est prorogée jusqu au 31 décembre Cette réduction est égale, selon la nature de l investissement, à 30 % ou 36 % des sommes effectivement versées, retenues dans la double limite de 25 % du revenu net global et de (soit une réduction d impôt maximale annuelle de ). Financement de la vie politique Les dons et cotisations aux partis politiques ouvrent droit à une réduction d IR égale à 66 % du montant versé dans la limite de 20 % du revenu imposable. Les versements effectués sont désormais retenus dans la limite de par an et par foyer fiscal (soit une réduction d impôt maximale annuelle de ). I P. 8 I LA LETTRE I FÉVRIER 2012

11 SUCCESSIONS & DONATIONS Abattements et barèmes Les barèmes et les abattements applicables pour la détermination des droits de donation et de succession sont maintenus en l état. Rappelons que les taux de taxation des deux dernières tranches du barème applicable aux donations et successions, en ligne directe et entre époux ou partenaires pacsés, s élèvent désormais à 40 % et 45 %. Sociétés de capitaux Les droits d enregistrement sur les cessions d actions constatées par un acte sont désormais déplafonnés et calculés, sauf exceptions, selon le barème suivant : Fraction d assiette taxable Taux applicable N excédant pas % Comprise entre et K 0,5 % Excédant K 0,25 % ISF & BOUCLIER FISCAL Les seuils et le barème modifiés en juillet 2011 s appliquent pour la première fois à l ISF exigible au 1 er janvier 2012 : Fraction de la valeur nette taxable du patrimoine Tarif unique applicable dès le 1 er euro N excédant par K 0 % Comprise entre K et K 0,25 % Excédant K 0,5 % Pour limiter l ISF dû par les contribuables qui dépassent de peu les seuils indiqués, un dispositif de décote est instauré pour les patrimoines compris entre K et K, et entre K et K. Le bouclier fiscal est supprimé pour les revenus réalisés depuis le 1 er janvier Il s applique donc pour la dernière fois en 2012 au titre des revenus de 2010, par une autoliquidation sur l ISF à régler au 15 juin 2012 lorsque le contribuable en est redevable. Droit de partage Le taux du droit de partage a été porté de 1,1 % à 2,5 % par la Loi de finances rectificative du 29 juillet L entrée en vigueur de cette augmentation, fixée au 1 er janvier 2012, est repoussée, pour les couples en instance de divorce, à la date d homologation de leur convention de divorce par le tribunal. Cette dérogation concerne les seules conventions de divorce présentées au juge avant le 31 juillet DIVERS Taxe sur les loyers élevés des micro-logements Une taxe annuelle est due par tout propriétaire à raison des loyers relatifs aux logements loués nus ou meublés, dont la surface habitable n excède pas 14 m², dès lors que le loyer mensuel excède certains seuils. La taxe, dont le taux varie entre 10 % et 40 % selon l écart constaté entre le loyer mensuel pratiqué et le loyer de référence, est assise sur le montant des loyers perçus au cours de l année civile au titre des logements imposables. DROITS D ENREGISTREMENT Sociétés à prépondérance immobilière L assiette des droits d enregistrement de 5 % dus lors de la cession de titres de sociétés à prépondérance immobilière est déterminée à partir de la valeur réelle des éléments d actif de la société, diminuée du seul passif afférent à l acquisition des biens immobiliers. Toute autre dette afférente à des opérations sans lien avec l acquisition immobilière n est pas déductible de l assiette taxable. Avoirs détenus à l étranger : délai de reprise Le délai de reprise de 10 ans en cas de non respect de certaines obligations déclaratives est étendu à l ensemble des avoirs détenus à l étranger et non déclarés, sauf lorsque le contribuable apporte la preuve que le total des soldes créditeurs de ses comptes à l étranger est inférieur à Tous les textes relatifs aux sujets évoqués dans cette lettre sont à votre disposition sur demande auprès de votre Banquier Privé. FÉVRIER 2012 I LA LETTRE I P. 9 I

12 STRATÉGIES PATRIMONIALES L ASSURANCE VIE : Depuis début 2011, l assurance vie est l objet de nouveaux débats, alimentés par les ballons d essai qui ont précédé la réforme de la fiscalité du patrimoine, par les polémiques relatives à l évaluation du coût et de l efficacité des niches fiscales et par la crise de la dette souveraine. Ces débats ont conduit à l apparition de trois nouvelles idées reçues : d archétype du placement de bon père de famille, le support en euros des contrats d assurance vie serait devenu un placement risqué ; la baisse des rendements des fonds en euros n en ferait plus un produit compétitif ; les réformes fiscales de ces dernières années auraient considérablement réduit les avantages de l assurance vie. Trois idées reçues qui sont surtout des idées fausses. Lors de la conférence du 31 janvier 2012 au Cercle de l Union Interalliée à Paris, Marc Duval, Directeur Général Délégué de SOGECAP, a éclairé les participants sur l assurance vie et ses perspectives. Retour sur cette conférence. * Données au 30 novembre MARC DUVAL DIRECTEUR GÉNÉRAL DÉLÉGUÉ - SOGECAP L assurance vie en euros, une formule de placement très sécurisée Les supports en euros des contrats d assurance vie offrent sans limite d investissement une garantie permanente du capital et des intérêts capitalisés depuis l origine (l effet cliquet ), l assuré disposant en outre d une faculté de retrait à tout instant : aucune autre formule de placement ne propose de telles garanties associées à une telle souplesse. Cette sécurité et cette disponibilité de l épargne assurance vie en euros reposent sur trois niveaux de sécurité. Le premier niveau est la gestion prudente et diversifiée des actifs que mettent en œuvre les compagnies d assurance vie. Elle se fonde sur une gestion actif-passif qui impose à l assureur de mesurer périodiquement l adéquation et la résistance de ses actifs au regard de ses engagements (garantie de capital et de taux, liquidité) dans de multiples scenarii stressés, portant à la fois sur des risques de marché, de contrepartie, mais aussi sur des risques de comportement des assurés (rachats, arbitrages) ou des risques liés à la durée de la vie humaine. Cette gestion actif-passif peut conduire à de multiples actions correctrices. Surtout, elle guide une allocation prudente, centrée sur la détention d obligations à long terme (83 % de l actif général pour SOGECAP)*. Cette gestion impose également une large diversification et un choix rigoureux des émetteurs obligataires, afin de se prémunir contre le risque de défaut. Ainsi, 98 % des quelques 200 émetteurs obligataires du portefeuille de SOGECAP bénéficient d une notation supérieure à single A et 75 % ont une notation AA ou AAA*. Cette sélectivité s impose tant pour les émetteurs corporate que pour les émetteurs souverains : ainsi, l État grec représente 0,05 % de l actif général de SOGECAP qui est également très faiblement exposé aux États de la zone euro faisant l objet de mesures de soutien (les GIP - Grèce/Irlande/Portugal : 1,3 % de l actif général)*. La solvabilité des assureurs renforce la sécurité de l épargne des assurés. Elle est garantie par les provisions techniques de compagnies (1 344 milliards d euros à fin 2010 ; 78 milliards pour le groupe SO- GECAP), leurs fonds propres et réserves qui contribuent à la couverture de leur marge de solvabilité (3,1 milliards d euros pour SOGECAP à fin 2010). Ces règles de solvabilité devraient prochainement être renforcées (nouveau régime Solvabilité 2) pour être mieux adaptées au profil de risque de chaque compagnie. Cette santé financière des assureurs est encadrée par des règles prudentielles denses qui couvrent tous les aspects de la gestion des compagnies : montants de réserves et fonds propres à constituer pour honorer leurs engagements ; nature des placements autorisés ; règles minimales de diversification des investissements L Autorité de Contrôle Prudentiel surveille régulièrement et étroitement leur application et dispose de nombreux moyens pour détecter les éventuelles difficultés et les corriger. Au total, ces mécanismes ont permis à l assurance vie française de traverser sans encombre les nombreuses crises (immobilières, actions, obligataires ) qui ont jalonné les dernières décennies. I P. 10 I LA LETTRE I FÉVRIER 2012

13 UN PÔLE DE RÉSISTANCE DANS UNE PÉRIODE DE CRISE Des rendements qui restent compétitifs En dépit d un environnement dégradé, les supports en euros des contrats patrimoniaux de SOGECAP ont servi un rendement net pour 2011 entre 3,30 % et 3,50 %, témoignant de la résistance du portefeuille. Des niveaux de rendement bien supérieurs au taux de l OAT et à toutes les formules de placement sécurisées. Un cadre fiscal toujours aussi attractif Contrairement à une autre idée reçue, la fiscalité de l assurance vie n a pas connu de changement majeur depuis plus de 12 ans. La fiscalité en cas de vie (retraits) n a pas évolué depuis 1998, les taux de prélèvement libératoire étant toujours au même niveau. Dans le même temps, la fiscalité en cas de décès n a connu que quelques changements à la marge visant à corriger des situations atypiques (traitement fiscal des bénéficiaires de clauses démembrées, contrats souscrits par un non résident fiscal...). Par ailleurs, l évolution des prélèvements sociaux a impacté l assurance vie comme tous les placements. De même, la hausse récente de l imposition en cas de décès a été réalisée en cohérence avec l augmentation concomitante du barème des droits de succession : l assurance vie reste ainsi un outil juridique et fiscal de transmission incomparable. Aux craintes d une révision à venir de ces avantages, il convient d opposer le fait que tous les facteurs qui ont fait reculer le législateur depuis 12 ans perdurent : l assurance vie n est pas une dépense sociale et c est une niche fiscale peu coûteuse pour l État (1 milliard d euros) (1) au regard des milliards d euros d épargne longue qu elle représente ; l assurance vie représente 57 % de l épargne longue des ménages français, détenue par 15 millions de souscripteurs (une ressource indispensable au financement d une croissance durable) ; l assurance vie, c est également 825 milliards d euros investis dans les entreprises (1), la moitié de la dette obligataire des entreprises françaises détenue en France, la moitié de la dette de l État français détenue par des investisseurs français. Après cette intervention, trois idées de diversification (2) ont été présentées par Société Générale Private Banking France, afin d optimiser le rendement des contrats d assurance vie : une solution structurée (3) offrant un coupon garanti de 5,75 % chaque année et associant une protection du capital sur l Eurostoxx 50 ; une solution structurée (3) à capital garanti (90 %) délivrant 100 % de la performance du CAC 40 et remboursable la 3 e année à un prix de 121 % ; un fonds de portage d obligations d entreprises de bonne qualité sur une maturité Votre Banquier Privé est à votre disposition pour vous renseigner si vous souhaitez davantage d informations. (1) Source- FFSA. (2) Nous vous rappelons qu il est indispensable de connaître le fonctionnement et les risques de ce type de produit avant toute souscription. (3) Les cotations sont indicatives et sont susceptibles d évoluer selon les conditions de marchés. FÉVRIER 2012 I LA LETTRE I P. 11 I

14 CERCLE 29 HAUSSMANN ACTUALITÉS CONFÉRENCE SUR LES NOUVEAUTÉS FISCALES 2012 CONFÉRENCE ANIMÉE PAR NICOLAS BAVEREZ EXPOSÉ SUR L EXPOSITION MATISSE, PAIRES ET SÉRIES Ce début d année 2012 a été l occasion de faire un point sur la fiscalité. Notre équipe de fiscalistes a commenté le mardi 7 février à l hôtel Le Meurice, les dispositions fiscales des Lois de finances 2012 et les évolutions qui en découlent. Si vous souhaitez recevoir la présentation réalisée lors de cette conférence, n hésitez pas à vous adresser à votre Banquier Privé. Le prochain Atelier de l esprit conviera Nicolas Baverez, qui interviendra sur le thème : 2012 : année décisive pour la France et la zone euro. Normalien, énarque, doté d une formation d historien et d économiste, Nicolas Baverez exerce la profession d avocat. Chroniqueur au Point, il collabore également aux Échos, au Figaro et au Monde. Parmi ses publications, on se souvient des Trente piteuses, de La France qui tombe, du Nouveau monde, vieille France. Dans le cadre des conférences Les Mardis des Mathurins, nous vous invitons à rencontrer Cécile Debray, Conservateur au Centre Pompidou, le mardi 20 mars à 13 heures. À l occasion de l exposition-événement Matisse, paires et séries, Cécile Debray, Commissaire de l exposition, nous parlera de l exploration répétitive que Matisse pratiquait d un même sujet, d un même motif : un éclairage sur toute l œuvre du peintre dans ses revirements, ses ruptures et ses conquêtes. Cette conférence se déroulera le mardi 27 mars prochain au Cercle de l Union Interalliée. Si vous souhaitez vous inscrire à cette conférence, merci de contacter Erell Deudé au ou par I P. 12 I LA LETTRE I FÉVRIER 2012

15 Capucines à La Danse I, Issy-les-Moulineaux, printemps-début été 1912 Huile sur toile Catmat ,8 x 115,3 cm The Metropolitan Museum of Art, New York Legs de Scofield Thayer, 1982 Succession H. Matisse

16 BORDEAUX 14 RUE MONTESQUIEU BORDEAUX NICE 8 AVENUE JEAN MÉDECIN NICE ILE-DE-FRANCE NORD 29 BOULEVARD HAUSSMANN PARIS LILLE 8 RUE ANATOLE FRANCE LILLE RENNES 14 RUE LE BASTARD RENNES ILE-DE-FRANCE SUD 29 BOULEVARD HAUSSMANN PARIS LYON 33 AVENUE FOCH LYON STRASBOURG 29 BOULEVARD TAULER STRASBOURG MARSEILLE HÔTEL DE DIRECTION - LES DOCKS 10 PLACE DE LA JOLIETTE MARSEILLE TOULOUSE 8 RUE CARMIN LABÈGE NANTES 1 RUE CRÉBILLON NANTES POUR TOUTE RÉCLAMATION CONCERNANT FRANCE, MERCI DE BIEN VOULOIR CONTACTER M. OLIVIER KORNAK : 29 BOULEVARD HAUSSMANN PARIS TÉL. : FAX : SOCIÉTÉ GÉNÉRALE SA AU CAPITAL SOCIAL DE ,75 EUROS RCS PARIS RÉALISATION STUDIO SG (G) - FÉVRIER VISUEL COUV TARZOUN FOTOLIA

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première LEGIS hors-série Décembre 2012 L'essentiel de la veille réglementaire et fiscale du métier titres dossier spécial : Projet de Loi de finances 2013 ////// édito Projet de loi de finances 2013 : vers une

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2015 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2015 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.8 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.9 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

octuor capitalisation

octuor capitalisation octuor capitalisation Un nouvel horizon pour votre épargne Découvrez Octuor Capitalisation, un contrat innovant pour optimiser votre fiscalité Octuor est un contrat de capitalisation multisupports et multigestionnaires

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

VOTRE PARTENAIRE EN BANQUE PRIVÉE POUR VALORISER VOTRE PATRIMOINE DANS LA DURÉE

VOTRE PARTENAIRE EN BANQUE PRIVÉE POUR VALORISER VOTRE PATRIMOINE DANS LA DURÉE BORDEAUX RÉGION GRAND SUD-OUEST 14 RUE MONTESQUIEU 33000 BORDEAUX TÉL. : 05 57 26 38 20 NANTES 1 RUE CRÉBILLON 44000 NANTES TÉL. : 02 28 08 83 01 TÉL. : 06 76 52 20 93 RENNES RÉGION GRAND OUEST 14 RUE

Plus en détail

Votre partenaire. votre patrimoine dans la durée DE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE PRIVATE BANKING FRANCE

Votre partenaire. votre patrimoine dans la durée DE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE PRIVATE BANKING FRANCE Juillet 2013 Votre partenaire en BANQUE privée pour valoriser votre patrimoine dans la durée Conditions appliquées aux opérations bancaires DE FRANCE Sommaire Société Générale Private Banking, votre partenaire

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL

ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL PIERRE DE SOLEIL ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Accéder à une gestion financière sur mesure Optimiser la fiscalité de votre patrimoine Préparer

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

HIMALIA. Orchestrez votre vie avec assurance

HIMALIA. Orchestrez votre vie avec assurance HIMALIA Orchestrez votre vie avec assurance Generali, la solidité d un leader mondial Créé à Trieste en 1831, le Groupe s est developpé dans toutes les branches de l assurance. Il se positionne comme 1

Plus en détail

Présentation Loi de Finances 2011 & 2012

Présentation Loi de Finances 2011 & 2012 Présentation Loi de Finances 2011 & 2012 Association Athélia Entreprendre Hôtel IBIS Mardi 1 er Février 2011 Intervenante : Florence Estienne Sumatra Patrimoine I. Mesures impactant le patrimoine Sommaire

Plus en détail

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit :

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit : La loi de finances pour 2013 (LF) a été publiée au Journal Officiel du 30 décembre 2012 après avoir été examinée par le Conseil Constitutionnel. Ce dernier a partiellement censuré la LF telle qu elle avait

Plus en détail

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 Lois budgétaires pour 2011 Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 1 Qui sommes nous? Service d ingénierie patrimoniale au

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Février 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Investissement dans les PME & réduction ISF / IR : l administration durçit sa doctrine II Contrat d assurance vie, acceptation du bénéfice

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 REFORME FISCALE CALENDRIER Réforme présentée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2012 (audit de la Cour des comptes réalisé) Date à laquelle

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

SCPI Amundi DEFI Foncier

SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI de Déficit Foncier à capital fixe Souscription ouverte jusqu au 16 décembre 2015 - Pour bénéficier du dispositif fiscal de déficit foncier en 2014, souscription jusqu au 16

Plus en détail

Investissement immobilier: la fin des SCPI?

Investissement immobilier: la fin des SCPI? Investissement immobilier: la fin des SCPI? La SCPI figure comme le premier véhicule structuré d investissement en immobilier. A l origine de ces investissements, des sociétés civiles se sont développées

Plus en détail

OCTUOR. Un nouvel horizon pour votre épargne. www.generali-patrimoine.fr

OCTUOR. Un nouvel horizon pour votre épargne. www.generali-patrimoine.fr OCTUOR Un nouvel horizon pour votre épargne www.generali-patrimoine.fr Avec Octuor, donnez du sens à votre stratégie patrimoniale Octuor est un contrat d assurance vie multisupport et multigestionnaire

Plus en détail

Immobilier et Assurance Vie

Immobilier et Assurance Vie Immobilier et Assurance Vie Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le fonctionnement des SCPI au sein de l'assurance Vie...p3 Pourquoi la SCPI Primopierre?...p4 L'enveloppe Assurance

Plus en détail

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres mesures L IMPÔT SUR LE REVENU Nouveau barème applicable :

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR)

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR) Actualités fiscales Nous vous proposons dans le cadre de cette note d information une synthèse des principales mesures fiscales résultant de la loi de finances pour 2014 (LF2014), de la loi de finances

Plus en détail

Les News d ESPACIMMO

Les News d ESPACIMMO JUILLET/ AOUT 2012 Les News d ESPACIMMO ESPACIMMO PATRIMOINE 28, rue de l Amiral Hamelin 75 016 PARIS Tél : 01 49 52 60 12 corinne.santos@espacimmo.fr www.espacimmo.fr Page.1 POINT BOURSE SOMMAIRE Page.1-3

Plus en détail

A la découverte de l assurance vie HSBC France

A la découverte de l assurance vie HSBC France A la découverte de l assurance vie HSBC France L assurance vie, le placement qui vous accompagne dans tous vos projets Depuis quelques années, l assurance vie est devenue le placement préféré des Français

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

TERRE D AVENIR 2 MARS 2013

TERRE D AVENIR 2 MARS 2013 TERRE D AVENIR 2 MARS 2013 LA SÉCURITÉ EN TOUTE LIBERTÉ Terre d avenir 2, un contrat d assurance vie souple qui s adapte à vos besoins Une nouvelle génération de contrat d assurance vie qui vous aide À

Plus en détail

CELESTIA CAPITALISATION

CELESTIA CAPITALISATION ASSURANCE VIE CELESTIA CAPITALISATION UN CADRE D INVESTISSEMENT OPTIMISÉ 100 % CAPITALISATION Contrat individuel de capitalisation libellé en euros et/ou en unités de compte CELESTIA CAPITALISATION Complémentaire

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail

Fiscalité, placements. réductions d impôt

Fiscalité, placements. réductions d impôt Fiscabanque Fiscalité, placements & réductions d impôt À jour des dispositions de la loi de finances 2011 2014 Actualisé sur Internet Gervais Morel avec la participation de David Ecochard Sommaire I Sommaire

Plus en détail

FIP Avantage ISF F O N D S D I N V E S T I S S E M E N T D E P R OX I M I T E (F I P)

FIP Avantage ISF F O N D S D I N V E S T I S S E M E N T D E P R OX I M I T E (F I P) FIP Avantage ISF F O N D S D I N V E S T I S S E M E N T D E P R OX I M I T E (F I P) Un Placement sur 8 ans minimum, Dynamique et Diversifié La réduction d ISF dépend du quota d investissement dans les

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Himalia Capitalisation

Himalia Capitalisation Generali Patrimoine Himalia Capitalisation Orchestrez votre vie avec assurance Complémentaire à un contrat d assurance vie, le contrat de capitalisation s adresse notamment aux investisseurs soucieux d

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Avril 2011 SOMMAIRE Projets de Loi et de Réforme p. 3 Réforme de la fiscalité du patrimoine Jurisprudence et Réponses ministérielles p. 4 Assurance-vie donnée en garantie et ISF

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

Fiscalité, placements. réductions d impôt

Fiscalité, placements. réductions d impôt Fiscabanque Fiscalité, placements & réductions d impôt À jour des dispositions de la loi de finances 2012 2015 Actualisé sur Internet Gervais Morel avec la participation de David Ecochard I Sommaire Introduction

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME Les incitations fiscales à l investissement dans les PME intégrant les modifications apportées par la Loi de finances pour 2011 witam 31, rue des Poissonniers 92200 Neuilly-sur-Seine tel. 01 55 62 00 80

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011 Comité Directeur Confédéral Intervention économique 16 mars 2011 En 2010, le déficit budgétaire s est élevé à 148,8 milliards d euros Déficit public en 2010 s est élevé à 7,7 % du PIB Dette publique en

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

> Groupama Gan Pierre 1 Une opportunité d investir indirectement dans l immobilier d entreprise

> Groupama Gan Pierre 1 Une opportunité d investir indirectement dans l immobilier d entreprise Immobilier d'investissement > Groupama Gan Pierre 1 Une opportunité d investir indirectement dans l immobilier d entreprise Éligible comme support en unités de compte proposé dans le cadre d un contrat

Plus en détail

PEA Performance 2. Faites passer votre épargne à l action!

PEA Performance 2. Faites passer votre épargne à l action! PEA Performance 2 Faites passer votre épargne à l action! Avec le PEA PERFORMANCE 2, Le Plan d Épargne en Actions (PEA) est un placement plébiscité par les épargnants, plus de 7 millions de Français en

Plus en détail

Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE

Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE PIERRE DE LUNE Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE PIERRE DE LUNE PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Optimiser la fiscalité de votre patrimoine Accéder à une gestion financière sur mesure Diversifier votre épargne

Plus en détail

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (Article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Société de

Plus en détail

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME Les incitations fiscales à l investissement dans les PME avril 2012 1 De grandes réformes en 2011 La Loi de finances pour 2011 a apporté des modifications substantielles aux systèmes d'incitations fiscales

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

FIP Axe Croissance. FIP Axe Croissance investira dans des PME industrielles, commerciales ou de services présentant les caractéristiques suivantes :

FIP Axe Croissance. FIP Axe Croissance investira dans des PME industrielles, commerciales ou de services présentant les caractéristiques suivantes : Souscription ouverte jusqu au 21 juin 2012 sous certaines conditions* (pour les parts A1) Souscription ouverte jusqu au 31 décembre 2012 (pour les parts A2) Diversifiez votre patrimoine financier avec

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 loi de finances 2015 loi n 2014-1654 du 29 décembre 2014 web conference - 10-02-2015 1 les lois de finances 2013 et 2014 régime des plus values simplification

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs n 7 > 4 avril 2014 info Sommaire > Droit fiscal : déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 - opérations particulières concernant les coopérateurs ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration

Plus en détail

Toutes les facettes de l assurance vie

Toutes les facettes de l assurance vie Toutes les facettes de l assurance vie Les avantages de l assurance vie Que vous ayez ouvert votre contrat d assurance vie en vue d épargner pour un projet futur, de vous constituer un complément de revenu

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION

CIRCULAIRE D INFORMATION Siège social 33 Rue Gustave Eiffel- ZAC Ravine à Marquet - 97419 LA POSSESSION Tél. 02 62 43 10 43 Fax 02 62 43 16 04 / E-mail : acorex@acorexsa.com Bureau de Saint-Gilles Tél. 02 62 22 58 02 Fax 02 62

Plus en détail

12/14 octobre 2010 Créteil / La Rapée Page 1

12/14 octobre 2010 Créteil / La Rapée Page 1 Vos projets évoluent, Votre épargne financière aussi 12/14 octobre 2010 Créteil / La Rapée Page 1 En introduction Une approche de notre épargne définie en fonction : d objectifs, de durée, de capacités

Plus en détail

NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS

NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS Société de Gestion ixo PRIVATE EQUITY 34, rue de Metz 31 0 00 Toulouse Site : www.ixope.fr Dépositaire Réalisation : ixo Private Equity Illustration : Ronald Curchod Graphisme

Plus en détail

Newsletter. Juin 2014. Conseil en Gestion de Patrimoine. Jean de Demandolx Philibert de Rambuteau Roland de Demandolx

Newsletter. Juin 2014. Conseil en Gestion de Patrimoine. Jean de Demandolx Philibert de Rambuteau Roland de Demandolx Juin 2014 Newsletter J. de ASSOCIES J. de DEMANDOLX Conseil en Gestion de & Patrimoine ASSOCIES Conseil en Gestion de Patrimoine «Alouette, gentille alouette, alouette, je te plumerai» Depuis plus de 30

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38 Le couple SOMMAIRE 1 - Mariage, Pacs, concubinage : que choisir?... 6 2 - Choix du régime matrimonial... 7 3 - Divorce... 8 4 - Prestation compensatoire... 9 5 - Gestion des biens du mineur...10 6 - Gestion

Plus en détail

CAPITAL INVEST PME 2012. Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque en capital

CAPITAL INVEST PME 2012. Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque en capital FCPI CAPITAL INVEST PME 2012 Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque en capital Prise en compte des souscriptions - du 16 avril

Plus en détail

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF...

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF... version6.2.1.0 Dernières évolutions 1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2 1.1.1. Réforme de l ISF... 2 1.1.2. Donations et

Plus en détail

RÉFORMES FISCALES. www.gestionprivee.banquepopulaire.fr. Document à caractère publicitaire

RÉFORMES FISCALES. www.gestionprivee.banquepopulaire.fr. Document à caractère publicitaire www.gestionprivee.banquepopulaire.fr BPCE Société Anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 155 742 320 - Siège social : 50, avenue Pierre-Mendès-France - 75201 Paris Cedex 13 R.C.S

Plus en détail

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables Sommaire La famille Le couple 1. Union 12 2. Mariage, Pacs, concubinage : que choisir? 13 La gestion des biens du couple 3. Biens meubles et immeubles 15 4. Régime primaire 17 5. Choix du régime matrimonial

Plus en détail

PM&A Gestion. APRIL Patrimoine. AXERIA Vie. www.april-patrimoine.fr

PM&A Gestion. APRIL Patrimoine. AXERIA Vie. www.april-patrimoine.fr APRIL Patrimoine Spécialiste de l épargne, de la retraite et de la gestion de patrimoine, APRIL Patrimoine est une société d APRIL Group. Elle conçoit ses produits, assure leur gestion administrative et

Plus en détail

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques La Bourse Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques Le Marché Financier a un double rôle : apporter les capitaux nécessaires au financement des investissements des agents économiques et assurer

Plus en détail