LES PARTENARIATS PUBLIC PRIVÉ : Présentation générale et critères de différenciation des contrats (Concession, DSP et CP)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES PARTENARIATS PUBLIC PRIVÉ : Présentation générale et critères de différenciation des contrats (Concession, DSP et CP)"

Transcription

1 Economie et gestion de la construction LES PARTENARIATS PUBLIC PRIVÉ : Présentation générale et critères de différenciation des contrats (Concession, DSP et CP) Elisabeth CAMPAGNAC* LATTS Ecole des Ponts Paristech Université Paris Est Marne la Vallée (Dir.)«Evaluer les partenariats public privé en Europe» Presses des Ponts et Chaussées 2009

2 Plan Les PPP : De quoi parle-t-on? PPP classiques et nouveaux PPP Critères de différenciation des contrats et caractéristiques des «nouveaux» PPP Exemples de nouveaux PPP En quoi transforment ils les modes d action publique (financiarisation de la commande publique)? Le contexte Les acteurs Les règles du jeu Les dispositifs Quels enjeux pour les services et les services publics? PPP et périmètres des services Les enjeux statutaires Les enjeux fonctionnels Les enjeux institutionnels 2

3 I. LES PPP : de quoi parle t-on? 3

4 1.1. PPP classiques et Nouveaux PPP. - Usage fréquent de la notion de PPP; remis au goût du jour en France dans les années Le PPP est il nouveau? - Thèse de Xavier Bezançon (1997) : le XIXème siècle, «siècle du PPP». - Méconnaît le caractère «nouveau» des PPP et du contexte dans lequel ils se développent? - Différentes acceptions des PPP et différences d applications selon les pays. 4

5 Exemple : L usage du terme PPP, d origine anglo saxonne (partnership) s applique d abord aux opérations d urbanisme aux Etats-Unis. Il ne s applique pas, à l origine, au financement privé des équipements publics, Mais d abord aux politiques urbaines. Idée de co-action avec la puissance publique.(marcou, 2002). L un des objectifs : réduire les dépenses publiques, face aux déficits publics. Reprise du terme en Grande Bretagne dans les années 1990, mais avec un sens un peu différent; Contexte néo libéral. Le PPP associé à deux enjeux :» Le New Public Management» La réforme des services publics 5

6 En France, renvoie à l idée : d une continuation du principe du recours au secteur privé pour la production d équipements et de services publics En particulier des services locaux À travers des formules telles que la «concession» ou la «délégation de services publics». Les PPP se situent ils dans cette même tendance de délégation de la gestion des services publics et de redéfinition du périmètre d activité des collectivités publiques? Ou différences dans la nature du contrat? Dans la nature des services? dans les règles présidant aux modalités de l action publique? 6

7 1.2. Critères de différenciation des contrats et caractéristiques des nouveaux PPP Trait commun des PPP : fourniture de biens et services à caractère public: Biens publics purs Biens générateurs d externalités Monopoles naturels Ont en commun de nécessiter Une production d infrastructures L immobilisation de capitaux sur longue période De se prêter à la définition de règles contractuelles pour la répartition des investissements et des revenus, des risques et des responsabilités entre le public et le privé. De reposer sur un «équilibre» supposé du contrat. 7

8 Différents critères de différenciation selon le mode de lecture adopté. Typologie selon mode de propriété, de financement et de gestion (publique/privée) Typologie selon les contraintes associées au champ sectoriel (ex: transport, services en réseaux ou immobilier public) Typologie selon le modèle organisationnel ou le modèle économique Le plus souvent, la typologie repose sur un ensemble de critères dont il convient de tester de la cohérence. Ex. d ensemble de critère (R.Prudhomme) : Importance de l investissement Degré de technicité Possibilité de percevoir des redevances Géographie pertinente pour la fourniture du service Cf aussi la différenciation établie par Nicolas Curien pour les industries de réseaux (ci-dessous p.48) 8

9 Quelle application pour la distinction PPP «classiques» et «nouveaux PPP» Les PPP«classiques» en France : concessions, délégations de service public la concession : Contrat par lequel une personne publique (le concédant) confie à une personne physique ou morale, privée et parfois publique (le concessionnaire) le temps d assurer pendant un temps déterminé la gestion d un service public. Le concessionnaire agit à ses risques et périls Sous le contrôle du concédant Et perçoit une rémunération constituée par les redevances acquittées par les usagers à l occasion du service rendu 9

10 la Délégation de service public (loi Murcef du 11 Décembre 2001) «contrat par lequel une personne morale de droit public confie la gestion d un service public dont elle a la responsabilité à un délégataire public ou privé dont la rémunération est substantiellement liée aux résultats de l exploitation du service». Lien entre les risques liés à l exploitation et la part de rémunération du délégataire 10

11 Définition du contrat de partenariat (art.1 ordonnance du 17 Juin 2004) «Contrats administratifs par lesquels la personne publique confie à un tiers pour une période déterminée en fonction de la durée d amortissement des investissements ou des modalités de financement retenue, une mission globale relative au financement d investissements immatériels, d ouvrages ou d équipements nécessaires au service public, ainsi qu à leur entretien, leur maintenance, leur exploitation ou leur gestion, et le cas échéant à d autres prestations de service concourant à l exercice par la personne publique, de la mission de service public dont elle est chargée».peu de modifications dans l article 1 er de la loi n du 28 Juillet

12 La rémunération du co-contractant fait objet d un paiement par la personne publique pendant toute la durée du contrat. Elle est liée à des objectifs de performance assignés au co-contractant» Contrat de partenariat issu de l ordonnance du 17 Juin 2004 :la notion de «partenariat» fait son entrée en France (i.e dans le droit français). La notion de «partnership» existe quant à elle, en droit anglais; c est une «association de deux personnes ou plus formée dans le but de poursuivre une affaire.» Le contrat de partenariat s inspire très largement de la Private Finance Initiative (PFI) Britannique; Rappelle aussi l expérience française des Marchés d Entreprise Travaux Publics (METP) 12

13 En résumé Le PPP (ici) contrat global incluant financement, conception, construction,entretien maintenance (contraire à la loi MOP sur conception construction), Contrat complexe au regard des acteurs et des compétences mobilisées delongue durée (calculée sur durée d amortissement des investissements) à paiement public et étalé(contraire aux principes des marchés publics) Principales différences des «nouveaux PPP» avec les «PPP classiques»: Leur champ d application : non plus seulement infrastructures et industries de réseaux (transports et services urbains) mais aussi services régaliens (Justice, police, Défense) Et bâtiments supports de services emblématiques du Welfare State : Education, Santé 13

14 La nature du service transféré : les «services intermédiaires» (entretien maintenance, nettoyage, restauration, transports, hotellerie, blanchisserie etc..) et non pas le service final. Le statut de l acteur public : Non plus Maître d Ouvrage mais acheteur d une série de services dont il doit définir l usage et les performances attendues Le mode de rémunération de l opérateur privé : «Concession à paiement public» rémunération liée à des objectifs de performance (contrat incitatif Le lien avec les définitions juridiques Différenciation entre Services Publics Industriels et Commercial (SPIC) et Services Publics Administratifs (SPA). Concession et DSP pour les premiers, Contrat de Partenariat pour les seconds. 14

15 1.3. Exemples de nouveaux PPP (attribués ou en projet) Au niveau des Ministères : Défense : Ecole de Dax (formation des pilotes d hélicoptère.ecole d application de L aviation légère de l armée de terre) Ecole interarmée de Fontainebleau Justice : Etablissements pénitentiaires : Bourg en Bresse, Rennes, Vezin le Coquet; Mont de Marsan, Nantes Restructuration et rénovation de la Prison de la Santé Paris Sécurité intérieure Bâtiments de gendarmerie (AOT LOA) Commissariats de police (AOT-LOA) 15

16 Santé : Hôpital 2007 et Hôpital 2012 (BEH) Hôpital quinze-vingt CHU de Caen, Douai, Evry CHU Plateau technique Nancy, CH Roanne (CP) Education Nationale : Paris VII, Zac Rive Gauche Paris Dauphine OPERATIONS CAMPUS Jeunesse INSEP Culture : Billeterie du Château de Versailles Transports: Ile de France ( dédoublement tronc commun A4/A 86, Rocades de contournement (Nimes Montpellier, L2 Marseille) LGV Rhin Rhône 16

17 Au niveau des collectivités locales : Eclairage public : Auvers sur Oise, Pertuis, Soissons, Thiers, Aix les bains etc.. Loisir : grand stade de Lille Piscines - Education : - Collèges (ex: Villemandeur, Loiret) - Groupes scolaires - En résumé, un développement timide des PPP en France qui tranche avec l importance qu ils ont prises au Royaume Uni.(cf. la comptabilisation des projets et de leur importance en valeur sur le site de la Mission d Appui aux Partenariats Public Privé (MAPP) 17

18 II. En quoi les PPP transforment ils les modes d action publique? Nouvelle gestion publique et financiarisation : contextualiser l analyse des montages contractuels 18

19 Les nouveaux PPP : 2.1. Le contexte - Introduisent de nouvelles règles du jeu entre acteurs publics et acteurs privés, (ex. position de l acteur public, montage financier, comptabilisation des actifs ) - se situent entre «nouvelle gestion publique» (ou New Public Management ) et financiarisation de l économie / de la commande publique. Dispositifs qui transforment la commande publique et entraînent de profonds changements dans les organisations de projet (dialogue compétitif) avec l introduction de nouveaux acteurs 19

20 «New Public Management» (NPM), Nouvelle Gestion publique (NGP) Des conceptions et des manifestations différentes en France et au Royaume Uni Mais aussi, différentes au Royaume Uni entre les gouvernements conservateurs ( lancement du principe du PPP/ PFI ) et le gouvernement travailliste. Dans tous les cas, lien important du PFI avec le NPM et du PPP avec la NGP. Tous les deux sont aussi bien : Un chantiers budgétaire : réforme des procédures budgétaires et nouveaux cadres comptables. (rapprochement avec comptabilité commerciale) Un chantier structurel : Réforme de l Etat (central et local), recentrer les administrations sur leur «cœur de mission» Un chantier managérial : appliquer au public les méthodes du privé; Impact sur l emploi, métiers, mobilité Un chantier «qualitatif»: repenser les services publics (double justification de l usager-client et de la maitrise des coûts) Mais conditions de mise en œuvre de ces réformes différentes selon les pays 20

21 Cette articulation entre Nouvelle gestion publique et financiarisation de la commande publique se traduit au niveau: Des acteurs Des règles du jeu Des dispositifs 21

22 2.2. Les acteurs D un côté, arrivée de nouveaux acteurs combinant différentes logiques des professionnels de l immobilier et des acteurs financiers (equity managers). Logique de produit financier Des acteurs de la maintenance et exploitation (Facility managers) : logique de service En plus des acteurs de la construction (grands groupes), logique «industrielle» et commerciale, logique financière. De l autre les PPP transforment la position du client public : perd sa mission de maître d ouvrage au profit du consortium privé ; et devient acheteur d un service. 22

23 La refonte du système d acteurs Etat / collectivité locale Livraison du bâtiment Maintenance éventuellement, pénalités Versement d un loyer Contrat de maintenance Special Purpose Vehicle (société créée pour le projet) Financement de long terme Marché de conception-réalisation Fonds propres ( Equity Manag rôle leader Facility Manag Firme de BTP Dette (~90% Banques Marché obliga Facility manager Conception-réalisation (firme de BTP) Consultants juridiques, techniques Soustraitance Souscontractants Fournisseurs Concepteurs, expertise technique, architectes 23

24 Les acteurs associés au financement privé Les PPP (côté financement privé) :donner un «nouveau souffle» au financement des équipements publics par recours au secteur privé et à ses capacités financières: en montage ( mobilisation de fonds) en portage (ingénierie financière). Structure des financements : le financement peut être: Directement porté par les partenaires ou leur groupement Ou par une société de projet dédiée au partenariat (avantage d isoler charges et recettes du projet. Cette société peut comprendre plusieurs actionnaires : financeurs, constructeurs et éventuellement prêteurs. 24

25 Fonds propres et dettes garanties: Le niveau de fonds propres des partenaires privés ou de la société de projet souvent assez faible ( autour de 10% du montant du projet) Possible car risques d exploitation plus réduits dans le cadre d un PPP et caractère récurrent et prévisible des recettes. Recherche d un bon «effet de levier» et du taux de rentabilité interne. Dépend de plusieurs facteurs : montant du projet investi, taux d emprunt, besoin en fonds de roulement identifié en début de projet, évaluation des différents risques Déterminer aussi la part de capital et de «quasi capital» ( prêts d actionnaires, emprunts mezzanines ou subordonnés» 25

26 Participation au capital : deux catégories d investisseurs généralement retenus : Les investisseurs temporaires Les investisseurs «stratégiques» : Investisseurs financiers : arrangeurs-prêteurs, fonds de pension Investisseurs long terme Investisseurs non financiers : Etablissements ou personnes intéressées par l ingénierie du projet 26

27 Les acteurs associés à la «nouvelle» gestion publique Les acteurs publics, commanditaires de PPP, soumis à de nouvelles autorités régulatrices, plus ou moins indépendantes. Ex. en France, missions d appui généralistes ou sectorielles Mission d appui aux partenariat public privé (MAPP) dependant du Ministère de l Economie et des Finances Mission d appui à l investissement Hospitalier (MAINH), Ministère de la Santé Agence Publique pour l immobilier de la Justice Institut de la Gestion déléguée (fondation d entreprise dite indépendante) Dans la plupart des pays, rôle central joué par les autorités ou missions proches du Ministère de l Economie et des finances. 27

28 2.3. Les règles du jeu La comptabilisation des actifs (NGP)? A noter ; diffusion dans différents pays de nouveaux cadres comptables avec tendance à rapprocher la comptabilité des organismes publics de la comptabilité commerciale. La transformation du bien immobilier en produit financier. mobilise des innovations juridiques et financières, appliquées à la gestion des biens publics. 28

29 La comptabilisation des actifs Une caractéristique des nouveaux PPP : permettent à l acteur public de dégager des moyens de financement par le biais du recours au secteur privé sans avoir à les inscrire en dette au bilan. Position d Eurostat 11 février 2004 : les investissements ne pas comptabilisés comme actifs publics ni enregistrés dans le bilan des administrations publiques à 2 conditions : le partenaire privé supporte le risque de construction et au moins l un des deux autres risques : risque de disponibilité ou risque lié à la demande. Les PPP vont de pair avec une approche de la comptabilisation par les risques. 29

30 Se combine avec les règles présidant au montage juridique :montage locatif ou location financement. Le Contrat de partenariat (CP) assimilable à ces montages de location financement par le biais des Baux Emphythéotiques Administratifs (BEA) (pour les collectivités) ou en Autorisation d Occupation Temporaires (AOT) assortis de Location avec Option d Achat (LOA) pour l Etat, ou encore en Crédit Bail. Traitement différent de la comptabilisation des actifs en ce qui concerne l Etat et les collectivités locales 30

31 La décision d Eurostat : sous réserve des conditions à remplir en matière de transfert des risques, Les actifs conçus, construits et gérés par le partenaire privé doivent être comptabilisés dans les comptes de celui-ci. 2 modèles de comptabilisation selon que l on est en concession ou en PPP Le modèle de l actif incorporel (le partenaire privé est payé par les usagers et supporte une part non négligeable du risque de la demande) Le modèle de la créance ou de l actif financier : le partenaire est le plus souvent payé par la personne publique et celle-ci supporte la quasi-totalité du risque de demande (Taux de Rentabilité interne garanti ). L opération traitée comme une vente à crédit. 31

32 La transformation du bien immobilier en produit financier A la recherche de montages «déconsolidants» (Lichère et alii, 2006) Typologie du financement privé: possibilité pour le partenaire privé de financer l opération par recours : Au fonds propres À l emprunt Au crédit bail À la location ou à la cession de créances 32

33 Le recours au crédit bail, à la LOA, à la cession de créance ou à la titrisation peut permettre aux sociétés de projets et à leurs actionnaires de «déconsolider» les investissements auprès de banques, fonds d investissements ou établissements financiers. Cessions de créances: Les PPP ouvrent la possibilité d organiser des cessions dites Dailly (loi du 2 janvier 1981) Il s agit d un mécanisme spécial de cession de créances professionnelles au profit des banques. L entreprise (ici le partenaire privé) cède à une banque les factures qu elle a établies pour obtenir le paiement partiel ou total d un ou plusieurs marchés passés à un client. Procurent aux prêteurs des garanties sur les flux financiers générés par le PPP sans obérer la trésorerie du partenaire privé. 33

34 Titrisation, Terme qui vise plusieurs contextes (désintermédiation, cession par un établissement financier à un autre de son portefeuille de créances, transformation en titres de tout ou partie d un portefeuille de créances, ces titres étant ensuite placés sur le marché etc..) Dans les PPP, le mécanisme de titrisation consiste pour le partenaire privé à céder ses créances nées ou à naître à un fonds commun de créances, en échanges de liquidités. La titrisation permet au titulaire des créances de les déconsolider dans son bilan Les créances titrisées doivent être notées AA (qualité du «rehaussement de crédits») et le niveau de risque doit être clairement identifiable. - A noter : le marché de la titrisation a émergé avec les créances hypothécaires 34

35 Crédit bail Type de contrat qui permet au partenaire privé (le preneur) de louer le bien au crédit bailleur ( ici le client public) sur une durée déterminée, assortie d une promesse de vente (option d achat) à l échéance du contrat Risques et garanties : L une des clefs du montage financier des PPP réside dans les garanties suffisantes apportées dans le cadre du financement. Parmi ces garanties : -les hypothèques consenties sur le domaine public en garanties d emprunts contractés par le partenaire privé (le preneur) pour la réalisation ou l amélioration d ouvrages immobiliers ; - mais aussi les garanties de financement publiques. 35

36 2.3. Les dispositifs Mobilisation dans les PPP d un ensemble de dispositifs associés à la notion de «contrats complexes» (contrats globaux, contrats complexes) Illustré ici sur deux exemples : L évaluation préalable (entre légitimation et optimisation des PPP) le «dialogue compétitif» (les transformations des organisations de projet) Leur point commun : la justification sur la base d un contrat «complexe» Quelles incidences pour les transformations de l action publique? 36

37 L évaluation préalable: entre légitimation et optimisation Les équipements et services objet de PPP : ne génèrent pas assez de revenus pour être gérés comme service commercial. D où une série de mesures pour y attirer les acteurs privés et les financements privés (cf. plus loin) Le défi de l évaluation préalable : prouver que, malgré le coût plus élevé du financement privé, le recours au PPP s avère plus intéressant économiquement que le marché public et que son coût demeurera «abordable» pour l organisme public et compatible avec ses budgets tout au long de la durée du contrat 37

38 Au Royaume-Uni, la politique de PFI et le coût de financement plus élevé se voient justifier au nom de la «Value for Money» (Vfm). La Value for Money : mesurée en comparant : la valeur actuelle nette (VAN)des coûts sur l ensemble de la durée de vie d un contrat de PPP, avec la commande publique traditionnelle incarnée dans le Public Sector Comparator (PSC) c est-à-dire l instrument de comparaison avec un marché public mais en y réintégrant le montant des risques transférés au secteur privé. La personne publique qui investit doit démontrer que le projet générera de la VfM sur toute sa durée de vie Et que l autorité publique disposera d un budget suffisant pour se l offrir. 38

39 En France, le recours à l évaluation préalable s est faite d abord en 2 étapes La position du Conseil Constitutionnel : décision du 26 juin 2003 Ce type de contrat ne peut donc être conclu qu après que l intérêt d y recourir ait été justifié Mais soumission prélable aux clauses d urgence et/ ou de complexité, car contrat dérogatoire au droit de la commande publique Le Minefi : le recours à ces contrats justifiés pour des projets : - nécessitant des investissements d un montant élevé; - un haut degré de technicité; - un financement souhaité par le contribuable et non par l usager - justifié par la plus grande capacité du secteur privé à assurer la qualité du service. Mais nombreuses actions pour étendre le recours aux PPP (Hervé Novelli) 39

40 Les textes : Art.2 modifié par la loi n du 28 Juillet 2008 «les contrats de partenariat donnent lieu à une évaluation préalable réalisée avec le concours de l un des organismes experts créés par décret, faisant apparaître les motifs de caractère économique, financier, juridique et administratif qui conduisent la personne publique à engager la procédure de passation d un tel contrat.. Cette évaluation comporte une analyse comparative de différentes options, notamment en termes de coût global hors taxes, de partage des risques et de performance, ainsi qu au regard des préoccupations de développement durable. 40

41 Donc évolution des critères de recours aux PPP entre ordonnance du 17 Juin 2004 et loi du 28 Juillet 2008 ordonnance du 17 Juin 2004 Les critères légaux de recours au contrat de partenariat : Le critère de l urgence Ou le critère de la complexité Nouveau critère ajouté par la loi du 28 Juillet 2008 Un bilan entre avantages et inconvénients plus favorable en CP que dans d autres contrats de la commande publique. Possibilité désormais de s extraire des critères juridiques au profit des critères économiques. Banalisation du principe du PPP. 41

42 Le dialogue compétitif: les transformations des organisations de projet Si, compte tenu de la complexité du projet, la personne publique est objectivement dans l impossibilité de définir les moyens techniques pour répondre à ses besoins, il est recouru à une phase de dialogue. s engage sur la base du programme fonctionnel établi par la personne publique avec les candidats admis à participer à ce dialogue après avis d appel à la concurrence. (en respectant le principe d égalité et de confidentialité entre les candidats) Lorsqu elle estime que le dialogue est arrivé à son terme, elle invite les candidats à remettre leur offre finale sur la base des solutions présentées lors du dialogue compétitif. 42

43 Le dialogue compétitif, nouvelle procédure d attribution définie au niveau européen par la Directive 2004/18 du 31 Mars 2004 Conçue moins pour des marchés de services que pour des contrats complexes Pas seulement une procédure de sélection des candidats mais aussi un processus d affinement progressif du programme et du projet. Difficulté du client public à exprimer sa demande en terme de performances et d objectifs de résultats Difficulté à sélectionner une offre en fonction de tous les paramètres d un projet : économiques, financiers, juridiques et techniques 43

44 D où le recours à des consultants plus nombreux pour assister le client public. La composition de ces consultants : copiés sur l organisation et les compétences du privé, dans une sorte «d organisation miroir». Ex. sur le Central Manchester New development Hospital 44

45 2 conclusions : L ensemble de ces régles du jeu, de ces procédures et de ces dispositifs entraîne un risque de «capture» du client qui se joue différemment pour : Le processus de définition du produit et des services, production des valeurs d usage (dimension technique et fonctionnelle, définies en partie par les professions «traditionnelles»); décision marqué par l incertitude; Le processus de définition de la valeur d échange marchand : on demande à la personne publique de se référer à des règles qui ne sont pas les siennes (ex: la matrice des risques, dans une approche essentiellement financière) Le recours à un PPP et le contrôle de son exécution demandent de fortes compétences chez la personne publique. 45

46 III. Quels enjeux pour les services? 46

47 Peu de données encore en France sur les retombées des PPP en termes d enjeux pour les Services et plus spécialement pour les services publics. Aussi mobilisation des résultats de nos travaux et d exemples issus des PPP britanniques. Quatre questions abordées : - pertinence de la question des services avec les PPP - Enjeux pour les salariés : enjeux statutaires et conditions de travail. - Enjeux pour les usagers : vers une amélioration de la qualité des services? - Enjeux plus institutionnels : quelle conception des services? 47

48 3.1. Périmètre des services Service public et service concourant à la mission de service public; les PPP ne portent théoriquement que sur les seconds (services intermédiaires) La frontière entre «infrastructure», service intermédiaire et service final.(nicolas Curien 2000) Distinguer au sein des services intermédiaires ceux nécessaires au fonctionnement du bâtiment (hard Facility management) et ceux concernant des prestations à l usager (soft Facility management). 48

49 Exemple de services inclus dans un PPP. (Hopital central de Manchester) Services au fonctionnement du Bâtiment (Hard FM) Maintenance, entretien et réparation des bâtiments et des jardins Gestion de l énergie. Gestion des déchets Télécommunications Services domestiques ou «ancillaires» (soft FM) Ensemble de la Restauration ( patients et non patients) blanchisserie, lingerie et retoucherie Hébergement et services hoteliers Entretien ménager Autres Services spécialisés concourant à la mission de service final Brancardage Sécurité Transport et courrier Réception et distribution des produits ( y compris chimiques) À l origine, stérilisation, mais en a été retirée ( dimension «clinique») 49

50 3.2. Les enjeux statutaires La question du changement de statut des personnels au cœur des PPP L un des motifs de moindre développement en France ( ex: secteur hospitalier) L Institut de la Gestion Déléguée : «Situation des personnels et changement de mode de gestion d'un service public» Rapporteur A.Lyon Caen 2007 Pour l IGD, élément décisif pour assurer l effectivité du principe de libre choix par les collectivités publiques de leur mode de gestion des services publics (Charte des Services publics locaux janvier 2002) 50

51 IGD : urgence d apporter des réponses avec la perspective de la multiplication des PPP. Loi n , 26 juillet lorsqu'il s'agit d'un service public administratif, la personne publique est tenue de proposer aux salariés de droit privé un contrat de droit public à durée déterminée ou indéterminée. nécessaire de réfléchir sur les modalités pratiques de ce transfert et notamment sur le contenu du contrat de droit public proposé. D'une manière générale, les autres propositions du rapport visent à: améliorer l'information des représentants du personnel; faciliter la mobilité des fonctionnaires 51

52 Au Royaume Uni, le développement des PFI/PPP s est accompagné d un transfert important de personnel vers les opérateurs privés. (mais non suivi du côté gouvernemental) Distinction nette entre : le personnel affecté aux fonctions support du soft Facility management (ex: Nettoyage, restauration, gardiennage ou blanchisserie ), soit les 3/4 des personnels transférés lors des PPP; essentiellement féminin et peu qualifié - Et le personnel des services nécessaires à l entretien des Bâtiments et à la maintenance technique (chauffage, ingénierie), beaucoup plus masculin et plus qualifié Etudes commanditées par le syndicat Unison (Sachdev, Sanjiv 2001) montre qu avec la mise en concurrence des services locaux (Compulsory competitive tendering), inégalité salariale renforcée entre personnel externalisé et non externalisé, et écarts salariaux accrus entre hommes et femmes. 52

53 3.3. Les enjeux fonctionnels (modes d organisation et de gestion) Distinguer l impact des PPP sur les services intermédiaires (Hard and soft Facility Management) et sur le service final (mission de service public) Avec les PPP, accent mis sur l accroissement de la performance des premiers Les méthodes inspirées du New Public Management. Fondée sur la recherche des 3 E (economy, efficiency et effectiveness) vise à instaurer dans le public les méthodes du privé. D importants dispositifs sont mis en place pour mesurer la qualité et la quantité des services réalisés. Panoplie d indicateurs de performances progressivement élaborés pour évaluer la réalisation de l activité publique; 53

54 B) Etudes axées sur le changement de position du client public et la gestion du risque contractuel les résultats de nos travaux Alors que l éclairage est mis en priorité sur les risques de construction durant l élaboration du contrat, L expérience prouve que les principaux risques pour le client se situe au niveau des conditions de la prestation de services. Comment le Facility manager subit les retombées en chaîne des choix opérés en amont guidés par un souci d économies plus que de qualité. Comment le client public devenu prescripteur et acheteur de services auprès d un consortium privé se trouve confronté à une série de risques post contractuels, en particulier autour des services. 54

MARCHÉS PUBLICS ET AUTRES CONTRATS

MARCHÉS PUBLICS ET AUTRES CONTRATS MARCHÉS PUBLICS ET AUTRES CONTRATS Tous les contrats publics ne sont pas des marchés publics L administration peut conclure des conventions, qui n ont pas pour objet de satisfaire ses propres besoins,

Plus en détail

PPP et Concessions dans le Financement de Projet. Géraud Delabrousse-Mayoux Pierre-Maxime Lemonnier

PPP et Concessions dans le Financement de Projet. Géraud Delabrousse-Mayoux Pierre-Maxime Lemonnier PPP et Concessions dans le Financement de Projet Géraud Delabrousse-Mayoux Pierre-Maxime Lemonnier Économie et Gestion de la Construction Décembre 2007 Introduction FINANCEMENT SUR PROJET: Présentation

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan

Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan Textes de référence : article 223-1 du règlement général de l AMF A la suite de la mise à jour depuis 2006 du référentiel

Plus en détail

NANTES METROPOLE. Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise

NANTES METROPOLE. Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise NANTES METROPOLE Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise RAPPORT DE PRESENTATION SUR LE PRINCIPE DE LA DELEGATION DU RESEAU DE TRANSPORTS

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Le centre des archives diplomatiques du ministère des affaires étrangères et européennes

Le centre des archives diplomatiques du ministère des affaires étrangères et européennes Le centre des archives diplomatiques du ministère des affaires étrangères et européennes PRESENTATION Depuis de nombreuses années, le ministère des affaires étrangères et européennes souhaitait réaliser

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Accords de concessions. Conférence IMA Jean-Louis Lebrun 13 février 2007

Accords de concessions. Conférence IMA Jean-Louis Lebrun 13 février 2007 Accords concessions Conférence IMA Jean-Louis Lebrun 13 février 2007 Avant propos Jean-louis LEBRUN, a prépar paré et présente cette conférence en tant qu associ associé du cabinet MAZARS et non en tant

Plus en détail

LES CONTRATS DE PARTENARIAT : GUIDE METHODOLOGIQUE. Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi

LES CONTRATS DE PARTENARIAT : GUIDE METHODOLOGIQUE. Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi LES CONTRATS DE PARTENARIAT : GUIDE METHODOLOGIQUE Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi VERSION DU 21 octobre 2010 1 TABLE DES MATIÈRES 1. POURQUOI UN CONTRAT DE PARTENARIAT?... 7 1.1.

Plus en détail

Éléments juridiques sur la carte d achat

Éléments juridiques sur la carte d achat Annexe 2 Éléments juridiques sur la carte d achat Définition et champ d application. La carte d achat est une [art. 1.] modalité d exécution des marchés publics. C est donc à la fois une modalité de commande

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ 5 MARS 2009 Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés 1/11

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR COMPTES DE COMMERCE

ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR COMPTES DE COMMERCE R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2015 COMPTES DE COMMERCE NOTE EXPLICATIVE Sont développées dans le présent document les évaluations de recettes et de dépenses

Plus en détail

Pactivités de bureau on entend des activités principalement

Pactivités de bureau on entend des activités principalement Étude comparative des dispositifs de financement locatif des équipements bureautiques Au regard du coût de certains matériels et de leur rapide obsolescence, il peut être intéressant, pour les personnes

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

LES CONTRATS DE PARTENARIAT : GUIDE METHODOLOGIQUE

LES CONTRATS DE PARTENARIAT : GUIDE METHODOLOGIQUE MAPPP/06-08d LES CONTRATS DE PARTENARIAT : GUIDE METHODOLOGIQUE Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie VERSION DU 25 mars 2011 TABLE DES MATIERES 1. POURQUOI UN CONTRAT DE PARTENARIAT?...

Plus en détail

La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation

La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation Jones Day Paris, le 10 février 2011 SOMMAIRE Introduction générale I. Rappel des règles de sous-capitalisation

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

LA NOUVELLE PLATE-FORME LOGISTIQUE DE L AP-HM DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2010

LA NOUVELLE PLATE-FORME LOGISTIQUE DE L AP-HM DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2010 LA NOUVELLE PLATE-FORME LOGISTIQUE DE L AP-HM DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2010 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Partenariat Public Privé Signature du contrat de partenariat entre l AP-HM et le groupement d entreprises

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION DE L AVIS N 2009-13 DU 1 er OCTOBRE 2009 Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH Sommaire

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

12 Les partenariats publics privés

12 Les partenariats publics privés 12 Les partenariats publics privés Quelles références budgétaires et comptables? Instruction M14 Tome 1 Le cadre comptable Annexe 53 Instruction M52 Tome 1 Le cadre comptable Annexe 50 Instruction M71

Plus en détail

Module IV Le contenu des contrats de PPP

Module IV Le contenu des contrats de PPP Module IV Le contenu des contrats de PPP 1. Principes fondamentaux sur lesquels repose la relation contractuelle entre les partenaires public et privé dans un PPP 2 L architecture contractuelle Le contrat

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution),

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution), Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités

Plus en détail

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD Adresse : 1 bis place de la Banque 21042 DIJON CEDEX Tél : 03 80 59 26 00 Fax : 03 80 50 14 75 Mail : tg21.contact@cp.finances.gouv.fr

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

VOTRE PLAN DE FINANCEMENT

VOTRE PLAN DE FINANCEMENT PLAN DE FINANCEMENT VOTRE PLAN DE FINANCEMENT BESOINS (exprimés HT) RESSOURCES DROIT DE PRÉSENTATION (ou achat) CLIENTÈLE K APPORT K PARTS DE SOCIÉTÉ K PRÊTS FAMILIAUX K DROIT D ENREGISTREMENT* K AUTRES

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

Comptes consolidés de l Etat : étapes préalables

Comptes consolidés de l Etat : étapes préalables Comptes consolidés de l Etat : étapes préalables Séminaire relatif à la pertinence des IPSAS et normes comptables européennes Cour des comptes 25 mars 2013 Comptes consolidés de l Etat : étapes préalables

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION 1 - DEFINITIONS 2 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS DONNEES EN CREDIT-BAIL 3 - RESTRUCTURATION DES LOYERS IMPAYES 4 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS

Plus en détail

Région Rhône Alpes Charbonnières les Bains Cession en vue de la reconversion de l ancien siège de la Région

Région Rhône Alpes Charbonnières les Bains Cession en vue de la reconversion de l ancien siège de la Région Région Rhône Alpes Charbonnières les Bains Cession en vue de la reconversion de l ancien siège de la Région CONSULTATION OPERATEURS PHASE 1 Candidatures Règlement de la consultation 12 janvier 2012 SOMMAIRE

Plus en détail

L impact de la crise financière sur les PPPs

L impact de la crise financière sur les PPPs + Infrastructureeconomics Frédéric Blanc-Brude, PhD Research fellow, King s College London L impact de la crise financière sur les PPPs IAE, Chaire d Economie des PPPs 26 Mai 2010 + Plan Les PPPs et le

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

Les degrés de délégations de service public. Typologie des modes de délégation du service public

Les degrés de délégations de service public. Typologie des modes de délégation du service public Il n'existe pas de définition légale ou réglementaire explicite des modes de délégation de service public que représentent la concession, l'affermage, la régie intéressée ou la gérance (Circulaire du 7

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 REGLEMENT INTERIEUR DES PROCEDURES ADAPTEES Article 28 du Code

Plus en détail

FINANCEMENT DU PROJET DE LGV BORDEAUX TOULOUSE

FINANCEMENT DU PROJET DE LGV BORDEAUX TOULOUSE FINANCEMENT DU PROJET DE LGV BORDEAUX TOULOUSE La présente note donne dans un premier temps quelques informations sur le coût du projet de LGV Bordeaux-Toulouse ( 1 et 2) ; puis elle donne des éléments

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014) Conditions générales pour les prêts hypothécaires Article 1 Qualité de l emprunteur 1 L emprunteur doit être un membre de la Caisse de prévoyance de l Etat de Genève (ci-après, «la Caisse»). S il perd

Plus en détail

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs?

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs? Fiche pratique A qui s adresse l'emploi d'avenir? Quels employeurs? Quel type de contrat de travail? Quelle durée de contrat dans le cas du CDD? Quels engagements? Quel suivi? Quel financement du contrat?

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux La rédaction des clauses relatives aux biens dans les DSP La question des biens au sein des de délégation de service public nourrit de nombreux contentieux devant le juge administratif. L une des problématiques

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

Ce que les élus vont trouver dans la BDES

Ce que les élus vont trouver dans la BDES Ce que les élus vont trouver dans la BDES La BDES doit être le support de la consultation sur la stratégie de l entreprise. Elle doit réunir d ici fin 2016 toutes les informations soumises jusque-là de

Plus en détail

Présentation Novembre 2012 www.smaltenergie.com

Présentation Novembre 2012 www.smaltenergie.com FINANCEMENT DES TRAVAUX D ECONOMIE D ENERGIE Présentation Novembre 2012 www.smaltenergie.com SOMMAIRE Présentation SMALT énergie Compréhension du contexte actuel 3 9 SOMMAIRE Réponses aux besoins Assistance

Plus en détail

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications En bref L État est riche d un patrimoine immatériel inestimable.

Plus en détail

20 ans de savoir-faire dans l immobilier, la finance et l asset management

20 ans de savoir-faire dans l immobilier, la finance et l asset management 45, Avenue George V - 75008 PARIS - 01 42 56 66 06 - www.pegasepartners.com 20 ans de savoir-faire dans l immobilier, la finance et l asset management Nos principales références sont : UCB CARNEGI KLERIM

Plus en détail

RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011. Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du 30 décembre 2011

RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011. Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du 30 décembre 2011 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2011-02 DU 9 JUIN 2011 Relatif au modèle abrégé d annexe des comptes annuels Règlement homologué par arrêté du 27 décembre 2011 publié au journal officiel du

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an Plan Comptable Minimum Normalisé (PCMN) des services résidentiels, d accueil de jour et de placement familial pour personnes handicapées Mise à jour au 01.01.2002 1. Fonds propres, provisions et impôts

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Règlement de la consultation

Règlement de la consultation PREFECTURE DE VAUCLUSE DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE DE VAUCLUSE SERVICE LOGEMENT SOCIAL 84905 AVIGNON CEDEX 9 PROCEDURE ADAPTEE en application de l article 28 du code des marchés publics

Plus en détail

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats Disclaimer Ce document a été préparé par NMW avocats dans un but purement informatif et ne contient

Plus en détail

DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE

DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE Royaume du Maroc DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE 1 Le rapport d un diagnostic stratégique est un rapport d expertise, il représente la synthèse des informations

Plus en détail

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives Danièle LAJOUMARD Inspecteur Général des Finances Chorus : résultats et perspectives Le projet Chorus destiné à permettre la mise en œuvre intégrale de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF)

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ;

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ; Contribution de la Caisse des Dépôts à la consultation publique de l ARCEP sur le modèle générique de tarification de l accès aux réseaux en fibre optique jusqu à l abonné en dehors des zones très denses

Plus en détail

Mise en œuvre des opérations de restauration immobilière

Mise en œuvre des opérations de restauration immobilière Mise en œuvre des opérations de restauration immobilière Schéma de procédure La déclaration d utilité publique L enquête organisée par préfet selon les dispositions du code de l expropriation Dossier 1)

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Financement d infrastructures publiques. Réflexions sur les conditions actuelles de financement des PPP

Financement d infrastructures publiques. Réflexions sur les conditions actuelles de financement des PPP Financement d infrastructures publiques Réflexions sur les conditions actuelles de financement des PPP Juillet 009 Optimisation du financement des contrats de partenariat Éléments de contexte Dans le contexte

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES Un schéma d optimisation d fiscale et patrimoniale 1 place du 18 juin 1940-74940 ANNECY LE VIEUX Tél. : 04.50.23.10.40 fax : 04.50.23.39.83 Mél. : contact@agika.fr Document

Plus en détail

viser une garantie de performance énergétique dans le neuf et l existant

viser une garantie de performance énergétique dans le neuf et l existant Une démarche en construction à la Ville de Nîmes : viser une garantie de performance énergétique dans le neuf et l existant Colloque 2014 de la Fondation Bâtiment Energie «Fiabilité et massification des

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Pour une gestion active du patrimoine

Pour une gestion active du patrimoine Pour une gestion active du patrimoine Présentation CETE du 07-06-2012 1 sommaire 1. Introduction 2. La gestion active du patrimoine : qu est-ce que c est? 3. Une nouvelle organisation 4. Le Plan Stratégique

Plus en détail

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III)

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) Objectifs de l action de formation Acquérir les compétences professionnelles suivantes: Management de l'unité commerciale : Management de l'équipe commerciale

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET La notion de «fonds libéral», instituée par la Cour de Cassation il y a quelques années simplifie juridiquement la cession des cabinets libéraux. Auparavant, les juristes

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature Avantages en nature Textes de référence : Arrêté du 10 décembre 2002 relatif l évaluation des avantages en nature en vue du calcul des cotisations de sécurité sociale. Observation préalable : Afin d accompagner

Plus en détail

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS 1 ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS ARTICLE 1 - DENOMINATION La présente Association a pour dénomination : «Habiter Enfin!». ARTICLE 2 - SIEGE Le siège de l association est fixé au : 14

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 Direction Générale Développement / Direction du Développement urbain Question n 182 Direction de l'urbanisme REF : DU2013027 Signataire : SM/NL Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 RAPPORTEUR : Jean-Yves

Plus en détail

Les cessions de créances restent-elles possibles en IFRS?

Les cessions de créances restent-elles possibles en IFRS? Conférence IMA France Mardi 30 janvier 2007 - www.ima-france.com Les cessions de créances restent-elles possibles en IFRS? Lionel Escaffre Professeur associé à l Université d Angers Commissaire aux Comptes

Plus en détail

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Références Cadre de préparation et de présentation des états financiers 1 IFRS 1 Première application des Normes internationales d information

Plus en détail