VILLE DE LANNION (Côtes d'armor)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VILLE DE LANNION (Côtes d'armor)"

Transcription

1 VILLE DE LANNION (Côtes d'armor) n Convocation du Conseil Municipal du 27 novembre 2009, adressée individuellement à chaque conseiller pour la séance qui s'ouvrira le : L'an deux mil neuf, le sept décembre Le Conseil Municipal de la Commune de LANNION s'étant assemblé en session ordinaire au lieu habituel de ses séances, après convocation légale, sous la présidence de Monsieur Christian MARQUET, Maire, assisté de M. D. MER, Mme I. MÉTAYER, MM. P. LE BIHAN, P. GOUZI, Mmes A. BERROU, A. RONCIN, M. P. KERVAON Adjoints, Il a été procédé, conformément à l'article L du Code Général des Collectivités Territoriales, à l'élection d'un secrétaire pris dans le sein du Conseil. Madame RENAUDIN ayant obtenu la majorité des suffrages, a été désignée pour remplir ces fonctions et procède à l'appel nominatif des conseillers. Etaient présents tous les conseillers sauf : Procurations Madame Claudine FÉJEAN Monsieur Christian HUNAUT Madame Rozenn COADALEN Monsieur Yann LE TENSORER Madame Martine LANDOIS Procuration à Madame Thérèse HERVÉ Procuration à Madame Anne BERROU Procuration à Monsieur Eric ROBERT Procuration à Monsieur Denis ORJOL Procuration à Monsieur Jean-Yves CALLAC Question 1 Présents : 28 Procurations : 5 Absent : 0 Votants : 33 1

2 Question 2 à 16 Présents : 29 Procurations : 4 Absent : 0 Arrivée de Madame COADALEN Votants : 33 Question 17 à 22 Départ de Madame CRESTEL (procuration à Monsieur ROBERT) Présents : 28 Procurations : 5 Absent : 0 Votants : 33 Question 23 à la fin Départ de Madame RONCIN (procuration à Monsieur MER) Présents : 27 Procurations : 6 Absent : 0 Votants : 33 Assistaient : Monsieur GALLEN Monsieur FOLLEZOU Monsieur DIVERRES Monsieur GUICHARD Monsieur LE FRIEC Madame DUIGOU Madame LE GAC Madame MEUR Madame Katia VIGNOT Monsieur IGLESIAS Directeur Général des Services Municipaux Directeur des Services Techniques Municipaux Directeur-Adjoint des Services Techniques Municipaux Responsable service des eaux Responsable Enfance Jeunesse et Sports Responsable du Service Financier Responsable du Secrétariat Général Secrétariat Général Journaliste Ordre du jour 1 Débat d'orientations Budgétaires 2 Tarifs municipaux Inscription en section d'investissement des biens durables ayant une valeur unitaire inférieure à 500 2

3 4 Clôture du budget annexe "Aménagement de Nod-Uhel" 5 Avances sur participation pour l'ecole de Musique du Trégor 6 Subvention à l'association Commission Logement Cadre de Vie 7 Versement d'une cotisation annuelle à l'association "Justice en Trégor Argoat" 8 Admissions en non-valeur 9 Décisions modificatives 10 Mise à la réforme de biens 11 Programme FISAC 12 Service extérieur des Pompes Funèbres - Renouvellement de l'habilitation 13 Nouvelles modalités d'attribution des concessions dans les cimetières : suppression des concessions perpétuelles 14 Modifications statutaires de Lannion-Trégor Agglomération dans le cadre de la compétence "Elimination des déchets inertes" 15 Convention avec Lannion-Trégor Agglomération pour la mise en dépôt des déchets inertes dans les zones de remblais communales 16 Modifications statutaires de Lannion-Trégor Agglomération dans le cadre de la compétence "Tourisme" 17 Aide à la création : mise à disposition de la chapelle Sainte-Anne 18 Espace multi-accueil pour la Petite Enfance Parc Sainte-Anne - Plan de financement définitif 19 Secteur de Kerandraou : extension du réseau d'assainissement des eaux usées - Présentation du projet - Demande de subvention - Lancement de la consultation d'entreprises 20 Chemin de croix de Servel : présentation du projet - Demande de subvention 3

4 21 Diagnostics d'archéologie préventive - Conventions à signer avec l'institut National de Recherches ArchéologiquesPréventives (I.N.R.A.P) 22 Urbanisme durable - Demandes de subvention au titre du Programme Leader 23 Syndicat Départemental d'electricité : fonds de concours 24 Dossier Beg Léguer : expropriation de Mme SALAUN Marie - Information de la décision de la Cour d'appel de Rennes 25 Contrat de Restauration et d'entretien des cours d'eau : adhésion à un groupement de commandes pour les marchés de travaux : période Contrat de Bassin Versant du Léguer : : programme d'actions Convention Ville - Association Vallée du Léguer : mise en oeuvre d'actions d'aménagement et de gestion de l'espace : année Préservation du bocage sur le Bassin Versant du Léguer : demande de financement Leader 29 Création d'un emploi d'assistant socio-éducatif principal 30 Renouvellement de l'emploi de technicien contractuel du 8/12/2009 au 7/12/ Renouvellement de l'emploi de technicien contractuel du 01/02/2010 au 31/01/ Motion relative à la réforme des collectivités 33 Question diverse 33-1 Information des élus sur la gratuité des parkings le 19 décembre 2009 Le quorum étant atteint, Monsieur le Maire déclare la séance ouverte. Monsieur le Maire soumet à l'assemblée les procès-verbaux des 21 septembre et 19 octobre Ils n'appellent pas d'observation particulière. 4

5 Madame HERLIDOU indique que ses remarques concernant le procès-verbal du 21 septembre ont été prises en considération. Monsieur le Maire informe le Conseil Municipal de l'intervention chirurgicale de Monsieur Christian HUNAUT ainsi que du décès du père de Madame Claudine FEJEAN. 1 DÉBAT D'ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES Monsieur LE BIHAN expose : I. Le cadre général du débat d'orientation budgétaire pour Contexte général : Le Débat d'orientation Budgétaire (DOB) constitue un moment essentiel de la vie de la collectivité. A cette occasion sont notamment définies sa politique d'investissement et sa stratégie financière. Si le DOB 2009 était teinté d'incertitudes à l'aune d'une crise financière, économique et sociale des plus importantes depuis 1929, que dire des perspectives 2010? Est-il possible d'élaborer clairement des orientations alors que le contexte économique et social s'annonce tout aussi incertain qu'en 2009 et alors que les réformes fiscales et territoriales annoncées par l'état n'offrent aucune lisibilité? Tentons malgré tout de réaliser des projections ô combien incertaines! 2. Le contexte international : Aux États Unis, malgré les politiques monétaire et budgétaire menées par les autorités publiques, la contraction de l'activité pourrait atteindre 2,6 % en En 2010, les prévisions font état d'une reprise de la croissance américaine qui atteindrait 2,2 %. L'activité de la zone euro a connu un repli sans précédent au 1er trimestre 2009 (- 2,5 %), puis une stabilisation au 2ème trimestre ; sur l'ensemble de l'année 2009, la contraction du PIB atteindrait - 3,9 %. Avec une croissance anticipée à 1 %, la reprise de la zone euro demeurerait fragile en Le contexte national : En France, les prix à la consommation ont quasiment stagné en 2009 (+0,7 %) en raison du très net repli des prix des produits pétroliers et des cours mondiaux des matières alimentaires. En 2010, avec un risque de chômage élevé et des taux d'utilisation des capacités de production au plus bas, les pressions inflationnistes devraient rester modérées en s'élevant à + 1,2 % selon le consensus des économistes (à condition que la spéculation ne refasse pas flamber les prix du pétrole). L'évolution du PIB devrait s'inscrire à 2,2 % en 2009 et atteindre + 1,2 % en 2010, prévision 5

6 incertaine et qui tient compte de plusieurs mécanismes de soutien de l'activité, notamment les mesures de relance qui soutiennent les investissements publics, compensant l'atonie des investissements privés. La croissance de la consommation des ménages resterait encore mesurée en 2010, principalement en raison de la situation défavorable du marché du travail (le taux de chômage resterait supérieur à 9 %). Les taux d'intérêt monétaires sont au plus bas et la Banque Centrale Européenne (BCE) ne devrait pas remonter son taux directeur avant la deuxième moitié de l'année Cependant, étant donné les incertitudes pesant sur la reprise économique, les anticipations connaissent des écarts importants tant sur les taux d'intérêt monétaires que sur les taux longs, certains prévoyant même un scénario déflationniste. Enfin, les principales mesures en discussion dans le cadre du projet de Loi de Finances (PLF) 2010 vont venir impacter une nouvelle fois le budget des collectivités locales ; en effet ce projet confirme la poursuite des désengagements de l'etat, mettant de plus en plus à mal le principe constitutionnel d'autonomie financière des collectivités locales. Ainsi, au mieux la DGF sera égale à celle de L'enveloppe normée ne progresse plus que de la moitié de l'inflation prévisionnelle (+ 0,6 %). C'est seulement en incluant le FCTVA, que la progression des concours financiers de l'état aux collectivités locales est comparable à l'inflation prévisionnelle, soit + 1,2 %. La réforme de la DSU a été engagée par la loi de Finances 2009, mais reste à ce jour inachevée. Le gouvernement a décidé de reporter en 2011 la 2ème étape de la réforme de cette dotation. La revalorisation des bases foncières pour les propriétés bâties et non bâties est fixée à 1,2 % correspondant à l'inflation prévisionnelle pour En 2009, la revalorisation des valeurs était de + 2,5 %. Ensuite, dans un contexte de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, la taxe carbone va venir impacter les collectivités locales à travers leurs dépenses en matière de combustibles et carburants ; le coût de cette mesure pour les collectivités locales est évalué à 160 M dont 90 M à la charge des communes (soit de l'ordre de 25 à pour Lannion). Enfin, la dernière et principale mesure concernerait la réforme de la Taxe Professionnelle. En 2010, sa suppression fera l'objet d'une compensation. Après...? Si la majorité municipale s'est engagée à ne pas augmenter ses taux de fiscalité, nous pouvons nous interroger de savoir si les politiques actuelles et futures en matière de finances locales ne nous imposeront pas de faire des arbitrages entre fiscalité et maintien du niveau d'investissement actuel. 4. Le contexte Régional : Les relations entre la Ville de LANNION et le Conseil Régional sont contractualisées dans le cadre du Programme de Requalification urbaine ainsi que dans le cadre du Contrat de Pays. La signature prochaine de la «clause de revoyure» du contrat de Pays, devrait venir confirmer le financement de deux nouvelles opérations : Crèche Sainte Anne, équipements Michel CONDOM (ASPTT), qui s'ajoutent aux projets de la Base de plein air et de la Maison des Artistes. 6

7 A souligner enfin, le principe de l'aide exceptionnelle d'un montant de 1,8 M pour la rénovation, dans les 3 ans, du gymnase du lycée. 5. Le Département : Le Département des Côtes d'armor a modifié en 2009 ses modes de financement aux communes. Jusqu'à présent, le Département intervenait dans le cadre de ses politiques sectorielles : un taux de participation pour la construction d'une école, d'une crèche... Depuis cette année, l'intervention du département est arrêtée dans un contrat de territoire, pour une durée de 5 ans, et négocié au niveau de l'échelon intercommunal. La signature est encore à l'heure actuelle en cours de discussion, mais il est déjà sûr que cette nouvelle politique sera moins favorable aux 20 communes de Lannion Trégor Agglomération. En effet, l'apport financier du département de 2001 à 2008 était d'environ 1,8 M pour Lannion seule. Il sera au total d'un peu plus de 3 M sur la période pour l'ensemble de l'agglomération et devrait difficilement dépasser les 1M pour Lannion. Devons nous encore nous estimer heureux d'échapper pour le moment à la «chronique d'une mort annoncée des financements croisés», élément plusieurs fois évoqué dans les projets de la réforme territoriale? 6. L'Agglomération : Lannion Trégor Agglomération n'a pas prévu de rétablir la Dotation de Solidarité Communautaire. La réforme de la Taxe Professionnel ne laisse pas présager d'évolution positive dans les prochains temps. Seuls pour le moment, de nouveaux transferts de compétence sont susceptibles de venir augmenter les richesses de Lannion Trégor Agglomération. Par l'effet du Coefficient d'intégration fiscal de nouveaux transferts viendraient augmenter sa Dotation d'intercommunalité (DGF). La Ville de Lannion, soucieuse de développer de nouvelles formes de partenariats et de collaborations constructives, mais aussi sensible à l'accélération de toutes formes de solidarités territoriales, est prête à étudier de nouveaux transferts de compétence qui, de toute manière, à plus ou moins court terme, seraient imposés par la loi. Néanmoins, elle réaffirme sa volonté d'élaborer, avant tout nouveau processus de transfert, un Projet de Territoire lisible et ambitieux, un pacte financier et fiscal au service de ce Projet ainsi qu'une réflexion sur la mutualisation des moyens administratifs et techniques ; l'ensemble tenant bien entendu compte de l'intérêt des Lannionnais. 7. Les autres partenaires : En 2009, les contrats Enfance et Contrat Temps Libres ont été refondus en un seul et même contrat le Contrat Enfance-Jeunesse. Là encore, le niveau d'intervention de la CAF sur les quatre prochaines années va se traduire par une diminution de 6% par an ( en 2010). 8. La situation financière de la Ville : Pour 2010, seul le transfert de la compétence «déchets inertes» est acté. L'Attribution de Compensation sera diminuée de Pour le reste, nous sommes dans un périmètre d'activités quasiment comparable à l'année

8 L'analyse conduite par le Trésor Public sur les comptes administratifs 2008 confirme cette année encore notre bonne capacité d'autofinancement qui reste supérieure aux ratios de la strate démographique. Ceci permet de maintenir un niveau d'investissements significatif. Cette situation est toujours confortée par un endettement faible et une très forte capacité de désendettement, dans un contexte de stabilisation voire de diminution de la pression fiscale depuis plus de 20 ans. Aussi, et si le contexte exposé plus haut impose de réaffirmer une obligation de prudence déjà présentée en 2009, les orientations budgétaires marqueront en 2010 le souhait de la Ville de contribuer à la relance économique, d'accompagner les plus modestes, de confirmer sa volonté de répondre dans ses projets à l'urgence écologique. Ces orientations seront présentées en (ré-)affirmant dans l'ensemble des instances représentatives et de concertation, la pertinence de l'échelon communal dans la mise en œuvre d'un service public de proximité et de qualité en faveur de l'ensemble de nos concitoyens, comme le confirme le projet de réforme des collectivités territoriales. II. Les prévisions et objectifs du budget communal pour 2010 Les taux de fiscalité n'augmenteront pas conformément à l'engagement pris par la majorité municipale. 1. Les recettes : 1.1. Les contributions directes locales : Les Foncier Bâti, Foncier Non Bâti, Taxe d'habitation à taux inchangé vont générer une augmentation du produit d'un peu plus de 4.5%. Rappelons qu'au Budget Primitif, nous inscrirons les sommes effectivement réalisées l'année n-1 à savoir l'année Sans préjuger des bases qui nous seront notifiées courant mars, on peut penser que celles-ci vont à nouveau progresser de l'ordre de 2 %. La baisse du niveau de construction se confirme et continuera à produire ses effets en 2011/2012. Mais, l'année 2010 devrait encore enregistrer les acquis de croissance des années précédentes Les fiscalités indirectes : Sur l'ensemble de l'exercice 2010, il y aura lieu d'enregistrer la poursuite de la baisse significative des droits de mutation. S'ils affichaient un montant d'environ en 2007, ils n'enregistraient plus qu'un montant de en 2008 et l'année 2009 ne devrait pas dépasser les Les dotations d'etat : DGF, DSU, DSR : Nous proposons d'inscrire au budget primitif les sommes effectivement encaissées en 2009 sans croissance. Nous enregistrons par ailleurs, la confirmation de la suppression de la DSR pour Le fonds de compensation de la taxe Professionnelle sera réduit de 30% compte tenu de la forte diminution enregistrée en Au total donc, le BP 2010 devrait marquer une forte diminution des dotations d'etat par rapport aux réalisations 2009 ( ) dans les «Autres recettes», l'évolution des produits des services, devrait être de l'ordre de 8

9 1% et les recettes liées à l'ouverture de la Crèche Sainte Anne de l'ordre de 2,3% Pour les raisons évoquées plus haut, si l'attribution de compensation versée par Lannion Trégor Agglomération reste quasiment stable, il ne devrait pas y avoir en 2010 comme les années passées de Dotation de Solidarité Communautaire. L ensemble de ces produits n'augmentera donc pas cette année. Au total donc, l'évolution des recettes devrait être de près de 2% par rapport aux prévisions du BP Les dépenses : L'objectif sera de contenir, à services constants, les dépenses afin de maintenir une capacité de financement des investissements utiles au développement de notre ville. Cet objectif tiendra donc compte des évolutions de service et en particulier de l'ouverture de la crèche Sainte Anne à partir de septembre Les charges de Personnel : Par rapport au réalisé 2009, nous prévoyons une évolution (augmentation générale + GVT) de l ordre de 2,5%, à laquelle s ajoutera la prise en compte de l ouverture de la Crèche Sainte Anne ainsi que des évolutions du service Enfance Jeunesse. Au total les charges de Personnel devraient progresser de l'ordre de 4%. Des recettes (Participation des parents, Financements CAF, participation des communes partenaires...) viendront compenser en recettes, une partie de cette augmentation Charges financières : Nous prévoyons une diminution de 8,8% par rapport à 2009 qui s'explique par : La diminution de l'encours de la dette, La baisse des taux variables Charges à caractère général : Compte tenu des efforts d'économies d'énergie et pariant sur la relative stabilité des énergies, nous prévoyons d'inscrire au Budget 2010 une enveloppe constante. L'augmentation de 2% ne s'explique que par l'inscription des besoins réels inscrits au BP + BS. Nous tenterons également dans cette même enveloppe d'absorber le surcoût lié à la taxe carbone (Entre 25 et ?) Subventions et Participations : Au total, les subventions devraient évoluer autour de 2,4% : Les emplois associatifs sont a priori tous pourvus depuis 2009 et seules la prise en compte en année pleine et de nouvelles créations auraient un impact en 2010, La contribution au SDIS est prévue à + 1,2% 9

10 L'Ecole de Musique à + 1,5% La subvention au CCAS à + 8,6% Pour les autres subventions, nous poursuivons l'objectif de stabilité. Compte-tenu de ce qui précède, il sera difficile de compresser l'évolution des dépenses en deçà des 3%. Au total donc, l'évolution des dépenses devrait être d'environ 3% par rapport aux prévisions du BP Les recettes évoluent ainsi moins vite que les dépenses pour une différence de près de : La diminution des dotations d'etat ( ) explique à elles seules près de la moitié de cet écart. III. Les Investissements 2010 Pour 2010, comme dit précédemment sous réserve de tenir les objectifs en terme d'évolution des charges et ressources de fonctionnement, nous devrions dégager en masse sur l'ensemble de l'année, la capacité d'investissements suivante : Soit un total de 5M environ. Autofinancement : 3 M FCTVA/TLE : 1 M Emprunt : 1 M Compte-tenu des subventions correspondantes aux différents programmes d'investissements, le total d'investissements devrait être voisin des années précédentes, c'est-à-dire compris entre 6 et 7 M. Cette capacité de financement devrait permettre d'inscrire au budget primitif, les projets qui engagent le programme municipal, à savoir : La poursuite de la requalification Urbaine : Ar Santé...Ker-Uhel...Bd Louis Guilloux...Ursulines... Bienfaisance... La poursuite et l'achèvement en 2010/2011 de l'église St-Jean-du-Baly, L'achèvement de la crèche multi accueil Sainte Anne pour septembre 2010, L'extension du périscolaire de Servel, La mise aux normes des vestiaires et club-house du stade de Servel, L'achèvement de l'aménagement du bourg de Buhulien L'engagement à l'automne du programme d'aménagement de la Place du général Leclerc (Place du Centre), La modernisation, l'extension et la mise aux normes du complexe sportif Michel CONDOM, L'achèvement de l'accueil de jour conventionné avec la DDASS La réalisation de la Maison des Artistes dans les anciens Haras Ainsi que les études préalables aux réflexions liées à l'aménagement du territoire de Lannion (Révision générale du PLU, devenir de Nod Uhel )... 10

11 L'ensemble de ces projets intégrera systématiquement l'exigence de constructions économes en énergie et d'aménagements soucieux de la protection de l'environnement. Enfin, comme chaque année, à ces programmes, viendront s'ajouter pour un peu plus de 1.5M, les programmes d'entretien et d'amélioration de nos voiries, du patrimoine bâti, des écoles, des équipements culturels, mais aussi des engagements d'intervention en matière de développement des modes de déplacements doux. IV. Les principaux budgets annexes : 1. Lotissements communaux : En dehors des opérations de rénovation urbaine qui sont engagées, les opérations Kervouric II et Saint-Ugeon ne dépasseront très certainement pas en 2010, compte tenu du contexte économique et social, le stade des études préalables aux aménagements. Seul le lotissement de Beg-Léguer devrait démarrer en Abattoir : Pour 2010, il faut conforter les bons résultats de l'année 2009 en restant sur une activité dépassant les 1000 tonnes garant de l'équilibre des comptes. 3. Eau et Assainissement : Concernant le service des eaux, L'objectif sera de maintenir le niveau d'autofinancement avec une augmentation de tarif limitée à 1%. En termes d'investissements, la modernisation de l'usine de Pradic Glas et la réhabilitation des réseaux seront poursuivies. En assainissement, le plan pluriannuel d'investissement sera respecté avec notamment l'extension des réseaux sur Beg Léguer et le renforcement de la filière de production de boues. Enfin, n oublions pas que durant cette année 2010, nous travaillerons et participerons aux études préalables engagées par Lannion Trégor Agglomération pour envisager un éventuel transfert de la compétence Assainissement au 01/01/2011, dès lors que toutes les conditions (évolutions tarifaires, investissements,...) seront remplies. Monsieur LE BIHAN indique qu'en annexe figure un pré-budget de fonctionnement 2010 qui intègre les évolutions présentées dans ce document concernant le fonctionnement, avec les capacités dégagées pour l'investissement ainsi que trois pages extraites du rapport de M. Le Trésorier Principal concernant les équilibres et la situation financière de la Ville de Lannion avec notamment les ratios par habitant concernant les différents chapitres de fonctionnement et d'investissement ainsi que le niveau de la dette en euros par habitant. Sur les pages suivantes, la capacité d'autofinancement comparée aux communes de la même strate avec les moyennes départementales et régionales et enfin les montants par habitant concernant la fiscalité ménage, Taxe d'habitation et foncier bâti sachant que l'ensemble de ces ratios fait apparaître que le montant de la dette est environ deux fois inférieur à celui des communes de la même catégorie, que l'autofinancement est situé entre 1.5 à 2.5 fois de moyenne et pour ce qui est des montants de fiscalité, nous sommes à peu près dans la moyenne départementale et régionale. 11

12 Monsieur LE GALL demande sur la fiche n 1 "ratios situation financière de la commune dette bancaire et assimilés " les 1M correspondent-ils à la ligne de trésorerie. Monsieur LE BIHAN répond par la négative; il s'agit de l'emprunt réalisé en Monsieur LE GALL demande à quoi correspond le fonds de roulement communes - 34 Monsieur LE BIHAN indique que la Ville n'emprunte pas de trop, elle est toujours en situation de trésorerie très serrée, ce qui explique ce chiffre. Nous n'avons pas d'argent qui reste à la trésorerie à la différence de certaines communes. Il précise à Monsieur LE GALL que la ligne de trésorerie est utilisée au mieux des besoins, la ville n'emprunte que lorsqu'elle en a besoin. Le fait d'emprunter au bon moment et d'utiliser la ligne de trésorerie au bon moment font que la Ville en tire des bénéfices. Monsieur GUEGAN fait remarquer à Monsieur LE BIHAN qu'une entreprise privée qui a une comptabilité avec un fonds de roulement négatif est mise immédiatement dans le rouge. Monsieur LE BIHAN reprend les termes du Trésorier Principal qui indiquait que "le déficit de sa ligne de trésorerie reste la conséquence d'une politique délibérée de la commune de se financer à court terme en limitant le recours à l'emprunt cependant cet appel aux lignes de trésorerie n'entraîne pas de coûts financiers excessifs puisque à cet égard la Ville de Lannion apparaît largement gagnante par rapport à l'ensemble des communes comparables". Monsieur le Maire précise qu'effectivement avant de faire appel à l'emprunt, la Ville va systématiquement chercher sur les lignes de trésorerie pour diminuer les charges. Madame MAREC indique qu'il y aurait des recettes de l'ordre de 2.3% liées à l'ouverture de la crèche Sainte-Anne. Or, la crèche Sainte-Anne n'ouvre qu'en septembre 2010, donc les recettes de 2.3% ne vont être que sur un trimestre. La Ville prévoit d'inscrire au budget 2010 une enveloppe constante dont l'augmentation ne serait que de 2% qui s'explique par l'inscription de besoins réels. Elle demande si parfois il y a des besoins fictifs? Monsieur LE BIHAN répond que l'on inscrit que ceux dont on a réellement besoin. Il précise qu'une réunion réunissant tous les services a étudié la semaine passée, chaque ligne, une à une et établi la liste des besoins stricts à chaque service. Il félicite à cet effet l'ensemble des services qui a conscience de ces mesures d'économies. Madame MAREC répond que cette politique doit être appliquée par toute Municipalité responsable. Monsieur le Maire précise que c'est pour cela qu'on le fait. Madame MAREC a relevé + 8,6 % pour la subvention au CCAS. Monsieur LE BIHAN indique que lors du vote du BS au mois d'octobre, la Ville avait rallonger la subvention du CCAS pour un certain nombre de raisons notamment le fait qu'il y avait de nouvelles actions et qu'il avait tiré un peu plus sur ses excédents. La subvention 2010 du CCAS sera la subvention votée au Budget Primitif celle du Budget Supplémentaire, il s'agit d'une 12

13 régularisation. Il faut toujours comparer de BP à BP, ce qui ne veut pas dire que la subvention 2010 sera de 8.6% supérieure à celle de Madame MAREC demande des éclaircissements. "Au Conseil Municipal d'octobre dernier, les subventions concernant le CCAS avaient été votées pour financer un poste d'animateur dans le cadre du PRE moins de deux ans. Elle suppose donc que cela est reconduit pour l'année 2010, cela représentait Nous avions également de nouvelles actions de l'office des retraités pour et une augmentation des aides et secours versés de Nous arrivions déjà à et nous avions une subvention exceptionnelle de prise en charge par la Ville des frais et de la moins-value de la vente du Mesmeur qui était de Si j'ai bien compris, la Ville projette pour 2010 d'avoir à reverser au CCAS une moins- value suite à la vente d'un nouveau terrain qu'il va vous revendre, lequel vous revendrez à un prix inférieur au demandeur." Monsieur le Maire : "La réponse est claire, c'est non!" Madame MAREC : "Dans ce cas, la subvention du CCAS pour 2010 devrait être inférieure à 8.6%!" Monsieur LE BIHAN : "Les représentent un faible pourcentage de la subvention versée au CCAS. Les demandes de subventions sont actuellement en étude auprès des différentes commissions et au vu de la demande faite par le CCAS qui a également de nouvelles actions, la commission étudiera. Nous savons que ce sera de l'ordre de 8% mais il ne s'agit que d'un document d'orientations budgétaires. Madame MAREC questionne sur l'achèvement de "l'accueil de jour". Le montant inscrit en investissements, correspond-il à l'accueil de jour ex Lycée Jeanne d'arc ou à celui de St-Nicolas? Monsieur LE BIHAN répond qu'il s'agit de celui de St-Nicolas. Monsieur le Maire précise que l'un s'appelle la Maison-relais "Jeanne LE PARANTHOEN" et l'autre "Accueil de Jour" rue Saint Nicolas. Madame MAREC fait remarquer que sur certains documents l'hébergement "Jeanne LE PARANTHOEN" était aussi qualifié d'accueil de jour c'est la raison pour laquelle elle posait la question. Monsieur le Maire rappelle que la Maison-relais (ex lycée Jeanne d'arc) s'appelle Jeanne Le Paranthoën et que l'accueil de jour se trouve rue St-Nicolas. Monsieur CALLAC demande si le procédé du crédit révolving voté il y a une quinzaine d'années est toujours utilisé car il permettait d'assouplir les investissements. Monsieur LE BIHAN indique qu'il y a une ligne de trésorerie. Monsieur le Maire précise à Monsieur LE GALL que le coût de la ligne de trésorerie a été de pour l'année Monsieur CALLAC demande quel est le taux. 13

14 Monsieur le Maire après renseignements répond qu'il s'approche de 1.5%. Madame HERLIDOU souhaite apporter des éclaircissements sur la subvention versée au CCAS. "Je suis intervenue au dernier Conseil Municipal quand il a fallu voter un supplément pour le CCAS. L'intitulé était "nouvelles actions pour l'office des Retraités". La question n'ayant pas été débattue en Conseil d'administration du CCAS, j'ai interrrogé la responsable des finances qui m'a répondu que l'appellation était erronée, qu'il n'y avait pas eu de nouvelles actions pour le CCAS au niveau de l'office des Retraités! Sur un autre point, Monsieur LE BIHAN dit qu'il est très rigoureux lorsqu'il s'agit de donner des subventions. Mais tous les ans, je réagis au moment des budgets primitifs, lorsqu'il s'agit de verser la subvention au CCAS, (je précise que je l'aie toujours votée) parce que la procédure utilisée par le CCAS n'est pas conforme à son règlement. Il doit y avoir une analyse qualitative et quantitative des besoins avant que l'on puisse évaluer la demande. Or, elle est donnée qu'approximativement. Je l'ai demandé au Conseil d'administration du CCAS, Monsieur le Maire était d'ailleurs absent, et il est écrit dans le règlement que le rapport du CCAS serait fourni aux élus avant le vote du Budget Primitif." Monsieur le Maire : "Mon absence était justifiée par d'autres obligations. Mme FEJEAN qui préside en mon absence n'étant pas là, il est délicat de contester vos propos. Je fais confiance à Mme HERLIDOU et m'engage ce soir à ce qu'il y ait un rapport du CCAS. Par ailleurs, il avait été décidé d'augmenter la subvention au CCAS parce que le CCAS "tapait" auparavant dans ses excédents. Aujourd'hui, il n'y a plus d'excédents. Il aurait été possible de demander au CCAS de diminuer ses prétentions financières mais je considère que tout ce qui est lié au domaine social fait partie des priorités. C'est la raison pour laquelle la subvention a été augmentée afin de maintenir les actions que nous souhaitons voir mises en oeuvre." Monsieur MONNIER évoque le vote au printemps du droit de préemption commercial afin de doter la Ville d'une capacité d'intervention dans le cadre de la revitalisation du centre-ville. Il fait remarquer que dans l'ensemble des investissements présentés, il ne voit pas ce point dans le document. Il demande dans quelle rubrique figurera ce fonds qui sera abondé au budget 2010? Monsieur le Maire précise que tout ce qui est relatif à la revitalisation du commerce en centre- ville fait partie du dossier FISAC. On abordera ce sujet tout à l'heure. Par ailleurs, il veut se montrer clair : la Ville ne va pas se substituer à l'ensemble du marché immobilier commercial qui aujourd'hui est opéré par des professionnels. Ce n'est pas sa vocation. La vocation du périmètre déterminé de droit de préemption est d'être en capacité de connaître les mouvements commerciaux qui s'opèrent de façon à pouvoir, le cas échéant, sur des opérations très exceptionnelles, et on verra comment à ce moment-là trouver les financements, pouvoir regrouper deux surfaces pour ne faire qu'une lorsque cela est possible sachant qu'il y a certains opérateurs aujourd'hui, investisseurs potentiels qui viennent nous voir pour avoir des surfaces un peu plus grandes que celles d'aujourd'hui. Mais la Ville ne va pas racheter toutes les surfaces commerciales. Monsieur MONNIER rappelle qu'il y a un fonds d'intervention, il y a des interventions et il faudra pouvoir budgéter. Par ailleurs, il fait remarquer que nous avons toujours des comparaisons avec des communes de la même strate, quand c'est dans le cadre départemental, il y a trois communes de la même strate. L'année prochaine, il n'y en aura plus qu'une : Lannion. Les comparaisons seront donc à notre avantage. Nous pouvons donc éviter cette comparaison départementale. En revanche, la comparaison nationale ou régionale a plus de sens. 14

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité www.ades-grenoble.org www.lesverts38.org www.alternatifs.org/38 Conférence de presse du mercredi 10 décembre 2008 Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du mardi 17 décembre 2013 à 9h00 présidée par Monsieur Christian BATY, Vice-Président DATE DE CONVOCATION 12 DECEMBRE 2013 NOMBRE

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE CHAPITRE I - CREATION ET DISSOLUTION DE L'AGENCE - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : CREATION DE L AGENCE En application de l'article 32 de la loi n 82-213

Plus en détail

COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012

COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012 COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012 Etaient présents : Mrs BLEVIN Pierre ; BONNET Claude ; GODERE Yannick ; MOUE Philippe ; MORICEAU Bertrand ; QUELVEN Jacques ; SEITZ Alfred ; SUISSE Michel

Plus en détail

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Service de presse Ville de Rennes/Rennes Métropole Tél. 02 23 62 22 34 Vendredi 6 mars 2015 Conseil municipal Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Sommaire > Communiqué

Plus en détail

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013 N 99 Janvier 2014 Marie-Christine FLOURY, Département des études et des statistiques locales LA FISCALITE DIRECTE LOCALE EN 2013 : les produits économiques en forte hausse En 2013, les collectivités locales

Plus en détail

Guide fiscal. 1. L impôt local : c est quoi? 1.1. Les composantes. Guide fiscal - 15/11/2014

Guide fiscal. 1. L impôt local : c est quoi? 1.1. Les composantes. Guide fiscal - 15/11/2014 Guide fiscal Nombre de nos concitoyens se plaignent aujourd hui d une pression fiscale excessive, et ils ont raison! La cour des comptes en France, nos partenaires Européens le dénoncent régulièrement.

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires Règlement grand-ducal du 13 juin 1975 prescrivant les mesures d'exécution de la loi du 16 mai 1975 portant statut de la copropriété des immeubles. - base juridique: L du 16 mai 1975 (Mém. A - 28 du 23

Plus en détail

Statuts de l'association loi 1901

Statuts de l'association loi 1901 Statuts de l'association loi 1901 TITRE 1 BUTS ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION ARTICLE 1.1 CONSTITUTION Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE INTRODUCTION : Les collectivités territoriales Depuis la révision constitutionnelle du 28 mars 2003, sont définies comme

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE Les centres communaux d action sociale 2 (CCAS) Ils ont vocation à fournir des prestations d action sociale en nature

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2013

Débat d Orientation Budgétaire 2013 Débat d Orientation Budgétaire 2013 Rappel Les échanges de ce débat d orientation budgétaire permettront de préciser les grands axes du budget 2013 en préparation qui sera soumis au vote lors de la présentation

Plus en détail

CCAS Compte rendu Conseil d'administration du mardi 09 septembre2014

CCAS Compte rendu Conseil d'administration du mardi 09 septembre2014 CCAS Compte rendu Conseil d'administration du mardi 09 septembre2014 L an deux mil quatorze le mardi 09 septembre à 20h30, le Centre Communal d Action Social de la commune d Esnandes, dûment convoqué,

Plus en détail

ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA

ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA Association marocaine régie par le dahir du 15 novembre 1958 Siège : Casablanca,

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

STATUTS DE L'AGENCE TECHNIQUE DEPARTEMENTALE DU CANTAL

STATUTS DE L'AGENCE TECHNIQUE DEPARTEMENTALE DU CANTAL INGENIERIE. TERRITOIRES STATUTS DE L'AGENCE TECHNIQUE DEPARTEMENTALE DU CANTAL votés lors de la session de l'assemblée Départementale du 30 mars 2012 modifiés par l'assemblée Générale Constitutive du 13

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

COMPTE-RENDU de la REUNION du CONSEIL MUNICIPAL du MERCREDI 18 Mars 2015

COMPTE-RENDU de la REUNION du CONSEIL MUNICIPAL du MERCREDI 18 Mars 2015 DEPARTEMENT de LA MAYENNE CANTON DE MAYENNE-OUEST COMMUNE de ST-GEORGES-BUTTAVENT COMPTE-RENDU de la REUNION du CONSEIL MUNICIPAL du MERCREDI 18 Mars 2015 ETAIENT PRESENTS : Gérard BRODIN, Alain MANCEAU,

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

Les comptes-rendus précédents ont tous été transmis et signés préalablement à la séance.

Les comptes-rendus précédents ont tous été transmis et signés préalablement à la séance. Département du Tarn Nombre de membres en exercice: 15 Présents : 14 Votants: 15 République Française Commune de Parisot Séance du lundi 01 décembre 2014 L'an deux mille quatorze et le premier décembre

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

FEDERATION FORET-BOIS RHÔNE-ALPES FIBRA. Statuts

FEDERATION FORET-BOIS RHÔNE-ALPES FIBRA. Statuts AGE du 23 janvier 2014 FEDERATION FORET-BOIS RHÔNE-ALPES FIBRA Statuts Titre 1 : dénomination, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution Il est fondé entre les organisations professionnelles

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ARTICLE 1 Il est formé entre ceux qui adhérent aux présents statuts, une association déclarée conformément à la loi du

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

COMPTE-RENDU SUCCINT DU CONSEIL MUNICIPAL DE MONTAINVILLE DU 28/03/2008

COMPTE-RENDU SUCCINT DU CONSEIL MUNICIPAL DE MONTAINVILLE DU 28/03/2008 COMPTE-RENDU SUCCINT DU CONSEIL MUNICIPAL DE MONTAINVILLE DU 28/03/2008 Date de convocation : le 25 mars 2008 Date d affichage: le 25 mars 2008 Nombre de Conseillers en exercice : 15 Présents : 14 Votants

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du mardi 13 décembre 2011 à 9h00, présidée par Monsieur Christian BATY, Vice-Président DATE DE CONVOCATION 8 DECEMBRE 2011 NOMBRE

Plus en détail

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 Amt für Gemeinden GemA Rue de Zaehringen 1, 1701 Fribourg T +41 26 305 22 42, F +41 26 305 22 44 scom@fr.ch, www.fr.ch/scom Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 1. Comptes de fonctionnement

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

Monsieur Jean-Jacques BERTHOD. Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES. Monsieur le Président

Monsieur Jean-Jacques BERTHOD. Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES. Monsieur le Président Monsieur Jean-Jacques BERTHOD Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES Monsieur le Président Par lettre en date du 7 août 1997, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMUNE D'ALET LES BAINS (AUDE) COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU 6 NOVEMBRE 2013

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMUNE D'ALET LES BAINS (AUDE) COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU 6 NOVEMBRE 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMUNE D'ALET LES BAINS (AUDE) COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU 6 NOVEMBRE 2013 Date de convocation : 31 octobre 2013 Le six novembre deux mille treize à vingt et une

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

STATUTS DU CENTRE DE RENSEIGNEMENT ET D INFORMATION BUREAU D INFORMATION JEUNESSE TITRE I : OBJET ET BUT DE L ASSOCIATION

STATUTS DU CENTRE DE RENSEIGNEMENT ET D INFORMATION BUREAU D INFORMATION JEUNESSE TITRE I : OBJET ET BUT DE L ASSOCIATION STATUTS DU CENTRE DE RENSEIGNEMENT ET D INFORMATION BUREAU D INFORMATION JEUNESSE ( CRI BIJ ) TITRE I : OBJET ET BUT DE L ASSOCIATION Article 1 : Il est formé à Metz, entre les personnes physiques et collectives

Plus en détail

COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013

COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013 Mairie de Trèves (Rhône) 450 route des Deux Vallées 69420 TREVES COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013 Le Conseil Municipal, dûment convoqué le 13 décembre 2013 s est réuni

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY

STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY Article 1 : Constitution et siège social Il est fondé, le 12 mai 1998, entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet

Plus en détail

Monsieur le Directeur,

Monsieur le Directeur, Monsieur le Directeur, Par envoi en date du 13 mai 2004, la Chambre a porté à votre connaissance son rapport d'observations définitives concernant la gestion de la régie municipale des sports et loisirs

Plus en détail

COMMUNE de CORMERAY (Commune de l Agglomération Blaisoise) Compte-rendu du Conseil Municipal du 12 Juillet 2012

COMMUNE de CORMERAY (Commune de l Agglomération Blaisoise) Compte-rendu du Conseil Municipal du 12 Juillet 2012 COMMUNE de CORMERAY (Commune de l Agglomération Blaisoise) Compte-rendu du Conseil Municipal du 12 Juillet 2012 L an deux mille Douze, le douze du mois de juillet à 19 heures 30 minutes, le Conseil Municipal

Plus en détail

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France TITRE I er : HAUT CONSEIL DES MUSEES DE FRANCE Art. 1 er. - Le Haut Conseil

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

Approbation à l unanimité du procès-verbal de la séance du 17 octobre 2014

Approbation à l unanimité du procès-verbal de la séance du 17 octobre 2014 CONSEIL MUNICIPAL DE MARNAY SUR SEINE PROCES-VERBAL REUNION DU 14 NOVEMBRE 2014 L an deux mil quatorze, le 14 novembre à 19 heures, le Conseil Municipal, légalement convoqué, s est réuni au nombre prescrit

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

STATUTS VERSION 2014. Elle est constituée en date du 29 septembre 2009. La liste des membres fondateurs est annexée aux présents statuts.

STATUTS VERSION 2014. Elle est constituée en date du 29 septembre 2009. La liste des membres fondateurs est annexée aux présents statuts. STATUTS VERSION 2014 I. DISPOSITIONS GENERALES Article 1 L Association des Commerçants de Collonge-Bellerive et Vésenaz (ci-après l'association) est une association de droit suisse au sens des articles

Plus en détail

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE ARTICLE 1 : CONSTITUTION ET DÉSIGNATION L Association «Chambre Professionnelle du Conseil de la région centre» (C.P.C Région Centre.) a décidé en

Plus en détail

STATUTS. Organisation Nationale du Curly de Loisirs et de Sports

STATUTS. Organisation Nationale du Curly de Loisirs et de Sports STATUTS Préambule : en date du 14 septembre 2006, il a été déclaré à la sous-préfecture de La Flèche une association loi 1901 ayant pour nom «Organisation Nationale du Curly de Loisirs et de Sports». Conformément

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance Règlement intérieur de la Commission de surveillance L a loi du 28 avril 1816 dote la Caisse des Dépôts et Consignations d un statut particulier destiné à assurer à sa gestion une indépendance complète

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

COMMUNE DE VERQUIGNEUL SEANCE DU 29 SEPTEMBRE 2011 * * * CONVOCATION DU 21 SEPTEMBRE 2011 - ORDRE DU JOUR

COMMUNE DE VERQUIGNEUL SEANCE DU 29 SEPTEMBRE 2011 * * * CONVOCATION DU 21 SEPTEMBRE 2011 - ORDRE DU JOUR COMMUNE DE VERQUIGNEUL SEANCE DU 29 SEPTEMBRE 2011 * * * CONVOCATION DU 21 SEPTEMBRE 2011 * * * - ORDRE DU JOUR A) VIE COMMUNALE * * * 1 Annulation de la seconde partie de la délibération du 28 avril 2011

Plus en détail

STATUTS de l'association Bureau des Doctorants de Paris 3

STATUTS de l'association Bureau des Doctorants de Paris 3 STATUTS de l'association Bureau des Doctorants de Paris 3 TITRE PREMIER : Constitution et Buts Article 1 : Création et Dénomination sociale Il est fondé le 11 juin 2008 entre les adhérents aux présents

Plus en détail

ISF-INVEST. - article 1 : Constitution et Dénomination. - article 2 : Objet. - article 3 : Siège social. - article 4 : Durée de l association

ISF-INVEST. - article 1 : Constitution et Dénomination. - article 2 : Objet. - article 3 : Siège social. - article 4 : Durée de l association ISF-INVEST Club STATUTS DE L'ASSOCIATION - article 1 : Constitution et Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

COMMUNE DE ST-GERMAIN-LES-VERGNES COMPTE RENDU DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 19 SEPTEMBRE 2011

COMMUNE DE ST-GERMAIN-LES-VERGNES COMPTE RENDU DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 19 SEPTEMBRE 2011 REPUBLIQUE FRANÇAISE Département de la Corrèze Arrondissement de Tulle Canton de Tulle Campagne Nord COMMUNE DE ST-GERMAIN-LES-VERGNES COMPTE RENDU DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 19 SEPTEMBRE

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS Les soussignés Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE Membres ayant adhéré aux présents statuts de l association

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE Chapitre 1 - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 Il est fondé entre les adhérent-e-s aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

A propos de l Audit des finances communales

A propos de l Audit des finances communales A propos de l Audit des finances communales (évoqué lors du Conseil municipal de septembre 2014) A la demande de la majorité municipale, un audit a été commandité auprès du cabinet FCL. Les conclusions

Plus en détail

ÉNERGIE. - Groupement de commandes. - Formules

ÉNERGIE. - Groupement de commandes. - Formules Litec Formulaire des Maires Cote : 02,2012 Date de fraîcheur : 10 Juillet 2012 Fasc. 293-30 : ÉNERGIE. - Groupement de commandes. - Formules Sommaire analytique FORM. 1. - Délibération du conseil municipal

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION «SEO CAMP»

STATUTS DE L ASSOCIATION «SEO CAMP» STATUTS DE L ASSOCIATION «SEO CAMP» Version ratifiée par l AGE du 8 décembre 2012 Préambule (modifié par l AGE du 8.12.12) Le SEO Camp rassemble toutes les personnes physiques ou morales dont l'activité

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

OUI : 13 NON : 2 (Mme HENNIN- M. MUSTEL) Abstention : 0

OUI : 13 NON : 2 (Mme HENNIN- M. MUSTEL) Abstention : 0 Le 11 avril deux mille quatorze à vingt heures trente, le Conseil Municipal s'est réuni au lieu habituel de ses réunions sous la présidence de Jean-Paul BEAREZ, Maire Présents : MM. J.P BEAREZ A. BERNARD

Plus en détail

Statuts «Néogia» Association LOI 1901

Statuts «Néogia» Association LOI 1901 Statuts «Néogia» Association LOI 1901 Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une Association régie par la loi 1901, ayant pour dénomination «Néogia».

Plus en détail

Touring Club Suisse Section Biel/Bienne-Seeland. Statuts du 12 avril 2013

Touring Club Suisse Section Biel/Bienne-Seeland. Statuts du 12 avril 2013 Touring Club Suisse Section Biel/Bienne-Seeland Statuts du 12 avril 2013 2 CHAPITRE I : NOM, SIÈGE, BUT ET MOYENS Article 1 er Nom/siège Le Touring Club Suisse, Section Biel/Bienne-Seeland Ci-après désigné

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Mutualisation (ou partage) des services et personnels. Novembre 2013

Mutualisation (ou partage) des services et personnels. Novembre 2013 Mutualisation (ou partage) des services et personnels Novembre 2013 1 Cadrage général et principes Une définition : la mutualisation, au-delàdes différentes formes juridiques qu elle peut revêtir, est

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Références à rappeler : CM/JPR/RODII/064 036 931 Monsieur le Directeur, Par lettre du 21 janvier 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

1) DCM 2014-001 : ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE POUR LA MAISON DU TEMPS LIBRE

1) DCM 2014-001 : ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE POUR LA MAISON DU TEMPS LIBRE Chris L an deux mille quatorze, le quatorze février, à dix-neuf heures, Le Conseil Municipal de la Commune de Méréville s est réuni au lieu ordinaire de ses séances, après convocation légale, sous la présidence

Plus en détail

Procès-Verbal adopté par le C.A. Du 6 Octobre 2014 CENTRE COMMUNAL D'ACTION SOCIALE SERVICE : ADMINISTRATION GÉNÉRALE

Procès-Verbal adopté par le C.A. Du 6 Octobre 2014 CENTRE COMMUNAL D'ACTION SOCIALE SERVICE : ADMINISTRATION GÉNÉRALE VILLE DE PONT-DE-CLAIX Procès-Verbal adopté par le C.A. Du 6 Octobre 2014 CENTRE COMMUNAL D'ACTION SOCIALE SERVICE : ADMINISTRATION GÉNÉRALE N.R. : CCAS/MRC PROCES VERBAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE

Plus en détail

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration.

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration. Association loi 1901 ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour

Plus en détail

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX ARTICLE 1 er DEFINITION L'association dite Comité Départemental de Golf de est une association Loi 1901

Plus en détail

Société française d'économie rurale

Société française d'économie rurale Article 1 : L'association dite «Société Française d'économie Rurale}} est régie par la loi du 1er juillet 1901 et par les présents statuts. Article 2 : Le siége social de la SFERest au 19 avenue du Maine,

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail