«Il faut faire de sa vie un rêve, et de ce rêve une réalité.» Antoine de Saint-Exupéry

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Il faut faire de sa vie un rêve, et de ce rêve une réalité.» Antoine de Saint-Exupéry"

Transcription

1 Rapport d activités 2006

2 «Il faut faire de sa vie un rêve, et de ce rêve une réalité.» Antoine de Saint-Exupéry Ce rapport d activités est complété par deux tirés à part : les comptes annuels 2006 et le rapport d activités opérations d intérêt général 2003/

3 PLUS LOIN! Cinq ans après sa création, la Fondation Caisses d Epargne pour la solidarité est devenue un acteur reconnu pour son engagement et son utilité sociale auprès des personnes âgées, malades ou handicapées comme auprès des jeunes confrontés à l illettrisme. Le chemin parcouru m apparaît exemplaire. Avec ses 76 établissements et services, la Fondation accompagne aujourd hui des milliers de personnes en perte d autonomie. Avec ses 13 centres «Savoirs pour réussir», elle aide des centaines de jeunes en difficultés sociales et culturelles. Souvenons-nous qu en 2002 elle ne comptait que 21 établissements et que le premier centre «Savoirs pour réussir» n avait pas encore vu le jour. Quant à ses opérations d intérêt général, elles sont désormais connues et appréciées. Les premières d entre elles viennent de faire l objet d une évaluation externe dont les résultats sont particulièrement encourageants. Charles Milhaud. 3

4 À l occasion de son cinquième anniversaire, la Fondation s est pourtant engagée à aller «plus loin». Bien sûr en termes quantitatifs. Parce qu en matière de lutte contre l isolement et l exclusion des personnes, les besoins sont immenses. Et les perspectives démographiques ne peuvent que les accroître. La Fondation s est fixée pour objectif de doubler sa capacité d accueil des personnes dépendantes ou handicapées et d augmenter des deux tiers le nombre de personnes accompagnées à domicile d ici Elle a également pour ambition de développer une centaine de centres «Savoirs pour réussir» à échéance du début des années Objectifs ambitieux, légitimes, mais qui ne résument pas ses projets. Car «plus loin», c est aussi pour la Fondation une exigence de qualité, la volonté d une démarche d excellence élaborée et adoptée par ses personnels comme par les bénévoles qui contribuent à ses actions. «Plus loin», c est ainsi pour la Fondation mieux accompagner, mieux exercer ses métiers, mieux répondre aux attentes et aux besoins des personnes fragilisées par la vie. D où le développement volontariste d une démarche «qualité et évaluation», déjà lancée dans plus de 40 résidences comme au siège de la Fondation et destinée à se généraliser. C est également la priorité accordée à une politique de formation, dont salariés ont bénéficié en Les métiers liés au grand âge, à la maladie, au handicap et à l exclusion exigent un professionnalisme et une rigueur sans faille. L exigence est identique pour les tuteurs bénévoles des centres «Savoirs pour réussir», tous formés par la Fondation à la relation précieuse et exigeante qu ils doivent nouer avec les jeunes qu ils accompagnent. «Plus loin», c est enrichir et multiplier les partenariats avec les acteurs de l action sanitaire, sociale et éducative. D où les initiatives prises en 2006 avec la fédération nationale de la Mutualité française, médecins du monde, la Croix-Rouge française, l agence des solidarités actives et bien d autres partenaires. Ce rapport d activités est d ailleurs accompagné d une brochure retraçant dans le détail l ensemble des actions conduites dans le cadre des opérations d intérêt général par la Fondation depuis

5 Ce sont autant d actions de terrain qui ont pu se réaliser, d innovations qui ont pu se diffuser, d améliorations du quotidien qui ont pu se concrétiser. «Plus loin» également avec les donateurs qui permettent à la Fondation de développer l ensemble de ses opérations d intérêt général. Caisses d Epargne et filiales du Groupe font preuve d une mobilisation remarquable dans leur soutien à la Fondation. Le déploiement de l opération «Savoirs pour réussir» en est un témoignage exceptionnel. Les 13 centres qui ont pu être mis en place, l ont été dans le cadre d un partenariat avec les collectivités locales et de nombreux acteurs associatifs mais également avec la participation active des Caisses d Epargne concernées. Enfin comment ne pas exprimer la volonté de la Fondation d aller «plus loin» dans le débat d idées en ouvrant des lieux publics d expression et en contribuant, à sa manière et à sa place, aux réflexions et controverses qui permettent à ses secteurs d activité de progresser. D où la tenue deux fois par an des Diagonales, journées d études et de rencontres, et l organisation tous les deux mois des Focales, soirées de réflexion autour d un auteur ou d un artiste. Avec l espoir de favoriser les évolutions nécessaires et, le cas échéant, de contribuer à l adaptation des politiques publiques aux changements de notre société. Pour résumer ce propos comme les ambitions de notre action, qu il me soit permis de reprendre le proverbe africain, qui est progressivement devenu la devise de la Fondation : «Seul, on va plus vite ; à plusieurs on va plus loin». Charles Milhaud 7

6 SOMMAIRE Décider 11 Accompagner les personnes âgées 27 Guinguette à Douai Piano-bar à la résidence de Saint-Mandé Concert de jazz à Lambres-lez-Douai Agir contre l illettrisme 63 Soutenir 77 Débattre 105 Contacts 123 Guinguette à Douai. 9

7 DÉCIDER Résultats à l équilibre pour le réseau d établissements, déploiement important du dispositif «Savoirs pour réussir», évaluation des opérations d intérêt général sur trois ans : le conseil d administration a salué la croissance soutenue de la Fondation en Un réseau de 76 établissements et services, collaborateurs qui travaillent à la Fondation, principalement pour accompagner les personnes fragiles et apaiser leur souffrance, 13 centres «Savoirs pour réussir» en fonctionnement, 104 projets soutenus grâce aux 5,3 millions d euros de dons versés par les Caisses d Epargne et les filiales du Groupe La Fondation est aujourd hui un acteur d envergure nationale sur le secteur de la solidarité. Didier-Roland Tabuteau et Charles Milhaud. 11

8 2006 Au cours de l année 2006, le conseil d administration ou le bureau se sont réunis à cinq reprises pour débattre et faire des choix essentiels pour l organisation de la Fondation et son financement, pour le développement du réseau des établissements et son financement, pour le déploiement des centres «Savoirs pour réussir» et des interventions de la Fondation. A noter tout d abord que le conseil a salué, d une part, les résultats du réseau d établissements et services qui globalement parviennent à l équilibre en 2006 et, de l autre, le bilan positif des trois années d activités du dispositif «Savoirs pour réussir». Ce dernier parvient en 2006 à un stade de diffusion et de croissance significatif qui permet d envisager la création d un centre par région en France dans les années à venir. Au cours de l année 2006, l instance délibérante de la Fondation a pris certaines orientations et décisions de principe. Eric Molinié, conseiller au cabinet du président d E.D.F. 13

9 S agissant du réseau d établissements et des services, le transfert du portage des biens immobiliers a bien été poursuivi vers les filiales de GCE Habitat : Axentia pour les établissements relevant du logement social et Sofari pour les autres, notamment les établissements de santé. Ainsi se trouvent clarifiées les zones de responsabilité de chaque acteur. Cette nouvelle organisation permet à la Fondation de se concentrer sur le métier de gestionnaire et à ses partenaires d assurer la maîtrise d ouvrage et de mobiliser les financements nécessaires aux réalisations. Par ailleurs, la Fondation a développé sa politique de contrats cadre, ceci de manière à maîtriser les coûts et améliorer la qualité du service. Après analyse des appels d offre, elle a signé des conventions cadre avec des entreprises pour : l entretien des équipements électromécaniques et en particulier des ascenseurs des établissements ; la location et le traitement du linge et des vêtements de travail pour les établissements ; la fourniture de mobiliers et d équipement des établissements. Concernant l organisation du réseau et de manière à accompagner la croissance du réseau d établissements et services et à assurer une bonne maîtrise des risques, le conseil d administration a approuvé la mise en œuvre de centres administratifs régionaux (CAR). Destiné à préserver la continuité du service, chacun de ces centres regroupera entre 12 et 15 établissements. Placé sous la responsabilité du directeur régional, le CAR assurera la comptabilité, la paye et les ressources humaines et sociales. Conseil d administration du 26 avril Charles Milhaud et Didier-Roland Tabuteau, Bernard Monier et Nicole Moreau. 15

10 Enfin, deux nouvelles fondations placées sous l égide de la Fondation Caisses d Epargne pour la solidarité ont rejoint les 9 fondations déjà existantes, portant ainsi à 11 leur nombre en fin d année La Fondation a triplé de volume d activités en trois ans et s apprête à le doubler d ici à La croissance soutenue du réseau d établissements et services d une part, le déploiement du dispositif «Savoirs pour réussir» de l autre et la reconnaissance par les grands acteurs de l impact de sa politique d opérations d intérêt général font de la Fondation un acteur au rayonnement national. Le cinquième anniversaire de la Fondation, célébré en octobre 2006 au musée du Quai-Branly, au moment des cinquièmes Diagonales, centrées sur la solidarité entre les générations, a permis de souligner cette évolution exceptionnelle. Des objectifs à échéance des années 2010 D ici à cinq ans : la Fondation Caisses d Epargne pour la solidarité devrait compter places d accueil dans son réseau d établissements et services et, dans les années 2010, avec l appui des Caisses d Epargne, des centres «Savoirs pour réussir» devraient être créés dans chaque région et, à terme, dans chaque département. Enfin, le conseil d administration, réuni en avril 2006 pour arrêter les comptes de l exercice, a remercié les équipes dont le travail a permis d atteindre les objectifs et a rappelé quelques faits et chiffres qui rendent compte de l évolution de la Fondation en cinq ans d existence. Patrick Naudet, Alain Levrard, Antoine Mérieux, Bernard Monier et Nicole Moreau. 17

11 De 2002 à 2006, la Fondation est passée : de 46,2 millions d euros de ressources dont 2,5 millions d euros de dons à 147,2 millions d euros de ressources dont 5,3 millions d euros de dons versés ; d une dizaine de projets soutenus en 2002 à 104 initiatives financées dans le cadre de ses opérations d intérêt général en 2006 ; de la conception de l opération «Savoirs pour réussir» au fonctionnement effectif de 13 centres aujourd hui opérationnels ; de 21 à 76 établissements et services ; de places d accueil à places d accueil en établissements, abonnés en téléassistance et 800 personnes soutenues par les aides-ménagères ; d une équipe de 985 collaborateurs à collaborateurs ; et a accueilli 11 fondations sous égide. La Fondation est devenue le premier réseau à but non lucratif de maisons pour personnes âgées dépendantes. Et compte tenu des perspectives, elle devrait devenir en 2007 la première fondation reconnue d utilité publique par le nombre de ses collaborateurs : plus de qui, à plus de 98 % d entre eux, sont en fonction dans les établissements en qualité d agents d entretien, de personnels administratifs, d auxiliaires de vie sociale, d animateurs, d infirmières, de médecins et de directeurs d établissement. Alain Bentolila, Michel Gonnet, Alain Bentolila, Charles Milhaud, Didier-Roland Tabuteau, Alain Levrard. 19

12 Rôle et composition du conseil d administration de la Fondation Il définit la politique générale de la Fondation et veille à la fidélité de son action à son objet statutaire. Il examine la situation financière et morale de la Fondation, approuve et discute, s il y a lieu, les comptes de l exercice clos, vote le budget de l exercice suivant et délibère autant que nécessaire sur toutes les questions soumises à l ordre du jour. Il lui appartient enfin d arrêter, sur proposition du président, la stratégie de placement des fonds de la dotation, d accepter les donations et legs versés au profit de la Fondation, de ratifier la création des fondations individualisées placées sous l égide de la Fondation, d examiner les comptes et les rapports moraux et financiers annuels. Présidé par Charles Milhaud, le conseil est composé de 12 membres, répartis en 3 collèges de 4 membres chacun. Le président est par ailleurs assisté dans la conduite des affaires de la Fondation par le bureau et deux vice-présidents qui le représentent dans chacun des deux domaines d activités de la Fondation : Nicole Moreau, en charge de l autonomie ; Alain Bentolila, en charge de la lutte contre l illettrisme. Le secrétaire et le trésorier du bureau sont respectivement Guy Cotret et Bernard Monier. Sur la proposition du président, le conseil a approuvé la nomination de Didier-Roland Tabuteau en qualité de directeur général de la Fondation, le 21 novembre Jean Boissonnat, Jean Levallois et Bernard Monier, Michel Gonnet. 21

13 COLLEGE DES FONDATEURS Fonction Profession Charles Milhaud...Président...Président du directoire de la Caisse Nationale des Caisses d Epargne et de Prévoyance Nicole Moreau...Vice-présidente..Présidente de la Fédération Nationale des Caisses d Epargne et de Prévoyance Michel Gonnet...Membre...Président du directoire de la Financière Océor Bernard Monier...Trésorier...Président du directoire de la Caisse d Epargne d Auvergne et du Limousin COLLEGE DES REPRÉSENTANTS DE L ETAT (AU 30/06/2007) Représentation Françoise Laplazie...représentant le ministre de l Intérieur Antoine Mérieux...représentant le ministre de l Economie, des Finances et de l Industrie Roselyne Bachelot-Narquin...ministre chargée de la Santé, de la Jeunesse et des Sports Xavier Bertrand...ministre des Relations Sociales et de la Solidarité COLLEGE DES PERSONNES QUALIFIEES DANS LES DOMAINES D INTERVENTION DE LA FONDATION Fonction Profession Jean Levallois...Membre...Editorialiste - Président du COS de la Caisse d Epargne de Basse-Normandie Alain Bentolila...Vice-président...Professeur des universités Jean Boissonnat...Membre...Journaliste écrivain Guy Cotret...Secrétaire...Membre du directoire de la Caisse Nationale des Caisses d Epargne et de Prévoyance Antoine Mérieux, Michel Gonnet, Alain Bentolila, Charles Milhaud, Didier-Roland Tabuteau et Patrick Naudet. 23

14 Organigramme 2006, la Fondation en chiffres 76 établissements et services places d accueil collaborateurs abonnés téléassistance 800 personnes soutenues à domicile 147,2 millions d euros de ressources 5,3 millions d euros de dons reçus 4,4 millions d euros affectés aux opérations d intérêt général 2,2 millions d euros de dons affectés aux fondations sous égide par leur fondateur Ressources des établissements médico-sociaux Ressources des établissements sanitaires 12 % 23 % 24 % 76 % Hébergement Dépendances Soins Dotations sanitaires Autres ressources 65 % Répartition des ressources du réseau par activité 14 % 3 % 83 % Etablissements médico-sociaux Etablissements sanitaires Sirmad 12 % Répartition des charges de la Fondation 5 % 59 % 18 % 6 % Frais de personnel Autres charges (dont mécénat, services extérieurs...) Achats Sous-traitance Locations immobilières et mobilières Répartition des ressources de la Fondation 0,3 % 1,5 % 3,6 % 94,6 % Dons faits par les entreprises du Groupe Caisse d'epargne, autres dons et legs Rémunération du placement de la dotation financière Dons affectés aux fondations sous égide par leur fondateur 25

15 ACCOMPAGNER LES PERSONNES ÂGÉES Avec collaborateurs en 2006 et ses perspectives de croissance, la Fondation devrait devenir en 2007 la première fondation reconnue d utilité publique par le nombre de ses collaborateurs. A plus de 98 % d entre eux, les salariés de la Fondation travaillent dans les 76 établissements et services. Ils accompagnent les personnes accueillies, prennent soin d elles, soulagent la douleur et la souffrance et contribuent à leur rendre la vie plus douce. Guinguette à Douai. 27

16 Basse-Terre Garonne Loire Garonne Dunkerque Fort-de-France La Fondation Caisses d Epargne pour la solidarité Pointe-à-Pitre Seine Loire Rhône Meuse Saône en mai 2007 Moselle Besançon Metz Nancy Meurthe Guéret La Rochelle La Rochénard Noth Le Monteil-au-Vicomte Aveize Annecy St-Georgesde-Didonne Limoges Clermont-Ferrand Roanne Felletin Lyon Chambéry Givors Jacob-Bellecombette Gouts-Rossignol Allevard St-Etienne-de-St-Geoirs La Tour Blanche Naves Tullins Notre-Dame-de-l Osier Bordeaux Périgueux Grenoble Valence Le Poët-Laval Lablachère Dieulefit Agen Alès Vauvert Nice Montpellier Toulouse Bayonne Lattes La Tour-d Aigues Pau Salles-d Aude Marseille Toulon Guadeloupe Lourdes Gruissan Guchen Perpignan Lille 14 établissements et services d aides-ménagères Valenciennes Douai Cherbourg Amiens Flamanville Le Havre Yvetot Rouen Caen Epernay Dangy Paris Dinard Cerisy Monfort-l Amaury Jouarre Châlons-en- Brest St-Mandé Champagne Quimper Sergines Troyes Rennes Pléchatel Le Mans Orléans Vannes Angers Tours St-Georges-sur-Baulche Saint-Nazaire Joué-lès-Tours Dijon Nantes Châteauroux Autun Poitiers Frontenay-Rohan-Rohan Usson-du-Poitou Soultzsous-Forêts Gourbeyre Martinique La Trinité Colmar Schiltigheim Strasbourg Centre Savoirs pour réussir Résidence pour personnes âgées Accueil de jour Etablissement sanitaire Foyer d accueil médicalisé (FAM) Maison d accueil spécialisée (MAS) Service d aide à domicile ou d assistance téléphonique Etablissement Coty (siège) LE RÉSEAU d établissements et services A la fin de l année 2006, 76 établissements et services ont été gérés avec un peu plus de collaborateurs. 68 établissements pour personnes âgées dépendantes ont accueilli plus de personnes. Une majorité de ces résidences est totalement habilitée à l aide sociale de manière à pouvoir accueillir les personnes qui ont des ressources modestes. Les 3 établissements sanitaires du réseau ont accueilli, quant à eux, environ patients, pris en charge et soignés par les équipes du centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle de Noth, dans la Creuse, du centre de soins de suite de La Valériane, spécialisé dans le traitement de l obésité en Martinique, et de l hôpital Arthur Gardiner à Dinard, en Ille-et-Vilaine. Les 5 services de maintien à domicile ont suivi de leur côté environ personnes abonnées et 800 personnes visitées et aidées dans l accomplissement de leurs tâches quotidiennes. 29

17 Agrandir, rénover, assurer la mise en conformité avec les normes de sécurité, ou encore créer et construire de nouveaux établissements, la croissance du réseau s est maintenue au niveau élevé des années précédentes. Ainsi en 2006 : en Corrèze, en Seine-et-Marne, en Isère et à Paris, 7 nouveaux chantiers ont démarré et donneront lieu d ici dix-huit à vingtquatre mois à l ouverture de 7 nouvelles résidences ; deux restructurations ont également été achevées, à Cerisy, dans la Manche, et à Guchen, dans les Hautes-Pyrénées, et 7 autres ont démarré dans le courant de la même année ; un accueil de jour a été ouvert et inauguré en novembre dernier, à Paris dans le IV e arrondissement, pour permettre à une soixantaine de personnes âgées atteintes de la maladie d Alzheimer de venir passer paisiblement leurs journées. Soins et attentions spécifiques leur sont prodigués de sorte que les activités et les relations proposées permettent de ralentir le développement de leurs symptômes. Cet accueil, réalisé par une équipe médicalisée et pluridisciplinaire, permet de soulager de manière significative les familles et aidants naturels qui ont besoin d être compris et soutenus dans leurs efforts. Dans le secteur sanitaire La Fondation a été sollicitée pour reprendre et pour créer de nouveaux sites au rayonnement régional très important. C est le cas avec le centre médical l Argentière à Aveize, dans le Rhône, spécialisé en médecine physique de réadaptation en neurologie, en orthopédie et pour les grands brûlés. En concertation avec l Agence régionale d hospitalisation, le Centre hospitalier régional et universitaire de Saint-Etienne et les hospices civils de Lyon, la Fondation travaille au redéploiement des différentes activités à Aveize, à Saint-Etienne et à Lyon. En reprenant cet établissement en mandat de gestion, la Fondation fait ainsi la preuve de sa capacité d intervention et d innovation sur des secteurs de pointe. Elle œuvre également à la pérennisation des activités qui vont concerner des équipes de plus de 300 personnes. Centre d accueil de jour à Paris. 31

18 La Ville de Toulouse a également fait appel à la Fondation et a retenu sa proposition pour la création d une maison des adolescents. Accueillir, écouter, conseiller les adolescents sur leurs sujets de préoccupation, évaluer avec eux les situations qu ils traversent, leur proposer un soutien éducatif, social ou juridique, engager une démarche de soin si cela s avère nécessaire et assurer la prise en charge de ces jeunes, telles sont les missions de ce type de structure pour adolescents. Là encore, ce projet de création est conduit en étroite concertation avec la mairie, l Agence régionale d hospitalisation du Midi-Pyrénées, la DDASS, la préfecture, et le Centre hospitalier universitaire de Toulouse. Ce projet met en exergue la capacité de la Fondation à mobiliser la pluridisciplinarité des compétences et à assurer une présence sur des sujets complexes et des maillons encore manquants dans les réseaux de soins et d accompagnement. Dans le domaine du handicap La Fondation a déployé ses compétences d opérateur au cours de l année 2006 : deux établissements du réseau sont désormais entièrement dédiés à l accueil de personnes handicapées. L un situé à Guéret, dans la Creuse, l autre au Poët-Laval, dans la Drôme, et 2 autres résidences du réseau ont par ailleurs ouvert un accueil spécifique pour personnes handicapées qui ont passé le cap des soixante ans : celles de Salles d Aude et la seconde à Notre-Dame-de-l Osier ; en mars 2006, la première pierre a été posée dans le XIII e arrondissement de Paris, pour la création de 3 établissements regroupés pour l accueil et le travail de personnes handicapées. Il s agit d une maison d accueil spécialisée, avec une prise en charge organisée pour les personnes qui souffrent de lésions cérébrales. Elles pourront bénéficier : Réunion des médecins coordonnateurs à Paris, le 14 juin En haut : Jean-Claude Gérard, directeur du réseau. 33

19 - d un accompagnement spécifique quotidien et d une prise en charge médicale nécessaire à leur état de santé ; - d un foyer d hébergement pour une vingtaine de personnes qui souffrent de handicap mental ; - d un établissement et service d aide par le travail (ESAT). Cet ESAT proposera à 60 personnes qui souffrent de handicaps de travailler dans le secteur tertiaire, pour des travaux d imprimerie, informatiques, de routage et de secrétariat. Les tâches liées à cette production seront adaptées bien sûr aux besoins et aux capacités de chacun. Le financement du fonctionnement sera assuré par une dotation globale de l Etat, d une part, et par les recettes de l activité commerciale, de l autre. Un développement appelé à se poursuivre La Fondation est aujourd hui un acteur reconnu pour son engagement social, et cet engagement a un caractère opérationnel très concret. Il est au cœur des difficultés que rencontrent d un côté les personnes âgées, malades ou handicapées et, de l autre, les jeunes confrontés à des difficultés sociales et linguistiques. A ce titre, la Fondation est porteuse d un message : le rôle irremplaçable du secteur privé à but non lucratif pour faire face aux défis qui attendent notre société. Aussi, dans ces différents domaines, la Fondation propose aujourd hui sa marque d «action». Elle a été l une des premières à s engager dès 2005 dans la démarche qualité et d évaluation prévue par la loi de rénovation de l action sociale et médico-sociale. La Fondation a expérimenté et mis en place dans plus de 40 établissements, en 2006, cette démarche, qui continuera de s étendre à de nouveaux établissements en Réunion des médecins coordonnateurs à Paris, le 14 juin En haut : Bruno Favier, conseiller technique médical. 35

20 Dans le même sens, une rencontre des médecins coordonnateurs des établissements de la Fondation se tient tous les ans. Le 14 juin 2007, les 48 médecins coordonnateurs du réseau ont défini les contours d un projet médical pour les établissements de la Fondation. L objectif de ces rencontres est de pouvoir modéliser les pratiques pour informer et, à terme, pour influencer les politiques publiques à partir des évolutions constatées et des expériences innovantes d accompagnement des personnes âgées en établissement. Le rôle du médecin coordonnateur, ses relations avec les équipes et le directeur d établissement ont également été au centre des discussions. La Fondation élabore aussi dans ce cadre des référentiels spécifiques pour l accompagnement des personnes handicapées et des personnes à domicile. Projets de soins, évolution des pratiques médicales en EHPAD et convergences souhaitables avec celles des établissements sanitaires, les réunions permettent de préfigurer ce qui pourrait être une «conférence médicale» de la Fondation comme l a indiqué le directeur général lors de la réunion du 14 juin «Le réseau est en expansion. Le développement considérable Je tiens à saluer le travail des équipes.» Didier-Roland Tabuteau Rencontre interrégionale du personnel dans le Douaisis, 19 juin

21 Cette démarche qualité concerne également l ensemble des directions de la Fondation et des services fonctionnels du siège. En 2006, plus de 500 nouveaux salariés ont pu être ainsi intégrés grâce au travail de l équipe des ressources humaines qui s est également consacrée à consolider les actions lancées au cours des années précédentes et notamment à l application progressive de la convention collective FEHAP. Fin 2005, 25 des établissements et services de la Fondation appliquaient les dispositions des CCN 51 et 83. Fin 2006, ce sont 37 établissements qui appliquent ces dispositions conventionnelles. Professionnalisation des salariés peu qualifiés, renforcement des compétences, la politique nationale de formation a également été poursuivie et, en 2006, K y ont été consacrés, soit 1,83 % de la masse salariale de la Fondation collaborateurs en ont bénéficié. En appui aux directions concernées du siège de la Fondation, la direction de l administration et des finances a apporté sa contribution aux travaux liés à l externalisation du patrimoine immobilier, à la réflexion sur une organisation déconcentrée autour de centres administratifs régionaux et enfin à la définition du cahier des charges et du financement du nouveau schéma directeur des systèmes d information. Particulièrement mobilisées par le développement du réseau des établissements et services, dont le périmètre s agrandit d année en année, les équipes comptables et financières ont contribué, par leur adaptation, aux nouveaux enjeux qui se sont dessinés en 2006 pour la Fondation. Rencontre interrégionale du personnel dans le Douaisis, 19 juin Didier-Roland Tabuteau, Maryvonne Lyazid et Eric Batcave. 39

22 Le 19 juin 2007, première rencontre interrégionale du personnel de la région Nord et Ile-de-France de la Fondation. Inaugurant un rendez-vous qui sera dorénavant annuel, la région Nord a accueilli, à Montigny-en-Ostrevent, le 19 juin 2007, la première rencontre interrégionale du personnel. Etaient conviés des représentants de l ensemble des directions du siège de la Fondation ainsi que les collaborateurs des douze établissements et services du Douaisis Aniche, Beuvry-la-Forêt, Corbehem, Dorignies, Douai, Ecaillon, Lambres-lez-Douai, Lewarde, Montigny-en-Ostrevent, Ostricourt, Saméon, Sin-le- Noble, le service d aide à domicile de Sin-le-Noble et des 5 établissements de la région parisienne Saint-Mandé, Jouarre, Montfort-l Amaury, Nanterre, l accueil de jour des Francs-Bourgeois à Paris comme ceux de Dunkerque, Yvetot et Epernay. Présenter et partager avec ces 300 salariés les réalisations et projets de la Fondation, les associer à leur développement : tels étaient les objectifs de cette première rencontre. Avant de détailler la diversité des interventions de la Fondation, Didier-Roland Tabuteau a précisé : «Cette journée est une fête pour la Fondation. La Fondation a six ans. Il est important pour chacun de savoir ce qu elle fait, où elle en est, où elle va. En six ans d existence, nous avons connu des étapes importantes dont vous êtes l expression même.» Rencontre interrégionale du personnel dans le Douaisis, 19 juin Claire Hédon, Brigitte Plisson et les Bataclowns. 41

23 Chaque établissement a ainsi été sollicité pour participer à un appel à projets sur le thème «bien vieillir, mieux vieillir» destiné à améliorer la qualité de vie des personnes accueillies. Cinq d entre eux ont été retenus et recompensés par un voyage d étude en Europe. Cette rencontre a également été l occasion de partager un moment de détente et de convivialité lors de la visite du site historique minier de Lewarde. Les projets retenus «Voyageons en Europe» Sur le thème des pays européens, dîners, conférences et jeux animeront la résidence Les Trois Roses durant plusieurs mois. Ces animations solliciteront les souvenirs des résidents qui pourront ainsi, sans se déplacer, échanger et s ouvrir sur le monde. Résidence Les Trois Roses à Epernay «Je vis avec mon handicap, je me sens bien chez moi» Pendant plusieurs jours l ensemble du personnel soignant sera invité à se mettre à la place des résidents pour ressentir leurs handicaps. Ce projet permettra d améliorer la prise en charge des personnes et l adaptation de leur environnement. Résidence Le Pévèle à Saméon «L EHPAD au cœur de la ville» Des locaux disponibles seront mis à la disposition de la municipalité pour créer, entre autres, une bibliothèque, une garderie et une salle polyvalente au sein même de l établissement. Les résidents pourront bénéficier des activités et les relations extérieures seront facilitées par la présence d enfants et des habitants de la commune. Résidence Les Tilleuls à Beuvry-La-Forêt Rencontre interrégionale du personnel dans le Douaisis, 19 juin Claire Hédon et Maryvonne Lyazid. 43

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Un déficit important dû pour une large part aux migrations des familles Entre et, la Champagne-Ardenne a perdu beaucoup

Plus en détail

Lutter contre l illettrisme et agir contre l exclusion sociale

Lutter contre l illettrisme et agir contre l exclusion sociale Lutter contre l illettrisme et agir contre l exclusion sociale La Fondation poursuit la même démarche de mécénat dans la lutte contre l illettrisme. Elle a conçu dans ce cadre le dispositif «Savoirs pour

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

Le plus grand Poker Tour jamais organisé

Le plus grand Poker Tour jamais organisé Le plus grand Poker Tour jamais organisé QUALIFICATIONS ONLINE DÈS LE 15 SEPTEMBRE 2011 ETAPES LIVE DÈS LE 5 NOVEMBRE 2011 COMPÉTITION 100 % GRATUITE 69 ÉTAPES PARTOUT EN FRANCE 37 VILLES 10 000 JOUEURS

Plus en détail

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION 1961 : Naissance de La Chrysalide Arles, section dépendante de La Chrysalide de Marseille affiliée à l

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 TABLEAU REPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 Préconisation du Ministère (Guillaume BOUDY secrétaire général du MCC) dans ses modèles de statuts types : article 8.6 dans sa note aux préfets et aux DRAC

Plus en détail

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE EN QUELQUES CHIFFRES * 35 délégations régionales 218 collaborateurs dédiés, dont 154 sur le terrain 12 500 membres d associations bénévoles

Plus en détail

Cyril PARLANT Directeur Associé Avocat en Droit Social

Cyril PARLANT Directeur Associé Avocat en Droit Social Neuilly, le 2 février 2009 Objet : Aménagement régime Retraite - Prévoyance Madame, Monsieur, Votre entreprise va - si ce n'est pas déjà le cas - être confrontée à des aménagements de ses régimes de retraite

Plus en détail

100 Jours 100% Gagnants

100 Jours 100% Gagnants 100 Jours 100% Gagnants Charte et guide du parrainage Le Département du Pas-de-Calais se veut porteur d une ambition et de projets pour la jeunesse. Le 17 décembre 2012, il s est donc doté d un Pacte départemental

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage DEVENIR PARTENAIRE Courtage L EXPERTISE Depuis 2006, AG2R LA MONDIALE a signé la charte de déontologie du courtage avec la Chambre Syndicale des Courtiers d Assurances (C.S.C.A.) Selon l évolution de la

Plus en détail

L action sociale AU SERVICE DES SALARIÉS ET DE LEURS AYANTS DROIT

L action sociale AU SERVICE DES SALARIÉS ET DE LEURS AYANTS DROIT CCN MÉDICO-TECHNIQUE L action sociale AU SERVICE DES SALARIÉS ET DE LEURS AYANTS DROIT POUR LES SALARIÉS ET LEUR FAMILLE AIDES À LA FAMILLE CESU maternité Lors d une naissance ou d une adoption, un CESU

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

64 ÈME CE ET ENTREPRISE FINAN CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES

64 ÈME CE ET ENTREPRISE FINAN CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES 64 ÈME CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LES CENTRES D INFORMATION SUR LA PRÉVENTION DES DIFFICULTÉS DES ENTREPRISES ENTREPRISE EN DIFFICULTÉS : ANTICIPATION, ACCOMPAGNEMENT ET FINANCEMENT CE ET

Plus en détail

9 Référentiel de missions de l agence du service civique

9 Référentiel de missions de l agence du service civique BINOME 21 PROJET ASSOCIATIF 2011-2013 Pour une solidarité intergénérationnelle Erard Marie-Françoise Sommaire 1 Objectifs 2 Chartes 3 Fonctionnement de l association 4 Etude préalable 5 Projet actuel 6

Plus en détail

Les établissements d enseignement supérieur artistique et culturel

Les établissements d enseignement supérieur artistique et culturel STATISTIQUES Les Notes Les établissements d enseignement supérieur artistique et culturel dépendant du Ministère de la culture et de la communication Effectifs et diplômes Année scolaire 2002-2003 Ministère

Plus en détail

Présentation MFAM 2013

Présentation MFAM 2013 Présentation MFAM 2013 1 Présentation générale 2 Qui sommes nous? une entreprise de droit privé un organisme mutualiste à but non lucratif implanté en Maine et Loire et en Mayenne siège à Angers / délégation

Plus en détail

Le sport est un jeu...

Le sport est un jeu... Le sport est un jeu... Gagner le sourire des enfants malades, le plus grand des enjeux Association Loi 1901 RENCONTRE AMICALE Sam Essediri Fondateur - Président Directeur d 1 Maillot pour la Vie Un Maillot

Plus en détail

Appel à projets CAP Retraite Bretagne. «Agir contre l isolement des seniors»

Appel à projets CAP Retraite Bretagne. «Agir contre l isolement des seniors» Appel à projets CAP Retraite Bretagne «Agir contre l isolement des seniors» La mutualité sociale agricole (MSA), le régime social des indépendants (RSI), la caisse d assurance retraite et de santé au travail

Plus en détail

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Rencontre presse Jeudi 12 septembre 2013 PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Plus de 4 millions de Français1

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile C E N T R E C O M M U N A L A C T I O N S O C I A L E LIVRET D ACCUEIL maintien à domicile personnes âgées - handicapées Aide à domicile Portage de repas Téléalarme 1 SOMMAIRE AVANT-PROPOS L aide à domicile

Plus en détail

retraite prévoyance santé épargne assurances action sociale vacances www.probtp.com

retraite prévoyance santé épargne assurances action sociale vacances www.probtp.com retraite prévoyance santé épargne assurances action sociale vacances www.probtp.com UNE PROTECTION SOLIDE... PRO BTP est le groupe de protection sociale géré par les représentants des entreprises et des

Plus en détail

VITALI SANTÉ Au service des salariés PSA

VITALI SANTÉ Au service des salariés PSA VITALI SANTÉ Au service des salariés PSA 1 INTERVENTIONS INDIVIDUELLES Aides personnalisées ponctuelles En cas de difficultés importantes dues à une situation de rupture (chômage, surendettement, divorce,

Plus en détail

L A P E R F O R M A N C E D U R A B L E

L A P E R F O R M A N C E D U R A B L E L A P E R F O R M A N C E D U R A B L E ÉDITO Accompagner durablement votre performance Samsic Facility regroupe l ensemble de nos métiers supports à l exploitation immobilière tels que la propreté, la

Plus en détail

RÉHABILITATION DES LOGEMENTS SOCIAUX

RÉHABILITATION DES LOGEMENTS SOCIAUX RÉHABILITATION DES LOGEMENTS SOCIAUX L offre de prêts sur fonds d épargne de la Caisse des Dépôts Pour la réussite de tous les projets Une offre globale pour vos opérations de réhabilitation La Caisse

Plus en détail

Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE. Gares ou Segments de Gares DRG 2016. Prestation de base (en k )

Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE. Gares ou Segments de Gares DRG 2016. Prestation de base (en k ) DRG 2016 Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE Prestation de base (en k ) Gares ou Segments de Gares montant total dont rémunération de l'actif (WACC) dont rétrocession du résultat

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes 56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30 Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes Site internet : www.ehpad-gautier.com 1 PRESENTATION

Plus en détail

Enfants, familles et célibataires bienvenus! La Maison des familles a déménagé

Enfants, familles et célibataires bienvenus! La Maison des familles a déménagé La Maison mars-juin 2014 des familles Enfants, familles et célibataires bienvenus! L inscription pour participer aux activités est gratuite mais nécessaire. La Maison des familles a déménagé au 18/18bis,

Plus en détail

Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004

Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004 Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004 Association des Maires de Grandes Villes de France Tous droits réservés Septembre 2004 1 Au

Plus en détail

S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació.

S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació. S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació. Sabadell, del 5 al 6 de juliol de 2007 Observatori de la mobilitat. El cas de França. Marie-Odile Gascon, Observation de la mobilité,

Plus en détail

TD13. > L accueil collectif. Activité 1 > Les différents accueils de la petite enfance

TD13. > L accueil collectif. Activité 1 > Les différents accueils de la petite enfance CHAPITRE 4 L accueil de la petite enfance Les écoles maternelle et élémentaire > L accueil collectif TD13 mémo 6 OBJECTIFS > Caractériser les différents modes d accueil collectif > Énoncer la qualification

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 23 décembre 2013 modifiant l arrêté du 18 avril 2011 portant liste et classification en deux catégories des emplois de greffier

Plus en détail

LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR

LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR 18 novembre 2015 Méthodologie Préambule L objectif de cette étude est d analyser les 50 premières communes les plus peuplées de France métropolitaine et de les classer

Plus en détail

Emplois d avenir GUidE de l EmploYEUr

Emplois d avenir GUidE de l EmploYEUr Emplois d avenir GUIDE DE L EMPLOYEUR GUIDE DE L EMPLOYEUR La jeunesse est la priorité du quinquennat qui s ouvre. Son avenir mobilisera le Gouvernement dans de nombreux domaines et notamment ceux de l

Plus en détail

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Version Février 2011 HARMONIE SOINS & SERVICES Sommaire général Un groupe

Plus en détail

Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante. cofelyineo-gdfsuez.com

Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante. cofelyineo-gdfsuez.com Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante cofelyineo-gdfsuez.com Maîtrise des coûts, continuité de service, performance énergétique, respect de l environnement, suivi des évolutions règlementaires

Plus en détail

ACTION SOCIALE ÉCOUTE, CONSEIL, SOUTIEN

ACTION SOCIALE ÉCOUTE, CONSEIL, SOUTIEN 1 ACTION SOCIALE ÉCOUTE, CONSEIL, SOUTIEN Être présent en cas de difficultés Prévenir et accompagner l avance en âge Soutenir les projets de vie Action sociale KLESIA L innovation sociale selon KLESIA,

Plus en détail

l essentiel 2012 des petits frères des Pauvres L essentiel 2012 de la Fondation

l essentiel 2012 des petits frères des Pauvres L essentiel 2012 de la Fondation l essentiel 2012 L essentiel 2012 de la Fondation des petits frères des Pauvres La Fondation des petits frères des Pauvres s inscrit dans un mouvement associatif tourné vers les personnes âgées ou en grande

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

L ARS du Centre invite l ensemble des directeurs des centres hospitaliers de la région Centre

L ARS du Centre invite l ensemble des directeurs des centres hospitaliers de la région Centre DOSSIER DE PRESSE Mardi 11 décembre 2012 L ARS du Centre invite l ensemble des directeurs des centres hospitaliers de la région Centre - 12 décembre 2012 de 10h à 12h Point presse à 12h Médiathèque d Orléans

Plus en détail

MM Joseph DENIAUD et Jean François LEMOINE

MM Joseph DENIAUD et Jean François LEMOINE Conférence du 21 Novembre 2011 SANTE ET PROJET DE TERRITOIRE Quelle Place pour le Tiers Secteur Intervention de MM Joseph DENIAUD et Jean François LEMOINE 1 Evolution du Paysage de Santé dans le Territoire

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Aujourd hui, l association ARTIS continue de se développer en suivant les deux objectifs qu elle s était fixée depuis l origine :

Aujourd hui, l association ARTIS continue de se développer en suivant les deux objectifs qu elle s était fixée depuis l origine : L association ARTIS- MBC (Musique, Bazar et Compagnie), loi 1901, a été fondée à Lyon le 19 décembre 1991. Elle a rencontré, en 1994, la compagnie Azanie et leur travail en commun a permis d ouvrir un

Plus en détail

Discours d inauguration du Président de l association Le Fil d Argent / janvier 2012

Discours d inauguration du Président de l association Le Fil d Argent / janvier 2012 Discours d inauguration du Président de l association Le Fil d Argent / janvier 2012 Madame le Ministre, Monsieur le Préfet, Mesdames et messieurs les députés et sénateurs, Mesdames et Messieurs les élus

Plus en détail

56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30. Projet de vie

56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30. Projet de vie 56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30 Projet de vie PROJET DE VIE ACCUEIL DE JOUR Lorsqu il apparaît, le syndrome démentiel transforme dramatiquement

Plus en détail

Le plan social étudiant

Le plan social étudiant Le plan social étudiant Dossier de la conférence de presse du 7 avril 1999. Présentation La bourse de 1er cycle La bourse à taux " zéro " La commission académique d allocation d études Relèvement du plafond

Plus en détail

Que peut faire une personne désireuse

Que peut faire une personne désireuse ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE00.17 JUIN Le baccalauréat constitue la porte d entrée dans l enseignement supérieur mais, pour ceux qui n en sont pas titulaires, il y a la possibilité

Plus en détail

Prendre soin. Résidence les jardins médicis pontpoint

Prendre soin. Résidence les jardins médicis pontpoint Prendre soin Résidence les jardins médicis pontpoint Résidence Les Jardins Médicis Nous serons heureux de vous accueillir dans une résidence médicalisée située dans un environnement calme et verdoyant,

Plus en détail

Le vélo urbain : un objet de loisir plus qu un moyen de déplacement quotidien. Les Pays-Bas et le Danemark, pays de référence pour la pratique du vélo

Le vélo urbain : un objet de loisir plus qu un moyen de déplacement quotidien. Les Pays-Bas et le Danemark, pays de référence pour la pratique du vélo 1 La place du vélo dans la ville : le vélo est très peu utilisé, mais pourrait concurrencer l automobile sur 5 km Le vélo urbain : un objet de loisir plus qu un moyen de déplacement quotidien Dans les

Plus en détail

Orthophoniste. Le Métier d Orthophoniste. Concours et Formation. Concours Prépa Santé

Orthophoniste. Le Métier d Orthophoniste. Concours et Formation. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 896 h/an Access : 784 h/an de septembre à mai Orthophoniste Le Métier d Orthophoniste L orthophoniste intervient sur prescription médicale. Il est spécialisé dans la correction

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER. Exercice du 1 er juillet 2013 au 30 juin 2014

RAPPORT FINANCIER. Exercice du 1 er juillet 2013 au 30 juin 2014 RAPPORT FINANCIER Exercice du 1 er juillet 2013 au 30 juin 2014 Le rapport financier 2013-2014 est articulé en deux parties : la première présente les données chiffrées de l exercice 2013-2014, la seconde

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre du masque Une rupture dans l évolution de. Les enseignements des. dernières EMD

Cliquez pour modifier le style du titre du masque Une rupture dans l évolution de. Les enseignements des. dernières EMD Cliquez pour modifier le style du titre du masque Une rupture dans l évolution de Cliquez la pour mobilité modifier urbaine les styles du? texte du masque Les enseignements des Deuxième niveau dernières

Plus en détail

CONTACTS. fatene.benhabyles-foeth@diplomatie.gouv.fr. marianne.zalc-muller@diplomatie.gouv.fr. Fatène Benhabyles-Foeth. Marianne Zalc-Müller

CONTACTS. fatene.benhabyles-foeth@diplomatie.gouv.fr. marianne.zalc-muller@diplomatie.gouv.fr. Fatène Benhabyles-Foeth. Marianne Zalc-Müller CONTACTS _ Marianne Zalc-Müller marianne.zalc-muller@diplomatie.gouv.fr 06 11 69 43 00 Fatène Benhabyles-Foeth fatene.benhabyles-foeth@diplomatie.gouv.fr 06 46 82 16 66 / 01 43 17 52 61 Marie Jaudet presse@cop21.gouv.fr

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DEPENDANCE Synthèse des positions de l UNAF juin 2011

PRISE EN CHARGE DE LA DEPENDANCE Synthèse des positions de l UNAF juin 2011 PRISE EN CHARGE DE LA DEPENDANCE Synthèse des positions de l UNAF juin 2011 Suite à son Conseil d administration de mars 2011, l UNAF a fait part de l ensemble de ses analyses et propositions dans un document

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

CILGERE, en mouvement pour le logement des salariés

CILGERE, en mouvement pour le logement des salariés CILGERE, en mouvement pour le logement des salariés CILGERE en mouvement Dans un secteur en pleine évolution, CILGERE a su prendre le train de la réforme pour consolider son implantation territoriale et

Plus en détail

Trajectoires individuelles et performance d entreprises

Trajectoires individuelles et performance d entreprises Présentation Trajectoires individuelles et performance d entreprises > Management des talents > Développement du leadership > Pilotage de carrière Ce document reste la propriété intellectuelle de LEROY

Plus en détail

ANDRÉ ROSSINOT, président du CNFPT

ANDRÉ ROSSINOT, président du CNFPT À la veille d un mouvement de décentralisation important et alors que la Fonction publique territoriale a fait la preuve de son adaptation aux incessantes mutations des collectivités depuis deux décennies,

Plus en détail

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées Home Economics présentation de la politique du Conseil Général du Bas-Rhin en faveur des personnes âgées 18 octobre 2013 Mieux répondre aux

Plus en détail

LES OUTILS DE LA VEILLE REUSSITE EDUCATIVE A CUGNAUX

LES OUTILS DE LA VEILLE REUSSITE EDUCATIVE A CUGNAUX LES OUTILS DE LA VEILLE REUSSITE EDUCATIVE A CUGNAUX Outil 1 : Protocole de la Veille et Réussite Educative à Cugnaux Dans le cadre de la loi de cohésion sociale (programme15 et 16) de la loi n 2005-32

Plus en détail

RÉSIDENCE LES LOGIS D AURE GUCHEN

RÉSIDENCE LES LOGIS D AURE GUCHEN RÉSIDENCE LES LOGIS D AURE GUCHEN BIENVENUE A VOUS! Avec l équipe de la résidence, nous vous souhaitons la bienvenue et, pour vous permettre de rencontrer les personnes qui vivent ici, nous allons prochainement

Plus en détail

Action Sociale 1 Bienvenue Matthieu SAJNO Action sociale 2 Sommaire Le Groupe HUMANIS L Action sociale 3 Le Groupe HUMANIS, c est : Un groupe issu de la fusion des groupes Novalis Taitbout, Aprionis et

Plus en détail

Ferrand www.admission-postbac.org

Ferrand www.admission-postbac.org Académie IUT Site Internet Dates inscription Modalités particilières Nantes Poitiers Lille Caen Rouen Strasbourg Clermont Ferrand www.admission-postbac.org Montpellier Du 20 janvier au 25 mars 2008 Corse

Plus en détail

MAMI SENIORS Livret d accueil

MAMI SENIORS Livret d accueil MAMI SENIORS Livret d accueil Maison «Mami seniors» : Un espace d accueil de jour non médicalisé. C est un lieu de rencontres, d échanges et d animation au cœur de Toulon. Soucieux de cultiver le lien

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. A l occasion de la remise du rapport de Cécile Gallez, députée du Nord,

DOSSIER DE PRESSE. A l occasion de la remise du rapport de Cécile Gallez, députée du Nord, DOSSIER DE PRESSE Lille, le 13 février 2008 A l occasion de la remise du rapport de Cécile Gallez, députée du Nord, sur l accueil des personnes âgées et des personnes handicapées françaises en Belgique,

Plus en détail

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Service de Presse Paris, le 25 octobre 2012 ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Mesdames, Messieurs, Je suis très heureuse que les organisateurs

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le vendredi 14 novembre DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem 6 ème séance plénière lundi 14 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE La commission départementale de la démographie médicale : l instance incontournable en Lot-et-Garonne pour mettre en place un nouvel exercice

Plus en détail

Les charges de copropriété dans le parc privé

Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de l année 2009 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : L analyse du parc des immeubles en

Plus en détail

La Manoudière. 3 rue Adhémar 26200 MONTELIMAR : 04 75 53 43 05

La Manoudière. 3 rue Adhémar 26200 MONTELIMAR : 04 75 53 43 05 La Manoudière 3 rue Adhémar 26200 MONTELIMAR : 04 75 53 43 05 MAISON DE RETRAITE «La Manoudière» PRESENTATION GENERALE L ensemble du personnel de la maison de retraite est à votre disposition pour rendre

Plus en détail

Appel à projets 2015 relatif aux maisons et pôles de santé

Appel à projets 2015 relatif aux maisons et pôles de santé PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Appel à projets 2015 relatif aux maisons et pôles de santé Le présent document précise les modalités de réponse à l appel à projets 2015 sur les maisons et pôles de

Plus en détail

MMES et MM les Directeurs des Unions Régionales des Caisses d'assurance Maladie

MMES et MM les Directeurs des Unions Régionales des Caisses d'assurance Maladie l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale &LUFXODLUH&1$076 Date : 15/12/2000 Origine : DDRE Réf. : DAR n 14/2000 n / n / n / MMES et MM les Directeurs des Caisses Primaires d'assurance

Plus en détail

DISCOURS VŒUX. 17 janvier 2014

DISCOURS VŒUX. 17 janvier 2014 DISCOURS VŒUX 17 janvier 2014 Madame la Ministre de la Réforme de l Etat, de la Décentralisation et de la Fonction Publique Monsieur le Sous Préfet, Madame le Maire de Morlaix et Présidente du Conseil

Plus en détail

Prendre soin RÉSIDENCE LES RIVALIÈRES LE VAUDREUIL

Prendre soin RÉSIDENCE LES RIVALIÈRES LE VAUDREUIL Prendre soin RÉSIDENCE LES RIVALIÈRES LE VAUDREUIL Résidence Les Rivalières Nous serons heureux de vous accueillir dans une résidence médicalisée située dans un quartier pavillonnaire et verdoyant des

Plus en détail

Localisation. Les prestations

Localisation. Les prestations Localisation EHPAD L OREE DU PARC 131 rue de Nazareth 49100 Angers Tél. : 02 41 72 46 46 email : accueil.oreeduparc@mfam49-53.fr Pour en savoir plus Située à proximité du Parc de la Garenne et du Centre

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER BEZIERS LIVRET D ACCUEIL PÔLE GÉRONTOLOGIQUE CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS. Espace Perréal

CENTRE HOSPITALIER BEZIERS LIVRET D ACCUEIL PÔLE GÉRONTOLOGIQUE CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS. Espace Perréal CENTRE HOSPITALIER BEZIERS LIVRET D ACCUEIL PÔLE GÉRONTOLOGIQUE CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS Espace Perréal BIENVENUE AU PÔLE GÉRONTOLOGIQUE DE L ESPACE PERRÉAL La Direction du Centre Hospitalier et l ensemble

Plus en détail

L ANIMATION AUPRÈS DES PERSONNES ÂGÉES : RÉFLEXIONS ET PROPOSITIONS

L ANIMATION AUPRÈS DES PERSONNES ÂGÉES : RÉFLEXIONS ET PROPOSITIONS L ANIMATION AUPRÈS DES PERSONNES ÂGÉES : RÉFLEXIONS ET PROPOSITIONS Septembre 2013 Au cours des dernières décennies, l animation auprès des Personnes Âgées a beaucoup évolué : il a fallu s adapter à des

Plus en détail

L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU

L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU 1.Présentation générale L objet des enquêtes ménages déplacements (EMD) est de recueillir les pratiques de déplacements d une population urbaine.

Plus en détail

Association pour l insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées. www.ladapt.net

Association pour l insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées. www.ladapt.net www.ladapt.net Association pour l insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées L ADAPT - association pour l insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées - œuvre au quotidien

Plus en détail

PRIX CNSA LIEUX DE VIE COLLECTIFS & AUTONOMIE EDITION 2010

PRIX CNSA LIEUX DE VIE COLLECTIFS & AUTONOMIE EDITION 2010 PRIX CNSA LIEUX DE VIE COLLECTIFS & AUTONOMIE EDITION 2010 7 octobre 2009 Avec le soutien de Communiqué de presse 3 Les nouveautés 2010 4 Les prix personnes âgées 5 Les prix personnes handicapées 6 Le

Plus en détail

Liste des organisations sportives universitaires

Liste des organisations sportives universitaires LISTE DES ORGANISATIONS SPORTIVES UNIVERSITAIRES SIUAPS, SUAPS, DAPSE Classement des universités par académie ACADEMIE D AIX-MARSEILLE - Avignon : http://www.univ-avignon.fr/fr/presentation/organisation/servicescommuns/strservcom/structure/suaps.html

Plus en détail

L esprit village! DOSSIER DE PRESSE

L esprit village! DOSSIER DE PRESSE L esprit village! DOSSIER DE PRESSE Les sites Internet vous tiennent au courant de ce qui se passe au bout du monde. Tous Voisins vous informe de ce qui se passe en bas de chez vous. Contact Clément Gayet

Plus en détail

PROGRAMME «ENSEIGNEMENT SCOLAIRE PUBLIC DU PREMIER DEGRE» page 1 / 28

PROGRAMME «ENSEIGNEMENT SCOLAIRE PUBLIC DU PREMIER DEGRE» page 1 / 28 PROGRAMME «ENSEIGNEMENT SCOLAIRE PUBLIC DU PREMIER DEGRE» page 1 / 28 RENTREE SCOLAIRE 2008 REPARTITION DES CREATIONS D EMPLOIS D ENSEIGNANTS DU PREMIER DEGRE PUBLIC La loi de finances pour 2008 a prévu

Plus en détail

Appels à projets, prix et bourses 2013, appel à candidature. Financements privés

Appels à projets, prix et bourses 2013, appel à candidature. Financements privés Juin 2013 Appels à projets, prix et bourses 2013, appel à candidature Financements privés Le récapitulatif des appels à projets que nous vous proposons est le résultat de la veille quotidienne réalisée

Plus en détail

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1 Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 323, du 4 mars 2014 Evolution de l activité globale L activité SOS Médecins est stable tous âges confondus depuis 3 semaines,

Plus en détail

Association de Gestion des Appartements Temporaires

Association de Gestion des Appartements Temporaires Association de Gestion des Appartements Temporaires Projet associatif 2012/2015 AGATE est une association loi 1901, née en 2003 de la réflexion de la communauté soignante de l hôpital ESQUIROL (aujourd

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

édition DU PRIX GEORGES TRUFFAUT TROIS ASSOCIATIONS EXEMPLAIRES RéCOMPENSéES LE VÉGÉTAL C EST LA VIE... LE PRIX GEORGES TRUFFAUT

édition DU PRIX GEORGES TRUFFAUT TROIS ASSOCIATIONS EXEMPLAIRES RéCOMPENSéES LE VÉGÉTAL C EST LA VIE... LE PRIX GEORGES TRUFFAUT Mai 2013 édition DU PRIX GEORGES TRUFFAUT TROIS ASSOCIATIONS EXEMPLAIRES RéCOMPENSéES LE VÉGÉTAL C EST LA VIE... Georges TRUFFAUT (1872 1948) La fondation s inspire tout naturellement du legs humaniste

Plus en détail

Mutations du réseau de l enseignement juif. Direction de l action scolaire Observatoire national de l école juive

Mutations du réseau de l enseignement juif. Direction de l action scolaire Observatoire national de l école juive Mutations du réseau de l enseignement juif Direction de l action scolaire Observatoire national de l école juive FSJU 2010 Direction de l action scolaire Observatoire national de l école juive Espace Rachi,

Plus en détail

1 Travailler dans le secteur social

1 Travailler dans le secteur social 1 Travailler dans le secteur social Proposer des formations aux métiers de la solidarité. Accéder à un emploi dans un secteur porteur. Parmi les acteurs : AskOria, les métiers des solidarités Cet organisme

Plus en détail

PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE. pour les seniors, leur famille et les professionnels

PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE. pour les seniors, leur famille et les professionnels PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE pour les seniors, leur famille et les professionnels UN LIEU D ACCUEIL,D ÉCOUTE, D INFORMATION ET D ORIENTATION L équipe du pôle seniors est à votre disposition pour vous

Plus en détail

Mutualité Française Picardie

Mutualité Française Picardie Mutualité Française Picardie 3, boulevard Léon Blum 02100 Saint-Quentin Tél : 03 23 62 33 11 Fax : 03 23 67 14 36 contact@mutualite-picardie.fr Retrouvez l ensemble des différents services et activités

Plus en détail

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication et Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Grand programme de service civique dédié à la culture «Citoyens de la culture»

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957)

Plus en détail