«Il faut faire de sa vie un rêve, et de ce rêve une réalité.» Antoine de Saint-Exupéry

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Il faut faire de sa vie un rêve, et de ce rêve une réalité.» Antoine de Saint-Exupéry"

Transcription

1 Rapport d activités 2006

2 «Il faut faire de sa vie un rêve, et de ce rêve une réalité.» Antoine de Saint-Exupéry Ce rapport d activités est complété par deux tirés à part : les comptes annuels 2006 et le rapport d activités opérations d intérêt général 2003/

3 PLUS LOIN! Cinq ans après sa création, la Fondation Caisses d Epargne pour la solidarité est devenue un acteur reconnu pour son engagement et son utilité sociale auprès des personnes âgées, malades ou handicapées comme auprès des jeunes confrontés à l illettrisme. Le chemin parcouru m apparaît exemplaire. Avec ses 76 établissements et services, la Fondation accompagne aujourd hui des milliers de personnes en perte d autonomie. Avec ses 13 centres «Savoirs pour réussir», elle aide des centaines de jeunes en difficultés sociales et culturelles. Souvenons-nous qu en 2002 elle ne comptait que 21 établissements et que le premier centre «Savoirs pour réussir» n avait pas encore vu le jour. Quant à ses opérations d intérêt général, elles sont désormais connues et appréciées. Les premières d entre elles viennent de faire l objet d une évaluation externe dont les résultats sont particulièrement encourageants. Charles Milhaud. 3

4 À l occasion de son cinquième anniversaire, la Fondation s est pourtant engagée à aller «plus loin». Bien sûr en termes quantitatifs. Parce qu en matière de lutte contre l isolement et l exclusion des personnes, les besoins sont immenses. Et les perspectives démographiques ne peuvent que les accroître. La Fondation s est fixée pour objectif de doubler sa capacité d accueil des personnes dépendantes ou handicapées et d augmenter des deux tiers le nombre de personnes accompagnées à domicile d ici Elle a également pour ambition de développer une centaine de centres «Savoirs pour réussir» à échéance du début des années Objectifs ambitieux, légitimes, mais qui ne résument pas ses projets. Car «plus loin», c est aussi pour la Fondation une exigence de qualité, la volonté d une démarche d excellence élaborée et adoptée par ses personnels comme par les bénévoles qui contribuent à ses actions. «Plus loin», c est ainsi pour la Fondation mieux accompagner, mieux exercer ses métiers, mieux répondre aux attentes et aux besoins des personnes fragilisées par la vie. D où le développement volontariste d une démarche «qualité et évaluation», déjà lancée dans plus de 40 résidences comme au siège de la Fondation et destinée à se généraliser. C est également la priorité accordée à une politique de formation, dont salariés ont bénéficié en Les métiers liés au grand âge, à la maladie, au handicap et à l exclusion exigent un professionnalisme et une rigueur sans faille. L exigence est identique pour les tuteurs bénévoles des centres «Savoirs pour réussir», tous formés par la Fondation à la relation précieuse et exigeante qu ils doivent nouer avec les jeunes qu ils accompagnent. «Plus loin», c est enrichir et multiplier les partenariats avec les acteurs de l action sanitaire, sociale et éducative. D où les initiatives prises en 2006 avec la fédération nationale de la Mutualité française, médecins du monde, la Croix-Rouge française, l agence des solidarités actives et bien d autres partenaires. Ce rapport d activités est d ailleurs accompagné d une brochure retraçant dans le détail l ensemble des actions conduites dans le cadre des opérations d intérêt général par la Fondation depuis

5 Ce sont autant d actions de terrain qui ont pu se réaliser, d innovations qui ont pu se diffuser, d améliorations du quotidien qui ont pu se concrétiser. «Plus loin» également avec les donateurs qui permettent à la Fondation de développer l ensemble de ses opérations d intérêt général. Caisses d Epargne et filiales du Groupe font preuve d une mobilisation remarquable dans leur soutien à la Fondation. Le déploiement de l opération «Savoirs pour réussir» en est un témoignage exceptionnel. Les 13 centres qui ont pu être mis en place, l ont été dans le cadre d un partenariat avec les collectivités locales et de nombreux acteurs associatifs mais également avec la participation active des Caisses d Epargne concernées. Enfin comment ne pas exprimer la volonté de la Fondation d aller «plus loin» dans le débat d idées en ouvrant des lieux publics d expression et en contribuant, à sa manière et à sa place, aux réflexions et controverses qui permettent à ses secteurs d activité de progresser. D où la tenue deux fois par an des Diagonales, journées d études et de rencontres, et l organisation tous les deux mois des Focales, soirées de réflexion autour d un auteur ou d un artiste. Avec l espoir de favoriser les évolutions nécessaires et, le cas échéant, de contribuer à l adaptation des politiques publiques aux changements de notre société. Pour résumer ce propos comme les ambitions de notre action, qu il me soit permis de reprendre le proverbe africain, qui est progressivement devenu la devise de la Fondation : «Seul, on va plus vite ; à plusieurs on va plus loin». Charles Milhaud 7

6 SOMMAIRE Décider 11 Accompagner les personnes âgées 27 Guinguette à Douai Piano-bar à la résidence de Saint-Mandé Concert de jazz à Lambres-lez-Douai Agir contre l illettrisme 63 Soutenir 77 Débattre 105 Contacts 123 Guinguette à Douai. 9

7 DÉCIDER Résultats à l équilibre pour le réseau d établissements, déploiement important du dispositif «Savoirs pour réussir», évaluation des opérations d intérêt général sur trois ans : le conseil d administration a salué la croissance soutenue de la Fondation en Un réseau de 76 établissements et services, collaborateurs qui travaillent à la Fondation, principalement pour accompagner les personnes fragiles et apaiser leur souffrance, 13 centres «Savoirs pour réussir» en fonctionnement, 104 projets soutenus grâce aux 5,3 millions d euros de dons versés par les Caisses d Epargne et les filiales du Groupe La Fondation est aujourd hui un acteur d envergure nationale sur le secteur de la solidarité. Didier-Roland Tabuteau et Charles Milhaud. 11

8 2006 Au cours de l année 2006, le conseil d administration ou le bureau se sont réunis à cinq reprises pour débattre et faire des choix essentiels pour l organisation de la Fondation et son financement, pour le développement du réseau des établissements et son financement, pour le déploiement des centres «Savoirs pour réussir» et des interventions de la Fondation. A noter tout d abord que le conseil a salué, d une part, les résultats du réseau d établissements et services qui globalement parviennent à l équilibre en 2006 et, de l autre, le bilan positif des trois années d activités du dispositif «Savoirs pour réussir». Ce dernier parvient en 2006 à un stade de diffusion et de croissance significatif qui permet d envisager la création d un centre par région en France dans les années à venir. Au cours de l année 2006, l instance délibérante de la Fondation a pris certaines orientations et décisions de principe. Eric Molinié, conseiller au cabinet du président d E.D.F. 13

9 S agissant du réseau d établissements et des services, le transfert du portage des biens immobiliers a bien été poursuivi vers les filiales de GCE Habitat : Axentia pour les établissements relevant du logement social et Sofari pour les autres, notamment les établissements de santé. Ainsi se trouvent clarifiées les zones de responsabilité de chaque acteur. Cette nouvelle organisation permet à la Fondation de se concentrer sur le métier de gestionnaire et à ses partenaires d assurer la maîtrise d ouvrage et de mobiliser les financements nécessaires aux réalisations. Par ailleurs, la Fondation a développé sa politique de contrats cadre, ceci de manière à maîtriser les coûts et améliorer la qualité du service. Après analyse des appels d offre, elle a signé des conventions cadre avec des entreprises pour : l entretien des équipements électromécaniques et en particulier des ascenseurs des établissements ; la location et le traitement du linge et des vêtements de travail pour les établissements ; la fourniture de mobiliers et d équipement des établissements. Concernant l organisation du réseau et de manière à accompagner la croissance du réseau d établissements et services et à assurer une bonne maîtrise des risques, le conseil d administration a approuvé la mise en œuvre de centres administratifs régionaux (CAR). Destiné à préserver la continuité du service, chacun de ces centres regroupera entre 12 et 15 établissements. Placé sous la responsabilité du directeur régional, le CAR assurera la comptabilité, la paye et les ressources humaines et sociales. Conseil d administration du 26 avril Charles Milhaud et Didier-Roland Tabuteau, Bernard Monier et Nicole Moreau. 15

10 Enfin, deux nouvelles fondations placées sous l égide de la Fondation Caisses d Epargne pour la solidarité ont rejoint les 9 fondations déjà existantes, portant ainsi à 11 leur nombre en fin d année La Fondation a triplé de volume d activités en trois ans et s apprête à le doubler d ici à La croissance soutenue du réseau d établissements et services d une part, le déploiement du dispositif «Savoirs pour réussir» de l autre et la reconnaissance par les grands acteurs de l impact de sa politique d opérations d intérêt général font de la Fondation un acteur au rayonnement national. Le cinquième anniversaire de la Fondation, célébré en octobre 2006 au musée du Quai-Branly, au moment des cinquièmes Diagonales, centrées sur la solidarité entre les générations, a permis de souligner cette évolution exceptionnelle. Des objectifs à échéance des années 2010 D ici à cinq ans : la Fondation Caisses d Epargne pour la solidarité devrait compter places d accueil dans son réseau d établissements et services et, dans les années 2010, avec l appui des Caisses d Epargne, des centres «Savoirs pour réussir» devraient être créés dans chaque région et, à terme, dans chaque département. Enfin, le conseil d administration, réuni en avril 2006 pour arrêter les comptes de l exercice, a remercié les équipes dont le travail a permis d atteindre les objectifs et a rappelé quelques faits et chiffres qui rendent compte de l évolution de la Fondation en cinq ans d existence. Patrick Naudet, Alain Levrard, Antoine Mérieux, Bernard Monier et Nicole Moreau. 17

11 De 2002 à 2006, la Fondation est passée : de 46,2 millions d euros de ressources dont 2,5 millions d euros de dons à 147,2 millions d euros de ressources dont 5,3 millions d euros de dons versés ; d une dizaine de projets soutenus en 2002 à 104 initiatives financées dans le cadre de ses opérations d intérêt général en 2006 ; de la conception de l opération «Savoirs pour réussir» au fonctionnement effectif de 13 centres aujourd hui opérationnels ; de 21 à 76 établissements et services ; de places d accueil à places d accueil en établissements, abonnés en téléassistance et 800 personnes soutenues par les aides-ménagères ; d une équipe de 985 collaborateurs à collaborateurs ; et a accueilli 11 fondations sous égide. La Fondation est devenue le premier réseau à but non lucratif de maisons pour personnes âgées dépendantes. Et compte tenu des perspectives, elle devrait devenir en 2007 la première fondation reconnue d utilité publique par le nombre de ses collaborateurs : plus de qui, à plus de 98 % d entre eux, sont en fonction dans les établissements en qualité d agents d entretien, de personnels administratifs, d auxiliaires de vie sociale, d animateurs, d infirmières, de médecins et de directeurs d établissement. Alain Bentolila, Michel Gonnet, Alain Bentolila, Charles Milhaud, Didier-Roland Tabuteau, Alain Levrard. 19

12 Rôle et composition du conseil d administration de la Fondation Il définit la politique générale de la Fondation et veille à la fidélité de son action à son objet statutaire. Il examine la situation financière et morale de la Fondation, approuve et discute, s il y a lieu, les comptes de l exercice clos, vote le budget de l exercice suivant et délibère autant que nécessaire sur toutes les questions soumises à l ordre du jour. Il lui appartient enfin d arrêter, sur proposition du président, la stratégie de placement des fonds de la dotation, d accepter les donations et legs versés au profit de la Fondation, de ratifier la création des fondations individualisées placées sous l égide de la Fondation, d examiner les comptes et les rapports moraux et financiers annuels. Présidé par Charles Milhaud, le conseil est composé de 12 membres, répartis en 3 collèges de 4 membres chacun. Le président est par ailleurs assisté dans la conduite des affaires de la Fondation par le bureau et deux vice-présidents qui le représentent dans chacun des deux domaines d activités de la Fondation : Nicole Moreau, en charge de l autonomie ; Alain Bentolila, en charge de la lutte contre l illettrisme. Le secrétaire et le trésorier du bureau sont respectivement Guy Cotret et Bernard Monier. Sur la proposition du président, le conseil a approuvé la nomination de Didier-Roland Tabuteau en qualité de directeur général de la Fondation, le 21 novembre Jean Boissonnat, Jean Levallois et Bernard Monier, Michel Gonnet. 21

13 COLLEGE DES FONDATEURS Fonction Profession Charles Milhaud...Président...Président du directoire de la Caisse Nationale des Caisses d Epargne et de Prévoyance Nicole Moreau...Vice-présidente..Présidente de la Fédération Nationale des Caisses d Epargne et de Prévoyance Michel Gonnet...Membre...Président du directoire de la Financière Océor Bernard Monier...Trésorier...Président du directoire de la Caisse d Epargne d Auvergne et du Limousin COLLEGE DES REPRÉSENTANTS DE L ETAT (AU 30/06/2007) Représentation Françoise Laplazie...représentant le ministre de l Intérieur Antoine Mérieux...représentant le ministre de l Economie, des Finances et de l Industrie Roselyne Bachelot-Narquin...ministre chargée de la Santé, de la Jeunesse et des Sports Xavier Bertrand...ministre des Relations Sociales et de la Solidarité COLLEGE DES PERSONNES QUALIFIEES DANS LES DOMAINES D INTERVENTION DE LA FONDATION Fonction Profession Jean Levallois...Membre...Editorialiste - Président du COS de la Caisse d Epargne de Basse-Normandie Alain Bentolila...Vice-président...Professeur des universités Jean Boissonnat...Membre...Journaliste écrivain Guy Cotret...Secrétaire...Membre du directoire de la Caisse Nationale des Caisses d Epargne et de Prévoyance Antoine Mérieux, Michel Gonnet, Alain Bentolila, Charles Milhaud, Didier-Roland Tabuteau et Patrick Naudet. 23

14 Organigramme 2006, la Fondation en chiffres 76 établissements et services places d accueil collaborateurs abonnés téléassistance 800 personnes soutenues à domicile 147,2 millions d euros de ressources 5,3 millions d euros de dons reçus 4,4 millions d euros affectés aux opérations d intérêt général 2,2 millions d euros de dons affectés aux fondations sous égide par leur fondateur Ressources des établissements médico-sociaux Ressources des établissements sanitaires 12 % 23 % 24 % 76 % Hébergement Dépendances Soins Dotations sanitaires Autres ressources 65 % Répartition des ressources du réseau par activité 14 % 3 % 83 % Etablissements médico-sociaux Etablissements sanitaires Sirmad 12 % Répartition des charges de la Fondation 5 % 59 % 18 % 6 % Frais de personnel Autres charges (dont mécénat, services extérieurs...) Achats Sous-traitance Locations immobilières et mobilières Répartition des ressources de la Fondation 0,3 % 1,5 % 3,6 % 94,6 % Dons faits par les entreprises du Groupe Caisse d'epargne, autres dons et legs Rémunération du placement de la dotation financière Dons affectés aux fondations sous égide par leur fondateur 25

15 ACCOMPAGNER LES PERSONNES ÂGÉES Avec collaborateurs en 2006 et ses perspectives de croissance, la Fondation devrait devenir en 2007 la première fondation reconnue d utilité publique par le nombre de ses collaborateurs. A plus de 98 % d entre eux, les salariés de la Fondation travaillent dans les 76 établissements et services. Ils accompagnent les personnes accueillies, prennent soin d elles, soulagent la douleur et la souffrance et contribuent à leur rendre la vie plus douce. Guinguette à Douai. 27

16 Basse-Terre Garonne Loire Garonne Dunkerque Fort-de-France La Fondation Caisses d Epargne pour la solidarité Pointe-à-Pitre Seine Loire Rhône Meuse Saône en mai 2007 Moselle Besançon Metz Nancy Meurthe Guéret La Rochelle La Rochénard Noth Le Monteil-au-Vicomte Aveize Annecy St-Georgesde-Didonne Limoges Clermont-Ferrand Roanne Felletin Lyon Chambéry Givors Jacob-Bellecombette Gouts-Rossignol Allevard St-Etienne-de-St-Geoirs La Tour Blanche Naves Tullins Notre-Dame-de-l Osier Bordeaux Périgueux Grenoble Valence Le Poët-Laval Lablachère Dieulefit Agen Alès Vauvert Nice Montpellier Toulouse Bayonne Lattes La Tour-d Aigues Pau Salles-d Aude Marseille Toulon Guadeloupe Lourdes Gruissan Guchen Perpignan Lille 14 établissements et services d aides-ménagères Valenciennes Douai Cherbourg Amiens Flamanville Le Havre Yvetot Rouen Caen Epernay Dangy Paris Dinard Cerisy Monfort-l Amaury Jouarre Châlons-en- Brest St-Mandé Champagne Quimper Sergines Troyes Rennes Pléchatel Le Mans Orléans Vannes Angers Tours St-Georges-sur-Baulche Saint-Nazaire Joué-lès-Tours Dijon Nantes Châteauroux Autun Poitiers Frontenay-Rohan-Rohan Usson-du-Poitou Soultzsous-Forêts Gourbeyre Martinique La Trinité Colmar Schiltigheim Strasbourg Centre Savoirs pour réussir Résidence pour personnes âgées Accueil de jour Etablissement sanitaire Foyer d accueil médicalisé (FAM) Maison d accueil spécialisée (MAS) Service d aide à domicile ou d assistance téléphonique Etablissement Coty (siège) LE RÉSEAU d établissements et services A la fin de l année 2006, 76 établissements et services ont été gérés avec un peu plus de collaborateurs. 68 établissements pour personnes âgées dépendantes ont accueilli plus de personnes. Une majorité de ces résidences est totalement habilitée à l aide sociale de manière à pouvoir accueillir les personnes qui ont des ressources modestes. Les 3 établissements sanitaires du réseau ont accueilli, quant à eux, environ patients, pris en charge et soignés par les équipes du centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle de Noth, dans la Creuse, du centre de soins de suite de La Valériane, spécialisé dans le traitement de l obésité en Martinique, et de l hôpital Arthur Gardiner à Dinard, en Ille-et-Vilaine. Les 5 services de maintien à domicile ont suivi de leur côté environ personnes abonnées et 800 personnes visitées et aidées dans l accomplissement de leurs tâches quotidiennes. 29

17 Agrandir, rénover, assurer la mise en conformité avec les normes de sécurité, ou encore créer et construire de nouveaux établissements, la croissance du réseau s est maintenue au niveau élevé des années précédentes. Ainsi en 2006 : en Corrèze, en Seine-et-Marne, en Isère et à Paris, 7 nouveaux chantiers ont démarré et donneront lieu d ici dix-huit à vingtquatre mois à l ouverture de 7 nouvelles résidences ; deux restructurations ont également été achevées, à Cerisy, dans la Manche, et à Guchen, dans les Hautes-Pyrénées, et 7 autres ont démarré dans le courant de la même année ; un accueil de jour a été ouvert et inauguré en novembre dernier, à Paris dans le IV e arrondissement, pour permettre à une soixantaine de personnes âgées atteintes de la maladie d Alzheimer de venir passer paisiblement leurs journées. Soins et attentions spécifiques leur sont prodigués de sorte que les activités et les relations proposées permettent de ralentir le développement de leurs symptômes. Cet accueil, réalisé par une équipe médicalisée et pluridisciplinaire, permet de soulager de manière significative les familles et aidants naturels qui ont besoin d être compris et soutenus dans leurs efforts. Dans le secteur sanitaire La Fondation a été sollicitée pour reprendre et pour créer de nouveaux sites au rayonnement régional très important. C est le cas avec le centre médical l Argentière à Aveize, dans le Rhône, spécialisé en médecine physique de réadaptation en neurologie, en orthopédie et pour les grands brûlés. En concertation avec l Agence régionale d hospitalisation, le Centre hospitalier régional et universitaire de Saint-Etienne et les hospices civils de Lyon, la Fondation travaille au redéploiement des différentes activités à Aveize, à Saint-Etienne et à Lyon. En reprenant cet établissement en mandat de gestion, la Fondation fait ainsi la preuve de sa capacité d intervention et d innovation sur des secteurs de pointe. Elle œuvre également à la pérennisation des activités qui vont concerner des équipes de plus de 300 personnes. Centre d accueil de jour à Paris. 31

18 La Ville de Toulouse a également fait appel à la Fondation et a retenu sa proposition pour la création d une maison des adolescents. Accueillir, écouter, conseiller les adolescents sur leurs sujets de préoccupation, évaluer avec eux les situations qu ils traversent, leur proposer un soutien éducatif, social ou juridique, engager une démarche de soin si cela s avère nécessaire et assurer la prise en charge de ces jeunes, telles sont les missions de ce type de structure pour adolescents. Là encore, ce projet de création est conduit en étroite concertation avec la mairie, l Agence régionale d hospitalisation du Midi-Pyrénées, la DDASS, la préfecture, et le Centre hospitalier universitaire de Toulouse. Ce projet met en exergue la capacité de la Fondation à mobiliser la pluridisciplinarité des compétences et à assurer une présence sur des sujets complexes et des maillons encore manquants dans les réseaux de soins et d accompagnement. Dans le domaine du handicap La Fondation a déployé ses compétences d opérateur au cours de l année 2006 : deux établissements du réseau sont désormais entièrement dédiés à l accueil de personnes handicapées. L un situé à Guéret, dans la Creuse, l autre au Poët-Laval, dans la Drôme, et 2 autres résidences du réseau ont par ailleurs ouvert un accueil spécifique pour personnes handicapées qui ont passé le cap des soixante ans : celles de Salles d Aude et la seconde à Notre-Dame-de-l Osier ; en mars 2006, la première pierre a été posée dans le XIII e arrondissement de Paris, pour la création de 3 établissements regroupés pour l accueil et le travail de personnes handicapées. Il s agit d une maison d accueil spécialisée, avec une prise en charge organisée pour les personnes qui souffrent de lésions cérébrales. Elles pourront bénéficier : Réunion des médecins coordonnateurs à Paris, le 14 juin En haut : Jean-Claude Gérard, directeur du réseau. 33

19 - d un accompagnement spécifique quotidien et d une prise en charge médicale nécessaire à leur état de santé ; - d un foyer d hébergement pour une vingtaine de personnes qui souffrent de handicap mental ; - d un établissement et service d aide par le travail (ESAT). Cet ESAT proposera à 60 personnes qui souffrent de handicaps de travailler dans le secteur tertiaire, pour des travaux d imprimerie, informatiques, de routage et de secrétariat. Les tâches liées à cette production seront adaptées bien sûr aux besoins et aux capacités de chacun. Le financement du fonctionnement sera assuré par une dotation globale de l Etat, d une part, et par les recettes de l activité commerciale, de l autre. Un développement appelé à se poursuivre La Fondation est aujourd hui un acteur reconnu pour son engagement social, et cet engagement a un caractère opérationnel très concret. Il est au cœur des difficultés que rencontrent d un côté les personnes âgées, malades ou handicapées et, de l autre, les jeunes confrontés à des difficultés sociales et linguistiques. A ce titre, la Fondation est porteuse d un message : le rôle irremplaçable du secteur privé à but non lucratif pour faire face aux défis qui attendent notre société. Aussi, dans ces différents domaines, la Fondation propose aujourd hui sa marque d «action». Elle a été l une des premières à s engager dès 2005 dans la démarche qualité et d évaluation prévue par la loi de rénovation de l action sociale et médico-sociale. La Fondation a expérimenté et mis en place dans plus de 40 établissements, en 2006, cette démarche, qui continuera de s étendre à de nouveaux établissements en Réunion des médecins coordonnateurs à Paris, le 14 juin En haut : Bruno Favier, conseiller technique médical. 35

20 Dans le même sens, une rencontre des médecins coordonnateurs des établissements de la Fondation se tient tous les ans. Le 14 juin 2007, les 48 médecins coordonnateurs du réseau ont défini les contours d un projet médical pour les établissements de la Fondation. L objectif de ces rencontres est de pouvoir modéliser les pratiques pour informer et, à terme, pour influencer les politiques publiques à partir des évolutions constatées et des expériences innovantes d accompagnement des personnes âgées en établissement. Le rôle du médecin coordonnateur, ses relations avec les équipes et le directeur d établissement ont également été au centre des discussions. La Fondation élabore aussi dans ce cadre des référentiels spécifiques pour l accompagnement des personnes handicapées et des personnes à domicile. Projets de soins, évolution des pratiques médicales en EHPAD et convergences souhaitables avec celles des établissements sanitaires, les réunions permettent de préfigurer ce qui pourrait être une «conférence médicale» de la Fondation comme l a indiqué le directeur général lors de la réunion du 14 juin «Le réseau est en expansion. Le développement considérable Je tiens à saluer le travail des équipes.» Didier-Roland Tabuteau Rencontre interrégionale du personnel dans le Douaisis, 19 juin

21 Cette démarche qualité concerne également l ensemble des directions de la Fondation et des services fonctionnels du siège. En 2006, plus de 500 nouveaux salariés ont pu être ainsi intégrés grâce au travail de l équipe des ressources humaines qui s est également consacrée à consolider les actions lancées au cours des années précédentes et notamment à l application progressive de la convention collective FEHAP. Fin 2005, 25 des établissements et services de la Fondation appliquaient les dispositions des CCN 51 et 83. Fin 2006, ce sont 37 établissements qui appliquent ces dispositions conventionnelles. Professionnalisation des salariés peu qualifiés, renforcement des compétences, la politique nationale de formation a également été poursuivie et, en 2006, K y ont été consacrés, soit 1,83 % de la masse salariale de la Fondation collaborateurs en ont bénéficié. En appui aux directions concernées du siège de la Fondation, la direction de l administration et des finances a apporté sa contribution aux travaux liés à l externalisation du patrimoine immobilier, à la réflexion sur une organisation déconcentrée autour de centres administratifs régionaux et enfin à la définition du cahier des charges et du financement du nouveau schéma directeur des systèmes d information. Particulièrement mobilisées par le développement du réseau des établissements et services, dont le périmètre s agrandit d année en année, les équipes comptables et financières ont contribué, par leur adaptation, aux nouveaux enjeux qui se sont dessinés en 2006 pour la Fondation. Rencontre interrégionale du personnel dans le Douaisis, 19 juin Didier-Roland Tabuteau, Maryvonne Lyazid et Eric Batcave. 39

22 Le 19 juin 2007, première rencontre interrégionale du personnel de la région Nord et Ile-de-France de la Fondation. Inaugurant un rendez-vous qui sera dorénavant annuel, la région Nord a accueilli, à Montigny-en-Ostrevent, le 19 juin 2007, la première rencontre interrégionale du personnel. Etaient conviés des représentants de l ensemble des directions du siège de la Fondation ainsi que les collaborateurs des douze établissements et services du Douaisis Aniche, Beuvry-la-Forêt, Corbehem, Dorignies, Douai, Ecaillon, Lambres-lez-Douai, Lewarde, Montigny-en-Ostrevent, Ostricourt, Saméon, Sin-le- Noble, le service d aide à domicile de Sin-le-Noble et des 5 établissements de la région parisienne Saint-Mandé, Jouarre, Montfort-l Amaury, Nanterre, l accueil de jour des Francs-Bourgeois à Paris comme ceux de Dunkerque, Yvetot et Epernay. Présenter et partager avec ces 300 salariés les réalisations et projets de la Fondation, les associer à leur développement : tels étaient les objectifs de cette première rencontre. Avant de détailler la diversité des interventions de la Fondation, Didier-Roland Tabuteau a précisé : «Cette journée est une fête pour la Fondation. La Fondation a six ans. Il est important pour chacun de savoir ce qu elle fait, où elle en est, où elle va. En six ans d existence, nous avons connu des étapes importantes dont vous êtes l expression même.» Rencontre interrégionale du personnel dans le Douaisis, 19 juin Claire Hédon, Brigitte Plisson et les Bataclowns. 41

23 Chaque établissement a ainsi été sollicité pour participer à un appel à projets sur le thème «bien vieillir, mieux vieillir» destiné à améliorer la qualité de vie des personnes accueillies. Cinq d entre eux ont été retenus et recompensés par un voyage d étude en Europe. Cette rencontre a également été l occasion de partager un moment de détente et de convivialité lors de la visite du site historique minier de Lewarde. Les projets retenus «Voyageons en Europe» Sur le thème des pays européens, dîners, conférences et jeux animeront la résidence Les Trois Roses durant plusieurs mois. Ces animations solliciteront les souvenirs des résidents qui pourront ainsi, sans se déplacer, échanger et s ouvrir sur le monde. Résidence Les Trois Roses à Epernay «Je vis avec mon handicap, je me sens bien chez moi» Pendant plusieurs jours l ensemble du personnel soignant sera invité à se mettre à la place des résidents pour ressentir leurs handicaps. Ce projet permettra d améliorer la prise en charge des personnes et l adaptation de leur environnement. Résidence Le Pévèle à Saméon «L EHPAD au cœur de la ville» Des locaux disponibles seront mis à la disposition de la municipalité pour créer, entre autres, une bibliothèque, une garderie et une salle polyvalente au sein même de l établissement. Les résidents pourront bénéficier des activités et les relations extérieures seront facilitées par la présence d enfants et des habitants de la commune. Résidence Les Tilleuls à Beuvry-La-Forêt Rencontre interrégionale du personnel dans le Douaisis, 19 juin Claire Hédon et Maryvonne Lyazid. 43

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Rencontre presse Jeudi 12 septembre 2013 PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Plus de 4 millions de Français1

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Projet. Equipement numérique

Projet. Equipement numérique Projet Equipement numérique Service Mécénat Région Ile de France 7 mars 2013 Notre mission NOTRE MISSION Apprentis d Auteuil est une fondation reconnue d utilité publique qui éduque et forme plus de 13

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Le plus grand Poker Tour jamais organisé

Le plus grand Poker Tour jamais organisé Le plus grand Poker Tour jamais organisé QUALIFICATIONS ONLINE DÈS LE 15 SEPTEMBRE 2011 ETAPES LIVE DÈS LE 5 NOVEMBRE 2011 COMPÉTITION 100 % GRATUITE 69 ÉTAPES PARTOUT EN FRANCE 37 VILLES 10 000 JOUEURS

Plus en détail

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 *** Nous sommes réunis ici à Villejuif, à l hôpital

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

L ILLETTRISME EN MOTS ET EN CHIFFRES

L ILLETTRISME EN MOTS ET EN CHIFFRES DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES DE 16 A 25 ANS EN SITUATION D ILLETTRISME L ILLETTRISME EN MOTS ET EN CHIFFRES Situation de personnes de plus de 16 ans ayant été scolarisées en France au moins 5

Plus en détail

PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE. pour les seniors, leur famille et les professionnels

PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE. pour les seniors, leur famille et les professionnels PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE pour les seniors, leur famille et les professionnels UN LIEU D ACCUEIL,D ÉCOUTE, D INFORMATION ET D ORIENTATION L équipe du pôle seniors est à votre disposition pour vous

Plus en détail

L action sociale AU SERVICE DES SALARIÉS ET DE LEURS AYANTS DROIT

L action sociale AU SERVICE DES SALARIÉS ET DE LEURS AYANTS DROIT CCN MÉDICO-TECHNIQUE L action sociale AU SERVICE DES SALARIÉS ET DE LEURS AYANTS DROIT POUR LES SALARIÉS ET LEUR FAMILLE AIDES À LA FAMILLE CESU maternité Lors d une naissance ou d une adoption, un CESU

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 TABLEAU REPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 Préconisation du Ministère (Guillaume BOUDY secrétaire général du MCC) dans ses modèles de statuts types : article 8.6 dans sa note aux préfets et aux DRAC

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI)

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) AIX-EN-PROVENCE LILLE LYON ORSAY POITIERS RENNES SÉLESTAT TOULOUSE TOURS CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) le musicien intervenant (MI) dumiste, acteur du

Plus en détail

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com DOSSIER DE PRESSE La Ville d ANGERS, Angers Loire Métropole, Angers Loire Tourisme, Angers Expo Congrès et la Chambre de Commerce et d Industrie de Maine et Loire ont décidé de créer à ANGERS un BUREAU

Plus en détail

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà 50 projets pour demain GÉENÉERATIONS demain c est déjààà AUCHAN chez nous Les fondations Auchan et Simply lancent un appel à projets «50 projets pour demain» En 2011, le Groupe Auchan fête ses 50 ans.

Plus en détail

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience 10952_VAE_p001p005.indd 5 22/05/08 11:47:18 FICHE 1 Le principe et les modalités de la VAE Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE klesia.fr KLESIA Une expertise plurielle au service de la protection sociale Partenaire et conseil des entreprises, des salariés et des particuliers,

Plus en détail

Master Professionnel Sciences de l éducation

Master Professionnel Sciences de l éducation Anjot Simon 12, rue Leroy 14000 Caen simon.anjot@gmail.com Téléphone : 0632181851 Master Professionnel Sciences de l éducation Projet professionnel pour le Master 2 Pro : Education, formation et mutations

Plus en détail

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie APPEL À PROJETS Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie en partenariat avec le Comité national Coordination Action Handicap (CCAH)

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Signature de deux emplois d avenir Entre l Etat (Sous préfet de Mamers) et la Communauté de communes des Alpes Mancelles.

DOSSIER DE PRESSE. Signature de deux emplois d avenir Entre l Etat (Sous préfet de Mamers) et la Communauté de communes des Alpes Mancelles. DOSSIER DE PRESSE Signature de deux emplois d avenir Entre l Etat (Sous préfet de Mamers) et la Communauté de communes des Alpes Mancelles. Mise en œuvre d une action de Parrainage par le Sous préfet de

Plus en détail

FONDATION L ÉCHIQUIER DE LA RÉUSSITE. Fondation sous l égide de la Fondation de France

FONDATION L ÉCHIQUIER DE LA RÉUSSITE. Fondation sous l égide de la Fondation de France FONDATION L ÉCHIQUIER DE LA RÉUSSITE 14, rue d Ouessant - 75015 Paris. Tél : 01 78 09 88 00 Mail : fondationechiquierdelareussite@a2consulting.fr Fondation sous l égide de la Fondation de France Pourquoi

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Union Nationale des Entreprises Adaptées

Union Nationale des Entreprises Adaptées Union Nationale des Entreprises Adaptées Une valeur ajoutée humaine et sociale «La manière dont une société favorise l insertion des personnes handicapées est révélatrice de son degré d humanité» L Entreprise

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB «seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la conférence du CECOGEB le lundi 7 octobre 2013 Monsieur le Président du Conseil régional, Messieurs les Présidents des Chambres consulaires,

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2014 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES. Région Pays de la Loire

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2014 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES. Région Pays de la Loire APPEL À PROJETS 2014 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES Région Pays de la Loire Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation

Plus en détail

N d inscription:186 C.F.G. Session 2010/2011

N d inscription:186 C.F.G. Session 2010/2011 Établissement d'enseignement Spécialisé et de Rééducation pour Handicapés Moteurs Maurice COUTROT 15/17 Avenue de Verdun - 93140 Bondy N d inscription:186 C.F.G. Session 2010/2011 Rédigé par Noman Sarfraz

Plus en détail

DEVENEZ UN HÉROS POUR. L association Prévention Routière

DEVENEZ UN HÉROS POUR. L association Prévention Routière DEVENEZ UN HÉROS POUR L association Prévention Routière 1 Notre mission Créée en 1949, l'association Prévention Routière est reconnue d'utilité publique en 1955. Elle conduit ses actions dans de multiples

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

FONDATION CéMaVie Fondation reconnue d utilité publique Siège : Nantes (Loire-Atlantique) ------------------------------------ STATUTS

FONDATION CéMaVie Fondation reconnue d utilité publique Siège : Nantes (Loire-Atlantique) ------------------------------------ STATUTS FONDATION CéMaVie Fondation reconnue d utilité publique Siège : Nantes (Loire-Atlantique) ------------------------------------ STATUTS I - But de la Fondation Article 1er L établissement dit CéMaVie fondé

Plus en détail

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille Extension de l école de la deuxième chance à Marseille CONTEXTE La notion d Ecole de la Deuxième Chance La notion d école de la seconde chance fait suite à la parution, en 1995, d un Livre Blanc de la

Plus en détail

RESIDENCE LA YOLE GRAN MOUN PRESENTATION

RESIDENCE LA YOLE GRAN MOUN PRESENTATION RESIDENCE LA YOLE GRAN MOUN PRESENTATION Historique Le Foyer Logement de Châteauboeuf a été créé par la Municipalité de Fort-de- France désireuse d apporter une solution au problème de logement des personnes

Plus en détail

PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015

PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015 PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015 I. CONTEXTE En application de la loi de cohésion sociale du 18 janvier 2005 et par délibération n 2005/013 du Conseil d Administration du

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

AG du 5 juin 2015 Rapport moral

AG du 5 juin 2015 Rapport moral AG du 5 juin 2015 Rapport moral Bonjour à tous, Merci d être là, pour certains, fidèles depuis des années à notre rendez-vous annuel, pour d autres qui viennent pour la 1 ère fois. Merci à nos soutiens,

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES APPEL À PROJETS 2015 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation administrative de

Plus en détail

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE PROTOCOLE D ACCORD ETAT- REGION BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE LE 20 MARS 2007 PROTOCOLE D ACCORD ETAT-

Plus en détail

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs,

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, C est toujours un grand plaisir de vous retrouver au Liban. Mais le plaisir se double aujourd hui d une grande

Plus en détail

Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans!

Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans! Saint-Etienne, le 18 mars 2013 Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans! Vendredi 15 mars 2013, Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme-Ardèche

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires)

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) Mission Jeunesse FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) La Ville d Angers effectue un travail d aide aux projets des jeunes par l intermédiaire de la mission jeunesse. Cette mission

Plus en détail

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs?

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs? Fiche pratique A qui s adresse l'emploi d'avenir? Quels employeurs? Quel type de contrat de travail? Quelle durée de contrat dans le cas du CDD? Quels engagements? Quel suivi? Quel financement du contrat?

Plus en détail

ma référence solidaire

ma référence solidaire Bien plus qu une mutuelle p ma référence solidaire mgen.fr Mutuelle Santé Prévoyance Autonomie Retraite Le groupe MGEN p La référence solidaire pour tous Chiffres clés 2013 2 3,7 3 209 millions de personnes

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

juillet 2012 PARTENARIATS

juillet 2012 PARTENARIATS Newsletter juillet 2012 SOMMAIRE SÉLECTION DE PROJETS Comité d orientation : comment fonctionne-t-il? Quatre nouveaux projets retenus pour 2012. PARTENARIATS Energie Jeunes : première Convention annuelle.

Plus en détail

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Version Février 2011 HARMONIE SOINS & SERVICES Sommaire général Un groupe

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

PREMIÈRES JOURNÉES NATIONALES D ACTION CONTRE L ILLETTRISME. Discours de Mme George Pau-Langevin, Ministre des outre-mer. - Lundi 8 septembre 2014

PREMIÈRES JOURNÉES NATIONALES D ACTION CONTRE L ILLETTRISME. Discours de Mme George Pau-Langevin, Ministre des outre-mer. - Lundi 8 septembre 2014 PREMIÈRES JOURNÉES NATIONALES D ACTION CONTRE L ILLETTRISME Discours de Mme George Pau-Langevin, Ministre des outre-mer - Lundi 8 septembre 2014 - SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI L illettrisme : un handicap

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

31 janvier 2014 19 juin 2014. Une première en France, guichet d installation des professionnels de santé inauguré à Rouen

31 janvier 2014 19 juin 2014. Une première en France, guichet d installation des professionnels de santé inauguré à Rouen Dossier Dossier de presse de presse 31 janvier 2014 19 juin 2014 Une première en France, guichet d installation des professionnels de santé inauguré à Rouen COMMUNIQUE DE PRESSE Le jeudi 19 juin 2014 Une

Plus en détail

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE CHAPITRE ACTION SOCIALE L USM est depuis de nombreuses années investie dans les instances de l action sociale pour préserver et développer les dispositifs dont les magistrats peuvent bénéficier, qu ils

Plus en détail

ANDRÉ ROSSINOT, président du CNFPT

ANDRÉ ROSSINOT, président du CNFPT À la veille d un mouvement de décentralisation important et alors que la Fonction publique territoriale a fait la preuve de son adaptation aux incessantes mutations des collectivités depuis deux décennies,

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

PROJET EDUCATIF PROJET PEDAGOGIQUE

PROJET EDUCATIF PROJET PEDAGOGIQUE PROJET EDUCATIF PROJET PEDAGOGIQUE Accueil de loisirs de Nozay Croc Loisirs de Vay Responsables Nozay : Denis Bretécher (enfancenozay.lamano@orange.fr) N port: 06.79.67.32.92. Vay: Nolwen Hébert-Bertho

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 POINT EMPLOI GIP Ivry-Vitry Actions Mission Locale, PLIE, Cellule Insertion Participations pour l année 2014 EXPOSE DES MOTIFS La Ville participe à des actions

Plus en détail

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma LE BÉNÉVOLAT Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma le bénévolat CULTIVER LA SOLIDARITÉ La mobilisation dans la lutte contre le cancer, à laquelle a appelé Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

expertise complète pour vos projets

expertise complète pour vos projets Choisissez une expertise complète pour vos projets d entrepreneur > Une vision globale pour bien assurer >toute l entreprise et la vie privée. > ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCES DES BIENS Obligations

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE COLLEGE ANTOINE DE SAINT EXUPERY DE BRAY SUR SOMME LE POLE HYDRAULIQUE ET MECANIQUE D ALBERT (P.H.M.A.

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE COLLEGE ANTOINE DE SAINT EXUPERY DE BRAY SUR SOMME LE POLE HYDRAULIQUE ET MECANIQUE D ALBERT (P.H.M.A. CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE COLLEGE ANTOINE DE SAINT EXUPERY DE BRAY SUR SOMME ET LE POLE HYDRAULIQUE ET MECANIQUE D ALBERT (P.H.M.A.) CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : Le Collège

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

Parce que la photographie ne peut vivre sans partage et transmission...

Parce que la photographie ne peut vivre sans partage et transmission... Parce que la photographie ne peut vivre sans partage et transmission... Permettre à tous de rencontrer des photographes expérimentés, d apprendre et de vivre des expériences nouvelles en photographie à

Plus en détail

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION 1961 : Naissance de La Chrysalide Arles, section dépendante de La Chrysalide de Marseille affiliée à l

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES

DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES V.18 avril 2008 RÉFÉRENTIEL INTERMINISTÉRIEL DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES (DOCUMENT DE BASE : FICHE RIME, 2006) Le protocole d accord du 21 novembre 2006 relatif à la formation professionnelle

Plus en détail

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION La performance achats Vous & nous pour transformer vos achats Crop and co Créateur de performance achats Depuis 2004, chez

Plus en détail

Offre d emploi. Un(e) orthophoniste en CDD de 12 mois à temps partiel (0.3 ETP soit 3 demi-journées)

Offre d emploi. Un(e) orthophoniste en CDD de 12 mois à temps partiel (0.3 ETP soit 3 demi-journées) recru+e Offre d emploi L Institut MGEN de La Verrière (dans les Yvelines) oriente son projet médical autour de 4 pôles (Médecine-SSR-USP/ EHPAD / Psychiatrie Adulte / Psychiatrie jeune adulte et adolescent)

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

Les Conférences de Territoire

Les Conférences de Territoire Les Conférences de Territoire Conférences de Territoire de Bretagne Guide de présentation onférence erritoire Rennes - Redon Fougères - Vitré 2 Les différentes parties du guide Présentation du guide...4

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3 s a m e d i 2 3 j u i n 2 0 0 7 dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3! Les activités financées

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

ACCOMPAGNER LA FONDATION PARIS SAINT-GERMAIN

ACCOMPAGNER LA FONDATION PARIS SAINT-GERMAIN ACCOMPAGNER LA FONDATION PARIS SAINT-GERMAIN NOM PROSPECT + DATE LA FONDATION PARIS SAINT-GERMAIN DÈS SEPTEMBRE 2000, LE PARIS SAINT-GERMAIN S EST ENGAGÉ SUR LE TERRAIN DE L ACTION SOCIALE EN CRÉANT LA

Plus en détail

Institut Automobile du Mans

Institut Automobile du Mans Dossier de presse Institut Automobile du Mans Le 24 février 2005 Sommaire : P2. Communiqué de synthèse P3. L institut IAM un projet pour développer les formations et l innovation de la filière automobile

Plus en détail

Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015

Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015 Décembre 2014 Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015 A compter du 1 er janvier 2015 le DIF ou Droit Individuel à la Formation n existera plus, il est remplacé

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales Parc des Expositions de la Nordev Saint Denis Mercredi 13 novembre 2013 Monsieur le Président

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

Lycée Saint-Sébastien 4, Rue Hervé De Guébriant BP 30819 29208 LANDERNEAU cedex TEL : 02.98.85.12.55 FAX : 02.98.85.45.67 @ mail :

Lycée Saint-Sébastien 4, Rue Hervé De Guébriant BP 30819 29208 LANDERNEAU cedex TEL : 02.98.85.12.55 FAX : 02.98.85.45.67 @ mail : Lycée Saint-Sébastien 4, Rue Hervé De Guébriant BP 30819 29208 LANDERNEAU cedex TEL : 02.98.85.12.55 FAX : 02.98.85.45.67 @ mail : collegelycee@st-sebastien.fr Site web : www.st-sebastien.fr L assurance

Plus en détail

Allocution du Président du Conseil Supérieur de l Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique à l ouverture

Allocution du Président du Conseil Supérieur de l Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique à l ouverture Allocution du Président du Conseil Supérieur de l Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique à l ouverture de la 7 ème Assemblée générale Mardi 12 mai 2015 Au mois de juillet dernier, lors

Plus en détail

CONCOURS PHOTOS. Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire

CONCOURS PHOTOS. Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire CONCOURS PHOTOS Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire Partenaires historiques du secteur de l économie sociale en protection

Plus en détail