Cours 9: trous noires de Schwarzschild 1. Cours 9 : Les trous noirs de Schwarzschild

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours 9: trous noires de Schwarzschild 1. Cours 9 : Les trous noirs de Schwarzschild"

Transcription

1 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 1 Cours 9 : Les trous noirs de Schwarzschild

2 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 2 Résumé du cours d aujourd hui Résumé du cours 8 (pour lequel nous n avons pas eu le temps) sur la conservation d énergie et d impulsion Introduction à les trous noirs de Schwarzschild. Changement du genre d une coordonnée. Mouvement géodésique.

3 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 3 Conservation d énergie et d impulsion Voir (Hobson et al., 2010, Chapitre 8) et e (Schutz, 2009, chapitre 4). Comme T décrit l énergie et l impulsion d un fluide ou système de particules, il devrait être liée à les principes de conservation d énergie et d impulsion. Considérons un volume de fluide cubique de longueur l (en coordonnées pseudo-cartésiens). (Voir pp dans Schutz(2009)). On peut démontrer la conservation d énergie et d impulsion, T αβ x β = 0 La démonstration en coordonnées pseudo-cartesiens est plus

4 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 4 facile ; dans lesquels Γ µ αβ = 0 et donc, T αβ x β = βt αβ = 0 Mais le deuxième égalité est une équation tensorielle, et par conséquent elle est valide dans tous référentiels! (Si ça vous inquiète, voir aussi l explication dans 8.3 de HEL2010.) Puis T αβ = T βα, donc nous avons aussi : α T αβ = α T βα = 0

5 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 5 Les trous noirs : introduction En 1784 John Michell a remarqué que si un corps de masse donnée était assez dense la vitesse de libération serait supérieure à c. Leur gravité seraient si forte que rien, pas même la lumière, ne peut s en échapper. Dans la relativité générale nous pouvons aussi avoir un tel objet. Ils sont appelés les «trous noirs». En principe, en peut avoir un trou noir d il n importe quelle masse. C est la densité de masse qui est importante. Les trous noirs macroscopique sont caractérisés par trois paramètres, leurs (i) masse, (ii) charge électrique, (iii) moment cinétique : 1. le trou noir de Schwarzschild est statique et électriquement neutre ;

6 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 6 2. le trou noir de Kerr est en rotation et électriquement neutre ; 3. les trous noirs chargés électriquement en rotation ou statique. Dans l astrophysique c est le trou noir de Kerr le plus important parce que la plus part de corps massifs dans l univers sont cru d être électriquement neutre et en rotation. Si vous voulez pratiquer votre anglais et apprendre la vie de Roy Kerr (1934 ), il y un biographie populaire par Melia (2009). Nous avons vu la métrique de Schwarzschild qui décrit la géométrie de l espace-temps vide autour du premier trou noir. Aujourd hui nous discutons en plus détail le trou noir de Schwarzschild.

7 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 7 Coordonnées du genre temps et du genre espace Dans la relativité restreinte on parle des intervalles du genre temps ou du genre espace. Considérons deux événements par exemple dite A et B séparés temporellement de t et spatialement de l : )( ) ( l) 2 = η ij (x i (B) x i (A) x j (B) x j (A) = η ij x i x j = ( x) 2 + ( y) 2 + ( z) 2 (1) Rappelez-vous de cours 1, nous avons défini l intervalle de relativité restreinte comme : ( s) 2 = c 2 ( t) 2 + ( l) 2

8 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 8 Si ( s) 2 < 0 l intervalle entre A et B est dite du genre temps parce que la partie temporelle est plus grande. Une particule massive peut en principe traverser un intervalle du genre temps. Les deux événements peut être reliés causalement. Par contre, si ( s) 2 > 0 l intervalle de A et B est dite du genre espace. Une particule massive ou même un photon ne peut pas traverser un intervalle du genre espace. Les deux événements ne peut pas être reliés causalement. Et c est claire, à cause de l invariance de la vitesse de la lumière, que les photons toujours lient les événements avec un intervalle du genre nul, ( s) 2 = c 2 ( t) 2 + ( l) 2 = 0. En relativité générale nous pouvons caractériser une coordonnée au signe de l intervalle élémentaire ds 2 comme le suivant. Nous allons voir que le genre est fixé uniquement par le signe de g αα. Si nous fixons toutes les coordonnées sauf qu un, y par exemple,

9 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 9 et nous faisons un petit pas dy, puis si ds 2 = g yy dy 2 < 0 nous disons que cette coordonnée est du genre temps. Par contre, si g yy dy 2 > 0 puis y est une coordonnée du genre espace. Clairement, puis dx α R, le genre est fixé uniquement par le signe de g αα. En relativité générale une coordonnée peut change du genre avec événement!

10 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 10 Changement du genre d une coordonnée Rappel : métrique de Schwarzschild. A partir des arguments de symétrie, nous avons décidé que le tenseur métrique doit être (ds) 2 = A(r)dt 2 + B(r)dr 2 + r 2 (dθ) 2 + r 2 sin 2 θ (dφ) 2 et quand nous résolvons les équations d Einstein du vide, R αβ = 0, nous trouvons que ( A(r) = c 2 /B(r) = 1 2µ ) r Et en exigant que puis r nous retrouvons la loi de Newton, il faut que µ G M c 2 TD : Dans la métrique de Schwarzschild, quel est le genre de r

11 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 11 quand r > 2 µ, TD : Quel est le genre de r quand r < 2 µ.

12 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 12 Singularités d espace et des coordonnées C est bien claire qu il y a un singularité au r = r s, le rayon de Schwarzschild : r s 2 µ. Mais, ce n est pas très évident si cette singularité était due au choix de coordonnées ou est due au singularité vrai d espace-temps là. Qu est-ce-que c est «une singularité due au choix de coordonnées»? TD : Est-ce-qu il y a quelque chose spécial de la géométrie d espace au pole nord? On peut montrer le scalaire de Ricci est, à un événement donné,

13 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 13 est R R α α = 48µ2 r 6 Donc, la courbure est fini à r = r s.

14 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 14 Le rayon de Schwarzschild du Soleil Rappel : Notre argument pour le tenseur métrique de Schwarzschild n était valable que dans le vide autour la sphère massive avec centre à r = 0. Si le rayon de la sphère est plus grande que r s, notre solution n y sera pas valable. TD : Qu est-ce-que c est r s pour notre Soleil? Le rayon de notre Soleil est environ R = km, sa masse est M kg, est la constante de la gravitation G = 6, m 3 kg 1 s 2, et c m s 1. TD : Est-ce-qu il y a un trou noir dedans le Soleil?

15 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 15 Le rayon de Schwarzschild du Soleil TD : Solution : Le rayon de Schwarzschild r s pour notre Soleil est r s 3km et donc le Soleil n est pas un trou noir!

16 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 16 Les particules autours un trou noir de Schwarzschild Nous comprenons plus un trou noir par étudier les trajectoires des particules en chute libre autours le trou noir. Les particules massives et même les photons, en chute libre, suivent les géodésiques. Les particules massives en chute libre suivent les géodésiques du genre temps, ds 2 = g αβ dx α dx β < 0 Mais les photons suivent les géodésiques du genre nul, ds 2 = g αβ dx α dx β = 0

17 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 17 Mouvement géodésique et la conservation d énergie-impulsion Rappelez-vous que pendant cours 5 nous avons dit que le principe d équivalence tiens que : La trajectoire d une particule dans un champ de gravitation et aucune force (pas de champ électrique, nucléaire, etc. ), ce sera celle d une particule libre c est-a-dire la trajectoire d une particule en chute-libre dans un champ de gravitation est une géodésique de l espace-temps. La équation de mouvement de ce particule est dp dτ = 0 Il est possible montrer que les équations d Einstein, et la conservation d énergie-impulsion, α T αβ = 0, conduisent à ce résultat, 8.8 de HEL2010.

18 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 18 Géodésiques : paramètre affine Un géodésique est une généralisation de la notion de ligne droite. Voir 3.17 HEL2010. Il est plus facile d écrire l équation de géodésiques utilisant un paramètre affine c est-a-dire il un change pas la magnitude du vecteur tangente t : t = d dλ (xα e α ) Si t(λ) est constante le longe de la ligne, puis λ est dite «affine». Le temps-propre τ est toujours un paramètre affine parce que, et toujours t = d dτ (xα e α ) u, u u = u 2 = c 2 la quadri-vitesse

19 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 19 Donc τ est un paramètre affine!

20 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 20 Équation des géodésiques Sur un géodésique la direction de vecteur tangente ne change pas le longe de la ligne (autrement dit le vecteur tangent est transporté parallèlement). L équation de géodésiques utilisant un paramètre affine λ est donc Mais, si λ = τ dt dλ = 0, définition d un géodésique (2) t = d dτ (xα e α ) u, la quadri-vitesse et nous obtenons une équation pour les géodésiques utilisant la

21 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 21 dérivée covariante : dt dτ = du dτ = 0 0 = dxβ dτ x β (u αe α ) = u β β u α = u β [ β u α Γ σ αβ u σ ] (3) TD : Plutôt que utilisant u = u α e α, utilisez les composantes covariant u = u α e α et dérivez l équation de géodésiques : d 2 x α dτ 2 + Γα βγ dx β dτ dx γ dτ = 0

22 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 22 Équation des géodésiques TD : Solution : (Hobson et al., 2010, Eq. (3.47)) du dτ = 0 = dxβ dτ = u β β u α x β (uα e α ) = u β [ β u α + Γ α σβ u σ ] = duα dτ + Γα σβ u σ u β = d ( ) dx α + Γ α σβ dτ dτ ( dx σ dτ ) ( dx β dτ ) 0 = d2 x α dτ 2 + Γα σβ dx σ dτ dx β dτ (4)

23 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 23 Paramètre affine pour les géodésiques nulle TD : Un photon en mouvement dans la direction x. Qu est-ce-que c est sa quadrivitesse? TD : Rappelez-vous la définition de la quadrivitesse est : u α dxα dτ Pourquoi nous ne pouvons pas utiliser le temps propre pour le paramètre affine d une géodésiques nulle? TD : Qu est-ce-qu on peut faire? Indice : Quel vecteur est toujours tangent de la trajectoire ou «ligne d Univers» d un photon?

24 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 24 Paramètre affine pour les géodésiques nulle... TD : Solution : Un photon en mouvement dans la direction x a une quadrivitesse u = lim v c γ(v)(c, v, 0, 0) = (,, 0, 0) TD : Solution : Rappelez-vous la définition de la quadrivitesse est : dτ = dx0 u 0 = dx0 = 0 Nous ne pouvons pas utiliser le temps propre pour le paramètre affine d une géodésique nulle parce qu il est toujours zéro. TD : Solution : Le quadri-impulsion est toujours tangent de la trajectoire ou «ligne d Univers» d un photon! Et dans la

25 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 25 mécanique quantique l énergie et l impulsion d un photon sont E = hν p = h λ où h désigne la constante de Planck, ν désigne la fréquence, et λ désigne la longueur d onde. Donc, la quadri-impulsion d un photon en mouvement dans la direction x est ( E p = c, h ) ( hν λ, 0, 0 = c, h ) λ, 0, 0 Donc nous paramétrons le ligne d Univers d un photon avec un paramètre σ tel que, dx α dσ = pα

26 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 26 Géodésiques définies à partir de l aspect extrémal d intervalle Nous avons vu l équation de géodésiques à partir d idée que le vecteur tangent ne change pas de direction le longe de la géodésique. Mais une géodésique est aussi la trajectoire la plus courte. Donc nous pouvons les trouver en cherchant la trajectoire avec «la plus courte» ds 2 = L dσ 2 où L désigne L g αβ ẋ α ẋ β, ẋ α dxα dσ On peut aussi penser de L comme le lagrangien L = T V dans

27 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 27 lequel T est comme un «énergie cinétique» T = g αβ dx α dσ dx β dσ et notre paramètre affine est comme le temps, et l énergie potentielle V = 0 parce que la particule qui suive une géodésique est libre il n subit aucune force (rappelez-vous que dans la RG la gravité n est pas une force. Elle s agit la courbure d espace-temps!) Je n aime trop ce argument parce que le paramètre affine σ n est toujours pas le temps-propre. Je pense que c est plus générale de penser d une géodésique comme un ligne ou une trajectoire dans une variété courbure qui minimise l intervalle.

28 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 28 Géodésiques de la métrique de Schwarzschild À minimiser ds 2 on résout les équations de Euler-Lagrange (très bref en français voir (Hobson et al., 2010, Appendice 3C) ; beaucoup plus de détail mais en anglais voir (Boas, 1983, Chapitre 9)) Équations de Euler-Lagrange sont ( ) d L dσ ẋ α L x α = 0 (5) Ici, pour la métrique de Schwarzschild ( L = g αβ ẋ α ẋ β = 1 2µ ) ( c 2 ṫ 2 1 2µ r r TD : Trouvez l équations de Euler-Lagrange pour les ) 1 ṙ 2 r 2 [ θ 2 +sin 2 θ φ 2 ]

29 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 29 composantes t et φ. La composante θ n est pas nécessaire, parce que nous pouvons toujours, sans perdre de généralité, choisir le système des coordonnées tel que la motion est dans le plan équatorial θ = π/2. La composante r = 0 est un peu difficile. C est plus facile de prendre au d abord une intégrale première de l équations de Euler-Lagrange (voir HEL2010).

30 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 30 Interpretations des equations pour t et φ Nous faisons notre interprétation pour le cas d une particule de masse m 0 et où notre paramètre affine σ = τ (Hobson et al., 2010, voir Chapitre 9.5) La première équation dans (5) (i.e. α = 0, celle de t) décrit la

31 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 31 conservation d énergie : ( 1 2µ r ) ṫ = k g tt c ṫ = c k g tt (m 0 c ṫ) = m 0 c k g tt p t = m 0 c k p t = m 0 c k k = p t m 0 c =, et donc E m 0 c 2 (6) La φ équation décrit la conservation de quantité de mouvement

32 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 32 angulaire : r 2 sin 2 θ φ = h h a aucune relation avec la constante de Planck g φφ φ = h g φφ (m 0 φ) = m0 h p φ = m 0 h, et donc h = p φ m 0 (7)

33 Cours 9: trous noires de Schwarzschild 33 Références Boas, M. L. (1983), Mathematical methods in the physical sciences, 793 pp., John Wiley and Sons, New York, xiv pp. Hobson, M., G. Efstathiou, and A. Lasenby (2010), Relativité Générale, de boeck, Bruxelles. Melia, F. (2009), Cracking the Einstein Code : Relativity and the Birth of Black Hole Physics, University of Chicago Press. Schutz, B. (2009), A first course in General Relativity, Cambridge University Press, Cambridge UK.

Cours 7. L équation des géodésiques

Cours 7. L équation des géodésiques Cours 7: Équation des géodésique 1 Cours 7. L équation des géodésiques Cours 7: Équation des géodésique 2 Résumé du cours d aujourd hui Résumé du dernier cours. Comment trouver les symboles de Christoffel

Plus en détail

Cours 5: gravitation et courbure d espace-temps 1. Cours 5. Courbure de l espace-temps et le tenseur d Einstein

Cours 5: gravitation et courbure d espace-temps 1. Cours 5. Courbure de l espace-temps et le tenseur d Einstein Cours 5: gravitation et courbure d espace-temps 1 Cours 5. Courbure de l espace-temps et le tenseur d Einstein Cours 5: gravitation et courbure d espace-temps 2 Résumé du cours d aujourd hui Le principe

Plus en détail

Information practique :

Information practique : Cours 3 1 Cours 3. Géométrie pseudo-riemannienne : les vecteurs de base, le produit scalaire, géométrie pseudo-riemannienne, transformations des coordonnées, le trou noir de Schwarzschild! Cours 3 2 Information

Plus en détail

Cours 2: variétés pseudo-riemanniennes 1. et le tenseur métrique

Cours 2: variétés pseudo-riemanniennes 1. et le tenseur métrique Cours 2: variétés pseudo-riemanniennes 1 Cours 2. Variétés, géométrie des variétés, et le tenseur métrique Cours 2: variétés pseudo-riemanniennes 2 Résumé du cours de aujourd hui Résumé du dernier cours

Plus en détail

Cours 9. Le quadri-vecteur énergie-impulsion

Cours 9. Le quadri-vecteur énergie-impulsion Cours 9: Le quadri-vecteur énergie-impulsion 1 Cours 9. Le quadri-vecteur énergie-impulsion Résumé du dernier cours sur l espace-temps. Les quadri-vecteurs. Le quadri-vecteur vitesse. Le quadri-vecteur

Plus en détail

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 14: Application des tenseurs a la relativité générale

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 14: Application des tenseurs a la relativité générale CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 14: Application des tenseurs a la relativité générale Jeudi 18 Janvier 2007 1 Introduction Nous allons dans ce bref exposé donner une application

Plus en détail

Transformation de Lorentz-Poincaré

Transformation de Lorentz-Poincaré Transformation de Lorentz-Poincaré Denis Gialis Dans ce cours, je propose une construction formelle de la transformation de Lorentz-Poincaré à partir des postulats fondamentaux d Einstein. 1 Quelques définitions

Plus en détail

Trous noirs dans les théories Einstein-Maxwell-Dilaton

Trous noirs dans les théories Einstein-Maxwell-Dilaton Trous noirs dans les théories Einstein-Maxwell-Dilaton Blaise Goutéraux LPT, Orsay 01.12.2008, JJC08 /23 Blaise Goutéraux Trous noirs dans les théories Einstein-Maxwell-Dilaton Outline Trous noirs en Relativité

Plus en détail

RG II - GÉOMÉTRIE RIEMANNIENNE EN ESPACE COURBE

RG II - GÉOMÉTRIE RIEMANNIENNE EN ESPACE COURBE RG II - GÉOMÉTRIE RIEMANNIENNE EN ESPACE COURBE 1 1. Métrique locale remarque : dans un but d'application à relativité générale, la notation à quatre dimensions (incluant le temps) est associée à des indices

Plus en détail

Séminaire Philosophie et physique : Relativité restreinte (J.M. Lévy-Leblond)

Séminaire Philosophie et physique : Relativité restreinte (J.M. Lévy-Leblond) Séminaire Philosophie et physique : Relativité restreinte (J.M. Lévy-Leblond) Harold Erbin 1 février 010 Table des matières 1 Introduction 1 Changements de référentiel et transformations 3 Vitesse(s) 3

Plus en détail

Gravitation Relativiste

Gravitation Relativiste Gravitation Relativiste Alexandre Le Tiec, Andreas Zech Laboratoire Univers et Théories Observatoire de Paris / CNRS L une des quatre interactions fondamentales L une des quatre interactions fondamentales

Plus en détail

Relativité Générale et Trou Noir Sphérique

Relativité Générale et Trou Noir Sphérique Relativité Générale et Trou Noir Sphérique Erwan Scornet 15 juin 2010 Le but de cet exposé est de familiariser l auteur, ainsi que le lecteur, avec le concept de trou noir. Ces corps mystérieux et impénétrables

Plus en détail

Courbes planes parametrées et polaires

Courbes planes parametrées et polaires CPGE My Youssef, Rabat Õæ k QË@ á Ô g QË@ é

Plus en détail

Examen de Mécanique Analytique. Professeur: P. De Los Rios. Epreuve du 20 février Durée: 4 heures - Sans document

Examen de Mécanique Analytique. Professeur: P. De Los Rios. Epreuve du 20 février Durée: 4 heures - Sans document Examen de Mécanique Analytique Professeur: P. De Los Rios Epreuve du 2 février 27 - Durée: 4 heures - Sans document Exercice 1 Plan incliné (6 points On considère une masse m glissant sans frottement sur

Plus en détail

Dans la physique non-relativiste, l impulsion d un objet matériel ponctuel est définie comme:

Dans la physique non-relativiste, l impulsion d un objet matériel ponctuel est définie comme: COURS 7,8. DYNAMIQUE RELATIVISTE. 14. Impulsion, masse, énergie. Dans la physique non-relativiste, l impulsion d un objet matériel ponctuel est définie comme: p n.r. = m 0 v = m 0 d x dt où m 0 est la

Plus en détail

Mécanique et Thermodynamique galiléenne des milieux continus. 1 Chapitre 1 : Gravitation et tenseurs affines en Mécanique galiléenne

Mécanique et Thermodynamique galiléenne des milieux continus. 1 Chapitre 1 : Gravitation et tenseurs affines en Mécanique galiléenne 5ème Ecole d Eté de Mécanique Théorique de Quiberon, 11-17 septembre 2016 Mécanique et Thermodynamique galiléenne des milieux continus Géry de Saxcé Laboratoire de Mécanique de Lille, FRE CNRS 3723, Université

Plus en détail

CHAPITRE IV ONDES ELECTROMAGNETIQUES ET ENERGIE

CHAPITRE IV ONDES ELECTROMAGNETIQUES ET ENERGIE CHAPITRE IV ONDES ELECTROMAGNETIQUES ET ENERGIE PLAN I. Introduction II. III. IV. Equation fondamentale de l énergie électromagnétique et bilan énergétique Application à une onde plane sinusoïdale dans

Plus en détail

Introduction aux ondes gravitationnelles

Introduction aux ondes gravitationnelles Université de Caen Introduction LMNO aux ondes gravitationnelles C. LONGUEMARE 20 mai 2014 version 2.0. ce modeste travail, malgré ses imperfections, est dédié à ma très chère compagne de toujours dont

Plus en détail

V- Magnétisme. 1) Généralités. 2) Champ magnétique. A) Champ magnétique créé par une seule charge en mouvement

V- Magnétisme. 1) Généralités. 2) Champ magnétique. A) Champ magnétique créé par une seule charge en mouvement V- Magnétisme 1) Généralités Les phénomènes physiques faisant intervenir des forces magnétiques sont connues depuis longtemps : - attraction et répulsion des aimants, - existence d'un champ magnétique

Plus en détail

{ } définissent les repères naturels en chaque point.

{ } définissent les repères naturels en chaque point. 8. Métrique, géodésiques, symboles de Christoffel.. Métrique, repère local, repère naturel. Soit une variété V n de dimensions n et un voisinage V d un point M de V n. Soit un point M de V. M est dans

Plus en détail

Mécanique Galiléenne

Mécanique Galiléenne Mécanique Galiléenne G. de Saxcé Ecole d Eté MatSyMat Matériaux et Symétries Matérielles Fondements Géométriques de la MMC (1/3) Nantes, 8-10 septembre 2014 G. de Saxcé Ecole d Eté MatSyMat Matériaux et

Plus en détail

Géométrie Riemannienne : exercices du chapitre 3

Géométrie Riemannienne : exercices du chapitre 3 Géométrie Riemannienne : exercices du chapitre 3 Exercice 1 Soit M une variété munie d une connexion, V et W des champs de vecteurs, f une fonction sur M. Montrer que 2 V,W f 2 W,V f = T (V,W )f. Solution

Plus en détail

Le champ électromagnétique obéit aux équations de Maxwell:, H = 0 (9), E = ρ (2) H = 1 c 2( j + te) (4), H div B (5)

Le champ électromagnétique obéit aux équations de Maxwell:, H = 0 (9), E = ρ (2) H = 1 c 2( j + te) (4), H div B (5) COURS,2 7. Le champ électromagnétique. Le champ électromagnétique obéit aux équations de Maxwell:, H = 0 (), E = ρ (2) E = th (3) H = c 2( j + te) (4) Dans ces équations nous utilisons les notations suivantes:,

Plus en détail

Mécanique Chapitre 1 : Cinématique du point matériel

Mécanique Chapitre 1 : Cinématique du point matériel Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 Mécanique Chapitre 1 : Cinématique du point matériel On se place dans le cadre de la mécanique classique (newtonienne) qui convient très bien pour expliquer

Plus en détail

Ludovic Grossard. Chapitre I Généralités sur les rayonnements optiques. Chapitre I

Ludovic Grossard. Chapitre I Généralités sur les rayonnements optiques. Chapitre I Chapitre I Généralités sur les rayonnements optiques Ludovic Grossard Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges 1 Généralités 2 Notion d'angle solide 3 Bibliographie 1 Généralités

Plus en détail

Cinématique du point

Cinématique du point Notes de Cours PS 91 Cinématique du point La cinématique du point est l étude du mouvement d un point matériel indépendamment des causes de ce mouvement. En pratique l approximation du point matériel peut

Plus en détail

Chapitre 7 : Distributions

Chapitre 7 : Distributions Chapitre 7 : Distributions Maxwell - Boltzmann Fermi - Dirac Bose - Einstein Particules classiques et quantiques Classiques : discernables molécules poussières colloïdes... Quantiques : indiscernables

Plus en détail

Cours 1:Relativité 1. Relativité

Cours 1:Relativité 1. Relativité Cours 1:Relativité 1 Relativité 1 Relativité de Galilée et ondes méchaniques 1.1 Notions de l espace et du temps absolu, 1.2 Relativité de Galiléo, 1.3 Transformation de Galilée, 1.4 Onde plane, 1.5 L

Plus en détail

Mécanique des Matériaux Solides (EMP3122)

Mécanique des Matériaux Solides (EMP3122) Mécanique des Matériaux Solides (EMP3122) Georges Cailletaud Centre des Matériaux Ecole des Mines de Paris/CNRS Cinématique et statique en petites déformations Déplacement déformation Le tenseur de déformation

Plus en détail

Géométrisation du critère de simultanéité d Einstein Mesure des temps et des distances

Géométrisation du critère de simultanéité d Einstein Mesure des temps et des distances Géométrisation du critère de simultanéité d Einstein Mesure des temps et des distances Eric Gourgoulhon Laboratoire Univers et Théories (LUTH) CNRS / Observatoire de Paris / Université Paris Diderot F-92195

Plus en détail

Courbure CHAPITRE 2. Courbure et gyroscope : cas du cône. Cas de la sphère. Généralisation. Les géodésiques. Déviation géodésique. Vecteurs de Killing

Courbure CHAPITRE 2. Courbure et gyroscope : cas du cône. Cas de la sphère. Généralisation. Les géodésiques. Déviation géodésique. Vecteurs de Killing CHAPITRE 2 Courbure On a vu que gravité et courbure sont intimement liées. Cela peut donc sembler une bonne idée de creuser un peu cette courbure... PLAN Courbure et gyroscope : cas du cône Cas de la sphère

Plus en détail

Jour n 1. Mouvement d un satellite dans un champ gravitationnel. Lois de Kepler. Démonstration de la deuxième et de la troisième.

Jour n 1. Mouvement d un satellite dans un champ gravitationnel. Lois de Kepler. Démonstration de la deuxième et de la troisième. Jour n Question de cours Mouvement d un satellite dans un champ gravitationnel Lois de Kepler Démonstration de la deuxième et de la troisième Exercice On considère une onde électromagnétique plane progressive

Plus en détail

Action d un champ magnétique sur un courant

Action d un champ magnétique sur un courant Action d un champ magnétique sur un courant A. Forces de Lorentz et de Laplace Les expériences menées pour déterminer l action d un champ magnétique sur des particules montrent que : - un champ magnétique

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. Soit IP le plan vectoriel IR 2 muni du produit scalaire usuel et orienté par la base

MATHÉMATIQUES II. Soit IP le plan vectoriel IR 2 muni du produit scalaire usuel et orienté par la base MATHÉMATIQUES II Soit IP le plan vectoriel IR 2 muni du produit scalaire usuel et orienté par la base canonique (, ij) On notera o = (,) 00 l origine du plan Tout élément ( xy, ) de IP peut s interpréter

Plus en détail

Introduction à la physique des plasmas cours 6: Diffusion d un plasma

Introduction à la physique des plasmas cours 6: Diffusion d un plasma Introduction à la physique des plasmas cours 6: Diffusion d un plasma S. Mazevet Laboratoire de Structure Electronique Département de Physiqu e Théorique et Appliquée Commissariat à l Energie Atomique

Plus en détail

Mat307 Feuille d exercices 2 : équations différentielles UGA

Mat307 Feuille d exercices 2 : équations différentielles UGA Mat37 Feuille d exercices 2 : équations différentielles UGA Exercice 1. 1. Résoudre l équation différentielle suivante x x + cos(t ; x( 1. 2. Tracer la solution et étudier son comportement en et en +.

Plus en détail

Lycée Polyvalent de Montbéliard - Physique-Chimie - TSI Reconnaître et décrire une translation rectiligne, une translation circulaire.

Lycée Polyvalent de Montbéliard - Physique-Chimie - TSI Reconnaître et décrire une translation rectiligne, une translation circulaire. Mécanique 5 Mouvement d un solide en rotation autour d un axe fixe Lycée Polyvalent de Montbéliard - Physique-Chimie - TSI 1-2016-2017 Contenu du programme officiel : Notions et contenus Définition d un

Plus en détail

Covariance des lois physiques et relativité

Covariance des lois physiques et relativité Annales de la Fondation Louis de Broglie, Volume 28, no 1, 2003 55 Covariance des lois physiques et relativité André Sanche 1, rue de Toulouse, 30000 Nimes Je considère comme très probable que les phénomènes

Plus en détail

Jeudi 25 février - Concours blanc - type CCP. Étude d un plasma en vue de réaliser la fusion nucléaire

Jeudi 25 février - Concours blanc - type CCP. Étude d un plasma en vue de réaliser la fusion nucléaire PC Dupuy de Lôme 2015-2016 Physique Jeudi 25 février - Concours blanc - type CCP Problème A Composition de Physique - 4 heures Étude d un plasma en vue de réaliser la fusion nucléaire Le plasma étudié

Plus en détail

u. (#! v + $! w) = #! u.! v + $! u.! w Nous utiliserons aussi, pour des raisons de commodité, une seconde notation :! u.! v = (! u,! v).

u. (#! v + $! w) = #! u.! v + $! u.! w Nous utiliserons aussi, pour des raisons de commodité, une seconde notation :! u.! v = (! u,! v). 2. Vecteurs, produit scalaire, distance. 1. Produit scalaire, définitions. On considère l espace n, dans lequel chaque point est identifié par ses coordonnées {x α, { } qui sont 0 α

Plus en détail

Cinématique espace Chapitre 1 Plan du chapitre CHAPITRE 1. CINÉMATIQUE 7

Cinématique espace Chapitre 1 Plan du chapitre CHAPITRE 1. CINÉMATIQUE 7 CHAPITRE 1. CINÉMATIQUE 7 Chapitre 1 Cinématique Plan du chapitre La Cinématique est la partie de la Mécanique qui étudie la description des mouvements, sans se demander quelles en sont les causes (ce

Plus en détail

Gilles Molinié. mise à jour le 4 avril 2008

Gilles Molinié. mise à jour le 4 avril 2008 Géométrie Gilles Molinié e x e z e y mise à jour le 4 avril 2008 e 3 q2=cste 00 11 000 111 00000 11111 000000 111111 0000000 1111111 000 111 01 0000000 1111111 0000 1111 0000 1111 e 2 000 111 000 111 00

Plus en détail

Généralités sur les phénomènes de propagation

Généralités sur les phénomènes de propagation Chapitre 6 Généralités sur les phénomènes de propagation 6.1 Propagation à une dimension 6.1.1 Equation de propagation Dans les phénomènes vibratoires traités dans les chapitres précédents, nous nous sommes

Plus en détail

Théorie des supercordes

Théorie des supercordes Théorie des supercordes De la gravitation quantique aux théories de jauge Adel Bilal Laboratoire de Physique Théorique, Ecole Normale Supérieure Présentation Master de Physique, FRIF, 23 janvier 2007 Plan

Plus en détail

Une approche mécanicienne de la gravitation

Une approche mécanicienne de la gravitation Une approche mécanicienne de la gravitation Mayeul Arminjon Laboratoire 3S (Sols, Solides, Structures), Journées des doctorants, Autrans, 6 mai 2004 Une approche mécanicienne de la gravitation 1 Plan Gravitation

Plus en détail

PRODUIT SCALAIRE. I Produit scalaire : définition. Définition première expression du produit scalaire ( voir animation ) Remarques ( voir animation )

PRODUIT SCALAIRE. I Produit scalaire : définition. Définition première expression du produit scalaire ( voir animation ) Remarques ( voir animation ) PRODUIT SCLIRE I Produit scalaire : définition Définition première expression du produit scalaire ( voir animation ) Soient et v deux vecteurs du plan. On considère trois points O, et tels que : O = u

Plus en détail

PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 1: Introduction

PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 1: Introduction PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 1: Introduction Jean-Marc Sparenberg Université Libre de Bruxelles 2011-2012 1 / 18 1 Fondements microscopiques de la physique 2 Espace-temps et relativité

Plus en détail

PLAN DE LECON DYNAMIQUE

PLAN DE LECON DYNAMIQUE PLAN DE LECON DYNAMIQUE Objectifs spécifiques : A la fin de la séance l étudiant doit être capable de : Déterminer le torseur Dynamique d un solide en mouvement par rapport à un repère. Appliquer le principe

Plus en détail

Chapitre VI. Introduction. Lois de conservation

Chapitre VI. Introduction. Lois de conservation Chapitre VI COLLISIONS VIA Introduction Nous étudierons au chapitre VII le mouvement de deux points matériels tout au long de leur interaction Dans le cas de deux corps M et M quelconques (p ex deux solides

Plus en détail

Ondes électromagnétique. 5 janvier 2009

Ondes électromagnétique. 5 janvier 2009 Ondes électromagnétique MP 5 janvier 2009 Table des matières 1 Solution des équations de propagations 2 1.1 Équation de propagation..................... 2 1.2 Ondes planes........................... 2

Plus en détail

Documents de Physique-Chimie M. MORIN

Documents de Physique-Chimie M. MORIN 1 Afin de décrire le mouvement d un solide, il faut : Thème : Lois et modèles Partie : Temps, mouvement et évolution. Cours 16 : Cinématique - Mouvement d un point au cours du temps. Comment décrire le

Plus en détail

LA THEORIE DES CORDES : VERS UNE THEORIE FINALE?

LA THEORIE DES CORDES : VERS UNE THEORIE FINALE? LA THEORIE DES CORDES : VERS UNE THEORIE FINALE? INTRODUCTION Théorie des cordes théorie de la gravitation et des interactions fondamentales extension naturelle des ideées dévéloppées en physique des particules

Plus en détail

Chapitre 2 : Introduction à la mécanique du point

Chapitre 2 : Introduction à la mécanique du point UNIVERSITE DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LILLE U.F.R. de Mathématiques Pures et Appliquées Département de Mécanique Chapitre 2 : Introduction à la mécanique du point Introduction : la mécanique classique

Plus en détail

Géométrie dans l espace

Géométrie dans l espace Géométrie dans l espace I Modes de repérage dans l espace 1 I.A Coordonnées cartésiennes...................... 1 I.B Coordonnées cylindriques...................... 2 I.C Coordonnées sphériques.......................

Plus en détail

PRODUIT SCALAIRE. I Produit scalaire. Définition ( voir animation ) Remarques ( voir animation ) Configurations fondamentales.

PRODUIT SCALAIRE. I Produit scalaire. Définition ( voir animation ) Remarques ( voir animation ) Configurations fondamentales. PRODUIT SCALAIRE I Produit scalaire Définition ( voir animation ) Soient et deux vecteurs du plan. On considère trois points O, A et tels que : OA = u et O =. On appelle produit scalaire du vecteur par

Plus en détail

Université de Caen. Relativité générale. C. LONGUEMARE Applications version 2.0. 4 mars 2014

Université de Caen. Relativité générale. C. LONGUEMARE Applications version 2.0. 4 mars 2014 Université de Caen LMNO Relativité générale C. LONGUEMARE Applications version.0 4 mars 014 Plan 1. Rappels de dynamique classique La force de Coulomb Le principe de moindre action : lagrangien, hamiltonien

Plus en détail

Électrostatique. E = q E = conséquences V = Force F = q E

Électrostatique. E = q E = conséquences V = Force F = q E Partie V : électromagnétisme Chapitre 1 Électrostatique I Liens entre charges électriques et champ électrique Charges Champ E - ponctuelle q - ρ, σ, λ dq = ρ dv, dq = σ ds, dq = λ dl Symétries, invariances

Plus en détail

Mouvement d un corps dans un potentiel central. Formules de Binet. Mouvement de corps célestes.

Mouvement d un corps dans un potentiel central. Formules de Binet. Mouvement de corps célestes. Département STPI 1 ère année 1 er semestre UF Physique 1 (I1ANPH21) Mouvement d un corps dans un potentiel central. Formules de Binet. Mouvement de corps célestes. B.Lassagne Introduction Nous allons étudier

Plus en détail

Le tenseur Energie-Impulsion

Le tenseur Energie-Impulsion Université de Caen LMNO Le tenseur Energie-Impulsion C. LONGUEMARE 28 octobre 2014 Résumé : Qu'est-ce que T µν dans l'équation d'einstein? Equation d'einstein Référence [1] Conséquences ( R µν 1 2 g µνtr

Plus en détail

CHAPITRE III LE MODELE QUANTIQUE DE L'ATOME

CHAPITRE III LE MODELE QUANTIQUE DE L'ATOME CHAPITRE III LE MODELE QUANTIQUE DE L'ATOME 1 INTRODUCTION Le début de ce siècle a vu la naissance d'une nouvelle mécanique adaptée à ces objets minuscules. Cette nouvelle mécanique à reçut le nom de mécanique

Plus en détail

CONTRAINTES. Nous considérons un solide Ω en cours de déformation, nous isolons une partie

CONTRAINTES. Nous considérons un solide Ω en cours de déformation, nous isolons une partie CONTRAINTES 1 Tenseur des contraintes 1.1 Hypothèses de base Nous considérons un solide Ω en cours de déformation, nous isolons une partie Ω A de ce solide, et nous analysons les efforts agissant sur cette

Plus en détail

= df dx (x 0). Nous voyons donc que la dérivée d une fonction f en un point x 0 correspond à la pente de la tangente à f en x 0.

= df dx (x 0). Nous voyons donc que la dérivée d une fonction f en un point x 0 correspond à la pente de la tangente à f en x 0. Phsique générale I Mécanique EXERCICES Série 1 (6 7 Eercice 1.1 On considère une pierre de masse m à une hauteur h du sol, tombant sous la seule action de la gravitation. Eprimer son temps de chute T et

Plus en détail

Table des matières. Diusion thermique. S.Boukaddid Thermodynamique MP2

Table des matières. Diusion thermique. S.Boukaddid Thermodynamique MP2 Diusion thermique Table des matières 1 oi de Fourier 2 1.1 Flux thermique.................................... 2 1.2 Vecteur densité volumique du courant thermique................ 2 1.3 oi de Fourier.....................................

Plus en détail

3) Précession de Larmor

3) Précession de Larmor M/CFP/Parcours de Physique Théorique Invariances en physique et théorie des groupes Précession de Thomas En 196, Uhlenbeck et Goudsmit ont introduit la notion de spin de l électron et montré que si l électron

Plus en détail

Cours d électromagnétisme

Cours d électromagnétisme Cours d électromagnétisme M12-Potentiel et énergie électrostatique Table des matières 1 Introduction 2 2 Circulation du champ électrostatique 2 2.1 Définition...................................... 2 2.2

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : CALCUL DIFFÉRENTIEL

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : CALCUL DIFFÉRENTIEL Chapitre 15 : FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : CALCUL DIFFÉRENTIEL ECS2 Lycée La Bruyère, Versailles Année 2013/2014 1 Objets du calcul différentiel du premier ordre 2 1.1 Dérivées partielles et gradient..................................

Plus en détail

Dualité onde-corpuscule. Pour la lumière

Dualité onde-corpuscule. Pour la lumière Dualité onde-corpuscule Pour la lumière Au XV II e siècle, deux écoles s affrontent afin de modéliser la propagation lumineuse Newton avec une approche corpusculaire de la lumière Fresnel avec un concept

Plus en détail

Corrigé des TD de Physique Quantique

Corrigé des TD de Physique Quantique Université Joseph Fourier L2 UE Phy 242 Corrigé des TD de Physique Quantique C. Hoffmann, G. Méjean 28 1 Rayonnement du corps noir Soit u(ω, T ) la densité spectrale et volumique d énergie du rayonnement

Plus en détail

CHAPITRE I Oscillations libres non amorties Système à un degré de liberté CHAPITRE I

CHAPITRE I Oscillations libres non amorties Système à un degré de liberté CHAPITRE I Page1 CHAPITRE I Oscillations libres non amorties : Système à un degré de liberté I.1 Généralités sur les vibrations I.1.1 Mouvement périodique : Définition : C est un mouvement qui se répète à intervalles

Plus en détail

Vous avez dit boson de Higgs?

Vous avez dit boson de Higgs? Vous avez dit boson de Higgs? Christophe Roland 1 Introduction Ce document s adresse aux personnes qui veulent comprendre ce qu est le boson de Higgs sans entrer dans les détails les plus complexes mais

Plus en détail

Deuxième séance de regroupement PHR004

Deuxième séance de regroupement PHR004 Deuxième séance de regroupement PHR4 Rappels de cours (Leçons 3 à 5) Commentaires sur les exercices Questions / Réponses Dynamique du point matériel Rappels On nomme "Référentiel" un système d'axes, pouvant

Plus en détail

Chapitre 2. Le champ électrostatique. 2.1 Loi de Coulomb Interaction entre deux charges ponctuelles Champ d une charge ponctuelle

Chapitre 2. Le champ électrostatique. 2.1 Loi de Coulomb Interaction entre deux charges ponctuelles Champ d une charge ponctuelle Chapitre 2 Le champ électrostatique 2.1 Loi de Coulomb 2.1.1 Interaction entre deux charges ponctuelles Deux charges ponctuelles q 1 et q 2, immobiles aux points M 1 et M 2, exercent l une sur l autre

Plus en détail

Transformations du milieu continu

Transformations du milieu continu Transformations du milieu continu Extensome trie mesures du de placement relatif de deux points 2/75 Extensome trie mesures du de placement relatif de deux points 3/75 Mesures de champ mesures de champs

Plus en détail

Atome d hydrogène. comme. Ces trois orbitales sont appelées, et

Atome d hydrogène. comme. Ces trois orbitales sont appelées, et Atome d hydrogène 1) On considère l atome d hydrogène, composé d un noyau de charge Z=1 et d un électron de masse m e. On suppose que le noyau est fixe. Écrire, à l aide de l Annexe I, l équation de Schrödinger

Plus en détail

Bien entendu, la différentielle d une courbe en un point t (lorsqu elle existe) est l application R R n définie par la matrice colonne f 1(t) (t) =

Bien entendu, la différentielle d une courbe en un point t (lorsqu elle existe) est l application R R n définie par la matrice colonne f 1(t) (t) = COURBES PARAMÉTRÉES Résumé de cours de calcul différentiel 2 L3 de B. Calmès, Université d Artois (version du 6 mars 2016) Dans ce qui suit, un espace vectoriel de dimension finie est toujours muni de

Plus en détail

Systèmes Optiques I. Optique Instrumentale. Y. Dumeige. IUT Lannion MP 1 ère année S

Systèmes Optiques I. Optique Instrumentale. Y. Dumeige. IUT Lannion MP 1 ère année S IUT Lannion MP 1 ère année S2 20-2011 Systèmes Optiques I Optique Instrumentale Y. Dumeige UE 2-3 Sciences et techniques de l ingénieur II M 2-3-3 Systèmes optiques Cours : h TD : 15h 1 IUT Lannion Optique

Plus en détail

Ondes électromagnétiques dans le vide ou dans un plasma

Ondes électromagnétiques dans le vide ou dans un plasma TD 11 Ondes électromagnétiques dans le vide ou dans un plasma Ondes électromagnétiques dans le vide 1. Exemple d onde électromagnétique On s intéresse à la propagation de l onde électromagnétique définie

Plus en détail

PC - Cinématique des fluides

PC - Cinématique des fluides PC - Cinématique des fluides Les lois de la mécanique des fluides sont complexes. Une analyse aérodynamique d un système mécanique réel (voiture, aile d avion...) donne souvent lieu à des simulations numériques

Plus en détail

Considérations générales sur le type de métrique convenable à priori

Considérations générales sur le type de métrique convenable à priori lhttp://pancake.uchicago.edu/~carroll/notes/: J. Fric endosse toute responsabilité pour les erreurs que sa traduction (qui n a pas été vérifiée par l auteur) aurait pu ajouter. En cas de doute, veuillez

Plus en détail

Mécanique fondamentale

Mécanique fondamentale Chapitre 1 Mécanique fondamentale CURS Ce cours a pour objet de donner aux étudiants en PAES les outils indispensables àlaréussite de leurs concours. Nous avons donc privilégié systématiquement l aspect

Plus en détail

Révision d algèbre et d analyse

Révision d algèbre et d analyse Révision d algèbre et d analyse Chapitre2 : Rappels de géométrie, courbes et surfaces Équipe de Mathématiques Appliquées UTC Mars 2011 suivant Chapitre II Rappels de géométrie, courbes et surfaces II.1

Plus en détail

Points essentiels. Découverte accidentelle. Introduction. Observations de Lenard. L étude de Lenard 8/10/10

Points essentiels. Découverte accidentelle. Introduction. Observations de Lenard. L étude de Lenard 8/10/10 Points essentiels Observations expérimentales Échec de la théorie ondulatoire Explication quantique Expérience de Millikan La dualité onde-corpuscule 1 Découverte accidentelle Introduction L effet photoélectrique

Plus en détail

Chap.1 Cinématique du point matériel

Chap.1 Cinématique du point matériel Chap.1 Cinématique du point matériel 1. Point matériel et relativité du mouvement 1.1. Notion de point matériel 1.2. Relativité du mouvement - Notion de référentiel 1.3. Trajectoire dans un référentiel

Plus en détail

Chapitre 5 Travail & Énergie

Chapitre 5 Travail & Énergie Chapitre 5 Travail & Énergie Sidi M. Khef Département de Physique EPST Tlemcen 16 décembre 2012 I. Travail Dénition : Le travail élémentaire dw eectué par une force F sur une masse ponctuelle m pendant

Plus en détail

Mouvement d un solide en rotation autour d un axe fixe

Mouvement d un solide en rotation autour d un axe fixe Mouvement d un solide en rotation autour d un axe fixe II. Moment cinétique scalaire d un solide en rotation autour d un axe fixe 1. Moment cinétique d un point matériel par rapport à un point On appelle

Plus en détail

PHYSIQUE I. Tube de champ

PHYSIQUE I. Tube de champ PHYSIQUE I La Terre est entourée de zones, appelées «ceintures de Van Allen», où des particules chargées, de haute énergie, sont piégées par le champ magnétique terrestre Dans ces zones, les trajectoires

Plus en détail

IUT Lannion Optique instrumentale

IUT Lannion Optique instrumentale IUT Lannion Optique instrumentale Plan du cours Notions de base et définitions Photométrie / Sources de lumière Les bases de l optique géométrique Généralités sur les systèmes optiques Eléments à faces

Plus en détail

Théorie quantique des champs. Alain Bouquet. Laboratoire AstroParticule & Cosmologie

Théorie quantique des champs. Alain Bouquet. Laboratoire AstroParticule & Cosmologie CHAMPS & PARTICULES Théorie quantique des champs Alain Bouquet Laboratoire AstroParticule & Cosmologie Université Denis Diderot Paris 7, CNRS, Observatoire de Paris & CEA Pourquoi une Théorie quantique

Plus en détail

Cours d électromagnétisme

Cours d électromagnétisme Cours d électromagnétisme EM17-Mouvement des charges dans un conducteur Table des matières 1 Introduction 2 2 Vecteur densité de courant électrique 2 3 Loi d Ohm locale 3 4 ésistance électrique 4 5 L effet

Plus en détail

Introduction à la relativité générale

Introduction à la relativité générale Master M2 des Sciences de la Matière Parcours Physique Ecole Normale Supérieure de Lyon et Université Claude Bernard Lyon 1 Master M2 de Physique de l Université de Savoie Spécialité Champs, Particules

Plus en détail

v CALCUL DE L ENERGIE CINETIQUE EN FONCTION DE LA VITESSE RELATIVISTE CALCUL DE L ENERGIE TOTALE EN FONCTION DE LA VITESSE RELATIVISTE

v CALCUL DE L ENERGIE CINETIQUE EN FONCTION DE LA VITESSE RELATIVISTE CALCUL DE L ENERGIE TOTALE EN FONCTION DE LA VITESSE RELATIVISTE SOMMAIRE RESUME L ENERGIE CINETIQUE INTRODUCTION v CALCUL DU RAPPORT β = c 3 CALCUL DE L ENERGIE CINETIQUE EN FONCTION DE LA VITESSE RELATIVISTE 3 L ENERGIE TOTALE CALCUL DE L ENERGIE TOTALE EN FONCTION

Plus en détail

Chapitre I : Atome d hydrogène et notion de mécanique quantique

Chapitre I : Atome d hydrogène et notion de mécanique quantique Chapitre I : Atome d hydrogène et notion de mécanique quantique Plan : ********************** II- INTRODUCTION DES NOTIONS FONDAMENTALES DE MECANIQUE QUANTIQUE... 3 1- Rappels sur l atome et présentation

Plus en détail

Electromagnétisme Chap.1 Les équations de Maxwell

Electromagnétisme Chap.1 Les équations de Maxwell Electromagnétisme Chap.1 Les équations de Maxwell 1. Révisions de PCSI 1.1. Force de Lorentz 1.2. Sources du champ électromagnétique Description de la matière 1.3. Puissance de la force de Lorentz 1.4.

Plus en détail

analyse dimensionnelle

analyse dimensionnelle analyse dimensionnelle La physique cherche à décrire les phénomènes de manière qualitative et quantitative. Elle doit donc les caractériser par des grandeurs susceptibles d être mesurées. 1. définitions

Plus en détail

Introduction à la mécanique classique. cours ESAIP

Introduction à la mécanique classique. cours ESAIP Introduction à la mécanique classique cours ESAIP 13 avril 2006 Table des matières 1 Les vecteurs 2 1.1 Définition................................................. 2 1.2 Changement de base...........................................

Plus en détail

Curiosités géométriques et physique de l Univers

Curiosités géométriques et physique de l Univers Curiosités géométriques et physique de l Univers Jean-Pierre Demailly Institut Fourier, Université de Grenoble I, France 6 mai 2010 / Conférence Midi-Sciences - St Martin d Hères Dimension de l espace-temps

Plus en détail

Le régime variable est caractérisé par des propriétés spécifiques liées à la dépendance des champs en fonction du temps. Ces particularités sont :

Le régime variable est caractérisé par des propriétés spécifiques liées à la dépendance des champs en fonction du temps. Ces particularités sont : Chapitre 4 Le régime variable 4.1 Introduction Le régime variable est caractérisé par des propriétés spécifiques liées à la dépendance des champs en fonction du temps. Ces particularités sont : Le phénomène

Plus en détail

Objectifs : vers un rappel... vers un départ intuitif... presque!

Objectifs : vers un rappel... vers un départ intuitif... presque! Chapitre Un : Objectifs Objectifs : vers un rappel... vers un départ intuitif... presque! Comment définit-on un fluide? Écoulement : définition et classification Cinématique de fluide et descriptions de

Plus en détail

Chap.1 Cinématique des fluides

Chap.1 Cinématique des fluides Chap.1 Cinématique des fluides 1. Notions mathématiques nécessaires à la mécanique des fluides 1.1. Rappels sur les différentielles 1.2. Opérateurs d analyse vectorielle 2. Description d un fluide en mouvement

Plus en détail

Ch.3 Potentiel Électrique

Ch.3 Potentiel Électrique Ch.3 Potentiel Électrique CUT-IST 07.04.2010 K.Demmouche (cours 3 E&M) Une particule chargée placée dans un champ électrique est soumise à la force selon la loi de Coulomb. Dans le cas d un champ uniforme

Plus en détail